Vous êtes sur la page 1sur 22

Chapitre

8 Calcul intégral

1.  Page d’ouverture 3 a) 


Entrée
• Énigme ✱ Saisir n (n  , n > 1)
5, 5 14 30 Initialisation
¥ 5 933  ¥ 14 524  ¥ 44 410 S prend la valeur 0
100 100 100
41 Traitement
 ¥ 19 170  23 542, 375
100 Pour k de 1 jusqu’à n
L’impôt dû par une personne dont le revenu imposable 1
S prend la valeur S +
est 90 000 F est 23 542 F. k ( k + 1)
FinPour
• Énigme ✱✱ Sortie
Afficher S
Déterminons l’aire du triangle ABC : A
p b)  TI CASIO
2 sin ¥ 2
AH ¥ BC 3
  3 cm2.
2 2
Chaque arc de cercle détermine
un secteur de même aire :
p ¥ BC2 2p
 cm2 . B H C
6 3
1
L’aire du domaine coloré est donc : 4 a) La fonction f définie sur ]0 ; + ∞[ par f ( x ) =
2p x
3¥ - 2 ¥ 3  2( p - 3 ) cm2.
3 b) La fonction f définie sur ]0 ; + ∞[ par f(x) = ln x
c) La fonction f définie sur  par f(x) = ex

5 a) La première ligne permet de définir la fonction :


2.  Vérifier les acquis Ê 1ˆ
3
f : x  Á1  ˜
1 10 Ë x¯
1 1. a) AH  ( -1 - 0)2  ( 0 - 3)2  (cm) La deuxième ligne factorise la dérivée de f.
2 2
2 b) f est dérivable sur ]- ∞ ; 0[ et sur ]0 ; + ∞[
1 Ê2 ˆ
b) BC = ( - 3 - 2)2  Á - ( - 1)˜ Ê 1ˆ Ê 1ˆ
2
2 Ë3 ¯ f ¢( x )  3 ¥ Á - 2 ˜ ¥ Á1  ˜
Ë x ¯ Ë x¯
1 25 5 10
BC = 25 + = (cm) 3 ( x  1)2 - 3( x  1)2
2 9 6 f ¢( x )  - 2 ¥ 
x x2 x4
BC ¥ AH 50 25
c) L’aire du triangle est   (cm2)
2 24 12 6
x –2 –1 2 3
Ê 1ˆ Ê 1ˆ
2 lim Á 3 - ˜  lim Á 3  ˜  3. f(x) + 0 – 0 +
n Æ Ë n ¯ n Æ Ë n¯
D’après le théorème des gendarmes, lim un  3
n Æ
Pour tout nombre entier naturel n ⩾ 1, 3.  Activités d’approche
n 1 1
 et lim 1
n  1 1 1 n Æ
1
1 • Activité 1
n n 1È Ê 1ˆ Ê 1ˆ Ê 3ˆ˘
© Nathan. Hyperbole Term S

n2 1 1 1 a) s4  Íf ( 0)  f Á ˜  f Á ˜  f Á ˜ ˙
 et lim 1 4 ÍÎ Ë 4¯ Ë 2¯ Ë 4 ¯ ˚˙
n  1 1
2 1 1
 
n Æ
1  1 1 3
n2 n2 1
s4  1  e 4  e 2  e 4 ª 1, 512 44
D’après le théorème des gendarmes, lim vn  1 4
n Æ
1 È Ê 1ˆ Ê 1ˆ Ê 3ˆ ˘
D’après le théorème des gendarmes, lim w n  1 S 4  Íf Á ˜  f Á ˜  f Á ˜  f (1)˙
n Æ 4 ÍÎ Ë 4 ¯ Ë 2¯ Ë 4¯ ˙˚
153
1È 4
1 1 ˘ 3 OA ¥ ( AB  OC) a(2a  5  5)
aire( OABC)  
S4  ÎÍe  e 2  e 4  e˚˙ ª 1, 942 01 2 2
4
aire( OABC)  a2  5a
b) 1, 512 44    1, 942 01
2 b) 1, 713    1, 723 obtenu pour n = 172.
3 a) Pour tout nombre entier naturel n,
4.  Pour s’exercer
1È Ê 1ˆ Ê 2ˆ Ê n - 1ˆ ˘
• sn  Íf ( 0)  f Á ˜  f Á ˜  º  f Á ˙
Ë n ˜¯ ˙˚
4
n ÍÎ Ë n ¯ Ë n ¯ 2 a) Ú 3 dx  4 ¥ 3  12
0

1 2 n -1 ˘
sn  ÎÍ1  e n  2 n  º  e n ˚˙ b) 
n
 
n
1
1 1- 1ene -1
sn  ¥ 1¥ 1
 ¥ 1
n n
1- en en - 1
È
1 Ê 1ˆ Ê 2ˆ Ê nˆ ˘
• Sn  Íf Á ˜  f Á ˜  º  f Á ˜ ˙
n ÍÎ Ë n ¯ Ë n¯ Ë n ¯ ˙˚ 1 7 1
¥ 3  2  et ¥ 7  2 
11
2 2 2 2
1È n
1 2 n˘
Sn  ÍÎe  e n  º  e n ˙˚ Ê 7 11ˆ
n ÁË  ˜¯ ¥ 4
2 2
1
1È 1 n -1 ˘ 1 L’aire du trapèze est  18
 ¥ e n ÎÍ1  e n  º  e n ˚˙  e n sn 2
n 7Ê 1 ˆ
b) sn    Sn
1
Ú3 ÁË 2 t  2˜¯ dt  18
1 e -1 1 e -1
¥ 1  ¥ 1 ¥ en
n n
en - 1 en - 1 3 a) La fonction valeur absolue est continue sur ,
1
donc elle l’est sur [– 2 ; 3].
1 ex - 1 en -1
c) •  lim  0 et lim  1, donc lim  1, b) 
n Æ n xÆ0 x n Æ 1
1 n
donc lim n 1
n Æ 1
en - 1
1
•  lim e n  1
n Æ
D’après le théorème des gendarmes, lim     e - 1.
nÆ 3 2 ¥ 2 3 ¥ 3 13
c) Ú x dx   
• Activité 2 -2 2 2 2
a) Pour tout réel h  0, d(t + h) – d(t – h) = 4th + 10h.
2
b) Vitesse moyenne entre les instants t – h et t + h : 4 Ú- 2 f ( x ) dx  2 ¥ 3  6
d (t  h) - d (t - h) 4th  10h
V(t )    2t  5
t  h - (t - h ) 2h
v (t )  lim V(t )  2t  5 5 a) 
h Æ0
c) 
© Nathan. Hyperbole Term S

3 0 3
b) Ú f ( x ) dx  Ú- 2 f ( x ) dx  Ú0 f ( x ) dx car f est une
-2
fonction continue et positive sur [– 2 ; 3].
3 2 ¥ (3  1) 3 ¥ (1  4 )
Ú-2 f ( x ) dx  2

2
3 23
Ú- 2 f ( x ) d x 
d) Pour tout a Œ[ 0 ; 6], d ( a ) - d ( 0)  a2  5a 2
154
6 a)  ex
F3¢( x )  -
(1  e x )2
F3 n’est pas une primitive de f
1  2e x
F4 ( x ) 
1  ex
Donc F4(x) = F2(x)
F4 est une primitive de f sur .

14 a) La dérivée de x  ln(3x) est la fonction :


3 1
xa = .
0 4¥4 3x x
b) Ú (t  4 ) dt  8 1
- 4 2 La dérivée de x  5 + ln x est la fonction x a .
a ( a  1)(3  a  4 ) x
1
Ú- 1(t  4 ) dt  2 La dérivée de x a e - ln est la fonction :
x 1
On obtient ( a  1)( a  7)  2 ¥ 8, c’est-à-dire : - 2
xa- x  .
1
a2  8a - 9  0, ce qui donne a = 1 ou a = – 9.
Or a  0 donc a = 1.
1 x
x
7 a) On passe de l’une à l’autre par la symétrie axiale b) F : x  5 + ln x + C est une primitive de f sur I, donc
d’axe y = x. F(1)  0 € C  - 5, d’où F( x ) = ln x .
b) Il y a invariance de l’aire par symétrie, donc l’aire en
1 17 a) f est continue sur I
u.a, de 3 est l’aire de 1, c’est-à-dire Ú x 2 d x . x4 4 3 5 2
F( x )  - x  x - x  C, C ∈ 
0
c) aire de 3 + aire de 1 + aire de 2 = aire OIKJ 4 3 2
1
donc aire  3  1 - Ú x dx  1 - 
2 1 b) g est continue sur I
0 3 3 sin2 x
1 1 G( x )   C, C ∈ 
donc aire 1 = et aire  2 = . 2
3 3 c) h est continue sur I et x est un nombre strictement
p positif.
0 p 1
8 Par symétrie, Ú p f (t ) dt  Ú02 f (t ) dt  . h( x ) = ln x
-
2 2 x
Par translation, (ln x )2
3p
H( x )   C, C ∈ 
0
p
p 2
Ú 2
p f (t ) dt  Ú- p f (t ) dt  Ú02 f (t ) dt  2 ¥ 2 p
1 2
2 2 18 F( x )  x  2 x - 2ln( x - 1)  C avec C nombre
2
11 x a - 2 x et t a ln t sont continues sur [1 ; e3]
réel.
1
donc F est dérivable sur [1 ; e3] et F ¢( x )  - 2  ln x On veut F(2) = 0 donc ¥ 22  2 ¥ 2 - 2 ln 1  C  0 ,
2
F’ est strictement négative sur [1 ; e2[, s’annule en e2 et c’est-à-dire C = – 6.
1 2
strictement positive sur ]e2 ; e3] D’où F( x )  x  2 x - 2 ln( x - 1) - 6 .
F est décroissante sur [1 ; e2] et croissante sur [e2 ; e3] 2
19 F( x )  - ln(cos x ).
12 a) F ¢( x )  x 2 e x
G ¢( x )  (2 x - 2)e x  ( x 2 - 2 x  2)e x  x 2 e x 11
b) F et G sont des primitives sur [0 ; 1] de x a x 2 e x, donc 22 • I  Ú0 2 4(2 x  2)( x2  2 x - 1)3 dx
il existe un nombre réel k tel que F(x) = G(x) + k. 1 2 1 15
I ÈÎ( x  2 x - 1)4 ˘˚ 
c) F(0) = G(0) + k, c’est-à-dire 0 = 2 + k, donc k = – 2. 8 0 8
F(x) = G(x) + 2. •J 
p
Ú0 cos t dt  [sin t ]0p 0
13 F1, F2, F3 et F4 sont dérivables sur . 1 1 2u  2
ex
•K  Ú-1 2 ¥ u2  2u  5 du
F1¢( x )  x
© Nathan. Hyperbole Term S

, F est donc une primitive de f sur .


( e  1)2 1 u +1
•u a est continue sur [- 1 ; 1]
2e x  2 u 2 + 2u + 5
F2 ( x ) - F1( x )  x 2
e 1 1
ÈÎln(u2  2u  5)˘˚
1
K -1
F2 est donc une primitive de F1 sur . 2
2e - x  1 e x 2  ex 1 1 ln 2
F3 ( x )  - x ¥ x   1 K  ln 8 - ln 4 
e 1 e 1  ex 1  ex 2 2
155
x 2 1
d x  ÈÎ x 2  1˘˚ 
2
 < 1 car la fonction inverse est décroissante sur
23 Ú- 1 x2  1 -1
5- 2 1+ t2
]0 ; + ∞[
1 1- 1- t2  t2  t 4 t4
24 a)  - 1 t2  
1 t 2 1 t 2 1 t2
1
Donc - 1  t 2 > 0
1 t2
1
Conclusion : Pour tout t positif ou nul, 1 - t 2  1
1 t2
b) D’après a),
1 1 1 1
Ú0 (1 - t 2 ) dt  Ú0 1  t 2 dt  Ú0 dt
0 2
0 2 È x4 ˘ È x4 ˘ È t3 ˘
1
b)   - Ú-1x3 dx  Ú0 x3 dx  - ÍÎ 4 ˙˚  ÍÎ 4 ˙˚ Ít - ˙  Ú0
1 1
dt  1
-1 0 Î 3 ˚0 1 t2
1 17 2 1 1
 4 Ú dt  1
4 4 3 0 1 t2
e
1
(e x - 3) d x  Î Èe x
1
- 3 x˘˚- 1  e - 3 -
33 A - B  Ú- 2 [ln x(1 - ln x )] dx
25 Ú-1
( e- 1  3)
1 Pour tout x ∈ [ 1 ; e], 0  ln x  1, donc ln x(1 – ln x)  0,
-6  e- donc A – B  0 donc A  B.
e
x  ex – 3 est continue et négative sur [– 1 ; 1], donc l’aire p p
2 2 2 2
du domaine coloré est, en unités d’aire, 6  - e.
1 34 a)  Ú cos x d x  sin x 02 
e p 0 p p
0
1 0 1 È 1 1 2 ˘
p b)  Ú- 2 ( - x  x - 3) d x  Í- x  x - 3 x˙
2 3
28 A  B  Ú0 ( e x cos2 x + e x sin2 x )dx 2 2Î 3 2 ˚ -2
16
(linéarité de l’intégrale) -
p 3
AB  Ú0 e x (cos2 x + sin2 x )dx 1 1
c) Ú e x d x  ÈÎe x ˘˚  e - 1
p 0 0
AB  Ú0 e x dx = e p - 1
0 2 0 2
5.  Accompagnement personnalisé
29 I  Ú- 1 x dx  Ú x dx  Ú- 1( - x ) dx + Ú0 x dx
0 35 t a t t est continue et positive sur [0 ; + ∞[ donc :
0 2
È 1 ˘ È1 ˘ F ¢( x )  - 4 x  x x  x( - 4  x ).
I  Í- x 2 ˙  Í x 2 ˙
Î 2 ˚- 1 Î 2 ˚0 Le signe de F¢(x) est donc celui de 4 - x .
1 5 4 - x  0 € 0  x  16
I 2
2 2 F est donc strictement croissante sur [0 ; 16] et stricte-
1 0 1 ment décroissante sur [16 ; + ∞[.
30 Ú- 2 f ( x ) dx  Ú- 2 f ( x ) dx  Ú0 f ( x ) dx
0 1
36 a) G(x) = cos x + x sin x + C avec C ∈ .
 Ú- 2 ( x  3) dx  Ú0 (3 - x2 ) dx
Ê pˆ p
È1 ˘ È 1 ˘
0 1 G Á ˜  0 donc C  -
 Í x 2  3 x˙  Í3 x - x 3 ˙ Ë 2¯ 2
Î2 ˚- 2 Î 3 ˚0 p
D’où G( x )  cos x + x sin x - .
1 8 20 2
Ú- 2 f ( x ) dx  4  3  3 b) F(x) = cos x + x sin x – 1

31 • Pour tout x ∈ [– 1 ; 2], – x2 + x + 2  0 et ex  0 2


2 È1 ˘ 23
donc la fonction x  (– x2 + x + 2)ex est positive, et de 37 a) Ú ( x2  4 x - 1) d x  Í x 3  2 x 2 - x˙ 
-1 Î 3 ˚ -1 4
plus continue sur [– 1 ; 2] donc A  0.
1
È1 ˘ 1 È1 ˘ 1 1
• Pour tout x Œ Í ; 1˙, ln(x2) = 2ln x  0. b) Ú e 2t  3 d t  Í e 2t  3 ˙  e 5 - e 3
© Nathan. Hyperbole Term S

Î2 ˚ 0 Î2 ˚0 2 2
È1 ˘ 1
De plus, x  ln(x2) est continue sur Í ; 1˙ donc B  0. dx
1 È1 ˘ 1 1
Î2 ˚ c) Ú  Í ln(2 x  3)˙  ln 5 - ln 3
0 2x  3 Î2 ˚0 2 2
e 2
32 a) t est un nombre réel positif ou nul e2 dt
d) Ú  ÈÎln(ln t )˘˚  ln 2
t2 + 1 > 1 e t ln t e

156
0 p 1
38 1.   - Ú- p sin x dx  Ú0 sin x dx 42 a) Ú 5 dx  15
-2
2
3 ¥ (5  2) 21
  cos x p  - cos x0
0 p 1
b) Ú ( - t  4 ) dt  
- -2 2 2
2 3
=3 c) Ú e x d x  0
3
2. a) 
43 a) Sur [–3 ; 1], f est continue et positive (car f est
affine et strictement décroissante telle que f(1) = 1  0).
Sur ]1 ; 4], f est continue et positive (car f est affine et
strictement croissante telle que lim f ( x )  1  0 ).
x Æ1
x 1
lim f ( x )  1  f (1), donc f continue en 1.
x Æ1
x 1
0 5 b) 
b)   Ú- 1( x2 - 5x ) dx - Ú0 ( x2 - 5x ) dx
0 5
È1 5 ˘ È1 5 ˘
  Í x3 - x2 ˙ - Í x3 - x2 ˙
Î3 2 ˚ - 1 Î3 2 ˚0
17 Ê 125 ˆ
 - Á- ˜
6 Ë 6 ¯
71
=
3

1
1x È1 ˘ 1
39 a) I Ú0 x2  1dx  ÍÎ 2 ln( x2  1)˙˚  2 ln 2 1 4(5  1)
0 c) Ú f ( x ) d x   12
-3 2
1 x 1 x3
I J  Ú 2 dx  Ú 2 dx 4 3(1  10) 33
0 x 1 0 x 1
1
Ú1 f ( x ) dx  2  2
1 x( x 2  1) È x2 ˘ 1 4 1 4
Ú f ( x ) dx  Ú f ( x ) dx  Ú f ( x ) dx
1
I J  Ú dx = Ú x d x  Í ˙ 
0 x2  1 0 Î 2 ˚0 2
-3 -3 1
4 33 57
1 1
b) I  ln 2 et I  J  , donc J  - ln 2.
1 1 Ú-3 f ( x ) dx  12  2  2
2 2 2 2 t (t  3)(5 - t  2)
d) Ú f ( x ) d x   10, 5 avec – 3  t  1,
-3 2
ce qui donne t2 – 4t = 0, soit t = 0 ou t = 4.
40 Pour tout n  1, Or –3  t  1, donc t = 0.
1 1
un 1 - un  Ú0 x n1 ln(1  x ) dx - Ú0 x n ln(1  x ) dx 45 15(30  20) 5 ¥ 20
 Ú x n 1 - x n ln(1  x ) dx
1 44 Ú0 v (t ) dt 
2
 15 ¥ 20 
2
0
5 ¥ 30
1  0  800
 Ú0 x n ( x - 1)ln(1  x ) dx 2
Pour tout x ∈ [0 ; 1], ln(1 + x)  0, x – 1  0 et x n  0 Le point mobile M a parcouru 800 m.
donc un+1 – un  0.
45 1. a) 
La suite u est donc décroissante.
y = ex

6.  Exercices d’application y=x


4¥2
41 a) aire ( ABH)   4 u.a.
2
aire (HBCG)  3 ¥ 2  6 u.a.
y = ln x
© Nathan. Hyperbole Term S

2(2  4 )
aire ( GCDF)   6 u.a.
2
1¥ 4
aire (FDE)   2 u.a.
2
L’aire, en u.a. de  est donc 4 + 6 + 6 + 2 = 18.
5
b) Ú f ( x ) d x
-5

157
b) On passe d’une courbe à l’autre par la symétrie d’axe • f(x) = 3(x – 1)2 – 1 = 3x2 – 6x + 2
y = x. Æ F(x) = x3 – 3x2 + 2x + 1
2. Il y a invariance de l’aire par symétrie, donc les do-
-1 ( x  1)(1 - x )  1
maines colorés ont même aire donc : 53 • F1¢( x )  x  1 - 
a ln a 1- x 1- x
Ú1 ln x dx  ln a ¥ eln a - Ú0 e x d x c’est-à-dire :

1 - x2  1 x2 - 2
  f ( x)
a ln a 1- x x -1
Ú1 ln x dx  a ln a - Ú0 e x dx.
• F1 est une primitive de f sur [– 1 ; 0].
• F2(x) = F1(x) + 2ln(1 – x). Or 2ln(1 – x) n’est pas une
46 1. a) On ur obtient g à partir de f par la translation constante, donc F2 n’est pas une primitive de f sur [–1 ; 0].
de vecteur j . • F3(x) = F1(x) – 3, donc F3 est une primitive de f sur [– 1 ; 0].
1 1 1 4
b) Ú ( x 2  1) d x  Ú x 2 d x  1   1  1 1 x  1- 1 x
0 0 3 3 54 a) F ¢( x )  -  
2. a) On obtient  à partir de  par la translation de x  1 ( x  1) 2 ( x  1)2 ( x  1)2
ur h f
vecteur - 2 i . 5 1 ¥ ( x  1) - 1 ¥ ( x  2)
b) G ¢( x )  
-1 1 1 5x  5 ( x  1)2
b) Ú h( x ) d x  Ú f ( x ) d x  1 1
-2 3  F ¢( x )
0
 -
x  1 ( x  1)2
47 La fonction t  ln t est continue et positive sur G est aussi une primitive de F sur [0 ; + ∞[.
[1 ; e], donc F est dérivable sur [1 ; e] et on a : c) Il existe un nombre réel k tel que pour tout x ∈ [0 ; + ∞[ :
F¢(x) = ln x  0. F(x) = G(x) + k.
La fonction F est donc strictement croissante sur [1 ; e]. 1 e 1
F(e – 1) = G(e – 1) + k donc 1   1  ln 5  k
e e
donc k = – 1 – ln 5.
48 La fonction t  sin t est continue et positive sur Finalement, F(x) = G(x) – 1 – ln 5.
x
[0 ; p] donc x a Ú0 sin t dt est dérivable sur [0 ; p]. F est
55 a) La dérivée de la fonction x  ln(5x) est la fonc-
donc dérivable sur [0 ; p] et on a pour tout x ∈ [0 ; p], 1
F¢(x) = – 1 + sin x. tion x a .
x
Or pour tout x ∈ [0 ; p], 0  sin x  1 donc F¢(x)  0. La dérivée de la fonction x  – 1 + ln x est la fonction
F est donc strictement décroissante sur [0 ; p]. 1
xa .
x
49 a) Pour tout x ∈ [0 ; 1], F¢(x) = f(x)  0 donc F est e
La dérivée de la fonction x a 3 - ln est la fonction
strictement croissante sur [0 ; 1]. 1 x
xa .
b) La dérivée de la fonction x  ln(ex + 1) est la fonction x
ex ex e- x 1
xa x soit encore x a x ¥ - x soit : Ce sont des primitives de f : x a sur ]0 ; + ∞[.
e +1 e 1 e x
1 b) F(x) = ln x – 1.
xa .
1 e - x 4
C’est donc la fonction f. 56 F ¢( x )  12 x 3 -
x  1 et F(0) = 0 donc F est la pri-
5
x 1
c) F( x )  Ú dt  ln( e x  1) - ln 2 car mitive de f qui s’annule en 0.
0 1  e- t

x  ln(ex + 1) est une primitive de f sur [0 ; 1]. 2x x


57 F ¢( x )    f ( x ), donc F primi-
2 x2  1 x2  1
50 a) F¢(x) = G¢(x) = ln x
tive de f sur .
b) F et G sont donc des primitives de x  ln x sur [1 ; e].
G( x )  x 2  1 - 2 est la primitive de f qui s’annule en
Il existe donc k nombre réel tel que F(x) = G(x) + k.
– 1.
c) F(1) = G(1) + k donc 0 = 2 + k, d’où k = – 2.
Pour tout x ∈ [1 ; e], F(x) = G(x) – 2. 58 a) F¢(x) = x2 cos x.
2 2 2 2 G ¢( x )  2 cos x - 2 x sin x  2 x sin x  ( x 2 - 2)cos x
51 F ¢( x )  x  2 et G ¢( x )  x  2 . G¢(x) = x2 cos x
5 x 5 x
È p˘
F et G sont des primitives sur ]0 ; + ∞[ de la fonction f b) F et G ont la même dérivée donc il existe k Œ Í0 ; ˙
© Nathan. Hyperbole Term S

2 2 tel que F(x) = G(x) + k. Î 2˚


définie sur ]0 ; + ∞[ par f ( x )  x  2 .
5 x c) F(0) = G(0) + k donc 0 = 1 + k, c’est-à-dire k = – 1.
F(x) = G(x) – 1.
52 • f(x) = 3x2 – 2x + 2 Æ F(x) = x3 – x2 + 2x + 1
• f(x) = 3(x + 2)(x – 4) = 3x2 – 6x – 24 5 2
59 a) F( x )  x 3  x -x
Æ F(x) = x3 – 3x2 – 24x + 1 2
158
1 5 1 4 3 2 ex 2( e x  4 )  e x 3e x  8
b) F( x )  x - x  x  5x 2   x  f ( x)
5 4 2 4 ex x
e 4 e 4
c) Les primitives de f sur  sont les fonctions
1 3
60 a) F( x )  x - 3 ln x x  2x + ln(ex + 4) + C avec C nombre réel.
3 d) F(x) = 2x + ln(ex + 1) – ln 2.
2
b) F( x )  -  5 ln x  3 x
x 71 a) f ¢(x) = 2e2x sin x + e2x cos x
61 a) F(x) = sin x – cos x f ¢¢(x) = 4e2x sin x + 2e2x cos x + 2e2x cos x – e2x sin x
b) F(x) = 3sin x +2cos x f ¢¢(x) = 3e2x sin x + 4e2x cos x
1 4
b) f ( x )  - f ¢¢( x )  f ¢( x )
62 a) F(x) = 5ex + 4x 5 5
b) F(x) = ln x + ex – x c) Les primitives de f sur  sont les fonctions,
1 4
x a - f ¢¢( x )  f ¢( x )  C où C ∈ .
63 a) F( x )  6 x  2e x - 6 - 2e 5 5
2 2x 1
3 2 5 31 C’est-à-dire x a e sin x - e2 x cos x  C
b) F( x )  x 4 - x 3  x 2  4 ln x - 5 5
4 3 2 12
1
1 1 È 1 ˘ 1
64 a) f ( x )  (1  ln x ) et F( x )  (1  ln x )2
1
72 a) Ú ( - x2 ) dx  Í- x 3 ˙  -
x 2 0 Î 3 ˚0 3
1 3
b) F( x )  ( x 2 - x  4 )6 3 È1 ˘ 81 1
2 b) Ú x 3 d x  Í x 4 ˙  -  20
-1 Î 4 ˚ -1 4 4
5
c) F( x )  (3e x  1)3
c) Ú sin q dq  - cos q - p  1 - 1  0
p p
3
-p
-1 1 -1
65 a) F( x )  - ln(1 - e x ) d) Ú d x  ÈÎln x ˘˚ - 4  - ln 4  - 2 ln 2
-4 x
b) F(x) = – ln(cos x) 2 1 2
1 e) Ú d x  ÈÎ x ˘˚1  2 - 1
c) F( x )  ln( x 2  2 x  3) 1 2 x
2 3
1 3 1 È 1˘ 1 2
66 a) F( x )  - e -3 x  5 f) Ú 2
dt  Í- ˙  1 - 
3 1 t Î t ˚1 3 3
1
b) F( x )  - e - x
2
2
4 2 È x2 ˘
73 a) Ú (3 x 2  x - 4 ) d x  Íx 3  - 4 x˙  0
-2 Î 2 ˚ -2
2x  1
67 a) f ( x )  3 ¥ , donc -1
x2  x  1 -1 È1 1 ˘ 1 9
b) Ú t (t 2 - 1) dt  Í t 4 - t 2 ˙  - - 2  -
F( x )  6 x 2  x  1 -2 Î4 2 ˚ -2 4 4
- sin x
b) f ( x )  - , donc F( x )  - 2 cos x
cos x
74 a) Ú (sin x - 3 cos x ) d x  - cos x - 3 sin x p
2p 2p
p
1 1  - 1- 1  - 2
68 a) F( x )  ln(1  2e x ) - ln 3 p p
2 2 sin t
1 1 b) Ú 2 dt  ÈÎ- ln(2  cos t ˘˚ 2 p
b) F( x )  ( x 2 - 2 x  2)2 - -
p
2  cos t -
4 4 3 3
1 3 1 5
c) F( x )  e2 x - 2 x -  - ln 2  ln  ln 5 - 2 ln 2
2 2 2

69 a) f est dérivable sur ]– 1 ; + ∞[, donc f est continue 1 È 1 2 ˘


1
1 1
75 a) Ú xe - x d x  Í- e - x 1˙  -   0
2 1
sur ]– 1 ; + ∞[. -1 Î 2 ˚ -1 2 2
b) Pour tout x  – 1,
2( x  1)  3 2 x  5
ln 3
3 ln 3 ex
2    f ( x) b) Ú d x  ÈÎln(2  e x )˘˚  ln 5 - ln 3
x 1 x 1 x 1 0 x
e 2
© Nathan. Hyperbole Term S

0
c) Les primitives de f sur ]– 1 ; + ∞[ sont les fonctions
F : x  2x + 3ln(x + 1) + C avec C nombre réel. 2x - 1
1
1
d) F(x) = 2x + 3ln(x + 1) – 2 – 3ln 2 76 a) Ú d x  ÈÎln( x 2 - x  1)˘˚  0 - 0  0
0 x2 - x  1 0
x 2
d x  ÈÎ x 2  5 ˘˚  3 - 6
2
70 a) f est dérivable sur  donc f est continue sur . b) Ú
b) Pour tout x ∈ ,
-1
x2  5 -1

159
77 a) i (t )  0, 75 € 1, 5 - 1, 5e -50t  0, 75 10 16 10
  A
1 ln 2 3 3 3
€ e -50t  € t  A = 12.
2 50
ln 2
t0  ª 0, 014 s 1 2
50 82 a) 4 - x 2  1 - x € 3 x 2  12 € x   2
ln 2
ln 2 4
È 1, 5 -50t ˘ 50 b) f et g sont continues sur  donc sur [0 ; 2].
b) Q  Ú 0
- 1, 5e -50t ) dt  Í1, 5t 
50 (1, 5
Î 50
e ˙
˚0 De plus, f et g sont positives sur [0 ; 2].
2
3 ln 2 3 3 È x3 ˘ 16
  - 2
100 200 100 Ú0 f ( x ) dx  ÍÎ4 x - 3 ˙˚  3 ;
0
6 ln 2 - 3
Q ª 5, 8 ¥ 10-3 2 È 1 ˘ 4
2
200
Ú0 g( x ) dx  ÍÎx - 12 x3 ˙˚  3
( n 1) h ( n 1) h 0
78 a) an  Únh e x d x  ÈÎe x ˘˚nh
c) L’aire en u.a., comprise entre f et g est :
 e( n 1)h
-  ÈÎe h - 1˘˚ È16 4 ˘
2 ÈÍÚ f ( x ) d x - Ú g( x ) d x˘˙  2 Í - ˙  8
e nh e nh 2 2

b) Pour tout n ∈ , Î 0 0 ˚ Î3 3˚
an+1 = e(n+1)h[eh – 1] = eh enh[eh – 1] = ehan
(an) est une suite géométrique de raison q = eh et de 83 a) f(x) = (ex – 1)(ex – 2)
premier terme a0 = eh – 1. ex – 1  0 ⇔ x  0
c) eh  1 (car h ∈ *), donc lim an   . ex – 2  0 ⇔ x  ln 2
n Æ
x 0 ln 2 1
L’aire sour la courbe tend vers + ∞.
ex – 1 0 + +
79 f est continue et négative sur ]– 2 ; + ∞[ donc éga- ex – 2 – 0 +
lement sur [0 ; 1].
f(x) 0 – 0 +
L’aire du domaine, en u.a., est donc :
1
1 1 4 È-4 ˘ 4 6 2 b) L’aire, en u.a., du domaine cherché est :
Ú0 [ - f ( x )] d x  Ú0 ( x  2)2 d x  Í x  2˙  - 3  3  3 ln 2 1
Î ˚0  Ú0 [ - f ( x )] d x  Ú f ( x ) d x
ln 2
2 ln 2 1
1,5 È 1 ˘ È1 ˘
80 a) A  Ú-31- f ( x ) dx  Ú2 f ( x ) dx  Í- e2 x  3e x - 2 x˙  Í e2 x - 3e x  2 x˙
3 Î 2 ˚0 Î2 ˚ ln 2
2
1,5 5 1 2
È x2 ˘3 È x2 ˘   4 - 2 ln 2 -  e - 3e  2  4 - 2 ln 2
 Í- x 3 -  2 x ˙  Íx 3  - 2 x˙ 2 2
Î 2 ˚ -1 Î 2 ˚2 15 1
3  - 4 ln 2  e2 - 3e
22 3 3 22 2 2
A   
7 2 2 7 3 0 3
65 84 a) Ú f ( x ) d x  Ú-2 f ( x ) dx  Ú0 f ( x ) dx
A= -2
7  - 43 -1
p 3p 3 3 3
3 f ( x ) dx
p
 p [ - f ( x )] d x  2 f ( x ) d x b) Ú- 2 (3f ( x ) - 2 g( x )) d x  3Ú f ( x ) d x - 2 Ú g( x ) d x
b) A  Ú
0 Ú p Ú -2 -2

p
3
 3 ¥ ( - 1) - 2 ¥ 4  - 11
p -2 0
A  ÈÎsin2 x + cos x˘˚ 30  ÈÎ- sin2 x - cos x˘˚ p c) Ú f ( x ) d x  - Ú-2 f ( x ) dx  4
0
3
3p
ln16
 ÈÎsin2 x  cos x˘˚ p2 85 a) I  J  Ú0 1dx  ln 16  4 ln 2
5 5
A  - 1 1  1 1 ln16 ex ln16
4 4 I - 3J  Ú0 d x  ÈÎln( e x  4 )˘˚ 0
9 4 ex
A=  ln 20 - ln 5  ln 4  2 ln 2
2
 7
x - 3 y  2 ln 2 ÔÔx  2 ln 2
© Nathan. Hyperbole Term S

81 La fonction x  x2 – x – 2 est négative sur [0 ; 2] b) Ì €Ì


et positive sur [2 ; 4] donc l’aire du domaine en u.a. est : Óx  y  4 ln 2 Ôy  1 ln 2
2 4
A  Ú [ - f ( x )] d x  Ú f ( x ) d x ÓÔ 2
0 2 7 1
2 4 c) I = ln 2 et J = ln 2
È x3 x2 ˘ È x3 x2 ˘ 2 2
 Í-   2 x˙  Í - - 2 x˙
Î 3 2 ˚0 Î 3 2 ˚2
160
p
p 90 a) – x  f(x)  x2 donc :
86 a) J - I  Ú06 1dx  2 2 2

p
6
p
Ú1 ( - x ) dx  Ú1 f ( x ) dx  Ú1 x2 dx
sin x  cos x - sin x - cos x
I J  Ú 6 dx  Ú6 dx È x2 ˘
2
È x3 ˘
2
cos x - sin x cos x - sin x
2
c’est-à-dire Í- ˙  Ú1 f ( x ) d x  Í ˙
0 0
p Î 2 ˚1 Î 3 ˚1
 ÈÎ- ln(cos x - sin x )˘˚ 06 1 2 8 1
donc - 2   Ú f ( x ) d x  -
Ê 3 1ˆ Ê 3 - 1ˆ 2 1 3 3
I  J  - ln Á - ˜  ln 1  - ln Á 3 7
Ë 2 ˜¯
2
Ë 2 2¯ d’où -  Ú f ( x ) d x 
2 1 3
- p 1 Ê 3 - 1ˆ 1 1 2 1 2 21
b)  2  f ( x )  donc Ú 2 d x  Ú f ( x ) d x  Ú d x
b) I  - ln Á ˜
12 2 Ë 2 ¯ x x 1 x 1 1 x
2
È - 1˘
p 1 Ê 3 - 1ˆ donc Í ˙  Ú f ( x ) d x  ln x1
2 2
J - ln Á ˜ Î x ˚1 1
12 2 Ë 2 ¯
1 2
donc  Ú f ( x ) d x  ln 2
2 0 2 2 1
87 Ú-1|t 2 - 2t| dt  Ú-1|t 2 - 2t| dt  Ú0 |t 2 - 2t| dt
0 2 È p˘
 Ú-1(t 2 - 2t ) dt  Ú0 (2t - t 2 ) dt 91 a) Pour tout x Œ Í0 ; ˙, 0  cos x  1
Î 2˚
0 2 1  1 + cos x  2
Èt 3 ˘ È t3 ˘
 Í - t 2 ˙  Ít 2 - ˙ 1  1  1  cos x  2
Î3 ˚ -1 Î 3 ˚0 p p p
4 4 b) Ú 2 1d x  Ú 2 1  cos x dx  Ú 2 2 d x
  0 0 0
3 3 p
p p
8 donc  Ú 2 1  cos x dx  2
= 2 0 2
3
92 a) Pour tout x ∈ [0 ; 1], 1  1 + x  2, donc :
88 a) Pour tout x ∈ [–1 ; 2], x2 – x – 2  0 donc :
2
1 1
 1.
Ú-1( x2 - x - 2) dx  0.

2 1+ x
x1 x 1 x
b) Pour tout x ∈ [– 1 ; 0], xe–x  0, donc Ú xe - x d x  0 .
0
b) Ú dt  Ú dt  Ú 1dt
-1 0 2 0 1 t 0
1 1
È1 ˘ 1 x  ln(1 + x )  x donc pour x = 1,  ln 2  1.
c) Pour tout x Œ Í ; 1˙, ln x2  0, donc Ú 1 ln x 2 d x  0 . 2 2
Î2 ˚ 2
Èp p˘ -2
d) Pour tout x Œ Í ; ˙ , cos x sin(2x)  0, donc : 93 a) Sur [– 5 ; – 2], f(x)  0, donc Ú f (t ) dt  0.
-5
Î4 2˚
3
p
Sur [0 ; 3], f(x)  0, donc Ú f (t ) dt  0 .
Ú 2
p cos x sin(2 x ) d x  0. 0

4 b) Pour tout x ∈ [0 ; 1], 0  f(x)  2, donc


1 1 1

89 a) Pour tout x  1, t ln t  0 sur [1 ; x] donc F(x)  0.


Ú0 0 dt  Ú0 f (t ) 2dt  Ú0 2 dt , c'est-à-dire :
1
Pour tout 0  x  1, F( x )  -
1
0  Ú f (t ) dt  2.
Úx t ln t dt . 0
2
Pour tout t ∈ [x ; 1], t ln t  0, donc F(x)  0. Ainsi pour Pour tout x ∈ [1 ; 2], 1  f(x)  2, donc 1  Ú f (t ) dt  2.
1
tout x  0, F(x)  0.
b) F¢(x) = x ln x et F(1) = 0. e x x2 - 2 x e x x e x ( x - 2)
1 94 a) f ¢( x )   .
La fonction x a (2 x 2 ln x - x 2  1) s’annule en 1 et a x 4 x4
4 Pour tout x ∈ [1 ; 2], f ¢(x)  0 donc f est strictement
pour dérivée la fonction : décroissante sur [1 ; 2].
1Ê 1 ˆ
x a Á 4 x ln x  2 x 2 ¥ - 2 x˜  x lnx , b) Pour tout x ∈ [1 ; 2], f(1)  f(x)  f(2) c’est-à-dire :
4Ë x ¯ ex e2
1 2 e 2  .
d’où F( x )  (2 x ln x - x 2  1). x
© Nathan. Hyperbole Term S

4
4 2 ex e2
c) On a vu que pour tout x 0, F(x)  0, donc c) e  Ú 2 d x  .
1 x 4
1 2 1 1
(2 x ln x - x 2  1)  0, c’est-à-dire ln x  - 2 .
4 2 2x 1
95 a) f ¢( x )   0, f est donc strictement
( x  1)2
croissante sur [0 ; 1].
161
b) Pour tout x de [0 ; 1], f(0)  f(x)  f(1), c’est-à-dire : 4. Faux.
5 2 1 2
2  f(x)  .
2
Ú0 f (t ) dt  Ú0 f (t ) dt  Ú1 f (t ) dt
1 1 1 5 0 2
c) Ú 2e x d x  Ú e x f ( x ) d x  Ú e x d x - Ú1 f (t ) dt  Ú1 f (t ) dt  F(2) - F( 0)
0 0 0 2
1
1 È 5 ˘
[2e x ]10  Ú e x f ( x ) d x  Í e x ˙ 102 1. Vrai  2. Faux  3. Faux  4. Vrai  5. Faux
0 Î 2 ˚0
1 5 5 103 1. f est dérivable sur [0 ; 1]
2 e - 2  Ú f ( x )e d x  e - .
x
0 2 2 e x (1  x ) - e x xe x
f ¢( x )   0
(1  x )2 (1  x )2
96 a)  f est strictement croissante sur [0 ; 1]
1 0 0
2. a) k un nombre entier compris entre 0 et 4 et x est un
(2 - x )( x - 1) d x  Ú ( - x 2  3 x - 2) d x
0 - (1) Ú-1
m
-1
réel de [0 ; 5] tel que :
0
È x3 3 2 ˘ k k +1
m  Í-  x - 2 x˙  -
23 x
Î 3 2 ˚ -1 6 5 5
Ê kˆ Ê k  1ˆ
1 1 x
1
f Á ˜  f ( x)  f Á car f est strictement croissante
È1 ˘ 1
d x  Í ln( x 2  1)˙  ln 2 Ë 5¯ Ë 5 ˜¯
1 - 0 Ú0 x 2  1
b) m 
Î 2 ˚0 2 sur [0 ; 1]. Donc :
1
1 1 1È 1 ˘ k 1
Ê kˆ
k 1 k 1
Ê k  1ˆ
c) m  Ú e -3 x 1 d x  Í- e -3 x 1˙
Ú ÁË ˜¯ d x  Úk f ( x ) d x  Úk f ÁË ˜ dx
5 5 5
1 - ( - 1) 1
- 2Î 3 ˚ -1 k f
5 5 ¯
5 5 5
1Ê 1 1 ˆ k 1
 Á - e -2  e 4 ˜ Ê kˆ Ê k  1 kˆ Ê k  1ˆ Ê k  1 k ˆ
2Ë 3 3 ¯ - ˜Ú k f ( x ) dx - ˜
f Á ˜Á 5 fÁ
Ë 5¯ Ë 5 5¯ Ë 5 ˜¯ ÁË 5 5¯
5
k 1
1 È1 ˘
2 1 Ê kˆ 1 Ê k  1ˆ
1 2 1 f Á ˜  5 f ( x ) dx  f Á
97   Ú e2 x - 3 d x  Í e2 x - 3 ˙  ( e - e -3 ) 5 Ë 5 ¯ Úk
˜
2 0 2 Î2 ˚0 4 5 Ë 5 ¯
5

1
1 È1 x2 ˘ 7
98 a) m  Ú0 ( x2  x - 2) dx  ÍÎ 3 x3  2 - 2 x˙˚  - 6
0
7
b) x  x - 2  - € 6 x  6 x - 5  0
2 2
6
D = 4 ¥ 39
- 3 - 39 - 3  39
x1   0 et x2  ∈ [0 ; 1].
6 6

99 m 
1 100
200 Ú -100
 x
-
x
68, 5 e 137  e 137 dx L’aire de la surface limitée par les droites d’équations
x = k, x = k + 1 , y = 0 et  est comprise entre les aires des
x x ˘
100 rectangles ABDC et AFEC.
137 È - 1
1
1 Ê 1ˆ
 ÍÎ137e 137 - 137e 137 ˙˚-100 b) Pour k = 0, f ( 0)  Ú 5 f ( x ) d x  f Á ˜
400 5 0 5 Ë 5¯
18 769 È 137
100 100 ˘ 5
m ÎÍ2e
-
- 2e 137 ˚˙ 1 Ê 4ˆ 1
400 Pour k = 4, f Á ˜  Ú 45 f ( x ) d x  f (1)
5 Ë 5¯ 5
5
18 769 È 137
100 100 ˘
-
m ÎÍe - e 137 ˚˙ ª 149 On obtient :
200 1È Ê 1ˆ Ê 4ˆ˘ 1 5

La hauteur moyenne de la ligne électrique est 149 mètres. Íf ( 0)  f Á ˜  º  f Á ˜ ˙  Ú0 f ( x ) d x +… +Ú 45 f ( x ) d x


5
5 ÍÎ Ë 5¯ Ë 5 ¯ ˙˚
5

1 È Ê 1ˆ Ê 2ˆ ˘
 Íf Á ˜  f Á ˜  º  f (1)˙
5 ÎÍ Ë 5¯ Ë 5¯ ˙˚
7.  Objectif Bac
(D’après la relation de Chasles)
© Nathan. Hyperbole Term S

100 1. c)   2. b)   3. c)   4. c)  1 1 1


Soit S 4  Ú f ( x ) d x  [ S5 - f ( 0)]
5 0 5
101 1. Vrai : G(0) = G(1) = 0 1 1 1
S 4  Ú f ( x ) d x  [ S5 - 1]
2. Vrai : G est dérivable sur [0 ; +∞[ car f est continue. 5 0 5
Sur [0 ; + ∞[, G(x) = F(x) + xf(x) c) S4 ≈ 5,4587 et S5 ≈ 6,8178
3. Vrai car sur [0 ; 1], xf(x) > 0 mais F(x) est négative 1
D’où 1,091  Ú f ( x ) d x  1,164
0
162
3. a) x est un nombre réel de [0 ; 1] : 1 1
x2 1  x - x - x2  x2 1 b) 0  un  et lim 0
1- x    n + 1 n Æ n  1
1 x 1 x 1 x D’après le théorème des gendarmes, lim un  0
1 ex 1 Ê x2 ˆ 1 n Æ
b) Ú d x  Ú e x Á1 - x  ˜ d x  Ú e x (1 - x ) d x + I
0 1 x 0 Ë 1  x¯ 0

(Par linéarité de l’intégrale) 105 1. n est un nombre entier de ℕ*


n 1 n
c) g (x) = (2 – x) ex . Jn+1 – Jn = Ú e -t 1  t dt – Ú e -t 1  t dt
1 1
g est dérivable sur [0 ; 1] et
D’après la relation de Chasles,
g¢(x) = – ex + (2 – x) ex = (1 – x) ex. n 1
1 Jn+1 – Jn = Ú e -t 1  t dt
Ú0 (1 - x ) e x d x  [(2 - x )e x ]10  e - 2 n

Sur [n ; n+1], e -t 1  t  0
d) D’après la question 2, n 1
1,091  (e1 – 2) + I  1,164 Donc Ú e -t 1  t dt  0
n
3,091 – e  I  3,164 – e Soit Jn+1  Jn, la suite (Jn) est croissante.
soit 0,3  I  0,4. 2. a) Pour tout t  1, 0  t2 + t
Donc t + 1  t² + 2t + 1 soit
104 Partie A t + 1  (t + 1)2 c’est-à-dire t + 1  t + 1.
Sur [a ; b] ; g(x) – f(x)  0 b) e -t t  1 £ e -t (t  1) car e– t  0
b n n
Donc Ú ( g( x ) - f ( x )) d x  0 Donc Ú e -t t  1 dt  Ú e -t (t  1) dt
a 1 1
b b
Et par linéarité, Ú g( x ) d x  Ú f ( x ) d x Soit Jn  In
a a
Partie B c) On détermine une primitive de t  (t + 1)e– t. a et b
2
1. a) Sur [0 ; 1], f ¢(x) = – 2x e–x  0. sont deux nombres réels, t  (at + b)e– t est dérivable
f est donc décroissante sur [0 ; 1]. sur ℝ et sa dérivée est t  ae– t – (at + b)e– t soit
Donc pour tout x de [0 ; 1], t  e– t(–at + a – b)
1 – a = 1 et a – b = 1
f(0)  f(x)  f(1) soit  f(x)  1.
e Soit a = – 1 et b = – 2
11 1 1
b) Ú d x  Ú e - x d x  Ú d x
2
Une primitive de t  (t + 1)e– t est t  (– t – 2)e– t
0e 0 0 3 3
1 In = [– (t + 2)e– t]1n = – (n + 2)e– n + 
Soit  u0  1 3 e e
e Donc pour tout n de ℕ*, Jn 
1 1 1 e
2. u1  Ú xe - x d x  Ú - 2 xe - x ¥ dx
2 2

0 0 -2 d) La suite (Jn) est croissante et majorée, elle est donc


1 1 convergente.
 - ÈÎe - x ˘˚0
2

2
1 1 - e -1 106 a) Pour k variant de 0 à N – 1
 - [ e -1 - 1] 
2 2 1
3. a) n est un nombre entier de ℕ* S¨S+
2 1 + X2
xne–x  0 sur [0 ; 1] donc un  0 (D’après la Partie A)
X¨X+H
Pour n = 0, u0  0 (D’après 1. b))
FinPour
Donc pour tout nombre entier n, un  0
S¨S¥H
b) x est un nombre réel de [0 ; 1]
2 2 2 1Ê 1 1 ˆ
xn+1 e–x – xn e–x = xn e–x (x – 1)  0 b) On obtient Á1  º ˜ ª 0, 9
5 2 2
car x ∈[0 ; 1] Á Ê 1ˆ Ê 4ˆ ˜
2 2 Á 1 Á ˜ 1 Á ˜ ˜
Donc xn+1 e–x  xn e–x et d’après la partie A, un+1  un Ë Ë 5¯ Ë 5¯ ¯
La suite est décroissante. x
La suite (un ) est donc minorée par 0 et décroissante donc 1
x 1
2 1
convergente. c) F ¢( x )  
2 x  x 12 x 1
2
4. a) Sur [0 ; 1], e–x  1 donc : 1
Ú0 f ( x ) dx  ÈÎln( x  x 2  1˘˚0  ln(1  2 )
2 1
xn e–x  xn car xn  0 d)  
© Nathan. Hyperbole Term S

Donc d’après la partie A,


1
un  Ú x n d x
0
1
Soit un  Í x ˙ et un 
È n 1 ˘ 1 8.  Travaux pratiques
Î n  1˚0 n +1
107 b) S1 = 0,5 ; S2 ≈ 0,583 3 ; S3 ≈ 0,616 7

163
1 1 b) On cherche la valeur de N de telle sorte que la diffé-
S1  ¥ f (2) 
1 2 rence d’aire entre vn et un soit inférieure ou égale à 10–4.
1 È Ê 3ˆ ˘ 1 È2 1˘ À la ligne 12, on met U ¨ U  A ¥ e -( kA ) .
2
7
S2  Íf Á ˜  f (2)˙  Í  ˙  1
Ë ¯ c) Ú e - x d x ª 0, 746 7
2
1 ÍÎ 2 ˙˚ 2 Î 3 2 ˚ 12 0
È
1 Ê 4ˆ Ê 5ˆ ˘ 1 È 3 3 1 ˘ 37 d) On met à la ligne 7 :
S3  Íf Á ˜  f Á ˜  f (2)˙  Í   ˙ 
3 ÍÎ Ë 3 ¯ Ë 3¯ ˙˚ 3 Î 4 5 2 ˚ 60 TantQue A ¥ 1 - e - b   10- 6.
2

21
c) (Sn) semble croissante et tend vers Ú d x. 109 1. c) Il y a invariance de l’aire par translation, donc :
1 x
2. Démonstration aire (¢) = aire ().
a) Pour tout n  1, d) aire (¢) ≈ 2,55.
1 È Ê n  1ˆ Ê n  2ˆ Ê 2n ˆ ˘ 2. Avec le calcul intégral
Sn  Íf Á ˜ fÁ ˜  º  f Á ˜˙
n ÍÎ Ë n ¯ Ë n ¯ Ë n ¯ ˙˚ 3
a) Pour tout x ∈ [1 ; 4], ln x  0 donc h(x) = ln x +  0.
1È n n n˘ Pour tout x ∈ [ 1 ; 4] :
2
Sn  Í  º
n În  1 n  2 2n ˙˚ 1 1
1 1 1 k( x )  - x 2  2 x  x( 4 - x )  0
Sn   º 2 2
n 1 n  2 2n ( x - 1)2
b) d ¢( x )   0 sur [1 ; 4].
b) Pour tout n  1, x
1 1 1
Sn 1 - Sn   - x 0 4
2n  1 2n  2 n  1
1 1 1 3
Sn 1 - Sn  -  0 d 2 ln 2 +
2n  1 2n  2 (2n  1)(2n  2) 0 2
(Sn) est donc croissante.
Pour tout n  1, Sn 
1
º
1

n
 1. D’après le tableau, pour tout x ∈ [1 ; 4], d(x)  0, donc :
 1 24444444
1n4444444 n  13 n  1 f(x)  g(x).
n fois 4 4
c) Aire (¢) = Ú h( x ) d x - Ú k ( x ) d x
On peut en déduire que (Sn) est convergente. 1 1
4 4
c) Pour tout 0  k  n – 1 (n  1), Aire (¢) = Ú [ h( x ) - k ( x )] d x  Ú1 (f - g)( x ) dx
k 1 1
1 Ê k  1ˆ 1 Ê ˆ
n 1 d x  1 f 1  k , c’est-à-dire : 1
f Á1 
n Ë n ¯
˜  Ú k
x n Ë
Á ˜
n¯ d) x  x ln x – x a pour dérivée x a 1 ¥ ln x  x ¥ - 1 ,
1
x
n
k 1 c’est-à-dire x  ln x.
1 1 1 1 4È 1 3˘
 Ú k n dx  . aire ( )  Ú Íln x  x 2 - 2 x  dx
n  k 1 1 x nk 1 Î 2 2 ˙˚
n
En sommant pour k = 0 à k = n – 1, on obtient : È 1 3 ˘
4
21 1 1  Íx ln x - x  x 3 - x 2  x˙  4 ln 4 - 3
Sn  Ú d x  Sn  - , c’est-à-dire : Î 6 2 ˚1
1 x n 2n
21 1
Sn  Ú d x  Sn 
1 x
. 110 1. b) On peut conjecturer I2eff = 0,5.
2n
21 1 21 I2eff est constant quel que soit ω.
d) Pour tout n  1, Ú d x -  Sn  Ú d x , c’est-
1 x 2n 1 x c) 
1
à-dire ln 2 -  Sn  ln 2 . Imax 1 2 3 4 5
2n
1 2 3 2 5 2
lim  0 donc d’après le théorème des gendarmes Ieff 0, 5 = 2 2 2
n Æ 2 n 2 2 2
lim Sn  ln 2.
n Æ
2
d) Ieff = Imax .
2
108 a) Pour tout n ∈ *, Ê 2pˆ Ê Ê 2 p ˆˆ
2. a) I Át  ˜  Imax sin Á w Át  ˜
b È Ê bˆ Ê 2b ˆ ˘ Ë w¯ Ë Ë w ˜¯ ¯
un  Íf Á ˜  f Á ˜  º  f (b )˙
n ÍÎ Ë n ¯ Ë n¯ ˙˚  Imax sin wt  2 p
bÈ Ê ( n - 1)b ˆ ˘ sin est 2p périodique donc :
© Nathan. Hyperbole Term S

Ê bˆ
vn  Íf ( 0)  f Á ˜  º  f Á ˙ Ê 2p ˆ
n ÍÎ Ë n¯ Ë n ˜¯ ˙˚ I Át   Imax sin(wt )  I(t ).
Ë w ˜¯
b 2p
d’où vn - un  [f ( 0) - f (b )] I est périodique de période .
n w
b 1 T 2
vn - un  ÈÎ1 - e - b ˘˚. b) I2eff  Ú Imax
2
sin2 (wt ) dt
n T 0
164
Imax
2
È 2wt - sin(2wt ) ˘
T 3
d) Avec (Oy) : f ( 0) = , ce qui donne le point de coor-
I2eff 
T ÍÎ ˙ 2
4w ˚0 Ê 3ˆ
I2 Ê 2wT - sin(2wT )ˆ données Á 0 ; ˜
I2eff  max Á Ë 2¯
T Ë 4w ˜¯ 9 -2 x
Avec (Ox) : f ( x )  0 € e  3e - 3 x € 3e x  2
2p Ê 4 p - sin( 4 p)ˆ 2
Or T  donc I2eff  Imax
2
ÁË 4 ¥ 2 p ˜¯ 2
w € x  ln , ce qui donne le point de coordonnées
3
1 2
I2eff = Imax Ê Ê 2ˆ ˆ
2 Áln ÁË ˜¯ ; 0˜
1 2 Ë 3 ¯
c) Ieff  0 donc Ieff = I c’est-à-dire Ieff = I . 9 -2
2 max 2 max e) f (1)  e - 3e -3 ª 0, 46
2

9.  Exercices d’entraînement


1
110 ¥ ¥ x - 110(ln x - 2)
111 1. f ¢( x )  x
x2
110(3 - ln x )
f ¢( x ) 
x2
3 – ln x  0 ⇔ 3  ln x ⇔ x  e3
1
1 È 9 ˘ 9 5
f) Ú f ( x ) d x  Í- e -2 x  e -3 x ˙  - e -2  e -3 
x 10 e3 90 0 Î 4 ˚0 4 4
9 -2 5
3 – ln x + 0 –   - e  e  cm - 3 2
4 4
110
 ≈ 1 cm2.
f e3 110(ln 90 - 2)
11(ln 10 – 2)
90 113 a) Pour tout t  0, a(t) = v¢(t).
b) 
e3 ≈ 20,085.
La capacité pulmonaire est maximale à 20 ans.
1
2. a) F ¢( x )  2 ¥ ln x
x
1 70 1 70
f ( x ) dx  ÈÎ55(ln x )2  220 ln x˘˚
50 Ú20
b) m  20
50
1
m (55(ln 70) - 220 ln 70 - 55(ln 20)  220 ln 20)
2 2
50
m ≈ 4,4 L par défaut.
c) • Sur [0 ; 4], la voiture accélère car a(t)  0.
112 a) Pour tout x ∈ , • Sur [3 ; 6], la voiture a une vitesse constante car a(t) = 0.
Ê3 ˆ 9 • Sur [6 ; 8], la voiture freine car a(t)  0.
3e -2 x Á - e - x ˜  e -2 x - 3e -3 x  f ( x ). 2¥4
Ë2 ¯ 2 d)   4 m.
2
b) •  lim 3e - 2 x  0 et lim e - x  0 d’où lim f ( x )  0. 2. a) Pour tout t ∈ [0 ; 6], d(t) = v¢(t).
x Æ x Æ x Æ 8
8 8
•  lim 3e -2 x    et lim e - x    d’où : b) Ú v (t ) dt  Ú (16 - 2t ) dt  ÈÎ16t - t 2 ˘˚6
6 6
x Æ- x Æ-
8
lim f ( x )  -  .
x Æ-
Ú6 v(t ) dt  64 - 60  4
l
c) f ¢(x) = – 9e–2x + 9e–3x c) Ú v (t ) dt  19
0
f ¢(x) = 9e–3x(1 – ex) ¸
4 4 4¥4
Pour tout x ∈ , 9e–3x  0 donc le signe de f ¢(x) est celui Ú0 v(t ) dt  Ú0 t dt  2
 8Ô
de 1 – ex. 6 6
˝ fi l  6
Ú4 Ú4 Ô
© Nathan. Hyperbole Term S

1 – ex  0 ⇔ x  0. v ( t ) dt  4 dt  2 ¥ 4  8
˛
l
x –∞ e3 +∞ Ú v(t ) dt  16l - l - 602
6
1 – ex + 0 –
On cherche l tel que – l2 + 16l – 60 = 19.
3
f On trouve l = 7 ou 1l442
44
93.
–∞ 2 0 à exclure

165
0 1 1
114 1. a) F( 0)  Ú0 f ( x ) dx  0 b) A  Ú-1f ( x ) dx  2 Ú0 f ( x ) dx ª 0, 682 68
2 2 1
b) f continue et positive sur [0 ; 4], donc F(4) représente B Ú1 f ( x ) dx  Ú0 f ( x ) dx - Ú0 f ( x ) dx ª 0,135 91
l’aire sous la courbe sur [0 ; 4]. -1 3 3 1
2 ¥ 3  F(4)  4 ¥ 3, d’où 6  F(4)  12. C Ú-3 f ( x ) dx  Ú1 f ( x ) dx  Ú0 f ( x ) dx - Ú0 f ( x ) dx
-3
c) Pour tout x ∈ [– 3 ; 0], F( x )  - Úx f ( x ) d x, c’est-à-dire : C ≈ 0,157 31.
-3
Úx ( - f ( x )) d x . 117 Partie A. 1. 
Sur [– 3 ; 0], – f(x)  0 donc F(x)  0.
2. Pour tout x ∈ [0 ; 4], f(x)  0 et f continue sur [0 ; 4]
donc F¢(x) = f(x).
– f est continue sur [– 3 ; 0] et sur [4 ; 7] donc – f admet
une primitive H sur ces intervalles.
0
F( x )  Úx ( - f (t )) dt  [H(t )]0x  H( 0) - H( x )
F¢(x) = – H¢(x) = – (– f(x)) = f(x)
Donc pour tout x ∈ [–3 ; 7], F¢(x) = f(x).
x –3 0 4 7
f(x) – 0 + 0 –
F(– 3) F(4) 2
F 0 F(7) 2. a) g(2)  Ú0 f (t ) dt
3. Oui la courbe B. f est positive et continue sur [0 ; 2], donc g(2) représente
Même monotonie que F et F(0) = 0. l’aire, en u.a., sous  sur [0 ; 2].
b) Pour tout t ∈ [0 ; 2], 0  f(t)  1 + e–2 donc :
1 1
115 1. f ¢( x )  et g ¢( x ) 
2 2
x a x
. Ú0 0 dt  g(2)  Ú0 (1  e-2 ) dt
1 0  g(2)  2(1 + e–2)
T2 : y  ( x - a2 )  ln a2
a2 Or 2(1 + e–2) ≈ 2,27 donc 0  g(2)  2,5.
1 3. a) Pour tout t  2, f(t)  1 donc pour tout x  2,
y  2 x - 1  2 ln a
a x x x
1 Ú2 f (t ) dt  Ú2 1dt , c’est-à-dire Ú2 f (t ) dt  x - 2 .
T2 : y  2 ( x - a2 )  2 x
a b)  lim x - 2    donc lim Ú f (t ) dt   .
1 x Æ x Æ 2
y  2 x 1 2 x
a Or g( x )  Ú0 f (t ) dt  Ú2 f (t ) dt d’où xlim g( x )   .
Æ
On doit donc avoir – 1 + 2ln a = 1, ce qui donne a = e.
2 4. g¢(x) = f(x)  0, donc g strictement croissante sur
D’où g( x ) = x.
e [0 ; + ∞[.
2. a) La fonction x  x ln x – x a pour fonction dérivée Partie B
1
x a ln x  x ¥ - 1, c’est-à-dire x  ln x. 1. g(x) = – x e–x + x
x 2. g(2) = 2 – 2e–2  2,5 et g(0)  0.
2
x a x x a pour dérivée x a
2 2
x  x¥
1 x
, c’est- lim x  0 et lim x   , d’où lim g( x )   .
3 3 3 2 x x Æ e x Æ x Æ
2 1 x x
à-dire x a x+ x donc x a x . 3. g( x )  - x  x, x a - x est croissante sur [0 ; + ∞[
3 3 e e
et x  x également donc g croissante sur [0 ; + ∞[.
e2
e2 e2 2 È4 ˘
b) Ú g( x ) d x  Ú x dx  Í x x ˙
0 0 e Î 3e ˚0 x
e2 4 e2 118 1. a) f ¢( x )  ln(1  x )   0 pour tout x, posi-
Ú0 g( x ) dx  3 1 x
tif ou nul, donc f strictement croissante sur [0 ; + ∞[
f ( x ) d x  xln x - x1  e2  1
e2 e2
Ú1 b) h  0
© Nathan. Hyperbole Term S

hf(x0)  (x0 + h) – (x0)  hf(x0 + h) d’où :


L’aire de la partie colorée est donc en u.a. :
4 e2 1 ( x0  h) - ( x0 )
- e2 - 1  e2 - 1. f ( x0 )   f ( x0  h )
3 3 h
c) – x0  h  0 : – hf(x0 + h)  (x0) – (x0 + h)  – hf(x0)
116 1. Pour tout x ∈ , f(– x) = f(x). ( x0 ) - ( x0  h)
1 f ( x0  h )   f ( x0 )
2. a) Il s’agit d’une valeur approchée de Ú f ( x ) d x . -h
0

166
( x0  h) - ( x0 ) 4. a) ( n)  4 ln( n  1) - Ú
ln( n 1)
f ( x ) dx
f ( x0  h )   f ( x0 ) 0
h
d) f est continue en x0, donc lim f ( x0  h)  f ( x0 ). ( n)  4 ln( n  1) - Sn
hÆ 0
( n)  4 ln( n  1) - 4 ln( n  2)  4 ln 2
D’après le théorème des gendarmes, :
( x0  h) - ( x0 ) Ê n  1ˆ
 f ( x0 ) . ( n)  4 ln Á  4 ln 2
lim Ë n  2 ˜¯
hÆ 0 h
 est donc dérivable en x0 et ¢(x0) = f(x0). n 1
b)  lim  1 donc lim ( n)  4 ln 2.
2. Application n Æ n  2 n Æ

F¢(x) = x ln(x + 1)  0 donc F est strictement croissante


sur [0 ; + ∞[. 121 1. a) Pour tout n ∈  et tout x de [– 1 ; n] :
(1 + x)e–x  0 donc In  0.
a a
119 a)  1  Ú0 e1- x dx  ÈÎ- e1- x ˘˚0  e - e1- a b) In représente, en u.a., l’aire du domaine délimité par la
courbe , l’axe des abscisses et des droites d’équations
b) T : y = – e1–a(x – a) + e1–a
x = – 1 et x = n.
y = 0 ⇔ x = 1 + a d’où C(1 + a ; 0) n 1
AC ¥ AB e1- a c) Pour tout n ∈ , In 1 - In  Ún f (t ) dt  0 car f  0
2   donc I croissante.
2 2 x
c) 1 + 22 = e est indépendant de a. 2. a) La fonction x a Ú f (t ) dt définie sur  a pour
-1
dérivée x  f(x).
120 1. a) Pour tout x ∈ , x  (– 2 – x)e–x + e a pour dérivée x  f(x).
4 4( e x  1) - 4 4ex De plus, elles s’annulent toutes les deux en – 1 donc
4- x    f ( x)
e 1 ex  1 ex  1 elles sont égales.
b) •  lim e x  1    donc lim f ( x )  4. b) Pour tout n ∈ , In = (– 2 – n)e–n + e
x Æ x Æ
c) In = – 2e–n – ne–n + e
La droite d’équation y = 4 est une asymptote à  en + ∞.
lim e - n  lim - ne - n  0 donc lim In  e.
•  lim e x  0 donc lim f ( x )  0. n Æ n Æ n Æ
x Æ- x Æ- a
3. Ú f (t ) dt  ( - 2 -
-a
L’axe des abscisses est une asymptote à  en – ∞. a )e  e.
-1
c)  -2
En prenant a = – 2, Ú f (t ) dt  e .
-1

Ce calcul ne correspond pas à un calcul d’aire – 1  – 2


-1
et donc Ú f (t ) dt  - e  0.
-2

1 10
10 Ú0
122 a) m  N(t ) dt
2. a) un représente, en u.a., l’aire comprise entre ,
l’axe des abscisses et les droites d’équations x = ln n et
10
1 È 3 1 4˘
m 10t - t ˙  750
x = ln(n + 1). 10 ÍÎ 4 ˚0
ln( n 1) 4 e x ln( n 1)
b) un  Ú x
dx = ÈÎ4 ln( e x  1)˘˚ ln n Le nombre moyen de bovins malades durant les dix
ln n e 1
un = 4ln(n + 2) – 4ln(n + 1) premiers jours est 750.
Ê n  2ˆ b) N¢(t) = 60t – 3t2 = 3t(20 – t)
un  4 ln Á
Ë n  1˜¯ t 0 20 30
3. Sn est l’aire, en u.a., comprise entre  l’axe des abs- N¢(t) + 0 – 20 – t  0
cisses, l’axe des ordonnées et la droite d’équation 4 000 t  20
N 0 0
x = ln(n + 1).
Pour tout n  1, 25
ln 2 ln 3 ln( n 1) 1 25 1 È 3 1 4˘
f ( x ) dx  Ú f ( x ) dx  º  Ú f ( x ) dx
Ú0 10 Ú15
Sn  N(t ) dt  10t - t ˙  3 750
ln 2 ln n 10 ÍÎ 4 ˚15
ln( n 1) Ê n  2ˆ
© Nathan. Hyperbole Term S

Sn  Ú0 f ( x ) d x  4 ln Á
Ë 2 ˜¯
123 1. a) On peut conjecturer que :
È Ê 3ˆ Ê 4ˆ Ê n  2ˆ ˘
Sn  4 Íln Á ˜  ln Á ˜  º  ln Á ˙ • f(x)  0 sur [1 ; 2,7] et f(x)  0 sur [2,7 ; + ∞[.
ÍÎ Ë 2 ¯ Ë 3¯ Ë n  1˜¯ ˙˚ • f croissante sur [0 ; 1], décroissante sur [1 ; + ∞[.
Ê n  2ˆ b) Pour tout x ∈ [0 ; + ∞[, x  0.
Sn  4 ln Á
Ë n  1˜¯ 1 – ln x  0 ⇔ x  e.
167
x 0 e +∞ La fonction F définie sur [a ; b] par F(x) = G(x) + mx est
1 – ln x + – donc une primitive de f sur [a ; b], donc f admet des
0
primitives sur [a ; b].
f(x) + 0 –
È 3p p ˘
2. a) f est dérivable sur Í- ; ˙ et on a :
• f dérivable sur ]0 ; + ∞[ et on a : Î 4 4˚
1 f ¢(x) = ex cos x – sin x ex = (cos x – sin x)ex.
f ¢( x )  1 - ln x - x ¥  - ln x.
x È 3p p ˘ x
b) Pour tout x ∈ Í- ; ˙, e  0 donc le signe de f ¢(x)
– ln x  0 ⇔ x  1. Î 4 4˚
x 0 1 +∞ est celui de cos x – sin x.
Ê 2 2 ˆ
f ¢(x) + 0 – Or cos x - sin x  2 Á cos x - sin x˜
Ë 2 2 ¯
f 1
Ê pˆ
 2 cos Á x  ˜
Ë 4¯
2. a) a  e.  f est positive et continue sur [0 ; e] donc : È 3p p ˘ p p p
e Pour tout x ∈ Í- ; ˙, -  x   donc
( a )  Úa f ( x ) dx. Î 4 4 ˚ 2 4 2
a  e.  f est négative et continue sur [e ; + ∞[ donc : Ê pˆ
cos Á x  ˜  0 d’où f ¢(x)  0.
a Ë 4¯
( a )  Úe ( - f ( x)) dx c’est-à-dire : È 3p p ˘
a e f est donc croissante sur Í- ; ˙.
( a )  - Úe f ( x ) dx  Úa f ( x ) dx. Î 4 4˚
x È 3p p ˘
b) La fonction x a Ú1 t ln t dt a pour dérivée x  x ln x c) f est croissante sur Í- ; ˙ donc d’après la question
Î 4 4˚
et s’annule en 1. È 3p p ˘
x2 x2 1 de cours, f admet des primitives sur Í- ; ˙.
xa ln x -  a pour dérivée Î 4 4˚
2 4 4 1 1
x2 1 x d) F ¢( x )  ( - sin x  cos x )e x  (cos x  sin x )e x
x a xln x + ¥ - , c’est-à-dire x  x ln x. 2 2
2 x 2 F¢(x) = cos x ex.
De plus, elle s’annule en 1 donc :
x x2 x2 1 125 L’élève n’a pas vérifié si f est positive sur [1 ; 5].
Ú1 t ln t dt  2 ln x - 4  4 . En effet sur [1 ; 2], f(x)  0 et sur [2 ; 5], f(x)  0
e
È x2 x2 1 ˘
2 5
c) ( a )  Í ln x -  ˙
 Ú1 ( - f ( x ) dx )  Ú2 f ( x ) dx
Î2 4 4˚a 2 5
È1 2 ˘ È 1 2 ˘
e 1 a
2 2 a2 1   Í e - x  4 x ˙  Í- e - x  4 x ˙
( a )  - ln a  - Î2 ˚1 Î 2 ˚2
4 2 4 4
e2 a2 a2 1 4 1 3 1 -5 1 4
( a )  - ln a   e - e - e  e
4 2 4 2 2 2 2
e 2 a2 a2 1 3 1 -5
d) ( a )  € - ln a  0 e - e - e
4

4 2 4 2 2
€ a ( - 2 ln a  1)  0
2

1 126 Il ne peut rien conjecturer car on ne connaît pas


€ ln a  car a  0 les u.a.
2
€ a  e. Par contre si f, g et h sont les fonctions associées aux
domaines rose, violet et vert, on peut écrire :
1 1 1
124 a) f est continue sur [a ; b], donc f admet un mini- Ú0 f ( x ) dx  Ú0 g( x ) dx  Ú0 h( x ) dx
mum m sur [a ; b].
127 On peut conjecturer que les aires comprises d’une
f est croissante sur [a ; b] donc ce minimum est m = f(a).
part entre f l’axe des abscisses, les droites d’équations
b) Pour tout x ∈ [a ; b], g(x) = f(x) – m.
x  = 0 et x = 1, d’autre part g l’axe des abscisses, les
Or le minimum de f est m donc pour tout x ∈ [a ; b],
droites d’équations x = 0 et x = 1 sont égales.
f(x)  m donc g(x)  0.
f(x) = – x5 + 3x4 – 3x3 + x2 et g(x) = x5 – 2x4 + x3
© Nathan. Hyperbole Term S

g est continue sur [a ; b] comme somme de fonctions 1


continues sur [a ; b]. 1 È x6 3 5 3 4 1 3 ˘ 1
Ú0 f ( x ) d x  Í-  x - x  x ˙ 
c) g est une fonction continue et positive sur [a ; b], donc Î 6 5 4 3 ˚0 60
1
elle admet des primitives sur [a ; b] en particulier 1 È x6 2 x4 ˘ 1
x
G : x  Ú g(t ) dt . Ú0 g( x ) dx  ÍÎ 6 - 5 x5  4 ˙˚  60
a 0

168
128 1. a) M(x ; y) ∈  ⇔ AM2 = 22 ⇔ (x – 2)2 + y2 = 4 lim q n 1  0 ¸
⇔ x2 – 4x + y2 = 0 n Æ Ô
b) y = 4x – x avec 0  x  4
2 2 • –1  q  1 n ˝ fi lim un  0
lim  1Ô n Æ
⇔ y  4 x - x 2 ( passe par (4 ; 0)) n Æ n  1 ˛
2. a) AB = 12  ( 3 )2  2 car B(3 ; 3) • q = 1 lim un  1
n Æ
AC = 12  ( 3 )2  2 car C(1 ; 3) lim q n 1   ¸
n Æ Ô
BC = 2. • q  1 n ˝ fi lim un   
lim 1 Ô n Æ
AB = AC = BC donc ABC triangle équilatéral. n Æ n  1
4 p ¥ 22 ˛
b) I  Ú 4 x - x 2 d x   2p • q  – 1 (qn+1) has no limit so u also.
0 2
L’aire des triangles rectangles d’hypoténuses [AB] et [AC]
131 a) • Si P alors Q : vrai.
1¥ 3 2 3
ont pour aire . • Si Q alors P : faux (Ú x d x  mais sur [– 1 ; 2], x  x
2 -1 2
L’aire du domaine délimité par [AC]. CB ∫ et [AB] est égal
ne garde pas de signe constant).
2p 3 2p 2p
à d’où J  2 ¥   3 . • P est équivalent à Q : faux.
3 2 3 3 b) • Si P alors Q : vrai (cf. cours).
• Si Q alors P : faux.
129 1 1
Ú-1x dx  0 et Ú-1x2 dx  2
1 1
Ú-1x dx  Ú-1x2 dx et pour tout x sur [0 ; 1], x  x2 et sur
[– 1 ; 1], x  x2.
• P équivalent à Q : faux.
c) Si Q alors P : vrai (cf. cours).
• Si P alors Q : faux.
x x
Pour tout x ∈ [0 ; 1], x2  x c’est-à-dire Ú 2t dt  Ú 1. dt
0 0

et pourtant pour tout x ∈ [0,5 ; 1], 2x  1 et


• Sur [0 ; 6], f est continue et positive.
6 tout x ∈ [0 ; 0,5], 2x  1.
6 È 2 x3 ˘
Ú0 f ( x ) d x  Í3 x - ˙  36 • P équivalent à Q : faux.
Î 3 ˚0
• Notons A le point d’intersection de  et m autre que O.
f(x) = mx ⇔ – x2 + 5x = mx
⇔ x(x + m – 6) = 0
10. Exercices
⇔ x = 0 ou x = 6 – m d’approfondissement
L’intersection de m et  si, et seulement si, m ∈ [0 ; 6]. 132
A(6 – m ; m(6 – m)) avec m ∈ ]0 ; 6[.
L’aire comprise entre  et m est :
6- m m2 ( 6 - m )
Ú0 f ( x ) dx - 2
, c’est-à-dire :
6 -m
È 2 x3 ˘ m2 ( 6 - m )
Í3 x - ˙ -
Î 3 ˚0 2
1 m2 ( 6 - m )
 3( 6 - m)2 - ( 6 - m)3 -
3 2
• Intersection de  et d :
1 1 1 a Ê a ˆ
 ax € x 2  fi x   d’où A Á ; a˜
x a a a Ë a ¯
• Intersection de  et d¢ :
© Nathan. Hyperbole Term S

m ∈ ]0 ; 6[ donc seul m = 3 convient. Ê b ˆ


BÁ ; b˜
q È n n 1˘
q Ë b ¯
130 un  Ú0 nx n d x  Í x ˙ • Intersection de ¢ et d :
În  1 ˚0
2 2 2 2a
un 
n
¥ q n 1  ax € x 2  fi x  
n 1 x a a a

169
Ê 2a ˆ 1 [( 2 - x )(2  x )  x 2 ] e - x
d’où D Á ; 2a ˜ JK  Ú0 dx
2-x
Ë a ¯ 1 4 e- x
• Intersection de ¢ et d¢ : JK  Ú0 2 - x dx  4 I
Ê 2b ˆ 1 4 1 4
CÁ ; 2b ˜ d)  - 3JK  - 3
Ë b ¯ 3e e 6 e
11 19 4
L’aire du domaine coloré est, en u.a. : 3-  4I  -
xC Ê 1ˆ xA Ê 2 1ˆ xD Ê 2 ˆ 3e 6 e
ÚxB ÁËbx - x ˜¯ dx + ÚxC ÁË x - x ˜¯ dx + ÚxA ËÁ x - ax˜¯ dx 3
-
11
I
19 1
-
4 12e 24 e
2b
a
2a
0,41  I  0,43
Èb ˘ b È x2 ˘ a
I ≈ 0,41
= Í x 2 - ln x˙  ÈÎln x˘˚ a
2b
 Í2 ln x - a ˙
Î2 ˚ b
b
Î 2˚ a
b a 134 1. 
b 2 1 1 b 1 1 1
 ¥ - ln 2  ln b - ¥ - ln b - ln a
2 b 2 2 2 b 2 2
1 1 1
- ln 2  ln b  ln 2 - ln a - 1  ln a 
2 2 2
1 - ln 2 1 1 Ê b ˆ 2 ln 2 - 1
 - ln 2  ln Á ˜ 
2 2 2 Ë a¯ 2 2. 
Entrée
1 Ê bˆ
 ln Saisir a, b, g
2 ÁË a ˜¯ Saisir a, b
Initialisation
- (2 - x ) e - x  e - x
133 1. a) f ¢( x )  A prend la valeur a ¥ a2 + b ¥ a + g
(2 - x )2 B prend la valeur a ¥ b2 + b ¥ b + g
( x - 1) e - x 2
f ¢( x )  Ê a  bˆ Ê a  bˆ
(2 - x )2 C prend la valeur a Á ˜  bÁ g
Ë 2 ¯ Ë 2 ˜¯
Pour tout x ∈ [0 ; 1], e–x  0 et (2 – x)2  0, donc le signe Sortie
de f ¢(x) est celui de x – 1. b-a
Afficher ( A  B  4 ¥ C)
x – 1  0 ⇔ x  1. 6
x 0 1
Ê 1ˆ Ê 4ˆ Ê 1ˆ
x–1 – 0 3. A Á1 ; ˜   B Á1, 5 ; ˜   C Á 2 ;
5˜¯
Ë 2 ¯ Ë 13 ¯ Ë
1 11 2 21 74 1
f 1 •  ¥ 1 - ¥ 1 
2 65 26 65 2
e
2
11 Ê 3 ˆ 21 3 74 4
b) D’après le tableau, pour tout x ∈ [0 ; 1] : •  ¥ Á ˜ - ¥  
65 Ë 2 ¯ 26 2 65 13
1 1
 f ( x)  . 11 21 74 1
e 2 •  ¥ 22 - ¥2 
2. a) G(x) = (– x – 3)e–x, a = – 1, b = – 3 65 26 65 5
1 1
J  Ú (2  x ) e - x dx  ÈÎ( - x - 3)e - x ˘˚ Avec Casio Avec TI
0 0
4
J  - 3
e
1 1
b) Pour tout x ∈ [0 ; 1],  f ( x ) 
e 2
1 1
donc x 2  x 2 f ( x )  x 2
e 2
11 1 11
d’où Ú x 2 dx  Ú x 2 f ( x ) dx  Ú x 2 dx
0 e 0 0 2
1 1
© Nathan. Hyperbole Term S

È 1 3˘ È1 3˘
Í 3e x ˙    Í 6 x ˙ 2
g( x ) dx ª 0, 321 7
Î ˚0 Î ˚0 Ú1
1 1

3e 6 135 1. (uv)¢ = u¢v + uv¢
1 1 x2 e- x u, v, u¢, v¢ sont continues sur I donc (uv)¢ est continue
c) J  K  Ú0 (2  x )e - x dx + Ú dx
0 2-x sur I.
170
b h
Úa (uv )¢( x ) dx  [(uv )( x )]ba È h Ê R ˆ ˘
3
V  p Í- Á - x  R˜ ˙
b b ÍÎ 3h Ë h ¯ ˙˚
Úa u ¢( x ) v( x ) dx  Úa u( x ) v ¢( x ) dx 0
1
b b
d’où Ú u ¢( x ) v ( x ) d x  [u( x ) v ( x )]ba - Ú u( x ) v ¢( x ) d x V  phR2
a a 3
1 c) f définie sur [– R ; R] par R2 - x 2 .
2. a) K1  Ú0 x e- x dx
u ¢( x )  e - x v ¢( x )  1
u( x )  - e - x v( x ) = x
1
K1  [ - xe - x ]10  Ú e - x d x
0 –R O R
1
K1  -  [ - e - x ]10
e
1 1  engendre la sphère de centre O et de rayon R.
K1  - -  1 R
e e R È Ê x3 ˆ ˘
2 V  Ú p(R - x ) d x  Íp ÁR x - ˜ ˙
2 2 2
K1  1 - -R
ÍÎ Ë 3 ¯ ˙˚-R
e
R
b) Pour tout n ∈ *, R ÈÊ x3 ˆ ˘
1
K n 1  [ - x n 1 e - x ]10  Ú ( n  1) x n e - x dx V  2pÚ (R 2 - x2 ) dx  2 p ÍÁR2 x - ˜ ˙
0
0
ÍÎË 3 ¯ ˙˚0
1 2R3 4
K n 1  -
 ( n  1) K n V  2p ¥  pR 3
e 3 3
1 Ê 2ˆ 5 e 1 È1 ˘
e
c) K 2  -  2 Á1 - ˜  2 - d) V  Ú p ln2 x d x  p Í ln3 x˙
e Ë e¯ e 1 x Î3 ˚1
1 Ê 5ˆ 16 p
K3  -  3 Á2 - ˜  6 - V
e Ë e¯ e 3
1
d) Ú ( x 3 - x 2 - x  1)e - x dx
0
1 1 1 1
137 Partie A
 Ú0 x 3 e - x d x - Ú x 2 e - x d x - Ú xe - x d x  Ú e - x d x 1. f semble croissante sur [0 ; 1] et décroissante sur
0 0 0
 K 3 - K 2 - K1  [ - e - x ]10 [1 ; + ∞[ et lim f ( x )  0.
x Æ
16 5 2 1
 6- - 2  - 1 -  1 2. f ¢(x) = e–x – xe–x = (1 – x)e–x.
e e e e Pour tout x 0, e–x  0, donc le signe de f ¢(x) est celui
10
 4- de 1 – x.
e
x 0 1 +∞
136 a) f est la fonction définie sur [0 ; h] par f(x) = R. 1–x + 0 –
lim xe - x  0
1 x Æ
R  f
0 e 0
h
O 3. 
–R

 engendre le cylindre de révolution de hauteur h et


de rayon R.
h
V Ú0 p R2 dx  p R2 h
R
b) f est la fonction définie sur [0 ; h] par f ( x )  - x  R
h
4. f semble être au-dessus de g sur [0 ; 1].
R 
h
f semble être au-dessous de g sur [1 ; + ∞[.
O f(x) – g(x) = (1 – x)xe–x
© Nathan. Hyperbole Term S

–R Pour tout x  0, xe–x  0


1 – x  0 ⇔ x  1.
 engendre le cône de révolution de hauteur h et de
Sur [0 ; 1], f(x) – g(x)  0 donc f(x)  g(x), d’où f au-
rayon R.
2 dessus de g.
h Ê R ˆ
V  Ú p Á - x  R˜ d x Sur [1 ; + ∞[, f(x) – g(x)  0 donc f(x)  g(x), d’où f au-
0 Ë h ¯ dessous de g.
171
Partie B 2 1 1 8 64
-   € a   donc a =
1. Cf. ci-dessus. 3 a 2 4 3 9
1 2 64 2
2. I  Ú0 xe- x dx  [( - x - 1)e- x ]10 -
e
1 d’où l’équation cherchée y = x.
9
3. a) H ¢(x) = – (2x + 2)e–x + (x2 + 2x)e–x 1
Par symétrie, l’aire de la partie orange vaut et celle de
H¢(x) = (x2 – 2)e–x 1 1 1 4
b) Une primitive de g sur [0 ; + ∞[ est la fonction la partie violette vaut 1 - -  .
4 4 2
x  H(x) – 2e–x c’est-à-dire x  – (x2 + 2x + 2)e–x
4.  vaut, en u.a. : 140 f(x) = – 3x + 2
1 1 1
Ú0 (f ( x ) - g( x )) d x  Ú0 f ( x ) d x - Ú g( x ) d x f(f(x)) = – 3(– 3x + 2) + 2 = 9x – 4
0
2 f(f(f(x)))= – 27x + 14
 -  1  [( x 2  2 x  2)e - x ]10 …
e
32012 - 1

2 5
 -  1 - 2 g( x )  32012 x -
e e 2
1
3 1 È 32012 2 32012 - 1 ˘
 -1 Ú0 g( x ) d x  Í x - x ˙
e Î 2 2 ˚0
1 1
138 1. a) f ¢(x) = cos x – 1
Ú0 g( x ) dx  2
Pour tout x ∈ [0 ; 1], cos x  1 donc f ¢(x)  0.
f est donc strictement décroissante sur [0 ; 1]. 141 a et b sont des nombres réels tels que a ≠ b.
b) f(0) = 0 et f décroissante sur [0 ; 1] donc pour tout Les points A(a ; f(a)) et B(b ; f(b)) appartiennent à P.
x  ∈ [0 ; 1], f(x)  f(0) c’est-à-dire sin x – x  0, donc aa 2 - ab2
(AB) a pour coefficient directeur  a( a  b ).
sin x  x. a-b
La fonction exp est strictement croissante sur , donc La tangente en C(xC ; f(xC)) a pour coefficient directeur
esinx  ex pour tout x ∈ [0 ; 1]. ab
2axC  a( a  b ) d’où xC  .
2. a) g¢(x) = ex – 1. 2
ex – 1  0 ⇔ x  0.
x 0 1
ex – 1 0 +
g e
0

b) Pour tout x ∈ [0 ; 1], g(x)  0 donc ex  x + 1.


Pour tout x ∈ [0 ; 1], sin x ∈ [0 ; 1] donc pour tout x ∈ [0 ; 1] :
esinx  sin x + 1.
3. Pour tout x ∈ [0 ; 1], 1 + sin x  esinx  ex donc :
1 1
Ú0 (1  sin x ) dx  I  Ú0 e x dx
[ x - cos x ]10  I  [ e x ]10
2 – cos 1  I  e – 1

139 La parabole a une équation de la forme y = ax2 avec


a  0. Le problème consiste à déterminer a.
Notons M le point d’intersection de la parabole avec (BC) 142 1. Pour tout réel x,
dont l’abscisse k est positive.
1 1 1 ex ex
On a donc ak = 1 donc k = . x
 x
¥ x 
a 1 e - 1 e - e 1  ex
1 2. a) La dérivée de x  ln(1 + e ) est la fonction
x
L’aire du domaine vert vaut et s’exprime en fonction ex
xa
© Nathan. Hyperbole Term S

4 .
de a par : 1+ e x
1 1 1 ex
1 1 Èa ˘ a 1 1 u0  Ú d x  [ln(1  e x )]10
Ú0 dx  -
a
ax 2  Í x3 ˙  - 0 1  ex
2 a Î 3 ˚0 2 a u0 = ln(1 + e) – ln 2
1 1 1 2 1 1 1 1 e- x
  - -  b) u0  u1  Ú x
dx  Ú dx
3 a 2 a 3 a 2 0 1 e - 0 1  e- x

172
1 Ê 4ˆ
u0  u1  Ú01dx  1 b) 2u1  ln 3 - 3 ln Á ˜ - 4 ln 3 - 6 ln 2
Ë 3¯
d’où u1 = 1 – u0 = 1 – ln(1 + e) + ln 2 u1  2 ln 3 - 3 ln 2
3. Pour tout n ∈ , 1 x2  3x  2
1 e - nx ( e - x - 1) 4. u2  3u1  2u0  Ú 2 dx
un 1 - un  Ú dx 0 x  3x  2
0 1  e- x 1

La fonction x a
e - nx ( e - x - 1)
est négative sur [0 ; 1],
u2  3u1  2u0  Ú01dx  1
1  e- x
d’où u  2 = 1 – [6ln 3 – 9ln 2 + 4ln 2 – 2ln 3]
donc un+1 – un  0 c’est-à-dire un+1  un.
u2 = 1 – 4ln 3 + 5ln 2
(un ) est donc décroissante.
5. a) Pour tout n  0 et tout x ∈ [0 ; 1],
Pour tout n ∈  et tout x ∈ [0 ; 1], fn(x)  0 donc un  0. xn
(un ) est décroissante minorée par 0 donc elle est conver-  0 donc hn(x)  0 donc un  0.
x2 + 3x + 2
gente. b) Pour tout n ∈ ,
4. a) Pour tout n  2, 1 x n ( x - 1)
1 e - nx  e - ( n -1) x un 1 - un  Ú 2 dx
0 x  3x  1
un  un -1  Ú dx
0 1  e- x x n ( x - 1)
1 e - ( n -1) x [ e - x  1]
Pour tout x de [0 ; 1], 2  0 donc un+1 – un  0
un  un -1  Ú dx x  3x  1
0 1  e- x donc (un ) décroissante.
1 (un ) est minorée par 0 et (un ) est décroissante donc (un )
un  un -1  Ú0 e-( n-1)x dx est convergente.
c) Pour tout x de [0 ; 1],
1
È - 1 -( n -1) x ˘
un  un -1  Í e ˙ 1 1
În - 1 ˚0 x2 + 3x + 2  2 donc 2 
x + 3x + 2 2
1 - n 1 1
un  un -1  - e  xn 1 n
n -1 n -1 donc 2  x
x + 3x + 2 2
1
un  un -1  [1 - e - n 1 ] 1 xn 11
n -1 d’où Ú 2 d x  Ú x n d x, c’est-à-dire :
0 x  3x  2 02
b) (un ) et (un–1) ont même limite : lim e - n 1  0 et 1
n Æ un  .
1 2( n + 1)
lim  0 d’où  +  = 0 donc  = 0. 1
n Æ n - 1 d) Pour tout n ∈ , 0  un  .
2( n + 1)
1
lim  0 donc d’après le théorème des gen-
143 1. a) Pour tout x ∈ [0 ; 1], x(x + 3)  0 donc : n Æ 2( n  1)

x2 + 3x + 2  2. darmes lim un  0.
n Æ
b) La fonction x  x2 + 3x + 2 est continue et ne s’annule
6. a) Pour tout n ∈ ,
pas sur [0 ; 1] et pour tout n ∈ , x  x2 est continue, 1 x n ( x2
 3 x  2)
donc hn est continue sur [0 ; 1]. un  2  3un 1  2un  Ú0 dx
x2  3x  2
1 1
un  2  3un 1  2un  Ú x n d x
( x  2)2 1
2. a) g ¢( x ) 
0

x 1 ( x  1)( x  2) 1
un  2  3un 1  2un 
x2 n 1
1 1 1 1 b) Pour tout nombre entier n  2 :
b) u0  Ú 2 dx  Ú dx un + 2  un
0 x  3x  2 0 ( x  1)( x  2 )
1 3un +1  3un
È Ê x  1ˆ ˘ Ê 2ˆ Ê 1ˆ 1
u0  Íln Á 2un  2un
˜¯ ˙  ln ÁË ˜¯ - ln ÁË ˜¯  ln   car (un ) décroissante,
ÍÎ Ë x  2 ˙˚0 3 2 6 un + 2 + 3un +1 + 2un  6un
2x  3 2x  3 1 1
3. a) k ¢( x )  2  ce qui donne  6un c’est-à-dire  un.
x  3 x  2 ( x  1)( x  2) n +1 6( n + 1)
1 2x 1 3 un  un
2u1  3u0  Ú 2 dx  Ú 2 dx
0 x  3x  2 0 x  3x  2
© Nathan. Hyperbole Term S

3un  3un -1
1 2x + 3
2u1  3u0  Ú 2 dx 2un  2un - 2
  car (un ) décroissante,
0 x  3x  2
6un  un  3un -1  2un - 2
2u1  3u0  [ln( x 2  3 x  2)]10 1
ce qui donne un  .
2u1  3u0  ln 6 - ln 2  ln 3 6( n - 1)

173
1 1 n n
Finalement, pour tout n  2,  un  . lim  lim  1 donc d’après le théorème
6( n  1) 6( n - 1) n Æ n  1 n Æ n - 1
n n 1
c)   nun  des gendarmes lim nun  .
6( n  1) 6( n - 1) n Æ 6

© Nathan. Hyperbole Term S

174