Vous êtes sur la page 1sur 12

Université Badji-Mokhtar Annaba

Faculté des sciences de l’ingénieur

Département de génie civil

Master1-structure

Compte-Rendu de TP : Materiaux Innovants

Programme expérimental :
TP1 : SOUS-PRODUIT INDUSTRIELS ET DECHETS
(LAITIER GRANULE)
TP2 : NOUVEAU MATERIAUX BETON TEMOIN (ORDINAIRE)
TP3 :BETON BHP FIBRE

Présenté par :
CHAFFAI Med LIAMINE
TP 1 : SOUS-PRODUIT INDUSTRIELS ET DECHETS
ÉVALUATION DE LA REACTIVITE DU LAITIER GRANULE D’EL-
HADJAR (ANNABA)

1-Définitions :

.3.2. Laitier granulé


Les minerais de fer sont utilisés pour la fabrication de la fonte ; en plus
de leurs phases ferreuses, ces minerais contiennent aussi des minéraux proches
de ceux de la cru du clinker.
Lors du processus de la fusion du minerai dans les hauts fourneaux à une
température allant de 1135 à 1350°C, se produit la séparation gravitaire, la
fonte se dépose dans la partie
inférieure du four, tandis que le laitier surnage en partie supérieure dû à sa faible
densité par rapport à la fonte. À la sortie du four, le laitier à une température
avoisinant celle de la fusion, est soit refroidi brusquement à l’eau (trempe) et le
laitier prend l’appellation de laitier granulé
défini par la norme NF EN 15167-1 [38], soit déversé dans des fosses à
sa sortie du haut fourneau et laissé refroidi lentement à l’air libre et le
laitier prend l’appellation de laitier cristallisé (LC), il se présente sous forme
de granulat de 0 à 20 mm après concassage. La
vitrification du laitier granulé par la trempe confère au matériau son
pouvoir hydraulique latent.

Un broyage fin des laitiers leur permettent d’être utilisés comme additions
dans les ciments et les bétons.

Considéré au début comme un déchet de la sidérurgie, ensuite comme coproduit,


l’utilisation
du laitier granulé reste cependant limitée en Algérie au domaine de la cimenterie
en raison de
son faible pouvoir hydraulique. Le laitier granulé procure au matériau des
performances
mécaniques et une durabilité accrues [39]
, c’est pourquoi les ciments au laitier sont particulièrement indiqués pour les
bétons soumis à des ambiances agressives.

Le béton ou mortier à base le laitier de haut fourneau peut être obtenue de


deux manières différentes: en ajoutant le laitier de haut fourneau séparément
dans le mélange, ou en utilisant un ciment de laitier de haut fourneau.

La réaction de laitier est principalement activée par la chaux mis à disposition

lors de l'hydratation du clinker (et par les sulfates et les alcalis). Il est bien
connu que les
laitiers réagissent plus lentement avec de l'eau, et que la réaction de laitier est
plus sensible à la chaleur que le clinker Portland [30]

Sb (laitier)
SAI (%)= Sp (ciment)

SAI :indice d’activité hydraulique


Sb : résistance à la compression (28 jours) du mortier avec p % d’ajout en masse
de ciment contenant du laitier
Sp :résistance à la compression (28 jours) du mortier 100 % de ciment

2-But et principe :
Le but de ce TP est de déterminer les résistances mécaniques et l’indice d’indice
d’activité d’un mortier témoin 100% ciment et d’un mortier à ciment du même
type avec ajout de 30% du laitier granulé
3-Materiel :
- balance avec une précision de 0,1 g
- malaxeur à mortier
- chronomètre
- matériel de manutention et de nettoyage
- Cône d’affaissement pour mortier
- Moule 10x10x10 .et 4x4x16
4-Mode opératoire :
Préparation d’un mortier : le mortier doit être composé en masse, d’une partie
de ciment, de trois parties de sable et d’une mi-partie d’eau (le rapport eau
/ciment =0.55).

Composition des mortiers :


Composition pour 3 éprouvettes d’essai (g)
Matériaux
Mo (100% C) M (30%L)
Sable 1350 1350
Ciment 450 315
Laitier - 135
Eau 247.5 247.5
5-Resultats des essais :
a- Compression a 28j :
-mortie témoin (100% ciment) :
1 2 3
P (KN) 30.228 32.254 37.184
σ (MPa) 18.893 20.159 23.240
-mortie (30% laitier) :

1 2 3
P (KN) 33.266 31.107 35.903
σ (MPa) 20.792 19.442 22.440

b-Flexion :

-mortie témoin (100% ciment) :

28 jour (KN) résistance


1 1.83 1.0722
2 4.52 2.648
3 4.45 2.6074

-mortie (30% laitier) :


28 jour (KN) résistance
1 3.97 2.326
2 3.33 1.951
3 4.03 2.361

28 jour 90jour
Sp (100% ciment) 20.764
Sb (30% laitier) 20.891
SAI 100.6116

3-conclusion :

Les sous-produits industrielles et déchet semblent avoir un effet positif sur la


resistance des mortiers
TP 2 : NOUVEAU MATERIAUX
BETON TEMOIN (ORDINAIRE) :
I. Détermination de la composition du béton témoin selon
la méthode de Dreux-Gorisse

Les données de base :

A/ Béton
Ouvrabilité du béton : plastique (affaissement 7 cm)
La résistance moyenne exigée à 28 jours σ b28 = 25 MPa
B/ Constituants (ciment et granulats)
La résistance vraie du ciment σcv = 39 MPa
Deux graviers : gravier3/8 et gravier 8/16 ---> Dmax = 16 mm
Les masses volumiques
Ciment ρabs = 3 g/cm3 ; Sable ρabs = 2,62 g/cm3 ;

Sable ρabs = 2,60 g/cm3

3-Materiel :
- balance avec une précision de 0,1 g
- malaxeur à mortier
- chronomètre
- matériel de manutention et de nettoyage
- Cône d’abrams
- Moule 10x10x10. Et 4x4x16
-moule 4

La Composition :
Composition pour 1 m3 Composition pour 15 L
Matériaux en Kg en Kg

Ciment 400 6
Eau 210.10 3.15
Sable 553.56 8.3
Gravier 3/8 377.80 5.66
Gravier 8/16 863.54 12.95
Mode opératoire :
1- Introduction des différents constituants dans la bétonnière dans l’ordre
suivant : gravier 3/8, gravier 8/16, sable et ciment
2- malaxage à sec pendant 2 minutes jusqu'à l’obtention d’un mélange
homogène.
3- Introduction de l’eau de gâchage
4- malaxage 3 minutes.

2- Détermination de la plasticité du béton (essai


d’affaissement du cône d’Abrams NF EN 12350-2)
L’ouvrabilité du béton est déterminée à l’aide de l’essai d’affaissement cône
d’Abrams selon la norme NF EN 12350-2.

Principe :
Le béton frais est compacté dans un moule ayant la forme d'un tronc de cône.
Lorsque le cône est soulevé verticalement, l'affaissement du béton permet de
mesurer sa consistance.

Mode opératoire :
1- Humidifier le moule et le plateau de base, puis placer le moule sur le plateau.
Maintenir fermement le moule en place pendant le remplissage, en le
solidarisant par les deux pattes de fixation ou par appui vertical sur les deux
pattes de base.
2- Remplir le moule en trois couches, chacune correspondant
approximativement, après serrage, au tiers de la hauteur du moule.
3- Piquer chaque couche 25 fois avec la tige de piquage. Répartir les coups
uniformément sur la section de chaque couche.
4- Si lors du piquage de la couche supérieure apparaît un manque de béton en
dessous du bord supérieur du moule, ajouter du béton pour avoir toujours un
excès. Après avoir piqué correctement la couche supérieure, araser le béton
suivant le bord supérieur du moule en effectuant un mouvement de sciage et de
roulage à l'aide de la tige de piquage.

5- Enlever le béton qui s'est écoulé sur le plateau/la surface de base. Démouler le
béton en soulevant verticalement le moule avec précaution.
6- mesurer l'affaissement (h) en déterminant la différence entre la hauteur du
moule et le point le plus haut du corps d’épreuve affaissé.
L’afaissement : 3.5 ferme

3/ Détermination de la masse volumique du béton frais NF


EN 12350-6
La masse volumique des mélanges de béton frais selon la norme NF EN 12350-
6 [NF EN 12350-6, 1999]. Cette dernière caractérisée par la masse d’une
quantité de béton frais rapporté à son volume après vibration

Principe :
Le béton frais est mis en place dans un récipient rigide et étanche à l'eau, puis
pesé.

Mode opératoire :
1. Peser un récipient de volume connu V vide (m1)
2. Remplir le récipient avec du béton frais
3. Compacter avec une table vibrante
La vibration doit être appliquée durant le temps minimal nécessaire au serrage à
refus du béton. Le récipient devrait de préférence être solidarisé ou bien tenu
fermement contre la table. Toute vibration excessive doit être évitée, afin de ne
pas provoquer une diminution de l’air entraîné.
4. Peser le récipient rempli (m2)
5. Calculer la densité 𝛅=(𝐦𝟐 − 𝐦𝟏)/ 𝐕

𝛅: est la masse volumique du béton frais, en kilogrammes par mètre cube
(kg/m3)
m1 : est la masse du récipient, en kilogrammes (kg)
m2 : est la masse du récipient plus la masse de béton contenu dans le récipient,
en kilogrammes (kg)
V : est le volume du récipient, en mètres cubes (m3)

RESULTATS la masse volumique :

𝛅1=(13.8327-6.5777)/0.003 =2418.33 kg/m3

𝛅2=(13.8093-6.4669)/0.003=2447.46 kg/m3

𝛅3=(14.0308-6.9909)/0.003=2346.63 kg/m3

𝛅moy= (2418.33+2447.46+2346.63)/3 =2404.14 kg/m3

𝛅moy = 7212.43

4- Détermination de la résistance mécanique du béton


1- Préparer des moules cubiques (10x10x10) cm3 et moules cylindriques
(11x22) cm3 (nettoyage et graissage)
2- Préparation du béton
3- Remplir les moules et compacter le béton sur la table vibrante

Le serrage (ou la vibration) du béton doit être effectué immédiatement après le


remplissage du moule de façon à obtenir un serrage à refus du béton sans
ségrégation excessive ni formation de laitance. Chaque couche doit être mise en
place par l'une des méthodes décrites.
4- Démouler après 24h et conserver les éprouvettes sous l’eau jusqu’aux
échéances des essais qui sont 7, 14 et 28 jours. (Compression et traction par
fendage).

Résistance à la compression :

Principe:
Les éprouvettes sont chargées jusqu'à rupture dans une machine pour essai de
compression, La charge maximale atteinte est enregistrée et la résistance en
compression calculée.

RESULTATS
a 28 jours :
1 2 3
P(KN) 380.213 288.376 278.161
σc (MPa) 28.881 28.838 27.816
TP 3 :BETONS HP FIBRES

(fibres polypropylene)

1-Caractéristiques et propriétés des fibres

Un béton fibré est un béton dans lequel sont incorporées des fibres. A la


différence des armatures traditionnelles, les fibres sont réparties dans la masse
du béton, elles permettent de constituer un matériau qui présente un
comportement homogène.

Les fibres présentent, selon leur nature, des caractéristiques spécifiques, tant
géométriques que mécaniques, et un comportement contrainte-déformation très
différent. La capacité de renforcement d’une fibre dépend en particulier de
son ancrage, de sa résistance en traction et de son module d’Young.

Chacune a une influence particulière sur les lois de comportement mécanique du


béton, ce qui se traduit par des applications adaptées et spécifiques. Le choix du
type de fibres est donc fonction du domaine d’application et des performances
souhaitées.

Les fibres ne sont utiles que si le béton est soumis à des tractions supérieures à
sa propre résistance. Si des fissures apparaissent dans le béton, elles permettent
de transmettre les efforts à travers les fissures. 

Les méthodes spécifiques de dimensionnement (pour des applications


structurelles : dalles, voussoirs, pieux…) et les techniques de mise en œuvre sont
aujourd’hui parfaitement maîtrisées pour concevoir des structures à base de
bétons fibrés parfaitement durables.

Des méthodes d’optimisation de leur formulation ont été spécialement


développées. Les fibres présentent une très bonne compatibilité avec les divers
constituants du béton y compris les adjuvants.

La structure du béton fibré et ses caractéristiques mécaniques in situ dépendent


aussi de sa mise en œuvre (effets liés à l’écoulement ; orientation préférentielle
des fibres parallèlement au sens de l’écoulement du béton et en fonction de la
géométrie de la structure). Il est donc nécessaire pour la mise au point de la
formulation et le dimensionnement des ouvrages de connaître la technique de
mise en œuvre.

L’expertise acquise lors de nombreux travaux de recherche, d’essais de


comportement des bétons fibrés et de multiples réalisations permet aujourd’hui
de caractériser et spécifier les bétons fibrés adaptés aux performances requises
pour chaque utilisation.

Les bétons à base de fibres peuvent être formulés pour être autoplaçants et
pompables.

Les fibres les plus couramment utilisées sont :

 les fibres métalliques ;


 les fibres polypropylène ;
 les fibres de verre

2-Les fibres polypropylène


Ces fibres, obtenues par extrusion du polypropylène, se présentent en faisceaux.

Elles se caractérisent par leur faible densité. Elles sont particulièrement souples
et insensibles chimiquement mais peu résistantes à la chaleur (température de
fusion 160 °c).

La fabrication du béton avec des fibres polypropylène ne soulève aucune


difficulté. La répartition des fibres est facile et ne nécessite pas de précaution
particulière lors du malaxage.

Les fibres se répartissent de façon multidirectionnelle dans le béton.

Les fibres polypropylène permettent en particulier de mieux contrôler le retrait


plastique du béton frais. Elles améliorent la maniabilité et la cohésion du béton
et limitent son ressuage.

Ces fibres présentent des propriétés mécaniques relativement faibles (faible


module d’young). Bien ancrées dans une matrice peu compacte, elles sont donc
très réactives vis-à-vis de la fissuration du béton au jeune âge (faibles ouvertures
de fissure, faibles efforts à reprendre, matrice peu compacte et module des fibres
supérieur à celui du béton).

3-Caractéristiques et propriétés des BHP


Les bétons à hautes performances BHP se caractérisent par :
-Une résistance à la compression à 28 jours supérieure 50MPa
-Un rapport eau/liant inférieur à 0,40.

La procédure de formulation commence par le choix de cinq caractéristiques


particulières du BHP
 1. Le rapport eau/liant
 2. Le dosage en eau
 3. Le dosage en super plastifiant
 4. Le dosage en gros granulats
 5. La teneur en air.

4-But et principe :
Le but de ce TP est de déterminer les résistances mécaniques du bétons
de haute performance fibré à l’état durci.

5-Matériel utilisé
-Récipients sphériques

-Pelle

-Tamis

-Balance

-Truelle

-Chronomètre

-Moule cubique

-Presse hydrolique

-Table vibrante
-Seau
-Etuve pour séchage

-Bétonnière

6/ Composition du béton:
Les fibres utilisées dans ce TP sont des fibres polypropylene.
La forme et les dimensions des fibres choisies ont un rôle important dans
l’amélioration des propriétés mécaniques des bétons. Les caractéristiques
techniques de cette fibre sont données dans le tableau suivant :
Matériaux pour 1 m3 Pour 15 l
Ciment 416 4.24
Sable aliceux 390 5.85
Sable de corriére 390 5.85
Gravier 5/12.5 416 6.24 7-Resultat :la
Gravier 12.5/20 634 9.51 compression a
Filler (laitier 104 1.56
granulé ) 28j
eau 145 2.175
SP σ (MPa) 6.25 F(KN)
0.093
64.558 645.579
fibre 600.9 9.01
58.393 583.935
55.274 552.741

8- Conclusion :
-Ce type de béton combine les avantages des bétons hautes performances et
les bétons renforcés de fibres. En comparaison aux bétons normaux, ils
contiennent plus de ciment, un ratio eau/ciment plus bas, des granulats à large
distribution granulométrique et des fibres.