Vous êtes sur la page 1sur 161

UNIVERSITE DE SFAX

FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION DE SFAX

COMMISSION D’EXPERTISE COMPTABLE

MEMOIRE POUR L’OBTENTION DU DIPLOME NATIONAL


D’EXPERTISE COMPTABLE

LE REGIME FISCAL DE LA « MOURABAHA » COMME MODE DE


FINANCEMENT PRATIQUE PAR LES BANQUES EN TUNISIE :
DIFFICULTES DE MISE EN ŒUVRE ET MESURES
D’ADAPTATION

PREPARE PAR DIRECTEUR DE RECHERCHE


MOEZ AKROUT FAYÇAL DERBEL

Décembre 2012
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Dédicaces

A la mémoire de mon père Ahmed


A ma chère mère Souad
A ma belle femme Nahla
A mon beau père
A ma belle mère
A mon frère
A ma sœur
A mes beaux frères
Et à tous les miens.

Je dédie ce travail

2
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Remerciements

Je tiens à remercier vivement mon directeur de recherche Monsieur Fayçal


DERBEL, pour l’effort fourni en toute modestie, pour ses encouragements
continus, sa disponibilité et ses précieux conseils tout au long des différentes phases
de réalisation de ce mémoire.

Je ne manquerais pas non plus de remercier infiniment tous ceux qui m’ont
enseigné un jour, à l’école primaire, au lycée et à l’université.

Je présente également mes vifs remerciements à tous les membres du jury qui ont
bien accepté de valoriser et de juger ce mémoire.

Enfin, je remercie toute personne qui a participé de près ou de loin à


l’accomplissement de ce modeste travail.

3
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

ABRÉVIATION

AAOIFI Accounting and Auditing Organisation For Islamic Financial Institutions

BID Banque Islamique de Développement

COC Code des Obligations et des Contrats

DGELF Direction Générale des Etudes de la Législation Fiscale

DGI Direction générale des Impôts

DMI Dar Al Maal Al Isalami

HMCR HM Revenue and Customs

IASB International Accounting Standards Board

IFI Institution Financière Islamique

IFSB International Financial Services Board

IIRA Islamic International Rating Agency

IRPP Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques

IS Impôt sur les Sociétés

LMA Loan Market Association

OCDE Organisation de Coopération et de Développement Economiques

OCI Organisation de la Conférence Islamique

SDLT Stamp Duty & Land Tax

TVA Taxe sur la Valeur Ajoutée

4
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

SOMMAIRE
INTRODUCTION GENERALE ................................................................ 10 
PARTIE 1 : LES PRODUITS ISLAMIQUES DE FINANCEMENT......... 14 
CHAPITRE 1 : LE FINANCEMENT ISLAMIQUE : CONCEPT ET
PRINCIPES GENERAUX ........................................................................... 16  
Section 1 : L’Histoire de la finance islamique ............................................................................. 16 

Sous-section 1 : Naissance des premières institutions financières islamiques ............................. 17 

1-1 L’indépendance des pays à majorité musulmane ....................................................................... 17 

1-2 L’organisation de plusieurs conférences en droit musulman ................................................... 17 

1-3 L’établissement des premiers modèles d’institutions financières islamiques ......................... 18 

Sous-section 2 : Croissance et développement de la finance islamique ........................................ 19 

2-1 L’accroissement des dépôts de fonds dans les pays du golfe persique .................................. 19 

2-2 La création de la Banque Islamique de Développement (BID) ............................................. 20 

2-3 Multiplication du nombre d’institutions financières Islamiques ............................................. 21 

2-4 Rôles des législations dans le développement de la finance islamique ................................... 22 

Sous-section 3 : Evolution de la finance islamique après l’année 2000 ........................................ 23 

3-1 Développement des services financiers et création de nouveaux produits ........................... 23 

3-2 L’internationalisation de l’activité : .............................................................................................. 24 

3-3 Mesures d’accompagnement : ...................................................................................................... 25 

Section 2 : Les principes fondamentaux de la finance islamique ................................................. 27 

Sous-section 1 : Les interdictions prévues par la finance islamique .............................................. 28 

1-1 L’interdiction de l’intérêt (le Riba) ............................................................................................... 28 

1-2 L’interdiction du Gharar (incertitude) et du Maysir (spéculation) .......................................... 29 

1-3 L’interdiction des actifs illicites (Haram) .................................................................................... 31 

Sous-section 2. Les principes positifs de la finance islamique........................................................ 32 

2-1 Partage des pertes et profits.......................................................................................................... 32 

5
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

2-2 Adossement à un actif sous-jacent .............................................................................................. 33 

Section 3 : Les produits islamiques de financement.................................................................... 34 

Sous-section 1 : Les modes de financement participatifs................................................................ 35 

1-1 La Moudaraba : Financement du travail (partenariat passif).................................................... 35 

1-2 La Moucharaka : partenariat actif ................................................................................................ 36 

Sous-section 2. Les modes de financement assimilables aux contrats de crédits conventionnels


ou les opérations commerciales .......................................................................................................... 37 

2-1 La Mourabaha (vente à bénéfice ou à marge) ............................................................................ 38 

2-2 Les contrats d’Ijara ......................................................................................................................... 39 

2-3 Le contrat de vente Salam ou « Bai Salam » ...............................................................................40 

2-4 Les contrats Istisna’a (Contrat de sous-traitance ou de fabrication) ...................................... 41 

Conclusion : ........................................................................................................................................... 44 

CHAPITRE 2 : LES OPERATIONS DE MOURABAHA .......................... 45 


Section 1 : Les opérations de Mourabaha dans la littérature classique ........................................ 46 
Section 2 : La Mourabaha bancaire ............................................................................................ 49 

Sous-section 1 : Caractéristiques de la Mourabaha bancaire .......................................................... 50 

1-1 Conditions générales de validité du contrat Mourabaha. ......................................................... 50 

1-2 Particularités de la Mourabaha. .................................................................................................... 51 

Sous-section 2 : Conséquences de la conclusion d’un contrat de Mourabaha ............................. 56 

2-1 Conséquences de la période préalable à la conclusion du contrat .......................................... 56 

2-2 Le transfert de propriété à la banque .......................................................................................... 57 

Section 3 : Comparaison entre financement par Mourabaha et financement par crédit bancaire
classique .................................................................................................................................... 59 

Sous-section 1 : Présentation des formules de financement par Mourabaha offertes par les
banques tunisiennes .............................................................................................................................. 59 

1-1 Financement des entreprises ........................................................................................................ 60 

1-2 Financement des Particuliers ........................................................................................................ 63 

6
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Sous-section 2 : Comparaison entre Mourabaha et crédit bancaire classique .............................. 65 

2-1 Points communs entre les deux modes de financement .......................................................... 65 

2-2 Différences entre Mourabaha et crédit bancaire ....................................................................... 66 

Conclusion ............................................................................................................................................. 70 

PARTIE 2 : REGIME FISCAL DES OPERATIONS DE MOURABAHA. 71 


INTRODUCTION ....................................................................................... 72 
CHAPITRE 1 : LE REGIME FISCAL EN VIGUEUR DES OPERATIONS
DE MOURABAHA ....................................................................................... 74  
Section 1 : Le régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière d’impôts directs ............... 74 

Sous-section 1 : Régime fiscal en matière d’impôts direct au niveau des banques. ..................... 75 

1-1  Régime fiscal au niveau des banques résidentes .................................................................... 75 

1-2  Régime fiscal pour les banques étrangères ............................................................................ 84 

Sous-section 2 : Régime fiscal des biens acquis par voie de Mourabaha au niveau des clients. 85 

2-1 Règles générales .............................................................................................................................. 85 

2-2 Difficultés d’application ................................................................................................................ 88 

Section 2 : Régime fiscal en matière de taxe sur la valeur ajoutée, de droits d’enregistrements et
des taxes parafiscales ................................................................................................................. 92 

Sous-section 1 : Imposition de l’opération à la Taxe sur la Valeur Ajoutée ................................. 92 

1-1 Au niveau de l’établissement de crédit ........................................................................................ 92 

1-2 Mécanismes de déduction et de détermination de l’assiette au niveau des clients de la


banque .................................................................................................................................................... 97 

Sous-section 2 : Imposition de l’opération aux droits d’enregistrements ..................................... 98 

2-1  Cadre général .............................................................................................................................. 98 

2-2  Difficultés d’application ..........................................................................................................101 

Sous-section 3 : Imposition de l’opération à la TCL .....................................................................102 

Section 3 : Régime en matière d’avantages fiscaux ................................................................... 103 

3-1 En matière de taxe sur la valeur ajoutée et des autres droits et taxes ...................................103 

7
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

3-2 En matière des droits d’enregistrement ...................................................................................104 

Conclusion ...........................................................................................................................................105 

CHAPITRE 2 : POSITIONNEMENT DU REGIME FISCAL TUNISIEN


PAR RAPPORT AUX EXPERIENCES ETRANGERES ..........................107 
Section 1 : Expérience du Royaume-Uni .................................................................................. 107 

1-1 Présentation des opérations d’achat /revente par le législateur britannique .......................107 

1-2 Régime fiscal des opérations de financement achat /revente en matière d’impôt direct ..108 

1-3 Régime fiscal des opérations de financement par achat /revente en matière de droit de
timbre et taxe foncière (Stamp duty land tax) .................................................................................111 

1-4 Régime fiscal des opérations de financements par achat/revente en matière de taxe sur la
valeur ajoutée .......................................................................................................................................112 

Section 2 : Expérience Française .............................................................................................. 113 

2-1 Présentation des opérations de Mourabaha par le législateur Français ................................113 

2-2 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière d’impôt Direct .............................116 

2-3 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière de cotisation sur la valeur ajoutée
118 

2-4 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière de droits d’enregistrement .........118 

Section 3 : Expérience Marocaine ............................................................................................ 119 

3-1 Présentation des opérations de Mourabaha par le législateur Marocain ..............................120 

3-2 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière d’impôt Direct .............................120 

3-3 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière de Taxe sur la valeur ajoutée .....121 

3-4 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière de droits d’enregistrement .........122 

Section 4 : Mise en évidence empirique du régime fiscal Tunisien de la Mourabaha par rapport
aux expériences étrangères ....................................................................................................... 122 

Sous-section 1 : Positionnement du régime fiscal par rapport aux expériences étrangères. ....123 

Sous-section 2 : Mesures d’adaptation .............................................................................................136 

1-  Mesures d’adaptation en matière d’impôt direct .......................................................................137 

1-1 Dans le cas où l’établissement de crédit est établi en Tunisie ...............................................137 

8
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

1-2 Dans le cas où l’établissement de crédit n’est pas établi en Tunisie .....................................143 

2-  Mesures d’adaptation en matière de taxe sur la valeur ajoutée ...............................................144 

3-  Mesures d’adaptation en matière de droit d’enregistrement ...................................................150 

Conclusion ...........................................................................................................................................152 

Conclusion Générale ..........................................................................................................................154 

Bibliographie ................................................................................................159 

9
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

INTRODUCTION GENERALE

Lancée depuis les années 70 au moyen orient, la finance islamique représente


aujourd’hui, selon Elyes JOUINI, « un marché de 700 milliards de dollars (soit
autant que le "plan Paulson" et presque autant que le marché des "subprimes") et
nous estimons qu’à l’horizon 2020, ce marché devrait représenter
1 300 milliards de dollars (soit, à titre de simple mise en perspective, l’équivalent du
tiers des fonds propres de l’ensemble des banques mondiales en 2007 ou
l’équivalent du sixième de la capitalisation boursière de la place financière de Paris
aujourd’hui) »1.

La finance islamique soulève des interrogations et suscite des incompréhensions,


voire des mécanismes de rejet, qu’il faut commencer par clarifier. La finance
islamique n’est pas une création récente : c’est la résurgence d’un ensemble de
pratiques commerciales et financières qui étaient utilisées autrefois par les
marchands sur les grands axes reliant les places commerciales d’Afrique et des pays
arabes. A l’époque, ces pratiques s’exerçaient en dehors de toute contrainte
environnementale. Le défi pour les acteurs actuels est de faire revivre ces pratiques
dans un environnement désormais différent. Il a fallu à la fois adapter les pratiques
anciennes et pour satisfaire la clientèle actuelle, développer de nouveaux produits
compétitifs et conformes aux principes de l’islam.

L’absence de taux d’intérêt, caractéristique essentielle de la finance islamique ne


suffit cependant pas pour la définir, même si c’est autour de ce principe qu’elle s’est
organisée. La notion de partage de pertes et de profits, qui est à la base de la
rémunération du prêteur est aussi importante.

La finance islamique comporte en conséquence deux types de produits :

1
Rapport JOUINI et PASTRE « enjeux et opportunités de développement de la finance islamique pour la place de Paris »
(décembre 2008)

10
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- Des produits qui sont la reprise de pratiques anciennes, basées sur le principe
de partage des pertes et profits ;
- Des produits nouveaux quasiment identiques, dans leurs fonds, à ceux
offerts par les banques conventionnelles, sauf que la rémunération de la
banque n’est pas basée sur l’intérêt mais sur une marge qui permet aux
banques islamiques de ne pas être marginalisées au sein du système financier.

Ces deux catégories de produits confèrent aux banques islamiques un double profil,
chacun correspondant à une catégorie de produits. D’une part, elles peuvent être
assimilées à des banques d’investissement, d’autre part ce sont des établissements
financiers qui réalisent des opérations commerciales et financières pour leurs
clients.

La « Mourabaha » est la forme la plus utilisée des modes d'intervention en usage


dans les banques islamiques. Son poids relatif est estimé à plus de 70% de
l'ensemble des financements accordés par les banques islamiques.2 Elle peut être
définie comme un simple contrat de vente conforme aux principes de la Charia3. Le
paiement du prix de la vente par l’acheteur peut se faire indifféremment au
comptant ou d’une façon différée.

Dans la pratique, les banques islamiques, qui cherchent un profil de risque


équivalent à celui d’un prêt conventionnel, utilisent le contrat de Mourabaha
comme un contrat de financement, ce qui leur permet de contourner la prohibition
de l’intérêt. Un doute surgit alors sur la qualification de la Mourabaha : serait-elle
une opération de crédit ? Ou, au contraire, conviendrait-il de la qualifier d’opération
de vente, indépendamment de sa finalité économique ?

La fiscalité est un composant de base de l'infrastructure de soutien de tout le


système financier. Les incidences fiscales de toute transaction financière peuvent

2
Banque islamique de développement : introduction aux techniques islamiques de financement, acte de séminaire 37
septembre 1992.
3
Chariaa : la loi divine et le code de conduite des musulmans

11
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

orienter les décisions en grande partie, surtout quand il s’agit d’une charge
supplémentaire. Après l’importante croissance de la finance islamique dans le
monde au cours des cinq dernières années et l’introduction d’une nouvelle banque
islamique en Tunisie, il y a beaucoup de débats sur les règles fiscales applicables à
ces transactions. La réponse du législateur Tunisien à ces questionnements est
venue par l’institution d’un régime fiscal des opérations de Mourabaha prévu par la
loi de finances pour l’année 2012, qui devra résoudre les problèmes de double
imposition et de possibles enchevêtrements avec notamment la TVA et les droits
de mutation. Sur le plan international, le Royaume-Uni a entamé cette
harmonisation depuis 2002, c’est au tour de la France avec la publication par le
ministère de l’économie de l'industrie et de l’emploi sur son site Internet des fiches
de doctrine traitant des questions fiscales relatives aux opérations de Mourabaha.
Le Maroc quant à lui vient d’entamer une réflexion similaire.

L’étude du régime fiscal des opérations de Mourabaha permet de répondre à la


problématique centrale de cette recherche : dans quelle mesure le régime fiscal
institué par le législateur tunisien permet de répondre aux différentes difficultés de
traitement fiscal résultantes de la Mourabaha comme mode de financement ?

Cette recherche présente un double intérêt :

- En premier lieu, pour le contribuable, puisque une connaissance des


modalités de traitement fiscal de ces opérations permet d’éviter les
conséquences dommageables d’un redressement éventuel ;
- En deuxième lieu, pour les professionnels, en essayant de tracer les grandes
lignes des voies de réformes afin de pallier aux insuffisances éventuelles de
ce régime fiscal.

C’est dans ce cadre que s’inscrit ce travail intitulé « Le régime fiscal de la


Mourabaha comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation», à travers lequel nous allons

12
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

étudier le cadre fiscal tunisien des opérations de financement de Mourabaha. Nous


allons aussi aborder à travers notre recherche les contraintes et difficultés de mise
en œuvre de ce mode de financement et essayer de proposer des solutions
adéquates. Pour ce faire, ce travail de recherche est organisé en deux parties :

- Une première partie introductive qui traitera dans un premier chapitre des
concepts et des principes généraux de la finance islamique. Le deuxième
chapitre sera consacré à l’étude de la Mourabaha comme mode de
financement pratiqué par les banques en vue de définir les mécanismes de
fonctionnement de ce mode et les conséquences qu’il peut avoir tant sur
l’établissement de crédit que sur le client ;
- Une deuxième partie qui traitera dans un premier chapitre de l’adéquation du
régime fiscal en vigueur de la Mourabaha aux caractéristiques propres de ce
mode de financement telles que définies dans la première partie. Le
deuxième chapitre sera consacré à l’étude empirique des expériences
étrangères afin d’une part de positionner le régime fiscal tunisien par rapport
à ceux prévus au Royaume-Uni, en France et au Maroc et d’en tirer les
enseignements et recommander les mesures d’adaptation du régime fiscal
tunisien d’autre part.

13
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

PARTIE 1 : LES PRODUITS ISLAMIQUES DE FINANCEMENT

14
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Introduction

La finance islamique est une pratique qui prend de plus en plus d’ampleur ces
dernières années et constitue pour les acteurs économiques une alternative au
financement par crédit bancaire.

Le principe fondamental sur lequel repose cette pratique est l’interdiction de


l’intérêt.

Toutefois, ce principe ne suffit pas de la définir. Elle est organisée autour de


fondements qualifiés d’éthique qui consacrent les principes universels d’équité par
le biais de la notion de partage des pertes et de profits et les valeurs morales en
s’interdisant toute activité non compatible avec les principes fondamentaux de
l’islam.

Dans un premier chapitre, nous introduirons la finance islamique en donnant un


aperçu historique sur la genèse de cette finance, les principes les régissant et les
différents modes d’intervention pour le financement des acteurs économiques.

Dans un deuxième chapitre, nous traiterons les opérations de Mourabaha, en


faisant une revue de littérature des caractéristiques de ce mode et exposant ses
spécificités à l’égard du financement par crédit bancaire classique.

15
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

CHAPITRE 1 : LE FINANCEMENT ISLAMIQUE : CONCEPT ET


PRINCIPES GENERAUX
Section 1 : L’Histoire de la finance islamique

Introduction

L’origine de la finance islamique est très ancienne et date de l’avènement de l’islam.


En effet, dès les premières étapes de l’histoire de l’islam, les musulmans ont pu
établir un système financier sans intérêt en vue de mobiliser les ressources pour
financer les activités économiques. Le système de financement des activités
commerciales était essentiellement basé sur le partage des pertes et profits (PPP).
Le commerce différé et les prêts sans intérêts ont également été utilisés pour
financer aussi bien les transactions commerciales que les besoins des
consommateurs.

L'histoire récente de la finance islamique et ses institutions n’est que la résurgence


d’un ensemble de pratiques commerciales et financières qui étaient utilisées
autrefois par les commerçants. Elle a connu une croissance importante depuis la
création des premières institutions financières islamiques durant les quatre dernières
décennies et nous pouvons la scinder en trois grandes phases.

Une première phase de lancement qui s’étend de l’après deuxième guerre mondiale
jusqu’à la fin des années 1960. La deuxième étape commence à partir des années
1970 jusqu’à la fin des années 1990, elle constitue la période où la finance islamique
a connu une croissance importante dans le monde musulman. Enfin une troisième
époque, qui commence à partir de l’année 2000, et pendant laquelle la finance
islamique prend une dimension universelle.

16
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Sous-section 1 : Naissance des premières institutions financières islamiques

L’époque de l’après deuxième guerre mondiale jusqu’à la fin des années 1960 a
connu la naissance des premières institutions financières islamiques. Plusieurs
évènements ont caractérisé cette période et qui ont contribué à la renaissance de la
finance islamique dont on note :

- L’indépendance des pays à majorité musulmane ;


- L’organisation de plusieurs conférences en droit musulman ;
- L’établissement des premiers modèles d’institutions financières islamiques.

1-1 L’indépendance des pays à majorité musulmane


La colonisation des pays à population musulmane a été accompagnée par
l’introduction des banques sur ces territoires. Cependant, les autochtones, mise à
part une élite, sont longtemps restés en marge du système bancaire car les
techniques utilisées (intérêt bancaire, spéculation, etc.) étaient contraires aux
préceptes de l'Islam.

L'Indonésie a accédé à l'indépendance en 1945 et l’Algérie en 1963. Entre ces deux


dates tous les pays à majorité musulmane sont devenus indépendants. Le besoin
identitaire des peuples nouvellement libres s'est traduit par une forte réaction
contre les modèles occidentaux. Le panarabisme né dans les années 1950 en Egypte
en est l'exemple le plus éloquent. En effet, le besoin pour le peuple égyptien à
l'instar des autres peuples musulmans d'affirmer leur identité va passer par leur
appartenance à la communauté musulmane. Les peuples vont marquer un retour
massif vers la religion musulmane et puiser dans leurs sources religieuses, d'où une
islamisation progressive de la société et des législations.

1-2 L’organisation de plusieurs conférences en droit musulman


Ces conférences ont pour objectif de clarifier les aspects du système économique
islamique. La première tenue à Paris en 1951 sous le nom de « la semaine du droit
musulman » avait pour but de bien élucider le statut de l’intérêt (Riba) en Islam. Le

17
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

rôle de ses manifestations internationales a augmenté avec la création de


l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI). Elle a été créée sur décision du
sommet historique qui a eu lieu à Rabat, Royaume du Maroc, le 25 septembre 1969.
Actuellement elle est la deuxième plus grande organisation intergouvernementale
après les Nations unies avec 57 Etats membres. Par son statut de porte-parole du
monde musulman, elle a permis d’accélérer les recherches concernant les questions
relatives à la finance islamique4

1-3 L’établissement des premiers modèles d’institutions financières


islamiques
Les premiers essais d’instauration des institutions financières islamiques qui ont été
réalisés au milieu des années 1950, en Malaisie et au Pakistan, peuvent être qualifiés
de timides et se limitent à la création de fonds réservés au pèlerinage.

L’expérience qui a eu lieu en EGYPTE en 1963 constitue le point de départ du


système. Un Egyptien, Ahmad AL NAJJAR a créé, dans le village égyptien de Mit
Gahmr dans le delta du Nil, la première banque islamique moderne égyptienne
dénommée « Mit Ghamr Saving Bank » en adaptant le modèle allemand des caisses
d’épargne à l’environnement rural d’un pays en développement qui est l’Egypte.

Cette expérience a connu un succès retentissant au sein de la population jusqu'à


attirer après « cinq ans d’existence plus d’un million de clients de différentes
couches sociales »5. Outre le financement des petites entreprises agricoles,
commerciales ou industrielles, cette banque apportait également des conseils
touchant les domaines sociaux et administratifs. Devant le succès de cette première
tentative, les autorités Egyptiennes ont émis en 1971 un décret autorisant la
création d’une deuxième banque islamique.

4
Source : http://www.oic-oci.org; date de consultation aout 2012
5
Michel RUIMY, la finance islamique page -30

18
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Sous-section 2 : Croissance et développement de la finance islamique

La deuxième époque de l’histoire récente de la finance islamique commence à


partir des années 1970 jusqu’à la fin des années 1990. Cette période a connu le
véritable lancement de l’industrie bancaire islamique du point de vue nombre
d’institutions financières et volume des dépôts collectés.

Plusieurs phénomènes ont soutenu cette croissance dont :

- L’accroissement des dépôts de fonds dans les pays du golfe persique ;


- La création de la Banque Islamique de Développement (BID) ;
- La multiplication du nombre d’institutions financières islamiques ;
- Le rôle des gouvernements dans le développement de la finance islamique.

2-1 L’accroissement des dépôts de fonds dans les pays du golfe persique
Depuis le début des années 1970, l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de
Pétrole) cherche à réajuster les prix du brut de pétrole. La première hausse
intervient au début de l’année 1970, lorsque l’Iran persuade ses partenaires du bien-
fondé d’une hausse modérée. En octobre 1973, la victoire israélienne lors de la
guerre de Kippour intensifie la crise et les pays arabes utilisent le pétrole comme
une arme économique. Le 18 octobre, l’OPEP double ses prix et réduit de 5% sa
production de brut. Après une multiplication par quatre du cours du brut en cinq
mois, le prix du baril passe de 2,59 dollars courants à 11,65 dollars courants en
mars 1974.

Cette flambée des prix du brut a profité aux pays producteurs et notamment les
monarchies musulmanes du Golfe persique qui ont enregistré une évolution
importante de leur PIB. Le tableau suivant retrace l’évolution du PIB de l’Arabie
Saoudite, l’Iran, l’Irak et l’Indonésie entre l’année 1968 et 1976. 6

6
Source: http://perspective.usherbrooke.ca

19
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

(Unité en millier d’USD)

1968 1974 1975

Arabie Saoudite 4 187 777 44 990 986 46 528 882

IRAN 8 447 898 44 331 002 48 942 018

IRAK 3 173 340 12 996 173 16 094 547

Indonésie 7 467 363 27 227 710 32 147 953

L’afflux des pétrodollars est au cœur des levées de fonds spectaculaires opérées par
les Etats du Golfe. Le prix du baril étant multiplié par quatre, ces pays disposaient
d’une manne financière considérable.

L’augmentation du revenu par habitant dans ces pays et la nécessité de réinvestir les
fonds collectés du ménage selon les modalités conformes aux principes de la Charia
constituaient un environnement favorable développement des IFI.7

2-2 La création de la Banque Islamique de Développement (BID)


Un évènement marquant de l’histoire du système financier islamique a été la
création de la Banque Islamique de Développement (BID) en 1975 sous les
auspices de l’Organisation de la Conférence Islamique. L'idée de créer cette
institution remonte à la deuxième Conférence Islamique des Ministres des Affaires
Etrangères tenue, à Karachi (Pakistan) en 1970 qui a recommandé d'entreprendre
une étude approfondie de ce projet. Une déclaration d'intention a été adoptée à
l'issue de la première Conférence islamique des Ministres des Finances tenue à
Djeddah (Royaume d'Arabie Saoudite) en décembre 1973.

7
IFI : Institution Financière Islamique

20
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Pour officialiser cette idée, l'ouverture de la Banque a eu lieu le 20 octobre 1975.


Son statut a été établi à l’image de la Banque mondiale pour le monde musulman.
L'objectif de la Banque est « de favoriser le développement économique et le
progrès social des Etats membres et des Communautés musulmanes collectivement
et individuellement, conformément aux principes de la Charia islamique »8. Elle a
pour fonction de participer au financement des projets et entreprises productifs.
Elle fournit également d’autres formes d’assistance financière aux Etats membres
dans le cadre de leur développement économique et social.

2-3 Multiplication du nombre d’institutions financières Islamiques


Les années 1980 ont été le théâtre d’une prolifération des banques islamiques à
travers le monde islamique. Créée en 1975, la « Dubai Islamic Bank » a été la
première banque privé opérant selon les règles de la charia. Elle a été suivie en 1977
par la « Kuwait Finance House » et de la « Fayçal Islamic Bank ». Mais
l’implantation du groupe « Dar Al Maal al Islami » (DMI) en 1981 à Genève a attiré
l’attention des banquiers occidentaux. Avec un capital d’environ un milliard de US
dollar, le « DMI » avait une dimension à la fois financière, politique et religieuse. Il a
implanté un réseau d’agences dans une vingtaine de pays9. Ces actifs lui
permettaient d’avoir des projets ambitieux, notamment celui de mise en place d’un
système mondial de finance islamique comportant des banques, des sociétés
d’investissements et des compagnies d’assurances.

Deux autres groupes, créés en Arabie Saoudite, sont venus le concurrencer : le


groupe « Al Rajhi » et le groupe « Al Baraka ». Le premier, spécialisé au départ dans
les opérations de changes et de transfert de fonds, a obtenu le statut de banque en
1984 10et est devenue par la suite la première banque de financement des petites et
moyennes entreprises de l’Arabie saoudite. A contrario, le groupe Al Baraka a

8
Source : http://www.oic-oci.org
9
La finance islamique : Geneviève Causse BROQUET REVU BANQUE édition 2009, page 22
10
Source : www.alrajhibank.com.sa

21
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

déployé dès le départ une activité internationale en implantant un réseau dans les
pays du sud de l’ex Union Soviétique, du Moyen Orient et du Maghreb.

2-4 Rôles des législations dans le développement de la finance islamique


Les expériences des pays en matière de promulgation des lois relatives à la finance
islamique sont de deux natures :

- La première expérience consiste en l’islamisation du secteur bancaire : cette


modalité a été adoptée par le PAKISTAN, suivi par le SOUDAN et l’IRAN.
Le PAKISTAN a introduit en 1977 la Charia comme la loi officielle du pays.
Dès lors, est née une obligation d’adapter toutes les institutions du pays,
parmi lesquelles les institutions financières. A cet effet, la banque centrale du
PAKISTAN a imposé le 20 juin 198411 une période de transition de deux ans
pendant laquelle tous les établissements financiers devraient adapter
l’ensemble de leurs activités à loi islamique. En IRAN, l’islamisation du
secteur bancaire a été instaurée dans un contexte révolutionnaire et
théocratique imposant l’application de la loi islamique chiite. La loi sur le
système bancaire adopté en 1983 a imposé l’adaptation des banques au
nouvel environnement en moins d’un an et la conversion de leurs actifs en
trois ans12.

- La deuxième expérience, qui consiste dans la coexistence entre le système


bancaire classique ou conventionnel et la création de banques islamiques, est
un processus graduel d’islamisation des institutions financières. La Malaisie a
été pionnière de ce courant avec l’adoption de la loi du 7 avril 1983, « Islamic
Banking Act », qui autorisait ainsi la création des banques islamiques et
permettait à la banque centrale Malaisienne de superviser et réguler ces
banques au même titre que les établissements financiers traditionnels.

11
La finance islamique : Michel RUIMY, ARNAUD FRANEL édition 2008 page 44
12
La finance islamique : Michel RUIMY, ARNAUD FRANEL édition 2008 page 44

22
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Sous-section 3 : Evolution de la finance islamique après l’année 2000

Jusqu’à l’année 2000 le système financier islamique était plutôt considéré comme
une niche de marché à la fois exotique et peu compétitive. Suite aux évènements du
11 septembre 2001, certains pays du Golfe, craignant le gel de leurs avoirs, ont
procédé en grande partie au rapatriement de leurs fonds déposés à l’étranger. Ce
13
mouvement de fonds a coïncidé avec l’augmentation du prix du pétrole et une
augmentation du volume de sa production. L’accumulation de la masse de liquidité
dans les pays du golfe a contribué à la progression de la finance islamique dans
cette troisième étape. L’activité de la finance islamique à cette époque a été
caractérisée par l’amélioration de la qualité des services bancaires et la création de
nouveaux produits ; facteurs importants qui ont contribué par la suite à
l’internationalisation de l’activité. Plusieurs mesures d’accompagnement ont
soutenu l’expansion de la finance islamique en l’occurrence, la création
d’organismes normalisateurs et des agences de notations.

3-1 Développement des services financiers et création de nouveaux produits


Depuis l’an 2000, la finance islamique s’est diversifiée. Après avoir été le véhicule
de placements pour les particuliers, elle concerne également certaines émissions
souveraines et le financement d’infrastructures. Cette montée en puissance des
financements islamiques a permis une implication des banques locales et le
développement de politiques d’attractivité. A cet égard le « centre financier du
Qatar qui a ouvert officiellement ses portes en juin 2005 a informé qu’il était prêt à
recevoir des demandes de licences des organisations internationales désirant utiliser
cette plateforme de services financiers à bas prix et à faible coût »14.

Parallèlement au développement des produits islamiques déjà offerts aux


particuliers et aux entreprises, de nouveaux produits ont été créés. Parmi eux nous

13
Source : http://2000watts.org : Les prix moyens de baril de Pétrole à New York ont évolués de 23 $ en 2001
pour atteindre 95 $ en 2011
14
La finance islamique : Michel RUIMY, ARNAUD FRANEL édition 2008 page 39

23
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

citons les « soukouks » (obligations émises par les organismes, Etats ou entreprises),
créés en 2001 dans trois pays : la Malaisie, le Qatar et le Bahreïn.

Appelés souvent des obligations islamiques, les soukouks sont plutôt des produits
assimilables aux Asset-Backed Sécurities (valeurs mobilières adossés à un actif) de la
finance conventionnelle. L’émission de ces produits a permis aux banques
islamiques de se placer sur le marché financier soit en tant qu’émetteur de valeurs
mobilières ou en qualité de souscripteurs ou d’acheteur. A défaut d’un marché
monétaire interbancaire islamique, ce produit constituait la solution tant pour
absorber le surplus de liquidité que pour la collecte des fonds. Le marché des
soukouks est évalué à la fin de l’année 2007 à plus de 100 milliards de dollars.15

3-2 L’internationalisation de l’activité :


L’internationalisation de la finance islamique s’est traduite tout d’abord par la
création de « l’interest- free Banking scheme ». Cette technique permet aux banques
conventionnelles d’ouvrir des fenêtres islamiques, « islamic windows », et de créer
ainsi des agences et des comptes destinés spécifiquement à la clientèle exigeant des
produits compatibles avec la Charia.

En Europe, l’Angleterre, pays très conservateur, a été le pionnier par l’adoption


rapide de mesures juridiques et économiques destinées à favoriser l’émergence de la
finance islamique, que ce soit en renforçant l’attractivité de sa place financière ou
en proposant une offre de services adaptée aux particuliers. Londres se positionne
actuellement comme la première place européenne dans le domaine de la finance
islamique en adoptant une politique permettant non seulement d’attirer les actifs
en provenance du Moyen-Orient mais également de proposer un service bancaire
adapté à la population musulmane locale. Le développement de la banque islamique
de détail est un des piliers de la stratégie britannique. A ce titre, la Financial Services
Authority a ainsi agréé en 2004 la première banque islamique au Royaume-Uni,
l’ « Islamic Bank of Britain » et depuis 2008, le système bancaire britannique
15
La finance islamique : Geneviève Causse BROQUET, REVU BANQUE édition 2009 page 79

24
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

comptait trois banques pleinement islamiques : l’Islamic Bank of Britain,


l’European Islamic Investment Bank et la Bank of London and Middle East16. Afin
de favoriser l’essor de cette industrie sur son territoire, le Royaume-Uni a procédé à
des aménagements juridiques et fiscaux (notamment la suppression de la double
taxation sur les transactions immobilières islamiques).

En Allemagne, la prise en compte de ce marché est effective comme le démontrent


les initiatives prises sur le marché des « Soukouks »17 ou du « Takaful » (assurance).
Sa résilience à la crise financière qui frappe l’économie mondiale en ce moment, l’a
également consacrée comme l’un des principaux modes alternatifs de financement
participatif, durable et socialement responsable, tournés vers l’économie réelle car
nécessairement adossés à des actifs tangibles. C’est pourquoi une véritable synergie
est en train de se développer entre la finance islamique et la finance
conventionnelle, tant pour des projets d’infrastructures concernant le secteur public
que pour l’acquisition d’actifs par des entreprises privées dans le cadre de leur
développement.

La finance islamique commence à s’implanter dans le paysage financier


international en l’occurrence aux États-Unis (particulièrement dans les états de
Michigan et de Californie), aux Philippines et au Canada. Au cours des cinq
dernières années, la finance islamique a ainsi connu une évolution spectaculaire.
Selon les différentes estimations, les actifs islamiques ont évolué à un « taux de
croissance annuel moyen entre 10% et 15 % depuis 2000 et on prévoit que ce
rythme se maintiendra dans les prochaines années »18.

3-3 Mesures d’accompagnement :


La croissance et l’internationalisation de l’activité de finance islamique vont de pair
avec certaines mesures qui sont à la fois la cause et la conséquence de ces

16
La finance islamique : Geneviève Causse BROQUET, REVU BANQUE édition 2009 page 23
17
Soukuks : Certificats d'investissement conformes à la Charia. Ils représentent l’équivalent des obligations
18
Rapport JOUINI et PASTRE « enjeux et opportunités de développement de la finance islamique pour la place de Paris »
(décembre 2008)

25
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

phénomènes. Outre l’adaptation de la réglementation qui demeure spécifique à


chaque pays, plusieurs organisations internationales ayant pour but d’unifier les
standards de fonctionnement et les règles prudentielles des institutions financières
islamiques ont été créées. On note également la création d’agences spécialisées dans
la notation de banques et d’instruments financiers islamiques afin de faciliter leur
introduction sur les marchés financiers.

 L’Accounting and Auditing Organisation for Islamic Financial


Institutions (AAOIFI): Cette organisation a été créée en 1991 à l’initiative
de la Banque islamique de développement, le Groupe Al Rajhi et Dar Al Mal
al Islami, la Banque islamique de Dubai et le kuwait Finance House. Elle
compte aujourd’hui 200 membres de 45 pays incluant Banques Centrales et
institutions financières islamique.19 Cette organisation internationale
indépendante a pour objectif :
 de développer des normes comptable et d'audit pertinents pour les
institutions financières islamiques ;
 de diffuser les normes comptables et d’audit pour les institutions
financières islamiques et les modalités d’application à travers les
séminaires de formation, les publications périodiques et
d’entreprendre les actions de recherches en matière de finance
« Charia-compatible » ;
 d'examiner et d'amender les normes comptables et d'audit pour les
institutions financières islamiques.

S’inspirant de l’expérience du « Loan Market Association » (LMA)20, l’organisation


(AAOIFI) a lancé l’ambitieux projet de rédaction d’une documentation
standardisée pour les opérations de la finance islamique. En collaboration avec
l’International Accounting Standard Board (IASB), elle a permis jusqu'à présent la
mise en œuvre de plus de 50 standards internationaux.
19
Source : http://www.aaoifi.com
20 L’Association Européenne des marchés de crédits syndiqués : Créée en 1966, elle a pour principal objectif de fournir
une documentation standardisée pour les marchés primaires et secondaires des crédits syndiqués.

26
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

 L’islamic International Rating Agency (IIRA): Créée en 2002, elle est la


première agence spécialisée dans la notation des banques et instruments
financiers islamiques. Elle a pour mission de favoriser le développement des
marchés financiers dans lesquels elle opère à travers la fourniture de
notations souveraines tant pour les instruments financiers commercialisés
que pour les émetteurs, l’évaluation de la qualité de gouvernance dans les
institutions financières et la création des ateliers de formations pour
renforcer la capacité des professionnels de l'industrie financière islamique.
 Islamic Financial Services Board (IFSB): Le Conseil des services
financiers islamiques, qui est basé à Kuala Lumpur, a été inauguré
officiellement le 3 Novembre 2002 et a commencé ses activités le 10 Mars
2003. Il agit comme un établissement de normalisation internationale pour
les organismes de réglementation et de supervision des services financiers
islamiques, qui inclut les banques, les marchés des capitaux et les assurances.
En avançant cette mission, l'IFSB favorise le développement de l'industrie
des services financiers islamiques prudente et transparente à travers
l'introduction de nouvelles normes internationale, ou en adaptant les normes
existantes compatibles avec les principes de la Charia. À cette fin, le travail
de l'IFSB complète celui du Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, de
l’Organisation Internationale des Commissions de Valeurs Mobilières et
l'Association Internationale de Supervision des Assurances.

Section 2 : Les principes fondamentaux de la finance islamique

Introduction

La finance islamique peut être définie comme « étant des services et opérations de
financement principalement mis en œuvre pour se conformer aux principes de la
Charia ».21

21
Source : Maroc, Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières, la finance islamique Octobre 2011

27
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Durant les années 1980, le terme « opérations bancaires sans intérêt » a été utilisé
pour décrire une alternative à un système bancaire conventionnel. Mais ce terme est
un concept étroit, qui ne dénote qu’un principe isolé de la finance compatible avec
la charia. D’après les spécialistes, la finance islamique repose sur cinq piliers,
répartis en trois principes négatifs (l'interdiction de l'intérêt, l'interdiction de
l'incertitude, l'interdiction des secteurs illicites) et deux principes positifs (le partage
des profits et des pertes, l'existence d'un actif sous-jacent).

Sous-section 1 : Les interdictions prévues par la finance islamique

La finance islamique se caractérise par son aspect contraignant par rapport à la


finance conventionnelle. En effet, un certain nombre de mesures prises par les
institutions religieuses islamiques visent à appliquer les principes de l’Islam à la
finance contemporaine. L’une des principales exigences est la prohibition de
l’intérêt. En plus, la finance islamique est régie par d’autres fondements : elle
n'approuve pas l'implication dans la prise de risque excessive. La clarté dans l’objet
des contrats et la compatibilité des actifs financés aux principes de la charia, la
transparence et le libre consentement des parties sont les règles de base dans la
finance islamique. Un certain nombre de principes et de règles découlent de cette
philosophie et sont discutés ci-dessous.

1-1 L’interdiction de l’intérêt (le Riba)


L’interdiction de l’intérêt est présentée comme la caractéristique essentielle du
système financier islamique. Littérairement, le mot « riba » en arabe veut dire une
augmentation, et en tant que racine, cela renvoie au processus d’accroissement. A
travers l’histoire musulmane, le mot riba a été reconnu comme équivalent à l’intérêt
payé sur un prêt. Il peut être défini ainsi : « Le Riba est tout intérêt stipulé
contractuellement, calculé préalablement sur la base du capital initial prêté et du

28
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

temps, convenu sans aucune relation avec les résultats éventuels de l’opération
financée »22.

Cette interdiction découle du rôle assigné à la monnaie. Elle est considérée comme
un instrument d'échange et d’étalon de valeur. Son rôle de réserve de valeur n’est
pas admis en islam. L’argent n’est pas considéré comme un bien susceptible de
générer par lui-même des revenus du seul fait de l’écoulement du temps. La finance
islamique considère que le fondement de la rémunération de l’argent placé est la
rentabilité de l’actif ainsi financé. Elle exclut par principe l’idée d’une rémunération
fixe, déconnectée de la rentabilité de l’actif financé.

1-2 L’interdiction du Gharar (incertitude) et du Maysir (spéculation)


Interdiction de l’incertitude ou « Gharar »

La deuxième interdiction majeure est celle de la pratique de « Gharar », qui se réfère


à l'incertitude ou au risque né d’un manque de clarté concernant la substance ou le
prix dans un contrat ou une transaction d’échange. Ainsi, une vente ou tout autre
contrat portant sur des éléments de nature à entrainer une incertitude absolue sur la
substance et le prix ne sont pas permis.

Le terme «Gharar» en arabe signifie: danger, risque et enjeu. L’existence de Gharar


peut être prouvée si l’une des trois conditions suivantes est remplie23 :

- La responsabilité de l’une des parties contractantes dans une transaction ne


peut être prouvée ou elle est incertaine,
- la prestation ne peut être rendue ; ou
- le paiement de cette prestation est incertain.

Dans la terminologie des jurisconsultes, "Gharar" est la vente d'une chose ou d’un
produit qui n’existe pas à la date de la transaction ou la vente d’un élément qui est
la conséquence d’un événement dont la survenance est incertaine.

22
: La finance islamique : Geneviève Causse Broquet page 34
23
: Understanding Islamic Finance , Muhammad Ayub, John Wiley & sons edition 2007

29
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Les éléments traitant du gharar dans la littérature islamique sont beaucoup plus
moindre que celle de l’intérêt. Toutefois, les savants en la matière ont essayé de
transposer les traditions de l’époque du prophète au contexte actuel pour
déterminer si une transaction est compatible avec les principes de la Charia.

L'incertitude ne peut pas être évitée dans le monde des affaires. La prise de risque
est plutôt une condition pour la réalisation de profits. Le problème, cependant, était
que le degré d'incertitude rendant toute opération non conforme aux principes de la
charia n'avait pas été clairement défini. Dernièrement, « les chercheurs ont
différencié entre l’incertitude absolue et le degré d’incertitude acceptable et ont
déclaré que seules les transactions qui impliquent une incertitude excessive à l'égard
de l'objet et le prix dans un contrat devraient être interdites »24. Ils classent les
principes couvrant le gahrar (incertitude) comme suit :

A- Incertitude dans les termes et l’essence des contrats :


- Deux ventes en une seule ;
- Paiement à l’avance ;
- Vente sans inspection de marchandises ;
- Vente sous condition suspensive ;
- Ventes futures.
B- L’incertitude dans l’objet des contrats :
- L'ignorance du genre.
- L'ignorance de l'espèce.
- L'ignorance des attributs
- L'ignorance de la quantité.
- L'ignorance quant à l'identité spécifique de l'objet.
- L'ignorance au sujet de la date de paiement dans les ventes différées.
- l'incapacité explicite ou probable pour livrer l'objet.
- Contrat sur un objet inexistant.

24
Understanding Islamic Finance , Muhammad Ayub, John Wiley & sons edition 2007

30
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Pour conclure, les contrats doivent contenir clairement la définition de l’objet, la


valeur des éléments échangés. Ainsi, la marchandise doit être définie, déterminée et
livrable et dont les caractéristiques sont clairement communiquées aux parties
contractantes ; la qualité et la quantité doivent être également précisées.

Interdiction de la spéculation ou « Maysir et quimar »


Les mots « Maisir » et « Quimar » sont utilisés dans la langue arabe distinctement.
« Maisir » se réfère à l’argent facilement accessible ou à l’accumulation de richesses
par hasard, même si c’est fait au détriment des droits des autres. « Quimar » signifie
le jeu de hasard : une personne met son argent ou une partie de sa fortune en jeu
dans lequel il peut gagner d'énormes sommes comme il risque la perte de sa mise de
fonds.

La spéculation est interdite par le droit islamique. Cette interdiction se rapproche


de celle du Gharar dans ses conséquences. Ainsi, les contrats passés ne doivent pas
contenir d’éléments d’incertitude ou de spéculation. A titre d’exemple, des
opérations de type Swaps ou futures, qui sont spéculatives par nature, ne sont pas
possibles en matière de finance islamique. Cette dernière exige toujours un lien avec
l’économie réelle.

1-3 L’interdiction des actifs illicites (Haram)


Un aspect important dans la finance islamique réside dans les critères de choix des
investissements, et l’interdiction des actifs illicites. Un financement islamique ne
peut avoir pour objet un investissement dans une activité interdite par la Charia.
Nous pouvons mentionner à titre d’exemple la production et la commercialisation
des boissons alcoolisées, la production et la commercialisation de la viande de porc,
l’industrie d’armement et les jeux de hasard. Il en est de même pour les opérations
réalisées avec les entreprises que l’on considère comme des compagnies écran
(entreprises qui ont des participations ou qui traitent exclusivement avec des
compagnies exerçant dans des secteurs non conformes à la charia).

31
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Toutefois, l’examen de la compatibilité des investissements et des financements


avec la Charia peut s’avérer parfois complexe. Cette difficulté apparait
principalement dans le financement des grands projets, à titre d’exemple, le
financement d’achat d’appareils par une compagnie aérienne qui a un service duty
free de vente d’alcool. Dans ce cadre, les banques islamiques sont dotées de
comités chargés de veiller à la conformité des activités de la banque aux principes
de la Charia.

Sous-section 2. Les principes positifs de la finance islamique

En l'absence de la pratique de prêt à intérêt comme mode de financement, les


institutions financières islamiques ont créé un certain nombre de techniques et
d'outils pour fonctionner. Ces techniques sont basées sur deux principes
fondamentaux. Le premier est le partage des pertes et des profits et regroupe toutes
les formes de partenariat pouvant exister entre l’institution financière et
l’investisseur. Le deuxième principe prévoit que toute opération de financement
doit être sous-tendue par un actif tangible identifiable c'est-à-dire des biens réels.

2-1 Partage des pertes et profits


La notion de partage des pertes et profits est l’un des éléments clés dans le concept
de finance islamique. Ce système est défini comme étant « un mécanisme financier
qui lie le capital financier à l’industrie et au commerce sans utiliser un intérêt »25. La
prise de risque par une entreprise est une condition préalable pour la réalisation de
bénéfices. Dans les transactions islamiques, le lien entre le profit et le risque est régi
par certains principes tirés du récit prophétique:
« Al ghounmou bil ghourmi » (‫ )الغنم بالغرم‬qui veut dire, nul bénéfice sans sacrifice, ainsi
que d’un autre récit; « Al kharadj bi dhamane » (‫ )الخراج بالضمان‬qui veut dire que celui
qui ne porte pas la responsabilité (dhamane), ne peut pas prétendre au rendement (al-
kharaj).

25
: Mémoire Karim CHERIF : Analyse des produits financiers islamiques, page 18

32
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Ces deux récits aspirent à la justice sociale et à l’équité dans les transactions. Ils
signifient que le revenu ou le gain ne sont mérités qu’en assumant le risque associé
à l’activité exercée.

Partant de ce principe, l'investissement n'est pas simplement une opération


financière ou monétaire dans laquelle le transfert de fonds est la seule activité. Il ne
peut être considéré comme tel que lorsqu’il traduit une activité économique réelle.
Cette définition découle du rôle assigné à la monnaie, qui isolée n’a pas de potentiel
de croissance et par conséquent ne crée de valeur ajoutée que lorsqu’elle est
adossée à l’activité réelle.

Des règles ont été édictées pour spécifier le cadre dans lequel un système bancaire
islamique pourrait fonctionner. Le point central qui le caractérise c’est que la
rémunération de participation de la banque dans le financement de l’investissement
ne peut être que sur la base du rendement effectif.

Dans la philosophie des banques islamiques, les clients sont des partenaires. S’ils
sont des déposants rémunérés, ils doivent accepter de partager les risques des
activités financées par leurs dépôts. S’ils sont emprunteurs, la banque participe au
projet (directement ou indirectement) et est de ce fait partenaire dans leurs activités.

A cet effet, un ensemble de méthodes et d’instruments, basés sur le partage des


risques et des profits a été développé dans le cadre de ce système tels que la
« Mudharaba » et la « Moucharaka ». 26

2-2 Adossement à un actif sous-jacent


Le deuxième principe positif, corollaire de l’interdiction de la pratique d’intérêt, est
la nécessité d’adosser les financements accordés à des actifs réels. Ce deuxième
principe apparait comme la conséquence logique de l’interdiction du prêt à intérêt.
La finance islamique considère que le fondement de la rémunération de l’argent
placé est la rentabilité de l’actif ainsi financé. Elle impose aux investisseurs de
s’engager dans l’économie réelle, empêchant la déconnexion entre les marchés
26
Cf. section 3 : les produits islamiques de financement

33
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

financiers et la réalité économique. Toute opération financière doit être adossée à


des actifs réels. L’existence d’un actif sous-jacent permet d’établir le lien entre la
sphère réelle et la sphère financière.

La problématique sur les moyens alternatifs au financement par crédit bancaire a


incité les économistes et juristes musulmans de chercher dans la jurisprudence des
transactions islamiques27 et d’essayer de confectionner des instruments capables de
remplir les fonctions financières de crédits tout en demeurant conforme au principe
de la Charia.

Section 3 : Les produits islamiques de financement

Introduction :

Les principes de financement islamique renversent la conception traditionnelle de


prêt à intérêt. En effet, la prohibition du riba pose la question sur la nature et les
propriétés de l'alternative islamique au système de financement fondé sur l'intérêt. En
principe, toute technique de financement envisageable et qui ne transgresse pas les
règles de la Charia, dont principalement l'interdiction du riba et du "gharar", est
acceptable.

Les banques islamiques assurent le financement en utilisant deux méthodes


principales : la première consiste dans les opérations basées sur le principe de partage
de pertes et de profits tels que la Moudhraba et la Moucharaka. Dans ce cas, la
rémunération de la banque n’est pas fixée à l’avance et dépend des résultats réalisés en
aval de l’opération de financement. La seconde s’applique aux opérations de vente de
marchandises à crédit et conduit donc à un endettement de la partie qui achète ces
biens. Elle fait intervenir un certain nombre de modes de financement tels que la
Mourabaha, l’Ijarah, le Salam, et l’Istisnaâ. La rémunération de la banque dans ces cas
est intégrée au prix de vente.

27
Equivalent en arabe :‫فقه المعامالت اإلسالمية‬

34
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Théoriquement et pratiquement, il existe plusieurs modes de financement, cependant


nous allons nous limiter dans cette section aux principaux produits offerts par les
banques islamiques qui s’articulent autour des deux familles suivantes :

- Les modes de financement participatifs ;


- Les opérations commerciales.

Sous-section 1 : Les modes de financement participatifs


Le concept de base dont sont issus les produits qui seront décrits ci-après est
l’association capital-travail dans des opérations de type participatif. Ces montages
associant le capital et le travail consacrent le principe de partage des pertes et des
profits.

Ces opérations participatives sont généralement des opérations de financement à


long terme et les deux techniques utilisées pour les illustrer sont la Moudaraba et la
Moucharaka.

1-1 La Moudaraba : Financement du travail (partenariat passif)


Alternative au prêt à intérêt destiné à l’investissement, la Moudaraba est un mode
de financement comparable à ce qui se fait dans les Fonds Communs de
Placements à Risque « FCPR ». Cette technique a été autorisée dans la finance
islamique pour permettre au bailleur de fonds, détenteur de capitaux et qui ne peut
pas investir lui-même son argent (faute de temps ou de compétences), de bénéficier
des aptitudes d'un entrepreneur qui a les compétences pour monter un projet, mais
qui ne dispose pas des fonds nécessaires.

La Moudaraba peut être définie « par le contrat conclu entre un investisseur qui
apporte les fonds (rabb-al-mal) en l’occurrence la banque et un entrepreneur
(manager) appelé Mudarib qui assure le travail nécessaire et apporte son expertise
pour faire fructifier ces fonds dans une opération conforme à la charia »28 .

28
La finance islamique : Geneviève Causse broquet page 52

35
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

En cas de réalisation de profit, ce dernier est distribué entre les deux parties selon
un ratio qu’il convient de déterminer au moment de la signature du contrat. Le
manager ne peut prétendre à aucune autre rémunération que celle du ratio
initialement convenu. La perte financière incombe au propriétaire du capital ; la
perte du manager étant le coût d’opportunité de sa propre force de travail qui a
échoué de générer un surplus de revenu. En dehors du cas de violation du contrat
ou d’une négligence, le manager n’a pas à garantir ni le capital investi, ni la
réalisation d’un profit. Bien que le pourvoyeur de fonds puisse imposer, dans les
termes du contrat, certaines conditions que le manager accepte d’ailleurs, mais il n’a
aucun droit de s’ingérer dans le travail quotidien du Mudarib.

En tant que mode de financement pratiqué par les banques islamiques, les
déposants, dont l’argent fourni figure au passif de la banque, sont considérés
comme « rabb-al-mal », la banque étant le « Mudarib ». Les dépôts Mudaraba
peuvent former soit un pool commun, soit investis dans un projet ou un segment
d’activité bien précis. S’agissant de l’actif, la banque se comporte comme rabb- al-
mal vis-à-vis de l’entrepreneur manager qui joue le rôle du Mudarib. Cependant, le
manager est souvent autorisé d’associer le capital Mudaraba avec ses propres fonds.
Dans ce cas, les profits peuvent être partagés selon des ratios convenus entre les
deux parties, mais la perte incombe aux deux parties proportionnellement au capital
fourni par chacune d’elle.

1-2 La Moucharaka : partenariat actif


La Moucharaka est une pratique ancienne qui a été reprise par les banques islamiques.
Autrefois, il s’agissait d’un accord entre deux partenaires pour mener à bien une
opération. Dans le cas présent, c’est la banque qui devient le partenaire d’un opérateur
économique au même titre des pratiques actuelles des Sociétés d’Investissement à
Capital Risque « SICAR ».
Le mot Moucharaka vient du mot arabe shirkah qui signifie participation ou association.
Elle peut être définie comme « un contrat par lequel deux parties ou plus qui

36
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

souscrivent au capital d’une nouvelle société pour la réalisation d’un projet spécifique
(de type « joint-venture »), ou prennent des participations dans une société existante et
participent aux profits selon les indications consignées dans le contrat et aux pertes
proportionnellement à leurs apports respectifs dans le capital, sauf si la mauvaise
gestion est avérée »29.
Ce mode de financement se distingue de la moudharaba sur les aspects suivants :
- L'institution financière intervient non seulement dans la formation du capital
des projets à financer mais aussi dans la gestion. A ce titre, elle peut être
représentée dans les organes de gestion. Tous les associés, y compris la
banque, ont droit de regard sur la gestion du projet. Chaque associé y compris
la banque se réserve le droit de surveiller la bonne marche de l'opération et de
se retirer si les perspectives ne lui paraissent pas satisfaisantes ;
- Le partage des profits est fixé à l'avance indépendamment des apports initiaux.
C'est-à-dire que les bénéfices éventuels sont partagés selon les rapports fixés
par le contrat et qui ne sont pas forcément égaux aux rapports des apports de
fonds initiaux. Par contre les pertes éventuelles sont réparties exactement au
prorata des apports. ;
- Le manager reçoit une rémunération pour la gestion effective du projet avant la
répartition des bénéfices nets.
La Moucharaka apparait comme une forme de partenariat actif dans lequel, les deux
parties participent dans le capital et dans la gestion, et aussi dans les profits et les
pertes réalisés.

Sous-section 2. Les modes de financement assimilables aux contrats de


crédits conventionnels ou les opérations commerciales
L’association entre les produits bancaires classiques et les règles de la Charia a
donné lieu au développement de contrats et de techniques sophistiqués permettant
en même temps à l’établissement bancaire de satisfaire aux besoins de financement
de ses clients tout en respectant les règles de la Chariaa. Parmi les produits

29
La finance islamique : Geneviève CAUSSE BROQUET page 57

37
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

bancaires offerts par les banques islamiques, nous allons présenter ci-après les
techniques suivantes :

- Les contrats de Mourabaha ;


- Les contrats de Ijara ;
- Les contrats de Baï Salam ;
- Les contrats de Istisnaa.

2-1 La Mourabaha (vente à bénéfice ou à marge)

La Mourabaha peut être définie comme étant « un contrat par lequel un


établissement de crédit acquiert, à la demande d’un client, un bien meuble ou
immeuble en vue de le lui revendre moyennant une marge bénéficiaire convenue
d’avance »30.

Le contrat de Mourabaha fait intervenir trois acteurs :

- Le client qui exprime le besoin de se procurer des biens ;


- Le fournisseur des biens et services ; et
- La banque islamique qui acquiert un actif pour le compte de son client.

Cette opération se rapproche beaucoup du prêt conventionnel d’autant plus que la


marge est souvent fixée par référence au taux directeur. Toutefois, elle diffère sur
les points suivants :

- La marge est une rémunération du risque encouru par le banquier qui est
propriétaire des biens entre le moment où la banque prend livraison de la
commande et la revend à son client. Elle est donc responsable de tous les
dommages pouvant survenir.
- La marge négociée est fixe et ne varie pas durant la période de règlement.

Les différentes étapes de l’opération peuvent être décrites comme suit :

30
http://www.pamecas.org/la-finance-islamique?start=1

38
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

1ère étape : Le client acheteur prend contact avec le fournisseur, négocie et


définit les caractéristiques des marchandises dont il a besoin ; ensuite il
communique ces informations à la banque qui lui fixe un prix.

2ème étape : le client acheteur signe une promesse d’achat à la banque assortie ou
non d’un dépôt de garantie.

3ème étape : la banque et le fournisseur s’engagent dans un contrat d’achat.

4ème étape : la livraison est effectuée au profit de la banque.

5ème étape : un contrat de Mourabaha est signé entre la banque et son client
acheteur pour un prix comprenant le coût de revient plus une marge.

2-2 Les contrats d’Ijara

« Par Ijara, on entend tout contrat selon lequel un établissement de crédit met, à
titre locatif, un bien meuble ou immeuble déterminé, identifié et propriété de cet
établissement, à la disposition d’un client pour un usage autorisé par la loi. » 31

Historiquement, l’Ijara ou la location, ne visait que les immeubles à usage


d'habitation ou agricole, la location des animaux et la location de services ou de
travail. La location du matériel en tant que bien d'équipement était quasiment
absente et cela s'explique par le contexte international qui n'avait pas encore connu
l'usage du leasing. Ce n’est qu’à partir des années 1950 que la notion de leasing est
apparue au début dans les Etats Unis d’Amérique puis introduite en Europe à partir
des années 1960.

La pratique des banques islamiques sous la formule « Ijara wa Iqtinaa » correspond


au terme anglais « leasing » qui peut être définie comme étant une location
irrévocable de biens d'équipement, ou d'immeubles, achetés en vue de cette
opération, par des entreprises spécialisées qui en demeurent propriétaires, avec
option d'achat à l'échéance en faveur de l'utilisateur.

31
Source : http://www.apsf.org.ma

39
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Dans ce genre de financement, les banques islamiques ont vu une technique qui
s'accommode avec leur orientation de concourir au développement des économies
dans un strict respect de la Charia.

Cette technique de financement fait intervenir trois acteurs principaux :

- Le fournisseur (fabriquant ou vendeur) du bien ;


- Le bailleur (en l’occurrence, la banque qui achète le bien pour le louer au
client) ;
- Le locataire qui loue le bien en se réservant l’option de l’acquérir
définitivement au terme du contrat de location.

Schématiquement, cette technique se présente comme suit :

2-3 Le contrat de vente Salam ou « Bai Salam »

Selon le savant hanafite Ibn al-Hammam "As-salam est l'acquittement immédiat


d'un achat à terme. Le terme concerne la marchandise (absente) vendue contre
paiement au comptant de son prix"32.

De cette définition, on retient la notion d'échéance ou de terme qui est attachée à la


chose vendue et la notion d'acquittement (au comptant) du prix convenu.

De première vue, ce produit financier peut être considéré comme non conforme à
la Charia du moment qu’il n’existe pas à la date de la transaction. Toutefois, la
vente Salam trouve sa licéité dans la Sunna. En effet, selon le Hadith d’Ibn Abbas,
« Le Prophète est arrivé à Médine à un moment où les gens achètent les fruits sur
une et deux années, il a dit : celui qui achète un bien qui lui sera livré
ultérieurement, qu'il le fasse en une mesure connue, un poids connu et à une
échéance déterminée ». (hadith rapporté par al-Boukhari et Muslim).20

C’est un contrat de vente avec livraison différée et paiement comptant. La banque


intervient comme acheteur d’une marchandise qui lui sera livrée à terme pour son

32
Source :Banque Islamique de Développement : introduction aux techniques islamiques de financement

40
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

client. Dans la pratique des banques islamiques, deux contrats indépendants sont
établis : le premier engage l’institution financière à acheter les marchandises auprès
du fournisseur en contrepartie d’un paiement au comptant. Le deuxième est un
contrat de vente conclu avec l’acheteur soit par un paiement au comptant ou par
des versements échelonnés.

Le montage financier de cette technique passe par les étapes suivantes :

1ère étape : un acheteur et un vendeur s’entendent sur les caractéristiques de la


marchandise;

2ème étape : Signature d’un contrat « Salam » entre la banque et le vendeur et


paiement du prix convenu. Dans ce contrat, la banque peut autoriser la livraison à
l’acheteur final.

En vue de se prémunir contre les risques du désistement du client final de la


marchandise ou d’une baisse des prix, la banque peut signer un contrat salam
parallèle (il est considéré comme un contrat Salam du fait que la livraison sera
effectuée d’une manière différée) avec le client.

3ème étape : livraison de la marchandise ou du produit au client final ;

4ème étape : paiement par le client final du prix indiqué dans le deuxième contrat qui
correspond au coût de revient majorée d’une marge.

2-4 Les contrats Istisna’a (Contrat de sous-traitance ou de fabrication)

Littérairement, l’Istisna’a est la demande de fabrication. Il se définit comme étant un


arrangement entre deux parties, demandeur et un fabricant, où le premier s'engage à
acquérir auprès du second un produit déterminé. A la différence du salam, l'acheteur
n'est pas tenu de s'acquitter de la totalité du montant au moment de la signature du
contrat. En fait, le contrat peut ne pas porter sur une quantité déterminée pour une
période déterminée ; le paiement se fait par tranche pendant la période du contrat au
fur et à mesure de la réalisation des travaux.

41
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Ce contrat présente des similitudes avec la vente Salam dans la mesure où l’achat
porte sur des biens qui n’existent pas à la date de conclusion du contrat. Il se
différencie de ce dernier par :

- La non exigence du paiement intégral du prix au moment de la signature du contrat.


- Une flexibilité dans la détermination de l’échéance et la fixation des modalités de
paiement.

Ce type de technique trouve sa conformité par rapport à la Charia dans la sounna33.


Le Prophète lui-même s'est fait fabriquer une bague et un 'minbar'34

En pratique, cette technique de financement prend la forme d’un double contrat et


fait intervenir trois parties :

- Le client de la banque : acheteur final d’un bien pour lequel il cherche un


financement ;
- La banque ;
- Le vendeur ou le fabriquant ou le maitre de l’ouvrage.

Les deux contrats portent sur le même bien mais sont indépendants.

Le montage financier de cette technique passe par les étapes suivantes :

1ère étape : Le client acheteur et le fournisseur se concertent pour déterminer les


spécifications du bien à réaliser ;

2ème étape : la banque passe un contrat istisnaa avec le producteur. Dans ce


contrat sont précisés les spécifications du bien, la date et le lieu de livraison et
les modalités de paiement.

3ème étape : la banque et le client acheteur s’engagent dans un deuxième contrat


istisnaa qui reprend les spécifications du bien à fabriquer la date et le lieu de la
livraison à l’exception des modalités de paiement qui seront propre à ce
deuxième contrat.

33
Sounna : pratiques et usages du prophète Mohammad
34
Banque islamique de développement : introduction aux techniques islamiques de financement page 161

42
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

4ème étape : la banque reçoit la livraison du bien ou en général il est livré


directement au client acheteur s’il en a été convenu ainsi.

43
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Conclusion :
La finance islamique peut être définie comme « étant des services et opérations de
financement principalement mis en œuvre pour se conformer aux principes de la
Charia ».35 Elle est organisée autour des principes fondamentaux qui renversent la
conception traditionnelle de prêt à intérêt.

Les banques islamiques assurent le financement des acteurs économiques en utilisant


deux méthodes principales : la première consiste dans les opérations basées sur un
partenariat avec les clients telles que la Moudharba et la Moucharaka. Dans ce cas, la
rémunération de la banque n’est pas fixée à l’avance et dépend des résultats réalisés en
aval de l’opération de financement. La seconde s’applique aux opérations de vente et
conduit donc à un endettement de la partie qui achète ces biens. Elle fait intervenir un
certain nombre de modes de financement tels que la Mourabaha, l’Ijarah, le Salam, et
l’Istisnaâ. La rémunération de la banque dans ces cas, fixée à l’avance, est intégrée au
prix de vente.

La « Mourabaha » est la forme la plus utilisée par les banques islamiques. Son poids
relatif est estimé à plus de 70% de l'ensemble des financements accordés par les
banques islamiques.36

L’importance de cette forme de financement adoptée par les banques islamiques,


nous a amené à poser les questions suivantes : quel est l’origine de la vente
Mourabaha ? Quels sont les caractéristiques et les spécificités de ce mode de
financement ? et en quoi se distingue-t-elle du crédit bancaire ?

Les réponses à ces questions sont traitées au niveau du chapitre 2.

35
Source : Maroc, Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières, la finance islamique Octobre 2011
36
Banque islamique de développement : introduction aux techniques islamiques de financement

44
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

CHAPITRE 2 : LES OPERATIONS DE MOURABAHA

Introduction
La Mourabaha a été définie par L’Organisation pour la Comptabilité et l’Audit des
Institutions Financières Islamiques, plus connue sous son acronyme anglais
AAOIFI, comme étant : « …la vente d’un bien pour un prix égal au prix d’achat avec une
marge définie et approuvée par les parties. Elle peut être une vente simple, dans ce cas elle est
appelée Mourabaha ordinaire ou précédée par une promesse d’achat dans ce cas elle est appelée
Mourabaha bancaire. La marge de profit peut être un pourcentage du prix de revient ou un
montant fixe ».37

Bien que cette définition est apparue avec la publication de la norme de la chariaa
n°8 de l’AAOIFI, la Mourabaha est un ancien concept qui date de l’avènement de
l’Islam.
Ainsi il serait utile de présenter dans une première section le concept de Mourabaha
dans la littérature classique et de montrer son origine et les sources de cette
pratique ainsi que son évolution dans le temps. La deuxième section sera consacrée
à l’étude détaillée des caractéristiques de la Mourabaha bancaire telle que pratiqué
actuellement par les banques islamiques en se basant sur les normes publiées ainsi
que sur les pratiques du secteur.
En substance, le financement par voie de Mourabaha se rapproche du financement
par crédit bancaire. Toutefois, elle s’en distingue sur des points essentiels. Une
comparaison entre ses deux modes est présentée au niveau de la troisième section.

37
Norme 8 de l’AAOIFI a défini la Mourabaha comme suit :
‫ ﺑﻧﺳﺑﺔ ﻣن اﻟﺛﻣن أو ﺑﻣﺑﻠﻎ ﻣﻘطوع ﺳواء‬،‫"ﺑﻳﻊ ﺳﻠﻌﺔ ﺑﻣﺛﻝ اﻟﺛﻣن اﻟذي اﺷﺗراﻫﺎ ﺑﻪ اﻟﺑﺎﺋﻊ ﻣﻊ" زﻳﺎدة رﺑﺢ ﻣﻌﻠوم ﻣﺗﻔق ﻋﻠﻳﻪ‬
‫ أو وﻗﻌت ﺑﻧﺎء ﻋﻠﻰ وﻋد ﺑﺎﻟﺷراء ﻣن اﻟراﻏب ﻓﻲ اﻟﺣﺻوﻝ ﻋﻠﻰ اﻟﺳﻠﻌﺔ‬، ‫وﻗﻌت ﻣن دون وﻋد ﺳﺎﺑق وﻫﻲ اﻟﻣراﺑﺣﺔ اﻟﻌﺎدﻳﺔ‬
‫ وﻫو أﺣد ﺑﻳوع اﻷﻣﺎﻧﺔ اﻟﺗﻲ ﻳﻌﺗﻣد ﻓﻳﻬﺎ ﻋﻠﻰ ﺑﻳﺎن ﺛﻣن اﻟﺷراء أو اﻟﺗﻛﻠﻔﺔ‬. ‫ﻋن طرﻳق اﻟﻣؤﺳﺳﺔ وﻫﻲ اﻟﻣراﺑﺣﺔ اﻟﻣﺻرﻓﻳﺔ‬
". ( ‫) ﺑﺈﺿﺎﻓﺔ اﻟﻣﺻروﻓﺎت اﻟﻣﻌﺗﺎدة‬

45
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Section 1 : Les opérations de Mourabaha dans la littérature classique


Le terme Mourabaha est dérivé du mot arabe « ribh » qui veut dire en jurisprudence
islamique, « bénéfice ». Il désigne la vente au prix de revient majoré d'une marge
bénéficiaire. Ce type de contrat était connue durant la période préislamique sous le
nom de « Baï Bitaajil Addfaa » mot en arabe qui veut dire la vente à crédit ou vente à
tempérament.

Il faut dire que ce type de vente, bien qu’il a été largement pratiqué par les
commerçants durant la période préislamique, il était dépourvu d’un cadre
réglementaire qui fixe les normes de bonnes pratiques permettant d’assurer une
certaine équité entre les commerçants quant à la définition des prix de vente et des
caractéristiques des marchandises et biens pouvant faire l’objet de commerce.

Avec l’avènement de l’islam, des normes ont été établies pour définir les
caractéristiques des différents contrats de ventes dont la vente avec majoration du
prix de revient. La conformité à la Chariaa de ce type de contrat dérive des versets du
coran, de la sunna du prophète, du consentement de la majorité des savants
musulmans et du Quias (analogie).

Un des principes fondamentaux sur lequel se base la jurisprudence des transactions


islamiques stipule ce qui n’est pas interdit est permis. En effet, rien dans le coran
n’interdit la vente Mourabaha. Bien au contraire, selon le verset 275 de sourate
« Albakara », l’islam incite les gens à entreprendre les activités commerciales au lieu de
prêter avec des intérêts (Cela, parce qu'ils disent : "Le commerce est tout à fait comme le riba",
alors qu'Allah a rendu licite le commerce, et illicite le riba).

L’islam a défini en outre les modalités de constatation de la dette. Celle-ci doit faire
l’objet d’un écrit qui précise l’échéance du terme et les modalités de règlement et que
des témoins soient présents.

Aucun hadith du prophète ne traite expressément des ventes Mourabaha. Toutefois,


cette forme de vente a été inspirée de sa pratique lors de l’achat de montures pour les

46
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

soldats.

En effet, « Abdallah, fils de Amr Ibn El Ass, raconte ce-ci : " le Prophète (sur lui salut
et bénédiction) m'a ordonné de préparer les chameaux retenus sous ma garde, pour
une expédition. Je les ai alors mis à la disposition des soldats jusqu'au dernier d’entre
eux. Des soldats sont restés sans monture. J'ai alors dit : "Ô Messager d’Allah! Il n'y a
plus de monture, que dois-je faire pour le reste des soldats? Il me dit : « achète-nous
des chameaux, contre de jeunes chamelles qui seraient acquises au terme des
[prochaines] périodes de l'aumône légale, et cela autant qu'il est nécessaire ». [Abdallah
fils d'Omar] ajoute en disant : j'achetais un chameau contre deux et même trois jeunes
chamelles qui seraient acquises à la prochaine période de l'aumône légale. Au terme de
cette dernière, le Prophète (sur lui salut et bénédiction) remit les jeunes chamelles
[promises] ". »38

La majorité des juristes musulmans sont d’accord que les ventes Mourabaha sont
conformes à la Charia.

Imam Malek a traité de la vente avec marge dans le « Mowatta » , le premier code qui
regroupe les traditions du prophète. Selon lui, la Mourabaha est réalisée par l'échange
de biens dont les prix englobent une marge bénéficiaire convenue39. Il reconnait ainsi
la pratique de la Mourabaha dans une transaction de Troc (marchandise contre une
autre marchandise).

Ibn Rushd dans son œuvre « Bidâyat al-mujtahid wa nihâyat al-muqtasid » tome II
page 328 précise que : « l’ensemble des savants sont sur l’unanimité que les ventes
sont de deux catégories : Musâwama et Mourabaha. Dans la Mourabaha, le vendeur
cite à l’acheteur le prix d’achat initial de la marchandise et lui conditionne une marge
bénéficiaire… » 40.

38
Les sciences de la charia pour les économistes : les sources du Fikh, ses principes et ses théories, le Fikh des
transactions financières et des sociétés et son application contemporaine. Banque islamique de développement (Acte de
séminaire n°44)
39
: Understanding Islamic Finance , Muhammad Ayub, John Wiley & sons edition 2007
40
: source : http://www.doctrine-malikite.fr/La-Mourabaha_a122.html

47
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

La principale caractéristique de la vente Mourabaha est la divulgation du coût d’achat


du vendeur. Cette obligation de mention est faite par analogie aux contrats de ventes
pratiqués dans la sounna sous l’intitulé de vente « Tawliyah » (‫ )التولية‬qui signifie la
revente de la marchandise à son prix d’origine.

Le concept de contrat de Mourabaha a évolué de la forme d’une vente simple, liant


deux commerçants, à une configuration tripartite impliquant la banque en sa qualité
d’intermédiaire financier.

La Mourabaha bancaire, appelée aussi Mourabaha pour le donneur d’ordre,


pratiquée actuellement par les banques islamiques se compose en deux parties :

- Une promesse d’achat manifestant l’expression du besoin du client ;


- Une vente de la marchandise réalisée par la banque au profit de son client.

La question qui se pose est : la Mourabaha pour le donneur d’ordre constitue-t-elle


une innovation ou une pratique ancienne ?

Selon le docteur Youssef Ben Abdallah Chebili41, les contrats de Mourabaha pour le
donneur d’ordre est une pratique ancienne et il appuie cette thèse en se référant à
l’imam Chaf’ei qui a dit : « si quelqu’un demande à un homme de lui acheter une
marchandise et de lui revendre cette même marchandise avec un profit, Cette vente
est légitime »42

Le contrat de Mourabaha fait intervenir deux parties : un vendeur et un acheteur


selon le schéma suivant : un client contacte un fournisseur et lui désigne le bien
qu’il désire acheter. Après accord sur les termes du contrat, la propriété du bien est

41
: Fikh Al Mouamalt al Masrifia Tome 4 Page 9
42
: Fikh Al Mouamalt al Masrifia Tome 4 Page 10

48
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

transféré à l’acheteur qui paie le prix convenu à l’échéance (ou aux échéances)
prévue(s).

Cette forme de financement constitue pour les banques islamiques


«l’option idéale »43 dans la mesure où elle garantit le respect des principes de la
finance islamique sans avoir besoin à faire recours à des montages financiers
complexes. Toutefois, la banque en sa qualité d’intermédiaire financier ne peut pas
exercer à titre habituel l’activité de commerce de détail. Une telle pratique n’est pas
réalisable dans la majorité des pays pour deux raisons principales :

- Premièrement, l’exercice de l’activité de commerce par les banques engendre


inévitablement un déséquilibre économique et ne permet pas d’assurer une
équité entre les différents acteurs économiques.
- Les législations réglementant l’activité bancaire interdisent généralement aux
établissements de crédit d’entreprendre de façon habituelle des activités
commerciales. De plus, les normes prudentielles ont même limité la
participation des banques dans les entreprises n’opérant pas dans le secteur
financier.

Face à de telles contraintes, les opérations de financement de Mourabaha


entreprises par les banques font intervenir généralement trois parties.

Section 2 : La Mourabaha bancaire


La Mourabaha bancaire, appelé aussi Mourabaha pour le donneur d’ordre, est régie
par la norme de la chariaa n°8 publié en mai 2002 par l’AAOIFI44.

En Tunisie, il n’existe pas un cadre juridique spécifique à ce type de contrat. De par sa


forme d’une vente à tempérament, la Mourabaha peut juridiquement, être assimilée à
une vente avec facilité de paiement telle que régie par la loi n°98-39 du 02 juin1998.

Toutefois, l’article 6 de ladite loi exclut de son champ d’application les crédits
accordés par les établissements de crédits et les ventes d’immeuble.
43
Understanding Islamic Finance , Muhammad Ayub, John Wiley & sons edition 2007 page 221
44 AAOIFI : l’Accounting and Auditing Organisation for Islamic Financial Institutions

49
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Dans un objectif de vulgariser le concept de concept de Mourabaha bancaire, nous


allons présenter dans une première parties les caractéristiques de ce mode de
financement. Les effets de la conclusion d’un contrat Mourabaha tant sur la banque
que sur ses client sont présentés au niveau de la sous-section 2

Sous-section 1 : Caractéristiques de la Mourabaha bancaire

Afin d’appréhender les caractéristiques de ce type de contrat de financement, nous


allons nous référer dans un premier paragraphe au Code des Obligations et des
Contrats tunisien afin de définir les conditions générales de validité de ce contrat.
Ensuite, nous allons présenter dans un deuxième paragraphe les particularités de ce
mode de financement à travers l’étude de la norme de la chariaa n°8 de l’AAOIFI.

1-1 Conditions générales de validité du contrat Mourabaha.

Le contrat de vente Mourabaha n'est valable que si les conditions suivantes sont
réunies:
- Le consentement des parties contractantes;
- Le prix; et
- L’objet de la vente.

A- Conditions relatives au consentement des parties

Conformément à l’article 580 du Code des Obligations et des Contrats, la vente


n’est formée que s’il y a accord des parties sur la chose, sur le prix et sur les autres
clauses du contrat.
Ainsi faut-il que le consentement donné par chacune des parties soit libre et
éclairé. Le droit de la vente ne fait que transposer sur ce point les règles générales
du droit des obligations qui veut que les parties aient la capacité de contracter et
que leur consentement ne soit entaché d’aucun des vices suivants : erreur, dol,
violence ou de lésion.

B- Conditions relatives au prix


50
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Le prix, qui est la somme d’argent à payer par l’acquéreur, représente la


contrepartie du transfert de propriété de l’objet vendu. Le prix étant un élément
constitutif de la vente, le contrat ne peut être parfait si cet élément fait défaut
(cour d’appel de Tunis, arrêt civil n° 68.494 du 12/11/75)45.
L’article 579 du Code des Obligations et des Contrats stipule que « le prix de la
vente doit être déterminé ». Ainsi, le prix doit être connu par les parties lors de la
conclusion du contrat. Lorsque le prix est déterminable, la vente est valablement
formée. Toutefois, les parties ne peuvent rapporter la détermination du prix à un
tiers, ni acheter au prix payé par un tiers, à moins que le prix ne soit connu par les
contractants.

C- Conditions relatives à l’objet de la vente

Tout contrat de vente n’est légalement valable qu’à condition que son objet soit
“dans le commerce”. En effet, conformément à l’article 62 du Code des
Obligations et des Contrats, peuvent seuls former objet d’obligation, les choses, les
faits et les droits incorporels qui sont dans le commerce ainsi que toutes les choses
au sujet desquelles la loi ne défend pas expressément de contracter.

L’objet ne doit pas avoir disparu ou péri au moment de la vente. Il n’est pas
nécessaire que ces biens existent lors de la conclusion du contrat. Mais dans
certains cas, il peut avoir pour objet une chose future : c’est le cas notamment de la
vente de la chose à fabriquer à condition que les parties prenantes dans le contrat
expriment leur consentement sur l’objet et le prix et qu’elle ne soit pas interdite ou
entaché d’une incertitude quant à la probabilité de sa réalisation (article 66 alinéa 1
du C.O.C).

1-2 Particularités de la Mourabaha.

La norme de la chariaa n°8 de l’AAOIFI relative à la Mourabaha pour le donneur


d’ordre a traité des différents aspects de ce mode de financement pratiqué par les

45
:Les encyclopédies Salah Amamou, Thème le contrat de vente.

51
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

institutions financières et a précisé les différentes étapes de conclusion de ce contrat.

Au départ, la Mourabaha pour le donneur d’ordre passe obligatoirement par deux


étapes essentielles : une première dite préalable et durant laquelle la banque islamique
acquiert les produits à financer sur la base de la promesse d’achat de son client et une
deuxième étape de conclusion définitive de l’opération.

Ensuite, elle institue des conditions particulières de validité relatives notamment à la


définition de l’objet de la chose à financer, la détermination et la divulgation du prix
de revient et la détermination du prix de vente.

A- Les procédures préalables à la Mourabaha

A-1 Champ d’application

Outre les actifs et biens qui ne sont pas conformes à la Chariaa, la norme n°8 a exclu
du champ d’application de ce mode de financement les opérations de changes qui ne
peuvent pas faire l’objet de vente contre un remboursement à terme. Il en est de
même pour le financement d’un engagement par signature : un accréditif impayé ne
peut être converti en un financement en devises. En outre, l’intervention de la banque
ne peut porter que sur les biens tangibles ; les services et la main d’œuvre ne peuvent
pas être financés par Mourabaha.

A-2 Promesse d’achat

La Mourabaha pour le donneur d’ordre est déclenchée par l’expression du besoin du


client de l’institution financière. Ce dernier peut demander à ce que l’acquisition des
biens à financer serait faite auprès d’un fournisseur qu’il le désigne de son propre chef
et la banque se réserve le droit de renoncer à cette transaction lorsque son client
refuse d’autres offres qui sont plus profitables à l’institution financière.

Ce besoin peut être matérialisé par un document qui précise l’expression du besoin et
la promesse d’achat auprès de l’institution financière.

La promesse d’achat faite ne doit pas engendrer une obligation de résultat mise à la

52
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

charge du client ou de l’institution financière. Elle ne peut que manifester le sérieux


des parties contractantes : l’une pour l’acquisition et l’autre pour le financement.

Conformément aux dispositions de l’article 18 du Code des Obligations et des


Contrats, la simple promesse ne crée point d’obligation. Toutefois, les engagements
sont obligatoires dès qu’ils sont parvenus à la connaissance de la partie envers laquelle
ils sont pris. Il s’agit en fait de « l’obligation de faire » qui ne peut se résoudre en cas
de conflit qu’en dommages et intérêts.46

A-3 Garanties liées à cette phase préalable

Préalablement à la conclusion de la Mourabaha, la banque islamique peut demander


des garanties qui peuvent se présenter en deux catégories :

- Une assurance de bonne exécution des travaux : Lorsque le client donneur


d’ordre désigne le fournisseur auprès duquel l’achat serait réalisé, la banque peut
demander une Assurance, connue dans le jargon des banques islamiques
« Takaful », de la bonne exécution des travaux de la part du fournisseur. Cette
assurance souscrite au profit de la banque islamique garantit l’accomplissement
des obligations en faveur de la banque et ce, même dans le cas de non réalisation
de l’opération de Mourabaha.
Ainsi le client assume le risque de non-conformité des biens et marchandises et le
manque de sérieux du fournisseur dans l’accomplissement de ses obligations.
Il est bien entendu évident que durant la période de réalisation de l’opération
(s’étalant de l’acquisition par la banque islamique et jusqu’à la livraison au client)
les risques liés à la marchandise demeurent assumés par la banque.
- Un dépôt de garantie : la banque peut demander durant la période de réalisation
de l’opération un dépôt de garantie en couverture des risques de pertes de valeur
de la marchandise acquise en cas de renonciation du client. Dans ce cas, la
banque est habilitée à retenir le montant de la perte résultant de la différence
entre le prix de revient de la marchandise et le prix de vente à un autre client. Ce
46
Les encyclopédies Salah AMAMOU : Thème le contrat de vente

53
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

dépôt de garantie ne constitue en aucun cas un acompte. Il est généralement


libéré à l’occasion de la réalisation définitive de la Mourabaha. Sur demande
expresse du client, ce dépôt de garantie peut venir en déduction du prix de vente.

B- Conclusion du contrat Mourabaha

L’opération de financement par Mourabaha est matérialisée par la conclusion du


contrat de vente entre la banque et son client. Nous allons présenter dans les
paragraphes suivants, les conditions de validité de ce contrat prévues par la norme n°8
de la Chariaa de l’AAOIFI.

B-1 Contrat de vente Mourabaha

La Mourabaha doit être matérialisée par un acte distinct de celui de l’acquisition par la
banque. De ce fait, le simple transfert de propriété à la banque ne peut constituer en
lui seul un contrat de Mourabaha conclu tacitement. De même la banque ne peut
obliger son client à signer le contrat de Mourabaha du seul chef de l’existence de la
promesse d’achat. Cependant, et en cas de renonciation de la part du client, la banque
peut demander un dédommagement égal à la différence entre le prix d’acquisition et
celui de la revente à un autre client. Comme nous l’avons développé précédemment
elle peut retenir le dédommagement sur les dépôts de garantie ; ou bien faire exécuter
l’option dans l’acte d’achat auprès du fournisseur.

Si la société a acquis le bien avec un crédit fournisseur celle-ci doit le mentionner dans
le contrat de Mourabaha.

B-2 Indication du prix de revient

L’indication dans le contrat de Mourabaha du prix de revient de la marchandise ou


des biens à financer constitue un élément de base pour la formation du contrat. Ainsi,
le vendeur doit indiquer fidèlement le prix d’acquisition des produits ou des
marchandises acquises ainsi que les dépenses supplémentaires engagées tels que le
transport, le traitement et les frais d'emballage, les frais de stockage etc…

54
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Le prix de revient est constitué du prix d’acquisition ainsi que les frais directs
supportés par la banque. Aux termes du paragraphe 4-4 de la norme de la chariaa n°8
de l’AAOIFI, la banque ne peut pas inclure dans le prix de revient les frais généraux
administratifs tels que la facturation des salaires du personnel de la banque.

B-3 Détermination du prix de vente

Le vendeur (dans le cas d’espèce la banque islamique) et l’acheteur (le client) doivent
convenir une Marge à appliquer au coût de revient de la marchandise. Une fois le prix
fixé, il ne peut être augmenté. Toutefois, ce prix peut être réduit lorsque la banque
islamique reçoit un rabais ou une remise de la part du fournisseur initial de la
marchandise. L’AAOIFI admet la possibilité de détermination du prix de vente,
durant la période préalable à la conclusion de Mourabaha, en se référant à un taux
directeur tels que le Libor ou le TMM (en Tunisie). Toutefois, lorsque les parties sont
engagées dans un contrat de Mourabaha, le prix de vente fixé ne doit pas subir des
changements.

B-4 Autres dispositions pouvant être prévues dans le contrat

- Déchéance du terme et exigibilité de la dette : la banque peut insérer au contrat de


Mourabaha une clause de déchéance du terme en vertu de laquelle les échéances
seront exigibles à défaut de règlement d’une échéance ou d’un retard de règlement.
- Constitution des Garanties : l’AAOIFI recommande aux banques islamiques d’exiger
de leur clients les garanties nécessaires tels que la caution solidaire d’une tierce
personne, l’inscription d’hypothèques ou demander des garanties financières etc…
- Pénalités de retards : le contrat Mourabaha peut contenir une clause de pénalisation
de tout retard de paiement.
- Consolidation et rééchelonnement : les dettes de Mourabaha ne peuvent pas faire l’objet
de consolidation ou de rééchelonnement. Toutefois dans certains cas, la banque
peut accorder un deuxième délai de règlement, sans que le prix fixé initialement ne
soit changé.

55
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Sous-section 2 : Conséquences de la conclusion d’un contrat de Mourabaha

Comme tout acte juridique, la conclusion d’un contrat de Mourabaha produit des
effets tant sur la banque que sur son client. Ces conséquences peuvent être présentées
selon la chronologie du déroulement de l’opération.

2-1 Conséquences de la période préalable à la conclusion du contrat

A- Obligations de contrôle de conformité mises à la charge de la banque


Le paragraphe 2-2-3 de la norme de la chariaa n°8 de l’AAOIFI met à la charge de
l’institution financière d’effectuer les investigations nécessaires afin de vérifier s’il
existe une relation entre le client et le fournisseur de nature à ce que cette opération
ne dissimule des détournements.

Par ailleurs, et par souci de conformité, la banque doit s’assurer que les offres de prix
n’ont pas été acceptées par le client. En effet, durant la période de la négociation, les
offres de prix peuvent parvenir soit au nom du client soit au nom de l’institution
financière. Mais en aucun cas l’acceptation de l’offre ne peut être faite par le client. Si
par erreur le client a matérialisé l’acceptation de l’offre du fournisseur, la banque doit
immédiatement renoncer à cette opération de financement.

De même, pour la couverture du risque de désistement du client final, la banque peut


assortir le contrat d’achat qui la lie au fournisseur d’origine d’une clause permettant
d’avoir un délai pour la réalisation de la vente au-delà duquel elle dispose de l’option
de retourner les biens ou les marchandises en cas de renonciation du client.
B- Effet sur les revenus de la banque
Durant cette période préalable, la banque ne peut prétendre à aucune commission au
titre des facilités offertes par elle. En ce qui concerne les frais de préparation des
actes, ceux-ci peuvent être portés à la charge du client ou de l’institution financière et
ce, suivant les accords conclus entre les deux parties. A défaut, ces frais sont répartis
équitablement entre le client et la banque à condition que le prix correspond à la
valeur réelle du travail fourni et ne cache pas implicitement une commission

56
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

quelconque.

La commission d’étude ne peut être perçue par la banque que lorsque l’étude est
ordonnée par le client et que le prix a été consenti entre les deux partie. (une
obligation implicite de délivrer une étude de faisabilité et qu’elle soit ordonnée).

Dans le cas d’un financement syndiqué (crédit consortial), la banque chef de pool
peut demander une commission dite « commission d’organisation » qu’elle la facture
aux autres institutions financières.

2-2 Le transfert de propriété à la banque

A- Prise de possession de la marchandise par la banque avant la cession :

Elle constitue la condition de base pour la validité de tout contrat de Mourabaha. A ce


titre, il n’est pas admis que la cession de la chose ait lieu avant le transfert de propriété
à la banque.

A l'origine, la banque achète les articles directement du fournisseur, et elle peut


l’effectuer à travers un agent mandaté à ce titre. Selon le paragraphe 3-1-3 de la norme
de la chariaa n°8 de l’AAOIFI, la banque ne peut mandater le client que dans le cas de
l’extrême nécessité. Dans ces cas, la banque doit entreprendre les mesures nécessaires
afin de vérifier la validité de la transaction dont notamment :

- Elle doit assurer par ses propres moyens le règlement du fournisseur ; ainsi le
mandat accordé à l’agent se limite à la discussion et à la préparation des différents
documents nécessaires à l’accomplissement de l’achat du bien à financer ; le
règlement du prix demeure à la charge de la banque. (la norme précise que la
banque ne doit verser le montant de l’achat dans les comptes bancaires du
mandaté, le règlement doit avoir lieu directement à partir des comptes de la
banque).
- La banque doit veiller à ce que les documents justifiant le transfert de propriété
soient libellés en son propre nom.
- La norme recommande l’écoulement d’un certain délai entre la réalisation de
57
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

l’achat par l’agent mandaté au profit de l’institution financière et celui de la


revente à son client (qui peut être lui-même l’agent mandaté). Le respect de cette
condition peut être effectué à travers des avis échangés entre les deux parties. Le
premier porte sur la réalisation par l’agent de la transaction d’achat ; et le
deuxième concerne le consentement pour la réalisation de l’opération de vente au
profit du client final.

B- Modalité de prise de possession par la banque avant la cession

La norme a précisé que le transfert de propriété ne peut être réalisé qu’après le


transfert des avantages et des risques inhérent à la propriété (la délivrance). Les
modalités de ce transfert diffèrent selon la nature des biens à financer. La norme cite
le cas spécifique des ventes immobilières dont le transfert de propriété ne peut être
effectué qu’après la remise des clés.

L’article 593 du COC fait référence à l’usage et à la tradition réelle pour le constat de
la délivrance. Il cite l’exemple que la remise des certificats de dépôts ou de la lettre de
livraison vaut délivrance pour la marchandise entreposée.

C- Obligation de Garantie de la chose vendue

La garantie que le vendeur doit à l’acquéreur porte sur deux volets : le premier est
celui de la jouissance et la possession paisible de la chose vendue alors que le second
porte sur la garantie des vices rédhibitoires.

Malgré que la Mourabaha représente dans sa finalité un moyen de financement, la


banque n’est pas exonérée de l’obligation de garantie des vices cachés. Dans cette
optique, la norme de la chariaa n°8 de l’AAOIFI recommande aux institutions
financières de demander à leur client de souscrire une assurance de bonne exécution
des travaux au profit de la banque. Celle-ci peut l’exécuter en cas de vice caché dans
les biens et les marchandises financés.

58
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Section 3 : Comparaison entre financement par Mourabaha et financement


par crédit bancaire classique
La Mourabaha est un instrument financier très flexible et facilement adaptable. Elle
est à la base d’une grande variété de montages financiers islamiques et constitue le
mode d’intervention principal des banques islamiques pour le financement des
agents économiques : elle est utilisée dans le financement de l’entreprise qu’elle soit
lors de son démarrage ou lors de son cycle d’exploitation. En outre, elle permet de
financer les besoins des clients particuliers tant en adoptant des formes de
financement à court terme que dans le financement des actifs durables nécessitant
un financement à moyen et long terme.

En substance, ce produit financier se rapproche d’un contrat de crédit classique. En


effet, le crédit peut être défini par la mise à disposition par une personne ou une
organisation (le Créancier) d'une ressource (une somme d'argent ou un bien) à une
autre (le débiteur) contre l'engagement d'être payé ou remboursé dans le futur, à
une date déterminée. Lorsque la ressource fournie est un bien, on parle de crédit
fournisseur ; lorsque c'est une somme d'argent accordée par une banque, on parle
de crédit bancaire.47

Même si la Mourabaha rappelle singulièrement un contrat de dette classique, elle


s’en distingue, néanmoins, sur quelques points essentiels.

A travers une étude comparative entre la Mourabaha et le crédit bancaire nous


allons essayer de présenter les points de convergences et les caractéristiques
distinctives de ces deux modes de financement et ce, en prenant comme référence
les produits offerts par les banques islamiques opérant sur le marché tunisien tant
pour le financement des entreprises que pour le financement des particuliers.

Sous-section 1 : Présentation des formules de financement par Mourabaha


offertes par les banques tunisiennes

La banque islamique participe au financement de l’entreprise par le biais de

47
: http://www.vernimmen.net/html/glossaire/

59
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Mourabaha en adoptant diverses formules permettant le financement du cycle


d’exploitation ainsi que le financement des activités d’investissement.

Dans ce qui suit, nous allons présenter les différentes formules adoptées par les
banques islamiques tunisiennes pour le financement des entreprises.

1-1 Financement des entreprises

A- Financement du cycle d’exploitation :

L’importance des besoins issus de l’exploitation dépend essentiellement de la durée


du cycle de fabrication, de la gestion des stocks, de la politique de crédit consentie
aux clients et des délais de paiement obtenus des fournisseurs.

La Mourabaha contribue activement au financement du cycle d’exploitation de


l’entreprise et ce, en prenant diverses formes dont notamment :

- Le financement des stocks :

Cette forme de concours est destinée au financement d’un stock de matières


premières, de matières consommables et éventuellement, de produits semi-
finis ou finis constitués par les entreprises industrielles ou commerciales.
La banque islamique peut financer les achats consommés pouvant aller
jusqu’à trois (3) mois d’achats. Les délais de remboursement contractés avec
la banque tiennent compte de la durée du cycle d’exploitation et des autres
paramètres influant le besoin en fonds de roulement de l’entreprise en
l’occurrence la détention d’un stock de sécurité et le délai de règlement des
clients et des fournisseurs. Ce délai pourrait se situer entre trois mois et une
année.
Cette forme de financement s’inscrit sous la rubrique des crédits à court
terme telle que prévue par l’article 8 de la circulaire de la BCT n° 87-47 du 23
décembre 1987.48

48
Circulaire aux banques n°87-47 du 23 décembre 1987, relative aux modalités d'octroi, de contrôle et de
refinancement des crédits

60
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- Le financement des Marchés :

Les marchés conclus par l’entreprise peuvent être financés par Mourabaha à
condition que la banque ne participe que dans le financement de biens et
matériels tangibles. La banque intervient dans la phase de démarrage du
marché par l’acquisition des biens et marchandises nécessaires sans que son
concours ne dépasse 10% de la valeur du marché.
Elle agit aussi lors de l’avancement de la réalisation du marché en finançant
toute acquisition de biens tangibles dans la limite de 80% de leur coût.
Le remboursement de ces dettes s’effectue pour la première catégorie lors de
l’encaissement de l’avance sur marché auprès des clients et pour la deuxième
catégorie au fur et à mesure de l’encaissement des décomptes facturés par
l’entreprise.
Ces formules de Mourabaha sont similaires aux crédits de préfinancements
de marchés publics et d’avances sur créances administratives telle que
prévues par les articles n°11 et n°12 de la circulaire de la BCT n°87-47 du 23
décembre 1987.
- Le financement des Exportations :

Il s’agit d’un Financement à court terme, destiné à couvrir les besoins


occasionnés par la préparation d’un stock de marchandises destiné à
l’exportation. La banque finance l’acquisition des biens et marchandises par
voie de Mourabaha auprès des fournisseurs.
Cette formule est assimilée à un préfinancement export telle que prévue par
l’article 9 de la circulaire de la BCT n°87-47 du 23 décembre 1987.
La durée de remboursement prend en considération le cycle de production
ainsi que le délai de réalisation de l’export. Il s’étale entre 6 mois et 18 mois.
- Le financement des Importations :

La banque islamique intervient dans le financement des importations que ce


soit en devises ou en dinars et ce, par le biais de Mourabaha. Le montant du
financement peut atteindre 100% de la valeur des importations y compris les
61
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

différentes charges attachées (droits de douane,...). Cette forme de concours


peut être un dérivé des crédits à court terme ou à moyen terme tels que régis
par la circulaire de la BCT n°87-47 du 23 décembre 1987

B- Financement de l’investissement :

A sa création, l’entreprise doit se procurer un ensemble de biens destinés à une


exploitation durable. Il en va de même chaque année, l’entreprise devant réaliser
des investissements de nature variés correspondant à des objectifs multiples en vue
d’assurer sa survie (par le renouvellement et l’adaptation de son matériel) et son
développement (par l’accroissement de ses installations).

La mourabha permet le financement des activités d’investissement des entreprises.


Les formules de financement de ces actifs durables offertes peuvent se présenter
comme suit :

- Financement des travaux de construction :

La Mourabaha pour le financement des travaux de construction est une


formule de financement à Moyen Terme (d’une durée maximale de 7 ans).
Le financement de ces travaux porte exclusivement sur l’achat des différents
matériaux et consommable auprès des fournisseurs et leur revente au client
avec un différé de paiement. Le montant du financement pourra atteindre
70% des besoins définis dans le schéma d’investissement. Cette formule est
comparable aux crédits à moyen terme d’investissement prévus par l’article
16 de la circulaire de la BCT n°87-47 du 23 décembre 1987.
- Financement des équipements :
Le financement de l’acquisition des équipements de production peut être
réalisé à travers la formule Mourabaha avec une durée de remboursement ne
dépassant pas généralement 7 ans. Le montant du financement pourra
atteindre 80% des besoins définis dans le schéma d’investissement. Cette
formule est voisine des crédits à moyen terme à la production prévus par

62
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

l’article 24 de la circulaire de la BCT n°87-47 du 23 décembre 1987.


- Financement du matériel de transport :
Comparable au crédit à moyen terme d'acquisition de matériel de transport,
la formule Mourabaha permet aux entreprises l’acquisition à terme de
matériel de transport sur une durée maximale de 7 ans.
Le financement peut atteindre 70% des besoins définis dans le schéma
d’investissement et le reliquat sera assuré par fonds propres.
- Financement de l’immobilier :
La formule Mourabaha est utilisée dans le financement de l’immobilier
exclusivement par l’acquisition des terrains et l’achat des biens et
équipements nécessaires à la construction. Le financement peut atteindre
jusqu'à 70% du schéma de financement de l’entreprise et est généralement
remboursable sur une durée maximale de 10 ans.

1-2 Financement des Particuliers


Les règles d’octroi des crédits aux particuliers ont été prévues par la circulaire de la
BCT n°2007-25 du 19 novembre 2007 ayant modifié la circulaire de la BCT
n° 87-47 du 23 décembre 1987. Ainsi le titre 2 prévoit un éventail de crédit aux
particuliers allant des prêts à la consommation et des crédits pour le financement
des études universitaires jusqu’aux crédits de financement de l’habitat.
La Mourabaha permet aux banques islamiques de financer les particuliers et ce, en
adoptant diverses formules. Nous allons présenter, dans les paragraphes suivants,
les financements des particuliers par Mourabaha offerts par les banques
tunisiennes.

- Financement de l’acquisition d’habitation :


Cette formule est destinée à financer l’acquisition d’immeubles à usage
d’habitation qu’elle soit auprès d’un promoteur immobilier ou auprès des
particuliers. L’intervention de la banque peut couvrir jusqu'à 80% du
montant de l’immeuble.

63
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

S’inscrivant sous la catégorie des crédits pour le financement de l’habitat telle


que prévus par l’article 35 ter de la circulaire de la BCT n° 87-47 du 23
décembre 1987, le remboursement de la dette s’effectue sur une longue
durée pouvant atteindre 25 ans.
- Financement de la construction de logements sociaux et leurs aménagements :
L’intervention de la banque islamique dans la construction de logements et
leur aménagement est limitée au financement des acquisitions des matériaux
de construction et de finition. Le coût de la main d’œuvre constitue l’apport
du client de la banque.
La banque assure le financement des matériaux de construction et des
consommables de finition sans dépasser 80% de la valeur totale des travaux.
Le délai de remboursement de ces dettes est généralement consenti à moyen
et ne peut dépasser 7 ans49 pour les crédits d’aménagement d’un logement et
15 ans pour la construction.
- Financement de l’acquisition de matériel de transport :
Comparable au crédit à moyen terme d'acquisition de matériel de transport,
la formule Mourabaha permet aux particuliers l’acquisition à terme de
matériel de transport sur une durée maximale de 7 ans.
Le financement « ne peut pas dépasser 60% de la valeur du matériel et peut
atteindre 80% pour les voitures ayant une puissance fiscale de 4 chevaux » 50.
Le reliquat sera assuré par fonds propres.

- Financement des biens de consommation durable :


Ce financement est équivalent aux crédits à la consommation prévus par
l’article 35 bis la circulaire de la BCT n° 87-47 du 23 décembre 1987. Il
diffère des crédits bancaires sur la nature des biens à financer : la formule
Mourabaha ne peut financer que les biens de consommation durables

49
Prévu par la circulaire de la BCT n° 2012-17 du 4 octobre 2012 ayant modifié la circulaire de la BCT n°87-47
du 23 décembre 1987.
50
Prévu par la circulaire de la BCT n° 2012-17 du 4 octobre 2012 ayant modifié la circulaire de la BCT n°87-47
du 23 décembre 1987.

64
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

écartant ainsi le financement des dépenses courantes ou imprévues.


La durée de remboursement de cette dette ne peut excéder 3 ans à
l’exception du financement des biens bénéficiant d’un programme spécifique
tels que l’ordinateur familial et le chauffe-eau solaire qui peuvent être
financés sur une durée de 5 ans.

Sous-section 2 : Comparaison entre Mourabaha et crédit bancaire classique

2-1 Points communs entre les deux modes de financement

A partir des différentes formules de financement par Mourabaha présentées


précédemment nous pouvons conclure qu’elles présentent des points de similitude
avec les crédits bancaires conventionnels.

Tout d’abord, en matière de respect des modalités d’octroi des crédits, les formules
de financement par Mourabaha offertes par les banques tunisiennes se trouvent en
conformité par rapport aux normes fixées par la circulaire de la BCT n° 87-47 du
23 décembre 1987. A ce titre, chaque formule présentée se trouve rattachée à une
catégorie de crédit et les limites de l’intervention des banques se trouvent
respectées et ce, en dépit de l’absence du recours au refinancement auprès de la
Banque Centrale de Tunisie.

Ensuite, en ce qui concerne le risque de crédit, les banques islamiques se trouvent


confrontées à un risque similaire à celui engendré par les crédits bancaires. Ainsi,
ces deux modes de financement obéissent aux mêmes règles de pondération et de
détermination des risques encourus telles que prévues par la circulaire de la BCT
n°91-24 du 17 décembre 1991 relative à la division, couverture des risques et suivi
des engagements.

Enfin, en matière de constitution des garanties sur les financements offerts aux
clients, la banque peut exiger des garanties de différentes formes pour assurer le
règlement de ses créances. Ces garanties peuvent être identifiées distinctement et
rattachés à chaque opération de financement comme elles peuvent être générales en
65
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

couverture de tout concours réalisé par la banque.

2-2 Différences entre Mourabaha et crédit bancaire

Si les deux formes de concours de financement sont régies par les mêmes règles
d’octroi et de contrôle fixé par la BCT, il n’en est pas ainsi des modalités pratiques
de fonctionnement qui diffèrent l’une de l’autre.

De prime abord, si l’accès au financement par crédit bancaire est permis à tous les
agents économiques opérant dans des activités conformément à la législation
Tunisienne, le financement par Mourabaha exclu certains secteurs d’activité qui ne
sont pas conformes aux principes islamiques ( à titre d’exemple la vente d’alcool et
le commerce de la viande de porc).

Par ailleurs, le crédit bancaire permet le financement des agents économiques en


mettant à leur disposition les fonds nécessaires pour répondre à leurs besoins. Les
besoins ponctuels de trésorerie peuvent être comblés par d’autres formes de crédits
généralement consenties dans le cadre des crédits de gestion.

En revanche, la forme de vente à crédit que revêt la formule mourabaha limite son
champ d’intervention aux seuls financements des acquisitions de biens et
marchandises tangibles. Ainsi, sont exclus toute forme de financement de services.

En matière de contrôle de l’utilisation des crédits, la formule Mourabaha permet


aux banques d’avoir un regard direct sur les activités de leurs clients et d’assurer un
contrôle omniprésent de l’utilisation et ce, du seul fait qu’elle se substitue au
fournisseur. Ce contrôle se trouve moins assuré pour certaines catégories de crédits
bancaires du fait que ce contrôle dépend de la qualité des documents présentés par
les clients.

En ce qui concerne les modalités de mise en place de ces deux modes de


financement, le crédit bancaire est considéré plus flexible que la Mourabaha. En
effet, dans le cadre du financement de leur cycle d’exploitation, les entreprises font
généralement recours à l’établissement des conventions de crédits de gestion qui

66
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

permettent en fonction du volume d’activité de l’entreprise, de fixer pour chaque


nature de crédit, des quotités annuelles à débloquer au fur et à mesure de la
présentation des documents justifiant le besoin. Sur le plan formel, un seul contrat
est établi annuellement et les appels de fonds se font sur la base des demandes
rédigées par le client et au vue des documents présentés.

Dans ce même contexte, les crédits à moyen terme contractés pour le financement
des investissements sont généralement consignés dans un seul contrat portant sur la
valeur globale du projet ; les appels de fonds se justifient généralement par la
présentation des décomptes des fournisseurs ou des factures pro-forma.

Cette flexibilité n’est pas vérifiée dans la mise en place des financements
Mourabaha. En effet, les besoins exprimés par les agents économiques sont
généralement diversifiés et diffèrent d’une période à une autre. Ainsi, chaque
opération de financement doit être matérialisée par deux contrats distincts.

Sur le plan résultat de la banque, la Mourabaha se distingue du crédit bancaire sur


deux points : le premier est afférent à la rémunération du financier qui est
généralement une marge appliquée à un prix de revient : elle demeure fixe et non
susceptible de modification durant la période de financement. Tant dis que pour la
rémunération des crédits bancaires, elle est perçue sous forme d’intérêts qui
peuvent être fixes ou variables.

Le retard dans le paiement des échéances du crédit bancaire donne


systématiquement lieu à l’application des intérêts de retard. En revanche, dans le
cadre de Mourabaha, on distingue deux cas : sur demande du client, la banque peut
accorder un deuxième délai de règlement aux clients. Même si la banque perçoit
dans certains cas des pénalités de retard, elle n’est pas autorisée à les inclure parmi
ses produits et sont généralement reversées à des œuvres caritatives.

Le deuxième point est afférent au risque de détention des biens et marchandises


émanant du premier transfert de propriété au profit de la banque en attente de la
concrétisation du contrat de Mourabaha. Ces biens et marchandises qui sont portés

67
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

au bilan des banques islamique sous la rubrique « Biens acquis dans le cadre des
opérations de Mourabaha »51 doivent faire l’objet d’un test de dépréciation à l’arrêté
de chaque situation comptable.

La synthèse de la comparaison entre ces deux modes de financement peut être


présentée dans le tableau suivant :

Elément de
Financement par Mourabaha Financement par crédit Bancaire
comparaison

Domaines d’intervention
Elément déterminant dans la prise de
décision de financement. En effet,
Peu importe l’activité du client à condition
Activité financée certaines activités qui sont prohibées d’un
qu’elle soit exercée conformément à la
point de vue religion (vente d’alcool…)
réglementation.
ne peuvent pas être financées par les
banques islamiques.
Une gamme de produit plus large dépassant
De par sa forme commerciale basée sur le financement des biens tangibles au
l’achat en vue de la revente, la Mourabaha financement des services et des besoins
Gamme des produits ne peut financer que les biens tangibles, ponctuels de trésorerie.
ce qui exclut le financement des services
et la main d’œuvre.

Respect des Les banques islamiques opérant en


dispositions de la Tunisie sont soumises au contrôle de la
Idem
circulaire de la BCT Banque Centrale. En dépit de l’absence
n°87-47 relative aux d’une réglementation spécifique de la
modalités d’octroi, de formule Mourabaha, les banques
contrôle et de islamiques sont tenues de respecter les
refinancement des dispositions de ladite circulaire en matière
crédits. des modalités d’octroi.

Montage financier et mise en place


La banque intervient dans chaque
Intervention de la opération de financement et ce, en La banque met à la disposition du client
banque dans l’opération s’appropriant des biens et marchandises une somme d’argent et c’est à lui de
de financement dans un premier temps puis la revente au procéder à l’achat auprès des fournisseurs.
client dans un second temps.

51
Bank al Maghreb : Directive pour la comptabilisation des opérations Ijara, Mourabaha et Moucharaka.

68
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Le contrôle de l’utilisation dépend de la


Contrôle de l’utilisation Le contrôle est omniprésent du fait que la qualité des documents présentés par les
banque se « substitue » au fournisseur. clients. Certains clients privilégiés
échappent généralement à ce contrôle.

Mise en place du crédit Chaque opération de financement doit Possibilité d’établir un seul contrat fixant
faire l’objet de deux contrats distincts. une enveloppe globale.

Produits de la banque

Marge fixée en commun accord après


connaissance parfaite du prix de revient et
ses composantes. Les conditions du
Rendement de la
marché et de la conjoncture sont prises en Intérêt fixé en fonction du montant et de la
banque dans cette ligne de compte dans la fixation de cette durée du crédit. il peut être fixe ou indexé
opération marge. Une fois convenu, cette marge par rapport à un taux de référence.
n’est pas susceptible de modification.

Le contrat de Mourabaha peut contenir


une clause de pénalisation en cas de retard
Retard de paiement ou de paiement. Même si la banque perçoit
défaut de paiement à ces pénalités, elle n’est pas autorisée à les Le retard de paiement est sanctionné par la
inclure parmi ses produits facturation des intérêts de retard.
terme échu

Risques liés à ces formes de financement


La banque assume le risque d’insolvabilité
Risque de crédit des clients. Ce risque peut être couvert idem.
par la constitution de garanties.
La banque assume le risque de
Autres risques détérioration de la marchandise durant la Non applicable
période de détention des biens.

69
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Conclusion

La Mourabaha a été définie par L’Organisation pour la Comptabilité et l’Audit des


Institutions Financières Islamiques, plus connue sous son acronyme anglais
AAOIFI, comme étant : « …la vente d’un bien pour un prix égal au prix d’achat avec une
marge définie et approuvée par les parties. Elle peut être une vente simple, dans ce cas elle est
appelée Mourabaha ordinaire ou précédée par une promesse d’achat dans ce cas elle est appelée
Mourabaha bancaire. La marge de profit peut être un pourcentage du prix de revient ou un
montant fixe ».52

La Mourabaha est un instrument financier très flexible qui se rapproche trop d’un
contrat de crédit classique ; toutefois, elle s’en distingue de ce dernier au niveau de
la nature de l’actif financé, du genre des produits, et du risque liée à l’opération.

Le principal critère distinctif réside dans le montage de cette opération qui consiste
dans la réalisation d’une transaction de vente, pour le cas de la Mourabaha simple
ou de deux transactions de vente pour le cas de la Mourabaha pour le donneur
d’ordre. Ces caractéristiques ne sont pas sans conséquences sur les revenus réalisés
par l’établissement de crédit et les modalités de prise en compte de ces opérations
dans les comptes de ce dernier et ceux de son client.

La question qui se pose est dans quelle mesure le législateur Tunisien a pris en
considération les caractéristiques de ce mode de financement pour la définition
d’un régime fiscal adéquat ?

52
Norme 8 de l’AAOIFI a défini la Mourabaha comme suit :
‫ ﺑﻧﺳﺑﺔ ﻣن اﻟﺛﻣن أو ﺑﻣﺑﻠﻎ ﻣﻘطوع ﺳواء‬،‫"ﺑﻳﻊ ﺳﻠﻌﺔ ﺑﻣﺛﻝ اﻟﺛﻣن اﻟذي اﺷﺗراﻫﺎ ﺑﻪ اﻟﺑﺎﺋﻊ ﻣﻊ" زﻳﺎدة رﺑﺢ ﻣﻌﻠوم ﻣﺗﻔق ﻋﻠﻳﻪ‬
‫ أو وﻗﻌت ﺑﻧﺎء ﻋﻠﻰ وﻋد ﺑﺎﻟﺷراء ﻣن اﻟراﻏب ﻓﻲ اﻟﺣﺻوﻝ ﻋﻠﻰ اﻟﺳﻠﻌﺔ‬، ‫وﻗﻌت ﻣن دون وﻋد ﺳﺎﺑق وﻫﻲ اﻟﻣراﺑﺣﺔ اﻟﻌﺎدﻳﺔ‬
‫ وﻫو أﺣد ﺑﻳوع اﻷﻣﺎﻧﺔ اﻟﺗﻲ ﻳﻌﺗﻣد ﻓﻳﻬﺎ ﻋﻠﻰ ﺑﻳﺎن ﺛﻣن اﻟﺷراء أو اﻟﺗﻛﻠﻔﺔ‬. ‫ﻋن طرﻳق اﻟﻣؤﺳﺳﺔ وﻫﻲ اﻟﻣراﺑﺣﺔ اﻟﻣﺻرﻓﻳﺔ‬
". ( ‫) ﺑﺈﺿﺎﻓﺔ اﻟﻣﺻروﻓﺎت اﻟﻣﻌﺗﺎدة‬

70
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

PARTIE 2 : REGIME FISCAL DES OPERATIONS DE MOURABAHA

71
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

INTRODUCTION
La finance islamique a été introduite dans le tissu économique tunisien depuis 1983
et le secteur bancaire compte actuellement trois banques islamiques :

- Beit Ettamouil Saoudi Tounsi : plus connue sous le nom BEST Bank,
créée en 1983 et devenue la Banque Al Baraka Tunisie à partir du
1er janvier 2010 ;

- La Noor Islamic Bank : qui a ouvert son bureau régional pour l’Afrique
du Nord à Tunis le 20 juin 2008 ; et

- La Zitouna Bank qui a ouvert ses guichets en 2010.

Bien que le marché des produits financiers islamiques existe en Tunisie depuis les
années 1980, les opérations financières réalisées par les banques islamiques
demeuraient, jusqu’au 31 décembre 2011 dépourvues d’un cadre fiscal spécifique.

Il fallait attendre la loi n° 2011-07 du 31 décembre 2011, portant loi de finances


pour l’année 2012, pour que le législateur tunisien institue un régime fiscal
spécifique aux modes de financement islamiques dont notamment la Mourabaha.

Après avoir développé les caractéristiques des opérations de Mourabaha dans la


première partie, nous essayons dans cette deuxième partie de mettre en évidence
empiriquement les difficultés fiscales rencontrées pour le traitement des revenus
des opérations de Mourabaha.

Pour ce faire, nous procéderons, dans un premier chapitre, à l’analyse du régime


fiscal de ce mode de financement tel que prévu par la loi de finances pour l’année
2012.

L’objectif principal de cette analyse est de répondre à la question suivante : Dans


quelle mesure le régime fiscal institué par le législateur tunisien permet de répondre
aux différentes difficultés de traitement fiscal résultantes de la Mourabaha comme
mode de financement ?

72
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Face à une croissance fulgurante de la finance islamique, les pays étrangers ne


cessent de « séduire » cette nouvelle industrie par la préparation de cadres juridiques
et fiscaux adéquats.

Au niveau européen, le Royaume-Uni était pionnier en matière d’institution d’un


régime fiscal propre aux modes islamiques de financement, appelés aussi modes
alternatifs de financement. L’expérience française est relativement récente et date
de l’année 2008.

Au niveau Maghrébin, le Maroc a institué un régime fiscal pour ces modes de


financement à partir de l’année 2009.

Dans le cadre du deuxième chapitre, nous procéderons à l’étude des régimes


fiscaux des opérations de Mourabaha au Royaume-Uni, en France et au Maroc. Le
but est de tirer de ces expériences étrangères les enseignements en vue d’apporter
les solutions aux éventuelles défaillances et difficultés de traitement que peut
présenter le régime fiscal tunisien.

73
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

CHAPITRE 1 : LE REGIME FISCAL EN VIGUEUR DES OPERATIONS


DE MOURABAHA

Le régime fiscal des opérations de Mourabaha est prévu par les articles 28 à 37 de la
loi n°2011-07 du 31 décembre 2011 portant loi de finances pour l’année 2012.

Les dispositions de cette loi ont porté exclusivement sur le traitement des
opérations de Mourabaha en matière de TVA et de droit d’enregistrement. En
matière d’impôt sur le revenu des personnes physique et de l’impôt sur les sociétés,
la loi de finances n’a pas apporté de précision sur le traitement fiscal de ces
opérations.

L’importance de ces dispositions nous amène à analyser la portée de ces dernières


dans la définition du régime fiscal de la Mourabaha.

Pour ce faire, nous allons procéder dans une première section à l’analyse du régime
fiscal de la Mourabaha en matière d’impôts directs. Ensuite, une deuxième section
est réservée à la présentation du régime fiscal en matière des taxes assises sur le
chiffre d’affaires (TVA et TCL) et des droits d’enregistrement.

Enfin la troisième section est consacrée à l’analyse de régime fiscal de ce mode de


financement en matière d’avantages fiscaux.

Section 1 : Le régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière


d’impôts directs

La définition du régime fiscal en matière d’impôts directs des opérations de


Mourabaha est axée d’une part, sur la détermination des revenus de la banque
provenant de ces opérations et d’autre parts sur les modalités de constatation de la
contrepartie de ce financement dans les comptes des clients.

74
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Sous-section 1 : Régime fiscal en matière d’impôts direct au niveau des


banques.

En se basant sur les textes en vigueur, nous allons présenter dans un premier
paragraphe le régime fiscal des revenus issus des opérations de Mourabaha au
niveau des banques tunisiennes tout en mettant l’accent sur les difficultés
d’application de ce régime.

Le deuxième paragraphe traitera du régime fiscal des revenus du financier lorsque la


banque est non résidente fiscalement.

1-1 Régime fiscal au niveau des banques résidentes


1-1-1 Règles générales

Dans le cadre de la définition du régime fiscal des opérations de Mourabaha, la


note commune n° 4/2012, texte n° DGI 2012/4, a précisé que le contrat de
l’opération de Mourabaha « a comme spécificité d’être un contrat, par lequel une
personne appelée financier acquiert à la demande d’une tierce personne, le client,
des biens meubles ou immeubles en vue de lui revendre à un prix payable à terme ».

Par ailleurs, elle définit la marge bénéficiaire réalisée par les établissements de crédit
comme celle constituée par la différence entre le prix de cession et le prix
d’acquisition.

En matière d’impôt sur les sociétés, le législateur tunisien est resté muet sur les
modalités de détermination du revenu du financier et les critères de rattachement
de ces revenus à la période d’imposition. Il a ainsi admis implicitement que le
régime d’imposition des intérêts des crédits bancaires est applicable à la marge du
financier dans le cadre d’une opération de Mourabaha.

La détermination du régime fiscal applicable à ces revenus fait appel aux principes
comptables appliqués par l’établissement de crédit et relatifs au traitement des
ventes Mourabaha et la prise en compte des revenus y afférents. En réalité, le

75
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

résultat comptable et le résultat fiscal sont indissociables : le résultat net est


constitué par la différence entre les valeurs de l’actif net à la clôture et à l’ouverture
de la période dont les résultats doivent servir de base à l’impôt sur le revenu ou à
l’impôt sur les sociétés53. Il s’ensuit que le traitement comptable des opérations de
vente Mourabaha impacte directement le résultat soumis à l’impôt.

Le système comptable Tunisien ne comporte pas actuellement des solutions claires


et concises pour la comptabilisation de ces opérations.

La norme comptable n°24 relative aux engagements et revenus y afférents dans les
établissements bancaires, prévoit que les revenus liés aux engagements contractés
par les établissements bancaires sont prises en compte en résultat de façon à les
rattacher à l’exercice au cours duquel ils sont encourus.

Par ailleurs, le paragraphe 20 de la norme comptable n°3 relative aux revenus,


précise que les revenus résultant de l’utilisation des ressources de l’entreprise par
des tiers moyennant des intérêts doivent être comptabilisés en fonction du temps
écoulé et en tenant compte du rendement effectif de l’actif ; le rendement effectif
de l’actif étant le taux d’intérêt permettant d’actualiser les flux de recettes futures
attendues sur la durée de vie de l’actif en obtenant ainsi un montant égal à la valeur
comptable initiale de l’actif.

A l’échelle internationale, l’organisation de la comptabilité et d’audit des institutions


financières islamiques « AAOIFI » a publié en 1996 la norme comptable n°2 qui
précise les règles de comptabilisation des opérations de « Mourabaha simple » et de
« Mourabaha pour le donneur d’ordre » ainsi que les règles de prise en compte des
revenus y afférents.

Cette norme prévoit deux traitements pour la prise en compte des revenus :

- Un traitement de référence qui prévoit l’étalement de la marge du


financier sur la période de remboursement ;

53
Article 11 du code de l’IRPP et de l’IS.

76
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- Un traitement autorisé qui consiste dans la prise en compte de la marge


du financier, l’année de la réalisation de la vente.

Dans un cas classique de vente Mourabaha où l’achat par la banque des biens à
financer et leur revente au client est réalisé dans un court laps de temps, le
traitement de référence prévu par la norme comptable n°2 de l’AAOIFI n’est pas
en contradiction, sur le fonds, avec les dispositions des normes comptables
tunisiennes. En effet, sur le plan économique, le revenu du financier constitue la
rémunération d’un différé de paiement pouvant être assimilée à des intérêts.

Dans ce cas, le régime fiscal des intérêts sur les crédits bancaires peut être appliqué
à la rémunération du financier dans le cadre d’une opération de Mourabaha.

Il va sans dire que les règles fiscales relatives aux revenus des créances accrochées
qui consiste dans la déductibilité des agios réservés, demeurent applicables pour les
banques qui commercialisent les produits financiers islamiques tels que la
Mourabaha. Ils peuvent en outre bénéficier des dispositions relatives à la
défiscalisation des agios réservés sur les créances courantes prévues par la loi de
finances pour l’année 2012.

En effet, pour la détermination du bénéfice imposable des établissements de crédit


au titre de l’exercice 2011, sont déductibles de l’assiette imposable :

- Les agios réservés sur les créances courantes et celles nécessitant un suivi
particulier ;

- Les provisions à caractère général constituées en couverture des risques


encourus sur les créances courantes et celles nécessitant un suivi
particulier et ce, dans la limite de 1% de l’encours total de ces
engagements.
Ces déductions sont subordonnées à la présentation à l’appui de la déclaration
annuelle de l’impôt sur les sociétés de la liste des créances susvisées ainsi que les
provisions et les agios réservés y afférents.

1-1-2 Difficultés d’application

77
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

L’absence d’un cadre juridique spécifique aux opérations de Mourabaha peut


susciter certaines interprétations pouvant impacter directement la fiscalité de ces
opérations. (S’agit-elle d’une opération commerciale ou d’une opération financière
ou une opération hybride qui, d’un point de vue forme est une opération de
commerce et sur le fond, elle correspond à une opération financière)

Par ailleurs, l’application des normes comptables tunisiennes par les banques
islamiques peuvent aller aussi à l’encontre des objectifs des services bancaires
conformes à la chariaa ; étant donné que la conformité à la chariaa ne peut être
adéquatement reflétée avec des normes qui ont été construites avec un esprit et une
logique collant beaucoup plus avec des opérations de la finance conventionnelle.
Elle ne permet pas, à ce titre, de résoudre certaines difficultés de traitement
comptable et par conséquent des ambiguïtés sur le traitement fiscal.

En effet, certains cas fréquents dans l’activité des banques qui dérogent au cadre
classique exposé ci-dessus peuvent se présenter et qui sont de nature à constituer
des difficultés de traitement comptable et fiscal.

Il s’agit notamment des opérations suivantes :

- Biens acquis par la banque en vue des opérations de Mourabaha et qui


demeurent pour une certaine durée la propriété de la banque avant d’être
revendu aux clients.

- La cession des biens meubles ou immeubles récupérés par voie de


contentieux ou ceux dont les clients ont renoncé à leur achat.

Ces deux cas qui sont assez fréquents dans les banques, soulèvent des difficultés de
traitement comptable et fiscal liées aux conséquences que peut avoir la durée de
détention des biens objets de Mourabaha sur les revenus et les charges de la
banque. A ce titre, les éléments suivants peuvent impacter le résultat comptable et
fiscal de l’établissement de crédit :

78
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- L’évaluation des actifs détenus en vue de la revente à la date d’arrêté des


comptes et les modalités de prise en compte des plus ou moins-values.

- La plus ou moins-value de cession des actifs lorsque, la juste valeur à la


date de cession de l’actif récupéré par voie de contentieux ou dont les
clients ont renoncé à leur acquisition est différente du prix de revient.

A- Traitement comptable et fiscal de l’évaluation des actifs acquis postérieurement à la


constatation initiale

Le régime fiscal « applicable »54 à ces opérations est fonction du traitement


comptable adopté par l’établissement bancaire.

Selon la norme comptable n°2 de l’AAOIFI, les biens acquis par l’institution
financière sont comptabilisés au coût historique. L’évaluation postérieure à la date
de constatation initiale de ces actifs est effectuée à la clôture de chaque période
comptable par rapport à la valeur des flux financiers attendus de leur revente.

S’il s’avère que la valeur comptable des actifs détenus par la banque est inférieure à
la valeur des flux financiers attendus de leur revente, cette dépréciation doit être
constatée en résultat de l’exercice de la manière suivante :

- Par le biais de comptes de provisions, lorsque cette perte est jugée


(réversible) plus probable qu’improbable55. La norme précise que ce
traitement est approprié pour les actifs acquis dans le cadre des contrats
de Mourabaha simple ou lorsque la promesse d’achat du client n’est pas
obligeante56.

- Par le biais d’une réduction de valeur, lorsque la dépréciation est jugée


irréversible. La norme cite les cas de destruction d’une partie des biens ou
la survenance de « circonstances non favorables ». Ce traitement est

54
Il s’agit d’une appréciation personnelle de l’application des dispositions des textes en vigueur aux cas
spécifiques de ces opérations.
55
‫ما يدل على احتمال عدم امكانية استرداد تكلفة الموجود‬
56
‫المرابحة لألمر بالشراء مع عدم االلزام بالوعد‬

79
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

réservé aux biens acquis dans le cadre des contrats de Mourabaha


obligeante.57

Sur le plan national, le cadre conceptuel tunisien précise dans le paragraphe 47 que
la prudence est la prise en compte d'un certain degré de précaution dans l'exercice
des jugements nécessaires pour préparer les estimations dans des conditions
d'incertitudes, pour faire en sorte que les actifs ou les revenus ne soient pas
surévalués et que les passifs ou les charges ne soient pas sous-évalués. Selon la
norme comptable n°22, les actifs détenus en vue de « vente Mourabaha » peuvent
être présentés dans les états financiers des établissements bancaires sous la rubrique
des autres actifs.

Le traitement fiscal des provisions pour dépréciation des actifs détenus en vue de la
vente Mourabaha repose sur la qualification de l’opération : s’agit-elle d’une
opération commerciale (achat en vue de la revente) ou d’une opération financière ?

Si l’opération est qualifiée comme commerciale, les éléments d’actifs acquis par
l’établissement de crédit remplissent les conditions prévues par le paragraphe 5 de
la norme comptable n°4 relative aux stocks, qui définit le stock comme des
éléments d’actifs détenus pour être vendus dans le cours normal de l'exploitation.
Dans ce cas, les provisions pour dépréciation de ces éléments d’actifs peuvent être
déduites de la base imposable dans les limites prévues par la loi.

Cette hypothèse peut être soutenue par les éléments suivants :

- De prime abord, selon l’article 48 paragraphe I du code de l’IRPP et de


l’IS, le régime des provisions sur stocks destinés à la vente est applicable
aux établissements de crédits dans la mesure où l’exception au principe
général du traitement des provisions constituées par les établissements de
crédits n’a porté que sur les limites de déduction des provisions pour
créances douteuses et n’a pas exclu les provisions pour dépréciation des
stocks destinés à la vente.

57
‫المرابحة لألمر بالشراء مع االلزام بالوعد‬

80
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- La note commune n°1998/9 a repris la même définition des stocks


destinés à la vente prévu par la norme n° 4 relative aux stocks. De même,
les conditions de déductibilité énoncées par l’article 12 du code de l’IRPP
et de l’IS peuvent être vérifiées à savoir : remplir les conditions de
définition en tant que stocks telles que prévues par la législation
comptable ; la détermination de la provision par rapport à la valeur de
réalisation nette à la date de clôture et au prix de revient.

Sur cette base, les provisions pour dépréciations des actifs Mourabaha, peuvent être
déduites dans la limite de 50% du bénéfice imposable et sans que le montant de ces
provisions n’excède 50% du prix de revient du produit.

En ce qui concerne les stocks détruits, ces derniers peuvent constituer une charge
déductible du résultat imposable. Dans une prise de position n° 359 du 18 mars
2010, la DGELF58 a précisé que cette déduction est conditionnée à la constatation
de la destruction de ces stocks par un huissier notaire et en présence de deux agents
de l’administration fiscale.59

La deuxième hypothèse repose sur la qualification de l’opération de vente


Mourabaha en tant qu’opération financière du fait qu’elle est réalisée par les
établissements de crédit et que la substance de l’opération (opération financière)
surpasse la forme qu’elle revêt. Dans ce cadre, les actifs acquis en vue de la revente

58 DGELF : Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales


59 : extrait
de la prise de position n°359

81
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Mourabaha ne peuvent constituer de stock et de ce fait, la provision pour


dépréciation de ces éléments d’actifs n’est pas déductible.

Sur la base de ce qui précède, le législateur doit intervenir pour clarifier le régime
fiscal de cette provision.

B- Traitement comptable et fiscal de la plus ou moins-value de cession des biens récupérés par
voie de contentieux ou dont les clients ont renoncé à leur achat
La vente Mourabaha des biens récupérés par voie de contentieux ou des biens
acquis par la banque initialement dans le cadre des opérations de Mourabaha et
dont les clients ont renoncé ultérieurement à leur promesse d’achat, peut soulever
certaines difficultés de traitement comptable et fiscal.

En effet, ces actifs peuvent être détenus par la banque sur une période assez longue
avant leur revente aux clients. Dans ce cas, la valeur marchande du bien à la date de
la vente peut être éloignée de son prix de revient.

Le régime fiscal « applicable »60 à ces opérations est fonction du traitement


comptable adopté par l’établissement bancaire.

La norme comptable n°2 de l’AAOIFI, n’a pas prévu un traitement comptable


spécifique à ces questions. Toutefois, elle précise que les revenus provenant des
opérations de Mourabaha sont connus à la date de la conclusion de la vente. Ainsi,
elle considère la marge du financier comme celle résultant de la différence entre le
prix de vente et le prix de revient. Aucune distinction n’a été faite, à ce titre, entre
la rémunération d’un différé de paiement et la plus-value résultant de la différence
entre le prix de revient du financier et le la valeur marchande du bien à la date de la
conclusion de la vente Mourabaha.

Sur cette base, et conformément au traitement de référence préconisée par cette


norme, c’est toute la marge du financier qui sera étalée sur la durée de règlement du
client.
60
Il s’agit d’une appréciation personnelle de l’application des dispositions des textes en vigueur
aux cas spécifiques de ces opérations.
82
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Les normes comptables tunisiennes prévoient un traitement différent. En effet, la


norme comptable n°3 relative aux revenus précise que les revenus doivent être
mesurés à la juste valeur des contreparties reçues ou à recevoir au titre de la vente
de marchandises.

Lorsque la contrepartie reçue ou à recevoir est représentée par des liquidités ou


équivalents de liquidités et que l'entrée de ces liquidités ou équivalents de liquidités
est différée, la juste valeur peut être inférieure au montant nominal des liquidités ou
équivalents de liquidités reçus ou à recevoir. Dans ce cas, la juste valeur de la
contrepartie est déterminée en actualisant l'ensemble des recettes futures au moyen
d'un taux d'intérêt permettant d'actualiser leur montant nominal au prix de vente au
comptant des biens ou services concernés.

L’application de ces dispositions à ces cas spécifiques nous conduit à distinguer


deux catégories de revenus :

- Une plus-value résultant de la différence entre le prix de revient de la


banque et la valeur marchande du bien à la date de réalisation de la vente.
Cette plus-value doit être portée au résultat de l’exercice de sa réalisation.

- Un revenu correspondant à la rémunération du différé de paiement qui


doit être étalé sur la durée de remboursement.

Le traitement fiscal de ces revenus dépend de l’arbitrage effectué par la banque


islamique entre présenter des informations comptables conformes aux normes
internationales publiées par l’AAOIFI engendrant des retraitements assez délicats
pour aboutir à un résultat fiscal et l’adoption des principes comptables nationaux au
profit d’un traitement fiscal plus facile.

Le régime fiscal en matière d’impôt sur les sociétés suit le traitement comptable
prévu par les normes comptables tunisiennes et ce en vertu de la convention de
réalisation de revenu, prévue par le paragraphe 47 du cadre conceptuel tunisien qui
sert de base pour l’identification, la reconnaissance et la mesure de revenu en
comptabilité.
83
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Sur cette base, l’imposition des revenus provenant de la cession des biens
récupérés par voie de contentieux ou des biens acquis par la banque initialement
dans le cadre des opérations de Mourabaha et dont les clients ont renoncé
ultérieurement à leur promesse d’achat, est effectué comme suit :

- La plus-value résultant de la différence entre le prix de revient de la


banque et la valeur marchande du bien à la date de réalisation de la vente
est imposable au titre de l’exercice de réalisation de la vente.

- L’imposition du revenu correspondant à la rémunération du différé de


paiement doit être étalée sur la durée de remboursement.

Sur cette base, si la banque opte pour le traitement de ces opérations selon la
norme n°2 de l’AAOIFI, cette dernière doit, à notre avis, procéder aux
retraitements nécessaires afin de rattacher les revenus aux périodes d’imposition.

1-2 Régime fiscal pour les banques étrangères


L'imposition des banques étrangères a lieu dans le cadre d'un établissement stable
ou par voie de retenue à la source libératoire.

Dans le cas où la banque dispose d’un établissement stable, elle est soumise à
l’impôt sur les sociétés en raison de son activité exercée en Tunisie. Les revenus des
opérations de Mourabaha sont soumis aux mêmes règles d’imposition applicables
aux banques tunisiennes telles que définies précédemment.

Si la banque étrangère ne dispose pas d’un établissement stable en Tunisie, elle est
soumise à l’impôt sur les sociétés en raison de l'ensemble de son revenus de source
tunisienne à l'exception de ceux que la loi a expressément exonéré en régime de
droit commun ou par des dispositions spécifiques des conventions fiscales de non
double imposition contractées par la Tunisie et les autres pays.

Alors que le droit commun a implicitement61 assimilé les revenus de Mourabaha à


des intérêts bancaires, ces revenus peuvent être considérés comme autres produits

61
Cf. : Régime fiscal des banques résidentes, 1-1 règles générales

84
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

assimilés aux revenus de sommes prêtées au sens de la définition du terme


« intérêt » prévue par les conventions de non double imposition contractés par la
Tunisie.

En effet, selon la note commune n° 41/2002, texte DGI n° 2002/6362, le terme


«intérêts», prévus par les conventions fiscales internationales, désigne les revenus
des fonds publics, des obligations d'emprunts, assorties ou non de garanties
hypothécaires et des créances de toute nature, ainsi que tous autres produits
assimilés aux revenus de sommes prêtées par la législation fiscale de l'Etat d'où
proviennent les intérêts. Dans ce cadre faut-il prévoir des ajustements à la
définition du terme intérêt au niveau des conventions de non double imposition ?

Compte tenu de ce qui précède, lorsque la banque étrangère est établie dans un Etat
ayant contracté avec la Tunisie une convention de non double imposition, les
revenus des opérations de Mourabaha sont imposés, par voie de retenue à la source
libératoire au taux de 2,5%, sauf dispositions plus favorables prévues par les
conventions de non double imposition.

Si le bénéficiaire de ces revenus est établi dans un Etat n’ayant pas contracté de
convention de non double imposition avec la Tunisie, l’impôt au titre de ces
revenus est perçu par le biais d’une retenue à la source libératoire au taux de 20%.

Sous-section 2 : Régime fiscal des biens acquis par voie de Mourabaha au


niveau des clients.
2-1 Règles générales
Par analogie au traitement fiscal prévu pour les banques tunisiennes, le régime fiscal
des acquisitions de biens meubles ou immeubles par les clients par voie de
Mourabaha appelle en premier lieu les principes comptables appliqués pour
l’enregistrement de ces opérations.

62
Conditions d'imposition des dividendes, des intérêts, des redevances et des bénéfices des
entreprises dans le cadre des conventions de non double imposition conclues entre la Tunisie et
d'autres pays.
85
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

En effet, le fait de savoir si une dépense représente une immobilisation ou


constitue une charge peut avoir un effet important sur le résultat de l'entreprise et
par là même, elle peut impacter l’impôt.

Les charges proprement dites ont été définies par le paragraphe 60 du cadre
conceptuel tunisien par, soit les sorties de fonds ou autres formes d'utilisation des
éléments d'actif, soit la constitution de passifs (soit les deux), résultant de la
livraison ou de la fabrication de marchandises, de la prestation de services ou de la
réalisation d'autres opérations qui s'inscrivent dans le cadre des activités principales
ou centrales de l'entreprise.

Elles sont prises en compte lorsqu'une diminution d'avantages économiques futurs,


liée à la diminution d'un actif ou à l'augmentation d'un passif, s'est produite et
qu'elle peut être mesurée de façon fiable.

Les acquisitions par les clients de biens meubles ou immeubles par voie de
Mourabaha peuvent, être assimilées aux acquisitions par crédit bancaire et ce, en
vertu de la convention de prééminence du fonds sur la forme. Elles se traduisent
dans les comptes des clients sous les formes suivantes :

- Une charge relative à l’exploitation, lorsque les biens acquis sont destinés
à être utilisé dans le cycle de production ou destinés à la vente en l’état.
Ces charges sont comptabilisées hors marge de la banque.

- Des immobilisations, lorsque ces biens sont censés être utilisés sur plus
d'un exercice et sont détenus soit pour être utilisés dans la production ou
la fourniture de biens et de services, soit pour être loués à des tiers, soit à
des fins administratives et de soutien à leur activité.

- Des charges liées à l’opération de financement dans la mesure où la


marge du financier correspond à la rémunération d’un différé de
paiement assimilable aux charges d’emprunt. Ces derniers peuvent ne pas
être portées au résultat et incorporées au coût de l’actif immobilisé

86
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

lorsqu’elles répondent aux règles de capitalisation des charges d’intérêts


prévues par la norme comptable n°13.

Dans un cas classique de vente, où l’achat par la banque des biens à financer et leur
revente au client est réalisé dans un court laps de temps, le traitement comptable et
fiscal de cette opération ne pose pas généralement de difficultés.

En effet, le prix de revient du financier constitue une base fiable pour la prise en
compte de la charge ou de l’immobilisation. La marge stipulée dans le contrat est
portée au résultat conformément à l’échéancier communiqué.

De ce qui précède, le régime fiscal de ces opérations suit le même que celui des
acquisitions par un emprunt bancaire. Il s’établit comme suit :

- Lorsque l’acquisition du client correspond à une charge comptabilisée,


cette dernière est prise en compte pour la détermination du résultat fiscal
dans la mesure où elle correspond à une charge liée à l’exploitation. En
revanche, si cette charge n’est pas liée à l’exploitation, elle demeure non
déductible.

- Lorsque l’acquisition correspond à une immobilisation, la charge


d’amortissement comptabilisée est déductible selon les règles de droit
communs comme suit :

 L’amortissement doit porter sur des éléments de l’actif immobilisé,


soumis à dépréciation ;

 Il doit être calculé sur le coût de revient, d’acquisition ou de


fabrication. Dans ce cas le prix de revient du financier stipulé dans le
cadre d’un contrat de Mourabaha constitue une base pour le calcul de
l’amortissement ;

 Il doit être pratiqué dans les limites fiscales autorisées ; et

 Il doit être constaté en comptabilité.

87
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

2-2 Difficultés d’application


Dans les acquisitions par voie de Mourabaha, se référer aux dispositions
contractuelles pour la constatation de ces opérations dans les comptes des clients
s’avère dans certains cas non évident. C’est le cas principalement lorsque la valeur
marchande du bien à la date de la conclusion du contrat se trouve éloignée du prix
de revient de la banque énoncé dans le contrat.

Lorsque les acquisitions de biens constituent, pour le client de la banque, des


charges d’exploitation, ces dernières sont constatées en comptabilité conformément
au système comptable tunisien comme suit :

- La valeur des biens acquis par l’entreprise est portée parmi les charges
d’exploitation. Celle-ci est égale, par analogie à la norme comptable n°3
relative aux revenus, à la juste valeur des contreparties décaissées ou à
décaisser au titre de l’achat de marchandises et de produits fabriqués.
Lorsque la contrepartie est mesurée par des liquidités ou équivalents de
liquidités et que le règlement est différé, la juste valeur est mesurée en
actualisant les dépenses futures au moyen d’un taux d’intérêt permettant
d’actualiser leur montant nominal au prix de vente au comptant des
marchandises concernées.

- La rémunération de la banque correspondant à des charges de


financement est comptabilisée en charge de l’exercice au cours duquel elle
est encourue.

Sur le plan fiscal, l’application stricte des normes comptables par l’entreprise peut
poser des difficultés de traitement. En effet, dans le cas d’espèce, la distinction
entre charge d’exploitation et charges financières est tributaire des paramètres
adoptés par l’entreprise pour la détermination de la juste valeur des marchandises
acquises. Si cette valeur dépasse le prix de revient figurant sur le contrat de vente
Mourabaha, la charge financière comptabilisée à ce titre se trouve différente de celle
figurant sur l’échéancier.

88
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Prenons un exemple d’illustration :

Une entreprise « X » de transformation de cuivre s’adresse à une banque islamique


dénommée ci-après « la Banque » pour lui financer, par voie de Mourabaha,
l’acquisition de 15 Tonnes de cuivre à acquérir auprès d’un fournisseur local.

La banque procède à l’acquisition de la marchandise en juin 2011 au prix 20.000


dinars la tonne. Toutefois, le client a renoncé par la suite à l’achèvement de cette
opération.

La banque, se trouvant en possession de cette marchandise, cherche un autre client


pour lui revendre cette quantité de cuivre. Elle réussit à trouver un autre client en
décembre 2011 et conclut avec lui un contrat de vente Mourabaha dont les termes
sont les suivants :

- Date de conclusion de la vente : 1er décembre 2011 ;


- Prix de revient de la banque : 300.000 dinars ;
- Délai de règlement : 1 année ;
- Marge du financier : 53.100 dinars ;
A la date de la réalisation de la vente, le prix de la tonne de cuivre, selon le cours
affiché par le London Metal Exchange est de 22.000 dinars la tonne.

Le traitement fiscal de cette opération dépend de l’enregistrement comptable de


cette opération dans les comptes du client. A ce titre, nous distinguons deux
alternatives :

1- Si le client se base sur les termes du contrat pour l’enregistrement de ces


opérations dans ses comptes, dans ce cas le traitement comptable sera le
suivant :

 Charge d’exploitation : 300.000 dinars ;


 Charge financière à étaler sur la durée de remboursement : 53.100
dinars. La partie relative à l’exercice 2011 est de 4.425 dinars soit
(53.100/12).

89
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Le montant total des charges déduites du résultat fiscal de l’exercice 2011, selon ce
traitement, serait de 304.425 dinars.
Ce traitement comptable ne permet pas à notre avis, de traduire fidèlement la
transaction. En effet, la marge du financier qui est de l’ordre de 17,7%
(53.100/300.000) nous paraît exagérée et dissimule une plus-value.

2- Si le client procède à une application stricte des normes comptables


tunisiennes, dans ce cas le traitement comptable sera le suivant :

 Les achats sont évalués à la juste valeur qui correspond au prix d’achat
au comptant soit 22.000 dinars la tonne. Sur cette base les charges
d’exploitation s’élèvent à 330.000 dinars. Dans ce cas le prix de vente
du financier incorpore implicitement une plus-value de cession.

 Charge financière à étaler sur la durée de remboursement de 23.100


dinars. La partie relative à l’exercice 2011 est de 1.925 dinars soit
(23.100/12).

Le montant total des charges déduites du résultat fiscal de l’exercice 2011, selon ce
traitement, est de 331.925 dinars. Encore faut-il que l’administration fiscale accepte
ce traitement qui bien que conforme aux principes comptables généralement admis
en Tunisie, il présente des divergences par rapport aux dispositions contractuelles.

A travers cet exemple d’illustration, nous pouvons conclure que les termes du
contrat de vente Mourabaha ne permettent pas au client d’assurer, dans tous les
cas, un traitement comptable conforme aux principes comptables généralement
admis en Tunisie.

In fine, l’adoption de l’un des traitements comptables ci-dessus présentés est neutre
fiscalement : l’arbitrage que peut faire l’entreprise entre l’un des traitements peut
engendrer seulement un lissage de résultat qui se traduit par une minoration du
résultat fiscal d’un exercice contre une majoration du résultat de l’exercice ultérieur.

90
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Même si ce raisonnement est valable pour le cas d’acquisition d’immobilisations


amortissables, l’adoption de l’un des traitements n’est pas sans conséquences
fiscales lorsque le financement porte sur une immobilisation non amortissable ou
dont l’amortissement n’est pas déductible fiscalement.

Nous allons démontrer les difficultés de traitements à travers l’exemple


d’illustration suivant :

Soit une banque qui possède un terrain qu’elle a récupéré par voie de contentieux.

Le prix de revient de ce terrain pour la banque est de 250.000 dinars. La banque


décide de le remettre en vente en janvier 2012.

Un client de la banque se présente pour l’acquisition de ce terrain et ce, en vue de la


construction d’une usine de confection de vêtement. Il conclue avec la banque un
contrat de vente Mourabaha dont les termes sont les suivants :

- Date de conclusion de la vente : 1er janvier 2012 ;


- Prix de revient de la banque : 250.000 dinars ;
- Délai de règlement : 4 année ;
- Marge du financier : 200.000 dinars ;
A la date de la réalisation de la vente Mourabaha, la valeur Marchande du terrain est
de 350.000 dinars. Ainsi la marge de la banque ne correspond pas seulement à la
rémunération d’un différé de paiement mais elle contient aussi une plus-value de
100.000 dinars.

Au niveau du client, on distingue deux traitements comptables qui peuvent avoir


des conséquences fiscales différentes :

- Si le client de la banque se base uniquement sur les informations


contenues dans le contrat de vente pour l’enregistrement de cette
opération dans ces comptes, alors il considère la totalité de la marge de la
banque comme une charge financière à étaler sur la durée de

91
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

remboursement. A ce titre la charge déduite de l’exercice 2012 serait, par


simplification, de 50.000 dinars (200.000 dinars /4).
- Si le client de la banque applique strictement les normes comptables
tunisiennes, alors seule 100.000 dinars de la marge de la banque est
considérée comme une charge financière à étaler sur la durée de
remboursement. A ce titre la charge déduite de l’exercice 2012 serait de
25.000 dinars (100.000 dinars /4).

En conclusion, les différentes énonciations du prix de revient ou de la marge de la


banque ne permettent pas au client d’assurer un traitement comptable adéquat et
par là même un traitement fiscal adéquat. L’ambiguïté qui peut entourer le
traitement comptable et fiscal de ces opérations nécessite des éclaircissements de la
part de l’administration fiscale.

Section 2 : Régime fiscal en matière de taxe sur la valeur ajoutée, de droits


d’enregistrements et des taxes parafiscales

Nous allons présenter dans les paragraphes qui suivent le régime fiscal des
opérations de vente Mourabaha en matière de taxe sur la valeur ajoutée, des droits
d’enregistrements et de taxes parafiscales (TCL).

Sous-section 1 : Imposition de l’opération à la Taxe sur la Valeur Ajoutée

L’imposition des opérations de Mourabaha à la taxe sur la valeur ajoutée est


analysée dans un premier temps au niveau de l’établissement de crédit puis dans un
deuxième temps au niveau des clients de la banque en distinguant entre le cadre
général d’imposition tel que prévu par la loi de finances pour l’année 2012 et les
difficultés de traitement de certaines opérations.

1-1 Au niveau de l’établissement de crédit


A- Règles générales

Au niveau de l’établissement de crédit, l’imposition de l’opération de Mourabaha a


lieu à deux niveaux :

92
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- Premièrement lors de l’acquisition auprès du fournisseur ;


- Deuxièmement lors de la revente au client final.

Dans ce cadre, la loi de finances pour l’année 2012 a prévu des mesures en vue de
clarifier les modalités de détermination de l’assiette et les mécanismes de déduction
et de collecte de la TVA.

A ce titre, les acquisitions de biens meubles ou immeubles réalisées dans le cadre de


contrats de ventes Mourabaha demeurent soumises à la taxe sur la valeur ajoutée et
ce, aux taux en vigueur.

Partant du principe que les acquisitions de l’établissement de crédit concourent à la


réalisation d’opérations exonérées de la TVA, l’administration fiscale a précisé dans
la note commune n°4/2012 que la taxe sur la valeur ajoutée supportée au titre de
ces acquisitions n’est pas déductible au niveau de l’établissement de crédit.

Par ailleurs, en ce qui concerne la rémunération de la banque provenant de ces


opérations, la loi de finances pour l’année 2012 a étendu le régime fiscal applicable
aux opérations de financement par crédit bancaire aux opérations de vente
Mourabaha. Ainsi et conformément au point 39 bis du tableau A du code de la
TVA, est exonérée de la TVA, la différence entre le prix de cession et le prix
d’acquisition au titre des opérations réalisées par les établissements de crédits dans
le cadre des contrats de vente Mourabaha.

Pour permettre la récupération de la TVA aux clients, la loi de finances pour


l’année 2012 a mis à la charge de la banque de mentionner sur la facture de vente
ou le contrat de vente selon le cas, le montant de la taxe sur la valeur ajoutée qu’elle
a supportée au titre de ses acquisitions dans le cadre de ces contrats et ce, à
l’identique.

B- Difficultés d’application

Les difficultés d’application de ce régime fiscal se présentent à deux niveaux :

- lorsque le client final dans la transaction est non assujetti à la TVA ;

93
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- Lorsque les revenus de l’établissement de crédit englobent en sus de la


rémunération d’un différé de paiement, une plus-value sur cession.

B-1 Lorsque le client de la banque est non assujetti à la TVA

Conformément aux dispositions du paragraphe 10 de l’article 6 du code de la TVA,


les ventes réalisées par les assujettis à la TVA à des non assujettis, sont soumises à
une majoration d’assiette passible de la TVA de 25%.

Sont, néanmoins, exclues de cette majoration d’assiette :


1- Les ventes de produits alimentaires ;
2- Les ventes de médicaments ;
3- Les ventes de produits pharmaceutiques ;
4- Les ventes de produits soumis au régime de l’homologation administrative
des prix ;
5- Les ventes réalisées par les assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée au
profit de l’Etat, des établissements publics à caractère administratif et des
collectivités locales;
6- Les ventes des commerçants détaillants.
7- De même, sont dispensées de la majoration de 25% les ventes faites aux
personnes autorisées à acheter avec dispense de la majoration de TVA. La
dispense de majoration est accordée par l'administration fiscale à certaines
personnes telles que les assujettis de droit à qui l’on attribue un code de non
assujetti total (producteurs de produits alimentaires exonérés de TVA,
éditeurs de livres, etc....)

A notre avis, l’obligation de majoration de 25% de l’assiette de la TVA n’incombe


pas aux établissements de crédit. En effet, dans une prise de position (173) du 12
février 1999, la DGELF a précisé que la majoration de la TVA de 25% doit être
effectuée par les assujettis à la TVA exerçant une activité industrielle, artisanale ou
de commerce de gros au titre de leurs ventes à des non assujettis de biens, produits
ou marchandises.

94
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Par ailleurs, et conformément aux dispositions du paragraphe Iter de l’article 9 du


code de la TVA, la taxe sur la valeur ajoutée facturée par les établissements de
crédit n’obéit à aucune règle d’assiette. A ce titre, pour bénéficier de la déduction, le
contrat ou la facture, selon le cas doit porter la mention du montant de la taxe sur
la valeur ajoutée supportée par l’établissement de crédit au titre de ses acquisitions
réalisées dans le cadre des contrats Mourabaha et ce, « à l’identique »63. Cette
position a été confirmée par la note commune n° 4/2012 qui précise que
l’établissement de crédit est tenu de mentionner sur la facture ou le contrat de
vente, la TVA qu’il a supporté à l’identique.

Cette situation est de nature à porter atteinte à la neutralité fiscale de la TVA. Dans
ce cadre, un non assujetti aurait intérêt à financer ses acquisitions auprès d’une
banque islamique (réaliser une économie de 25% du montant de la TVA) que
réaliser ses acquisitions par ses propres moyens ou par un crédit bancaire
conventionnel.

A notre avis, des éclaircissements sur ces opérations devront être apportés par
l’administration fiscale.

B-2 Lorsque les revenus de la banque englobent une plus-value sur cession

L’établissement bancaire peut dans certains cas effectuer des opérations de vente
Mourabaha sur des biens qui peuvent générer des plus-values. Ces derniers peuvent
être de deux natures :

- Une plus-value résultant de la cession de biens meubles ;

- Une plus-value résultant de la cession de biens immeubles ;

La question qui se pose est quel est le régime en matière de TVA applicable à ces
plus-values ?

La réponse à cette question nous renvoie aux dispositions du code de la taxe sur la
valeur ajoutée qui définissent les opérations imposables.

63
: Note commune n°4/2012, texte DGI n° 2012/4 du 24/06/2012

95
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

En effet, et concernant la plus-value résultant de la vente des biens meubles,


l’article 1er du code de la TVA a limité l’application de la taxe aux seules ventes qui
revêtent le caractère industriel, artisanal ou relevant d’une profession libérale.

De même, les opérations de revente en l’état ne sont soumises à la TVA que


lorsqu’elles sont effectuées par :

- Les concessionnaires des biens d’équipement industriels,

- Les commerçants grossistes de matériaux de constructions ainsi que les


autres commerçants exerçant dans d’autres secteurs d’activités qui
approvisionnent d’autres commerçants revendeurs.

Sur la base de ce qui précède et à notre avis, cette plus-value échappe à l’application
de la TVA.

Par ailleurs, et lorsque la plus-value résulte de la cession d’un bien immeuble, cette
opération peut être considérée comme des travaux immobiliers au sens de l’article
1er du code de la TVA.

Dans une prise de position (1258) du 29 avril 2003 la DGELF a précisé que la
vente de locaux par une banque au profit de médecins est considérée comme une
opération commerciale, autre que l'achat en vue de la revente, soumise à la TVA au
taux de 18%.

Il y a lieu dans ce cas de distinguer entre le traitement du revenu du financier qui


correspond à la rémunération d’un différé de paiement et la plus-value immobilière.
Des éclaircissements sur les modalités de facturation de cette TVA et des
mécanismes de déduction au niveau des clients devront être apportés par
l’administration fiscale.

96
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

1-2 Mécanismes de déduction et de détermination de l’assiette au niveau des


clients de la banque
A- Règles générales

Conformément aux dispositions de l’article 9 du code de la taxe sur la valeur


ajoutée, les clients de l’établissement de crédit, assujettis à la taxe sur la valeur
ajoutée, déduisent ladite taxe supportée lors des acquisitions par l’établissement de
crédit et portée sur la facture ou le contrat de vente selon le cas :

- totalement pour les assujettis à raison de l’ensemble de leur activité,

-partiellement pour les assujettis partiels et ce, conformément aux règles


d’affectation ou de prorata de déduction.

La déduction ne concerne pas, dans tous les cas, la taxe sur la valeur ajoutée
grevant les voitures de tourisme qui ne font pas l’objet de l’exploitation.

Lorsque l’acquisition de biens est effectuée par les services de l’Etat, les collectivités
locales, les établissements et entreprises publics, les montants payés dans le cadre
des contrats de vente Mourabaha ne sont pas soumis à la retenue à la source au
taux de 50% au titre de la valeur ajoutée et ce, en vertu de l’article 19 bis du code de
la TVA.

Cette situation est de nature à porter atteinte au principe de la neutralité fiscale de la


TVA dans la mesure où les fournisseurs ont intérêt à inciter les entreprises
publiques à procéder au financement de leurs acquisitions par le biais de
Mourabaha au lieu du crédit bancaire.

B- Difficultés d’application

La première difficulté d’application se rapporte à la modalité de détermination de


l’assiette soumise à la TVA au niveau du commerçant lorsque l’acquisition de la
banque est faite auprès d’un non assujetti. A ce titre, aucune précision n’a été
apportée par la loi de finances pour l’année 2012.

97
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Par ailleurs, le paragraphe 9 de l’article 6 du code de la TVA, relatif à la


détermination de l’assiette soumise à la TVA, a prévu le seul cas où l’acquisition est
faite auprès d’un non assujetti. Il précise dans ce cas que la TVA est liquidée sur la
différence entre le prix de vente et le prix d’achat.

Dans le cas d’espèce, l’intervention de la banque par le biais d’un contrat de vente
Mourabaha constitue une rupture de la chaine. Ce cas pose le questionnement sur
les modalités de détermination de l’assiette soumise à la TVA au niveau du client.
Ainsi, est-il permis de se baser sur le prix d’acquisition du financier pour déterminer
l’assiette soumise à la TVA ou bien c’est la totalité du prix de vente qui servira
d’assiette pour l’application de la TVA.

Une deuxième difficulté peut rencontrer les banques et leurs clients lorsque les
biens financés sont soumis au droit de consommation. A ce titre, ni la loi de
finances pour l’année 2012 ni la note commune n° 4/2012 n’ont apporté de
précisions complémentaires

A notre avis, lorsque la vente Mourabaha porte sur des produits soumis au droit de
consommation, la banque est tenue de porter à l’identique sur la facture ou le
contrat selon le cas, le montant du droit de consommation supporté lors de
l’acquisition des mêmes produits et ce, en vertu de l’article 5 de la loi n°88-62 du 02
juin 1988 portant refonte de la réglementation relative au droit de consommation.

Sous-section 2 : Imposition de l’opération aux droits d’enregistrements

2-1 Cadre général


La spécificité des opérations de Mourabaha repose sur le double transfert de
propriété : un premier transfert lors de l’acquisition par la banque et un deuxième
lors de la vente au client. Cette situation posait un problème de double perception
des droits d’enregistrement lorsque les opérations de financement de la banque
portent sur des biens soumis au droit de mutation.

98
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Dans ce cadre, la loi de finances pour l’année 2012 a instauré un régime fiscal en
matière de droit d’enregistrement spécifique aux opérations de Mourabaha réalisées
par les établissements de crédits qui précise :

- les modalités d’enregistrement des actes d’acquisitions de la banque ;

- Les modalités d’enregistrements des actes de ventes aux clients.

2-1-1 Enregistrement du contrat d’acquisition de l’immeuble par l’établissement de crédit

En vertu des dispositions du n° 1 de l’article 20 du code des droits d’enregistrement


et de timbre, s’enregistrent au droit proportionnel de 5%, les actes de mutation au
profit de la banque et portant sur :

- des ventes, cessions, rétrocessions, adjudications, adjudications à la folle


enchère ou sur surenchère, acquisitions par voie de licitation et tous
autres actes civils et judiciaires translatifs à titre onéreux de propriété,
d’usufruit, de nue-propriété de biens immeubles et de servitude.

- Les cessions d’actions ou de parts conférant à leurs possesseurs le droit à


la jouissance ou à la propriété d’immeubles ou de fractions d’immeubles :
les cessions d’actions ou de parts conférant à leurs possesseurs un droit
de jouissance ou de propriété d’immeubles ou fractions d’immeubles sont
réputées avoir pour objet les cessions des biens représentés par ces titres
et il est fait application, pour la perception du droit d’enregistrement sur
lesdites cessions, de toutes les règles relatives à la vente d’immeubles.

Par ailleurs, lorsque les acquisitions de la banque portent sur des terrains destinés à
la construction d’immeubles individuels à usage d’habitation, les actes sont soumis
au droit d’enregistrement sur la base des taux progressifs suivants :

- jusqu’à 120 m2 1%
- de 120,001 à 300 m2 2%
- de 300,001 à 600 m2 3%
- au-delà de 600 m2 5%
Lesdits actes sont également soumis :
99
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- au droit d’origine de propriété fixé à 3% dans le cas de non-mention de la


justification du paiement des droits d’enregistrement afférents à la
dernière mutation à titre onéreux ou par décès, et ce, conformément aux
dispositions du n° 10 de l’article 20 du code des droits d’enregistrement
et de timbre.
- au droit d’inscription foncière ou au droit de mutation et partage des
immeubles non immatriculés de 1%.
2-1-2 Enregistrement de l’acquisition de l’immeuble par le client
Conformément au n° 12 quater de l’article 23 du code des droits d’enregistrement
et de timbre, sont enregistrés au droit fixe de 20 dinars par page de chaque copie
d’acte, les contrats de vente Mourabaha relatifs à la mutation à titre onéreux de
propriété, de nue-propriété, d’usufruit ou d’exploitation d’immeubles ou portant
mutation de propriété des fonds de commerce ou de clientèle, conclus par
l’établissement de crédit au profit de son client.
Les contrats de vente Mourabaha portant constitution ou mutation de droit réel
immobilier par les établissements de crédit au profit de leur clientèle sont exonérés
du droit de la propriété foncière et du droit de mutation et de partage des
immeubles non-immatriculés. Il est à signaler que cette exonération est limitée aux
actes portant constitution ou mutation de tout droit réel immobilier conclus dans le
cadre des ventes Mourabaha effectuées par les établissements de crédits. Il s’en suit
que si le contrat est assorti d’une clause hypothécaire, ce dernier demeure soumis, à
notre avis, au droit de la conservation de la propriété foncière.
La loi de finances pour l’année 2012 s’est limitée à l’exonération du droit
d’inscription foncière du fait que le droit de mutation et de partage des immeubles
non immatriculés n’est pas dû sur les opérations exonérées du droit
d’immatriculation foncière, et ce, en vertu des dispositions de l’article 61 de la loi de
finances pour l’année 2003 du 17 décembre 2002.

100
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

2-2 Difficultés d’application

Le régime fiscal en matière de droit d’enregistrement des contrats de vente


Mourabaha conclus par les établissements de crédits ne manque pas de lacunes.

Ces dernières se présentent principalement dans les deux cas suivants :

- Lorsque le bien immobilier est propriété de la banque ;


- Lorsque l’acte est assorti d’une clause hypothécaire.

2-2-1 vente d’un immeuble propriété de la banque

Pour illustrer ces lacunes, prenons pour le premier cas l’exemple d’une banque qui
procède à la livraison à soi-même d’un immeuble qui lui servira pour une partie à
une agence commerciale ; le reste est vendu à ses clients par le biais de contrats de
vente Mourabaha. La question qui se pose est quel est le régime fiscal de ces ventes
en matière de droits d’enregistrement ?

En vertu de l’article 33 de la loi n°2011-07 du 31 décembre 2011, les contrats de


vente Mourabaha portant sur des biens propriétés de la banque au profit de leur
client échappent à l’application du tarif proportionnel des droits d’enregistrement et
se trouvent enregistrés au tarif fixe de 20 dinars par page et par copie. Cette
situation est de nature à porter atteinte au principe de neutralité fiscale. En effet, si
cette opération a été effectuée par une banque dans le cadre d’un crédit bancaire,
cette opération serait soumise au droit proportionnel d’enregistrement.

2-2-2 Lorsque le contrat de vente est assorti d’une clause hypothécaire

L’article 35 de la loi n°2011-07 du 31 décembre 2011 a limité l’exonération du droit


pour la conservation foncière aux seuls actes portant constitution ou mutation de
tout droit réel immobilier conclus dans le cadre des ventes Mourabaha effectuées
par les établissements de crédits. Il s’en suit que lorsque le contrat comprend une
clause hypothécaire, il demeure soumis au droit de la conservation de la propriété
foncière. La question qui se pose est quel est le taux à appliquer ?

101
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

L’article 26 de la loi n° 80-88 du 31 décembre 1980, prévoit un taux de référence de


1% de la valeur du droit à inscrire. Ce taux est réduit à 0,2% lorsque l’acte porte sur
la constitution ou la radiation d’hypothèque ou de privilège pour garantir un prêt.

Ne s’agissant pas d’un prêt, les actes de vente Mourabaha assorti d’une clause
hypothécaire sont-ils soumis au droit de conservation foncière au taux de 0,2% ou
de 1% ?

Face à ces difficultés, nous estimons que l’administration fiscale doit apporter les
clarifications nécessaires.

Sous-section 3 : Imposition de l’opération à la TCL

Les règles d’imposition à la TCL des opérations de Mourabaha rappellent en


premier la définition du chiffre d’affaires qui peut résulter de la conclusion de ce
Type de contrat.

En effet, les revenus qu’une banque peut prétendre réaliser de la conclusion d’une
vente Mourabaha selon les développements exposés dans la section 1 se détaillent
comme suit :

- Les commissions résultant des opérations d’étude et de gestion du


dossier. Ces commissions font partie de l’assiette soumises à la TCL pour
le montant TTC.

- La rémunération du financier qui correspond à la rémunération d’u


différé de paiement. Cette rémunération fait partie de l’assiette soumise à
la TCL.

Il demeure bien entendu une difficulté en ce qui concerne la plus-value qui peut
résulter de la vente de certains biens dont la valeur marchande à la date de la vente
est supérieure au prix de revient de la banque. Fait-elle partie du chiffre d’affaires
soumis à la TCL ?

Sur la base des développements précédents, la plus-value réalisée constitue une


partie intégrante du chiffre d’affaires et est soumise à la TCL.
102
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Section 3 : Régime en matière d’avantages fiscaux

En matière d’avantages fiscaux, la loi de finances pour l’année 2012 prévoit que
lorsque le client de la banque bénéficie d’avantages ou d’exonérations en vertu de la
législation fiscale ou de la législation relative à l'incitation aux investissements ou
en vertu de textes particuliers, ces avantages s’appliquent à l’établissement de crédit
au titre des équipements, matériels ou de biens immobiliers objet du contrat de
vente Mourabaha, et ce comme suit :

3-1 En matière de taxe sur la valeur ajoutée et des autres droits et taxes

Dans le cas où un client bénéficie d’avantages portant sur l’exonération de la taxe


sur la valeur ajoutée, sa suspension ou la réduction de son taux ou la suspension de
la taxe au profit du fonds de développement de la compétitivité dans les secteurs
industriels, de services et de l’artisanat, ou de la taxe pour la protection de
l’environnement ou de la taxe au profit du fond national de maitrise de l’énergie,
l’établissement de crédit bénéficie des mêmes avantages lors de l’acquisition des
actifs objet du contrat de vente Mourabaha.

Dans le cas de la suspension de la taxe sur la valeur ajoutée et des taxes au profit
des fonds spéciaux du trésor susvisées, l’établissement de crédit est tenu de
respecter les conditions prévues par l’article 11 du code de la taxe sur la valeur
ajoutée.

Dans ce cas, l’établissement de crédit obtient l’attestation de suspension de la taxe


sur la valeur ajoutée et des taxes au profit des fonds spéciaux du trésor le cas
échéant sur la base de l’attestation délivrée à son client bénéficiaire de l’avantage, et
ce, au cas par cas.

Sur la base de la note commune n° 4/2012, nous pouvons constater que


l’administration fiscale n’a pas pris en considération, les caractéristiques des
opérations de Mourabaha dont notamment les cas de renonciation du client qui

103
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

intervient après le transfert de propriété à la banque. Encore faut-il prévoir les


modalités et les délais de régularisation de ces situations ?

Enfin, la réalisation des opérations de Mourabaha nécessite dans certains cas


l’écoulement d’un laps de temps entre la première acquisition par la banque et la
revente au client. L’administration n’est pas intervenue pour prévoir un délai
raisonnable au-delà duquel, l’institution financière et son client ne peuvent pas
bénéficier de ce régime.

3-2 En matière des droits d’enregistrement


L’établissement de crédit bénéficie des mêmes avantages accordés au client au titre
des droits d’enregistrement, et ce, lors de l’acquisition des immeubles objets de
l’avantage ou de l’exonération dans le cadre des contrats de vente Mourabaha.

Bien que la loi de finances pour l’année 2012 a prévu le principe général de
transfert du bénéfice de l’avantage fiscal à l’établissement de crédit, la note
commune n’a pas donné de clarifications sur les modalités pratiques de réalisation
de ce transfert.

104
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Conclusion
Le législateur tunisien a introduit une nouvelle notion qui est « la vente
Mourabaha » et lui a réservé un régime fiscal et ce, en dépit de l’absence d’un cadre
juridique qui réglemente ces opérations. Face à ce vide juridique, on s’attendait à ce
que l’administration fiscale émette une note commune qui permet de définir ce
nouveau mode de financement et de présenter ses caractéristiques. Toutefois, la
note commune n° 4/2012 s’est limitée à une définition élémentaire et n’a pas traité
des aspects spécifiques de ce mode de financement.

Le régime fiscal des opérations de vente Mourabaha, prévu par la loi de finances de
2012, a traité du cadre général de ces opérations. Ce régime est d’application
rétroactive en vertu de la loi de finances complémentaire de l’année 2012.
Toutefois, certains aspects spécifiques à ces opérations n’ont pas été pris en
considération dans la définition du régime fiscal de ce mode de financement. Il
s’agit notamment de :

- La fixation d’un délai pour la réalisation de l’opération : dans certains cas,


la réalisation de l’opération de Mourabaha nécessite un certain délai qui
court entre la date de la première acquisition par la banque et la date de la
réalisation de la vente au profit du client. La fixation d’un délai pour la
réalisation de ces opérations est de nature à renforcer les dispositifs de
contrôle de l’administration réservés à ces opérations et permet de limiter
les abus en cas d’opérations bénéficiant d’avantages fiscaux.

- La prise en compte du caractère non obligeant de la promesse d’achat et


la possibilité de renonciation par le client à l’acquisition auprès de la
banque : cette situation se traduit par l’existence d’un actif qui peut faire
l’objet d’une dépréciation ou d’une appréciation de valeur. Cette situation
pose des difficultés sur la définition du revenu et des charges de la
banque et par conséquent des difficultés de traitement fiscaux.

105
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Par ailleurs, d’autres difficultés dues principalement au statut des différents


intervenants dans ces opérations qui n’ont pas été prévues par la loi de finances. Il
s’agit notamment :

- du régime fiscal applicable au revenu du financier lorsque la banque est


non établie en Tunisie. Il en est de même pour la qualification de ces
revenus selon les conventions fiscales de non double imposition : le
traitement fiscal peut-il s’inscrire sous les dispositions régissant la
catégorie « intérêts » au sens des définitions prévues par ces conventions
ou sont-ils considérés comme « autres revenus » et dont le droit
d’imposition est attribué au pays de résidence.

- Lorsque le fournisseur des biens et le client final ne sont pas de même


statut en matière de TVA (l’un assujetti et l’autre n’est pas assujetti) : en
effet, les difficultés de traitement peuvent se présenter pour l’un comme
pour l’autre lors de la détermination de l’assiette soumis à l’impôt.

Pour conclure, l’institution d’un régime fiscal des opérations de Mourabaha par le
législateur tunisien présente des difficultés de traitements relatives à des aspects
spécifiques de ce mode et qui nécessitent des clarifications de la part des services
compétents de l’administration fiscale.

106
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

CHAPITRE 2 : POSITIONNEMENT DU REGIME FISCAL TUNISIEN


PAR RAPPORT AUX EXPERIENCES ETRANGERES

Après avoir développé le régime fiscal tunisien des opérations de vente Mourabaha,
nous allons essayer dans ce chapitre de positionner la réglementation tunisienne en
la matière par rapport à certaines expériences étrangères. Pour ce faire, nous allons
étudier successivement les mesures adoptées dans ce cadre au Royaume-Uni, en
France et au Maroc.

Section 1 : Expérience du Royaume-Uni

Le Royaume-Uni était l’un des premiers pays occidentaux à avoir prévu une
réglementation fiscale adaptée aux modes islamiques de financement. Il a
commencé en 2003 par la promulgation d’une loi de finances permettant d’éliminer
la double perception des droits d’enregistrement sur les opérations portant sur des
biens immobiliers. Puis en 2005, le parlement a promulgué une deuxième loi de
finances qui prévoit que le revenu du financier provenant des opérations de
financement de type achat/revente est assimilé à des intérêts et enfin par la
promulgation d’une loi en 2007 qui réglemente le régime fiscal des obligations
Islamiques dites SOUKOUK.

Dans le cadre de ce mémoire, nous allons nous limiter à l’étude du régime fiscal des
opérations d’achat/revente (assimilées aux opérations de vente Mourabaha).

1-1 Présentation des opérations d’achat /revente par le législateur


britannique
Partant des caractéristiques d’un système fiscal qui est basé sur la forme des
transactions64, le Royaume-Uni a adopté une approche, pour la mise en place d’un

64
Mohammad Amin : Chancellor Guide To The Legal And Shariah Aspects Of Islamic Finance ,
edition Humayon A. Dar & Omar F. Moghul
107
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

régime fiscal régissant la finance islamique, qui consiste en l’institution d’une


législation spécifique qui définit les mécanismes de fonctionnement de ces produits
de financement, ayant un rendement économique équivalent à celui des crédits à
intérêts. L’objectif était d’assurer la neutralité fiscale entre les modes islamiques de
financement et le crédit bancaire.

Ainsi, le législateur Britannique n’a fait référence à aucune notion de la finance


islamique dans les différents textes réglementaires. Il a défini un cadre général d’une
« finance alternative » ayant un rendement économique équivalent à celui des
intérêts mais avec des montages différents de celui du crédit bancaire. Sous ce cadre
général, s’inscrivent les actes d’achat revente conclus par les institutions financières.

1-2 Régime fiscal des opérations de financement achat /revente en matière


d’impôt direct
A- Règles générales lorsque l’institution financière est établie au Royaume-Uni

Le législateur Britannique n’a pas adopté un régime fiscal spécifique aux opérations
d’achat revente. Il a simplement étendu le régime en vigueur des opérations de
financement par crédit bancaire aux opérations d’achat revente moyennant le
respect d’un schéma de financement qu’il a décrit et des conditions suivantes 65 :
- une personne (X) achète un bien et le vend, soit immédiatement, soit
dans d’autres circonstances, à une autre personne (Y);

- le montant payable par (Y) à l’occasion de la vente est supérieur à la


somme versée par (X) lors de l'achat;

- tout ou partie du prix de vente est différé au-delà de la date de la vente;

- la différence entre le prix de vente et d'achat équivaut, en substance, à un


retour sur un investissement d’un crédit à intérêt et constitue le revenu du
financier ;

65
Mohammad Amin : Chancellor Guide To The Legal And Shariah Aspects Of Islamic Finance ,
edition Humayon A. Dar & Omar F. Moghul
108
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- L’une des parties contractantes (X ou Y) devrait être une institution


financière.

Dans ce cadre, la rémunération du financier doit être appréhendée en conformité


avec les règles suivantes :

- Lorsque la revente ait lieu en une seule échéance, la rémunération du


financier doit être égale au « rendement effectif » ;
- Lorsque le prix de vente est payé par des versements échelonnés, la
rémunération du financier incluse dans chaque versement doit être égale
au "montant approprié".
Le « montant approprié » ou le « rendement effectif » est entendu par le montant
des intérêts qui auraient été inclus dans les versements si:
- un prêt d'un montant égal au prix d'achat a été accordé de X à Y ;
- les versements correspondent à un remboursement du principal et
d’intérêt ;
- le crédit a été accordé dans les conditions de concurrence pure et parfaite
et a été comptabilisé selon les principes comptables généralement admis
au Royaume-Uni.

B- Règles lorsque l’institution financière n’est pas établie au Royaume-Uni

Lorsque l’institution financière n’est pas établie au Royaume-Uni, le législateur


britannique a procédé à des ajustements du droit interne relatif à la définition de la
notion d’établissement stable.

En effet, les dispositions définissant «l’établissement stable» dans le FA 2003,


S148(66) (loi de finances de 2003) ont été modifiées pour prendre en considération
les caractéristiques de ce nouveau mode de financement. Ainsi, lorsque l’institution
financière est non résidente ni établie au Royaume-Uni, elle n’est pas considérée

66
Mohammad Amin : Chancellor Guide To The Legal And Shariah Aspects Of Islamic Finance ,
edition Humayon A. Dar & Omar F. Moghul
109
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

comme ayant un établissement stable du seul fait qu’elle est une partie contractante
dans un accord portant sur un mode alternatif de financement.

Il en est de même des dispositions relatives aux représentants des personnes non
résidentes prévues par le FA 1995 S 127 ( loi de finances de 1995), qui ont été
modifiées de la sorte que si une partie contractante dans un accord de financement
alternatif est non résidente, elle n’est pas considéré comme ayant un établissement
stable au Royaume-Uni du seul fait qu’elle agit par l’intermédiaire d’un résident
dans le cadre de ces contrats 67.

Pour l’imposition du revenu du financier, le HM Revenu and Customs68 (HMRC)


précise que même si le revenu du financier est traité en régime intérieur comme des
intérêts, ce dernier peut ne pas être traité comme tel en vertu des accords de non
double imposition conclus par le Royaume-Uni.

Mohammad Amin69 précise, dans son livre “ CHANCELLOR GUIDE TO THE


LEGAL AND SHARIAH ASPECTS OF ISLAMIC FINANCE”, que dans le cadre des
conventions de non double imposition, le traitement du revenu du financier doit
être effectué au cas par cas.

Il cite, à ce titre, le cas de la convention de non double imposition conclu avec les
Etats-Unis d’Amérique qui prévoit que la notion d’intérêt couvre « tous les autres
revenus qui sont soumis au même régime fiscal que les revenus de sommes prêtées
par la législation fiscale de l'Etat contractant d’où proviennent les revenus ». Par
conséquent, les revenus du financier sont traités comme des intérêts en vertu de
cette convention.

67
Mohammad Amin : Chancellor Guide To The Legal And Shariah Aspects Of Islamic Finance ,
edition Humayon A. Dar & Omar F. Moghul
68
HMRC est un organisme, créé par une loi du Parlement en 2005 suite à la fusion de l'Inland Revenue and
Customs and Excise. Il est chargé de de l'administration du régime fiscal grâce à un certain nombre de
commissaires
69
Mohammad Amin : Tax Partner, PriceWaterhouseCoopers LLP and Council Member of the Chartered
Institute of Taxation (CIOT)

110
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Par contre, les modèles de l’OCDE des conventions de non double imposition ne
prévoient pas des définitions pareilles et de ce fait, selon Mohammad Amin, le
revenu du financier peut s’inscrire sous la catégorie des autres revenus prévue par
l’article 21 des conventions de l’OCDE et le droit d’imposition serait accordé au
pays de résidence.

Il soulève aussi le problème de la qualification juridique du revenu du financier. En


effet, ce revenu est considéré comme une catégorie de revenu au sens de la
réglementation britannique mais traité fiscalement comme des intérêts. Selon lui, un
tel traitement ne permet pas au Royaume-Uni en cas de litige fiscal international,
d’avoir gain de cause dans la procédure amiable prévue par le modèle des
conventions de l’OCDE. Il recommande à ce titre, d’entreprendre les mesures
nécessaires afin de remédier à ces insuffisances.

1-3 Régime fiscal des opérations de financement par achat /revente en


matière de droit de timbre et taxe foncière (Stamp duty land tax)
Le régime fiscal en matière de droit de timbre et taxe foncière (SDLT) sur les
mutations immobilières, adopté en 2003 constitue le « premier pas » réalisé par le
Royaume-Uni pour faciliter l’introduction de la finance islamique.

En effet, la loi de finances pour l’année 2003, a adopté des mesures pour éliminer la
double imposition à la SDLT, des transactions immobilières réalisées par les
établissements financiers lorsqu’ils s’adonnent à des opérations de financement
basées sur la technique d’achat/revente.

La section 73 de cette loi, intitulée « Alternative property finance : land sold to


financial institution and re-sold to individual » , précise que le bénéfice de ce régime
est réservé aux seuls arrangements conclus entre l’institution financière et les
personnes et qui portent sur :
- La réalisation d’une première transaction d’acquisition d’un droit sur des
immeubles par l’institution financière ;
- la revente de ce même droit à une autre personne ;
111
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- Le client acquéreur donne à l’institution financière une hypothèque sur ce


droit.
Ce régime prévoit que la perception des droits par le trésor a lieu lors de la
réalisation de la deuxième transaction. Toutefois, si la première transaction a été
soumise au SDLT, alors la deuxième transaction serait exonérée.

Au début, ce traitement était réservé aux seuls clients particuliers des établissements
financiers. Ensuite, il a été étendu, à partir de 2006 (FA 2005) « pour couvrir aussi
les immeubles à usage commercial et les transactions immobilières réalisées par les
investisseurs personnes morales »70.

1-4 Régime fiscal des opérations de financements par achat/revente en


matière de taxe sur la valeur ajoutée
Le HM revenue & customs (HMRC) a spécifié, dans la note explicative
n° VATFIN8240 - Islamic products: Price plus "profit": Basic price plus "profit"
(Mourabaha), le régime fiscal de ces opérations de financement en matière de taxe
sur la valeur ajoutée.

Selon cette note, la vente avec différé de paiement génère pour l’institution
financière deux opérations :
- une livraison de bien qui suit le même régime fiscal que celui des
opérations de vente de bien au comptant et ce, selon les taux du droit
commun ;
- et un service relatif à un différé de paiement qui est exonéré de la TVA
conformément aux dispositions de la loi de finance de 1994.(VAT Act
1994).
Le législateur britannique a défini un cadre général d’une finance alternative. Pour
ce qui est des opérations de Mourabaha, l’institution de la technique achat revente
permet de répondre aux exigences prévues par les normes de l’AAOIFI en la
matière.
70
Laurence Toxé Avocate Associée NORTON ROSE LLP 14 mai 2008

112
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Le régime fiscal britannique apporte des réponses à des difficultés de traitement du


régime fiscal tunisien et notamment sur les deux points suivants :
- en matière de droit d’enregistrement : les modalités de perception en aval
des droits d’enregistrement par le trésor, c'est-à-dire imposer la deuxième
transaction au lieu de la première permet de résoudre le problème des
droits d’enregistrement lorsque le bien cédé est propriété de la banque.
- En matière de fiscalité internationale : la réflexion sur le fait que le
traitement du revenu du financier doit être expressément déclaré comme
celui réservé aux intérêts, permet d’attirer l’attention du législateur sur les
actions à entreprendre en vue d’éviter les risques liés au contentieux fiscal
international.

Section 2 : Expérience Française


L’expérience Française en matière d’institution d’un régime fiscal propre aux
opérations de financement islamique est relativement récente par rapport à celle du
Royaume-Uni. A ce titre, la Direction Générale du Trésor et de la Politique
Economique a publié le 18 décembre 2008 des fiches doctrinales pour traiter les
régimes fiscaux de deux instruments de financement islamique dont les opérations
de Mourabaha. L’instruction de la Direction générale des finances publiques du 23
juillet 2010 parue au Bulletin Officiel des impôts n° 4/FE/SE/10 du 24 août 2010
a fixé définitivement le régime fiscal applicable à ces opérations.

2-1 Présentation des opérations de Mourabaha par le législateur Français


En l’absence d’un régime juridique spécifique aux ventes Mourabaha, la Direction
Générale des Finances Publiques a consacré, au niveau de l’instruction du 23 juillet
2010, une section qui traite les différentes caractéristiques de ces opérations.

L’opération de Mourabaha est présentée selon cette instruction comme « un contrat


de financement aux termes duquel un client demande à un établissement de crédit
de financer l’achat d’un actif déterminé ou d’un portefeuille d’actifs déterminé, en

113
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

réalisant en particulier deux transferts successifs de propriété se présentant de la


manière suivante : un vendeur vend l’actif à un financier qui le revend à un client
moyennant un prix payable à tempérament, supérieur au prix d’acquisition à
hauteur d’un Profit. Ce profit comprend comptablement et fiscalement un
revenu couvrant notamment les coûts de financement ainsi qu'éventuellement une
commission couvrant notamment les coûts de gestion et de mise en place du
financier ; Prix, Commission et Revenu sont déterminés ou déterminables et
connus des deux contractants le jour de la conclusion du contrat ».

Pour les besoins de la détermination du régime fiscal, le législateur a apporté les


précisions suivantes :

- La revente de l’actif par le Financier au Client doit intervenir dans un


délai qui ne peut excéder six mois à compter de l’acquisition dudit actif ;
- Il distingue trois natures de revenus que le financer peut prétendre
réaliser :
 Le coût du différé de paiement, dénommé le revenu du financier,
qui est égal à la différence entre le montant total des flux financiers
prévus au contrat relatif au paiement de l’actif, à l’exception de ceux
afférents à la commission éventuelle du financier, et le prix
d’acquisition de cet actif par le financier.
 La commission du financier qui correspond à ce qu’il perçoit au
titre de sa seule intermédiation, à l’exclusion de toute autre
prestation ou profit (notamment la plus-value réalisée sur la cession
de l’actif). Elle doit être conforme aux pratiques usuelles en la
matière.
 Une plus-value de cession : le législateur a admis que le financier
peut dans certains cas procéder à des opérations de financement sur
des biens qu’il les a acquis antérieurement et qui n’ont pas été
vendus. Ces actifs peuvent avoir un prix d’acquisition chez le

114
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

financier largement inférieur au prix de revente par le client au tiers.


Dans cette hypothèse, et aux seules fins de déterminer le revenu du
financier, le prix d’acquisition de l’actif par le financier sera réputé
être égal à la valeur de marché de l’actif revendu, ladite valeur étant
fixée dans le contrat entre le financier et le client.
Dans la définition du champ d’application du régime applicable aux opérations de
Mourabaha, l’instruction de la direction générale des finances publiques pose les
conditions suivantes :
- les documents contractuels doivent clairement faire ressortir que le
Financier acquiert l’actif pour le revendre, un instant de raison après ou
dans un délai qui ne peut excéder six mois, à son client, lequel est son
donneur d’ordre ;
- Ces mêmes documents doivent stipuler le prix total d’acquisition de l’actif
par le client. Ils doivent également, comptablement et fiscalement,
permettre de faire ressortir distinctement dans la facturation :
 le prix d’acquisition de l’actif par le financier ;
 la commission du financier ;
 le revenu du financier constituant la seule contrepartie du différé de
paiement accordé au client ;
- Le paiement du revenu du financier est étalé dans le temps. Ce revenu
doit être connu et accepté par les deux parties contractantes au moyen
d’un échéancier annexé au contrat, distinguant le remboursement du prix
d’acquisition, le paiement du revenu et le paiement de la commission ;
- Le revenu du financier doit être expressément désigné comme étant la
contrepartie du service rendu continument par le financier au client
jusqu’au terme de l’opération et qui résulte du différé de paiement
consenti à celui-ci. Il pourra, par exemple, s’agir d’une clause présentant
le revenu du financier comme « la contrepartie du différé de paiement
accordé à l’acquéreur par le vendeur, l’acquéreur s’obligeant à payer au

115
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

vendeur le revenu du financier jusqu’à la date de paiement effectif de


l’intégralité du prix » ;
- le contrat entre le financier et le client doit mentionner explicitement que
l’opération considérée s’inscrit dans le cadre juridique et fiscal défini par
l’instruction n° 4FE/S1/10 de la Direction Générale des Finances
Publiques du 23 juillet 2010.
- le Financier doit disposer du statut d'établissement de crédit au sens
du code monétaire et financier Français.

2-2 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière d’impôt Direct

Les règles fiscales en matière d’imposition des revenus provenant des opérations de
Mourabaha renvoient principalement aux règles comptables pratiquées tant pour le
financier que pour le client.

Sur le plan économique, le revenu du financier constitue la rémunération d’un


différé de paiement assimilable, sur le plan fiscal, aux intérêts dus durant cette
période dans le cadre d’un financement conventionnel. Par conséquent, les règles
fiscales afférentes aux intérêts des crédits bancaires sont applicables sur le revenu
du financier. « Les autres éléments du prix (plus-value, Commission, etc.)
demeurent quant à eux taxables selon les règles de droit commun applicables au
financier et au client considéré »71.

Compte tenu de ce qui précède, le régime fiscal des ventes Mourabaha en matière
d’impôt direct se présente comme suit :

a- Au niveau de l’établissement de crédit :

En matière de bénéfices industriels et commerciaux, le revenu du financier est étalé


sur la durée du différé de paiement, quels que soient les paiements effectués (en
une seule échéance ou sur plusieurs échéances), selon un rythme strictement

71
Instruction n° 4FE/S1/10 de la Direction générale des finances publiques du 23 juillet 2010
116
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

identique à celui retenu pour l’enregistrement comptable de l’opération et


conforme à l’échéancier annexé au contrat.

Pour la détermination de la plus-value imposable du financier, le revenu du


financier est déduit du prix de cession de l’actif au client.

Lorsque le Financier est établi dans un pays ayant conclu avec la France une
convention de non double imposition, les sommes qui lui sont versées par le client
sont traitées sur le plan fiscal, à hauteur du revenu du financier, comme des intérêts
et « sont exonérées du prélèvement prévu au n°III de l’article 125 A »72.

Toutefois, lorsque le financier est établi dans un pays non coopératif, les revenus
du financier sont soumis à l’impôt par voie de retenue à la source.

b- Au niveau du client de l’établissement de crédit :

Sur le plan fiscal, le traitement des acquisitions du client diffère selon qu’elles
constituent des charges ou des actifs immobilisés.

En ce qui concerne les charges, elles sont prises en compte selon les règles ci-
dessus mentionnées et suivent le même régime du droit commun Français réservé à
la détermination des bénéfices industriels et commerciaux.

Par ailleurs, lorsque les acquisitions des clients constituent des actifs amortissables,
le revenu du financier et la commission, le cas échéant, sont exclus de la base
d’amortissement de l’actif acquis.

Fiscalement, le revenu du financier doit être déduit du résultat imposable du client


sur la durée du différé de paiement, quels que soient les paiements effectués,
selon un rythme strictement identique à celui retenu pour l’enregistrement
comptable de l’opération et conforme à l’échéancier annexé au contrat.

La plus-value réalisée lors de la cession ultérieure de l’actif par le client est calculée
à partir du prix d’acquisition payé par le client, augmenté de la commission

72
Instruction n° 4FE/S1/10 de la Direction générale des finances publiques du 23 juillet 2010
117
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

considérée comme des frais d’acquisition, sauf pour les entreprises qui ont inclus
la commission dans leurs charges déductibles de leurs résultats imposables.

2-3 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière de cotisation73


sur la valeur ajoutée
En matière de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, le chiffre d'affaires de
référence ainsi que la valeur ajoutée sont calculés suivant le régime dont relève le
Financier (à titre d'exemple : lorsque le financier est un établissement de crédit, il
relève du régime des établissements de crédit prévu au n° III de l'article 1586
sexies)74 ;

Dans ce cadre, seul le revenu du financier qui correspond à la rémunération d’un


différé de paiement se trouve exonéré de la TVA. Il va sans dire que les biens objet
des opérations de Mourabaha sont soumis à la TVA selon les taux en vigueur.

Par ailleurs, « si le prix de cession net du revenu du financier est supérieur au prix
d’acquisition du financier, l’excédent constitue une plus-value imposable »75 et la
livraison du bien vendu constitue le fait générateur de la TVA.

2-4 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière de droits


d’enregistrement
Lorsque les opérations de financement par voie de Mourabaha portent sur des
biens soumis au droit de mutation à titre onéreux, ces dernières sont taxées de la
manière suivante : les acquisitions de l’établissement de crédit ne sont pas soumises
au droit d’enregistrement ; la taxation n’est due que lors de la réalisation de la
revente au profit du client. Dans ce cas l’assiette soumise à l’impôt est déterminée
sur la base du prix de vente du financier déduction faite du revenu du financier. Le
législateur français considère que l’établissement de crédit n’est qu’un intermédiaire

73
Equivalent à la Taxe sur la valeur ajoutée en droit fiscal Tunisien
74
Instruction n° 4FE/S1/10 de la Direction générale des finances publiques du 23 juillet 2010
75
Article Par Ibrahim Zeyyad CEKICI, « Développement de la finance islamique en France : les
premiers pas de l’administration fiscale » REVUE LAMY DROIT DE S AF FAI R E S N0 3 5 •
F ÉVR I E R 2009
118
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

dans ces opérations de financement et par conséquent, le transfert de propriété


n’est réalisé que lors de la deuxième cession.

Sur la base de ce qui précède, nous pouvons conclure que le régime fiscal prévu par
le législateur français a traité des aspects spécifiques de ce mode de financement et
permet de répondre à plusieurs questionnements posés par les difficultés de
traitement du régime tunisien. Il s’agit principalement de la définition des revenus
provenant des opérations de Mourabaha et des traitements fiscaux qui lui sont
réservés.

Toutefois, certaines conditions de bénéfice de ce régime fiscal, à savoir


l’énonciation dans le contrat de Mourabaha que le revenu du financier
« correspond à la rémunération d’un différé de paiement », peut aller à l’encontre
des conditions de conformités aux principes de la Chariaa qui interdit toute
référence à la notion d’intérêt.

Section 3 : Expérience Marocaine


La genèse de la finance islamique au Maroc a commencé au début des années 1990
par un projet de développement de certains modes de financement par le Groupe
WAFA Bank ; un projet qui a connu une forte « opposition par Bank Al
Maghrib »76. Ce n’est qu’en 2007 que Bank Al Maghrib a publié la recommandation
n° 33/G/2007 du 13 septembre 2007 relative aux produits Ijara, Moucharaka et
Mourabaha précisant les caractéristiques de ces produits de financement et les
mécanismes de fonctionnement.

Le régime fiscal des opérations de ventes Mourabaha a été prévu par la loi de
finances n° 48-09 pour l'année budgétaire 2010. Nous présentons dans ce qui suit
les principales dispositions de ce régime.

76
Forum Africain de la finance islamique, document de Kawthar RAJI, Tunis le 13 avril 2011.

119
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

3-1 Présentation des opérations de Mourabaha par le législateur Marocain


Avant d’instituer un régime fiscal des opérations de Mourabaha, le législateur
marocain a élaboré un régime juridique qui règlemente ces opérations à travers
l’intervention de Bank Al Maghrib qui a publié la recommandation n° 33/G/2007
du 13 septembre 2007.

Selon cette recommandation, la vente Mourabaha a été définie comme tout contrat
par lequel un établissement de crédit acquiert, à la demande d’un client, un bien
meuble ou immeuble en vue de le lui revendre à son coût d’acquisition majoré
d’une rémunération convenue d’avance.

Les parties au contrat Mourabaha sont le client donneur d’ordre, l’établissement de


crédit et le vendeur. Le règlement par le client donneur d’ordre se fait en un ou
plusieurs versements pendant une période convenue d’avance. L’imputation de la
rémunération aux produits de l’établissement de crédit doit se faire de manière
étalée, sur la période du contrat.

La banque centrale impose aux établissements de crédit qui offrent ces produits de
« s’assurer, par tout moyen, de leur conformité aux standards internationaux en la
matière »77.

Par ailleurs, et en vue d’assurer une comparabilité des traitements comptables au


niveau des établissements de crédit, la Banque Al Maghrib a publié une note
d’orientation précisant les schémas comptables de ces transactions au niveau des
banques. Cette note est d’application obligatoire en vertu de l’article 16 de la
recommandation n° 33/G/2007 du 13 septembre 2007.

3-2 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière d’impôt Direct


Les règles fiscales en matière d’imposition des revenus provenant des opérations de
Mourabaha renvoient aux règles comptables dictées par la note d’orientation
publiée par Banque Al Maghrib. Selon cette note, l’opération de Mourabaha revêt la

77
Article 15 recommandation du Bank Al Maghrib n° 33/G/2007 du 13 septembre 2007

120
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

forme de deux transactions simultanées d’achat et de revente par l’établissement


de crédit du bien objet de la Mourabaha.

Le régime fiscal des ventes Mourabaha en matière d’impôt direct se présente


comme suit :

a- Au niveau de l’établissement de crédit :


En matière d’impôt sur les sociétés, les revenus des opérations de Mourabaha ainsi
que les charges y afférentes suivent le même régime fiscal que celui des revenus et
charges des crédits bancaires. Ainsi, la rémunération des opérations de Mourabaha
constitue un produit imposable à répartir sur la durée du contrat, « à l’instar des
intérêts courus prévu à l’article 9 du code général des impôts »78 .
Il en est de même pour les revenus réservés sur les créances accrochées qui ne sont
pris en compte parmi les produits que lors de leur encaissement.

b- Au niveau du client de l’établissement de crédit :


A compter du 1er janvier 2010, le traitement fiscal des biens acquis par voie de
Mourabaha au niveau des clients des établissements de crédit a été aligné à celui des
acquisitions par voie de crédits bancaires.
Ce traitement prévoit les mêmes règles de détermination du résultat fiscal en ce qui
concerne les clients personnes morales et personnes physiques.
De même, et au même titre que les acquisitions des logements sociaux par les
clients particuliers par voie de crédits bancaires, les acquisitions par voie de
Mourabaha permettent aux clients de déduire du revenu imposable, les revenus du
financiers et ce, dans la limite de 10% du revenu global.

3-3 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière de Taxe sur la


valeur ajoutée
En matière de Taxe sur la valeur ajoutée, le revenu du financier est soumis au
même titre que les intérêts à ladite taxe au taux de 10%.

78
Prise de position : réponse n°31 du 18 janvier 2010

121
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Par ailleurs, la TVA ayant grevé les biens acquis dans le cadre de "Mourabaha"
n'ouvre pas droit à déduction chez l'établissement de crédit.

3-4 Régime fiscal des opérations de Mourabaha en matière de droits


d’enregistrement
L’article 7 de la loi de finances n°40-08 pour l’année budgétaire 2009 a prévu
l’application des droits d’enregistrement une seule fois lors de l’acquisition par
l’établissement bancaire et ce, en consécration du principe de la neutralité de
l’impôt.

La base imposable est déterminée par le prix d’acquisition du bien par


l’établissement bancaire à l’exclusion de son revenu.

Contrairement, au régime prévu par la réglementation tunisienne, le législateur


marocain a défini un cadre réglementaire des opérations de Mourabaha et a adopté
à ce titre, les standards internationaux en la matière.

Même si le législateur marocain a étendu explicitement le régime fiscal des


opérations de financement par crédit bancaire aux opérations de Mourabaha, ce
régime fiscal ne permet pas de répondre aux différents questionnements posés par
le régime fiscal tunisien.

Section 4 : Mise en évidence empirique du régime fiscal Tunisien de la


Mourabaha par rapport aux expériences étrangères

L’institution d’un régime fiscal spécifique aux opérations de vente Mourabaha est
un processus évolutif qui doit prendre en compte d’une part, les caractéristiques
propres de ce mode de financement et d’autre part, les développements de
plusieurs montages financiers par les banquiers afin de pouvoir répondre aux
impératifs d’un marché financier en perpétuelle mutation.

122
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Dans ce cadre, nous allons essayer dans une première sous-section de positionner
le régime fiscal tunisien pour le traitement de ces opérations par rapport aux
expériences étrangères.
Les régimes fiscaux prévus au Royaume-Uni, en France et au Maroc, apportent
indéniablement des solutions à certaines difficultés de traitement soulevées lors de
l’examen du régime fiscal tunisien.

Dans ce cadre, la deuxième sous-section est consacrée à la présentation des


enseignements que nous pouvons tirer des expériences étrangères ainsi qu’aux
recommandations pour pallier aux insuffisances du régime fiscal tunisien.

Sous-section 1 : Positionnement du régime fiscal par rapport aux


expériences étrangères.
En l’absence d’un régime juridique réglementant les opérations de vente
Mourabaha, le législateur tunisien a procédé à l’introduction de ce terme dans le
corpus des rescrits juridiques sans le définir. La question qui se pose est comment
le législateur tunisien a établi un régime fiscal d’une transaction dépourvue d’un
régime juridique?

La définition avancée par la note commune n° 4/2012 a été succincte et n’a pas
traité les aspects spécifiques de la Mourabaha. De plus, la doctrine administrative se
caractérise par « l’incertitude de son statut juridique »79 et ne peut se prévaloir de la
prérogative d’une loi pour la définition des opérations de Mourabaha.

Contrairement au cas tunisien, les expériences étrangères ont bien délimité le


champ d’application de ce mode de financement et ont défini ses caractéristiques
soit par l’adoption d’un cadre juridique ou par la publication de notes explicatives.

Dans ce cadre, le Royaume-Uni, pionnier en matière de finance islamique a adopté


une approche basée sur la définition d’un cadre général, sous lequel s’inscrivent les
opérations d’achat revente.

79
Oualid Gadhoum ; Thèse de Doctorat ;La doctrine Administrative en Tunisie, Avril 2003

123
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

La France pour son côté a considéré que les textes en vigueur réglementent les
opérations de Mourabaha et a procédé, pour les besoins de l’établissement d’un
régime fiscal, à la définition de ce mode de financement.

En ce qui concerne le Maroc, le législateur a impliqué en premier lieu la Banque


centrale pour définir les caractéristiques de ce mode de financement et a imposé le
respect des standards internationaux en la matière. Par ailleurs, il a défini les
schémas comptables réservés à ces opérations.

En matière de régime fiscal applicable aux opérations de Mourabaha, les législateurs


des autres pays ont déclaré expressément que c’est le régime fiscal relatif aux
opérations de crédit qui est applicable pour ces opérations. En Tunisie, le
législateur a prévu expressément un régime fiscal en matière de TVA, des droits
d’enregistrement et des avantages fiscaux. Toutefois, il n’a pas défini le régime fiscal
applicable en matière d’impôt direct.

La synthèse de la comparaison entre les régimes fiscaux des opérations de


Mourabaha se présente dans le tableau suivant :

124
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie : difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Présentation des opérations de Mourabaha par le législateur

Eléments de
Tunisie Royaume-Uni France Maroc
comparaison

- Institution d’un cadre juridique


par l’intervention de l’autorité de
Pas de cadre
juridique tutelle (la Banque Centrale) ;
Institution d’un cadre général
spécifique. Seules des
Aucun cadre juridique n’a été d’une finance alternative au sein - Adoption des standards
Institution d’un instructions et des fiches
prévu pour la définition de ce duquel, le législateur a prévu des internationaux pour les besoins
cadre juridique doctrinales qui précisent les
mode de financement. montages financiers compatibles de conformités ;
modalités de fonctionnement
avec la législation en vigueur.
et les montages financiers. - Publication de
recommandations pour les
schémas comptables à appliquer.

Commentaire

En matière d’institution d’un cadre juridique aux opérations de Mourabaha, seuls le Maroc et le Royaume-Uni ont prévu un cadre juridique pour les
opérations de Mourabaha. Alors que le Maroc a adopté les standards internationaux et a imposé aux établissements de crédits de s’y référer pour s’assurer de
la conformité de ces produits à la chariaa, le Royaume-Uni a défini un cadre global régissant toutes les institutions financières qu’elles soient islamiques ou
non ainsi que les produits financés soit conforme à la Chariaa ou non.

125
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie : difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Présentation des opérations de Mourabaha par le législateur

Eléments de
Tunisie Royaume-Uni France Maroc
comparaison

La définition apportée par la Le législateur n’a pas qualifié le


note commune n° 4/2012 est montage financier en se référant Une définition qui précise Une définition qui précise les
Définition des
une définition élémentaire qui à des termes tels que la les parties contractantes et le parties contractantes et le
opérations de
ne couvre pas les aspects Mourabaha, mais il l’a qualifié montage pour la réalisation montage pour la réalisation de
Mourabaha
spécifiques de ce mode de sur la base de la forme de ces opérations. ces opérations.
financement. juridique : achat revente.

Commentaire

La législateur Tunisien a cité le terme Mourabaha dans les textes de la loi de finances sans précision qu’il s’agit d’un contrat de Mourabaha simple (liant deux
parties) ou d’une opération de Mourabaha pour le donneur d’ordre telle que prévue par la norme n° 8 de la chariaa de l’AAOIFI. Par contre, les législateurs
français et marocain ont été précis dans leur définition : le législateur français a précisé qu’il s’agit d’une opération de Mourabaha pour le donneur d’ordre,
alors que le législateur marocain a précisé qu’il s’agit d’une opération qui lie trois parties à savoir le client donneur d’ordre, le fournisseur et la banque.

Parmi les 4 pays, seul le Royaume-Uni qui n’a pas qualifié le mode de financement en se référant à des termes relevant de la finance islamique. Il a qualifié ce
mode de financement par rapport à la forme juridique des opérations qui forment le montage.

126
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie : difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Régime fiscal en matière d’impôt direct

Eléments de
Tunisie Royaume-Uni France Maroc
comparaison

- des commissions ;
- des commissions;
La note commune n’a pas traité - le revenu du financier qui
- le revenu du financier qui - des commissions ;
Définition des
du régime fiscal en matière correspond en substance à
correspond en substance à la
revenus - le revenu du financier.
d’impôt direct des intérêts ;
rémunération d’un différé de
paiement. - éventuellement des plus-
values ;
Commentaire

Concernant le cadre tunisien, la définition du revenu du financier n’a été prévu qu’au niveau du régime fiscal en matière de TVA. En effet, la note commune
n’a cité que le terme « marge bénéficiaire » pour qualifier le revenu du financier. Le Royaume-Uni et le Maroc ont précisé que les revenus provenant de ce
mode de financement sont constitués de commissions et d’un revenu du financier. Seule la France qui a cité que les revenus provenant des opérations de
Mourabaha peuvent englober des plus-values et qui nécessitent un traitement fiscal différent de celui du revenu du financier.

127
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie : difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Régime fiscal en matière d’impôt direct

Eléments de
Tunisie Royaume-Uni France Maroc
comparaison

Même régime fiscal que celui


des intérêts :
Même régime fiscal que celui
-étalement du revenu du des intérêts :
Même régime fiscal que celui
financier sur la durée de
Suivant le résultat comptable de des intérêts : -étalement du revenu du
remboursement ;
Modalités la banque et du client sans -étalement du revenu du financier sur la durée de
-imposition de la commission remboursement ;
d’imposition précisions d’un traitement financier sur la durée ;
à l’exercice de réalisation de
particulier. - imposition de la commission à
- commission rattachée à
vente, sauf exception ;
l’exercice d’imposition. l’exercice de réalisation de vente.
- la plus-value est imposée
l’exercice de la réalisation de
la vente.

Commentaire

Contrairement au législateur tunisien qui n’a pas prévu un traitement fiscal spécifique des revenus provenant des opérations de Mourabaha, le législateur du
Royaume-Uni et son homologue français ont prévu l’étalement du revenu du financier qui correspond en substance à des intérêts. Il en est de même du
traitement prévu par le législateur Marocain. En ce qui concerne le traitement fiscal réservé à la plus-value éventuelle pouvant résulter de cette opération, seul
le législateur français a précisé un régime fiscal de cette plus-value.

128
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie : difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Régime fiscal en matière d’impôt direct

Eléments de
Tunisie Royaume-Uni France Maroc
comparaison

Pas de normes comptables


spécifiques. toutefois, cette Appliquer le référentiel Appliquer le référentiel Application obligatoire de la
Référentiel
opération demeure régie par le comptable national constitue comptable national constitue recommandation de la banque
comptable
système comptable des une condition de base pour le une condition de base pour le centrale en matière
applicable
entreprises et le cadre bénéfice de ce régime fiscal bénéfice de ce régime fiscal d’enregistrement comptable
conceptuel Tunisien.

Commentaire

En ce qui concerne le référentiel comptable applicable pour la constatation comptable des revenus de Mourabaha, le législateur tunisien n’a pas prévu de
traitement particulier à ces opérations. Le Royaume-Uni et la France ont précisé que le traitement comptable de ces opérations doit être conforme aux
principes comptables généralement admis au niveau de ces pays. Quant au Maroc, la comptabilisation des opérations de Mourabaha doit être effectuée
conformément aux règles comptables édictées par Bank Al-Maghrib.

129
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie : difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Régime fiscal en matière d’impôt direct

Eléments de
Tunisie Royaume-Uni France Maroc
comparaison
- respect des conditions relatives- respect des conditions
au montage prévu pour ce mode relatives au montage prévues
de financement de manière à ce pour ces modes de
que l’opération soit neutre financement ;
fiscalement par rapport à un - délai de 6 mois pour la pas de spécification d’un délai
Conditions de réalisation de l’opération ;
financement par crédit entre la date d’achat par la
bénéfice de ce Pas de condition particulière - Autres conditions : le
bancaire ; banque et la date de la revente
régime contrat précise que le revenu
- pas de spécification d’un délai au client
du financier correspond à la
entre la date d’achat par la
rémunération d’un différé de
banque et la date de la revente paiement. Une condition qui
au client peut remettre en cause la
compatibilité à la chariaa

Commentaire

Bien que les législateurs ont été unanimes que ce régime fiscal est réservé aux opérations de Mourabaha réalisées par les établissements de crédit, seul le
législateur Français a prévu des conditions relatives au délai de réalisation des opérations de Mourabaha qui est de 6 mois. A l’exception du législateur tunisien
qui n’a pas prévu d’autres conditions particulières, les législateurs Français et du Royaume-Uni ont prévu des conditions relatives au schéma de financement.
Par ailleurs, certaines conditions de bénéfice prévues par le législateur Français peuvent s’avérer contraignantes dans la mesure où elles peuvent être
contraires aux normes de la Chariaa applicable en la matière.

130
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie : difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Régime fiscal en matière d’impôt direct

Eléments de
Tunisie Royaume-Uni France Maroc
comparaison
provisions pour
dépréciation des Non indiqué Non indiqué Non indiqué Non indiqué
actifs Mourabaha
Commentaire
Aucun des cadres fiscaux étudiés n’a prévu un régime fiscal spécifique au risque de dépréciation des actifs Mourabaha détenus par la banque.
Deux cas peuvent se
présenter :
- le financier est établi dans
Modification des textes afin un Etat contractant,
Non précisé expressément, et
d’harmoniser la définition =>Revenu du financier
absence de modification des
Cas où la banque d’établissement stable avec le exonéré de la retenue à la Non précisé
articles traitant des modalités
est non établie nouveau cadre juridique des source libératoire.
d’imposition du revenu du
modes alternatifs de - le financier est établi dans
financier.
financement. un Etat non coopératif =>
imposition par voie de
retenue à la source libératoire
Commentaire
Lorsque l’établissement de crédit est non établi ni domicilié, aucune précision n’a été donnée par les législateurs tunisien et marocain. Par contre, le législateur
du Royaume-Uni a procédé à la modification des textes afin d’harmoniser la définition de l’établissement stable avec le nouveau cadre juridique des modes
alternatifs de financement. En ce qui concerne le législateur français, les modalités d’imposition du revenu du financier ont été prévues par l’instruction n°
4FE/S1/10 de la direction générale des finances publiques du 23 juillet 2010.

131
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie : difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Régime fiscal en matière de taxe sur la valeur ajoutée

Eléments de
Tunisie Royaume-Uni France Maroc
comparaison

- le revenu du financier, qui


Le législateur distingue deux correspond à la rémunération
opérations : du différé de paiement, ainsi - TVA sur acquisition de biens
- TVA sur acquisition de biens
que la commission non récupérable et facturée à
non récupérable et facturée à - une livraison de bien qui est
d’intermédiation sont l’identique au client;
Mécanismes de l’identique au client; imposable à la TVA (la banque
exonérés de la TVA ;
collecte et de récupère la TVA sur les - Même régime que les intérêts
- commission soumise à la TVA
déduction acquisitions et la refacture lors - la plus-value est soumise à bancaires, le revenu du financier
- Revenu du financier exonéré de la vente) ; la TVA ; est soumis à la TVA au taux de
de la TVA. - les autres commissions sont
- le revenu du financier qui est 10%.
soumises à la TVA
exonéré de la TVA

Commentaire
Tous les cadres fiscaux étudiés ont prévu un régime fiscal en matière de TVA réservés au revenu du financier et des commissions. Toutefois, seul le
législateur français qui a prévu l’imposition de la plus-value qui peut résulter de cette opération. Par ailleurs, en ce qui concerne les mécanismes de déduction
et de collecte de cette taxe, le législateur tunisien et le législateur marocain ont adopté la même approche en précisant que la TVA sur les acquisitions de la
banque n’est pas déductible au niveau de l’établissement de crédit. Par contre, la précision du Royaume-Uni que la livraison de bien est imposable à la TVA,
laisse à penser que l’établissement de crédit récupère la TVA sur les acquisitions.

132
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie : difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Régime fiscal en matière de droit d’enregistrement

Eléments de
Tunisie Royaume-Uni France Maroc
comparaison

- perception du droit
- perception du droit
- Achat par la banque de bien d’enregistrement et taxe foncière
d’enregistrement et taxe
immeuble soumis au droit sur la deuxième vente ; sauf si la
foncière lors de la revente du - Achat de bien immeuble
d’enregistrement et droit pour la première a subi le droit
Vente de biens bien immobilier au client ; soumis au droit
conservation foncière ; d’enregistrement
soumis au droit de d’enregistrement;
- l’assiette est égale au prix de
- vente au client exonérée du - l’assiette est égale au prix de
mutation vente déduction faite de la - vente exonérée du droit de
droit de mutation proportionnel vente déduction faite de la
rémunération du financier mutation proportionnel.
et du droit pour conservation rémunération du financier qui
qui correspond en substance
foncière. correspond en substance aux
aux intérêts.
intérêts.

Commentaire

Les mesures adoptées pour l’élimination de la double imposition au droit de mutation diffèrent d’un pays à un autre. Alors que les législateurs tunisien et
Marocain ont opté pour l’imposition de la première transaction, c’est à dire l’acquisition par l’établissement de crédit, les législateurs britannique et français
ont opté pour l’imposition de la deuxième transaction en précisant que l’assiette soumise à l’impôt est celle du prix de vente déduction faite de la
rémunération du financier qui correspond en substance à des intérêts.

133
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Les résultats obtenus de notre étude comparative confirment bien notre constat de
base qui a été déjà développé au niveau de la partie théorique. Les résultats de notre
étude montrent que le régime fiscal tunisien en vigueur des opérations de
Mourabaha souffre de plus d’une insuffisance. La jeunesse de l’expérience
tunisienne et les particularités du cadre fiscal tunisien peuvent être les causes
majeures de ces insuffisances.

Sans prétendre présenter un diagnostic exhaustif et complet des insuffisances du


régime fiscal tunisien de la Mourabaha, nous nous proposons d’exposer les
principales limites relevées.

1- En matière d’impôt direct

Le législateur tunisien n’a pas prévu les modalités de détermination du résultat fiscal
admettant ainsi que les normes comptables tunisiennes régissent les règles de prise
en compte des charges et des produits afférant à ce mode de financement.

Par ailleurs, l’application des normes comptables tunisiennes par les banques
islamiques peuvent aller aussi à l’encontre des objectifs des services bancaires
conformes à la chariaa ; étant donné que la conformité à la chariaa ne peut être
adéquatement reflétée avec des normes qui ont été construites avec un esprit et une
logique qui cadrent beaucoup plus avec des opérations de la finance
conventionnelle.

Cette ambiguïté est de nature à influencer les traitements comptables de ces


opérations et par conséquent la détermination du résultat fiscal tant au niveau de
l’établissement de crédit qu’au niveau des clients de la banque.

Le traitement comptable des revenus provenant des opérations de Mourabaha


selon les principes comptables généralement admis en Tunisie colle bien avec la
définition des revenus apportée par le législateur français qui prévoit outre la
rémunération d’un différé de paiement, une plus-value éventuelle sur cession.

134
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

L’absence d’un texte législatif qui définit expressément les revenus des opérations
de Mourabaha ainsi que les modalités de leur comptabilisation tant dans les
comptes de l’établissement de crédit que ceux du client, est de nature à :

- porter atteinte au principe de neutralité fiscale par rapport à un


financement par crédit bancaire lorsque le prix de cession englobe une
plus-value ;

- limiter les dispositifs de contrôle mis à la disposition de l’administration


fiscale pour ces opérations ;

- empiéter la détermination adéquate du résultat fiscal dans la mesure où la


détermination de l’existence d’une telle plus-value est tributaire des
appréciations faites par les contribuables.

- favoriser le recours aux présomptions de fait et de droit en cas de


contrôle fiscal et de mettre le contribuable dans une situation de faiblesse
dans la mesure où la législation fiscale prévoit que la charge de preuve
incombe au contribuable.

Lorsque l’établissement de crédit est non établi en Tunisie, même si la note


commune n° 41/2002 texte DGI n° 2002/63 prévoit qu’en matière de convention
de non double imposition, le terme intérêt couvre les autres produits assimilés aux
revenus des sommes prêtées par la législation fiscale de l’état d’où proviennent les
intérêts, cette situation est à notre avis insuffisante pour permettre l’imposition du
revenu du financier en Tunisie. Mohammad Amin(op.cit) précise que pour qu’ils
soient traités comme des intérêts, ces revenus doivent avoir le même régime fiscal
que celui des intérêts et doit être prévu comme tel aussi bien au niveau du droit
commun qu’au niveau des conventions de non double imposition.

135
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

2- En matière de TVA

La note commune n° 4/2012 a précisé le régime fiscal en matière de TVA des


opérations de Mourabaha. Toutefois, elle n’a pas traité les deux situations
suivantes :

- Lorsque la rémunération du financier englobe une plus-value éventuelle


résultant de la cession ;

- Lorsque le fournisseur des biens et le client final ne sont pas de même


régime fiscal en matière de TVA (l’un est assujetti à la TVA alors que
l’autre ne l’est pas) : en effet, les difficultés de traitement peuvent se
présenter pour l’un comme pour l’autre lors de la détermination de
l’assiette soumise à l’impôt.

3- En matière de droit d’enregistrement

Parmi les insuffisances majeures soulevées à partir de l’étude comparative, on peut


citer :

- L’absence d’un traitement en matière de droit d’enregistrement de la plus-


value éventuelle incorporée dans le revenu du financier ;

- L’absence d’éclaircissement sur le taux à appliquer au titre du droit pour


la conservation foncière lorsque l’acte de vente de la banque est assorti
d’une clause hypothécaire.

Sous-section 2 : Mesures d’adaptation

Le régime fiscal tunisien des opérations de Mourabaha présente des insuffisances


que nous avons développées au niveau du premier chapitre. Ces dernières peuvent
être régularisées soit à travers la modification des textes fiscaux, soit par des
précisions de la part de l’administration fiscale.

136
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

1- Mesures d’adaptation en matière d’impôt direct


1-1 Dans le cas où l’établissement de crédit est établi en Tunisie
La définition des revenus provenant des opérations de Mourabaha, prévue par la
réglementation française permet de résoudre en grande partie les problèmes
soulevés dans l’étude du régime fiscal en matière d’impôt direct.

Selon la réglementation française, les revenus des opérations de Mourabaha


englobent :
- Des commissions ;
- La rémunération d’un différé de paiement ; et le cas échéant
- Une plus-value sur cession.
Ainsi, est-il recommandé au législateur Tunisien d’apporter une définition claire de
l’opération de la Mourabaha et de préciser les conditions de prise en compte de ces
opérations tant au niveau de l’établissement de crédit qu’au niveau de leurs clients.

Prenons un exemple d’illustration :

Un établissement de crédit désire renforcer son réseau commercial par une agence.
Pour ce faire, il procède à la livraison à soi-même d’un immeuble composé d’un
rez-de-chaussée qui sera réservé à l’agence commerciale, et de trois étages à usage
professionnel, composé chacun d’eux de deux locaux qui seront vendus à des
experts comptables.

L’établissement de crédit dispose d’un terrain qu’il l’a acquis depuis 10 ans à un prix
de 100.000 dinars. La valeur marchande de ce bien est de 1.000.000 de dinars.

Il conclut un contrat avec un entrepreneur général pour la réalisation des travaux de


construction avec un coût global hors taxe de 3.000.000 de dinars.

Le coût total de la construction est de 3.100.000.

Les locaux sont vendus aux experts comptables au prix de 520.000 dinars chacun
pour un coût de 387.500 dinars.

Ce cas d’espèce sera traité selon les scénarios suivants :


137
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

1er scénario : l’opération de vente est financée par un crédit bancaire

Dans le cas d’espèce, l’acquisition des locaux par les experts comptables est
financée par un crédit à moyen terme remboursable sur 5 ans. Le tableau
d’amortissement du crédit se présente comme suit :

Tableau d'amortissement du crédit Moyen terme d'investissement

Montant en principal 520.000 dinars


Taux d'intérêt 6,50%
Durée de remboursement 5 ans
Échéance annuelle

remboursement
Date Capital Restant du remboursement principal intérêt
02/01/2012 520 000,000 - -
02/01/2013 416 000,000 104 000,000 33 800,000
02/01/2014 312 000,000 104 000,000 27 040,000
02/01/2015 208 000,000 104 000,000 20 280,000
02/01/2016 104 000,000 104 000,000 13 520,000
02/01/2017 0,000 104 000,000 6 760,000
520 000,000 101 400,000

A- Traitement fiscal au niveau de l’établissement de crédit

Le régime fiscal des revenus réalisés par l’établissement de crédit se présente


comme suit :

- Une plus-value sur cession d’immobilisation d’un montant de


132.500 dinars (soit 520.000 – 387.500), qui fait partie du résultat fiscal de
l’exercice 2012 ;

- Des intérêts d’une valeur de 101.400 dinars qui sont étalés sur la durée de
remboursement du crédit,

138
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

L’impact sur les résultats fiscaux se présente comme suit :

Exercice
d'imposition Plus-value Intérêt Total
2 012 132 500,000 33 800,000 166 300,000
2 013 - 27 040,000 27 040,000
2 014 - 20 280,000 20 280,000
2 015 - 13 520,000 13 520,000
2 016 - 6 760,000 6 760,000
132 500,000 101 400,000 233 900,000

B- Traitement fiscal au niveau du client de l’établissement de crédit

Cette opération est comptabilisée au niveau du client comme suit :

- Une immobilisation amortissable pris en compte pour son coût


d’acquisition de 520.000 dinars ; la charge annuelle d’amortissement est
de 26.000 dinars ;
- Les charges d’intérêt sont constatées en charge de l’exercice
conformément à l’échéancier de règlement communiqué.

Le régime fiscal de cette opération se présente comme suit :

- Une charge annuelle d’amortissement déductible de 26.000 dinars ;


- Des charges d’intérêts déductibles ;

L’impact sur les résultats fiscaux se présente comme suit :

Exercice Charge
d'imposition d'amortissement Charge d'intérêt Total
2 012 26 000,000 33 800,000 59 800,000
2 013 26 000,000 27 040,000 53 040,000
2 014 26 000,000 20 280,000 46 280,000
2 015 26 000,000 13 520,000 39 520,000
2 016 26 000,000 6 760,000 32 760,000
A partir de
2017->2032 26 000,000 - 26 000,000
520 000,000 101 400,000 621 400,000

139
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

2ème scénario : l’opération de vente est financée par voie de Mourabaha

Dans le cas d’espèce, l’acquisition des locaux par les experts comptables est
financée par voie de Mourabaha remboursable sur 5 ans. Le tableau de
remboursement de la dette se présente comme suit :

Echéancier de remboursement de la dette

Prix de revient 387 500 dinars


Prix de vente 621 400 dinars
Marge bénéficiaire 233 900 dinars
Durée de remboursement 5 ans
Échéance annuelle

remboursement prix de remboursement marge


Date Capital Restant du revient bénéficiaire
01/01/2012 387 500,000 - -
01/01/2013 310 000,000 77 500,000 46 780,000
01/01/2014 232 500,000 77 500,000 46 780,000
01/01/2015 155 000,000 77 500,000 46 780,000
01/01/2016 77 500,000 77 500,000 46 780,000
01/01/2017 0,000 77 500,000 46 780,000
387 500,000 233 900,000

A- Régime fiscal en vigueur

A-1 Traitement fiscal au niveau de l’établissement de crédit

En l’absence d’une norme comptable spécifique traitant ces opérations, le


traitement prévu par la norme n°2 de l’AAOIFI ne distingue pas dans le revenu du
financier entre la rémunération d’un différé de paiement et la plus-value résultante
de la cession.

De ce fait, le revenu global du financier est égal à la différence entre le prix de


vente et le prix de revient et il est étalé sur la durée de remboursement de la dette.

140
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Les principes comptables généralement admis en Tunisie ne cadrent pas avec la


nature de ce mode de financement qui rejette toute référence à la notion d’intérêt.

Sur cette base, le revenu du financier est porté au résultat fiscal de l’établissement
de crédit conformément à l’échéancier annexé au contrat.

L’impact sur les résultats fiscaux de l’établissement de crédit se présente comme


suit :

Exercice
d'imposition Marge bénéficiaire
2 012 46 780,000
2 013 46 780,000
2 014 46 780,000
2 015 46 780,000
2 016 46 780,000
233 900,000

A-2 Traitement fiscal au niveau du client de l’établissement de crédit

En l’absence de l’indication au niveau du contrat de vente Mourabaha de la valeur


marchande du bien à la date de la réalisation de la vente, le coût d’entrée de cet actif
sera tributaire de l’appréciation de sa juste valeur par le client. Celle-ci est comprise
entre le coût de revient stipulé par le contrat et le prix de vente.

Les termes du contrat ne permettent pas dans ce cadre d’assurer un traitement


comptable adéquat et conforme aux principes comptables généralement admis.

Si le client procède à la comptabilisation de cet actif à sa juste valeur, les résultats


issus de ce traitement ne seront pas conformes aux termes prévus par l’échéancier.
En l’absence d’une position claire de la part de l’administration fiscale, le client
court le risque de rejet de ce traitement.

Par prudence, il serait plus sage d’adopter les valeurs stipulées au niveau du contrat
pour la constatation de cette opération.

141
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

De ce qui précède, cette opération est comptabilisée au niveau du client comme


suit :

- Une immobilisation amortissable prise en compte pour le prix de revient


du financier de 387.500 dinars ; la charge annuelle d’amortissement est de
19.375 dinars ;
- Le revenu du financier est constaté en charge de l’exercice conformément
à l’échéancier de règlement communiqué.

Le régime fiscal de cette opération se présente comme suit :

- Une charge annuelle d’amortissement déductible de 19.375 dinars ;


- Charge de financement de 46.780 ;

L’impact sur les résultats fiscaux du client se présente comme suit :

Exercice Charge
d'imposition d'amortissement Charge financière Total
2 012 19 375,000 46 780,000 66 155,000
2 013 19 375,000 46 780,000 66 155,000
2 014 19 375,000 46 780,000 66 155,000
2 015 19 375,000 46 780,000 66 155,000
2 016 19 375,000 46 780,000 66 155,000
A partir de
2017->2032 19 375,000 - 19 375,000
387500,000 233 900,000 621400,000

B- Régime fiscal compte tenu des recommandations


La mise en œuvre de notre recommandation se traduit par la publication d’une note
explicative sur les traitements fiscaux de ces opérations qui prévoit :
- La définition du revenu des opérations de Mourabaha qui englobe aussi
bien une plus-value que la rémunération d’un différé de paiement,

142
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- La précision que l’application des principes comptables généralement


admis en Tunisie constitue une condition pour le bénéfice de ce régime
fiscal ;
- Prévoir au niveau des documents contractuels, une référence à la valeur
marchande du bien à la date de la revente au client pour permettre
l’enregistrement comptable approprié tant au niveau de l’établissement du
crédit qu’au niveau du client.
Sur la base de ces recommandations, le traitement fiscal des opérations de
Mourabaha sera identique à celui d’un crédit bancaire.

1-2 Dans le cas où l’établissement de crédit n’est pas établi en Tunisie

Lorsque l’établissement de crédit n’est pas établi en Tunisie, le législateur Tunisien


n’a pas prévu un traitement fiscal spécifique du Revenu du financier.

La réflexion du législateur Britannique sur la qualification du revenu du financier en


matière des conventions fiscales de non double imposition permet de résoudre les
problèmes liés à l’imposition du revenu du financier lorsque l’établissement de
crédit n’est pas établi en Tunisie.

A ce titre, est-il recommandé au législateur tunisien de :

- Préciser que le traitement fiscal du revenu du financier suit le même


régime que celui des intérêts bancaires ;

- Procéder à une revue critique des dispositions des conventions de non


double imposition pour tenir compte de ce revenu.

Il va sans dire que les dispositions de l’article 52 du code de l’IRPP et de l’IS, qui
traite de la retenue à la source applicable aux intérêts payés aux établissements
étrangers, devront être étendues pour couvrir le revenu du financier.

143
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

2- Mesures d’adaptation en matière de taxe sur la valeur ajoutée

2-1 lorsque la rémunération du financier englobe une plus-value sur cession

La définition des revenus provenant des opérations de Mourabaha prévue par la


réglementation française permet de résoudre non seulement les problèmes en
matière d’impôt direct, mais aussi les difficultés de traitement en matière de taxe sur
la valeur ajoutée.

Dans ce cadre, seul le revenu du financier qui correspond à la rémunération d’un


différé de paiement se trouve exonéré de la TVA. La plus-value suit le même
régime en matière de TVA que celui du bien financé.

Pour illustrer l’apport de cette mesure, nous allons analyser le régime fiscal en
matière de TVA des opérations citées dans l’exemple précédent selon les scénarios
suivants :

1er scénario : l’opération de vente est financée par un crédit bancaire

Dans une prise de position (173) du 25 janvier 2003, la DGELF a précisé le régime
de TVA applicable à la livraison à soi-même d'un immeuble et la vente de locaux
par une banque :

- Les livraisons à soi-même d'immeubles sont soumises à la TVA au taux de 18%


sur la base du prix de vente pratiqué pour des biens similaires ou à défaut sur la
base du prix de revient déterminé au moment de l'exigibilité de la taxe.

- Les parkings et les locaux destinés à l'exercice d'une activité professionnelle sont
soumis à la TVA au taux de 18%.

- La TVA facturée par l'entreprise de travaux publics à la banque est récupérable


selon le pourcentage de déduction de la banque. De même la TVA facturée par la
banque aux acquéreurs de locaux est récupérable au niveau de ces derniers.

Sur la base de ce qui précède, la taxe sur la valeur ajoutée est liquidée comme suit :

144
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

A- Traitement fiscal au niveau de la banque :

- Livraison à soi-même de l’agence commerciale : le coût de l’agence et de 775.000


dinars (soit 387.500*2) ; le prorata de déduction est de 25%.

Une TVA collectée au taux de 18% calculée sur la base du prix de revient de
l’agence soit : 775.000 * 18% 139.500 dinars.

- Travaux fournis par l’entrepreneur général : ces travaux sont soumis à la TVA au
taux de 18%. La déduction par la banque est faite partiellement en appliquant le
prorata de déduction.

La TVA déduite serait de : 3.000.000*18%*25% 135.000 dinars.

- Vente des locaux aux experts comptables : cette vente est soumise à la TVA au
taux de 18% sur la base du prix de vente de 520.000 dinars

La TVA collecté à ce titre s’élève : 520.000*18% 93.600 dinars

Le tableau suivant résume la liquidation de la TVA au niveau de la banque :


Opération TVA collectée TVA déductible Solde progressif
Livraison à soi-même de
139 500,000 - 139 500,000
l'agence

Vente d'un local 93 600,000 - 233 100,000

Achat d'un service


- 135 000,00 98 100,000
entrepreneur général
TVA à payer 98 100,000

B- Traitement fiscal au niveau du client :

La TVA facturée par la banque est déductible en totalité au niveau de l’acquéreur


du moment qu’il est assujetti total à la TVA.

145
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

2ème scénario : l’opération de vente est financée par voie de Mourabaha

A- Traitement selon le régime en vigueur

A-1 Traitement fiscal au niveau de la banque :

- Livraison à soi-même de l’agence commerciale : le coût de l’agence et de 775.000


dinars (soit 387.500*2) ; le prorata de déduction est de 25%.

Une TVA collectée au taux de 18% calculée sur la base du prix de revient de
l’agence soit : 775.000 * 18% 139.500 dinars.

- Travaux fournis par l’entrepreneur général : ces travaux sont soumis à la TVA au
taux de 18%. La déduction par la banque est faite partiellement en appliquant le
prorata de déduction.

La TVA déduite serait de : 3.000.000*18%*25% 135.000 dinars.

- Vente des locaux aux experts comptables : cette vente est soumise à la TVA au
taux de 18% sur la base du prix de vente de 621.400 dinars. Toutefois, ce prix de
vente comprend la rémunération du financier pour 233.900 dinars qui est exonérée
de la TVA.

La TVA collecté à ce titre s’élève : 387.500*18% 69.750 dinars

Le tableau suivant résume la liquidation de la TVA au niveau de la banque :


Opération TVA collectée TVA déductible Solde progressif
Livraison à soi-même de
139 500,000 - 139 500,000
l'agence

Vente d'un local 69 750,000 - 209 250,000

Achat d'un service


- 135 000,00 74 250,000
entrepreneur général
TVA à payer 74 250,000

146
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

A-2 Traitement fiscal au niveau du client :

La TVA facturée par la banque est déductible en totalité au niveau de l’acquéreur


du moment qu’il est assujetti total à la TVA.

B- Traitement fiscal compte tenu des recommandations

La définition du revenu des opérations de Mourabaha qui englobe aussi bien une
plus-value que la rémunération d’un différé de paiement permet de limiter
l’exonération de la TVA aux seuls revenus correspondant à la rémunération d’un
différé de paiement.

Sur la base de ces recommandations, le traitement fiscal des opérations de


Mourabaha, en matière de TVA, sera identique à celui d’un crédit bancaire.

2-2 lorsque le fournisseur et le client final ne sont pas de même régime fiscal
en matière de TVA

En ce qui concerne les difficultés de traitement en matière de TVA relatives aux


modalités de détermination de l’assiette soumise à la TVA, l’administration fiscale
peut apporter les précisions suivantes :

- Lorsque l’acquisition de la banque est faite auprès d’un non assujetti,


l’assiette soumise à la TVA est déterminée conformément aux
dispositions de l’article 6 du code de la TVA comme si le client de la
banque a acquis directement auprès du fournisseur.

- Lorsque la vente de la banque est réalisée au profit d’un non assujetti à la


TVA, la taxe sur la valeur ajoutée est majorée de 25%.

Nous allons illustrer l’apport de cette recommandation à travers les exemples


suivants :

147
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

2-2-1 Le fournisseur est non assujetti à la TVA

Soit un grossiste de meuble qui s’adresse à la banque pour l’achat de meubles d’une
valeur de 15.000 dinars auprès d’un artisan qui est soumis au régime forfaitaire
d’imposition.

Ces biens sont vendus par le grossiste au prix de 20.000 dinars hors taxe, soit une
marge commerciale de 5.000 dinars.

L’analyse des modalités de détermination de l’assiette soumise à la TVA au niveau


du grossiste est effectuée selon les scénarios suivants :

1er scénario : Financement de l’acquisition par crédit bancaire

Dans ce cas, le grossiste acquiert directement la marchandise auprès du fournisseur.

La TVA est liquidée sur la différence entre le prix de vente et le prix d’achat et est
déterminée comme suit :

- Assiette soumise à la TVA 20.000-15.000 = 5.000 dinars ;

- TVA collectée au taux de 18% 900 dinars.

2ème scénario : Financement par voie de Mourabaha

A- Traitement fiscal selon le régime en vigueur :

En l’absence d’une précision sur les modalités de détermination de l’assiette


imposable, c’est la totalité du chiffre d’affaires qui sert de base pour la liquidation
de la TVA et ce, en application des dispositions de l’article 6 du code de la TVA.

Dans ce cas la TVA est liquidée comme suit :

- Assiette soumise à la TVA 20.000 dinars ;

- TVA collectée au taux de 18% 3.600 dinars.

B- Traitement compte tenu des recommandations :

Sur la base de ces recommandations, le traitement fiscal des opérations de


Mourabaha, en matière de TVA, sera identique à celui d’un crédit bancaire.
148
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

2-2-2 Le client final est non assujetti à la TVA

Soit un artisan, soumis au régime forfaitaire d’imposition, qui s’adresse à la banque


pour l’achat de bois d’une valeur de 15.000 dinars auprès d’un grossiste.

La vente de bois est soumise à la TVA au taux de 18%.

L’analyse de cette opération en matière de TVA est effectuée selon les scénarios
suivants :

1er scénario : Financement de l’acquisition par crédit bancaire

Dans ce cas, l’artisan acquiert directement la marchandise auprès du fournisseur.


L’assiette soumise à la TVA est déterminée au niveau du fournisseur comme suit :

- Prix de vente hors TVA 15.000 dinars ;


- Majoration de l’assiette de 25% 3.750 dinars.
Assiette soumise à la TVA 18.750 dinars
La TVA facturée par le fournisseur serait alors de 3.375 dinars et

Le coût d’acquisition de l’artisan serait de 18.375 dinars

2ème scénario : Financement par voie de Mourabaha

A- Traitement selon le régime en vigueur :

L’intervention de la banque dans l’opération de financement ne permet pas


l’application de la majoration de 25% de l’assiette de la TVA par le fournisseur du
fait qu’elle se substitue à l’artisan.

Dans ce cas la TVA est liquidée comme suit :

- Au niveau du fournisseur, la TVA est facturée sans majoration de l’assiette : soit


15.000 * 18% 2.700 dinars ;

- Au niveau de l’établissement de crédit : la banque ne déduit pas la TVA et la


refacture au client à l’identique.

149
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Compte tenu de ce qui précède le coût d’acquisition de l’artisan serait de


17.700 dinars soit : 15.000+2700.

B- Traitement compte tenu des recommandations :

Sur la base de ces recommandations, le traitement fiscal des opérations de


Mourabaha, en matière de TVA, sera identique à celui d’un crédit bancaire.

3- Mesures d’adaptation en matière de droit d’enregistrement

En matière du droit d’enregistrement, l’expérience Britannique qui prévoit la


perception de l’impôt lors de la réalisation de la deuxième vente, permet de
résoudre les problèmes soulevés lorsque la banque réalise une plus-value de
cession.

Ainsi, est-il recommandé au législateur Tunisien de prévoir que la perception des


droits d’enregistrement par le trésor a lieu lors de la réalisation de la deuxième
transaction.

Par ailleurs, les dispositions de l’article 26 de la loi n° 80-88 du 31 décembre 1980


relatives au droit pour la conservation foncière, dû lors de l’inscription ou la
radiation d’hypothèque de 0,2 % doivent être modifiées pour couvrir les opérations
de Mourabaha.

Exemple d’illustration :

Soit une banque qui a récupéré par voie de contentieux un terrain d’une valeur de
500.000 dinars. Après deux ans, elle le remet en vente. Un client se présente et
propose d’acheter ce terrain.

A cette date, la valeur marchande de ce terrain est de 700.000 dinars.

L’analyse du régime en matière de droit d’enregistrement est effectuée selon les


scénarios suivants :

1er scénario : l’acquisition est financée par un crédit bancaire

Dans ce cas, l’acte de cession s’enregistre :


150
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- au droit proportionnel de 5%,

- au droit d’inscription foncière ou au droit de mutation et partage des


immeubles non immatriculés de 1%.

Le montant total des droits perçus par le trésor s’élève à 42.000 dinars.

2ème scénario : l’acquisition est financée par voie de Mourabaha

A- Traitement fiscal selon le régime fiscal en vigueur

En vertu de l’article 33 de la loi n°2011-07 du 31 décembre 2011, les contrats de


vente Mourabaha portant sur des biens propriétés de la banque au profit de leurs
clients échappent à l’application du tarif proportionnel des droits d’enregistrement
et se trouvent enregistrés au tarif fixe de 20 dinars par page et par copie.

B- Traitement fiscal compte tenu de la recommandation

Sur la base de ces recommandations, le traitement fiscal des opérations de


Mourabaha, en matière de droit d’enregistrement, sera identique à celui d’un crédit
bancaire.

151
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Conclusion
En l’absence d’un régime juridique réglementant les opérations de vente
Mourabaha, le législateur tunisien a procédé pour la première fois à l’introduction
de ce terme, au niveau de la loi de finances pour l’année 2012, sans le définir. Une
définition laconique a été uniquement avancée par la note commune n° 4/2012 et
ce, contrairement aux autres pays étudiés qui ont bien délimité le champ
d’application de ce mode de financement et ont clairement défini ses
caractéristiques soit en impliquant la banque centrale, soit en adoptant un cadre
juridique particulier sous lequel s’inscrivent ces types opérations. Alors que le
Maroc a adopté les standards internationaux et a imposé aux établissements de
crédits de s’y référer pour s’assurer de la conformité de ces produits à la chariaa, le
Royaume-Uni a défini un cadre global régissant toutes les institutions financières
qu’elles soient islamiques ou non.

De point de vue comptable, le législateur tunisien n’a pas prévu de traitement


particulier à ces opérations. Le Royaume-Uni et la France ont précisé que le
traitement comptable de ces opérations doit être conforme aux principes
comptables généralement admis au niveau de ces pays. Quant au Maroc, la
comptabilisation des opérations de Mourabaha doit être effectuée conformément
aux règles comptables édictées par Bank Al-Maghrib.

Fiscalement, le législateur Tunisien a prévu expressément pour les opérations de


Mourabaha un régime fiscal en matière de TVA, des droits d’enregistrement et des
avantages fiscaux et a resté muet en ce qui concerne le régime applicable aux
impôts directs. Quant aux législateurs des autres pays, ils ont expressément déclaré
que c’est le régime fiscal relatif aux opérations de crédit bancaire qui est applicable
pour ce type d’opération.

En effet, en matière d’impôts directs, contrairement au législateur tunisien qui n’a


pas prévu un traitement fiscal spécifique des revenus provenant de l’opération de
Mourabaha, les législateurs des autres pays étudiés ont prévu l’étalement du revenu

152
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

du financier qui correspond en substance à des intérêts, et seul le législateur français


qui a précisé le régime fiscal réservé à la plus-value éventuelle pouvant résulter de
cette opération et a fixé un délai de 6 mois pour réalisation de cette opération. De
même, et à l’exception du législateur tunisien qui n’a pas prévu d’autres conditions
particulières, les législateurs Français et du Royaume-Uni ont prévu des conditions
relatives au schéma de financement.

En matière de la taxe sur la valeur ajoutée, les législateurs des quatre pays objet de
l’étude ont prévu un régime fiscal réservés au revenu du financier et des
commissions. Toutefois, seul le législateur français a prévu l’imposition de la plus-
value qui peut résulter de cette opération.

En matière de droits d’enregistrement, les mesures adoptées diffèrent d’un pays à


un autre. Alors que les législateurs tunisien et marocain ont opté pour l’imposition
de la première transaction (acquisition par la banque), les législateurs britannique et
français ont opté pour l’imposition de la deuxième transaction (la vente au client).

Le régime fiscal tunisien de la Mourabaha est entouré de certaines insuffisances


dont notamment l’absence d’un régime juridique et la précision des conditions de
prise en compte de ces opérations. Ainsi, il est recommandé au législateur tunisien
de remédier à ces carences et d’adopter un cadre juridique et fiscal approprié à ces
opérations.

153
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Conclusion Générale

Dans un environnement international marqué par la persistance des crises


financières qui se sont propagées à la vitesse du feu, et l’envolée effrénée de
l’endettement de la zone Euro, la finance islamique connait aujourd’hui une
croissance sans précédent avec un encours d’actifs de plus 1000 milliards de
dollars80dans le monde. La « Mourabaha » est la forme la plus couramment utilisée
des modes d'intervention en usage dans les banques islamiques. Toutefois, bien que
le thème de la finance islamique ait fait couler beaucoup d’encre, ces deux notions
(finance islamique et Mourabaha) demeurent ambiguës.

Dans le cadre de la première partie de ce mémoire nous avons essayé de faire


l’éclairage nécessaire de ces deux notions. Ainsi, le premier chapitre a été consacré à
la présentation des principes fondamentaux de la finance islamique et des
principaux modes de financement offerts par les institutions financières.

La finance islamique repose sur cinq piliers répartis en trois principes négatifs à
savoir l’interdiction de l’intérêt, l’interdiction de l’incertitude et l’interdiction des
actifs illicites ; et deux principes positifs à savoir le partage des pertes et des profits
et l’existence d’un actif sous-jacent.

Les banques islamiques interviennent dans le financement des acteurs économiques


en utilisant deux méthodes principales : la première consiste dans les opérations
basées sur le principe de partage des pertes et des profits tels que la Moudharaba et
la Moucharaka. La seconde fait intervenir des modes basés sur des opérations
commerciales telles que la Mourabaha, le Salam, l’Ijara et l’istisnâ.

La Mourabaha est la forme la plus utilisée par les banques islamiques. A ce titre, le
deuxième chapitre a traité de ce mode de financement pratiqué par les banques.

80
L'Observateur de l'OCDE n° 272, avril 2009
154
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Cette étude a été limitée par l’absence, à l’échelle nationale, d’un cadre juridique qui
réglemente ces opérations. Pour traiter ce sujet, nous nous sommes référés aux
standards internationaux et notamment la norme de la Chariaa n°8 de l’AAOIFI
relative aux opérations de Mourabaha. Selon cette norme, les ventes Mourabaha
sont de deux natures :

- La mourabaha simple faisant intervenir deux parties à savoir la banque et


son client : ces opérations sont généralement réalisées sur des biens
propriétés de la banque. Dans ce cas, les revenus de la banque peuvent
englober outre la rémunération d’un différé de paiement, des plus-values
sur cessions ;

- La Mourabaha pour le donneur d’ordre ou la Mourabaha Bancaire : cette


opération fait intervenir généralement trois parties et implique un double
transfert de propriété. Dans ce cas, la rémunération de la banque est
constituée par une marge qui peut être assimilée à la rémunération d’un
différé de paiement. La banque assume outre le risque de non
recouvrement des créances nées de ces opérations, un risque lié à la
détention des biens objet de financement.

Les caractéristiques de ce mode de financement ne sont pas sans conséquences sur


la détermination du régime fiscal des revenus et charges inhérents à ce mode de
financement tant pour l’établissement de crédit que pour le client de la banque.

Le premier chapitre de la deuxième partie de ce mémoire a été consacré à l’étude


du régime fiscal de ce mode de financement tel que prévu par la loi n°2011-07 du
31 décembre 2011 portant loi de finances pour l’année 2012.

Cette recherche a été limitée par la jeunesse de l’expérience tunisienne en la matière.


En effet, la première note commune qui a traité du régime fiscal de la Mourabaha
date du 26 juin 2012 et on ne compte aucune prise de position de la part de la
DGELF.

155
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

L’idée de base était de savoir dans quelle mesure le législateur tunisien a pris en
considération les caractéristiques et les aspects spécifiques de la Mourabaha dans
l’institution d’un régime fiscal propre à ce mode de financement.

La constatation de cette étude théorique était que le régime fiscal de la Mourabaha


souffre de plus d’une insuffisance. En effet, le législateur tunisien n’a pas pris en
considération certains aspects spécifiques à ce mode de financement et a traité la
Mourabaha comme une forme de crédit bancaire. Cette situation s’est traduite par
des ambiguïtés sur le traitement fiscal de ce mode de financement en matière
d’impôt direct, de taxe sur la valeur ajoutée et de droits d’enregistrement et ce,
principalement lorsque le revenu du financier englobe outre la rémunération d’un
différé de paiement, une plus-value sur cession. Par ailleurs, le système fiscal
tunisien qui prévoit deux statuts différents des contribuables en matière de TVA
peut poser des difficultés pour la détermination de l’assiette soumise à l’impôt tant
pour le fournisseur du bien que pour le client final de la banque.

Ce constat de base a été confirmé, au niveau du deuxième chapitre de la deuxième


partie, par l’étude empirique des expériences étrangères en matière de régime fiscal
de la Mourabaha. A travers cette étude empirique nous avons essayé de positionner
dans une première section le régime fiscal tunisien par rapport aux expériences du
Royaume-Uni, de la France et du Maroc et ce, à travers une étude comparative de
ces régimes fiscaux.

Les enseignements que nous pouvons tirer des expériences étrangères afin de
pallier aux insuffisances du régime fiscal tunisien et d’autres recommandations sont
présentés au niveau de la deuxième section de ce chapitre « mesures d’adaptation ».

Bien que le régime fiscal tunisien présente certaines insuffisances, l’effort du


législateur tunisien peut être considéré comme modeste compte tenu des
circonstances que connait le pays et le cadre dans lequel ce régime fiscal a été
promulgué.

156
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

En effet, même si l’introduction de la finance islamique dans le tissu économique


tunisien date de 1983, elle demeure toujours embryonnaire dans la mesure où la
banque qui existait à cette époque traitait principalement avec des non-résidents et
le législateur tunisien n’a saisi la nécessité de l’institution d’un tel régime qu’en 2010,
avec la création de la première banque entièrement tunisienne destiné au marché
intérieur.

Par ailleurs, les insuffisances soulevées laissent à penser que la promulgation de ce


régime a été faite dans la précipitation compte tenu de l’absence d’un cadre
juridique spécifique à ces opérations, ce qui a limité considérablement les travaux
du législateur pour la définition de son régime fiscal.

De plus, la loi de finances pour l’année 2012 a été promulguée dans un cadre
national « révolutionnaire », caractérisé par une conjoncture défavorable et des
conséquences désastreuses des troubles sociaux.

Même si le législateur tunisien a fait « un premier pas » pour l’introduction de la


finance islamique, la préparation d’un cadre adéquat pour son développement en
Tunisie est un processus de longue haleine.

Plusieurs questions peuvent faire l’objet de débats dont notamment la gestion du


risque de liquidité dans les banques islamiques.

En effet, Les banques islamiques exercent la même activité d’intermédiation que les
banques conventionnelles, sauf qu’elles le font avec plus de contraintes. Le cœur de
métier des banques conventionnelles consiste à lever des dépôts pour les
réemployer dans des actifs de maturités différentes. Cette activité de transformation
est accompagnée d’une gestion de la liquidité portant sur la capacité de la banque à
attirer des dépôts à faible coût de façon à maximiser sa marge d’intermédiation. Par
ailleurs, ce concept de gestion de liquidité porte sur la capacité de la banque à saisir,
rapidement sur le marché, des sources alternatives de financement pour pallier au
gap de liquidité qu’elle peut encourir.

157
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Les banques islamiques, parce qu’elles reposent dans leurs fonctionnement sur des
principes économiques conformes à la Chariaa, exercent la même activité
d’intermédiation que les banques conventionnelles, sauf qu’elles le font avec plus
de contraintes. L’incapacité d’accès à des ressources conformes à la Chariaa
complique davantage la gestion de liquidité dans les banques islamiques. Une
nouvelle problématique qui mérite davantage d’approfondissement et de recherche.

158
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

BIBLIOGRAPHIE
Ouvrages
- Geneviève Causse-Broquet « La finance islamique » Edition Revu de banque. (2009)
- Ibn Rochd Al Kortobi « Bidayet Al Mojtahid wa Nihayet Al Moktacid »;
- Mahmoud ALGAMAL « Islamic Finance : law, economics and practice».
- Michel Ruimy « La finance islamique » Edition Arnaud Franel. (2008)
- Mohammad Amin «Chancellor Guide To The Legal And Shariah Aspects Of Islamic Finance» ,
edition Humayon A. Dar & Omar F. Moghul
- Muhammad AYUB « Understanding Islamic Finance » Edition Jhon Wiley &son ltd.(2007)
- Youssef Ben Abdallah Chebili «Fikh Al Mouamalt al Masrifia», edition Abou Mohannad Al Najdi;
Codes et lois et décrets
- Angleterre : Loi de finance pour la gestion 2003 ( Finance act 2003) ;
- Angleterre : Loi de finance pour la gestion 2005 ( Finance act 2005) ;
- Angleterre : Loi de finance pour la gestion 2007 ( Finance act 2007) ;
- Code d’incitation aux investissements ;
- Code de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt sur les sociétés ;
- Code de la taxe sur la valeur ajoutée ;
- Code des droits d’enregistrements ;
- France : instruction de la de la Direction générale des finances publiques du 23 juillet 2010 ; Bulletin
Officiel des impôts n° 4/FE/SE/10 du 24 août 2010.
- Maroc : loi de finance pour l’année budgétaire 2010 ;
- Normes Comptables de l’AAOIFI ;
- Normes de Chariaa de l’AAOIFI ;
- Recueil Des Textes Législatifs Et Réglementaires Régissant L’activité Des Etablissements De Crédit
Et Organismes Assimilés (Maroc)
- Réglementation Bancaire Tunisienne,
Articles et autres publications
- Al Fakih : comprendre la finance islamique.
- Banque islamique de développement (Acte de séminaire n°44) :Les sciences de la chariaa pour les
économistes : les sources du Fikh, ses principes et ses théories, le Fikh des transactions financières et
des sociétés et son application contemporaine.

159
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

- Banque islamique de Développement : Evolution des activités bancaires islamiques, problèmes et


perspectives.
- Banque islamique de développement : introduction aux techniques islamiques de financement, acte
de séminaire 37 septembre 1992.
- Banque islamique de Développement : Introduction aux techniques islamiques de financement.
- Banque islamique de Développement : La gestion des risques : analyse de certains aspects liés à
l’industrie de la finance islamique.
- Commission Paris EUROPLACE “Finance Islamique Programme d’actions 2009.
- FARNWORTH Oliver, Taxation of Islamic finance, Tax Planning International Review volume 34
n°4, 01/04/2007.
- George A. Martin : « Demain la suisse place financière islamique ».
- Gide loyrette novel : A Noteworthy Development In Islamic Finance In France : Tax Neutral
Status Granted To Murabaha And Sukuk Transactions.
- Halsaa Benzha : le financement de la PME en finance islamique.
- Ibrahim ZEYYED CEKICI « Développement de la finance islamique en France : les premiers pas
de l’administration fiscale » REVUE LAMY DROIT DE S AF FAI R E S N0 3 5 • F ÉVR I E R
2009
- Karim Cherif : Mémoire de Mastère, analyse des produits financiers islamiques.
- Kawthar RAJI ; Forum Africain de la finance islamique, Tunis le 13 avril 2011.
- Laurence Toxé Avocate Associée NORTON ROSE LLP 14 mai 2008
- Maroc, Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières, la finance islamique Octobre 2011
- Mohammad EL QORCHI : la finance islamique en marche.
- Moody’s Global banking : Isalmic Finance exploring new horizons in AFRICA.
- Muhammad Amin : Islamic finance : the tax adviser’s role.
- Oualid Gadhoum ; Thèse de Doctorat ;La doctrine Administrative en Tunisie, Avril 2003
- Price Water House Coopers : The United Kingdom’s approach to the taxation of Islamic finance.
- Rapport JOUINI et PASTRE : Enjeux et opportunités du développement de la finance islamique
pour la place de Paris.( décembre 2008)
- Salah Amamou : Les encyclopédies Salah Amamou, Thème le contrat de vente
- Zouhour Kourda : la politique fiscale Tunisienne en faveur du développement durable.

160
Le régime fiscal de la « Mourabaha » comme mode de financement pratiqué par les banques en Tunisie :
difficultés de mise en œuvre et mesures d’adaptation

Sites Web

http://www.oic-oci.org;
http://perspective.usherbrooke.ca
www.alrajhibank.com.sa
http://2000watts.org
http://www.aaoifi.com
http://www.pamecas.org/la-finance-islamique?start=1
http://www.apsf.org.ma
http://www.impot-finances.gov.tn
http://www.profiscal.com/
http://www.hmrc.gov.uk/
http://ribh.wordpress.com
http://www.kpmg.com/Global
http://www.mohammedamin.com/
http://www.iefpedia.com/france/
http://www.vernimmen.net/html/glossaire/

161