Vous êtes sur la page 1sur 5

Collège Jean Tabi d’Etoudi Année scolaire 2 014 – 2 015.

Département de Physique Chimie Séquence : 06


BP 4 174 Yaoundé Classe : Terminale C
Tél. /Fax : 222 21 60 53 Durée : 4 H
Courriel : contact@college-jeantabi.org Coef. : 4
N/Réf. : CJT/ 14 – 15/SI/AB/

SESSION INTENSIVE DE MAI 2 015: EPREUVE DE PHYSIQUE


EXERCICE 1 : Mouvements dans les champs de forces et leurs applications. / 6 points
Les questions 1, 2 et 3 sont indépendantes.

1. Champ électrique. / 3 points


1.1. Charges ponctuelles.
Deux charges électriques ponctuelles qA et qB, placées respectivement en deux points
A et B, sont telles que qA = – 5 C, qB = + 2 C et AB = 25 cm.
En quel(s) point(s) de la droite passant par A et B le champ électrique est-il nul ? 0,75 pt
1.2. Mouvement d’une particule chargée.
Entre deux plaques horizontales P et P’ d’un condensateur plan, de longueur  et distantes de

d, des électrons de charge q = – e et de masse m pénètrent en O avec la vitesse initiale v 0 .

Le vecteur vitesse v 0 est dans le plan (xOy) et fait un angle α avec l’axe (Ox). Le point O est
équidistant des deux plaques. On applique une tension constante positive U PP’ = U entre les

deux plaques qui crée un champ électrique E . y
1.1.1. Exprimer en fonction de U, v0, α, e, m
et du temps t les coordonnées
P’
du vecteur position OM . 0,50 pt
1.1.2. Déterminer l’équation cartésienne α
de la trajectoire. 0,25 pt d O O’ x
1.1.3. Etablir la relation entre, v0, α, e, m
et U pour que l’électron ne soit pas P
capté par la plaque supérieure. 0,50 pt
1.1.4. On veut que l’électron ressorte en O’.
Déterminer la tension U à appliquer entre
les plaques, en fonction de v0, α, e, m, d et  . 0,50 pt
Quelles sont alors les coordonnées du vecteur vitesse en O’ ? 0,50 pt

2. Le parc d’attraction. / 2 points


Un wagonnet considéré comme un objet ponctuel M
aborde un looping assimilable à une portion de cercle
de centre O et de rayon r = 12,75 m. Il est lancé à partir
d’un point A d’un plan incliné d’un angle α = 45° par
rapport à l’horizontale. Le dispositif est dans le plan
vertical. On néglige les frottements. g = 10 m.s-2.
Au cours de son mouvement, le wagonnet doit rester
plaqué à la voie lors de son passage par sa position
supérieure C.

La position du wagonnet sur le looping est repérée par l’angle   OB ; OM . 
2.1. Représenter les forces appliquées au wagonnet au point M. 0,50 pt

SI Physique TC. Mai 2015. CJT. Page 1/5


2.2. Exprimer la valeur de l’accélération normale du wagonnet au point M. 0,50 pt
Calculer la valeur minimale de la vitesse du wagonnet à son passage en C. 0,50 pt
2.3. Pour maintenir le contact avec la voie lors du passage en C, le wagonnet doit
passer en B avec une vitesse minimale vB = 25 m.s-1. Le wagonnet passe par
le point A avec vitesse vA = 5 m.s-1. Quelle doit être la longueur du plan incliné
pour réaliser la condition souhaitée ? 0,50 pt
3. Forces électromagnétiques. / 1 point
Un cadre carré ACDE de côté a = 20 cm est constitué d’un seul tour de fil conducteur rigide, de
masse m = 16 g. Ce cadre, mobile sans frottement autour de son côté AC horizontal, est plongé

dans un champ magnétique uniforme vertical B , dirigé vers le haut et de valeur B = 0,1 T. Un
courant d’intensité I traverse le cadre qui prend alors une position d’équilibre définie par l’angle
 représenté sur la figure ci-dessous (L’axe Ax est vertical). g = 10 m.s-2.
3.1. Représenter sur une figure le sens du courant. 0,25 pt
3.2. Déterminer I sachant que  = 21°. 0,75 pt
C
AC
A

 D
ED
x Vue de profil

x E
Vue en perspective
EXERCICE 2 : Systèmes oscillants. /6 points
NB : Les questions 1 et 2 sont indépendantes.
1. Oscillateur mécanique. / 3 points
Un cylindre (C) homogène de masse M = 300 g et
de rayon r = 20 cm est mobile autour d’un axe
horizontal () passant par son centre d’inertie O
et supporte deux solides (S1) et (S2) de masses
respectives m1 = 200 g et m2 = 50 g par l’intermédiaire
d’un fil inextensible. Le solide (S2) est relié à l’extrémité
d’un ressort à spires non jointives de raideur k = 10 N.m-1,
l’autre extrémité du ressort étant fixe.
On néglige les frottements.  = 30°. g = 10 m.s-2.
1.1. Calculer l’allongement du ressort à l’équilibre. 0,50 pt
1.2. On écarte le solide (S2) de sa position d’équilibre vers le bas d’une distance
b = 5 cm et on l’abandonne sans vitesse initiale.
1.2.1. Etablir l’équation différentielle du mouvement de (S2). 1,00 pt
1.2.2. Sur un axe vertical x’x orienté vers le bas, on prend pour origine des dates
un instant où (S2) passe par la position d’abscisse x = 2 cm en montant ;
l’origine des espaces est la position d’équilibre. Etablir l’équation horaire
du mouvement de (S2). 1,00 pt
1.2.3. Quelle est la valeur maximale de la vitesse de (S2) ? 0,50 pt

SI Physique TC. Mai 2015. CJT. Page 2/5


2. Analyse d’oscillogrammes. / 3 points
Un générateur basses fréquences (GBF) alimente un dipôle RLC constitué d’un
conducteur ohmique de résistance R = 100 , d’une bobine (L, r) et d’un condensateur de
capacité C = 4,1 F, montés en série. On désire visualiser la tension, ut   U m sin t    , aux
bornes du dipôle et l’intensité du courant qui circule dans celui-ci, à l’aide d’un oscilloscope
bicourbe.
2.1. Faire le schéma du montage expérimental
à réaliser. 0,50 pt
2.2. On observe alors les oscillogrammes
ci-contre, avec les réglages suivants :
- coefficient de balayage : 0,25 ms.div-1 ;
- sensibilité verticale : 1 V.div-1 pour la voie 1 ;
2 V.div-1 pour la voie 2. Voie 1
Voie 1 : tension aux bornes du conducteur
ohmique de résistance R.
Voie 2 : tension aux bornes du dipôle RLC.
2.2.1. Déterminer la fréquence du courant. 0,50 pt
2.2.2. Calculer l’impédance du dipôle RLC Voie 2
pour cette fréquence. 0,50 pt
2.2.3. Calculer la phase de l’intensité i(t) par rapport à la tension u(t). 0,50 pt
Ecrire l’expression de l’intensité instantanée du courant. 0,50 pt
2.2.4. Déterminer les caractéristiques r et L de la bobine. 0,50 pt

EXERCICE 3 : Phénomènes ondulatoires et corpusculaires. / 4 points


NB : Les questions 1 et 2 sont indépendantes.
1. Ondes mécaniques. / 2 points
On relie l’une des extrémités d’une corde très longue, parfaitement élastique et tendue
horizontalement, à un vibreur qui peut imposer à cette extrémité (S) un mouvement vertical
dont la loi horaire est y S t   5 sin 40t (en mm).
1.1. On met le vibreur en marche. L’onde progressive qui naît en S se propage à la
célérité v = 6 m.s-1 le long de la corde.
L’onde est-elle transversale ou longitudinale ? Calculer sa longueur d’onde. 0,50 pt
1.2. On arrête le vibreur et on pince la corde en un point A tel que SA =  = 90 cm
(A est alors immobile). Lorsqu’on met le vibreur en route, on constate que la
corde vibre en formant des fuseaux. Au point A, nœud d’élongation, l’onde
réfléchie est en avance de  par rapport à l’onde incidente.
1.2.1. De quel phénomène s’agit-il ? 0,25 pt
1.2.2. Ecrire la loi horaire du mouvement du point A :
a) dû à l’onde incidente ; 0,25 pt
b) dû à l’onde réfléchie. 0,25 pt
1.2.3. Montrer que l’équation du mouvement vibratoire résultant au point M de
la corde tel que AM = x s’écrit sous la forme : y M t   K x  cos40t    ,
où K(x) et  sont à déterminer. 0,50 pt
1.2.4. Quel nombre de fuseaux stables observe-t-on ? 0,25 pt
2. Phénomènes corpusculaires. / 2 points
L’énergie d’extraction d’un électron de la cathode d’une cellule photoélectrique à vide est
W0 = 1,81 eV.

SI Physique TC. Mai 2015. CJT. Page 3/5


On applique entre l’anode A et la cathode C de cette cellule une différence de potentiel
UAC = 12 V et on l’éclaire avec une lumière composée de deux radiations de longueurs
d’onde 1 = 0,530 m et 2 = 730 nm.
2.1. Montrer qu’une seule des radiations provoquera l’émission photoélectrique. 0,50 pt
2.2. Calculer, dans l’hypothèse non relativiste, la vitesse maximale d’un électron
arrivant à l’anode. 0,50 pt
2.3. La source lumineuse précédente est supposée ponctuelle et isotrope (c’est-à-dire qu’elle
rayonne de manière uniforme dans toutes les directions de l’espace). La photocathode de
surface s = 2 cm2, est située à une distance R = 2 m de la source. Le rendement quantique de
la cellule est  = 1,2  ; l’intensité du courant de saturation est Is =1,6.10-6 A.
Calculer la puissance rayonnante P reçue par la photocathode. 0,50 pt
En déduire la puissance rayonnante totale PT émise par la source. 0,50 pt
On donne :
- Constante de Planck : h = 6,62 . 10-34 J.s ;
- Célérité de la lumière dans le vide : c = 3 .108 m.s-1.
- Charge élémentaire : e = 1,6 .10-19 C ; Masse d’un électron : m = 9,1 . 10-31 kg.

EXERCICE 4 : Radioactivité. / 4 points


Le cobalt 2760 Co , radioélément très utilisé en médecine pour le traitement du cancer (« bombe au
59
cobalt ») est obtenu par bombardement neutronique du cobalt « naturel » Co
27 .
1. Ecrire l’équation de production du cobalt 60
27 Co . 0,25 pt
2. Le cobalt 60
27 Co est radioactif  et a une constante radioactive .
-

Ecrire l’équation de la réaction de désintégration de 2760 Co . 0,25 pt


Extrait de la classification périodique : 25Mn ; 26Fe ; 27Co ; 28Ni ; 29Cu.
3. Le noyau fils Y est obtenu à l’état excité d’énergie E3 = 2,50 MeV. Il revient à l’état
fondamental (E1 = 0) en passant par l’état excité d’énergie E2 = 1,33 MeV.
Calculer les longueurs d’onde 1 et 2 des deux photons émis au cours de la désexcitation
du noyau fils Y. 0,75 pt
4. Un centre hospitalier dispose d’un échantillon de « cobalt 60 » de masse m 0 = 1 μg.
4.1. Déterminer le nombre de noyaux N0 contenus dans l’échantillon à la date t = 0. 0,25 pt
4.2. Soit N(t) le nombre de noyaux présents dans l’échantillon à la date t. Etablir la
relation N (t )  N 0 e  t . 0,50 pt
4.3. Le technicien du laboratoire est chargé de contrôler cette source, tous les ans, en
déterminant son activité.
4.3.1. Définir l’activité A (t) d’une substance radioactive, puis l’exprimer en fonction
de A0 (activité à t = 0),  et t. 0,50 pt
4.3.2. Le technicien obtient les résultats suivants :
t (ans) 0 1 2 3 4 5 7
A(107 Bq) 3,980 3,515 3,102 2,670 2,368 2,038 1,540
nA
a) Recopier, puis compléter le tableau et tracer le graphe nA = f (t). 1,00 pt
Echelles : 1 cm pour 1 an et 1 cm pour nA  0,1 . (On fera une translation convenable de l’axe
des abscisses, en prenant pour origine du repère le point O 0; 16  ).
b) En déduire la période radioactive du « cobalt 60 ». 0,50 pt
23 -1 -1
On donne : Constante d’Avogadro NA = 6,02.10 mol ; M( 27 Co ) = 60 g.mol .
60

Célérité de la lumière c = 3,00.108 m.s-1 ; Constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s.


SI Physique TC. Mai 2015. CJT. Page 4/5
DOCUMENT A REMETTRE AVEC LA COPIE (ne pas y inscrire un signe distinctif).

SI Physique TC. Mai 2015. CJT. Page 5/5