Vous êtes sur la page 1sur 8

2IWH 2007, 27-29 October 2007, Ghardaïa – Algeria

TRAITEMET BIOLOGIQUE DES EAUX USEES PAR LES BACTERIES


ANAEROBIES BUTYRIQUES (CLOSTRIDIUM BUTYRICUM) QUI
PRODIUSENT DE L’HYDROGENE.

Abdelmadjid NOUR

Laboratoire de polyclinique central d’El Bayadh


Email : nmadjid2006@yahoo.fr

RESUME :

Certains Clostridium, produisent de l’acide butyrique, de l’acide acétique, du CO2, et de l’hydrogène a


fin de fermentation butyrique pour assure l’énergie (ATP).
Chez Clostridium Butyricum, le bilan global de la fermentation à partir du glucose peut se traduire par
l’équation suivant :
4 glucoses 2acides acétiques + 3 acide butyrique + CO2 + 8 H2

Dans l’étape de traitement des boues des eaux usées, toute les boues nécessitent une forme de
traitement avant d’être rejetés dans le milieu naturel , qui doit répondre a au moins l’un des deux
objectifs suivants :
-réduction de volume.
-réduction du pouvoir fermentescible.
L’utilisation de Clostridium butyricum dans l’étape de stabilisation anaérobie des boues pour digestion
et fermentation des matières organiques.
L’opération s’effectue dans un digesteur qui une cuve fermée, équipée d’une installation de chauffage,
et d’un système d’agitation permanent.
Le bute de l’opération c’est l’exploitation des bactéries pathogènes pour la production de l’hydrogène
et traitement biologique des eaux usées.

MOTS CLES : Clostridium, l’acide butyrique, traitement biologique des eaux.

1. Introduction
Les eaux usées constituent un milieu de culture pour se très nombreuses espèces de micro-
organismes pathogènes.
Il existe des bactéries qui dans leurs métabolismes biochimiques produisent de l'hydrogène tel que
Clostridium butyricum en présence des matières organiques produisent d'acide butyrique et acide
acétique et dégagent des gaz (CO2,H2).
Le traitement des eaux usées pose des problèmes importants, notre étude est de l'exploitation d'une
bactéries pathogène dans le traitement des eaux usées au niveau de stabilisation anaérobie des
boues pour limiter le risques de pollution et pour production de l'hydrogène à partir de Clostridium, et
de réutiliser les eaux usées après un traitement partiel ou total, accompagner obligatoirement d'une
étude d'impact sur l'environnement.
Le travail est d’assurer un milieu de culture favorable (la boue) pour l’ensemencement de Clostridium
butyricum dans un milieu anaérobie, riche en matières organiques, et température ambiante.

2. Généralité sur la pollution hydrique


Tout pollution est une altération d’une ou plusieurs caractéristiques physico-chimique ou
biologique d’une eau. (1)

La pollution des eaux se rapport à : -jeter, déverser ou laisser écouler dans les cours des eaux
directement ou indirectement, des substances quelconques, dont l’action ou les réactions ont détruit
l’environnement.
2IWH 2007, 27-29 October 2007, Ghardaïa – Algeria

La pollution de l’eau qui celle-ci soit courante, stagnante, souterraine marine, est un danger car
elle évoque la destruction de la faune et la flore. (2)

Les rejets polluants qui se mélangent aux eaux naturelles out diverses origines qui permettent leur
classification en :

-eaux usées domestiques.


- eaux usées industrielles.
- eaux usées urbaines.
- eaux rejets polluants agricoles.
-apports à partir de dépôt de déchets solides.
-apports dans les eaux liées a la pollution atmosphérique. (3)

La pollution hydrique regroupe en trois catégories :

2.1 Les polluants physiques : a trois principes agent de pollution sont : la température,
transport de matière solide en suspension, et la radioactivité.

- la température (plus la température de l’eau est élevée plus le besoin en oxygène est
grand, plus la teneur en oxygène de l’eau est basse. (4)

- transport de matière solide en suspension : elle agissent en augmentant la turbidité de


l’eau qui réduisent la pénétration de la lumière. (4)

-La radioactivité : la radioactivité libérée dans l’eau peut provenir d’une radioactivité
naturelle ,ou d’une contamination liées à des retombées atmosphérique(explosions
nucléaires), des champs rayonnements d’origine industrielle ou en fin des contamination
accidentelles de l’eau à partir des rejets des installation centrales nucléaire . (5)

2.2 Les polluants biologiques : toutes les pollution qui provoquées par des matières
organique susceptibles de subir une fermentation bactérienne. (4)
la pollution biologique des eaux se traduit par une forte contamination bactérienne .les principaux
organismes pathogènes qui se multiplient ou qui sont transportés dans l’eau sont : les bactéries , les
virus ,les parasites les champignons et les algues. (6)

2.3 Les polluants chimiques : est due essentiellement aux déversements des polluants
organiques et des sels des métaux lourds par les unités industrielles, (5 ) et sont nombreux et
d’origine diverses :métaux lourds , pesticides , détergents , et hydrocarbures. Les métaux lourds,
pesticides et détergents constituent les micro- polluants. (07)

3. Estimation des rejets et changes polluants


La pollution des eaux usées est estime en fonction de son débit, de sa concentration en métiers
en suspension, (08) qui soit ni solubilisées , ni colloïdales, considérer comme intermédiaire enter les
particules minérales du type sable ou poussières de charbon et les particules de type mucilagineuse
,et de sa demande biochimique en oxygène qui représente la quantité d’oxygène consommée par
l’eau usée pendant une certaine durée,quantité d’oxygène nécessaire pour décomposer par
l’oxydation et intervention des bactérie, les matières organiques des l’eaux usées.

La charge en DBO apporté par les eaux brutes par jour et par habitant sont estimées comme suite,
suivant le type de réseaux :(11)

-Réseau séparatif : 50 g/hab/j.


-Réseau pseudo séparatif : 60g/hab/j.
-Réseau unitaire : 74 g/hab/j.
2IWH 2007, 27-29 October 2007, Ghardaïa – Algeria

4. Traitement et l’épuration des eaux polluées


Les eaux usées d’origine domestiques ou industrielles sont récupérées dans les réseaux
spécifiques de collecte polluées,et nécessité d’être traitées avant leur évacuation dans le milieu
naturel ,protection de l’environnement en dépend ., (12)
Le traitement des eaux usées a pour objet de diminuer leur charge en matières organiques et
minérales, avant leur déversement dans le milieu naturel. (05)
L’épuration biologique des eaux usées fait appel à des systèmes provoquant le développement
des bactéries qui par action physico-chimiques, maintiennent la pollution organique et s »en
nourrissent. Ce développement peut être réalisé par mise en suspension dans l’eau usée (Boue
activées). (10)
Les boues subissent un second traitement biologique (anaérobie ou aérobie) pour réduire la
teneur en matière organiques fermentescibles de ces derniers. (13)

Figure 1 : Chaîne de traitement des eaux usées.

5. Principale chaîne de procédés d’épuration


L’épuration d’un effluent peut mettre en jeu séparément ou conjointement :

5.1 Des ouvrages d’épuration physiques :


-Prétraitement (dégrillage, dessablage…).
-décantation primaire, permettant l’élimination des matières en suspension décantables et
flottantes ; (08)

5.2 Des ouvrages d’épuration physico-chimiques :


On peut y séparer par coagulation les matières en suspension non décantables, et obtenir ainsi
un résultat plus poussé que simple décantation , la coagulation élimine également certains métaux
lourds.

5.3 Des ouvrages d’épuration biologiques :


Permettant une élimination plus complète de la pollution organique par action bactérienne, les
ouvrages d’épuration biologiques d’une station doivent être dimensionnés pour dégrader la pollution à
l’origine dans ‘eau brute ainsi que celle provenant des liqueurs recyclées dans la station d’épuration
en particulier celles provenant du traitement des boues.
2IWH 2007, 27-29 October 2007, Ghardaïa – Algeria

5.4 Des ouvrages de traitement et de séchages des boues :


Boues primaires déposées dans les décanteurs primaires, boues en axés produites par le
traitement biologiques. (09)
Le caractère commun des boues est de constituer un déchet extrêmement liquide, de valeur faible
ou mule, celles qui proviennent de traitements biologiques sont fermentescibles et souvent
nauséabondes. Toute les nécessitent une forme de traitement ou une autre avant d’être rejetées dans
le milieu : stabilisation, épaississement, déhydratation suivie ou non de séchage et d’incinération, ou
combinaison d’une ou plusieurs de ces méthodes. (10)
La stabilisation des boues résiduaires a pour but de réduire leur pouvoir fermentescible. Elle peut
être obtenue par voie anaérobie et aérobie.
Stabilisation aérobie : ce procède consiste en une aération prolongée des boues, qui sert à
provoquer le développement des micro-organismes aérobies. La stabilisation aérobie anaérobie :
comprend deux phases :

-Une phase de liquéfaction conduisant essentiellement à la production d’acides volatils.


-Une phase de gazéification ou les bactérie qui dans notre cas butyricum (strictement
anaérobie) .produisent CO2, N2, H2 .

L’épaississement est pour la réduction du volume de boues sans dépense d’énergie, il présente divers
avantages :
-Amélioration du taux de réduction des matières organiques.
-rendements des dispositifs de déshydratation et de séchage.
La déshydratation elle est destinée à diminuer le taux d’humidité et le volume de ces boues façon à
faciliter les opérations de l’évacuation. (14)
2IWH 2007, 27-29 October 2007, Ghardaïa – Algeria

Boues liquides

Boues Boues
i é l i

GAZ
EPAISSISSEMENT EPAISSISSEMENT Co2 .
H2
Evacuatio
Evacuatio n liquide
n liquide Stabilisation
épandage Anaérobique
si terrai agricole
disponible ex
C
DESHYDRATATION
EPAISSISSEMENT

Naturelle MECANIQUE

Etat solides MS Etat solide MS

SECHAGE
SECHAGE

Agriculture ou
milieu naturel

DECHARGE
CONTROLEE

Figure 2 : Schéma de traitement des boues

6. Clostridium sulfitoreducteur
6.1 Historique de clostridium
Clostridium fut décrit en 1935 par Hall et O’Tool, qui lui attrbuèrent ce nom difficile en raison des
grandes difficultés qu’ils éprouvèrent à l’isoler et de sa croissance très lente en milieu de culture.
Clostridium difficile se développe dans une flore intestinale affaiblie par l’antibiothérapie et secrète
deux toxines, A et B.

6.2 Généralité sur clostridium


Les Clostridium sont de embranchement EUBECTTERIA, de classe sporules, d’ordre
Clostridiales, de famille Clostriiaceae. Sont des bacilles thermorésistants, anaérobie stricts,
sporogéne,de GRAM (+),CAT(+), LACT(+), GAZ(+),H2S(+).
2IWH 2007, 27-29 October 2007, Ghardaïa – Algeria

Sont espèce de bactéries pathogène, ou génératrices des trouve dans l’intestin.


Clostridium butyricum,il est responsable de la fermentation butyrique et acéténobutyrique ; produisent
de l’acide butyrique, l’acide acétique ,du CO2, et de l’hydrogène ; l’acide butyrique est formé par
condensation de deux molécules d’acétyle-CoA en acétate,lequel est ensuite réduit en B-hydroxy
butyrate puis butyrate. Une partie de l’acétyle-CoA, formé à partir du pyruvate conduit à la formation
d’ATP et d’acide acétique.
Chez les Clostridium butyricum le bilan global de la fermentation à partir du glucose peut se traduire
par l’équation :

4glucose 2 acides acétiques + 3 acide butyrique + CO2 + 8 H2

Certains Clostridium peuvent donner, outre les produits de la fermentation butyrique, de alcool et de
l’acétone .Dans ce cas la réduction du butyrate est poursuivi jusqu’à l’alcool butyrique.
Clostridium butyricum présentent les caractères du genre Clostridium et elles peuvent synthétiser des
toxines dont le mode d'action et la structure sont comparables mais qui se distinguent les unes des
autres par leur spécificité antigénique. La spécificité antigénique permet en effet de différencier sept
toxines désignées par des lettres capitales de A à G. En dépit de ces caractères communs,

6.3 Technique d’analyses pour dénombrement des clostridiums et préparation


de l’échantillon pour les analyses microbiologiques
-La boue : Elle est liquéfiée par le procède de la fermentation d’homogénation ; c’est à dire un Gamme
de boue additionnée à 9 ml d’eau pour en avoir une solution mère.

-Les dilution : Elles sont généralement faite, soit à l’aide d’eau distillé stérile,une dilution progressive
géométrique à raison 10-1 est effectué en série, le flacon droit être agité de façon prolongée pour
mettre en suspension et d’une façon homogène les bactéries.
Le dénombrement des formes sporulées des Clostridiums ; celui des formes végétatives et sporulées
se pratique par ensemencement direct dans le milieu de culture sans soumettre à thermorésistance à
800 C. (15)
Les analyses faites pour dénombrement de Clostridum dans la solution mère du boue, et
dénombrement des flores totales, et volume de gaz dégagée par Clostridium.

7. Résultats

nbr de clostridium

nbr de clostridium
A
B
nbr clostridium

80
60
40
20
0
1 4 7 10 13 16 19 22 25
tem ps de séjour

A- prolifération des clostridiums augmente, le milieu riche en nutriments.


B- prolifération des clostridiums diminue lentement, le milieu perdre leur qualité nutritionnel.
2IWH 2007, 27-29 October 2007, Ghardaïa – Algeria

volume de gaz

20

volume gaz
15

10

0
1 4 7 10 13 16 19 22 25
Tem ps de séjour

volume de gaz

Volume de gaz dégagée augment jusqu’à un niveau de stabilisation.

nbr des flores totaux

15000
nbr flores totaux

10000

5000

0
1 4 7 10 13 16 19 22 25
tem ps de sejour

nbr des flores totaux

Nombres des flores totaux diminue dans le milieu anaérobie.

8. Conclusion

Le but de notre étude de mettre en évidence l’efficacité de la bactérie pathogène (Clostridium


butyricum, qu’ est un hote des intestins de l’homme et de certains animaux, mais également une
origine tellurique) dans un milieu favorable, les analyses montres que la bactérie est une producteur
naturel de l’hydrogène. Et leur utilisation dans le traitement biologique des eaux usées (stabilisation
des boues), efficace selon le temps de séjour dans la boue.

Référence
[1] AlloucheFf, Lamri.D,.et Zahf,F,S urveillance de la qualité bactériologique et physico-chimique des
eaux de contamination niveau des trois communes :Ali boussid,Saby, Ben badis, wilaya de sidi
bel abbes, mémoire de fin d’étude d’igenieur d’etat en biologie, Université de sidi bel abbes.(1999)
[2] Arrignon.J, Aménagement écologique et piscale des eaux douce, Edition Gauthier-Villard, Paris,
32OP. (1976)
[3] Bontaux, J Introduction à l’étude des eaux résiduaires industrielle, 2eme édition Lvoisier technique
et documentation, 225P. (1994)
[4] Charbonneau, J, Encyclopédie de l’écologie, Edition librairie Larousse, 471P. (1977)
[5] Bouziane, M, L’eau de la penurée aux maladies, Edition Iben Khldoune, 247P. (2000)
[6] Ramad.F, Elément d’écologie, Ecologie appliquée, Edition MC Gaw-Hill, Paris ? 452P. (1982)
[7] Abert.G,, Intoxication, maladie par agent physique, édition Technique Paris, Volume1. (1977)
[8] Degrement, , Mémento technique de l’eau, 8eme édition technique et documentation, 240 P. (1978)
[9] Bonnin.J, Hydraulique urbain, 5éme édition Eyrole Paris, 228 P. (1977)
2IWH 2007, 27-29 October 2007, Ghardaïa – Algeria

[10] Degrement, Mémento technique de l’eau, 9eme édition de cinquantenaire et t documentation,


Paris ,240 P. (1989)
[11] Gaide.AEK ,Epuration biologique des eaux usées urbains, édition OPU Algérie, Tome 1, 261 P.et
Tome 2, 234 P. (1984)
[12] Deschamp.J, .Dépollué les eaux pluvials, édition Lavoirie, technique et documentation, 240 P.
(1984)
[13] Morsli.F, , Choix d’un système d’épuration des eaux usées de l’oued de Saida. Nouvelle
approche du traitement de ces eaux par la conbinaision bentonite, Thèse de Magister en biologie
appliquée .Université de Sidi bel abbes, 98 P. (1998)
[14] Anonyme. La grande encyclopédie, édition librairie Larousse, 4424 P. (1999)
[15] Rodier.J, Analyses des eaux (Naturelles résiduaires et de mér), édition Dunod technique, 1353
P. (1978)

Vous aimerez peut-être aussi