Vous êtes sur la page 1sur 680

rt*yj

aMfr,;" « 1* L'« Hi rz: '^ ^K


fl^^Btt*
B^Bs^' S --^
^HBv^
tBHI.'* '* I

1^' a. m
-
^^Htt't 1
y====co
I^^^Ki^^ 5 ^^
,' LJ
hiV

'm
Digitized by the Internet Archive
in 2009 with funding from
University of Ottawa

http://www.arcliive.org/details/lasaintebiblepol04vigo
LA SAINTE

BIBLE POLYGLOTTE
DIT MEME

Manuel biblique ou Cours d'Ecriture Sainte à l'usage des séminaires. Ancien Testament,
]iar ViLiOLKorx. Nolveau Testamknt. par L.
F. Hacllz. Onzirmo édition. 4 vol. in-12. Paris,
A. Roger et F. Cliprnoviz 14 fr. »

Les Livres Saints et la Critique rationaliste. Histoire el rcfulation des objections des
incrédules contre les Saintes Écritures, par F. Vigolrolx, avec des illustrations d'après les mo-
numents par M. l'abbé Dolillard, architecte. Cinquième édition, vol. in-S". Paris, Roger et
(Ihernoviz 35 fr. »

Édition in-lJ 20 fr.

Carte de la Palestine, pour l'étude de l'Ancien et du Nouveau Testament. 1 feuille deO"/!" de


iiaut sur 0',•' de large, imprimée en quatre couleurs. Sixième édition. Paris, Roger et
Cliernoviz 1 fr. »

Aclictée avec le Manuel biblique fr.50


La Bible et les découvertes modernes en Palestine, en Egypte et en Assyrie, par
F. ViGOLKOLx; avec cartos, plans et illustrations, d'apn'-s les monuments, par M. l'abbé Dolil-

\on 1'.

.Mayt'iicc,
'
lard, architecte. Si.xièmc édition, l vol. iii-1-2. Paris

Die Bibel und die neueren Entdeckungen in Palaestina, Aegypten und in Assyrien
x. Autoii.siitc
Franz Kirclilicim.
Le Nouveau Testament
Leborstzung von Joii. Imaih.
16 fr. >

ITari'oi•

et les découvertes archéologiques modernes, avec des illustra-


von Villiuar. 1 vol. iii-S"•
»

tions d'après les monuments. Deuxième édition. vol. in-k' 1 4 fr. »


Mélanges bibliques. La Cosmogonie mosaïque d'après les Pères de l'Église, suivie
d'études diverses Ancien el au .Youveau Testament {Les inventeurs de l'ejjjlicalion
relatives à
naturelle des 7niracles : Eichhorn et Paulus. —
Les inscriptions et les mines du S'itiaï. Les —
Hétlicens de la Bible. —
Le Livre des Proverbes et la fouruii. —
Susanne : caractère véridique
de son /tistoire. —
Les Samaritains au temps de Jésus-Christ. —
Im Bible et la Critique, réponse
aux Souvenirs d'enfance et de jeunesse de .1/. Renan), par F. Vigouroux; avec une carte et des
illustrations d'après les monuments, par M. l'abbé Dolii.iaiîk. architecte. Deuxième édition.
1 \ol. in-Fi 4 fr. »

La Sainte Bible selon la Vulgate, tradulLc en fram^'ais par M. l'abbé Glaire, avec introductions,
notes, appendices, et index archéologique par F. Vigouroux seule approuvée après examen fait à
;

Rome par la Sacrée Congrégation de l'Index. 4 vol. in-S". Quatrième édition. Paris, Roger el
Chernoviz 26 ir. »
Le Nouveau Testament, m-«", cinquième édition, se vend séparément 6 fr. »
Sous presse: La Sainte Bible, format in-18, caractères neufs, comprenant: l"le te.xte de la Bible
distribué en alinéasavcc divisions générales et secondaires des livres sacrés; 'i^des introductions;
'J» des notes nombreuses; 4" des appendices; 5" des illustrations archéologiques. 5 vol. in-18.

Nouveau Testament in-18 (nouvelle édition, caractères neufs), par MM. Glaire et Vigouroux.
Seule traduction approuvée par le Saint-Siège. Avec notes nouvelles, introductions, — —
ui)pendices, — concorde des Évangiles, —
tableau synoptique de l'Histoire de Notre-Seigneur
Jésus-Christ, — index archéologique, — table des Épitres et Évangiles de toute l'année, pré-
cédée de la Messe et des Vêpres. 1 vol. iu-lS. Paris, Roger et Chernoviz 2 fr. »

Le même, papier teinté, filets rouges 3 fr. •

Les Saints Evangiles, suivis des Actes des Apôtres, précédés delà Messe el des Vêpres. 1 vol.
iu-18, papier teinté, filets rouges. Paris, Roger el Chernoviz 1 fr.50

EN COURS DE PUBLICATION :

Dictionnaire de la Bible, contenant tous noms de


personnes, de lieux, de plantes, d'animaux
les
iiii'ntionnés dans les Saintes Écritures, les questions théologiques, archéologiques, scientifiques,
critiques, relatives à l'Ancien et au Nouveau Testament, et des notices sur les commentateurs
anciens et modernes avec de nombreux renseignements bibliographiques. Ouvrage orné de cartes,
de plans, de vues des lieux, de reproductions de médailles antiques, de fac-similés des manuscrits,
de reproductions de peintures et de bas-reliefs assyriens, égyptiens, phéniciens, etc., publié par
F. Vigouroux, avec le concours d'un grand nombre de collaborateurs. Paris, Letouzey et Ané.
Prix du fascicule, in-1", de SJU colonnes 5 fr. »

Typographie Firmin-Didot et €'«. — Mesnil (Eure).


LA SAINTE

BIBLE POLYGLOTTE
CONTENANT LE TEXTE HÉBREU ORIGINAL, LE TEXTE GREC DES SEPTANTE,
LE TEXTE LATIN DE LA VUL6ATE,
ET LA TRADUCTION FRANÇAISE DE M. L'ABBÉ GLAIRE

AVEC LES DIFFÉRENCES

DE L'HÉBREU, DES SEPTANTE ET DE LA VULGATE ;

DES INTRODUCTIONS, DES NOTES, DES CARTES ET DES ILLUSTRATIONS

Par F VIGOUROUX
PRÊTRE DE SAINT-SULPICE

ANCIEN TESTAMENT
Tome IV

LES PSAUMES. — LES PROVERBES


L'ECGLÉSIASTE. — LE CANTIQUE DES CANTIQUES
LA SAGESSE

PARIS
A. ROGER ET F. CHERNOVIZ, LIBRAIRES-ÉDITEURS
7, RUE DES CtRANDS-AUGUSTINS, 7

1903
IMPRIMATUR :

Parisiis, die 18 aprilis 1903.

f Franciscus Gard. Richard,

Arch. Parisiensis.
EXPLICATION
DES SIGNES ET ABRÉVIATIONS CONTENUS DANS LE TOME QUATRIÈME

I. — Signes insérés dans le texte grec.

Le signe ", placé entre deux mots grecs, indique la place dunmotou d'un membre
de phrase qui se trouve dans riiébreu, et qui manque dans la version grecque.
Le signe répété une seconde fois après un ou plusieurs mots, indique que ces
' '

mots ne se trouvent pas dans le texte hébreu et sont une addition du traducteur grec.
Le signe * indique une divergence notable entre le sens du grec et celui de l'hébreu.

Les mots entre crochets [ ] ne figurent pas dans le textus receptus ou édition six-
tine, qui est celle que nous reproduisons dans le corps du texte.

IL — Abréviations et signes insérés dans les variantes grecques.

I. - LETTRES ou SIGLES liSDIQUAiST LES MAJSUSCRITS OU LES DIVERSES ÉDITIONS GRECQUES

Cette lettre indique les variantes empruntées au Codex Alexafidrinus, manuscrit


datant de la deuxième moitié du cinquième siècle, offert en 1098 au patriarche
d'Alexandrie, et conservé aujourd'hui à Londres, au British Muséum. Le Codex
Alexandrmus a été édité par Grabe, Breitinger, Reineccius. Dans les cas rares où
les éditions imprimées s'écartent du manuscrit, la leçon du Codex est indiquée par
A\ celle des éditions par A-. — Le Codex Alexandrinus ne contient pas les
Psaumes xlix, 9-lxxix, 10.

Codex Vaticanus, du milieu du quatrième siècle, conservé à la Bibliothèque


du Vatican. C'est ce manuscrit qui a servi de base à Védition sixtine de 1587, ou
textus receptus, que nous reproduisons dans la Polyglotte. La lettre B' désigne spé-
cialement le manuscrit. Les leçons particulières au texte imprimé, par exemple
celles qui concernent la ponctuation, absente du Codex, sont indiquées par B^. —
Le Codex Vaticanus ne renferme pas les Psaumes cv, 27-cxxxvii, 6. Il a été com-
plété par une main récente.

Cette lettre désigne l'édition de la version des Septante publiée par Aide, à Fe=
nise, en 1518.
Cette lettre désigne le texte des Septante publié dans la Polyglotte a'Alcala ou de
Complute, due au cardinal Ximénès (1520).
Cette lettre désigne le Codex Sinaiticus du vi'' siècle. Cf. Introduction générale.,
VI EXPLICATION DES SIGNES.

tome I, p. XX. Ce manuscrit contient tous les livres grecs renfermés dans le présent

volume.

I) Cette lettre désigne le Code.v Kphrxini rescriptus, de la première moitié du v* siè-

cle. Cf. Introd. gén., t. I, p. xx-xxi. Ce manuscrit renferme seulement : 1° Prover-


bes, I, l-ii, 8; XVI, 8-xvii. I ; xviii, 11-xix, 23: xxii, 17-xxiii, 25; xxiv, 22-34; xxvi.
23-xxviii. 2; xxix. 30-xxx, 21. — 2° Ecclésiaste, i, 1-14; n, 18-fin. — 3" Cantique,
I, 3-III, 9. — Sagesse, vin, 5-xii, 10; xiv, 19-xvii, 18; xviii, 24-fin.

X Sous cette lettre sont réunis les manuscrits moins importants, en dehors des ma-
nuscrits désignés plus haut.
11. — SIGNES.

7 indique une addition, et doit se traduire par habet ou addit, habent ou


addunt.
*
indique une omission, et doit se traduire par omittit ou omittunt.
: marque que ce qui suit est une leçon divergente ou une traduction différente.

III. — ABRÉVIATIOyS.

a. veut dire ante.


al. — a m ou alibi.

ait. — aller um.


ait. m. — altéra manu.
c. — contra.
cett. — ceteri.
dist. — distinguit (indique qu'on fait intervenir un
signe de ponctuation).
e ou ex conj. — e conjectura.

eti. — etiam.
fin. — usque ad finein.
in. initio.

inf. — in fine.
interp. — interpungit (variantes consistant dans une
ponctuation différente).
inv. ord. inverso ordine.
1. loco.

P- post.
pr., sec, tert. primum, secundum, tertium.
pen. penultimum.
prfpm. prxinittit.
pr. m. ou man. prima manu.
sec. m. secunda manu.
rell. reliqui.
s, sive.
s. ou ss. (précédés d'un chiiTre) versiculus sequens ou çersiculi sequentes.
se. scilicet.

sim. similiter.
EXPLICATION DES SIGNES.

sq. veut dire sequeiis.


tôt. — totuin.
ult. — ultimum.
une. incl. — lÎiicis includit.

Exemples : D'après ces explications :

Les variantes de

1.

(EF: '
EF* :

se liront donc
lit;

).
.*
5.

:
la page

-EF: (pro
16, qui sont

).. *: ,
2.
:

xîj . .3. ': . ; 4. ':

;
f. 1.
omettent f. 2..—
Les éditions d'Aide et de Complule omettent
Le manuscrit d'Alexandrie
Le manuscrit du Vatican et celui du Sinaï portent
'. Certains manuscrits
porte xvj y. 3.
y. 4. Le manuscrit . —
). —
portent '
d'Alexandrie (et non l'édition) porte
). —
et de Complute i)ortent (au lieu de
(les éditions d'Aide et de Complute

. 5. L'édition du manuscrit d'Alexandrie et les éditions d'Aide


).
Certains manuscrits omettent .
Dans ce tome quatrième, le texte grec des Septante a été revu par M. l'abbé Nau,
professeur à l'Institut catholique de Paris, qui a également relevé les variantes et
noté les divergences qui existent entre le texte hébreu, le texte grec et la Vulgate.
— Les références placées entre le texte de la Vulgate et la version française ont
été colligées par M. l'abbé Martel, chanoine de Fréjus, aumônier de l'hôpital
d'IIyères. — Tout ce qui regarde l'agencement du latin et du français, les divisions

et annotations, est dû à M. l'abbé Igonel, second vicaire de Saint-Germain des Prés,


à Paris.
LES PSAUMES

INTRODUCTION

AU LIVRE DES PSAUMES

ignore par quel iionr les anciens Hébreux désignaient la collec-

Psaumes. Aujourd'hui on lui donne, dans la Bible

,
tion des
hébraïque,

d'où notre mot de Psaumes.


signifie toucher d'un instrument à cordes, et
le titre

titulèrent leur traduction des Thehillim,

ainsi joué a"ec ou sans accompagnement de la voix.


,
de Thchillltn, louanges. Les Septante in-

,
ou
dans les auteurs grecs,
le poème ou l'air qui est

Le nombre des Psaumes, selon témoignage constant de tous les anciens


le

auteurs, est de cent cinquante. Il dans le classement, quel-


existe d'ailleurs,
ques différences qui proviennent de ce que les divisions n'étaient pas primitive-
ment marquées dans les manuscrits. La Aversion grecque et notre Vulo-ate
joignent ensemble les Psaumes ix et x, cxiv et cxv de l'hébreu; elles par-
tagent le Psaume Psaumes cxiv et cxv, et le Psaume
cxvi, dont elles font les
CLVii, dont elles font les Psaumes cxlvi et cxlvii. Ces A^iriations, qui ne
portent que sur la coupure, pour ainsi dire, des poèmes, sont du reste sans
importance sérieuse; elles n'atteignent pas le fond des choses.
La tradition juive, constatée par le texte même de l'Ecriture par la tradi-
et
tion des Pères, partageait les Psaumes, comme le Pentateuque, en cinq livres.
La fin des quatre premiers est indiquée, dans le texte, par une doxoloo-ie pla-
cée Psaumes xl, 14; lxxi, 19; lxxxviii, 53 et cv, 48.
Les versets que nous
venons d'indiquer n'ont, la plupart, aucune liaison avec les Psaumes auxquels
ils sont attachés ils marquent simplement la fin d'un recueil.
;

L'Eglise reçut certainement le Psautier des mains des Juifs non seulement ,

comme une partie de la Bible, mais aussi comme un livre liturgique, dont la
Synagogue se servait régulièrement dans les assemblées religieuses. Tout le
monde en admet l'authenticité, entendue dans ce sens.
Tous les Psaumes, à l'exception de trente-quatre en hébreu (vingt dans la
Vulgate), ont un titre qui nous fait connaître soit leur auteur, soit leur nature
BICLE POLYGLOTTE. — T. IV. J
INTRODUCTION AU LIVRE DUS PSAUMES.

et la manii-re dont devaient (Hre chantés, soit la circonstance historique dans


ils

laquelle ils ontr-té composés, soit toutes ces choses à la fois. Ce titre n'est pas
toujours absolument semblable dans le texte héijreu et dans les Septante ou la
Vulgate.
L'autorité des inscriptions placées en tète des Psaumes n'est pas acceptée
par tous les critiques. L'absence de titre dans plusieurs Psaumes est au moins
une présomption en faveur de la valeur des titres qu'on lit en tète des autres,
car il faut qu'on ait eu des motifs sérieux d'en donner aux uns, sans en donner
à tous.
Quelques Pères ont attribué tous les Psaumes à David, mais le style, le con-
tenu et les titres mêmes de ces chants sacrés nous apprennent qu'ils sont
d'auteurs et d'époques divers, comme le reconnaît expressément le Talmud.
David est le principal et le plus grand poète lyrique d'Israël. Ses chants se
distinguent par la douceur, la tendresse, la grâce et la profondeur du senti-
ment. Sa note est ordinairement plaintive plusieurs de ses chants commencent
:

par une sombre peinture de sa désolation et de ses souiîrances, mais ils se


terminent par d'admirables élans de confiance en Dieu. Son amour pour Dieu
et pour le tabernacle où il réside éclate en transports qui s'élèvent parfois jus-

qu'au sublime, comme dans le Psaume xvii. Il a composé une grande partie des
Psaumes que nous possédons et il mérite bien le nom de Psalmiste qui lui est

donné par excellence.


Les titres des Psaumes en attribuent douze à Asaph. Quelques-uns d'entre
eux sont d'excellents poèmes didactiques. Asaph était un des principaux musi-
ciens de David. Tous les Psaumes qui portent son nom ne sont pas, du reste,
son œmre, mais celle do l'un de ses descendants ou bien d'un autre Psalmiste
qui s'appelait comme lui.

Onze des plus beaux Psaumes sont attribués aux enfants de Coré. L'auteur
n'est pas désigné individuellement, excepté dans le Psaume lxxxvii, com-
posé par Éman l'Ezrahite.
Le Psaume lxxxxiu a pour auteur Éthan l'Ezrahite, un des chantres de David,
comme Eman.
Divers autres auteurs ont également composé des Psaumes.
Le plus ancien des Psaumes, le lxxxix", porte le nom de Moïse les plus ;

récents sont du temps d'Esdras ou des ^lachabées. Ceux qui ont David pour
auteur, datent du xi^ siècle avant notre ère. Quelques-uns de ceux qui sont
inscrits sous lenom d'Asaph et des enfants de Coré, à plus forte raison les ano-
nymes, sont d'époque incertaine. La plus grande partie des Psaumes gra-
duels, cxix-cxxxiii, sont postérieurs à la captivité. Les Psaumes cxlvi-cl ont
été probablement composés pour la fête de la restauration des murs de Jéru-
salem, du temps de Néhémie. D'après beaucoup de modernes, plusieurs
Psaumes ont été composés après cette date, à l'époque des Machabées.
Le premier des cinq livres des Psaumes, qui est exclusivement davidique, a
été; probablement formé par le saint roi lui-même. Le second, en partie davi-

dique, en partie lévitique, a été compilé, d'après plusieurs critiques, du temps


INTRODUCTION AU LIVRE DES PSAUMES.

(rÉzéchias. Nous ne pouvons dire à quelle époque ont été faites les collections
des chants renfermés dans les livres III et IV, mais c'est vraisemblablement
avant Esdras. C'est Esdras lui-même, ou un collectionneur inconnu, d'une
date postérieure, qui a recueilli les Psaumes réunis dans le livre V.
Le Psaumes est Dieu et l'homme en face de Dieu Dieu
sujet ordinaire des :

dans sa grandeur, sa bonté, sa miséricorde, ses bienfaits, sa justice; l'homme


dans sa faiblesse, sa petitesse, sa misère, ses inlidélités et le besoin qu'il a du
secours de son Créateur.
Le premier mouvement du Psalmiste le porte toujours vers Dieu. Non seule-
ment Dieu occupe la plus large place dans ces chants mais sur cent cinquante ;

qui composent la collection, il n'y en a que dix-sept où il ne soit pas nommé


dès premier verset. L'union habituelle
le et la plus intime avec Dieu, tel est le

caractère le plus saillant des Psaumes.


Après Dieu, c'est de l'homme surtout qu'il est question dans la poésie lyrique
des Hébreux, non pas de l'individu en particulier, mais de l'homme en général.
David ne parle pas seulement en son nom il parle au nom de l'humanité en-
;

tière, chante les vers du poète hébreu, comme


et lorsque l'univers chrétien
exprimant ses propres sentiments et ses propres pensées, il ne fait que s'appro-
prier ce qui a été fait pour lui. Quoique l'auteur ait souvent composé ses can-
tiques à l'occasion d'événements particuliers, il n'en a pas moins franchi les
bornes étroites de l'horizon de la Palestine jusque dans les Psaumes les plus
:

personnels, il a parlé au nom de tous. Quand il célèbre sa victoire sur Goliath,

Psaume cxliii, il ne dit point à Dieu :

Que suis-je, Seigneur, pour que tu penses à moi?

Mais s'élevant bien au-dessus de sa personnalité, il s'écrie :

Seigneur! qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui,


Le iils de l'homme, pour que tu t'occupes de lui?
L'homme, qui est semblable à un souffle.
Dont les jours sont comme l'ombre qui passe. ^^y. 3-4.

Cette largeur de conception et de vues est d'autant plus frappante, que la


langue dont il se sert est plus rebelle auxjgénéralisations. Les idées générales

et abstraites semblent ne pas exister pour la langue hébraïque, mais le génie


du Psalmiste sait lui donner ce qui lui manque il oppose sans cesse dans ses
;

chants la petitesse et la misère de l'homme à la grandeur et à la perfection de


Dieu :

Quand je regarde ton ciel, l'œuvre de tes doigts,


La lune et les étoiles que tu as faites,
Qu'est-ce que l'homme pour que tu te souviennes de lui.

Le fils de l'homme, pour que tu prennes soin de lui ? Psaume \ni, 4, 5

Ces admirables vers, ([ue nous Hsons dans le Psaume viii, l'un des poèmes
les plus achevés et dans aucune littérature an-
les plus parfaits qui existent
cienne ou moderne, nous les retrouvons sous une autre forme dans plusieurs
INTRODUCTION AU LIVRE DES PSAUMES.

autres passages de nos chants sacrés, où la créature est mise également en con-
traste avec son Créateur.
Mais Psalmiste ne se contente pas de parler ainsi de l'homme en général,
le

il étend plus loin ses généralisations. Quand


il demande à Dieu déjuger et de

punir ses ennemis, sa pensée, d'un vol hardi, enveloppe dans sa prière tous les
peuples qui font la guorro au Seigneur. Il veut se venger des Philistins, et il
réclame de Dieu l'abaissement, non pas seulement des habitants de Geth, mais
de tous les Gentils :

Échapperont-ils au châtiment de leurs crimes ?

Dans ta colère, ô Dieu, terrasse les Gentils. Psaume lv, 8.

Dans les chants de David, le juste et le pécheur, le bon et le méchant, le

o-rand et le petit, le riche et le pauA^^e deviennent ainsi des caractères généraux,


et c'est de la sorte qu'il et agrandit le champ de la poésie gnomique
développe
qui devait prendre un grand élan sous son fils Salomon.
si

Un autre caractère des Psaumes, très important à noter, c'est que l'homme
qui est placé en face de Dieu dans ces chants sacrés est souvent le Dieu-
Homme, le ISIessie, représentant de l'humanité auprès de son Père; leur auteur
parle fréquemment au nom de Jésus-Christ, ou au moins en termes qu'on
peut lui appliquer. Dieu, en faisant du Psalmiste l'interprète des sentiments de
l'humanité, l'a fait par là même l'interprète des sentiments de son Fils, qui est
le second Adam, l'homme par excellence c'est ainsi que le cri de David s'est
;

trouvé tout à la fois le cri par excellence du Messie et de la nature humaine.


« Celui qui sait combien il y a de flots dans la mer et combien de larmes

dans l'œil de l'homme celui cjui voit les soupirs du canir quand ils ne sont pas
;

encore, et qui les entend encore, quand ils ne sont plus; celui-là seul pourrait
dire combien de pieux mouvements, comljien de vibrations célestes a produit
et produira dans les âmes le retentissement de ces merveilleux accords, de ces
cantiques prédestinés, lus, médités, chantés à toutes les heures du jour et de
la nuit, sur tous les points de la \'allée des larmes. Ces Psaumes de David sont
comme une harpe mystique suspendue aux murs delà vraie Sion. Sous le souffle
de l'Esprit de Dieu, elle rend des gémissements infinis qui, roulant d'écho en
écho, d'âme en âme, réveillant dans chacune d'elles un son qui s'unit au chant
sacré, se répandent, se prolongent et s'élèvent comme runiverselle\^oix du re-
pentir». (M^' Gerbet).
« [David] est le premier des poètes du sentiment, dit Lamartine ; c'est le roi
des lyriques. Jamais la fibre humaine n'a résonné d'accords si intimes, si péné-
trants et si graves! jamais la pensée du poète ne s'est adressée si haut et n'a
crié si justejamais l'âme de l'homme ne s'est répandue devant l'homme et
!

devant Dieu en expressions et en sentiments si tendres, si sympathiques et si


déchirants! Tous les gémissements les plus secrets du cœur humain ont trouvé
leurs voix et leurs notes sur les lèvres et sur la harpe de cet homme ! et si l'on
remonte à l'époque reculée où de tels chants retentissaient sur la terre; si l'on
pense qu'alors la poésie lyrique des nations les plus cultivées ne chantait que
INTRODUCTION AU LIVRE DES PSAUMES.

le vin,ramour, le sang, et les victoires des Muses et des coursiers dans les
jeux de l'Élide, on est saisi d'un profond étonnement aux accents mystiques du
roi-prophète, qui parle au Dieu créateur comme un ami à son ami, qui com-
prend et loue ses merveilles, qui admire ses justices, qui implore ses miséri-
cordes, et semble un écho anticipé de la poésie évangélique, répétant les
douces paroles du Christ avant de les avoir entendues. [Personne ne peut] re-
fuser au poète-roi une inspiration qui ne fut donnée à aucun autre homme Li- !

sez de niorace ou du Pindare après un Psaume Pour moi, je ne le peux plus »


! !

« David est le prince de la prière et le théologien de l'Ancien Testament, dit

Lacordaire. C'est avec ses Psaumes ([ue prie l'Église universelle, et elle trouve
dans cette prière, outre la tendresse du cœur et la magnificence de la jjoésie,
les enseignements d'une foi qui a tout su du Dieu de la création, et tout prévu
du Dieu de la rédemption. Le Psautier était le manuel de la piété de nos pères ;

on le voyait sur la table du pauvre comme sur le prie-Dieu des rois. Il est en-
core aujourd'hui, dans la main du prêtre, le trésor où il puise les aspirations
qui le conduisent à l'autel, l'arche qui l'accompagne aux périls du monde,
comme au désert de la méditation.
»Nul autre que Da\ad n'a mieux prié; nul autre, préparé par plus de mal-
heurs et plus de gloire, par plus de vicissitudes et plus de paix, n'a mieux
chanté la foi de tous les âges, et mieux pleuré les fautes de tous les hommes.
Il est le père de l'harmonie surnaturelle, le musicien de l'éternité dans les tris-

tesses du temps, et sa voix se prête à qui la veut pour gémir, pour invoquer,
pour intercéder, pour louer, pour adorer... Empruntez cette voix dont l'Eglise
a fait la sienne, et qui, depuis trois mille ans, porte aux anges les soupirs et la
joie des saints... Il n'y a pas dans la vie de l'homme un péril, une joie, une
amertume, un abattement, une ardeur, pas un nuage et pas un soleil qui ne
soient en David, et que sa harpe n'émeuve pour en faire un don de Dieu et un
souille d'immortalité (1) «.

La traduction latine des Psaumes dans notre Wdgate est d'une main incon-
nue. Elle a été faite, non sur l'original hébreu, mais sur la version grecque des
Septante (2). Elle ne manque ni d'énergie, ni d'une certaine saveur, mais
comme le Psautier grec qu'elle traduit est défectueux et l'œuvre d'un ou de
plusieurs traducteurs inhabiles qui ne savaient bien ni le grec ni l'hébreu, elle

en reproduit les défauts et rend inexactement le sens d'assez nombreux pas-


sages qui seront signalés dans les divergences. Malgré les imperfections de
ce texte, les prêtres et les laïques qui le savaient par cœur ne purent se ré-
soudre à l'abandonner quand saint Jérôme fit une traduction nouvelle des
Psaumes, très supérieure à l'ancienne, et c'est ainsi que l'usage s'en est con-
servé jusqu'à nos jours.

(1) Sur le caractère do la poésie hébraïque, voir la note 2 à la fin du tome troisième, p. 825.
(2) Il résulte de là qu'il y aura peu de divergences k signaler dans les Psaumes entre les Sep
tante et la Yulgatc.
OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES

Ces observations ont pour but de nous faire éviter, dans les notes explicatives du
texte sacré, une foule de redites qui, sans elles, seraient absolument inévitables, et
qui ne pourraient manquer de fatiguer le lecteur.

I. Quand Psalmiste lance des malédictions et des imprécations contre ses en-
le

nemis, quand il demande à Dieu de les punir et de les faire périr avec toute leur pos-
térité, il n'est nullement animé de l'esprit de vengeance car 1° S'il eût été, comme
: :

on le suppose, un homme haineux, emporté et vindicatif, aurait-il épargné Said, qui


machinait sa perte ? aurait-il vengé et pleuré amèrement sa mort? aurait-il vengé
aussi celle d Isboseth. et recherché dans tout Israël quelqu'un de la famille de ce
prince, son ennemi déclaré, pour le combler de bienfaits? Aurait-il pardonné si
généreusement à Séméi, qui l'avait outragé de la manière la plus atroce? Ainsi on
a toute raison de penser que ces imprécations ne procédaient pas d'un sentiment
de vengeance, mais d'un grand zèle pour la gloire de Dieu que ses ennemis outra-
geaient. Fallùt-il une nouvelle preuve de notre assertion, nous la trouverions dans
ces deux passages des Psaumes mêmes « Est-ce que je ne haïssais pas. Seigneur,
:

ceux qui vous ha'issent, et à la vue de vos ennemis, ne séchais-je point de douleur?
Je les ha'issais d'une haine entière (Ps. cxxxviii. 21. 22 ... Si j'ai rendu le mal à
ceux qui m'en avaient fait, que je tombe sans défense devant mes ennemis, je l'ai
mérité. Que l'ennemi poursuive mon âme. qu'il l'atteigne, qu'il me foule vivant
contre terre et qu'il ensevelisse ma gloire dans la poussière ». (Ps. vu. 5, 6.j
2*• Saint Chrysostome et saint Augustin, suivis de plusieurs interprètes, pensent
que ces imprécations ne sont pas réelles, mais qu'elles n'expriment que de simples
prophéties énoncées dans la forme imprécatoire. Il est certain que quelques-unes
au moins peuvent très bien s'expliquer de cette manière. Un cœur si bon, une âme
aussi généreuse, ne peut avoir formé ces désirs de vengeance; c'est une prédiction
que lui suggère l'Esprit-Saint dont il est animé le même Dieu qui l'associera un
;

jour à son jugement veut bien avancer à son égard l'exercice de ce pouvoir, en le
chargeant d'annoncer de sa part les arrêts de sa justice contre les méchants.
.3° Plusieurs de ces imprécations ne sont que conditionnelles, et ne renferment le

souhait d'un mal qu'autant que le coupable ne se corrigera pas, mais qu'il persé-
vérera dans son iniquité.
4° Les maux que paraît souhaiter le Psalmiste n'ont pas pour objet la ruine per-

sonnelle du pécheur, mais se rapportent quelquefois à sa propre correction :

« Remplissez leurs faces d'ignominie, et ils chercheront votre nom. Seigneur ».


Pu. Lxxxii, 17.) D'autres fois ils se rapportent au bien général de la religion et de la
société. Le prophète, brûlant de zèle pour la gloire de Dieu, craignait que si la
OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES.

prospérité et les persécutions des méchants persévéraient, les justes ne fussent dé-
couragés, riionneur de Dieu ne fût compromis et la religion ne souiTrît un notable
dommage; ce qui paraîtra évident à quiconque jettera un simple coup d'œil sur les

prophéties de Malachie. Le Psalmiste à Dieu que par sa puissance il


demande donc
veuille bien réprimer les efforts des méchants. Or, c'est ce que demande l'Eglise
chrétienne elle-même, quand elle prie contre ses persécuteurs et quand elle ordonne
des prières contre les ennemis de l'État. Il faut encore bien remarquer que les enne-
mis de David ne s'attaquaient pas à lui personnellement, mais à Dieu qui l'avait établi
dans sa théociatie, et dont il était le vice-gérant, et à tout le peuple hébreu dont il
était le chef. Ainsi, sans faire attention à ses injures particulières, qu'il était disposé
à pardonner, il considérait dans ses persécutions l'homme de Dieu, dont il tenait la
place, et le bien de l'État dont il était le roi. Ainsi, ce n'était pas par le sentiment
d'une vengeance particulière, mais par le zèle de la gloire de Dieu qu'il désirait
l'humiliation et l'extermination de ses ennemis.
5° Le prophète ne parle pas en son nom propre, mais au nom de Dieu qui l'inspire

et dont il est l'organe. Or répugne-t-il aux attributs de Dieu qu'il souhaite de


tirer vengeance de tout homme qui refuse opiniâtrement de se soumettre à sa vo-
lonté? Ce désir n'est-il pas lié avec l'amour de l'ordre et de la justice dont il ne
saurait se départir? Mais, si ces sentiments peuvent se supposer en Dieu, pourquoi
paraîtraient-ils choquants dans celui qui n'est que son interprète, qui ne fait que
déclarer au dehors ce qu'il lui révèle au dedans? N'oublions pas que les saints pro-
phètes eurent aussi les sentiments de Dieu même. Plus ils sont remplis de son
amour, plus ils haïssent et détestent tous les crimes qui attaquent sa sainteté infinie ;

et Dieu leur découvrant par sa lumière divine l'endurcissement et l'impénitence des


méchants, et la résolution infiniment juste où il est de les punir, ils entrent dans les
sentiments de sa justice vengeresse, ils les approuvent et désirent la punition des
coupables, mais ils la désirent comme Dieu lui-même, c'est-à-dire sans passion,
sans mouvement de haine, sans emportement décolère, par le seul amour de l'ordre
et de la justice éternelle.
()° Enfin, il faut se rappeler que ces imprécations sont exprimées dans un style
poétique, style beaucoup plus véhément et plus hyperbolique chez les Orientaux
qu'il ne l'est parmi nous, dont l'imagination infiniment plus froide et plus calme
ne se permet pas toutes ces exagérations.
11. L'Écriture, comme l'a remarqué une langue particulière, et
saint Augustin, a
ceux qui n'en ont pas appris les règles, ne pouvant l'entendre qu'avec beaucoup de
peine, se trouvent embarrassés quand ils veulent l'expliquer Scriptura nostra
:

qnomodo loqiiitur, sic intelligenda est : habet linguam siiam; qiiicamque haiic lin-
giiam nescit, turhatur [Tract. in Joan., c. ii). En effet, les écrivains sacrés étant
originairement hébreux ou hellénistes, c'est-à-dire Grecs hébraïsants, nous ont
transmis les Livres Saints avec toutes les locutions et toutes les expressions propres
à la langue hébraïque. D'un autre côté, ceux qui les ont traduits de l'hébreu en
grec, ou du grec en latin, n'ont presque rien changé à ces idiotismes. De là ces hé-
braïsmes et ces héllénismes sans nombre, qui arrêtent presque à chaque pas le lec-
teur étranger à la connaissance de la langue sainte. La Vulgate latine surtout, qui
assez ordinairement imite avec fidélité la concision du texte original, devient sou-
vent par là même inintelligible, principalement dans le livre des Psaumes. Aussi
est-ce pour faire mieux comprendre le sens de cette version à ceux de nos lecteurs
qui n'ont aucune connaissance de la langue hébraïque, que nous signalons ici les
8 OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES.

hébraïsmes principaux, les mêmes que saintAugusLinreg-ardait comme si nécessaires


à connaître pour bien entendre l'Écriture, qu'il exhortait tous ceux qui l'étudiaient, à
les apprendre et à se les rendre familiers [De Doct. Christ., lib. III). Par ce moyen
d'ailleurs, nous serons dispensé de les expliquer dans les nombreux passages où
ils se rencontrent. Or parmi ces idiotismes de
la langue sacrée, les uns regardent

plus particulièrement les noms, soit substantifs, soit adjectifs, soit pronoms, les
autres les verbes, d'autres enfin les particules, c'est-à-dire l'adverbe, la préposition,
la conjonction et l'interjection.
1"Les Hébreux, n'ayant point dans leur langue de genre neutre, le remplacent le
plus ordinairement par le féminin. Or l'auteur de la Vulgate se conforme quelque-
fois à cet liébra'isme. —
Les noms abstraits se mettent très souvent pour les con-
crets. — La répétition d'un même substantif oxx môme cas avec ou sans la conjonc-
tion et, indique ordinairement ou l'universalité, ou un grand nombre, une multitude,
ou une différence, une diversité dans l'espèce, ou enfin la vivacité du sentiment de
celui qui parle. L'ensemble du discours fait distinguer facilement, dans chaque
phrase, quel est celui de ces divers sens qui lui est propre. INIais quand le substan-
tif répété est mis la seconde fois au génitif, il tient lieu de superlatif, comme on va

le voir un peu plus bas. —


Les adjectifs sont souvent remplacés par un substantif
précédé d'une préposition. —
Les adjectifs qui indiquent une possession, une ma-
nière d'être, une habitude, et qui dans nos langues modernes sont pour la plupart

dérivés du substantif dont ils indiquent la possession, se trouvent quelquefois rem-


placés par les mots fils, homme [filius, vir). —
Le positif se met souvent pour le
comparatif mais alors ce
;
positif est suivi de la particule guàm. —
Le comparatif
s'exprime en hébreu par le positif suivi de la particule mîn, qui signifie plus que
[prse] mais, comme cette particule signifie aussi de [ab, ex), la Vulgate la rend quel-
;

quefois dans ce dernier sens, lors même qu'il s'agit d'un comparatif. — Le superlatif
s'exprime ou par les particules beaucoup, excessivement, extrêmemejit, ajoutées à
l'adjectif, ou par un substantif répété et mis, la seconde fois, au génitif, ou enfin par

leTiioiDieu qu'on joint au substantif; mais dans ce dernier cas, c'est le superlatif
porté à sa plus haute puissance et qui doit se rendre en français par le plus, le
plus possible. —
Quant aux nombres, le singulier se met souvent pour le pluriel.
— Les cas se mettent également l'un pour l'autre, sans égard pour la concordance
latine. —
Le //^////" se met souvent d'une manière absolue, c'est-à-dire comme
détaché de la proposition, quoique son usage propre suit d'en caractériser le sujet.
Cet hébra'isme n'est point un pur pléonasme, comme plusieurs l'ont prétendu; il
a pour but d'attirer l'attention principalement sur l'idée exprimée par le nominatif
absolu, d'en faire l'objet dominant de la pensée de l'écrivain sacré. Le génitif mar-
que assez souvent ou la fin qu'on se propose, ou l'effet qui est produit, ou le sujet
dans lequel ou bien auquel on attribue quelque chose ou enfin la ressemblance.
Le datif se met quelquefois pour la préposition contre [adversus, contra), et quel-
quefois aussi pour de, touchant, au sujet de [de), h" accusatif se prend souvent
d'une manière adverbiale; souvent aussi il est remplacé par la préposition /is [in]

avec l'ablatif, genre d'hébraisme qui a pour but de donner à l'idée renfermée dans le
verbe plus de force et d'énergie. Le vocatif eiV ablatif [\\
que des idiotismes
faciles à comprendre, nous les passons sous silence. —
Tout pronom exprimé,
quoiqu'il soit implicitement renfermé dans le verbe, doit être autant que possible
rendu dans une traduction, parce qu'il donne au discours une force et une énergie
qui disparaîtrait entièrement si on n'en tenait pas compte. Le pronom possessif,
OBSERVATIONS PRELIMINAIRES.

qui a le plus ordinairement une significatiun active, se prend fréquemment dans le

sens passif.
2° Lorsqu'un ('e/'èc actif, au lieu de rég-ir Faccusatif. se joint à son complément

par l'intermédiaire d'une préposition, il donne à laction qu'il exprime une nouvelle
force et plus d'énerg-ie. —
Plusieurs verbes qui indiquent une chosci comme posi-
tive, ne signifient réellement que dire, déclarer, publier cette chose. Quand deux

verbes de même temps ou de môme mode sont joints ensemble par la conjonction
et, le second exprime quelquefois le complément du premier et représente l'infini-
tif. D'autres fois le premier tient lieu d'un adverbe, ce qui arrive principalement

quand ce premier verbe est ajouter [addere, adjicere) ou d'autres qui ont une signi-
fication analogue. Quand un même ('erôe est répété plusieurs fois ou (juil est joint
à un nom ayant le môme sens que lui, l'action qu'il exprime devient plus forte et
plus énergique, et le nom lui-même répond alors à l'idée de tout à fait, entièrement,
absolument, parfait s'emploie assez souvent pour \e présent dans les choses
etc. he.

qui ont coutume de se faire, c'est-à-dire dans les propositions générales dont la vé-
rité ne dépend d'aucune circonstance de temps; pour le futur, soit dans les prédic-

tions et les promesses prophétiques, où les choses prédites et promises sont en-
visagées par l'écrivain sacré comme déjà accomplies, ou bien se passant sous ses
yeux, soit quand il une proposition dépendante d'une première.
se trouve dans —
Le futur s'emploie comme le prétérit pour le présent dans les propositions géné-
rales dont la vérité est indépendante de toute circonstance de temps; pour Vimpar-
fait, et lors([ue le verbe renferme implicitement les idées de devoir et de coutume.
— Quand un verbe se trouve construit avec un complément qui ne lui convient
pas, ce genre de construction indique qu'un autre verbe auquel appartient le com-
plément est sous-entendu et que celui qui est exprimé réunit la signification de ce
verbe sous-entendu à la sienne propre. La nature de la proposition, aussi bien que
la construction elle-même, suggèrent facilement à l'esprit la signification du verbe
sous-entendu.
3" Les particules avant que, jusqu'à, jusqu'à ce que, ne signifient pas toujours
que du verbe qui les précède, finit, se termine au moment où commence
l'action
celle du verbe qui les suit, La négative non, jointe à tout [omnis], signifie /?rts un,
aucun [nullus]. La préposition de [ab, ex) a quelquefois le sens déplus que, en compa-
raison de [plusquàm, prcv). Voyez ce que nous en avons dit au n° i", au sujet du
comparatif. ^ ^ ^
J.-B. Glaire.
-

,
'
•, •
Â>y

)
, '/»
*

L^ÂÂ'
.
tnt

-

iy
&
. -
7is(fvrtvati'or
f'
y.ai

•*
A'.

avrov
Kui (
-
,
•.
èv

-
'
-
)'
y--:,-

AT

•.:•.•
-•
D

-
J

>
^)
11

:
''

• -\.

J
?

»•••-:

:
^
:•
vjv


••

:
J••

a'^rùj"!

1-
:

-

-

:
:

, --
/' , ,'
. (fvKKov
jioiîj
Ôo)
y r f
• : : :

--
. ntD"''-nt2:x bbi bis-'-xb ir;b::?i
*

( , .
Î rs'b?!

. .-
ojç
''
/<

, -ij ^"
'.
a^>'îi3n

• •
-
rop^-xbos-bsJtm-T^ssw
j-~: (- • - : : • -
ri

; /' ^,
/
» .• : W - '
••.- ... :\. -
-J••
...

, '/^ ,--
* Îf

,
- 1" J• ;

.
.^
'^

-^rr»^ a^^sb^ B^iD» ^,^^ n"/2b

. :
• •.. : • - :
-

irpu:"/û-b3?"i nin^'-b^- ^''-^^Di:


.).
:
- • : : : -at .


I

inscr. \: {. \: ' ':


..
.
4. EF:
'<))•

:.
. EFf
'.\. : (.^)
. : araoT.
(ab in.) ^. . (:
...

: 2. AR'X'f { ^.'.
{.)
1,4. yi::= "»

1. ). Des impies. Hébreu : « des mcch.ints ». — Dans


la chaire de peslilenc. Hélireu : « dans rassemblée
(séance) des mo((ueurs ».
2. La volontc. Hébreu « le plaisir ». :

3. PvÎ's des courants des eaux. Hébreu « sur les :

divisions des eaux prés des canaux) ". Septante :

« prés des conduites des eaux ». A'e tombera —


point. Hébreu " ne se llélrira point ». :

4. Non, il n'en est pas ainsi ii'csl\^as dans l'hébreu.


— La poitssih-e. Hébreu » la balle (du blé) ». :

De la face de la terre n'est pas dans l'hébreu.
:>. Ne ressusciteront pas au jugement. Hébreu :

« ne subsisteront pas dans le juiieiiicnt ».


II. 2. Hébreu
« (pourquoi) les rois de la terre
: se
sont-ils assemblés et (pourquoi) les princes se sont-
Arbres p^antrs ;iu Cf. :•,). (D'après Layard). ils réunis contre Jahvéh et contre son Oint? »
.AA.^J^AAAA-^AaAi^
LIBER PSALMORUM LE LIVRE DES PSAUMES

Pgalnius I. Psaume I.

non ubiit in f-nnsilio Keatu» 1 Ilcni'cux riioiiiiiic ((iii n'est pas alli'• au
1
Boâtns vir, qui
[conseil des impies,
J'.'.'li'''"'"'"• v"ull., arrêté dans la voie des
et in Via poccatdiMuu non stetil. 127.1. qui ne s'est jias
Job, 21, 16; [l)écheurs,
et in câthodra postili'nli.i• non scdit : qui ne s'est i)as assis dans la chaire de
rrov.^s'.u-is.
Ps." 25,4. [pestilence:
- scd in logeDomini voliintascjiii Jer. 15, 17. '-
mais dont la volonli'• est dans la loi du
Ps. 111, 1.
[Sei.ïneur,
Deut. 6, 7.

l't in iofio ojns die ac


moditâbitnr Jos. 1, s. et qui niiVlito cette loi le jour et la nuit.
[noctc.
"
Et orit tanqnam lisnnm, qiiod plan- ^ Il sera comme
l'arbre planté près des
^-''^^J"^"'"
[tâtiini est secus dociirsus aquaruni, ..Ivum.
[courants des eaux,
qnod IVuctnm suuin dabit in ti'nii)oro qui donnera son fruit en son temps;
^^ ^^
[suc: Jer. 17, s'.
et foiium ejns non (U'-lUiot : .
ecc1i.4,
47, i2.
u.
et sa feuille no tombera point;
et (Jinnia ('puecuiuque lâciot prospora- et tout ce qu'il l'era prospérera.
[buntur.
'•
Non sic iinpii, non sic :
* Il n'en est pas ainsi des impies; non, il
Miser [n'en est pas ainsi,
inipius.
sod tanquaia juilvis, qiUMii pn\jicit mais sont comme la poussière que le
ils

[vcntiis a IVicio t(MTa^ [vent emporte de la lace de la terre.


""^["^'ijI'is
• Idoo non rosiirjiont iuipii in jiidicio : soph.'2, 2.
''
C'est pourquoi les impies ne ressusciteront
Pe. 148, 1. [pas au .jugement,
...... Sep. 5, 1-24.
iipqno pcccaturos conciuo m justornin. job, a.f, 10.
ni les pécheurs dans l'assemblée des .justes.
'•
Qiioniani novit Dominns viam jiisto- oen. is, la.
<'
Parce que le Seigneur connaît la voie des
[justes,
rt itor inipioruni poribit. et la voie des impies périra.

Psalmns II. Psaume II.

'
(Jnai'O fronuKM'unt gentcs. *^'i"eo'"
1 Pourquoi les nations ont-elles fn-mi,
et p(ipuli ineditâti sunt inânia :'
obsisumt et les peuples médité des choses vaines?
- AdstitiTunt reg-es toriw, îrentes. - Les rois de la terre se sont levés,
et luiiirincs conviniérunt in unnni ^J:^•'}:'?' et les princes se sont ligués
adversus Doininnm, advcrsns clins- Ap. 17, is.
et contre le Seigneur et contre son Christ.
[tum ejns. Ps. 30, 14.
Dirumpânuis vincula oi'irnm ^j^r^^o."'
:
3 Rompons leurs liens, ont-ils dit.
(»t ))rojiciàinus a nobis .juguin ips('>nini. luo! ïà.'u. et rejetons loin de nous leur joug •.

Livre phemieh. — Psaumes I-XL•. de David. Les Apôtres dans


les anciens Pères grecs et latins, les anciensrabbins.
le Nouveau Testament,

Ce premier Psaume n'a de litre, ni dans l'hé-


I. les interprètes chrétiens, tous s'accordent à dire que
In'eu, ni dans les Septante; mais les Pères srecs et ce Psaume se rapporte au Messie. Il est 1res sou-
latins, de inénie (|ue les rabbins, l'attribuent com- vent cité dans le Nouveau Testament. Les Actes, iv,
munément il David. Il sert d'introduction générale 2o-:2S, indiquent l'accomplissement de i-'2 dans la
il toute la collection des chants inspirés. coalition des Juifs et des Gentils contre .lésus-Christ.
t-3. Bonheur du juste, qui évite le mal et observe Hébreux, i, et v. "i, cite 7 comme preuve de la géné-
.'i

la loi, c'est-à-dire pratique le bien. ration éternelle du Verbe. Cf. Actes, xiu, 33 et Ro-
I, 5, 6. Dans le style des Hébreux les impies sont mains, 1. i. Le nom de Messie ou Christ et celui de
ce que nous appelons les méchanls en général; de Fils de Dieu, Jean, 1. i?) et Matthieu, xxvi. (i'5. qui
là vient que chez eux les justes et les impies sont étaient les noms i):u• lesquels on désignait ordinai-
ce que nousnommons les bons et les méchants. . rement chez les .luil's. du tem|)S de Notre-Seigneur,
-6. Malheur du pécheur. le grand roi qu'ils attendaient, viennent de ce
5. Les impies ne ressusciteront pas. Le mot hébreu Psaume et de Daniel, ix, 2.". L'Apocalypse, xix, 13; xn,
que la Vulgate traduit par résurgent serait mieux 5; II, 5, nous montre Jésus-Christ gouvernant les na-
rendu par slabunt; on ne peut donc pas conclure tions avec une verge de 1er.
de ce verset que les pécheurs ne ressusciteront pas 1-3. Les Gentils veulent en vain se révolter contre
au dernier jugement. Dieu.
Cette brusque interrogation, Pourquoi, indique
1.

II. Ce Psaume n'a, comme le premier, aucun titre que les complots des rois de la terre sont sans rai-
dans l'hébreu, ni dans la Vulgate, ni dans la plupart son et seront sans succès. A quoi bon?
des exemplaires des Septante; quelques-uns seule- -2-3. Ces deux versets expriment lercsultat des déli-

ment, soit grecs, soit latins, portent en tête Psaume : bérations des rois conjurés.
1

, 4—
12

. Psalmi III, 6.

,"'
'
. (I»!s.

y.uTor/.wf {y

y.ut d

&
.
-^). — SofH Juttti et inJUKti />. — Regnum

.
. ir OQ'/jj
uv-

,
et potentait Mettitiœ Cli).

,-
xat il' • - " -

^" -/.' : •
: J- •-;r'- r :

2(' ^
^
^' '. •^hvi nin': 'prrb^. ^.Sw^ 7

' ,
, .
^ ^ ' ^
<- :

-:|-
I \- : • :

-:|-
j - •
-; ta"-•:

33
' : •. '••• • . jt : •.• : • •,•

,
.,
:vn^-^DN
• bT")3 Di^nn
^
.
, ^
:a^3Dri ^bp3

, 9',
^^

^- , n.xn'^s
:

^- - : -

^.":^' :t"iî<
.• ;

^
- :

,
^-
1

'
. ^' r/o'pw,
. *'

'^.^-,
; • :

'^_
JT : J n : •

iT-n^-)Z '^b^^V-
J •• : .

&^ ,
.., & /- ^^"
*'-

d-v-
: in ^Din-bs

I

J
''^,^'
- "^ •- :

<- : • : : : j :

. ;iD2 aibîli2^î- I : I ;

'
/, (''•
.
, 0-
rii
' J"
^in?nh
- »• : :
ts^n^ii
I
a^nn- pbr ,T
3

, .
- : ïibo a^nb^in ib nïni'rjj^
; '. iv 1" :

/. '^

• ïi-ips
: A'-." |-

ninrbî^ "bip
u••

: '^towsh
:v JT -

nnn^
:
'

'
—,
,,
. .^ . ,
^
'^nnsïu
- • :
''^M
)•-
: nbo iv
ia:ip
:lr J

2,7 .
nna i-

runxa nns
^ddi^^^i
-ri — 6

'. .
. . •
- ..
', ^

- — i. A'*
plnrumque; non notatur). X:
B'N':
6.
(' SCmpCr,
EF:

8.
(1.
4.

)'.). . . .
':
:
(].
6. '*

12- :
9. : .
: <)('.
: ' A'EF:
wç. (: -). -f-
(in f.)

6. A: '£)'
3.
£»'

EF*
T^

(5.
^LttU). 4.
2.
A'*
A:
^. 5. A:

4. .S'e rira d'eux. Héhrcu « rira ».— Le


Seigneur. :
Embrassez la doctrine. Hél)reu « tressaillez de ter- :

Hébreu « Adonai .. :
reur rendez lionimagc au Fils »
! !

6. Hébreu et moi (dit .lalivéh) j'ai oint mon •13. (H. ii). Lorsque sa colère s'enflammera en un
- :

roi sur Sion, ma montagne sainte ».


instant. Hébreu « car sa colère éclate soudain ». :

7. n<-breu : . je vais publier le décret : Jalivcii


m'a dit Tu es mon aujourd'liui je
: fils, l'ai engen- III. 2. Hébreu Jalivéh, combien nombreux sont : «

dre ».
ceux qui me persécutent combien nomlireux ceux I

Hébreu
8. « demande-moi et je te donnerai
:
les qui s'élèvent contre moi ».
nations pour ton iicritage, et pour
ta possession 3. mon âme. Hébreu • de mon âme (de moi) ». :

Jes extrémités de la terre ».


4. Vous êtes mon soutien. Hébreu « (tu es) un :

\\-\'a. Et réjouissez-vous
en lui avec tremblement. bouclier autour de moi ».
Psaumes II, 4 III, 6.

. (l»s. I-XL•). Le Junte et le pécheur Cl). — Règne et puitieance du Mettnie f//J.

«eus eos i Celui (pii habite dans les cieux se rira


Oui habitat iu cœlis
*'
irritli'ijit tîos :

irriclet. [d'eux,
is; et le Seigneur se moquera d'eux.
et Dnniiiius sultsannàbit, oos. Vs. se,

Tune loqurtur ad eos iu ira sua.


''
Alors il leur parlera dans sa colère,
rrov.'i%B.
et dans sa fureur il les confondra,
et in Îuroi'c suo conUirbàbil eos. sap. -i.'is.

Ego autcm constitutus sum rex ab oo


c Pour moi, j'ai été établi roi par lui
^^y^^'^^f
supor Sion montera sanctum cjus, ^^;.^ i',^ ',,.
sur Sion, sa montagne sainte,
pr;édÎcans priecéptum ejus. annoneant ses préceptes.
Dominus dixit ad me : Filius meus Messia« '
LeSeigneur in'adit: • Voiisôtes mon Fils,
[es tu, "«• "'"'*•
c'est moi qui aujourd'hui vous ai engen-
^ hodie
ego .i^énui te. . ^
Act. ,,
13, 33. „ [dré.
Hebr. 1, 5;
., .
^ Demandez-moi, je vous donnerai
et
Postula a me, et dabo tibi ô, s^

gentes hcreditàtem tuam. j,J°*j


'|':,g.
les nations en héritage,
et possessionem tuam t('rminos t(M'ra'. '
ji/s.'
'
et en possession les extrémités de la terre.
lièges eos in virga férrca,
'•*
Vous les gouvernerez avec une verge de
'T\^W' [fer,
12, i
et tanquam vas liguli conlnnges oos.
; 19. l's.
et vous les briserez comme un vase de
[potier ».

Kt nuiu• reges iiiteUigite :


l*'i'i;^o obe- 10 Et maintenant, ô rois, comprenez;
ilieiiiluni
erudimini (|ui judicàlis terrain. instruisez-vous, vous qui jugez la terre.
Servite D(')mino iu liuiore :
11 Servez le Seigneur dans la crainte,
Sap. G, I-G.
avec treiuble-
et exultàte ei cum treim'ire. et réjouissez-vous en lui
[iiient.

Apprchéndite disciplinam, ^<'^'• •- -*• 1- Embrassez la doctrine, de peur que quel-


Lirascâtur Domiuus, [quc jour Seigneur ne le s'irrite,
et que vous ne périssiez hors de la voie
et pcreâtis do via justa. ApÎ"%^'i«-i7.
[de la justice.
Pa. 33, ;
i- Lorsipio sa colère s'enflammera en un
Cum cxârserit inbrevi ira ojus,
i.,*3O'^'s [instant,
Je'r. 17, 7.
omncs, qui confidunt in eo. heureux tous ceux qui se confient en lui.
beâti

Psaliuus III. Psaume III.


2 Reg. l.i.

Psalmus David, cum fûseret a facie Absa- 1 Psaume de David lorsqu'il fu>ait devant Absa-
lom filii sui (II Rcg. 15 M). ,
lom son fils (Il Rois, xv, 14).

Domino ([uid multiplicàti sunt qui muux •i


Seigneur, pourquoi se sont-ils multipliés,
[tribu iaiit me? [ceux qui me persécutent?
^î^'^lf*
iiiulti insurgunt advérsuni me. Ils sont bien nombreux, ceux qui s'élèvent
Ps. 21, 19. [contre moi.
iMulli dicunt anima» meœ :
s.
, . 3 Beaucoup disent à mon âme :

Il n'y a point de sal ut iiour elle en son Dieu


»
Non est salus ipsi in Deo ejus. ..

Tu autom Domine suscéptor iikhis es, iMals vous, Seigneur, vous êtes mon sou-
'i"/ifi"H" [tien,
Ps. .5, 13 ;'

gloriamea, et exâltans caput mcum. 7, u. ma gloire, et vous élevez ma tête.


Voce mea ad Dominum clamâvi : ^'^,^;' '>
De ma voix, j'ai crié vers le Seigneur,
m'a exaucé de sa montagne sainte.
'

et exaudivit me
de monte sancto suo. io9, V. et il

Ego dorniivi, et sonorâtus suiii ;


ps./js, .5, 9. 6 Pour moi, je me suis endormi, j'ai som-
[meillé
Musceptor ;

4-C. Dieu se rit des vains efforts de ses ennemis. 13. « Il est facile de sentir le mérite de la marche
4. Celui qui habite dans les deux est opposé aux Ivrique de ce Psaume. Entrant hardiment en matière
rois de la terre, y. 2; à leur a.iiitation, à leur tumulte, par une question, il déroule en peu de mots le ta-
est opposée sa sérénité; ils se remuent, ils se démè- bleau du bruit des réunions dans lesquellesles rois
nent; lui sourit, comme pourrait faire un homme forment leurs vains projets. Un regard tombe du
(pii verrait des fourmis se révolter contre lui. haut du ciel, un sourire du roi de ce ciel, anéan-
(>. Ses préceptes, ou bien son décret, par lequel il tissent leurs combinaisons; car, dans les vues du
m'a établi roi. Voir le te\le hébreu, y. "•'. poète, ce terrible sourire devient le tonnerre tout-
7-9. Discours du Messie; il déclare que Dieu l'a puissant; il comprendre langage, il s'en lait l'inter-
engendré de toute éternité et qu'il lui a donné en prète. Ce langage est concis et majestueux comme
héritage toutes les nations de la terre. doit l'être celui du roi du ciel; mais le roi
sur la
7. C'est moi qui vous ai engendré. Cela peut terre donne des ordres plus détaillés, il donne
même
s'entendre ou de la génération éternelle du Verbe des avis, des conseils cependant le lepit qu'il donne
;

(Hébreux, i, 5), ou de sa naissance temporelle; mais à ses ennemis pour les suivre est court, et 1 ode se
particulièrement de sa Résurrection, par laquelle 11 termine par une sentence sur les lideles. Chaque
gradation est ad-
est devenule premier-né d'entre les morts (Actes, trait de ce tableau est juste et sa
xiii, 32,33; Colossiens, i,iS; Apocalypse, i. ."5). mirable ». (Herder).
8. Je vous donnerai C'est dans le Messie seul
qu'ont été accomplies ces magnifiques promesses. III. 1. Lorsqu'il fuyait... Cette fuite
de David est
9. Vous les gouvernerez avec une verge de fer. racontée dans II Rois, xv, et suivants. M
Ce texte est appliqué plusieurs fois à Jésus-Chri;;t, 2-3. Multitude des ennemis de David.
4-0. David n'est pas elîravé du nombre
et .lésus-Christ se l'applique à lui-même. Voir Apo- de ses en-
calypse, II, 26-28: xii, 5; xix, 15. nemis, parce qu'il compte sur le secours de Dieu.
Conclusion du Psalmisle Sa montagne sainte; c'est-a-dire bion. Cl.
10-13. : il faut obéir au z'oi- o.
Messie. PSCIH7}},C II* 0.
12. La doctrine de Jésus-Christ, sa loi. Appre- — G-"" (c'est-à-dire première moitié du f.'i).
Le.Psal-
miste se lève, il se couche, ce qui veut dire qu
il vit
hendite r/iicipiùiam est généralement traduit, d'après
l'original,par osculamini Filium, « baisez le Fils •, en paix et tranquille, iiarcc que Dieu est son pro-
c'est-à-dire rendez-lui hommage. tecteur.
44 PsalmillI, 7 — IV, 9.

. (Ps. I-XL•!). /m Deo confldentia ClIi-IVJ.

Qioç •/8 /. '


Ov ([/ •1" ^ • : ^

, ^
: : • JT : vr • •

inniS^tub-

.^". "^, ',


• JV -; J : • ••
1

., ,
ini
''
• /. .
r
/-
y.aî

<J

j•

: - "^
-

-
:

AT
• <-

• "••

: -
-- :

JT

:nbb
r

r
:

^
•.•
<

'JV
(

:
J•

|-
JT

-
I•.• :

J'.

1 El; fo tr tiuXinolç, /.
- •/.', r : J : • • ; • - j - : |-

;
nsn %nps
y,']'2.

^
• ^^yj ^^1)?? 2

^ ,,
^£uç
. . ,
; ^. ' '
^
) ^bi^ :
pnbsn

:
f

nbc -:: r^ip^n


<,•:-:•

iv
:
Tûxa^
)-

JT
: • ••
^b


n^mn

"^r.sn
J';
: J- : •

•.•
4

'
nin^
JT :
ib
A
Tzr^ J•
ni--•
- X
nbsn-^s JT : • I•

- •• : -

.
.
: : • J- : : •

"&^
«

' ',
^ -^
,..
^; '
/
^
^h^n^ TAi'^ri2'

JT
" :

:
:

DUiin^m
I

/
VA•.•

J-
:-
: •

dd^t
^innt


J

:
:

'

JV

t

3?
nbc
•.-
^mi

».
• ~

^nb^
:

'^•
j :

, '
,. ^^
' JT • : : •• • • J

, 9^9-7]. ^
-
^
JT - •

î
'JT •

^Dn^-ûin ntûnb inn!? nin•^


: vT : : ••• : - j i :

, , ' V. 9.
3,8.
^i.i2 'en x"53
s'On nns

. '. .
..
4,3. ttjana 'pn x"ja

.(
(in

..
7.
^-.'::
). * .—
f.)

7. Les milliers.
3.

Se])Uiiite
': .
« les myriades
1.

2.

».
A'*
:

:
EF*
.
^.
9. A^-j-

(A^EF:
EF:
(eti.


y. 5). 5•
*:
.»)

4^.
è^TT.

Hébreu
y.aïqù.

:
A"':

« sache/, que Jahvch a mis a part jiour


^.

:
EF*
7. ': - .
(.) .:
... ',
.
8.
«vts.
":
'J. ':

Qui m'environne. Hébreu: « qui se sont rangés con- un liomme pieux ».


lui (s'est ciioisi)
tre moi tout autour ". 5. que vous dites on vos cœurs, repassez-le sur
Et ce
8. iians raison. Hohreu . sur la mâchoire ». :
vos lits avec componction. Hébreu « pensez en :

IV. I. Hébreu • au ciicf de cliœur. Sur les negi-


: vous-mêmes sur vos lits et demeurez en repos ».
nôlh {c'est-à-dire avec accompagnement d'inslru- 7. La lumière de votre visage a été inarquée sur
mcnls à cordes). Psaume de David ». nous. Hébreu « lais lever sur nous la lumière do :

2. Hél>rcu t (|uand je t'invoque,


:
exauce-moi, Dieu ta face, Jahvcli ».

de ma justice; quand je suis dans la détresse, mets- 7'-8. H('l)reu« tu as mis plus de joie dans mon :

moi au lar^'e ». cœiu• qu'au leii]|)S de la moisson et de la vendange,


3. Jusqu'à quand aurcz-vous le cœur apiKsanli. <|uand (la recuite est) abondante ».
Hébreu : . jusqu'à quand ma gloire<P (sera-t-elle) dif- 10. Ce verset est réuni au verset 9 dans l'Iiébreu
V /
famée. »
et dans les Seiitante.
Psaumes III, 7— IV, 10. 15

. (Ps. I-XLi). — Confiance en Dieu ClIl-IVJ.

quia- Doiniiius su8r(''pil• mi•. et je suis levé, parce que le Seigneur


me
et ("xiiri-(''xi,
[m'a i)ris sous sa protection.
'
Je ne craindrai point les milliers d'homutcs
''
Non tiiiiébo iiiillia pi'ipuli
Trov.
l's. 4.0.
1-2,. [du peuple
. 3,
26, 3.
qui m'environne.
circiiiudâiitis iin' :

cxiirge Domine, salvum me far Dens


:..>..^(
*«„;.,. Lovez- vous, Seigneur, sauvez-moi, mon
[meus. [Dieu.
8 Quùiiiam tu peiTussisti omnes advi'i•- .
« Parce que c'est vous qui avez frappé tous
^.
fsautes niihi sine causa :
[ceu.x qui me combattaient sans raison :

job,' 29', V-.


(lentes peccalnrum contrivisti. vous avez brisé les dents des pécheurs.
ps.'ts, 12.
''
Domini est sains: is.'43,'ii.'
^ Au Seigneur appartient le salut;
r»• ^i^S^^- et c'est sur votre peuple que sa rcpaml
et super po])uliim tuuni benedictio tua.
[votre bénédiction.

Psalmus IV. Psaume IV.


Psalmus David. i l'our la (in, dans les canliciuc.';, l'saunie de
1 In finem in ciuiniuiljns,
David.

Cuni invocârem, exaudivit me IteiiK in


ti'ibula-
- Lorsque je l'invoquais, il m'a (>xaucé.
,

Deus justitiie meai :


tioiie le Dieu di' nia justice;
in triiiuJatii'uie dilatàsti miiii. propitius. dans la tribiilàtion, vous m'avez mis au
Ph. 3(1, 2 ;
[large.
Miserere mei, ei e.xav'idi orati('ineni 70, 2-3.
Pb. UI, 10.
Aj-cz pitié de moi, et exaucez ma prière.
[meam.
Filii huminum ue({uo CesHenl :'
Fils (les hommes, jusqu'à quand
liostes
gravi corde 1 aurez-vous le cœur aj)pesanti?
1 Reg. 12, 21.
\\t quid diligitis vanitâtem, pourquoi aimez-vous la vanité,
et quiéritis mendacium? et cherchez-vous le mensonge?
auilil Sachez donc que le Seigneur
Et scitote quoniam miriiicâvit ><•
^

Dominus sauctum suum :


Ps. 16, 7.
a glorifié son saint :

Dumiuus exaiuliet me Ps. 6, lu. le Seigneur m'exaucera,


cum 'clama vero ad (muu. Eph. 4, 26. lorsque je crierai vers lui.
Irascimini, et nolite peccâre :
Ipsi in Deo Irritez-vous et ne péchez pas;
.sperent.
quœ dïcitis in cordibus vestris, in cu- Ps. 76, 7.
et ce que vous dites en vos cœurs, repas-
[bilibus vestris compungimini. Ps. 50, 19, 21. [sez-le sur vos lits avec componction.
Dent. 33, 19. " Offrez un sacrifice de justice,
SacrifiCiile sacrilicium justitiaj,
Ps. 61, 9 ;3, 3.
et speràte in l)(')mino Eccli. 13, 29.
: et espérez dans le Seigneur.
multi (licunt Quis ostémlit :
I<'ideles Beaucoup disent « Qui nous montrera
:

bona.
nobis bona'/ postulant les biens qu'un nous promet ? >•

'
Signâtum est super nos ^fum. G, 26.
La lumière de votre visage
lumen Aultus tui, L)umine : 2 Cor. 7, 4. a ("té marqué(* sur nous, Seigneur;
dedisti hetitiam quae a Uco Vous avez donné la joie
dantui•.
in corde meo. à mon cœur.
A fructu fruménti, vini, I8. 9, 3.
Zach. 9, 17.
s Ils ont eu le fruit de leur froment, de leur vin
et olei sui, multiplicàti sunt. et de leur huile en abondance.
In pace in idipsum In l>eo
''
Dans la paix tout à la fois,
dormiam, et requii'scam : e<|uieM. je m'endormirai et je reposerai,
quoniam tu Domine singulâriter Ps. 3,
parce que vous. Seigneur, vous seul
6.
in spe constituisti me. Lev. 26, 6. m'avez établi dans l'espérance.

7'^-!). Prière à Dieu, i)our qu'il délivre David de tenus son visage, c'est-à-dire en nous accordant sa faveur.
ses ennemis et qu'il bénisse son peuple. (>. Qui nous montrera
les biens qu'on nous promet ?
IV. 1. Pour la fin. I.e mot hébreu traduitpowr la lin
c'est-à-dire qui nous don-
signifie touj(3urs « au chef de chœur ... Pourl'ex])li- — nera? Qui nous récompen-
(.•ation des titres des Psaumes, voir la note 1 à la lin
sera pour le sacrifice que
du volume. —
Le Psaume ni est comme une prière du nous faisons, en suivant un
matin; le Psaume iv, comme une prière du soir.
roi détrône et malheureux,
Le Dieu de ma justice; c'est-à-dire le Dieu auteur
2.
en nous exposant jiar là
et défenseur de ma justice. Pour bien suivre la — même à la merci de nos en-
pensée du Psalmiste, il faut mettre les verbes au nemis, et en manquant des
présent et non au liasse. Dans ce v. % David de- choses les plus nécessaires?
mande à Dieu de l'exaucer dans son angoisse, au David répond à ceux qui
momentoii tousl'abanddnneiit poursuivre Absaloni. font cette question (jue Dieu
3-4. Le Psalmiste s'adresse à ses calomniateurs :
les a favorisés de sa divine
qu'ils cessent leurs outrages, car Dieu va exaucer lumière, (|u'il leur a accordé
sa prière. une ,joie intérieure et le té-
4. Son saint. David avait été sanctilié de Dieu par moignage d'une bonne con-
l'onction sainte (pi'il avait reçue à son sacre. science. (Glaire).
0-6". Que ses ennemis rentrent en eux-mêmes et 7-8. On lit en hébreu au
<iu'ils se conlleaten Dieu, au lieu de se laisser aller comiiaralif : " lu as mispZiis
à la présomption. de joie dans mon cœur, (|u'au Chef de musique assyrien,
5. Irrilez-vous..., ou bien, selon le texte hébreu : temps de la moisson et de la
1)• (British Musuum).
Frémissez, tremblez ; en qui donne un sens mieux vendange .. L'huile n'est pas (t-
suivi. nommée dans l'hébreu, mais
6''-8. Parmi ceux qui ont suivi David, beaucoup seulement dans les Septante et dans la Vulgate.
disent : Qui nous fera reU'ouver la paix et le bon- it-K). Tramiuillitê et paix de David, à cause de sa
heur? — Dieu, répond-il, en faisant briller sur nous confiance sans bornes eu Dieu.
16 Psalmus V, 1-13.

/, ,, '

«
£(',• To
. (Vh, I-XL•!).

>/^ /.
— Imploratio divini auacilti contra mattgnos fVj.

',
r . > : • : : - j- - : ,-

[ -

,,
^ //
^'
rfiovrj
^nbsn ^' ^b)iL bipb •
nn^a3f;n 3

. .
y.at

'
•/.7^ - ai

,
' '-/..

-
iv - -:

- JV
I-

1
) : I -.•:,•.•

•• <
•.• , - *

'•'"
, - *'
'

- ^
'•

^,,,
- : •• -: 1 •- /,•. ••

' -•• • ^

.
: : • r :
®

••• ••
^i2S nhz ^dnt
•-.(-
: nin^ s

&, . " ^^-22


J : : -\. J : :

''\4
^
:
^-^b
- ;- : ' : • :
^dhd nin^
<• •• : :
9
•)

,/. 03•\ -
ni^n- h:iDD
/'/ 2"^ AT : J :)• :

,
^ T>y D^nb.N ' :"p^bn\ nDiiD^n

.^,
. .
^"

', H
llT ^^T 1•
A•- • -

,, ••-:(.

-'
jT : I •• : : • :

' '

-' r• — - • )j•

, -
; I ' : / : : ; t :

, AT : I J•
- )y•• :
- 1- / IV :

.
/
.,
, ^^

-
.-
,
.
V. 5.
5,3.

.
piDS Xb
:-
0.
p-^DS

'
"33

" 33
nns

.
13.

, ''^

. G• ': ÔLUjuefovaLv.
). EF* xv'çif (A- uncis

^
(:
1. EF*
XQavyjj. 3.

//),
^':
ij.
.*
;.
A^EF: (pro
J/rèç»

4-
')
':
^.
,// ^
».
2.

*
:
ooi.
incl.)- 8• B':
..
. .
EF:
: (pro
^^. 10• A':

':
)
'« (X:

{*
: 11.

. :,. .
*
9. A': èi'wTr.

Ulicis incl.)•
F*
aa

(sq.)
.
12•

}. \. Pour la fin, pour celle qui obtient l'/iéritane. «rends droite [ou aplanis) la voie où tu veux que
Hehreu . au chef de chœur. 'El-lian-nekhilolh . (c'est
:
je marche ».
probahleinent l'indication d'uu instrument de musi- 10. Leur cœur est vain. Hébreu « leur intérieur :
que, sans doute la llùte,•
(n'est (|ue) malice ».
:2. Mon Hébreu '« mes sémissemonts ».
cri. :
41. Jugez-les, ô Dieu. Hébreu « frappe-les comme :
o.Demaprme. Hébreu de mon cri ». Dans : ..
des coupables, ô Dieu ». Parce qu'ils vous ont ir- —
1 hébreu et les Septante les versets
ne sont pas coupés rité. Hébreu « car ils se sont révoltés contre toi ».
comme dans la Vulfiate. 12. Et ils se glorifieront. Hébreu
:

« et ils se réjoui- :
i-li. (H. i). Hébreu . .lahvéh, le
matin tu entends
:
ront ».
ma voix; le matin je me tourne vers toi,I et Jie re- Parce que vous, vous bénirez le juste. Hébreu
•13• :
garde
«;. Hébreu
•.

« car tu n'es pas un Dieu qui prenne


parce que tu bénis le juste, .Tahvéh «. Sei- —
:
gneur, vous nous avez couronnés de votre bonne vo-
plaisir au mal
lonté comme d'un bouclier. Hébreu
...
« et tu l'en- :

!>• Dirigez ma voix en votre présence. Hébreu : toures de la bienveillance comme d'un bouclier »,
Psaume V, 1-13. 17
. (l*s. t'\Mj)• — Appel à Dieu contre le* tnéchant» CV).

Psalmas V. l'eaume V.
1 In fineni pro ea, quse lioreditateni
consi-quitur, Psalmus David.
Pour la fin. Pour
Psaume de
relie ( obtient l'héritage.
Ua\i(l.

\cvha. moa ai'iribus pércipe Domine, '"'îP•'^."'''•'


Prêtez l'oreilie à mes paroles, Seigneur,
iiitélligeclamorcin infiim. "*' '
entendez mon cri.
"
Intéiide voci oratioiiis mo», rox meus
'^^- *< '< i*'• '• Soyez attentif a la voix de ma prière, mon
[et DiHis mens. [roi et mon Dieu.
''
Quoniam ad to oràbo : ps. sa, 4 ;
Parce que \ous que je prierai;
c'est
Domine mane exaudies vocem iiieam. ^J''\l*-o^
Seigneur, dès le matin vous entendrez ma
[voix.
' Jlane astâbo tibi et vidébo :
Nam.^!^
Dès le matin je me
présenterai devant
[vous, et je verrai
quoniam non Deus volens iiii(|nit;'i- Que vous êtes pas un Dieu qui veut l'i-
o<.„«
[teni tu es. Justus [niquité.
«xauciiei. Le méchant pas près de vous;
n'lial)itei'a
' Neque habitAbit juxta te malii(nus :

noque permanébunt inji'isti ante ôculos et les hommes injustes ne subsisteront


[tuos. Zach.
Ps. 33, 17. [pas devant vos yeux.
S, 17.
'
Odisti omnes, qui operântur iniquifâ- Jurtith, ô, Vous haïssez tous ceux qui opèrent l'ini-
ftem 18-19. [quité;
perdes omnes, ( loquiiatur mendâ-
[cium.
:

Pp.
Mat. 7, 23.
7-1, 5. vous perdrez tous ceux qui profèrent le
[mensonge.
Ps. 9, 6 ;
Virum sanguinum et dolosum aljomi- .'il, 24. Le Seigneur aura en abomination un
[nabitur Domiuus :
[homme de sang et un fourbe.
**
Ego autem in multitûdine misei'icor- Con<r.-v Mais moi, grâce à la multitude de vos mi-
[diai tuie, introibo in domum tuam :
poi'versos [séricordes, j'entrerai dans votre maison;
liostes
adorâbo ad temphim sanctum tuum in prccatur. j'adorerai en approchant de votre saint
[tiuK'ire tuo. Jos. 9, 23.
[temple, pénétré de votre crainte.
''
Domine deduc me in justitia tua : 2 Keg. 12, 20. Seigneur, conduisez-moi dans AOtre jus-
Ps. 137, 2. [tice ;
lleg. 3, 3.
propter inimicos meos dii-ige in con-
1

Pe. 24, 4. à cause de mes ennemis


dirigez voie ma
[sp(''ctu tuo viam meam.
Ps. 26, U ; [en votre présence.
106, 7.
'" Quoniam non est in ore eorum véritas :
Ps. 13, 3.
Parce que la vérité n'est pas dans leur
Pom. 3, 13. [bouche :

cor ei'irum vanum est.


Ps. 31, 23;
139, 4.
leur cœur est vain.
' '
Sepulchrum patensest guttur eorum, Pereant C'est un sépulcre ou'ert que leur gosier;
linguis sins doiosc agébant :
isti et avec leurs langues ils agissaient astucieu-
laetentuF
justi.
[sement :

jûdica illos Deus. jugez-les, ô Dieu.


Décidant a cogitationibus suis, Qu'ils soient déçus de leurs pensées;
secLuidum multitiidinem im])ietâtum à cause de la multitude de leurs impiétés,
Teorum expélle eos, [chassez-les,
quoniam irritavérunt te Domine.
Ps•. S2. 1 7 ; parce qu'ils vous ont irrité, Seigneur.
9, 6-7.
'- Et lœténtur omnes, qui sperant in te, Mais qu'ils se réjouissent, tous ceux qui
[espèrent en vous;
in œtérnum exultàbunt ^t habitâbis Ps.39, 17. éternellement ils tressailliront d'allégresse,
[(>t vous habiterez en eux.
[in eis.
Et gloriabi'intur in te omnes, Et ils se glorifieront en vous,
qui diligunt nomen tuum, Ps. S3, 12. tous ceux qui aiment votre nom ;

quoniam tu benedices justo. parce que vous, vous bénirez le juste.


Domine, ut scuto bona,^ voluntâtis tuai ps. 102, 4.
Seigneur, vous nous avez couronnés de
[coronusti nos. [votre bonne volonté comme d'un bouclier.

V. i. Sujet Prière du matin, avant


:
d'aller à la 8-10. Le Psalmiste invoque Dieu avec confiance
maison de Dieu. contre ses ennemis parce qu'ils sùnt méchants.
'2-:;\ David invoque Dieu dès le
malin et demande 8. Votre maison, le tabernacle et peut-être aussi,
à être exaucé. dans sa pensée, le temple qu'il se proposait d'élever
4. Dès le matin vous entendrez ma voix. Les Hé- à Dieu. —
J'adorerai en apjn'ochanl de votre saint
breux priaient trois fois par jour le matin, à midi : temple; littéralement J'adorerai vers votre saint
et le soir. H est dit du prophète Daniel qu'il était fi- temple.
dèle observateur de cette pratique. Voir Daniel, vi, 0. Dans votre justice; dans la voie de votre jus-
40, 12. tice.
5"-". David fonde sa prière et sa confiance sur méchants, et les jus-
la tl-13. Que Dieu punisse les
sainteté de Dieu. tes se réjouiront.
. Je verrai que... La phrase est autrement coupée 11. C'est un sépulcre ouvert que leur gosier, parce
dans l'hébreu que dans la Vul.gate. Voir p. 10. qu'avec les mensonges qu'ils profèrent, ils préparent
7. Homme de sang; littéralement homme de sangs à tout instant la mort et la ruine.
{vir sanguinum) c'est-à-dire meurtrier. Les Hébreux
; 13. Comme d'un bouclier. Les grands boucliers de
"employaient le mot sang au pluriel principalement l'antiquité couvraient le guerrier tout entier (voir la
lorsqu'il s'agissait du sang versé, répandu par le ligure du Psaume lxxv, 4); le Psalmiste montre par
meurtre. là toute l'étendue de la protection divine.

BIBLE POLYGLOTTE. — T. IV.


48 Psalmi VI, 1 VII, 3. —
. (Ps. I-Xlil). — Animi afflicti Mupplicatio CVIJ.

^
, iv
/.
, 1

, & . ^, ,
7]
I• : j :

&
- tXî)'h]Ç

, ' ,,
','
- •• -II-: -

/

1: • I X :

, . ,
"'
-/.,
,
* Kut

, '
; J

nNi
^T -
~;

:
:

1

A
:

:
• »••

AT

nbnn:
JT -;
:

: •

r

^udsdi
•:-;«.
:

:
- :

-jt
J'

t^^sr
:


-
-:

:
,-

•.

; -
^

'^D::?^m-in ^îod:- nsbn mn^ ^


,
^-
' • •• : JT : - :v jt
(ïôrj
^'
'
.''^/ • :
- 1:
• : <- •.• j•
"^
: -

"^ '., 3?
'^
-

,&
• -<.
• : • : A- : : jv :

^y:?
• ••
c:p3'/3 :nc73s- ^bn:?
• -
s

.

-J- JT : 1•.• : :
*
pinis-b^n npni?

,. -
: : :

--

-
"^
J- •.• AT : J • •.• •(. J

" •^nsnn nin^ yaxa ^^^3 bip nin*' -^

& .
• ^- •

^-
• : ;\. 7: • Ij :

:^
' ïibn3''i
J -: • :

'' '^
^U33^
« •• •
^nbsn •
:

-
:

^y^
- J " •
'^n\>i-b3
AT :
</2 :.

^ ^, 'h^- nin^b
AT |- JT ••• -:
nnb )• :
]ihin
1

,/
jjoe xvqi'io vrreQ

'.
^

-, •AT-'':

.
-

^
- d •.• JT :

,
,
, ^

' jb'^2/û
• -
r^1 J•• :
••
^msD
- - : J•• : - :

{.

.-. &.
'* xjfiv. 3.

:
'* (sec.) . ':
.: ' 9-1 -
»'
. 1 1
6,4.
. piDS
' t^n^<^
a."iz

&.
8• >{:

* .)

.^ ^. :
10• }< (SCC.
XVÇ. 11. EF* (pr.)
("}" — 1.

VI. 1. Hébreu « au chef de chœur. Avec les ne-


:

fiinoth (instruments à cordes). Sur le scheminilh


(harpe à liuit cordes;. (D'après d'autres : à l'octave,
ou avec des voix de l)asse). Psaume de David ».
6. Hébreu « car :celui qui meurt n'a plus Ion
souvenir; qui te louera dans le sc/ieol? » Ancien lit égyiitien (_f. 7). (D'après Wilkinsonj.
7. Hébreu « je me suis lassé dans mon gémisse-
:

ment (a fiémir) chaque nuit ma couche est baignée


; VU. 1. Chusi. Hébreu : « Chus ».
de mes larmes; je trempe mon lit de mes pleurs ». 3. De peur qu'enfin, comme un lion, il ne ravisse
8. Mon a-il a été trouhli't par Vind'ujnalion. Hébreu : mon âme. Hébreu « alin que (Chus par ses calom- :

« moa œil se desséclie de douleur ». nies) ne me déchire pas comme un lion ». — jToh-
11. i^vCils s'en retournrnl Irrs promptement et dis qu'il n'y a personne qui me délivre et me sauve.
qu'ils rouyissent. Hébreu : « ils reculent, ils sont Hébreu : « qui dévore sans que personne vienne
couverts subitement de honte ». au secours «.
Psaumes VI, 1 — VII, 3. 19
. (I»s. I-XL•). — Prière tVun affligé CVI).

Psalmiis \.. Psaume 1.


In fineni in carminibus, Psalmus David, 1 Pour Dans les rantiques. Psaume do
la fin.
pro octàva. David. Pour lOrtave.
Domino, ne in fui-orc tiio i'irgaas inc, Deus nti- - Seigneur, ne me reprenez pas dansA'otro
serealur [l'urour,
>:tvid
nequo in ira tua corripias mo. inlirniî et no me châtiez pas dans votre colère.
Miser(''i'e mci Di'iniino, quûniain inl'ir- • Ayez pitié de moi, Soigneur, parce que
Ps. 37, 2.
[nius suni :
Jer. 10, 24. [je suis inlirme;
sana nio Di'miinc, (|uoniam conturbâta guéris.sez-moi. Seigneur, parce ipie mes
[simt ossa mea. [os sont ébranlés.
Et anima iiica tiirbâta ost valdo :
'
Et mon âme est troubli'e à l'excès;
sod tu Domine usqucquo? mais vous, Seigneur, jusqu'à quand?...
Convértcro Domine, et éi'ipe ânimam Revenez, Seigneur, et délivrez mon àme;
[meaiu :

salvum mo iae propter misericordiam sauvez-moi à cause do votre miséricorde.


[tuam. Vf. 8.'), IG ;

Quc'iuiam non est in morto qui niomor US, 132. ''


Parce que nul dans la mort ne se souvient
[sit tui : [de vous :
30, 10
in inrérno autem (piis conlltr-bitiir tihi?
r.s. ;
et dans
l'enfer qui vous glorifiera:'
113, 17.
Laborâvi in yi'mitu meo, '
Je me
suis fatigué dans mon gémissement;
lavabo pcr singulas noctes lectum Je laverai chaque nuit mon lit de mes
[meuni : [pleurs;
lâcrymis mois stratum riyâbo. moum j'arroserai ma couclie de mes larmes.
Turbàtus est a i'nrore ocuUis mous : Ps. 30, 10. ^ Mon œil a été troublé par l'indignation;
invoterâvi intor omnes inimicos meos.
Discédite a mo omnes qui (•;
[iniquitâtem,
Job, 17,

Afl,fiivaiife
l>eo vieil.
.i-R.

'•'
j'ai vieilli au milieu do tous mes ennemis.
Retirez-vous de moi, vous tous qui opérez
[l'iniquité:

--
quôniam oxaudivit Dôuiinus vocem l>arce que
Seig'neur a exaucé la voix de
le
Mat. 7, 23
flletus moi. 25, 41.
;
[mon pleur.
ExaudivitDiuiiinusdepi'ooationommoam, Luc. 13, 27. "^ Le Seigneur a exaucé ma supplication,
Dominus oratiônom uioam susci'pit. Pi. 9, 17 ;
le Seigneur a accueilli prière. ma
Erubéscant, et conturbi'ntur 33, .i, IS. Qu'ils rougis.sent et qu'ils soient remplis
[ter omnes inimici moi : [de trouble, tous mes ennemis:
Ps. 34, 4
convoi'tiintur et orubéscant valde 39, I.i-16.
;
qu'ils .s'en retournent très promptoment et

Pealmns
Psalmus David, qiiem
.
(iantàvit
[citer.

Domino pro
1 Ueq:.24, 10.
Ps. 25, 19.

1 Psaume de David
Psaume VU.
[qu'ils rougissent.

qu'il cbanla au Seigneur, à cause


verbis Chusi filii Jémiiii (2 Reg. 16). des paroles de Cliusi, fils de Jémini ('^,).
Domine Dous meus in te sporâvi :
- Seigneur, mon Dieu, c'est en vous que
[j'ai espén'';
salvum me l'ac ex omnibus persoqu('Mi- sauvez-moi de tous ceux qui nie persécu-
[tibus me, et libéra mo. [tont et délivrez-moi.
Nequândo r;'ipiat ut leo ànimam meam, "
Do peur (lu'enlin, comme un lion, il ne
[ravisse mon àme,
dum non est qui rédimat, noque qui tandis qu'il n'y a personne qui me délivre
[salvum fâciat. [et me sauve.

VI. Prière àDieu pour désarmer sa colère. C'est en I io erra t ica, com-
le premier des sept Psaumes |)oultentiau\. On ne me on l'a appelé), de
])('Ut rien imaginer de plus tendre, de lilustouchant David, qu'il chanta
et de plus prol'ondéuient triste. Il faut cependant au Seigneur à cause
remarquer (|ue, quoiqu'il i)uisse très bien être mis des paroles de Chusi
dans la bouclie d'un i)écheur repentant, il n'a pas le Renjamite ». Chusi
été composé iiar un pécheur, mais ])ar un infortuné, signifie Éthiopien.
sous le i>oidsde l'oppression. Il ne renferme aucune Le personnage de la
allusion à des |)échés commis. tribu de Benjamin
2-4. Appel de David à la miséricorde de Dieu pour qu'il désigne ici est
qu'il ne le châtie pas dans sa colère, car il tremble inconnu ce n'esti)as :

devant lui. Séméi ce devait être ;

4. Jusqu'à qunnd serez-vous en colère, ou me un des zélés i)arti-


laisserez-vous dans mon triste état? sans de Saiil. un de
.;-8. Motifs pour lesquels Dieu doit secourir David. ces rapporteurs qui,
C. Nul dans la mort... Les morts, dans un silence comme Doèg et les
absolu et dans l'enfer, ne profèrent que des paroles Ziphéens, calom-
de désespoir et de blasphème. C'est à tort que quel- niaient David fugitif
ques interprètes catholiques traduisent le mot in- auprès de Saiil et
[ernus ou e/i/cr de la Vulsatc jiar tombeau, le mot excitaient la colère
hébreu correspondant sclieôl n'a nullement cette du roi contre lui.
signification. (Glaire). Quoique les livres As-syriens jouant il' un instrument
!>-ll. Cliant de triomphe : Dieu a exaucé le Psal- historiques ne men- à cordes d:ins un sacrifice (Ps. TI, 1)
miste, il le fait triompher de. tous ses ennemis. tionnent i)oint Chusi, (D'après Pl-ice).
les détails donnés
VIT. 1. Le texte hébreu porte « Schiggayôn (terme : I Roix. wiv-xxvi, éclaircissent très bien plusieurs
nconnn. qui semble correspondre à peu prés à di- passages de ce Psaume.
thyrambe, et désigner un poème dans lequel le poète, 2-3. Invocation à Dieu pour qu'il arrache David à
entraîné par son enthousiasme, met peu de liaison ses ennemis.
dans ses idées et point d'uniformité dans son rythme, 3, 0, etc. 3/on âme: c'est-à-dire moi. En hébreu.
20 Psalmus VII, 4-18.

-
,
''

. -
tarir dôiy.ia iv //(joi
. (1»». I-XL•!).

} ,' ei

''
Oratio ut Deu» ejus Innocentiatn vindicet (VIIJ.

si

, &
uvTunoôiâoval y.u>ca,

" ,
/-'
'^'
^'

.
^
. /., , , '
]', ^9-
' y.ara-
: nbo •.• 'J•• : -
nsrb IV
'
nins^i • :

,
'"AracTTjdi,

. '.
" •
-
"
~ " ^ ' • AT :

^ &,

,^
. •
, -
•'• r -

^ - :• ; :

^
h
,
II J• : : : • : :

35
, - •,
]2^ p^ns- piDn^
rj" ,. a^rtân . ;
> 3?_

,
;

.
J. J

p^ns Dv/bs ni^b^ï)


*^

-
/
1" •• . •

• • - • •

^.
. 7& -

',' ,-
^^
,
^^ d
mirib"• i^nn N'b"cî< :ûiM3
] ^-

-^bs r^n roDiD^i u


V9-foç

9, &' - - •• : J•
•'
ibi :\.
:
I IV-

^b^b vkn ma
: i : I - j : >-

.
:
i'^:^îi^
; • I;• : I i • -.-
^^'. 7]

.
nb^i b'b3? -nï^-bsn^ nsîi vj

% .
^, ^'' bén ^nnsn^i nns nis
37
. ,^ ,
idxnn ib/û^ 1 n-d-; :b2fD':

" ^,
' •
^''^ JT J•• 1" J i —. (r ,-

.,,.
: » : : :

^^
nrb:? F I :
•.•
-ir.^-nu:
^T : r :
— :|-
ipiss : • î

' ^
7,17. j^rip ::2 pn î<":n

^^"'-
7]

. .. : ). >.. '
«-
.
).

.
':
(5CC. 111.)

lOs. -"*
: «\
(;.
0•

'^.)
EF*
9-
/diàyi.

JfCit. F:
7-EF*

' (. yo. /^)


^^•
.
(Al.
14. A-: (pro

18. : -. .)
:

': .
(a.
"^H
è>' ccvTùi)
xa\.
ifat
12•

':
EFj
la. B*:
(a.

.
/iî?) xat.

:>. Hébreu : si 'ai rendu le mal à celui qui clait 0-11.Un juste secours me viendra du Seigneur.
paisible envers moi, si j'ai (lé|)Ouillé celui qui m'at- Hébreu t mon bouclier est en Dieu ».
:

taquait sans sujet ». Est-ce qu'il s'irrilc tous les jours ? Hébreu « il
12. :

(j. Hébreu : « et qu'il réduise ma gloire ;i habiter s'irrite en tout leMi|)s •.


dans la poussière ». 13. Hébreu « si (le méchant) ne se convertit, il
:

7. Hébreu « lève-toi, .lalivéli, dans ta colère


: do- ; aiguise son glaive, il tend son arc et le tient tout
mine les passions furieuses de mes ennemis; et re- l)rcparé ».
veille-toi pour [exercer en ma laveur] le jugement ii^. Hébreu « il rend ses llèches brûlantes ». :

que tu as décrété ». 4. Hébreu : ' voici que le pécheur enfante l'in-


8. Hébreu : • et aussitôt l'assemblée des peuples justice, il conçoit l'iniquité et il enfante le men-
t'environneia : et pour elle remonte sur ton trône songe ».
(pour prononcer mon jugement) ». 10. Hébreu : « il ouvre une fosse, il la creuse, et
10. Hébreu : « mets un terme à méchanceté
la il tombe dans la fosse qu'il avait préparée •.
des impics et all'ennis le juste, toi qui sondes les 17. Hébreu sa malice est retournée sur sa tête, : •

cœurs et les reins, Dieu juste » '.


et son iniquité est retombée sur son front ».
Psaume VII, 4-18. 21

. (1»8. I-XL•). — Prière pour obtenir Juatice contre nen ennemi» CVMI).

Domine Deus meus, si Icci istiid,


l*roles(a(io i Soigneur mon Dieu, si j'ai lait cola,
îunocen-
l'iniquité est dans mes mains;
est iniquitas in manibus mois : tiae. si
si
n''ddidi rotribiiôntibus niihi maia. JoTj, ai, 7-10. si j'ai rendu le mal à ceux qui m'en avaient
si
Ps. 3;•, 21. [fait,

dccidam mi'-rito ab ininiicis mois inâ- ps. 142, 3. que je tombe devant mes ennemis sans
[nis. [diM'ense; je l'ai mérité.
Persequâtiir inimicus âniaiam moam, ' Que l'ennemi poursuive mon âme, qu'il
[ot comprehondat, Pe. ig,9;
[la saisi.s.se,

ot conciilcot in torra vitani moam, 21, \6^;j.^-m;


et qu'il foule ma vie contre la terre,
et gloriam meam in ])uiv('rom dodûcat. ot qu'il ensevelisse ma gloire dans la pous-
[sière.
Exi'irge Domino in ira tua :
Judicet '
Lovez-vous, Seigneur, dans votre colère,
Ueus
ot oxaltâre in linibus ininiic/irum et paraissez dans votre grandeur au mi-
[meorum. [lieu de mes ennemis.
Et oxûrgo Domino Dons meus in inw- Levez-vou.s, Seigneur mon Dieu, selon le
[«''pto quod mandâsti : [précepte que vous avez établi,
^""'^''^' peuples vous environ-
ot synaeoiia populorum circûmdabit s ot l'assemblée des
[to. [nera.
Et propter hanc in altum rogr(klero : Et à cause d'elle retournez en haut.
^""^- '*• '"•
Duminus ji'ulicat populos. -'
Le Seigneur juge les peuples.
Jiidica me Domino socûndum justi- ^.-,,,,',^ Jugez-moi, Seigneur, selon ma justice,
[tiam meam, sumat
ot secûndum innocontiam meam super ^/'.,^' et selon l'innocenco qui est on moi.
[.
^
1

2 Reg.
Reg- le.
s,
7,
39.
Consnmotur noquitia peccatorum, jc.•. n, su. La méchanceté des pécheurs sera anéantie
1 Par,
et dirigesjustum, Act. 1. 24. ot vous dirigerez le juste,
scrutans corda ot rones Dous. Ap. 2, 23. ù Dieu qui sondez les cœurs ot les reins.
Justum adjutorium moum a Du- oon. 15, Un juste 11 secours me viendra du Sei-
imino, .«i"ia [gneur,
jusius.
qui salvos l'acit roctos corde. Ps. 9, S.
qui sauve les hommes droits de cœur.
Deus judex justus, lortis, ot pâtiens. 1- Dieu est un juge équitable, fort et patient :

nnmquid irAscitur per singulos dies"? est-ce qu'il s'irrite tous les jours?
Nisi convérsi fuoritis, gh'idium snum 1
'
Si vous ne vous convertissez, il fera vibrer
[vibrâbit : [son glaive ;

arcuni suum teténdit, ot paràvit ilium. il a tondu son arc, et il Ta préparé.

Et in 00 pari'tvit vasa mortis, li II y a adapté des instruments de mort,


sagittas
° suas ardéntibus oflocit. sap. 5, 21. il a préparé ses ilèchos contre les ardents
Lam. 2, 4 ;

3, 12.
[persécuteurs.
Ecco injustitiam
parti'iriit i>eccator :
1••
Voilà qu'il a enfanté l'injustice :

concépit dolorom, ot péporit iniqnita- ''"^^Viu'*'* il a conçu la douleur et a mis au monde


[tOm. Ps. 37,3;44,6. [l'iniquité.

Lacum aporuit, et offodit eum "^"^'.à^'t^ :


iG II a ouvert un abîme, et creusé; il l'a

ot incidit in luveam, quam fecit. Pa.9,i6;34.7. et il est tombé dans la fosse qu'il avait faite.
^ PiOT. 26, 27.
... ,
Convortotur dolor ejus
. •

capnt ojus
,

m

:
i ueg. 20, 39.
I' La douleur qu'il voulait me causer re-
2 Keg. s, 32. [tournera sur sa tète;
PioT. .1, 22.
et in vérticom ipsius iniquitas ejus eccH. 27, 25. et son iniquité descendra sur lui.
.«'«""•'"'^
[doscéndet
[ui »(.1 uut L.
jpg„^ sua
Confitébor Domino socûndum justitiam ïoiquiias. 1"^
Je louerai le Seigneur selon sa justice;
[oj us :

ot psallam nomini Domini altissimi. ps. 91, 2. i(> chanterai le nom du Dieu très haut.

comme en arabe, le mol âme est souvent syno- 10. Î7/Î Jîîs/c... Dans l'Iiébreu, le mot juste appar-
nyme de personne, individu. tient au vers précédent et s'applique à Dieu oDieu:

Protestation, sous l'orme d'imprécation contre


4-G. juste.
lui-même, que le Psalmisle n'a pas lait ce que Chusi H. Est-ce qu'il s'irrite? entendre ces pa-
lui impute. roles dans le sens allirmatif. Dieu est juste et il
6. Qu'il foule ma lue...,• qu'il me foule tout vivant. s'irrite toujours contre le pécheur, c'est-a-dire qu'il
— Qu'il ensevelisse ; c'est le sens du grec et de l'iié- le punit comme ses fautes le niériteiii.
breu, qui portent à la lettre qu'il fasse habiter.: Dieu est juste et il punit le pécheur; il est
13-1 i.
7-1:2. Invocation à Dieu pour qu'il rende justice à impossible d'échapper à ses llcches, c'est-à-dire à
l'innocent et qu'il mette 111 à l'iniquité. ses jugements.
7. Selon le jirécepte... Hébreu « le jugement •>. : 15 18. Le pécheur reçoit le traitement qu'il avait
8. Et l'assemblée des peuples qui désirent ardem- mérité; il tomlie dans la fosse qu'il avait creusée.
ment que vous me rendiez justice, vous environnera Que Dieu soit loué!
pour entendre le jugement que vous porterez en ma Ui.Ilcst tombe dans la fosse qu'il avait faite. Allu-
laveur, et vous en rendre gloire. Retournez en — sion à un ancien stratagème usité à la chasse et à la
haut sur votre tribunal, d'où il semble (jue vous guerre, de creuser des fosses, qu'on couvrait en-
êtes descendu jiour me laisser en proie à mes en- suite (le branches et d'un peu de terre, afin que les
nemis. hommes ou les bêtes y tombassent.
22 Psalmi VIII, 1— IX, 6.

. (l»s. I-XL•!). — Magniflcentia Dei in operibun et in homine CVMIIJ.

, H',
',

&
^ ;'
^.
& '
^
) .
-

^^Ey.
6'
'•,
TÎj yrj'

y.ui
" ..
^( ,
«-
.
?;

.
atvov'

/& If- : •

,
y.al

'"
,
;"
:iT JV -: • i : - )••

], &, '

; rj
/
- A "^ - - -

- (['
jT : \. : •.•:
I•• :\. j•• : :
^"

, '
'] '

a^cbsi riDS
A•.- J•-:

2
|- :

j'T'br^-i-nnn
••:->. r : -

bs
:^

, , ,-
'

"^

a^'/3u: ^^m mnnsr a:»i ab2 9

, /
\
• - !(. J •
iT J -' ~ AT \
-
\7\^ îa^^^ niniw^ nni:; a»n ^yv\
^ JT r - II•! : •• AT ~ J•• :

^,
. >• - A" -

' ] ,.
1 :• ' : •

--
^"
duv- nnb pb n^^-bs? nîSD^b ^

: ; A •
: jv

,
&.
^ ,
nsbysi JT : IV : JT : :
î7Î^niïibs:-b3
' iv : : •
"^
^

^"
.,
El; vne^

,
^.
, - : ^^ .^^ /

:
IV

J-

A-
:

• :
:
^bujs'•
J

J-
:

:

• •
'^n'^is

>.
>- ^

'

,([
,.
. &
,
/
'^

, -
." ''"
, ".
o• A: (
V

.
:j-T

:
9,4.

.
ûbinS N"33

-..
...

- ,.
': / :
rr/
"
7.
10• *:
3s.

.— *
" ". '•
^ff^'i»''• 8. (SCf.
2•
111.)

...

uihwv do'J . ...

yill. 1. Hchrcu . au chef de chœur. Sur


:
la
ifti</i(instrumeiil tic mu.sique,peul-clre liarjie deC.eth).
- deux!
3. Hébreu
»

: « ...piHir imposer silence à tout ennemi


Psaume de David Ce
poeine, sans aucune
». iiclit et à tout agresseur (littéralement : vindicatif) ».
prétention à quelque aililice de forme, n'a licsoin \. Hébreu lorscjne .je contemple tes cieux... ».
: «
d'aucun commentaire. Il est suhlime par sa simpli- 9. Qui parcourenl. Hébreu: « tout ce qui par-
cité même. La /irandeur de Dieu révélée par l'univers,
court ».
iruvre de ses mains, révélée au iiesoin par la houclie 10. Seifinour, noire Seigneur. Hébreu : « Jahvéli,
de SCS plus faillies créatures, dont la voix est tou- notre maître ».
jours assez puissante pour imposer silence à celle
de rimpiété, est mise en rcsard de la petitesse de IX. 4. Hébreu
au chef de chirur. Sur (l'air de) :

l'homme. i:i pourtant l'homme est le roi de la créa- meurs pour Psaume de David ». le Kils.
tion; sespn'rogatives sont telles qu'il est comme un 4. pendant que mes ennemis retourne-
Hébreu : «
Dieu an milieu deson entourage visihle. Il n'y a pas ront en arriére, (|u'ils tomberont et périront devant
d'être sur la terre dontil ne se sente le maître, avec
ta face ».
les moyens qui lui sont octroyés «.(lOd. Iteuss). . Hébreu : « parce que tu soutiens mon droit et
2^ Hébreu « ta Majesté "s'clevc au-dessus des
:
ma cause, lu sièges sur ton trône en juste juge ».
Psaumes VIII, 1 IX, 6. 23

. (Ps. I-XL•). — Grandeur de Dieu dan» la nature et dan h l'homme (VIIIJ.

Pealmus VIII. Psaume \.


Pour les pressoirs. Psaume
In finem jiio torciilârihus, Psalmus David. •^''^3^";^'
1 Pour la fia.
de David.

Domine Dumiiius nostcr, ""•• •-


Seigneur, notre Seigneur,
quam admirabile est nomeii tiiuni in
_

«atui-a. que votre nom est admirable dans toute


[la terre!
[univérsa terra! pa. se, 12.
Votre magnificence est élevée au-dessus
'

qiu'iniam elevata est magnificcmtia là. e.'s.

[tua suptM' co'los. [des cieux.


Ex ovo infantium et lacténtium perle- Mi>t. 11, -, ;
3 De la bouche des enfants et de ceux qui
[cisti laïKlem ^^^^;,^ [sont à la mamelle, vous avez tiré une
[louange parfaite
propter inimicos tuos, à cause de vos ennemis,
ut déstruas inimicum et ultorem. ^'• '"'' ^''•
pour anéantir l'ennemi et son vengeur,
Qu('>niani vidi'bo cœlos tuos, upera
i .Je considérerai vos cieux, les œuvres de
^^,'^^^
[digiturum tuôi'um [vos doigts;
: HebV.'a, e.

lunam (H stellas, quœ'tu fundâsti. la lune et les étoiles que vous avez affer-
[mies.
Quid est homo, quod menior es ejus"?
•'•
Qu'est-ce qu'un homme, pour que vous
[vous souveniez de lui,

aut lilius liôniinis. quoaiam visitas et le lils d'un homme, pour que vous le

[eum ''. [visitiez?

Minuisti eum paulo minus ab ângelis, c Vous l'avez abaissé un peu au-dessous des
,^'J,"j'Ife|,''.
[anges,
Hebr. 2, 7.
d'hon-
gloria et lionore coronâsti eum :
Ps. 20, 4, . vous l'avez couronm'' de gloire et
[neur,
eum opéra ma- "
et vous l'avez étaljli sur les œuvres de vos
et constituisti super ^] {'^'i'.'
[mains.
[nuum tuârum.
Omnia subjecisti sub p(''dibus ejus, s Vous avez mis toutes clioses sous ses pieds,
oves et boves univérsas :
Ps. 109,^1 Toutes les brebis et les bœufs,
insuper et pécora campi :
^^' ''
^^'
et de plus les animaux des champs;
volucres cœli, et pisces maris, ^" ^^' '" « les oiseaux du ciel, et les poissons de la mer
qui perâmbuiant sémitas maris. qui parcourent les sentiers de la mer.
Domine Dominus noster, if»
Seigneur, notre Seigneur,
(juam admirabile est nomen tuum in que votre nom est admirable dans toute
[univér.sa terra, ps. s, 2.
[la terre !

Is. 6, 3.

Psalmus IX. Psaume IX.


1 Pour la fin. Pour les mystères du fils. Psaume
In finem pro occiiltis filii, Psalmus David.
de David.

Confitébor tibi Domine in toto corde i^audan- 2 .levous louerai. Seigneur, en tout mon
[meo :
'•"* "«""* [cœur;
narrâbo omnia mirabiiia tua. je raconterai toutes aos mer'eilles.
Laîtâbor et exultâbo in te : Ps. 137. 1 ;

Je me réjouirai et je tressaillirai d'allé-
2.1, 7 ; 6.i, IB. [gresse en vous ;

psallam m'tmini tuo Altissime. \\, 2.


'

je chanterai votre nom, ô 'Frès-llaut.


in converténdo inimicum meum re- quia juste 4 Quand vous aurez mis mon ennemi en
[trorsuni :
jutiicavit [fuite,
infirmabiintur, et peribunt a fâcie tua. ils seront sans force, et ils périront devant
p^ ^ jj.
19,' 9.
[votre face.
Quôniam fecisti judicium meum et eau- rrov. 24, le. ^ Puisque vous m'avez fait justice et pris en
[sam meam : ps. 7, 12;
[main ma cause :

setiisti super tlironum, qui jûdicas jus- ^». ;


93, 10. vous vous êtes assis sur votre trône, vous
[titiam. [qui jugez selon la justice.
Increpasti gentes, et pi'riit iiiipius, »«. «leievit '
Vous avez gourmande les nations, et
[l'impie a péri;

VIH. Hymne au
créateur des astres et de l'homnie. 10. Répétition du refrain initial.
C'est lepremier Psaume du recueil ou le poète ne
parle pas en son nom seul, mais au nom de tous : IX. Hvmne d'actions de grâces à Dieu qui a fait
..noire Seigneur ». Il est plusieurs lois cité dans le triompher son peujde de ses ennemis. Le Targum y
Nouveau Testament et appliqué au Messie, l'homme- voit un cantique à l'occasion de la victoire sur Go-
Dieu, l'homme par excellence. Hébreux, u, 6-8; I Co- liath. Ce Psaume est alphahétique, mais irrégulière-
rinthiens, XV, 2G; Ephésiens, 1,2-2; Matthieu, xxi,
a"-". Refrain du Psaume Que Dieu
: est grand dans
. ment. On trouve Valeph, 2;i (quatre fois) le beth,
4-5; le ghimel, 6; le hi\ 7; le car, 8-11 (quatre fois) ;
;

la création. le zaïn, 12-13; le khelh, 14-15; le /ei/i, 16-17; le yod,


Grandeur de Dieu attestée même par les en-
2<^-3. 18-19; le qoph, 20; \cschin, 21. La lettre dalelh man-
tants et même par ses ennemis. que. Du yod, le poète passe au qoph et au schin et ter-
Grandeur de Dieu dans la création du ciel,
4-*). mine là son chant, si l'on coupe le Psaume à ce ver-
(les étoiles el de riiomme. set, commel'ont fait les Massorétes; mais les Septante
(>. Vous l'avez ahaissé... Saint Paul apiilique ce et la Vulgate semblent avoir eu raison de joindre le
verset .lésus-Christ, homme-Dieu, qui, après avoir Psaume hébreu avec le Psaume ix, car le sujet se
été rendu inférieur aux anges dans son Incarnation, suit el l'alphabétisme continue dans le Psaume x,
a été couronné de gloire et d'honneur à sa Uésur- quoique irréguliorement. Voir p. 27, note 1.
rection. 2-0. Louange à Dieu (2-3), parce qu'il a accordé la
0-0. Bonté de Dieu envers l'homme auquel il a sou- victoire à David (4-5).
mis les êtres crées. .6-7. Description de la fuite des ennemis de Dieu.
24 Psalmus IX, 7-19.
. (!»». l-XLil). — Deo gratiœ pro concenMa Victoria f/XJ.

., aiç
'
Tor aiwvu,
t/d^çov -
-/.. "-
toj'

ai
an3?i
f
1•.•

:
JT

2: -y:
t •

:
^i/^n
)•
JT :

• dM^h ••
AT

^ ' ^' .- /oV

' y.ai
JT ; • - •• ^.•
••

••
-J

JT
: •

:
-

~«.
: -

' &.
, ^- - '*•
âixaiooivr],

^ '

JT
)•

:


••••.•

JT
:;•••

:23
: "• •

tSvo^
: •>.

^^
•• :
:

'

Tinb-
:


-. -
J : : • : - j • : : •

,
^ '

,. -
» J•.• : 1 : - '• : j•• : ' .'

'- '^^.\\ "li*:: 2d'' -in^b =52 :nin^ 12

^,

.^^&&,,
-:

,
• .•• ) • ~

^'"
:
''°•^33?
-: :?:
— h : |-
nbui
-
xb :?! anix
JT J
.

"
- J- •.• •
— |- • •

,
: : : ; : :


A • " '••-• r •

&'
: ' r.• î

^
:''^2

^ '.
^^ . -- ^ ^. ^ ^
' '^

âiu-
>

nin•^
:
r.•

>
:

2?iiD
<-

rs3
:ab:^-i
- _-

: -
:

msb:

JT
î

-
»
' r.•

: •
j :

^irbbi?
1

, .
ruii îiipiD b^"b2 niaB? rjstiiyû

" . ,'^
nbixuib ^^^,^ nbo is

/
^
^ '
a^^'uin ; "li^-^n

: • J• : J iv /

n2:b
- • TV ^b
^s :bn'-6î< ^nru: a'-'ifrbs »

^
^• r •" )•• •• •

& J :

a^'ÎDS" mpn li^^s n^tà"'

' ^^
n3?b

.
, '
^. ^^"
- V. 14.
V.

.
13.

19.
' ' GilïS
x"3a
' D-^iJS
r

EF:
:
6.

..
. ': or.

10-
j-ir. (-
': '
(F:

EF:
ùr. ).
^... : ..
1. :
8•

uncis incl.)•
)'.
":

1'2• :
...
A-EFX: (pro
':
:
111•)
ftiîè

£?'

: .. .
(?)• 15• EF:
.).
17. EF*
^ >;
13• EF^j"

âLa.
(: ).•).
-'.
s.

19.
(a.

(SCC.
14.

7. Hcljrcu : plus d'ennemis! des ruines pour tou- dra d'eux; il n'oubliera pas le cri des affligés ».
jours! des villes que tu as détruites leur souvenir ; l't. L'abaissement. Hébreu: « la niiscre ».

a péri avec eux ». 15. Hébreu : « enlève-moi des ])ortes de la


9. Hébreu « :jugera l'univers avec justice
el il
; mort... ».
il jugera les jieuples avec droiture ». IC'. (H. I.'i'). Hébreu « afin que je me réjouisse :

Hébreu « Jahvéii est un lieu élevé pour le


10. :
dans ton salut ».
faible, un lieu élevé au temps de la détresse ». 17. Hébreu « .lahvéli se montre, il fait justice: il:

11. Hébreu . et ceux qui connaissent ton nom


:
enlace l'impie dans l'œuvre de ses mains ». L'hé-
se conlienl en loi, parce que tu n'abandonnes pas breu a en plus • jeu d'instruments », et comme en :

ceux qui te cherchent, Jahvéh ». bien d'autres endroits " séWi (pause) ». :

1- Sen dcxscim. Hébreu: . ses hauts faits ». 18. Les pécheurs. Hébreu • les impies .>. :

1-3. Hébreu car il venge le sang, il se souvien-


• :
19. Despauvres. Hébreu : « des allligés ».
Psaume IX, 7-19. 2o
I. (!•»• I-XL•). — David remercie Dieu de lui avoir accordé la victoire CIXJ»

noinon eorum dcli'sti in ;et('riuini, ftiu vous avez elïacé leur nom pour l'éternité,
[sa''Ciiluin s;i''fuli. [et pour les siècles des siècles.

Inimici (1('(•• fri'imoip in fnioni : et ^^j '^j/


Les armes de l'ennemi ont perdu leur force
Icivitutcs oorum dostruxisti. [pour toujours, et vous avez détruit leurs
Gen. 19, 23.
Vu. 108, 13. [villes.

Pcriit moninria oorum ciim soaitii : Leur mémoire a péri avec biuit :

et Doniinns in ;i't/Tnum poiTnanct. Et le Seigneur demeure éternellement.


/««"us
Pan'ivit in jiulicio Uironuin suniii :
Ps. 102,19;
Il a préparé .son trône pour le jugement ;

et ipsc indicàliit orlteni Ioitîi' in ;i'qni- os, 13 97,9. ; et lui-même jugera le globe delà terre avec
A='- '"'"
[tàtc, [équité,
judici'ibil pnijulos in justitia. il Jugera les peuples avec Justice.
«<"«'"!«.
Et l'actii.s csl l»('iminus i-clïi.ijiuin pan- »-'*
Et le Seigneur s'est fait le refuge du pau-
[(• :
[vre,
adjufor in opporlunitutilms, in trilmia- ra.3G,39. son aide au temps du besoin, dans la tri-
[ti(')no. [bulation.
Et spcrcnt in t(> (pii novériint nonieii rs. co, n, Qu'ils espèrentdonc en vous ceux qui con-
[tuuni : [naissent votre nom.
quoniam non dcreliqnisti qua-réntos te puisque vous n'avez pas délaissé ceux qui
[Domine. [vous cherchent, Seigneur.
e••»»
Psâllite Dniuino, qui habitat in Sion :
, Chantez le Seigneui•, qui haljite dans Sion :

annuntiàte intei• -entes stûdia ejns :


pb. 73, 2; annoncez parmi les nations;
ses desseins
quoniam i-e(inirens sânguinem eûrum "''•
|^ '^^^
'*;
l)uisqu'il s'est souvenu d'eux, en deman-
[recordâtiis est :
Ge„'. 4, 9. [dant compte du .sang,
non est oblitus clamurem paûperum. 'J^o"f';j4''2s''
et qu'il n'a pas oublié le cri du pauvre.
Miserere mei Domine :
«rsivii Ayez pitié de moi, Seigneur,
vide Iiuniilitatem meam de ininiicis voyez l'abaissement où m'ont réduit mes
[meis. 1"•^• "'. i^•
[ennemis.
^
Job, 3h, 17.
Qui e.xaltas me
de portis mortis, i iicg.iy, 21. Vous qui me relevez des portes de la mort,
i>e. 12, 6.
ut annuntiem omnes laudationes tuas afin que je publie toutes vos louanges
Ps. 7, 16.
in portis fiiiiii Sion. ProT. 2C, 2 aux portes de la lille de Sion.
E.xultabo in salutâri tuo : Je tressaillirai de joie dans votre salut.
infixa- siint erentes in intéritu, (luem '''^." . Les nations ont été englouties dans le
[l'ec(''runt. iiostes [gouffre qu'elles avaient prépar('';
In l;Vqueoisto,qnemabscondérunt,com- leur pied a été pris dans le même lacet
[prehénsus est pes eorum. [qu'elles avaient caché.
Cognoscétur Dominus judicia fâciens : Ainsi on reconnaîtra que le Seigneur rend
Pf. 3f., 1. [justice;
in opéribus mânuura suârum eomjire- le pécheur a été pris dans les o'uvres de
[ho'nsus est peccàtor. [ses mains.
Convertântui'peccatoresin inférnuni, «» • ««'em Que de même les pécheurs soient préci-
peribunt.
[pités dans l'enfei•,
omnes irentes qua:• obiivisciintur D(>um. et toutes les nations qui oublient Dieu.
Quoniam non in linem oblivio erit pai'i-
'^'
"'
Car le pauvre ne sera pas pour toujours en
[péris :
[oubli ;

patiéntia iiai'n)erum non 'peribit in fi-


«. 10, ii; la patience des pauvres ne sera pas tou-
73, 19.
[neiu. [Jours vaine.

8-9.
dO-11.
Grandeuret justice de Dieu
Dieu est le refuge de tous les opprimés et
de tous ceux qui se confient en lui.
.. — La fille dr Sion, signifie
Sion, les habitants de .lérusalem.
le peuple ou

les nations ont été


la ville de

I(i"-17. Fruit de celte i)riére :

10. Le rcfuge.En hébreu « le lieu élevé ». I,es for-


: prises dans les pièges qu'elles avaient tendus.
teresses étaient établies sur des hauteurs etservaient 16. Dans votre salut ; c'est-à-dire à cause du salut
de refuse contre les attaques des ennemis ou les que vous m'avez procuré. — Dans le même lacet...
brigandages des pillards. Voir la note sur Psaume vu. 16.
12-13. Exhortation à remercier Dieu qui a vengé 18-19. Coup d'œilsur ravcnir punition du méchant.
:

son peuple. déli\rance de l'opprime.


13. D'eux. Ce mot se rapporte à ceux qui vous 18. Que... les pécheurs... David exprime ici une
cherchent, du f. iO.— En demandant compte du sang. prophétie plutôt (|u'un souhait. —
Dans l'enfer; dans
Dieu est le goël du pauvre. Voir !a note sur Nombres, le scheol ou séjour des morts, porte le texte original,
XXXV, 19. mais c'est évidemment pouryêtre punis des péchés
14-16». Prière que David avait faite à Dieu pour commis.de sorte que dans ce passage, comme dans
être délivré de ses ennemis. plusieurs autres, le mot scheol désigne réellement
15. Des portes de la mort, c'est-à-dire du jxnivoir l'enfer.
de la mort. C'est aux portes des villes que se ren- 19. La patience, l'attciUe de ceux t|ui se confient
daient les jugements. Voir la note sur Juges, xvi, 3. dans le Seigneur.
26

,,
''&
-^"'&,

3
^
, '
. (l»s.

y.ÎQie,

^
Psalmi IX, 20—
l-XL•!). — Contra improbon

ivo'tniov . » :
,

oppreHnoreH CÎJ•

•"
11.

;
J

< •
~ 7

J "^
JT

-
»

.,
-*

eloir. ^io- Î nbè 1"•'


ri'ûri
J••
u:i3x n^r^
• <.•.•:
^:;
:r ' <• '

, ^, - .
^,
.,. ,-
'
^ '^, (•/.

'^

"
^; -"
D-^tSrri

p'^T^ ran
pinizi n'nyn nin•' n5ûb

iT
mî<3.2

J V. • :
:n-i22

• : IT •
i<

.'
iD'ïi
y.
333 - J ;
ji/'b-i
I
: nirp
IT !
1 yià rnb,
I j- i .. .•
i
'

•• •
IT • ; •.•; ' J•• A :

. tt:
'

JT

', -
•• i: "^-î-t
ai
- »• : • ••• •
' : •.

^' . ^ **
nib I2i52s-b2
^iH^SD

i5iu:b
A ^ - :

1 nbs :rnn
nnn
<T
•••

rirn
izb:n

:
• :>

N*b

/^ J
t/ûïî
J-

nuis
jv -;
:Dns

sbîû
iv^T

"l'ii
«

)
, ^"-
.
-,
..,"'
)^'
'

TJj
-
nnsn
nsbnb

bsD"i
^-
JT

nb"»
-

:
••

:
-:

•• 1:
3ns/û3
- -:

Ti^::^
•• I

nsni
y:
|- :

^pD
- ihn''

:
-!|-


' DtD''
<•• •

:inu:n:} iru;-/22
^
J

:
nisi
'vit


b^:?
,t

a^-in^^a

:
• :

:
• -s.

:
s

i3b3: tn-^slbn vb^^srinii

,

J-
^^^
' cipm '

.
V. 21. ib. ns-i 'en n"iz
"3
' . . ' nsTi
10,2.
.
pics
5.
'
NÎ3
' ^:"
c^Ns bn

.
10. ib.
' '

. .)
21. ': àyD-çw.roi. EF* ^/: — [. EF:
* .. 10- ('?) : . 11.
1}. :
-.()
(a.

. .
'*
.-... ^-3.

9s.
.
**
(1. )
(a.

TJj
EF:
».
":
8.
:
?¥•\•
Ps. X
(a. xaçJ.) T^.
conjuiigitur
discropanlia iisque adPs. CXLl, cujusinduos
Psalmos partilione defectus compensatur.
cum
In graecis et latinis etiani
Ps. IX, iinde numororum

X. (Selon les Hébreux». Dans les exemplaires grecs G. Hébreu « il a dit dans son co^ur Je ne serai
: :

et latins ce Psaume est joint au précédent. jamais ébranlé; le mal ne m'atteindra point degé-
1. Ilélireu : « pourquoi restes-lu caché au temps nération en génération » \

lie la Irihuiation? » 7. D'amertume. Hébreu « de fourberie ». Le tra- :



-2. Héhreii : « l'impie dans son orgueil poursuit les vail et la douleur. Hébreu « la malice et l'iniquité ». :

niailieurcux; ils sont victimes des trames qu'il a 8. Hébreu « il se tient en embuscade auprès des :

conçues >. villages; dans les lieux écartés, il tue l'innocent ;

3. Hébreu: « car l'impie se glorifie (le sa convoitise, ses yeux sont fixés sur l'iiommc sans défense ».
et le ravisseur outrage, méprise Jahvéli ». 9. Hébreu » il est aux aguets dans sa retraite,
:

4. Hébreu : l'impie
à raison de son exces-
« (dit), comme le lion dans son repaire; il épie le pauvre,
sive arrogance Il ne punit pas il n'y a pas de Dieu
: ! .'
pour en faire sa proie; il le surprend, et l'attire dans
— Voilà toutes ses pensées ". son filet ».

;. Hébreu une foule


« ses voies réussissent toujours; tes
: 0. Hébreu : « il se courbe, il se baisse et
jugements sont trop élevés pour l'atteindre il soui- ; de malheureux tombent dans ses griffes ».

lle contre tons ses adversaires ». M. Hébreu il adit dans son cœur : : Dieu ou-
Psaumes IX, 20 — (IX), 11 27
. (l»s. I-XL•). — Recouru de David à Dieu contre hch ennemin (),
non coniort(!'tiir conciu^io. Levez-vous, Seigneur, (|ueriiomme ne
'-'"
Exurge Duiniue, .se

[homo :
pg .
j
[lortifie jjoint :

judicéntur gentes in conspéctu tiio. que les nations soient jugées en votre pré-
[sence.
Constitue Di'iiuiiKi lei;islat(jreni super -1 Établis.sez, Seigneur, un
législateur sur
[eux,
lit sciant gentes qiKiniani hominossunt. s,5. afin que les peuples sachent qu'ils ne sont
[que des hommes.
Psatnnis A' secundum Hebrœos. Psaume X selon les Hébreux.
Ut quid Domine recessisti longe, inccndiiur ' l'ourquoi, Seigneur, vous ètes-vous retiré
pauper [au loin,
déspicis in opportunitâtibiis, in trilni- et avez-vous détourné de moi vos regards
[iatii^e? ^ ,, „
[autemps du besoin, dans la tribulation?
Dulii superbit impuis, incenditur pau- Lam. s, ôg.
- Pendant qm» l'impie s'enorgueillit, le pau-
[por : [vre est persécuté avec ardeur;
(•oiiipi'ehonduntiii• in consiliis quibus ils sont ])ris dans les projets qu'ils forment.
[cogitant.
Qiioniam laudâtur peccâtor in desi- <ium 3 Parce que le pécheur est loué dans les
[dériis anima- sua; : ,',^^'^^»*^',.'; [désirs de son àme,
et iniquus benedicitur. et que le méchant est béni.
Exacerbi'ivit Dnininum peccâtor, '
Le pécheur a irrité le Seigneur:
secundum multitiidinem ii-a3 sua,' non il ne se mettra pas en iieine de la gran-
[quœret. [deur de sa colère.
Non est Deus in cons]Ȏctu ejus :
'•>
Dieu n'est point devant ses yeux;
r«^. is i

inquinâta' sunt via- illius in onini tém-


., .
ses voies sont souillées en tout temps.
[pore.
Auferûntur judicia tua a iVicie ejus : et Vos j ugements sont ôtés de devant sa vue ;

omnium inimicûrum suorum domina- joiTo'^iVî'^ il dominera tous ses ennemis.


[bitUr. Ez.'Ï2,'27.
Dixit enim in corde suo : Non mové- ,-^™• ''' 3• *
Car il cœur
« .Je ne serai
a dit dans son :

a genoratione in generationem, rs. 29, 7.


ru„,.
[bOr
sine
.
1 Thes. D, .i.
18, 7.
[point ébranlé;
de génération en génération je serai sans
[aucun mal ».

r .•' ^"?'"; «^°-"'"•
Cujus maledictinne os plénum est, et in maiiiia
, , '
Sa bouche de malédiction,
est pleine
[amaritiidine, et dolo :
[d'amertume et de fraude :

sub lingua ejuslabor et dolor. ^s. g-,, n. sous sa langue sont le travail et la douleur.
Sedet in ins'idiis cum divitibus II est assis en embuscade avec les riches,
J»''' -^. 1-'. s
"" '

dans des lieux cachés, afin de tuer l'inno-


in occultis, ut interl'iciat innocéntem. '

[cent.
Ociili ejus in pauperom respiciunt : etcioio, '•'
Ses yeux observent le pauvre :

insidiàtur in absc(jndito quasi leo in il lui dresse des emljùches dans le secret,
[speh'mca sua [comme un lion dans sa caAerne.
Ps. 36, 32.
hisidiâtur ut râpiat pauperem :
Job, 38, 40.
Il dresse des embûches pour prendre le
[pauvre ;
râperc pauperem dum âttrahit eum. pour prendre pauvre, tandisqu'ill'attire.
le
In lâquoo suo humiliâbit eum, impune. 10 Quand il l'aura dans son lilet, il le renver-
[sera,
inclinâbit se. et cadet cum dominâtus il s'inclinera, et tombera, lorsqu'il se sera
[tïierit parijierum. [rendu maître des pauvres.
Dixit enim in corde suo : Oblitus est
^''• ^''' '^•
" Car il a dit dans son cœur " Dieu a perdu
:

[Deus, [le souvenir.

-iO--21. Que Dieu défende toujours son peuple con- dans l'excès de l'aflliction, mais non un vrai mur-
Ire les Gentils. mure. Jésus-Christ en a adressé une semblable à son
-10. Que l'homme ne se fortifie point dans la ma- Père, du haut de sa croix.
lice par son impunité. Hébreu « que l'homme ne
: 2. Le pauvre est persécuté avec ardeur: littérale-
triomphe pas •, ne l'emporte pas sur Dieu. ment est brûlé. —
Ih sont pris; c'est-à-dire les im-
pies; le singulier précédant impie est ici un nom
Hébr. X. Les Septante et notre Vulgate font de collectif. —
'(^uiljus cogitant est |)our çuas cogitant.
ce Psaume, qui a de très grandes analogies avec le 3-5". L'im|)ie s'api)laudll de ses succès ; il triomphe
l)récédent, la suite du Psaume ix; l'hébreu en fait pendant que le jugement est loin. Voir l'hébreu p. 26.
au contraire le Psaume x, et c'est ici que commence 4. .Sa colère; c'est-à-dire la colère du Seigneur.

la dlversilé dans la numérotation des Psaumes entre L'hébreu coupe les y. 4-5 autrement que la Vulgate.
l'hébreu et la Vulgale. Nos éditions, tout en unis- Voir p. 2G.
sant ce chant au précédent, recommencent cepen- durée de son bonheur.
5'-0. J/im|)ie croit à la
dant les chilfres des versets comme dans l'iiébreu. 7-9.L'impie tend des embitclies à l'innocent et
— On retrouve des traces marquées d'alphabétisme au pauvre.
dans les strophes du Psaume hébreu elles parais- : 8.// est assis en embuscade... dans des lieux cachés,
sent continuer la série alphabétique du Psaume i\. enclos, habitations de nomades, cavernes ou fourrés;
avec inversion du lamed et du caph et (piclques c'est ainsi que procédaient les pillards qui dévas-
omissions lamed, 1; caph,
: mem, 5''; nun et ,sa-
.'i; taient la Palestine.
mech manquent; /i/ié, iieut-étie par suite d'un dé- 9. Un lion. Le lion n'étaitpas rare à cette épo-
placement, est le second mot du V. 7, précédant la que dans la Palestine. —
Le second prendre est à
stro[)he aïn; aïn, 8',• tsadé manque: qoph, X-i: l'infinitif {rapcre) dans la Vulgate, par hébraïsme,
resch, 13; schin, 15; thav. 17. pour ut rapint.
•1-2. Appel à Dieu qui se tient loin, pendant que 10-11. Le malheureux tombedansles pièges de l'Im-
le pauvre est pris dans les pièges des méchants. Oc pie et celui-ci croit que Dieu ne songe pas à le punir.
verset exprime une simple question adressée à Dieu 10. Dans son filet. \oiv la ligure de Psau^ne cxxiii,7.
28 Psalmi , 12— XI, 5.
).
^,
. (l»s.

. -
-.\-1). — Fiducia in Beo Junto

- "

' '.&.-;-. -
^T • : - - JT

^'"^,
, &]
^),
^
^
-2
:? JT
vîî:
5:

1
r:iy\v
< ~
bs' rfi-•^

:''°•^3^
" -:
^ >-
- -.•

: •
12

»3

iibil ton %'->'bïi


'^''
i<b

-^ 1-1

,
^',&
I : j •
:

y.ai
*
ts^zn I
c"bi b^i? nns"i 14

oor/ani • cin-' n^bn zb^ r^-'hv rrr^^i rnb


3•. *~^
:? ri"iT
-
nbm niir ^'-^ nns-'j -

,
AT 1"
j :«^ _:<- •

, &].

. &
'
^ '^
a*"'i3> ^^z^5 J'\ nbi" ^ba ni-^ le

9^, --: rixn


ni-^ nyntà n^iD" :i2nx-/3 17

-
--:

•^
: : .- I j |- - : i••
^ _
^'
:3< czb l^znis
', .CûD^b

^
^^

.
^ .

'.
,

&;,
-^, -
'

(')
',

^'
?. /.
^-3? DSn
:

•.••.•
- :

-
J :

JT •
'

"DDis
.
"<-

:
• •

/ i^inr :
,-

:

. ";, &' (^, "':b2?s-nO p^ri "^IT I - • - ' •• niraàn


r.cnn^ - ••

: bz^nz iisnp ni-"' 4

'^
1

;
<- .. . :

, &..
'

3' ,
^;?©::? ^^,^ td•^:? iî^os
-JT- ••• ••• • }! ' '
-y f ;
'^
:

'
-'::- nin^ :din "^dz ïiDnz•'
-:
JT : • ' : J•• : : •

V. 12. ' cii:? . 14. p-^cs xb "33


11,1. ^-15 "331 ' 113

.. ..
..
*'

* . A'B^Nt (in f.) fî''


««W»' (A-
uncis incl.). IG. EF: Kvqio; . 17.

: ^.
12. (sec.

(. •). : '. '.)—


.) :&68(.- uncisincl./^ov). A-EF: A^F: xvqu,

^^ ..) . :
TJi A':

"7 •.
EFt(inr.) 13. EF: nco- (pro avzS. 18- An-J" (a. «>'-

:
: (•).
).
14. /'.
:

B'f (•
':
.) ;• ("
EF: (pro
Ulicis incl.). .;
': ;;>'
A"
1.

linci? incl/.
':
4-
.. 'j. EF:
f't avToi (p. ot

blie, il voile son visage, il ne regarde jamais ». tiouvc plus (qu'il disparaisse, ».
13. Héhreu pourquoi l'Impie lucprise-t-il Dieu?
: i(i. De la lerrc. Hébreu • de sa terre <>. :

pourf|ui)i dit-il dans son coeur Tu ne jiunis pas? .: '•. Hébreu : • tu disposes leur cœur, tu prêtes
M. Hehrcu « tu regardes (cependant), car tu vois
:
l'oreille ».
la |)Cinc et la souiTrance, pour iirundre en main 18". Hébreu « alln que l'Iiomnic tiré : de la terre
leur cause; c'est à toi que s'aliandonne le malheu- cesse d'insi>irer l'ellroi ».
reux, C'est loi qui viens en aide à rorpiielin ».
m. L'Iiéhrcu place le milieu du \erset avant-?^!, X. ;h. XI). .'î. Hébreu « quand les fondements sont :

je grec et le latin le placent après. Hébreu : < brise détruits, que ferait le juste? »
le bras du méchant, punis son ini(|uite et qu'on ne le 6. (H. 5'•;. Hébreu « son àme hait le méchant et :
Psaumes (IX), 12 —, 6. 29
. (Vh. I-XL•). — Confiance en Dieu (XJ.

avrrtit f;icieiu suaiu no videat in fi- ^^^• 'H' il a (liHourno sa face pour ne rien voir à
" "'
''
[,^

[nfni. [jamais ».
' - Exurire Domine Deus, exaltétur manus Exurijai '-'
Lovez-AOus, Seigneur Dieu, que votre
[tua: »^—• [main s'élève :

no obliviscâris pauperum. ^"j.j•^--"; n'oublie/, pas les pauvres.


'> Proptoi• qiiid irritàvit iiupius Deuui ? ^^'^'^ ,', '^ l'ounpioi l'impie a-t-il irrité Dieu?
dixit enini in c.onlo suo :Non re(iuirot. 72, ;
g:^','?. C'est qu'il a dit dans son cœur 11 n'en :

[recherchera pas la vengeance •.


1
''
Vides, quuniam tu laboremet doloreni „"U/,"iei'n
•''
Vous lo voyez; car vous considérez lo
[considéras : ' [travail et la douleur,
ut tradas eos in manus tuas. rs._9, u; afin do livrer les oppresseurs entre vos
1 Reg.' 2, 31.
[mains.
Tibi deroHctiis est pauper :
j^h, ss, 15.
Le pauvre vous est abandonné ;

ûrphano tu cris adjutor. c'est vous qui serez le protecteur do l'or-


[phelin.
'' Contcrc bràchium poccatoris ot ma- coniera» •'•
l'.risezlebras du pécheur ot du méciiant ;

[iigni : ;•;""";''
quaîrotur peccâtum illius, ot non inve- \il,'\(i!' l'on cherchera son i)éché, ot on no trou-
le
[niiHur. Jer. , lo. [voi'a pas.
'c Le Seigneur régnera éternellement et dans
''•
Dôminus regnàbit in ibtérnum, et in p». 9, g,

[siéculum sa''culi : '^• '*• [les siocl(!s des siècles :

peribitis gentes de terra illius. nations, vous serez exterminées de la terre.


•' Desidérium pavipei'um exaudivit D('>- * suu'm"" ' Le Soigneur a exaucé le désir des pau-
[minus : re«l€lal. [vres :

prasparatinnom cordis oôruni audivit rs. c. lo. votre oreille a entendu la préparation do
^'"- "' [leur cu'ur
[auris tua. •''
:

De.it. lu, is.


'S Judicâre i)upillo
^ et humili, •« afin de rendre justice à l'orphelin et au
' Ps. 9, 20.
[faible,
ut non apponat ultra maiinificâro se ^\^'\2z
afin que l'homme cesse de s'élever d'orgueil
[homo super torram. [sur la terre.

Psalmus JL. Psaume X.


1 In finem, Psalmus David. 1 Pour la fin. Psaume de David.
- Domino confido
In :
Amicî
2 me confie dans le Soigneur
.Je :

quomodo dicitis anima• moœ : fu^-ani comment dites-VOus à mon âme :

Transmigra in montem sicut passer suadent. "Émigré sur la montagne comme un pas-
[seroau » ;'

••
Quoniam ecce
*•
peccatoros
'
intondérunt J"!• '??'!•.
Mat. 24, 10.
'•
Parce que voilà que les pécheurs ont tendu
[arcum, r». 03, .i. [un arc;
paravérunt sagittas suas in pliârctra, ils ont préparé leurs flèches dans un car-
iJquois,
ut sagittont in obscure rectos corde. ^,^,, , ,,,
pour percer dans les ténèbres les hommes
Is. G«' 1. [droils de cœur.
4 Quoniam quaj perlecisti, destruxorunt :
^•'"• '"> ^'• ^ Parce que, ce que vous avez établi, ils l'ont
justus autem quid fecit? mais le juste, qu'a-t-il fait? [détruit;
Di'iminus in templo sancto suo, sed in Deo
'
Lo Seigneur est dans son saint temple;
Dominus in cœlo sedcs ejus seciiru«: le Seigneur, son trùno est dans lo ciel.
Oculi ejus in paiiperem respiciunt manet. : Ses yeux observent le pauvre :

pâlpebrœ ejus intérrogant iilios hômi- ses paupières interrogent les enfants des
[num. [hommes.
''
Dominus intérrogat justum etimpium: *''
Lo Seigneur interroge le juste et l'impie;

Caniuois .ispyi-lcn {. 3). (D'aiirès Lay.iril).

12-13. Appel à Dieu pour qu'il n'oublie i)as le pau- de s'enfuir malgré le danger qui menace sa vie,,
vre et ne tolère pas les blasphèmes. parce qu'il met en Dieu toute sa conliance.
14. Kien n'est plus facile a bieu que de secourir 2-4. Discours des amis pusillanimes de David <|ui
l'aflligé.— L'orphelin, en général tout élre privé de lui conseillent de fuir le danger qui le menace.
la proteclion qui lui serait nécessaire. 2. Qnomodo dicitis animœ meie, pour de anima
15-10. Que Dieu chàlie le pécheur et les (ientils mea, c'esl-à-dire de moi. Le traducteur latin a
disparaîtront. gardé le datif qui se trouvait en grec.
17-18. La prière du Psaliniste est exaucée. .s-8. Celui dont la conscience est en paix est à
17. La prcparaiion de leur cœur; c'est-à-dire que l'abri de la peur; il se conlie en Dieu qui punira le
Dieu donne aux opprimés la force de supporter l'é- pécheur dans sa justice.
preuve jus(iu'à ce ([u'il juge à propos de les soulager. ;. Son saint temple: son habitation ici-bas, mais
surtout son habitation dans le ciel, ainsi que le de-
X. 1. Hébreu : « Au chef de chœur •. David refuse mande le parallélisuie.
,

30 Psalmi XI, 6 XIII, 2. —


.
u àb ("
{Va. l.XLl).

^
• — Clamor ad Deum CÎHJ' — Querela de imptorum
' ,- :rû:E:- ~ndu5 C/û-
arrogantia (Xiliy.

zn.si
s•. "usm

.'
\ : .'7 iT I :v

/TjV. ^

y.aTaiylooç
y.ul

•. '^" ôiy.aioç

y.ai âiy.utooviaç ^" ••


J •••rs
zr.x
A"
nipns Ij :
nin•^!v p-^ns
j• - •

,'1 V7U^
'.
^.
1••

, , •/. ,
'

^'.',- ai
.-II•
: Tnb :

&
1*
A• I :v j•

,
urdownwv.

' ' - , y.ai y.uoâln '*


"'-
' -: >- : y •• •.•
y •
-f.

'
y.ai

] ' ,
"'

\, .
' " -'•=
-..V '":%

^
--^ ':

;"
,,
I : ••y: - : y
r -: j•• : •

ï'O^nDù: ^:^3 ^'iD:bbb nuix

^3
'

' -;

, ' .^ -
J•• : :-v • j•- : • :

^- --
^ y.ai : 13b lins» "^/û ^iDPN
J IT
'
AT •

T^Tp_ a W3Si ^•:^ nis/p e

), '
n^D^
- >•
rb*^21
- •• ; r I
'^ T/ÛN^ a^pN
AT : _- » iv

. , ,, - ^
^,
/>;,
pi?T^ 7:^"? Î^'^^? î^"^ ^?l

.-
^

' '
., ^

'.
ai an7ûa:n
-'
A"

:a^s'32b
: :

J••

:abi:?b

: •
nin^—
JT

^b7 ans .^sbnn'•


-
:

;,
:

^ ninn-p
J -

r.. :

/
'
-
:

:
a'^n^'n-ûj


^sniin
a'^rûii
:

ci:
:


s

^ ",, ^ .; : ^.
-•.• • J"
: Tnb
: • :\.
n^D'/ûb

JT

.^. . " ^ ^.. .: (- -"")


6.
.. . .
'': ^. —
(sec. m.) Af (a. «.) 7. A': .
:
/. -: .
vneq
8.
3.
1. : ^.
EL": 9. 8•
...

EF:
* (ait.)
<. ). -
)
IrX:
6-

(':

.
...

(ait.
incl.). 4.
\oco)
A:
A'EFf (in
': f.) (A" uiicis 7)(- une. incl. ait.

9. A'-j- (p.
\*
(A" Uncis incl.). 1.

celui qui aime la violence ». '). Ils ont dit. Hébreu « ceux qui disent ». :
(i). Hébreu
'. 'W. • il fait pleuvoir sur:
les impies G. Je les ria/jlirai dans le sali' t. Hébreu » je ferai :

(les cliarhons de feu et de soulre. Un vent de tem- participer au salut celui contre qui l'on souille ».
prte sera la part de leur calice ». 7. Hébreu « un argent purifié au creuset, épuré:

8. (H. 7). Son visfiffc a vu l'rr/uitr. Hébreu : « les jusqu'à sept fois ».
hommes droits contemplent sa lace ». 8. Hébreu toi,.Iahvéli, tu les conserveras, tu les
:

garderas à l'abri de cette génération, pour l'éter-


XI. fH.Xir. 1. Hébreu
an clierde chœur. Sur le
: -
nité >.
sclicmiuilh (harpe à huit cordes. Psaume de David »
0. Hébreu • les imjiies se promènent de toute:
2. Ilcbren « sauve, .lalivéli, parce (|u'il
ne se trouve
:
part, quand la bassesse règne parmi les fils de
plus de saint, parce que les lldcles ont disparu
du ï'Iiomme (le chaldven porte : comme le vampire qui
milieu des enfants des hommes ..
suce le sang des hommes) ».
3. Hébreu « on se dit des faussetés les
:
uns aux
autres, on a sur les lèvres des paroles llaticuses
oii XII. (H. XIII). 1. Hébreu: t au chef de chœur. Psaume
parle avec un cœur double ».
'

de David »
Psaumes , 7 — XII, 1. 31

. (Ps. -)• — Appel au necourit de Dieu fJT/Jc — Inrocatton contre nen enttemin CXIIJ'

mais celui qui aime riaiquiU; hait son


qui autcia diligit iniquitâteni, odit uni [àme.
[mam suaiii
Ps. 139, 11. '
11 fera pleuvoir sur les pécheurs des pièges:
Pluet super peccatnres lûqueos :
Gen. 19, 24.
procella le feu, l(^ soufre et le vent des tempêtes
i^mis, et sulphur, et spintus Job, 20, 23.
[sont la part de leur calice.
Jer. 23, 19.
[rum, pars calicis eoi-uin. g„
Qu('iniam justus Doaiinus et justitias jf,•
^^^
-g- ^ Car le Seigneur est juste et il aime la jus-
[tice :
[dilexit :
p^.s,, s,
œquitâtem vidil vultus ejus. «, s; le, i son visage a vu l'équité.

Pealnius XI. Psaume XI.


1 Pour la fin. Pour Poclave. Psaume de David.
In finem pro octava, Psalmus David.
J'f. 6, 1,

Domine, Uolosi - Sauvez-moi, Seigneur,


Salvum aie iac liostes
quoniam sanctus
del'écit :
car il n'y a plus de saint :

les vérités ont diminué


quoniaiii (liiainut;e sunt veritâtes
hiiminum. parmi les lils des hommes.
a filiis
Ils ont dit des choses vaines,
7, 1. 3
Vana locuti sunt
unusquisque ad pruxiauiai suum :
chacun à son prochain :

leurs lèvres sont trompeuses;


labia doh'isa, un cœur.
iis ont parlé avec un cœur et
in cordi' et corde locuti sunt. Trov. 2, Ifi.

Dispérdat Doniinus et nia^ui- i Que Dieu perde entièrement


univérsa labia dolosa,
loqui. toutes les lèvres trompeuses,
et la langue qui profère
et linguaai
magniioquam. des discours superbes,
j Ils ont dit :
Qui dixérunt :

Linguaia nostram aiagniricâljimus,


..Nous ferons éclater la puissanc de notre
Prov. 30, 5. [langue;

lâbia nostra a nobis sunt, Job. 2l' 15. nos lèvres sont à nous,
quis noster Doniinus est? Dan. 3, 15. qui est notre maître? •
Propter misériaia iiiopuia, Deus ''
A cause de la misère de ceux qui sont sans
e.vureit. [secours,

et géaiituni paiiperum etdu gémissement des pauvres,


nunc exviruaiu, dicit Doiainus.
Ts. 33, 10.
maintenant je me lèverai, dit le Seigneur.
31 Je les établirai le salut j agirai en
dans
liduciâliter agaia Ps. 17, 9.
:
Ponaia in salutari :
;

18,
[in eo. PrOT. 30, 5. avec une entière Uberte.
[cela

Eloquia Doniini, Vei-a Uei '


Les paroles du Seigneur
eloquia. sont des paroles pures,
eiuquia casta :

argéntum igné examinatum, probâtum un argent éprouvé par le feu, imrifie dans
[la terre,
[terrte.
purgâtuai séptuplum. raffiné jusqu'à sept fois.
«iervabil s C'est vous. Seigneur, vous (pii nous sau-
*
Tu Di'unine servâbis nos :

l>eu,». [verez,
Act. 2, 20.
et custodies nos a generatiune hac in (>t qui nous préserverez de cette génération
[éternellement.
[tetérnuai.
'

In circuitu impii ambulant :


Prov. 2S, 12. ' Les impies rodent autour de nous;
secundum altitûdinem tuam multipli- c'estdans la profondeur de vos desseins que
[câsti filios hùmiaum. [vous avez multiplié les lils des hommes.

Psalmus XII. Psaume XII.


In finem, Psalmus David. 1 Pour la lin. Psaume de David.

Usquequo Domine obliviscéris me in oeus sta« .Jusques à quand. Seigneur, nVoublie-


[fmem? '»"»"• [rez-vous pour toujours?

un cceur un cœur double, plein de


fera pleuvoir sur les pécheurs... Expression
7. Il 3. cœur et :

niétaplioricpie pour mar(|uer une vengeance terrihle qui se van-


de la pari de Dieu. —
Des pièges, des lacets ou ils se *^Que Dieu détruise les trompeurs
''"4?5
langue.
trouveront pris tandis qu'ils voulaient y prendre les tent de pouvoir tout par leur
— Kénonse de Dieu qui promet de sauver les allli-
autres. Le feu. le soufre. Allusion au châtiment »i

de Sndome et de Gomorrlie. Genèse, xix, -24. Cnlice — o-és cause de la misère.... du gémissement. Qieu,
—A
que n'atteint pas l'injure de "'''"Pie^est ému de com-
se jirend souvent dans l'Écriture i)our le sort : ainsi
des faiules et des
la part de leur calice veut dire ici : leur part échue passion à la vue des souffrances
par le .fort.
Son visage a vu l'équité. Il a regardé favora- "'' f4lmiste. après avoir rapportedépouillées
paroles du les
8.
blement l'homme en qui régne l'équité. '^ePuieur en fait l'éloge.
de - Pures,
Îoif mensonge. - Purifié dans la terre, c'est-à-dire
la fin du
XI. Prière de David pour obtenir de Dieu qu'il le dansTe creuset de la le.'re. (Voir la note 4, a
protège contre les méchants qui l'entourent. conserve les
2-3. Appel de David à Dieu, au milieu des trompeurs ^"s-l."ou^vef appel à Dieu pour (pi'il

dont il est environné. siens au milieu des méchants.


•2. Les vérités ont diminué, c'est-à-dire, d'après la
Aulgate. (lu'elles ont perdu de leur force sur l'esprit
des hommes tout occupe des intérêts vulgaires de
ce monde. Le sens de l'in-brcu est différent. D'ai)rès
plusieurs commentateurs, David se plaint ici de l'in-
fidélité des révoltés, d'Achitopliel en particulier. tibles en hébreu.
32 Psalmi XIII, 3 XIV, 6. —
. (. ImXlil). — Imploratio pro liberatione Inrael de impHn C^iV).

^",
,, &
&
;

", '
&
'^" i^rjoofiai
' -/. -; tr
un
- ^DDÎDBli^^ '^ùiDDsniîk:?
pbr
• iv

^2•^^ a^i''
j• :
' jv

.

^5•3
n3s-i3?
-
.•

a^i'•
AT
: -

'
. ^'([)&
''

' ^' ]. ^- "*

' ?]
^^ .• JT : •••-:\ 1 J•
-

"
" '. .-
.
•^
j-T >: r (• Ij:• r

, pbr IT

& ,/ . mib ràrûh «

^
•'^
-'.
'
,
,
'
^ccvid.

-
^n^nuiha^nbv^
- .

nix"ib ms-^D3-b3?
: •
•••
^* isb^b^^
' -
J••

^^
• :» <-

,,',, .
- . bsn ''b^"^ uinn b^stan u5v» s

),
-

•- •• y YT - i

^. A JT--:i•.•
I I ' :

IT V -
"*

'^bDS lis
iviT
^bys-bs
- Y•• I
'i:'^^
-"IT
^îbn
t —
4
J•• : 1

sbJ nin^ anb ^^^

^
\'^^'^r> îlb::^î
„h : •••A•.• : JT • -».

, . . J :

"^ •.•: • - -; JT «

,
.',^ & JT :

13,2. 3 bis

14/1. Slbrt
p^DS
-; r

"33
"3
r
-

, -' - . ^-(
.. :
— : ^9'-\

^,-^ ,
; 0• £771 1.
1-3- *

. '
>. F* ''
^"
.
). .
.
(pr.) —
* (scc. .

( SCC. m. uncis includit). ': •
3•
marg.)•

:
addil,

)
4•

{\i.

'.
2. ':

Au-dessus de >.
(:
(-
(-}).
Ullcis incl.)•

Hébreu « contre moi >.


:
3.

-J-
A'EF-^
'.\: . (EFX: o^^LOl'). . F:
': (pro ) . EF: (pro 6 ': ^.
6- F^X:

mots jusqu'à la fin du verset 3 ne figurent point dans


( ori) .
.'i. Hébreu « de i)eur que mou enuemi ne dise
: •
l'hébreu. On les retrouve dans d'autres Psaumes,
.l'ai ctc plus fort (|ue lui, et (|ue mes adversaires ne
triomphenl de joie, si je cliimcelle ».
Psaume v, H cxxxix, 4; ix (bis), 7; xxxv, 2; et dans ;

Isaïe, Lix, 7-8; Proverbes, i, 10.


«. Je chanterai le nom du Dieu Ircs-hnut. Ce
mem- t. Hébreu perdu le sens, tous ces ouvriers
: « ont- ils
bre de phrase n'est pas dans l'Iiébreu.
d'iniquité, qui dévorent mon peuple comme ils
mangent le |)ain? Ils n'invoquent pas Jahvéh . Cette
XIII. (H. XIV). Ce Psaume est reproduit dans le (Iornière phrase fait partie du y. 4 dans le texte hé-
second livre de la collection des Psaumes. Voir
breu.
Psaume i,u (H. mu).
i). Hébreu > c'est là qu'ils seront saisis de ter-
:
1. Hébreu « au chef de chœur. Psaume de David »
reur, quand Dieu paraîtra au milieu de la généra-
:

— Il n'y en a jias même un n'est pas dans


l'hé- tion juste ». —
Là ou n'était jms la crainte n'est pas
breu.
Tous ici dans l'iK'breu, mais on le trouve Psaume un
;i. se sont ilétournés... Hébreu
se sont « ils
:
(Vulgate, LU), 0.
tous éloignés csalement; ils se sont tous perver-
— (i. vous vouez à l'opprobre le conseil
Hébreu : «
tis... ». Leur ijosicr est un sépulcre ouvert, etc. Ces
du pauvre, mais Jahvéh est son espérance ».
Psaumes XII, 2 — XIII, 6.

, (l*s. I-XL•). — Prière pour le salut d'Ixraël en proie auœ impies CXItlJ-

usqucquo avertis fucicni luam a me? ^h.j,!'"]''^•»'^'


Jusques à quand dctourneroz-vous de moi
rs. 43, 24.
[votre visage?
,,. . , .

Quanidiu ponani consilia in ;iniiua " Jusques à quand formerai-je des projets
[luea, [dans mon âme,
dolureni in corde meo pcr dieni? et donnerai-jc du tourment à mon cœur
[pendant le jour?
Usqucqiio oxaltâbitui• inimicus mous ^'
Jusques à quand mon ennemi s"élèvera-
[super me? ExaucUat [t-il au-dessus de moi?

Réspice, et exaiidi me Domine Deus eu'n»' ^ Regardez et exaucez-moi. Seigneur mon


[meus. 3. is, 9. [Dieu.
Illumina (Jculos meos i Reg. __i4, 27. Eclairezmes yeux.
ne unquam obdormiain in morte : "Ç^ n,'^.^'
que jamais je ne m'endorme dans la mort :

nequândo dicat inimicus meus : Jer. 01,' 3«. •'


de peur qu'un jour mon ennemi ne dise :

Pra'vàlui advérsus cum. " J'ai préA\alu contre lui ".

Qui triljulant me,exultâbunt si motus speran- Ceux qui me tourmentent tressailliront


•*'•"•
[fViero : [de joie, si je suis ébranlé;
-''^ mais moi, espéré dans votre miscri-
ogo autem in misericru'dia tua sporâvi. ^^• ''
j'ai
[corde.
Exultâbit cor meum in salutâri tuo : 15. g:., 14. Mon cd'ur tressaillira d'allégresse dans vo-
[tre salut;
cantâbo Domino qui bona tril)uit mi- je chanterai le Seigneur qui m'a comblé de
[li- rs. 102. 2 ;
[biens;
et psallam numini Domini altissimi. 141, s.
je chanterai le nom du Dieu Très-IIaut.

Vsalmuiii XIII. Psaume XIII.


In finem, Psalmus Daviil.
1 Pour la lin, Psaume de David.
Dixit insipieas in corde suo :
impius L'insensé a dit dans son cœur :

« Il n'y a point de Dieu ».


on est Deus. ueum.
Corri'ipti sunt, et aboininâbiles fa et i
Ils .se sont corrompus, et ils sont devenus
r.^. =,2; 10, 4.

[sunt in studiis suis :


[abominables dans leurs affections;
non est qui fâciat bonum, il n'y en a point qui fasse le bien,
non est usque ad unuin. il n'y en a pas même un seul.
Dominus de cœlo prospéxit eu•» videt - Le Seigneur, du haut du ciel, a jeté un
Ueus [regard
super filios hominum, Ps. 32, 13. sur les fils des hommes,
ut videat si est intélligens,
Ps. 21. 27; pour voir s'il en est un qui ait de l'intelli-
23, 6.
[gence,
aut requirens Deum. ou cherchant Dieu.
Omnes declinayérunt, simul ejus
3 Tous se sont détournés; tous ensemble
inutiles facti sunt : peccata. sont devenus inutiles;
non est qui fâciat bonum, Gen. S, 21. il n'en est pas qui fasse le bien,

non est usque ad unum. .3, 10-12. il n'en est pas même un seul.
Job, 16.
Sepiilchrum patens est guttur e(')ruiii Ps. 11.
1.5,

:>,
Leur gosier est un sépulcre ouvert,
linguis suis doli'ise agébant, ils trompaient avec leurs langues;

venénum âspidum sub h'ibiis eorum. ps. 139,4. le venin de l'aspic est sous leurs lèvres.
Quorum os maledictione et amariti'i- Leur bouclie est pleine de malédiction et
[dine plénum est :
[d'amertume ;
j^,^ ^^ ^
vclôces pedes eorum ad effundéndum uom. 3,'i3. leurs pieds courent avec rapidité pour
[sànguinem. Rom. 3. 14-1; [verser le sang.
Contritio et infelicitas in vus eorum, ^^" *'"^' '•
La désolation et le malheur sont sur leurs
r. 1, 16. [voies :
ot viam pacis non cognovérunt :
. 59, 7.
mais la voie de la paix, ils ne l'ont pas
Rom. 3, IS. [connue ;

non est timor Dei ante oculos ei'irum. Ps. 3.-., 2. la crainte <U^ Dieu n'est pas devant leurs
[yeux.
Nonne cognoscent omnes qui operân- .xunc eum ^ Est-ce qu'ils ne connaîtront point, tous
[tur iniquitàtem, ^•'«en*• [ceux qui opèrent l'iniquité,
(jui dévorant plebem meam ^=• ''^• "•
mon peuple
qui dévorent
sicut escam panis? comme un morceau de pain?
Duminum non invocavi'Tunt, ^ Ils n'ont pas invoqué le Seigneur,
illic trepidavérunt timijre, **' liment. ont tremblé de frayeur
Ils
ubi non erat timor. là n'était pas la crainte.

Qu(Jniam Dominus in generati(')ne justa 'j
l'arce que le Seigneur est avec la géné-
[est, Ps. 23, 6. [ration des justes,
consilium iuopis confudistis .-quoniam ecch. ;., 17. vous avez confondu les desseins du pauvre,
[Dominus spes ejus est. [p^rce que le Seigneur est son espérance.

K>. Prièrepour implorer le secours divin. est la conséquence logique de la révolte de l'esprit.
Contre lui, contre le juste.
î>. Du haut du ciel, Dieu regarde qui le cherche
2-3.
Espoir que la prière du Psalmiste sera exaucée.
G. et ne voit partout que corrupiion.
il
— Votre salut; c'est-à-dire le salut dont vous êtes 2. Qui ait de l'intelligence, et qui cherche Dieu.
l'auteur, le salut qui vient de vous. Opposition à l'insensé du V. 1 qui nie Dieu.
3. Inutiles. L'impiété estvaine et mérite justement
XIII. 1. L'impie nie Dieu et ses actes sont abomina- le nom d'inutilité. Le .juste seul porte des fruits.
t)les. —
Ils se sont corromjms. La corruption du cœur S"-G. .Vnnonce du châtiment réservé aux coupables.
BIBLE POLYGLOTTE. — T. IV.
.

34 Psalmi XIV, 7 — XVI, 5.


. (1»«. I-Xljl). — Dencriptio Junti CXVJ. — Deu» in perieulo refuffiutn f JTF/J.

;
, ^^,
'
T/ç âwoei
"
— /' oWDJoioi'
-- 3^ ^Nntip"; ^,^•] ]:'/2 •|]';

^"»
^ ?

'loQurjk.
1
JJ'.
^.
/. '-^ ^^ ^'^'^'^ nirp
Kvnie,

,^
'

, ;; •/..,
) y.ui iv

''
,
-

]
kukiZv
--
:
•.•
: AT _• •• : jt :

'
iv
- :?23 nzi.r)': nin'^ ^^5^';-^î^ zk'û2

,
'
.
". '
-. - ' j- < : - • J :
-

"
:

. ^ ^
IT : - • ». •••

ad - V
.
, ^

^^ . : JT : •

: : J- • - r " • ;•• :

^ '.
J I•.•
-

r.72-
• t

^- AT JT -:

'^i^b
-.

, .
^. •• - : - J :
• • ; •.•

'

,
''
. ,
^
«
&
,.
'

>' >; ;'?^^


,
. ^

'
,,
"^-
"^


-

:i.
AT

»

r
jv

:
-
:

-
• ' -• -

:»»•:•.•
~

•.•
''

j-
''

•.•

.&.
/ .^'
/}
EFf
7. :
(ab in.) : ) —) ...

(pro ...
1
*
(EF* ).
''
(a. OÇ.)
tnï . . .)' ^.
oti. iill.

4- '"|" (a.
3. EF: (pro
("

)-
...

uiicis incL). EFf (a. xvq.') • A-:


'
' —
. 2.
4.
'*
: ovcJ'
- fin.
.
. ':».)
3. EFf
.
(p.
rj
6 '-

MV. (. XV). 3" (. 3»). Hébreu : « qui ne calomnie lu es tout mon bien.
pas avec sa langue .— Qui n'apns accueilli l'injure 3. Hébreu « les saints (|ui sont dans le pays;
:

contre set frères. Hébreu : « .|ui n'injurie |)as son les iiommes pieux sont l'objet de toute mon ali'ec-
l>rochain •. tion ».

i. « on multiplie les idoles, on court â


Hébreu :

XV. (H. XVJ). \. Hébreu « hymne de David ».


: — un culte étranger; je ne verserai nullement leurs
Conservez-moi. Hébreu garde-moi .. libations de sang, et je ne mettrai point leurs noms
:

•2. Hébreu € ... mon souverain bien n'est pas au-


:
sur mes lèvres ».
dessus de loi ;iu es mon bien) .. On a proposé de lire
.'i'•. Hébreu : « c'est loi qui (me) conserves mon lot
~"'72 "12 (mon bien n'est pas en dehors de toi ou (la part qui m'est échue par le sort) •.
Psaumes XIII, 7— XV, 5.

. (l»s. I-.\L•). — Portrttit du Junte (XIV). — Oieu refuge dan» le» danger» (XVJ.

Quis dabit ox Sion salutârc Israël ! oeu» "


Qui fera sortir de Sion le salut d'Israël?
cum avérterit iJoiiiiiius captivilâtom '«"j^s.
Lorsque le Seigneur aura mis lin à la caji-
[plcbis siKv, [tivité de son peuple,
iî„„,. ,1,2
oxultâbit Jacob, .lacob tressaillira de joie
Tob, 42, lu.
et la'tubitur Israël. et Israël sera dans rallégresse.
Is. 35, 10.

l*salmu»4 XIV. Psaume XIV.


1 Psalmus David. 1 Psaume de David.
Domine quis habitâbit in tabenia- cum neo Seigneur, qui habitera dans votre taber-
[cuio tuo-/ p•;»•^^;»•;
[nacle,
ant quis rciiuiéscot in monte sancto 83.5. et qui reposera sur votre montagne sainte?
[tuo-/ '-^^,'•
Qui ingrcuitur siniMuacuia, et opéra- ju<<tus,
- Celui qui marche sans tache, et qui pra-

••
[tur justitiani
qui loquitur vorit:'it(Mu in corde suo,
:
_rs. is,

^job.'s?, 4?"
u.
3 qui dit la vérité ^
eut dans son cœur.
Celui qui n'a pas trompé avec sa langue;
[tique la justice,

qui non egitdolnui in lin.iiua sua. bonus,


Née l'ocit ju-oxinio suo nialuni, (|ui n'a jias fait de mal à son prochain,

et oi)i)r('ibriuni non accépit advérsus et qui n'a pas accueilli l'injure contre ses
[frères.
[prôximos suos.
''

Ad uiliilum deductus estin consp('Ctu En présence de qui le méchant est regardé


[(•jus malignus :
[comme un néant,
tim»''ntes auteni Dominuni glorilical :
mais qui glorilie ceux qui craignent Dieu.
qui jurât pn'tximo suo, et non décipit :
verax, Celui qui aj'aiit fait un serment à son
[prochain, ne le trompe point.
•"•
qui pecuniam siiaui non dédit ad niiserî- Celui n'a point donné son argent à
' ^
r . cors. [usure,
[usuraui, ^^^ ^, ,.
et muuora super innocentera non ac- et n'a point reçu de présents contre l'in-
lO^'. ss.'àë.'
[cépit : i8.'i8/'i7. [nocent ;

i|ui l'acit li;ec, non niovébitur in Lut('r-


^'''"'• ^'• -^• celui qui fait ces choses ne sera jamais
[nuni. [ébranlé.

l'salinus .W. l*saiiine XV.


1 Tituli iiiscriptin ipsi David. i liisciiplion de litre par David lui-même.
Ps.35, i•
24, 20.
Conserva in(> Di'iuiine, qunniam spe- Deus Conservez-moi, Seigneur, parce que j'ai
[ravi in te. soium [espéré en vous.
bonu.» J'ai dit au Seigneur Vous êtes mon Dieu,
- Dixi Duiaino : Deus mous es tu, - :

quoniam bonorum mei'irum non eges. rs. i.s i. vous n'avez pas besoin de mes biens.
'
Sanctis. qui sunt in terra ejus, Ps. si, lo.
''
Aux saints qui sont sur la terre,
uuridci'ivit omnes voluntâtes meas in il a manifesté d'une manière admirable
[eis. [mes volontés pour eux.
^ Multiplicâta3suntinfirmitâtese(')rum: ^,'^^*^"";*
Leurs inlirmités se sont multipliées, en-
[p()slea accelorav('Tunt. 'fatls.''
[suite, ils ont accéléré leur course.
Non congregàbo conventicula e»')rum de Je ne réunirai point leurs assemblées pour
[sanguinibus : [ /frir des victimes sanglantes,
nec niemor ero nominum e(')rum per je ne rappellerai même pas leurs noms sur
[lâbia mea. [mes lèvres.
'•'
Dôminus pars hereditâtis meœ, et câ- Deut. is, 2.
'>
Le Seigneur est la part de mon héritage et
[licis mei :
7^^-:^^ '.f; '
[demon calice:
tu es, qui restitues hereditâtem meam "™' ' " c'est vous qui me rendrez mon héritage.
[uiihi.

7. De Sion. Dieu avait choisi la montagne de Sion nos périls. Cette prière a été composée par David
pour sa demeure. Le l'salmiste semble prédire le l)endant son séjour à Siceieg, I Rois, xxx, ou au
retour de Juda et d'Israël, et la réunion des dix tribus moins pendant qu'il était chez les Philistins. —-Parmi
avec celle de .luda, dont les ])ropliètes ont si sou- les commentateurs catholiques, les uns regardent
vent parlé, et (|ui s'exécuta réellement après le re- ce Psaume comme messianique dans le sens littéral,
tour de la captivité. Les Pères de l'Église ont expli- les autres dans le sens figuré. l>lusieurs traits de ce
(|ué ce passage de la rédemiition du genre humain, Psaume sont certainement messianiques. S. Pierre,
accomplie par.Iesiis-Christ, sorti de Sien. Or c'est cette Arien, 11, -io, 27,31, dans son discours de la Pente-
délivrance admirable qui a comblé Jacob et Israël côte, se sert des v. s, 10, comme d'une prophétie de
d'allégresse. Elle a répandu la joie également iiarmi David, annonçant la résurrection de Jésus Christ.
les Gentils et i)armi les .luil's qui se sont convertis. S. Paul, Actes, xui, ,{5-37. dans son discours à Antio-
che de Pisidie. dit aussi que le v. 10'• a été accom-
XIV. 2. Qui marche sann tache : liébraïsme, i)0ur ])li la résurrection deNolre-Seigncur.
par
qui se conduit d'une inanière irréprochable. Cl. Ge- David demande à Dieu de le garder lui-même»
1-3.
nèse, V, •2-2, -24; vi, 9. parce que. en dehors du Seigneur, il n'y a aucun
Contre l'innocent; c'est-à-dire au détriment de
5. bien pour lui ni pour les saints.
l'innocent. C'est une allusion à un juge équitable, 3. Aux saints... L'hébreu a un sens tout différent.
(jui n'accepte point de présents pour condamner un Voir p. 34.
innocent, mais qui, selon l'expression d'Isaïe, secoue 4. Leurs infirmités. Hébreu : leurs idoles. »Voir
ses mains de toute sorte de présents Excutit ma- : l).3i.
nus suas ab omni munere (xxxiu, 13). Ceux qui s'éloignent du Seigneur sont mallieu-
4-0.

de ce mot à
'. \. Hébreu
note 1 à la lin du volume.
la
: « Miklham.
11 faut
» ' l'explication

reux; il ne faut donc pas s'unir aux méchants, mais
prendre Dieu pour son |)artage.
0. La part... de mon calice: c'est-à-dire ma part
se confier en Dieu, notre plus sur asile dans tous échue par le sort. Cf. Psaume x(Héb. xi), 7.
1

Psalmi XVI, 6 — XVII, 7.

.
"-
/.-
. - 2- 1. (!»!*.

^'
1-Xlil). — Clamor innocentin a

a intntoav îv
«-
Deo auxilium Hperantin CXVII).

n^Tû-'rDz 'b-^ipcD D^b^n 6

'
îJ
JT :

. ,
y.vQiov

' /. ^'.-
. y.aî
^

" Jid pb
,-/. ,
^ rivffoavd^ri nb2-ç]S- niZ3
• • : :
b^•
•JT -
^sb- •
r.'/ûb
j-
'

''"
]

"
y.ui
/J
yMuy.'

', ^ ^9
y.ai

<
tlnièi. ^^^"

6ia<ibooar.
(, 6
^^
^
nix-iÎ5

3?2
- .
^» )• - - y
irin-xb
^:37^nin
.... : ,
bis^àb

-
1

. , ?;
-> : r • • : ; ^. :

.
V

,
-& .. - < 3
[,.^
^

, /.
}} .
/.

&'
,
-
: • >' ,' •'•
ci:

:
• :

)•-: |-

.&' . - '
o(f

^" ,
, '
.
^
nb-'b*

:
-

^snn^-'^-bs
: :<-

^n^T
1 ^sb • :

s-:S/3n"bn
<-
ÎD^nui^D
*

^Drens
3

:7 ^^<
)•-: J Av : _- :

j \ : •

•^TjiwS
- ^mbiis
/- - ri
•..

": ^ t : - :

, ,
"'
^', . -
^

,
([% "*

nbsn
bx ^:3>•-^3
: ^/
:
ïiDi^rbs- J

>•"2
^.^-•^3
Ti^nibr<"7:2i
' ^,

^b
- :

"3
: :

, . '
a^b/ûipn'/sa n^Din :?^uiv/3 rpicn

'. .
9. EF:
11. ':
'' ) .
.).-. )•*
0. FX:

(a. itx.)
.^
èrrf'.TiOij'S.

JU8. 7.

.
:
dO-

-:
:
^:
dipd^. .•:
(:
8. '':
(:

^'.
...

1.
.
(.
17,3. irsnn 'hn s"3a
.
,.
4.
''^

ib.
y"iE
-^,
3>3
"3

6. *:
2.
(1. 7. : .
7. Hi'breu : je bonis Jalivch, qui estmon conseil- toi ; yeux voient (ma) droiture ».
(|ue tes
ler; même la nuit mes reins m'exhortent ». ;f. « si tu éprouves mon cœur, si tu le vi-
Hébreu :

HeJjn'U
8. : « j'ai toujours eu .lalivch présent à mes sites la nuit,si tu me passes au creuset, tu ne trou-
yeux: (|uand il est à ma droite, je ne suis point veras (rienj, ma pensée n'est [tas autre que (ce qui
èljranlc •. sort de) ma bouche ». — Les versets 3-i, 7-8 et 13-14
!». Ma
laiH/ue. Hébreu (littéralement) : « ma gloire », sont coupés différemment dans l'hébreu et dans la
c'est-à-dire mon esprit. —Reposera dans l'espérance. Vulgale.
Hébreu « : ma
chair (mon corps, aussi liahite (vil) en •4. Hébreu
« à la vue des œuvres des hommes,.
:

sécurité ». j)our la parole de tes lèvres, je me tiens en


obéira
10. Fo<ri?«ai/ii.Hébreu(littéralemcnl): « ton pieux ». garde m'éloigne) de la voie des violents ».
(je
ii. Hcl)reu • tu me feras connaître la voie de la
:
5. Hébreu « mes pas sont fermes dans tes sen-
vie. il y a d'aljondantes joies en ta ])rcsence; des tiers, mes pieds ne cliancellent point».
délices' sont a la droite pour toujours ». 7. Hébreu « fais éclater ta bonté, toi qui sauves
:

par ta droite, de leurs ennemis, ceux qui mettent


XVl. iH. XVH;. 1. Hébreu : " écoute, .lalivéii, la leur contianceen loi ». be f. 8" de la Vulgate est7<=
justice ». dans l'hébreu.
2. Hébreu : « Mue ma justice se manifeste devant
Psaumes XV, 6— XVI, 7. 37

. (Ps. I-XL•). — Appel de David innocent à Dieu contre ne» ennemi» fXYIJ.

i;
Funos cocidérimt mihi in prœck'iris ^."J^^^";""* :
''
Un lot m'est éciiu dans doslieux excellents ;

étoniirilieréditasmeapr£Rcl;ira estinilii.
'
car mon héritage est excellent pour moi.
7 Henedicaiu Doiuinuni, qui tribiiit iiiihi
7 .Je bi-nirai le Seigneur de ce qu'il m'a
[intelléctum :
[donné l'intelligence,
insupcr et u.s<iue ad noctem increpué- et de ce que jusque dans la nuit môme mes
[reins m'ont repris.
[rtint nie ren<>s moi. _
Je voyais toujours le Seigneur en ma pré-
^^ ^^^ '
«
8 l'rovidéljani D(')minum in conspéctu 'i,;;,j.
[sence,
[nieo scnipci• ^^^ ,_ ,3:

quôniam a dcxtris est mihi, ne coni- p^ [^5_ 3, iiarce qu'il est à ma droite, afin je ne
que
[sois pas ('branle.
[muvoar.
9 Propter hoc ];otâtum est cor nieum,
'•'
C'est pourquoi mon cœur s'est réjoui et
,^^1*^,^^
exultâvit hn^ua niea
[(>t :
'«'•*"'• [ma langue a tressailli,
insuper et caro niea requiéscct in spe. rs. 12, g; et même ma chair reposera dans l'espé-
[rance.
10 Qu('>niam derelinqnes ânimam
non Act. 2, sr; Car vous ne laisserez point mon âme dans
[l'enfer,
[meani in inlérno : 27,31 ;
is, 35.

et vous ne permettrez point que votre


necdabis sanctuni tuuiu vidére corrup-
[tioneai. [saint vole la corruption.
Vous m'avez fait connaître les voies de la
" Notas iiiihi fecisti vias 'ita, Ps.^u.'u•
Il

[vi<N
iu'.»,'i.

adimplébis me lœtitia cum vultu tuo : vous me remplirez de joie par votre visage;
delectationes in déxtera tua usque in des délices sont à votre droite pour tou-
[jours.
[finem.

Psalinus XVI. Psaume XVI.


1 Orâtio David. 1 Prière de David.

Domine justitiam meam


Exai'idi :
Exaudiat Exaucez, Seigneur, ma justice;
Deu>>
inténde deprecati('>nem meam. soyez attentif à ma supplication.
Ai'iriljus jiércipe oratii'mein meam, Prêtez l'oreille à ma prière,
non in laliiis dolosis. elle ne vient pas de lèvres trompeuses.
Ps. 42, 1.
- De vultu tuo judicium meum pr('>doat ;
1 Ileg. 24, 1 2 Que de vous émane mon jugement;
oculi tui videant aiquitâtos. que vos yeux voient l'équitr-.
3 Vous avez (''prouvé nujn cœur, et vous
' Probâsti cor meum, et visitâsti nocto nec
peccatuni [l'avez visité pendant nuit
la ;

invenief .
igné me cxaminâsti, vous m'avez examiné en me faisant passer
[par le feu,
etnon est inventa in me inîquitas. et il ne pas trouvé en moi d'iniquité.
s'est
Ut non ioquùtur os meum <'ipera hi'>mi- 4 Afin que bouche ne parle pas même
ma
[num : [des œuvres des hommes,
propter verba hibii'irum tu('!rum, à cause des paroles de vos havres,
ego custodivi vias duras. j'ai gardé des voies dures.
Pérlice gressus meos in scmitis tuis : Inclinet ''
Affermissez mes pas dans vos sentiers,
aureni,
utnon moveântur vestigia mea. afin que mes pieds ne soient point ébranlés.
Moi, j'ai crié, parce que vous m'avez
Kep. 7, 9.
Ego ciainâvi, quuniam exaudisti me 1
6

[Deus :
[exaucé, mon Dieu :

inclina aurem tuam mihi, et exaudi Ps. 30, 22


inclinez votre oreille vers moi, et exaucez
;

[verba mea. 4, 4. [mes paroles.


Jlirificamisericôrdias tuas, ^ Faites éclater vos miséricordes,
qui salvos facis spcrântes in te. vous qui sauvez ceux qui espèrent en vous.

6-8. Celui qui a Dieu iiour [lartagc a le plus ex- ruption: hébraïsme, i)Our éprouve la corruption.
cellent héritage, et il doit en remercier le Seigneur.
(i. Un lot; littéralement de.s cordes. Les Hébreux, XVI. Priè7-e de David au moment de la persécu-
aussi bien que les Égyptiens, se servaient de cordes tion, probablement pendant que, du temps de la per-
pour mesurer CI'. Deuléronome, xxxn, 9 ;
les terres. sécution de Saiil, il se cachait dans le désert deMaon.
Jusuâ, xvii,Rois, vin, 2; Esther, xin, 17, etc.
•'>; II 1--2. Appel à la justice de Dieu pour qu'il fasse
7. le mot reins se jirend pour
Dans l'Écriture triompher la cause du Psalmiste.
l'esprit et les affections les plus intimes. ± De vous; littér. et par hébraïsme de votre visage.
8. Je voyais... L'aptitre saint Pierre nous apprend CLEstiier, i, di),ou on trouve une locution semblable.
3-'l•. Protestation d'innocence du
(jue David avait en vue Jésus-Christ, par ces paroles. Psalmiste.
(Voir Actes, 11. -Xi et suiv.). D'un autre C(Jté, les Pères 3. La nuit, dans le style biblique, signifie
comme
de l'Église lui en l'ont aussi l'application, en disant ici le malheur, l'infortune, les tribulations, etc.
(|ue le Sauveur, dans tous les moments de sa vie et 4. Ne parle pas même. Cf. Epliésiens, v, 3.
Des —
de sa Passiou, n'a jamais perdu de vue Dieu son œuvres des hommes, mauvaises, perverses, comme
Père. Le reste de ce verset et les versets suivants elles sont pour la plupart. — Des paroles de vos lè-
s'appliquent à.Iésus-Clirist. Voir encore. 1/•8,,3^. vres; c'est-à-dire de vos préceptes, de vos comman-
0-11. Joie du Psalmiste à cause des bienfaits qu'il dements. — La coupure des versets 3-4 est différente
a reçus et qu'il recevra de Dieu. en hébreu et, par consé(|uent, aussi le sens.Voir p. 36.
10. L'enfer, c'est-à-dire les limbes. Voie la cor- — 5-9. Prière à Dieu.
f>0 Psalmi XVII, 8 XVIII, 4. —
^ ',-- ]
' •/. , « -
/. -
I. (1»». 1-.\1^). — Uymnu» pro beneflciix Dei cetebranditt

r?] dtiu;. oov, ^j^-n? "jid^N? ''DT/ptû


CXVIIIJ.

î
m3^^^?
^

.,.
f

/ / ^^
'••

' pby ïis^î?^ :3 ^n\s ^3^ ^


^
:n^N^n ^inm rû^'é ^iid^d rû^kn ^

^^\^'^^ an^D^::? h^nzO nnr ïidiïïïs

, -
«- ] ^"
&iDD^ nnxs iD'^/ûT ;viî<3 niûDbi•^
^, yfj.

,, ,
^'^"^, 7<[& 5?3 rDS
" •
: -
|•

^ ^/ ^
:

IV
:

r'û^p
jt - nin^ wû^p
<t
)

:
-
• :

:
' : 1 A : •

&
-^n'/û/û î ^iïis'ii i'•

.,
^''

, . "^ &
/ :
^^
: •.• •. .. • : r : J

&
!i3?3i23^ a3iûn sb/3n
Y•- -
tid^ss^i ~

,.
• *
J : : )T : • : ) : :
l"

" }] ((3^

V^pnn
-: I•.•
••

nri^tas ^^dd <: I : : • > • :

pnsu

,.
"

&-
^

. ^ nfih ni ";
ni
-ins?^ ^^^ ^*

^^ -
Ttloi
; ^,
-
^, à

'^—
jj

' , ?, xcà .^
-^3 3/2 iniN* ÎD"2Sn ni^s

"-,, / , ^3?bD'nin^ nin^ '•o^ 3

. - &,
^
.

-
' ., ,. ^- d
bbn-/3 P2r^t22"/a ^r^^ npi ^d^/o is 4

^. ' ]./^
- • - : 1 • AT : JT ' :

.
I•.

. . (), . . &
. 11. ' 131320
8. EF-f (. pr. //) ^. : 9• ': V. 14. ' -jJISiil ib. onibÎi^'ï) '^
:
:
. ) - .) .
10. II-AB'N:
3s. -: <;o^<pauç (. ... — 1. ': ¥• (a. .) . '2•
\

AEFN:
:

' marg.) 3. '* (bis) (. et .).


-
-14.

. AEF:
. .
A^EFf (. .)
(SIC

juoi
(.:
(-
111

uncis incl.).
A'EFB'Nf
(a.
(a. >1.)
4- B^F^J- (a.sfvç.)
(^ uncis incl.). A*

8. Soii.s l'omhrc de ailes. Celle image, em- 14. Hébreu : (ilélivre-rnoii des hommes
pruntée sans doulc à l'oiseau couvrant ses )ie- mortels, par ta main, Jahvéh des hommes de ;

lilsdeses ailes, Deutcronomc, \\\\\,H;Exodc, ce monde dont (tout) le partage est la vie pré-
XIX, 4, cf. xxxvH, 3!»; Rulii, ii, li; Matthieu, sente; tu remplis leur ventre de les dons, et
XXIII, 37; ('lail devenue le symhole de la pro- leurs enfants sont rassasiés, et ils laissent leur
tection divine chez les Chaldéo-Assyriens, les reste à leurs petits-enfants ».
Égyptiens, les l'Iicniciens et jilus lard les Per-
ses". Viilr le cylindre clialdéen, p. 3!», cl ligures H. XVUI). i. Hébreu
XMI. « au chef de :

de Psaumes, ,.'; ,, '2; . , ;>; lxii, 8, etc. clioHir.Psaume de David, serviteur de Jahvéh,
Iléhrcu
!i. « (garde-moi) loin de la jiré-
: (|ui adressa à .lahvcli les paroles de ce canti-
sencc des imjdes, qui travaillent à ma ruine; que au jour où .lahvéli le délivra de la main
de mes ennemis (|ui m'environnent (pour de tous ses ennemis cl de la main de Saiil ».
perdre) mon ;ime ». 3. Hébreu « .Jahvéh, mon rocher, ma forte- :

11. Hébreu : « ils sont sur nos pas mainte- resse cl mon libérateur! mon Dieu et mon
nant, ils nous eiitijurent; ils nous épient pour rocher, en qui je mets toute mon es|>érance:
nous terrasser ». sj^r-
Corne symbolique
autour de la tiare
mon bouclier, et la corne (la force) de mon
13. Hébreu : « lévc-loi, Jalivc-h, préviens sa
. 3). (Musée salut, ma citadelle I »

présence, humilie-le; délivre-moi de l'impie de Berlin). 4. Hébreu : • .je m'écrie : Loué soit Jahvéh ;

par ton glaive «. et je suis délivré de mes ennemis ».


Psaumes XVI, 8 — XVII, 4. 39
j, (l»s. I-Xti). — Hymne pour célébrer len bienfait» de Dieu CXVIiy,

-
A rosisti'iitibus déxteriv tiii» * Contre ceux qui résistent à votre droite,
^f^^ \^^ \^
gardez-moi comme la prunelle de l'œil.
'

custodi me, ut pupillam nculi. zach. i s.

Sub umbra al;'irum tui'irum pn'itejiC me : ps. as, s ;


Sous l'ombre de vos ailes, protégez-moi,
^ a fi'icie impi(iium qui me afllixt'runt. Ab^nsldus
"'
contre la l'ace des impies qui m'ont toiir-
inimîco- [menté.
Inimiei mei ;inimam meam
cii'cumde- Mes ennemis ont environné mon âme,
Pa. 117, 11
[dérunt, ;

1" i'idipem suum conclusérunt, "* ont fermé leurs entrailles,


Ils
os ci'irum loci'itum est supérbiam. leur bouche a parlé orgueil:
" l'rojiciéntes me nunc circumdeiUM'unt 11 après m'avoir rejeté, maintenant ils m'en-
[me : [vironnent,
(Jculos suos statuérunt declinâre in tcr- ils ont résolu d'incliner leurs yeux vers la
[ram. [terre.
12 Suscopérunt me sicut leo i)ar;'itus ad 1- Ils m'ont saisi comme un lion préparé
[pi';i>dam : [pour la proie.
et sicut catulus lei'mis hâbitans in Î\h- et comme le d'un lion qui habite
petit
Îdilis. [dans des lieux cachés.
'' Exûrge Diuuine, pra''vcni eum, et eripiat 1•'
Levez-vous, Seigneur, prévenez-le et ren-
[supplanta eum :
"""'' [versez-le
éripe ânimam meam ab impio, arrachez mon âme à l'impie,
IVâmeam tuam votre épée à double tranchant
' '
ab inimicis manus tua\ " aux ennemis de votre main.
Domine a paucis de terra divide eos Seigneur, séparez-les pendant leur vie du
[in vita ci'trum : [petit nombre de ceux qui sont à vous sur
[la terre;
de absc('inditis tuis adimpIiHus est ven- leur SiMU est rempli de vos biens cachés.
[ter ci'irum.
Satur;iti sunt filiis : otdimiscrunt reli- Ils sont rassasiés d'enfants, et ils laissent le
[quias suas pârvulis suis. [reste de leurs biens à leurs petits-enfants.
'''
Ego autem in justitia apparébo con- 1•''
Mais moi. dans ma justice, j'apparaîtrai
[sjiéctui tuo ;
Joi^. '^i -^ [en votre présence ;

satiâbor eum apparuerit gl('>ria tua. je serai rassasié lorsque votre gloire m'aura
[apparu.
Psalmus XVII. Psaume XVII.
1 m finem puciO Domini David, qui locutus est 1 Pour la lui, par le serviteur du Seigneur, Da-
Domino verba ciintici liujus, iii die, (pia 2 Reg. 22, : vid, qui a iirononcé à la gloire du Seigneur
eri|»uiteum Dorninus de manu oniniuiii ini- les paroles de ce cantique, au jour ou le Sei-
micorum ejus, et de manu Saul et dixit , gneur i'arraclia à la main de ses ennemis, et à
(2 Reg. 2-2, 2) : la main de Saiil, et a dit (II Rois, xxii, 2) :

" Domine fortitudo inea


Diligam te :
1• Deus Je vous aimerai. Seigneur, ma force :

uiljiilor.
•'
Duminus lirmaméntum meum, et retïi- • le Seigneur est mon ferme appui, et mon
[gium meum, etliberâtor meus. [refuge, et mon libérateur.
Deus meus adji'itor meus, et spen'djo in Mon Dieu est mon aide, et j'espérerai en
[eum. 2 Keg. [lui.
Protéctor meus, et cornu saliitis mea•, Hebi . 2 13
Il est mon protecteur, la corne de mon sa-
mon
,

[et suscéptor meus. Gnn 1. , I. [lut et soutien.


^ Laudans invocâbo Dominum :
Ps 3, 4. * En le louant, j'invoquerai le Seigneur,
1 lu 2, 1
et ab inimicis meis salvus ero.
fT-

Is. 33, IIJ.


et je serai sauvé de mes ennemis.

s. " A qui des hommes, ô mon Dieu, oscrais-je


(lailer de la sorte, dit Kollin, et à qui pourrais-je
dire que je lui suis précieux comme la prunelle de
SCS yeux? Mais c'est vous-même qui m'inspirez et me
comaïaiidez celte conliance. lîien n'est plus faible et
plus délicat que la prunelle en cela elle est mon :

image. Qu'elle le soit aussi, ô mon Dieu, dans tout


le reste, et multipliez les secouis à mon égard
comme vous avez multii)lié les précautions |)ar "rap-
l>orl à elle, en l'environnant de paupières et île
défenses. Cws/odi me ut pupillam oculi ».
9"-l2. Tableau représentant les ennemis du Psal-
miste prêts à le dévorer.
43-1.";. Prière i\ Dieu.
Le singulier le (eum) représente le mot impie
13.
qui suit immédiatement. L'ordre naturel de la
phras(ï est pjrévenez l'impie, renversez- le, arra-
:
A l'ombre dos ailes (livini's (. h). (D'après Laj-ard).
chez-lui, etc. cond livre des Rois (xxn) avec quelques différences.
14. Aux ennemis de votre main; ce sont les mêmes C'est le i)lus long de tous les Psaumes appartenant
que ceux qui résistent à votre droite, du v. 8. — ;ila catégorie des hymnes ou chants en l'honneur
Ces biens cacliés du Seigneur, dont parle David, de Dieu. Il se divise" en deux parties très distinc-
sont les biens de la terre que Dieu a créés, et qu'il tes, 2-31. 32-.5I; les louanges à Dieu recommencent
tient comme cachés dans un trésor pour les ré- avec le v. 32.
pandre chaque année sur la terre. —Ils sont ras- 2-4. Première partie. — David aime Dieu parce
sasiés d'enfants; c'est-à-dire que le grand nombre de ses ennemis.
qu'il est sa force et le délivre
d'enfants qu'ils ont comble leurs désirs. 3. La corne de mon salut; c'est-à-dire mon puis-
sant sauveur. Chez les Hébreux et les Orientaux la
XVII. Ce Psaume se trouve aussi dans le se- corne était un symbole de la force et de la puissance.
40 Psalmus XVIII, 5-19.
1. (i»s. 1-^1).

,
&
— llymituM pro beneflciÎH Bei celebrandi» CXVIII).

.
.•
( ,-, .
^

•/.•/.'
/<f (oôii'i-z

^
,
y.vniov,
/.
.
-/.al
^.& y.at
"^
/ei-

-
jt':

ibs^n'/û Tù^""
•.•

yrai< ''nb^^b^4•
•-)•--: nir.'•
'• •••
iT •• ': j • :••

- —
j •• j- -"^•.•: '^ r :
•.•
: :

/, < •
-

- '
: t : : • t : : '

• - - - -

.9-,
: : • •
J•• :

^'
1

(^)] nb '3 3''^^ ^^

^ . ' ./-
TJT • -: •- ; AT : ' J• t

"

'• - I t « r

'
'^A- •
I•• : :

^ " n-isi- ^*£>


-
DSI- nD^Tû r^^^z a'^b-sV
J-:
-^

A— • TV. J•• T iv

iT •

. -'^ ^ ' f- _ J. . ._ iT :
- - J- •••
T-!|-

' ., -
*^
:mn-''e33-b3? s^n tiy^i nnns

^, / ,. "-
^^"^
riy:
f
TO37Û
- ... .
: -^ Il• T :
-^n::?
r• T
^^ • - - : •••
i3

.
''
^

3
•• 1" -:|- T jt

&
: •• : T :

^,^
'*'
- ibp in^ * J•• • :•.•:».
rfin^ ;
n^b^a
- - •

" .
' ' , ,.
, (/& ^^ ut
)• : A- • • - •>-
rois-^bmi

J- : •
-

^
••- -

- '^T•- • - '••)•-: •" •. :

'

.
,'
'
^^""
-
TCù'^m
-

iDnp''
.^••It
: •


/3'/3
AT

I
:
'^.2?•^

-v.
' : jt-:i-

nbûà•^
J- :
•».

/2
b^n ninoin
>•

tTTSîÎ
-
••

Ji•.•
:

51117
J -

.
(( .
' ''nNS-zû '^Db'^îs:; n^sn ^^^ »
'
:

"

. . 8• ': [ «]. 9. ':

.) .
. ^ EF:
• ^ :<- :
•!•.•• / : r - : • at

-
10- EF: 11. ':

*
(*:

&..
14• A--J-
-'). 13. Xf

18.
f.)

A-f (.
': '
(.
^^ :
) . :^. - \
.
16.

•;. Hébreu " les ronles (les liens) île


:
la mort m'a- 1-J• Hébreu « •.. il était enveloppé des eaux obs- :

vaient enserré; les torrents de la destruction (de cures et de sombres nuages ».


Bi-Ual) m'avaient terriiic ». 13. Hébreu « de la splendeur qui était devant :

6. Hébreu cordes du scheùl (séjour des


: • les lui s'échappaient les nuées, la grêle et des charbons
morts) m'avaient entouré; les liiels de la mort de feu ».
m'avaient surpris »• 14. Du cieux ».
ciel. Hébreu : « dans les
". Saint n'est pas dons l'Iiéhreu.
16. Du glubf de la terre. Hébreu
« de la terre ». :

y. Hébreu • de ses narines s'est élevée une fumée,


:
17. Hébreu « du haut du ciel étendant (la main), :

et de sa bouche est sorti un feu dévorant; des char- il me saisit, et me retira des grandes eaux «.
bons ardents en jaillirent .. 18. Hébreu < il me délivra de mon ennemi puis- :

10• Hébreu « et il abaissa les cicux, et


:
il descen- sant, et de ceux qui me haïssent, lorsque déjà ils
dit, et une nuée ténébreuse était sdus ses pieds ». l)révalaient contre moi ».
11. Hébreu « il était monté sur un chérubin, et
:
lit. Ils ))i'o)it prévenu. Hébreu « ils m'avaient sur- :

il volait, il s'élançait sur les ailes des vents ».


pris ».
Psaume XVII, 5-19. 41

. (Ps. I-XL•). — Hymne pour célébrer len bienfaits de Dieu C^VIi).

Circiuiiclcd.'nint me doloros mortis :


*•
/,',^,""*
'•>
Les douleurs do la mort m'ont cm-ironné ;

conturbavcrunt erertu<) les torrents de Tiniquité m'ont troublé.


cl torréntes iniquiU'itis
[me. P3. 54. 5 ;

c Les douleurs de l'enfer m'ont environm'•


Doloresinfcrni ciirumdodi'i'unt me
;
« :
Klt%%i.
do la mort m'ont prévenu.
les lacs
prieoccupavérunt me laquei mortis.
^ Iiitribulatiune meainvocavi D('iminuiu, ^^^'{-j }";
'
Dans ma tribulation j'ai invoque le Sei-
[gneur,
ii'.>, 1.

et ad Deum meiim clamâvi :


et j'ai crié vers mon Dieu :

et exaudivit de templo sancto suo vo- pa. lo. :..


et de son temple saint il a exaucé ma voix;
[cem ineam :

et clamoi• meus iii consp(''Ctn ejiis, in- et mon poussé en sa présence est par-
cri
[venu à ses oreilles.
[troivit in aures ejus.
« Commuta et contn'miiit terra
^ La terre s'est émue l't a tremblé ;
est, : a potent•»
•**'• les fondements des montagnes ont été
fimdaménla nKHitium conturljuta suiit
[bouleversés
et ébranii's, parce qu'il s'est irrité contre
et commi'ita sunt, qui'miam irâtus est j^; {^^
','„

[eux.
[eis.
'•'
Ascéndit fiimiis in iracjiis :
Is. 24, 1 s. i'
La fumée a monté dans sa colère,
96, 3.
et un l'eu ardent a jailli d(> sa face
l'8.
et ignis a lïicie ejus exârsit : Deut. 4. 24.
;

carbones succénsi sunt ab eo. Hebr. 12, 2fl. des charbons on ont été embrasés.
'" Inclinâvit cœlos, et descendit :
1" Il a incliné les cieux, et il est descendu ;
et caligo sub pédibus ejus. et un nua.çe obscur est sous ses pieds.
11 Et ascéndit super chérubim, et vola- ^',"';''
11 Et il est monté sur des chérubins et il
[s'est envolé:
[vit: Ez.'i,'4.'

il s'est envolé sur les ailes des vents.


volavit super pennas venti'irum.
1- Et pusuit trnebi'as latibulum suum,
1- Et il a fait dos ténèbres son lieu de retraite,
in circuitu ejus tabeniàeuiuui ejus :
Deut.4', Vt•
sa tente autour de lui,
tenebri'isa a(|ua in nubibus aëris. nab. :i,'4. une eau ténébreuse est dans les nuées de
Is, 50, 3.
[l'air.
Job, 36, 29.
1•* l'r:e fulg(')rc in conspéctu ejus i:î
a l'éclat qui jaillit de sa présence,
nubes transiérunt, El. 9, 2.3.
les nuées se sont dissipées ;

grande, et carb(3nes ignis. Jos. 10, II. il en est surit de la grêle et des charbons
[do feu.
'^ Et int('iniiit de Cfelo Dôminus, Ps. 2S. 3. 'i Et Seigneur a tonné du ciel,
le
Jer. .il, li;.
et Altissimus dédit vocem suam :
Eceli. 46, et le Très-Haut a fait entendre sa voix;
grando et carbones ignis. 19-20.
il est loinbc de la grêle et des charbons
de
1 Heg. 7,
[feu.
'^ Et misitsagittas suas, et dissipâvit eos :
p^ 143 j,- !' Et il a lancé ses flèches, et il les a dissipés;
fuigura multiplicâvit. et conturbâvit Job, 37, 3.
il a multiplié ses éclairs, et il les a troublés.
[eos.
"^ Et apparuérunt fontes aquàrum. jq,; '''^;^.^, 1'^
Alors ont paru les .sources des eaux,
et revelata sunt lundaiin'iita orbis ter- rs.'73,i; et les fondements du globe de la terre ont
56, 4 143. 7
[été mis à nu,
. ; ;

[rarum : 31, 6 ; es, 2.

ab increpatii'me tua Diniiine, à votre menace, Seigneur,


ab insi)iratiune spiritus ir;p tuœ. au souffle du vent de votre colère.
1' Misit de summo, et accépit me : libera^tur
1' 11 a envoyé d'en haut, et il m'a pris,
et assi'impsit me de aquis multis. ps. 6s, i.i. et il m'a retiré d'un gouffre d'eaux.
•^ Eri])uitmede inimicis mois fortissimis, is 11 m'a arraché à mes ennemis très puis-
[sants,
et ab bis qui odrrunt me : qunniam et à ceux qui me parce qu'ils
ha'issaicnt,
[confortâti sunt super me. [étaient devenus plus forts que moi.
'•'
Prievcni'runt me in die afilictiunis 1^ Us m'ont i)révenu au jour do mon afflic-
[mcœ :
[tion,

Tableau des maux dont le Psalmiste a été dé-


5-7. -14. Il est tombé de la grêle et des charbons de feu.
livré après avoir iiivoc|ué Dieu. Les mots grêle el charbons de feu ne se lisent ni
Les douleurs de l'enfer, ou, selon l'hébreu, et
(i. dans le texte grec, ni dans saint Augusliu, ni dans
selon la Vulgate elle-même. Il Rois, xxu, 6, /e,<î liens les Pères grecs, ni dans les anciens Psautiers latms,
de l'enfer. Saint Pierre, tlaiis les Actes des Apolres mais ils se trouvent dans l'hébreu.
(II, 24), fait a Jêsus-Ciuisl ressuscité rappllcation de l,j. Les: c'est-à-dire mes ennemis.
ces paroles. 17-20. Tableau de la délivrance de David.
8-lC. Tahleau de la puissance de Dieu descendant 17 /; a envoyé d'en haut [misit de suinmo). On
pour secourir David. suppose généralement que le complément sous-
10. /; a incliné tes cieux. et il est descendu. « Le entendu de ce verbe est sa main {manum suam).
poêle trace en trois mots la plus imposante image L'expression et il m'a pris accepil me), qui suit
que jamais rimasrination ait conçue ». (La Harpe). immédiatement, favorise celte interprclauon. outre
1-2. Et il a fait des ténèbres son lieu de retraite, que la locnli(m envoyer, lancer, et si l'on veut,
sa tente autour de lui. Les ténèbres lui servent de étendre la main, sa main, est très usitée parmi les
tente. écrivains sacrés. (Glaire).
42

&
^' .
yMi

^'
'
' "
. (•s. l-XL•!).

'.
'
Kai

/• - ,
(
.
Psalmus XVIII, 20-35.

',,
— HymnUH prn

-'^
-

,
Aat

-
-
beneflcii»

pBvsn ^2 ^D-^bn^ nnnab

nin''
AT

JT
:
Dei celebrandts (XVill).

^sm- j•• :
"^^— ^3
j•

: - T,,

"^
.•: 1"
f