Vous êtes sur la page 1sur 28

PRÉAMBULE

L’Eglise Evangélique du Cameroun, en abrégé EEC, fait partie de l’Eglise Universelle,


Corps du Christ. Elle est chargée d’annoncer la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ et de
rendre témoignage du Royaume de Dieu jusqu’au retour du Seigneur, conformément
à Matthieu 28 : 19-20a : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au
nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai
prescrit ».
L’EEC est issue de l’œuvre missionnaire initiée par des chrétiens Afro-jamaïcains, suivie
successivement par la Baptist Missionary Society (BMS), la Basel Mission (BM) et la Société
des Missions Evangéliques de Paris (SMEP). Avec le concours des chrétiens camerounais,
l’EEC a amorcé son expansion sur l’ensemble du territoire national et au-delà de ses
frontières. Elle est devenue autonome le 10 mars 1957 et reconnue par l’Etat Camerounais à
travers le Décret Présidentiel N°74/853 du 14 octobre 1974.
Pour guider sa foi et sa vie, l’EEC reconnaît l’autorité souveraine de la Parole de Dieu
incarnée en Jésus-Christ et révélée par le Saint-Esprit dans les livres canoniques de l’Ancien
et du Nouveau Testament, les conciles œcuméniques et les confessions de foi des Eglises
issues de la Réforme.
Tout en préservant sa tradition réformée, l’EEC assume son caractère évangélique et est en
communion avec toutes les Eglises ayant pour fondement Jésus-Christ. Elle collabore avec
elles au Cameroun et dans le monde entier.
Ses membres ont part au sacerdoce universel du peuple de Dieu en participant selon leurs
charismes et leurs ressources à la vie et à l’œuvre de l’Eglise et en rendant personnellement
témoignage dans la société en tout temps et en tout lieu. L’EEC a une organisation
presbytéro-synodale de type luthéro-réformé.
L’Eglise Evangélique du Cameroun organise et réglemente ses activités par les Saintes
Ecritures, sa Liturgie, sa Constitution, son Règlement Intérieur et des Textes particuliers.
La présente Constitution définit la vision missionnaire, le champ d’action et les
responsabilités de l’EEC dans ce monde en mutation.

TITRE I – DISPOSITIONS GÉNÉRALES


SUR L’ÉGLISE
Article 1 :
1- La présente constitution régit les activités de l’Eglise Evangélique du Cameroun (EEC) et
fixe son organisation ainsi que les modalités de son fonctionnement.
2- Un Règlement Intérieur et d’autres textes d’application la complètent.
CHAPITRE I : DE LA DUREE ET DU SIEGE
Article 2 :
1-La durée de l’EEC est illimitée.
2-Son siège est fixé à Douala.
3-Toutefois ce siège peut être transféré dans une autre ville, au Cameroun, sur décision du
Synode Général.
4-La décision du transfert du siège de l’EEC ne peut être prise que par un Synode Général
Extraordinaire, spécialement convoqué à cet effet.
CHAPITRE II : DES MEMBRES DE l’EEC
Article 3 :
1- Est membre de l’EEC, tout fidèle inscrit dans l’une de ses paroisses au titre de l’une des
catégorie suivantes :
– membres communiants;
– membres non communiants inscrits;
– membres catéchumènes;
– enfants du culte d’enfants.
2- Dans chaque paroisse, un registre est ouvert pour l’inscription de chacune de ces catégories
de membres.
3- L’inscription est annuellement valable pour l’année d’enregistrement. Elle doit être
renouvelée en début de chaque année civile.
4- L’inscription dans une paroisse donne droit à la délivrance d’une carte de membre.
5- La détention de cette carte permet au membre de participer à toutes les activités organisées
par l’Eglise.
Article 4 :
1- Le membre inscrit dans une paroisse peut, à tout moment solliciter son transfert dans une
autre paroisse, notamment du fait de changement de son lieu de résidence.
2- Le pasteur de la paroisse d’origine lui délivre, à cet effet, une attestation pour faciliter son
intégration dans la paroisse d’accueil.
Article 5 : 
Les membres doivent se soutenir mutuellement pour renforcer la cohésion de leurs
communautés. Pour cela, chaque communauté met en place diverses activités de diaconie
dans des conditions fixées par la paroisse.
Article 6 :
1- Les membres communiants sont ceux qui ont reçu le baptême au nom du Père, du Fils et du
Saint-Esprit. Ce baptême est la marque de l’entrée du membre dans la communauté
chrétienne.
2- Le baptême donne droit à la participation à la sainte-cène.
3- Cependant et en conformité avec la tradition en vigueur dans les Eglises réformées, le
baptême administré aux enfants n’autorise pas leur participation à la sainte-cène. Les
catéchumènes ayant été baptisés enfants reçoivent la confirmation de leur alliance baptismale.
La confirmation est un acte de prise de conscience et d’engagement personnel.
4- L’EEC admet en son sein des membres inscrits non communiants mais qui confessent la foi
en Jésus Christ.

CHAPITRE III : DES MINISTERES AU SEIN


DE L’EEC
Article 7 :
1- L’EEC organise ses activités autour des ministères suivants:
– ministère de Pasteur;
– ministère d’Evangéliste ;
– ministère d’Ancien d’Eglise;
– ministère de Conseiller Paroissial;
– ministère de Diacre;
– ministère de Moniteur de Culte d’Enfants;
– ministère de Témoignage Evangélique à travers les œuvres ;
– ministère de guérison et de délivrance.
2- Les missions de ces ministères sont développées dans le Règlement Intérieur et les autres
textes d’application de la présente Constitution.
3- Tous les ministères sont organisés et supervisés par le Conseil d’anciens.
Article 8 :
1- Les ministères de l’Eglise s’exercent dans le cadre du ministère commun qui procède de
Jésus Christ. Il consiste en l’annonce de la parole, l’administration des sacrements et le
témoignage de l’évangile à travers les œuvres.
2- La liturgie d’installation des membres chargés de ces ministères est fixée par le recueil de
liturgie édicté par l’Eglise.

TITRE II – DES ORGANES ET DE LEUR


FONCTIONNEMENT
Article 9 :
1- Les activités de l’Eglise se déploient au sein de ses Organes Territoriaux et de ses Organes
Centraux.
2- Ces organes sont créés par le Synode Général.
CHAPITRE 1 : DES ORGANES TERRITORIAUX DE l’EEC
Article 10 :
Les organes territoriaux de l’EEC comprennent:
– La paroisse et ses composantes;
– Le district;
– La région synodale.
SECTION I : DE LA PAROISSE ET DE SES COMPOSANTES
Article 11 :
1- La Paroisse est la communauté chrétienne de base.
2- Sa création est décidée par le Synode Général sur la demande du Synode Régional.
3- Elle est desservie par un ou plusieurs pasteurs et administrée par un Conseil d’Anciens.
4- Elle peut comporter des annexes, des lieux de culte, des cellules de prière, des œuvres et
des projets de développement.
5- Les paroisses sont classées en catégories selon les critères définis dans le Règlement
Intérieur.
Article 12 :
1- L’Annexe regroupe des chrétiens demeurant dans une même localité ou un même quartier
et disposant d’une Chapelle avec au moins cent fidèles.
2- Elle fait partie de la Paroisse.
3- Elle est créée par le Synode Régional sur proposition du Consistoire.
4- Elle est desservie par un Evangéliste sous la supervision du Pasteur et du Conseil
d’Anciens de la Paroisse de rattachement.
Article 13 :
1- Le lieu de Culte regroupe également des chrétiens demeurant dans un quartier, mais dont le
nombre n’est pas encore assez important pour constituer une Annexe.
2- Le lieu de culte est créé par le Consistoire sur proposition du Conseil d’Anciens de la
Paroisse.
Article 14 :
1- Les cellules de prière sont des lieux où les chrétiens se ren¬contrent périodiquement pour
se recueillir sous la supervision du Pasteur et des Anciens d’Eglise.
2- Elles sont créées par l’Assemblée Paroissiale sur proposition du Conseil d’Anciens.
Article 15 : 
Les œuvres et les projets localisés sur le territoire d’une paroisse travaillent en synergie avec
les organes de la paroisse.
Article 16 : 
1- Les organes de la Paroisse comprennent:
– l’Assemblée Paroissiale;
– le Conseil d’Anciens;
– le Bureau de la Paroisse;
– le Collège des Conseillers Paroissiaux;
– le collège des Diacres;
– le Conseil d’Anciens Elargi;
– le Conseil de Station;
– le Censorat aux comptes.
2- Le Règlement Intérieur précise dans le détail le fonctionnement de chacun de ces organes.
a) De l’Assemblée Paroissiale
Article 17 : 
1- L’Assemblée Paroissiale est l’organe suprême de la Paroisse.
2- Elle est composée des membres communiants et non communiants régulièrement inscrits
dans les registres de la Paroisse.
Article 18 :
1- L’Assemblée Paroissiale:
– reçoit les rapports d’activités du Conseil d’Anciens et oriente la politique générale en vue du
développement de la Paroisse et des œuvres paroissiales;
– reçoit le Rapport du Censeur aux Comptes et donne le quitus pour la gestion du Conseil
d’Anciens au cours de l’année écoulée;
– élit les Anciens d’Eglise;
– élit les diacres;
– élit le Censeur aux Comptes;
– ratifie le choix des Conseillers Paroissiaux présenté par le Conseil d’Anciens;
– vote le budget de la Paroisse présenté par le Conseil d’Anciens et contrôle son exécution.
2- Elle est informée sur l’ensemble de la vie de l’Eglise et des décisions prises par le
Consistoire, le Synode Régional, le Conseil Synodal Général et le Synode Général.
3- Elle se réunit une fois l’an, sur convocation du Pasteur chef de la Paroisse, après
consultation du Conseil d’Anciens.
4- Elle est présidée par un Bureau de séance élu parmi les membres de l’Assemblée.
5- Les résolutions prises pendant ses délibérations sont consignées dans un procès-verbal
conservé dans les archives de la Paroisse.
b) Du Conseil d’Anciens
Article 19 : 
L’Ancien d’Eglise doit être un bon imitateur du Christ et modèle de troupeaux. (1 Cor 11 : 1,
1 Pierre 5 :2-3.)
Article 20 : 
1- Les Anciens doivent être des chrétiens inscrits et communiants, hommes ou femmes, âgés
d’au moins 30 ans et justifiant de 5 à 10 ans au moins d’activités dans la vie chrétienne.
2- Ils sont élus par l’Assemblée Paroissiale pour un mandat de 7 ans renouvelable avec une
évaluation à mi-parcours.
3- La période d’élection des Anciens d’Eglise est fixée par le Synode Général.
4- Le nombre d’Anciens d’Eglise est de 02 (deux) pour une communauté ayant moins de 50
(cinquante) membres inscrits. Ce nombre est augmenté d’un poste d’Ancien d’Eglise par
tran¬che de 50 (cinquante) membres supplémentaires.
5- Pour le calcul du nombre de postes d’Anciens d’Eglise dans une Paroisse, on prend en
compte les effectifs des membres inscrits, communiants et non communiants, ainsi que ceux
des catéchumènes et des enfants du culte d’enfants.
Article 21 : 
1- Si pour des raisons professionnelles ou autres dûment justifiées, un Ancien d’Eglise,
régulièrement élu et installé dans une Paroisse, est obligé de changer de ville, la Paroisse qu’il
quitte peut solliciter son intégration au
Conseil d’Anciens de la nouvelle Paroisse, pour lui permettre de conserver son mandat
d’Ancien d’Eglise.
2- Pour ce faire, le Conseil d’Anciens de la Paroisse d’origine adresse à la Paroisse d’accueil
ses appréciations sur le travail de l’Ancien concerné.
3- Au niveau de la Paroisse d’accueil, des informations complémentaires peuvent être
sollicitées. Le Conseil d’Anciens vote pour l’intégration de l’intéressé.
Si le vote est favorable, cette candidature est soumise pour ratification à l’Assemblée
paroissiale d’accueil.
4- L’Ancien d’Eglise, membre du Conseil Synodal Général, conserve son titre d’Ancien quel
que soit le lieu de résidence.
5- Nul ne peut être ancien dans deux paroisses à la fois.
6- Un ancien perd son titre:
– Lorsqu’il n’est pas réélu;
– Lorsqu’il démissionne (cas d’absence non justifiée, au moins six fois successivement) ;
– Lorsque l’Assemblée Paroissiale ou le consistoire lui demande de se retirer (cas
d’immoralité, de malversations et autres fautes lourdes) ; le conseil pourra décider de la
suspension de l’ancien et de son remplacement s’il y a lieu;
– Le remplacement d’un ancien peut faire l’objet d’une élection partielle décidée par le
consistoire qui en fixera la date. Cette élection doit être ratifiée par le consistoire.
Article 22 :
Certains Anciens d’Eglise, n’ayant pas demandé le renouvellement de leur mandat, peuvent
être investis de la qualité d’Anciens Honoraires. Le Règlement Intérieur donne des précisions
sur le statut des Anciens Honoraires dans l’Eglise, notamment en ce qui concerne les
conditions de leur désignation, leurs droits et leurs devoirs.
Article 23 :
1- Le Conseil d’Anciens :
– travaille pour le développement spirituel, moral et matériel de la Paroisse;
– veille à la fidélité doctrinale de la prédication et au respect de la Constitution et des autres
textes qui régissent l’Eglise;
– exécute le budget de la Paroisse;
– est responsable des biens meubles et immeubles de la Paroisse;
– suit et supervise la gestion des œuvres paroissiales dont il suscite la création;
– prépare le rapport d’activités ainsi que le plan d’action à soumettre à l’Assemblée
Paroissiale;
– exécute les résolutions prises par l’Assemblée d’Eglise et les autres instances supérieures de
l’Eglise ;
– prépare les réunions de l’Assemblée Paroissiale;
– nomme les Conseillers paroissiaux;
2- Les résolutions prises, après délibérations du Conseil d’Anciens, sont consignées dans des
procès-verbaux conservés dans un registre ouvert à cet effet.
3- II se réunit mensuellement, mais aussi selon que les circonstances l’exigent.
Article 24 :
1- II est créé au sein du Conseil d’Anciens les Commissions techniques de travail suivantes:
– Commission: Ministère Pastoral, Evangélisation, Education Chrétienne et Enseignement
Théologique ;
– Commission: Finances;
– Commission: Œuvres;
– Commission: Développement, prospective et projets;
– Commission: Doctrine, Ethique et Discipline;
– Commission: Famille et Genre;
– Commission: Jeunesse;
– Commission: Culte d’Enfants et Chorales;
– Commission: Diaconie, Justice, Paix et Sauvegarde de la Création;
– Commission: Sécurisation et Extension du Patrimoine;
– Commission: Communication, Information.
2- Le Conseil d’Anciens peut créer d’autres commissions de travail en tant que de besoin.
3- Les Anciens d’Eglise, les Conseillers Paroissiaux et les autres expertises dans la Paroisse
sont équitablement répartis dans ces commissions.
4- Chacune de ces commissions travaille au sein de la Paroisse conformément au cahier de
charges prévu aux articles 95 à 107 du Règlement intérieur.
c) Du Bureau de la Paroisse
Article 25 : 
1- Le Conseil d’Anciens élit en son sein un Bureau qui fait office de Bureau de la Paroisse et
qui comprend les postes suivants:
– Président (pasteur) ;
– Secrétaire (ancien) ;
– Secrétaire adjoint (ancien) ;
– Trésorier (ancien) ;
2- Dans une Paroisse desservie par plusieurs Pasteurs, tous les Pasteurs sont membres du
bureau.
3- Les membres du Bureau, à l’exception du Président, sont élus pour un mandat de 7 ans non
renouvelable au même poste, avec évaluation à mi-parcours.
4- Les fonctions et les attributions des membres du Bureau de la Paroisse sont les suivantes:
*Le Président :
– il préside le Conseil d’Anciens ;
– il représente l’Eglise au niveau de la Paroisse ;
– il veille à ce que le Conseil assure efficacement la gestion de la Paroisse dans le respect de
l’éthique et des textes qui régissent l’Eglise ;
– il est le garant de l’ordre et de la discipline dans le Conseil en particulier et dans la
communauté en général ;
– il rend compte des activités de la Paroisse au Consistoire;
– il adresse le rapport d’activités de la Paroisse au Président du District;
– il est l’ordonnateur principal des dépenses de la Paroisse.
*Le Secrétaire assisté d’un adjoint:
– il rapporte les affaires courantes sur la vie de la Paroisse;
– il tient le registre des procès-verbaux des réunions;
– il organise la tenue des archives de la paroisse.
– il veille au suivi des résolutions des différentes instances de l’Eglise en rapport avec le chef
de paroisse.
*Le Trésorier:
– il anime les finances de la Paroisse;
– il encaisse toutes les recettes et paie toutes les dépenses régulièrement ordonnées par le
pasteur chef de la Paroisse.
5- Les membres du Bureau travaillent en collégialité.
d) Du Collège des Conseillers Paroissiaux
Article 26 : 
1- Les Conseillers Paroissiaux sont choisis en fonction de leurs compétences, de leur conduite
et de leurs contributions présentes ou potentielles au développement et au rayonnement de la
Paroisse. Ils participent aux différentes commissions de travail créées dans la paroisse.
2- Ils jouent un rôle consultatif auprès du Conseil d’Anciens ct peuvent, dès lors, être
consultés avant la prise de certaines décisions.
3- Le Conseil d’Anciens peut leur commander toutes études nécessaires sur des sujets
intéressant la communauté.
4- Ils peuvent également saisir le Conseil d’Anciens de toutes initiatives qu’ils jugent utiles
pour une meilleure évolution des activités dans la Paroisse.
5- Les réunions des Conseillers paroissiaux sont convoquées et présidées par le pasteur chef
de la paroisse ou par tout autre ouvrier ou ancien d’Eglise mandaté à cet effet.
6- Il élit en son sein un bureau.
Article 27 :
1- Les Conseillers Paroissiaux sont nommés pour un mandat de 7 ans. Ils sont évalués à mi-
parcours par le Conseil d’Anciens. Ils peuvent être reconduits. Leur nombre est fixé par le
Conseil d’Anciens en fonction des besoins.
2- Ils se réunissent, une fois par mois. Ils peuvent également se réunir en séance
extraordinaire chaque fois que la nécessité l’exige, sur la demande du Pasteur chef de
Paroisse, du conseil d’anciens, ou des 2/3 des membres en vue d’étudier certains problèmes
requérant leurs compétences.
e) Du Collège de Diacres
Article 28 :
1- Les Diacres et Diaconesses sont des fidèles ayant des aptitudes reconnues en matière
d’assistance spirituelle, morale et matérielle aux nécessiteux ainsi qu’aux membres éprouvés.
2- Les Diacres et Diaconesses sont élus par l’Assemblée Paroissiale; leur nombre est fonction
des besoins de la communauté.
3- Ils suivent une formation spéciale organisée par le Pasteur.
4- Le Collège des Diacres se réunit au moins une fois par mois et aussi selon que la nécessité
l’exige sur convocation du pasteur chef de la paroisse qui le préside ou tout autre ouvrier
mandaté à cet effet.
5- Il élit en son sein un bureau.
Article 29 : 
1- Le collège des Diacres:
– organise et met en œuvre le plan de diaconie de la communauté ;
– tient les registres des opérations;
– établit la carte d’implantation géographique des membres de la communauté afin de faciliter
l’assistance éventuelle à leur apporter;
– organise l’accueil des nouveaux membres dans la communauté;
– conçoit et organise toutes activités de nature à permettre le resserrement des liens de
solidarité entre tes membres de la communauté;
– accomplit toute autre mission confiée à lui par le Pasteur ou par le Conseil d’Anciens.
2- Le collège des Diacres soumet au Conseil d’Anciens son plan d’action
f) Du Conseil d’Anciens Elargi
Article 30 : 
1- Le Conseil d’Anciens Elargi regroupe les Anciens d’Eglise, les Conseillers Paroissiaux, les
Diacres, les responsables des groupes, des mouvements, et des œuvres paroissiales.
2- Il est convoqué et présidé par le Pasteur chef de la Paroisse sur un ordre du jour fixé par le
Conseil d’Anciens.
3- Il se réunit au moins une fois par trimestre pour passer en revue les activités de la Paroisse.
Article 31: 
1- Le Conseil d’Anciens Elargi débat et donne son avis sur tous les problèmes qui lui sont
soumis par le Conseil d’Anciens.
2- Le Conseil d’Anciens Elargi participe au développement spirituel, moral et matériel de la
paroisse et de l’ensemble de ses composantes.
g) Du Conseil de Station
Article 32 : 
1- Le Conseil de station est composé:
– du bureau de la paroisse;
– des délégués du Conseil d’Anciens;
– des délégués du Collège des Conseillers Paroissiaux;
– des délégués du Collège des Diacres;
– des responsables des groupes et mouvements (chorales, jeunesse, femmes hommes, culte
d’enfants, … ) ;
– des responsables des projets de la paroisse;
– des responsables d’œuvres (institutions locales de formation, établissements scolaires,
hôpitaux et centres de santé, fermes, etc.) ;
2- Le Conseil de Station e réunit une fois par trimestre sur convocation du pasteur chef de la
paroisse. Il peut tenir des sessions extraordinaires en cas de besoin.
3- Le Conseil de Station traite des questions d’évangélisation et de développement dans la
station.
h) Du Censorat aux Comptes.
Article 33 : 
1- L’Assemblée de paroisse élit en son sein un Censeur aux Comptes qui n’est pas Ancien
d’Eglise. Il est chargé:
– de vérifier les valeurs et les documents comptables de la Paroisse;
– de contrôler la sincérité des états financiers et des informations contenues dans le rapport du
Conseil d’ Anciens à l’Assemblée Paroissiale.
2- Le Censeur dans son rapport relève les irrégularités et les inexactitudes éventuellement
constatées dans la gestion de la Paroisse.
3- Pour pouvoir mener à bien sa mission, le Censeur peut se faire communiquer tous
documents qu’il juge utiles. Il est cependant tenu à l’obligation de discrétion pour les
informations auxquelles il peut avoir accès du fait de ses activités.
Article 34 : 
1- En cas d’empêchement, de démission ou de décès du Censeur aux Comptes, l’Assemblée
Paroissiale en élit un autre pour le remplacer.
2- Le mandat du Censeur élu pour remplacer un autre court jusqu’à la fin du mandat de son
prédécesseur.
3- Le Censeur est élu pour un mandat de 7 ans renouvelable; la durée de ce mandat doit
coïncider avec celle du Conseil d’Anciens dont il est chargé de contrôler la gestion
SECTION II : DU DISTRICT
Article 35 :
1- Le District est une circonscription ecclésiale regroupant plusieurs paroisses.
2- La création et la délimitation territoriale de chaque District relèvent de la compétence du
Synode Général, sur proposition du Synode Régional.
3- Il a pour mission:
– l’encadrement et la coordination des activités de ses paroisses ;
– la formation des ouvriers et des Anciens d’Eglise à la pratique de leurs ministères.
Article 36 :
1- Les organes de gestion du District sont les suivants:
– le Consistoire;
– Le Conseil Consistorial;
– le Bureau du District;
– le Censeur aux Comptes.
2- Le Règlement Intérieur précise dans le détail le fonctionnement de chacun de ces organes.
a) Le Consistoire
Article 37:
1- Le Consistoire est l’organe délibérant du District.
2- Il est composé:
– de l’ensemble des Anciens d’Eglise, des responsables des mouvements et des œuvres
paroissiales du District;
– de tous les Pasteurs, Pasteurs proposants, Délégués pastoraux, Evangélistes et Aides-
Evangélistes en service dans le District.
Article 38 : 
1- Le Consistoire:
– étudie toutes les questions concernant la vie de l’Eglise dans le District;
– donne des informations et transmet les décisions des Synodes et du Conseil Synodal
Régional;
– vote le budget du District et veille à son application;
– assure le suivi des activités de toutes les Paroisses de son ressort ;
– reçoit les comptes rendus et les rapports d’activités ct de gestion de toutes les paroisses du
District et ceux des œuvres paroissiales de son ressort;
– transmet les procès-verbaux de ses réunions au Conseil Synodal Régional;
– élit les délégués au Synode Régional;
– étudie les demandes d’érection des Lieux de Culte en Annexe et des Annexes en Paroisses;
– Transmet son avis au Synode Régional;
– propose au Conseil Synodal Régional et au Synode Régional:
– la consécration des candidats au ministère pastoral;
– le renouvellement des délégations pastorales et l’octroi de nouvelles délégations;
– assure le suivi des mouvements et des chorales dont les ligues sont reconnues par le Synode
Général;
– assure le suivi de la vie spirituelle dans les œuvres implantées dans le District;
– gère les conflits;
– soumet au Conseil Synodal Régional et au Bureau de la Région Synodale les autres
problèmes qui ne relèvent pas de la compétence du Consistoire;
2- Le Consistoire se réunit quatre fois par an. Mais il peut, en cas de nécessité, tenir des
séances extraordinaires.
3- Le Consistoire est dirigé par un bureau de séance composé ainsi qu’il suit:
– Président: Pasteur
– Vice-président: Ancien
– Deux rapporteurs: Pasteur et Ancien
b) Le Conseil Consistorial
Article 39 : 
1- Le Conseil Consistorial représente le Consistoire pendant les intersessions et prépare ses
assisses.
2- Le Conseil Consistorial est composé ainsi qu’il suit:
– Le Bureau du District;
– Le Bureau de chaque Paroisse;
– Un Responsable par Œuvre;
– Un Responsable par Mouvement;
– Les membres du Synode Général résidant dans le District.
b) Le Bureau du District
Article 40 : 
1- Le Consistoire élit en son sein un Bureau du District composé ainsi qu’il suit :
– Président (Pasteur) ;
– 1er Vice-président (Pasteur);
– 2ème Vice-président (Ancien d’Eglise) ;
– 3ème Vice-président chargé des finances (Ancien d’Eglise) ;
– Secrétaire (Pasteur ou Evangéliste).
2- Les membres du bureau du District sont élus pour un mandat de 7 ans non renouvelable au
même poste avec évaluation à mi-parcours.
Article 41 : 
Les fonctions et attributions des membres du Bureau de District sont les suivantes:
* Le Président du District (Pasteur) :
– il représente l’Eglise au niveau du District;
– il veille à la présence effective des ouvriers à leurs postes et apprécie leur travail;
– il présente un plan d’action annuel au Consistoire en début de chaque année;
– il rend compte des activités du District au Président de la Région Synodale;
– Il est l’ordonnateur des dépenses du district.
* Le 1er  Vice-président (Pasteur) :
– il est chargé de l’évangélisation dans le District, et de la bonne marche des mouvements et
des chorales.
* Le 2ème  Vice-président (Ancien d’Eglise) :
– il est chargé de la coordination et de la bonne marche des œuvres paroissiales dans le
District.
* Le 3ème  Vice-président (Ancien d’Eglise) :
– il anime les finances du District;
– il paie les salaires des ouvriers du District;
– il transmet les pourcentages destinés à la Caisse Centrale:
– il vérifie les comptes des paroisses.
* Le Secrétaire (Pasteur ou Evangéliste) :
– il rapporte les affaires et tient les archives du District;
– il assure le suivi de l’exécution des résolutions du Consistoire, en rapport avec le Président
du District.
d) Le Censeur aux Comptes
Article 42 : 
1- Le Consistoire élit en son sein un Censeur aux comptes qui est un Ancien d’Eglise pour un
mandat de 7 ans renouvelable.
2- Les attributions du Censeur aux Comptes, ainsi que les conditions d’exercice de ses
fonctions, sont celles prévues aux articles 33 et 34 ci-dessus.
SECTION III : DE LA REGION SYNODALE
Article 43 :
1- La Région Synodale est une circonscription ecclésiale regroupant plusieurs Districts.
2- Sa création et sa délimitation territoriale relèvent de la compétence du Synode Général
après étude par le Synode Régional sur proposition du Conseil Synodal Général.
3- La Région Synodale a pour mission l’encadrement et la coordination des activités des
Districts de son ressort.
Article 44 :
La Région Synodale comporte les organes de gestion suivants :
– Le Synode Régional;
– Le Conseil Synodal Régional;
– Le Bureau de la Région;
– Le Censeur aux comptes.
a) Le Synode Régional
Article 45 :
1- Le Synode Régional est l’organe suprême de la Région Synodale.
2- Il siège une fois l’an en session ordinaire et peut être convoqué en session extraordinaire en
cas de nécessité
Article 46 :
1- Le Synode Régional est composé des membres suivants:
– le Bureau de la Région Synodale;
– les membres du Conseil Synodal Régional;
– tous les Pasteurs et Evangélistes avec délégation pastorale en poste dans la Région
Synodale;
– le Responsable de chacune des activités dans la Région Synodale reconnues par le Synode
Général ;
– le Responsable de chaque Département Technique crée dans la Région Synodale;
– le Responsable de chaque œuvre implantée dans la Région Synodale;
– les membres du Conseil Synodal Général et les Délégués au Synode Général résidant dans
la Région Synodale;
– les Délégués élus par les Consistoires.
2- Les Délégués élus par les Consistoires:
– sont élus pour un mandat de 7 ans renouvelable;
– ils sont élus à raison d’un Ancien d’Eglise pour 500 membres en zones rurales et 1000
membres en zones urbaines.
Article 47 : 
1- Les attributions du Synode Régional sont les suivantes:
– il règle les relations de la Région Synodale avec la Direction de l’Eglise;
– il élit les membres du Bureau de la Région Synodale;
– il élit le Censeur aux Comptes de la Région Synodale;
– il élit les Délégués de la Région Synodale au Synode Général;
– il vote le budget de la Région Synodale et en contrôle l’exécution;
– il reçoit le rapport du Président de Région élaboré en tenant compte de ceux des Présidents
des Districts;
– il reçoit le Rapport du 3ème Vice-président chargé des finances;
– il reçoit le Rapport du Censeur aux Comptes.
2- Les réunions du Synode Régional peuvent être ouvertes aux invités .Cependant lors des
élections, il travaille à huis clos.
b) Le Conseil Synodal Régional
Article 48 : 
1- Le Conseil Synodal Régional comprend les membres suivants:
– les membres du Bureau de la Région Synodale;
– les Présidents des Districts;
– les 3e Vice-présidents des Districts;
– les Responsables des Œuvres de la Région Synodale;
– les Responsables des Mouvements implantés dans la Région Synodale;
– les Délégués au Synode Général et les membres du Conseil Synodal général résidant dans la
Région Synodale;
– les Délégués élus par le Synode Régional,
2- Les Délégués élus par le Synode Régional:
– ils sont élus pour un mandat de 7 ans renouvelable;
– ils sont élus à raison d’un Pasteur et d’un Ancien représentant les paroisses comptant plus
de 1000 inscrits en zones urbaines, et plus de 500 inscrits en zones rurales,
Article 49 : 
1- Les attributions du Conseil Synodal Régional sont les suivantes:
– il prépare les réunions du Synode Régional;
– il exécute les décisions du Synode Régional;
– il contrôle les comptes des Districts;
– il contrôle les comptes du 3ème Vice-président chargé des finances;
– il reçoit ct étudie les rapports des Districts;
– il règle les questions qui sont soumises à la Région Synodale par les Districts et les
Responsables des Œuvres;
– il veille au bon fonctionnement des Œuvres Régionales;
– il décide du placement des Evangélistes et Aides Evangélistes ;
– il exécute les décisions du Synode Régional et des autres instances supérieures de l’Eglise.
2-Le Conseil Synodal Régional se réunit deux fois par an et toutes les fois que les
circonstances l’exigent.
Article 50 :
1- Le Conseil Synodal Régional comporte les Sous-commissions Régionales suivantes:
– Sous-commission: Ministère Pastoral, Evangélisation, Education Chrétienne et
Enseignement Théologique;
– Sous-commission: Finances;
– Sous-commission: Œuvres;
– Sous-commission: Développement, prospective et Projet;
– Sous-commission: Doctrine, Ethique et Discipline ;
– Sous-commission: Famille et Genre;
– Sous-commission: Jeunesse;
– Sous-commission: Culte d’Enfants et Chorales;
– Sous-commission : Diaconie, Justice, Paix et Sauvegarde de la Création;
– Sous-commission: Sécurisation et Extension du Patrimoine:
– Sous-commission: Communication, Information et Relations Publiques
– Sous-commission: Pastorale Régionale.
2- La composition de ces Sous-commissions Régionales ainsi que leur mode de
fonctionnement sont fixés par le Règlement Intérieur.
c) Le Bureau de la Région
Article 51 :
1- La Région Synodale est dirigée par un Bureau de 5 membres composé ainsi qu’il suit:
– Président de Région (Pasteur) ;
– 1er Vice-président de Région (Pasteur) ;
– 2ème Vice-président de Région (Ancien d’Eglise) ;
– 3ème Vice-président de Région chargé des finances (Ancien d’Eglise)
– Secrétaire de Région (Pasteur).
2- Les membres du Bureau de Région sont d’office membres de toutes les Sous-commissions
Régionales.
3- Les membres du Bureau travaillent en collégialité.
4- Le Président de Région est nommé par le Conseil Synodal Général sur proposition de
Bureau National de l’Eglise.
5- Les autres membres du Bureau de Région sont élus par le Conseil Synodal Régional, pour
un mandat de 7 ans non renouvelable au même poste avec évaluation à mi-parcours.
Article 52 : 
1- Les attributions des membres du Bureau de la Région sont les suivantes:
* Le Président de Région:
– il représente l’Eglise au niveau de la Région Synodale;
– il veille à la présence effective des ouvriers à leurs postes et apprécie leur travail;
– il prépare un plan d’action annuel de la Région Synodale;
– il coordonne les activités de la Région Synodale et rend compte au Bureau de l’Eglise
– Il est l’ordonnateur des dépenses de la Région.
* Le 1er Vice-président:
– Il est chargé de l’Evangélisation dans la Région Synodale et de la bonne marche des
Mouvements et des Chorales.
* Le 2ème  Vice-président:
– Il est chargé de la coordination et de la bonne marche des œuvres dans la Région Synodale.
* Le 3ème  Vice-président de Région :
– il anime les finances de la Région Synodale;
– il veille au paiement des salaires des ouvriers;
– il informe le Président de la Région et tous les organes de la Région de la situation
financière;
– il transmet les pourcentages des offrandes destinés à la Caisse Centrale;
– il vérifie les comptes des Districts.
* Le Secrétaire de la Région:
– il s’occupe des archives relatives aux activités de la Région Synodale;
– il assure le suivi des décisions du Synode Régional et du Conseil Synodal Régional.
2- Le Bureau de la Région travaille en collégialité et constitue l’organe exécutif de la Région
Synodale.
– il sert en conséquence de liaison entre le Bureau National de l’Eglise et la Région Synodale;
– il prépare les différentes réunions;
– il rédige les rapports et procès-verbaux;
– il coordonne les activités ecclésiastiques et celles des œuvres Régionales;
– il veille à la bonne gestion des biens meubles et immeubles de la Région Synodale.
d) Le Censeur aux Comptes
Article 53 : 
1- Le Synode Régional élit en son sein un Censeur aux Comptes qui est un Ancien d’Eglise,
pour un mandat de 7 ans renouvelable.
2- Les attributions du Censeur aux Comptes au niveau de la Région Synodale, ainsi que les
conditions d’exercice de ses fonctions, sont celles prévues par les articles 33 et 34 ci-dessus
au niveau de la Région Synodale.

CHAPITRE II: DES ORGANES CENTRAUX DE L’EEC


Article 54 :
Les Organes Centraux de l’EEC sont les suivants:
– le Synode Général ;
– le Conseil Synodal Général et ses commissions;
– le Bureau National de l’Eglise et ses Départements techniques;
– le Commissariat aux Comptes.
SECTION I : LE SYNODE GENERAL
Article 55 :
1- Le Synode Général est l’organe suprême de l’EEC.
– Il adopte la Constitution, le Règlement Intérieur, la Liturgie et tous les autres textes
fondamentaux régissant l’EEC;
– Il règle les relations de l’ EEC avec les autres Eglises installées au Cameroun ou à
l’étranger;
– Il règle les relations avec les pouvoirs publics;
– Il ratifie les conventions et les accords passés entre l’Eglise et les partenaires nationaux ou
étrangers; – Il élit les membres du Bureau National de l’Eglise ;
– Il nomme un Président Honoraire et un Conseiller Honoraire parmi les anciens présidents de
l’Eglise admis à la retraite, sur proposition du Bureau National de l’Eglise;
– Il désigne par voix de vote les membres élus du Conseil Synodal Général;
– Il élit les Commissaires aux Comptes;
– Il vote le budget de l’Eglise et contrôle son exécution ;
– Il approuve le plan d’action proposé par le Bureau National de l’Eglise au début de son
mandat et contrôle l’exécution de ce plan à chacune de ses sessions;
– Il reçoit le rapport biannuel d’activités du Bureau National de l’Eglise, rédigé en tenant
compte des rapports d’activités des Régions Synodales et des œuvres de l’Eglise;
– Il reçoit le rapport financier;
– Il reçoit le rapport des Commissaires aux Comptes et donne quitus de gestion au Bureau
National de l’Eglise.
2- Il se réunit une fois tous les deux ans, sur convocation du Bureau National de l’Eglise après
avis du Conseil Synodal Général, mais peut siéger en session extraordinaire si les
circonstances l’exigent.
Toutefois, en raison de la durée du mandat actuel qui est de 7 ans, le Synode se tiendra
consécutivement l’année de la fin de mandat en cours et l’année qui suit;
3- La convocation d’une session extraordinaire du Synode Général relève de la compétence
du Président Général de l’Eglise, après avis favorable d’au moins 2/3 des membres du Conseil
Synodal Général. Le Synode Général Extraordinaire se tient au siège de l’Eglise sauf
dérogation exceptionnelle du bureau.
4- Le Synode Général est précédé d’une pré-assemblée des jeunes et une pré-assemblée des
femmes.
5- Compte tenu du grand nombre de délégués et invités, et pour une meilleure prise en charge
sur le plan logistique et autres commodités, le Synode Général se tient dans les régions
synodales où les infrastructures d’accueil permettent que les délégués et invités soient logés
décemment.
6- Pour promouvoir le développement des régions qui n’ont pas assez d’infrastructure d’
accueil du Synode Général et pour une évangélisation de proximité, la priorité pour l’accueil
et l’organisation des consécrations décentralisées leur revient.
7- Les réunions du Synode Général sont ouvertes aux invités. Cependant, en cas d’élections,
pendant les opérations de votes, elles se tiennent à huis clos.
Article 56 :
1- Le Synode Général est composé des membres suivants: – les membres du Bureau National
de l’Eglise;
– les membres élus du Conseil Synodal Général;
– les membres des Bureaux des Régions Synodales;
– les Responsables Nationaux des Départements Fechniques ;
– les Commissaires aux Comptes;
– les Délégués élus par les Synodes Régionaux.
2- Les Délégués élus par les Synodes Régionaux :
– sont élus pour un mandat de 7 ans renouvelable;
– ils sont élus à raison d’un Ancien et d’un Pasteur pour 8000 membres dans la Région, et un
pasteur et un ancien pour chaque tranche de 4000 membres supplémentaire.
SECTION II : DU CONSEIL SYNODAL GENERAL
Article 57 :
1- Le Conseil Synodal Général est composée des membres suivants :
– les membres du Bureau National de l’Eglise;
– les membres élus par le Synode Général;
– les Présidents des Régions Synodales avec voix consultatives.
2- Les membres élus par le ‘Synode Général sont au nombre de 24 dont:
– 12 Pasteurs;
– 12 Anciens d’Eglise;
Ils sont élus pour un mandat de 7 ans renouvelable une fois.
3- En cas de vote, les Présidents des Régions Synodales ont voix consultative.
Article 58 :
1- Le Conseil Synodal Général :
– décide de la catégorisation des paroisses créées par le Synode;
– gère les affaires de l’Eglise entre deux Synodes Généraux;
– exerce un suivi permanent sur le fonctionnement de l’Eglise dans tous ses aspects;
– approuve la vision, les objectifs, l’orientation et les missions proposes à l’Eglise par le
Bureau National de l’Eglise;
– arrête les états financiers et le rapport d’activités à présenter au Synode Général;
– arrête le projet de budget à soumettre au Synode Général;
– nomme les responsables des services centraux;
– autorise les Accords et les Conventions de toute nature à signer par l’Eglise avec les
pouvoirs publics, les organismes nationaux ou étrangers et les soumet pour validation au
Synode Général;
– autorise la cession des biens que l’Eglise décide d’aliéner;
– décide du placement des personnels;
– convoque le Synode Général, propose l’ordre du jour, fixe le lieu et la date de sa tenue et
prépare ses travaux;
– met en place les commissions nationales, reçoit leurs rapports et prend toutes les décisions
utiles;
– reçoit les rapports du Secrétaire Général portant sur la vie des départements techniques;
– reçoit le rapport du Vice-président Pasteur portant sur la vie des commissions placées sous
sa responsabilité;
– reçoit le rapport du 2e Vice-président portant sur les œuvres et le développement;
– reçoit le rapport du 3e Vice-président portant sur les finances.
2- En cas de crise grave au sein de l’Eglise, le Conseil synodal Général convoque d’office un
Synode Général Extraordinaire par vote à la majorité de 2/3 au moins des membres le
composant;
3- Le Conseil Synodal Général vote ses résolutions à la majorité simple des membres le
composant. En cas d’égalité de voix lors d’un vote, celle du Président Général de l’Eglise est
prépondérante;
4- Les séances du Conseil Synodal Général sont Présidées par le Président Général de
l’Eglise. En cas d’empêchement ou sur sa demande, elles peuvent être présidées par le Vice-
président (pasteur) ;
5- Le Conseil Synodal Général traite des problèmes qui lui sont présentés par les commissions
qui la composent.
Article 59 : 
1- Le Conseil Synodal Général est composé des Commissions Nationales suivantes:
– Commission: Ministère Pastoral, Evangélisation, Education Chrétienne et Enseignement
Théologique:
– Commission: Finances;
– Commission: Œuvres;
– Commission: Développement, prospectives et projets;
– Commission: Doctrine, Ethique et Discipline;
– Commission: Famille et Genre;
– Commission: Jeunesse;
– Commission: Culte d’Enfants et Chorales;
– Commission: Diaconie, Justice, Paix et Sauvegarde de la Création ;
– Commission: Sécurisation et Extension du Patrimoine;
– Commission: Communication et Information
– Commission: la Pastorale Nationale;
– Commission: Les Sages.
2- les Commissions Nationales préparent et étudient les dossiers à présenter au Conseil
Synodal Général.
3- Les membres du Bureau National de l’Eglise sont d’office membres de droit de toutes les
Commissions Nationales.
A/ La Commission: Ministère Pastoral, Evangélisation, Education Chrétienne et
Enseignement Théologique.
Article 60 :
1- elle est composée ainsi qu’il suit:
– le 1er Vice-président (Pasteur) : Président;
– les quatre membres élus du Conseil Synodal Général (2 Pasteurs + 2 Anciens) ;
– les Présidents des Régions Synodales;
– le Responsable du Département du Ministère Pastoral, Evangélisation, Education
Chrétienne et Enseignement Théologique;
– le Responsable du Département Famille et Genre;
– le Responsable du Département du Personnel, des Affaires Juridiques et Disciplinaires;
– les autres membres affectés du Conseil Synodal Général.
2- elle est chargée de :
– réfléchir sur les objectifs assignés à l’action de l’Eglise;
– élaborer un plan de formation et de gestion des personnels ecclésiastiques ;
– réfléchir sur le thème d’étude et d’animation que le Conseil Synodal Général peut proposer
au Synode Général comme support d’évangélisation pour l’année;
– Préparer le placement des personnels.
B/ La Commission: Finances
Article 61 : 
1- elle est composée de :
– le 3ème Vice-président chargé des finances: Président;
– les 3ème Vice-présidents des Régions Synodales;
– quatre membres élus du Conseil Synodal Général (2 Pasteurs + 2 Anciens d’Eglise) ;
– les Commissaires aux Comptes auprès du Bureau National de l’Eglise assistent aux travaux
en qualité d’observateur.
2- Elle est chargée:
– de l’élaboration de la politique financière de l’Eglise:
– des études et de la mise en place des procédures de gestion des finances de l’Eglise ;
– de l’élaboration du budget et du contrôle de son exécution;
– de l’établissement des états financiers à la fin de J’exercice:
– du suivi de la gestion des finances de l’Eglise.
C/ La Commission: Œuvres
Article 62 : 
1- elle est composée ainsi qu’il suit:
– le 2ème Vice-président chargé de la Coordination des Œuvres: Président;
– quatre membres élus au Conseil Synodal Général (2 pasteurs + 2 Anciens d’Eglise) ;
– les Responsables des Œuvres Nationales;
– Le Secrétaire à l’Education, membre de l’EEC ;
– les Vice-présidents de Région chargés de la Coordination des Œuvres ;
– le Responsable du Département Développement, Prospective et Projet.
2- elle est chargée:
– des études en matière de création, d’extension, de transformation ou de fermeture des
Œuvres Nationales;
– des études en matière de po1itique générale des Œuvres de l’Eglise;
– du budget et des comptes financiers des Œuvres Nationales; De la constitution des Conseils
d’Administrations et d’autres organes de Gestion des Œuvres Nationales, ainsi que de la
désignation de leurs principaux responsables;
– du suivi des Œuvres Nationales;
– de la conception d’un plan de formation et de recyclage des personnels des Œuvres.
3- elle met en pratique les orientations fixées à chaque Œuvre Nationale par le Conseil
Synodal Général.
D/ La Commission: Développement, Prospective et projet Article 63
Article 63 : 
1- Elle est composée ainsi qu’il suit:
– Le 2ème Vice-président chargé de la coordination des œuvres: Président;
– Quatre membres élus au Conseil Synodal Général (02 Pasteurs et 02 Anciens) ;
– Le responsable du Département Développement, Prospectives et Projets. 3 personnes
ressources en fonction de leur compétence
2- Elle est chargée de :
– superviser toutes les actions visant à élaborer un sommier des œuvres et de procéder à un
audit de leur état:
– étudier, en rapport avec la carte ecclésiastique, le potentiel d’implantation des œuvres et des
projets de développement;
– élaborer et tenir à jour les fichiers statistique concernant ces projets;
– proposer les réorientations et les adaptations nécessaires concernant les œuvres et les
projets.
E/ La Commission: Doctrine, Ethique et Discipline
Article 64 : 
1- Elle est composée de :
– le Secrétaire Général de l’Eglise: Président;
– Quatre membres élus du Conseil Synodal Général (2 Pasteurs et 2 Anciens);
– le Responsable du Département Ministère Pastoral, Evangélisation, Education Chrétienne ct
Enseignement Théologique;
– le Président de la Région Synodale concernée par le cas disciplinaire à l’étude;
– Le Responsable du Département des Ressources Humaines.
2- Elle est chargée de :
– examiner les dossiers disciplinaires du personnel:
– soumettre son avis et ses propositions motivées au Bureau National de l’Eglise:
– suivre les problèmes de doctrine et d’éthique dans l’Eglise.
F/ La Commission: Famille et genre
Article 65 :
1- Elle est composée ainsi qu’il suit:
– Le Vice-président (Pasteur) : Président;
– Quatre membres élus du Conseil Synodal Général: (2 Pasteurs et 2 Anciens) ;
– Le Responsable du Département Famille et Genre;
– Le Responsable du Département: Diaconie, Justice, Paix et Sauvegarde de la Création.
2- Elle est chargée :
– de la promotion des femmes, de la famille, de la jeunesse Féminine et masculine, de
l’enfance et de l’éducation parentale;
– du soutien à l’entreprenariat féminin et des activités d’autosuffisance économique;
– de la défense des droits des jeunes filles, des filles mères et des femmes seules;
– de la promotion des droits de l’enfant.
G/ La Commission : Jeunesse
Article 66 :
1- Elle est composée ainsi qu’il suit:
– 1er Vice-président (Pasteur) : Président;
– Quatre membres élus du Conseil Synodal Général (2 Pasteurs et 2 Anciens);
– Le Responsable du Département Jeunesse;
– Le Responsable du Département Famille et Genre
2- Elle est chargée de :
– l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi des programmes d’animation, d’encadrement et de
formation de la Jeunesse;
– l’organisation des rencontres entre les jeunes et le choix des thèmes liés à ces rencontres;
– l’organisation des séminaires sur l’auto-emploi des jeunes;
– l’élaboration et la proposition à l’Eglise d’une politique d’insertion socio professionnelle
des jeunes et la prospection pour eux des opportunités d’emploi;
– l’initiation, l’orientation et la coordination des activités d’animation dans les Foyers de
Jeunesse et la bonne gestion de ceux-ci.
H/ La Commission Culte d’Enfants et Chorales
Article 67 :
1- Elle est compo ée ainsi qu’il suit:
– le 1er Vice-président (Pasteur) : Président;
– Quatre membres élus du Conseil Synodal Général (2 Pasteur et 2 Anciens);
– le Responsable du Département Culte d’Enfants et Chorales:
– le Responsable du Département Famille et Genre.
2- Elle est chargée de :
– suivre et animer les programmes du Culte d’Enfants et des Chorales dans l’Eglise;
– organiser l’encadrement des moniteurs du culte d’enfants;
– Organiser le suivi des chorales des ligues et des paroisses notamment en matière
d’enseignement musical.
H/ La Commission Diaconie, Justice, Paix et Sauvegarde de la Création.
Article 68 :
1- Elle est constituée ainsi qu’il suit:
– 1er Vice-président (Pasteur) : Président;
– Quatre membres élus du Conseil Synodal Général (2 Pasteurs et 2 Anciens);
– Le Responsable du Département: Diaconie, Justice, Paix et Sauvegarde de la Création;
– Le Responsable du Département Ministère Pastoral, Evangélisation, Education Chrétienne
et Enseignement Théologique.
2- Elle est chargée de réfléchir sur:
– la diaconie :
– la dynamisation de l’action de l’Eglise auprès des pauvres, des     malades, des déshérités,
des handicapés, des marginalisés;
– la conception du programme de l’Eglise pour la paix et pour son engagement social auprès
des victimes des violences et des injustices diverses;
– la conception de l’approche diaconale auprès des aumôneries hospitalières, carcérales,
scolaires et universitaires;
– la Justice, la Paix et la Sauvegarde de la Création;
– le travail, le concept du développement, la promotion des droits humains et
environnementaux;
– la position de l’Eglise par rapport aux questions de justice, de paix, des droits humains,
sociaux, politiques et environnementaux dans le pays et dans le monde;
– le concept des programmes d’animation sur ces sujets à mettre en œuvre par le
Département;
– l’orientation de la collaboration de l’Eglise avec les autres Eglises et organismes nationaux
ou internationaux travaillant sur ces sujets.
I/ La Commission Sécurisation et Extension du Patrimoine
Article 69 : 
1- Elle est composée ainsi qu’il suit:
– Le 3e Vice-président chargé des Finances, Président;
– Quatre membres élus du Conseil Synodal Général (2 Pasteurs et 2 Anciens);
– Le Responsable du Département du Personnel des affaires Juridiques et disciplinaires.
– Le Responsable de la Division des Affaires Financières;
– Le Responsable National des affaires foncières et domaniales.
2- Elle est chargée de :
– s’assurer de la bonne tenue à jour des fichiers des biens meubles et immeubles (domaniaux
et fonciers) ;
– s’assurer de la conservation des titres de propriété;
– faire réaliser les inventaires périodiques des biens meubles;
– s’assurer du suivi des procédures d’immatriculation des immeubles appartenant à l’ EEC.
J)    La Commission : Communication et Information
Article 70 :
1- Elle est composée ainsi qu’il suit:
– Secrétaire Général (Président) ;
– Quatre membres élus du Conseil Synodal Général (2 Pasteurs et 2 Anciens) ;
– Le Responsable du Département Communication et Information ;
– Le Responsable du Département Ministère Pastoral, Evangélisation, Education Chrétienne
et Enseignement Théologique ;
– 2 personnes ressources choisis en fonction de leur compétence.
2- Elle est chargée de :
– L’élaboration du plan de communication de l’Eglise;
– La définition des structures à mettre en place pour porter cette communication ;
– La préparation de la déclaration de l’Eglise par rapport à tout évènement nécessitant sa
réaction.
-Veille à la ligne éditoriale des publications tant dans les journaux qu’à la radio et
éventuellement la télévision.
K/ La Commission : Pastorale Nationale
Article 71 : 
1- Elle est composée ainsi qu’il suit:
– Le Président Général;
– Le Secrétaire Général:
– Le Bureau d’organisation de la Pastorale.
2- La Pastorale Nationale regroupe tous les pasteurs consacrés en service tant dans l’Eglise
qu’en détachement. Elle se tient tous les deux ans.
3- Elle est chargée de l’identification des problèmes pertinents de la pastorale dans l’Eglise et
du choix des thèmes des pastorales nationales. Elle les soumet au Conseil Synodal Général.
4- Elle est supervisée par le Président Général de l’Eglise qui nomme un bureau chargé de son
organisation.
L/ La Commission des sages
Article 72 :
1- La Commission des Sages est composée des pasteurs et anciens nommés par le Conseil
Synodal Général et répondant aux critères suivants :
– être Président honoraire ou Conseiller honoraire de l’Eglise:
– être un ancien Président Général de l’Eglise;
– être un ancien membre du Bureau National;
– être un laïc, Ancien honoraire, qui a fait au moins trois mandats en qualité de membre
statutaire du Synode général et âgé d’au moins 65 ans.
2- Cette commission a pour mission d’accompagner 1’Eglise par ses prières, ses éclairages
inspirés de ses expériences et sa connaissance de l’Eglise. Elle accompagne l’Eglise dans les
situations de crise et de discipline. Par ses propositions, suggestions et orientations, elle aide
l’Eglise à affirmer le sens de sa vocation et de sa mission réelle.
3- Cette commission est activée sur sollicitation du Bureau National de l’Eglise.
SECTION III: DU BUREAU NATIONAL DE L’EGLISE
Article 73 :
1- Le Bureau National de l’Eglise est composé des 05 membres suivants:
– le Président Général (Pasteur) ;
– le 1er Vice-président (Pasteur) ;
– le 2ème Vice-président (Ancien d’Eglise) ;
– le 3ème Vice-président (Ancien d’Eglise) ;
– le Secrétaire Général (Pasteur) ;
2- Le Président Général est élu pour un mandat de 7 ans non renouvelable avec évaluation à
mi-parcours.
3- Les autres membres sont élus pour un mandat de 7 ans non renouvelable au même poste
avec évaluation à mi-parcours.
4- L’EEC opte pour le principe de rotation à la présidence générale. Cette rotation se fait entre
les groupes sociologiques qui la composent.
Article 74 :
1- L’âge limite pour faire acte de candidature à un poste au Bureau National de l’Eglise est de
63 ans maximum pour les pasteurs et 58 ans maximum pour les laïcs, au 1er janvier de
l’année de l’élection.
2- Les 5 membres du Bureau National travaillent en collégialité.
En cas d’égalité de voix lors d’une prise de décision, celle du Président est prépondérante.
3- En cas de vacance à un poste du Bureau National pour incapacité physique, démission,
décès, le Conseil Synodal Général désigne un intérimaire à ce poste dans les plus brefs délais
ne dépassant pas deux mois après le constat officiel de cette indisponibilité. Le cas est soumis
au tout prochain Synode Général qui procède à des élections partielles pour pourvoir au poste
en question. Si la vacance a lieu à la Présidence, le Vice-président pasteur convoque le
Conseil Synodal Général. Si c’est à un autre poste du bureau, c’est le Président Général qui
convoque.
4- L’intérimaire à ce poste n’est pas candidat aux élections. Il doit être le doyen des présidents
de région dans la fonction. Il gère les affaires courantes.
5- Le membre du Bureau National de l’Eglise, élu à des élections partielles, n’est en poste que
pour le reste du mandat de son prédécesseur. Il a le droit de se présenter à l’élection à ce poste
lors du renouvellement général du bureau.
Article 75 : 
Les attributions des membres du Bureau National de l’Eglise sont les suivantes:
A/ Le Président Général de l’Eglise (Pasteur)
– Il est le représentant de l’Eglise et de ses œuvres ainsi que de son personnel;
– Il s’occupe de la vie spirituelle, de la doctrine, de la stratégie et de la coordination des
activités de l’Eglise ;
– Il est chargé des relations avec les Pouvoirs Publics, des relations internationales et des
relations œcuméniques;
– Il veille au respect de la Constitution, du Règlement Intérieur et de tous les autres textes
régissant l’Eglise;
– Il convoque et préside les réunions du Bureau national et du Conseil Synodal Général:
– Il est l’ordonnateur des dépenses. Il contresigne les chèques avec le 3ème Vice-président
chargé des finances;
– Il peut être suppléé dans cette tâche par le Secrétaire Général ou tout autre membre du
Bureau National de l’Eglise.
B/ Le 1er Vice-président (Pasteur)
– Il assiste le Président général, et le remplace en cas d’empêchement;
– Il préside les Commissions Nationales qui lui sont affectées et supervise leurs activités (la
commission Ministère Pastoral, Evangélisation, Education Chrétienne et Enseignement
Théologique, la commission famille et genre, la commission jeunesse, la commission culte
d’enfants et chorale, la commission diaconie, justice, paix et sauvegarde de la création).
C/ Le 2ème Vice-président (Ancien d’Eglise)
– Il assiste le Président, dans les domaines suivants:
* animation, supervision, conception de la politique de l’Eglise en matière d’œuvres,
* contrôle les objectifs missionnaires assignés aux œuvres;
– Il soumet au Bureau National et au Conseil Synodal Général un rapport annuel sur la vie des
œuvres;
– Il préside la Commission Nationale des œuvres;
– Il participe au niveau des Régions Synodales aux réunions relatives à la promotion des
Œuvres.
D/ Le 3ème Vice-président (Ancien d’Eglise)
– Il assiste le Président Général dans le domaine financier;
– Il préside la Commission des Finances;
– Il conçoit et propose la politique financière de l’Eglise;
– Il conçoit et propose les règles de gestion financière et comptable de l’Eglise;
– Il prépare le budget et suit son exécution;
– Il perçoit les recettes;
– Il exécute les dépenses ordonnées par le Président Général;
– Il détient la double signature avec le Président Général ou le Secrétaire Général sur les
pièces de retrait des fonds à la banque;
– Il organise et supervise le Service du Budget et la Caisse Centrale;
– Il organise et supervise le travail des Troisième Vices Président des Régions Synodales;
– Il contrôle les œuvres dans leur gestion financière et la mise en place de leur comptabilité;
– Il veille à l’équilibre général des finances de l’Eglise;
– Il contrôle la gestion financière des Régions Synodales et des institutions;
– Il est chargé des affaires domaniales et de biens meubles et immeubles de l’Eglise:
– Il s’occupe des relations entre l’Eglise et la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale.
– Il est assisté dans ses tâches par des personnels administratifs et comptables, mis à sa
disposition par la Direction de l’Eglise.
E/ Le Secrétaire Général (Pasteur)
– Il assure le secrétariat des réunions:
* du Conseil Synodal Général;
* du Bureau National de l’Eglise;
* des Commissions nationales;
* de toutes les réunions importantes qui se tiennent au siège;
– Il assure la rédaction et la conservation des procès-verbaux de toutes ces rencontres;
– Il supervise les Départements Techniques placés sous son autorité et anime leur travail;
– Il organise, supervise et veille à l’approvisionnement de la Bibliothèque Centrale de
l’Eglise;
– Il assure l’abonnement à des revues spécialisées et veille à ce que le personnels
ecclésiastiques de l’EEC soient tenus au courant de l’évolution théologique dans le monde;
– Il organise, gère les archives de l’Eglise et facilite l’accès à la documentation qu’elles
contiennent;
– Il organise et supervise les services administratifs, les secrétariats, les services de courriers ;
– Il assure la tenue et le classement des dossiers;
– Il gère le personnel des services centraux en relation avec le département des ressources
humaines;
– Il organise et supervise les publications de l’Eglise (presses, documentation) ;
– Il assure l’élaboration du plan de formation et la défense doctrinale de l’Eglise.
– Il est assisté dans ses tâches par des personnels administratifs mis à sa disposition par la
Direction de l’Eglise.
F/ Dispositions Particulières concernant les Membres du Bureau national de l’Eglise
Article 76 :
1- Un membre du Bureau National (Pasteur) ne peut cumuler ses fonctions avec une autre
activité, sauf autorisation du Conseil Synodal Général.
2- Les membres du Bureau National de l’Eglise (Anciens), doivent s’organiser afin que leurs
activistes personnelles ne paralysent pas le fonctionnement régulier des services de l’Eglise.
3- Les membres du Bureau National de l’Eglise Pasteurs sont affectés et résident tous au siège
de l’Eglise sauf cas exceptionnel.
Article 77 : 
1- Les anciens membres du Bureau national pasteurs qui finissent leur mandat sans avoir
atteint l’âge limite pour la retraite, restent à la disposition du Conseil Synodal Général.
2- Ils bénéficient des avantages spéciaux qui sont définis dans le Règlement Intérieur.
SECTION IV : DU COMMISSARIAT AUX C01HPTES
Article 78 : 
1- Le Synode Général élit un Commissaire aux Comptes pour contrôler et vérifier la gestion
des fonds de l’Eglise.
2- Les attributions du Commissaire aux Comptes sont au niveau central de l’Eglise, celles
prévues aux articles 33 et 34 de la présente Constitution.
3- En cas d’empêchement définitif, de démission ou de décès du Commissaire aux Comptes,
le Conseil Synodal Général pourvoit à son remplacement et soumet cette nomination au
prochain Synode Général pour approbation.
Article 79 : 
1- Le Commissaire aux Comptes soumet au Synode Général, toutes les observations
constatées lors des contrôles et propose les améliorations souhaitées.
2- Il propose au Synode Général, l’accord ou le refus du et au quitus au Conseil Synodal
Général et au Bureau National de l’Eglise pour leur gestion au cours de l’exercice contrôlé.
3- Pour faciliter le déroulement de ses tâches, le Commissaire aux Comptes prend part à
toutes les réunions du Conseil Synodal Général, où des problèmes financiers sont inscrits à
l’ordre du jour.
4- Le Bureau National de l’Eglise peut également l’associer, à sa convenance, à toutes
réunions ou rencontres, où ses avis peuvent être utiles.
Article 80 :
1- Le Commissaire aux Comptes peut demander au Bureau National de l’Eglise des
explications sur tout fait constaté, et de nature à compromettre le fonctionnement normal des
services.
2- A défaut de réponse satisfaisante, il peut saisir le Conseil Synodal Général.
3- Il rend compte au Synode Général de toutes les irrégularités constatées dans la gestion. Au
cas où le Synode Général désavoue le Commissaire aux Comptes, celui-ci doit démissionner
de ses fonctions.

TITRE III – DES RESSOURCES


FINANCIERES ET MATERIELLES DE
L’EGLISE
Article 81 : 
1- Les ressources financières de l’Eglise sont:
– les collectes des cultes;
– les offrandes chrétiennes et les dons de reconnaissance;
– les produits issus des projets rentables;
– les contributions diverses;
– les dons et legs;
– les ressources des œuvres;
– les subventions et les aides diverses;
– les dividendes.
2- ces ressources proviennent:
– des paroisses;
– des œuvres;
– des projets rentables;
– des entreprises dont l’Eglise est actionnaire;
– des campagnes de mobilisation de fonds.
3- L’Eglise met en place un Règlement Financier pour centraliser les informations,
harmoniser la gestion financière à tous les niveaux afin de consolider les finances de l’Eglise.
Article 82 : 
1- A chaque échelon (Paroisse, Région Synodale, Direction centrale), les biens immobiliers de
l’Eglise doivent être immatriculés pour leur meilleure conservation.
2- De même, à chacun des échelons concernés, les biens meubles doivent être inventoriés et
enregistrés dans un registre d’inventaire régulièrement mis à jour, sous le contrôle et la
supervision des organes de gestion prévus par la présente Constitution.
3- Les règles spéciales de gestion des ressources provenant des aides, doivent en outre, être
respectées.
Article 83 : 
1- Le Bureau National de l’Eglise peut, à tout moment, mandater une mission de contrôle ou
d’audit auprès de toutes les structures, les institutions ou les œuvres, pour s’assurer de la
bonne utilisation des ressources mises à leur disposition.
2- Ce contrôle ponctuel ne remplace pas le contrôle permanent qui doit être assuré par les
organes créés à chaque échelon par la présente Constitution.
TITRE IV – DES MINISTERES DES PERSONNELS ECCLESIASTIQUES ET DES
PERSONNELS LAÏCS DANS L’EGLISE
Article 84 :
1- L’Eglise utilise les ministères des personnels ecclésiastiques et des personnels laïcs, tant
dans ses structures hiérarchiques que dans des institutions et dans ses œuvres.
2- Les personnels laïcs sont régis à la fois par les dispositions du code du travail et par celles
contenues dans les textes mis en place par l’Eglise.
3- Les personnels ecclésiastiques sont uniquement régis par les textes de l’Eglise. Cependant,
ceux en position de détachement dans les œuvres sont également régis par les dispositions
particulières à ces œuvres.
4- Les âges limites d’activité pour la retraite sont de 70 ans pour le personnel ecclésiastique.
Celui du personnel laïc est fixé par le code de travail. Le personnel ecclésiastique détaché
dans les œuvres quitte ces œuvres à 60 ans pour rentrer dans le ministère pastoral.
5- Le personnel laïc occupant une fonction de responsabilité dans une œuvre doit être membre
de l’EEC, inscrit dans l’une de ses Paroisses et être communiant.
6- Les pasteurs qui le désirent peuvent demander leur départ à la retraite de manière anticipée
dès 65 ans.
Article 85 :
1- L’Eglise met en place un statut particulier pour son personnel laïc.
2- Elle met également en place un code des ministères pour son personnel ecclésiastique afin
d’organiser sa carrière.

TITRE V – DE LA LITURGIE
Article 86 : 
1- L’EEC, pour affirmer son identité par rapport à celle des autres Eglises, conçoit et met en
place sa propre liturgie qui guide les cultes et les autres célébrations religieuses qu’elle
organise.
2- Le contenu des messages, leur ordre de passage, le cérémonial du culte ou de l’acte
pastoral, sont décrits dans la liturgie de l’EEC.
Article 87 :
1- La liturgie est adoptée par le Synode Général sur proposition du Conseil Synodal Général
après étude de la Pastorale Nationale. Son application est obligatoire au sein de toute J’Eglise.
2- Elle peut être modifiée par le Synode Général.

TITRE VI – DES OEUVRES DE L’EGLISE


Article 88 : 
1- Les œuvres sont la manifestation concrète du témoignage de l’Eglise. L’EEC assure la
tutelle de toutes ses œuvres.
2- Elles sont réalisées dans les différents domaines où l’intervention de l’Eglise peut
améliorer les conditions de vie des populations: soins de santé, enseignement général,
technique, ou professionnel, assistance sociale, encadrement de la jeunesse, des femmes,
œuvre agricole.
Article 89 : 
1- Les œuvres peuvent être créées à tous les échelons de l’Eglise par les organes mis en place
par la présente Constitution (Paroisses, Régions Synodales, Direction Nationale de l’Eglise.).
2- Les organes qui les créent participent à toutes les structures de gestion mises en place par la
Direction Nationale de l’EEC.
Article 90 :
1- Chaque œuvre doit être gérée par un Responsable sous la supervision d’une structure de
Gestion.
2- Pour éviter les dysfonctionnements dans les œuvres, la
structure de gestion, organe à caractère collégial, doit avoir suffisamment de pouvoirs pour
définir les objectifs, contrôler les responsables de gestion, et rendre lui-même compte à un
organe hiérarchique supérieur bien défini.
3- Les organes mis en place pour gérer l’œuvre doivent être composés de telle manière que
l’œuvre en question n’échappe pas au contrôle de l’Eglise qui l’a érigée.
Article 91 : 
Le Règlement Intérieur fixe les modalités de création, d’organisation et de fonctionnement
des œuvres.

TITRE VII – DU REGLEMENT ELECTORAL


DANS L’EGLISE
a) Principe Général sur le Mode de Désignation des Responsables au sein de l’Eglise
Article 92 : 
1- La désignation des responsables à tous les niveaux dans l’Eglise se fait par voie d’élection
ou de nomination.
2- Toutes les élections dans l’EEC doivent commencer par une prière pour invoquer la
présence du Saint-Esprit.
Le Régime Electoral
Article 93 : 
1- Pour plus d’efficacité, de représentativité et d’équilibre, toutes les élections dans l’Eglise
doivent obéir à des règles explicites admises préalablement par tous les candidats et tous les
électeurs.
2- En général, les votes sont exprimés à main levée.
3- Mais dans certains cas particuliers, notamment des votes en vue de désigner les
responsables de la prise des décisions morales ou religieuses sollicitant l’engagement de
l’Eglise, les scrutins doivent s’effectuer à bulletin secret pour protéger l’opinion personnelle
de chaque électeur.
Article 94 :
1- Toutes les élections se font à la majorité absolue des votants au premier tour (la moitié plus
une voix) et à la majorité relative au second tour (une voix de plus).
2- En cas d’égalité des voix, un autre tour est organisé séance tenante.
3- Les abstentions et les bulletins nuls ne comptent pas dans le calcul de la majorité absolue.
Mode de Candidature
Article 95 :
1- Pour être candidat à une élection dans l ‘Eglise, il est indispensable d’avoir une
connaissance exacte des conditions et des responsabilités inhérentes au poste auquel on
postule.
2- Par souci de rendement, d’impartialité et en vue d’éviter la confusion dans certaines
charges, le principe général est celui de non-cumul de postes au sein de l’Eglise.
Mode de Scrutin
Article 96 :
1- Le mode de scrutin dans l’Eglise est celui du scrutin uninominal.
2- Tout candidat à un poste de responsabilité doit faire acte de candidature à la Commission
Electorale Indépendante chargée de l’étude préalable des dossiers.
Opérations de Vote
Article 97 : 
1- Le Collège Electoral est constitué, il chaque échelon de l’Eglise, des membres
régulièrement inscrits.
Il s’agit:
– des membres de l’Assemblée paroissiale pour les élections dans la Paroisse;
– des membres du Consistoire pour les élections dans le District;
– des membres du Synode Régional pour les élections dans la Région Synodale;
– des membres du Synode Général pour les élections au niveau des organes centraux de
l’Eglise.
3- Un électeur absent peut, de manière légale, donner procuration écrite à un autre membre
inscrit pour voter à sa place.
Article 98 : 
1- Le dépouillement des bulletins est public devant le corps électoral concerné.
2- Les résultats des votes sont proclamés séance tenante.
Article 99 :
1- Pour plus de transparence et d’objectivité, chaque élection est gérée par une Commission
Electorale Indépendante.
2- A chaque échelon, la Commission Electorale Indépendante est mise en place par le Corps
Electoral sur proposition:
– du Conseil d’Anciens pour l’élection au sein de l’Assemblée Paroissiale;
– du Conseil Consistorial pour les élections au sein du Consistoire;
– du Conseil Synodal Régional pour les élections au sein du Synode Régional;
– du Conseil Synodal Général pour les élections au sein du Synode Général.
3- Les personnes désignées doivent être dignes, honnêtes. Ils doivent inspirer entière
confiance et respect.
4- Elles doivent être indépendantes par rapport aux élections concernées, donc ne pas y être
elles-mêmes candidates.
Article 100 : 
1- La Commission Electorale Indépendante:
– recense les électeurs;
– explique le mode de scrutin;
– organise les opérations électorales:
– procède aux dépouillements ;
– proclame les résultats;
– dresse un procès-verbal d’élection.
2- Les opérations électorales se terminent toujours par une prière de réconciliation entre tous
les membres de la communauté avec éventuellement un service de Sainte-Cène.

TITRE VIII – DE L’ETHIQUE DANS


L’EGLISE
Article 101 : 
1- Pour mener à bien ses actions en vue de son épanouissement et de son rayonnement,
l’Eglise définit un Code d’Ethique que tous ses membres se doivent de respecter.
2- L’éthique, définie par l’Eglise, est un moyen de tendre vers un idéal de perfection que
chaque fidèle poursuit en vue de sa sanctification.
3- Elle guide l’Eglise dans sa mission de témoignage orientée vers le peuple de Dieu, sous la
direction du Saint-Esprit à l’œuvre dans le monde.
Article 102 :
Les principes Généraux de l’Ethique au sein de l’EEC concernent :
a) La vocation et le sacerdoce 
Tout ministère au sein de l’Eglise est avant tout un sacerdoce.
Tout ouvrier appelé à exercer un ministère pastoral doit avoir une parfaite connaissance des
contraintes qui lui sont inhérentes et se doit d’en respecter les impératifs.
b) L’humilité et le respect de la hiérarchie
Tout membre de l’Eglise, quels que soient son rôle ou ses responsabilités, se doit de cultiver
l’humilité à l’exemple du Christ et par la même occasion, se soumettre au strict respect de la
hiérarchie.
c) La disponibilité
L’acceptation d’un ministère implique automatiquement l’obligation de consacrer le temps
nécessaire à l’exercice du service.
d) Le désintéressement
Toute action menée au sein de l’Eglise doit être considérée comme la simple manifestation
d’un devoir chrétien. Ainsi:
– La réalisation d’une tâche ne doit pas être source de recherche d’honneur et de gloire
personnelle, mais constituer la satisfaction morale du devoir accompli;
– Toute ambition, légitime en elle-même, ne doit en aucun cas être la recherche effrénée d’un
avantage ;
– Aucune action tendant à dégager des profits personnels au détriment de l’Eglise ne doit être
entreprise;
– La probité de tout membre de     l’Eglise, et plus particulièrement des responsables à tous
les niveaux, doit être de rigueur. Ils doivent en outre témoigner d’une honnêteté à toute
épreuve pour construire sa crédibilité vis-à-vis du peuple de Dieu.
Article 103 : Des cas particuliers
a) Du Célibat du Personnel Ecclésiastique 
L’EEC n’admet pas de confier les responsabilités pastorales à des personnels célibataires.
Cependant, dans des cas exceptionnels, des dérogations Jugées utiles à ce principe peuvent
être décidées par le Conseil Synodal Général après un examen approfondi de l’essence de la
vocation du candidat célibataire par le Bureau National de l’Eglise.
b) Du mariage
L’EEC ne reconnaît que le mariage monogamique, légal et béni religieusement pour l’entrée
dans le corps de ses ouvriers ecclésiastiques.
c) Du divorce 
Les Pasteurs et les Evangélistes étant appelés à montrer l’image d’une famille unie, le
divorce, véritable contre témoignage de cette image, ne peut être admis à leur endroit.
La dérogation à ce principe ne peut être accordée que par le Bureau National de l’Eglise,
après un examen approfondi du cas par la Commission Nationale de Doctrine, d’Ethique et de
Discipline.
d) Du bénévolat et de la gratuité des actes pastoraux
Tous les services rendus par l’Eglise le sont à titre gratuit: célébration des mariages,
célébration des baptêmes, services funèbres, cultes d’action de grâce.
De même les services rendus par les membres ou les groupes dans l’Eglise le sont également
à titre bénévole et dans le respect des principes de l’Ethique.
e) Du témoignage
A l’exemple de notre Seigneur Jésus-Christ, tous les membres de l’Eglise et chaque ouvrier en
particulier (Pasteurs, Evangélistes et Aides Evangélistes), conscients de’ leur vocation et de
leur mission dans la société, doivent toujours s’efforcer à être des témoins fidèles,
authentiques et engagés dans tous les actes de la vie.
TITRE IX – DISPOSITIONS TRANSITOIRES
ET FINALES
Article 104 : 
Ln Règlement Intérieur ct d’autres textes particuliers complètent la présente Constitution et
développent dans les détails certaines de ses dispositions.
Elle entre en vigueur dès son adoption par le Synode Général. Elle abroge et remplace la
Constitution antérieure.
Article 105 : 
L’initiative de sa révision appartient au Conseil Synodal Général.
Le Synode Général peut aussi la demander sur l’initiative d’au moins 2/3 de ses membres
ayant droit de vote.
Dès son adoption par le Synode Général, elle fait l’objet d’une large diffusion par les soins du
Bureau National de l’Eglise.
Adopté par le Synode Général Extraordinaire tenu à Mbouo Bandjoun le 27 Juillet 2010
(é) Le Président Général de l’EEC
Pasteur Isaac BATOME HENGA