Vous êtes sur la page 1sur 2

Djerba est marquée par une forte densité de mosquées  qui ont assumé au cours des siècles, dans

la vie des
habitants de l'île, des fonctions aux multiples dimensions. En effet, outre sa vocation de centre de culte, la
mosquée accueillait des étudiants, venait en aide aux nécessiteux, servait de lieu où on tranchait les litiges…
Dans les périodes de guerre ou d’invasions, elles se transformaient rapidement en un lieu de refuge, où on se
retranchait pour se défendre. Chaque mosquée à Djerba est unique et différente. On en cite quelques une des
plus célèbres :

Mosquée Bou Messouer ou Ejjâmaa El kébîr

Situé à El hachen au nord de l’île. C’est la plus ancienne mosquée de Djerba, datant du Xème siècle, et l’une
des plus importantes. Cet édifice a joué un important rôle religieux et éducatif et a contribué à la formation de
plusieurs sommités théologiques, adeptes de la Wahbiyâ El Ibadhiyâ.
La mosquée se compose de différentes unités architecturales dont on distingue une salle de prière, une cour
avec portique, une salle d’ablution, une chambre des enseignants et des étudiants, et des mihrab extérieurs
indiquant la direction de la Mecque.

La mosquée Fadhloun
Ce monument se trouve aux abords de khazroun, au nord-est de l’île. Il date probablement du XIVème siècle.
Il se compose d’une salle de prière, une cour, une salle d’ablution, une école coranique, des annexes
intérieures, une boulangerie  et un moulin à grain.

La mosquée welhi
Il s’agit d’une mosquée située à Wed Zébib, au sud de l’île, qui existait depuis le XIVème siècle, comme
l’atteste certaines sources historiques.
Elle se compose de différentes unités architecturales dont on distingue une salle de prière, une cours avec
portique, une salle d’ablution et une partie enterrée présentant un espace de prière.

Mosquée Tejdît
Situé à Fatou, au nord de l’île, non loin de la côte. Il remonte à la période d’avant l’année 1497-1498. Les
caractéristiques défensives de son architecture nous renseignent sur les mosquées fortifiées qui jouaient un
rôle important dans le système défensif de l’époque.
Cette mosquée se compose de différentes unités architecturales dont on distingue une salle de prière, une
cours, une école coranique, une salle d’ablution et d’autres annexes.

Mosquée Moghzèl
Situé à Bni Maaguel, au sud de l’île, non loin de la côte. Elle est retenu parmi les mosquées fortifiées qui
constituent la base arrière de la deuxième ligne défensive. Il remonte au début du XVIIème siècle.
Cette mosquée se compose de différentes unités architecturales dont on distingue une salle de prière,
Mesjed. Un escalier de cinq marches pointe à l’extrémité sud de la façade principale. A son angle nord-est se
dresse un minaret orné d’un lanternon, de forme conique que soutiennent des colonnettes maçonnées. Outre
cette  unité architecturale, le monument renferme des traces d’une salle d’ablution et d’une pièce de services
qui occupe une surface rectangulaire est-ouest, parallèle à l’extrémité nord de la façade est de la salle de
prières.

La mosquée Sidi Yâtî


Ce monument est situé sur la côte sud-ouest de l’île dans la localité d’El Fâhmîne, non loin de Guallela. Il
figure parmi les personnalités illustres du Xème siècle.
Le monument se compose d’importantes unités architecturales dont on peut distinguer une salle de prière,
une cour avec portique, une salle  funéraire avec la tombe du saint et d’autres annexes.

Mosquée Sîdî Brahîm Eljomnî


Il est situé au centre de Houmet Essoug. À l’origine, c’était une école Malékite qui daterait selon certaines
sources historiques de 1675. Spécialement édifié en l’honneur du Cheikh Ibrahim Eljomni dans une stratégie
adoptée par le pouvoir central, Mouradite, puis Husseinite, pour promouvoir le Malékisme dans l’île et
accorder à ses figures emblématiques un important soutien.
Le monument se compose d’importantes unités architecturales dont on peut distinguer une salle de prière,
une cour avec portiques, une salle d’ablution, une salle funéraire, une école coranique et des chambres pour
les étudiants.

La mosquée El Bassi
Monument situé en plein compagne dans le village de waleg. À l’origine, c’était une grande medersa ibadite
qui date du XVIIIème siècle. Il a été édifié pendant la période Husseinite et présente un style architectural turc
ottoman prononcé. Actuellement il est le siège d’un projet en cours et compte abriter "le centre culturel des
mosquées de Djerba".
Le monument se compose d’importantes unités architecturales dont on peut distinguer une salle de prière,
une cour avec portiques, une salle d’ablution et des sanitaires, une maison pour le Sheikh, une école
coranique, une bibliothèque des chambres pour les étudiants et plusieurs annexes.

Jamaa  Ettrok
Il est situé au centre de Houmet Essoug. À l’origine, c’était une mosquée hanafite qui daterait selon certaines
sources historiques de la fin du XVIème siècle. Actuellement il est malékite et a subit maintes modifications
tout en gardant son aspect ottoman.
Le monument se compose de diverses unités dont on cite une salle de prière, une salle d’ablution, un minaret
indépendant et des annexes.
Photos et plan Jamaa Ghorba
Il est situé au centre de Houmet Essoug. À l’origine, c’était une medersa ibadite, s’appelant Touzine, qui
daterait du XVème siècle. Depuis le XIXéme siècle et jusqu’à nos jours, il est devenu malékite, d’où le non
d’étrangers donnée aux malékites venant s’installer dans l’île, et a subit quelques modifications.
Le monument se compose de diverses unités dont on cite une salle de prière, une salle d’ablution, un minaret
indépendant, un mausolée, des chambres d’étudiants, une  maison pour le Sheikh et des annexes.

Sîdî Abdel kader


Il s’agit d’une zaouïa située au centre de Houmet Essoug, édifiée pour la secte kadérite malékite. Le
monument est construit selon le style officiel des monuments du XVIIIème siècle sous une influence turque.
Le monument se compose d’un patio entouré de galeries sur les quatre cotés avec un mausolée à coupole qui
possède aujourd’hui une entrée indépendante. La salle de prière a été transformée en un club pour jeunes et
la zaouïa est actuellement le siège de l’association de sauvegarde de l’ile de Djerba l’AASIDJE .

Jamaa El Outa
C’est un petit monument enterré situé dans la compagne, en pleine forêt d’oliviers, pas loin de la route entre
Mahboubine et El Kantara. Seule deux coupole et une entrée en voute sont visible de l’extérieur le reste est
complètement sous la terre. C’est un prie dieu ibadite d’origine avec un aspect défensif apparent qui est
actuellement malékite. On le date entre le XIème et le XIIIème siècle.

Jamaa  Magmag ou Mosquée Ben Biane


C’est un prie dieu ibadite situé dans la compagne pas loin de la commune de Erriadh près de la Hara Esghira.
On le date entre de la fin du  Xème siècle. Son importance n’est pas dans son origine ou sa grandeur mais
dans le fait qu’il renferme le Ghar magmag. Une grotte complètement creusée dans la roche où se
réunissaient les Azzaba et y écrivirent leur encyclopédie.

Vous aimerez peut-être aussi