Vous êtes sur la page 1sur 74

République tunisienne

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique


Direction générale des études technologiques

INSTITUT SUPERIEUR DES ETUDES TECHNOLOGIQUES DE KAIROUAN

MEMOIRE DE MASTER EN

Thème

Conception et réalisation d’un système de


supervision du réseau électrique MT de
l’usine ASP Skhira

Présenté par : Encadré par :


Sassi Chiab Mondher Hajji

Jury de soutenance :

Président : Anis Hamrouni


Encadreur universitaire : Mondher Hajji
Encadreur Industriel : Moez Hannachi
Examinateur 1 : Ali Taâmallah
Examinateur 2 : Sami Ifaoui

Promotion : Juillet2019

ENTREPRISE OU LE TRAVAIL A ETE REALISE : GROUPE CHIMIQUE TUNISIEN-USINE ASP SKHIRA


Contexte
Ce stage se déroule dans le contexte de la fin du cycle d'études du Master Electrotechnique et
Automatisme Avancé au sein de l’institut supérieur des études technologiques de Kairouan. Il
s'insère directement à notre cursus pédagogique (à savoir le second semestre de notre deuxième
année d'études supérieures).

Chaque étudiant doit se mettre à la recherche d'une entreprise au plus tôt, rappelons que ce stage
est à temps plein pour une durée de six mois. Un sujet pertinent doit être choisi par l'entreprise
d'accueil, proposé à l'étudiant, puis validé par l'équipe pédagogique. Une convention est alors
signée, liant l'étudiant, l'entreprise d'accueil et l'entité pédagogique.

Objectifs
Son objectif principal est de permettre de bénéficier d'une véritable expérience de
professionnalisation et ainsi de faciliter notre insertion vers le monde du travail. Découvrir
l'univers professionnel, un secteur d'activité, participer à la vie de l'entreprise et surtout s'adapter
à ses exigences font parties intégrantes de nos objectifs en tant que stagiaire. Concrétisant les
savoirs acquis durant le parcours scolaire, il est nécessaire d'accomplir ce stage dans un secteur
présentant des intérêts personnels, afin de se spécialiser dans le domaine souhaité.

ENTREPRISE OU LE TRAVAIL A ETE REALISE : GROUPE CHIMIQUE TUNISIEN-USINE ASP SKHIRA


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Résumé
Ce projet a été réalisé au sein de l’usine ASP Skhira dans le cadre de l’élaboration du mémoire
pour l’obtention du diplôme de mastère en génie électrique, spécialité ÉLECTROTECHNIQUE
ET AUTOMATISMES AVANCÉS.

Ce travail consiste à faire une recherche bibliographique sur l’efficacité énergétique,


l’amélioration de la qualité de l’énergie, un diagnostic énergétique dans l’installation de l’usine
et un développement d’une interface pour le système de supervision ou monitoring de l’énergie
électrique.

Mots clés : Efficacité, Energie, Qualité, harmonique et Supervision

‫ملخص‬

‫تم تنفيذ هذا المشروع في المجمع الكيميائي التونسي بمصنع الصخيرة في إطار التخرج للحصول على‬
‫ هذا العمل يتمثل في إجراء بحث حول كفاءة استخدام الطاقة‬.‫شهادة الماجيستر في الهندسة الكهربائية‬
.‫الكهربائية وإنجاز فحص تطبيقي والمراقبة المستمرة لنظام الطاقة في المصنع‬

‫ المراقبة‬،‫ التوافقات‬،‫ الجودة‬،‫ الطاقة‬،‫الكفاءة‬: ‫الكلمات المفاتيح‬

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 1


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Dédicaces
Je dédie ce travail à tous ceux que j’aime :
A Mes parents
A Ma femme, Raja
&
Mes enfants : Talel et Iyed
Vos sacrifices, vos encouragements et vos prières ont été
pour moi le meilleur gage de ma réussite.
Aucune dédicace ne saurait exprimer toute
ma reconnaissance et tout mon cœur.
Qu’ils trouvent ici l’expression de mon affection.
A ma famille,
&
Mes professeurs
En témoignage de mon amour et de ma fidélité.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 2


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Je tiens à remercier vivement

mon directeur de recherche Mr Mondher Hajji,

Maître technologue et

représentant de département de Génie électrique

à l’Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Kairouan,

Je tiens à remercier également

Mon Co-encadreur Mr Charfeddine Tahri,

Chef de la division maintenance à l’Usine ASP Skhira

Merci, car sans votre présence constante et vos directives précieuses, ce


modeste travail n’aurait pas vu le jour.

Je tiens à remercier également


Messieurs les ingénieurs ; Moez Hannachi,
et Mokhtar khelifa
Pour l’aide et le suivi de mon travail,
les membres de jury d’avoir accepté évaluer ce travail
Je remercie tous ceux qui m’ont aidé du près ou du loin

Dans l’élaboration de ce travail.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 3


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

...................................................................................................................................... 3

.............................................................................................................................. 4

INTRODUCTION GENERALE .............................................................................................................................. 9

CHAPITRE 1 : .................................................................................... 10
1. INTRODUCTION............................................................................................................................................. 11
2. PRESENTATION GENERALE DE L’USINE................................................................................................................ 11
3. DIVISION DE LA MAINTENANCE......................................................................................................................... 12
3.1 Service électricité et instrumentation « SEI » .................................................................................. 12
3.1.1 Mission ............................................................................................................................................ 12
3.1.2 Section de maintenance électrique ................................................................................................. 12
3.1.3 Section d’instrumentation ............................................................................................................... 12
3.2 Diagnostic, études et solutions adaptées ........................................................................................ 13
3.2.1 Diagnostic de l’installation .............................................................................................................. 13
3.2.2 Exigences de l’installation ............................................................................................................... 13
3.2.3 Solutions adaptées .......................................................................................................................... 13
3.3 Objectif de la mesure....................................................................................................................... 13
3.3.1 Analyse de la qualité de l’énergie électrique ................................................................................... 13
3.3.2 Nécessité économique et réduction des pertes ............................................................................... 14
3.3.3 Vieillissement de l’installation ......................................................................................................... 14
3.4 Efficacité énergétique électrique ..................................................................................................... 14
3.4.1 Concept de l’efficacité énergétique électrique ................................................................................ 14
3.4.2 Normes de l’efficacité énergétique ................................................................................................. 15
4. QUALITE DE L’ENERGIE ELECTRIQUE .................................................................................................................. 15
4.1 Concept............................................................................................................................................ 15
4.2 Les perturbations, causes et effets .................................................................................................. 15
4.3 Creux de tensions et coupures ......................................................................................................... 16
4.4 Les surtensions temporaire ou transitoire ....................................................................................... 18
4.5 Déséquilibre du système triphasé .................................................................................................... 19
4.6 La pollution harmonique ................................................................................................................. 20
5. AMELIORATION DE LA QUALITE DE L’ENERGIE ELECTRIQUE ..................................................................................... 24
5.1 Exigences ......................................................................................................................................... 24
5.2 Solutions aux problèmes des surtensions ........................................................................................ 25
5.3 Solutions au problème de déséquilibre triphasé ............................................................................. 25
5.4 Solutions aux problèmes de la pollution harmonique ..................................................................... 25
5.5 Amélioration du facteur de puissance ............................................................................................. 25
6. CONCLUSION................................................................................................................................................ 26

CHAPITRE 2 : ........................................................... 27

1. INTRODUCTION............................................................................................................................................. 28
2. INSTALLATION ELECTRIQUE HT/MT DE L’USINE................................................................................................... 28
2.1 Eléments de distribution de l’énergie électrique ............................................................................. 28
2.2 Sous-station principale .................................................................................................................... 30
2.3 Tableau Moyenne tension Utilités Chaudes .................................................................................... 32
2.4 Tableau MT Phosphorique............................................................................................................... 33

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 4


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

2.5 Tableau MT Osmose ........................................................................................................................ 33


2.6 Tableau MT Pomperie Eau de Mer .................................................................................................. 34
2.7 Description de l’installation et équipements existants .................................................................... 35
3. OBSTACLES ET SOLUTIONS PROPOSEES ............................................................................................................... 36
3.1 Obstacles ......................................................................................................................................... 36
3.2 Solutions proposées......................................................................................................................... 36
3.3 Les centrales de mesure .................................................................................................................. 37
3.3.1 Définition .................................................................................................................................... 37
3.3.2 Choix des centrales de mesure .................................................................................................... 37
3.3.3 Mémoire interne ......................................................................................................................... 37
3.3.4 Les entrées analogiques (0 à 20 mA ou 4 à 20 mA) .................................................................... 38
3.4 Interfaces et protocoles ................................................................................................................... 38
3.4.1 Interface ...................................................................................................................................... 38
3.4.2 Protocole.................................................................................................................................................... 38
4. CONCLUSION................................................................................................................................................ 39

CHAPITRE 3 : ................................................................................. 40

1. INTRODUCTION............................................................................................................................................. 41
2. ETUDE DES PLANS ELECTRIQUE ......................................................................................................................... 41
3. LES ETAPES DE REALISATION ............................................................................................................................ 41
4. TYPE DES CENTRALES DE MESURE ET CHOIX DE L’EMPLACEMENT ............................................................................. 42
5. MISE EN PLACE, CABLAGE ET PARAMETRAGE DES CENTRALES DE MESURE ................................................................. 43
5.1 Installation et câblage des centrales de mesure sur les arrivées..................................................... 44
5.2 Installation et câblage des centrales de mesure sur les départs ..................................................... 45
5.3 Programmation des centrales de mesure ....................................................................................... 46
6. CONCEPTION DU RESEAU DE COMMUNICATION ................................................................................................... 47
6.1 Configuration du serveur OPC et développement de l’interface ..................................................... 48
6.1.1 Présentation des outils de développement ................................................................................. 48
6.1.2 Configuration du serveur OPC ..................................................................................................... 49
6.2 Développement de l’interface de monitoring .................................................................................. 51
7. CONCLUSION................................................................................................................................................ 54

CONCLUSION ET PERSPECTIVES ...................................................................................................................... 55

BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................................. 56

ANNEXE 1 : CONSEQUENCES DES CREUX DE TENSION .................................................................................... 57

ANNEXE 2 : CONSEQUENCES DES HARMONIQUES .......................................................................................... 58

ANNEXE 3 : SCHEMAS DE CABLAGE SFERE DIVA ............................................................................................. 59

ANNEXE 4 : SCHEMAS TYPE ARRIVEES ............................................................................................................ 64

ANNEXE 5 : SCHEMAS TYPE DEPARTS ............................................................................................................. 65

ANNEXE 6 : ADRESSAGE DES MESURES .......................................................................................................... 66

ANNEXE 7 : PROGRAMME DE L’INTERFACE .................................................................................................... 67

ANNEXE 8 : ARCHITECTURE DU SYSTEME DE SUPERVISION ............................................................................ 72

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 5


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Figure 1: Organigramme de l'usine ...................................................................................................... 11


Figure 2 : Creux de tension et coupures. .............................................................................................. 16
Figure 3: Les surtensions. ..................................................................................................................... 18
Figure 4 : Déséquilibre triphasé. .......................................................................................................... 19
Figure 5 : Effet de la pollution harmonique sur la tension réseau. ...................................................... 20
Figure 6 : Courant absorbé par un pont à diode monophasé. .............................................................. 21
Figure 7 : Pollution des consommateurs voisins. ................................................................................. 21
Figure 8 : Schéma général unifilaire. ................................................................................................... 28
Figure 9 : Schéma unifilaire de la sous-station principale. .................................................................. 30
Figure 10 : Tableau MT Utilités Chaudes. ........................................................................................... 32
Figure 11 : Tableau MT Utilités Phosphorique. ................................................................................... 33
Figure 12 : Tableau MT Utilités Froides. ............................................................................................. 34
Figure 13 : Tableau MT Pomperie Eau de Mer. ................................................................................... 34
Figure 14 : Installation des centrales de GTA et de STEG. .................................................................. 45
Figure 15 : Fixation des centrales sur les départs. ............................................................................... 45
Figure 16 : Architecture générale de communication. ......................................................................... 47
Figure 17 : logiciel NI OPC Server ...................................................................................................... 48
Figure 18 : logiciel LabVIEW 2016 ...................................................................................................... 49
Figure 19: Création du Channel. .......................................................................................................... 50
Figure 20 : Ajout des équipements au Channel .................................................................................... 50
Figure 21: Affectation des adresses aux variables partagées. .............................................................. 51
Figure 22: Interface de monitoring d'énergie électrique. ..................................................................... 52
Figure 23 : Sous-programme de départ sulfurique A. .......................................................................... 52
Figure 24: Configuration des alarmes sur LabVIEW ........................................................................... 53

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 6


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Table 1 : les normes d'efficacité énergétiques .......................................................................... 15


Table 2 : effets des creux de tension sur les équipements électriques ..................................... 17
Table 3 : Effets des harmoniques sur les équipements électriques. ......................................... 22
Table 4 : Extrait de norme NF EN 61000-2-2 .......................................................................... 23
Table 5 : Etat de l’installation selon la norme NFC 15-100..................................................... 24
Table 6 : Rapports de transformation des TC et des TP........................................................... 31
Table 7 : Liste des équipements électriques existant dans l’installation MT et BT ................. 35
Table 8 : Récapitulation des problématiques et des solutions proposées. ................................ 36
Table 9 : Emplacements des centrales de type DIVIA11-HF. ................................................. 43
Table 10 : Descriptions techniques des équipements de mesure MT01. ................................. 44
Table 11 : Paramètres programmés sur les centrales de mesure. ............................................. 46
Table 12 : Seuils des alarmes programmés. ............................................................................. 53

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 7


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

A : Ampère

BT : Basse Tension

CENELEC : Comité européen de normalisation en électronique et électrotechnique

EE : Efficacité Energétique

HT : Haute tension

KV : Kilovolt

KVA : Kilovolt-Ampère

KW: Kilowatt

KB : Kilobits

m : mètre

mA : milliampère

MB : Mégabits

MT : Moyenne Tension

MVA : Méga voltampère

MW : Mégawatt

QEE : la qualité de l’énergie électrique

THD i : Taux de distorsion harmonique en courant


THD u : Taux de distorsion harmonique en tension

TR : Transformateur

T3FE : Réseau triphasé équilibré.


T3F NE2 : Réseau triphasé non équilibré sans neutre.
V : Volt

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 8


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Introduction générale

De nos jours, les entreprises investissent dans des moyens qui aboutissent à améliorer
l’efficacité énergétique électrique afin de réaliser un bénéfice économique. Il est donc
indispensable de faire un diagnostic détaillé de l’installation à l’aide d’un système de
monitoring afin de préciser le comportement des consommateurs d’énergie électrique. Ce
diagnostic nous permet ensuite de planifier un plan d’action qui mène à une amélioration
d’efficacité énergétique électrique, et par conséquence réaliser des gains économiques
importants.

Le Groupe Chimique Tunisien en tant qu’une grande société industrielle, est impliqué dans le
concept d’amélioration de l’efficacité énergétique. Depuis une dizaine d’année, le coût de la
consommation de l’énergie électrique des usines de GCT a augmenté énormément, à cause de
la dégradation de la production d’électricité par les groupes turbo-alternateurs. En outre, les
prix de l’énergie électrique qui ont augmenté, alourdissent les factures de consommation de
l’énergie. Ce sont alors les raisons pour lesquelles, l’application d’une stratégie d’économie
d’énergie électrique est primordiale.

Dans ce cadre, notre projet a pour objectif d’étudier la possibilité d’intégrer un système
d’amélioration d’efficacité énergétique à l’usine de Skhira.

Le premier chapitre sera consacré à la présentation de l’usine de Skhira et l’exploitation du


concept de l’efficacité énergétique électrique. Dans le deuxième chapitre, on vous présente
l’étude qu’en a faite sur l’installation électrique MT de l’usine en vous montrant la nécessité de
mettre en place un système de suivi de l’énergie électrique. Le troisième chapitre sera dédié à
la présentation des différentes étapes de la mise en œuvre d’un système de monitoring d’énergie
électrique à l’usine de Skhira.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 9


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Chapitre 1 :

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 10


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

1. Introduction
Dans ce chapitre, on vous présente l’usine ASP de Skhira et la division de maintenance,
notamment le service électricité et instrumentation où on a effectué notre stage. Ensuite on vous
présente le concept de l’efficacité énergétique tout en rappelant les différentes solutions
techniques d’amélioration de la qualité de l’énergie électrique.

2. Présentation générale de l’usine

L’usine ASP de Skhira, connu sous le nom de SIAPE II, a été créée en 1988. Elle était fondée
pour produire les deux qualités d’acide phosphorique marchand suivantes :
 L’acide phosphorique en 54% de P2O5.
 L’acide phosphorique en 72% de P2O5.
Actuellement l’usine ne produit et commercialise que l’acide phosphorique en 54% de P2O5,
vu la demande du marché international. L’usine ASP de Skhira est organisée selon
l’organigramme représenté par la figure ci-dessous :

Figure 1: Organigramme de l'usine

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 11


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

3. Division de la maintenance

3.1 Service électricité et instrumentation « SEI »

3.1.1 Mission
C’est le service où j’ai effectué mon stage. Hiérarchiquement, il est lié à la division de la
maintenance. Le service électricité et instrumentation planifie et exécute les opérations de
maintenance préventive et corrective des installations électriques et de régulation.
Il est divisé en deux sections :
 Section de maintenance électrique.
 Section d’instrumentation.

3.1.2 Section de maintenance électrique


La section de maintenance électrique s’occupe du suivi et de dépannage des installations
électriques de l’usine telles que :
 Les sous-stations électriques MT et BT.

 Les réseaux de distribution d’énergie électrique.

 Les transformateurs MT/MT et MT/BT.

 Les moteurs MT et BT.

 L’éclairage de l’usine et des bâtiments.

 Les coffrets électriques divisionnaires d’éclairage et de prises du courant.

3.1.3 Section d’instrumentation


Cette section s’occupe du suivi des équipements d’automatisation et de régulation. Elle assure :
 Le suivi et la mise à jour des systèmes numériques de contrôle-commande de l’usine.

 La réparation et la mise à niveau (vérification et calibrage) des instruments de mesure


et de contrôle.

 La programmation des équipements numériques : automates, enregistreurs, les


régulateurs…

 La mise en place d’asservissements adaptés aux nouvelles problématiques


industrielles.

 La réparation des systèmes de climatisation.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 12


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

3.2 Diagnostic, études et solutions adaptées

3.2.1 Diagnostic de l’installation


La méthode de diagnostic de l’installation n’est plus efficace à cause de manque d’historique
(enregistrements) des différentes mesures des (courant, tension, fréquence, puissance active et
réactive et les taux de distorsion harmoniques causés par l’installation même,….).
Alors que les instruments existants dans l’installation de l’usine sont des relais analogiques de
protection ne permettent pas l’acquisition des mesures électriques. D’où la nécessité
d’implémenter des équipements numérique pour assurer cette fonction.
3.2.2 Exigences de l’installation
Cela nous oblige à faire une étude détaillée afin d’identifier les anomalies de l’installation en
termes de qualité d’énergie électrique et proposer ainsi des solutions optimales. Ces derniers
doivent prendre en considération les différentes normes en vigueur.
3.2.3 Solutions adaptées
Vu l’importance de l’amélioration la qualité de l’énergie électrique dans l’installation qui doit
être adaptée aux besoins du personnel d’exploitation, de maintenance et de la gestion de l’usine,
il est primordial de mettre en œuvre un système de diagnostique qui permet de :
 Mesurer en temps réel, surveiller et enregistrer les différents phénomènes électriques
transitoires aux différents points de l’installation.
 Capturer les évènements électriques de l’ordre de ms.
 Analyser les paramètres enregistrés et vérifier la qualité de l’énergie électrique circulant
sur le réseau.
 Déterminer l’origine des dysfonctionnements et établir si leurs sources avant ou après
le point de livraison.
 Limiter l’accès au personnel concerné.

3.3 Objectif de la mesure

3.3.1 Analyse de la qualité de l’énergie électrique


Il s’agit de définir les paramètres électriques à mesurer et comparer leurs valeurs à des limites
prédéfinies. Celle-ci implique souvent le traitement d’un nombre important de données relatif
aux perturbations (les creux de tension, coupure, harmoniques et inter harmoniques, les
surtensions, variations et fluctuations de tension, déséquilibre,…).

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 13


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

3.3.2 Nécessité économique et réduction des pertes


La réduction des coûts liés à la perte de la continuité de service provoqué par la mauvaise qualité
de l’énergie électrique est une nécessité économique pour accroître la compétitivité de
l’entreprise.
Ces coûts doivent prendre en compte le manque à produire, les arrêts des unités de production,
la remise en état de l’outil de production, les retards de livraison ainsi le dysfonctionnement ou
l’arrêt des récepteurs tel que les ordinateurs, l’éclairage, et les systèmes de sécurités des
personnels.
3.3.3 Vieillissement de l’installation
La dégradation de la QEE réduit le rendement énergétique de l’installation en provoquant le
vieillissement prématuré des équipements électriques avec un risque accru des pannes.

3.4 Efficacité énergétique électrique

3.4.1 Concept de l’efficacité énergétique électrique


Pour un système donné, l’efficacité énergétique définit l’état de fonctionnement la plus
optimale de ce dernier en minimisant la consommation d’énergie pour un service rendu
identique. Le but d’appliquer une démarche d’efficacité énergétique est de réduire les coûts
économiques et diminuer les dégâts liés à la production et consommation d’énergie sur
l’environnement [1].
Pour atteindre ces objectifs et avoir une installation électrique assez performante, il faut qu’on
mette en place des appareils de mesures adéquates afin de mesurer les paramètres électriques
en temps réel. Ces paramètres nous permettent d’analyser la situation de l’installation tout au
long de chaque phase de fonctionnement de système et proposer des solutions d’optimisation
possibles.
L’amélioration de l’efficacité énergétique d’une installation est tributaire de [1] :
 La qualité de l’énergie :
La performance et le coût d’exploitation d’une installation sont déterminés par le
terme « qualité d’énergie ». En éliminant les sources de pollution du réseau électrique telles que
les harmoniques, les surtensions, les creux de tensions, alors on peut avoir une installation
efficace dont chaque équipement fonctionne d’une manière optimale.
 Le coût de l’énergie :
On peut minimiser les coûts de la consommation de l’énergie électrique, par l’amélioration du
facteur de puissance et aussi par l’installation des équipements électriques avec une meilleure
classe énergétique.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 14


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

3.4.2 Normes de l’efficacité énergétique

Dans le cadre de l’efficacité énergétique, il y a plusieurs normes qui entrent en vigueur.

Normes Sujet

Evaluation énergétique des systèmes de


Pr ISO 14414
pompage
Mesure et vérification de la performance
Pr ISO 50015
énergétique d’un organisme
AFNOR BP X30-120 Diagnostic énergétique dans l’industrie
ISO 5001 Système de management de l’énergie
NF EN 15900 Services d’efficacité énergétique
Table 1 : les normes d'efficacité énergétiques.

4. Qualité de l’énergie électrique

4.1 Concept

Les réseaux électriques des distributeurs d’énergie sont en courant alternatif, la tension est
sinusoïdale de fréquence et de valeur efficace constantes (réseau STEG triphasé MT : 30 KV –
50 Hz). Mais en réalité l’onde de tension n’est pas parfaitement sinusoïdale, l’amplitude et la
fréquence de cette onde subissent des variations au cours de temps. Parfois ces paramètres
peuvent s’éloigner énormément de leurs valeurs de références imposées par la STEG, ce qui
peut perturber le fonctionnement de certains équipements électriques raccordés au réseau. Dans
certains cas extrêmes ces perturbations causent des dégâts matériels instantanés, donc il est
primordial de mesurer les grandeurs électriques en temps réel pour éviter les éventuelles
perturbations de l’installation ce qui intègre aujourd’hui dans le contexte de «la qualité de
l’énergie électrique QEE» [2].

4.2 Les perturbations, causes et effets

En électrotechnique, les perturbations appartiennent souvent au type des perturbations


conduites ou basse fréquence. Ces perturbations sont essentiellement :

 Les creux de tensions et coupures.


 Les surtensions temporaires ou transitoires.
 Les déséquilibres du système triphasé.
 La pollution harmonique.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 15


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

4.3 Creux de tensions et coupures

Le creux de tension est une chute violente de profondeur ∆𝑼 en un point du réseau électrique
au-dessous de la valeur efficace de tension de référence (Uréf) imposée par le distributeur
d’énergie électrique, avec un rétablissement de tension après une courte durée de temps∆𝑼
𝑻
comprise entre la demi-période ( 𝟐 = 𝟏𝟎 ms pour F=50 Hz) et une minute. Les creux de durée

inférieure à 10 ms sont considérés comme des perturbations transitoires.


Un creux de tension est caractérisé par deux paramètres :
- Profondeur : ∆𝑼 = 𝑼𝒓𝒆𝒇 − 𝑼
- Durée : T
En triphasé la profondeur et la durée d’un creux de tension ne sont pas nécessairement
identiques sur chaque phase, donc l’utilisation d’un analyseur réseau triphasé est indispensable
pour avoir une idée sur les perturbations sur chaque phase au même temps.

Figure 2 : Creux de tension et coupures [2].


Les causes
Coté consommateurs, les creux de tension et les coupures sont généralement causés par les
phénomènes qui font un fort appel du courant dans l’installation, en provoquant à travers les
impédances de ligne une chute de tension de profondeur de plus en plus faible en s’éloignant
de la source de perturbation. Dans l’industrie, ces phénomènes se produisent lors de démarrage
des charges de puissance (moteur de puissance, fours à arc, chaudière,…) qui ont un courant de
démarrage assez important.
Quand ils surviennent chez le producteur d’électricité, ces perturbations ont des origines
aléatoires. Les réseaux de transport HT, de distribution MT/BT et l’installation elle-même sont

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 16


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

souvent le siège des défauts qui provoquent des creux de tension ou même dans des cas
extrêmes des coupures brèves ou longues à cause de déclanchement des appareils de protection
et des disjoncteurs. A l’instant de coupure, la tension peut être entretenue d’environ une seconde
à cause de décharge des batteries de compensation raccordés au réseau [2].

Les conséquences

La plus part des équipements électriques sont perturbés par les creux de tension et les coupures.
Une coupure de quelques secondes peut engendrer des dégâts financiers pour les industriels. En
effet, elle peut provoquer le déclenchement général de l’installation et arrêter ainsi la chaine de
la production(Annexe2).
Le tableau 2 résume les conséquences de ce type de perturbation sur les équipements industriels.

Equipements Sensibilité et effets


- Perte de synchronisme des moteurs synchrone qui
peuvent supporter un creux de profondeur
Moteurs synchrone et d’environ 50%.
asynchrone - Diminution brutale de couple.
- Arrêt des moteurs.
- Perturbés par des creux de profondeur qui dépasse
Contacteurs 25%.
- Désexcitation des bobines et ouverture des
contacts.
- Sensibles aux creux de tension de profondeur
Matériels supérieur ou égale à 10%.
informatique - Perte des données.
- Commandes erronées.

- Sensibles aux creux de tension dont la profondeur


dépasse 15%.
Variateurs de - Dysfonctionnement des circuits de contrôle de
vitesse variateur.
- Déséquilibre du courant en cas d’un creux de
tension sur une seule phase.
- Perturbés par des creux de tension de profondeur
Lampes à décharge et tubes supérieure à 50% et de durée de 50 ms.
fluorescents
- Diminution de durée de vie.
- Extinction.

Table 2 : effets des creux de tension sur les équipements électriques

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 17


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Les normes
Les normes « CEI 61000-2-1 » et « CENELEC EN50160 » définissent un creux de tension
∆𝑼
comme une baisse de tension ∆U avec : 𝟏% ≤ ∗ 𝟏𝟎𝟎 ≤ 𝟗𝟎%.
𝑼𝒓𝒆𝒇

Selon les deux normes, lorsque la profondeur dépasse la valeur 99%, le creux de tension devient
une coupure qui se caractérise seulement par sa durée ‘∆T’ et si cette dernière ne dépasse pas 3
minutes, elle est dite une coupure brève. Si non, la coupure est dite de longue durée [2].

4.4 Les surtensions temporaire ou transitoire

Les surtensions comme l’illustre la figure 3, ce sont des perturbations qui s’ajoutent à la valeur
crête de la tension nominale d’alimentation d’un équipement électrique. En triphasé, elles
peuvent apparaitre entre phase et neutre ou entre phases. Identiquement aux creux de tension,
les surtensions sont caractérisées par l’amplitude et la durée. Lorsque la durée d’une surtension
ne dépasse pas 10 ms, elle est dite transitoire. On peut analyser ce type de perturbation
transitoire à l’aide d’un analyseur de réseau qu’il nous offre une période d’échantillonnage très
faible grâce à sa technologie numérique intéressante. Il existe deux modes d’appariation d’une
surtension :
 Le mode commun : entre conducteurs actifs et la terre.
 Le mode différentiel : entre deux conducteurs actifs.

Figure 3: Les surtensions [2].


Les causes
Les surtensions sont généralement causées par des phénomènes atmosphériques comme les
foudres soit par une frappe directe des lignes HT, MT ou BT, soit par l’élévation de potentiel
de la terre.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 18


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Les conséquences
Les effets des surtensions sont nombreux, ils peuvent causer le claquage des condensateurs et
le vieillissement prématuré des équipements. Les circuits de commande sont perturbés aussi
par les surtensions. Dans des cas extrêmes, elles dépassent les limites exigées, certains
dispositifs seront détruits carrément.
Les normes
La norme EN 50160 limite les surtensions selon le régime de neutre de l’installation :
 Régime TT ou TN ‘neutre lié à la terre’ : la tension ne doit pas dépasser 1.7*Un.
 Régime IT ‘neutre isolé’ : la surtension ne doit pas dépasser 2*Un.

4.5 Déséquilibre du système triphasé

En triphasé, on dit qu’il y’a un déséquilibre, lorsque les tensions de trois phases ne sont pas
parfaitement égales en amplitude ou ne sont pas déphasées les unes par rapport aux autres de
120°, comme l’illustre les courbes de tension de la figure 4.

Figure 4 : Déséquilibre triphasé.


Les causes
Le déséquilibre d’un système triphasé est causé principalement par la répartition non uniforme
des charges électriques sur les trois phases du système.
Les conséquences
Les machines synchrone et asynchrone sont les plus sensibles au déséquilibre de tension ou du
courant. En fait, le déséquilibre introduit une composante inverse de champs tournant et

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 19


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

engendre des couples de freinage parasites qui provoquent des contraintes thermiques
(échauffements) supplémentaires dans les enroulements des moteurs.
Les normes
La norme EN 50160 limite un taux de déséquilibre inverse admissible de 2%.

4.6 La pollution harmonique

Dans une installation électrique à courant alternatif, les signaux du courant et de la tension ne
sont pas parfaitement sinusoïdaux. Cette imperfection, qui due essentiellement à la pollution
harmonique, est apparue récemment avec le progrès technologique et l’utilisation croissante de
l’électronique de puissance.

Tension de la source

Tension déformée

Figure 5 : Effet de la pollution harmonique sur la tension réseau.


Pour quantifier le degré d’imperfection de tension ou du courant, on utilise la décomposition
en série de Fourier. En effet, les harmoniques sont définit comme étant des courants ou des
tensions de fréquences multiples entiers de fréquence du réseau national 50 Hz. Les paramètres
de quantification de la pollution harmonique (taux de distorsion harmonique, taux
d’harmoniques individuel, facteur de crête…).

Les causes
La pollution harmonique est causée essentiellement par les charges non linéaires connectées au
réseau, c’est-à-dire, les charges qui consomment un courant non sinusoïdal malgré la nature
sinusoïdale parfaite de leurs tensions d’alimentations.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 20


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Les principales charges non linéaires sont :


 Les redresseurs et les variateurs de vitesses.
 Les charges informatiques.
 L’éclairage fluorescent.
 Les machines à souder et les fours à arc.
La figure 6 vous montre la forme d’onde du courant absorbé par un pont redresseur monophasé
représenté dans le schéma de la figure 7.

Figure 6 : Courant absorbé par un pont à diode monophasé.

Les conséquences :

Ces charges sont considérées comme des générateurs de courants harmoniques Ih, de fréquences
multiples de 50 Hz, en passant par les impédances des lignes, ils entraient des tensions
harmoniques qui polluent aussi les consommateurs voisins (figure 7 ).
L’effet de cette pollution est la distorsion des tensions d’alimentation des consommateurs
voisins, comme illustré par la figure 5.

Figure 7 : Pollution des consommateurs voisins.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 21


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Les courants harmoniques ont des effets néfastes sur les différents éléments de l’installation
électrique, les câbles et transformateurs s’échauffent plus que de normal, les condensateurs sont
détériorés, la consommation électrique devient de plus en plus importante et les disjoncteurs de
protection peuvent fonctionner d’une manière excessive.

En présence de la pollution harmonique, la durée de vie des moteurs monophasés est réduite de
32%, celle des moteurs triphasés de 18% et celle des transformateurs de 5%. (Annexe 2)

Aussi les condensateurs qui sont installés pour améliorer le facteur de puissance sont plus
lourdement affectés par les courants harmoniques qui les traversent, lorsque ces courants
dépassent la valeur admissible ils peuvent provoquer l’explosion de ces condensateurs.

Effets des harmoniques sur les


Equipements électriques
équipements
 Echauffements

Machines tournantes (moteurs, alternateurs)  Couples oscillatoires


 Vibrations et bruit

 Echauffements

Transformateurs  pertes dans le fer


 risque de saturation

 Augmentation des pertes


Les câbles
 Effet de peau

Condensateurs  Vieillissement prématuré

Dispositifs de protection (fusibles, disjoncteurs)  Déclenchement intempestif.

Compteurs d’énergies et appareils de mesure.  Erreurs de mesure

Table 3 : Effets des harmoniques sur les équipements électriques.


Les normes

La norme EN 50160 fixe le taux global de distorsion harmonique de la tension fournie. Il ne


doit pas dépasser 8% (le calcul se fait jusqu'à le rang 40). Les normes NF EN 61000-2-2 et NF
EN 61000-2-4 fixent respectivement les valeurs maxima des taux d’harmoniques individuels
en tensions rang par rang pour les réseaux public basse tension ‘BT’ (tableau 4) et les
installations industrielles moyenne et basse tension ‘MT/BT’.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 22


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Harmoniques impairs non Harmoniques impairs Harmoniques pairs


multiples de 3 multiples de 3

Tension Tension
Tension
Rang harmonique Rang harmonique Rang harmonique
en % en % en %

5 6 3 5 2 2

9 1.5 4 1
7 5
15 0.3 6 0.5
11 3.5
21 0.2 8 0.5
13 3
>21 0.2 10 0.5
17 2
12 0.2

19 1.5 >12 0.2

23 1.5

>25 1.5

Table 4 : Extrait de norme NF EN 61000-2-2 [3].

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 23


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Le tableau 3 montre l’état de l’installation suivant les taux de distorsion harmonique en


courant/tension selon la norme NFC 15-100.

Taux de distorsions harmoniques tension Effets attendus


et courant

THD u ˂ 5% et THDi˂10% Installation conforme aux normes

5% ˂ THD u ˂ 8% et 10%˂ THDi˂50% Pollution non négligeable et effets


nuisibles possibles

THD u ˃ 8% et THD i˃ 50% Installation très polluée

Taux individuel du rand 3 en courant ˃15% Conducteur du neutre chargé

Table 5 : Etat de l’installation selon la norme NFC 15-100 [3].

5. Amélioration de la qualité de l’énergie électrique

5.1 Exigences

La majorité des équipements électriques dans le secteur industriel sont sensibles à la


dégradation de la qualité de l’énergie électrique. En effet, cette dégradation peut provoquer la
destruction des matériels ce qui mène à des dangers possibles sur la sécurité des biens et des
personnes et des surcoûts économiques. C’est la raison pour laquelle qu’on doit mettre en place
des solutions aux différents perturbations vus précédemment. Pour cela, il faut distinguer les
générateurs de perturbation, les équipements sensibles à ces perturbations et la liaison entre les
deux qui permet la propagation des perturbations.
Les principaux buts de la mise en place de ces solutions sont :
 Eliminer les arrêts inattendus de fonctionnement des équipements de l’installation.
 Rendre l’installation conforme à une norme.
 Réduire la consommation énergétique électrique de l’installation (réduire la facture
d’énergie).

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 24


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Pour atteindre ces objectifs, un diagnostic doit être réalisé, afin d’identifier les perturbations
contre lesquelles on doit agir, choisir et mettre en œuvre les solutions convenables [4].

5.2 Solutions aux problèmes des surtensions

Les solutions diffèrent selon les types des surtensions :

 Surtensions temporaires : mettre hors service d’une partie des batteries de


compensation.

 Surtension atmosphériques : Installer des paratonnerres sur les toits des bâtiments et des
parafoudres dans les coffrets électriques.

5.3 Solutions au problème de déséquilibre triphasé

Pour éviter le problème de déséquilibre triphasé, il est recommandé de :

 Repartir uniformément les charges monophasées (éclairage et prise de courant) sur les
trois phases du réseau.

 Augmenter la section des câbles principaux en amont des charges non équilibrées.

5.4 Solutions aux problèmes de la pollution harmonique

La circulation des courants harmoniques dans les différentes branches de l’installation,


provoque l’apparition des plusieurs problèmes au niveau de l’installation elle-même et au
niveau des installations voisines alimentées par la même source. C’est la raison pour laquelle
qu’on doit proposer des solutions pour réduire les néfastes de la pollution harmonique.
Parmi les solutions utilisées au milieu industriel on site :
 Séparer les charges non linéaires des charges linéaires.
 Ajouter une inductance série.
 L’ajout d’une inductance anti-harmonique.
 La mise en œuvre d’un filtre passif et /ou un filtre actif d’harmonique.
 L’utilisation d’un transformateur d’isolement à secondaire zigzag.

5.5 Amélioration du facteur de puissance

La consommation excessive de l’énergie réactive mène à des incidences technico-économiques


importantes à cause des surcharges au niveau des transformateurs, des pertes supplémentaires
et des chutes de tensions sur les réseaux de distribution.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 25


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

C’est la raison pour laquelle, les distributeurs d’énergie électrique pénalisent financièrement les
industriels qui consomment de l’énergie réactive au-delà d’un certain seuil.
Pour ces raisons, les industriels sont obligés de produire de l’énergie réactive au plus près
possible des charges par l’installation des batteries de compensation.

6. Conclusion

A travers ce chapitre, on a montré que l’amélioration de l’efficacité énergétique électrique se


fait non seulement par l’amélioration de la qualité de l’énergie électrique, mais aussi par la
compensation de l’énergie réactive en installant des batteries de compensation. Ce sont des
solutions que nous oblige de suivre les différentes grandeurs électriques (tensions, courants,
fréquence, taux de distorsion harmonique,…) en temps réels afin de prendre toutes les
précautions nécessaires en cas de perturbation du réseau, d’où la nécessité de la mise en place
d’un système de monitoring de l’énergie électrique à l’usine de Skhira.
Après avoir montré la nécessité de l’efficacité énergétique électrique dans l’installation, on
vous présente dans le chapitre suivant une étude détaillée de l’installation MT de l’usine.
Ensuite on vous montre la mise en place d’une base de supervision de l’installation et comment
faire pour rassembler les données nécessaires à suivre afin d’optimiser et surveiller mieux
l’installation. Ces données seront connectées à un système de monitoring adapté à
l’installation.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 26


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Chapitre 2

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 27


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

1. Introduction
Ce chapitre est consacré à l’étude de l’installation MT de l’usine ainsi la mise en place des
centrales de mesure qui nous permet de suivre et visualiser le fonctionnement de notre
installation MT, tout en évoquant les obstacles qui entravent la réalisation d’un projet
d’amélioration de l’efficacité énergétique à l’usine.

2. Installation électrique HT/MT de l’usine

2.1 Eléments de distribution de l’énergie électrique

Comme illustré par le schéma synoptique ci-dessous, l’usine de Skhira est raccordée au réseau
STEG par une ligne moyenne tension de 30 kV, avec une puissance souscrite de 8 MVA.

Figure 8 : Schéma général unifilaire.

Les principaux éléments du réseau de distribution d’énergie électrique de l’usine de Skhira sont
mentionnés ci-dessous :

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 28


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

 Ligne MT (réseau STEG Moyenne Tension)

C’est une ligne triphasée aérienne de moyenne tension qui relie l’usine au réseau de la STEG.
La tension du service de celle-ci est de 30 000 V. Après avoir passée par le dernier poteau (au
niveau de pool), le cheminement de la ligne devient sous terrain. Ensuite elle continue son
chemin jusqu’au arrivée à la poste de livraison.
 Poste de livraison :

C’est un local technique qui contient des équipements électriques de protection, de


sectionnement et de comptage. Elle assure essentiellement, le sectionnement à vide du réseau
MT de la STEG et le comptage d’échange d’énergie électrique entre la STEG et l’usine de
Skhira.
 Transformateur MT/MT « 1TR1 »

C’est un transformateur réversible (élévateur / abaisseur 30 KV / 5.5kV) et de puissance 10


MVA est installé juste à côté de poste de livraison.
D’où la tension de service à l’usine de Skhira est de 5 500 V.
 Groupe turbo-alternateur « GTA »

C’est la deuxième source d’énergie électrique de l’usine. Dans les conditions normales de
marche de l’usine, il assure la production de 15 MW d’énergie électrique, en transformant
l’énergie thermique produite par les chaudières d’unités sulfuriques. Le GTA est capable de
produire au maximum 18,4 MW.
N.B :
Le couplage de GTA avec le réseau de l’usine s’effectue au niveau du jeu de barre principal de
l’usine MT01 5.5 kV et par l’intermédiaire d’un disjoncteur à gaz SF6 de 2500 A. Il n’est
possible que si les conditions du couplage sont satisfaites.
Un synchrocoupleur est mis en place pour mesurer (les tensions, les fréquences et l’ordre des
phases) et donne l’autorisation du couplage.
 Sous-station principal « MT01 »

C’est un local technique qui contient des équipements électriques (le jeu de barre principal, les
arrivées et les départs). Il assure la répartition d’énergie électrique sur toutes les unités de
l’usine. Les départs peuvent être sous forme d’un disjoncteur alimenté des autres sous-stations
MT et des transformateurs 5.5 kV/380 V, ou sous forme d’un contacteur pour l’alimentation
des moteurs MT.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 29


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

 Sous-stations divisionnaires

C’est sont des locaux techniques qui assure l’alimentation en énergie électrique des unités de
production. L’usine de Skhira contient 7 sous-stations MT réparties sur les différentes zones
de production (Utilités froides, Utilités chaudes, Stockage portuaire, Tour de réfrigération,
Gypse GCT, Pomperie eau de mer et Gypse TIFERT).

2.2 Sous-station principale

La sous-station principale regroupe les cellules MT 5.5 KV, qui permettent le cheminement de
l’énergie électrique des sources (STEG et GTA) vers les sous-stations divisionnaires de l’usine.
Les cellules MT sont équipées par des disjoncteurs à gaz SF6, des transformateurs du courant
et par des relais de protection analogique. Elles sont interconnectées par l’intermédiaire d’un
jeu de barre (figure 9).

Figure 9 : Schéma unifilaire de la sous-station principale.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 30


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Départs/Arrivées TC Mesure TP

Arrivée STEG 3x1250/5 A 1 x 5500/100 V

Arrivée GTA 3x2500/5 A 1 x 5500/100 V

Départ Osmose MT-12 750/5 A

Départ Pomperie MT-13 750/5 A

Départ1TR14Administration 75/5 A

Départ 1TR15 SER 75/5 A

Départ 1TR-2 Sulfurique A 100/5 A

Départ 1TR-3 Sulfurique B 100/5 A 1 x 5500/100 V

Départ MT-16 Stockage 250/5A

Départ MT-11 Phosphorique A 1250/5 A

Départ MT-111 Phosphorique B 1250/5 A

Départ MT-18 Tour 630/5 A

Départ Utilités chaudes MT 1250/5 A

Table 6 : Rapports de transformation des TC et des TP.


 TC de mesure :
C’est un transformateur de mesure dans lequel le courant secondaire est, dans les
conditions normales d’emploi, pratiquement proportionnel au courant primaire.
 Transformateur de puissance TP :
Pour des raisons de mesure, il permet de convertir la tension élevée au primaire en
une tension basse au secondaire.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 31


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

2.3 Tableau Moyenne tension Utilités Chaudes

Comme illustré par la figure 10, le tableau MT de la sous-station Utilité chaudes se compose
d’une arrivée et de six départs. Il assure l’alimentation en énergie électrique en MT des lignes
aériennes de puits de forage, d’un transformateur MT/BT et de des pompes (710kW et
650kW). Récemment, une extension a été effectuée sur le tableau, par l’ajout d’un départ pour
l’alimentation de la nouvelle sous-station de Gypse TIFERT.

Figure 10 : Tableau MT Utilités Chaudes.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 32


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

2.4 Tableau MT Phosphorique

La figure 11 montre le schéma unifilaire du tableau MT phosphorique, qui assure l’alimentation en


énergie électrique en MT des unités de production d’acide phosphorique. Il abrite une arrivée et six
départs.

Figure 11 : Tableau MT Utilités Phosphorique.

2.5 Tableau MT Osmose

La figure 12 montre le schéma unifilaire du tableau MT de l’unité de dessalement de l’eau de mer, qui
assure l’alimentation en énergie électrique en MT ses différentes charges. Il abrite une arrivée et quatre
départs dont 2 pompes, une pompe de distribution de 160 KW et une pompe HP de 600 KW d’osmose
ainsi deux transformateurs MT/BT (121TR1 de puissance 600 KVA pour l’alimentation des charges BT
de mise en terril de gypse GCT, et 12TR1 de puissance 2000 KVA pour les charges BT osmose.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 33


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Figure 12 : Tableau MT Utilités Froides.

2.6 Tableau MT Pomperie Eau de Mer

La figure 13 montre le schéma unifilaire du tableau MT de la pomperie d’eau de mer. Il abrite une
arrivée et cinq départs dont 3 moteurs des pompes de puissance 1200 KW, ainsi deux transformateurs
MT/BT (131TR1 de puissance 250 KVA pour l’alimentation des charges BT d’appontement, et 13TR1
de puissance 1000 KVA pour les charges BT de pomperie eau de mer.

Figure 13 : Tableau MT Pomperie Eau de Mer.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 34


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

2.7 Description de l’installation et équipements existants

Installations/équipements électrique Quantité Gamme de puissance

Transformateurs MT/MT 2 10000kVA

Transformateurs MT/BT 49 20….2000kVA

Moteurs MT 30éne 132….1200kW

Moteurs BT 800 <132 kW

Sous-stations MT 8

Sous-stations BT 11

Table 7 : Liste des équipements électriques existant dans l’installation MT et BT.

Tous les équipements et les charges électriques de l’installation, sont alimentés par les
différentes stations de distribution de l’énergie dans l’usine, sont protégés par des relais
analogiques qui ont pour rôle que la protection, sans aucune acquisition ou connaissance des
paramètres électriques de l’installation et leurs charges comme les compteurs, les mesures,
l’historique de fonctionnement, etc….

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 35


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

3. Obstacles et solutions proposées


3.1 Obstacles
Parmi les obstacles rencontrées lors de l’étude de l’installation MT de l’usine, et qui entravent
à la réalisation de l’idée d’un projet d’amélioration de l’efficacité énergétique, sont
principalement :
 L’absence des instruments de comptage, de mesure en temps réel de la consommation et
de la production d’électricité de l’usine.
 L’absence d’un moyen du diagnostic de la qualité de l’énergie électrique.

3.2 Solutions proposées

Problèmes Solutions proposées


- Installation des centrales de mesure dans les
Absence d’un moyen de suivi en temps réel
arrivées et les départs de Sous-station
des paramètres électriques contractuels
principal pour mesurer les paramètres
avec la STEG et des indicateurs de qualité
électriques et l’énergie consommé ou
d’énergie électrique.
produite.
- Mise en place d’un réseau de
Absence d’un moyen de suivi en temps réel communications inter-centrales pour
de consommation d’énergie électrique des récupérer les paramètres mesurés par celles-
différentes unités de production. ci.
- Développement d’une interface de
monitoring en temps réel qui permet de
suivre à distance les paramètres mesurés par
Absence d’un moyen de diagnostique les centrales de mesure.
d’efficacité énergétique électrique. - Proposition des solutions d’amélioration de
qualité d’énergie électrique.
Les frais de pénalité, à cause de mauvais
- Dimensionnement d’un système de
facteur de puissance, présente un montant
compensation d’énergie réactive à l’usine de
non négligeable des couts annuels de
Skhira.
consommation d’électricité.

Table 8 : Récapitulation des problématiques et des solutions proposées.


Vu les causes qu’on a abouti dans l’étude fait au sein de l’installation de l’usine, afin de
remédier et atteindre l’objectif désiré, on se propose d’implanter un système de monitoring
d’énergie électrique dont les étapes de réalisations sont mentionnées ci-dessous :
 Installer des centrales de mesure sur les cellules MT de la sous-station principale.
 Mettre en place un réseau de communication.
 Développer une interface de monitoring d’énergie électrique.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 36


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

3.3 Les centrales de mesure


Vu l’importance des buts de l’efficacité énergétique, plusieurs constructeurs dans le monde ont
proposé des solutions faciles à mettre en œuvre et des équipements de mesure et de régulation
très intelligentes qui répondent aux besoins des industriels. Parmi ces constructeurs on site par
exemple : Socomec, Circutor, Schneider-Electric, Micom, Chauvin Arnoux, SFERE etc.

3.3.1 Définition
Les centrales de mesure sont des organes électrotechniques qui servent à mesurer et analyser
un réseau électrique.

Ce sont des outils ultra-performants destinés à toutes les applications de mesure, d’affichage
et de supervision des réseaux basses et moyenne tension. Grâce à eux, on a la possibilité de
visualiser et manipuler en temps réel les principales grandeurs mesurées tels que (le courant,
la tension, le facteur de puissance, l’énergie active, réactive, les harmoniques, etc…). En
permettant de visualiser et d’enregistrer les évènements tel que les transitoires, les flickers,
etc…

Ainsi ils permettent d’analyser le réseau et de mettre en place un système qui maîtrise de
l’énergie. Les centrales de mesure et les analyseurs de réseaux sont devenus des outils
communicants qui s’intègrent dans un système de management de l’énergie, principalement
dans le secteur de l’industrie.

3.3.2 Choix des centrales de mesure


Le choix de la marque du centrale de mesure doit se faire en fonction du :

 Réseau
 Montage dans l’armoire
 Les valeurs affichées souhaitées : dépond du type de la centrale de mesure
 Type de communication permettant l’exploitation par le système de supervision
 Tension et intensité par phase

3.3.3 Mémoire interne


La plupart des centrales de mesure possèdent une mémoire interne (de 512 k à 256 MB) qui
permet de stocker en mémoire les valeurs max et min des grandeurs mesurées sur le réseau
électrique.

Pour éviter que la mémoire de centrale de mesure se saturer, il faut la synchroniser avec un
ordinateur. Cela permet d’exploiter et d’analyser les données en libérant de la mémoire sur la
mémoire interne de la centrale de mesure.
ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 37
Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

3.3.4 Les entrées analogiques (0 à 20 mA ou 4 à 20 mA)


Ils permettent à la centrale de mesure de collecter les données de toutes les valeurs possibles.
Certaines centrales de mesures sont ainsi occupées d’une entrée de température de type
« PT100 ou KTY83 ».
Toutes les informations recueillies sont disponibles sur la façade avant de l’appareil par
l’intermédiaire d’un afficheur LCD monochrome graphique ainsi que sur une sortie numérique
de type RS485 ou protocole MODBUS/RTU ou Ethernet TCP /IP, tandis qu’une ou plusieurs
sorties optionnelles autorisent un report d’alarme délivrant des impulsions de comptage ou
gèrent les sorties analogiques.
La programmation permet une adaptation précise de l’appareil à l’environnement.

3.4 Interfaces et protocoles


Les centrales de mesures sont des appareils communicants, elles permettent de mettre en
place un système de gestion de l’énergie avec la possibilité de traiter les données sur un
ordinateur. Afin que ceci soit possible, elles utilisent de nombreux interfaces et protocoles de
communication.

3.4.1 Interface
En électronique, une interface est un support utilisé pour communiquer, soit par câble, USB,
etc…Cela permet à deux entités physique de communiquer entre eux.

 RS 232 : ou port série


Permet à deux entités physiques de se communiquer entre eux sur une distance
maximale de 30 m.
 RS 485 :
C’est une interface de communication les plus répondues, largement utilisées dans
l’industrie, le RS 485 permet à un maximum de 32 centrales de mesure de communiquer
sur une distance totale de 1200 m pour un débit 38.4 kbits.

3.4.2 Protocole
Si l’interface est le contenant, le protocole est le contenu. Il donne une signification aux
données transmises par les centrales de mesure et permet la communication entre les différents
appareils.

 MODBUS RTU : utilisé par les interfaces RS 232 et RS 485, il est très présent dans
l’automatisme et dans l’industrie avec les centrales de mesure. Il fonctionne de manière
cyclique et garantit une fiabilité de réseau de communication.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 38


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

 PROFIBUS : utilisé par l’interface de même nom, il fonctionne lui aussi de manière
cyclique et très utilisé pour la communication en automates et centrales de mesure.
 MODBUS TCP/IP : fonctionne avec l’interface Ethernet, il permet entre autres
d’exploiter les données relevées par les centrales de mesure sur internet.

4. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons fait une étude générale de l’installation électrique MT de l’usine
en vous présentant les principaux équipements et ces plans unifilaires.
En outre, la recherche bibliographique a montré que l’amélioration d’efficacité énergétique
électrique se fait non seulement par l’amélioration de qualité d’énergie électrique (c'est-à-dire
l’élimination des différentes perturbations : surtensions, creux, coupures, les harmoniques,…)
mais aussi par la compensation d’énergie réactive en installant des batteries de compensation.
Cela nous oblige de mettre une stratégie pour suivre les mesures des paramètres de l’installation
et leurs charges en temps réels.
Ainsi ses données doivent être collectées par la centrale de mesure, alors il est important de
posséder une solution logicielle pour avoir manipuler et exploiter ces informations sur le réseau
afin de réaliser un système de management de l’énergie électrique dans l’installation de l’usine.
Le chapitre suivant sera consacré à la présentation des étapes réalisées de la mise en œuvre d’un
système de monitoring de l’énergie électrique à l’usine de Skhira.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 39


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Chapitre 3

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 40


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

1. Introduction

Dans ce chapitre, on va mettre en œuvre le système de monitoring d’énergie électrique. La


réalisation pratique du système est délicate qui a met trois difficultés. Elle nécessite à la fois la
maitrise de l’installation électrique, la disponibilité du matériel nécessaire et aussi du temps
qu’on a besoin pour le montage des instruments dans les stations et sous-stations qui sont
obligatoirement doivent hors exploitation c’est à dire lors des arrêts de production de l’usine.

2. Etude des plans électrique


Le projet a commencé par l’étude des plans électriques des arrivées et des départs MT de l’usine
ainsi que les plans du câblage de centrale de mesure qu’on a installées (Annexe4 et 5).

Cette première étape est très importante, car ces plans nous permettent de faire le bon choix de
l’emplacement et le câblage correct des centrales de mesure.

Le plan électrique de l’usine montre deux sources d’énergie électrique (STEG et Groupe Turbo
Alternateur), d’où 2 arrivées, ainsi que 16 départs vers toutes les unités de production de l’usine.

Les départs et les arrivées sont équipés par :


 3 transformateurs de courant de mesure « TC » et 1 transformateur de puissance « TP ».
pour chaque arrivée MT.
 1 TC de mesure, pour chaque départ MT.
 1 TP pour tous les départs MT de la sous-station principale. (jeu de barre)
N.B :

Les transformateurs de courant permettent d’abaisser le courant qui parcoure un circuit afin
qu’il soit à l’échelle même des instruments de mesure. De même, les transformateurs de
puissance assurent la même fonction pour la mesure des tensions.

3. Les étapes de réalisation

La réalisation pratique de ce projet consiste les trois étapes mentionnées ci-dessous :

 La fixation et le câblage des centrales de mesure dans les armoires électrique et leur
programmation.
 La conception et la mise en œuvre d’un réseau de communication entre les différents
équipements du système.
 La configuration du serveur OPC et le développement de l’interface de monitoring.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 41


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

4. Type des centrales de mesure et choix de l’emplacement

La sous-station principale contient 2 arrivées (STEG et GTA), et 16 départs MT, qui distribuent
l’énergie électrique pour toutes les unités de production de l’usine.

Le choix de type de centrale de mesure à installer dans chaque départ ou arrivée n’est pas fait
arbitrairement. Ce choix se fixe sur la marque SFERE qui est le moins cher suite à une demande
d’achat.

Les centrales de mesures utilisées sont disponibles en deux modèles ‘DIVA11-F’ et ‘DIVA11-
HF’.

Selon le modèle de la centrale de mesure, on détermine les grandeurs électriques à mesurer :

 SFERE DIVA11-F : elle permet la mesure du courant, de tension, de puissance,


d’énergie, etc...

 SFERE DIVA11-HF : elle mesure les mêmes paramètres avec une option
supplémentaire d’analyse des harmoniques.

En fait, nous avons installées les centrales de type DIVA11-HF (analyseurs d’harmoniques) sur
les départs et les arrivées qui alimentent des charges non linéaires. Ainsi les centrales de type
DIVA11-F sur les départs qui ne sont pas risqués par des perturbations causées par des
équipements qui produisent des harmoniques.

Le tableau ci-dessous, présente les arrivées et les départs où on a installé des centrales de mesure
de type DIVA11-HF.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 42


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Départs/Arrivées Charges non linéaires existantes

Arrivée STEG Les charges non linéaires des départs ci-

Arrivée GTA dessous

- Ordinateurs
Départ transformateur Administration - Chargeurs PC
- Tubes ion

Départ MT phosphorique A
Variateurs de vitesse des filtres
Départ MT phosphorique B

Départ transformateur Sulfurique A Démarreurs progressifs des pompes

Départ transformateur sulfurique B d’acide sulfurique.

Table 9 : Emplacements des centrales de type DIVIA11-HF.


Les départs où on a installé des centrales de mesure de type DIVA11-F sont :
 Départ sous-station MT stockage portuaire
 Départ sous-station MT osmose
 Départ sous-station MT Pomperie eau de mer
 Départ sous-station MT tour de réfrigération
 Départ transformateur SER
 Départ sous-station MT utilités chaudes
 Départ transformateur BT utilités chaudes
 3 départs pompes alimentaires
 Départ MT sous-station gypse TIFERT
N.B :
Au total, nous avons installé 18 centrales de mesure sur chaque départ et chaque arrivée de
sous-station principale afin d’en récupérer les paramètres électriques qui seront notre base du
diagnostic d’efficacité énergétique.
5. Mise en place, Câblage et paramétrage des centrales de mesure
La sous-station principale abrite des tableaux MT qui permettent le cheminement de l’énergie
électrique des sources STEG et GTA vers les sous-stations divisionnaires de l’usine (figure 9
Page 31).

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 43


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Pour cela, nous avons eu recours à l’installation des centrales de mesure sur ces tableaux MT,
afin de suivre les paramètres de l’énergie électrique de toutes les unités de production.
Le tableau 10 regroupe les descriptions techniques des équipements de mesure installés sur les
cellules MT de la sous-station principale ‘MT01’.
Centrale de TC de
Départs/Arrivées TP
mesure mesure
Arrivée STEG DIVA-HF 3x1250/5A 1x5500/100V
Arrivée GTA DIVA-HF 3x1250/5A 1x5500/100V
Départ Osmose MT-12 DIVA-F 750/5A
Départ Pomperie MT-13 DIVA-F 750/5A
Départ 14TR-1 Administration DIVA-HF 75/5A
Départ 15TR-1 SER DIVA-F 75/5A
Départ 1TR-2 Sulfurique A DIVA-HF 100/5A 1x5500/100V
Départ 1TR-3 Sulfurique B DIVA-HF 100/5A
Départ MT-16 Stockage DIVA-F 250/5A
Départ MT-11 Phosphorique A DIVA-HF 1250/5A
Départ MT-111 Phosphorique B DIVA-HF 1250/5A
Départ MT-18 Tour DIVA-F 630/5A
Départ 1TR1 Utilités DIVA-F 100/5A
Départ Utilités MT DIVA-F 1250/5A
Départ Pompe Alim P01-1 DIVA-F 100/5A 1x5500/100V
Départ Pompe Alim P01-2 DIVA-F 100/5A
Départ Pompe Alim P01-3 DIVA-F 100/5A
Départ Tabia TIFERT DIVA-F 150/5A

Table 10 : Descriptions techniques des équipements de mesure MT01.

5.1 Installation et câblage des centrales de mesure sur les arrivées

Pour les deux arrivées (STEG et GTA), les centrales sont installés sur la face avant du tableau
de la salle de contrôle sulfurique-centrale, représentés par la figue 14. Ceci offrira aux
opérateurs la possibilité de supervision simultanée de deux sources.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 44


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Figure 14 : Installation des centrales de GTA et de STEG.

5.2 Installation et câblage des centrales de mesure sur les départs

Pour les départs, la mise en place des centrales est faite à l’intérieur de caisson BT de
commande. Elles sont fixées par un plastron en plastique en forme de « L » (Figure 15).

Figure 15 : Fixation des centrales sur les départs.


N.B : les plans de câblage des centrales de mesure sont montrés dans les annexes 3, 4 et 5.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 45


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

5.3 Programmation des centrales de mesure

Modèle de Type du
Départs/Arrivées TC Mesure Adresse IP
centrale réseau
Arrivée STEG DIVA-HF T3F NE2 3x 1250/5A 10.54.12.201

Arrivée GTA DIVA-HF T3F NE2 3x 2500/5A 10.54.12.202

Départ Osmose MT-12 DIVA-F T3F E 750/5A 10.54.12.203

Départ Pomperie MT-13 DIVA-F T3F E 750/5A 10.54.12.204

Départ 14TR-1 Administration DIVA-HF T3F E 75/5A 10.54.12.205

Départ 15TR-1 SER DIVA-F T3F E 75/5A 10.54.12.206

Départ 1TR-2 Sulfurique A DIVA-HF T3F E 100/5A 10.54.12.207

Départ 1TR-3 Sulfurique B DIVA-HF T3F E 100/5A 10.54.12.208

Départ MT-16 Stockage DIVA-F T3F E 250/5A 10.54.12.209

Départ MT-11 Phosphorique A DIVA-HF T3F E 1250/5A 10.54.12.210

Départ MT-111 Phosphorique B DIVA-HF T3F E 1250/5A 10.54.12.211

Départ MT-18 Tour DIVA-F T3F E 630/5A 10.54.12.212

Départ 1TR-1 Utilités DIVA-F T3F E 100/5A 10.54.12.213

Départ Utilités MT DIVA-F T3F E 1250/5A 10.54.12.214

Départ Pompe Alim P01-1 DIVA-F T3F E 100/5A 10.54.12.215

Départ Pompe Alim P01-2 DIVA-F T3F E 100/5A 10.54.12.216

Départ Pompe Alim P01-3 DIVA-F T3F E 100/5A 10.54.12.217

Départ Tabia TIFERT DIVA-F T3F E 150/5A 10.54.12.218

Table 11 : Paramètres programmés sur les centrales de mesure.


La programmation des centrales est faite manuellement en accédant au menu de
configuration. Les paramètres essentiels à programmer sont :

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 46


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

 Le rapport de transformation de TP (5500/100 V)


 Le rapport de transformateur TC
 Le type du réseau (triphasé équilibré ‘T3F E’ ou non équilibré ‘T3F NE2’)
 Le sens du courant (Générateur ou récepteur)
 L’adresse IP

6. Conception du réseau de communication

Les centrales de mesure sont communicantes avec le PC de la salle de contrôle par


l’intermédiaire d’un switcheur.

Ce dernier, assure le regroupement des ports des centrales en un seul port Ethernet branché
directement au PC/Interface par un câble RJ45.

Figure 16 : Architecture générale de communication.

L’accès aux mesures des centrales est réalisé par l’envoie des requêtes au port Ethernet sous le
protocole TCP/IP.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 47


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

6.1 Configuration du serveur OPC et développement de l’interface

6.1.1 Présentation des outils de développement

Les centrales de mesure SFERE sont fournis avec leur logiciel propre qui permet la
configuration et la supervision des mesures électriques. Vu que ce logiciel n’est pas adéquats à
l’installation de l’usine à cause de la manipulation difficile et le manque de certains fonctions
de ce logiciel (listes des alarmes, échange énergétique, etc….), on a eu recours à développer
notre propre logiciel de supervision, interface développée sur LabVIEW.

Le développement de l’interface de monitoring est fait essentiellement par deux logiciels de


supervision en temps réel :

 NI OPC Server 2016 (figure 17) :

Les serveurs OPC de NI servent à convertir des protocoles industriels propriétaires en


protocoles OPC Classiques.

Cette conversion en OPC permet ensuite au logiciel NI LabVIEW de communiquer


avec de nombreux contrôleurs logiques programmables (PLC) et matériels tiers via le
client OPC.

Figure 17 : logiciel NI OPC Server

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 48


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

 LabVIEW 2016 (figure 18) :

LabVIEW (Laboratory Virtual Instrument Engineering Workbench) est un logiciel de


développement d'applications d'instrumentation. Mis au point par la société National
Instrument, ce logiciel particulièrement destiné à l'acquisition de données et au
traitement du signal. Dans le cadre de la mesure, des centrales permettent de convertir
les signaux électriques provenant de capteurs, en données numériques. Ainsi, un seul
ordinateur muni d’une interface de supervision est capable de remplacer un voltmètre,
un fréquencemètre ou un oscilloscope.

Figure 18 : logiciel LabVIEW 2016

6.1.2 Configuration du serveur OPC

 Création du Channel

Un Channel est définie par le nom et le protocole de communication (‘Electrical -Monitoring’,


‘MODBUS TCP/IP Ethernet’)

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 49


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Figure 19: Création du Channel.


 Ajout des équipements au Channel

Pour le faire, il faut préciser le nom et l’adresse IP de l’équipement à ajouter (tableau 15).

Figure 20 : Ajout des équipements au Channel

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 50


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

 L’affectation des adresses des mesures aux variables partagées

On se référant au tableau d’adressage donné par le constructeur de centrale de mesure (Annexe


6). On procède à la création d’une variable partagée avec l’adresse est celle de mesure qu’on
veut lire sur l’interface.

Figure 21: Affectation des adresses aux variables partagées.

6.2 Développement de l’interface de monitoring

L’interface développée (figure 22) permet à l’utilisateur de superviser en temps réel les
grandeurs électriques de la sous-station principale de l’usine. Ainsi, elle garantira un suivi à
distance de l’installation en menant à la rapidité de l’intervention en cas de problème ou de
perturbation sur le réseau. En outre, elle permet de suivre le flux d’échange d’énergie électrique
entre l’usine et la STEG en exploitant l’option du comptage de haute précision offerte par les
centrales de mesure.
L’interface de supervision regroupe essentiellement :
 Le schéma unifilaire de l’installation
 Les indicateurs logiques et numériques
 Le tableau d’affichage des alarmes

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 51


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Figure 22: Interface de monitoring d'énergie électrique.


 Programmation de l’interface

Figure 23 : sous-programme de départ sulfurique A.

Pour simplifier le programme, on a eu recours à le diviser en sous-programmes, indépendants


les uns des autres, en les regroupant dans une boucle infinie (Annexe 7).

Chaque sous-programme (figure 23) est constitué des indicateurs numériques, des indicateurs
logiques, des opérateurs mathématiques et des variables partagées. Ces derniers sont reliés entre
eux d’une manière bien déterminée afin d’aboutir au résultat désiré (Affichage des valeurs des
variables partagées sur les indicateurs numériques).

Concernant l’acquisition des taux de distorsions harmoniques en courant, la centrale de mesures


SFERE HF (Annexe 6), transmette une trame binaire de deux octets (16 bits) sous la forme (1er
octet THDi, 2ème octet THDu). Cette trame est converti par le serveur OPC en décimal. Pour
afficher le THDi sur notre interface il est nécessaire de :

 Convertir la valeur décimal envoyé par le serveur OPC en binaire (16 bits).

 Diviser la trame binaire obtenue en deux octets de 8 bits chacune.

 Convertir le 1er octet en décimal.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 52


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

 Programmation des alarmes

L’objectif de programmation des alarmes sur l’interface de monitoring est principalement


d’avertir l’opérateur en cas d’une éventuelle perturbation du réseau (Pollution harmonique
élevée, surtension, creux de tension et dégradation du facteur de puissance). On présente par le
tableau 12 quelques exemples des seuils programmés sur l’interface de monitoring.

Variables Niveaux Seuils Descriptions

Haut - -
Cos phi STEG
Bas 0.8 ‘Facteur de puissance bas’

Haut 5940 V ‘Surtension STEG’


U13 STEG
Bas 5060 V ‘Chute de tension STEG’

Haut 10% ‘Pollution Harmonique élevée’


THD%
Bas - -

Table 12 : Seuils des alarmes programmés.

Figure 24: Configuration des alarmes sur LabVIEW

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 53


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

7. Conclusion

Dans ce chapitre, on s’est intéressé à la présentation des différentes étapes de réalisation d’un
système de monitoring d’énergie électrique. Ce système qui permettra aux utilisateurs de suivre
les grandeurs électriques en temps réel représente un outil nécessaire pour mener à bien un
projet d’amélioration d’efficacité énergétique. Alors la mise en service de ce système de
monitoring servira à identifier les anomalies de l’installation. En outre il est primordial
d’installer des onduleurs pour alimenter les centrales de mesure, les switcheurs, et le PC de
supervision, à fin de maintenir le système sous tension en cas de coupure de courant.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 54


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Conclusion et perspectives

Le travail élaboré dans ce mémoire avait comme objectif, l’application de la procédure de


l’efficacité énergétique électrique et l’implantation d’un système de monitoring de l’énergie
électrique MT à l’usine ASP de la Skhira.

D’autre part, les compétences techniques acquises durant mon stage sont considérables et
constitueront une base solide pour d’autres réalisations au futur. En citant en premier lieu une
meilleure manipulation et maitrise des équipements et des outils de monitoring en temps réel.
Aussi une meilleur compréhension des normes internationales de la qualité de l’énergie
électrique comme la NFC 15-100 et EN 50160.

Comme perspective à court terme, à proposer des actions correctives afin d’améliorer la qualité
de l’énergie électrique de l’usine.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 55


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Bibliographie

[1] Wilfrid TURCHET. ‘‘Retour d’expérience du diagnostic énergétique : Réalisation dans une PME
Lorraine du secteur de la plasturgie’’, France, 2003.
[2] Philippe FERRACCI. ‘‘Cahier technique n° 199 : la qualité de l’énergie électrique’’, ‘Schneider
Electric’, Grenoble, octobre 2001.
[3] Éric LABOURE, François COSTA et Lionel PICHON, ‘‘Cours DEA : Compatibilité
électromagnétique’’, octobre 2010, pages 12-14.
[4] SOCOMEC, ‘‘Cahier technique 2011 : Systèmes de coupure et de protection’ ’Gyss imprimeur
Obernai’, Mai 2011, Strasbourg. Pages 116-118.
[5] ZARKO DJEKIC. 2007. « On line Circuit Breaker monitoring System » .Thesis for the degree of
Master of Science, Texas A&M University, 110 p.
[6] IEEE. 2001. Guide for the selection of monitoring for circuit breakers, lEEE-S A Standards Board.
Std C37.10.1-2000. New York (USA); IEEE, 55 p.
[7] Kczunovi c M, G. Latisk o et N. Ved. « Real-time monitoring and assessment of circuit breaker
operations for diagnostics and control application », A& M University.
[8] Thierry BRICHE, Mathieu VOLLAND, (2004). Les outils d'administration et de supervision réseau
[9] MANSORIA Hamidou (2010). Mise en place d'un système de supervision applicative, rapport de
fin de projet, Université le Havre | URF ST, France. 48 p.

Sitographie :
Suisse énergie, www.suisseenergie.ch (entreprises)

Office fédéral de l’énergie OFEN, www.ofen.admin.ch (Thèmes/efficacité énergétique)

Swissmem, www.swissmem.ch/fr (Thèmes/énergie & environnement)

Agence de l’énergie pour l’économie AEnEC, www.aenec.ch

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 56


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Annexe 1 : Conséquences des creux de tension

Equipements Sensibilité et effets


Perte de synchronisme des moteurs synchrone
qui peuvent supporter un creux de profondeur
d’environ 50%.
Moteurs synchrone et
Diminution brutale de couple.
asynchrone
Arrêt des moteurs.
- Perturbés par des creux de profondeur qui
dépasse 25%.
Contacteurs
- Désexcitation des bobines et ouverture des
contacts.
- Sensibles aux creux de tension de
profondeur supérieur ou égale à 10%.
Matériels informatique
- Perte des données.
- Commandes erronées.
- Sensibles aux creux de tension dont la
profondeur dépasse 15%.
- Dysfonctionnement des circuits de contrôle
Variateurs de vitesse
de variateur.
- Déséquilibre du courant en cas d’un creux
de tension sur une seule phase.
- Perturbés par des creux de tension de
profondeur supérieure à 50% et de durée de
Lampes à décharge et tubes fluorescents
50 ms.
- Diminution de durée de vie.
- Extinction.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 57


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Annexe 2 : Conséquences des harmoniques

Effets des harmoniques sur les


Equipements électriques
équipements
 Echauffements
Machines tournantes (moteurs,  Couples oscillatoires
alternateurs)  Vibrations et bruit
 Echauffements
Transformateurs  pertes dans le fer
 risque de saturation
 Augmentation des pertes
Les câbles  Effet de peau

Condensateurs  Vieillissement prématuré

Dispositifs de protection (fusibles,  Déclenchement intempestif.


disjoncteurs)
Compteurs d’énergies et appareils de
 Erreurs de mesure
mesure.

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 58


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Annexe 3 : Schémas de Câblage SFERE DIVA

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 59


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 60


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 61


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 62


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 63


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Annexe 4 : Schémas Type Arrivées

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 64


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Annexe 5 : Schémas Type Départs

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 65


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Annexe 6 : Adressage des mesures

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 66


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Annexe 7 : Programme de l’interface

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 67


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 68


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 69


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 70


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 71


Mémoire de Mastère en Electrotechnique et Automatismes Avancés Chiab Sassi

Annexe 8 : Architecture du système de supervision

ISET KAIROUAN Juillet 2019 Page 72

Vous aimerez peut-être aussi