Vous êtes sur la page 1sur 42

Chimie générale et

applications industrielles
(CHIM-H-1001)

Prof. Philippe BOGAERTS


Prof. Benoît HAUT

Université Libre de Bruxelles


* 3BIO BioControl, BioInfo and BioMatter
** TIPs Transferts, Interfaces et Procédés

Av. F.-D. Roosevelt 50 C.P. 165 / 61(*) or 67(**) B-1050 Bruxelles


* E-mail: philippe.bogaerts@ulb.ac.be 1
** E-mail: bhaut@ulb.ac.be
1 Introduction

 1.0 Remarques générales


 1.1 Plan du cours (Partie 1)
 1.2 Présentation de l’équipe (Partie 1)
 1.3 La chimie dans notre société
 1.4 Un peu d’histoire …

2
1.0 Remarques générales
 organisation générale du cours (Partie 1 : chimie générale, 8 crédits)
– 1er quadrimestre
 28h de cours
– semaines 4 et 5 : jeudi 14h-16h
– semaines 6 à 12 : lundi 10h-12h (sauf 11/11) et jeudi 8h-10h (sauf 31/10)
 12h d’exercices (6 séances de 2h)

– 2ème quadrimestre
 20h de cours : lundi 10h-12h
 12h d’exercices (6 séances de 2h)
 24h de travaux pratiques (6 laboratoires de 4h)

 organisation générale du cours (Partie 2 : applications industrielles, 2


crédits)
– 2ème quadrimestre
 12h de cours
 12h d’exercices
3
1.0 Remarques générales
 Évaluation
– Partie 1 (Ph. Bogaerts, 8 crédits):
 1ère session:
– examen de janvier (exercices) 30% note d’année
– note de laboratoires (rapports + activité + examen)
20% note d’année
– examen écrit de mai ou juin (QRM théorie + exercices)
50% note d’année
– examen oral : si et seulement si 08/20 ≤ note d’année ≤ 13/20
(ou 12/20, en cas de validation de l’Objectif Réussite Chimie)
– note finale Partie 1 (1ère session) : 50% examen oral + 50% note
d’année (ou 100% note d’année si dispense de l’oral)

 2ème session:
– examen écrit d’août (QRM théorie + exercices)
– note finale Partie 1 (2ème session) : 4
80% examen écrit d’août + 20% note de laboratoires (année)
1.0 Remarques générales

 Évaluation
– Partie 2 (B. Haut, 2 crédits):
 note finale Partie 2 (1ère ou 2ème session) : examen écrit
(théorie + exercices)

– Note globale de l’unité d’enseignement (1ère ou 2ème


session): ATTENTION !

 SI pas d’échec ou SI échec aux deux parties ou SI échec à une


seule des deux parties avec note  07 / 20
80% note finale Partie 1 + 20% note finale Partie 2

 SI échec à une seule des deux parties avec note  06 / 20


note finale = note de l’échec  06 / 20
5
1.0 Remarques générales

 ouvrage de référence pour la Partie 1


(disponible aux PUB)
– Chemical Principles, S. Zumdahl
8th edition, 2016, Houghton Mifflin Company

 Guidance en Chimie (Mme Daniela Ajami)

 Université Virtuelle de l’ULB:


http://uv.ulb.ac.be
6
1.1 Plan du cours (Partie 1)

 Premier quadrimestre (28h)

– Introduction (présentation de l’équipe, la chimie


dans notre société, un peu d’histoire)
– Équilibre chimique
– Réactions acide-base
– Solubilité et réactions de précipitation
– Réactions d’oxydo – réduction (équilibrage par
méthode des demi-réactions)
– Thermodynamique chimique
– Propriétés des solutions et changements de phase
7
1.1 Plan du cours (Partie 1)

 Deuxième quadrimestre (20h)

– Cinétique chimique
– Électrochimie
– Structure de l’atome
– Liaisons chimiques
– Gaz, liquides et solides

8
1.2 Présentation de l’équipe
(Partie 1)
 3BIO – BioControl, BioInfo and BioMatter
 localisation: bâtiment U, porte D, niveau 5 (et niveau 3)
 enseignements (Ph. Bogaerts, ULB):
– Chimie générale et applications industrielles (BA1)

– Modélisation et contrôle des systèmes dynamiques en


bioingénierie
(MA1 bioingénieurs chim. et bio-industries)

– Parameter estimation and modeling


(MA1 ing. civ. chimiste et science des matériaux)

– (Bio)chemical process design and control


9
(MA1 bioingénieurs chim. et bio-industries + MA2 ing. civ. chim.)
1.2 Présentation de l’équipe
(Partie 1)
 recherche:
– contexte d’application: les biosystèmes
(cultures en bioréacteurs, systèmes vivants en général)

– Biosystems Modeling and Control:


construction de modèles mathématiques et d’outils basés sur
ces modèles (simulateurs, régulateurs, capteurs logiciels, etc.)

- Computational Biology and Bioinformatics:


développement et utilisation d'outils bioinformatiques dans le
but de rationaliser et de comprendre la structure, la stabilité, la
dynamique, les interactions et la fonction des macromolécules
biologiques

- Biomass Transformation Lab:


valorisation de bioresources 10
1.2 Présentation de l’équipe
(Partie 1)
 Biosystems Modeling and Control:

– Prof. Philippe BOGAERTS (professeur ordinaire)

 Computational Biology and Bioinformatics:

– Prof. Marianne ROOMAN (directeur de recherches FNRS / chargé


de cours)
– Prof. Dimitri GILIS (professeur)

 Biomass Transformation Lab:

– Prof. Amin SHAVANDI (premier assistant)


– Prof. David CANNELLA (premier assistant) 11
1.2 Présentation de l’équipe
(Partie 1)
 Personnel 3BIO impliqué dans l’enseignement de la
chimie générale:

– Prof. Philippe BOGAERTS (professeur ordinaire)


– Prof. Dimitri GILIS (professeur)
– Antoine HUET (assistant / doctorant)
– Barbara WEIS (assistante chargée d’exercices)
– Rachid DIBIANI (assistant chargé d’exercices)
– Nathalie VERCRUYSSE (secrétaire / technicienne)
– Danièle VAN DER SCHRICK (technicienne)

12
1.3 La chimie dans notre société
 chimie
– = science de la matière
– essaie de comprendre les propriétés des substances et les
changements que les substances peuvent subir
– substances naturelles: minéraux terrestres, gaz de l’atmosphère,
eau et sels de la mer, substances existant dans les êtres vivants
– substances créées par l’homme

 les débuts de la chimie …


– dus à la curiosité de l’homme et au hasard …
– quelques exemples très anciens:
 extraction de colorants de plantes ou d’insectes
 charbon de bois (cellulose  charbon de bois + eau, à haute
température)
 savon
 fer pur à partir de minerai de fer
 cuivre et étain chauffés ensemble  bronze
 verre 13
 etc.
1.3 La chimie dans notre société

 rôle central de la chimie


– implications dans de très nombreux domaines:
agriculture, biologie, médecine, écologie, informatique,
électronique, constructions, mécanique, électricité, physique,
métallurgie, etc.
 la chimie de la santé et de la vie
– chimie médicinale  augmentation de l’espérance de vie
(ex. homme: 47 ans en 1900, 75 ans en 2000)
– ex. progrès :
 antibactériens contre maladies bactériennes (ex. sulfamides:
Domagk, Prix Nobel de chimie 1939)
 désinfectants, anesthésiques
 antiviraux, antifongiques 14

 anti-douleurs, antidépresseurs, etc.


1.3 La chimie dans notre société

 la chimie de la santé et de la vie


– méthodes utilisées pour découvrir des médicaments:
 criblage aléatoire
(ex. sulfamide: colorant textile  antibactérien !)
 utilisation de la chimie combinatoire
(synthèse de milliers de produits en une seule fois)
 exploration du monde (plantes, champignons, insectes, bactéries,
etc.)  découverte de médicaments  synthèse artificielle de ces
médicaments
 utilisation de la modélisation chimique (cf. plus loin)
– les grands défis de notre époque:
 problèmes de résistance de certaines bactéries aux antibiotiques
 virus VIH
 cancers
 transplantation d’organes 15
 biodisponibilité, etc.
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie de la santé et de la vie


– importance de la biochimie et de la biologie moléculaire
 biochimie = branche de la chimie qui s’occupe de la
compréhension de la vie
 biologie moléculaire = branche de la biochimie plus
spécifiquement centrée sur l’étude de l’ADN et de l’ARN (molécules
qui véhiculent l’information génétique)
 découverte au 20ème siècle de la plupart des voies chimiques au
sein du corps humain (ex. métabolisation de la nourriture, catalyse
enzymatique, etc.)
 étude du code génétique et des possibilités de modifications
génétiques
 rôle important des biotechnologies
ex. culture de levures après modification génétique afin de
produire des protéines d’intérêt (ex. l’insuline) 16
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie au quotidien
– logement et ameublement
 substances naturelles: bois, sable, pierre, …
 substances obtenues par synthèse chimique: ciments, verres,
peintures, plastiques, céramiques, métaux et alliages
métalliques, fibres synthétiques (+ colorants), fluides
réfrigérants (réfrigérateurs et conditionnement d’air), gaz
naturel et gaz de synthèse (fours et cuisinières, chauffage),
mazout (chauffage), plâtres, tuiles, revêtements de sol, isolants
thermiques, matériaux conducteurs et isolants (distribution de
l’électricité), etc.
– confection
 substances naturelles: fibres naturelles (ex. laine, lin, coton)
 substances obtenues par synthèse chimique: cuir (traité
chimiquement), plastiques, caoutchoucs synthétiques, fibres17et
colorants synthétiques, fluides de nettoyage, etc.
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie au quotidien
– transports
 tout dans la voiture ! (métaux, peintures, plastiques,
caoutchoucs, antigel, batteries, verres, carburants, lubrifiants,
pots catalytiques)
 avions, véhicules spatiaux, etc.
– approvisionnement (nourriture, eau, etc.)
 tout est « produits chimiques » !
 agriculture, engrais (rôle de NH3), désherbants, insecticides
 conservation: agents conservateurs, emballages hygiéniques,
réfrigération
 traitement de l’eau
 produits vétérinaires (protection du bétail)
 tests de qualité alimentaire
 transformations chimiques (pain, gâteaux, fermentation de la18
bière, du vin, etc.)
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie au quotidien
– nombreuses contributions à la qualité de vie
 encres, papiers
 CD, DVD
 écrans de télévision et d’ordinateurs
 films photographiques
 savons, dentifrices, etc.
 . . . tous les objets dont nous nous servons !
– nombreuses recherches pour la synthèse de nouveaux
matériaux et produits
 matériaux composites à la fois légers et solides
 traitements de surface
 supraconducteurs
19
 nouveaux produits agricoles et alimentaires sans effets
secondaires indésirables
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie et l’environnement
– paradoxe: chimie =
 source de problèmes environnementaux
 solution à ces problèmes
– source de problèmes ?
 chimie médicinale  augmentation du niveau de vie 
surpopulation  plus grand impact de cette population
sur l’environnement
 déchets chimiques (industrie, transports, déchets
ménagers, etc.)
– solution à ces problèmes ?
 vis-à-vis de la surpopulation: chimie et contraception …
 mais surtout: développement de procédés industriels
«verts», réduction de la pollution liée aux transports, etc.20
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie et l’environnement
– fabrication propre de produits chimiques ?
 problème: synthèse de produits utiles s’accompagne
souvent de production de déchets
 avant: rejet pur et simple de ces déchets (enfouissement
dans le sol, rejet dans les rivières ou l’atmosphère)
 aujourd’hui
– assainissement des sites de stockage de déchets
– surtout: modification des procédés en sorte de réduire,
voire éliminer la production de déchets (Responsible Care)
– ex. : utilisation de l’eau plutôt que de solvants organiques
– ex. 1: voiture et pollution
 problèmes: production de CO, formation de NOx, rôle du
NO dans la formation du smog photochimique (ozone, 21
produits irritants)
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie et l’environnement
– ex. 1: voiture et pollution
 modification des moteurs pour réduire la quantité de
polluants émis
 utilisation de pots catalytiques: transformation des
polluants résiduels en produits moins nocifs
 l’avenir: les voitures électriques …
mais problème des batteries (réaction chimique,
réversible, produisant de l’électricité): autonomie, durée
de rechargement, coût, poids, etc.
 autre solution: piles à combustible (consommation de
matière avec production d’électricité)
ex. pile air + hydrogène mais … problème du stockage de
l’hydrogène (pas sous forme gazeuse car mélange explosif
22
avec l’air …)
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie et l’environnement
– ex. 2: insecticides
 problème: éliminer sélectivement les insectes transportant
des maladies ou détruisant les récoltes
 ex. le DDT: insecticide détruisant les moustiques
 a permis de réduire la malaria dans les pays tropicaux
(Müller, Prix Nobel de physiologie et médecine 1948)
MAIS … fragilisait les coquilles d’œufs des oiseaux
 solutions ?
– développer des insecticides sélectifs (sans effets
secondaires indésirables)
– utiliser la chimie spécifique de l’insecte (formation de
produits chimiques pour signaler la fécondation ou pour
conduire aux ressources de nourriture) … copie de ces
signaux + pièges 23
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie et l’environnement
– ex. 3: les CFC (chlorofluorocarbones) et l’ozone
 réfrigérants (réfrigérateurs, conditionnement d’air):
– gaz qui, après compression, passent à l’état liquide (en
dégageant de la chaleur à l’extérieur)
– en repassant à l’état gazeux, par décompression, absorbent
de la chaleur dans le circuit de réfrigération
 au début: utilisation de NH3 et SO2  mortels si inhalés
en grande quantité !
 ensuite: utilisation de CFC
– absorbent une grande quantité de chaleur en passant à
l’état gazeux
– sont sans effet biologique néfaste ( utilisation également
comme spray dans des bonbonnes de peinture, de crème24à
raser, etc.)
1.3 La chimie dans notre société

 la chimie et l’environnement
– ex. 3: les CFC (chlorofluorocarbones) et l’ozone
 MAIS … problème des CFC dans la stratosphère
– rôle de catalyseur efficace des atomes de Cl dans la
décomposition de l’ozone (O3) stratosphérique
(Rowland, Molina et Crutzen: Prix Nobel de chimie 1995):
Cl + O3  ClO + O2
ClO + O  Cl + O2
– atomes de Cl peuvent être facilement libérés des CFC sous
l’effet des rayonnements ultraviolets du soleil
– observation d’un « trou » dans la couche d’ozone au-dessus
du Pôle Sud
 dangereux car O3 stratosphérique nous protège des
rayonnements ultraviolets du soleil 25

 CFC remplacés par d’autres produits aujourd’hui


1.3 La chimie dans notre société

 la chimie et les ordinateurs


– premiers ordinateurs: utilisation de tubes à vide,
dispositifs lents et grands consommateurs
d’énergie
– évolution majeure: utilisation de transistors
construits à l’aide de silicium Si (mauvais
conducteur de l’électricité)
 dopés par certains éléments:
– ex. phosphore P (« ajoute des électrons »)
– ex. bore B (« crée des trous d’électrons »)
 deviennent amplificateurs de courant électrique de faible
intensité
 très nombreux transistors et autres éléments électriques
intégrés sur une seule puce électronique 26

 miniaturisation et faible consommation électrique


1.3 La chimie dans notre société

 la chimie et les ordinateurs


– développements de matériaux magnétiques pour le
stockage des données (disques durs, CD, DVD, etc.)
– utilisation des ordinateurs pour la chimie :
 acquisition et traitement des données mesurées
 commande des procédés
 modélisation chimique
– modélisation chimique
 prédiction de la géométrie tridimensionnelle des molécules
(ex. détermination de la séquence d’un gène  séquence
des acides aminés de la protéine pour laquelle il code 
forme de cette protéine ?)
 prédiction des propriétés chimiques (fonction, notamment,
de la géométrie de la molécule) 27
1.3 La chimie dans notre société
 le secteur chimique et des sciences de la vie en Belgique en quelques
chiffres
(données Essenscia 2010)

– chiffre d’affaires ~ 52,5.109 €

– emploi: ~ 90.000 emplois

– dépenses en R&D: 2,43 . 109 €

– industrie chimique  50% dépenses R&D du secteur privé en Belgique

– ~ 9000 personnes actives en R&D dans l’industrie chimique belge

– ~ 35% des exportations totales de biens


28
1.4 Un peu d’histoire …

 chimie pratiquée depuis des milliers d’années …


 les premiers à tenter d’expliquer les
modifications chimiques = les Grecs
– vers 400 av. J-C. : 4 éléments fondamentaux: le feu,
la terre, l’air et l’eau
– matière divisible à l’infini ou composée de particules
indivisibles ?
– Démocrite et Leucippe  concept d’ atomos
 alchimie … le rêve de transformer des métaux
(ex. plomb) en or …
– découverte du mercure, du soufre, de l’antimoine,
préparation des acides minéraux 29
1.4 Un peu d’histoire …

 premières expériences quantitatives en chimie:


Robert Boyle (1627-1691)
– relation pression – volume dans un gaz (parfait)
– The Skeptical Chymist, 1661
– participe à l’élaboration du concept d’élément chimique
– convaincu que métaux ≠ éléments et que « métaux  autres
métaux » était possible (cf. alchimistes)
 au cours des XVIIème et XVIIIème siècles:
grand intérêt pour le phénomène de combustion
– Georg Stahl (1660-1734):
combustion  dégagement de « phlogistique » …
– Joseph Priestley (1733-1804):
découverte de l’oxygène  rôle important dans la combustion
 oxygène = « air déphlogistiqué » …
– explication du phénomène de combustion: Antoine Lavoisier
30

(1743-1794)
1.4 Un peu d’histoire …

 Antoine Lavoisier (1743-1794)


– loi de conservation de la masse: « rien ne se perd, rien ne se
crée »
– 1789 Traité élémentaire de chimie
 Joseph Proust (1754-1826)
– loi des proportions définies: un composé donné contient
toujours les mêmes éléments combinés dans les mêmes
proportions en masse
– ex. carbonate de cuivre CuCO3 : à 1 g C correspondent
toujours 5,3 g Cu et 4 g O
 John Dalton (1766-1844)
– loi des proportions définies de Proust  réflexion sur le
concept d’atome : « chaque élément est formé de petites 31
particules appelées atomes » (cf. théorie atomique ci-après)
1.4 Un peu d’histoire …

 John Dalton (1766-1844)


– loi des proportions multiples: quand deux éléments
se combinent pour former une série de composés,
les rapports entre les masses du second élément qui
s’associent à 1 g du premier élément peuvent
toujours être réduits à de petits nombres entiers
 ex. 2 composés ≠ formés à partir de C et O:
– 1er composé: 1 g C  1,33 g O  « pourrait être » CO
– 2ème composé: 1 g C  2,66 g O  « pourrait être » CO2
 données sur les masses relatives  impossibilité pour
Dalton de prédire les formules moléculaires exactes des
composés
32
1.4 Un peu d’histoire …

 John Dalton (1766-1844)


– théorie atomique de Dalton (1808, A New System of
Chemical Philosophy)
 1) Chaque élément est formé de petites particules appelées
atomes.
 2) Les atomes d’un élément donné sont identiques; les
atomes d’éléments différents sont différents à un ou
plusieurs points de vue.
 3) Il y a formation de composés chimiques quand les
atomes se combinent les uns aux autres. Un composé
donné contient toujours les mêmes nombres relatifs et les
mêmes types d’atomes.
 4) Dans une réaction chimique, il y a réorganisation des
atomes, c.-à-d. modification de la façon dont ils sont liés les
uns aux autres. Les atomes eux-mêmes ne subissent 33
aucune modification au cours de la réaction chimique.
1.4 Un peu d’histoire …

 John Dalton (1766-1844)


– premier tableau des masses atomiques !
mais … comportant beaucoup d’erreurs …
 ex. eau  composée de O et H, avec 8 g O pour 1 g H
 OH ? H2O ? (H2O)x ?
 hypothèse de Dalton: la nature doit être aussi simple que
possible …
 OH !
 H: 1 unité de masse et O: 8 unités de masse …
 Joseph Gay-Lussac (1778-1850):
– mesures (à p et T données) de volumes de gaz réagissant
entre eux
 ex. 1 : 2 vol. hydrogène + 1 vol. oxygène  2 vol. eau
 ex. 2 : 1 vol. hydrogène + 1 vol. chlore  2 vol. chlorure
34
d’hydrogène
1.4 Un peu d’histoire …
 Amadeo Avogadro (1776-1856)
– hypothèse d’Avogadro: à température et pression constantes,
des volumes égaux de gaz différents contiennent le même
nombre de particules
– interprétation des résultats expérimentaux de Gay-Lussac:
2 vol. hydrogène + 1 vol. oxygène  2 vol. eau

2 molécules hydrogène + 1 molécule oxygène
 2 molécule eau

cohérent avec 2 H2 + O2  2 H2O


mais selon hypothèse de Dalton (H, O et OH):
2 H + O  2 OH … incohérent ! 35

 polémique durant environ un demi-siècle !


1.4 Un peu d’histoire …

 suite du XIXème siècle:


– mesures précises des masses de divers éléments qui
se combinent pour former des composés
 liste des masses atomiques relatives
 contributions importantes de Jöns Jakob Berzelius
(1779-1848)
 découverte du cérium, du sélénium, du silicium et du
thorium
 symboles chimiques modernes des éléments
 le début du XXème siècle: caractérisation de
l’atome !
– expériences de J.J. Thomson (1856-1940) entre 36
1898 et 1903 (Prix Nobel de physique 1906)
1.4 Un peu d’histoire …

 le début du XXème siècle: caractérisation de l’atome !


 étude du comportement des décharges électriques dans des tubes
à rayons cathodiques

 rayon repoussé par le pôle négatif du champ électrique extérieur


 composé de particules négatives
 électrons
 détermination du rapport charge/masse d’un électron: 37
e / m = -1,76 . 10 C g
8 -1
1.4 Un peu d’histoire …

 le début du XXème siècle: caractérisation de


l’atome !
 électrons produits à partir de différents types de métaux +
atomes électriquement neutres
 modèle atomique de Thomson: atome = nuage diffus de
charges positives dans lequel sont dispersés au hasard des
électrons négatifs = modèle « plum-pudding »

38
1.4 Un peu d’histoire …

 le début du XXème siècle: caractérisation de


l’atome !
– 1909 expérience de Robert Millikan (1868-1953)

 charge de l’électron: e = - 1,60 . 10-19 C


39
 masse de l’électron: m = 9,11 . 10-31 kg
1.4 Un peu d’histoire …

 le début du XXème siècle: caractérisation de


l’atome !
– radioactivité
 découverte de la fin XIXème siècle: certains éléments
émettent des radiations de haute énergie (ex. uranium,
Becquerel 1896)
 études réalisées au début XXème siècle: 3 types d’émissions
radioactives
– rayons  (radiations de haute énergie)
– particules  (e- se déplaçant à grande vitesse)
– particules  (charge 2+, masse 7300 x > à celle de l’e-)
– Ernest Rutherford (1871-1937)  atome nucléaire
 1911  vérification du modèle « plum-pudding »
 bombardement d’une mince feuille de métal par des 40
particules 
1.4 Un peu d’histoire …

 le début du XXème siècle: caractérisation de


l’atome !
 expérience de Rutherford

41
1.4 Un peu d’histoire …

 le début du XXème siècle: caractérisation de


l’atome !
 conclusion de Rutherford: existence d’un atome nucléaire,
c.-à-d. un atome possédant un centre dense chargé
positivement (le noyau) et des électrons « gravitant »
autour de ce noyau à une distance importante par rapport
au rayon de celui-ci

42