Vous êtes sur la page 1sur 4

Daniel Ciugureanu était le fils du prêtre Alexandru

Ciugureanu et du professeur Ecaterina Ciugureanu. Il


est né le 9 décembre 1885, dans le village de Șirăuți,
Hotin Land, préfecture de Bessarabie (aujourd'hui
Șirăuți, Briceni, République de Moldova). Issu d'une
noble famille d'intellectuels, l'enseignement a
commencé dans la famille. Il a étudié dans le village
natal, les secondaires de la ville de Balti et au séminaire
théologique de Chisinau. En 1905, il est devenu un
étudiant de l'Université de Médecine de Kiev, dont il
est diplômé avec succès en 1913, obtenant le titre de
chirurgien-urologue. Il a opéré à l'hôpital du village de
Vorniceni, Strășeni en 1913, à l'hôpital de Hîncești en
1914, à l'hôpital "Regina Maria" "de Chisinau en 1927,
à l'hôpital" Doctor Ioan Cantacuzino "de Bucarest en
1938 et à l'hôpital central" IOV " de Bucarest en 1944.

Il s'est manifesté très tôt dans la lutte pour


l'émancipation des Moldaves / Roumains de
Bessarabie. En 1908, avec d'autres jeunes de Bessarabie, il crée le cercle «WAKE UP». De ce cercle
étaient inclus Alexei Mateevici (qui a composé le poème "Notre langue"), Simion Murafa, Ctefan
Ciobanu, Ștefan Berechet, Dimitrie Bogos et d'autres. Daniel Ciugureanu a été élu président du
cercle. Le but de cette association était d'éclairer les gens, d'éveiller leur conscience nationale, de
lutter pour la désobéissance et pour l'Union avec la Roumanie. Après deux ans, en raison du
durcissement du régime, le cercle a été contraint de suspendre son activité. Les actions de Daniel
Ciugureanu ont attiré l'attention des autorités russes qui l'ont arrêté en mai 1912.

En mai 1913, un groupe d'intellectuels moldaves fonda le magazine à Chisinau, et en 1914 le


journal Cuvânt Moldovenesc, qui deviendra un élément central du mouvement pour éveiller la
conscience nationale des Moldaves. La première édition du journal a été imprimée le 1er janvier
1914 et la dernière le 7 janvier 1919. Le propriétaire du magazine et du journal était Vasile
Stroiescu. Le premier rédacteur en chef était Nicolae Alexandri, remplacé le 2 avril 1917 par
Pantelimon Halippa. Parmi les contributeurs au magazine et journal "Cuvânt Moldovenesc", on
compte: Nicolae Alexandri, Pantelimon Halippa, Simion Murafa, Alexei Mateevici, Daniel
Ciugureanu, Onisifor Ghibu, Gheorghe Stârcea, Ion Pelivan, Teodor Inculeț et autres. En avril
1917, le journal devient officiel du Parti national moldave.

En avril 1917, un groupe d'intellectuels et de fonctionnaires moldaves a créé le Parti national


moldave, qui visait à lutter pour l'acquisition de la citoyenneté et des droits nationaux des Moldaves
en Bessarabie et au-delà du Dniestr. Voici la liste des candidats du Parti national moldave pour les
députés au Conseil du pays tels qu'ils étaient inscrits (12 personnes): Vladimir Chiorescu, Teofil
Ioncu, Ion Pelivan, Daniel Ciugureanu, Alexandru Groapă, Gheorghe Buruiană, Porfirie Fală,
Anton Crihan, Teodor Corobceanu Eufimie Popovici, Ion Codreanu (suppléant) et Mihail Minciună.

Daniel Ciugureanu a toujours été informé de l'évolution des événements politiques et, alors
que l'Empire russe se désintégrait, il a intensifié ses actions syndicalistes, organisant des réunions,
des congrès et se mobilisant en soutien au Parti national moldave. Le 16 mai 1917 dans la commune
de Lăpușna, Hîncești (aujourd'hui Lăpușna, Hîncești, République de Moldova) Daniel Ciugureanu
organise une grande réunion populaire qu'il préside. A cette occasion, la section maillée du Parti
national moldave est organisée.

Daniel Ciugureanu a été délégué au Conseil du pays par le Parti national moldave et a été
député au Conseil du pays du 21 novembre / 4 décembre 1917 au 16 janvier / 29 janvier 1918.

Le 16 janvier / 29 janvier 1918, le Dr Daniel Ciugureanu a été élu par le Conseil du pays
président du Conseil des ministres de la République démocratique de Moldova.

Pendant cette période, en tant que chef du gouvernement, il a rejeté les revendications
territoriales de l'Ukraine qui voulait annexer depuis le début le nord de la Bessarabie (Hotin) et le
sud de la Bessarabie (Bugeacul), puis toute la Bessarabie. En tant que Premier ministre, il a fait tout
son possible pour arrêter les meurtres, les viols et les vols en provenance des bolcheviks russes, qui
se retiraient du front roumain en Russie, dévastant les domaines moldaves et pillant la population de
Bessarabie. Afin de mettre fin à l'impuissance et à l'anarchie, le Premier ministre Daniel
Ciugureanu a dû demander de l'aide à l'armée royale roumaine.

Le 24 janvier / 6 février 1918, le conseiller du pays a proclamé l'indépendance de la


République démocratique de Moldova, et Daniel Ciugureanu en sa qualité de Premier ministre a
salué cette décision. Au même titre, il a émis un acte diplomatique reconnaissant l'indépendance de
la République démocratique de Moldova aux États suivants: Angleterre, France, Allemagne, Grèce,
Italie, États-Unis d'Amérique, Turquie, etc. Cependant, Daniel Ciugureanu ne considère pas que la
Bessarabie doit rester indépendante pour toujours, considérant l'état de souveraineté comme un
moment préliminaire pour l'Union avec la Roumanie. Il se rend à plusieurs reprises à Iași pour
discuter avec les responsables roumains des questions liées à l'Union. Il a personnellement discuté
avec le roi Ferdinand I de Roumanie, avec Alexandru Averescu, avec Alexandru Marghiloman et
avec Nicolae Iorga.

Le 27 mars / 9 avril 1918, le conseiller du pays avec Ion Inculeț vota pour l'Union de
Bessarabie avec la Roumanie, et Daniel Ciugureanu en sa qualité de Premier ministre salua cette
décision.

Le 28 mars / 10 avril 1918, au lendemain de l'Union, Daniel Ciugureanu avec Pantelimon


Halippa, Stefan Ciobanu et Ion Pelivan faisaient partie de la délégation qui a conduit à Iasi l'acte
d'union de Bessarabie avec la Roumanie. L'Acte d'Union a été solennellement remis au roi
Ferdinand Ier de Roumanie. Après l'Union, il a démissionné de son poste de Premier ministre pour
rejoindre le gouvernement de la Roumanie en tant que représentant de la Bessarabie. Selon les
conditions de l'Union, la Bessarabie devait avoir deux propres représentants au gouvernement
roumain. Ion Inculeț et Daniel Ciugureanu ont été élus ministres de la Bessarabie au sein du
gouvernement roumain.

Daniel Ciugureanu était ministre de la Bessarabie dans quatre gouvernements roumains: dans
le gouvernement d'Alexandru Marghiloman, dans le gouvernement de Constantin Coandă, dans le
gouvernement d'Ion I.C. Brătianu (5) et au gouvernement d'Artur Văitoianu.
Le 1er septembre 1919, le Dr Daniel Ciugureanu était ministre de la Bessarabie au sein du
gouvernement roumain Ion I.C. Brătianu (5) a été envoyé par Ion I.C. Brătianu en mission spéciale à
Paris, aux travaux de la Conférence de paix. Initialement, on s'attendait à ce qu'il y reste un mois,
mais le séjour de Daniel Ciugureanu à Paris en tant que diplomate s'est prolongé de plusieurs mois.

Le 10 novembre 1919, à Londres, Radu Rosetti, avec Ion Pelivan et Daniel Ciugureanu,
délégués du gouvernement roumain, ont assisté à une réunion avec Winston Churchill. Après les
félicitations du protocole, qui, en substance, ont souligné l'effort militaire et la bravoure des troupes
roumaines pendant la guerre - en particulier dans les conditions de l'anarchie bolchevique qui
régnait parmi les troupes russes - le secrétaire du ministère anglais de la Guerre a évoqué
l'opportunité d'un accord avec Anton Denikin dans lequel "et - il a mis toute sa confiance "et" qui
l'aidera sera son ami ". Daniel Ciugureanu a soulevé la question des garanties anglaises dans le
cadre d'un futur accord du gouvernement roumain avec le commandant des forces de la garde
blanche en Ukraine. Winston Churchill n'a pas répondu à cette objection, déclinant tacitement toute
juridiction. Mais dans le contexte dans lequel Anton Denikin a quitté le commandement des troupes
de la garde blanche du général Piotr Vranghel et les défaites subies par eux, l'arrangement potentiel
n'était plus pertinent.

Après cela, il a été élu à plusieurs reprises parlementaire:

• Député de Chisinau (1919)

• Député de la Forteresse Blanche (1922)

• Vice-président de la Chambre des députés (1922-1923)

• Député par Lăpușna (1926)

• Député de Hotin (1933)

• Sénatrice de Tighina (1935)

• Vice-président et président du Sénat du Royaume de Grande Roumanie (1936-1937)

En 1932, il s'installe à Bucarest. Après le transfert de la Bessarabie à l'URSS en juin 1940,


environ 120 000 Bessarabiens et Bukovinians se sont réfugiés dans la capitale roumaine et ailleurs
dans le pays. À Bucarest, le "Cercle des Bessarabiens" a été créé. La direction du cercle avait la
composition suivante: président d'honneur - Ion Inculeț, président exécutif - Daniel Ciugureanu.

En 1942, il est mobilisé pour la guerre comme médecin militaire au grade de capitaine. Il a pris
sa retraite en 1946.

Dans la nuit du 5 au 6 mai 1950, la nuit des dignitaires, il a été arrêté et selon les historiens
Constantin C. Giurescu et Ion Nistor, il est décédé le 6 mai 1950, à Turda, lors du transport des
anciens dignitaires à la prison de Sighet. Il a subi un accident vasculaire cérébral dans la
camionnette où il a été transporté en prison. Il a été transporté à l'hôpital de Turda, où il est décédé.
Selon les dossiers de sécurité, il est décédé le 19 mai 1950 au pénitencier de Sighet.

PUBLICISTE - Daniel Ciugureanu a publié avec Nicolae Iorga, Nicolae Titulescu, Vasile
Goldiș, Simion Mehedinți, Dimitrie Gusti, Onisifor Ghibu et d'autres. Il publie davantage dans des
revues sur les problèmes sociaux et économiques, dont la revue "The Society of Tomorrow",
publiée entre 1925 et 1930.

MÉDECIN - Le Dr Daniel Ciugureanu était médecin, docteur en médecine, inspecteur


sanitaire général technique dans la spécialité de la chirurgie et de l'urologie, à côté du ministère du
Travail, de la Santé et de la Protection sociale, médecin généraliste du service d'urologie près de
l'hôpital "Regina Maria" de Chisinau (1927 ), Médecin-chef du service d'urologie près de l'hôpital
"Dr. I. Cantacuzino" de Bucarest (1938) et médecin-chef du service d'urologie près de l'hôpital
"IOV" de Bucarest (1944). En 1942, il est mobilisé pour la guerre comme médecin militaire au
grade de capitaine. Il a pris sa retraite en 1946.

PRIX:

- Ordre de la Couronne de Roumanie au grade de Grande Croix, 30 mars 1918 (12 avril 1918)

- Ordre de l'étoile roumaine au grade de haut gradé, 21 octobre 1922

- Croix commémorative de la guerre 1916-1918 sans barreaux, 15 février 1924

• Ordre de Ferdinand I au grade de haut gradé, 3 avril 1931

• Médaille Ferdinand I, 31 mars 1932

• L'Ordre National "Le Service Fidèle" au grade de Haut Officier, le 7 avril 1933

• Le signe honorifique Aigle de Roumanie au grade de Commandant, cl. II, 9 mai 1935.