Vous êtes sur la page 1sur 6

Mécanique des structures Modélisation des liaisons TS

Chapitre 1 - Modélisation des liaisons

SOMMAIRE

I - Définitions........................................................................................................................... 16
1°/ Solide réel et solide parfait. ...................................................................................................... 16
2°/ Système matériel........................................................................................................................ 16
II - Modélisation des liaisons parfaites. ................................................................................. 17
1°/ Définition d’une liaison parfaite. ............................................................................................. 17
2°/ Repère local associé au contact. ............................................................................................... 17
3°/ Notion de degré de liberté......................................................................................................... 17
4°/ Etude des liaisons parfaites. ..................................................................................................... 18
4.1 - Liaison encastrement........................................................................................................................... 18
4.2 - Liaison pivot........................................................................................................................................ 18
4.3 - Liaison glissière................................................................................................................................... 18
4.4 - Liaison appui plan. .............................................................................................................................. 19
4.5 - Liaison rotule. ..................................................................................................................................... 19
4.6 - Liaison linéique rectiligne. .................................................................................................................. 19
4.7 - Liaison ponctuelle. .............................................................................................................................. 19
5°/ Les trois liaisons usuelles en Génie Civil. ................................................................................ 20

Page 15/ 106


Mécanique des structures Modélisation des liaisons TS

I - DEFINITIONS.

1°/ Solide réel et solide parfait.

Le solide réel est le solide tel qu’il apparaît réellement. Il possède une masse constante et un
volume dont les limites varient lorsqu’il est soumis à des actions mécaniques, suivant une loi
connue (le ressort) ou non connue à priori.

En mécanique statique, nous utilisons un modèle idéalisé : le solide parfait.


Pour considérer un solide comme parfait, nous devons faire certaines hypothèses. Le solide
parfait est :

- Indéformable : sa masse est toujours constante, mais les limites de son volume ne
varient pas quelles que soient les actions extérieures appliquées au solide (contre
exemple : le ressort). Donc, la distance entre deux points quelconque d’un solide
indéformable ne varie pas.

- Homogène : les éléments constitutifs du matériau sont de même nature en tout point
du solide et leur répartition est uniforme (contre exemple : le béton armé).

- Isotrope : les propriétés physiques du matériau (notamment les propriétés


mécaniques) sont les mêmes dans toutes les directions (contre exemple : le bois, sens
parallèle ou sens perpendiculaire aux fibres).

- Géométriquement parfait : les surfaces sont considérées comme parfaitement lisses,


les surfaces sont modélisées par des plans, des cylindres, des sphères,…

Un solide réel peut être considéré comme parfait dans le cas où les déformations de ce
solide sont très petites.

2°/ Système matériel.

On appelle système matériel une quantité de matière, homogène ou non, dont la masse reste
constante pendant son étude.
Cette définition est indépendante de la notion de solide dont nous venons de parler et elle
très générale, elle peut s’appliquer à beaucoup de choses. En effet, un système matériel peut
être :
- un solide,
- plusieurs solides,
- un morceau de solide,
- une masse de fluide,...

Ce qui est important en mécanique, c’est de bien choisir le système matériel. Une fois le
système matériel choisi, il nous est possible de l’« isoler », ce qui revient à le définir de façon
très précise, dans le but par exemple d’étudier son équilibre.
Isoler un système matériel revient à diviser l’univers en deux parties :
- d’une part, le système matériel, objet de notre étude,
- d’autre part, l’extérieur, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas le système considéré.

Page 16/ 106


Mécanique des structures Modélisation des liaisons TS

II - MODELISATION DES LIAISONS PARFAITES.


Une liaison mécanique entre deux pièces (ou entre deux groupes de pièces) est un ensemble
de dispositions constructives permettant à ces deux pièces d’avoir l’une par rapport à l’autre
certaines libertés de mouvements et de permettre la transmission de certains efforts.

Dans ce paragraphe, les deux solides en contacts sont supposés indéformable.

1°/ Définition d’une liaison parfaite.

Une liaison parfaite est une liaison telle que :


- les possibilités de mouvement relatifs sont obtenues à partir de surfaces de contact
géométriquement parfaites qui ont entre elles un jeu de fonctionnement nul.
- le contact de ces surfaces se fait sans adhérence.

Une liaison parfaite est donc une liaison théorique.

2°/ Repère local associé au contact.

Pour décrire les contacts, on utilise un repère local associé au contact. Pour chaque cas, ce
repère R (A, x , y, z ) est défini très clairement :
- le point A est le centre géométrique de l’assemblage,
- le vecteur x est porté par la normale au plan tangent commun ou par l’axe de symétrie
de la liaison,
- la base (x , y, z ) est orthonormée directe.

3°/ Notion de degré de liberté.

Considérons deux solides 1 et 2 liés et R (A, x , y, z ) le


repère local associé à cette liaison.

Nous pouvons définir dans R les différentes possibilités de


mouvements relatifs indépendants de 1/2 (ou de 2/1).

Dans l’espace, il y a 6 mouvements indépendants :


- Tx, translation selon l’axe (A, x ) - Rx, rotation autour de l’axe (A, x )
- Ty, translation selon l’axe (A, y ) - Ry, rotation autour de l’axe (A, y )
- Tz, translation selon l’axe (A , z ) - Rz, rotation autour de l’axe (A , z )

Définition : Le nombre de degré de liberté d’une liaison est le nombre de mouvements relatifs
indépendants que la liaison autorise entre les deux solides

Ce nombre est au plus égal à 6.


Quand le nombre de degrés de liberté est égal à 0, les deux solides sont en liaison
complète ; on dit : liaison d’encastrement. Quand le nombre de degré de liberté est égal à 6,
les deux solides n’ont aucune liaison ; on dit : liaison libre.
Page 17/ 106
Mécanique des structures Modélisation des liaisons TS

4°/ Etude des liaisons parfaites.

Parmi toutes les liaisons parfaites, intéressons nous à celles le plus souvent rencontrées en
génie civil :

4.1 - Liaison encastrement.

Les surfaces de contact sont quelconques.


Aucun mouvement relatif possible entre les deux
solides.
Le nombre de degrés de liberté est 0.

4.2 - Liaison pivot

Les surfaces de contact sont des surfaces de révolution


complémentaires et non cylindriques.
La rotation Rx est autorisée.
Le nombre de degrés de liberté est 1.
Les 5 mouvements empêchés sont : Tx, Ty, Tz, Ry et Rz.

4.3 - Liaison glissière.

Les surfaces de contact sont des surfaces cylindriques complémentaires et non de révolution
(fréquemment prismatiques).
La translation Tx est autorisée.
Le nombre de degrés de liberté est 1.
Les 5 mouvements empêchés sont : Ty, Tz, Rx, Ry et Rz.

Page 18/ 106


Mécanique des structures Modélisation des liaisons TS

4.4 - Liaison appui plan.

Les surfaces de contact sont des surfaces planes


(P la surface de contact).
Deux translations Ty et Tz sont autorisées et une
rotation Rx.
Le nombre de degrés de liberté est 3.
Les 3 mouvements empêchés sont : Tx, Ry et Rz.

4.5 - Liaison rotule.

Les surfaces de contacts sont des surfaces sphériques de


même centre et de même rayon.
Les trois rotations Rx, Ry et Rz sont autorisées.
Le nombre de degrés de liberté est 3.
Les 3 mouvements empêchés sont Tx, Ty et Tz.

4.6 - Liaison linéique rectiligne.

Contact entre la génératrice (A, y ) du solide 1


et un plan (P) du solide 2.
Deux translations Ty et Tz sont autorisées et
deux rotations Rx et Ry.
Le nombre de degrés de liberté est 4.
Les 2 mouvements empêchés sont : Tx et Rz.

4.7 - Liaison ponctuelle.

Le nombre de degrés de liberté est 5.


Le mouvement Tx est empêché.

Contact entre le point A de


la sphère 1 et le plan (P) du
solide 2.
Deux translations Ty et Tz
sont autorisées et trois
rotations Rx, Ry et Rz.

Page 19/ 106


Mécanique des structures Modélisation des actions mécaniques TS

5°/ Les trois liaisons usuelles en Génie Civil.

En génie civil, les études se font dans le plan. Le repère local associé est R(A, x , y ) .

Dans le plan, il y a 3 mouvements indépendants : y


Rz
- Tx, translation selon l’axe (A, x )
Ty
- Ty, translation selon l’axe (A, y )

- Rz, rotation autour de l’axe (A , z ) Tx

A x

Trois liaisons sont utilisées : l’encastrement, l’articulation et l’appui simple.

Mouvement(s) Nombre de Mouvement(s)


Liaison Modélisation
autorisé(s) degrés de liberté empêché(s)
y
- Tx
Encastrement A - 0 Ty
x - Rz

y
- Tx
Articulation A - 1 Ty
x
Rz -

y
Tx -
A - 2 Ty
x
Rz -
Appui simple
y
- Tx
Ty 2 -
A x Rz -

Page 20/ 106