Vous êtes sur la page 1sur 161

Anatomie pathologique

Réponses

[1] [9] :C
:D :D Une métastase ganglionnaire
Anévrisme athéroscléreux par Sans commentaire. implique un franchissement de
destruction de la média. [10] la basale par les cellules
[2] :B cancéreuses.
:D C’est un tissu conjonctif qui [20]
Sans commentaire. contient donc des vaisseaux :D
[3] sanguins. Evident.
:A [11] [21]
C’est le caractère, en culture, :ACD :C
qui caractérise le plus les La thrombose peut être Evident.
cellules cancéreuses ; B, C, D, oblitérante dans les artères de [22]
peuvent se voir dans de moyen calibre; il n’existe pas de :AE
nombreuses cellules activées ; rupture spontanée (cas de Adhésion, agrégation
le cycle cellulaire est le plus rupture sous angie plastie) ; plaquettaire et release sont
souvent de durée normale dans l’hémorragie intra-pariétale est indispensables dans la
la cellule cancéreuse. liée à la dissection de la plaque thrombogénèse.
[4] athéroscléreuse ; les réactions [23]
:ABCE granulomateuses adventicielles :ABCD
L’insuffisance hépatique se voient uniquement au niveau B - Apprécier le caractère sain
favorise les hémorragies. des artères de gros calibre de la recoupe.
[5] (aorte). C - Pour les cancers de la
:ADE thyroïde, les atteintes
La croissance tumorale est en [12] ganglionnaires conditionnent
rapport avec le coefficient de :C les curages.
prolifération, il y a en effet plus Sans commentaire. E - Le contrôle doit toujours
de cellules tumorales dans le [13] être fait en paraffine.
cycle, donc plus de cellules en :A
mitoses (A, D) ; il n’y a pas de Lembolie cruorique peut être à [24]
différence significative entre la point de départ artériel. :E
durée du cycle de la cellule [14] Lexsudation appartient à la
cancéreuse et celui de la cellule :A phase initiale de rinflammation.
normale (B faux) ; le principe de Agissent surtout sur la [25]
synchronisation et de perméabilité vasculaire. :E
recrutement a pour but de [15] Le vieillissement de la paroi
mettre les cellules tumorales :E artérielle la fragilise et la rend
dans une même phase du cycle Sans commentaire. plus sensible aux agressions
pour qu’elles soient sensibles à [16] endothéliales.
un traitement (E). :CE [26]
[6] Le risque majeur de la thrombose :C
:A est l’embolie, qu’elle soit septique Lésion intimale avec
Lhyperchromasie est un signe ou cruorique. macrophages ou cellules
suspect de malignité. [17] musculaires lisses de la média
[7] :ABCE chargées de graisse.
:A Sans commentaire. [27]
Transformation en pseudokyste [18] :C
des ramollissements cérébraux. :ABCDE Sans problème.
[8] Les anévrismes athéroscléreux [28]
:D peuvent être fusiformes ou :C
La congestion dans sacciformes. Durée de vie du polynucléaire :
l’inflammation est active. [19] 24-48 heures.
1
[29] modifié par elle. Evident.
:D Il peut être inflammatoire mais [48]
Laugmentation de la n’est pas défini par son caractère :C
perméabilité vasculaire est le inflammatoire. Sans commentaire.
facteur étiologique essentiel, et [39] [49]
à un moindre degré, :DE :C
l’augmentation de la pression Sans commentaire. La congestion fait partie de la
hydrostatique. [40] phase vasculo-exsudative de
[30] :ADE l’inflammation et peut
:ABDE Par le biais d’une fracture et apparaître dans l’évolution d’un
Adénomes coliques multiples d’embols de moelle adipeuse. follicule tuberculeux ; la
multifocaux. Lhypercholestérolémie ne donne nécrose caséeuse peut se
Les verrues peuvent regresser pas d’embols graisseux. ramollir et contenir
spontanément. La maladie des caissons donne polynucléaires mais n’est
[31] des embois gazeux. jamais supprimée.
:E [41] [50]
La membrane pyogène est :BCDE :AC
formée dun tissu conjonctif Un condylome ne peut se La fibrinolyse physiologique ne
jeune. produire que sur une muqueuse donne pas d’embolies de même
[32] malpighienne (exocol utérin) que l’organisation aboutissant à
:C - Le carcinome colloïde est une une meilleure attache du
Lhistiocyte stimule les variété dadénocarcinome riche thrombus à son point
fibroblates. en mucus d’ancrage.
[33] - Un carcinome épidermoïde peut [51]
:D se développer par métaplasie :ACE
Un carcinome intra-épithélial ne (bronches) Les tumeurs malignes sont
peut donner dembols veineux [42] hypervasculaires et infiltrantes.
néoplasiques dans la mesure :E [52]
ou lépithélium n’est pas Lymphoplasmocytes, histiocytes :C
vascularisé. et fibroblastes sont les Sans commentaire.
[34] principales cellules de [53]
:BDE l’inflammation. :E
A - Est ambigu, car il existe [43] C’est la définition ; s’évacue par
dauthentiques carcinomes :B le biais d’une fistule ou d’une
paramalpighiens ayant pour Evident; la médianécrose est une ulcération.
départ lutricule prostatique, maladie de la média. [54]
néanmoins la prostate donne [44] :C
des adénocarcinomes. :D C’est la définition.
Les embois pulmonaires peuvent [55]
[35] être tumoraux (lâcher de ballons), :D
:ABCDE et peuvent se surinfecter. Les calcifications peuvent se (à
Le terme de polype est [45] la phase tardive de la réaction
macroscopique; il peut :C inflammatoire par le biais de la
correspondre à tout sur le plan Un abcès est collecté, limité par calcification d’une sclérose.
histologique. une membrane pyogène. [56]
[36] :C
:C [46] L’anti-facteur VIII est
Evident. :ACDE responsable de syndrome
[37] La sclérose collagène n’est pas hémorragique.
:D réversible ; elle peut donner une
C’est la définition. insuffisance cardiaque suite à [57]
[38] une sclérose cicatricielle :DE
:BDE d’infarctus myocardique. Evident.
Ce n’est pas un tissu néoformé, [47] C’est une maladie des artères,
mais préexistant à la tumeur et :A pas des veines.
2
[58] thrombose. :BCDE
:DE [67] Les infarctus rouges se voient
Evident. :E dans les organes à double
Embol gazeux de la maladie C’est la définition. circulation (poumons, intestin)
des caissons. et ressemblent aux
[59] [68] infarcissements (en rapport
:BE :B avec une thrombose veineuse)
Les Fibromes desmoïde et Il existe toujours une altération tout en étant mieux limités.
basocellulaire sont des tumeurs pariétale secondaire à la [78]
envahissantes mais ne thrombose. :AC
métastasant pas à la différence [69] Les cystadénocarcinomes se
du carcinome urothélial. :C développent à partir d’un
Ladénome villeux peut Les carcinomes essaiment par épithélium glandulaire,
dégénérer mais est alors un voie lymphatique. carcinome transitionnel à partir
cancer avec risque de [70] d’un épithélium transitionnel,
métastases. :ABCD choriocarcinome à partir du
[60] Evident. revêtement trophoblastique.
:BCE [71]
Labcès froid est fait de nécrose :ABE [79]
caséeuse; la gangrène sèche Ce sont les vieilles scléroses qui :E
n’est pas surinfectée. se calcifient et se hyalinisent. Une thrombose fémorale peut
[61] [72] emboliser et se bloquer dans la
:BCDE :DE veine cave (caillot adhérent ou
Le produit de curetage fournit Le caractère blanc nacré et lisse flottant).
un matériel tissulaire et non se voit dans la leucoplasie non [80]
cytoiogique. transformée. :A
[62] [73] La dysplasie peut intéresser un
:AC :ACDE épithélium malpighien ou
Les coupes sont faites sur Evident. glandulaire ; au sens de
microtome à congélation et ne Les débris alimentaires ne sont dysplasie épithéliale, cest une
peuvent être pratiquées sur de pas à l’origine d’embols ; anomalie acquise, en général
la moêlle hématopoïétique ou toutefois une injection volontaire pré-cancéreuse.
sur de l’os. de débris alimentaires peut [81]
[63] donner lieu à des embois. :C
:CD [74] Evident; les autres origines
Le bourgeon charnu est le :C donnent des adénocarcinomes.
mode de régénération de tissu Le carcinome décrit est ici un [82]
conjonctif, riche en vaisseaux et carcinome épidermoïde :E
cellules inflammatoires. différencié (cellules La nécrose caséeuse nest
[64] polyhédriques, cadre épineux) jamais résorbable
:A non mature. C’est un carcinome spontanément.
Les angéites allergiques métaplasique au niveau des [83]
donneraient plutôt une nécrose bronches, revêtues par un :D
fibrinoïde des parois épithélium glandulaire. Les nodules de perméation
vasculaires. [75] cutanée d’un cancer du sein,
[65] :C par exemple, essaiment par les
:E Le sérum physiologique ne fixe métastases lymphatiques.
Les lymphokines sont des pas ; ralcool associé à l’éther est [84]
médiateurs cellulaires utilisé pour les frottis. :C
intervenant dans la phase [76] Les autres origines sont
cellulaire. :BD formées d’un épithélium
[66] Les scléroses jeunes sont malpighien.
:B oedémateuses, vasculaires et [85]
Lexercice physique diminue la cellulaires, pauvres en fibres. :B
stase et le risque de la [77] C’est la définition ; à la
3
différence de la bosse réperméation. :BD
sérosanguine dans le tissu [95] A, C - Sont responsables de
cellulaire sous- cutané. :BD syndromes hémoragiques.
[86] La fibrose est plus tardive, elle [103]
:ACDE survient après deux semaines. :BCDE
La nécrose caséeuse na aucun Les macrophages sont Le calibre détermine l’étendue
rapport. présents à partir du 3e, 4e jour du territoire ischémié; la
[87] jusqu’au 7e jour où ils sont sensibilité du tissu à l’anoxie,
:ABCDE nombreux. l’état fontionnel du tissu,
Remaniements fibreux par le [96] l’architecture vasculaire
biais de l’organisation. :C (circulation terminale, double
[88] Lhistiocyte intervient à la phase circulation, collatéralité), la
:ABDE cellulaire tardive de la réaction rapidité d’installation, la durée
Col utérin et bronches par le inflammatoire. Le mastocyte de I’ischémie, interviennent
biais dune métaplasie. secrète histamine, sérotonine, dans l’intensité des altérations.
[89] leucotriènes et prostaglandines, [104]
:BDE et est présent dans le tissu :E
C - Lulcération de plaque est conjonctif à la différence du Stase (1,2) hypercoagulabilité
responsable dembols polynucléaire. (fuite urinaire dantithrombine III
plaquettaires et non fibrino- [97] dans le syndrome
cruoriques; :D néphrotique,(4)) lésions
cest secondairement par le Les opsonines interviennent lors endothéliales, favorisant les
biais dune thrombose sur cette de la phagocytose et pas à la thromboses veineuses.
ulcération quil pourra y avoir phase initiale vasculoexsudative. [105]
des [98] :B
embois fibrino-cruoriques. :C Les polynucléaires phagocytent
D - Par le biais de la stase C’est la définition ; absence de les petits corps étrangers
secondaire du RM et de différenciation avec les méthodes (pinocytose); la barrière de
troubles du rythme auriculaire. histologiques habituelles. fibrine dérive du plasma et de
[99] l’exsudation dans le foyer
[90] :ABCDE inflammatoire.
:ABD Il ne faut pas oublier qu’une [106]
C’est la définition. tumeur très bien différenciée :D
[91] (thyroïde) peut n’avoir aucun C’est la sclérose mutilante.
:D signe cytologique suspect de [107]
Les scléroses anciennes sont malignité et c’est sur l’histologie :D
riches en fibres, peu (caractère infiltrant, embois Sans commentaire.
vasculaires, peu cellulaires, peu vasculaires) qu’on affirmera le L’histoplasmose et de rares
oedémateuses. diagnostic. autres mycoses américaines,
[92] [100] ainsi que les mycobactéries
:AB :ABCDE sont les seuls agents capable
L’infarctus rouge se voit au Facteurs thrombogènes: de produire une nécrose
niveau d’organes à double hypercoagulabilité (DE), stase caséeuse en dehors de la
circulation (poumons, intestin). (A), lésion endothéliale (B,C). tuberculose.
C’est le résultat d’une hypoxie [108]
aiguê. [101] :BE
[93] :BE Ce sont les cellules présentes
:BCDE Cause d’embols gazeux (plaies dans le tissu conjonctif, en
A - Peut évoluer vers l’abcès veineuses, plaies vasculaires, l’absence de réaction
froid. chirurgie cardiaque, CEC, inflammatoire.
[94] avortement avec rupture des [109]
:ABCDE sinus veineux utérins, :CDE
Cinq évolutions des thromboses traumatisme throracique avec Il n’existe pas d’athérome sur
en dehors de la hyalinisation, déchirure pulmonaire). les artères pulmonaires sauf en
organisation fibreuse, et [102] cas d’hypertension artérielle
4
pulmonaire. :D :D
[110] Seule la congélation permet de Sans commentaire.
:AC conserver les dépots [128]
Les lymphangiomes sont des extracellulaires. :E
tumeurs des vaisseaux [118] C’est l’intima qui est le siège de
lymphatiques et non des tissus :C la lésion athéromateuse
hématopoïétiques. Sans commentaire. débutante (strie ipidique)
[119] discutab’e toutefois car le
[111] :D primum moyens de
:AC C’est la définition de l’ischémie. l’athérosclérose semble bien
Le caractère pseudotumoral est [120] être lié à une anomalie
en rapport avec la richesse :ABDE morphologique ou fonctionnelle
cellulaire de ce type de réaction Il existe rarement une rupture de de la cellule endothéliale ;
inflammatoire ; il n’existe pas de paroi spontanée, les vaisseaux toutefois cette anomalie n’est
lymphangite à noyaux multiples étant de taille moyenne, les pas objectivable par les
mais des macrophages à thromboses peuvent être techniques morphologiques
noyaux multiples (cellules oblitérantes. habituelles, c’est pourquoi on
géantes) [121] répondra E.
[112] :B [129]
:E Sclérose signifie fibrose. :C
Seule la métastase différencie C’est le seul critère absolu en
une tumeur bénigne d’une [122] faveur de la malignité d’une
tumeur maligne. :E tumeur.
[113] Sans commentaire. [130]
:E [123] :E
C’est la définition ; épithélioma :D Question discutable ; les autres
signifie carcinome et adéno Les angéites peuvent intéresser propositions étant fausses
glandulaire. les artérioles ; un granulome peut (inflammation pouvant être
[114] se voir dans la maladie de tumorale, ou liée à un agent
:BCD Wegener mais n’est pas étranger inerte non suppurée) ;
Les cancers épidermoïdes obligatoire; les cellules géantes elle peut se produire dans tous
surviennent sur une muqueuse de Langerhans n’existent pas, ce les tissus en principe, à
malpighienne (peau, sont les cellules de Langherhans condition qu’ils soient
oesophage) et sur une ; l’infiltrat à éosinophiles se voit vascularisés ; toutefois on
muqueuse glandulaire dans la PAN, par contre rangéite répondra (E) car si
métaplasique (col utérin, nécrosante traduit toujours une l’inflammation ne débute jamais
bronches). vascularite leucocytoclasique dans un épithélium ou dans un
[115] (polynucléaires pycnotiques dans cartilage, elle peut l’atteindre
:ABC les vaisseaux). par contiguité.
Les anticorps ne sont pas [124] [131]
produits par les polynucléaires; : A B D :C
les cellules géantes proviennent L’oedème et rinflammation se Différencie un vrai kyste d’un
de la lignée macrophagique. voient à la phase aigué. faux kyste sans revêtement
[116] [125] épithélial.
:BCE :ABC
Sclérose et atrophie sont les Ces trois critères ne sont pas [132]
complications classiques de suffisants pour affirmer le :D
l’ischémie lente et progressive. caractère bénin d’une tumeur, La nécrose fibrinoïde ne se voit
Dans ces conditions mais ils sont fréquemment jamais dans l’évolution d’un
hémodynamiques précaires, il rencontrés dans les tumeurs thrombus de stase; on observe
est évident qu’une thrombose bénignes. par contre une hyalinisation du
aggrave brutalement les [126] thrombus.
conséquences tissulaires, mais : A B D E [133]
l’item E est très mal posé. Sans commentaire. :BCDE
[117] [127] Média amincie et fibreuse,
5
exceptionnels polynucléaires sont d’aspect hyalin, vitreux mais La sclérose entraîne des
dans la plaque ; fréquemment trop rares pour être coché et un nodules avec importante fibrose
ulcérée et compliquée de tissu normal n’est jamais hyalin au niveau pulmonaire.
thrombose à un stade évolué. en général ; la hyalinisation est [147]
[134] l’évolution habituelle des :ACDE
:ABCD scléroses, se voit au niveau des C’est une sclérose mutilante ;
Nécrose fibrinoïde et anoxie ne parois vasculaires chez les on peut avoir une rupture
sont pas liées. patients hypertendus ou pariétale dans l’évolution d’un
Lanoxie entraîne à terme une diabétiques ; enfin les infarctus du myocarde
nécrose cellulaire qui peut membranes hyalines tapissant transmural.
prendre plusieurs aspects les alvéoles se voient dans la [148]
(coagulation, liquéfaction, maladie des membranes hyalines :C
oedème cellulaire majeur). du nouveau-né, et dans les Les polynucléaires éosinophiles
[135] syndromes de détresse ont une activité antibactérienne
:E respiratoire. et sont surtout impliqués dans
C’est une cause classique de [140] l’inflammation allergique.
granulome pyoepithélioïde :A [149]
(granulome abcédé) avec la Sans commentaire; ne pas :C
yersiniose, la tularémie. confondre le sinus carotidien à Accident évolutif majeur,
[136] l’origine de la carotide interne et surtout pour les thrombus
:ABCDE le siphon carotidien, situé à récents, et peu adhérents à la
Associe des anomalies l’intérieur du sinus caverneux. paroi.
cytologiques cancéreuses, ne [141] [150]
dépassant pas la membrane :A :A
basale. Sans commentaire. Sans commentaire.
[137] [151]
: C D E ou E [142] :ACD
- Le mot “caractérisé” signifie :AC Les lésions initiales de
lésions typiques ; or il n’y en a Intéressent les artères de gros et l’athérosclérose débutante non
aucune, prise isolément, bien moyen calibre, et non les fibreuse sont
que l’infiltration artérioles. - les coussinets intimaux
lymphoplasmocytaire L’accumulation de substance - les élevures gélatiniformes
périphérique fasse partie du myxoïde dans la média est une - les stries graisseuses (qui,
tableau lésion élémentaire de la maladie confluantes donnent l’aspect
Les propositions C, D sont de la média (exemple : Marfan). “réticulé”).
possibles mais très rares et ne [143] [152]
caractérisent pas ce type de :ABCDE
lésion. Donc aucune réponse A, B - Organe à circulation QUESTION ANNULEE
n’est possible ; d’ailleurs QCM terminale.
annulé le jour de l’internat. C - A différencier dun [153]
[138] infarcissement. :B
:ABCD [144] Les autres items peuvent se
Lanisocytose, la chromatine en :ABD voir tant dans les tumeurs
mottes, l’irrégularité des Les embolies peuvent être malignes que dans les tumeurs
noyaux, les volumineux cruoriques (en regard d’infarctus, bénignes.
nucléoles, l’augmentation du dulcération de plaque). [154]
rapport nucléo-cytoplasmique [145] :ABCDE
sont des critères habituels de :ABE Autres étiologies:
malignité. Lhypothyroïdie (myxoedème) - embois de moelle osseuse
[139] potentialise les conséquences de - embois d’origine amniotique
:BDE l’athérome mais n’influe pas - embois cancéreux
A - Discutable ; en effet les directement sur la constitution - embois microbiens et
sécrétions des lésions. parasitaires.
d’immunologlobulines des [146] [155]
plasmocytes (corps de Russel) :ACE :C
6
C - Le BK est rare dans les ischémique dans un viscère avec
lésions folliculaires. obturation complète et QUESTION ANNULEE
B - La nécrose caséeuse est brutale de la circulation artérielle.
caractérisée par l’abondance et C - Certaines variétés de [172]
la virulence du BK. nécroses tissulaires (d’un :ABCDE
A - Le BK peut être mis en segment de membre; au cours de Sans commentaire.
évidence par la coloration de certaines infections à germes [173]
Ziehi, au niveau de la lésion anaérobies). :ACE
exsudative non spécifique. [165] A - Définition.
[156] :ABCE C, E - Complications évolutives.
D - Le cancer in situ ne donne B D - Pas d’atteinte veineuse
QUESTION ANNULEE jamais de métastase. par rathérome.
[157] E - Permet de vérifier que la [174]
:ABD biopsie n’a pas été faite en :CDE
Pas de lésion athéromateuse dehors d’une lésion invasive. Thrombus blanc = surtout des
au niveau des veines. [166] plaquettes.
[158] :ABD Thrombus rouge = riche en
:BDE C et E - Phase cellulaire de hématies auxquelles s’ajoutent
A - Riche en protéines. l’inflammation. des globules biancs et des
B - Par augmentation de la [167] plaquettes.
perméabilité capillaire. :CDE [175]
C - Faux, se développe à la Sans commentaire. :ACE
phase aiguê (vasculo- [168] Sans commentaire.
sanguine). :D [176]
[159] Le caractère évolutif des tumeurs :C
:ABCD malignes est la croissance rapide Sans commentaire.
E - La courbe est de type contrairement aux tumeurs [177]
Gompertz. bénignes. :B
[160] [169] Réponse à connaître sinon à
:ABCDE :A apprendre puisque ce QCM est
Sans commentaire. A - Aspect d’alvéolite unilatérale déjà tombé les années
[161] évoluant rapidement vers la précédentes.
:ABDE nécrose (pneumonie [178]
C - Lésion toujours bénigne. disséquante). :C
[162] B - Majorité des cas évolution C : particulièrement abondante
:ABCDE bénigne, mais possibilité dans l’organisme.
B C - Vus dans l’hépatite d’atteinte massive d’un poumon [179]
alcoolique aiguê. avec :BCD
images pseudo-cavitaires. Sans commentaire.
[163] D - Evolution bénigne mais lente; [180]
:A complications neurologiques :ABCE
A - Absence transitoire ou possibles. Sans commentaire.
définitive d’apport ou [170] [181]
d’utilisation d’oxygène dans une : A D :ABCDE
cellule ou A - certaines carcinomes in situ Sans commentaire.
dans un tissu. ne deviennent que très rarement [182]
B - Diminution de l’apport ou de invasifs (ex= vulve) :D
l’utilisation de l’oxygène au sein B - ou non invasif ou stade O Sans commentaire.
des tissus. C - ex : carcinome
C - Arrêt de l’apport sanguin intragalactophorique. [183]
artériel dans un territoire donné carcinome lobulaire un situ. :ABCDE
de l’organisme. D - Jamais de métastase. Les causes peuvent être:
[164] E - Par définition. - embolies
:D [171] - athérosclérose
E - Foyer circonscrit de nécrose - thromboses
7
- sténoses artérielles B - C’est la définition. structures avoisinantes. Les
- spasme artériel prolongé C - L’index mitotique est le tissus riches en fibres
- compression tumorale rapport entre le nombre de élastiques et non vascularisés
- torsion pédiculaire cellules en cycle et le nombre de résistent plus à l’invasion
- hypotension artérielle brutale cellules totale, il peut être tumorale.
- troubles respiratoires. apprécié par D. [206]
[184] A E - En mesurant les diamètres :C
: radiologiques sous diverses A - Il s’agit d’une localisation le
QUESTION ANNULEE incidences et à l’aide d’abaque plus souvent secondaire.
[185] on calcule le volume tumoral. B - 20 % des cancers du rein
:D [199] de l’enfant, exceptionnel chez
Sans commentaire. :BD l’adulte.
[186] A - Utilisé pour la congélation. C - Ou néphroépithéliome ou
:D C - Utilisé pour la fixation des tumeur de Grawitz 97 % des
Sans commentaire. frottis. cancers du rein de l’adulte.
[187] E - Utilisé pour la fixation des D - li s’agit d’une tumeur
préparations en microscopie bénigne.
QUESTION ANNULEE électronique. E - Rare 1 à 3 %.
[188] [200] [207]
:ABC :ABCE :ABCDE
Sans commentaire. C - Par compression du fait de A - 35 à 71 % des cas. C’est le
[189] leur volume. plus fréquent chez l’adulte
:C D - C’est un caractère des B - Moins de 1 %
Réponse discutable mais aucun tumeurs malignes. C - Moins de 2 %
autre item ne peut être retenu. [201] D - Surtout leucémie aiguê et
[190] :BDE lymphome 5 % des cas
Ce sont les cellules du système E - Rare
QUESTION ANNULEE réticulo-endothélial, ainsi que les [208]
[191] ostéoclastes et les éléments de :ABCDE
:BDE la microglie. A - Ou carcinome
Sans commentaire. [202] mésonéphroïde, rarement
[192] :ABC bilatéral, femme de 50-60 ans.
:ABCE A B C - Ce sont les localisations B - 60 à 80 % des cancers de
Sans commentaire. principales. L’athérosclérose est l’ovaire.
[193] une maladie des artères C - Moins de 5 % des tumeurs
:E élastiques, musculo-élastiques et malignes de l’ovaire. Survient
La durée du cycle cellulaire est des grosses artères musculaires. chez la femme jeune 80 % des
constante. E - Très exceptionnellement cas avant 30 ans, bilatéral dans
atteinte en cas d’HTAP primitive. 15 % des cas, BHCG+
[194] [203] D - Exceptionnellement primitif,
:AB :BD le plus souvent c’est la
sans commentaire. Sans commentaire. métastase d’un
[195] choriocarcinome utérin.
:AD [204] E - 1 à 2 % des tumeurs
Sans commentaire. :BC ovariennes, ne sont pas toutes
[196] D - La réponse est immédiate. malignes.
:BCDE E - Elle n’est pas aussi fiable, car [209]
Sans commentaire. l’examen extemporané :B
[197] n’intéresse qu’une partie de la A - Congestion active: première
:E tumeur. phase de l’inflammation.
La thrombose est une [205] B - Deuxième phase c’est la
complication de :D phase exaudative caractérisée
l’athérosclérose. L’extension d’un cancer dépend par l’oedème.
[198] des propriétés cellulaires D - Commence avec la 2ème
:BE tumorales de destruction et des phase mais est considérée
8
comme la 3ème phase. - Réf. :ABCDE E - C’est une sclérose
Camilleri Diebold Anapath Sans commentaire. atrophique et extensive du tissu
Générale Baillère. [218] conjonctif.
C E - 4ème phase, réaction :D [227]
cellulaire. Sans commentaire. :B
[210] [219] Sans commentaire.
:ABCE :C [228]
Par définition - cf Anapath C - C’est le facteur qui confère le :D
Générale JB Baillère Paris J. caractère malin à une tumeur. La lymphadénectomie cervicale
Diebold J.P. Camilleri. A B D E - Sont des caractères radicale, conserve les éléments
[211] variables et peuvent exister dans nobles: muscles, vaisseaux et
:ABC certaines tumeurs non nerfs.
A - La nécrose est caséeuse. malignes. [229]
B - A la phase précoce : [220] :ABCD
hyperplasie folliculaire : stade :C E - La sclérose est la traduction
d’état: lésion granulomateuse ; Sans commentaire. macroscopique de la fibrose,
stade [221] qui est une anomalie
tardif: lésion abcédée. :C quantitative du métabolisme
C - Forme chronique. C - C’est la définition. des composants fibrillaires
D - La présence de nécrose A - Tumeur maligne épithéliale. matriciels.
fibrinoïde n’écarte pas B - Tumeur maligne [230]
formellement le diagnostic mais mésenchymateuse. :ABD
classiquement il s’agit d’un D - Tumeur maligne dérivant des La fibrose élastique s’observe
granulome tuberculoïde sans éléments naevocellulaire. dans les organes riches en
nécrose caséeuse. E - Masse cellulaire indifférenciée fibres élastiques : poumon,
E - Foyer d’abcédation plus ou embryonnaire. peau, endocarde, vaisseaux.
moins suppuratif sans réaction [231]
granulomateuse. [222] :ABE
:AB C - La nécrose caséeuse est
[212] Les infarctus blancs à l’opposé une nécrose de coagulation
:AD siègent dans les organes à spécifique de la tuberculose.
B - Grade III. circulation terminale : myocarde, D - Les lésions
C - C’est un critère histologique rein, rate, encéphale. caséofolliculaires sont des
de la maladie de Horton. [223] stades évolutifs.
D - Stade réversible, les cellules : B
sont chargées de lipides et il Sans commentaire. [232]
existe un oedème de la matrice [224] :AB
conjonctive sous endothéliale. :ACD A - Permet rapposition sur la
[213] Il s’agit d’un transsudat (moins de lame et la conservation dun
:A 30 g/l) contenant moins de 200 fragment en congélation pour
C’est la plus fréquente. éléments par mm3 et moins de étude
[214] 10 % de polyneutrophiles. en immunomarquage.
:C [225] C - Alcool Ether : fixation frottis
Sans commentaire. :CE cervico vaginaux.
[215] Réaction allergique cellulaire.Les [233]
:E études en Immunomarquage :ABCE
Sans commentaire. montrent une prédominance de A - Par définition.
[216] cellules HLADRO, exprimant les C - C’est une complication
:B différents marqueurs T (Leu 1; Ti majeure.
B - L’histamine est libérée des 1, Leu 3;) D - Faux, cest une embolie
granulations des polynucléaires [226] systémique artérielle.
éosinophiles, des basophiles et : D [234]
des mastocytes et en faible C’est la définition. :ABCE
quantité des plaquettes. A - Détruit les éléments nobles Voir réponse question [15] A: à
[217] d’un organe (cirrhose du foie). la phase détat.
9
B - Stade gigantofolliculaire. [246] gangrène doit être réservé à la
[235] :BC nécrose ischémique associée à
:ABE C - Endométrite. une infection à germes.
C - Parfois en cas d’HTAP B - Suppurée. [255]
primitive. [247] :C
D - Jamais. :B A = B = D.
[236] Termes identiques ou athérome. Constitué par un tissu
:D D - Dilatation de la paroi artérielle conjonctif; une comprenant des
Sans commentaire. sur un segment compliquant fibroblastes, des capillaires
[237] l’athérome. néoformés, des myofibroblastes
:E [248] et un granulome riche en P.N.
Sans commentaire. :ABE [256]
[238] A B - Par définition. :ABCE
:ABCDE C - Est dautant plus court que la D - Parfois de morphologie
Sans commentaire. fraction proliférante est élevée. différente.
[239] [249] [257]
:BD :ACD :ACD
Le caractère ‘in situ’ signifie quil A - Epithélium pavimenteux = B - Au niveau de tous les
n’y a pas eu de franchissement Epithelioma ou carcinome tissus, cest laboutissement du
de la membrane basale, est épidermoïde. processus cicatriciel.
synonyme de B C - Quand peu différencié. [258]
Carcinome : Epithélioma. D - Lépithélium excreto-urinaire :DE
[240] est pseudo-pavimenteux. A - Embolies septiques.
E - Tumeur germinale maligne. B - Gazeuse.
QUESTION ANNULEE. [250] C - Cholestérol par
[241] :C fragmentation d’une bouillie
:C A - Examen de routine. athéromateuse.
A - Poumons, tube digestif. B - Pour permettre une [259]
C - Ou infarctus blanc. congélation rapide du fragment :ACDE
D - Collection purulente. avant réalisation d’une coupe fine Sans commentaire.
de [260]
[242] 5p au cyostat et coloration. :C
:C C - En théorie! Par définition.
A - Microscopie électronique. D - Non, jamais [261]
B D - Technique habituelle. E - Tumeurs osseuses jamais :C
E - Frottis. calcifié Origine histiomonocytaire,
[243] naissant dans les tissus,
:ABCDE [251] libérant l’histamine.
Par définition. :A
E - Stade évolué. Evident. [262]
[244] [252] :ABCE
:BCE :B D - Favorisent le processus de
A - Lésion caséuse et Caractère de malignité. cicatrisation en stimulant la
gigantocellulaire. [253] prolifération fibroblastique.
B - Infection du follicule pilo- :BCDE [263]
sébacé. A - Prélèvement histologique. :AB
C - Infection de plusieurs [254] D - Foyer de nécrose
appareils pilo-sébacés. :E circonscrit, secondaire à l’arrêt
E - Suppuration diffuse ne se Réponse exacte : gangrène brutal de rirrigation sanguine
collectant pas. humide. dans un
[245] Mauvais terme à ne plus organe.
:ADE employer pour synonyme de C - Infarctus blanc.
A - Thrombophlébite suppurée. nécrose ischémique de E - C’est l’inverse.
B - Evolution d’un infarctus coagulation associée à une [264]
cérébral. liquéfaction. Le terme de :D
10
A C E - Caractères d’une facteur de moins bon pronostic. l’infarctus : la détersion.
sclérose jeune. Souvent complète E. B D - Deuxième phase : 6-48
[265] E - Indice de Breslow. heures.
:C [274] C - Dernière phase : deuxième,
A - C’est une définition de :D troisième semaine.
l’infarctus. A - Mauvais pronostic du fait E - Aucun rapport.
B - Définition de la congestion d’une composante papillaire. [284]
passive. B - Moins bon pronostic. :C
D - Définition de l’hypoxie. C - Correspond à un vésiculaire Critère majeur de
E - Aucun rapport. moyennement différencié. différenciation entre tumeur
[266] E - Très mauvais pronostic. maligne et bénigne.
:D [275] A - Plus fréquemment pour
Par définition. :D tumeur maligne mais peut être
[267] On peut le suspecter très applicable à une tumeur
:D fortement par la découverte de bénigne.
Annulée. cellules de Reed-Sternberg sur B D E - Critères habituels des
[268] l’étalement, mais une biopsie est tumeurs bénignes.
:BCDE indispensable afin de confirmer
A - Toujours. formellement le diagnostic
B - Par définition épithélium = évoqué et d’en préciser le type
Papillome. histologique.
C - Par dégénérescence. Ex : [276]
Adénome villeux du côlon. :B
D - Ex: Polyadénome colique. A - Ce n’est pas indispensable.
E - Ex : Adénome B - Peut être différée ou
hypophysaire. effectuée après séchage à l’air.
[269] D - Evident.
:ACE [277]
B D - Inflammation aigué. :ABCD
E - Processus de E - Très exceptionnellement
dégénérescence, de (infarctus hépatique).
régénération et de fibrose [278]
(stade ultime de :ACE
l’inflammation). A - Nécrose fibrinoïde.
[270] B D - Granulome sans nécrose.
:C [279]
Sans commentaire. :ABCD
[271] Sans commentaire.
:ACE [280]
B - Généralement élevée. :E
D - C’est l’inverse. Par définition.
E - Variable en fonction de la [281]
tumeur, peut exister dans un :BCDE
tissu non tumoral, en cas de Annulée.
réparation tissulaire. A - Rouge.

[272] [282]
:D :ABCE
Exérèse : assurer la cure D - Cellules géantes ou inclusion
radicale. CQFD. nucléaire ou cytoplasmique.
[273] Follicule tuberculoïde =
:E granulome épithélioïde.
A B D - Aucun intérêt pour le [283]
pronostic. :A
C - Classification de Clarck, C’est la troisième phase de
11
Génétique

[1] l’hémophilie diagnostic anténatal des


:E [5] anomalies chromosomiques : il
Dans la nomenclature :D s’effectue à la 18ème semaine
internationale du caryotype, la Il s’agit d’une description clinique d’aménorrhée car la période
barre oblique (I) sépare deux typique de trisomie 21; le pli des avortements spontanés est
populations cellulaires palmaire unique n’est passée, les cellules foetales
présentes chez un même sujet pathologique que s’il est bilatéral. sont nombreuses permettant
(cest-à-dire chez un sujet [6] leur mise en culture, le liquide
porteur dune mosaïque). :D amniotique est abondant et le
[2] L’enfant trisomique 21 présente risque de blessure des foetus
:B une microcéphalie. Les taches de est réduit.
La mucoviscidose est une Brushfield correspondent à [10]
maladie à transmission une couronne de points :C
autosomique récessive. Un blanchâtres sur l’iris. Sur le clichéLes troubles de
sujet atteint est donc de bassin de face, la trisomie 21 l’hormonosynthèse thyroïdienne
homozygote et ses parents sont est caractérisée par une représentent 10 à 20% des
tous deux hétérozygotes fermeture de l’angle acétabulaire. hypothyroïdies congénitales,
obligatoires. [7] elles se transmettent sur un
Pour chaque grossesse, le :C mode autosomique récessif.
risque de mucoviscidose est de La consanguinité augmente la Lectopie thyroïdienne est la
1/4. probabilité, pour deux individus cause la plus fréquente (70%
Aa donnés, d’avoir un même gène des cas) des hypothyroïdies
A AA Aa pathologique hérité d’un ancêtre congénitales.
a aA aa commun. Elle favorise donc les [11]
A = gène normal maladies récessives :C
a = gène pathologique autosomiques qui nécessitent la Le syndrome de Klinefelter est
[3] présence de deux parents en rapport avec une anomalie
:B hétérozygotes pour le même du nombre de chromosomes X
A - Trisomie 1/700 naissances gène pathologique, ce qui est chez les sujets de phénotype
B - Turner 1/2500 naissances exceptionnel dans la population masculin possédant un
féminines soit 1/5000 générale. chromosome Y: 80 % des cas,
naissances 47, XXY 20 % des cas;
C - Klinefelter 1/800 naissances [8] mosaïques : 47 XXYI46XY le
masculines soit 1/1 600 :E plus souvent, mais aussi
naissances L’âge nest classiquement un XXY/)O(,
D.- Trisomie X 1/600 facteur de risque chromosomique XXY/XY/)(X... les autres
naissances féminines soit 1/1 que pour la mère: en effet le formules sont plus rares: 48,
200 naissances risque de trisomie 21 croît avec XXXY, 49, XXXXY...
E - Disomie Y 1,5/1000 l’âge de celle-ci. En fait selon une [12]
naissances hypothèse récente, l’âge du père :ABE
[4] interviendrait également. Les aberrations structurales
:E La présence d’une anomalie n’affectant qu’un seul
L’hémophilie est une maladie chromosomique équilibrée chez chromosome sont:
récessive liée au sexe, donc l’un des parents conduit à un - l’isochromosome: cassure
transmise par un gène du risque majoré d’anomalie transversale survenant dans la
chromosome X. Le père chromosomique (environ 7,8 %). région du centromère, suivie de
hémophile transmet son seul En cas de trisomie 21 dans la la perte de l’un des bras
chromosome Y à ses garçons ; fratrie, le risque de récurrence est chromosomiques et de la
le risque est donc nul. de 1%. duplication de l’autre
Y XH [9] - l’anneau: il résulte de deux
X XY XXH :D délétions, l’une sur le bras court
X XY XXH L’amniocentèse précoce est et l’autre sur le bras long,
XH: X porteur du gène de l’examen de choix pour le suivies d’un recollement des
1
extrémités statistique qui exprime la consanguinité nest pas une
- l’inversion: résulte de deux fréquence des manifestations caractéristique de ce type de
cassures situées sur un même phénotypiques chez les sujets transmission mais elle favorise
chromosome, suivie de leur porteurs du gène ; soient A le la survenue de ces maladies.
recollement après une rotation gène pathologique et a le gène [21]
de 180e du segment normal :ACDE
intercalaire. L’inversion est p = (Nbre sujets Aa de phénotype La mucoviscidose est une
péricentrique si le segment A / Nbre sujets ayant le génotype maladie liée à un déficit
intercalaire contient le Aa) Quand la pénétrance est enzymatique. Des avortements
centromère. complète (ou égale à I) tout sujet à répétition doivent orienter
[13] porteur du génotype Aa présente vers le dépistage d’un
:BCD un phénotype A (A = gêne remaniement chromosomique
L’amniocentèse précoce pour le pathologique). chez l’un des parents. Devant
diagnostic des anomalies [17] un retard mental, il faut
chromosomiques est indiquée :A rechercher une aberration
avec L’hérédité autosomique chromosomique comme devant
discernement: dominante est indépendante du un retard statural. Devant toute
- femme de plus de 38 ans car sexe. Le gène s’exprime chez ambiguïté sexuelle, un
le risque de trisomie 21 s’élève rhétérozygote. caryotype doit être effectué.
avec l’âge de la mère [18] Chez tout enfant mort-né, un
- survenue lors d’une grossesse :E caryotype s’impose pour un
antérieure d’une anomalie La phénylcétonurie est une conseil génétique ultérieur.
chromosomique: le risque de maladie à transmission [22]
récurrence de la trisomie 21 est autosomique récessive. Les deux :C
de 1% parents sont hétérozygotes et La survenue des leucémies
- parent porteur d’un sains. Parmi les enfants sains aiguès est vingt fois plus
remaniement chromosomique: (AA et Aa), les deux tiers sont fréquente chez les trisomiques
translocation, inversion péri ou hétérozygotes. 21 que dans la population
paracentrique. Aa générale. Les trisomiques 21
[14] A AA Aa ont une sensibilité particulière
:AC a aA aa aux infections respiratoires.
L’hémophilie est une maladie [19]
récessive liée au sexe, c’est-à- :AD [23]
dire liée au chromosome X Le canal atrio-ventriculaire est la :D
donc transmise par la mère à malformation cardiaque la plus L’hypotonie, la macroglossie
ses fils et à ses filles ou par le fréquente de la trisomie 21 (50% sont caractéristiques. La
père à ses filles. Dans ce cas, des cas), les autres sont la constipation est en rapport avec
la famille paternelle est saine. communication interventriculaire rhypotonie, la fréquence du
Si la mère est atteinte, le grand- puis la communication mégacôlon, la distension de la
père maternel peut être atteint. interauriculaire... paroi abdominale.
Si l’oncle était atteint (cas où la (La coarctation de l’aorte est la L’hypertélorisme nest en fait
grand-mère maternelle serait malformation cardiaque la plus qu’apparent du fait dun
atteinte), il ne pourrait pas fréquente du syndrome de épicanthus interne, et d’un
transmettre l’hémophilie à ses Turner). élargissement de la racine du
fils. Parmi les malformations nez. Il n’y a pas de
digestives de la trisomie 21, la microphtalmie mais des fentes
[15] sténose duodénale est la plus palpébrales obliques.
:C caractéristique. [24]
L’anomalie est Sautant plus [20] :B
fréquente chez les sujets :AB Le caryotype 47, XXY
apparentés au malade qu’elle La maladie ne s’exprime que correspond au syndrome de
est dans la population. chez les hommes. Les femmes Klinefelter dont la
[16] sont transmettrices et saines. Les caractéristique clinique
:D hommes atteints appartiennent à indispensable est l’atrophie
La pénétrance est un concept la ligne maternelle. La testiculaire chez un sujet
2
masculin. Le quotient mental avortements à répétition, un l’absence de la 12ème côte,
est inconstamment abaissé. enfant mort-né malformé, doivent une coxa valga bilatérale...
[25] faire suspecter un remaniement [31]
:C chromosomique chez l’un des :A
A - Le caryotype 45, X parents. La maladie autosomique
correspond au syndrome de Un enfant trisomique 21 doit récessive est indépendante du
Turner, où le quotient conduire à une enquête sexe, les sujets atteints sont
intellectuel est le chromosomique chez les parents homozygotes donc portent le
plus souvent normal. Une pour établir un conseil génétique. gène pathologique sur les deux
débilité moyenne est présente [28] chromosomes homologues. Le
dans 30 % des cas. :ACD risque davoir un enfant atteint
B - Le caryotype 47, XXY A - Après 38 ans. le risque de est favorisé par la
correspond au syndrome de trisomie 21 croît avec l’âge de la consanguinité.
Klinefelter. Le développement mère. [32]
intellectuel est normal mais B - En cas de trisomie 21 libre, le :E
dépasse rarement 100. caryotype des parents est Ce caryotype peut être réalisé
C - Le caryotype 45, XX, normal. sur toute cellule dont on peut
t(14,21) correspond à une C - Le risque de récurrence d’une réaliser une culture (divisions
translocation équilibrée donc le trisomie 21 dans la fratrie est de cellulaires).
matériel 1%. [33]
chromosomique est équilibré. D - Si l’un des parents est porteur :B
D - Le caryotype 47, XY, + 21 d’un remaniement La probabilité d’avoir un gène
correspond à une trisomie 21 chromosomique, le diagnostic commun pour les 2 cousins
avec un quotient intellectuel très anténatal germains est de 1/8. La
abaissé (environ 50). d’anomalies du caryotype probabilité davoir un enfant
E - Le caryotype 46, XX, t (llq, s’impose. atteint est de 1/4. Donc le
21q) est une translocation E - La fente labiale est une risque pour ce couple davoir un
réciproque des bras longs des anomalie qui est d’origine enfant atteint est de:
isochromosomes 11 et 21. génétique à hérédité (1x1 xl )/(50x8x4) = 1/1 600
[26] multifactorielle, [34]
:B mais il ne correspond pas à une :C
La probabilité d’avoir un gène anomalie chromosomique La biopsie du trophoblaste
commun pour des cousins [29] s’effectue entre 9 et 12
germains E et F est: :BE semaines sous contrôle
(1/2) exposant 4 + (1/2) Une femme conductrice ne échographique. Cette
exposant 4 = 1/8. transmet la maladie qu’à la moitié technique, qui permet l’analyse
La ressemblance génétique de ses garçons. Toutes les filles de l’ADN foetal, est la méthode
diminue de moitié à chaque d’un homme atteint seront de choix pour le diagnostic des
génération. De façon générale, conductrices. Une femme anomalies héréditaires du
il faut compter le nombre n de porteuse d’un syndrome de métabolisme avec déficit
chaînons qui unissent deux Turner a un caryotype 45X, donc enzymatique. Elle permet
sujets apparentés : la si IX est pathologique, elle va également l’étude du caryotype,
probabilité davoir un gène exprimer l’anomalie bien que du sexe foetal.
commun est de celle-ci soit récessive. [35]
(1/2) exposant n + (1/2) :D
exposant n. [30] Toutes les filles d’un hémophile
[27] :BC (YXH) sont transmettrices
:BCE Le canal atrioventriculaire (XXH).
Le caryotype est indiqué dans représente 50% des anomalies Parmi les enfants d’une femme
les recherches d’anomalies cardiaques observées chez le conductrice (XXH):
chromosomiques (ce qui n’est trisomique 21. La sténose - 50% de filles dont la moitié
pas le cas dans l’hémophilie). duodénale est également la seront conductrices
Pour les mariages consanguins, malformation digestive la plus - 50% de garçons dont la moitié
le risque est celui des maladies fréquente. Les autres seront hémophiles.
récessives autosomiques. Des malformations sont la cataracte, Donc le risque est de 25 %.
3
Y XH A AA AA =p
X XX XXH A* A*A A*A fréquence des hétérozygotes =
Y XY XYH O % de sujets sains AA. 2pq = 2x1/50x1/25
[36] 50 % de sujets atteints AA* [45]
:C hétérozygotes. :B
Le syndrome de Klinefelter est [40] Le dépistage de rhypothyroïdie
une dysgonosomie :D congénitale en France est fait
autosomique dominante dont le La technique utilisée en France au 5ème jour par prélèvement
caryotype est 47, XXY dans pour le dépistage néonatal de de sang sur un buvard : le
80% des cas. l’hypothyroïdie congénitale est le dosage de la TSH est réalisé
[37] dosage de la TSH : celle-ci peut par méthode immunologique.
:E donc être faussement négative [46]
Le tableau décrit est celui d’un en cas d’hypopituitarisme. :C
syndrome de Klinefelter dont le [41] La trisomie 21 libre représente
caryotype le plus fréquent est :BC 92% des cas de trisomies 21,
47, XXY : il s’agit de sujets Le diagnostic néonatal de elle résulte d’une
masculins présentant une syndrome de Turner est parfois malségrégation méiotique. Le
atrophie testiculaire constante possible devant un syndrome risque de récurrence est de 1%.
et indispensable au diagnostic dysmorphique associant: [47]
clinique. - une taille de naissance :C
inférieure à la normale La trisomie 21 est caractérisée
[38] - un oedème lymphatique du dos par une hypotonie musculaire.
:C des mains et des pieds [48]
Le syndrome de Turner est lié à - un excès de peau sur la nuque :BC
la présence, au sein dune partie allant jusqu’au ptérygium colli. La phénylcétonurie et
ou de la totalité des cellules, A - Ne fait pas partie du rhypothyroïdie font robjet d’un
d’une monosomie X quantitative syndrome de Turner. dépistage systématique
ou qualitative. Il répond à D et E - S’observent plus néonatal depuis 1978 en raison
plusieurs caryotypes: tardivement et non à la de leur fréquence élevée et de
-45, X dans 55 % des cas naissance. leur gravité, de leur caractère
- mosaïque comportant une [42] curable et de la possibilité de
population 45, X :BE dépistage de masse.
- remaniement dun des deux X A C - S’observent dans le [49]
le rendant non fonctionnel : syndrome de Turner. :AE
isochromosome, chromosome D - S’observe dans la trisomie L’incidence de la trisomie 21
anneau,délétion. 21. croît avec râge maternel
[39] E - Est constante et B = 1/700
:D indispensable au diagnostic C = 1/300
Le résultat de l’union d’un clinique. D = 1/100
homozygote et d’un B - Est inconstante, le plus [50]
hétérozygote pour un gène souvent bilatérale et asymétrique. :ABC
récessif donne: [43] AB - Un retard statural chez
Aa :C une fillette doit faire évoquer un
a aA aa Sans commentaire. syndrome de Turner. Un retard
a aA aa psychomoteur ne fait l’objet
50% de sujets sains mais [44] d’un caryotype que s’il
hétérozygote Aa. :D s’accompagne d’une
50 % de sujets atteints aa. La loi dHardy-Weinberg permet dysmorphie crâniofaciale.
Ce pourcentage peut prêter à de calculer la fréquence des C - 5% des azoospermies font
confusion avec le résultat de hétérozygotes: découvrir une aberration des
l’union dun hétérozygote et d’un fréquence de la maladie = chromosomes sexuels.
sujet sain pour un gène fréquence des homozygotes D - Une malformation viscérale
pathologique autosomique =q2=1/2500 isolée ne fait naturellement pas
dominant A* fréquence du gène = 1/50 = q l’objet d’un caryotype.
AA fréquence du gène normal = 1 q E - L’aménorrhée ne conduit à
4
la réalisation d’un caryotype :C [60]
que dans certains cas Seule l’atrophie testiculaire est :B
aménorrhée primaire, constante et indispensable au Lexpressivité variable d’un
aménorrhée secondaire diagnostic du syndrome de gène correspond au fait que
d’origine ovarienne. Klinefelter. celui-ci s’exprime cliniquement
[51] [55] avec des degrés de gravité
:A :B différente chez les sujets
B D - Sont faux à l’évidence La cataracte est significativement atteints.
puisque le gène Xga+ provient plus fréquente dans la trisomie 4 = Définition de la pénétrance.
du père C’est lors de la 21. lI existe également souvent [61]
première division méiotique que des troubles de la réfraction. :C
se séparent les chromosomes [56] Toutes les filles d’un hémophile
homologues : il s’agit donc :ACDE sont conductrices. L’union
d’une non disjonction de la Le trisomique 21 présente non d’une fille avec un sujet sain
première division méiotique pas un hypotélorisme mais un donne:
paternelle ; lors de la deuxième hypertélorisme apparent du fait XH X
division, il y a réplication des d’un élargissement de la racine X XXH XX
chromosomes séparés par la du nez et d’un épicanthus Y YXH XY
première division. masquant l’angle interne de l’oeil. 50 % des garçons : 1 sur 2 est
[57] hémophile
[52] :ABDE lsur 2 est sain
:B Le trisomique 21 présente une 50 % des filles : 1 sur 2 est
Lors de maladie à transmission hypotonie qui est un caractère conductrice
autosomique dominante, la constant: elle est musculaire et 1 sur 2 est saine
fratrie comporte 50% de sujets articulaire associée à une [62]
sains et 50% de sujets atteints hyperlaxité ligamentaire. :BDE
(ceci dans le cas le plus [58] A - La chorée familiale ne
fréquent où l’hétérozygote :ABD s’accompagne pas d’anomalie
atteint se marie avec une L’amniocentèse précoce permet chromosomique.
homozygote saine). A* : gène de réaliser un caryotype de C - Le caryotype dans ce cas
de la cataracte congénitale. cellules foetales (pour dépister ne se justifie pas
A A* des anomalies chromosomiques systématiquement.
A et le sexe du foetus), le dépistage B - Le caryotype est
A de maladies récessives du systématique chez un enfant
0% d’enfants sains métabolisme et celui des présentant un retard
50% d’enfants atteints anomalies du tube neural (par le psychomoteur
[53] dosage de lalphafoetoprotéine et important associé à une
:A de l’acétylcholinestérase). La dysmorphie crânio-faciale.
B E - Une transmission croissance foetale est appréciée D - Fait suspecter un syndrome
dominante est éliminée (B.E.) lors de l’amniocentèse tardive. de Turner.
car toutes les générations ne Elle peut se compliquer d’iso- E - Fait suspecter un syndrome
sont pas immunisation Rhésus mais par de Klinefelter.
atteintes. passage de cellules foetales Rh + [63]
D - Aucun élément ne permet dans le sang maternel Rh-. Elle :B
de s’orienter vers D. Une est pratiquée entre la 16ème et la chez les femmes de plus de 38
anomalie de structure de IX, 18ème semaine. ans, le caryotype du foetus se
nécessairement retrouvée chez [59] justifie car la fréquence de la
la mère, se traduirait très :D trisomie 21 croît avec l’age de
probablement chez celle-ci. La consanguinité joue un rôle la mère. Si l’un des parents
A - Est très probable puisque dans la mesure où elle augmente porte une anomalie
seuls les hommes de la lignée le risque d’union de deux chromosomique équilibrée, le
maternelle sont atteints tandis hétérozygotes (ayant hérité du caryotype est indispensable.
que la mère est saine (mais même gène pathogène d’un [64]
conductrice). ancêtre commun). :B
[54] Seuls les hommes de la lignée
5
maternelle sont atteints, ainsi trisomie 21 se pratique par la translocation intéressant des
que les descendants masculins réalisation d’un caryotype grâce à chromosomes acrocentriques,
des soeurs de l’hémophile. une amniocentèse précoce (1 dont le centromère est tout à
[65] 8ème semaine d’aménorrhée). fait terminal: chromosomes
:A [71] 13,14,15, 21, 22. Le caryotype
Sans commentaire. :ACD résultant comporte 45
[66] La mucoviscidose est l’anomalie chromosomes. Cette
:C autosomique récessive du translocation donne des
Le corpuscule de Barr est une métabolisme la plus fréquente. gamètes anormaux à l’origine
petite masse de chromatine Le dépistage est anténatal de zygotes trisomiques ou
collée contre la membrane du (amniocentèse précoce) ou monosomiques. La
noyau, visible dans toutes les néonatal (BM test, test de translocation est dite équilibrée
cellules féminines sauf les Schwachmann, dosage de la lorsqu’elle n’a pas de
cellules sanguines. Le nombre trypsine immunoréactive sérique) conséquence phénotypique.
de corpuscules de Barr est égal mais ne se pratique pas Les translocations
au nombre d’X moins un. systématiquement. Ces tests robertsonniennes équilibrées
Donc garçon trisomique 21(XY)- dépistent les homozygotes et les représentent environ 14,5 %,
-0 corpuscule de Barr ; femme non-hétérozygotes. A partir de 3 des anomalies
triplo X (XX)--2 ; femme Turner mois, le diagnostic repose sur le chromosomiques à la
(X)--0 ; Klinefelter (XXY)--I test à la sueur, mettant en naissance.
[67] évidence un taux de chlore élevé.
:D Ce trouble du métabolisme induit [75]
La trisomie 21 est l’anomalie des sécrétions digestives très :E
chromosomique la plus épaisses responsables de La méiose comporte deux
fréquente. manifestations digestives dont divisions, lune séparant les
l’iléus méconial... chromosomes homologues, la
[68] [72] seconde séparant les
:B :AC chromatides du chromosome.
Le risque statistique d’avoir un A - La leucémie aigué est plus Chacune des divisions peut
enfant atteint, c’est-à-dire fréquente dans la trisomie 21. être l’occasion d’une
homozygote pour le gène B - La monosomie X est la malségrégation
pathologique, est indépendant formule chromosomique la plus chromosomique. Les non-
pour chaque grossesse. Il fréquente (55%). disjonctions méiotiques sont
découle des lois génétiques de C - Les mosaïques sont responsables de monosomies
Mendel, sachant que les 2 beaucoup plus fréquentes dans ou de trisomies et non
parents sont chacun le Turner que dans la trisomie 21 d’anomalies de structure. Les
hétérozygote pour ce gène. (formule libre = 92%, mosaïque polyploïdies sont des accidents
Aa 1%). Elles représentent, avec les de la fécondation. Les
A AA Aa anomalies de structure où le mosaïques sont des non-
a Aa aa caryotype comporte 46 disjonctions mitotiques.
75 % de sujets sains dont 2/3 chromosomes, environ 45%. La [76]
hétérozygotes stérilité est la règle bien que :B
25 % de sujets atteints. l’éventualité exceptionnelle d’une La plupart des maladies
[69] fécondité doive être connue (cas héréditaires du métabolisme
:C de mosaïque 46, XX/45, X) sont récessives.
Le phénotype est en effet [73] [77]
l’apparence de l’effet des gènes : A B D E :ACDE
chez un individu, tandis que le La phénylcétonurie a une Les remaniements de structure
génotype est l’ensemble du transmission autosomique n’intéressant qu’un seul
matériel chromosomique d’un récessive. chromosome sont:
individu quelque soit son [74] - la délétion, résultant dune
expression clinique. :B perte d’un segment
[70] La translocation robertsonienne chromosomique
:E équilibrée ou fusion centrique est - l’inversion, résultant de deux
Le dépistage anténatal de la un mode particulier de cassures situées sur un même
6
chromosome suivies de leur hétérozygote: conductrice et d’un père sain;
recollement après une rotation aa leur descendance est donc
de 1800 du segment intercalaire A Aa Aa X XH
; on distingue rinversion a aa aa X XY XXH
péricentrique où les cassures 50 % d’enfants sains Y XY XHY
se situent de part et d’autre du hétérozygotes 50 % de filles dont 1 sur 2 est
centromère et l’inversion 50 % d’enfants atteints conductrice.
paracentrique où les cassures Cette proportion peut prêter à 50 % de garçons dont 1 sur 2
se situent sur le même bras du confusion avec la transmission est hémophile.
chromosome dominante d’où l’expression [84]
- le chromosome en anneau pseudo-dominante. :A
résultant de 2 délétions, La consanguinité favorise l’union La phénylcétonurie est une
affectant le bras court et le bras de 2 hétérozygotes ayant hérité maladie du métabolisme à
long, un gène pathologique récessif transmission autosomique
suivies du recollement des d’un ancêtre commun. récessive. Les sujets atteints
extrémités du fragment sont homozygotes. Ici la
centrique [81] descendance de ce couple
- l’isochromosome résulte d’une :CE sera:
division anormale du Les gènes des hémophilies A et aa
centromère dans le sens B sont différents mais tous deux A Aa Aa
transversal, portés par le chromosome X a aa aa
suivie de la perte d’un des bras L’hémophilie féminine correspond 50 % d’hétérozygotes.
chromosomique et de la au génotype XHXH ou XHO 50 % d’homozygotes (aucun
duplication de rautre (Turner). génotype normal).
- la duplication d’un segment de Le père d’un garçon hémophile [85]
chromosome qui donne une est sain. Le diagnostic anténatal :ACE
trisomie partielle. se fait par dosage des facteur Le génotype de la trisomie 21
[78] VIII ou IX dans le sang foetal, est dans 92% des cas : 47, XY,
:CE prélevé dans la veine ombilicale +21 ou 47, XX, +21 Cette
Sans commentaire. sous échographie (20ème aberration chromosomique est
[79] semaine indépendante du sexe. Le
:C d’aménorrhée). diagnostic anténatal se fait par
Le nombre de corps de Barr est La descendance d’une mère l’étude du caryotype après
égal à celui des X moins un. conductrice et d’un père sain est amniocentèse précoce.
[80] XH X La tache mongolique observée
:ABCD X XXH XX chez les enfants de race jaune
Le risque d’avoir un enfant Y YXH YX n’a aucun rapport avec la
atteint est un risque statistique, 50 % de garçons dont 1 sur 2 est trisomie 21. Le risque de
indépendant lors de chaque hémophile. survenue de la trisomie 21
grossesse. Les sujets atteints 50 % de filles dont 1 sur 2 est augmente significativement
sont homozygotes et les conductrice. avec l’âge de la mère d’où un
parents sont hétérozygotes ou [82] dépistage anténatal chez les
plus rarement hétérozygotes et :DE femmes de plus de 38 ans.
homozygotes. Les tableaux La trisomie 21 par translocation [86]
suivants expliquent la représente 5% des cas. Cette :A
transmission récessive translocation est dite “de novo” La descendance de ce couple
autosomique: lorsque le caryotype des parents est:
1) parents hétérozygotes est normal. Elle est dite familiale X X
Aa lorsque l’un des parents est Xa XXa XaX
A AA Aa porteur d’une transiocation Y YX YX
a Aa aa équilibrée. 00 % des filles saines et
75 % d’enfants sains dont 2/3 [83] conductrices.
d’hétérozygotes. :D 100 % des garçons sains.
25 % d’enfants atteints. Si le frère est hémophile, il est
2 ) un parent homozygote et un issu de l’union d’une mère
7
[87] plus fréquent est 47, XXY. La indépendante est:
:D chromatine sexuelle au corps de Aa
Si le frère est hémophile, il est Barr est au nombre de 1. A AA Aa
issu de l’union d’une mère [92] a aA aa
conductrice et d’un père sain; :ABD a= gène récessif pathologique.
leur descendance est donc L’hérédité autosomique 75 % des enfants sains dont
X XH dominante a les caractéristiques 2/3 sont hétérozygotes.
X XY XXH suivantes: 25 % des enfants atteints
Y XY XHY - les deux sexes sont atteints homozygotes.
50 % de filles dont 1 sur 2 est - les sujets atteints sont [96]
conductrice. hétérozygotes (l’homozygotie :C
50 % de garçons dont 1 sur 2 étant présumée léthale) La trisomie 21 correspond à
est hémophile. - l’un des parents est atteint une formule libre dans 92% des
[88] génotypiquement cas, à une mosaïque dans 2%
:A - les sujets naissent de l’union des cas,et à une translocation
La phénylcétonurie est une d’un hétérozygote et d’un sujet dans 5% des cas .Lhypotonie
maladie du métabolisme à normal donc la consanguinité est constante. La malformation
transmission autosomique n’intervient pas. cardiaque la plus fréquente est
récessive. Les sujets atteints Leur descendance est: le canal atrioventriculaire (la
sont homozygotes. Ici la A A* coarctation de l’aorte est la
descendance de ce couple A AA AA* malformation cardiaque la plus
sera: A fréquente du syndrome de
aa O % des sujets atteints. Turner). La malformation
A Aa Aa 50 % des sujets sains. digestive la plus fréquente est
a aa aa Donc la consanguinité n’intervient la sténose duodénale. Le risque
50 % d’hétérozygotes. pas. de leucémie aiguê est 20 fois
50 % d’homozygotes (aucun [93] supérieur à la normale.
génotype normal). :AB [97]
[89] Le retard statural est quasi- :C
:E constant. L’aménorrhée primaire Il s’agit de l’union d’un homme
Le canal atrio-ventriculaire est est une cause de découverte à XDY et d’une femme
la malformation cardiaque la l’âge de la puberté: elle est due à homozygote XDXD. Leur
plus fréquente chez le l’atrophie ovarienne. Des descendance statistique est
trisomique 21 ; on peut avortements à répétition doivent Y XD
également observer des avant tout faire suspecter une XD XDY XXD
communications anomalie chromosomique XD XDY XDXD
interauriculaires ou masquée chez l’un des parents Tous les enfants sont atteints
interventriculaires... d’où l’indication d’un caryotype. 50 % de filles toutes atteintes
[90] La gynécomastie est présente 50 % de garçons atteints
:C dans le syndrome de Klinefelter. [98]
Cette récurrence de 1% est :B
vraie pour la seule trisomie 21 [94] Une translocation
libre. En cas de translocation :C robertsonienne équilibrée
équilibrée, le risque de C - Le syndrome de Turner (45 survient “de novo” lorsque le
récurrence est plus élevée et X) se traduit par une atrophie caryotype des deux parents est
dépend du sexe du parent ovarienne et une hypoplasie normal ou est familial si l’un des
porteur de l’anomalie. utérovaginale secondaire. parents est porteur de la même
[91] [95] anomalie. Elle détermine un
:BCE :B caryotype à 45 chromosomes.
L’atrophie testiculaire est un Lhyperplasie des surrénales par Elle donne des gamètes
signe clinique constant. déficit en 21-hydroxylase est une anormaux à l’origine de zygotes
Lazoospermie est quasi affection autosomique récessive, monosomiques ou trisomiques.
constante, responsable dune donc chacun des parents est Le risque de déséquilibre est de
stérilité. Le taux de FSH sérique hétérozygote. Leur descendance 1/50 si le père est porteur, et de
est très élevé. Le caryotype le de grossesse, de façon 1/5 si la mère est porteuse de
8
l’anomalie. ce dépistage systématique est [106]
[99] réalisé au 5ème jour par deux :AD
:A prélèvements de gouttes de On appelle “conductrices
A - La pénétrance est un sang, pour le dosage de la T5H obligatoires”
concept statistique qui (hypothyroïdie) et le dépistage de - les filles d’hémophiles
correspond à la fréquence des la phénylcétonurie. - les mères de deux enfants
manifestations phénotypiques [103] hémophiles
chez les sujets porteurs du :B - les mères d’un enfant
gène. L’expressivité est la Un hétérozygote est un sujet qui hémophile, ayant des
gravité avec laquelle s’exprime présente des allèles différents sur antécédents familiaux
ce gène. Cette expressivité peut les deux locus homologues d’un d’hémophile du côté
être variable si le gène gène. Un hétérozygote composite maternel. On appelle
s’exprime différemment d’un comporte deux allèles “conductrice potentielle”:
sujet atteint à l’autre. pathologiques différents sur les - les femmes ayant des parents
[100] deux locus. hémophiles dans leur famille
:D [104] maternelle (soeurs, cousines,
Les troubles de :E tantes d’hémophile) mais qui
l’hormonogenèse sont pour la Un hémophile a toujours reçu le n’ont pas donné naissance
plupart des anomalies gène pathologique de sa mère elles-mêmes à des fils atteints
héréditaires à transmission (conductrice mais saine) puisque d’hémophilie.
récessive autosomique. Ce type l’hémophilie est une affection - les femmes qui, en l’absence
d’hérédité est favorisé par la récessive liée au sexe. La d’antécédent familial connu, ont
consanguinité qui augmente le descendance de cette femme donné naissance à un garçon
risque d’union de deux avec un mari sain est hémophile ; elles peuvent être
hétérozygotes, porteurs d’un statistiquement soit des femmes ayant hérité
gène pathologique hérité d’un X XH d’un gène maternel n’ayant pas
ancêtre commun. L’ectopie X XX XXH pu
thyroïdienne et l’athyréose sont Y YX YXH s’exprimer dans les générations
des troubles de lorganogénèse 50 % des filles dont une sur deux précédentes, soit des femmes
foetale. La thyroïde et la est conductrice ayant donné naissance à un
surcharge maternelle en iode 50 % des garçons dont un sur hémophile du fait d’une
sont des causes acquises. deux est hémophile. mutation.
Mais s’il s’agit du premier cas
[101] dans la famille, il peut donc s’agir [107]
:AcDE d’une mutation. :BCDE
La trisomie 21 et le syndrome [105] Le caryotype peut s’effectuer à
du cri du chat (ou monosomie :C partir de toutes les cellules que
5p) sont dépistés par le si X* est le chromosome porteur ron peut mettre en culture pour
caryotype obtenu par du gène récessif pathologique: obtenir des divisions cellulaires.
amniocentèse précoce. La A - Correspond à une [108]
mucoviscidose est dépistée par monosomie qualitative X* qui :BC
fanalyse de fADN foetal réalisée peut s’exprimer. La petite taille est constante
sur des cellules foetales B - Il en résulte des homozygotes dans le syndrome de Turner de
recueillies par amniocentèse X*X*. même que l’aménorrhée
précoce. L’hémophilie est C - La présence de 2 X (voire 1 primaire secondaire à une
dépistée par le dosage des X) normaux ne permet pas atrophie ovarienne. Le
facteurs VIII ou IX dans le sang d’expliquer la survenue d’une syndrome de Turner ne
foetal recueilli au niveau de la maladie récessive liée au sexe. s’accompagne classiquement
veine ombilicale sous contrôle D - Cette union permet pas de retard intellectuel (en
échographique. Le dépistage l’émergence de sujets fait, il existe une débilité
de fhypothyroïdie est réalisé homozygotes X*X*. mentale moyenne dans 30%
systématiquement à la période E - Un caryotype XO permet au des cas et une débilité franche
néonatale (5ème jour). seul X restant de s’exprimer en dans 15% des cas).
[102] particulier s’il est porteur d’un Les malformations cardiaques
:CD gène récessif pathologique. sont présentes dans 15% des
9
cas. équilibré chez l’un des parents. L’hérédité multifactorielle définit
La cataracte est une 4 - Le bec de lièvre est une un caractère qui résulte de la
malformation retrouvée dans la malformation ayant une hérédité conjonction de l’effet de gènes
trisomie 21. multifactorielle, il ne multiples et de facteurs
[109] s’accompagne pas d’anomalie multiples, dont le milieu. Une de
:BD chromosomique. ses caractéristiques est que le
Ces deux maladies répondent [113] risque augmente avec le
en effet aux critères requis pour :B nombre d’enfants déjà atteints.
un dépistage systématique: La pénétrance est la fréquence [118]
- maladie fréquente de manifestations phénotypiques :BCDE
- maladie grave chez les sujets porteurs d’un L’âge de la mère n’intervient
- maladie curable gène pathologique. Dans le cas pas dans l’hérédité
- maladie bénéficiant de d’un défaut de pénétrance, le multifactorielle mais dans la
méthodes de dépistage de sujet porteur du gène survenue d’une aberration
masse. pathologique ne présente pas de chromosomique.
[110] signes cliniques: il y a donc un B D E - Sont des
:E saut de génération. L’aspect caractéristiques de cette
A - Il existe une sensibilité variable du phénotype des sujets hérédité. La gravité d’une
accrue aux infections atteints correspond à un gène maladie fait toujours partie des
respiratoires. d’expressivité variable. paramètres du conseil
B - La leucémie aigué est vingt [114] génétique.
fois plus fréquente chez le :B [119]
trisomique 21. Une femme trisomique 21 libre a :ABC
C - Les malformations une puberté tardive mais Le signe de Kosowicz est un
cardiaques sont présentes dans normale. Elle a 50% d’enfants signe radiologique. Le
30% à 50% des cas. normaux et 50 % d’enfants syndrome de Turner ne
D - Les malformations trisomiques 21. s’accompagne généralement
digestives sont notablement pas d’un retard intellectuel.
plus fréquentes, en particulier [115] [120]
les :C :E
sténoses duodénales. Ce couple a une descendance Sans commentaire.
[111] correspondant au tableau ci- [121]
:E dessous: :E
Le diagnostic anténatal A Ac Le phénotype de la fille n’étant
chromosomique est indiqué: A AAc AAc pas précisé, on peut supposer
- lorsque la mère a plus de 38 Ac AAc AcAc qu’elle est saine et donc qu’elle
ans Donc: 25% d’enfants sains si n’est pas porteuse du gène
- lorsque l’un des parents est Ihomozygotie n’est pas puisqu’il s’agit d’une maladie à
porteur d’un remaniement considérée comme léthale (ce qui transmission autosomique
chromosomique est le dominante. Aucun de ses
- en cas de survenue lors d’une plus souvent le cas dans les enfants ne sera donc atteint. A
grossesse antérieure d’une affectations autosomiques noter que l’on ne retrouve un
anomalie chromosomique dominantes). parent atteint que dans 15%
- au cours d’une grossesse [116] des cas seulement, dans
pathologique :C lachondroplasie.
- en cas d’antécédents de La descendance de ce couple est [122]
maladie récessive liée au sexe. la suivante: :E
[112] XX Si Jeanne est indemne, elle ne
:A XH XHX XH porte pas le gène pathologique
1 - Fait suspecter un syndrome Y XY XY et ses enfants seront tous
de Turner. 100 % de filles toutes sains.
2 - Recherche d’un syndrome conductrices. [123]
de Klinefelter. 100% de garçons tous sains. :ABE
3 - Recherche d’un [117] Les translocations sont des
remaniement chromosomique :ADE
10
remaniements de structure normal et 46 chromosome, il ne fréquence des homozygotes
affectant deux chromosomes. peut s’agir du déséquilibre (q2) car il s’agit
d une translocation réciproque. d’une maladie à hérédité
[124] D - La translocation récessive autosomique.
:BC Robertsonnienne ou fusion La fréquence du gène
Excusez-nous pour cette petite centrique intéresse les pathologique est donc:
erreur, cette fois-ci il s’agit d’un chromosomes 1q2 = A1/2500 = 1/50.
Q.C.M. de gastro-entérologie. acrocentriques: le caryotype La fréquence du gène normal
B - Le risque de résultant comporte 45 est de l-q = 49/50.
dégénérescence est de 10% chromosomes. La loi de Hardy-Weinberg
environ E - La monosomie partielle donne la fréquence des
C - Le risque de correspond à une délétion ou hétérozygotes
dégénérescence est de 50 % perte d’un segment de 2pq = 2 x 1/50 x 49/50 = 1/25.
environ. chromosome.
[125] L’un des chromosomes [131]
:ABCE autosomes sera plus court, les :D
Q.C.M. déjà posé autres seront de taille normale. Le caryotype 45, X correspond
précédemment. Le au syndrome de Turner. La
[126] caryotype est de 46 fréquence des malformations
:ACD chromosomes, le phénotype est cardiaques y est
B - Le caryotype de la jeune souvent anormal. significativement plus élevée
femme est normal puisque la B - La translocation réciproque (15% des cas), la plus
trisomie 21 de son frère n’est équilibrée résulte de l’échange fréquente est la coarctation de
pas mutuel de segments l’aorte, plus rarement on trouve
due à une translocation. Le chromosomiques entre deux une atrésie aortique, une
risque d’avoir un enfant chromosomes non homologues. insuffisance aortique.
trisomique 21 est le même que Le caryotype est de 46 [132]
celui de la chromosomes. Le phénotype est :E
population générale. normal. L’hypotonie est constante dans
E - La fente labiale est une [129] la trisomie 21: elle est
anomalie à hérédité :B musculaire et articulaire avec
multifactorielle, sans anomalie A - C’est le cas de l’hérédité hyperlaxité ligamentaire.
chromosomique autosomique récessive. [133]
associée. B - La pénétrance du gène est :A
[127] complète donc celui-ci s’exprime Le caryotype 47, XX, + 21
:BCE phénotypiquement chez tout correspond à la trisomie 21 où
A - La consanguinité favorise sujet porteur. Par contre, les malformations cardiaques
les anomalies à transmission l’expressivité d’un gène sont très fréquentes (30 à 50%
autosomique récessive. pathologique est le dégré de des cas). Le canal atrio-
D - II existe une indication du gravité de ses ventriculaire représente 80 %
caryotype foetal en cas de manifestations cliniques, quelque de ces malformations. Plus
nouvelle grossesse ou mieux soit la pénétrance. rarement on retrouve une
une C - La pénétrance étant communication inter-auriculaire
indication de dosage du facteur complète, le phénotype est ou inter- ventriculaire.
VIII ou IX dans le sang foetal toujours anormal. NB : La coarctation de l’aorte
prélevé dans la veine ombilicale D - Le génotype est anormal est la malformation cardiaque la
sous contrôle échographique. puisqu’il s’agit d’un sujet plus fréquente du syndrome de
[128] hétérozygote. Turner.
:B E - C est le plus souvent le cas [134]
A - L’aneuploïdie est une dans l’hérédité récessive liée au :C
anomalie du nombre des sexe. A - 45, X ou syndrome de
chromosomes, soit un excès [130] Turner : classiquement, on ne
(trisomie), :D retrouve pas de handicap
soit un défaut (monosomie). La fréquence de la mental. B - 47, XXY ou
C - Le sujet ayant un phénotype mucoviscidose est égale à la syndrome de Klinefelter: le
11
développement intellectuel est autosomique dominante. l’un des parents, portant sur un
normal mais le quotient E - L’existence d’autres enfants quelconque chromosome.
intellectuel dépasse rarement atteints dans la fratrie élimine [140]
100. l’hypothèse d’une mutation “de :B
C - 47, XY +21 ou trisomie 21 : novo” du gène. L’aspect habituel des gonades
le handicap mental est constant dans le caryotype 45, X est
et s’accentue avec l’âge, le [137] l’atrophie ovarienne totale se
quotient intellectuel dépasse :BE traduisant par une bandelette
rarement 60. L’hérédité récessive liée au sexe fibreuse nacrée en coelioscopie
D-45, XXt (14,21) ou se transmet selon trois schémas: En cas de mosaïque avec une
translocation réciproque du bras Y X* lignée normale, on peut
long du chromosome 10 etdu X XX XX retrouver des ovaires normaux
bras long du chromosome 21 : Y XY XY ou subnormaux.
le matériel chromosomique est XX [141]
complet, il n’y a pas de X* XX* XX* :B
handicap mental. Y XY XY Le caryotype 47, X)(, + 21
[135] A - Les femmes malades correspond à la trisomie 21 où
:ABC correspondent à l’union d’un la fréquence de la cataracte est
A B - Dans l’hérédité homme atteint et d’une femme l’anomalie oculaire la plus
autosomique récessive, le sujet conductrice. fréquemment rencontrée. On
atteint est toujours homozygote X X* constate plus rarement des
donc X* XX* X*X* troubles la réfraction.
porte le gène pathologique sur Y XY XY [142]
ses deux chromosomes B - Une femme conductrice :CD
homologues. transmet la maladie à 50 % de A - Syndrome de Turner.
C - Cette hérédité est ses garçons. B - Syndrome de Klinefelter.
indépendante du sexe. C - Il s’agit obligatoirement du C - Trisomie 21 libre: la
D - En cas d’union avec un grand-père maternel. fréquence de la leucémie aiguê
sujet sain, tous ses enfants D - Une turnérienne peut être est multipliée par 20.
seront sains mais atteinte si elle hérite du gène D - Translocation réciproque
hétérozygotes. En pathologique sur son unique équilibrée du bras long du
cas d’union avec un chromosome X. chromosome 14 et du bras long
hétérozygote, 50 % des enfants E - Toutes les filles d’un homme du
sont sains et hétérozygotes et atteint sont conductrices. chromosome 21.
50 % sont [138] E - Translocation
atteints et homozygotes. En cas :B robertsonienne équilibrée par
d’union avec un homozygote, La mucoviscidose est une fusion centrique des
tous les enfants sont atteints. maladie à hérédité récessive chromosomes 14 et 21,
E - Les deux parents sont autosomique. Un couple donc avec un caryotype à 45
hétérozygotes obligatoires. d’hétérozygotes a une chance chromosomes apparents.
[136] sur quatre d’avoir un enfant
:BCE atteint, quelque soit le sexe de [143]
A B - Les parents d’un sujet l’enfant. :D
atteint d’une maladie à hérédité [139] La consanguinité intervient
récessive autosomique sont :C essentiellement dans l’hérédité
sains A - Le risque de trisomie 21 est récessive autosomique, ainsi
mais tous les deux celui de la population général. que dans l’hérédité
hétérozygotes. B - Le risque de récurrence est multifactorielle. Elle ne joue pas
C - La consanguinité augmente de 1%. de rôle dans l’hérédité
le risque d’union C - Le risque est de 2,6%. dominante où il suffit qu’un seul
d’hétérozygotes porteurs d’un D - Aucun rapport des deux parents soit atteint ou
gène E - Les fausses couches à porteur du gène mutant.
pathologique hérité d’un répétition doivent faire rechercher [144]
ancêtre commun. un remaniement :CE
D - Ceci concerne l’hérédité chromosomique équilibré chez La mère de cette femme est
12
conductrice obligatoire mais Donc le risque global est 1/2 x conductrice et d’un homme
50% de ses filles seront 1/4 = 1/8. sain, on trouve 50% des
conductrices et 50% seront [149] garçons atteints 50% des
saines. Si la femme est :E garçons sains, 50% des filles
conductrice, elle aura, A - En cas de génération ne conductrices et 50% des filles
statistiquement, dans sa comportant que des filles saines normales. Les hommes atteints
descendance mais conductrices. appartiennent à la lignée
X XH B - En cas de mère conductrice, maternelle.
X XX XXH 50% des garçons sont sains et C - Evoque l’hérédité
Y XY XHY 50% des garçons sont autosomique dominante.
[145] atteints. D - Ne correspond pas aux
:C C - En cas d’union entre un père règles de transmission de
Le syndrome de Klinefelter atteint et une mère conductrice. l’hérédité récessive liée à IX: si
répond aux caryotypes suivants D - La consanguinité n’intervient la mère est conductrice, 50%
: 80% des cas 47, XXY, 20% en règle que dans l’hérédité des filles sont transmettrices et
des cas mosaïques avec une autosomique récessive. Ce n’est si le père est atteint, 100 % des
lignée anormale 47, XXY. pas un facteur évocateur de filles sont transmettrices.
[146] l’hérédité liée au sexe mais ne E - La consanguinité
:E permet pas de l’exclure. n’intervient pas dans ce type
X* Y d’hérédité.
X XX* XY [150] [153]
Y XX* XY :AB :AD
La descendance d’un tel couple A.B - Les deux parents d’un Parmi les malformations
est la suivante enfant atteint donc homozygote fréquentes dans la trisomie 21
100% des filles sont saines et sont des hétérozygotes on retrouve:
conductrices. obligatoires. - malformations cardiaques ; -‘--
100% des garçons sont sains. c - Les enfants d’un sujet atteint ‘-+ canal atrioventriculaire
[147] sont hétérozygotes en règle. - malformations digestives ; -++
:B Mais, exceptionnellement, sténose duodénale
L’amniocentèse précoce est l’union d’un sujet homozygote - cataracte, absence de 12ème
réalisée à la 17ème semaine atteint avec un sujet hétérozygote côte, diminution de l’angle
d’aménorrhée (16 à 20 donne 50% d’hétérozygotes et acétabulaire avec coxa valga.
semaines). Avant cette date, le 50% d’homozygotes. [154]
nombre de cellules foetales D - Les pères et soeurs d’un sujet : B E
vivantes présentes dans le atteint peuvent être sains ou Le syndrome de Klinefelter
liquide amniotique est hétérozygotes ou homozygotes. présente les caryotypes
insuffisant. A cette date, la [151] suivants:
période des avortements :AB - 47, XXY dans 80% des cas
spontanés est passée et le La descendance d’un tel couple - mosaïques avec une lignée
liquide amniotique est est la suivante: 47, XXY dans 20% des cas, le
abondant. Le risque de x* x* plus souvent associée à une
blessure du foetus est réduit. X XX XXV’ lignée normale 46, XX ou 46,
Cette ponction s’effectue sous Y XY XY XY
contrôle échographique. 50% des filles sont saines - rarement 48 XXXY.
[148] 50% des filles sont conductrices [155]
:C et hétérozygotes :CDE
La myopathie de Duchenne de 50% des garçons sont atteints B - La mucoviscidose est une
Boulogne est une maladie à 50% des garçons sont sains maladie récessive autosomique
hérédité récessive liée au sexe. La mère de la conductrice est soit liée a un déficit enzymatique
La soeur d’un sujet atteint a saine soit conductrice, son mari dont le dépistage et le
50% de chances d’être est alors respectivement diagnostic ne reposent pas sur
conductrice. atteint ou sain. le caryotype mais sur des
Si elle est conductrice, un [152] dosages
enfant a 25% d’être atteint :AB enzymatiques et l’étude de
(exclusivement des garçons). En cas d’union d’une femme l’ADN foetal.
13
A - Devant un déficit intellectuel
d’avoir un enfant trisomique est - de 35-39 ans : 3/500
sévère, on ne retrouve que celui de la population générale, - de 40-44 ans: 1/1 00
rarement une aberrance donc ne justifie pas une - plus de 45 ans: 1/50.
chromosomique ; les indications amniocentèse précoce pour
du caryotype sont limitées aux établir le caryotype foetal. [164]
déficits psycho-moteurs [159] :C
importants associés à une :D Les malformations déterminées
dysmorphie crânio-faciale A C - L’hérédité autosomique par un caractère multifactoriel
même discrète. Cet item est dominante est indépendante du sont d’autant plus fréquentes
donc sexe. chez les apparentés au malade
discutable. B - Le saut d’une génération est qu’elles sont rares dans la
D E - Toute ambiguïté sexuelle possible: il est en rapport avec la population générale.
et tout enfant mort-né imposent notion de pénétrance (c’est- [165]
un caryotype de celui-ci. à-dire la fréquence des :D
C - Les avortements à répétition manifestations phénotypiques L’atrophie testiculaire est
peuvent révéler une anomalie chez les sujets hétérozygotes). constante et indispensable au
chromosomique équilibrée chez E - Ceci est la caractéristique diagnostic clinique dès la
l’un des parents. d’un gène à expressivité variable. puberté. La discordance entre
D - Les maladies enzymatiques le développement partiel des
[156] ont pour la plupart une caractères sexuels secondaires
:ABC transmission récessive (verge de taille normale, pilosité
Le syndrome de Turner est autosomique. pubienne et auxilliaire modeste,
typiquement caractérisé par un [160] barbe peu fournie) et l’atrophie
retard statural quasi constant, :B testiculaire devient évidente à
une absence complète de La probabilité pour deux sujets l’âge adulte.
développement pubertaire, une apparentés d’avoir un gène en [166]
agénésie ovarienne avec taux commun est de: (1/2) exposant :B
de FSH élevé, un caryotype 45, n + (1/2) exposant n, La pénétrance est un concept
X (dans 55% des cas). n = nombre de chaînons unissant statistique qui découle de la
[157] les deux sujets. fréquence des manifestations
:C Pour des cousins germains: n = 4 phénotypiques chez les sujets
La fréquence du gène a est de Donc P = (1/2) exposant 4 + (1/2) porteurs d’un gène
1/1 00 = P exposant 4 = 1/8. pathologique.
La fréquence du gène normal A [161] L’expressivité est le degré de
est de 99.11 00 = q :A gravité des manifestations
La fréquence des C’est la définition phénotypiques chez les sujets
hétérozygotes est de 2 pq = [162] atteints.
1/50 :BCD Cette expressivité est dite
Le risque pour des cousins Les indications du caryotype variable si le gène s’exprime de
germains d’avoir un gène en foetal chez une femme enceinte façon différente d’un sujet à
commun est de 1/8. Le risque sont: l’autre, et en particulier dans
pour - âge maternel supérieur ou égal une même famille.
un couple d’hétérozygotes à 38 ans [167]
d’avoir un enfant atteint est de - survenue lors d’une grossesse :A
1/4. antérieure d’une anomalie La coarctation de l’aorte est la
Donc le risque total est de 1/50 chromosomique malformation cardiovasculaire
x 1/8 x 1/4 = 1/1 600. - grossesse pathologique la plus fréquente dans le
[158] - l’un des parents est porteur d’un syndrome de Turner. Les
:B remaniement chromosomique. autres malformations
La trisomie 21 libre résulte [163] fréquentes sont les
d’une anomalie de la méiose. :AE malformations rénales
Les parents ont un caryotype Le risque de trisomie 21 croit (50% des cas), les
normal, donc la soeur d’un avec l’âge: malformations squelettiques:
trisomique 21 libre a un - avant 30 ans: < 1/1000 brachymétacarpie du 4ème et
caryotype normal. Le risque - de 30-34 ans: 1/500 5ème doigt,
14
carpe ovalaire, signe de laporoschisis) :A
Kosowicz. - les atrésies des voies digestives Le dépistage systématique de
B C - Sont retrouvés dans la (atrésie de l’oesophage, la phénylcétonurie s’effectue au
trisomie 21. pancréas annulaire, sténose 5ème jour de vie, par
[168] duodénale) prélèvement de quelques
:D - la néphrose congénitale gouttes de sang sur un buvard:
L’arbre généalogique de cette - le syndrome de Meckel un dosage fluorométrique du
famille est le suivant: les deux - les valves de l’urètre postérieur.taux de phénylalanine sanguin
parents de E sont permet ce dépistage qui est
hétérozygotes obligatoires (H). [171] couplé à celui de
Pour que F soit atteint, il faut :B l’hypothyroïdie congénitale.
également que ses deux A C - Evoquent une hérédité [176]
parents Dl et D2 soient autosomique dominante. :BC
hétérozygotes: B - Les antécédents de parents Parmi les malformations
- la probabilité pour que le frère atteints dans la lignée maternelle particulièrement fréquentes
de C soit hétérozygote et de sont évocateurs d’hérédité chez le trisomique 21, on peut
(1/2)2 + (1/2)2 = 1/2 récessive liée au sexe. citer:
- la probabilité pour la mère de D - Si la mère est atteinte, 50% - malformations cardiaques
F, D2. soit hétéroygote est de des filles sont transmettrices. Si (40% des cas): il s’agit le plus
1/50 si elle n’est pas le père est atteint, toutes les souvent d’un canal
apparentée filles sont transmettrices. atrioventriculaire
- la probabilité pour que D 1 et E - Evoque l’hérédité - malformations digestives dont
D2 soient hétérozygotes est de autosomique récessive. la sténose duodénale
1/2 x 1/50= 1/100. Pour un [172] - par ailleurs: cataracte,
couple d’hétérozygotes, le :C absence de 12ème cote,
risque d’avoir un enfant Le retard psychomoteur et mental fermeture de l’angle
homozygote atteint est de 1/4. est constant. Il est en rapport acétabulaire, coxa valga.
Donc le risque pour que avec rexcès de matériel [177]
F,cousin germain de E, soit chromosomique. Il saccentue :AC
atteint est de 1/100 x 1/4 = avec l’âge. Le quotient La consanguinité intervient
1/400. intellectuel moyen est de 50. essentiellement dans l’hérédité
[169] [173] récessive autosomique
:C :D puisqu’elle augmente le risque
En l’absence de toute anomalie Il n’y a jamais de macrocéphalie d’union d’hétérozygotes ayant
du caryotype chez les parents, mais au contraire une hérités d’un même gène
la trisomie 21 libre est le microcéphalie avec un occiput pathologique d’un ancêtre
résultat d’un accident de la plat. commun.
méiose. Le risque de L’hypotonie est constante. Elle intervient également dans
récurrence est faible, de 1%, Les taches de Brushfield l’hérédité multifactorielle, car
mais justifie le diagnostic correspondent à une couronne l’anomalie est d’autant plus
anténatal lors d’une grossesse de points blanchâtres sur l’iris. fréquente chez les sujets
ultérieure. La brachymésophalangie du apparentés au malade qu’elle
[170] 5ème doigt est responsable d’un est plus rare dans la population.
: C.E pli de flexion unique de celui-ci. [178]
L’élévation de La diminution de l’angle :E
l’alphafoetoprotéine dans le acétabulaire s’associe à un coxo- La descendance d’un couple
liquide amniotique est valga bilatéral. comportant un homozygote et
évocatrice mais non [174] un hétérozygote comprend 50%
spécifique d’une anomalie du :E d’enfants hétérozygotes et 50%
tube neural (spina bifida ou La stérilité par azoospermie est la d’enfant atteints homozygotes.
anencéphalie); elle s’observe règle dans le syndrome de Père/mère A a
aussi Klinefelter. a aA aa
dans: Les autres caractères proposés a aA aa
- les défauts de fermeture de la sont inconstants.
paroi abdominale (omphalocèle, [175]
15
[179] - maladie traitable chromosomes et peut survenir
:B - maladie disposant de méthodes tant à la 1ère qu’à la 2ème
Sans commentaire. de dépistage rapides, sensibles, division méiotique.
[180] fiables, spécifiques, bons [189]
:A marches. :B
Classiquement, le diagnostic - maladie fréquente. La fréquence du syndrome de
prénatal chromosomique [185] Turner est de 0,4 pour 1000
devient systématique à partir de :BDE naissances filles soit 1 pour
38 ans. B - Le sujet trisomique 21 est 5000 naissances.
[181] particulièrement sensible aux [190]
:ABCE infections pulmonaires. :A
Un sujet atteint est toujours D - La leucose aigue est 20 fois Sans commentaire.
homozygote c’est à dire qu’il plus fréquente dans la trisomie [191]
porte le gène récessif sur ses 21 :C
deux chromosomes E - La cataracte du trisomique 21 Le coefficient de consanguinité
homologues. est congénitale. malformative et de deux cousins germains est
Ce type d’hérédité est non acquise (item litigieux). de 1/8.
indépendante du sexe. [186] [192]
Un sujet atteint peut avoir un :ABC :E
parent atteint. Par exemple, Le syndrome de Turner Tétraploïdie = 4 n
union d’un homozygote et d’une correspond à plusieurs chromosomes, n = 23 chez
hétérozygote voir tableau caryotypes: l’homme donc 4 n = 92.
question n° 15 ou 176. -45, X dans 55% des cas [193]
[182] - mosaïques avec un clone 45 X :D
:BDE - anomalie de structure Les homozygotes et les
B - Tout enfant présentant un aboutissant à l’inactivation d’un hétérozygotes sont atteints par
important retard intellectuel des 2 chromosomes X: la maladie.
associé à une dysmorphie doit isochromosome du bras [194]
avoir long du chromosome X, :B
un caryotype. chromosome en anneau. Fréquence des hétérozygotes =
D - Ce tableau est évocateur de 2 pq,
syndrome de Turner. [187] q2 = fréquence de la maladie =
E - Ce tableau évoque un :BE 1/10 exposant 6,
syndrome de Klinefelter. La transmission autosomique soit q = 1/10 exposant 3,
[183] dominante est caractérisée par et p + q = 1.
:BD l’état hétérozygote des sujets Donc = 2pq = 2 (1-q) x q
Les fentes sont obliques en atteints. = 2 (1-1/10 exposant 3) x 1/10
haut et en dehors, leur angle La descendance d’un couple exposant 3
interne est masqué par un comportant un sujet normal et un = 2x1/10 exposant 3 = 1/500.
épicanthus qui, associé à sujet hétérozygote est: [195]
l’élargissement de la racine du A A* :ABCD
nez, donne l’apparence d’un A E. Concerne l’hérédité
hypertélorisme. L’hypotonie est A AA multifactorielle.
constante. La polydactylie est 50% d’enfants atteints
une malformation à hérédité 50% d’enfants sains [196]
autosomique dominante, sans Les descendants des enfants :BD
anomalie du caryotype. sains seront tous sains. A. Faux car il sagit de cas où
[184] Les descendants des enfants une mutation transforme le
:BC atteints seront atteints dans un gène parental normal en un
Ces deux affections sont cas sur deux. gène pathologique.
dépistées au 5ème jour de vie. [188] C. Faux, notion dexpressivité
Elles répondent en effet aux :E variable.
critères La non disjonction méiotique [197]
de dépistage: aboutit à la formation de gamètes :AD
- maladie grave anormaux ayant 24 ou 22 Sans commentaire.
16
[198] [210] :AD
:E :A Sans commentaire.
La descendance des hommes D. II s’agit de syndromes de [222]
atteints Turner avec présence du :C
- garçons tous sains chromosome Y (environ 5 % des Tous les autres items peuvent
- filles toutes conductrices cas), où hirsutisme et ambiguïté être cause dune pathologie
saines. sexuelle sont fréquents. génosomique liée à rx
[199] [211] récessive, chez une femme.
:E :A [223]
Jeanne indemne, ne possèdant La descendance d’un sujet :ACD
pas le gène dominant, ne peut porteur d’une translocation par Sans commentaire.
donc pas le transmettre. fusion centrique, [224]
[200] (21q : 21q), est composée de :DE
trisomique 21 (ou avortements Sans commentaire.
QUESTION ANNULEE spontanés). [225]
[201] [212] :ADE
:ABE :B E - Cf question [195]
Signes classiques. Sans commentaire. [226]
[202] [213] :BE
:BCD :A A - Trois garçons pour deux
Sans commentaire. Dans le syndrome de Turner, filles.
[203] l’intelligence peut être normale, B-47 (XY+21) = trisomie libre.
:C ailleurs il existe une débilité D - Non, c’est le canal
Sans commentaire. légère. atrioventriculaire.
[204] [214] [227]
:C :E
Sans commentaire. Sans commentaire. ANNULEE.
[205] [215] [228]
:B :BD :BE
La translocation Sans commentaire. Les translocations
Robertsonienne par fusion [216] Robertsoniennes touchent
centrique correspond à :B surtout les chromosomes
- La fusion de deux Sans commentaire. acrocentriques : 13,
chromosomes acrocentriques. [217] 14,15,21,22.
- Perte des bras courts, sans :A Mais réponse discutable.
conséquence phénotypique. A - Définition.
- Formation de gamètes B.C - Sur plusieurs générations [229]
déséquilibrées lors de la exclue les 2 propositions.
méïose. QUESTION ANNULEE.
- La plus fréquente étant la [218] [230]
t(14.21). :C :
[206] Le nombre de corpuscule de Barr QUESTION ANNULEE.
:C = nombres de X-1. [231]
C. Correspond à 10 à 20 % des [219] :C
hypothyroïdies congénitales. :A Sans commentaire.
Sans commentaire. [232]
[207] [220] :B
:C :ABC Sans commentaire.
Sans commentaire. A. Les gènes A et B de [233]
[208] Ihémophilie sont deux gènes :A
:B différents porté par le Leur descendance donnera
Sans commentaire. chromosome X. B. Du fait de - tous les garçons sains
[209] mutation, la mère peut être - toutes les filles porteuses
:B génotypiquement normale. saines.
Sans commentaire. [221] [234]
17
:E si son frère est malade, il ne peut Les anomalies du nombre des
Sans commentaire. pas s’agir d’une néomutation chromosomes proviennent le
[235] chez le fils). plus souvent d’accidents lors de
:B [245] la mitose parentale avec non
Par exemple: :AE disjonction aboutissant à des
- Phénylcétonurie Femme non conductrice Homme trisomies (47 chromosomes).
- Galactosémie. malade Les accidents lors de la
[236] xx x°y fécondation sont responsables
:B xx° xx° xY xY d’oeufs portant un nombre de
12 est porteur sain De tels parents ne peuvent donc chromosomes multiple de 23
114 a 2/3 de risque de porter leconcevoir des filles conductrices (par exemple “triploïdie” = 69
gène, et des garçons sains. chromosomes). Des accidents
Leur descendance risque [246] lors des premières mitoses de
1 x 2/3 x 1/4 = 1/6. :ABCDE l’oeuf aboutissent à des
[237] A - Toutes ces techniques mosaïques.
:D peuvent être utilisées. [250]
Sans commentaire. B - Les amniocytes sont recueillis :ABCE
[238] par amniocentèse vers la 17ème Sans commentaire.
:E semaine et doivent être [251]
90 % des trisomies sont libres. cultivés 2 semaines avant :CE
[239] ranalyse. A B - Faux, translocations
C - Le trophoblaste est biopsié équilibrées donc phénotype
QUESTION ANNULEE entre la 8ème et la 12ème normal.
semaine et ADN extrait D - Faux, le bras court est
[240] immédiatement mais le risque de seulement un peu plus long
:BD fausse couche est un peu (plus dhétérochromatine). Le
B - Sur le chromosome X. supérieur. phénotype est normal.
C - Situés sur deux loci D E - Dans les deux cas, le DNA [252]
différents. est celui du foetus. :ABE
E - Rend possible le diagnostic [247] On observe habituellement des
anténatal. :ABCDE testicules de petite taille et une
[241] La trisomie 21 (1 naissance sur azoospermie.
:BC 700) est le plus souvent liée à la [253]
Myopathie de Duchenne = présence dun chromosome 21 :A
récessive liée à IX. surnuméraire, libre, (47 B - Faux, le pourcentage de
A. Faux, en cas d’une mutation chromosomes), parfois à une sujets dont un des parents
isolée. translocation (46 chromosomes) présente une translocation
[242] généralement t(21q ; 21q), t(21q ; équilibrée
:BD 22q) ou t(14q ; 21q). est de 2 % environ.
Sans commentaire. [248] C - Faux, la récurrence après
[243] :BD une trisomie 21 libre est de 1 %
:B B - Translocation robertsonienne à 2 %.
A - Est une mosaïque. = cassure au niveau du D - Faux, le pli palmaire
C D E - Sont des caryotypes de centromère et fusion secondaire transverse unique n’est pas un
translocations. des signe spécifique de la trisomie
[244] deux chromosomes. 21 et
:BCE D - Inversion péricentrique = est observé chez un certain
A - Faux, la descendance des cassure d’un fragment de nombre de sujets sains.
hommes atteints comporte 100 chromosome incluant le E - Faux. Si, à l’âge adulte, la
% de femmes conductrices. centromère et taille est presque toujours
D - Faux : 50 % seulement. ‘recollage” mais en sens inverse. inférieure à la moyenne dans
C - Vrai sil y a eu néomutation les
et que la mère nest pas [249] aberrations chromosomiques,
porteuse du gène muté, (en :A le fait est loin d’être constant in
revanche, Cause fréquente d’avortements. utéro.
18
[254] responsables d’une “erreur innée quoique ceci puisse être
:ABCDE du métabolisme” ne sont discuté.
Sans commentaire. naturellement pas visibles sur un [262]
[255] caryotype. :D
:C - Le risque de récurrence Un enfant sur 2 est en effet
La fréquence des lorsqu’un premier enfant est touché, en sachant que la
hétérozygotes dans la atteint de trisomie 21 est gravité de la maladie est très
population générale est de 1/1 d’environ 1 %. variable d’un sujet à l’autre,
50, donc négligeable. - Certaines malformations allant de quelques “taches café
Soient: dépistées à l’échographie au lait” jusqu’aux formes
III 1 = sujet atteint. peuvent s’intégrer dans le cadre neurologiques sévères.
III 2 = sa soeur. d’une [263]
III 3 = le cousin. aberration chromosomique. :B
lI 1 = le père (ou la mère) de III- En cas de fausses couches Une non-disjonction des
1 et III 2. répétées, c’est un caryotype des chromosomes au cours d’une
lI 2 = son frère (ou sa soeur). parents qu’il faut conseiller à la mitose, après la formation de
11 et I 2 = les grands parents. recherche d’une translocation l’oeuf (post zygotique), ne
- La maladie étant autosomique équilibrée. Elle est retrouvée concerne qu’une des cellules
récessive, III 1 est homozygote dans 1 % des cas pour 3 fausses de l’oeuf et aboutit à une
z/z. Ses 2 parents (dont lI 1) couches ou plus. Alors mosaïque (cas rare).
sont z/Z. seulement, on peut proposer un [264]
- Le risque pour III 2 d’être diagnostic anténatal. :C
hétérozygote est 2/3. [258] Quand le gène muté est rare,
:ABDE
- lI 1 étant z/Z, il (ou elle) a reçu on a plus de chance d’avoir 2
le gène d’un de ses parents, lui- On observe dans le syndrome de parents hétérozygotes lorsque
même zIZ. Ce parent atteint a Klinefelter un hypogonadisme l’union a lieu entre des individus
une chance sur deux d’avoir d’origine testiculaire (d’où la FSH génétiquement proches
transmis l’allèle muté à lI 2. élevée !) mais pas d’anomalie (famille, isolat).
- Le risque pour III 3 d’être z/Z des organes génitaux en dehors
est donc de 1/4. de la petite taille des testicules et [265]
- Le risque pour l’enfant de III 2parfois d’une ectopie. :ABCD
et III 3 d’être z/z est donc 2/3 x [259] Les patients ont une
1/4 x 1/4 = 1/24. :ACDE insuffisance testiculaire
Là encore, on a une insuffisance endocrine (testostérone basse,
[256] gonadique mais les organes FSH élevée) et exocrine avec
:BC génitaux sont en place. azoospermie.
B - On fait en effet un caryotype [260] [266]
chez les parents, à la recherche : B C E :BDE
d’une mosaïque de trisomie C - On observe des faux négatifs Dans le cas d’une maladie
21 asymptomatique (très rare) en cas de spina bifida autosomique dominante, les
et aussi parce que les sujets épidermisée. sujets malades ont un allèle
ayant une translocation [261] sain et rautre atteint (les
équilibrée, :CD homozygotes sont
quelle quelle soit, ont un risque Dans l’énoncé, il fallait exceptionnels). La moitié de
plus important d’avoir un enfant naturellement lire “lié au leurs gamètes (et donc de leurs
présentant une trisomie 21. chromosome X”. Une maladie enfants) portent le gène de
C - Le caryotype montre chez récessive liée à IX apparaît l’affection. La maladie ne saute
l’enfant atteint une délétion lorsque tous les X d’un sujet pas de génération.
portant sur le bras court du portent le gène muté. Elle est [267]
chromosome 5. On peut avoir donc exceptionnelle chez la :B
une translocation équilibrée femme (il faut l’union d’un Soit p = fréquence de rallèle
chez le parent. homme malade et d’une femme sain q = fréquence de rallèle
[257] porteuse). Tellement malade.
:ACD exceptionnelle que l’on peut sans p+q=1
- Les mutations géniques doute considérer “C” comme vrai, p2 + q 2 + 2 pq = 1 (formule de
19
Hardy-Weinberg) ; où p2 est la famille (sains ou malades) quel E - Klinefelter + Trisomie 21
fréquence des homozygotes est l’haplotype particulier qui, libre.
sains, q2 est la fréquence des dans cette famille, est lié au gène [276]
malades, 2 pq est la fréquence muté (sauf recombinaison). :ACDE
des hétérozygotes. [272] Une cardiopathie est retrouvée
Par approximation, p est égale :AB dans 30 à 50 % des cas dont la
à environ 1. On dit qu’une telle maladie est à moitié de canal
Fréquence des hétérozygotes pénétrance variable si un sujet atrioventriculaire.
= 2q = 2 racine carrée de (la porteur du gène muté peut ou [277]
fréquence des malades) non exprimer cette maladie - :ABCD
= 2 racine carrée de (1/1 600) expressivité (voir question [26]). Tétraploïdie = caryotype à 92
= 1/20 chromosomes (anomalie lors
[268] [273] de la fécondation). La
:B :C monosomie X (Turner) a pour
‘Expressivité variable” signifie III 1 = le malade. caryotype 45 X 0.
que le phénotype de la maladie III 2 = sa cousine. [278]
est d’intensité variable d’un 111 = père (ou mère) de III 1, :ABCE
individu à l’autre. apparenté à 1112. A - Fait partie du syndrome de
Différent de “Pénétrance lI 2 = frère (ou soeur) du BONNEVIE-ULRICH (très
variable” qui signifie que la précédent. évocateur mais non constant).
maladie s’exprime ou ne 11 et I 2 = les grands parents. B C - Vrai, un Turner est parfois
s’exprime pas selon les Les parents du sujet malade (III diagnostiqué à l’adolescence
individus portant le gène muté. 1) sont forcément hétérozygotes devant une aménorrhée
[269] p/P. 11 et I 2 sont l’un ou l’autre primaire et une petite taille.
:ABCD hétérozygotes et ont un risque de D - Faux, pas de
Sans commentaire. 1/2 d’avoir transmis le gène muté dépigmentation mais naevi
[270] à lI 2. III 2 a une probabilité de fréquents.
:CD 1/4 d’être p/P. Le risque pour un [279]
A - Mosaïque. enfant de ce couple d’être :ABD
B - Turner. malade = 1/4 x 1/2 = 1/8. A - Vrai. Les gamètes du sujet
E - Trisomie B. [274] portent soit deux exemplaires
C - Délétion portant sur le :D du chromosome impliqué, soit
chromosome 1, de la bande 21 La mucoviscidose est une aucun.
jusqu’au bout du bras long. maladie autosomique récessive. C - Après 3 avortements
D - Un des 2 X est un Yvon est donc homozygote pour spontanés on trouve dans 1 %
isochromosome comportant 2 le gène muté (m/m). Pierre et des cas seulement une
fois le bras long (trisomie). Jacqueline sont obligatoirement translocation
[271] m/M. Ils ont tous deux reçu chez un des parents.
:BC l’allèle anormal d’un de leurs D - Vrai. Une chance sur deux
Cette technique permet de parents également hétérozygote, s’il ne s’agit pas de
déterminer si un sujet est lequel a un risque de 1/2 de chromosomes homologue.
porteur de lallèle sain ou de l’avoir transmis à un autre de ses B - Vrai. Décrit dans certaines
lallèle enfants. Jacques et Annie ont translocations, notamment la t
anormal pour le gène de la donc un risque de 1/2 d’être m/M (llq, 22q) qui est la plus
maladie. Pour qu’un diagnostic et leur enfant, de 1/2 x 1/2 x 1/4 fréquente dans l’espèce
anténatal soit possible, il faut: soit 1/16 d’être m/m. humaine (elle provoquerait une
- Que la maladie soit due à la [275] anomalie de la formation des
mutation d’un seul gène et que :ADE gamètes).
celui-ci soit précisément A - Trisomie 21 libre.
localisé. B - Délétion du bras long d’un [280]
- Disposer d’un système des chromosomes 21. :ACD
d’allèles proches du gène de la C - Fusion des 2 chromosomes B - La mère aurait un
maladie (sites de restriction). 21. phénotype de trisomie 21.
- Déterminer par l’étude des D - Trisomie dont un 21 libre et A - Vrai, l’anomalie peut venir
haplotypes des membres de la deux fusionnés. du père.
20
[281] même famille peuvent exprimer D - Le fait que deux sujets
:BC de façon variable le même gène. soient apparentés augmente la
L’analyse RFLP permet aussi le - Un gène peut avoir une probabilité qu’ils soient
dépistage des hétérozygotes et pénétrance totale mais une hétérozygotes pour un même
un diagnostic plus précoce expressivité variable. gène pathologique. Le risque
(biopsie de trophoblaste). relatif d’avoir un enfant atteint
[282] [290] (par rapport à deux sujets non
:C :D consanguins) est d’autant plus
Sans commentaire. B - Vrai, il est exceptionnel important que le gène est plus
[283] qu’une maladie dominante rare.
:ABE “saute” une génération mais cela [295]
Sans commentaire. peut :BCD
[284] arriver si la pénétrance n’est pas A - 100 % des enfants seraient
:CDE complète (ex : tumeurs homozygotes malades.
Les femmes conductrices glomiques familiales). B - 25 % homozygotes sains,
peuvent naître d’une mère D - Faux : la plupart des maladies 25 % homozygotes malades,
saine et d’un père malade. enzymatiques sont autosomiques 50 % hétérozygotes.
[285] récessives. C - 50 % homozygotes sains,
:ABCDE E - Vrai, si l’expressivité est 50 % hétérozygotes.
Il s’agissait bien sûr d’une variable. D - 50 % homozygotes
“translocation réciproque” (ce [291] malades, 50 % hétérozygotes.
qui constitue, il est vrai, une :D E - 100 % hétérozygotes pour
“transaction’ entre 2 La moitié des enfants sera ce gène.
chromosomes). hétérozygote. L’autre moitié sera [296]
C - 50 % des embryons sont composée d’homozygotes :D
anormaux (en cas de malades (p/p). Les parents du sujets sont
translocation hétérologue) mais p/p x p/P donne p/p, p/p, p/P, hétérozygotes obligatoires. Ils
peu de grossesses se p/P. ont reçu le gène d’un de leurs
poursuivent au delà du 2ème [292] parents, lequel a une chance
trimestre. :ABCD sur deux de l’avoir transmis à
E - Vrai en cas de translocation A - Vrai à condition de lire ‘47 un autre enfant (l’oncle...). La
intéressant le chromosome 21 [t XXY! probabilité pour que cet oncle
(Dq, 21q) ou t (21q, 22q)], ce E - Faux, puisque ces sujets ait un enfant atteint = (1/2) x
qui est actuellement sans n’ont pas de descendance...! (Cf (1/50) x (1/4) = (1/400)
explication ; faux dans les item C). [297]
autres cas. Item discutable. [293] :B
[286] :ABCDE La fréquence générale est de 1
:E A - Correspond à une mosaïque, enfant sur 700 environ. Le
Sans commentaire. le phénotype sera moins marqué. risque est variable selon l’âge
[287] B - Trisomie 21 libre. maternel
:D C D E - Trisomies 21 par - 1/2000 à 20 ans
Sans commentaire. translocation robertsonienne. - 1/1000 à 30 ans
[288] Aucune n’est équilibrée puisqu’il - 1/500 entre 30 et 35 ans
ya - 1/200 entre 35 et 40 ans
QUESTION ANNULEE. 46 chromosomes dont un - 1/100 entre 40 et 45 ans
[289] double”. - 1/50 au-delà.
:B [294]
- Pénétrance = capacité d’un :CD [298]
gène à être ou non exprimé C - On peut considérer que la :C
= (nbre sujets consanguinité joue un rôle faible Cette femme a une
phénotypiquement atteints I dans les maladies récessives transiocation équilibrée. Le
nbre sujets porteurs du gène) liées à IX car, bien qu’elle risque théorique d’avoir un
- Expressivité = intensité de n’augmente pas la fréquence des enfant trisomique est de 50 %.
l’expression d’un gène. hommes atteints, elle peut faire Cependant, un pourcentage
Différents membres d’une apparaître des femmes malades. important de ces grossesses se
21
terminera par une fausse :BCDE on note une aménorrhée dans
couche. En pratique, la B - Turner “classique”. la très grande majorité des cas,
fréquence est de 16 %, soit 1/6. C - Mosaïque. ces jeunes femmes n’ont pas
[299] D - Chromosome X en anneau de problème de règles
:B (“ring”), Il manque habituellement douloureuses...
Un syndrome de Klinefelter. La des fragments. [310]
baisse du Q.l. est inconstante et E - Manque le bras court d’un :BDE
modérée. La taille est des X. Les pieds sont seulement
souvent élevée mais C est faux [304] larges et courts avec un gros
car il existe une insuffisance :D orteil bien séparé. Les mains
testiculaire endocrine et B, C et E sont des conséquences sont également courtes et
exocrine de l’atrophie testiculaire trapues avec pli palmaire
(pilosité faible). (insuffisance endocrine et transverse unique et
D - Faux, le caryotype serait 46 exocrine). Mais ils peuvent être clinodactylie du 5ème doigt.
XY. corrigés par un traitement Pas dexadactylie.
[300] hormonal approprié. Les [311]
:D testicules restent de petite taille :AC
Les malformations car il est impossible de rétablir Sans commentaire.
cardiovasculaires seraient une spermatogenèse. [312]
présentes dans 10 à 30 % des [305] :AC
cas. La plus habituellement :C Translocation robertsonienne =
rencontrée est la coarctation de Sa fille est forcément cassure au niveau des
l’aorte. transmettrice. Elle a donc un centromères avec fusion
[301] risque de 1/2 d’avoir un fils secondaire des deux
:B atteint. chromosomes. Elle intéresse
Les probabilités de [306] les chromosomes
recombinaison sont faibles au :CD acrocentriques des groupes G
sein des locus HLA. Il y a donc C’est dans la trisomie 21 que le et D soit 13, 14, 15 et 21, 22.
quatre combinaisons possibles, risque de leucémie aiguê est Le sujet est normal si il n’y a
équiprobables. augmenté. pas perte ni gain de matériel
[302] C - Trisomie libre. chromosomique, le génotype
:ABCD D - Trisomie par translocation est normal (translocation
A B D - Peuvent être en effet robertsonienne. (E est une équilibrée). Elles peuvent se
des indications à un caryotype, translocation équilibrée). transmettre telles quelles et on
A pour suspicion de Turner, B les retrouve chez les enfants de
pour suspicion de Klinefelter, D [307] phénotype normal avec une
pour suspicion de testicule :BCE fréquence de 50 %. Elles
féminisant. Cependant, il faut A - Faux, il y a de nombreuses peuvent subir une mal-
moduler l’indication en fonction néomutations. ségrégation et entraîner la
du contexte clinique et E - Vrai, car dans une famille formation de gamètes
biologique : dans un syndrome d’hémophiles, la mère est déséquilibrés avec enfants
de Turner, la FSH est élevée toujours conductrice. malformés. Dans 98 % des cas,
après la puberté. Dans le [308] l’accident survient de Novo. Ce
Klinefelter, il y a une :ABCDE type d’anomalie occupe une
insuffisance testiculaire Sans commentaire. place prédominante parmi les
endocrine au poins partielle. De [309] anomalies de structure.
plus, toujours dans ces trois :BD [313]
cas, il faut débuter par une La petite taille est constante avec : C
étude de la chromatine buccale. dysmorphie variable. Les Pénétrance = capacité du
C - Vrai mais E est faux. Une anomalies rénales sont présentes caractère induit par le gène
fausse couche a souvent une dans 20 à 50 % des cas. Le rein mutant à être ou non exprimé =
cause chromosomique mais en fer-à-cheval est la plus (nombre de sujets
pas d’exploration pour la fréquente. Le Q.l. est phénotypiquement atteints I
première. habituellement plus bas que la nombre de sujets porteurs du
[303] moyenne. En revanche, comme gêne)
22
[314] descendance est de 100 %. garçons sont sains, toutes les
:D Si non, comme dans le cas filles sont transmettrices.
A - Turner présent, on observe un nombre
B - Klinefelter augmenté de fausses-couches. [324]
C - Triploïdie X Le pourcentage de sujets :B
D - Trisomie 21 anormaux parmi les enfants nés La mucoviscidose est une
E - Caryotype équilibré avec vivants est de 15 % environ, si maladie autosomique
fusion 14 et 21. ranomalie est portée par la mère récessive. Le risque est
Les anomalies de nombre des (type d’anomalie : trisomie 21). indépendant du sexe de
gonosomes donnent moins de Pourcentage de porteurs de la renfant.
handicaps que les anomalies translocation équilibrée parmi les [325]
équivalentes portant sur les enfants nés sains : 50 %. :C
autosomes. [321] - Fille trisomique : 2X donc un
[315] :C corpuscule de Barr.
:C Caractère multifactoriel = - Femme triplo X: 3 X donc 2
C’est-à-dire qu’il a l’âge mental déterminé à la fois par de corpuscules de Barr.
d’un enfant de 4 ou 5 ans. nombreux gènes non allèliques et - Turner: un seul X donc pas de
des facteurs du milieu. corpuscule de Barr.
[316] L’augmentation du risque pour - Klinefelter : YXX donc un
:A les apparentés (fréquence corpuscule de Barr.
Chez ce sujet présentant une relative à la population générale) [326]
trisomie 21, on retrouve une est d’autant plus grande que la :C
cardiopathie dans 30 à 50% maladie est plus rare dans la - Le risque est de 2 % pour une
des cas, le plus souvent un population générale. femme de 45 ans.
canal atrio-ventriculaire. Le risque de récurrence - En cas de trisomie libre chez
[317] augmente avec la gravité de un enfant, le risque de
:ABCDE l’atteinte et le nombre de sujets récurrence est denviron 1 %.
A - Vrai si la mutation a eu lieu atteints dans la famille. - Une femme qui a fait 3
chez le garçon atteint ou au [322] fausses-couches na, elle ou
cours de la méiose d’un de ses :B son mari, une translocation
parents. - Translocation Robertsonienne équilibrée
[318] ou fusion centrique = cassure au que dans 1 % des cas
:ACE niveau du centromère et (l’amniocentèse ne serait
Sans commentaire. fusion secondaire des 2 indiquée que si c’était le cas).
[319] chromosomes (le caryotype a 45 - En cas de t(13q 14q), le
:AB chromosomes). pourcentage de sujets
E - Faux: la consanguinité - Inversion péricentrique = anormaux parmi les enfants
augmente la fréquence des cassure chromosomique double nés vivants est 5
maladies autosomiques avec reconstitution secondaire % (quel que soit le sexe de
récessives. mais inversion du segment situé l’enfant porteur). Curieusement,
[320] entre les deux points de cassure. chez les enfants anormaux, on
:BD Ce segment inclut le observe une fréquence égale
La translocation centromère (pas de modification de trisomie 21 et de trisomie
Robertsonienne est de longueur). 13. Ce fait s’explique par l’effet
caractérisée par rexistence de - Translocation réciproque interchromosomique”, un
cassures au niveau des équilibrée = échange de remaniement chromosomique
centromères avec fusion segments non homologues entre favorisant la survenue d’un
secondaire des 2 2 autre
chromosomes. Ce mécanisme chromosomes, les cassures étant accident (Pédiatrie,
est encore appelé fusion situées en dehors de la région Mozziconacci.p., p. 231).
centrique. centromérique. [327]
Quand la fusion centrique [323] :B
intéresse des chromosomes :E Sans commentaire.
homologues, le risque de x,Y X XX [328]
déséquilibre pour la Dans un tel couple, tous les :C
23
XX x XX’ = X’Y, XY, XX’, XX’. :ABCD D - Vrai : évoque une anomalie
[329] Sans commentaire. chromosomique.
:B [334] E - Voir Question [320] et [326].
Il s’agit souvent de déficits :A
enzymatiques. La maladie se Le corps de Barr est IX inactivé. Il [340]
manifeste habituellement faut pour cela qu’il y ait 2 X (B et :ACD
lorsque l’activité enzymatique C faux). - Dans la descendance d’un tel
est totalement déficiente et non Dans les cas D et E, il y a 3 X couple, tous les garçons seront
chez les hétérozygotes dont donc deux corps de Barr. sains et toutes les filles
l’activité enzymatique n’est que [335] conductrices.
partiellement déficiente. :BDE - D Vrai puisque 50 % des filles
[330] A - La mutation ne peut être d’une conductrice seront
:ABDE visualisée sur le caryotype. conductrices mais toutes
Sans commentaire. B - Tableau très évocateur cliniquement saines et 50 % de
[331] d’anomalie chromosomique. leurs garçons (soit 25 % des
:AD D - Evoque un syndrome de enfants) seront malades.
A - Oui. Toutes les filles d’un Bonnevie-Ulrich, dans le cadre [341]
malade ont reçu son d’un syndrome de Turner. :AE
chromosome X. E - Suspicion de Klinefelter. Sans commentaire.
B - Non s’il s’agit d’une [336] [342]
néomutation (le taux de :ABCE :BDE
mutation de novo est élevé, de Sans commentaire. - Ces enfants ont un déficit de
l’ordre de 30 % [337] l’immunité cellulaire expliquant
des hémophilies A). :BCE b et D.
C - Non. Leur mère peut être E - Est un peu discutable car - La cataracte et la myopie sont
saine. plusieurs cas dans la même plus fréquentes.
D - Oui. Il ne peut s’agir alors fratrie peuvent se voir aussi bien - En revanche, pas de fragilité
d’une néomutation. dans une maladie AR que osseuse. Les anomalies
E - Non. Leur mère est dominante ou liée à IX. osseuses sont absence
hétérozygote, mais elle-même Cependant, la réponse attendue fréquente de
seulement dans 50 % des cas. était probablement E vrai car, en 12ème côte et coxa valga.
cas de maladie AR, c’est dans la [343]
[332] fratrie et là seulement (pas chez :AB
:ABCE les parents, pas chez les oncles), Le gène de la maladie est situé
- L’hémophilie A est due à une que l’on cherche la même sur le chromosome 7.
anomalie génétique du facteur anomalie. [344]
VIII de la coagulation. Elle [338] :C
touche 1 garçon sur 5000. Elle :ABC Sans commentaire.
est dix fois plus fréquente que Sans commentaire. [345]
l’hémophilie B, due à un défaut [339] :E
du facteur IX (les gènes :ADE L’hypotonie est constante et
touchés sont donc différents). A - Vrai : entre 38 et 45 ans le précoce.
- Le gène du facteur VIII est très risque de Trisomie est d’environ [346]
étendu, situé dans une région 1 %. :C
de IX très vulnérable aux B - Faux : ce serait une indication Il y a sans doute un terrain
mutations. O % des hémophiles au caryotype pour elle et génétique favorisant la non-
ont une néomutation (B vrai, D seulement si un des parents avait disjonction chromosomique. Le
faux). une translocation équilibrée. risque à cet âge dans la
- Les femmes transmettrices C - Faux : le diagnostic de la population générale serait
sont difficiles à détecter par le mucoviscidose est possible in inférieur à 1/1 000.
dosage du facteur VIII, assez utéro par l’étude de [347]
imprécis et soumis à des aléas polymorphismes de restriction :B
de la lyonisation (inactivation proches du gène. On parle alors La myopie serait également
aléatoire de IX sain au malade). de diagnostic génotypique (- assez fréquente.
[333] caryotype). [348]
24
:B père (alors malade). Les parents sont chacun
TABLEAU. [356] hétérozygote et sain. Leur
[349] :ABC descendance statistique est la
:B Ces jeunes filles présentent une suivante
Si cette femme est dysgénésie gonadique Aa
hétérozygote, celui de ses responsable d’un impubérisme A AA Aa
parents par lequel elle est par absence de sécrétions a Aa aa
apparentée à son cousin a une ovariennes. La FSH sera donc, 75% enfants normaux (AA et
chance sur deux d’être bien sûr, élevée à partir de la Aa).
hétérozygote. Si il l’est, son puberté. D - Caryotype de 25% enfants atteints (aa).
frère (ou sa soeur) a une mosaïque possible mais non [3]
chance sur deux de l’être aussi ‘typique’. :C
et dans ce cas, un risque de 1/2 [357] Le tableau précédent permet de
d’avoir transmis le gène muté à :BCDE voir que parmi les enfants
son fils (le cousin). La réalisation d’un caryotype normaux, les 2/3 sont
Donc (1/2) x (1/2) x (1/2) = (1/8) nécessite la mise en culture des hétérozygotes.
cellules (le plus souvent des [4]
[350] lymphocytes). Sur le frottis :B
:A buccal, on peut seulement Les parents de la mère (Aa)
Dans les cas B et C, il n’y a pas étudier le corpuscule de Barr. sont d’une part un sujet
de Barr. [358] hétérozygote, d’autre part un
Dans les cas D et E, il yen a :AD sujet sain
deux. Le CAV est la malformation Aa
[351] cardiaque la plus fréquente. On A AA Aa
:E trouve parfois aussi une C.I.A. ou A AA Aa
a/a x Na donne Na, Na, ala, ala. une persistance du canal artériel. Parmi leurs enfants, 50 % sont
[352] [359] hétérozygotes, 50 % sont sains.
:C :ABE [5]
Phénylcétonurie et surdi-mutité: Une translocation robertsonienne :D
maladies autosomiques ou par “fusion centrique’ (voir La probabilité pour que l’oncle
récessives, donc non visibles Question [321] et [323]) maternel ainsi que sa femme
sur le caryotype. intéresse les chromosomes soit tous les deux
Idem pour ranencéphalie qui est acrocentriques des groupes D et hétérozygotes
un caractère multifactoriel. G soit: 13, 14, 15 et 21, 22. est:
[353] La plus fréquente est la t (13q, 1/2 x 1/50 = 1/100
:B 14q) et celles impliquant le 21. La probabilité pour ce couple
Sauf dans les gamètes, où le d’avoir un enfant atteint est:
génome est sous forme [360] 1/100 x 1/4 = 1/400.
diploïde. :ABC [6]
[354] Sans commentaire. :D
:ABCE [1] Le coefficient de consanguinité
E - Vrai dans le cas très :C est la probabilité pour deux
particulier où la maladie ‘Les parents normaux’, ‘absence membres appartenant à la
n’empêche pas la reproduction d’atteinte dans rascendance”et ‘la même famille d’avoir hérité d’un
et si un malade épouse un consanguinité indiquent la gène commun.
hétérozygote ou un autre transmission récessive. Latteinte [7]
malade. d’un fils et d’une fille prouve que :C
[355] la maladie est récessive Savoir que la transmission de la
:AB autosomique. Par ailleurs, les mucoviscidose se fait de façon
XX’ x XY donne XX, XX, XY, maladies enzymatiques autosomique récessive.
X’Y (malade). génétiques ont fréquemment une [8]
E - Faux car dans certaines de transmission récessive :C
ces maladies, les néomutations autosomique. L’hémophilie est une maladie
sont assez fréquentes. De plus, [2] récessive liée au sexe touchant
IX muté peut aussi venir du :D
25
les hommes et transmise par [15] Si une femme est conductrice,
les femmes. :CD sa descendances comporte:
Les autres malformations - une fille sur deux conductrice
[9] cardiaques observées sont à type - un garçon sur deux
:E de sténose aortique valvulaire, de hémophile.
Sans commentaire. communication interauriculaire, X XH
[10] double veine cave supérieure. La X XX XXH
:BCDE fréquence des cardiopathies est Y XY XHY
Sans commentaire. de 35%. [22]
[11] [16] :B
:BCD :ABC En cas de maladie
A - Il existe au contraire une Loestradiol est à un taux autosomique récessive chez les
hypoplasie du maxillaire prépubère. enfants, les deux parents sont
inférieur. Il y a une élévation considérable toujours hétérozygotes.
E - Classiquement, le syndrome des taux de base de FSH et LH [23]
de Turner ne s’accompagne avec une réponse explosive à la :A
pas dun retard intellectuel. En stimulation par LH-RH. Un sujet atteint est toujours
réalité, il existe une débilité [17] homozygote, en cas de maladie
mentale moyenne dans 30% :ABCD autosomique récessive.
des cas, une débilité franche D - Est discutable, en effet à l’âge [24]
dans adulte les organes génitaux :B
15% des cas. externes sont souvent infantiles Les deux parents étant
[12] avec hypertrophie clitoridienne. homozygotes, tous les enfants
:BCD seront homozygotes et atteints.
B - Il existe un enfoncement du [18] [25]
plateau tibial interne :BD :E
(hypoplasie). La descendance d’un hémophile Le risque d’avoir un enfant
D - Qui réalise une image en et d’une femme bien portante est: atteint, homozygote, est le
crochet du plateau tibial interne. X X risque pour le père d’être
[13] XH XHX XHX hétérozygote, c’est à dire est
:BCDE Y XY YX égal à la fréquence du gène
Le caryotype permet de 50% de filles toutes conductrices. dans la population générale.
confirmer l’anomalie 50% de garçons tous sains. [26]
chromosomique. [19] :D
L’échographie permet de :A Voir réponse à la question [22]
visualiser les ovaires, mais une Le garçon est bien portant donc
coelioscopie est indispensable non porteur du gène [27]
car les ovaires sont réduits à pathologique et tous ses :D
une mince bandelette fibreuse. descendants sont sains. La mère a 45 ans lors de sa
[14] [20] 3ème grossesse, le risque
:BCDE :CE d’avoir un enfant trisomique 21
A - Est un caryotype normal. La soeur d’un hémophile a une est
B C - Sont des mosaïques chance sur deux d’être donc 1/50. En effet, le risque de
d’une lignée monosomique et conductrice. Si elle est trisomie 21 dépend de l’âge de
dune autre lignée. conductrice, une fille sur deux est la mère
D E - Les autres propositions conductrice et un garçon sur - avant 30 ans = 1/1000
concernent l’association d’un X deux est hémophile parmi ses - 30-34 ans = 1/500
normal et d’un X ayant une enfants. Donc le risque d’avoir - 35-39 ans = 3/500
anomalie de structure une fille conductrice est de 1/4, - 40-44 ans = 1/1 00
- X ayant perdu le bras long (del de même que le risque d’avoir un - >45 ans = 2,6/100.
Xq), bras court (del Xp). garçon hémophile. [28]
- Isochromosome possédant [21] :A
deux bras courts (ixp) ou deux :CE La mère aurait 26 ans lors de
bras long (iXq). Toutes les filles d’un hémophile sa grossesse.
- X en anneau (rX). sont conductrices. Le caryotype est normal
26
puisque celui de ses parents est soeurs. masculin d’un hémophile sont
normal et donc le risque de - 1/2 = la ressemblance génique sains puisque le père donne
trisomie décroît de 50 % à chaque son Y.
21 est égal à celui de la génération ; le risque d’union [39]
population générale : voir [27] avec un hétérozygote non :D
[29] consanguin est : 1/4 x 1/25 = Il-3 a 1 chance sur 2 d’être
:A 1/100. conductrice, donc son fils a 1
La mucoviscidose est une Le risque pour ce couple d’avoir chance sur 4 d’être hémophile.
maladie à transmission un enfant atteint est de 1/4 x [40]
autosomique récessive. Un 1/100 = 1/400. :C
enfant atteint (donc [33] III-1 est conductrice obligatoire,
homozygote) est issu de l’union :E donc son fils a 1 chance sur 2
de deux hétérozygotes. L’âge de la mère est de 22 ans d’être hémophile.
La fréquence des lors de sa grossesse. Le risque [41]
hétérozygotes est de 1/25 dans d’avoir un enfant trisomique est :BCE
la population générale. La inférieur à 1/1 000. B - Permet de connaître le sexe
probabilité de l’union de deux [34] du foetus.
hétérozygotes est de (1/25) 2 = :A C - Permet le dosage des
1/625 Il-2 a un enfant hémophile et des facteurs VIII et IX.
La probabilité d’avoir un enfant antécédents familiaux de parents E - Est le dernier progrès de la
atteint est de 1/4. Donc le hémophiles dans la lignée génétique moléculaire.
risque total d’avoir un enfant maternelle donc elle est Létude de l’ADN foetal est
atteint pour ce couple est de “conductrice obligatoire”. possible après biopsie du
1/625 x 1/4 = 1/2500 trophoblaste qui a la même
[30] [35] origine
:E :A embryologique que le foetus.
Les deux parents sont Les filles d’un hémophile sont Ce prélèvement s’effectue sous
hétérozygotes obligatoires toutes conductrices. échographie entre la 9ème et la
puisqu’ils ont déjà un enfant XH Y 12ème semaine d’aménorrhée.
atteint de mucoviscidose. La X XXH XY [42]
descendance de ce couple suit X XXH XY :BD
donc le tableau suivant: 50 % de filles, toutes Larbre généalogique de la
Aa conductrices. famille est le suivant: (dessin à
A AA Aa 50 % de garçons, tous sains. compléter) la mère est donc
a Aa aa [36] conductrice obligatoire. La
75% des enfants sont sains :C descendance du garçon
dont 2/3 sont hétérozygotes Lorsque la mère est conductrice, hémophile est:
25% des enfants sont atteints. sa descendance en cas d’union Y XH
[31] avec un homme sain est la X XX XXH
:B suivante X XY XXH
La mère a 34 ans lors de sa XH X Toutes les filles sont saines et
grossesse. Le risque d’avoir un X XXH XX conductrices, tous les garçons
enfant trisomique est de 1/650 Y XHY XY sont sains.
(c’est la valeur la plus probable Une fille sur deux est conductrice [43]
compte tenu des chiffres Un garçon sur deux est :A
donnés précédemment). hémophile Le garçon sain (XY) aura toute
[32] [37] sa descendance normale.
:E :D
Il-5 est la demi-soeur de II-3 qui Il-3 a 1 chance sur 2 d’être [44]
est hétérozygote pour la conductrice, donc sa fille III-5 a :CE
mucoviscidose. Le risque pour lI une chance sur 4 d’être La fille a une chance sur deux
5 d’être également conductrice. d’être conductrice. Sa
hétérozygote est (1/2) 2 = 1/4. [38] descendance sera la suivante
- coefficient 2 = nombre de :E si elle est conductrice
chaînons reliant les deux demi- Tous les enfants de sexe XH X
27
X XXH XX [50] Turner.
Y XHY XY :E [56]
Une fille sur deux est Pour que ce couple ait un risque :D
conductrice d’avoir un enfant atteint donc D - Il s’agit du signe de
Un garçon sur deux est homozygote, il faut que le père Kosowicz dépisté par la
hémophile. soit hétérozygote. Le risque radiographie de genou : le
Donc le risque d’avoir une fille d’avoir un enfant atteint est donc plateau tibial
conductrice est de 1/4 et le égal à la fréquence des interne est concave, oblique en
risque d’avoir un garçon hétérozygotes dans la population bas et en dedans. Il existe une
hémophile générale : celle-ci est peu hypertrophie du condyle
est de 1/4. différente de la fréquence du fémoral interne.
[45] gène dans la population. A - FSH élevée.
:CE [51] B - Oestrogène bas.
Les filles d’un hémophile sont :D E - Age osseux normal.
toujours conductrices Voir réponse [46]. [57]
puisqu’elles héritent de IX :B
pathologique. La descendance [52] Iso: un isochromosome résulte
d’une femme conductrice est la :C dune cassure transversale dans
suivante Sans commentaire. la région du centromère
XH X [53] provoquant la perte d’un bras et
X XXH XX :D la duplication du bras restant.
Y XHY XY A B C E - Sont des signes q : représente le bras long d’un
Une fille sur deux est cliniques de la trisomie 21. Le chromosome.
conductrice un garçon sur deux syndrome de Bonnevie-Ullrich [58]
est hémophile. associe :C
[46] - une taille de naissance On appelle conductrice
:B inférieure à la normale obligatoire
Les parents d’enfants atteints - un oedème lymphatique du dos - les filles d’hémophile (III 1)
de maladies à transmission des mains et des pieds - les mères de deux enfants
autosomique récessive sont - un excès de peau sur la nuque, hémophiles
toujours tous les deux voire un ptérygium colli. - les mères d’un enfant
hétérozygotes. Ce syndrome dysmorphique hémophile ayant des
[47] permet dévoquer le diagnostic de antécédents familiaux du côté
:E syndrome de Turner à la maternel (12, lI-2).
IV-1 étant sain, il a 2/3 chance naissance. [59]
d’être hétérozygote [54] :C
Aa :A Le diagnostic repose sur la
A AA Aa A - L’aménorrhée primaire est la mise en évidence de fragments,
a Aa aa règle dans le syndrome de de longueur fonction du gène
a : gène récessif autosomique. Turner. codant pour le facteur IX.
75% d’enfants sains dont 2/3 B - Le retard statural est A - Pour le gène pathologique.
sont hétérozygotes. constant. B - Pour le gène normal.
25% d’enfants atteints. C - li ny a pas de déficit mental Ces fragments sont découpés
[48] classiquement dans le syndrome par des enzymes dits de
:A de Turner. restriction, leur longueur
Tout sujet atteint d’une maladie D - Sans rapport avec le variable est dite polymorphe
autosomique récessive est syndrome de Turner. (polymorphisme de restriction).
homozygote pour le gène E - Le cou est au contraire court,
pathologique. parfois élargi par un pterygium [60]
[49] colli. :C
:B [55] Il-9 étant conductrice, il faut
IV-3 et IV-4 sont tous les deux :A déterminer le sexe foetal par
homozygotes donc tous leurs La coarctation de l’aorte est la biopsie de trophoblaste à la
enfants seront homozygotes et malformation cardiaque la plus 10ème semaine car on pourra
atteints. fréquente du syndrome de rassurer la patiente si celle-ci
28
attend une fille. S’il sagit dun Aa 1/50.
garçon, on effectuera le A AA Aa Le risque pour ce couple d’avoir
diagnostic prénatal de a Aa aa un enfant atteint est de 1/50 x
l’hémophilie par analyse de [67] 1/4 = 1/1200.
d’ADN foetal. :E [72]
[61] Il-3 et Il-5 sont demi-soeurs: le :D
:E risque d’avoir un gène commun Le risque d’avoir un gène
La mère du conjoint de Il-10 est est 1/4 (=(1/2)2). commun pour deux cousins
porteuse d’une translocation 45 Le risque pour que le conjoint de germains est de 1/8. Donc le
t(14,21). Il-5 soit hétérozygote est celui de risque est de 1/2 x 1/8 = 1/16.
Cette patiente est saine, donc le la population générale, soit Le risque d’avoir un enfant
risque de 45 t (14,21) est de 1/25. atteint est dans ce cas : 1/16 x
1/2. Le risque pour que le couple soit 1/4 = 1/64.
[62] formé de deux hétérozygotes est [73]
:C de 1/4 X 1/25 = 1/100 :C
Si le conjoint de li-10 est porteur Un couple d’hétérozygotes a 1 Le dosage d’enzymes
dune translocation équilibrée, le chance sur 4 d’avoir un enfant digestives dans le liquide
risque d’avoir un enfant atteint. amniotique tels que la
trisomique est de 1/3. Le risque total est donc 1/100 x gammaglutamyltransférase, la
Donc le risque total est de 1/2 x 1/4 = 1/400. leucine aminopeptidase, la
1/3 = 1/6 [68] phosphatase alcaline totale et
[63] :E surtout ses isoenzymes, permet
:D Il-6 a 23 ans lors de sa un diagnostic anténatal fiable.
Il-2 avait 45 ans lorsqu’elle grossesse, donc le risque de L’autre méthode de dépistage
attendait III-3. Le risque d’avoir trisomie 21 est de 1/2500. anténatal est l’analyse de l’ADN
un enfant trisomique est de foetal.
2,6%. [69] [74]
[64] :D :E
:A La mucoviscidose est une Il existe aucune méthode fiable
Une trisomie 21 libre résulte maladie à hérédité récessive de dépistage des
d’une malségrégation méiotique autosomique. Elle résulte de hétérozygotes.
accidentelle. Le caryotype des l’union de deux hétérozygotes [75]
parents est normal. La fratrie porteurs sains. Le risque d’avoir :D
n’a pas d’anomalie du un enfant atteint (homozygote) L’amniocentèse doit être
caryotype. Le risque de trisomie est de 1/4. réalisée à la 17ème -1 8ème
21 pour l’enfant de III-1 est celui [70] semaine d’aménorrhée pour
de la population générale : III-1 :A que le diagnostic soit le plus
a 27 ans lors de sa grossesse, Les deux parents, Jean et Marie, fiable possible (c’est la
le risque est donc de 1/2500. sont hétérozygotes obligatoires meilleure période de
[65] du gène pathologique. discrimination entre les taux
:A [71] normaux et les taux
La survenue d’un enfant atteint :C pathologiques de l’enzyme
de mucoviscidose dans cette Il faut lire : “la fréquence des dosé).
famille sans antécédent a une hétérozygotes est de 1/25” car la [76]
probabilité égale à celle de la fréquence du gène de la :A
population générale. mucoviscidose est de 1/50. Le Bien que le frère de Jean soit
[66] risque pour la soeur d’être hémophile, Jean étant sain, il a
:E hétérozygote est de 1/2 c’est à un génotype normal obligatoire.
La mucoviscidose est une dire Le risque de ce couple est un
maladie à transmission (1/2)2 + (1/2)2, risque standard non majoré.
récessive autosomique. Les 2 = nombre de chaînons de [77]
deux parents sont parenté. :D
hétérozygotes obligatoires. Le Le risque que la soeur de Marie Il-2 est une conductrice
risque d’avoir un enfant atteint fasse union avec un autre obligatoire III-1 a une chance
est de 1/4 hétérozygote est : 1/2 x 1/25 = sur deux d’être conductrice. Si
29
elle est conductrice, sa fille IV-2 sont un signe constant dans le Sans commentaire.
a aussi une chance sur deux syndrome de Klinefelter. [95]
d’être conductrice. Si IV-2 est [84] :E
conductrice, elle a une chance :E Etude du caryotype. Il n’y a pas
sur deux d’avoir un garçon et La biopsie n’est pas de différence clinique entre une
dans la moitié des cas il risque indispensable pour poser le trisomie 21 libre et par
d’être myopathe. Donc le risque diagnostic. translocation.
total est 1/2 x 1/2 x 1/4 = 1/16. [85] [96]
:C
[78] QUESTION ANNULEE. Il n’y a pas d’anomalie
:C [86] chromosomique dans sa propre
Si IV-2 a un enfant myopathe, :BD famille.
IV-2 est conductrice obligatoire A - Testostéronémie normale ou [97]
ainsi que III-1. IV-1 aune diminuée. :E
chance sur deux d’être B - FSH et LH sont augmentées. Nécessité d’un caryotype pour
conductrice. Si IV-1 est D - Azoospermie constante. la descendance de Il-1. Pour III-
conductrice, le risque d’avoir un [87] 1, soit le génotype est normal,
garçon myopathe est 1/4. Le :B soit il y a une translocation
risque total est de 1/2 x 1/4 = Landrogénothérapie substitutive équilibrée.
1/8. n’est pas souhaitable dans tous
[79] les cas. Quoi qu’il en soit, [98]
:D l’infertilité persiste. :C
IV-1 a une chance sur deux La mucoviscidose est une
d’être conductrice, V-2 a une [88] maladie autosomique
chance sur deux d’être :C récessive. IV-3 est donc
également conductrice si sa Sans commentaire. homozygote pour le gène muté
mère est conductrice. Si V-2 est [89] (ala). Sa mère (III-2) est
conductrice, le risque d’avoir un :D forcément a/A. Elle peut avoir
garçon myopathe est de 1/4. B - N’est pas indiqué du fait de reçu lallèle muté soit de son
[80] l’absence d’antécédents de père, soit de sa mère. Il-2 a
:B fausse couche, d’enfant porteur donc un risque de 1/2 d’être
Si V-2 est un garçon myopathe, de hétérozygote. l-1 et l-2 ont
IV-1 est conductrice obligatoire. malformation ou mort-né, de l’âge globalement un risque de 1/2
Le risque davoir un troisième de la mère. de porter l’allèle muté l’un ou
garçon qui serait myopathe est C - En l’absence d’antécédents l’autre et un risque de 1/4 de
de 1/4. familiaux, le risque d’avoir un l’avoir transmis à Il-3. Le risque
X XM enfant anormal est d’environ 5 %. pour III-3 est donc de 1/8.
X XX XXM [90] [99]
Y XY XMY :BD :A
[81] B - Autosomique récessive. Le risque pour III-4 d’être
:C C - Récessif au sexe. malade est celui de la
A - On n’observe pas [91] population générale. Si p est la
d’hypogonadisme ni de retard :D fréquence de
pubertaire dans ce cas. Sans commentaire. rallèle sain et q est la fréquence
D - Fait partie de la proposition [92] de rallèle malade
E. :A p + q = 1.
[82] B - Population générale. p 2 + q 2 + 2pq = 1 où p 2 =
:A C - 38 ans. fréquence des homozygotes
B - Syndrome de Turner. D - 40 ans. sains ; q 2 = fréquence des
C - Caryotype féminin normal. [93] homozygotes malades ; 2pq =
D - Caryotype masculin normal. :C fréquence des hétérozygotes.
E - Syndrome de Turner. Il s’agit dune transiocation, il y a Par approximation, p = 1, donc
[83] donc 46 chromosomes. fréquence des hétérozygotes =
:D [94] 2 x racine carrée de la
Des testicules de petite taille :B fréquence des malades = 2 x
30
racine carrée de 1/2500 = 1/25. peut se trouver que le X muté soit risque est de 1/2.
[100] majoritairement inactivé). [111]
:C :D
Le risque pour IV-8 d’être a/a [106] Le risque est celui de la
= risque que sa mère soit a/A x :A population générale.(équilibre
risque que son père soit a/A x Sa mère étant “à priori’ de Hardy-Weinberg).
1/4. conductrice, III-6 a une chance [112]
= (1/8) x (1/25) x (1/4) sur deux d’avoir reçu de celle-ci :BD
= (1/800) l’allèle muté. Sans commentaire.
[101] [107] [113]
:C :A :B
Sans commentaire. Tous les hommes malades sont Risque pour que l’enfant soit
[102] homozygotes pour cet haplotype. m/m
:D Toutes les femmes dont les CPK = risque que la mère soit m/M x
Dans de telles familles, sont élevées en possèdent un risque que le père (donneur)
l’utilisation des RFLP est exemplaire. soit m/M x 1/4
cependant un élément plus [108] [114]
précis, permettant également le :BCE :C
dépistage des hétérozygotes et B - Vrai, les garçons ayant Puisque Il-3 et Il-4 ont un enfant
un diagnostic anténatal plus forcément reçu leur haplotype atteint (et un oncle atteint), elles
précoce par biopsie de marqueur de leur mère, on peut sont forcément conductrices.
trophoblaste si le risque déduire d’après Il-4 dune part, Il- Donc l-2 est aussi conductrice
théorique pour l’enfant à naître 6 et Il-7 dautre part, que l-1 obligatoire. Dans ces
est important. possède comme génotype conditions, Il-2 a une probabilité
[103] AbC/aBc. de 1/2 d’avoir reçu de sa mère
:D Les filles Il-1, Il-3 et Il-5 ont reçu un X muté.
L’amniocentèse (qui se pratique un des haplotype de leur mère (il
vers la 17ème semaine) se trouve sur ce schéma inscrit [115]
permettra à la fois le diagnostic toujours à droite du trait vertical) :B
biochimique de mucoviscidose et rautre de leur père. Ce dernier Si Il-2 est conductrice, elle a
et une étude du caryotype devrait être identique pour les une chance sur deux d’avoir
foetal après culture des trois, si elles avaient le même transmis un X muté à III-2. Le
amniocytes pour éliminer une père puisque les hommes, risque pour III-2 est donc : (1/2)
anomalie chromosomique. Les n’ayant qu’un seul X, sont x (1/2) = (1/4)
autres prélèvements proposés forcément homozygotes. [116]
sont plus dangereux pour le C - Vrai. III-7, bien que possédant : E
foetus et non nécessaires dans rallèle associé au gène DMD Puisque Il-1 est sain, son
le cas présent. dans cette famille, est sain. D - chromosome X n’est pas
[104] Faux, puisque les données de la porteur de la tare et sa fille n’a
:B biologie moléculaire permettent aucune raison d’être
NB : Les flèches CK 360 et CK de dire qu’elle est ‘à priori’ non conductrice (on suppose
400 devraient être dirigées vers conductrice. naturellement que la mère nest
Il-3 et Il-5. Le fait d’avoir à E - Vrai, puisque Il-5 est pas apparentée).
plusieurs reprises des CPK conductrice (une recombinaison [117]
élevées signifie que ces sujets est intervenue pour une donnée :E
sont hétérozygotes donc de ses gamètes mais non pour Pour cette famille, l’allèle B
conductrices. elle-même puisque ses CPK sont coségrège avec rallèle muté du
[105] élevées). facteur IX. Les hommes atteints
:E [109] sont B (sauf III-6 qui a reçu, par
Il se peut que Il-1 soit non :C coïncidence, cet allèle de sa
conductrice mais on ne peut Sans commentaire. mère, non apparentée donc
l’affirmer. En effet, environ 1/3 [110] supposée saine). Les femmes
des conductrices ont une CK :C porteuses sont hétérozygotes
normale (problème de Il-7 étant le frère et donc le fils AB. Une femme AA est
l’inactivation aléatoire des X: il d’un hétérozygote obligatoire, le forcément saine.
31
[118] ce prélèvement, délicat, 1/25.
:E s’effectue à 20 semaines - Risque pour III-3 d’être
Dans cette famille, les femmes d’aménorrhée. On préfère, quand malade = (2;/3) x (1/25) x (1/4)
porteuses sont forcément AB cela est possible, un diagnostic = (1/150).
mais toutes les femmes AB ne semi-direct par l’analyse de [126]
sont pas obligatoirement RFPL, de préférence :B
porteuses si elles ont reçu intragénique. Soit l-3 le père de Il-4 et l-4 son
rallèle B du parent non [121] frère (ou sa soeur) dont la fille
apparenté aux malades (l-3, III- :C (Il-5) est malade.
4, III-5). Ainsi, III-2 (comme III- l-1 est forcément porteuse Il-5 est homozygote pour l’allèle
1) nest pas porteuse. Il se puisqu’elle a deux garçons malade, donc l-4 est
trouve que l’allèle B est répandu malades. Ses filles sont toutes un hétérozygote. l-3 a une chance
dans la population générale et risque de 1/2 d’avoir reçu le X sur deux
que le père de III-2 le lui a muté. d’être hétérozygote.
transmis. [122] Le risque pour Il-4 de porter
[119] :A l’allèle malade est alors de 1/4.
:B Dans cette famille, l’allèle RFPL Le risque pour III-3 d’être
Le foetus est sain puisqu’il n’a qui coségrège avec l’allèle muté malade devient: (2/3) x (1/4) x
pas reçu le X muté (portant est S-1. Les garçons malades (1/4) = (1/24).
rallèle B). Comme la sonde est sont homozygotes pour cet allèle, [127]
intragénique, il ny a pas de les conductrices obligatoires en :E
risque de recombinaison. Si le possèdent un exemplaire. Il-6 ne C’est une technique un peu
diagnostic de foetus normal le possède pas. Elle est donc ancienne. On préfère
n’est obtenu que par un seul saine. maintenant l’étude des
RFLP extragénique (il faut polymorphismes de restriction
essayer en essayer plusieurs [123] proches du gêne comparé à la
car ils ne sont pas tous :D même étude chez les membres
informatifs dans toutes les Sans commentaire. de la famille. Ceci s’effectue en
familles), alors le risque de [124] général sur une biopsie de
recombinaison (environ 5 %) :B trophoblaste.
impose une vérification Sans commentaire. [128]
ultérieure par dosage direct du [125] :BDE
facteur IX dans le sang du :B Il-2 n’est très probablement pas
cordon. - Risque pour Il-3 d’être porteuse de l’hémophilie
[120] hétérozygote = 2/3 (ses parents puisqu’il n’y a pas d’ATCD dans
:BCE sont hétérozygotes obligatoires et la famille.
L’hémophilie A est due à un lui La descendance de ce couple
défaut du facteur VIII de la nest pas malade). sera constituée de garçons
coagulation. Elle touche 1 - Risque pour Il-4 d’être sains et de filles toutes
garçon sur 5000 et est 10 fois hétérozygote = fréquence des transmettrices (XX x X’Y = XX’;
plus fréquente que l’hémophilie hétérozygotes dans la population XY).
B qui est due à un défaut du générale, soit: La descendance d’une fille
facteur IX (D est faux). si p = fréquence de rallèle sain, q transmettrice (dont le mari est
Les deux gènes (facteur VIII et = fréquence de rallèle malade, sain) est la suivante : XX x XY
facteur IX) sont situés à la alors p + q = 1, donc p2 + q 2 = XX XX ; X’Y ; XY, soit 25 %
partie distale du chromosome X + 2pq = 1 (équilibre de Hardy- de garçons malades.
dans une région à la fois riche Weinberg), ou p2 = fréquence [129]
en gènes et particulièrement des sujets sains (1), q 2 = :BC
vulnérable. Le taux de mutation fréquence des sujets malades Le père a une translocation
de Novo serait très élevé, de (2), alors 2pq = fréquence des équilibrée telle que les
l’ordre de 30 % des hémophilies sujets hétérozygotes (3). chromosomes 1 et 4 ont
A (C vrai). Par approximation, p = 1, (3) échangé leurs bras courts.
Le dépistage prénatal est devient alors 2 x Racine carrée L’enfant a un caryotype
possible par le dosage direct du (fréquence des malades) = déséquilibré, ayant hérité de
facteur VIII dans le sang foetal; fréquence des hétérozygotes = son père d’un chromosome 4
32
normal et d’un chromosome 1 transmettrice. Ses fils peuvent [142]
anormal (der 1 = dérivé de 1) être 8.7/1.6 (ils sont alors :A
qui est constitué des bras longs malades) ou 7.5/1.6 (ils sont - Le trophoblaste est recueilli
de 1 et des bras courts de 4. alors sains). Ses filles peuvent entre la 8ème et la 12ème
[130] être soit 8.7/1.6 ; 8.7/1.6 (elles semaine. Le fragment est
:B sont transmettrices) soit 7.5/1.6 obtenu par
Pour que cet enfant ait un 8.7/1.6 (elles sont saines). biopsie de villosités choriales
caryotype équilibré, il faut que [137] accessibles par voie basée
les 2 chromosomes qui ont :B transcervicale. Le risque de
échangé du matériel soient En effet, elle n’a pas reçu de sa fausse-
dans la même gamète lors de la mère le X muté puisqu’elle ne couche est légèrement
méïose parentale. Le “4” porte pas l’haplotype 8.7/1.6. supérieur à celui de
transloqué a 50 % de chances [138] l’amniocentèse. Il n’y a pas
de migrer avec le “1” :C besoin de cultiver le
transloqué. Sans commentaire. tissu avant l’analyse, si bien
[139] que le résultat peut être rendu
[131] :C précocément.
:B Des parents sains peuvent - L’amniocentèse est pratiquée
Puisque la grand-mère porte la transmettre la maladie. Elle n’est à 17 semaines d’aménorrhée. Il
translocation, il est possible que donc pas dominante. Il y a trop faut cultiver 15 jours les
son deuxième fils la porte aussi. de malades pour une maladie AR amniocytes avant de pouvoir
Sil est cliniquement normal, il alors qu’il n’y a pas de mariage étudier le DNA.
n’y a que deux possibilités consanguin. C’est un arbre - La ponction du cordon est une
équiprobables : caryotype généalogique au contraire très technique délicate, non
normal ou translocation évocateur d’une maladie effectuée en routine, qui peut
équilibrée. récessive liée au sexe. être
[132] [140] pratiquée vers la vingtième
:C :AB semaine d’aménorrhée.
Sans commentaire. Les transmettrices sont difficiles - D est discutable car il y a des
[133] à détecter par le dosage du formes bénignes (activité,
:E facteur VIII, relativement imprécis facteur V> 5 %).
Puisque le seul malade qui ait et soumis aux aléas de la [143]
pu être étudié porte cet lyonisation (= inactivation :C
haplotype... aléatoire d’un des deux X chez Il-3 est conductrice puisqu’elle
[134] une femme. Le X muté peut être a un fils atteint et une soeur
:B majoritairement inactivé, le conductrice.
l-1 est homozygote pour le facteur VIII sera alors> 50 %). [144]
marqueur. Lorsqu’elle transmet Pour que l’item B soit :ABc
l’allèle 8.7/1.6 à un de ses parfaitement clair, il faudrait dire - Le gène de la DMD est le plus
enfants, il peut aussi bien s’agir “inactivation de IX muté . Tel grand de tous les gènes
du X sain que du X muté. quel, il est un peu discutable. communs (2 mégabases soit
[135] mille
:E [141] fois le gène de la globine). Il
Puisque la maladie est liée à IX, : A B contient environ 60 exons.
elle ne peut être transmise par D - Faux. On peut parfois mettre - Il code pour une protéine
un homme sain (son X unique en évidence des délétions. Dans appelée Dystrophine dont la
est forcément sain). ce cas, ce sont des mutations séquence a été déduite du
[136] ponctuelles. La plupart nont pas CDNA
:E été identifiées. On a donc recours mais dont le rôle exact n’est
Puisque Il-3 est conductrice à un diagnostic par RFLP (étude pas connu (elle appartient sans
obligatoire et hétérozygote pour des polymorphismes de doute au cytosquelette).
le marqueur, on sait que le restriction) à laide de sondes - La pathologie du gène DMD
chromosome X qu’elle a intragéniques (diagnostic semi- est dominée par la fréquence et
transmis à III-2 est celui qui direct) ou extragéniques la diversité des délétions. Le
porte la mutation. III-2 est donc (diagnostic indirect). taux très élevé de néomutations
33
s’explique peu par la longueur Il-2 ou Il-4 ont donc un risque de
de la séquence codante mais 1/2 de posséder l’allèle muté, l’un
surtout par son architecture ou rautre. Ils auraient alors reçu
particulière (morcellement et l’allèle d’un de leurs parents qui
caractère répétitif des exons). l’aurait transmis à Il-6 avec un
[145] risque de 1/2.
Le risque pour que Il-6 soit m/M
QUESTION ANNULEE. est donc de 1/4.
[146] Le risque pour que IV-6 soit m/M
:ABE est donc de 1/8.
Le fait d’avoir des CPK Le risque pour que IV-1 et IV-6
normales ne permet pas aient un enfant atteint est
d’affirmer que les femmes ne 1 x (1/8) x (1/4) = (1/32).
sont pas porteuses. [151]
En revanche, la pénétrance
étant de 100 % et les hommes Il n’y a pas de réponse
ne possédant qu’un seul X, satisfaisante à cette question.
ceux qui sont cliniquement NB : t (3 ; 17) (ql 1; p12) signifie :
sains ne portent sûrement pas translocation réciproque entre le
le gène muté. bras long d’un
[147] chromosome 3 et le bras court
d’un chromosome 17, les points
QUESTION ANNULEE. de cassure étant sur le
[148] chromosome 3, la sous-bande 1
:E de la bande 1 du bras long et sur
L’étude de la biologie le chromosome 17, la sous-
moléculaire permet en effet bande 2 de la bande 1 du bras
d’affirmer qu’il s’agit d’une court.
néomutation chez Puisque IV-1 est
III-4. phénotypiquement sain, il a un
L’étude de III-4 permet de dire risque de 1/2 de porter la
que la mutation est liée à translocation. Dans ce cas, il y a
l’haplotype de restriction 2-8. 4 possibilités, théoriquement
Or, ni le équiprobables. pour le foetus V-4
frère III-3, ni l’oncle Il-1, ni le - caryotype normal,
grand-père l-1, pourtant - trisomie 3q,
porteurs de 2-8, ne sont - trisomie 17q,
atteints. - translocation équilibrée.
Le risque pour V-4 de porter la
[149] translocation serait 1/8ème, soit
:D 12,5 %...Sauf si l’on considère
D’après V-2, le gène muté de la qu’il est phénotypiquement sain.
§ thalassémie est, dans cette Le risque serait alors de 25 %.
famille, lié à rallèle “A” pour les [152]
enzymes étudiées. :C
D’après V-3, le gène muté Cf commentaire de la qestion
responsable de la précédente.
mucoviscidose est lié à
l’haplotype de restriction “a’.
[150]
:C
Si IV est porteur dun allèle muté
m pour une maladie AR, III-1 ou
III-2 sont forcément
hétérozygotes, l’un ou l’autre.
34
Immunologie

[1] myéloïdes par l’intermédiaire de [8]


:D la synthèse de lymphokines. :AC
Seules les fractions C3a et C5a [5] La maladie sérique est due à la
(anaphylatoxines) du :E présence de complexes
complément déclenchent la La réponse immunitaire au BCG immuns circulants. La maladie
dégranulation des mastocytes est une réponse retardée à du poumon de fermier est un
(pas la fraction Clq ni le facteur médiation cellulaire. L’immunité équivalent humain du
B). L’inhibiteur de la Clestérase ne peut donc être transmise que phénomène d’Arthus où les
na aucun rapport avec le par les lymphocytes T. Seule la complexes immuns se forment
mastocyte. LIgE se fixe par son dernière réponse est valable localement au niveau du
fragment Fc sur le mastocyte; la puisque seule la rate de souris, poumon. L’eczéma atopique est
dégranulation ne peut alors se préalablement immunisée, dû à une hypersensibilité de
faire que lors de l’établissement contient des lymphocytes. type I. La pneumonie à
dun pont entre 2 IgE. [6] pneumocoque n’est pas une
[2] :D maladie à complexes immuns.
:D Un fragment Fab comprend la Le diabète insulinoprive ferait
La bradykinine est le produit de partie constante et la partie plutôt intervenir des réponses
clivage du bradykinogène variable d’une chaîne légère, la immunitaires cellulaires.
plasmatique par la kallikréine. partie variable et le premier [9]
L’histamine est synthétisée par domaine de la partie constante :C
les mastocytes et les d’une chaîne lourde. Il forme L’opsonisation est le
basophiles, la sérotonine par alors un site anticorps phénomène d’adhésion de
les plaquettes, les (monovalent) permettant la l’antigène sur le macrophage.
prostaglandines par les fixation de l’antigène. Le Cette adhésion se fait
macrophages, les complément se fixe sur le essentiellement grâce au
polynucléaires neutrophiles, les fragment Fc des 1g. Pour fixer 2 fragment C3b du complément
cellules endothéliales, le MIF antigènes, il faut 2 fragments Fab et aux anticorps qui sont
par les lymphocytes T. ou un fragment (Fab)2. La capables de se fixer aux
[3] fixation des anticorps sur les macrophages par leur fragment
:C parois cellulaires s’effectue par Fc, c’est à dire essentiellement
Les IgE et les IgA atteignent le l’intermédiaire du fragment Fc. les lgG. Le C3a et le C5a sont
taux de l’adulte vers râge de 12- [7] des anaphylatoxines. Le C5a
13 ans. Les lgM atteignent le :DE est un puissant facteur
taux de l’adulte vers l’âge de 10 Les lymphocytes B possèdent chimiotactique des
mois. des 1g, de membrane et le polynucléaires neutrophiles.
[4] récepteur du virus d’Epstein-Barr. [10]
:B De nombreuses cellules ont des :BCE
La réponse à des antigènes récepteurs pour le fragment Fc Les lgM ne se fixent pas aux
thymo-indépendants se fait des 1g en particulier les macrophages et ont un poids
indépendamment des lymphocytes T. Les cellules B ont moléculaire de 900 000 daltons.
lymphocytes T. Les à leur surface des récepteurs [11]
lymphocytes T peuvent être pour le C3d, pour le Clq mais :A
suppressifs de la réponse d’autres cellules ont aussi ces La LLC est une prolifération
immunitaire retardée. Ils récepteurs. Il semble cependant monoclonale de cellules B et
sécrètent des lymphokines que le récepteur au virus s’accompagne fréquemment
permettant la différenciation des d’Epstein Barr soit le récepteur d’une gammapathie
cellules B. du C3d qui est également porté monoclonale. Dans le myélome
Les lymphocytes T helper par les cellules dendritiques. La non excrétant, il n’y a pas
permettent une maturation des réponse à ce Q.C.M. peut donc d’immunoglobuline sérique
lymphocytes T cytotoxiques être nuancée mais il est admis détectable. Infections urinaires
anti- viraux. classiquement que IEBV a un et rhume des foins ne sont pas
Les lymphocytes T aident à la tropisme préférentiel pour les en rapport avec une anomalie
différenciation des cellules lymphocytes B. des lymphocytes B.
1
En ce qui concerne le déficit ayant un rôle déterminant dans la C’est uniquement dans la voie
immunitaire primitif, il aurait été coopération sont les lymphocytes classique que C2 et C4
bon dans la question de T et les macrophages. interviennent pour le clivage de
préciser le type de ce déficit C3. Les autres propositions
immunitaire. En effet, s’il s’agit [16] sont toutes les 3 vraies.
d’un déficit immunitaire portant :E [23]
sur tous les lymphocytes B, on Les autres anticorps peuvent se :E
ne trouve pas voir au cours du lupus mais sont Phagocytose et présentation de
d’immunoglobuline sérique moins spécifiques de cette l’antigène sont les rôles
monoclonale. Par contre, si ce maladie. essentiels du macrophage.
déficit est partiel et porte sur [17] Après cette étape, le
une sous-population de :D macrophage sécrète des
lymphocytes B, une autre sous C’est une réaction retardée à médiateurs agissant sur les
population de cellules B peut médiation cellulaire. Le lymphocytes T dont le principal
produire une immunoglobuline granulome comprend est IIL1. Enfin, le rôle de
monoclonale en excès et la essentiellement des lymphocytes cytotoxicité du macrophage est
réponse C est juste. T et des macrophages. surtout important dans lactivité
[12] [18] antitumorale.
: B D. :A [24]
Le vaccin antivariolique est fait Les lymphocytes T sont le :C
à partir de virus vaccinal vivant support immunologique des L1L2 est une lymphokine active
atténué ayant une antigénicité rejets de greffe dorgane. sur les lymphocytes T
croisée avec le virus de la [19] possédant des récepteurs à
variole. Le BCG et le vaccin :ADE l1L2, sécrétée essentiellement
antirougeoleux sont des vaccins Un site idiotypique dune par les lymphocytes T helpers
faits à partir de bactéries immunoglobuline est porté par la et en beaucoup plus faible
vivantes atténuées pour le partie variable dune chaîne quantité par les lymphocytes T
premier et de virus vivant lourde et dune chaîne légère qui cytotoxiques activés. L’1L2 est
atténué pour le second. Le appartiennent au segment Ev. 1, un facteur de croissance des
vaccin antitétanique est une les fragments Eab et (Eab)2 lymphocytes T in vivo et in vitro
anatoxine. Le vaccin comprennent le fragment Ev et et permet le maintien en culture
anticoquelucheux est fait à sont donc également capables de in vitro de clones T.
partir de bactéries tuées. réagir avec un anticorps
[13] antiidiotype. [25]
:D [20] :B
Tous les vaccins ne sont pas :C La pièce sécrétoire est
mélangés à des adjuvants et ils Connaissance. synthétisée juste avant le
ne contiennent pas tous des [21] passage des IgA dans le tube
germes vivants. Par ailleurs, :AE digestif par les cellules
tous les micro-organismes En effet, une biopsie de peau épithéliales de la muqueuse
responsables d’une infection ne pathologique peut être positive et digestive.
produisent pas de toxine. La en relation avec les lésions [26]
seule réponse correcte est cutanées. De même, la peau :B
d’entraîner l’apparition d’une exposée au soleil peut avoir Le RAST est un test permettant
immunité active. certaines anomalies en rapport de doser les IgE spécifiques
[14] avec rexposition au soleil et non dun antigène donné.
:D pas avec la maladie systémique. [27]
On ne greffe jamais un organe La biopsie cutanée positive en :C
chez un receveur ayant un histologie standard et en La cytolyse par les lymphocytes
cross-match positif avec son immunofluorescence de peau T nécessite un contact direct
donneur. saine non exposée a un intérêt entre le lymphocyte T et la
[15] diagnostic important dans le cellule cible. La fixation
:E lupus. préalable d’anticorps sur la
Dans la réponse à médiation [22] cellule cible est en rapport avec
cellulaire, les 2 types de cellules :A la lyse
2
ADCC. rien à voir avec cette réaction. et provoquer ainsi une maladie
La lyse dépendante de [33] sérique.
lymphokines est due à d’autres :CE Les immunoglobulines
cellules tueuses (LAK: Seules les IgGi, lgG2, lgG3, et humaines n’ont pas un titre plus
lymphokine activated killer). Le lgM fixent le complément et élevé d’anticorps et ne sont pas
complément et les anticorps l’activent par la voie classique. monoclonales puisqu’elles sont
cytotoxiques interviennent dans Les IgA agrégées, linuline et le prélevées chez des sujets
les lyses anticorps zymozan activent le complément ayant des taux élevés d’lg
dépendantes. par la voie alterne. antitétaniques mais elles ne
[28] subissent pas de séparation
:C [34] avec les autres 1g prélevées en
Grâce à la production de MAF :ABDE même temps. Les
et d’interféron gamma par les Les immunoglobulines de surface immunoglobulines animales
lymphocytes T, les prédominantes sur les sont sous forme complète d’lg.
macrophages peuvent êtres lymphocytes B sont les lgM et les [38]
activés. lgD. :C
[29] [35] L’atteinte rénale du LEAD est
:ABCD :B due à un dépôt de complexes
Les lymphocytes activés Lors de l’activation du immuns circulants.
libèrent des lymphokines ayant complément par la voie [39]
une action sur les macrophages classique, les facteurs de la voie :B
(MAF, MIE, IFN gamma...), sur classique sont diminués (Clq, C2, Seules les lgG (IgGI, lgG3,
les lymphocytes T (1L2), sur les C3,C4). Pour différencier une lgG4, et pas les lgG2) passent
lymphocytes B (BCGF). Par activation de la voie classique par la barrière placentaire chez
contre, IIL1 est synthétisée par rapport à une activation de la l’homme.
les macrophages. voie alterne, il faut donc doser les [40]
[30] facteurs CIq et C4 qui :D
:ABCD n’appartiennent qu’à la voie Et oui, c’est très faible
La forme monomère des IgA est classique et pas à la voie alterne. [41]
la forme sérique circulante. La [36] :BC
forme sécrétoire de l’lgA est :B L’hypersensibilité de contact est
sous forme de dimère Les molécules HLA de classe I caractérisée par un eczéma au
comprenant la pièce J et la sont constituées d’une chaîne site de contact avec l’allergène.
pièce S. Il n’existe que 2 sous- légère comprenant la bêta 2 Les antigènes les plus
classe dIgA IgAl et lgA2. microglobuline et d’une chaîne communs sont des haptènes
[31] lourde comprenant 3 domaines tels que le nickel, les acryliques
:BE alpha 1, alpha 2 et alpha 3. Les et les composants chimiques
La phytohémagglutinine (PHA) lymphocytes T cytotoxiques trouvés dans le caoutchouc. Le
est un activateur polyclonal des reconnaissent les déterminants DNCB est également un petit
lymphocytes T. Les antigéniques en association avec haptène qui en principe ne
lymphocytes T activés les molécules HLA de classe I. devrait pas être antigénique.
produisent de l1L2. L’1L2 est un La réaction de culture mixte Cependant, ces molécules de
facteur de croissance des lymphocytaire permet de mettre faible poids moléculaire
lymphocytes en évidence entre 2 individus des peuvent traverser la peau et
T. différences entre les molécules venir se coupler par liaisons
[32] HLA de classe Il. Les anticorps covalentes ou non à des
:AD anti-DR reconnaissent les protéines constitutives de
L’histamine et les leucotriènes molécules HLA de classe Il. l’individu. Les cellules
(anciennement SRS-A) sont [37] présentant l’antigène au niveau
libérées lors d’un choc :C de la peau sont les cellules de
anaphylactique. C’est la fixation L’injection d’lg de cheval peut Langerhans qui peuvent
de l’antigène sur les mastocytes provoquer chez l’homme une ensuite recirculer et transporter
recouverts d’lgE qui provoque la réaction immunitaire dirigée ainsi l’antigène vers les
réaction anaphylactique. Le C3 contre les antigènes portés sur ganglions lymphatiques
et l’alpha foeto-protéine n’ont les immunoglobulines de cheval drainant la peau.
3
[42] :AC sabaisse au cours des
:AC C’est le traitement de l’urticaire poussées. Les taux danticorps
Un idiotype est un déterminant aigu. La présence d’oedème de anti-DNA natifs sont également
antigénique porté par la partie Quincke fait préférer l’utilisation très importants car il existe un
variable dune chaîne légère et des corticoïdes d’emblée qui parallélisme entre un taux
dune chaîne lourde. Il est donc peuvent être ensuite relayés par ascendant et révolutivité de la
porté par une molécule des antihistaminiques de maladie. Enfin, les paramètres
anticorps et par les protéines synthèse. de rinflammation sont
myélomateuses qui sont des [47] également indicateurs de
immunoglobulines sauf quand :ACE rechute. Les anticorps anti-
le myélome est à chaîne légère Le phénomène d’Arthus direct fait muscles lisses sont
mais ce nétait pas précisé dans intervenir la présence d’un inconstamment positifs dans le
la question. Le fragment Fc ne antigène local intradermique et LEAD.
porte pas d’idiotype. Les des anticorps circulants. Ces [51]
antigènes de groupe sanguin et anticorps doivent obligatoirement :A
du MHC n’ont rien à voir avec fixer le complément. Les facteurs C’est l’anticorps avec les
l’idiotypie. C3a et C5a du complément qui anticorps anti-DNA natifs
[43] sont des anaphylatoxines (double brin) qui sont les plus
:ACD entraînent la libération spécifiques du LEAD.
La réponse secondaire est d’histamine. Le fragment C5a a [52]
caractérisée par une production une puissante activité :D
d’lgG plus rapide que la chimiotactique qui attire les Laspect de fluorescence
réponse primaire d’lgM, avec polynucléaires neutrophiles. Le périphérique est rare mais
une ascension du taux facteur C3b permet alors spécifique de LEAD et évoque
d’anticorps plus rapidement, un l’osponisation par les la présence danticorps anti-
taux d’anticorps plus élevé et polynucléaires. Les macrophages DNA. Une fluorescence
une décroissance plus lente de et les mastocytes n’interviennent homogène est plus fréquente
ce taux. pas dans le phénomène d’Arthus. évoquant la présence
[44] [48] danticorps anti-histones, d’anti-
:AC :C nucléoprotéines ou danti-ADN.
L’opsonisation sur les Ce sont les anti-DNA natifs et les Une fluorescence mouchetée
macrophages se fait grâce aux anti-Sm qui sont les plus est liée à la présence
récepteurs au C3b et au spécifiques du LEAD. Les autres dantigènes nucléaires solubles.
fragment Fc des lgG. En effet, anticorps peuvent être trouvés Enfin, une fluorescence
cela permet ensuite une dans le LEAD mais également nucléolaire est rarement
phagocytose des complexes dans d’autres connectivites et retrouvée dans le LEAD et est
immuns par l’intermédiaire de sont donc moins spécifiques. plus fréquente dans la
leur fragment Fc ou du C3b qui [49] sclérodermie.
est fixé à leur surface. Le C3a :E [53]
est une anaphylatoxine qui ne L’histamine agit sur les :E
joue aucun rôle dans récepteurs Hi et sur les Sans commentaire.
l’opsonisation. récepteurs H2. Les récepteurs Hi [54]
[45] sont essentiellement situés au :BDE
:AE niveau des vaisseaux et des Les fibroblastes et les cellules
La détection d’anticorps anti- fibres musculaires lisses de Kupifer ne possèdent pas à
globule rouge présents dans le pulmonaires. Les récepteurs H2 leur surface de molécules HLA
plasma se fait par un test de sont situés sur les cellules de classe Il.
Coombs indirect. Le test de pariétales fundiques. Toutes les [55]
Coombs direct permet de réponses sont donc exactes. :BCE
détecter des anticorps non Les molécules HLA de classe Il
agglutinants, des complexes [50] sont présentes sur les
anticorps complément, du :A macrophages, les lymphocytes
complément seul fixé sur les La surveillance du complément B, les lymphocytes T activés,
hématies. sérique au cours du LEAD est les cellules dendritiques et les
[46] essentielle puisque le CH5O cellules de Langerhans.
4
Elles sont, comme les d’hypersensibilité retardée de virales qui sont activées lorsque
molécules HLA de classe I, type 4. L’anémie hémolytique et le virus pénètre dans cette
formées de 2 chaînes qui, dans la thrombopénie sont des nouvelle cellule. L’interféron
ce cas,comprennent chacune 2 réactions de type 2. La maladie n’empêche donc pas la
domaines (alpha 1, alpha 2, sérique est un accident pénétration du virus dans les
bêta 1, bêta 2). Elles peuvent immunologique de type 3 selon la cellules, n’est pas directement
jouer un rôle dans la classification de GelI et Coombs. virulicide mais induit la
reconnaissance d’antigènes par [60] synthèse de protéines anti-
les lymphocytes T cyclotoxiques :ACE virales.
mais dans ce cas, ce Le vaccin antigrippal est fait à [65]
nest pas une reconnaissance partir d’un virus inactivé complet. :D
Le vaccin antitétanique est
allogénique. Enfin, elles jouent Les lgG I, lgG3, lgG4 traversent
un rôle important dans les préparé à partir de ranatoxine le placenta. Les IgA activent le
coopérations cellulaires tétanique. complément par la voie alterne.
macrophages-cellules T-cellules [61] Seules les lgM ne traversent
B. :C pas le placenta et activent le
[56] Seules les IgGI, lgG2, lgG3 et complément par la voie
:ADE lgM fixent le complément. Les classique. Une autre bonne
IgE se fixent effectivement par
Le vaccin antigrippal est fait à réponse aurait été lgG2.
partir d’un virus inactivé leur fragment Fc aux
complet. Le vaccin polynucléaires basophiles et [66]
antidiphtérique est préparé à peuvent se fixer aux :ABD
macrophages. Seules les lgG
partir de lanatoxine diphtérique. Les IgE ont la propriété de se
[57] (sauf les lgG2) traversent la lier aux mastocytes et aux
:A barrière placentaire. basophiles (homocytotropie)
Les protéines BJ sont des [62] avec une forte affinité. Le
chaînes légères kappa ou :B chauffage à 56° pendant une
lambda thermolabiles. Les Les FAN sont effectivement heure détruit cette capacité de
chaînes légères ne sont pas détectables par liaison aux récepteurs Fc des
augmentées de façon isolée immunofluorescence indirecte et mastocytes et des basophiles
dans les syndromes sont fréquemment retrouvés chez mais n’inactive pas leur
inflammatoires. Les chaînes les malades lupiques. capacité à se lier à l’antigène.
légères des molécules HLA de Cependant, par exemple, chez La question est donc mal posée
certains sujets âgés, ils peuvent
classe I nont rien à voir avec les et aurait du préciser si
chaînes légères des être retrouvés sans qu’aucune l’inactivation était celle de la
1g. pathologie leur soit associée et fonction anticorps ou bien de la
ne permettent donc pas d’affirmer capacité de liaison aux
[58] le diagnostic de LEAD. mastocytes et aux basophile.
:ACE [63] Les IgE ne fixent pas le
Les cellules du système :A complément.
lymphoïde naissent de Les vaccins vivants atténués sont [67]
précurseurs situés dans la interdits dans l’exploration d’un :ABC
moelle osseuse. Elles n’ont déficit immunitaire. Seule la Cela semble évident!
aucune propriété de vaccination injectable par vaccin [68]
phagocytose. Ce sont les polio inactivé complet est :AE
cellules B qui se transforment possible. Lazathioprine est un
en plasmocytes. [64] immunosuppresseur toxique
[59] :E pour les cellules médullaires et
:ABCDE Une cellule infectée par un virus hépatiques.
Toutes les propositions sont sécrète des interférons qui se [69]
exactes. Les réactions fixent sur les autres cellules non :ABDE
immunologiques provoquées de encore infectées à leurs Le récepteur des globules
type I sont le choc récepteurs spécifiques. rouges de mouton porté par les
anaphylactique. Leczéma de L’interféron induit alors la lymphocytes T est la molécule
contact est une réaction production de protéines anti- Ti 1. Ce récepteur est
5
vraisemblablement le récepteur même atténué. Les atteintes formée par le complexe C3bBb.
de la PHA bien que cela soit neurologiques contre-indiquent [81]
encore discuté. Tout surtout les vaccinations :ABCDE
lymphocyte T possède un anticoquelucheuse et Les macrophages possèdent à
récepteur qui reconnait antivariolique, mais il faut être leur surface des antigènes HLA
l’antigène en association avec prudent pour toute vaccination si de classe I et Il. Ils ont des
une molécule HLA de classe I la maladie neurologique est en propriétés d’adhérence
ou Il portée sur la cellule évolution. Une protéinurie isolée (opsonisation), possèdent des
stimulante ou sur la cellule n’est pas une contre-indication à récepteurs pour le fragment Fc
cible. Ils possèdent également la vaccination mais une des lgG et des IgE ainsi que
des récepteurs pour le fragment néphropathie évolutive l’est. pour le C3b. Les cellules de
Fc des lgG. Par contre, seuls Chez les malades asthmatiques, Kupifer dérivent des mêmes
les lymphocytes B ont des 1g les vaccinations ne sont pas cellules que les macrophages.
de surface. contre-indiquées mais doivent [82]
[70] être effectuées avec prudence :ACD
:ADE (surveillance, antihistaminiques). L’immunité à médiation
Au cours du myélome multiple cellulaire est médiée par les
et de la maladie de [75] lymphocytes T. Elle est
Waldenstrôm il est classique de :E responsable des rejets de
retrouver une immunoglobine Le MIF est synthétisé par les greffe, de l’hypersensibilité
monoclonale. Les lymphocytes T immuns. retardée. L’anaphylaxie
cryoglobulinémies de type 1 [76] cutanée passive est médiée par
sont par définition :C les anticorps.
monoclonales. Au cours de Lopsonisation, c’est à dire [83]
l’hépatite virale et de la PR, on l’adhésion par les macrophages, :ACE
peut retrouver un pic se fait grâce aux récepteurs des Il suffit de le savoir!
monoclonal dlg mais cela n’est macrophages pour le fragment [84]
pas très fréquent. Fc des lgG. :CD
[71] [77] Les leucotriènes et les fractions
:BCE :B C5 et C6 du complément ont
Au cours de l’hypersensibilité En effet, dans le LEAD, une des propriétés chimiotactiques
de type 4 (retardée), les cellules leucopénie est le plus souvent sur les polynucléaires
impliquées sont les observée. Les autres neutrophiles. La bradykinine
lymphocytes T et les propositions peuvent se voir au entraîne une contraction des
macrophages. Les lymphocytes cours du LEAD. fibres musculaires lisses et une
T activés ont les propriétés de [78] vasodilatation des vaisseaux.
proliférer, de se transformer et :E L’histamine est responsable
de sécréter des lymphokines Le rappel antitétanique doit être des réactions anaphylactiques
dont l’interféron gamma. effectué tous les 5 ans. La avec bronchoconstriction,
[72] coqueluche ne nécessite qu’un augmentation de la
:BD rappel à l’âge de 18 mois. La perméabilité vasculaire,
Seuls les anticorps anti-DNA et diphtérie nécessite 3 ou 4 rappels hypersécrétion de certaines
anti-Sm sont spécifiques de jusqu’à l’âge de 21 ans. La glandes épithéliales. Le facteur
LEAD. rubéole ne nécessite pas de XII est un facteur de la
[73] rappel. L’hépatite virale nécessite coagulation et n’a rien à voir
:D des rappels tous les 5 ans, pour avec le système immunitaire.
Les plasmocytes sécrètent la les sujets à risque.
pièce J, les cellules épithéliales [79] [85]
de la muqueuse digestive :BE :BD
synthétisent la pièce S. Les anaphylatoxines du L’IDR explore rimmunité
[74] complément sont le C3a et le cellulaire. La vaccination
:B C5a. antipoliomyélitique par voie
Les déficits immunitaires [80] orale est formellement contre-
contre-indiquent les :AC indiquée lorsque l’on
vaccinations par virus vivant La C3 convertase alterne est soupçonne un déficit
6
immunitaire car elle est faite à atténués si l’injection est faite établis et l’activité NK du sang
partir de virus vivant atténué. La dans les 6 jours précédant périphérique tend à disparaître
réaction lymphocytaire mixte l’apparition de l’ictère. Pour le lors de la progression de la
explore rimmunité cellulaire. virus B, il est conseillé d’utiliser maladie.
Les deux dosages d’anticorps des gammaglobulines [94]
proposés sont sans risque et spécifiques. Les :C
permettent d’explorer le déficit gammaglobulines antirabiques En réponse primaire après une
en anticorps. sont de toutes façons stimulation antigénique, il existe
[86] spécifiques. une phase de latence au cours
:B [90] de laquelle aucun anticorps
La coopération macrophage :C n’est détectable. Puis le taux
lymphocyte T helper passe Les bactéries à localisation d’anticorps augmente de façon
obligatoirement par la intracellulaire sont détruites exponentielle pour se stabiliser
présentation de l’antigène en essentiellement par les ensuite en plateau. Survient
association avec les molécules macrophages et les ensuite une phase de
HLA de classe Il par le polynucléaires neutrophiles. décroissance. Dans une
macrophage au lymphocyte T [91] réponse primaire, l’apparition
qui reconnait cette association :B des lgG est précédée de celle
par son récepteur spécifique. C’est comme çà! des lgM.
Cependant, les cellules T [92] [95]
cytotoxiques reconnaissent les :D :E
antigènes d’origine endogène Les infections à micro- Toutes les affections proposées
(comme les virus par exemple) organismes à développement sauf la spondylarthrite
sur le macrophage, dans le intracellulaire sont fréquentes ankylosante sont des
contexte des molécules HLA de chez les patients ayant un déficit connectivites dans lesquelles le
classe I. La question est donc de l’immunité cellulaire. Par facteur rhumatoïde peut être
mal posée et aurait dûe être contre, les germes retrouvé.
précisée pour savoir s’il extracellulaires nécessitent des [96]
s’agissait de la reconnaissance réponses humorales pour leur :DE
par les lymphocytes T helpers élimination. Les staphylococcies Le réarrangement des gènes
ou T cytotoxiques. sont donc peu fréquentes chez des chaînes lourdes des
[87] ces sujets. La vaccination immunoglobulines se fait selon
:D antivariolique est contre-indiquée l’ordre suivant. VDJC. V sont
Le choc anaphylactique est une chez ces patients car elle est les gènes des chaînes
réaction de type I . Le faite à partir d’un virus vivant variables. D est un gène
phénomène de Koch est une atténué. La GVH peut se voir en permettant la diversité des g.
réaction de type 4. La dermite cas de transfusion par une Les gènes J codent pour la
de contact est de type 4. La réaction des lymphocytes du jonction, C pour la partie
maladie sérique est bien de donneur contre les cellules du constante.
type 3. receveur. Les tests cutanés Les gènes kappa sont des
[88] permettent de tester l’immunité gènes de chaîne légère
:E cellulaire. (réarrangement VJC
C’est la description typique du seulement), les gènes Ir et DR
phénomène d’Arthus. [93] sont les gènes codant pour les
[89] :E molécules HLA de classe Il
:C Les cellules cytotoxiques dont respectivement chez la souris
Les gammaglobulines l’activité est très fortement et chez l’homme.
standards peuvent être utilisées augmentée par l’interféron sont [97]
au maximum 6 jours après un les cellules NK. Les effets anti- :BD
contact avec le virus de la tumoraux de ces cellules Un fragment Fab conserve son
rougeole. Pour le virus de s’exercent vraisemblablement activité anticorps mais perd les
l’hépatite A, l’effet protecteur contre un foyer tumoral à son fonctions effectrices de 11g
des gammaglobulines début et lors de la formation des entière qui sont essentiellement
standards est réel et les métastases. Elles n’ont pas en relation avec le fragment Fc
symptômes peuvent être d’action sur les cancers déjà (fixation du complément,
7
fixation aux cellules...). Il ne de la vie sont : diphtérie, tétanos, crapauds, on trouve de plus
peut se lier qu’à 1 déterminant polio. Le BCG est obligatoire une synthèse d’lgG. Les
antigénique et est donc avant toute entrée en collectivité oiseaux ont des IgA et des lgD.
monovalent. Il conserve sa et peut donc n’être faite que vers Les mammifères ont des IgE.
chaîne légère. l’âge de 4 ans. La vaccination [106]
[98] anticoqueluche est fortement :B
:BC conseillée mais n’est pas Cette question est extrêmement
Les antigènes de classe Il sont obligatoire. La réponse à la poétique C’est le Clq qui a la
les antigènes DR, DP, DQ chez question est donc tétanos et forme d’un bouquet de 6
l’homme, les antigènes de polio. tulipes.
classe I étant HLA-A, HLA-B, [101] [107]
HLA-C. Les antigènes de classe :D :D
I sont présents sur toutes les c’est comme çà ! Cela veut tout Les cellules NK sont
cellules de l’organisme alors de même dire que toutes les particulièrement sensibles à
que les antigènes de classe Il cellules expriment à leur surface l’interféron gamma. Elles sont
ont une répartition restreinte. toutes les molécules de classe I également activées par l’1L2
Les 1, antigènes de classe Il codées dans leur génome (par mais de façon moindre. Les
sont formés d’une chaîne lourde exemple, elles expriment HLAA2 autres lymphokines n’ont pas
alpha de PM = 33 000 daltons et HLA-A3, HLA-B7 et HLA-B27, d’effets particuliers sur les
et d’une chaîne légère bêta de HLA-Cw2 et HLA-Cw7). Il en est cellules NK.
28 000 daltons. Les antigènes de même pour les cellules [108]
de classe I sont formés d’une exprimant les antigènes de :E
chaîne lourde comprenant 3 classe Il. Seule lalphaméthyldopa peut
domaines alpha et d’une chaîne [102] provoquer une anémie
légère: la bêta 2 microglobuline. :C hémolytique auto-immune à
[99] Les fonctions T normales ne sont anticorps chaud de type lgG.
:BCDE pas un facteur de risque des Les autres drogues citées
Le IgE sont fixées par leur allergies qui sont en rapport avec provoquent des anémies
fragment Fc aux récepteurs une hypersensibilité immédiate immunoallergiques.
monovalents des mastocytes et de type 1. Le risque d’allergie est
des basophiles. Pour que la plus élevé quand les 2 parents [109]
sont allergiques que lorsqu’un
dégranulation ait lieu, il faut que :D
les récepteurs se dimérisent ce seul parent l’est. La séquence des 1g permettant
qui se fait grâce à la formation [103] la fixation du complément ainsi
d’un pont entre 2 IgE de :A que la conformation de ce site
surface. Cette dimérisation peut Les antigènes solubles induisent sont les mêmes, quelle que soit
se faire grâce à un antigène le plus souvent une tolérance. La 11g fixant le complément. Il est
bivalent, un anticorps anti-IgE, tolérance peut être vrai que le récepteur au Clq
qui par définition possède 2 également induite par l’injection nexiste que sur les IgGI, lgG2
sites anticorps, et par une de faibles ou de fortes doses et lgG3 et pas sur les lgG4 et
dimérisation externe de 2 IgE. d’antigène. que les lgD et les IgM sont les
Par ailleurs, il existe des [104] principales 1g de membrane.
phénomènes directs de :A Mais ces affirmations ne
dégranulation des mastocytes, La C3 convertase de la voie permettent pas de comparer
classique est formée du
par toxicité directe, par diverses l’activation du complément par
substances comme les facteurs complexe C4b,C2a et clive le C3. les lgM par rapport à l’activation
C3a et C5a du complément, la [105] faite par les lgG.
mélitine, I’ACTH synthétique, la :C [110]
codéine, la morphine qui Les lgM sont les seules :B
induisent un flux calcique. immunoglobulines produites chez L’interleukine 2 est
les poissons agnathes, les principalement sécrétée par les
[100] élastobranches, les téléostéens, lymphocytes T helpers et est un
:C les poissons à poumon, les facteur de croissance des
Les vaccinations obligatoires au salamandres et les tritons. A lymphocytes T.
cours des 2 premières années partir des grenouilles et des [111]
8
:C anticorps dépend également du lymphokines MIE et MAF. Par
Seule l’induration estimée 48 fragment Fv. La pièce J se fixe ailleurs, ces cellules possèdent
heures après l’injection sur le fragment Fc. à leur surface des molécules
intradermique permet [116] HLA de classe I et de classe Il
d’interpréter une IDR à la :ABCE qui jouent des rôles très
tuberculine. Les immunoglobulines issues importants dans la présentation
[112] d’un plasmocyte unique sont des antigènes.
:E toutes strictement identiques [120]
Au cours des déficits entre elles. Elles ne comportent :ABCDE
immunitaires primitifs partiels cependant pas à la fois les La pénicilline peut provoquer
portant sur des sous- déterminants allotypiques des 2 des réactions immunitaires de
populations de lymphocytes B, il chromosomes allèles car il y a au type I (choc anaphylactique et
peut exister une compensation niveau de chaque plasmocyte urticaire), de type 2 (anémie
de synthèse une exclusion allélique. Par hémolytique), de type 3
d’immunoglobulines par une contre, les 1g issues d’un autre (maladie sérique), de type 4
autre sous-population de plasmocyte peuvent porter l’allèle (eczéma de contact).
lymphocytes B. de l’autre chromosome. [121]
[113] :CD
:ADE [117] C’est le C3 et le C4 qui
Les cellules NK ont une :BC baissent le plus précocément.
cytotoxicité non HLA restreinte Dans le phénomène de PCA, qui [122]
et ne présentent pas d’lg de est toujours effectué chez :B
surface. Elles ont souvent une l’animal (le rat), le sérum à tester Les antigènes thymo-
morphologie de grande cellules est injecté par voie intradermique indépendants sont le plus
granuleuses, expriment des et les IgE contenues dans ce souvent des polysaccharides,
récepteurs des fragments Fc sérum se fixent aux mastocytes présentant des motifs
des 1g (c’est un moyen de les qu’elles sensibilisent ; 48 heures antigéniques répétitifs,
éliminer). Enfin, elles sont très plus tard, l’antigène est injecté lentement dégradés dans
sensibles à l’interféron gamma par voie intraveineuse avec un l’organisme. La réponse
qui augmente de façon colorant, le bleu d’Evans. secondaire n’existe pas le plus
considérable leur activité L’antigène déclenche la souvent et quand elle existe,
cytotoxique. dégranulation et la libération de elle est à lgM. Ils peuvent
[114] médiateurs au site d’injection du activer les lymphocytes B de
:ABE sérum. Il en résulte une façon polyclonale.
Lidiotype est un déterminant augmentation de la perméabilité [123]
antigénique porté par les vasculaire totale et :C
immunoglobulines. Il est l’extravasation du colorant. La Le LEAD est le plus souvent
constitué par les parties peau de l’animal est alors rencontré chez la femme en
variables de la chaîne légère et examinée : la surface des taches période d’activité génitale.
de la chaîne lourde d’une 1g. sur le derme est proportionnelle à [124]
Les fragments réagissant avec la quantité d’IgE spécifiques :C
un anticorps anti-idiotype sont injectées. L’anémie hémolytique
les fragments Fab, (Fab’)2 et [118] provoquée par
Fv. :AB l’alphaméthyldopa est de type
[115] Les cancers ORL, la maladie de hémolytique autoimmune par
:AB Kahler et la LMC ne se auto-anticorps chauds de type
La région charnière des 1g a un compliquent pas d’une anémie de lgG et s’accompagne d’un test
rôle essentiel dans leur ce type quand elle existe. de Coombs positif. L’anticorps
flexibilité donc dans les [119] est dirigé contre un des
propriétés effectrices entre les :ABCDE antigènes du système rhésus et
sous-classes d’lgG comme par A la surface des macrophages, pas contre le médicament.
exemple leur passage on trouve des récepteurs pour le L’anémie peut persister bien
transplacentaire. La spécificité fragment Fc des IgGI, des lgG3, après l’arrêt du médicament. Le
anticorps est portée par le des IgE, pour le fragment C3b du pourcentage de malades
fragment Fv. L’affinité des complément, pour les présentant ce type d’accident
9
est très faible (< 1% pour une LIgE est à la fois thermostable et aux anticorps et aux
anémie patente, 20% pour un thermolabile. En effet, après un polynucléaires.
test de Coombs positif). chauffage pendant 30m à 56°
lIgE ne peut plus se fixer sur les [134]
[125] mastocytes ou sur les :B
:D basophiles. Cependant, son site La vaccination antitétanique
Les vaccinations contre la anticorps est thermostable. Elle utilise ranatoxine. Elle doit faire
coqueluche et par le BCG se fixe sur les cellules et est donc l’objet de rappels tous les 5
mettent en jeu rimmunité homocytotrope. Son taux sérique ans. Elle nest efficace que 1
cellulaire, la vaccination anti- est de 0,3 mg/litre. mois après la 2ème injection.
tétanique fait appel à l’immunité [131] Elle est très souvent, chez
humorale. Le virus polio :D l’enfant, associée à la
injectable est inactivé et peut La défense contre les virus, les vaccination contre la
être fait dans tous les cas. Par protozoaires et les mycobactéries coqueluche.
contre, le vaccin polio buvable se fait grâce à l’immunité [135]
peut provoquer une infection cellulaire faisant intervenir les :A
chez les malades à immunité lymphocytes T. Par contre, la La greffe de rein ne nécessite
cellulaire et humorale défense anti-staphylococcique se impérativement qu’une
défectueuse car c’est un virus fait grâce aux anticorps et aux compatibilité dans le système
vivant. polynucléaire neutrophiles. ABO entre le donneur et le
[126] [132] receveur.
:C :B [136]
Ce sont les cellules K qui ont un Pour qu’une greffe de moelle ait :D
récepteur aux fragments Fc des le plus de chance de réussir, il Le facteur du complément
1g qui sont capables de faut que le donneur ait un typage jouant un râle capital dans
cytolyse par ADCC. HLA identique à celui du ropsonisation est le facteur
[127] receveur. Les parents du C3b.
:D receveur n’ont chacun en [137]
Les autres propositions sont commun avec lui qu’un seul :B
des affections dans lesquelles chromosome 6 et donc ne La région charnière qui joue un
intervient l’immunité à médiation partagent avec lui que la moitié rôle important dans la flexibilité
humorale. Type 3 pour la GNA de son typage HLA. Les sujets des 1g est comprise entre le
et le LEAD, type 2 pour le apparentés peuvent partager la premier et le 2ème domaine
syndrome de Goodpasture, type moitié du typage HLA du constant de la chaîne lourde.
I pour lagranulocytose receveur ou n’avoir rien en Elle est particulièrement
médicamenteuse. commun avec lui. Parmi les sensible à raction des enzymes
[128] frères et les soeurs, il faut protéolytiques.
:A chercher celui ou celle qui a le [138]
C’est l’anticorps DNA natif avec même typage HLA que le :B
l’anticorps anti-Sm qui sont les receveur. Les banques de Les IgA circulantes sont
plus spécifiques de LEAD. donneurs dont le typage HLA a monomériques, les IgA
[129] été établi existent et fonctionnent. sécrétées sont sous forme
:ACE Dans ce cas, le donneur n’est dimérique. Ce sont
Les facteurs rhumatoïdes sont jamais parfaitement identique au effectivement les
des auto-anticorps de type lgM receveur car il existe un certain immunoglobulines présentes
anti-lgG. On peut les retrouver nombre de gènes HLA non dans les sécrétions. Elles ne
dans de nombreuses encore découverts et non sont pas synthétisées par le
connectivites et dans de déterminés. Le risque de rejet ou foetus normal. Elles sont à une
nombreuses autres maladies. de GVH est donc accru dans ce concentration sérique 5 fois
Ils sont dirigés contre le cas. inférieure à celle des lgG.
fragment Fc des lgG. Ils [133] [139]
n’augmentent pas dans toutes :B :B
les maladies inflammatoires. L’infection bactérienne à Les CTL voient les antigènes
[130] pneumocoque est jugulée grâce viraux en association avec les
:BC molécules HLA de classe 1.
10
[140] :D sur les lymphocytes T. La zone
:D Les 1g sériques sont constituées paracorticale des ganglions
Les lymphocytes T8 (CTL ou pour 2/3 de chaînes légères lymphatiques est occupée par
suppresseurs) présentent un kappa et pour 1/3, de chaînes des lymphocytes T. Les
récepteur qui reconnait sur la légères lambda. Le rapport est lymphocytes B occupent les
cellule présentatrice de donc de 2. follicules lymphoïdes de la
l’antigène les déterminants [146] corticale externe des ganglions
antigéniques en association :A lymphatiques.
avec les molécules HLA de Connaissance. [154]
classe 1. Ce récepteur est [147] :ABD
formé d’une chaîne alpha et :D Un plasmocyte unique
d’une chaîne bêta constituant la L’oedème de Quincke est une synthétise des
molécule Ti, et de 3 autres réaction immunoallergique de immunoglobulines qui ont
molécules qui forment la type 1 qui ne s’accompagne pas toutes la même spécificité
molécule T3. A proximité de ce de prurit. anticorps, et le même type de
récepteur existe une molécule [148] chaînes légères. Il existe une
de surface appelée T8 qui :D exclusion allélique d’un des
augmente l’affinité de la cellule L’eczéma de contact est une gènes codant pour les
T dans sa reconnaissance pour manifestation d’hypersensibilité immunoglobulines dans chaque
l’antigène. retardée de type 4. cellule B. Les chaînes lourdes
[141] [149] peuvent par contre être
:B :ABCDE différentes à la surface d’un
Sur les lymphocytes T4 Les récepteurs à l’antigène des plasmocyte (lgD et lgM par
(helpers) existe une molécule cellules T sont formés d’une exemple). Les 1g possèdent
de surface appelée T4 qui est chaîne alpha et d’une chaîne des carbohydrates.
l’équivalent du T8 des cellules bêta qui ont une conformation [155]
cytotoxiques ou suppressives. proche de celle des :BCE
[142] immunoglobulines. Les lgM et les IgE n’ont pas de
:C [150] région charnière. Elles
En effet, les prostaglandines ont :CD possèdent 4 domaines
un effet suppresseur sur les Les gènes D de diversité constants pour chaque chaîne
cellules NK et provoquent une n’existent qu’au sein des gènes lourde. Il ‘existe des récepteurs
désactivation des macrophages codant pour les chaînes lourdes spécifiques pour ces 2 types
activés. des immunoglobulines et des dlg sur certaines cellules
récepteurs à l’antigène des (récepteurs aux IgE sur les
[143] cellules T. mastocytes et sur les
:B [151] basophiles, récepteurs aux lgM
Les antigènes HLA de classe 1 : A C D sur les lymphocytes B). Seul, le
sont formés d’une chaîne légère La demi-vie des lgG3 est de 7 fragment C terminal des IgE est
(la bêta 2 microglobuline) et jours alors que celle des autres thermolabile et pas le fragment
dune chaîne lourde comprenant lgG est de 21 jours. C terminal des lgM. Seules les
3 domaines (alpha 1, alpha 2 et [152] lgM circulent sous forme
alpha 3). L’allogénie est définie : B E pentamérique.
par les antigènes Seules les IgA et les IgE ont un [156]
polymorphiques, c’est à dire pont disulfure intrachaîne lourde :CD
différant dune molécule HLA à supplémentaire. Les 1g protéolysées par la
une autre. Le polymorphisme pepsine sont clivées en un
des antigènes de classe I est [153] fragment (Fab’)2 et en un
porté par les 3 domaines alpha :AD fragment Fc. Elles conservent
mais surtout par les domaines Les lymphocytes B ont des une activité anticorps bivalente
alpha 1 et alpha 2. récepteurs pour le fragment Fc et leurs 2 chaînes légères. Par
[144] des immunoglobulines. Ils n’ont contre, la fonction effectrice est
:C pas de récepteurs pour les une propriété du fragment Fc.
C’est comme çà! globules rouges de mouton qui [157]
[145] est le TM, présent en particulier :BCDE
11
Les cellules de Langerhans ont irradiés d’un sujet n°2 si les retrouvées chez l’enfant à la
un rôle très important de antigènes HLA de classe Il sont naissance sont des lgG
cellules présentatrices de différents d’un sujet à l’autre. d’origine
l’antigène. Elles possèdent Cette prolifération se mesure par maternelle qui sont les seules
donc à leur surface des rincorporation de thymidine 1g à passer la barrière
molécules HLA de classe I et Il. tritiée. placentaire.
Elles peuvent migrer dans les [163]
ganglions adjacents afin de :A [171]
provoquer une réponse Ce sont les lymphocytes T qui :ABD
immunitaire à l’antigène qu’ellessynthétisent l’interféron gamma. Le fragment C3b du
ont capté. [164] complément permet
[158] :E ropsonisation. Le complexe
:AC Connaissance. dattaque membranaire du
Les thymocytes migrent dans [165] complément formé par
les régions thymodépendantes. :AC C5,C6,C7,C8,C9 permet une
[159] Seules les lgM et les lgG 1, lgG2, lyse de la cellule sur laquelle il
:ABC lgG3 fixent le complément. est fixé. Les anaphylatoxines
Les lymphocytes et les [166] C3a et C5a augmentent la
macrophages sont des cellules :D réaction inflammatoire par
mononucléées. Au cours de La réponse E caractérise le test libération de médiateurs, action
l’hypersensibilité retardée, qui de Coombs indirect. Le test de sur les fibres musculaires lisses
est une réaction immunologique Coombs direct permet la et libération d’enzymes
de type 4 ce sont ces 2 types détection d’anticorps fixés sur les lysosomiales par les
de cellules qui interviennent. globules rouges des patients. polynucléaires neutrophiles.
[160] [167] [172]
:ADE :CD :AD
Les vaccins polio buvable, anti- Les FAN ne sont pas toujours Le complément est consommé
rougeole et anti-variolique sont associés à des manifestations au cours des maladies à
des vaccins vivants, lis sont pathologiques, comme chez le complexes immuns puisqu’il se
donc contre-indiqués chez les sujet âgé par exemple. Ils sont fixe sur ces complexes immuns.
sujets immunodéprimés. Le détectés par des méthodes La vitesse de sédimentation n’a
vaccin polio buvable est dimmunofluorescence indirecte. rien à voir avec le taux de
également contre-indiqué chez Ils ne correspondent pas complément sérique. Au cours
l’entourage d’un forcément à la présence des endocardites infectieuses,
immunodéprimé car son d’anticorps anti-DNA natifs. Ils le complément aurait plutôt
sont effectivement retrouvés chez
élimination se fait par les selles. tendance à diminuer car il peut
Le vaccin anti-variolique la plupart des malades lupiques. exister des complexes immuns.
effectué chez un enfant Ils participent à la formation des Le dosage C3, C4 et CH5O est
présentant un eczéma étendu complexes immuns circulants. utile pour suivre l’évolutivité
peut entraîner un syndrome de [168] d’un LEAD. Les méthodes de
Kaposi-Juliusberg. :B dosage par le PEG sont
Ce sont les lgM en réponse utilisées pour détecter des
[161] primaire. Le plus souvent, il n’y a complexes immuns.
:E pas de réponse secondaire. [173]
Dans les étiologies de la [169] :AB
maladie des aggiutinines :D Le dosage du complément
froides, on retrouve les Ce sont les prostaglandines et (fraction CH5O) et du taux des
lymphomes et la LLC mais pas les leucotriènes qui sont des anti-DNA natifs sont les 2
les syndromes myéloprolifératifs métabolites de l’acide examens reflétant le mieux
donc pas de myéloblastes. arachidonique. L’histamine l’évolutivité de la maladie
[162] provient de la décarboxylation de lupique.
:B Ihistidine. [174]
Ce sont des lymphocytes T d’un [170] :C
sujet n°1 qui prolifèrent en :E L’injection de gammaglobulines
présence des lymphocytes T En effet, toutes les lgG standards peut prévenir ou
12
atténuer une rougeole si elle est [180] d’anticorps est alors régulée.
faite dans un délai de 6 jours :C [184]
suivant le contage. La En effet, seules les lgG :DE
prophylaxie des infections maternelles passent la barrière En effet, la culture mixte
respiratoires à répétition se fait placentaire. Le foetus non infecté lymphocytaire met en présence
par des gammaglobulines ne synthétise aucune les lymphocytes du receveur et
polyvalentes. Les immunoglobuline avant la les lymphocytes du donneur
gammaglobulines spécifiques naissance. irradié. Elle permet de détecter
existent pour la rage, le tétanos, [181] les incompatibilités HLA non
l’hépatite virale A et B, la :CDE détectées par la sérologie et en
rubéole, les oreillons, la Les cellules K sont en général les particulier les différences pour
coqueluche, la varicelle. cellules les plus sollicitées pour la les molécules HLA de classe Il.
[175] cytotoxicité à médiation cellulaire Elle nest pas indispensable
:D dépendante des anticorps. avant toutes les greffes
1/4 à 1 mg en sous-cutané. Le Cependant, les polynucléaires d’organes comme pour les
relais pourra être pris par une éosinophiles et les macrophages greffes de foie, de coeur. Elle
corticothérapie. jouent un rôle dans la défense est indispensable avant toute
[176] anti-parasitaire (schistosomes greffe de moelle car la
:C par exemple) en fixant le compatibilité HLA, dans ce cas,
L’hypersensibilité de type fragment Fc des IgE qui se sont est indispensable entre le
retardé est un mécanisme fixées sur les schistosomes. donneur et le receveur.
faisant intervenir l’immunité [182] [185]
cellulaire. Elle apparaît après 24 :AD :BD
heures et le plus souvent Les anticorps injectés doivent Les protéines de Bence-Jones
encore plus tard. Elle n’est pas être spécifiques du même sont des chaînes légères
transmissible par le sérum et antigène et injectés très peu de d’immunoglobulines. Elles
s’accompagne d’une temps avant rintroduction de comprennent donc le domaine
hyperplasie des zones l’anticorps, pour éviter leur variable et le domaine constant
paracorticales (où siègent les dégradation (1/2 vie des lgG = 3 des chaînes légères et pas de
lymphocytes T) des ganglions. semaines). Les anticorps injectés chaînes lourdes. Elles ne
Elle ne justifie pas de traitement doivent être d’affinité la plus forte comprennent pas de pièce J qui
anti-histaminique qui est possible pour rantigène. Ils se fixe sur les fragments Fc des
l’apanage des réactions de type doivent comporter le site immunoglobulines, le fragment
1. Un des types dHSR est anticorps et ne peuvent donc pas Fc faisant partie de la chaîne
l’eczéma de contact. être sous la forme de fragment lourde.
[177] Fc. Les lgG sont des anticorps de [186]
:D réponse secondaire et ont donc :CDE
La maturation des lymphocytes une affinité supérieure à celle des Les anticorps spécifiques d’un
T se fait essentiellement au lgM. haptène H ont tous la même
niveau du thymus où sont [183] spécificité antigénique et la
produites des hormones :D même affinité pour l’haptène. Ils
thymiques. Le réseau selon la théorie de sont produits par le même
[178] Jerne est un réseau idiotypique clone B, ont tous le même
:B permettant la régulation de la idiotype et le même isotype de
Les mécanismes d’allergie (type production d’anticorps. En effet, chaîne légère. Cependant, ils
1) sont totalement après l’introduction d’un antigène, peuvent être disotype lgM au
indépendants de la dose de il y a une production d’anticorps début puis switcher pour
médicament administrée. dirigés contre cet antigène. devenir lgG.
[179] Chaque immunoglobuline
:B possède alors des déterminants [187]
En effet, l’eczéma atopique est antigéniques propres appelés :B
une réaction allergique de type I idiotypes contre lesquels sont Les antigènes HLA sont des
mettant en jeu un mécanisme dirigés d’autres anticorps. Il se alloantigènes propres à chaque
d’hypersensibilité due à des forme alors un réseau d’anticorps individu de la même espèce.
IgE. qui se neutralisent. La production Ce ne sont pas des
13
isoantigènes car ils ne sont pas de classe Il à la surface des :B
communs à tous les individus cellules. Les cellules souches
dune même espèce. Ils jouent [191] lymphoïdes transitent de la
un très grand rôle dans les :AB moelle vers les organes
rejets de greffe. Ils ne sont en Le dosage des IgE doit se faire lymphatiques
principe pas reconnus par les grâce à une technique périphériques.
cellules T autologues chez un quantitative. La technique de [197]
individu donné sinon toutes les Mancini consiste à faire diffuser :A
cellules de rorganisme seraient dans un gel contenant des La papaïne coupe
progressivement éliminées par anticorps anti IgE, les IgE à l’immunoglobuline en 2
la reconnaissance de leur doser. Les autres techniques fragments Fab et en 1 fragment
propres molécules HLA. Les pouvant être utilisées sont la Fc.
molécules HLA de classe I et Il technique de dosage radio- [198]
sont codées par des gènes immunologique par compétition :ABDE
situés sur le chromosome 6 où Ion fixe sur un support un Les plasmocytes synthétisent
chez l’homme. anticorps anti-IgE. Le sérum à des chaînes lourdes et légères
[188] tester est alors incubé avec des d’immunoglobulines. La pièce
:CD IgE marquées en présence des sécrétoire est synthétisée par
Les éosinophiles et les anti-IgE fixés sur le support. Plus les cellules épithéliales des
plaquettes qui portent des il y aura dIgE marquées dans le muqueuses, la pièce J est
récepteurs au fragment Fc des surnageant et n’ayant pas réagi synthétisée par les plasmocytes
IgE peuvent tuer des avec les anti-IgE, plus le sérum produisant des lgM ou des IgA
schistosomes sensibilisés par du malade contenait dIgE. La mais après le switch lgM, lgG,
des IgE antischistosomes. Les méthode de type sandwich ne les plasmocytes synthétisant
IgA et les lgG ne jouent pas de peut être utilisée que pour le les lgG peuvent produire la
rôle dans la défense contre les dosage des IgE spécifiques d’un pièce J. La bêta 2
schistosomes. antigène donné. microglobuline est synthétisée
[189] Limmunoélectrophorèse est un par les lymphocytes qui portent
:D test qualitatif. à leur surface les molécules
La liaison de la pièce sécrétoire [192] HLA de classe I comme les
aux IgA se fait par une liaison :CE lymphocytes B.
disulfure et non par une liaison LlgM 19S est pentamérique et [199]
covalente. La pièce S comporte possède 10 sites anticorps. Le :CD
des résidus osidiques. Elle est fragment Fc ne possède pas le Les souris greffées par un
synthétisée par les cellules site anticorps. Le fragment Fab thymus H2d auront des cellules
épithéliales des muqueuses et est monovalent. T cytotoxiques reconnaissant
forme des complexes avec des CD. rantigène viral dans le contexte
IgA dimériques. [193] des molécules H2 de classe I
[190] :CD (K, D, L) d’haplotype H2d ; les
:ACE Dans le sang, la lymphe et le souris greffées par un thymus
Les molécules HLA de classe Il thymus, ce sont les lymphocytes H2k auront des cellules T
ne sont pas présentes sur T qui représentent la majorité des cytotoxiques reconnaissant
toutes les cellules de lymphocytes. rantigène viral dans le contexte
rorganisme. Elles sont [194] des molécules H2 de classe I
présentes sur les macrophages, :AB (K, D, L) d’haplotype H2k. La
les lymphocytes B, les cellules Seules les IgGI, lgG2, lgG3 et les reconnaissance du soi n’est
de Langerhans et sur les lgM fixent le complément et donc pas innée puisque dans
lymphocytes T activés. Les lactivent par la voie classique. ce cas, elle est acquise par
facteurs de coopération produits chacune des souris greffées.
par les lymphocytes T sont en [195] Ce ne sont pas les cellules B
général des lymphokines :B qui sont responsables de la
nayant rien à voir avec les Les lymphocytes T dans le lyse. Par contre, la
molécules HLA de classe Il. ganglion lymphatique sont situés reconnaissance du soi (ici H2d
Linterféron augmente dans la zone paracorticale. ou H2k) est acquise dans le
l’expression des molécules HLA [196] thymus. Cette expérience
14
démontre bien l’existence de la primaire. La dernière proposition HLA de classe Il sur les
restriction allogénique car les est vraie. lymphocytes irradiés. Dans ce
cellules portant Ihaplotype H2d système, les lymphocytes
ne seront pas reconnues et [203] irradiés sont des cellules
lysées par les cellules T :CD stimulantes, les lymphocytes T
cytolytiques de la souris H2k et Sans commentaire. non irradiés sont des cellules
vice versa. Rien ne permet à [204] répondeuses.
laide de cette expérience de :ACE [209]
démontrer une immunisation La thymectomie entraîne une :D
contre les H2 allogéniques car il Iymphopénie sanguine car les Le phénomène d’Arthus est une
n’y a pas d’immunisation dune lymphocytes T sont majoritaires hypersensibilité de type 3
souris par un antigène H2 mais dans le sang circulant. C’est la mettant en jeu une pathologie à
par un antigène viral (la région paracorticale des complexes immuns. Une fois
vaccine). ganglions qui est dépeuplée. Un les complexes immuns formés,
[200] déficit en lymphocytes T l’activation du complément
:CD provoque des anomalies des permet la libération de C3b qui
Un haptène seul ne peut pas rejets de greffe et des anomalies a une puissante activité
précipiter des anticorps. Si Ion de la culture mixte Iymphocytaire. chimiotactique sur les
couple cet haptène avec la La fonction des anticorps existant polynucléaires neutrophiles qui
molécule porteuse, les n’est pas touchée mais il manque sont donc les premières
anticorps anti-haptène et les des facteurs de différenciation cellules attirées (avec les
anticorps anti-carrier seront des lymphocytes B produits par plaquettes) et qui créent, par
précipités et on ne pourra pas les lymphocytes T. libération de leurs enzymes
mettre en évidence les [205] protéolytiques lysosomiales, les
anticorps spécifiques de :A lésions tissulaires.
Ihaptène. Il faut donc que Lhémoglobinurie paroxystique à [210]
plusieurs haptènes identiques frigore est une hémolyse intra- :A
soient couplés à un autre carrier vasculaire,.où les anticorps sont La bourse de Fabricius
ou bien à des billes de latex. La de type lgG anti-P. Les anticorps présente chez le poulet n’existe
fluorescéine ne permet pas anti-D sont habituellement de pas chez les mammifères. C’est
d’agglutination. classe lgG. Les anticorps anti-li ? un organe spécialisé dans la
[201] sont habituellement de classe lymphopoïèse des cellules B
:AE lgM. qui, chez l’homme, est
Les molécules HLA de classe I [206] remplacé par le tissu
sont HLA-A, HLA-B, HLA-C. :AD hématopoïétique, du foie chez
Les molécules HLA de classe Il Les lymphokines sont des le foetus ensuite relayé par la
sont HLA-DR, HLA-DQ, HLA- glycoprotéines synthétisées par moelle osseuse.
DP. Les molécules HLA de les lymphocytes T activés. [211]
classe ... sont les gènes codant [207] :C
pour certains facteurs du :C Ce sont les lymphocytes T qui
complément. Il faut que le complément fixé sur recirculent le plus.
[202] les complexes immuns ne soit
:DE pas altéré et donc que le sérum [212]
La réponse secondaire est ne soit pas chauffé. Les résultats : A
extrêmement rare pour les des multiples techniques de Le traitement d’une anémie
antigènes thymo-indépendants. dosage ne sont pas toujours hémolytique auto-immune de
Son temps de latence est plus convergents. La détection de CIC type lgG débute par une
court qu’en réponse primaire. nest pas forcément liée à leur corticothérapie â forte dose par
Elle comporte une synthèse caractère pathogène. voie générale. Si celle-ci est
modérée mais non nulle d’lgM. [208] inefficace (au bout de 3
Les anticorps de la réponse :CD semaines de traitement), on
secondaire ont une affinité plus En effet, au cours de la MLR, les peut faire une splénectomie. La
élevée pour l’antigène que les lymphocytes non irradiés corticothérapie ne doit pas être
anticorps de la réponse prolifèrent s’ils reconnaissent interrompue trop rapidement et
comme ‘non soi” des molécules on préconise un traitement de
15
1,5 mg/kg jusqu’à normalisation avec la réponse secondaire T- :ABCE
du chiffre de l’hémoglobine pour indépendante. On étudie les Il suffit de le savoir!
arriver au bout de 4 à 6 anticorps anti-NIE et pas les [223]
semaines de traitement à des anticorps anti-carrier. Les :C
doses de 30 mg/jour. Les animaux athymiques ne Les gènes HLA-A et B ont une
corticoïdes sont ensuite donneraient pas la même ségrégation extrêmement
lentement diminués par paliers réponse, car on suppose dans dépendante au cours de la
sur une durée d’environ 3 mois cet effet qu’il y a une coopération méïose normale. Les autres
jusqu’à l’arrêt. Les transfusions cellule T cellule bêta. propositions sont toutes
doivent être évitées au [218] exactes.
maximum car le receveur :ABcD [224]
possède souvent des anticorps Les macrophages ont un pouvoir :C
dirigés contre les globules phagocytaire et grâce à leurs Les anticorps anti-Sm sont très
rouges du donneur. Elles ne enzymes protéolytiques situés spécifiques mais
sont donc pas systématiques en dans les lysosomes inconstamment retrouvés au
dessous de lOg/100 ml cytoplasmiques, ils dégradent les cours du LEAD et l’évolution de
d’hémoglobine. Les antigènes qu’ils ont phagocytés. leur taux est un bon reflet de
plasmaphérèses sont utilisées Ils produisent de l’ILl. Ils l’évolutivité de la maladie. Par
comme thérapeutique présentent les antigènes aux ailleurs, lors des poussées, on
d’urgence mais pas comme lymphocytes en association avec assiste à une chute du
relais de la corticothérapie. des molécules HLA de classe I complément qui se fixe sur les
[213] ou de classe Il. Ils sont activés complexes immuns circulants.
:C par l’interféron gamma. Les anticorps anti-RNP et les
Le C3a est une anaphylatoxine [219] facteurs rhumatoïdes sont
qui entraîne la dégranulation :CE inconstamment observés chez
des mastocytes et des Il s’agit de phénomène les malades lupiques. L’anémie
basophiles comme le C5a. immunitaires non spécifiques. hémolytique auto-immune est
[214] [220] également inconstante.
:C :AcE [225]
Le dosage des L’interféron gamma est une :E
immunoglobulines sériques se lymphokine appelée interféron L’activation du complément par
fait en routine par Elisa ou par immun. L’interféron alpha est dit la voie classique débute par la
RIA. leucocytaire et l’interféron bêta fixation du Clq (qui a la forme
[215] fibroblastique. L’interféron active bouquet de 6 tulipes) sur le
:A les cellules NK. Il augmente fragment Fc des
ce sont les lymphocytes T l’expression des molécules HLA immunoglobulines.
immunisés qui synthétisent le de classe Il à la surface des [226]
MIE. cellules. :B
[216] La cyclosporine A agit à
:ABcDE [221] différents niveaux de l’activation
Aucune chaîne légère ne :E des lymphocytes T et plus
possède de région charnière. C’est la seule réponse valable. particulièrement dans les
[217] En effet, le test de transformation phases précoces de l’activation.
:A lymphoblastique à la PHA, le test [227]
Lorsqu’on immunise une souris de transformation :D
avec NIP-OVA, la lymphoblastique aux antigènes Le site de combinaison avec
réimmunisation par NIP-OVA bactériens et l’intradermo- l’antigène est porté par le
entraîne une forte réponse réaction explorent rimmunité fragment Fab.
anticorps anti-NIP. Par contre, cellulaire. Il est formellement [228]
lorsque la souris est contre-indiqué d’effectuer une :D
réimmunisée par NIE- Albumine vaccination antipolio à virus C’est une hypersensibilité
bovine, il n’y a pas de réponse vivant atténué à des malades retardée de type 4 faisant
anti-NIE. cela démontre donc suspects de déficit immunitaire intervenir les lymphocytes T
bien l’effet carrier de humoral. préalablement immunisés et les
l’ovalbumine. cela n’a rien à voir [222] macrophages.
16
[229] les gènes codant pour les [241]
:AC molécules HLA de classe I sur le :B
Si les deux antigènes sont chromosome 6 chez l’homme. Les anaphylatoxines sont C3a
réellement bien distincts, la [234] et C5a.
réponse immunitaire de la :B [242]
souris est la même vis à vis de Linterleukine 2 est sécrétée par :AC
chacun des 2 antigènes. les lymphocytes T activés. Un haptène est le plus souvent
[230] [235] une molécule de bas poids
:E :B moléculaire, qui ne se fixe pas
La complication propre au Les immunoglobulines de sur les cellules T mais sur les
traitement est en relation avec membrane sont portées par les lymphocytes B et sur les
une immunodépression de lymphocytes B et sont les lgD et macrophages. Un haptène n’est
l’immunité cellulaire T. Cette les lgM. pas immunogène.
thérapeutique ne transmet pas [236] [243]
directement d’infection :D :ACD
bactérienne ou virale. Il suffit de le savoir Les médiateurs préformés sont
[237] l’histamine, l’héparine, des
[231] :BCDE enzymes tels que tryptase et
:ABCE La réaction de Jones Mote est bêtaglucosaminidase, des
La bourse de Fabricius chez le une réaction d’hypersensibilité facteurs chimiotactiques (ECF-
poulet est l’organe producteur retardée qui fait appel à des A, NCF, PAF). Les médiateurs
de lymphocytes B. Son ablation injections intra-dermiques et non néoformés sont les
provoque donc des anomalies pas intraveineuses. Les autres leucotriènes, les
de l’immunité humorale comme propositions sont la définition de prostaglandines et le
une agammaglobulinémie, une cette réaction. thromboxane A2.
absence de réponse anticorps. [238] [244]
Les zones paracorticales des :BDE :B
ganglions lymphatiques sont Seules les lgG maternelles C’est sa définition.
peuplées par des lymphocytes traversent la barrière placentaire [245]
T et sont donc normales. chez l’homme. Seules les IgE :ABCDE
L’immunité cellulaire reste jouent un rôle dans Toutes les propositions sont
normale. l’hypersensibilité immédiate. Les correctes.
[232] autres propositions sont exactes. [246]
:E [239] :E
Le réarrangement de classe :ABC Le rejet des greffes rénales est
des gènes des 1g concerne le Cette question est très mal dû à des lymphocytes T
réarrangement de la partie posée. Les molécules pouvant cytotoxiques. Cependant, le
constante de la chaîne lourde être reconnues par le même rejet de greffe n’est pas
(C). Celui-ci se produit après le anticorps ne sont pas toujours de prévisible autrement que par
réarrangement VDJ (V = structures très proches. Une une augmentation de la
variable, D = diversité, J = absorption convenable permet créatininémie.
jonction). Chaque gène C à d’éliminer des réactions croisées [247]
rexception de celui codant pour mais ce n’est pas toujours le cas. :C
delta possède une séquence de C’est la maladie de
commutation (switch) à son [240] Waldenstrem qui nécessite le
début. Cela permet à n’importe :BD plus souvent des
quel gène C de se combiner Le CD2 existe sur les cellules T plasmaphérèses.
avec VDJ. au repos. Les molécules HLA de [248]
[233] classe I et les molécules CD8 :C
:B existent également sur les C’est la définition de l’lgA
Les gènes codant pour les lymphocytes T au repos. Les sécrétoire.
composants C2, C4 et B du molécules HLA de classe Il et 1 [249]
complément sont situés entre récepteurs de haute affinité pour :E
les gènes codant pour les rinterleukine 2 sont inductibles Ce test est utilisé pour affirmer
molécules HLA de classe Il et par l’activation. un diagnostic de LEAD car les
17
anticorps anti-DNA natifs sont donneur et le receveur contre- plasmocytes qui fabriquent ces
spécifiques du LEAD. indique formellement la greffe 2 types dlg.mais également par
[250] rénale. Par contre, les les plasmocytes à lgG. Elle ne
:E antécédents de transfusions joue aucun rôle dans le
Le constituant C3 du multiples du receveur favorisent récepteur des 1g et n’a rien à
complément joue un rôle très la prise de la greffe. voir avec les antigènes de
important dans le phénomène L’incompatibilité HLA partielle ne classe I.
d’Arthus car il est clivé en contre-indique pas une greffe [262]
fragments dont l’activité rénale alors qu’elle contre- :B
provoque la réaction. Les indique totalement une greffe de Le test de cytotoxicité à
animaux ayant un déficit en moelle osseuse. La réaction médiation cellulaire se fait en
complément ne font pas de lymphocytaire mixte négative mettant en présence des
phénomène d’Arthus. montre que donneur et receveur cellules T effectrices
n’ont pas ou peu de différences (cytotoxiques) et des cellules
[251] entre leurs molécule HLA de cibles marquées au chrome 51.
:D classe Il. Le diabète ne contre- Quand une cible est lysée, elle
Les lymphocytes T mémoires indique pas une greffe rénale. relargue dans le milieu le
conservent le récepteur de [257] chrome radioactif qui peut alors
basse affinité de rinterleukine 2 : C être comptabilisé.
appelé TAC. C’est le C3b qui est l’opsonine du [263]
[252] complément. :ACDE
:AC [258] Les idiotypes d’une
Ce sont les deux populations de : E immunoglobuline sont es
cellules importantes dans C’est le seul test quantitatif déterminants antigéniques de
rhypersensibilité à médiation proposé. cette immunoglobuline. Ils
cellulaire. [259] existent au sein des parties
[253] :A variables de la chaîne légère et
:ADE C’est une des caractéristiques de de la chaîne lourde et sont
Le RAST est un test radio- la réponse secondaire. multiples. Ils sont impliqués
immunologie permettant de dans la régulation de la
doser les IgE spécifiques d’un [260] réponse humorale et cette
antigène donné. L’antigène est :AB théorie est le concept du
fixé sur un support (plastique), Les antigènes thymo- réseau de Jerne. Ils sont
le sérum du patient est mis à indépendants ont pour immunisants dans une même
incuber avec l’antigène. Après particularité d’avoir souvent des espèce ou dans une espèce
lavage, la fixation des IgE sur motifs répétitifs et d’être très différente, ce qui a permis de
l’antigène est révélée par des lentement dégradés dans les caractériser.
anticorps marqués anti-IgE. l’organisme. C’est le cas des [264]
[254] polysaccharides bactériens, de la :ABCD
:B flagelline polymérisée, des Ce sont les lymphocytes T qui
La C3 convertase est formée du dextranes, levanes, de polymères sécrètent l’interleukine 2.
complexe C4bC2a. synthétiques des acides aminés [265]
[255] dextrogyres. Ce sont des :ABCD
:D activateurs polyclonaux des La cellule de Langerhans est
Les autres propositions sont lymphocytes B. Leur réponse une cellule présentatrice de
des affections dans lesquelles secondaire est faible et limitée. li l’antigène. Elle est très riche en
intervient l’immunité à médiation n’y a pas de réponse lgG. Les molécules HLA de classe et
humorale. Type 3 pour la CNA macrophages n’interviennent pas possède peu d’antigènes de
et le LEAD, type 2 pour le dans ce type de réponse. classe I. Elle transporte les
syndrome de Goodpasture, type [261] antigènes jusqu’au ganglion
1 pour lagranulocytose :D adjacent. Elles n’ont rien à voir
médicamenteuse. La pièce J intervient dans la avec le thymus.
[256] formation de l’lgA dimérique et de [266]
:D l’lgM pentamérique. Elle est :AB
Le cross-match positif entre le synthétisée et excrétée par les Les macrophages n’ont pas
18
besoin d’être préalablement C’est la définition. [278]
immunisés. Le MIE est Lépitope est un déterminant :ABD
synthétisé par les lymphocytes antigénique. Le paratope est le Les corps de Howell-Jolly sont
T ayant été sensibilisés à un site de fixation et de liaison de des fragments de
antigène donné. lépitope. chromosomes détachés au
[267] Les isotypes sont des caractères cours de la mitose. On les
:AE communs à tous les individus observe dans toutes les
A l’âge adulte, l’injection de d’une même espèce (chaîne dysérythropoïèses et après
lourde ou chaîne légère).
cellules spléniques de la souris splénectomie En principe, avant
noire entraîne un rejet de la Les idiotypes sont spécifiques toute splénectomie, une
transfusion. Une première d’un individu donné mais vaccination
greffe de peau 8 jours plus tôtégalement de l’antigène contre antipneumococcique doit être
lequel est dirigé l’anticorps.
entraîne un rejet accéléré de la pratiquée, protégeant contre les
deuxième greffe. [273] risques de septicémie à
[268] :ACDE pneumocoque. En effet, la rate
:BE Sans commentaire. est l’organe majeur de la
Les lymphokines sont [274] phagocytose des germes
synthétisées par les :AE circulants et est un lieu de
macrophages et les cellules T Sans commentaire. synthèse des
et ne sont pas spécifiques de [275] immunoglobulines en particulier
l’antigène. Le complément ne :BDE des lgM anti pneumocoque.
joue aucun rôle. Les test Les IgA sécrétoires, Après vaccination, il y a
cutanés se lisent à 48 heures. contrairement aux IgA sériques, synthèse d’anticorps
sont sous forme dimérisée. opsonisants qui permettent
[269] Le dimère est formé de 2 IgA l’élimination des
:AC reliées entre elles par une pièce pneumocoques en l’absence de
La bourse de Fabricius chez le sécrétoire (S) et par une pièce J. la rate.
poulet est l’organe producteur La pièce secrétoire est une Après splénectomie, on
de lymphocytes B. Son ablation glycoprotéine synthétisée par les observe une hyperleucocytose
provoque donc des anomalies cellules épithéliales des car la marginalisation des
de l’immunité humorale comme muqueuses. La pièce J est polynucléaires dans la rate ne
une agammaglobulinémie, une synthétisée par les plasmocytes. peut plus se faire. On observe
absence de réponse anticorps, Les pièces J et S sont également une
une absence de lymphocytes B. glycosylées LIgA sécrétoire est hyperplaquettose car la
Les zones paracorticales des protégée de la protéolyse par la séquestration plaquettaire ne
ganglions lymphatiques sont pièce sécrétoire. se fait plus. Le mégaloblastose
peuplées par des lymphocytes [276] médullaire s’observe en cas de
T et sont donc normales. :BD carence en folates ou en
Limmunité cellulaire reste Le vaccin rubéolique est un vitamine B12.
normale. Les cellules vaccin vivant atténué contenant [279]
dendritiques sont normales car le virus entier. :AcD
elles ont une autre origine. Les vaccins fabriqués sur oeuf de Les leucémies lymphoïdes
[270] poule embryonné sont les chroniques sont pour 95 %
:ACE vaccins contre la grippe, la d’entre elles des LLC de type B.
C’est le phénomène observé au rougeole, les oreillons et la fièvre Elles sont définies par
cours d’une réponse jaune. l’augmentation permanente du
immunitaire à médiation Il provoque une réponse nombre de lymphocytes du
cellulaire. anticorps. sang du fait de la prolifération
[271] Il est contre-indiqué chez la et de l’accumulation d’un clone
:AE femme enceinte puisque c’est un de lymphocytes B.
Ce sont les deux médicaments virus vivant. Grâce à des anticorps anti
provoquant une réaction de [277] chaîne légère ou anti chaîne
type 1. :E lourde, on met en évidence le
[272] Il n’y a aucune contre-indication à caractère monoclonal (c’est-à-
:D la vaccination antitétanique. dire dérivant d’un seul clone) de
19
la prolifération lymphocytaire B. car il y a de très nombreux faux retourner dans les organes
Au cours de la LLC, il existe un positifs. Les anémies lymphoïdes en sortant du sang
déficit T helper associé à un hémolytiques au cours du lupus au niveau de la paroi
déficit intrinsèque des sont le plus souvent dues à la spécialisée des veinules post-
lymphocytes B à synthétiser fixation sur les hématies d’un capillaires, en traversant
des immunoglobulines anticorps et de complément. l’endothélium qui les borde.
normales d’où le déficit Les immunoglobulines [285]
immunitaire humoral observé. monoclonales peuvent avoir une :AB
Une anémie hémolytique auto- activité anticorps et former des Le dosage des IgE ne peut se
immune est fréquemment CIC. Par contre les complexes faire que par des techniques
retrouvée au cours de la LLC. immuns jouent un rôle important quantitatives.
La transformation d’une LLC en dans les atteintes glomérulaires La technique de Mancini
LAL est exceptionnelle. lupiques. consiste à faire diffuser dans un
[280] gel contenant des anticorps anti
:ABD [283] IgE, les IgE à doser. Les autres
Le BCG est une souche de :E techniques pouvant être
Mycobacterium bovis vivant Les antigènes de classe Il du utilisées sont la technique de
atténué, avirulente pour complexe majeur dosage radioimmunologique
l’homme ayant une immunité d’histocompatibilité (MHC) ne par compétition où l’on fixe sur
normale. sont exprimés que sur certaines un support un anticorps anti
c’est un vaccin qui s’administre cellules de l’organisme IgE. Le sérum à tester est alors
par voie intradermique ou par (lymphocytes B, macrophages, incubé avec des IgE marquées
scarification ou par bague mais lymphocytes T activés, cellules en présence des anti-IgE fixés
jamais oralement. de Langerhans). Ils sont transmis sur le support.
c’est un stimulant de l’immunité selon les lois de Mendel Plus il y aura d’lgE marquées
cellulaire qui a été utilisé dans (transmission autosomique dans le surnageant et n’ayant
le traitement de certaines dominante), Ils permettent la pas réagi avec les anti-IgE, plus
tumeurs malignes comme le présentation de l’antigène. Ils le sérum du malade contenait
mélanome. comportent une chaîneJ et une des IgE.
[281] chaîne bêta. La bêta2 La méthode
:BcD microglobuline est la chaîne d’immunoenzymologie type
Le vaccin anti-ourlien est un légère qui appartient à la sandwich ne peut être utilisée
vaccin vivant atténué. structure des antigènes de classe que pour le dosage des IgE
Il est contre-indiqué lors des I du MHC. spécifiques d’un antigène
déficits immunitaires qui Les cellules exprimant les donné. Limmunoélectrophorèse
peuvent se voir au cours d’une antigènes de classe Il expriment est un test qualitatif.
maladie maligne évolutive. de façon co-dominante ces [286]
Il est également contre-indiqué antigènes codés à la fois par le :CD
au cours de la grossesse et lors chromosome 6 maternel et par le Les lymphokines sont des
des allergies vraies aux chromosome 6 paternel. protéines synthétisées par les
protéines de l’oeuf. [284] lymphocytes B et T. Elles
L’insuffisance respiratoire :AC peuvent être préformées ou
chronique et les antécédents de La recirculation des lymphocytes bien néosynthétisées lors de
crise comitiale ne contre- se définit par une migration entre l’activation du lymphocyte.
indiquent pas cette vaccination. les organes lymphoïdes par le [287]
[282] sang et la lymphe. :D
:C Ce sont surtout les lymphocytes Il s’agit d’une typhoïde à
L’effet pathogène des T qui recirculent. Salmonella typhi chez un
complexes immuns est dû Ils retournent à la circulation par patient vacciné depuis plus de
souvent à la formation de les lymphatiques efférents via le 3 mois.
complexes immuns in situ dans canal thoracique qui se jette dans [288]
un organe. la veine sous clavière gauche ce :B
Le dosage des CIC est qui permet ensuite de rejoindre la L’antigène HbC est intra
actuellement très contesté. circulation artérielle systémique. hépatocytaire et n’est jamais
Pour certains, il ne sert à rien Les lymphocytes peuvent alors détecté dans le sérum.
20
[289] l’antigène. anticorps anti-thyroglobuline et
:AC Ce sont ensuite les antimicrosomes.
Au cours d’une infection virale, polynucléaires neutrophiles qui
les sérologies doivent être jouent un rôle dans la réaction. [299]
pratiquées à 15 jours Le phénomène d’Arthus ne peut :E
d’intervalle, la première lors des avoir lieu qu’en excès Le vaccin antipneumococcique
premiers signes cliniques. d’anticorps. est efficace à partir de l’âge de
Pour que l’infection soit prouvée [293] 18 mois.
il faut une ascension du taux :ACE Il protège contre 80 % des
des anticorps d’au moins 2 La corticale externe des pneumocoques (14 sérotypes
dilutions soit 4 fois le premier ganglions lymphatiques et les dans le vaccin).
taux. follicules de la pulpe blanche de Il n’est pas contre indiqué chez
La méthode la plus sensible la rate sont des zones contenant l’insuffisant rénal.
pour porter le diagnostic des lymphocytes B. Au décours d’une infection à
d’infection à rotavirus est la [294] pneumocoque, la vaccination
microscopie électronique des :ACD antipneumococcique peut
selles. Les IgA sécrétoires se trouvent présenter des risques.
Au cours d’herpès récurrent, il dans toutes les sécrétions [300]
n’y a en général pas muqueuses de l’organisme. :ABD
d’ascension des anticorps. [295] Le TTL peut être positif avec
:ABCD des cellules allogèniques même
[290] Seuls les Myxovirus para- si le sujet n’a pas été
:ABCE influenza A sont responsables de préalablement immunisé par de
Le vaccin antigrippal est un pandémies. telles cellules. La Con A
vaccin inactivé (tué et formolé), Ce sont des virus à ARN qui explore les fonctions des
injectable qui contient des possèdent une enveloppe cellules T et pas des
souches récentes de virus comprenant 2 sortes de spicules : lymphocytes B.
grippal A et B. H et N (hémagglutinine et [301]
Il est conseillé chez les sujets neuraminidase) :ACE
âgés, les insuffisants Les cassures antigéniques Les lymphocytes B ont à leur
cardiaques et respiratoires qui radicales correspondant aux surface des immunoglobulines
pourraient être décompensés grandes pandémies sont des de membrane qui sont en régie
s’ils attrapaient la grippe. modifications radicales par générale toutes les mêmes,
Il n’est pas contre-indiqué chez mutation de l’ARN codant pour H détectables par des anticorps
la femme enceinte car il est ou N. Elles surviennent en monoclonaux.
inactivé. général tous les 10 ans. Ils possèdent également des
[291] [296] récepteurs à certains lectines
:ACE :C comme le PWM.
Les mécanismes impliqués L’activation de la voie classique [302]
dans la défense contre les du complément débute par la :BCD
helminthes sont fixation de Clq. Le CD4 est exprimé par les
- les éosinophiles [297] lymphocytes T restreints par les
- les IgE antigènes HLA de classe Il. Il
- les neutrophiles, les QUESTION ANNULEE est le récepteur du HIV. C’est
plaquettes et les macrophages, [298] une molécule accessoire qui
cytotoxiques par rintermédiaire :AD joue un rôle dans l’interaction
des Dans la maladie de Basedow, entre les cellules présentatrices
anticorps spécifiques (ADCC). des anticorps antirécepteur de la de l’antigène et les lymphocytes
[292] TSH ont été identifiés, auxiliaires encore appelés
:BC reproduisant la fonction helpers.
Les anticorps responsables de hormonale en cause. Il n’a rien à voir avec le
la réaction d’Arthus sont des La thyroïdite de Hashimoto, est récepteur à l’ILl.
lgG et des lgM chez l’homme, une thyroïdite auto-immune dans [303]
fixant le complément, et étant laquelle sont retrouvés des :BCDE
précipitants une fois captés par Le récepteur d’antigène des
21
cellules T appartient à la Il faut à la fois faire une dhistocompatibilité comportant
superfamille des sérothérapie et recommencer un 3 domaines (al-a2-a3). La
immunoglobulines et comporte cycle de vaccination. spécificité allotypique est portée
donc des régions variables. [310] par les chaînes al et a2.
Il joue un rôle essentiel dans :E Le domaine a3 est associé à la
l’activation des cellules Un sujet vacciné par le tétanos bêta2 microglobuline qui est
présentatrices de l’antigène, depuis moins de 5 ans est à jour commune à tous les individus.
l’antigène associé à un dans sa vaccination. La molécule HLA de classe I
déterminant HLA. Il ne faut donc rien faire de plus est une glycoprotéine.
La bêta2 microglobuline est un devant une plaie. [314]
constituant de la molécule HLA [311] :D
de classe 1. :BC Il n’y a actuellement aucun
[304] L’hypersensibilité retardée se argument permettant d’affirmer
caractérise par le rôle effecteur qu’une vaccination en dehors
QUESTION ANNULEE central joué par les lymphocytes du vaccin TAB soit susceptible
[305] T et leurs produits de sécrétion : d’aggraver une maladie rénale
:BC les lymphokines qui attirent et pré existante.
Le latex peut être positif en activent les macrophages. Elle
dehors de la PR, dans le lupus, peut être induite par le BK, et [315]
la sclérodermie, le syndrome de d’autres organismes tels que :CE
Sjôgren, la PAN, la polymyosite, salmonelle, brucelle, Les cellules NK sont de grands
l’endocardite lente, la syphilis, streptocoque, virus (rougeole, lymphocytes granuleux, ayant
la lèpre, la grippe, l’hépatite oreillons etc...), candida, pour la plupart d’entre eux,
chronique, la sarcoïdose. la toxoplasme, leischmanie. perdu leur récepteur T.
silicose. Les mastocytes ne jouent aucun Elles n’ont pas de fonction
Sa positivité augmente avec rôle dans cette réaction d’ADCC.
l’âge. Ainsi au dessus de 70 immunologique de type 4 de Elles sont stimulées et très
ans, 5 à 10 % des individus ont même que les complexes sensibles à l’interféron alpha et
un test au latex positif. immuns. leur fonction est de détruire les
[306] [312] cellules tumorales.
:D :A [316]
Les complexes Ag-Ac sont Les lgM sont des pentamères :CE
détectables dans le sérum entre dont l’unité de base est formée Les maladies s’accompagnant
J7 et J12. C’est durant cette par l’association de 2 chaînes d’une hypersensibilité retardée
phase dimmuno complexémie lourdes et de 2 chaînes légères sont essentiellement chez
que l’on peut voir survenir des (14 domaines). rhomme:
modifications cliniques Elles sont produites lors de la la tuberculose, la brucellose, la
caractéristiques de la maladie réponse primaire mais également lèpre, la leishmaniose, la
sérique. lors de la réponse secondaire. listériose, les mycoses
Elle peuvent comporter des profondes et les helminthiases.
[307] régions variables identiques à [317]
:A celles de certaines lgG. Elles
Un alloantigène est une sont codées chez l’homme par le QUESTION ANNULEE
molécule soluble ou fixée sur même chromosome que les lgG [318]
une cellule, appartenant à tout (chromosome 14 pour la chaîne :E
individu normal et propre à lourde, chromosome 22 pour la Seuls les épidermotests
chaque individu dans une chaîne légère Kappa, permettent de confirmer le
même espèce. chromosome 2 pour la chaîne diagnostic d’eczéma de contact
Il est reconnu comme étranger légère Lambda). et de déterminer l’allergène
du soi par un autre individu. Elles fixent le complément. responsable.
[308] [313] [319]
: :AB :B
QUESTION ANNULEE La molécule HLA de classe I C’est le seul vaccin vivant
[309] comprend une chaîne codée par proposé dans cette liste.
:B le complexe majeur [320]
22
:AD Le vaccin antiméningococcique antiviral.
La phagocytose des bactéries est fait de polysaccharides [332]
nécessite l’adhésion des synthétiques A + C. :C
germes à la surface des cellules Le vaccin antityphoïde est un La réaction de Paul Bunnell et
phagocytaires. Elle est vaccin fait à partir de Salmonella Davidshn, titre les anticorps
augmentée si les bactéries sont typhi E, para A + B tuées. hétérophiles anti-globules
opsonisées. Elle est effectuée [326] rouges de mouton de la MNI et
par les polynucléaires et par les :A les différencie des anticorps
macrophages mais pas par les Ce sont les lgM dont le taux hétérophiles anti-globules
lymphocytes T. plasmatique atteint la valeur rouges de mouton présents
Elle est augmentée par la normale de l’adulte vers l’âge de chez beaucoup de sujets
réponse immunitaire de type 9 mois. normaux.
anticorps comme par exemple [327] Ces anticorps sont transitoires :
les anticorps opsonisants. :D ils apparaissent après une ou
Elle concerne essentiellement Le choc anaphylactique doit être deux semaines d’évolution et
les germes extracellulaires. tout d’abord traité par de disparaissent en 2 mois
[321] l’adrénaline qui est un puissant environ.
:ACE vasoconstricteur.
Le rejet suraigu d’une greffe L’hépatite virale peut être traitée [333]
rénale est dû à des anticorps du par les corticoïdes mais :C
receveur anti-HLA du donneur, seulement dans les stades La positivité d’un test de
cytotoxiques en présence de chroniques. Coombs direct affirme la
complément. Le SIDA ne doit pas être traité sensibilisation des globules
Cette réaction est immédiate et par des corticoïdes sauf dans des rouges in vivo
survient parfois au cours même circonstances particulières. La rantiglobuline spécifique décide
de la greffe. Le rejet médié par neutropénie médicamenteuse de la nature exacte de
les lymphocytes T est plus immunoallergique n’est pas l’immunoglobuline ou dune
tardif. traitée par corticoïdes qui autre
[322] favorisent les infections protéine fixée sur la membrane
:B bactériennes. du globule rouge.
Seuls les lymphocytes B Seule la maladie de Horton, Il permet de reconnaître 4
synthétisent des parmi les propositions de la situations différentes
immunoglobulines de surface. question, impose un traitement - la présence isolée d’une
[323] par corticoïdes. immunoglobuline
E - Syndrome - la présence simultanée
QUESTION ANNULEE dimmunodéficience acquise d’immunoglobuline et de
(SIDA). complément
[324] [328] - la présence isolée de
:ACE :A complément
La dégranulation des C’est I’ILl qui est synthétisée et - l’absence de protéines
mastocytes peut se faire de 3 sécrétée par les macrophages décelables à la surface des
manières différentes qui active les lymphocytes T. globules rouges.
- par les anaphylatoxines C3a [329] [334]
et C5a :AC
- par rintermédiaire des IgE QUESTION ANNULEE La maladie sérique
fixées à leur surface [330] expérimentale peut s’observer
- par certains médicaments après l’injection intraveineuse
comme la codéine, morphine, QUESTION ANNULEE d’antigène. Après une phase
ACTH synthétique etc... [331] d’équilibration dans l’espace de
[325] :C diffusion, on assiste à une
:AE L’interféron induit la production phase de décroissance lente
Les anatoxines sont les vaccins de protéines antivirales qui sont correspondant au catabolisme
suivants : diphtérie et tétanos. activées lorsque le virus pénètre normal de l’antigène puis vers
La coqueluche est un vaccin dans une deuxième cellule. le huitième jour une phase
bactérien inactivé. Il crée donc un état cellulaire accélérée d’élimination
23
immune. A J12, les anticorps Elle est synthétisée par les :B
libres deviennent dosables, plasmocytes et non par les La détermination des
date à laquelle tout l’antigène basophiles. phénotypes HLA de classe I est
libre a été éliminé. Elle est impliquée dans les réalisée habituellement à partir
Les complexes Ag-Ac sont réactions d’hypersensibilité des lymphocytes du sang
détectables dans le sérum entre immédiate. circulant.
J7 et J12. C’est pendant cette Elle se fixe par son fragment Fc Les anticorps utilisés sont
période qu’on peut voir survenir au récepteur des mastocytes et pratiquement toujours d’origine
les modifications cliniques des basophiles. humaine.
caractéristiques de la maladie Sa synthèse est sous le contrôle Le principe du test consiste à
sérique et une des lymphocytes T qui mettre en présence des
hypocomplémentémie de “commandent” les synthèses lymphocytes à typer et des
consommation. La guérison d’immunoglobulines effectuées anticorps anti-HLA connus en
clinique survient ensuite en 2 à par les lymphocytes B. présence de complément.
3 semaines. [338] Si l’anticorps reconnait la
Les équivalents humains :C molécule HLA qui lui
peuvent se voir après Les anticorps responsables de la correspond à la surface du
sérothérapie avec des protéines maladie sérique aiguê lymphocyte il s’y fixe. La
hétérologues (sérum expérimentale ne peuvent pas fixation du complément
antitétanique, antidiphtérique, être de classe IgE car les IgE ne entraîne alors une
antilymphocytaire) après prise fixent pas le complément. multiperforation de la
médicamenteuse (pénicilline, Dans la maladie sérique aiguê membrane du lymphocyte, le
sulfamides etc...). rendant perméable à un
expérimentale il faut qu’il y ait un
Elle ne protège pas contre une excès d’antigènes. Les colorant (bleu tympan ou
récidive de la maladie en cas de éosinophiles et les basophiles éosine). L’observation au
réinjection de l’antigène n’interviennent pas dans cette microscope optique permet
puisqu’il persiste des anticorps réaction immunologique de type alors de visualiser la positivité
circulants. ou la négativité du test.
[335] [339] [344]
:ACDE :C :D
Seule l’hypersensibilité de L’interféron gamma est une C’est le test de provocation par
contact au DNCB ne peut pas Iymphokine sécrétée par les inhalation qui doit se faire en
être transmise puisqu’elle met lymphocytes T activés. présence des moyens de
en jeu les cellules de [340] réanimation usuels.
Langerhans de l’épiderme. :CDE [345]
[336] Lapparition danticorps anti-HBe :D
:B est de bon pronostic et signe la C’est Mycobacterium bovis
Les chaînes lourdes et légères diminution de la contagiosité. vivant atténué.
d’une immunoglobuline sont Lanticorps anti-HBc de type lgG [346]
synthétisées par un seul peut également être un marqueur : D
plasmocyte. de la poursuite de la réplication C’est un phénomène
Elles sont synthétisées grâce à virale, comme la persistance de d’hypersensibilité retardée de
l’ARN messager et à l’ARN rantigène HB5 et de l’antigène type IV. Les patch-tests, s’ils
ribosomial. Les ribosomes sont HBe. sont
liés au réticulum [341] effectués, se lisent à la 48ème
endoplasmique. :D heure après la pose.
Elles sont directement Les autres réactions [347]
synthétisées sous formes de immunologiques sont de type I :D
chaînes mûres. (hypersensibilité immédiate). Les molécules HLA de classe I
[337] [342] interviennent dans la
:ACD :E cytotoxicité.
LIgE n’est pas thermostable, Ce sont les T lymphocytes qui [348]
car le chauffage à 56° empêche synthétisent et sécrètent les :A
son fragment Fc de se fixer à lymphokines. Les anticorps responsables du
son récepteur. [343] phénomène d’Arthus sont
24
précipitants, activent le transplantation rénale et a une peu fréquent. Lopsonisation
complément essentiellement activité préférentielle sur les des virus peut se faire sur les
par la voie classique, sont de lymphocytes T qu’il inactive sans macrophages. Les mastocytes
classe lgG ou lgM chez les éliminer. Les corticoïdes sont ne jouent pas de rôle dans
l’homme. Ils comportent soit utilisés depuis très longtemps en l’immunité antivirale. Les virus
des chaînes légères Kappa soit transplantation en tant ne produisent pas d’exotoxine.
des chaînes légères Lamgola quimmunosuppresseurs. Ils
agissent en supprimant l’activité [356]
[349] des lymphokines et en modifiant :C
:Bc la cinétique cellulaire : disparition L’Antigène prostatique
c - 10ème jour après apparition des monocytes matures de la spécifique est un antigène
du chancre. circulation, accumulation des spécifique de la prostate dont le
B - 12ème jour après apparition lymphocytes dans la moelle. Le taux n’est pas corrélé à 100%
du chancre. sérum anti lymphocytaire, avec la présence d’un
[350] préparé à partir de sérums carcinome.
:AC hétérologues (cheval, lapin) sont [357]
La bourse de Fabricius est des lgG dirigées contre les :E
l’organe de maturation des lymphocytes T humains, utilisées Lanatoxine tétanique ne donne
lymphocytes B . Son ablation pour traiter certaines crises de une immunité que de 5 ans. Par
entraîne un déficit immunitaire rejet en transplantation rénale et ailleurs, il existe plusieurs
humoral alors que l’immunité les GVH. La cyclosporine est un toxines botuliques, plusieurs
cellulaire reste normale. immunosuppresseur récent types de salmonelles
[351] extrêmement puissant dont la pathogènes et différentes
:D cible est le lymphocyte T helper. souches de staphylocoques.
La réponse secondaire à un Le Melphalan n’est pas utilisé Toutes ces affections ne
antigène thymo-dépendant est dans les greffes d’organe. donnent donc pas une
spécifique de rantigène, a un [354] immunité définitive. Seuls les
temps de latence plus court que : C oreillons confèrent une
la réponse primaire, se traduit Des organismes gram positifs protection durable.
par une production comme les staphylocoques dorés [358]
prépondérante d’lgG. Elle sont tués par des cellules :B
nécessite la présence de phagocytaires comme les Lidiotype est la partie
lymphocytes B et est due à la macrophages et les antigénique de
“mémoire” immunologique. polynucléaires neutrophiles. l’immunoglobuline située au
[352] Les anticorps spécifiques et le niveau de la partie variable à la
:BCD complément servent alors à fois de la chaîne lourde et de la
C’est le fragment Fab qui est opsoniser les bactéries et sont chaîne légère. Il est donc
responsable de la spécificité donc la première étape de la associé à un Fab complet.
anticorps. réaction. Ces anticorps peuvent [359]
Le fragment Fc fixe le également être cytotoxiques en :C
complément. présence du complément vis à La mononucléose infectieuse
Le catabolisme des vis des staphylocoques. est la forme de primo-infection
immunoglobulines se fait par la [355] du virus EBV au cours de
fixation de leur fragment Fc sur : C laquelle apparaissent des
les Les anticorps seuls, peuvent anticorps de type lgM capables
cellules du système réticulo- bloquer les interactions entre les d’agglutiner des hématies
endothélial. virus et les cellules, en inhibant hétérologues.
Les IgE se fixent sur les l’adsorption, la pénétration et la [360]
mastocytes par leur fragment réplication virale. Cependant, la :ACD
Fc. réponse A est également exacte Les lymphocytes T cytotoxiques
Les cellules NK jouent un rôle puisque des réactions de sont des lymphocytes de
indépendant des anticorps. cytotoxicité peuvent se produire phénotype CD3, CD8, qui
[353] et conduire également à la reconnaissent l’antigène en
:D neutralisation du virus. Ce association avec les molécules
Limurel est très utilisé en phénomène est cependant assez HLA de classe 1. Comme tous
25
les lymphocytes T, ils portent à Le fragment C3b active la [368]
leur surface des molécules HLA phagocytose par les :E
de classe 2 seulement quand ils polynucléaires. Les fragments En matière de transplantation
sont activés. Les lymphocytes C3a et C5a sont des rénale, il est absolument
CD8 cytotoxiques sont moins anaphylatoxines qui entraînent la nécessaire de respecter la
nombreux que les lymphocytes libération d’histamine. compatibilité ABO car ces
CD4 helper chez un sujet sain antigènes sont portés à la
puisqu’ils représentent 1/3 des [364] surface des cellules
lymphocytes T, les 2/3 restants :AC endothéliales vasculaires. Le
étant composés de lymphocytes Les kystes toxoplasmiques non respect de cette règle
CD4 helper. peuvent contaminer la viande qui aboutit à une réaction de rejet
[361] consommée peu cuite, peut aigu. Le Rhésus ne joue aucun
:BDE transmettre la maladie. Les rôle. Les antigènes HLA jouent
Le phénomène d’Arthus et kystes toxoplasmiques ne un rôle important après le
l’anaphylaxie cutanée passive contaminent pas le poisson et ne système ABO notamment HLA
sont des phénomènes se multiplient pas dans une A B et D, HLA C jouant un rôle
dépendant des anticorps. Par viande conservée au mineur.
contre, les autres phénomènes congélateur. [369]
sont des réactions à médiation Seul le chat est un réservoir de :D
cellulaire et d’hypersensibilité transmission de la toxoplasmose. C’est la seule manifestation qui
retardée, de type IV selon la [365] ne fasse pas partie de l’allergie.
classification de GelI et :CD [370]
Coombs, transmises par les Le dosage de l’antigène :BE
lymphocytes T. carcinoembryonnaire est un Pour qu’il y ait une
[362] mauvais test de dépistage du dégranulation de mastocytes, il
:AB cancer du colon car sa valeur faut créer un pont entre deux
Les chaînes mu comme les n’est pas toujours élevée dans IgE de surface. L’Antigène doit
chaînes epsilon sont les seules cette pathologie. Lors dune donc être au moins bivalent.
à comporter 5 domaines (1 cancérisation dun polype, le taux Certains médicaments comme
variable et 4 constants). Elles d’ACE est à priori bas du fait de la codéine, la morphine
portent de nombreux résidus cette néoplasie débutante. LACE provoquent directement la
glucidiques (comme les autres naugmente pas au cours du dégranulation alors que le
chaînes lourdes sauf la chaîne cancer du pancréas. Par contre, cromoglycate de sodium est
gamma). Les chaînes lourdes l’ACE est utile pour suivre capable d’inhiber cette
mu peuvent s’associer aux révolution dun cancer colique, dégranulation. Les
chaînes légères kappa ou son augmentation par rapport à anaphylatoxines provoquent
lambda. Elles peuvent porter un taux antérieur devant faire également une dégranulation
l’allotype Gm mais un allotype rechercher une rechute locale ou des mastocytes en agissant
n’est pas retrouvé sur toutes les métastatique. directement sur la membrane.
chaînes mu de tous les [366] [371]
membres d’une même espèce. :ABD :BCE
La chaîne mu dans sa partie Lantisérum reconnaîtra les Lhypersensibilité retardée de
variable, comporte plusieurs chaînes lourdes gamma et les type IV fait intervenir l’immunité
régions hypervariables. chaînes légères kappa et cellulaire c’est-à-dire les
[363] lambda. cellules présentatrices de
:BCE [367] l’antigène (macrophages,
Le phénomène d’Arthus est une :ABCD cellules de Langerhans) et les
réaction qui fait intervenir les Les macrophages sont des lymphocytes T. Ladjuvant
complexes antigène-anticorps. cellules adhérentes au plastique, complet de Freund permet
Les anticorps doivent être ce qui permet de les séparer des d’induire des réactions de type
précipitants et fixer le lymphocytes. Ce sont des immunité retardée.
complément. Le fragment C5a cellules phagocytaires capables
libéré a une puissante activité de présenter rantigène et qui [372]
chimiotactique qui attire les sécrètent de rILi. Il ne sont pas :ACD
polynucléaires et les plaquettes. activés par les anaphylatoxines. Les Facteurs Anti Nucléaires se
26
recherchent effectivement par génome viral ne sont pas donc pas un isolement
immunofluorescence indirecte. synthétisées de façon synchrone. septique.
Ils peuvent être détectés chez Par contre ces virus peuvent [381]
des sujets sains dautant que avoir besoin de réquipement :ACE
âge est élevé. Leur titre est enzymatique de la cellule hôte Les produits des gènes de
alors pour se répliquer. classe 1 du complexe majeur
important à considérer. Ils sont La traduction protéique passe par d’histocompatibilité sont
présents chez 95% des une transcription DNA RNA détectés à l’aide d’anticorps
lupiques. obligatoire. Lenveloppe virale anti HLA A, B ou C.
Il existe de nombreux peut être une partie de la La culture mixte Iymphocytaire
médicaments inducteurs de membrane nucléaire comme met en évidence des
FAN. dans le cas des herpès virus. différences entre les antigènes
[373] [377] HLA de classe 2 de deux
:ADE :CE populations cellulaires
Les monocytes peuvent quitter La maladie sérique est une différentes.
le sang circulant pour migrer maladie due à des complexes [382]
dans les tissus et prendre alors immuns circulants, de type III :BE
le nom de macrophages. Leur selon la classification de GelI et Il existe des pics monoclonaux
durée de vie est très longue. Ils Coombs. Ces complexes immuns à IgM tout à fait bénins mais
sécrètent de rlnterleukine 1, circulants fixent le complément et nécessitant une surveillance
l’1L2 étant synthétisée et lactivent secondairement. C’est stricte, pouvant précéder de
sécrétée par les lymphocytes T. durant la phase de formation des plusieurs années une maladie
Ils possèdent des récepteurs au complexes immuns que l’on peut néoplasique. L’amylose de type
fragment Fc des lgG et des IgE. voir survenir des modifications AA est une amylose secondaire
Ils synthétisent certains cliniques caractéristiques de la qui n’est pas associée à un pic
composants du complément. maladie sérique. monoclonal. La maladie de
[374] [378] Kahler ou Myélome multiple est
:ABCE :BCE le plus souvent à lgG (60% des
Les Immunoglobulines G ont un Il n’y a pas de kérato- cas) ou à IgA (30% des cas).
taux sérique voisin de 12g11. conjonctivite ni de lacunes Par contre une lgM
Ce sont les seules osseuses dans la périartérite monoclonale est fréquemment
immunoglobulines à traverser la noueuse. observée dans la maladie des
barrière placentaire. Leur demi- [379] agglutinines froides et peut être
vie est de 3 semaines (sauf :ABC retrouvée dans les
pour les lgG3 où elle est de 7 Ce sont les composants du cryoglobulinémies.
jours). Les immunoglobulines complément qui appartiennent à [383]
les plus abondantes dans les la voie classique, voie qui est :CE
sécrétions digestives sont les activée par les complexes Les anticorps anti-DNA natifs
IgA. immuns. sont fréquemment observés
[375] dans les LED en poussée mais
:E [380] ne sont pas constants. Ils
Dans e phénomène dArthus, il y :ADE peuvent se voir dans d’autres
a tout d’abord la formation de Le but de l’isolement est de connectivites telles que la
complexes antigène-anticorps. protéger le malade contre les polyarthrite rhumatoïde, le
Ces complexes fixent le germes qui viennent de Gougerot Sjôrgren, les
complément qui en étant l’extérieur. La chambre doit donc connectivites mixtes. Ils se
dégradé libère des fragments être en surpression ou pression recherchent par le test de
chimiotactiques des positive par rapport à l’extérieur. FARR ou par une
polynucléaires. Tous les objets et aliments qui immunofluorescence sur
[376] entrent dans la chambre doivent Crithidia Luciliae, réagissant
:BCE être sous double emballage pour avec l’ADN double brin.
La réplication du DNA des virus laisser l’emballage externe dans [384]
à ADN peut avoir lieu dans le le SAS d’entrée de la chambre. :ABDE
cytoplasme. Par contre, le malade n’est pas Les lymphocytes B peuvent
Les protéines codées par le contagieux et l’isolement n’est former des rosettes avec des
27
globules rouges revêtus d’lgG :A par voie buccale est effectuée à
puisqu’ils portent à leurs Le lymphocyte T cytotoxique l’aide d’un virus vivant atténué.
surfaces un récepteur au possède un récepteur qui lui Ce type de vaccination favorise
fragment Fc des permet de reconnaître l’antigène la synthèse dIgA au niveau du
Immunoglobulines. Les présenté par une molécule tube digestif.
substances produites par les d’histocompatiblité de classe 1. lI [394]
lymphocytes T sont des n’a pas besoin d’anticorps pour :ABCDE
facteurs de croissance et de agir. Il existe en effet des anticorps
différenciation des lymphocytes Ce n’est pas un composant qui ont été synthétisés qui sont
B. cellulaire de l’immunité naturelle, dirigés contre les molécules
[385] ce terme étant réservé aux HLA de classe 1 et qui
:BCE cellules phagocytaires et aux permettent de faire des typages
Le macrophage est une cellule cellules NK. HLA classe 1 à l’aide de la
présentatrice de l’antigène aux [390] technique de microcytotoxicité
cellules T, qui capte les :ABC (lyse complément dépendante).
antigènes de façon non Les cellules K sont les cellules Les molécules HLA de classe 1
spécifique. Les macrophages responsables de I’ADCC. Les sont présentes sur toutes les
peuvent être cytotoxiques macrophages peuvent également cellules nuclées de l’organisme,
notamment vis à vis des jouer ce rôle ainsi que les codées par les locus A, B et C.
cellules tumorales. Ils ont des éosinophiles. Seules les lgG et Ce sont effectivement les cibles
propriétés de phagocytose et les IgE peuvent intervenir dans des lymphocytes cytotoxiques
grâce à leurs enzymes I’ADCC. Il n’y a pas au cours de CD8 dans un rejet de greffe. En
protéolytiques, ils peuvent ADCC de restriction synergique cas de rejet aigu, les
dégrader l’antigène ce qui par le complexe majeur lymphocytes B peuvent avoir
aboutit à son élimination. Ce d’histocompatibilité. préalablement synthétisé des
sont les lymphocytes B qui [391] anticorps dirigés contre les
synthétisent les :BCDE molécules HLA de classe 1 du
immunoglobulines. Le Les lymphocytes T, CD4, sont donneur.
macrophage dérive du des lymphocytes T helper qui [395]
monocyte sanguin. reconnaissent l’antigène en :ABCE
[386] association avec des molécules Lopsonisation est réalisée
:E d’histocompatibilité de classe 2. grâce à la fixation des
Les chaînes alpha de l’lgA lIs produisent des lymphokines complexes immuns sur les
sécrétoire et sérique sont comme l’1L2 ou l’interféron cellules opsonisantes par leurs
identiques. La pièce J est gamma. Le CD4 est le récepteur fragments Fc ou par le C3b fixé
synthétisée par le plasmocyte, du virus HIV qui permet l’entrée sur les complexes immuns, les
la pièce S par les cellules du du virus dans la cellule. cellules opsonisantes ayant à
revêtement épithélial. Tous les lymphocytes T portent à leur surface des récepteurs au
Les IgA ne passent pas la leur surface le marqueur CD3 qui fragment Fc des
barrière placentaire. Il existe fait partie de leur récepteur à Immunoglobulines et au C3b.
deux isotypes Al et A2 de la l’antigène. Les anticorps et le complément
chaîne alpha. [392] augmentent l’adhérence aux
[387] :BE cellules phagocytaires et
:D Le BCG est un vaccin vivant augmentent donc la vitesse
C’est la seule manifestation qui atténué. Le germe utilisé est un d’épuration sanguine des
ne fasse pas partie de l’allergie. bacille bovin tuberculeux dont la bactéries sans augmenter la
virulence a été atténuée par vitesse de dégradation du
[388] passages successifs sur milieux germe. Les anticorps
:D de culture. Administré par voie anticapsides pour les germes
Ce sont les anaphylatoxines intradermique, scarification ou encapsulés sont
C3a et C5a qui sont bague, il entraîne une immunité particulièrement efficaces.
directement capables d’induire de type cellulaire.
la [393] [396]
dégranulation des mastocytes. :C :ACDE
[389] La vaccination antipoliomyélitique L’interféron gamma augmente
28
l’activité tueuse des cellules NK. (agglutination de globules rouges vaisseaux périphériques
Il a des propriétés antivirales en de moutons sensibilisés par des subissent une vasodilatation
faisant synthétiser des anticorps de lapin antiglobules importante sous l’effet de
protéines qui empêchent la rouges de mouton). Les anticorps l’histamine et des autres
propagation du virus. Il active (lgM) ne sont pas spécifiques de substances libérées. Les
les macrophages et est produit la polyarthrite rhumatoïde et se manifestations du choc
par les lymphocytes T. Il peut retrouvent dans le Gougerot anaphylactique ne cèdent pas à
être utilisé chez l’homme Sjôrgren, le lupus, la l’arrêt de l’introduction de
comme antinéoplasique. sclérodermie, la polymyosite, la l’antigène et peuvent au
[397] périartérite noueuse. Le latex contraire persister très
:AB comme le Waaler-Rose sont longtemps.
La maladie des chaînes lourdes positifs chez 80% des PR de plus [406]
est une néoplasie dans laquelle de un an d’évolution. :BD
un clone plasmocytaire produit [401] L’immunoglobuline de
des chaînes lourdes tronquées :C membrane est portée par le
sans chaîne légère. La partie Fc Voir question précédente. lymphocyte B. Par contre le
de la chaîne lourde est toujours [402] récepteur des cellules T à
présente, par contre, cette :C l’antigène, est constitué de
chaîne lourde est tronquée Les lymphocytes T acquièrent la deux chaînes différentes (alpha
dans sa partie N terminale. reconnaissance du soi au niveau et bêta) liées par un pont
[398] du thymus. disulfure. Chaque chaîne
:ABCD [403] appartient à la superfamille des
Les macrophages comportent à :BCD immunoglobulines, comportant
leur surface des récepteurs aux Seules Ihémagglutinine et la donc pour chacune d’elle, site
fragments Fc des lgG et des neuraminidase des virus grippaux situé dans un idiotypique, un
IgE. Les cellules K possèdent A sont antigénique et mutent. Ils domaine variable et un
ce récepteur qui leur permet de peuvent muter séparément ou domaine constant. Ce
réaliser rADCC. Très peu de tous les deux en même temps. récepteur reconnaît l’antigène
lymphocytes T ont un récepteur [404] en association avec des
au fragment Fc des lgG par :B molécules du complexe majeur
contre les lymphocytes B en Les IgE sont synthétisées comme d’histocompatibilité de classe 1
portent beaucoup. Les rosettes les autres immunoglobulines par ou de classe 2, selon le
de mouton font intervenir le les lymphocytes B différenciés en phénotype du lymphocyte T
récepteur CD2. plasmocytes. Chaque chaîne CD8 ou CD4.
[399] lourde, comme pour les chaînes [407]
:B mu comporte un domaine :ABD
Le récepteur pour rantigène du variable et quatre domaines La tolérance peut se voir à de
lymphocyte T comprend une constants. Les IgE sont fortes ou à de faibles doses
chaîne alpha et une chaîne présentes à la surface des d’antigène. Elle est plus
bêta liées par un pont disulfure, mastocytes et non pas dans leurs facilement induite chez le
formant le Ti. Trois autres granulations. Elles circulent peu nouveau-né. Les antigènes
chaînes membranaires forment dans le sang et sont sous forme agrégés provoquent des
le CD3 et sont associées au Ti. monomérique. Leur taux sérique, réponses anticorps car une
Le récepteur T appartient à la chez un sujet normal est coopération cellule B - cellule T
superfamille des d’environ 3x10 exposant 4 gIl. peut se faire sans problème.
immunoglobulines. L’adjuvant complet de Freund
[400] [405] est un facteur très
:A :BC immunogénique provoquant
Le sérum des patients atteints Avant un choc anaphylactique, il des réactions immunitaires de
de polyarthrite rhumatoïde faut une sensibilisation préalable type cellulaire.
contient habituellement des à l’antigène ayant entraîné une [408]
anticorps de type lgM dirigés synthèse d’lgE. Lors du choc :CD
contre des lgG. La réaction de anaphylactique, les fibres Les histiocytes situés dans les
Waaler-Rose est une réaction musculaires lisses se contractent tissus conjonctifs peuvent se
dhémagglutination (au niveau bronchique) et les transformer en macrophages
29
au cours d’un processus récepteurs au fragment Fc des canal thoracique et le thymus
inflammatoire. lgG. Les lgM ne passant pas la contiennent essentiellement
[409] barrière placentaire, les lgM des lymphocytes T. Par contre,
:C retrouvées au niveau du cordon les plaques de Peyer, les
C’est la périartérite noueuse sont d’origine foetale. amygdales, les follicules
dans laquelle on peut retrouver [415] ganglionnaires contiennent
des dépôts de complexes :C essentiellement des
immuns comportant des Ce sont les lymphocytes B qui se lymphocytes B.
antigènes associés au virus de transforment en plasmocytes, les [421]
l’hépatite B. cellules T s’activant deviennent :ABCE
[410] des immunoblastes. Les autoanticorps sont en effet
:B [416] plus fréquemment retrouvés
C’est le seul fragment capable :C chez la femme que chez
de précipiter et qui porte encore L’1L3 stimule les cellules de la l’homme. On les retrouve
le site anticorps. lignée myéloïde (polynucléaires d’autant plus fréquemment que
Le fragment Fab seul ne peut neutrophiles, basophiles, l’âge est élevé, Ils peuvent
pas précipiter, de même que le éosinophiles, monocytes). L’ILl et exister sans rôle pathologique
fragment Ev. Le fragment Ed l’1L2 agissent sur les d’autant que leur titre est faible.
est une partie du fragment Fc. lymphocytes T, l’IFN gamma sur Ils sont très suspects chez les
[411] les macrophages. Le TNF a un sujets jeunes et doivent faire
:ABD effet antitumoral. rechercher une pathologie
Lors d’une allergie [417] sous-jacente non liée à un
médicamenteuse, les signes :C déficit fonctionnel en cellules T
n’apparaissent pas en règle lors Pour qu’il y ait une synthèse suppressives.
de la première prise. Il faut une d’Anticorps vis à vis d’un
sensibilisation préalable. antigène T dépendant, il faut une [422]
Une très petite dose suffit pour coopération macrophage, cellule :ACDE
provoquer une réaction dont le T, cellule B. Le lymphocyte B, La tolérance est le fait de la
mécanisme est immunologique peut dans certains cas, avoir les présence de cellules T
et non pharmacologique. mêmes propriétés que le suppressives qui sont
Les allergies médicamenteuses macrophage : endocytose, transférables d’un animal à
sont le plus souvent de type I dégradation de l’antigène et l’autre. Cette tolérance est
mais peuvent également être de présentation au lymphocyte T. La inductible par injection de fortes
type IV. Il n’y a pas de relation présence du macrophage n’est ou de faibles doses d’anticorps,
clairement établie à l’heure alors plus obligatoire. d’autant plus facilement que
actuelle entre HLA et allergie [418] l’animal est jeune.
médicamenteuse. :C Les substances
[412] C’est le seul test quantitatif immunosuppressives peuvent
:ABCE explorant la fonction anticorps. également induire des
Le prurit ne fait pas partie de [419] tolérances.
l’oedème de Quincke qui est la :ACE [423]
résultante d’une urticaire La tolérance n’est en règle pas :A
profonde et non superficielle. définitive et n’existe que tant que En 1947 est apparu un virus
l’antigène persiste dans influenza A H1N1 et en 1968 un
[413] l’organisme. virus influenza A H3N2. Ces
:CE Elle est en règle due aux cellules deux virus n’ont rien en
Il faut connaître les composants T suppressives, est donc active, commun car ils ont fait l’objet
de la voie classique et de la spécifique et non transférable par de cassure radicale antigénique
voie alterne du complément. le sérum. portant sur la neuraminidase et
[414] [420] sur l’hémagglutinine.
:BCE :CD L’immunité croisée n’existe
Le transfert des lgG à travers le Dans le sang, 80% des donc pas entre ces deux virus
placenta est un transfert actif lymphocytes sont des cellules T, puisqu’il n’existe pas de
qui nécessite de la part du les 20% restants étant des communité antigénique entre
placenta une acquisition des lymphocytes B. La lymphe du eux. A côté de ces cassures
30
antigéniques qui surviennent en sur le chromosome G. Le gène des bactéries se fait grâce au
moyenne tous les 10 ans, se de la bêta2 microglobuline est C3b.
produit un autre type de quant à lui situé sur un autre [430]
mutation modifiant légèrement chromosome. :E
la neuraminidase ou [427] Il faut irradier le sang transfusé
l’hémagglutinine. Ce sont des :AE pour éviter une réaction de
glissements antigéniques qui Le LEAD survient en effet greffon contre l’hôte (GHV =
surviennent tous les ans ou préférentiellement chez la femme réaction des lymphocytes
tous les deux ans et donnent jeune et a des modes de début transfusés contre les cellules
naissance à des épidémies divers dont les éruptions du receveur). La transfusion de
modérées. L’évolution cutanées et les arthralgies sont culots globulaires non irradiés
épidémique actuelle est due à les plus fréquentes. La grossesse est contre-indiquée car des
ces mutations mineures le plus n’est pas formellement contre- lymphocytes T peuvent encore
souvent ou bien à des cassures indiquée au cours du LEAD mais être présents parmi les globules
antigéniques. Les anticorps elle doit être débutée en période rouges. Si on transfuse du sang
acquis sont dirigés contre le de rémission de la maladie et de même groupe HLA classe 1,
virus de l’année précédente et sous surveillance stricte. La les antigènes HLA de classe 2
n’assurent alors qu’une présence de FAN à 1/20 n’est pouvant être différents, une
protection partielle ou nulle. pas spécifique du lupus GHV peut tout de même se
[424] contrairement à la présence de produire.
:AB facteurs Sm qui sont [431]
La réaction immunitaire face au quasispécifique de la maladie. :BCD
pneumocoque est une réaction [428] La transformation cellulaire
de type humoral. Les infections :ABC induise par des virus ne
à pneumocoques sont donc Chez les sujets âgés, il existe s’observe que dans des cellules
plus fréquentes et plus graves une diminution globale des permissives. Cette
lors d’un déficit de l’immunité fonctions CD4 et CD8 transformation permet
humorale ou après une cytotoxiques et suppressives. Il y d’immortaliser les cellules qui
splénectomie, la capacité de a de ce fait une augmentation de subissent des modifications
synthèse des immunoglobulines la fréquence des cancers et des morphologiques, biochimiques
étant diminuée dans ce dernier pics monoclonaux. et antigéniques. Le virus
cas. transformant peut contenir un
[425] [429] oncogène ou bien activer un
:D :B oncogène cellulaire. Par contre,
La demi-vie plasmatique des QUESTION ANNULEE. toutes les cellules transformées
lgG est de trois semaines chez Le C3a et le C5a sont des in vitro ne provoquent pas de
l’homme sauf pour la sous- protéines du complément ayant tumeur chez un animal
classe lgG3 où elle est de sept un rôle d’anaphylatoxines. Ils histocompatible.
jours. provoquent donc par [432]
[426] l’intermédiaire de la :AB
:ABCD dégranulation des mastocytes, Le réarrangement des gênes
Le complexe majeur une libération d’histamine, une des chaînes lourdes des
d’histocompatibilité contient un contraction des fibres immunoglobulines a lieu dans
grand nombre de gènes dont musculaires lisses et une les précurseurs des cellules B
les trois catégories principales vasodilatation capillaire. De plus, et se produit avant le
codent pour les antigènes de le C5a est un facteur réarrangement des gênes des
classe 1 (HLA-A. -B, -C), de chimiotactique puissant des chaînes légères qui a lieu dans
classe 2 (HLA-DR, -DP, -DQ) et polynucléaires neutrophiles. Les les cellules pré-B. Si ce
de classe 3 (certains anaphylatoxines ne provoquent réarrangement des chaînes
composants du complément = pas de sécrétion ni d’IFN, ni lourdes n’est pas fonctionnel,
C2, B, C4). D’autres gènes sont d’1L2 ni de facteur chimiotactique l’immunoglobuline ne peut pas
situés dans cette région, des polynucléaires neutrophiles, être synthétisée. Le
notamment les gènes codant le C5a étant lui-même un facteur réarrangement des chaînes
pour la 21- hydroxylase. Ces chimiotactique des lourdes est plus complexe que
gènes sont situés chez l’homme polynucléaires. L’opsonisation celui des chaînes légères
31
(réarrangement VDJC pour les sériques explore rimmunité [442]
chaînes lourdes et VJC pour les humorale. :ACE
chaînes légères). Les [437] La destruction des cellules
réarrangements des gênes se :BE tumorales se fait
font bien avant la rencontre de LlgM sérique est un pentamère majoritairement grâce aux
l’antigène. formé de 5 sous-unités reliées cellules NK. Les cellules K
[433] par une pièce J sans pièce grâce à I’ADCC sont également
:DE sécrétoire. Chaque chaîne lourde importantes de même que les
Le phénomène de Koch comprend 5 domaines (les lgG macrophages activés, dans la
observé lors d’une ne comportent que quatre surveillance immunitaire
hypersensibilité tuberculinique domaines par chaîne lourde). antitumorale. Les
est une Cette lgM pentamérique est polynucléaires neutrophiles
manifestation d’hypersensibilité glycosilée. jouent également un rôle anti-
retardée due à une réaction [438] tumoral. Toutes ces cellules
immunitaire cellulaire. :E contiennent des granules
[434] Une greffe de moêlle d’un parent capables de lyser les cellules
:BE AA ou BB à un hybride Fi (A x B) tumorales.
Les manifestations décrites est parfaitement tolérée puisque [443]
correspondent à une maladie le greffon partage avec ses deux :A
sérique humaine. Elles parents toutes les spécifités du La réponse anticorps anti-
apparaissent en moyenne entre MHC qu’il va recevoir. globules rouges de mouton est
8 et 10 jours après une [439] une réponse anticorps
sérothérapie ou une prise :C habituelle qui passe par les
médicamenteuse. Cette Le RAST est un test radio- cellules phagocytaires et
maladie sérique est due à la immunologique qui permet de présentatrices de l’antigène, les
formation de complexes doser les IgE spécifiques et qui lymphocytes T spécifiques et
immuns circulants qui sont se pratique sur plaque. L’Elisa les lymphocytes B spécifiques.
capables de se déposer. est une technique immuno-
[435] enzymatique sur plaque. Le ring [444]
:BD test est une méthode :CE
Le choc anaphylactique ne d’immunoprécipitation en milieu Les gammapathies
survient qu’après une liquide par interface. Le test de monoclonales bénignes de type
sensibilisation préalable à Coombs est une technique lgG ou IgA ne s’accompagnent
l’antigène responsable. Il d’hémagglutination. Seule, d’aucun symptôme clinique ou
survient extrêmement l’immunoélectrophorèse est une radiologique. La biologie est
rapidement après l’introduction immunoprécipitation en milieu normale hormis une
de l’allergène et ne guérit pas gélifié. augmentation de la vitesse de
spontanément à l’arrêt de [440] sédimentation. La
l’infection. L’adrénaline en est le :C plasmocytose médullaire ne
meilleur traitement. Il peut Le deuxième domaine constant doit pas excéder 10 %. Le taux
survenir après l’injection de lourd d’une lgG ou CH2 de rimmunoglobuline
gammaglobulines si le sujet a appartient au fragment Fc de monoclonale est en général
déjà été sensibilisé. l’lgG. peu important, inférieur à 10 gII
[441] pour les IgA et inférieur à 20 g/l
[436] :C pour les lgG.
:ACE Pour obtenir une réponse [445]
Les tests d’exploration de anticorps vis-à-vis d’un antigène :AE
l’immunité cellulaire peuvent se T dépendant, il faut la présence QUESTION ANNULEE.
faire in vitro. Intradermoréaction de macrophages, de lymphocytes Lors d’une coopération
à la tuberculine, test au DNCB T et de lymphocytes B. Les cellulaire, le récepteur T a des
(réaction lymphocytaire mixte lymphocytes B ayant des intéractions avec le complexe
allogénique. Le Prick test propriétés de cellules majeur dhistocompatibilité (HLA
permet d’explorer présentatrices de l’antigène, un de classe 1 ou 2) et l’antigène.
rhypersensibilité de type 1. Le mélange de lymphocytes T et de La molécule CD8, comme la
dosage des immunoglobulines lymphocytes B peut suffire. molécule CD4, est une
32
molécule d’adhésion qui permet complémentaire mais pas les l’opsonisation.
d’augmenter l’affinité des pathologies opportunistes telles [452]
interactions. Les que la pneumocytose. :ACD
immunoglobulines de [449] L’interleukine 2 est une
membrane des lymphocytes B :C lymphokine synthétisée et
permettent de capter l’antigène C’est la maladie pour laquelle sécrétée par les lymphocytes T
mais ne jouent pas de rôle l’IDR à la tuberculine est helperactivés. Cette synthèse a
direct dans la coopération généralement négative, l’IDR lieu après reconnaissance par
cellulaire. Le récepteur de l’1C2 étant le test actuellement le plus le lymphocyte T d’un antigène
et le récepteur de la transferrine utilisé pour évaluer les réponses spécifique mais l’interleukine 2
ne jouent aucun rôle dans la immunitaires cellulaires T. Les est synthétisée par tous les
coopération cellulaire. autres maladies citées sont des lymphocytes T quel que soit
[446] pathologies lymphoïdes l’antigène qu’ils ont reconnu.
:ABCDE essentiellement B dans L’interleukine 2 n’est donc pas
Chaque domaine d’une lesquelles l’immunité cellulaire T spécifique de l’antigène. Par
immunoglobuline comprend est en règle normale. contre, elle est un facteur de
environ 110 acides aminés et [450] croissance des lymphocytes T
pèse environ 12,5 kg. Il :B en se fixant à leur surface sur
possède un pont dissulfure Les lymphocytes B représentent les récepteurs à l’1L2 qu’ils
intracaténaire et peut former environ 10 à 20 % des cellules possèdent. Elle permet donc
une lésion disulfure avec un lymphoïdes circulantes et sont leur multiplication et leur
autre domaine (pont classiquement définis par la prolifération. Elle n’est pas
intercaténaire) dune autre présence à leur surface des produite par les macrophages
chaîne. Chaque domaine est immunoglobines qu’ils qui synthétisent l’ILl.
codé par un exon distinct et synthétisent. La majorité des [453]
constitue dans l’espace une cellules B périphériques :A
structure globulaire. humaines expriment à leur Le dosage du complément total
[447] surface des immunoglobulines se fait en évaluant la capacité
:AC des 2 classes lgM et lgD. Dans le du sérum à lyser des globules
Concentrations moyennes sang périphérique, très peu de rouges de mouton recouverts
normales des cellules expriment des lgG, IgA d’anticorps de lapin anti
immunoglobulines dans le ou IgE de surface. Les globules rouges de mouton. Il
sérum adulte: lymphocytes T, par ailleurs sont ne faut donc pas faire un
- lgG = 12 à 14 g/l majoritaires dans le sang prélèvement sur anticoagulant
- lgM = 1,2 à 1,5 g/l circulant et représentent environ car on veut tester le sérum des
- IgA = 2 à 4 gIl 70 % des cellules patients. Le dosage du
- lgD = 0,025 g/l lymphocytaires. complément se fait à
- IgE = 0,00005 g/l température ambiante et il n’est
[448] [451] absolument pas nécessaire de
:CD :AC transporter les tubes dans la
Il existe des déficits héréditaires L’opsonisation est un processus glace. L’activité
et des déficits acquis du de fixation protéique qui favorise anticomplémentaire est la
complément. Les déficits la phagocytose. Les présence d’anticorps dirigés
héréditaires peuvent être macrophages ont à leur surface contre les fractions du
associés à des maladies auto- deux types de récepteurs qui complément. Elle s’acquiert in
immunes. Bien que les gênes permettent fopsonisation. Ce sont vivo et non in vitro dans le tube
du complément soient situés le récepteur au fragment C3b du de prélèvement. La chaleur
dans la même région que les complément et le récepteur au dénature les fractions du
gênes du complexe HLA, il n’y a fragment Fc des complément. La seule réponse
pas de lien clairement établi immunoglobulines. Le à fournir est donc la réponse A.
entre certains haplotypes HLA macrophage n’a pas de récepteur [454]
et les déficits en protéines du à fILi (Interleukine synthétisée :BD
complément. Les infections à par le macrophage). Ni la Le test classique cutané utilisé
germes Gram + sont plus transferrine ni le C3a dans les allergies de type 1 est
fréquentes en cas de déficit n’interviennent dans la réaction d’induration
33
inflammatoire dans laquelle Le vaccin anti-grippal est un s’élèvent rapidement au cours
l’antigène, injecté dans la peau, vaccin préparé à partir de virus des 2 semaines suivantes.
déclenche la libération de complet inactivé, Il est Toutes les rubéoles sont
médiateurs préformés qui administrable par voie SC ou 1M. contagieuses y compris les
augmentent la perméabilité Ses principales indications sont rubéoles cliniquement
vasculaire et provoquent les sujets âgés et il n’est inapparentes, le virus étant
l’oedème et le prurit. En absolument pas contre-indiqué présent au niveau du pharynx
général, il existe une bonne chez les femmes enceintes, Il (contamination par voie
corrélation entre les tests contient des protéines d’oeuf car aérienne).
cutanés, le RAST (détectant les il est fabriqué sur embryon de [459]
IgE spécifiques d’un antigène poulet et est contre-indiqué en :ABC
donné) et les tests de cas d’allergie à l’oeuf. Une La sous-unité alpha de I’HCG
provocation (nasale ou injection annuelle est requise est en effet commune à FSH,
bronchique) par l’allergène pour assurer une protection. LH et TSH. La prolactine ne
correspondant. Le test possède pas cette même sous-
d’inhibition de la migration des [457] unité alpha.
macrophages mesure la :AD [460]
réactivité des cellules T. En Cette femme n’a jamais eu la :BCDE
effet, en présence d’antigène, toxoplasmose. En effet, le taux La réaction de greffon contre
les cellules T activées maximal d’anticorps (IgG) l’hôte est une réaction
produisent du MIF. La antitoxoplasmiques est atteint un immunologique des cellules du
recherche d’lgE totales ne à deux mois après la primo- donneur contre les cellules du
permet pas d’identifier un infection et est aux alentours de receveur, Il y a en général un
allergène donné. Le 300 IU/ml. Il reste stable pendant équilibre entre rejet et réaction
complément, quand il entraîne 3 mois à un an puis décroît du greffon contre l’hôte (GVH).
une dégranulation des lentement pour se stabiliser entre En effet, les patients faisant un
mastocytes, joue un rôle propre 10 et 100 Ul/ml. Cette patiente rejet (réaction immunologique
et n’est pas spécifique de est donc non protégée et à des cellules du receveur contre
l’antigène. surveiller. Il faut lui donner des les cellules du donneur) ne font
[455] conseils dordre hygiéno- pas de GVH. A l’inverse, les
:BCDE diététiques (élimination de tout patients présentant une GVH
La voie alterne du complément chat dans rentourage, viande ne font pas de rejet. Pour qu’il y
n’est pas activée classiquement consommé toujours bien cuite). ait une GVH, il faut qu’il y ait eu
par les complexes antigène- La spiramycine est un traitement une prise de greffe et que les
anticorps et n’est donc pas curatif et non préventif chez la cellules du donneur ne soient
stimulée par une femme enceinte. Enfin, il nexiste pas totalement identiques aux
reconnaissance spécifique d’un pas actuellement de vaccin cellules du receveur, Il faut de
antigène. L’activation de la voie contre la toxoplasmose. plus que le receveur ait été
alterne requiert de petites [458] correctement conditionné car
quantités de Cb3 qui peut alors :ABCD sinon il est davantage exposé
agir comme un site de fixation Les malades atteints de rubéole au rejet. La GVH ne s’observe
les molécules B, ce qui initie la sont contagieux pendant environ qu’après greffe de moélle ou
boucle d’amplification 2 semaines: la semaine qui transfusion sanguine.
représentée par la voie alterne. précède l’éruption et la semaine [461]
La C3 convertase alterne qui la suit (et même parfois plus :B
(C3bBb) et le C3b sont des longtemps). La durée de Ce sont les lgD et les lgM qui
protéines qui appartiennent à réruption est brève, de 3 jours en prédominent à la surface des
cette boucle d’amplification. Le général et donc la contagiosité lymphocytes B circulants.
facteur H et la C4BP inhibent la persiste même quand réruption a [462]
formation stable des C3- disparu. La période d’incubation :D
Convertases (C4b2a et C3bBb) est effectivement de 14 à 18 Les IgA ne fixent pas le
en empêchant leur formation ou jours. Les anticorps recherchés complément par la voie
en accélérant leur dissociation. par inhibition de classique. Seuls les complexes
[456] rhémagglutination apparaissent immuns à IgA activent la voie
:ABD au moment de l’éruption et alterne du complément.
34
[463] :C La maladie de Waldenstrôm
:E Il suffit de le savoir associe une augmentation de la
Le vaccin antitétanique, comme [469] vitesse de sédimentation, une
le vaccin antidiphtérique sont :D augmentation des protides
préparés à partir d’anatoxines. Tous les autres tests permettent totaux, un pic monoclonal à lgM
[464] dévaluer le taux d’anticorps ou et une
:ABCE leur présence. Le test au DNCB hyperlymphoplasmocytose
Le fragment Fc des explore rimmunité cellulaire. modérée sur le myélogramme.
immunoglobulines fixe le [470] [475]
complément (Cl) au niveau de :E :ABDE
son domaine CH2. Les C’est la définition de Le poids moléculaire des lgM
macrophages et les mastocytes l’hypersensibilité de type 1. est de 900000 daltons. Les lgM
ont à leur surface des [471] sériques circulent sous forme
récepteurs au fragment Fc des :D de pentamère. Elles ne
1g. Le fragment Fc des lgG Les produits des gènes de classe traversent pas le placenta. Ce
permet leur passage actif à 1 chez l’homme sont présents sur sont les immunoglobulines
travers le placenta. Seule la toutes les cellules nuclées de transmembranaires à la surface
réponse D est fausse puisque l’organisme. Ils sont mis en des lymphocytes B qui servent
l’antigène se fixe au fragment évidence par des tests de de récepteur à l’antigène. Les
Fab de l’immunoglobuline. microcytoxicité. Ils ne jouent anticorps naturels des groupes
aucun rôle dans l’activation du ABO ont pour isotypes des lgM
[465] complément. Ils sont constitués agglutinantes.
:ACD d’une chaîne lourde alpha (3 [476]
Un haptène est en général une domaines) et dune chaîne légère :BDE
petite molécule non : la bêta2 microglobuline. Ils La diarrhée de la maladie
immunogène qui devient peuvent induire la formation coeliaque est graisseuse et non
immunogène seulement quand dalloanticorps. acqueuse. Elle provoque un
elle est couplée à une protéine [472] amaigrissement important. Une
porteuse. Il comprend un :AC perturbation du test de Schilling
épitope (ou déterminant Un haptène est une petite est fréquente mais non isolée
antigénique). Il ne peut pas molécule ayant des propriétés car l’atteinte est étendue sur
entraîner de réaction allergique antigéniques mais pas de l’intestin grêle. L’atrophie
car pour provoquer la propriétés immunogènes quand il villositaire est en effet totale et
dégranulation des mastocytes, il n’est pas couplé à une protéine s’améliore rapidement (3 mois)
faut un antigène au moins porteuse. Il peut donc se lier à un sous régime sans gluten.
divalent. site anticorps et également être [477]
[466] reconnu par un lymphocyte T en :CE
:C association avec les molécules Les interférons se fixent sur des
Lantigène CD4 est un marqueur HLA de classe 1 ou 2. Les récepteurs membranaires. Un
de surface exprimé par les haptènes n’activent pas le signal est alors envoyé au
lymphocytes T4 ou complément. niveau du noyau et provoque la
Lymphocytes helper. [473] synthèse d’ARN messagers
[467] :ABDE puis de protéines antivirales.
:C Les poussées lupiques peuvent Les interférons sont spécifiques
Les ganglions lymphatiques, les être déclenchées par une d’espèces mais pas de famille
plaques de Peyer, les exposition solaire ou par la virale. L’interféron gamma
amygdales et la pulpe blanche grossesse. Les lupus induits par active les cellules NK, les
de la rate sont en permanence des médicaments sont loin d’être macrophages et les
au contact des antigènes exceptionnels. Le Rimifon® et lymphocytes B.
exogènes. Par contre, le l’Aldomet® font partie de la liste [478]
thymus a un développement des médicaments inducteurs de :BDE
embryonnaire indépendant des lupus. L’interleukine 1 est synthétisée
stimulations antigéniques et sécrétée par le macrophage.
extérieures. [474] Elle n’est pas spécifique de
[468] :ACE l’antigène. Elle active les
35
lymphocytes T en créant en des [484] une diminution de l’activité
deux signaux indispensables à :BE hémolytique du complément
leur activation. De ce fait, elle Il peut développer des anticorps total. La C3 convertase
contribue à l’induction de contre les antigènes qu’il ne classique C4b2a ne peut pas
l’expression du récepteur à possède pas. A noter qu’il ne se former. Par contre, le Clq est
1112 et à la synthèse d’112. développera pas d’anticorps anti- normal. Les patients présentant
[479] d car on ne connait pas la nature un déficit génétique complet en
:BDE de la substance d. C2 sont plus exposés que les
En réponse secondaire, il y a [485] autres à un syndrome lupique.
moins d’lgM synthétisées qu’en :BE L’oedème angioneurotique est
réponse primaire. La réponse Les cellules qui portent les dû à un déficit en inhibiteur de
lgG est par contre plus précoce, antigènes de classe 2 sont les la Cl estérase.
augmente plus rapidement, est lymphocytes B (au repos ou [488]
plus importante, d’affinité activés), les cellules présentant :ACE
augmentée, en réponse l’antigène (macrophages, cellules Les tests d’exploration de
secondaire. dendritiques, cellules de l’immunité cellulaire in vitro sont
[480] Langerhans) et les lymphocytes en général des tests évaluant la
:BE T activés. Les gènes HLA sont en capacité de prolifération des
Lidiotype d’une effet à expression codominante, lymphocytes T ainsi que leur
immunoglobuline est porté par c’est-à-dire que toutes les numération.
les régions variables à la fois de cellules nuclées chez un même La concanavaline A est un
la chaîne lourde et de la chaîne individu expriment à leur surface mitogène des lymphocytes T.
légère. Il représente l’antigène les 2 molécules HLA-A, HLA-B, La culture mixte lymphocytaire
de l’immunoglobuline et existe HLA-C codées par leurs teste la capacité d’une
dans toutes les espèces génomes. Les molécules HLA de population de lymphocytes T à
animales y compris chez classe 1 comprennent deux proliférer en présence d’autres
l’homme. Le site idiotypique est chaînes : une chaîne lourde lymphocytes irradiés. Le
en règle localisé au niveau du (chaîne alpha) et une chaîne phénotype HLA n’a rien à voir
site anticorps. légère (la bêta2 m). Les avec l’exploration de l’immunité
[481] molécules HLA de classe 2 cellulaire. L’étude de la réponse
:ACE comprennent deux chaînes immunitaire après vaccin
Lors des allergies, ce sont des (alpha et bêta) de poids antipoliomyélite tué évalue la
IgE spécifiques de l’allergène moléculaire identique. réponse humorale (anticorps).
qui sont synthétisées. Au cours Il est vrai qu’il existe des liens [1]
des désensibilisations, où des entre le typage HLA et certaines :C
doses croissantes d’allergènes maladies (exemple: HLA B 27 et C’est un taux très élevé de
sont injectées, on assiste à spondylarthrite ankylosante). FAN, évocateur d’une
l’apparition d’lgG spécifiques de [486] connectivité.
l’allergène. :BD [2]
[482] Le test de Waaler-Rose est un :BC
:E test d’hémagglutination passive. Les anticorps les plus
La probabilité est de 1/50000 Le facteur rhumatoïde contenu spécifiques de la maladie
soit 2 x 10-5. dans le sérum des malades lupique sont les anticorps anti-
agglutine les globules rouges de DNA natifs et les anticorps anti-
[483] mouton sensibilisés par du sérum Sm.
:C de lapin anti-mouton. Cette
L’immunité cellulaire est réaction met en évidence des lgM [3]
extrêmement importante dans le plus souvent, dirigées contre :AE
l’élimination des virus par des immunoglobulines G. ce sont les deux éléments de
l’action des lymphocytes T [487] surveillance permettant de
cytotoxiques. :A préciser au mieux l’évolutivité
L’immunité antibactérienne est En cas de déficit génétique de la maladie.
assurée par le système complet en C2, l’activation du [4]
anticorps, complément et complément par la voie classique :BE
cellules phagocytaires. ne peut pas se faire. Il en résulte Le pronostic du LEAD dépend
36
essentiellement de la gravité de chaînes légères avec protéinurie se rencontrer au cours du
l’atteinte rénale. Les formes de Bence-Jones et impose de LEAD, mais l’élément le plus
neurologiques du LEAD sont demander une évocateur est la présence de
extrêmement graves. immunoélectrophorèse des FAN, dont
[5] urines. rimmunofluorescence est
:D [11] périphérique et dont le taux est
Connaissance. :C très élevé.
[6] Le rein est l’organe le plus [17]
:D menacé dans le myélome, en :BC
En effet, la protéine détectée à particulier le myélome à chaînes Ce sont les 2 anticorps les plus
la bandelette est de l’albumine. légères. Il y a en effet, un risque spécifiques du LEAD.
Si la protéinurie avait été non de précipitation des chaînes [18]
sélective, on aurait forcément légères dans les tubules avec :AE
retrouvé de l’albumine dans les risque d’insuffisance rénale par L’évolution du taux d’anticorps
3 g124 heures. La seule tubulopathie. La protéinurie de anti-DNA natifs est bien
hypothèse possible est que le Bence-Jones favorise également corrélée à l’évolutivité de la
patient ait un myélome et que la la survenue d’une amylose avec maladie. Par ailleurs, la gravité
protéinurie corresponde à une glomérulopathie. de l’atteinte rénale est un
chaîne légère [12] élément pronostique capital
d’immunoglobuline. :CE dans le LEAD. Il faut donc
[7] Les autres réponses proposées surveiller cet organe de très
:C permettent d’explorer l’immunité près dans l’évolution de la
Pour faire le diagnostic de humorale. maladie.
myélome, les examens à [19]
effectuer de première intention [13] :BE
sont un myélogramme et des :C Le pronostic du LEAD. est lié à
radiologies osseuses du Connaissance. l’atteinte rénale. Par ailleurs, les
squelette complet. Si le [14] lupus neurologiques ont un
myélogramme est négatif, il :B pronostic extrêmement sévère.
faudra effectuer une biopsie L’évolution de refficacité du [20]
médullaire car on sait que dans traitement se fait sur le suivi du :B
le myélome multiple, l’infiltration taux des protéines sérique et En effet, c’est une urgence
plasmocytaire est en ilôts. urinaires. Dans le cas présent, on thérapeutique. Les doses
[8] s’attend à voir une remontée des d’adrénaline à injecter par voie
:B immunoglobulines sérique et une intraveineuse sont de 1/4 mg à
Pour éviter, bien sûr, diminution de la protéinurie de I mg.
l’aggravation de la polynévrite Bence-Jones. La VS est normale [21]
préexistante. dans le myélome à chaînes :A
[9] légères. En l’absence d’atteinte L’histamine est un médiateur
:AB médullaire, la numération des préformé dans les mastocytes
On voit apparaître chez ce lymphocytes B est normale. Le et les basophiles.
malade une anémie non dosage des complexes immuns [22]
régénérative et une leucopénie circulants et le typage HLA n’ont :D
qui font craindre une rechute aucun intérêt dans ce cas. Il ne faut plus que le patient
avec envahissement médullaire, [15] absorbe de bêta-lactamines car
ce qui fait pratiquer à nouveau :ACE il y a souvent des réactivités
un myélogramme. A ces 3 paramètres, il faut ajouter croisées entre les différents
[10] le nombre de lésions tumorales antibiotiques de cette famille. li
:D osseuses. On tiendra également doit porter sur lui une carte sur
L’hypogammaglobulinémie avec compte pour le pronostic, de laquelle est inscrit: “je suis
absence de pic monoclonal l’existence ou non dune allergique aux bêta-lactamines”.
sérique, dans ce contexte insuffisance rénale.
évoquant un myélome (43% de [16] [23]
plasmocytes médullaires) :C :A
oriente vers un myélome à Les autres propositions peuvent C’est la fixation des antigènes
37
sur les IgE fixées à la surface en règle normochromes et fait de la faible consommation
des basophiles et des normocytaires. Dans ce cas quotidienne de tabac. De plus,
mastocytes qui provoque la clinique, le VGM est de 88 micro il n’y a aucune raison quelle
dégranulation et la libération de cubes. et la CCMH de 33% donc s’associe à une splénomégalie.
médiateurs. normaux. La réticulocytose est La polyglobulie par
[24] très augmentée. L’ictère à hémoconcentration chronique
:ABCDE bilirubine non conjugué est ne donne pas une
Tous ces éléments sont également très évocateur. Le augmentation du volume
évocateurs de LEAD. degré de l’anémie ne donne pas globulaire isotopique car il s’agit
[25] d’arguments en faveur d’une dune fausse polyglobulie. La
:B hémolyse. thalassémie mineure et
Les anticorps anti-DNA natifs et [32] rhypersplénisme donnent des
anti-Sm sont les plus :C anémies.
spécifiques du LEAD. C’est le test le plus rapide que [38]
[26] l’on peut obtenir et qui peut :AC
:A orienter le diagnostic. Lhyperleucocytose avec
Dans les lésions glomérulaires [33] polynucléose et la
minimes, il existe des dépôts de :C splénomégalie sont très
complexes immuns fixant le Le traitement des anémies évocatrices de maladie de
complément sur la membrane hémolytiques auto-immunes est Vaquez.
basale. la corticothérapie en 1ère Cependant, la microcytose
[27] intention. observée dans cette
:ABE observation n’est pas banale
Les anémies hémolytiques [34] dans la maladie
auto-immunes se rencontrent :ACD de Vaquez et doit faire
fréquemment au cours du La polykystose rénale entraîne rechercher de principe un
lupus. Par ailleurs, il existe un des polyglobulies. La LLC, les saignement associé.
syndrome inflammatoire chez syndromes lymphoprolifératifs [39]
cette patiente donc il peut y malins et le LEAD, :AB
avoir une participation saccompagnent fréquemment Devant une polyglobulie vraie il
inflammatoire à cette anémie. danémies hémolytiques auto- faut rechercher des anomalies
Une hémodilution peut immunes. Le kyste de rovaire est respiratoires (faire des gaz du
s’expliquer par la présence de une cause classique d’anémies sang) et un problème rénal de
la splénomégalie. La péricardite hémolytiques auto-immunes. type tumoral.
est inflammatoire et il ne s’agit [35] Le myélogramme apporte peu
pas dun hémopéricarde. :B de renseignement et mérite
[28] Ce sont le plus souvent des lgG d’être remplacé par une biopsie
:C anti-rhésus. médullaire.
Les autres anomalies peuvent [36] Le dosage de la
se voir au cours du lupus. :BC carboxyhémoglobine n’est pas
[29] La polyglobulie est définie par un justifié du fait du peu de
:C volume globulaire isotopique de cigarettes consommées par le
La présence d’un anticoagulant 45 ml/kg (la normale chez patient. Les anomalies de
circulant au cours du lupus est rhomme étant de 36 ml/kg). Elle l’hémoglobine avec
un facteur favorisant de avait été soupçonnée devant une augmentation d’affinité de lHb
thromboses veineuses. Cet hémoglobine à 18,7 gI%ml. pour 102 sont très rares et
anticoagulant est de type anti- La microcytose est définie par le exceptionnellement associées à
prothrombinase ou anti- VMG à 73 p3, la polynucléose la maladie de Vaquez.
cardiolipine. par les globules blancs à [40]
[30] 16/1 00 mm3 avec 89% de :ABD
:ABCD polynucléaires. Les accidents thrombo-
Il faut le savoir. [37] emboliques artériels et veineux
[31] :D sont les principales et les plus
:BCE La polyglobulie d’intoxication graves complications de la
Les anémies hémolytiques sont tabagique est peu probable du maladie de Vaquez.
38
[41] classiquement d’un déficit en IgA.
:E Cependant, un déficit en IgA
Il s’agit au vue des données sécrétoires a été rapporté en
biologiques d’un déficit pur en association avec une candidose
IgA. En effet, le taux d’lgG est intestinale.
normal (entre 10 et 14 gIl) ainsi [45]
que le taux d’lgM (1 à 1,5 g/l). :AE
Le nombre absolu de C’est le déficit isolé en
lymphocytes est normal ainsi immunoglobulines le plus
que le pourcentage de cellules fréquent: 1/800 sujets dans la
T et de cellules CD4 et CD8. population. Le trouble porte sur
un stade tardif de la
[42] différenciation des lymphocytes
:CD B. Les IgA de surface sont
Les immunoglobulines présents sur les lymphocytes B.
polyvalentes par voie Souvent asymptomatique, le
parentérale ne sont d’aucune déficit en IgA peut être
utilité ici. L’interféron alpha est responsable d’infections
indiqué dans les pathologies répétées. Son diagnostic peut
infectieuses virales. Par contre, donc être précoce mais difficile à
il faut un bilan radiologique de faire chez l’enfant et est donc le
départ pour pouvoir apprécier plus souvent tardif.
l’évolution sous traitement
antibiotique et anti-
inflammatoire bien conduit.
[43]
:ABC
Un déficit en IgA peut en effet
être associé à une intolérance
au gluten, un LEAD, une
polyarthrite rhumatoïde, une
allergie.
[44]
:AD
L’agammaglobulinémie liée au
sexe (maladie de Burton) ne
touche que les garçons qui
naissent sans lymphocytes B et
sans immunoglobulines. Dans
le syndrome de WiskottAldrich,
on observe souvent une
augmentation des IgA et des
IgE, tandis que les lgG sont
normales et les lgM
inconstamment abaissées. La
granulomatose septique
familiale est une anomalie de la
phagocytose des polynucléaires
neutrophiles. La maladie de
Chediak-Higashi est un déficit
de la bactéricidie (PNN) avec
diminution de l’activité NK ; les
candidoses cutanéo-
muqueuses chroniques ne
s’accompagnent pas
39
Microbiologie

[1] hémorragique due au virus amaril intégratif, le génome viral peut


:ABCD (famille : Loga viridae) transmise persister sous forme
A. Les plasmides codent pour comme toute arbovirose par un plasmidique libre, épisomique.
différents types de caractère arthropode hématophage. La cellule garde ainsi 2N
parmi lesquels la résistance aux L’isolement du virus se fait à chromosomes.
antibiotiques. Cette résistance partir du sang total prélevé en E. Les néoantigènes de la
(acquise) peut s’exprimer vis à phase aiguê. surface cellulaire sont des
vis dun ou plusieurs E. Fièvre hémorragique due à un glycoprotéines d’information
antibiotiques, appartenant arena virus. La principale lésion virale qui confèrent de
même à des familles est une nécrose hépatocytaire nouvelles propriétés
différentes. qui contient de nombreuses antigéniques.
B.C. Le transfert plasmidique particules virales. [5]
est intergénérique ou [3] :A
interspécifique. Il s’effectue soit :AB Les bêta lactamines inhibent la
par conjugaison (plasmides A. Les coxsackies appartiennent synthèse du peptidoglycane,
conjugatifs) soit par mobilisation au genre entérovirus. Excrétion constituant de la paroi des
(plasmides non conjugatifs). La abondante dans les selles durant bactéries gram positif comme à
très large spécificité d’hôte des des semaines, transmission gram négatif. Elles empêchent
plasmides conjugatifs des fécale-orale. l’action de la transpeptidase,
bacilles gram négatif explique la B. Rotavirus: responsables de la enzyme-clé de la synthèse du
dissémination des caractères majorité des gastro-entérites peptidoglycane. La perte de la
de résistance bactérienne aux aiguès virales des nourrisson et paroi bactérienne entraîne la
antibiotiques : “épidémie de très jeunes enfants. lyse bactérienne par
résistance plasmidique C. L’isolement du virus, hypertonie. Attention : l’action
D. Par définition : cet ADN uniquement à partir du sang total des bêta lactamines se fait au
bicaténaire et circulaire est prélevé en phase aiguê. D.E. niveau de la paroi et non de la
extrachromosomique et doué Viroses localisées à la sphère membrane bactérienne (seules
de réplication autonome. respiratoire ; exceptés les virus les polymyxines agissent au
E. Deux plasmides capables de des oreillons et de la rougeole qui niveau de celle-ci). La réponse
coexister de façon stable dans réalisent des viroses A est donnée par approximation
la même cellule bactérienne généralisées. La présence d’une et élimination.
sont dits compatibles enveloppe virale explique fragilité
(classification des plasmides des virus influenza ou [6]
par groupes d’incompatibilité). parainfluenza, et leur absence :A
D’autre part, lors d’un transfert dans les selles. Clostridium Létani produit
par mobilisation, le plasmide [4] essentiellement deux
non conjugatif est transféré par :ACDE exoprotéines:
un autre plasmide (conjugatif) A. Dans une interaction de type - une hémolysine (tétanolysine)
présent dans la même bactérie. intégratif, la transformation - une toxine (tétanospasmine
[2] cellulaire est possible. La cellule ou toxine tétanique)
:CDE acquiert la propriété de se diviser A. Le tétanos est une maladie
A.B. La recherche de virus ne in vitro, un nombre illimité de fois. apyrétique, sauf complications.
présente pas d’intérêt B. Dans certaines situations, B. Ces propriétés antigéniques
diagnostique ou pronostique. lorsqu’il y a interaction de type sont exploitées lors de la
Mais si nécessaire, elle peut intégratif, il existe une perte de réalisation de ranatoxine
être pratiquée au niveau des l’inhibition de contact. (préparée à partir d’une toxine
sécrétions rhinopharyngées et C. Le cytosquelette est purifiée et détoxifiée) qui sert
bronchiques, ainsi que dans le désorganisé par la présence de base au vaccin
liquide pleural. d’inclusions virales antitétanique.
C. Recherche surtout cytoplasmiques (dans le cas D. La tétanospasmine a un
d’antigènes associés au virus : d’une interaction de type transport principalement, sinon
Ag Hbs Hbe, delta. productif). exclusivement, axonal
D. Hépatonéphrite D. Dans l’interaction de type (intraneuronal). Elle est
1
responsable du syndrome cas, la chaîne hydrocarbonée de souvent à un streptocoque du
tétanique. Les gangliosides l’ACVTP est incapable groupe A, rarement à un
hydrosolubles des tissus d’accrocher un autre nucléoside, staphylocoque doré (coagulase
cérébraux sont responsables de de sorte que l’incorporation -t-).
la fixation de la toxine au niveau d’ACV-TP termine la chaîne D. La nécrolyse épidermique
du système nerveux central. d’ADN viral. est due à une toxine
E. Toute toxine protéique est C. Interaction obligatoire avec staphylococcique nécrosante :
thermolabile, par opposition aux deux enzymes viro-induites: toxine épidermolytique ou
endotoxines l’ADN polymérase (commune à exfoliatine.
glucidolipidoprotéique qui, elles, tous les herpès viridae) et la [12]
sont thermostables. thymidine kinase qui elle n’est :BCE
[7] présente que chez les herpès A.D. La culture est difficile,
:BC simplex (HSV1 et 2), et le virus exige des milieux spéciaux
A. Entre la primo-injection et les varicelle zona (VZV) enrichis en dioxyde de carbone
récurrences, le virus reste latent D. Virostatique. De plus, il n’agit et en facteurs de croissance.
dans l’organisme, dans le corps qu’en phase aiguè sur les virus C. Excellent signe à rechercher
cellulaire des neurones sensitifs en phase de multiplication. E. Le qui oriente le diagnostic.
périphériques innervant le passage par deux enzymes B. La sécrétion d’une
territoire de la primo- infection, constitue deux mécanismes de lactamase est due à la
pour les herpès viridae sécurité qui sauvegardent les présence de plasmides dans le
neurotropes comme les herpès synthèses cellulaires normales. gonocoque. La recherche dune
simplex virus (HSV1 et 2) et le L’aciclovir est véritablement un lactamase est maintenant
virus de la varicelle et du zona inhibiteur spécifique de la systématique lorsque
(VZV). synthèse de l’ADN viral. l’antibiogramme montre une
D. Les antiviraux de type Liduviran interfère lui avec l’ADN résistance aux bêta lactamines.
aciclovir sont des virostatiques. viral et l’ADN cellulaire. [13]
Ils sont incapables d’éradiquer [9] :AC
l’infection latente. En tant :B Non commentée : évidence.
qu’inhibiteurs de la synthèse A.B.D. Les cassures [14]
des acides nucléiques viraux, antigéniques ne surviennent que :CDE
ces substances ne manifestent chez les virus influenza de type A. Constitué d’ADN, associé ou
leur activité que sur des virus A. Le mécanisme de non au chromosome.
en phase de multiplication. Ils réassortiment génique entraîne Les souches bactériennes qui
peuvent enrayer ou prévenir le des modifications antigéniques contiennent l’agent infectieux
développement d’une infection majeures et l’apparition de appelé facteur sexuel F sont dit
aiguê, mais dès l’arrêt du nouveaux sous-types A. mâles.
traitement l’infection pourra C.E. Elles sont responsables de C. Les pilis sexuels jouent un
reprendre si pandémies survenant tous les 10 rôle essentiel dans le
rimmunodépression ou les ou 20 ans. phénomène de reconnaissance
facteurs déclenchants, les [10] entre bactéries mâles et
récurrences réapparaissent. :AE femelles, et ensuite dans le
[8] A.E. La toxine dénaturée par phénomène de transfert de
:ABCE formolage et incubation à la DNA.
Lacycloguanosine, comme tout chaleur ne conserve que son D. Lorsqu’au cours d’une
nucléoside, n’entre dans le pouvoir conjugaison, un facteur F
métabolisme des acides antigénique et immunisant. nouvellement répliqué par la
nucléiques qu’après trois D. Pas de diagnostic biologique bactérie mâle passe dans la
phosphorylations successives du tétanos. bactérie femelle, celle-ci
conduisant à lacycloguanosine B.C. Utilisation de l’antitoxine devient alors mâle.
triphosphate (ACV - TP). (efficacité nette pour B, moins [15]
B. L’ACV-TP inhibe l’ADN nette pour C). :AB
polymérase virale, ou bien A. Qui est le plus fréquemment
celle-ci incorpore rACV-TP à la [11] une entérotoxine.
place d’une guanosine dans :BD C. L’élaboration de pigment
l’ADN en formation : dans ce B. L’impétigo est dû le plus doré participe à l’identification
2
bactériologique du pourrait faire partie des items indirecte, réaction
staphylocoque vrais. immunoenzymatique (Elisa).
doré, mais il vaut mieux [20] D. L’hyperéosinophilie,
s’intéresser à la présence ou :ABE habituelle dans les
non d’une enzyme : coagulase. C. Teigne : dermatophytie du cuir helminthiases, n’a qu’une
E. Il existe un portage sain chevelu. valeur d’orientation. Elle est
cutané. D. Herpès circiné : dermatophytie souvent peu élevée, sauf
[16] de la peau glabre. quelquefois après fissuration ou
:D [21] rupture du kyste.
La souche avirulente, capable :ACDE [25]
de vacciner contre la B. Confinée à l’arbre respiratoire, :C
tuberculose, a été obtenue par l’infection grippale échappe aux A.B. Dans les réassortiments
Calmette et Guérin par culture anticorps circulants suscités par géniques responsables des
d’une souche de l’injection périphérique, sous- cassures antigéniques, des
mycobactérium bovis repiquée. cutanée ou intramusculaire, des recombinaisons génétiques
Tous les vaccins utilisés dans le vaccins grippaux inactivés. avec les virus influenza A
monde en sont issus. [22] animaux seraient impliqués.
[17] :ACD
:D B. Le vaccin grippal est un vaccin [26]
A. La toxine tétanique résiste inactivé (tué). :A
remarquablement au E. Administré par voie D. Le traitement électif est la
vieillissement. périphérique, sous-cutanée ou spiramycine.
C. L’injection d’anatoxine est intramusculaire, l’immunité est Attention : pyriméthamine,
suivie d’une immunité active. A générale. antifolique, et foetotoxique.
la différence de l’antitoxine [23] E. Observée dans les
suivie d’une immunité passive. :D hyperoxies iatrogènes en
[18] 1. La fièvre quarte, et parfois, réanimation néo-natale.
:C complications rénales. A.B.C. Au cours du premier
Taenia saginata par ingestion 2.3. Fièvre tierce bénigne. trimestre, la transmission au
de viande de boeuf (taenia 4. En dehors d’accès pernicieux foetus du parasite est rare
solium : par ingestion de viande dont il est le seul responsable, (environ 5
de porc). plasmodium falciparum peut % des cas) mais l’atteinte est
provoquer fièvre tierce maligne et grave, aboutissant à une
[19] indirectement, fièvre bilieuse interruption de grossesse ou à
:B hémoglobinurique. des
En microscopie optique : [24] lésions sévères.
altération de la masse cellulaire :C Au dernier trimestre, la
: les cellules infectées sont plus A. Recherchera une localisation transmission de l’infection au
arrondies et plus réfringentes associée, très évocatrice, mais foetus est la plus fréquente
que les cellules normales ; sans valeur diagnostique. B. (période où
après coloration, le cytoplasme Formellement contre-indiquée le placenta est le plus
contient une vaste inclusion dès qu’il y a suspicion perméable aux toxoplasmes)
éosinophile qui refoule et plisse d’hydatidose. Les examens mais la foetotoxicité est
le noyau à la périphérie de la paracliniques (radiologie et moindre.
cellule. immunologie) permettent L’item A s’impose dans ce 0cM.
En microscopie électronique : d’écarter l’éventualité d’une à complément simple.
dans le cytoplasme, hydatidose. C. Les réactions L’item B est discutable sur
apparaissent des vacuoles, des séro-immunologiques font le l’interprétation que le lecteur
vésicules limitées par des diagnostic spécifique : réaction fera de l’adjectif
membranes, et des virus, libres d’immunoprécipitation “exceptionnelle”.
ou agrégés sous forme de (immunoélectrophorèse et [27]
cristaux. Attention : dans ce électrosynérèse) avec :B
Q.C.M. à complément simple, B identification d’un arc de Evident: Non commenté.
s’impose. Dans un Q.C.M. à précipitation spécifique (arc S), [28]
compléments multiples, C réaction d’immunofluorescence :C
3
c’est la durée maximale de [32] Les formes quiescentes, plutôt
l’incubation de plasmodium :ABE latentes, du paludisme dans les
falciparum, seul responsable B. Commencer le jour du départ. érythrocytes sont les
des accès pernicieux. Ceux-ci D. La durée conseillée est gamétocytes. Absorbés lors du
seront donc évités par cette actuellement de 30 jours après le repas sanguin de l’anophèle,
chimioprophylaxie. retour (période d’incubation les gamétocytes se
[29] maximale du Plasmodium transforment en gamètes dans
:A falciparum). l’estomac du moustique et
Les plasmides conjugatifs auto- E. Pas de toxicité chez la femme donnent les sporozoïtes
transmissibles sont transférés enceinte. La prophylaxie sera infestants. Contenus dans les
par conjugaison. donc réalisée normalement. glandes salivaires du
Les plasmides non conjugatifs moustique infesté, ils seront
peuvent être transférés, avec [33] injectés lors de la piqûre dans
également duplication de l’ADN :ABE la plaie.
selon un mécanisme de A. Viande de boeuf (T. saginata), [36]
mobilisation: soit par donation de porc (T. solium). :D
(transfert sans association B. Surtout viande de mouton. D. Cette hypothèse concerne
physique entre le plasmide C. Cestodose due au les réassortiments de gènes,
conjugatif complémentant et le développement de la larve de responsables des cassures
plasmide mobilisé), soit par Laenia solium, l’homme se antigéniques, survenant avec le
conduction (transfert avec co- substitue alors au porc comme virus influenza A, et à l’origine
intégration des deux structures hôte intermédiaire. de pandémies.
par recombinaison homologue Elle se contracte par absorption [37]
ou par transposition). de végétaux souillés par les :A
[30] déjections humaines contenant A. La sécrétion d’interféron fait
:A des embryophores, mais aussi et partie des moyens de défense
Les anticorps neutralisants ont surtout par auto-infestation rapide que l’organisme met en
pour cible le virus libre extra- (digestion d’anneaux remontés jeu dans les heures qui suivent
cellulaire, donc, soit en phase dans l’estomac par l’infection. Il inhibe la
de virémie, soit au moment de antipéristaltisme ou fautes multiplication virale dans les
l’attachement du virus à la d’hygiène après défécation). cellules, protège les cellules
cellule. D. Infestation par ingestion voisines sans en altérer le
[31] d’oeufs, recueillis sur le pelage fonctionnement.
:AD des chiens infestés, ou absorbés B.C.D.E. Réponse immunitaire
A. Leur ingestion est sur des végétaux souillés par les spécifique mais son délai de
responsable de l’infestation à déjections d’animaux malades. mise en oeuvre se chiffre en
partir de la viande d’animaux, E. Par absorption de porc, dont la jours, que la réponse soit
eux-mêmes parasités. cuisson est le plus souvent primaire ou secondaire.
D. Forme végétative à insuffisante. Exceptionnelle [38]
multiplication intra- contamination à partir de viande :D
macrophagique. de cheval. A.B.C.E. Sont les quatre
B. Forme responsable de [34] caractéristiques fondamentales
l’infestation des herbivores lors :C des mutations bactériennes.
de l’ingestion d’aliments Seul traitement de l’accès D. La mutation inverse est
humides. C.E. L’oocyste pernicieux: à la posologie de 25 toujours possible. Ce
coccidien contient huit mg/kg/jour (maximum 1,50 g à 2 phénomène ne va pas contre la
sporozoïtes groupés quatre par g stabilité des mutations.
quatre dans deux sporocystes chez l’adulte) pendant trois à six [39]
accolés à l’intérieur de jours consécutifs. Relayée par la :BC
l’enveloppe oocystique. chloroquine (Nivaquine®) D. Non, puisque la taille des
Aboutissement du cycle sexué per os, ou par le Fansidar® ou la femelles est de 330 microns,
chez le chat. méfloquine (Lariam®) s’il existe celle des mâles de 220
B.C.E. Ne sont jamais retrouvés une possibilité de résistance. microns. E. Le traitement (le
chez l’homme mais uniquement [35] plus connu et utilisé est le
dans les cycles animaux. :C benzoate de benzyle ou
4
Ascabiol®). :D procure ainsi une immunité
[40] A. Seule la primo-invasion peut passive, d’effet immédiat, de
:DE comporter une diarrhée. durée d’action, courte de trois
A.B.C. Contamination par voie B. Diarrhée jus de melon” du semaines environ. D.E.
digestive (ingestion de kyste deuxième septennaire. Concerne l’anatoxine utilisée
pour l’amibiase et la giardiase, C. Selles pâteuses, plus comme préparation vaccinale.
ingestion d’oeuf renfermant une rarement diarrhéiques
larve infestante pour accompagnées de douleurs [49]
l’ascaridiose). abdominales vagues et de :ABCD
D. Infestation par piqûre nausées. A.B. C’est la lésion la plus
cutanée par un arthropode E. A la phase initiale, dans les 48 fréquente des épidermophyties
hématophage. premières heures, la diarrhée de la peau glabre. Les genres
E. Contamination trans- correspond à l’installation de vers microsporum, trichophyton et
cutanée, par pénétration active adultes dans l’intestin (catarrhe épidermophyton en sont
de la larve à travers la peau. intestinal). responsables.
[45] C. Tache érythémato-
[41] :C squameuse superficielle qui
:C Les zones actuelles de sétend rapidement dune façon
Non commentée : évidence. chloroquino-résistance sont rAsie excentrique, centrifuge avec
[42] du Sud-Est, l’Amérique Centrale typiquement une guérison
:B et l’Amérique du Sud, l’Afrique de centrale.
A. La transduction est le l’Est. D. Comme toutes les
transfert de matériel génétique Récemment étaient décrits des dermatoses infectieuses.
dune bactérie à une autre par foyers de résistance en Afrique E. La Nystatine est active
rintermédiaire d’un de l’Ouest. uniquement sur les levures.
bactériophage à ADN [46] Traitement local souvent
bicaténaire, après lysogénie. :E suffisant par les dérivés
B. Le transfert génétique par E. Contamination par ingestion imidazolés, éconazole
conjugaison peut concerner du de métacercaires avec leur (Pévaryl®)
matériel chromosomique ou support végétal : le plus fréquent [50]
plasmidique. Il nécessite la en cause est le cresson sauvage :BE
formation de pili de contact, ; les pissenlits et les chicorées Aucune résistance plasmidique
sous la dépendance d’un cueillis dans les patûrages n’a jusqu’ici été rencontrée
facteur J sexuel, F de fertilité. humides sont aussi à l’origine de avec les quinolones, mais aussi
C. Ce contact est indispensable fasciolase. avec les polypeptides, la
pour la conjugaison et réalisé Attention : le mouton et le boeuf rifampicine, la vancomycine.
grâce au pili. sont les réservoirs de la maladie, [51]
D. Toujours un transfert d’ADN. mais la consommation de foies :ABCDE
E. Concerne les différents types parasités même crus n’induit pas B. Les plasmides sont des
de caractères portés par les la maladie. molécules d’ADN bicaténaire,
plasmides. [47] circulaire, extrachromosomique
[43] :D douées de réplication
:D D. Souche de Calmette et autonome, et qui sont
C. Parfois des modifications Guérin, mycobactérium bovis transmises de façon stable au
antigéniques majeures de la vivant mais atténué par cours des générations.
neuraminidase, (souvent repiquages successifs sur milieu E. Sauf certaines familles :
associées à celles de glycériné à la bile de boeuf. Tous polypeptides - quinolones, ou
rhémagglutinine). les vaccins vivants BCG utilisés certaines molécules rifampicine
D. Les glissements dans le monde proviennent de vancomycine.
antigéniques sont dûs à des cette souche initiale. [52]
mutations ponctuelles, les [48] :B
cassures antigéniques sont :AB B. Le diagnostic du paludisme
provoquées par des A.B. Injection repose sur la mise en évidence
réassortiments de gènes. d’immunoglobulines sériques, de rhématozoaire. La recherche
[44] c’est une sérothérapie qui du parasite s’effectue sur frottis
5
minces colorés au May- varicelle-zona) est le neurone des virus influenza obligent à
Grunwald-Giemsa. Le résultat sensitif, pour les virus, changer constamment la
peut être obtenu en urgence. leucotropes (cytomégalovirus, composition des vaccins pour y
La goutte épaisse permet de Epstein-Barr virus) c’est le introduire toute souche nouvelle
mettre en évidence les leucocyte. échappant aux anticorps
parasites lorsqu’ils sont développés contre les souches
relativement dans une plus [56] précédentes. Ce réajustement
grande quantité de sang, coloré :ABC nécessaire des vaccins (selon
au Giemsa. Les quelques A. Permet de mettre en évidence les instructions de l’OMS) ne
heures de séchage nécessaire les formes neurologiques saurait prévenir les glissements
ne permettent pas de évolutives (secondaires à une et les cassures antigéniques,
l’interpréter en urgence, dans le contamination en milieu de qu’il ne fait que suivre.
cadre d’une suspicion d’accès grossesse) et les formes neuro- D. Vaccination par une ou deux
palustre. oculaires séquellaires injections sous-cutanées de 1
[53] (contamination en fin de ml chez l’adulte. Protection
:B grossesse). Le fond d’oeil : suffisante mais relativement
1. Parasitose ubiquitaire en recherche la choriorétinite courte (de six à neuf mois).
zone inter-tropicale. pigmentaire maculaire, uni ou E. Vaccination répétée tous les
2. Cette forme, urinaire, est bilatérale qui peut apparaître ans (et adaptée aux nouvelles
exclusivement africaine, avec tardivement (dans l’enfance ou souches) pour couvrir la
quelques foyers asiatiques. Aux l’adolescence, parfois même à période froide automne-
Antilles, existe shistosoma l’Aâge adulte). printemps.
mansoni responsable de B. Calcifications intra-cràniennes, [58]
bilharziose intestinale. presque pathognomoniques, :CDE
3. Ou toxocarose, parasitose atteintes classiques dans les Non commentée:
ubiquitaire en zone formes neuro-oculaires connaissance.
intertropicale, due à la séquellaires. [59]
pénétration C. Les immunoglobulines M :BD
transcutanée chez l’homme de affirment l’infection de l’enfant. A. Il existe deux types d’herpès
larves d’ankylostomes Les anticorps maternels 1g G simplex virus humains: HSV
parasitant normalement les transmis passivement persistent type 1 responsable des herpès
canidés. trois à neuf mois et gênent survenant au-dessus de la
4. Se rencontre uniquement en l’interprétation des 1g G de ceinture, HSV type 2
Afrique de l’Ouest et Afrique l’enfant. On peut tenir compte du provoquent des lésions au-
centrale. taux des immunoglobulines G s’il dessous. Mais il existe des
[54] est très élevé et de la charge herpès génitaux à HSV.1.
:C immunitaire (taux du Dye-Test B. L’infection génitale chez la
Non commentée : sur le taux des immunoglobulines femme est inapparente dans 70
connaissance. G plasmatiques). % des cas, sinon elle détermine
[55] [57] des vésicules douloureuses qui
:BD :ABCD siègent sur le vagin ou la vulve
Les virus appartenant à la A. Le vaccin grippal est préparé et s’ulcèrent rapidement.
famille des herpès virus sont sur oeuf embryonné. Il est donc C. La primo-infection peut être
caractérisés par la présence du contre-indiqué s’il existe une accompagnée de fièvre et
virus dans l’organisme après la allergie à l’oeuf (Ceci s’applique d’adénopathies inguinales,
primo-infection : phase de aussi au vaccin de la rougeole). mais il n’y a pas de frisson
latence. Durant l’infection B. L’antigène ribonucléoprotéine inaugural.
herpétique latente, l’ADN des RNP, antigéniquement stable, a D. La primo-infection
herpès virus présent dans le une spécificité large sur laquelle herpétique génitale est
noyau de la cellule n’exprime repose la classification des virus vénérienne, sexuellement
qu’une faible partie de son influenza en type A, B ou C. Les transmissible. Elle survient
information génétique. Le site vaccins inactivés sont polyvalents habituellement lors des
de latence pour les virus comportant plusieurs souches A premiers rapports.
dermoneurotropes (herpès et une souche B. [60]
simplex virus 1 et 2, herpès C. Les modifications antigéniques :ABD
6
A. Myxovirus influenza : virus B. Le risque de toxoplasmose voie inhibitrice d’une part, et les
enveloppé à capside tubulaire, congénitale n’existe que si neurones moteurs d’autre part.
à symétrie hélicoidale dont le l’infection est contractée pendant Les paralysies observées
génome est un ARN la grossesse. Dans les deux résultent d’une inhibition
monocaténaire, à polarité premiers trimestres la spinale abolie ou diminuée,
négative, divisé en huit contamination est rare mais d’où activité non contrôlée des
fragments dont chacun grave. Pendant troisième réflexes post-synaptiques. La
correspond à un gène. trimestre, la contamination est toxine tétanique bloque
B. Les mutations des antigènes plus fréquente (meilleure spécifiquement la
d’enveloppé peuvent être soit perméabilité du placenta) mais neurotransmission
des variations de sous-type ou elle est souvent latente. cholinergique.
cassure antigénique [62] [65]
(modifications majeures et :CD :D
radicales de la structure des Après homogénéisation, Vaccination obligatoire en
antigènes de surface), soit des décontamination par la soude, France : 3 injections à 1 mois
variations intra-sous typique ou centrifugation et neutralisation. A d’intervalle avec rappel un an
glissement antigénique partir du culot, préparation de après puis tous les cinq ans.
(modifications mineures frottis sur lame colorée par Ziehl- Vaccin antitétanique se
progressives des antigènes de Nielsen à chaud : bacilles fins, conserve au frais (+4°),
surface). grêles, rectilignes et rouges, s’injecte à température
C. Le RNP, antigène alcoolo-résistants car ils ambiante en sous-cutané
nucléocapsidique, stable, a une conservent le colorant (la profond dans la fosse sous-
spécificité large sur laquelle fuschine) malgré l’action d’acide épineuse ou l’espace
repose la classification des et d’alcool (B.A.A.R.) interscapulovertébral.
virus influenza en trois types En fluorescence à l’auramine, les [66]
A,B,C. L’antigène RNP (fixant le germes apparaissent :D
complément) est donc fluorescents en jaune sous le D. Le vecteur est un diptère
spécifique de type. microscope. tabanidé, le chrysops, dont la
D. Le vaccin grippal inactivé [63] femelle hématophage pique
peut être soit monovalent (une :ABC surtout le jour.
seule souche A) soit polyvalent sans commentaire. A. Le culex est le vecteur de la
(plusieurs souches A et une [64] filariose de Bancroft, et de
souche B). :B l’arbovirose au virus West Nile.
Le tétanos est une toxi-infection. B. Le cyclops, petit crustacé
[61] La toxine tétanique est sécrétée d’eau douce, est le vecteur de
:ABC pendant la phase de la filariose de Médine
A. Le toxoplasma gondh a une multiplication des germes, et (dracunculose).
multiplication sexuée qui diffuse dans tout l’organisme. C. Le planorbe est l’hôte
s’effectue dans l’intestin du C’est une exotoxine protéique, intermédiaire de Schistosoma
chat, les oocystes émis avec les très active à doses minimes, haematobium et de la
excréments deviennent antigénique, thermolabile et distomatose intestinale.
infestants après maturation fragile (détruite par la lumière, les
dans le milieu extérieur et oxydants, l’oxygène, les acides et [67]
peuvent le rester un an en sol bases fortes). Elle comporte deux :BDE
humide. Ces oocystes sont exoprotéines A. uniquement pour but de
responsables d’un mode - la tétanolysine, hémolysine protéger les populations à
d’infestation humaine oxygène-labile, antigénique, risque : sujets âgés de plus de
accessoire par ingestion de hémolytique, activité 65 ans, tares respiratoires,
fruits ou de crudités souillés par cardiotoxique et nécrosante. cardiaques, rénales, fumeurs,
les excréments. L’homme - la tétanospasmine ou toxine immuno-déprimés.
s’infeste le plus souvent en tétanique, c’est elle qui provoque CD. Administration par injection
consommant des viandes le syndrome tétanique. Le site de sous-cutanée mais
insuffisamment cuites l’action paralytique centrale serait revaccination chaque année,
provenant d’un animal parasité la jonction synaptique entre les adaptée à la nouvelle souche
(boeuf - mouton). inter-neurones spécifiques de la circulante. Efficacité du vaccin
7
obtenue en 10 à 15 jours. présence de granulations de des femmes enceintes. La
Protection excellente si la Schûffner. contamination foetale est le
vaccination est adaptée à la D. Le diagnostic de certitude est plus souvent directe lors de
souche circulante et apporté par la recherche des l’accouchement, au passage du
administrée à l’automne. E. microfilaires dans la peau, le foetus dans la filière génitale,
Deux contre-indications urines, l’oeil et le sang ou par voie ascendante lors
- allergie vraie à l’oeuf (car périphérique prélevé à midi. dune rupture des membranes
vaccin préparé sur oeuf sur les gouttes épaisses, les supérieure à 6 heures, parfois
embryonné) microfilaires colorées ont une encore après la naissance par
- affection aigué évolutive. attitude caractérisée par des contact du nouveau-né avec un
Incidents : parfois syndrome courbures irrégulières et sujet porteur d’herpès cutanéo-
grippal à minima, d’où contre- tortillées. muqueux. La voie
indiquée par certains chez les E - Ver nématode, agent de transplacentaire est rare,
insuffisants respiratoires ou l’oxyurose. responsable d’avortements et
cardiaques très sévères. Diagnostic sur le scotch-test ou la de malformations congénitales
[68] découverte spontanée de vers à (retard de croissance,
:CD la marge anale. choriorétinite, microcéphalie...).
A. Agent de larva migrans [69] B. La cause la plus fréquente
viscérale ascaridienne :ACE est la récurrence herpétique,
transmise par les chiens. Le A. Rechercher les lésions asymptomatique, avec le risque
diagnostic repose sur la caractéristiques de la gale : d’être ignorée. L’excrétion virale
sérologie : Elisa, sillons et vésicules perlées, sans lésions manifestes
immunofluorescence, notamment au niveau des plis explique le danger de contagion
immunoélectrophorèse, malgré interdigitaux et à la face présenté par les sécrétions
d’importantes réactions antérieure des poignets. cervicales et/ou vaginales, et
croisées. La découverte des B. Dermatose très prurigineuse. aussi la prépondérance des
larves à la biopsie hépatique est Evoquer la gale devant tout prurit contaminations directes. En
aléatoire. surtout s’il se caractérise par une effet, les récurrences
B. Diagnostic de certitude : la recrudescence vespéro-nocturne. herpétiques ne sont pas
découverte de larves Le prurit, parfois familial ou accompagnées de virémie d’où
rhabditoïdes de strongyloïdes collectif touche les espaces la rareté des contaminations
stercoralis dans les selles interdigitaux, les faces par voie transplacentaire.
fraîchement émises. antérieures des poignets, les On recherche
C. Frottis et goutte épaisse fesses, les emmanchures systématiquement une
systématiquement demandés antérieures. Attention : dans la récurrence herpétique chez la
devant tout sujet présentant gale norvégienne (infestation femme avec des antécédents
fièvre, ictère, diarrhée, massive chez un hôte aux récents ou anciens d’herpès
splénomégalie, signes défenses altérées), le prurit génital, ou dont le partenaire a
neurologiques, douleurs souvent intense peut manquer. un herpès génital. Si les
abdominales, et revenant d’un D. Le prurit épargne le visage, le récurrences sont plus souvent
séjour en outre-mer. cuir chevelu (sauf chez le que les primo-infections,
Dans le cas de plasmodium nourrisson) et le dos. A la pendant la grossesse,
vivax : ce sont les réticulocytes différence des pédiculoses responsables d’herpès du
et les hématies jeunes qui sont humaines, le prurit de la gale nouveau-né, en revanche, ce
parasités ; celles-ci sont présente une topographie sont les primo-infections qui
déformées, agrandies, antérieure. E. Présence de font courir le plus grand risque
contiennent un hématozoaire nodules scabieux pouvant au foetus aussi bien par
sous forme, trophozoïtique ou persister plusieurs semaines ou contamination par voie
de schizonte amiboïde. Parfois, mois après la stérilisation. transplacentaire (existence
on rencontre des formes d’une virémie) que par
annulaires, des corps en [70] contamination directe (les
rosace, et des gamétocytes. :AE lésions de primo-infection sont
L’hématie parasitée est facile à A.D. L’herpès génital est une particulièrement riches en virus,
repérer sur le frottis par son maladie sexuellement et si la primo-infection a été
aspect hétérogène dû à la transmissible touchant 1 à 3 % contractée en fin de grossesse,
8
l’enfant risque de naître sans blépharite), cutanées (vésicules capables de sécréter une
que des anticorps maternels en bouquet, faux panaris entérotoxine responsable d’une
anti-HSV aient pu lui être herpétiques), méningo- fuite importante d’eau et
transmis). encéphalites, sphère génitale d’électrolytes. Les bactéries se
C. L’herpès récurrent de la rarement. multiplient dans les parties
mère est asymptomatique. Herpès simplex virus 2 : hautes de l’intestin (duodénum-
L’herpès néonatal affections “au dessous de la jéjunum), n’altèrent pas la
asymptomatique est ceinture” : herpès génital chez muqueuse et provoquent des
exceptionnel. l’homme, vulvo-vaginite, cervicitediarrhées acqueuses.
E. L’adénine arabinoside (ARA- avec possible contamination lors B. Certaines souches de
A) ou Vidarabine® a fait ses du passage du foetus dans la staphylocoques sécrètent une
preuves en réduisant la filière génitale, chez la femme. entérotoxine responsable de
mortalité de l’herpès néonatal [73] manifestations pathologiques
dans ses formes disséminées :ADE digestives : intoxications
ou localisées au système Deux groupes de réactions alimentaires et entérocolites
nerveux central. sérologiques sont appliqués au aiguès. D. Bactérie invasive
[71] diagnostic de la syphilis et à la capable d’envahir la muqueuse
:ABCDE surveillance des maladies intestinale et de la détruire,
A.D.E. Chez l’homme existent traitées s’accompagnant d’une intense
deux cycles asexués 1) réactions à antigènes réaction inflammatoire. Elles se
schizogoniques: l’un intra- cardiolipidiques multiplient dans les parties
érythrocytaire, l’autre exo- - fixation du complément basses du tube digestif (iléon
érythrocytaire primaire qui est (Kolmer) terminal, côlon) et provoquent
intra-tissulaire (foie). Les - agglutination sur lame (Kline- des dysenteries.
sporozoïtes infestants injectés VDRL) [76]
lors de la piqûre par la salive de 2) réactions à antigènes :D
l’anophèle gagnent, après une tréponémiques La vaccination par le BCG
demi-heure de circulation, le - hémagglutination passive lyophilisé protège contre la
foie où débute ce cycle intra- (TPHA) tuberculose disséminée
tissulaire. Leur développement - immunofluorescence indirecte (miliaire, méningite) et réduit de
et leur multiplication intra- (FTA-ABS) 80 % la morbidité tuberculeuse
hépatocytaires finissent par - test d’immobilisation de globale par rapport aux sujets
constituer une masse appelée tréponème de Nelson. non vaccinés. Le but et le seul
corps bleu. Bientôt la cellule effet du BCG est de susciter le
éclate libérant de nombreux [74] développement d’une immunité
mérozoïtes. La plupart passe :ABE à médiation cellulaire,
dans la circulation sanguine. CD. Il n’existe pas protectrice de l’infestation par le
B.C. Certains parasites restent d’hyperéosinophilie dans les bacille tuberculeux.
quiescents dans l’hépatocyte, parasitoses dues aux L’item D : devra être coché tout
sans se transformer en corps protozoaires (sauf la en sachant qu’il correspond à
bleu. Après un temps variable, toxoplamose à la phase aiguê). un résultat de la vaccination et
génétiquement déterminé, ils A.B.E. Les causes non pas à son effet.
entrent en division. Ce d’hyperéosinophilie parasitaire B. La contagion peut être
phénomène ne semble exister sont surtout les helminthiases limitée en supprimant l’agent
que dans les espèces P.vivax et qu’elles soient à vers ronds et causal par un diagnostic et
P.ovale expliquant les accès de cylindriques (némathelminthes) traitement précoces de toutes
reviviscence. telles que oxyurose, ascaridiose. les tuberculoses dépistées ou
[72] ankylostomose, anguillulose, reconnues, ainsi qu’une
:ABD trichinose, filarioses, ou à vers surveillance bactériologique
A.B.D. Herpès simplex virus 1 : plats (plathelminthes) telles que répétée des porteurs de
responsable typiquement bilharzioses, distomatoses, séquelles.
d’affections “au dessus de la cestodoses, hydatidoses. C. L’immunité est seulement
ceinture”, sphère ORL (gingivo- [75] partielle. Elle agit par le
stomatite, rhinite, angine), :A ralentissement de la dispersion
oculaires (conjonctivite, kératite, A.C. Bactéries entérotoxinogènes bacillaire de surinfection et leur
9
destruction accrue. Non évidence immunologique (test du traitement des furonculoses.
absolue, elle peut se laisser d’Elek). [83]
“déborder”. Cette immunité :BDE
acquise ou immunité de [80] A. La toxine tétanique est
surinfection s’oppose à :AC détoxifiée par l’action du formol
l’essaimage bacillaire et C. L’hydatidose est due à la larve et de la chaleur. La
préserve donc de l’évolution hydatique du taenia transformation est irréversible
vers la tuberculose maladie. échinococcus granulosus. Ces et son innocuité est absolue.
E. Anticorps existant mais non petits ténias vivent dans l’intestin B.D.E. Non commentées :
protecteurs. grêle du chien qui s’est connaissance.
[77] contaminé par ingestion de [84]
:D scolex contenus dans les :E
D. Les algies résiduelles sont viscères parasités d’herbivores, Non commentée : évidence.
rencontrées dans le zona qui eux-mêmes contaminés par [85]
sont dûs à un autre herpès l’herbe ingérée souillée par les :D
virus: déjections du chien. 1. L’ankylostomiase est la
l’herpès varicillae virus. L’homme constitue dans ce cycle principale parasitose
[78] une impasse parasitaire. Hôte responsable d’une anémie par
:E intermédiaire accidentel, la carence
Diptères hématophages, vivent contamination, comme pour martiale. Les parasites
essentiellement sous climats l’herbivore, se fera par ingestion hématophages se fixent à la
chauds. Leur activité est le plus d’oeufs ou d’embryophores, soit muqueuse duodénale.
souvent nocturne. Les larves se par infestation directe au contact 2. La splénomégalie
développent sur le sol, dans les du chien infesté recueillant des volumineuse et indolore de la
terriers, les crevasses des vieux oeufs sur son pelage, soit par leishmaniose viscérale est à
murs, les recoins obscurs des infestation indirecte par l’origine
habitations. Seule la femelle est l’intermédiaire d’aliments souillés d’anémie normochrome
hématophage et sa piqûre est par les excréta de chien infesté. normocytaire arégénérative.
très douloureuse. Les maladies B.D. Présentent des risques pour 3. La bothriocéphalose est une
transmises sont les le chien (hôte définitif) en cas cestodose rencontrée dans les
leishmanioses et la d’ingestion de viande parasitée régions tempérées ou froides,
bartonellose. (proximité des abattoirs). responsable d’une anémie
[79] Aucun risque pour l’homme. macrocytaire avec
:D [81] mégaloblastose médullaire due
A. Ces trois germes ne :ABCD à une
sécrètent pas de toxine C. Acycloguanosine ou aciclovir consommation de la vitamine
protéique. Attention : (ACV, Zovirax®): son succès est B12.
staphylococcus aureus secrète dû à son interaction obligatoire 4. Le développement intra-
lui une entérotoxine qui est une avec deux enzymes viro-induites, érythrocytaire du plasmodium
exotoxine protéique. la thymidine-kinase (TK) et explique l’hémolyse sanguine et
B. Salmonella typhi : le l’ADN-polymérase des herpès médullaire rencontrées lors de
lipopolysaccharide de la paroi simplex virus 1 et 2, et des l’accès palustre. Il s’agit d’une
est une endotoxine herpès varicillae virus. anémie normochrome
thermostable. Cette exotoxine E. L’herpès génital récurrent est régénérative avec anisocytose
protéique soluble et fréquent dans la population et poïkilocytose.
thermolabile est synthétisée par générale.
certaines souches de [82] [86]
corynebacterium diphteriae :AC :B
lysogénisées par un Les principaux gîtes microbiens A. Trichomonase urogénitale:
bactériophage. L’identification du staphylocoque doré sont les maladie vénérienne, bénigne,
de la toxine se fait en 2 à 3 vestibules narinaires, les fréquente et sexuellement
jours grâce à son pouvoir cicatrices d’anciens furoncles, la transmissible, strictement
pathogène expérimental sur le région péri-anale, la gorge et la humaine.
cobaye ou à une mise en peau. La désinfection de ces B. Vulvo-vaginite aiguê :
gites est un des meilleurs piliers leucorrhées spumeuses,
10
aérées, jaune verdâtre, puis troubles, groupées en niveau du LCR, sont les
continuelles associées à un bouquet à contours polycycliques cénures (larve de Laenia
prurit vulvaire avec sensation reposant sur une base multiceps), les cysticerques
de brûlure et parfois érythémateuse. Les vésicules (larve de Laenia solium).
dyspareunie. Au spéculum, forment secondairement des [91]
muqueuse inflammatoire avec érosions puis des croûtes :CD
souvent piqueté hémorragique arrondies dont la disposition L’herpès virus type Il, est celui
évocateur. groupée est caractéristique. habituellement, mais pas
Diagnostic biologique : repose L’herpès récurrent nasolabial est toujours, responsable de
sur la mise en évidence et le type même de lésion l’infection génitale et donc de la
l’identification du parasite dans herpétique à cheval sur la contamination du nouveau-né,
les prélèvements vaginaux, et jonction cutanéomuqueuse. d’autant plus grave qu’il s’agit
non pas cervicaux, grâce à L’adénopathie satellite est très d’une primo-infection.
l’examen d’un frottis coloré ou souvent présente. A B.E. Sont dûs au type 1.
de cultures. [89]
C. Traitement par Flagyl® :BCE [92]
(métronidazole) par voie orale Après la primo-infection, :ABcDE
en comprimés. Chez la femme, manifeste ou apparente, Le staphylocoque doré est le
prescrire en plus un comprimé l’infection persiste à vie, latente seul staphylocoque à élaborer
gynécologique de Flagyl® tous dans les ganglions nerveux une coagulase, qui collabore
les soirs. Traitement pour dix sensitifs pour les herpès virus activement d’ailleurs à la
jours dermoneurotropes (herpès formation de thrombophlébite
D. Comme dans toute maladie simplex virus varicelle-zona virus) suppurée. Mais il élabore aussi
vénérienne, sexuellement mais si le virus varicelle-zona se toutes sortes de substances:
transmissible. manifeste lors de la réinfection - des toxines: les hémolysines
E. Fréquence de l’association endogène (qui représente en fait alpha, bêta, delta, gamma, la
trichomonas vaginalis - candida aussi une récurrence en soi) leucocidine, l’exfoliatine ou
albicans, et la coexistence selon un territoire métamérique, épidermolysine et l’entérotoxine
possible avec le gonocoque ou les récurrences de l’infection à - des enzymes: la coagulase
des pyogènes banals. herpès simplex virus se font dans déjà citée, la fibrinolysine ou
[87] le territoire de la primo- infection. staphylokinase, les
:E Le Q.C.M. est tendancieux : tous désoxyribonucléases, la
La conjugaison est le transfert les herpès viridae sont hyaluronidase, des lipases et
de matériel génétique susceptibles de réinfections estérases, des phosphatases,
chromosomique ou extra- endogènes. Il fallait sous- parfois des bêta-lactamases.
chromosomique (plasmidique) entendre dans l’énoncé que l’on [93]
d’une bactérie donatrice à une parlait de l’herpès récurrent :BC
bactérie réceptrice par contact d’herpès similex virus. A.E. Viroses localisées, sans
direct grâce au pilus sexuel [90] virémie, donc sans virurie. Le
entre les deux bactéries. Ce :D virus grippal et le virus
phénomène est interspécifique Les champignons pathogènes respiratoire syncitial se
et intergénérique. Fréquent parfois retrouvés au niveau du recherchent au début de la
chez les entérobactéries, il LCR sont (candida albicans, maladie par prélèvement au
explique la dissémination des cryptococcus néoformans, niveau des voies aériennes
gènes plasmidiques de aspergillus fumigatus) supérieures.
résistance aux antibiotiques responsables de méningites C. Le cytomégalovirus se
parmi les différentes espèces subaiguès à liquide clair chez les recherche dans le sang et les
dentérobactéries. immunodéprimés. Ils sont urines.
[88] recherchés par examen direct D. Le rotavirus se recherche
:ABCD avec coloration à l’encre de dans les selles.
L’aspect clinique est évocateur. Chine (reconnaître la présence B. Le virus ourlien se recherche
L’éruption précédée d’une de capsule de cryptococcus dans la salive, le LCR, et les
sensation de cuisson est faite néoformans) et par culture sur urines.
de vésicules hémisphériques de milieu de Sabouraud. Les rares [94]
2 à 3 mm de diamètre, claires parasites parfois retrouvés au :C
11
Le méningocoque, coque à :A négatif. Ce processus de
gram négatif est un germe A. Erythrasma : tache homogène, transfert nécessite un contact
extrêmement fragile. rouge sombre, brune ou chamois, direct entre bactéries, réalisé
La transmission est aérienne finement squameuse, bien grâce aux pili sexuel porté par
interhumaine directe. A partir limitée, sans bordure ces bactéries et génétiquement
d’un porteur sain ou malade, les vésiculeuse, non prurigineuse, le déterminé par un plasmide
méningocoques sont véhiculés plus souvent siègeant dans les appelé facteur de conjugaison.
par les gouttelettes de Pfl(Jgge plis inguinaux ou les aisselles ; La conjugaison plasmidique
et vont coloniser le l’examen en lumière de Wood explique la dissémination du
rhinopharynx d’un autre montre une fluorescence rouge phénomène de résistance,
individu. corail des lésions, caractéristiqueacquise, plasmidique. aux
Ce mode de transmission mais inconstante. antibiotiques, rencontrée chez
justifie l’antibioprophylaxie par B. Les intertrigos à les bacilles gram négatif.
la Rovamycine® dans dermatophytes s’entourent [100]
l’entourage, dun malade. typiquement d’une bordure :D
[95] circiné en relief papuleuse ou Sans commentaire.
:A papulo-vésiculeuse, rarement [101]
1. Au cours de la piqûre, pustuleuse, squameuse, tandis :ACE
l’anophèle infesté injecte dans que les lésions centrales ACE. Le phénomène
le sang des sporozoïtes, formes s’atténuent. Ils sont très d’acquisition de résistance
infestantes contenues dans les prurigineux. chromosomique bactérienne
glandes salivaires de Dans le pli inguinal il réalise aux antibiotiques (à ne pas
l’arthropode vecteur. l’eczéma marginé de Hébra. confondre avec la résistance
2. La transmission n’existe qu’à C. L’intertrigo candidosique : naturelle de certaines familles
la saison printemps-été dans fissure blanchâtre, douloureuse, de bactéries à certaines
les zones tempérées chaudes. au fond du pli, au sein d’un familles dantibiotiques :
3. Chez rhomme existent deux érythème inflammatoire, avec exemple streptocoques
cycles : asexués ou une collerette épidermique résistants naturels aux
schizogoniques, l’un exo- décollée et de petites pustules aminosides à basses
érythrocytaire, superficielles en périphérie. concentrations, par défaut de
intra-tissulaire, l’autre intra- D. Le psoriasis est une des transfert actif efficace de
érythrocytaire. Chez l’anophèle, étiologies des intertrigos non l’aminoside à travers la
cycle est sexué ou infectieux. membrane interne) est un
sporogonique. E. Lésions à type de taches brun phénomène mutationnel.
4. Le plasmodium falciparum clair, chamoisées ou La mutation est le changement
expose à l’accès pernicieux, dépigmentées, non spontané et brutal d’un
mais n’est jamais responsable prurigineuses, en peau libre, caractère chromosomique
daccès de reviviscence tardif. jamais au niveau des plis. héréditairement transmissible.
[96] Les mutations bactériennes
:C [98] sont stables, spécifiques,
1.3. N’existent pas. :C spontané et rares (10-6 à 10-8),
2. Très important, notion de L’herpès circiné est une et représentent 10 à 20 % des
prurit généralisé, familial ou dermatophytie de la peau glabre mécanismes de résistance
collectif. réalisant une plaque acquise aux antibiotiques. Les
4. Parfois le seul moyen de érythémateuse à bordure nette, antibiotiques ne déterminent
diagnostiquer rétrospectivement saillante, vésiculeuse pas la résistance
la gale. D’autres éléments caractéristique. Le micro- chromosomique mais
peuvent orienter le diagnostic : organisme le plus souvent en sélectionnent des bactéries
le prurit à recrudescence cause est microsporum canis. déjà résistantes. Une
vespéronocturne, rexistence de [99] monothérapie antibiotique
sillons aux poignets et aux :E exerce une pression de
espaces interdigitaux, et de Le transfert de matériel génétique sélection importante sur la
nodules scabieux aux organes (chromosomique ou plasmidique) population bactérienne visée.
génitaux ou aux aisselles. par conjugaison n’a été observé La probabilité d’apparition d’une
[97] à ce jour qu’entre bacilles à gram mutation double (lors d’une
12
bithérapie) est très faible, Récemment, a pu être obtenue la perlée. Sans oublier les
puisqu’égale au produit des réplication du virus dans des nodules scabieux
probabilités de chaque mutation cultures primaires ou dans des palmoplantaires, axillaires, et
simple soit 10-7x10-7 = 10-14. lignées continues d’origine au niveau des organes génitaux
On comprend aisément que la simiennes. Mais, actuellement la externes. Des chancres
perspective d’une résistance, seule méthode possible est la scabieux existent parfois au
mutationnelle spontanée, détection du virus dans les selles niveau du fourreau de la verge.
préexistante au traitement et le sérodiagnostic par tests La gale respecte le visage et le
antibiotique au sein d’une radio-immunologiques et cuir chevelu.
population bactérienne, risque immuno-enzymatiques (Elisa). [105]
de faire émerger une nouvelle B - Le diagnostic direct d’une :E
population résistante à infection à HBV repose sur la Les vulvo-vaginites mycosiques
l’antibiotique utilisé, donc une mise en évidence du virus à candida sont favorisées par
inefficacité de la thérapeutique. (particules de Dane en un pH vaginal acide
Ainsi est justifiée l’association microscopie électronique) ou de (grossesse, savons acidifiants),
d’antibiotiques. ses antigènes (Hbs, Hbe) dans le l’hyperoestrogénie
B.D. L’autre type principal de sérum des sujets. Le diagnostic (contraception orale
résistance génétique est la indirect repose sur la mise en oestrogénoprogestative), les
résistance plasmidique qui évidence d’anticorps sériques traitements antibiotiques et
représente 80 à 90 % des (tests radio immunologiques, corticoïdes, le diabète. Le
résistances bactériennes aux immuno-enzymologie). traitement avant tout local,
antibiotiques. Non spontanée, C. Les poliovirus (famille des consiste en toilette avec savons
transmissible par conjugaison, picornavirus) se multiplient alcalins, voire injections
spécifique, pouvant porter sur seulement dans les cultures vaginales alcalines. Le pH
plusieurs caractères génétiques cellulaires issues de primates et vaginal alcalin et l’hypo-
à la fois, elle est responsable de donnent un effet cytopathogène oestrogénie favorise plutôt les
la plupart des polyrésistances caractéristique. L’isolement du infections à Lrichomonas
aux antibiotiques rencontrées virus en culture cellulaire et vaginalis.
surtout chez les bacilles à gram l’ascension du titre des anticorps [106]
négatif. sériques signent l’infection par un :E
[102] poliovirus. A.B.C.D. Assez caractéristiques
:ABCD D. Les échovirus appartiennent des leucorrhées dues aux
La résistance plasmidique aux comme les poliovirus et les vulvo-vaginites à trichomonas.
antibiotiques concerne 80 à 90 coxsackies virus au genre des E. L’examen extemporanné
% des résistances enterovirus (famille des direct après traitement à la
bactériennes, rencontrées picornavirus). L’isolement se fait potasse 5 % permet la
surtout en milieu hospitalier. pour tous par inoculation des découverte de filaments
Souvent le plasmide code pour prélèvements à des cultures mycéliens, en faveur d’une
une résistance à plusieurs cellulaires. vulvo-vaginite à candida
antibiotiques. La transmission E. Rotavirus : techniques directes albicans.
inter-bactérienne se fait par de détection par microscopie [107]
conjugaison, faisant intervenir la électronique et technique Elisa :A
notion de pili sexuel. La ainsi qu’un sérodiagnostic A. L’endotoxine des bactéries à
résistance chromosomique se rarement utilisé en clinique. gram négatif est pyrogène. Le
fait par mutations. Sensible à la [104] tétanos sauf complications de
pression de sélection des :D surinfection ne dorme pas de
antibiotiques (sélection et Les localisations caractéristiques fièvre.
émergence des mutants de la gale sont les faces latérales B.C.D.E. La toxine tétanique
résistants par l’antibiotique qui des doigts (espaces est une exotoxine protéique à
élimine les bactéries sensibles). interdigitaux), les faces tropisme neuronal, très fragile.
postérieures et internes des Elle comporte deux facteurs qui
[103] poignets, les coudes, le nombril, sont la tétanolysine
:CD les seins et l’abdomen, les hémolytique, cardiotoxique et
A. Le virus de l’hépatite A cuisses où on rechechera les nécrosante, et la
(HAV) est I’entérovirus type 72. sillons terminés par une vésicule tétanospasmine responsable du
13
syndrome tétanique par fixation quantitative) est parfois des sujets contacts.
sur les gangliosides du système rencontrée chez des sujets sains, - l’existence de nodules post-
nerveux central. La toxine, sans atteinte radio-clinique scabieux pouvant persister des
soumise à l’action de la chaleur évocatrice de tuberculose. semaines ou des mois et ne
et du formol, perd son pouvoir Conclusion : la meilleure réponse nécessitant pas la reprise d’un
toxique mais conserve son associerait C et D. traitement
pouvoir antigénique : c’est [109] - l’existence d’une dermite
l’anatoxine utilisée dans la :E eczématiforme probablement
vaccination antitétanique. A. La réaction de Kline ou VDRL allergique nécessitant parfois le
sont des réactions d’agglutination recours à une brève
[108] qui utilisent l’antigène, corticothérapie locale
:CD cardiolipidique non spécifique. Le - l’existence d’une autre cause
Les BAAR (Bacilles Acido- TPHA est une réaction de prurit, ayant été
Alcoolo Résistants) sont des d’hémagglutination utilisant un momentanément masquée par
mycobactéries. Seuls lysat de tréponèmes pâles fixés la gale.
mycobactérie tuberculosis sur les globules rouges. Réaction [112]
hominis et M. bovis sont de référence en pratique :AD
responsables de tuberculose courante par sa sensibilité et sa A. Recherche directe du virus
humaine. Les mycobactéries spécificité. dans certains types de
non tuberculeuses, dites B. Le test d’immobilisation de prélèvement, le liquide de
atypiques, sont des espèces Nelson demeure la réaction la vésicule ou les biopsies
telluriques commensales de plus spécifique de la syphilis et d’organes infectés, sur lesquels
l’homme et de l’animal, mais constitue l’arbitre des cas les plus on pratique des examens de
leur rôle pathogène est litigieux, sans toutefois permettre microscopie électronique ou
possible. Attention : la présence de distinguer les diverse d’immunofluorescence.
de BAAR dans une tréponématoses (syphilis, pian, B.E. Le titrage des anticorps
expectoration ne signifie pas pinta, bejel). spécifiques n’a de valeur
qu’il existe une infection [110] diagnostique que dans les
tuberculeuse. Seule la :B primo- infections pour déceler
corrélation de cet examen avec L’herpès simplex de type I à une élévation significative. En
l’aspect radio-clinique permet tropisme céphalique, s’oppose au revanche, les récurrences se
d’orienter vers le diagnostic type Il à tropisme génital. Les font presque toujours à titre
sans le prouver formellement. Il kératites herpétiques sauf d’anticorps stables. De plus, la
est difficile de répondre C, car il exception, sont dues à HSV type possibilité de réactions croisées
nexiste pas la preuve de I. La manifestation oculaire entre les différents herpès
l’identification du BAAR mis en néonatale la plus fréquente, due viridae, fait que les examens
évidence dans l’expectoration. à HSV type Il est non pas une sérologiques apparaissent
En pratique, dans un contexte kératite, mais une choriorétinite. décevants et s’effacent devant
évocateur, la présence de [111] la recherche directe par
BAAR en nombre suffisant, :ABCD microscopie électronique ou
suffirait à poser le diagnostic et Quand le prurit persiste ou immunofluorescence, et devant
à mettre en route le traitement réapparait rapidement après l’isolement.
antituberculeux aussitôt. Ce traitement scabicide, il faut C. Les herpès simplex virus
diagnostic serait corrigé ou non évoquer: n’hémo-agglutinant pas,
quelques semaines plus tard - l’insuffisance du traitement: d’où l’inhibition de l’hémagglutination
lors de l’identification précise et persistance des parasites est impossible.
définitive du BAAR. - un traitement excessif avec D. L’isolement du virus est
Attention : si l’item D est plus irritation cutanée par des facilité par la multiplication
évident d’emblée à retenir, il applications itératives de rapide des deux types d’HSV
faut savoir que la mise en l’acaricide dans les cultures cellulaires
évidence de M. tuberculosis en - une origine psychogène: courantes: un effet
très faible nombre (la l’acarophobie chez les anxieux et cytopathogène évocateur est
numération sur lame est les obsessionnels obtenu dans les trois jours. Il
toujours indispensable et - une réinfection précoce par reste à typer le virus, par
permet davoir une idée défaut de traitement simultané
14
exemple par génotypiquemnt différente, conservé son pouvoir
immunofluorescence. permettant rexpresion d’un antigénique.
caractère de la bactérie
[113] donatrice. [120]
:ABE [116] :D
Non commentée : :A Morphologie : diplocoque gram
connaissance. Le taenia saginata est transmis positif, lancéolé, capsulé.
[114] par le boeuf. Germe extrêmement fragile,
:E Transmis par le porc, il s’agit du survit peu de temps hors de
Ce sont des phénomènes taenia solium plus rare mais plus l’organisme, très sensible aux
spontanés, stables, spécifiques grave que le taeniasis à taenia températures inférieures à 37°.
et rares. Les antibiotiques saginata. Responsable avec le
nexercent qu’une pression de [117] méningocoque et l’hémophilus
sélection (émergence des :C influenzae de la majorité des
mutants résistants par A. Phlébotomes: petits diptères. méningites purulentes de
l’antibiotique qui élimine les agents vecteurs des l’enfant et l’adulte.
bactéries sensibles). leishmanioses. Le streptocoque pneumoniae
[115] B. Mouches Tsé-Tsé, diptères se comporte vis à vis des B
:C vecteurs de la trypanosomose lactamines et notamment de la
A. Transduction : transfert de africaine (maladie du sommeil). pénicilline comme le
matériel génétique d’une C. De la famille des moustiques. streptocoque A, c’est-à-dire très
bactérie à une autre par D. Chrysops : taon vecteur de la sensible.
l’intermédiaire d’un base, helminthiase africaine [121]
bactériophage à ADN cutanéo-dermique due à une :ABCDE
bicaténaire qui joue le râle de filaire spécifiquement humaine : Infections staphylococciques du
vecteur. Loa boa. nouveau-né : omphalite, coryza
B. Quatre mécanismes E. Cyclops: crustacé hôte staphylococcique, abcès du
differents : transformation, intermédiaire de la dracunculose rein et du cuir chevelu, panaris
conjugaison, transduction et (filaire de Médine). et périonyxis, impétigo, nécrose
conversion. Les deux premiers [118] cutanée extensive, pemphigus,
ne mettent en jeu que les :C épidermique.
éléments bactériens, les deux A. Aérobie stricte. [122]
derniers font intervenir en plus B. Colonies visibles en 4 à 8 :ACD
le bactériophage. semaines sur les cultures, en A C. L’onyxis dermatophytique
C. Toxine érythogène milieu solide de débute par une atteinte du bord
synthétisée que par certains LoewensteinJensen. libre de l’ongle, sans périonyxis
streptococoques A qui ont subi C. Coloration de Ziehl-Nielsen : (contrairement à l’atteinte
une conversion lysogénique par sous l’action de la fuschine à candidosique), par la formation
un bactériophage spécifique, chaud, le bacille se colore en, d’une tache jaunâtre s’étendant
c’est donc une protéine rouge et n’est pas décoloré par lentement sous l’ongle et
d’information virale. Sa l’acide nitrique et par l’alcool. Ce correspondant à
présence est exceptionnelle caractère bacillaire acidoalcoolo l’épaississement des lames
chez certains streptocoques du résistant est spécifique des unguéales. Quelle que soit sa
groupe. La conversion est bactéries du genre localisation, l’attaque unguéale
l’acquisition par une bactérie de mycobactérium. se fait à contre-courant de la
matériel génétique provenant D. Bactérie atypique intra et poussée, du bord libre vers la
du génome d’un phage intégré extracellulaire. matrice.
sous forme de prophage. E. Cultivé sur milieu solide de D. Le psoriasis unguéal est
D. Changement spontané d’un Loewenstein-Jensen. particulièrement polymorphe :
caractère héréditairement [119] souvent un ou plusieurs ongles
transmissible. :E ponctués avec quelques
E. Transformation : introduction E. Vaccination par l’anatoxine, dépressions en dé à coudre.
dans une bactérie réceptrice toxine ayant perdu son pouvoir L’épaississement pseudo-
d’un fragment dADNlibre q pathogène par détoxification mais mycosique de la table unguéale
purifié dune bactérie est rencontré parfois dans les
15
formes importantes. leur spécificité, leur stabilité leur cérébraux du système nerveux
[123] spontanéité, leur irréversibilité central.
:AE sauf exceptionnelle mutation [128]
La transformation est une réverse. Les antibiotiques ne :E
modification de caractère déterminent pas la résistance D. 15 à 20 % de résistance à
obtenue par l’introduction dans mais sélectionnent des bactéries l’érythromycine.
une bactérie réceptrice d’un déjà résistantes. Les mutations E. Des souches de
fragment d’ADN d’une bactérie ou variations génotypiques sont à pneumocoques résistantes à
génotypiquement différente. distinguer des variations plusieurs antibiotiques dont les
Phénomène découvert par phénotypiques, réversibles et non pénicillines des niveaux élevés
Griffith : son expérience montre transmissibles héréditairement, ont été responsables
que l’inoculation à la souris de qui proviennent d’une adaptation d’épidémies meurtrières en
pneumocoques vivants mais de l’ensemble d’une population Afrique du Sud. Depuis type de
dépourvus de capsule et donc bactérienne aux conditions résistance a été rencontré dans
avirulents (mutants rough “R”) extérieures. de nombreux pays dont la
associés à des pneumocoques France. Cette résistance
capsulés (type Smooth “S”) [126] (fréquence 1 %) est d’origine
mais tués, détermine la mort de :C chromosomique, non
l’animal et permet d’isoler à A. Phénomène rencontré chez transférable par conjugaison,
partir de celui-ci des les bactéries à gram négatif non liée à la production de
pneumocoques virulents de (exemple : salmonella). B.C. bêta-lactamase, mais due à des
type Smooth “S”. Cette entérotoxine protéique modifications multiples des
[124] thermostable et insensible aux protéines de liaison à la
:AE sucs digestifs nest sécrétée que pénicilline.
A. Chimioprophylaxie par certaines souches de C. La vaccination
impérative, mais en Thaïlande staphylocoques dorés. Les antipneumococcique est
présence de résistance totale intoxications alimentaires recommandée chez les sujets à
du plasmodium falciparum aux particulières par rabsence de risque:
amino-4-quinoléines (les autres fièvre et la courte incubation (2 à splénectomisés, sujets de plus
Plasmodium y sont sensibles). 4 heures) sont dues à cette de 65 ans. bronchopathes
B. La fièvre jaune est limitée à entérotoxine préalablement chroniques. Le vaccin Pneumo
l’Afrique et à l’Amérique du Sud. développée dans raliment. Le 14 lmovax® contient les 14
C. Inutile, pas de diagnostic de cette toxi-infection sérotypes (sur 84 au total)
chimioprophylaxie efficace des se fait donc par la mise en responsables de 80 % des
dysenteries bacillaires, de la évidence de la toxine dans les infections pneumococciques
fièvre typhoïde, et des aliments et non pas par la graves.
entérocolites aiguès recherche de S. aureus dans les [129]
infectieuses bactériennes. féces (rarement retrouvé à la :AB
D. Déconseillée car coproculture). A. Intertrigo dermatophytique
dangereuse, elle risque de [127] des grands plis, habituellement
décapiter une véritable :B au niveau du pli inguinal, lié à
trypanosomose. E. Utile contre Après contamination à la faveur des dermatophytes
les germes bactériens à d’une effraction cutanée ou anthropophiles :
transmission fécale-orale, muqueuse, les spores tétaniques épidermophyton floccosum,
susceptibles de contaminer subissent une germination trichophyton rubrum, plus
l’homme par voie digestive à favorisée par ranaérobiose. Le rarement trichophyton
partir de l’eau de boisson. germe clostridium tétani reste mentagrophytes.
[125] localisé au niveau de la porte B. Teignes tondantes, sèches,
:C dentrée et sécrète localement la dermatophytiques liées à des
La mutation bactérienne est le tétanospasmine qui est une trichophytes (T. Violaceum et T
changement spontané d’un exotoxine protéique neurotrope. soudanense) ou à microsporum
caractère héréditairement Celle-ci diffuse rapidement par canis.
transmissible. Elles se voie sanguine, lymphatique C. Candidose buccale
caractérisent par leur rareté (10 axonale et se fixe au niveau des rencontrée surtout chez le
exposant-6 à 10 exposant -8), gangliosides des tissus nouveau-né et l’enfant.
16
D. Périonyxis candidosique bactériostatiques sont les E. Impossible car la toxicité
évoluant par poussées phénicolés, les cyclines, les dépend de l’antibiotique
successives de périonyxis macrolides et l’éthambutol. Les administré mais aussi de la
inflammatoire, parfois purulent. familles bactéricides sont les sensibilité individuelle. Cette
Secondairement, apparaît un bêta-lactamines, les aminosides, toxicité pourra être seulement
onyxis des doigts atteints. les synergistines, les appréciée en évaluant l’effet
E. Les principales étiologies des polypeptides, la vancomycine, et toxique (exemple mesure de la
intertrigos sont infectieuses, les antituberculeux à l’exclusion clairance de la créatinine au
dues à des mycoses de réthambutol. cours d’un traitement par
candidoses, dermatophyties) ou [132] aminoside ou par
à des bactéries (staphylocoque, :ABC vancomycine). I
streptocoque, bacilles gram La bilharziose urinaire est liée à [135]
négatif). Parmi les étiologies shistosoma haematobium qui :BE
non infectieuses: le psoriasis, la sévit au Maghreb, en Afrique A.D. 80 % des staphylocoques
dermite séborrhéique, l’eczéma inter-tropicale, à Madagascar produisent des pénicillinases
de contact, la dermatite mais aussi dans la vallée du Nu, codées par un plasmide, qui
atopique et le pemphigus bénin le Yémen, l’irak et rlran. La seule inactivent les pénicillines G et A
familial de Hailey. bilharziose rencontrée sur le ; restent souvent sensibles à
[130] continent américain est la forme lAugmentin® (amoxicilline
:ACDE intestinale due à shistosoma associée à l’acide clavulanique
VDRL: réaction d’agglutination mansoni. qui est inhibiteur de bêta-
passive utilisant les antigènes [133] Lactamase), aux pénicillines du
cardiolipidiques, mettant en :DE groupe M et aux
évidence les réagines, anticorps A.B.C. Il s’agit de lanatoxine. céphalosporines en général.
anticardiolipides non D.E. L’antitoxine tétanique, B. Près de 20 % des
spécifiques des utilisée en injections staphylocoques dorés
tréponématoses. Les résultats intramusculaires, le plus expriment une résistance
sont soit qualitatifs, soit rapidement possible en cas de hétérogène d’origine
quantitatifs exprimés en dilution. plaie tétanigène, confère une chromosomique aux pénicillines
La positivation au cours de la immunité passive, immédiate et du groupe M (Métilcilline®
syphilis est relativement tardive de courte durée. oxacilline et ses dérivés).
: vers le 15ème jour du chancre, [134] C. Les cocci gram positif et
définissant la période :CD gram négatif, protéus,
présérologique de la syphilis A. La surveillance du traitement providencia, serratia et les
primaire. antibiotique est avant tout anaérobies expriment une
Réaction simple, rapide et peu clinique et bactériologique. Le résistance naturelle à la
chère, utilisée surtout pour le dosage sérique des antibiotiques Colimycine®.
dépistage des sujets mais aussi permet de mesurer l’efficacité du E. Les synergistines
pour la surveillance des syphilis traitement à la seule condition (pristanamycine et
traitées. La spécificité est d’être rapporté à la concentration virginiamycine) sont
mauvaise : il existe de minimale inhibitrice ou d’excellents
nombreuses fausses réactions bactéricide (le taux sérique devra antistaphylococciques.
transitoires liées à des leur être supérieur). [136]
infections bactériennes, virales C. La posologie est susceptible :D
ou parasitaires, à la grossesse, d’être adaptée, soit en D. dumping factor : ou
aux collagénoses, aux augmentant la dose, soit en coagulase liée, fixée à la paroi
vaccinations. espaçant les prises, en fonction bactérienne, libérée après
E. Le titre de ces réagines de l’étude cinétique des taux antolyse, réagit avec le
diminue progressivement avec sériques (pic sérique, fibrionogène et les monomères
le temps et peut se négativer en concentration résiduelle de fibrine, entraînant
6 mois à 2 ans. comparés au CMB et CMI. l’agglutination des
D. Lorsque le seuil de toxicité est staphylocoque et la formation
[131] connu pour certains antibiotiques, d’une coque autour des germes
:A les taux sériques doivent rester les rendant résistants à la
Les familles d’antibiotiques en deça. phagocytose.
17
E. Staphylokinase ou C. Les trois genres L’hémadsorption est une
fibrinolysine, sécrétée par les épidermophyton, trichophyton et propriété de la surface des
germes S.aureus ayant colonisé microsporum sont caractérisés cellules infectées par un virus à
le noyau, elle contribue à sa par les macroconidies, différentes la fois hémagglutinant et muni
dislocation et à la formation de pour chacun des genres. Seuls d’une enveloppe. En effet, la
micro-embois suppurés trichophyton et microsporum membrane des cellules
responsables de métastases produisent aussi des micronidies. infectées porte spinales
septiques. D. Kératinophiles, certains sont hémagglutinantes de cette
aussi kératinolytiques (T. Rubrum catégorie de virus et acquiert la
[137] et T. Mentagrophytes donnent propriété de fixer les hématies.
:D des onyxis avec destruction [143]
Non commentée : évidence. importante de l’ongle). :C
[138] E. A côté des groupes d’espèces Non commentée :
:B anthropophiles et connaissance.
Les antibiotiques sont des anthropozoophiles, il existe un
agents antibactériens exerçant groupe d’espèces géophiles qui [144]
une action pharmacologique au se trouvent sur le sol : :B
niveau moléculaire. Selon microsporum gypseum. Ampicilline : pénicilline semi-
qu’elle est réversible ou non, [141] synthétique du groupe A à large
leur action sera bactériostatique : A C E spectre actif sur un grand
ou sera bactéricide, en général A. Vaccin atténué vivant, fait de nombre de germes : gram
par interférence avec des poliovirus vivants sélectionnés positif tels que staphylocoques
métabolismes énergétiques ou qui ont perdu leur neurovirulence non producteurs de
de synthèse de la bactérie. Les du fait de mutations : ainsi la pénicillinase, streptocoques,
déficits de l’immunité cellulaire souche Sabin. Administré par clostridies, listéria
et/ou humorale fragilise voie buccale à partir de l’âge de 3 monocytogènes, et gram
rorganisme et favorise les mois à raison de 3 prises à 1 négatif tels que méningocoques
infections bactériennes et mois d’intervalle et de rappels 1 gonocoques, colibacilles,
autres. Mais l’antibiotique agit an après et à l’age de 6 à 7 ans. protéus mitabilis, salmonelles,
seul sur sa cible bactérienne. Contrairement au vaccin inactivé shygelles, hémophiles influenza
Celle-ci malgré le déficit injectable (Sark-lépine), le vaccin non producteurs de bêta
immunitaire reste sensible à antipoliomyélitique oral induit une lactamases.
une antibiothérapie adaptée. bonne réponse humorale et [145]
[139] surtout une immunité locale au :C
:ABDE niveau du tube digestif sous Les bactéries gram négatif
C. Chaque jour, la femelle forme d’lgA sécrétoires qui constituent la majeure partie de
fécondée de sarcoptes scatiei s’opposeront efficacement à la la flore bactérienne très
hominis pond deux ou trois réinfection par les poliovirus importante qui colonise l’intestin
oeufs qui sont déposés dans le sauvages. humain, cette colonisation en
tunnel. Ils éclosent en trois ou B. Vaccin inactivé préparé sur grand nombre est un facteur
quatre jours pour libérer des embryon de poulet. favorisant les échanges
larves qui quittent le tunnel. C. Vaccin vivant atténué obtenu plasmidiques inter-bactériens.
Arrivées sur la peau, celles-ci par Calmette et Guérin à partir [146]
creusent une poche, ou se d’une souche bovine avirulente :C
réfugient à la base des follicules (230 repiquages). Non commentée :
pileux. Par des mues D. Préparés à partir d’extraits connaissance.
successives, elles se antigéniques méningococciques. [147]
transforment en nymphes puis E. Vaccin vivant atténué. :CD
en adultes. [142] CD. Les glissements
[140] :B antigéniques sont des
:ABCD LECP se définit par un modifications antigéniques
A. Très exceptionnellement, es changement de l’aspect des mineures réalisées, par petites
tissus profonds (maladie cellules en culture, inoculées par touches successives. Elles
dermatophytique de Hadida et un prélèvement viral, visible en intéressent aussi bien les virus
Schousboe). microscopie optique. influenza de type A en deux
18
cassures, que les virus récurrence. viscérales chez les sujets à
influenza de type B. Les D. Les virus enveloppés sont haut risque. L’administration
modifications antigéniques des fragiles et ne résistent pas dans systématique de polyènes
virus résultent de modifications le milieu extérieur. En découle (Mycostatine®, Fungizone®)
génétiques. aussi un mode de contamination par voie orale exerce un effet
celles-ci portent sur un ou par contat direct cutanéo- prophylactique sur la
quelques acides aminés et muqueux. dissémination. Pour une
s’expliquent parfaitement par E. Lésions cutanéo-muqueuses colonisation simple de l’intestin
des mutations ponctuelles extensives et creusantes, par candida albicans, la
portent sur un ou quelques trachéite, oesophagite, parfois thérapeutique doit comporter un
bases de l’ARN génomique du dissémination de l’infection antifongique administré per os,
virus influenza. aboutissant à des lésions peu ou pas réabsorbé au
A.B.E. En revanche, les viscérales graves : hépatite, niveau intestinal afin
modifications antigéniques pneumonie ou encéphalite. d’augmenter raction locale, de
majeures qui définissent les [149] diminuer la toxicité du produit.
cassures antigéniques et :BCE Ainsi des médicaments tels que
caractérisent les nouveaux Parasite strict de l’organisme Nizoral® (kétoconazole),
sous-types A avec changement humain, il apparaît dans les absorbé au niveau intestinal et
complet des structures de produits pathologiques sous présentant des troubles
l’hémogglutinine et de la forme de diplocoques accolés par hépatotoxiques, ou l’Ancotil®
neuraminidase suppose un une face aplatie, gram négatif (flucytosine) absorbé lui aussi
changement complet des intra et/ou extracellulaire (grain et dont le métabolite principal
fragments génomiques de café). sa culture est difficile en SE-U est myélotoxique, sont ici
correspondants. Il pourraît milieu ordinaires et l’isolement se déconseillés. Il en va de même
s’agir d’échange de fragments fait par culture sur milieu enrichi pour ramphotéricine B par voie
génomiques entre souches (gélose chocolat polyvitaminée) à IV qui présente de nombreux
humaines et souches animales 10 %, C02 en atmosphère effets indésirables dont une
de virus influenza de type A à humidifiée à 37° pendant 24 à 48 néphrotoxicité importance En
l’occasion d’infections mixtes, heures. revanche, pour une colonisation
au cours desquelles deux virus D. N’existe pas d’immunité candidosique avec invasion
différents infecteraient la même protectrice, un sujet guéri de muqueuse (souvent associée à
cellule, intervetiraient certains gonococcie peut à nouveau une symptomatologie clinique),
de leurs huit fragments contracter la maladie. Depuis il est préférable d’utiliser des
génomiques. 1979 en France, sont apparues molécules qui gardent une
[148] des souches de gonocoques concentration intraluminale
:ACE productrices de lactamases efficace mais sont partiellement
A.B. Virus à ADN, à symétrie plasmidiques (pénicilline de type réabsorbées, exerçant alors
cubique, et enveloppés. TEM). La recherche de bêta une action antifongique au
C. La physiologie de l’infection lactamases sera systématique de niveau de la muqueuse. Le
à herpès simplex virus est l’identification du germe afin meilleur produit serait alors
dominée par les phénomènes d’adapter en conséquence le lamphotéricine B per os. (la
de latence et de récurrence. traitement antibiotique. négastatine n’est pas
Après la primo-infection réabsorbée au niveau digestif)
manifeste ou inapparent seon [150] ..L’énoncé ne précise pas le
les sujets, l’infection persiste à :ABCDE type dinfection candidosique
vie, latente en un gîte profond Non commentée : connaissance. intestinale et l’action désirée à
dans les ganlions nerveux [151] ce niveau. Les réponses les
sensitifs. Malgré la réponse :ABDE plus logiques sont B et D.
immunitaire et notamment les Lénoncé du Q.C.M. permet [152]
anticorps sériques résultant de décarter les autres candidoses :ABDE
la primoinfection, l’infection digestives que sont les A.B. Hôte normal commensal
latente peut être réactivée. La candidoses buccales et de l’oropharynx chez l’homme.
réinfection endogène qui en oesophagienne. Les candidoses C. La famille des streptocoques
résulte peut avoir une digestives sont la porte d’entrée à laquelle appartient le
expression clinique : la de candidoses septicémiques ou pneumocoque présente une
19
résistance naturelle aux basses de nombreux cocci gram positif :AB
concentrations daminosides. La (staphylocoque doré non A.B. La replication des virus à
sensibilité est donc faible vis à sécréteur de pénicillinase, ADN se fait toujours dans le
vis de cette classe streptocoques) et gram négatif noyau de la cellule, sauf les
d’antibiotiques. Toutefois, pour (méningocoque, gonocoque), poxvirus dont la réplication est
rappel, l’association aux bêta bacilles gram positifs aérobies et intracytoplasmique.
lactamines (action au niveau de anaérobies (corynebactéries, c.D.E. Virus à ARN dont la
la paroi bactérienne) facilite la clostridies) et spirochètes réplication se fait généralement
pénétration de raminoside dans (treponema pallidum). Salmonelle dans le cytoplasme cellulaire,
le streptocoque et entraîne une typhi est un bacille gram négatif mis à part le virus de la grippe
synergie bactéricide. de la famille des entérobactéries. (myxovirus influenza) dont
D. Présence dantigènes Elle présente une résistance l’ARN est répliqué dans le
capsulaires solubles dans le naturelle à la pénicilline C mais noyau de la cellule.
sang circulant, les urines et le elle est sensible à la pénicilline A [159]
LCR, dont la recherche par (ampicilline). :ACD
technique délectrosymérèse ou [155] La physiologie de l’infection par
agglutination passive permet :B un virus de la famille des
d’établir très rapidement le Evident: réponse anamnestique herpès viridae est dominée par
diagnostic étiologique d’une secondaire ne comportant que les phénomènes de latence et
méningite. des lgG. de récurrence. En effet, après
[153] la primo-infection manifeste ou
:ABCD [156] apparente selon les sujets,
A. Germe immobile, encapsulé, :E l’infection persiste à vie, latente,
en forme de bâtonnet à bouts Les taenias à l’âge adulte sont en un gîte profond dans les
arrondis ou renflés en massue, spécifiques de l’homme. Ils vivent ganglions nerveux sensitifs
gram positif, facilement dans l’intestin grêle. Les derniers pour les herpès virus
décoloré, avec granulation anneaux de l’extrémité de la dermoneurotropes (herpès
métachromatiques. chaîne, arrivés à maturité, se simplex virus et varicelle-zona-
B. Exotoxine protéique soluble détachent de celle-ci et sont virus) et dans les leucocytes
thermolabile. Corynebactérie rejetés dans le milieu extérieur. pour les herpès virus
diphteriae ne devient En ce qui concerne T. sapinah, le leucotropes (cytomégalovirus et
toxinogène qu’après exposition diagnostic, en dehors de Epstein-Barr virus).
au phage bêta (conversion l’examen des anneaux émis, peut [160]
lysogénique). être également fait par :ACD
C. La toxine diphtérique est prélèvement anal à la cellophane A. Les plasmides codent pour
élaborée in situ au niveau de la adhésive qui ramène les différents types de caractère
fausse membrane par le germe embryonphores collés à la marge parmi lesquels la résistance
et diffusant seule par voie anale, abandonnés là par aux antibiotiques. Cette
sanguine sur les principaux l’anneau lors du passage résistance peut s’exprimer vis à
viscères vitaux. La toxine sphinctérien. Les hôtes vis d’un ou plusieurs
bloque les synthèses intermédiaires de T. sapinah sont antibiotiques, appartenant
cellulaires, sa cible étant la les bovins, ceux de T. solium même à des familles
transférase Il, elle empêche, au sont les porcins. différentes.
niveau des ribosomes, ARN de [157] B. Par conjugaison (plasmides
transfert de passer dun site :C dits conjugatifs) ou par
donneur à un site receveur. Intertrigo dermatophytique des mobilisation (plasmide dits non
D. Le bacille est recherché, en grands plis, habituellement au pli conjugatifs), le transfert ne se
cas dangine, dans la gorge à la inguinal pouvant déborder sur le fait qu’après contact entre les
limite et de la fausse membrane scrotum ou l’abdomen; les agents deux bactéries. Le transfert
de la muqueuse saine. responsables sont des plasmidique par transduction
E. Pas de bactériémie, mais dermatophytes anthropophiles (action d’un bactériophage
une toxinémie. épidermophyton floccosum, jouant le rôle d’agent vecteur
[154] trichophyton rubrum, rarement T. de gène) n’a pas été encore
:D mentagrophytes. observé.
Antibiotique bactéricide actif sur [158] C. Le transfert plasmidique est
20
intra ou intergénérique, ou intra E. Le moyen diagnostic le plus [163]
ou interspécifique. D. ADN courant est l’isolement du virus :CD
bicaténaire, circulaire, par inoculation à des cellules de A. Les modifications
extrachromosomique et doué fibroblastes humains. Les antigéniques caractéristiques
de réplication autonome. E. prélèvements les plus productifs des virus de la grippe portent
Deux plasmides capables de sont les urines, les leucocytes pour l’essentiel sur les deux
coexister de façon stable dans totaux du sang (et non les antigènes de surface :
la même cellule bactérienne lymphocytes) et bien sûr, les l’hémagglutinine et la
sont dits compatibles ; à biopsies ou les lavages neuraminidase. B. Les
l’origine de la classification des alvéolaires, cas de pneumonie. antigènes internes tels que la
plasmides par groupes [162] RNP (ribomuléoprotéine) et la
d’incompatibilité. :BCE protéine M de matrice sont
A.B. Pour les virus à ADN, la stables. Les cassures
[161] réplication se fait suivant un antigéniques sont des
:BCE mode semi-conservatif mais les modifications majeures qui
Le prélèvement sanguin, qui a modalités de l’initiation de la intéressent Ihémagglutinine
pour but d’isoler le virus n’est progression de la fourette de seule ou associée à la
intéressant que dans les viroses réplication varient suivant le neuraminidase.
comportant une virémie. virus. La polymérase responsable C. A l’inverse des cassures
Parfois. il est effectué afin de peut être l’enzyme cellulaire, par antigéniques qui procèdent de
titrer les anticorps sériques. exemple pour les adénovirus, en réassortiment de gènes.
C. L’isolement du virus et revanche, il s’agit d’une enzyme D. Les conséquences des
l’ascension dans le sérum des codée par le virus chez les cassures antigéniques qui ne
anticorps homologues signent poxvius dont la multiplication surviennent que dans le type A
l’infection par le poliovirus. Les intracytoplasmique, et également de la grippe sont
poliovirus sont habituellement pour les herpès virus dont la taxonomiquement l’apparition
recherchés dans les selles, le multiplication est intranucléaire. de nouveaux sous-types A
pharynx, le LCR, et rarement C.D. Pour les virus à ADN, une distincts antigéniquement des
dans le sang. première transcription conduit à précédents quant à
B. Le diagnostic d’arbovirose la synthèse d’un lot de protéines l’hémagglutinine voir la
fait appel à l’isolement du virus dites précoces, intervenant en neuraminidase. Le nouveau
à partir du sang prélevé e particulier dans la synthèse de sous-type trouve une
phase aiguê, et au titrage des l’ADN viral mais généralement population humaine pleinement
anticorps sériques dans un non incorporées dans la particule réceptive puisque dépourvue
laboratoire spécialisé. virale : on parle de protéines non d’anticorps neutralisants
D. Les techniques structurale. L’ADN répliqué, une antihémagglutinine. Il en résulte
dimmunofluorescence ou transcription tardive aboutit à la une épidémie planétaire ou
dimmunopacroxydase synthèse de protéines de pandémie qui marque
permettent un diagnostic rapide structure, dites tardives, l’émergence de chaque
en visualisant les antigènes incorporées dans l’édifice viral, nouveau sous-type.
viraux accumulés dans les appelées aussi protéines E. Les glissements
cellules infectées. Ce diagnostic virioniques. antigéniques, intéressant aussi
rapide est complété par une E. La libération, hors de la bien les virus influenza de type
recherche du virus en inoculant cellule-hôte, des virus nus se fait A entre deux cassures que les
des souriceaux par voie par éclatement cellulaire. Celle virus influenza de type B,
intracérébrale. Un diagnostic des virus enveloppés se fait par provoquent l’apparition de
virologique est praticable par bourgeonnement à travers la variants consécutifs qui
l’isolement du virus dans les membrane cellulaire. Dans le cas conservent entre eux un certain
différentes sécrétions, salive, des herpès viridae (à ADN) dont degré de protection croisée.
larmes, mucus respiratoire, l’enveloppe dérive de la Ceci explique que la
LCR, urines ou par la détection membrane nucléaire, le virus sort composition des vaccins soit
d’antigène dans les cellules de du noyau par bourgeonnement changée constamment pour y
biopsie cérébrale, de biopsie puis gagne le milieu extérieur en introduire toute souche nouvelle
cutanée, de calque cornéen, de empruntant les canalicules du échappant aux anticorps
frottis conjonctival ou nasal. réticulum endoplasmique. développés.
21
[164] un autre, et désignés immunité antituberculeuse est
:A C transposons. Ces déterminants donc partielle et imparfaite. Elle
A. Ce sont les plasmides auto- de la résistance sont capables de n’est qu’un appoint de
transférables qui possèdent un “sauter” de plasmide à plasmide, résistance et peut se laisser
facteur de transfert, et sont de chromosome à plasmide, et déborder.
capables d’organiser leur de plasmide à chromosome. Ce D. Le macrophage est le
propre transfert par phénomène participe à la principal vecteur. Les anticorps
conjugaison. C. Transfert par dissémination de la résistance sériques existent dès le 14ème
transformation introduction dans aux antibiotiques, et est jour après contact avec le BK,
une bactérie réceptrice dun responsable de la présence de mais non protecteurs, ils ne
fragment d’ADN (préalablement gènes homologues sur des constituent pas le support de
purifié) dune bactérie donatrice plasmides d’origine très cette immunité, qui est à
génotypiquement différente. différente. Tout gène peut être médiation cellulaire.
DE. L’acquisition de gènes situé sur un transposon pourvu E. La réaction cutanée
plasmidiques ou transposables que s’exerce des pressions de tuberculinique peut être
entraîne la synthèse de sélection suffisantes. Des négative, malgré une infection
protéines nouvelles sans que transposons codants pour la tuberculeuse réelle dans
soit nécessaire l’intégration au résistance aux métaux lourds, la diverses circonstances
chromosome bactérien. Cet production de toxines et la - période anté-allergique : 4 à
ADN extrachromosomique est capacité d’utiliser certains 12 semaines après le contact
totalement autonome pour la métabolites ont été décrits. infectant lors de la constitution
réplication et sa régulation, et [166] de l’allergie tuberculinique
l’expression des gènes qui le :B C D - maladies anergisantes :
constituent. A. Culture lente sur milieux grippe, rougeole, hodgkin,
B. La transduction est le spéciaux: les colonies lymphomes, hypotrophie du
transfert d’ADN d’une bactérie à apparaissent à partir du 14ème nourrisson, états cachectiques
une autre par l’intermédiaire jour, la culture n’est jamais - traitements immuno-
d’un bactériophage à ADN déclarée négative avant le dépresseurs
bicaténaire. Il existe des phages 28ème jour. Le milieu solide de - erreurs techniques : lors de
tempérés dont l’ADN s’intègre LoewensteinJensten est le plus l’exécution ou la lecture du test.
au chromosome bactérien et se employé et le meilleur pour
réplique en même temps que l’isolement du bacille de Koch [167]
lui. Le matériel génétique (mycobactérium tuberculosis). :A C
intégré s’appelle le prophage et B. Les protéines bacillaires A.B. La souche avirulente,
la bactérie, qui en est porteuse, libérées dans l’organisme confère capable de vacciner contre la
une bactérie lysogène. à celui-ci la propriété de répondre tuberculose, obtenue par
[165] à l’arrivée de nouveaux bacilles : Calmette et Guérin, par culture
:D c’est l’hyper sensibilité dune souche bovine
Les plasmides R (résistance tuberculinique ou allergie (mycobactérie bovis) repiquée
aux antibiotiques) auto- tuberculinique. Cette 230 fois, a définitivement perdu
transférables sont hypersensibilité est cellulaire (il toute virulence pour l’homme et
structuralement et n’y a pas d’anticorps circulants) les animaux, mais elle fait
fonctionnellement constitués et retardée (lecture de la réaction apparaître un état de
d’un facteur de transfert et des cutanée tuberculinique à la prémonition” et une allergie
déterminants de la résistance. 72ème heure). tuberculinique. Le BCG est
Le facteur de transfert fournit C. A partir du 15ème jour après donc un vaccin vivant atténué.
l’information pour la réplication le contact, se forme un état C. Les incidents secondaires
et son contrôle, la mobilisation d’immunité antibacillaire qui limite sont d’ordre local et de
et le transfert. C’est une la diffusion. Cette immunité fréquence faible (1 pour mille):
structure relativement stable. acquise ou immunité de ulcération superficielle
Les gènes de résistance, au surinfection agit par le guérissant spontanément en
contraire, sont souvent portés ralentissement de la dispersion quelques semaines. Les
par des séquences d’ADN de bacillaire de surinfection, la adénopathies régionales se
petite taille, capables de passer destruction accrue en voient surtout en cas de
(se transposer) d’un réplicon à l’enkystement de ceux-ci. Cette surdosage ou d’erreur
22
technique (injection non ces virus qui sont dégradés par perte des anticorps maternels
intradermique), souvent les solvants des graisses (éther, que la plupart des sujets
spontanément curable, sans sels biliaires). s’infectent à l’herpès simplex
prescription d’antibiotique. La B. ADN bicaténaire linéaire, de virus type I. Cette primo-
fistulisation d’une adénopathie poids moléculaire élevé. Il existe infection est le plus souvent
ramollie et suppurée peut être deux segments liés de façon inapparente. 10 à 15% des
évitée par ponction du ganglion. covalente, l’un est appelé (S) sujets souffrent d’une
De même pour l’abcès sous- l’autre long (L). Chaque segment gingivostomatite, qui représente
cutané fluctuant dû à une étant limité par de courtes la forme primo-infection
injection trop profonde. séquences répétitives inversées. herpétique la plus fréquente à
E. L’immunité acquise ou C.E. 85 % de formes HSV1.
immunité de surinfection, inapparentes pour les primo- C. Parfois, la primo-infection
obtenue par la vaccination par infections d’herpès simplex virus touche l’oeil : simple
le BCG, est une immunité à type I 70% pour les primo- conjonctivite folliculaire avec
médiation cellulaire. Certes, le infections d’HSV type Il. parfois extension de la cornée,
contact avec le bacille D. La réplication intranucléaire de siège d’une ulcération
tuberculeux atténué ou non, l’herpès virus (virus à ADN) dendritique très évocatrice.
entraîne l’apparition d’anticorps explique la présence d’inclusions L’atteinte du stroma sous forme
sériques, mais ceux-ci ne sont intranucléaires, visibles après de kératite disciforme est plus
jamais protecteurs. coloration des cultures cellulaires rare.
D. Le BCG est toujours infectées par l’herpès virus.
résistant à la cyclosérine, très [170] [172]
rarement à l’isoniazide et au :ABE :C
P.A.S. A. Les immunoglobulines 1. Au dessous d’une amibiase
[168] humaines spécifiques intestinale aiguê ou semble
:ABE antitétaniques sont obtenues à d’emblée primitive (les
A.B.E. Les anoploures plus partir du sang veineux de manifestations initiales ayant
connus sous le nom de poux donneurs hyperimmunisés par le été négligées ou tellement
sont hématophages, de vaccin antitétanique. Elles atténuées qu’elles sont
spécificité très stricte, vivant remplacent actuellement passées inaperçues).
exclusivement en potoparasites l’antitoxine tétanique obtenue par 2. Les réactions sérologiques
(il n’y a donc pas de stades hyperimmunisation de chevaux inconstamment positives dans
libres non parasites) aux (sérum hétérologue) à l’aide les atteintes purement
dépens des mammifères. Deux d’anatoxine purifiée, puis de intestinales, sont en revanche
genres (pédicules et phtirius) toxine purifiée quand l’animal a pratiquement toujours positives
parasitent l’homme: atteint un certain taux d’immunité. à des taux élevés en cas
- pédicules humanus, pou de C.D. Immunité active retardée et d’amibiase trombaire où elle
corps et pédiculus capitis, pou durable due au vaccin ; se sont indispensables au
de tête manifeste par la production diagnostic
- pthirius pubis, pou du pubis ou d’anticorps protecteurs (immunofluorescence,
morpion. spécifiques, et par une protection électrosynérèse).
C. Il existe des pédiculoses immunitaire pendant plusieurs 3. Seule la forme entamoeba
animales, qui ne se années (répétition du vaccin chez histolytica est pathogène
transmettent pas à l’homme. l’adulte tous les dix ans). hématophage et nécrosante.
[169] B.E. Comme toute sérothérapie, Son identification lors de
:ABCDE et immunité passive, immédiate, l’examen parasitologique des
A. Tout virus de la famille des et de courte durée (durée d’une selles est un argument de
herpès viridae possède une vie de l’immunoglobuline dans certitude pour le diagnostic
enveloppe ou peplos, qui est l’organisme de 3 à 4 semaines). d’amibiase. Parfois, cette forme
une membrane dérivée des Dans le tétanos, la sérothérapie a peut revenir au stade minuta
membranes biologiques pour but la neutralisation de la non pathogène qui n’existe que
cellulaires cytoplasmiques ou toxine. dans la lumière intestinale et
nucléaires selon les virus. La [171] qui, sous diverses influences
double couche lipidique :BC (variation de pH), peut donner
présente explique la fragilité de A.B.D. C’est vers 1 an, après la des formes kystiques, éliminés
23
avec les selles. circiné (en dehors des plis) et les fatal dans 30 % des cas. Elle
4. Les deux phases intertrigos des grands plis (dont est aujourd’hui exceptionnelle.
successives d’hépatite l’eczéma marginé de Herdra au D. La longévité de cet
amibienne diffuse pré- niveau inguinal) et des espaces hématozonine est inférieure à 1
suppurative et d’abcès interdigito-plantaires. Les an, contrairement aux trois
hépatique amibien collecté dermatophytes des régions espèces plasmodiales qui
s’accompagnent d’une pileuses comportent les peuvent présenter des rechutes
accélération franche de la VS. dermatophyties du cuir chevelu (accès de reviviscence) à plus
[173] ou teigne et les dermatophytes ou moins brève échéance.
:C de la barbe, de la moustache ou
L’énoncé veut probablement sycosis. Enfin, les [176]
sous-entendre teigne tondante dermatophyties des ongles qui :BC
microscopique. réalisent un onyxis ne A. Faux. Il s’agit des ganglions
B. L’affection fréquente chez s’accompagnant jamais de neurosensitifs du territoire de la
l’enfant, de cause inconnue, périonyxis (diagnostic différentiel primo-infection.
réalisant des plaques totales avec le périonyxis à levure). C. On reconnait à la
alopéciques non squameuses, D. Les dermatophyties sont des réactivation certains facteurs
à limite nette, d’évolution mycoses cosmopolites déclenchants, pathologiques ou
spontanément favorable en intéressant la peau et les non comme les états dimmuno-
quelques mois avec repousse phanères, très dépression ou la grossesse. D.
complète des cheveux. exceptionnellement les tissus Les anti-viraux de type aciclovir
c. Les teignes microscopiques profonds. Il n’existe pas de sont, comme la plupart des
réalisent des plaques lésions digestives comme dans produits, utilisés en
alopéciques au niveau du cuir les candidoses. chimiothérapie anti-virale, des
chevelu, de grande taille (4 à 7 [175] virostatiques. Ces antiviraux ont
cm), peu nombreuses (I à 4), de :D pour cible, non pas les
forme arrondie, avec une A. Plasmodium falciparum est particules virales (comme pour
surface “sale”, recouverte de des quatre aspects pathogènes les produits virulicides réservés
squames grisâtres. La plaque du paludisme le plus redoutable à un usage externe), mais la
squameuse est hérissée de et le plus intensément implanté. Il cellule infectée où elle prétend
cheveux cassés, courts, mais est l’agent des tropiques, celui bloquer la déviation
encore visibles. Elle diffère de qui tue. Il sévit toute l’année dans métabolique caractéristique de
la plaque squameuse des les pays tropicaux où il subit des rinfection virale, tout en
teignes sèches trichophytiques, recrudescences saisonnières, respectant le fonctionnement
où le cheveu est cassé, plus mais il ne survient qu’à la période cellulaire normal.
court, à ras du cuir chevelu, à chaude et humide dans les E. L’utilisation des immuno-
peine visible, englué dans de régions subtropicales. stimulants s’est révélé bien
nombreuses squames qui le B. Il est responsable de la fièvre décevante. Un essai contrôlé
masquent. tierce maligne, de l’accès récent conclut à l’échec de
D - Les teignes sont la seconde pernicieux et indirectement de la lisoprinosine dans l’herpès
étiologie des alopécies non fièvre bilieuse hémoglobinurique. labial et l’herpès génital
cicatricielles, après la pelade. CE. Surtout l’accès pernicieux qui hautement récidivant.
Elles sont l’apanage de l’enfant, constitue le drame du paludisme. [177]
et se distinguent de la pelade Encore appelé neuropaludisme, il :ABCDE
par leur caractère constamment réalise une encéphalite fébrile La mutation est le changement
squameux. On distingue 4 aiguê. Il est dû au tropisme spontané d’un caractère
teignes différentes : teignes cérébral de P.Falciparum héréditairement transmissible.
tondantes trichophytiques ou (schizogonie dans les capillaires Les mutations génotypiques
microsporiques, teigne cérébraux). L’autre complication consistent en l’apparition, au
suppurée trichophytique, et grave, la fièvre bilieuse sein d’une population jusque là
teigne favique. hémoglobinurique survient chez homogène, d’une bactérie
[174] un ancien paludéen à présentant un caractère
:D P.Falciparum autrefois soumis à différent qu’elle transmet
Les dermatophyties de la peau la chimioprophylaxie par la indéfiniment à sa descendance.
glabre comportent l’herpès quinine naturelle. Le pronostic est Les mutations bactériennes se
24
traduisent par leur rareté dans les sécrétions l’homme comme hôte définitif
(probabilité de mutation par nasopharyngés, les larmes, les des plasmodium, et donc
génération = 10 exposant 6 à urines et le sang, durant des l’anophèle comme hôte
10 exposant 8), leur spécificité mois voire des années. intermédiaire-vecteur, ce qui
(mutation affectant un caractère [179] est un abus de langage.
déterminé), leur stabilité :ABDE E. Cycle uniquement chez
(transmission indéfinie de A.B.D. Dérivés imidazolés à l’homme.
génération en génération, mais spectre antifongique large : [181]
la mutation réverse est possible levures et dermatophytes. :ACDE
vers le caractère d’origine), leur C. Action limitée aux B. Toxine du streptocoque des
spontanéité et leur dermatophytes. groupes A, parfois C et G,
indépendance (pour un mutant E. Spectre d’action limitée aux responsables de la scarlatine.
isolé par un agent sélecteur, la levures. [182]
mutation se produit toujours :ABD
indépendamment de cet agent). [180] A.B.D. De nombreux facteurs
E. Les mutations en variations :CD favorisent cette fréquente
génotypiques sont à distinguer L’hôte intermédiaire est l’être qui localisation de la maladie : âges
des variations phénotypiques héberge le parasite sous sa extrêmes de la vie,
réversibles et non forme non sexuée. Pour parler antibiothérapie,
transmissibles héréditairement dhôte intermédiaire (HI.), il faut immunodépression,
qui proviennent d’une que le parasite exige le passage médicaments anticancéreux,
adaptation de l’ensemble dune chez cet hôte pour assurer sa diabète, prothèse dentaire,
population bactérienne aux maturation ou une véritable drogues psychotropes. On
conditions extérieures. multiplication et souvent les deux. distingue : le muguet
[178] Les formes infestantes (spécifique du candida
:ABCD n’apparaissent qu’au terme du albicans), la langue noire, la
Les symptômes de la rubéole passage, biologiquement glossite érythémateuse, la
congénitale sont classés en indispensable, chez cet hôte perliche, la chéilite, la stomatite
deux rubriques: intermédiaire. des prothèses dentaires et les
- les malformations, témoins de A. Ingestion de kystes au contact formes leucoplasiques de la
l’infection au cours de d’un sujet malade, plus souvent langue ou de la muqueuse
l’embroygenèse, touchant par consommation d’eau et jugale. La perlèche est une
principalement trois organes : le d’aliments souillés. érouillure des commissures
coeur (persistance du canal B. Parasite obligatoire de labiales, bilatérales, à fond
artériel, hypoplasie de l’artère l’homme pour les pédiculoses blanchâtre, parfois croûteux.
pulmonaire), l’oeil (cataracte, spécifiquement humaines. Elle est en règle associée à une
microphtalmie, rétinopathie) et C. Les vecteurs sont les agents atteinte buccale interne.
l’oreille interne (surdité de transmetteurs des parasites C. Les candidoses cutanéo-
perception) - soit des vecteurs purement muqueuses chroniques sont
- la foetopathie avec les signes mécaniques qui on un simple rôle rares, survenant surtout chez
traduisant l’infection des de transport non indispensable renfant, persistantes, avec
organes déjà formés, infection au cycle vital du parasite lésions muqueuses agressives
qui persiste au-delà de la (exemple : transport par insectes et placards cutanés parfois
naissance : retard de la de kystes d’amides) papillomateux,
croissance intra-utérin, - soit des vecteurs purement hyperkératosiques (granulome
hépatosplénomégalie, purpura biologiques indispensables au moniliaxique) témoignant
thrombopénique, adénopathies, cycle vital du parasite : ce sont essentiellement d’un déficit de
anémie, encéphalite, les HI actifs (orthropodes l’immunité cellulaire et/ou d’une
pneumonie interstitielle, hématophages). anomalie endocrinienne. De
transparence anormale des os Cependant, dans le paludisme, part la nature des épithéliums,
à la radiographie (bandes bien que les formes sexuées se seules les lésions cutanées
claires métaphysaires). développent chez l’anophèle, du peuvent évoluer vers
D. Les nouveaux-nés atteints point de vue pratique l’hyperkératose.
de rubéole congénitale épidémiologique (et non E. Faux. En revanche, il n’est
excrètent le virus en abondance parasitologique), on considère pas possible d’affirmer la nature
25
exacte de la levure. groupes D et N). Le groupage :CE
[183] des streptocoques passe donc Les taux sériques de
:C nécessairement par l’extraction l’aminoside sont contrôlés afin
Il existe à l’heure actuelle trois du polyoside C (technique de d’éviter de dépasser de façon
vaccins préparés à partir de Lancefield à 100°C) prolongée le seuil toxique pour
virus inactivé. Administrés par D - Enzyme des groupes A,B,C, l’appareil cochléo-vestibulaire.
injections sous-cutanées, ce et G ; protéine antigénique qui De même, des taux sériques
sont les vaccins inactivés dépolymérise la substance résiduels élevé sont à éviter.
rabique, grippal polyvalent (2 fondamentale du tissu conjonctif. Parmi les antibiotiques dont le
souches A + 1 souche B) et E - Hémolysine cytotoxique et dosage plasmatique est
polomyélitique de Salk-Lépine. antigénique, oxygénolabile, pratiqué : outre les aminosides
[184] existant dans les groupes A,C,G, (streptomycine, gentamycine,
:B et chez le streptocoque kanamycine, tobramycine,
Les mycobacteriaceae pneumoniae. nétilmycine, amikacine)
constituent une vaste famille de [186] Vancomycine et
micro-organismes comportant :ABE chloramphénicol.
un seul genre, mycobactérien. Il A. Echovirus (genre : entérovirus, [188]
s’agit de petits bâtonnets, famille : picorna viridae), agent :ABC
caractérisés par l’aptitude à étiologique de certaines A. Le pouvoir toxique des
conserver un colorant malgré diarrhées virales. L’isolement du exotoxines protéiques est en
l’action combinée des acides virus se fait à partir de la gorge et général très élevé surtout pour
forts, des bases et de l’alcool. des selles, systématiquement. les toxines diphtérique,
Ces bactéries sont dits alcoolo- B. Adénovirus non cultivables, botulinique et tétanique. La
acido résistants. La coloration responsables de gastro-entérites. dose minimale mortelle des
de Ziehl-Nielsen est spécifique L’isolement viral se fait à fois à toxines protéiques est infime et
des bactéries du genre partir des sécrétions respiratoires varie suivant les toxines et les
mycobactérium : sous l’action et des selles puisque les animaux inoculés entre 1/1 000
de la fuschine à cahude, le adénovirus sont des virus nus et 1/1 000 000 de mg.
bacille se colore en rouge et capables de se multiplier dans B. Les sujets immunisés
n’est pas décoloré par l’acide l’arbre respiratoire et le tube possèdent une antitoxine
nitrique au 1/3 et par l’alcool à digestif. tétanique qui neutralise la
95°. C. Les virus enveloppés comme toxine en se combinant
le myxovirus influenza, agent de spécifiquement avec elle. Le
[185] la grippe, s’inactivent dans le complexe antigène-anticorps
:C milieu extérieur et dans les formé précipite et n’est plus
A. Protéine M, antigène capital selles. toxique. D’où l’intérêt immense
des streptocoques A qui est D. Genre flavivirus (arbovirus du de la vaccination antitétanique
spécifique du type de groupe B), famille des togaviridae qui permet une immunisation
streptocoque A et permet le qui possèdent une enveloppe spécifique, active et durable
sérotypage de ceux-ci. Elle virale. L’isolement se fait pendant (rappel chez l’adolescent tous
existe aussi dans la paroi des la phase aigué car la virémie est les 5 ans, chez les adultes tous
streptocoques pneumoniae brève (deux ou trois premiers les 10 ans).
mais ne permet pas de définir jours) à partir du sang ou du C. La toxine tétanique
une spécificité de type. B. Ou LCR. (tétanospasmine) bloque
fibrinolysine, enzyme des E. Entérovirus type 72, nu, spécifiquement la
groupes streptococciques A,C, résistant dans le milieu extérieur neurotransmission
et G ; transforme le et dans les selles, responsable cholinergique. Le site de
plasminogène en plasmine et de l’hépatite virale A, à l’action paralytique centrale
empêche ainsi la formation contamination fécale-orale. La serait la jonction synaptique
d’une barrière de fibrine autour recherche du virus dans les entre les interneurones
du foyer infectieux. selles par immuno-électro- spécifiques de la voie inhibitrice
C. Antigène C de la paroi microscopie ou radio- d’une part, et les neurones
cellulaire, caractérise chaque immunologie est possible mais moteurs d’autre part.
groupe (espèce) guère satisfaisante. D. La toxine tétanique est titrée
streptococcique de A à U (sauf [187] en présence de quantités
26
variables de sérum avec hyperbasophilie, des du système réticulo-
antitétanique ayant un titre lymphocytes et grands histiocytaire des vertébrés. Ces
connu, (test de floculation de mononucléaires bleutés typiques. éléments sont le plus souvent
Ramon). Mais, en raison de la Toutefois, ce syndrome intracellulaires sauf lorsqu’il y a
grande affinité de la toxine mononucléosique peut manquer éclatement de la cellule-hôte.
tétanique pour le tissu nerveux, dans le tableau de toxoplasmose. D. Au niveau de l’alvéole
la phase toxémique est très C. Les kystes ingérés lors de pulmonaire, les bacilles sont
transitoire et la recherche d’une consommation de viande infestée aussitôt captés par les
toxémie par titrage chez un crue ou saignante, restent vivants macrophages. selon
malade est sans intérêt pour le dans les tissus pendant très l’importance de leur
diagnostic. longtemps. Ils produisent des multiplication à l’intérieur de
E. Dans les pays où la antigènes qui traversent la ceux-ci, l’infection tuberculeuse
vaccination n’est pas membrane kystique et évoluera vers la maladie ou
obligatoire, il est recommandé entretiennent l’immunité qui est restera latente.
de vacciner tous les malades totale et protectrice. Elle [192]
guéris d’un tétanos. En effet, la empêche toute nouvelle :AD
maladie ne confère pas infestation. Les kystes ingérés sans commentaire.
l’immunité : risque de tétanos libèrent des toxoplasmes (forme [193]
itératif. végétatives ou trophozoïtes) qui :ABE
se reproduisent rapidement par A. L’HSV type Il se trouve dans
[189] multiplication sexuée. Les les sécrétions génitales, la
:ADE parasites fils sont libérés dans la primo-infection survient
A. Clostridrium, le plus habituel circulation après éclatement des habituellement à l’âge des
de l’intestin humain. L’homme cellules hôtes. Durant cette premiers rapports sexuels. Elle
peut se contaminer directement courte phase de parasitémie, les est inapparente dans deux tiers
à partir de son tube digestif. parasites sont sensibles à l’action des cas.
c. Bacilles gram positif, des anticorps circulants qui B. Les récurrences qui frappent
capables de sporuler. apparaissent dès le 7ème au certains sujets ont une
Développement en anaérobiose 10ème jour après l’infestation. symptomatologie moins
stricte. D. Les clostridrium se Passé ce délai, la dissémination intense. L’HSV type Il reste
multiplient essentiellement dans parasitaire est arrêtée et seules latent dans les ganglions
le tube digestif de l’homme et persistent les formes kystiques. sacrés et il peut exister comme
des animaux, d’où ils peuvent La contamination placentaire pour l’herpès oral, une
se retrouver dans le sol, les n’est possible que pendant la très excrétion intermittente du virus
eaux et leurs sédiments. courte phase parasitémique de la sans lésions manifestes (risque
E - Responsables de gangrènes mère (7 à 10 jours). de contagion).
gazeuses, d’appendicite et E. Traitement par spiramycine C. Non, c’est l’herpès simplex
d’entérites nécrosantes, de seule (3 g/jour) sans interruption virus type I
septicémies graves et jusqu’à la fin de la grossesse. D. Cinq herpès virus sont
d’intoxications alimentaires. sulfadiazine et puriméthamine, strictement humains : les
[190] tératogènes sont contre-indiqués herpès simplex virus type I et
:A pendant la grossesse. type Il, le virus varicelle-zona, le
A. Adénopathies presque [191] cytomégalovirus et le virus
toujours cervicales (chaîne :AcD Epstein-Barr.
moyenne ou postérieure) peu A. Les formes végétatives E. L’HSV type Il est
volumineuses, non empâtées, appelées trophozoïtes ou prépondérant parmi les
légèrement douloureuses. tachyzoïtes sont toujours souches d’herpès néonatal à
Parois d’autres territoires sont endocellulaires. Elles se l’origine de formes généralisées
atteints, aires axillaires. développent et se multiplient avec ou sans atteinte du
inguinales, ou même ganglions dans les macrophages et système nerveux central, ou de
profonds (médiastineux ou échappent à l’action des formes localisées au système
abdominaux). processus de digestion cellulaire. nerveux central. Très rarement
B. Faux, il s’agit d’un syndrome c. La forme amastigote (appelée sont trouvées à l’herpès
mononucléosique : autrefois leishmania) est néonatal une origine
hyperlymphocytose sanguine immobile à l’intérieur des cellule extragénitale telle qu’une
27
primo-infection orale de la du germe. Diagnostic indirect par péplos pour les virus à péplos).
mère, tel l’herpès labial d’un recherche d’élévation du titre des En effet, seules sont
adulte de l’entourage. anticorps sériques infectieuses les parties virales
Rappel : l’encéphalite antistreptococciques : intactes qui n’exposent aux
herpétique post-natale frappant antistreptolysines O (ASLO), anticorps que leur surface. Les
les adultes bien portants est antistreptokinases (ASK) et anticorps dirigés contre les
une forme gravissime de antihyaluronidases (ASH). antigènes internes du virus ne
l’infection à H5V type I. B.C. Pas de recherche sont pas protégés et
d’anticorps sériques. témoignent simplement de
[194] D. Treponema pallidum n’est pas l’infection. Les anticorps
:B cultivable neutralisants agissent en
1. Nécaton américanus, un des E. L’identification de perturbant les premiers temps
deux agent de rankylostome a corynébactérium diphteriae est de la multiplication virale :
été introduit aux Antille et en fondée sur les caractères l’attachement (par interposition
Amérique intertropicale par la biochimiques après culture de la entre la surface virale et les
traite des Noirs. bactérie, mais essentiellement récepteurs cytoplasmiques), la
2. Dans la mer des Caraïbes, sur la détection de la toxine (par pénétration, voire la
seuls Haïti et quelques côtés de inoculation au cotaize ou par le décapsidation. Les anticorps ne
la République dominicaine sont test d’Elek) pénètrent pas dans les cellules
touchés par le paludisme. Par [197] et sont donc sans action sur la
contre, les Antilles françaises :C réplication et synthèse de
(Guadeloupe et Martinique) Au cours de la piqûre, un protéine ou enzymes viro-
sont anophèle femelle infesté injecte induites. Les anticorps
indemnes. dans la plaie les sporozoïtes, neutralisants ont pour cible les
3. Rappel : S. Mansoni est le formes infestantes contenues rus extra-cellulaires.
seul shistosome connu sur le dans les glandes salivaires. En [199]
continent américain. Il est 24 heures, ils gagnent le foie et :ACD
notamment présent dans la mer se localisent dans les A. Les hémolysines delta, bêta,
des Caraïbes, au Vénézuela, hépatocytes. Leur b, etj. La présence de l’alpha
en Guyanne et au Brésil. développement et leur hémolysine est un caractère
4. La base n’existe qu’en multiplication dans l’hypatocyte essentiel des souches à
Afrique et dans une région finit par constituer une masse potentiel pathogène chez
limitée de l’Afrique seulement : appelée schizonte. Bientôt, la l’homme.
Afrique culture éclate libérant de B. Hémolysine cytotoxique et
centrale de l’Ouest. nombreux mérozoïtes. Ceux-ci antigénique du streptocoque du
[195] gagnent la circulation sanguine, groupe A.
:E prénètrent dans une hématie et C. Responsable d’intoxication
La conjugaison est le transfert deviennent chacun un alimentaire et d’entérocolites
de matériel génétique (ADN) trophozoïte. Celui-ci se aiguès.
d’une bactérie donatrice à une développe, grossit, et son noyau D. Appelée aussi toxine
bactérie réceptrice par contact se divise aboutissant à un épidermolytique, c’est une
direct entre les deux bactéries. schizonte. Après plusieurs exotoxine protéique
Le matériel génétique transféré schizogonies, apparaissent dans responsable de clivage
peut être chromosomique ou les hématies des éléments à intradermique et formation de
extra-chromosomique potentiel sexué, les gamétocytes lésions cutanées bulbeuses.
(plasmidique). Transduction et qui ne se développeront que s’il
conversion lysogénique sont absorbés par un anophèle [200]
nécessitent l’intervention du femelle. :E
bactériophage. [198] A. La vaccination par le BCG a
[196] :A été rendue obligatoire par la loi
:A Les anticorps neutralisants du 5janvier 1950 pour les
A. Diagnostic holopique direct: (assimilés aux anticorps enfants âgés de 6 ans et pour
isolement par culture sur gélose protecteurs) sont dirigés contre diverses autres catégories de la
au sang frais à partir de les antigènes de surface du virus population, notamment: les
prélèvements et identification (de capside pour les virus nus, de enfants du 1er et du 2ème âge
28
placés en maison maternelle, vaccination, tardive, mais légale, à l’application de la tuberculine
crèches, pouponnières ou en c’est à dire avant l’âge de 6 ans. par une réaction précoce
nourrice, les enfants de tous B. L’immunité tuberculeuse, vivement inflammatoire-. Cette
âges vivant dans leur foyer en comme le montre le phénomène propriété nouvelle acquise est
contact avec un tuberculeux qui de Koch, est surtout une dite hypersensibilité
reçoit des prestations, les immunité de surinfection. Elle tuberculinique ou allergie
enfants de personnes qui n’est pas à médiation humorale tuberculinique. La réaction
gardent des enfants à domicile, mais cellulaire, et consiste en cutanée tuberculinique peut êre
tous les enfants d’âge scolaire. une activation de macrophages négative dans différentes
De plus sont “assujettis” à la par les T-lymphocytes circonstantces notamment les
vaccination, dans ces sensibilisés spécifiquement aux maladies anergisantes
catégories, tous les sujets antigènes du bacille tuberculeux. transitoires: grippe, rougeole,
antérieurement vaccinés ou non Après inoculation tuberculeuse, etc..., les traitements
qui présentent encore une l’immunité apparaît en même immnodépresseurs, les erreurs
réaction tuberculinique négative temps ou un peu plus tard que techniques de réalisation ou de
; les personnes de plus de 25 l’hypersensibilité mais persiste lecture du test. Il faut donc
ans ne sont plus soumises à après effacement de celle-ci. penser à éliminer les causes
cette obligation légale. Bien que Bien qu’exerçant principalement d’erreur avant de conclure à la
couramment pratiqué dans le ses effets sur les bacilles de négativité de la réaction
premier mois de la vie, le BCG surinfection, elle s’exerce cutanée tuberculinique et
n’est pas obligatoire pour les également sur les bacilles de refaire le test 4 à 6 semaines
nouveaux-nés. Cependant, primo-infection. Chez l’homme, après la disparition d’un cas
pour les enfants susceptibles elle est responsable de l’arrêt de possible d’anergie. Une
d’appartenir aux catégories de la multiplication bacillaire de la vaccination BCG avec contrôle
la population déjà énoncés, la primo-infection et du caractère positif de la réaction cutanée
loi rend obligatoire cette latent de la majorité des tuberculinique a une efficacité
vaccination, et une présentation infections tuberculeuses de 10 à 15 ans.
du carnet de crèche. La spontanées. Elle est cependant [201]
vaccination du BCG prévient en imparfaite. Le BCG est, à l’heure :BCD
très grande partie la actuelle, le vaccin vivant le plus A. La rage est essentiellement
dissémination hématogène du immunisant et aussi le moins une maladie de mammifères
bacille de la tuberculose pathogène, dont on dispose pour soit sauvages, en général des
consécutive à la primo-infection créer l’état d’immunité de canidés : loups, renards, parfois
spontanée et donc la méningite surinfection. des chiroptères : chauve-souris,
tuberculeuse. Les statistiques C. Le contrôle de l’allergie post- vampires, soit enfin des
montrent que la vaccination vaccinale se fait 4 à 6 mois après animaux domestiques : chiens,
BCG, rendue obligatoire en la vaccination BCG par réaction chats.
France chez les nouveaux-nés, cutanée tuberculinique (le plus B. Le traitement local d’un sujet
préviendrait quinze méningites souvent intradermo réaction à 10 mordu par un animal enragé est
tuberculeuses chez l’enfant de Ul/ml de tuberculine) qui à pratiquer le plus tôt possible,
O à 4 ans. Mais la répartition précisera la présence et dans les minutes suivant la
des cas de méningites l’intensité de l’allergie morsure : lavage minutieux et
tuberculeuses chez l’enfant de tuberculinique. prolongé au savon de Marseille,
O à 4 ans. Mais la répartition D. Faux. La pénétration des BK rinçage soigneux et abondant,
des cas de méningites provoque dans l’organisme deux désinfection par dérivés
tuberculeuses de l’enfant états biologiques particuliers d’ammoniums quaternaires (ou
concerne surtout des groupes à l’immunité acquise (ou vaccinale eau de javel, éther, alcool),
risque en cas de BCG) et l’allergie couverture antibiotique et
(milieux défavorisés, contact tuberculinique, toutes deux à éventuellement protection
avec un tuberculeux...). Le BCG médiation cellulaire. Les antitétanique. Si la morsure est
présente une efficacité, vérifiée protéines bacillaires libérées grave, infiltration des lésions
par l’allergie post-vaccinale, de diffusent à tout l’organisme, et avec sérum antirabique. C.E.
10 à 15 ans. Les confèrent à tous les points de La base du traitement
épidémiologistes français celui-ci la propriété de répondre à spécifique antirabique est un
préfèrent une date de l’arrivée de nouveaux bacilles -ou traitement vaccinal qui met à
29
profit la longue période actif des aminosides au niveau positivité antérieure.
d’incubation périphérique de la de membrane interne. Rappel : C.E. Négatifs à la déclaration,
maladie, avant toute atteinte du les aminosides sont des ils seront contrôlés pour écarter
système nerveux central, pour inhibiteurs bactéricides de la tout séroconversion ultérieure:
déclencher le processus synthèse protéique au niveau des au moins trois fois pendant la
d’immunisation active de ribosomes. grossesse en ce qui concerne
l’organisme. Le vaccin rabique [203] la toxoplasmose (donc à
inactivé à visée thérapeutique :ACE chaque examen prénatal légal,
est réservé aux centres A. Zone privilégiée réelle en 6ème, 8ème et 9ème mois) et
antirabiques. corynebacterium diphteriae. si possible tous les mois.
D. Le principe de la vaccination B. Pas de bactériémie mais une L’énoncé de l’item E est ambigu
préventive doit être posé toxininémie. Le germe reste et prête à confusion.
essentiellement pour les localisé au niveau de l’amygdale. D. Lors de l’accouchement, un
catégories professionnelles La toxine élaborée localement in dernier contrôle est fait pour les
exposées à des contaminations situ au niveau de la fausse femmes non immunisées; chez
fréquentes (vétérinaires, membrane par le germe, diffuse le nouveau-né en cas d’atteinte
personnel des abattoires, seule par voie sanguine vers les ou de doute, la recherche se
gardes-chasse...). principaux viscères vitaux où elle fait par sérodiagnostics répétés.
se fixe sur les cellules sensibles. [205]
[202] C. Le mécanisme par lequel une :C
:BD souche de C. diphtériae non Le pool calcique est ainsi
A. Les colonies de streptocoque toxinogène devient toxinogène, et réparti
A sont entourées d’une grande donc responsable de la maladie, - 55 % calcium ionisé
zone d’hémolyse totale à limites après exposition au phage bêta - 10 % chélaté (citrate,
nettes, rendant le milieu spécifique, est appelé conversion oxalate...)
incolore et transparent = bêta - lysogénique. - 35 % lié aux protéines : 30 %
hémolytiques. D. Les 48 à 72 heures albumine + 5 % globulines.
B. Ainsi que hyaluronidases et nécessaires à la confirmation du A remarquer: l’ambiguïté du
streptodornase. diagnostic d’angine diphtérique 0CM car le calcium lié aux
c. Appartiennent au par l’identification bactériologique protides, non ultrafiltrable
streptocoque du groupe D de C. diphtériae et de la représente
(S.facalis, S.faccium et production de toxine peuvent être à peu près 40% du calcium
S.durans sont des fatales en l’absence de traitement plasmatique, mais la fraction
entérocoques). antibiotique. Toute suspicion de liée à l’albumine est juste
D. La toxine érythogène n’est diphtérie devant une angine à comprise
synthétisée que par certaines fausses membranes impose en entre 20 et 40 %.
souches de streptocoques A qui urgence sans attendre les
ont subi une conversion résultats du laboratoire un [206]
lysogénique par un traitement antibiotique. :B
bactériophage spécifique. Sa E. Cultivé sur milieu enrichie de Ce QCM est mal formulé.
présence exceptionnelle chez Loefflen au sérum de boeuf Lapparition des anticorps anti-
certains streptocoques des coagulé, et isolé par herpétiques n’est pas un
groupes C et G s’explique par le ensemencement sur milieu de examen.
même mécanisme. Tinsdale (tellurite). La mise en évidence des lgM
E. Résistance naturelle à bas [204] peut être utile.
niveau aux aminosides due à :AB Il est à noter que les
un problème de perméabilité A. Obligatoire lors de l’examen récurrences n’entraînent
des antibiotiques au niveau de prénuptial, de même que le qu’occasionnellement
la membrane interne des sérodiagnostic de rubéole. B. Les l’ascension du titre des
streptocoques. Les bactéries sérodiagnostics (rubéole + anticorps.
anaérobies comme les toxoplasmose) sont demandés [207]
streptocoques ont une chaînes obligatoirement dès le premier :ABCD
de transporteurs d’élections examen prénatal, qui permet la La résistance plasmidique
incomplète qui ne permet pas déclaration de grossesse, sauf en résulte d’une pression de
un bon rendement du transport cas de certitude absolue de leur sélection de l’environnement, et
30
en cas d’utilisation de nourrisson avec le rotavirus et le certaine qu’il soit la cause du
polyantibiothérapie, les Molluscum contagiosum avec tableau pathologique ayant
résistances sont multiples. papovavirus. motivé l’examen. La présence
Les plasmides peuvent être [213] de cellules infectées, révélées
transférés d’une espèce à une :B par immunofluorescence est
autre. Sans commentaire. beaucoup plus significative.
[208] [214] Les prélèvements viraux dans
:ACDE :A la grippe s’effectuent au niveau
L’agent delta ne peut infecter Les entérovirus sont les virus les du nasopharynx ou des
une cellule que si celle-ci a été plus souvent incriminés, en expectorations.
préalablement infectée par le particulier les Coxsackies A et B Il en est de même pour le virus
virus B. Il ne peut donc pas et les virus Echo. respiratoire syncytial.
exister en l’absence de l’Ag L’autre agent viral le plus souvent Le virus de l’hépatite A est
HBs sérique sauf cas rares responsable, en particulier chez retrouvé au niveau des selles.
d’hépatites à virus B, HBs l’enfant, est le virus ourlien. Soulignons l’ambiguïté de ce
négatives. La vaccination anti-B QCM, car si pour les items
en prévenant l’hépatite B évite [215] A,C,D,E la réponse est aisée,
l’infection par l’agent delta. :C pour l’item B la discussion est
Cette vaccination ne saurait par Les mycobactéries peuvent possible. Le diagnostic
contre prévenir l’infection par survivre à l’intérieur des d’infection à cytomégalovirus
l’agent delta si les vaccinés ont macrophages, par contre elles est un
déjà contracté une hépatite B. peuvent également survivre dans diagnostic délicat qui ne repose
[209] le milieu extracellulaire. pas sur un examen décisif mais
:BC [216] sur un faisceau d’arguments
Le dicrocelium est un vers plat, :D cliniques et paracliniques.
n’infectant l’homme Ou entérocoque. La mise en évidence du virus
qu’exceptionnellement. [217] dans le sang est un des
Necator americanus ou :D arguments, mais ce n’est pas le
ankylostome est un petit Shigella ne se retrouve que dans plus important. A ce titre on
némathelminthe (vers rond). les selles des malades et celle peut dire qu’il n’est pas
Sarcoptes scabiei est un des porteurs qui doivent être “essentiel” au diagnostic.
acarien, ectoparasite traités. [222]
responsable de la galle. [218] :C
[210] :B Le virus est un parasite
:B Sans commentaire. cellulaire obligatoire. L’énergie
Il convient de souligner le [219] nécessaire à la réplication
tropisme particulier du :ACD virale est fournie par les
staphylocoque pour l’os et les Sans commentaire. enzymes de la cellule hôte.
articulations. [220] Par ailleurs le génome viral est
[211] :AC reproduit dans la cellule, dans
Les septicémies à salmonella ne le cytoplasme pour les virus à
QUESTION ANNULEE justifient pas d’une bithérapie. ARN, dans le noyau pour ceux
[212] Les antibiotiques efficaces contre à ADN (schématiquement), les
:E la salmonella étant les enzymes nécessaires à cette
La gravité de la maladie serait phénicolés, les pénicillines du réplication étant codées par le
en partie liée au conflit groupe A, le triméthoprime- génome viral, mais non
immunologique entre les sulfaméthoxazole. obligatoirement constitutives du
anticorps maternels, activant le [221] virion (E). Elles sont traduites
complément et le antigènes :A par le matériel de la cellule (D).
viraux fixés au niveau du Le virus amaril, comme tous les
poumon. L’herpangine est en arbovirus, est présent pendant [223]
rapport avec les coxsackies les 4 ou 5 premiers jours de la :ACE
virus du groupe A, la PESS maladie. Les granulations de Schûffner
avec le virus de la rougeole, les L’isolement du CMV à partir du caractérisent rinfestation à P.
diarrhées aiguês hivernales du sang ne signifie pas de façon Vivax au à P.Ovale.
31
Les shizontes étirés sont plus extracellulaire sont en équilibre. :A C D
évocateurs de P. Ovale. Le nombre dosmoles Au cours des gastrectomies,
[224] intracellulaires étant c’est la non absorption de la
:ACE fixe, toute variation de vitamine B12 par déficit de
La fixation est privilégiée dans rosmolarité extra et donc facteur intrinsèque qui est
les organes riches en intracellulaire entraîne une responsable de la macrocytose.
myoglobine. variation inverse de [243]
[225] rhydratation intracellulaire.
: Osmoles intracellulaires./volume Ambigué.
Ambigué. intracellulaires Tout dépend du type de
[226] = osmolarité intracellulaire microscopie électronique que
= osmolarité extracellulaire l’on désire pratiquer.
Ambigué. = osmoles extracellulaire/volume
QCM ambiguê par ailleurs, on extracellulaire. [244]
ne sait pas dans quelles [236] :B
circonstances. Sans commentaire.
- Après une intoxication aiguê, QUESTION ANNULEE [245]
au cours dune intoxication [237] :ABCDE
chronique etc... :D Discutable entre la théorie et la
[227] Le stade primaire de la Syphilis pratique.
:A est un stade localisé au point [246]
Sans commentaire. d’inoculation. :A
[228] [238] Sans commentaire.
:C :C [247]
Sans commentaire. Sans commentaire. :BC
[229] [239] Question ambiguê car ron ne
:BDE :BCE précise pas s’il s’agit de
Le pneumocoque nécessite une Lors de l’utilisation de souche sensibilité in vivo ou in vitro.
gélose enrichie au sang et sa d’ADN complémentaire, Les réponses proposées
culture est délicate. C’est un spécifique de ADN du virus de correspondent à la sensibilité in
hôte habituel de l’oropharynx. rhépatite B, le matériel vivo.
[230] génomique viral a été retrouvé [248]
:ABCE quasi systématiquement au sein :ABD
Sans commentaire. de ADN des cellules cancéreuses Sans commentaire.
[231] (carcinome hépatocellulaire) [249]
:ABCD même si les patients ne :ACDE
Neuf groupes sont actuellement présentait aucun élément Les conidies sont des spores
décrits sérologique évoquant une externes et asexuées produites
A, B, C, D, X, Y, Z, 29E, W135. infection par le virus B. par les rameaux mycéliens.
Lantigène est un [240] [250]
polysaccharide capsullaire. :ACDE :D
[232] La polyarthrite rhumatoïde Sans commentaire.
:AC entraîne habituellement une [251]
Sans commentaire. augmentation des cellules :BC
[233] neutrophiles lors des poussées, Le syndrome biologique
:AE sauf en cas d’atteinte d’insuffisance hépatocellulaire
Lhistamine peut également être hématologique (Sd de Felty). se caractérise par une
libérée par les plaquettes. [241] diminution des produits
:BE synthétisés par le foie.
[234] Pour Salmonella c’est une [252]
endotoxine. :ABC
QUESTION ANNULEE Pour le strepto A, le La résistance à la rifampicine et
[235] Clostridium.perfringens, c’est une aux quinolones résultent de
:B exotoxine non neurotrope. mutations chromosomiques
Osmolalité intra et [242] affectant le gène codant pour le
32
site d’action de l’antibiotique. laquelle on s’attend à observer fragiles
Ainsi les mutations plusieurs milliers de cellules par E : les sérogroupes A B et C
responsables de la résistance à mm3. sont les plus importants
la rifampicine affectent-elles le [259] [267]
gène codant la RNA :BDE :ABCE
polymérase DNA dépendante. (C) le groupe A représente moins Les bêta lactamines sont
[253] de 2 % des infections à inefficaces sur les
:CD méningocoques en France mycoplasmes.
L’examen direct et les cultures (groupe B environ 75 % ; groupe [268]
sur Sabouraud mettent en C environ 20 %). :BC
évidence les colonies en 5 à 21 [260] Les entérobactéries sont
jours et leurs aspects :ABCDE naturellement résistantes aux
caractéristiques. Il faut également évoquer: une macrolides.
prostatite, une urétrite, une [269]
[254] néphropathie interstitielle, une :C
:ABCD tumeur de l’arbre urinaire. Les endotoxines font partie de
II existe neuf sérotypes définis [261] la paroi des bacilles à Gram
par le polysaccharide :B négatif.
capsulaire, les trois premiers B : Neisseria gonorrhea est [270]
étant les trois plus fréquents l’agent de la gonococcie. :D
A, B, C, D, X, Y, Z, 29E et W1 C : Sa fragilité impose sa Les transposons sont
35. recherche immédiate. constitués de matériel
A. Etant responsable E : Le sérogroupe B représente génétique.
d’épidémies en Afrique environ 75 % des [271]
s’étendant parfois en Europe. méningocoques responsables :ABD
B.En Europe. d’infections Les ribosomes ne sont pas une
C. Aux Amériques. en France. cible des bêta lactamines.
La culture de Neisseria [262] [272]
meningitis est délicate et le LCR : D :BE
doit être acheminé le plus Les chlamydiae sont des A: on utilise un milieu de
rapidement possible au bactéries à parasitisme Sabouraud tifomyciné.
laboratoire. En dépit de cela la intracelluraire obligatoire. B : le test de filamentation en
culture sera négative dans [263] sérum, ou test de blastèse,
environ 40 % des cas. :A permet le diagnostic de
[255] Mycobacterium tuberculosis se l’espèce de
:E divise en 10 à 20 heures. Candida 24 heures après
Le diagnostic parasitologique l’ensemencement.
direct est exceptionnellement [264] [273]
réalisé. :D :ABDE
[256] A : Vaccin polysaccharidique A: Dosage des anti-
:A B : Vaccin inactivé staphylolysine alpha et gamma
B C D : on observe également C : Vaccin inactivé qui sont élevées au cours des
des schizontes âgés et des E : Anatoxine staphylococcies chroniques
corps en rosace. [265] C : les exfoliatines
E : pas pathogène chez :C responsables des syndromes
l’homme. Sans commentaire. des enfants ébouillantés
[257] [266] (Scalded Skin
:A :ABD Syndrom) sont sécrétées
Les sporozoïtes vont se B : l’existence de porteurs sains surtout par les souches du
localiser dans les hépatocytes justifie la prophylaxie de groupe phagique Il
en moins de 24 heures. l’entourage des patients atteints
[258] de [274]
:E méningite cérébrospinale :C
A B C et D correspondent à une C : l’homme est l’hôte exclusif Sans commentaire.
arthrite septique au cours de D : ce sont des germes très [275]
33
:D naso-pharynx. L’homme est qu’après examen des cultures.
De nombreux plasmides ne l’hôte et le porteur exclusif. B : la culture s’effectue sur
s’intègrent pas dans le [281] milieu de Sabouraud
chromosome bactérien : ils :C tifomyciné.
restent Lexfoliatine ou épidermolysine C : le test de filamentation en
autonomes pour leur expression clive l’épiderme dans la couche sérum ou test de blastèse, peut
et leur réplication. granuleuse. Elle est permettre l’identification de
[276] responsable du Scalded Skin Candida albicans au bout de 24
:D Syndrom (SSS). heures de culture.
Les Neisseria pathogènes (N. [282] D : l’auxanogramme n’est
meningitidis et N. gonorrhea) :C réalisé qu’en cas de négativité
sont fragiles. A B D et E sont des pathologies du test de blastèse et de la
A: Ce sont des diplocoques à streptococciques non production de chlamydospores
gram négatif. suppuratives. sur milieu Riz-Agar-Tween afin
B : Au cours de ruréthrite C doit faire rechercher les de préciser l’espèce de
chronique, et de ses streptocoques par des Candida.
complications fréquentes chez hémocultures répétées. E : Les Candidas sont colorés
la femme, le diagnostic [283] en rouge par le P.A.S. On ne
bactériologique est très difficile. :A peut spécifier l’espèce sur une
Les prélèvements doivent être Le BCG provient d’une souche coupe histologique.
répétés (urèthre, glandes de de mycobacterium bovis obtenu [289]
Bartolin, col, anus, pharynx...). après 230 passages sur pomme :D
E : La gono-réaction (fixation du de terre biliée glycérinée en 12 Voir QCM [18] et [34].
complément), les réactions ans. La virulence s’est atténuée [290]
dimmunofluorescence directe et probablement par sélection d’un :BCE
dhémagglutination passive sont mutant avirulent. A: 90 % des staphylocoques
peu spécifiques. sont résistants à la Pénicilline G
[277] [284] ; 10 à 40 % sont également
:ACDE :D résistants à la pénicilline M.
Les streptocoques du groupe A II est responsable de 35 % des [291]
sont béta hémolytiques. endocardites aiguês. :C
[278] [285] C - Corps de Guarmeri.
:AE :ABCDE [292]
Le genre épidermophyton est Sans commentaire. :ABCE
caractérisé par des [286] D - Dû aux dermatophytes.
macroconidies en massue, à :E [293]
parois et cloisons minces, et par A: mycobacterium tuberculosis :BE
rabsence de microconidies. est un germe aérobie, ce qui Les C perfringens se multiplient
C’est un dermatophyte justifiait la pratique dans le tube digestif.
anthropophile, qui nattaque que thérapeutique ancienne de la
la peau. collapsothérapie (réalisation d’un [294]
[279] pneumothorax). :CE
:BD C : les BAAR se colorent très B - Doit être évoqué en période
Les streptocoques A C et G difficilement au Gram. néonatale.
sont toujours bêta- B : temps de division de 10 à [295]
hémolytiques. Les 20heures. :ABD
streptocoques B sont alpha ou D : pousse en 3 semaines. C - Localisation le plus souvent
bêta-hémolytiques. Les [287] pulmonaire.
enterococcus, les :C E - Agent du Pytiriasis
streptocoques bovis, equinus, La contamination foetale ne se versicolor.
viridans et pneumoniae sont produit qu’au cours de la primo- [296]
alpha-hémolytiques. infection de la mère. :A
[280] [288] Il s’agit de lalpha-hémolysine
:C :CD ou alpha-toxine, ou de
Les germes sont portés dans le A: le diagnostic ne peut être porté l’esgoliatine, ou encore des
34
entérotoxines... D - La résistance à la méticilline [314]
[297] est un marqueur du phénotype :D
:C multirésistant. A - Jamais.
La mutation est un évènement E - Modification de la protéine B - Il s’agit alors de culots
aléatoire rare, indépendant de liant les pénicillines. globulaires déleucocytés et
la présence d’antibiotique, [305] déplaquettés.
persistant, transmissible, :D C - 3 semaines avec
spontané, réversible, spécifique Sans commentaire. conservateur CDP et 35 jours
d’un seul caractère, discontinu. [306] avec conservateur SAG.
[298] :DE [315]
:B E - La désoxyribonucléase :
Sans commentaire. thermostable caractérise espèce QUESTION ANNULEE.
[299] S. aureus. [316]
:C [307] :BCD
A - C’est une bactérie aérobie :BD B - La polynucléose neutrophile
stricte, d’où la pratique A - La toxi-infection alimentaire peut s’accompagner d’une
ancienne de la staphylococcique est non fébrile, polyglobulie ; elle persiste plus
collapsothérapie. B - 3 contrairement à l’infection longtemps que la polyglobulie
semaines. alimentaire à Salmonelles. après le sevrage.
[300] C - 2 à 4 heures après l’ingestion. [317]
:ABDE [308]
Toxoplasma gondii ne parasite :DE QUESTION ANNULEE.
pas les poissons. A B C - Concernent l’anatoxine. [318]
[301] [309] :E
:AE :ABC A - Le VDRL met en jeu
Un antibiotique est dit Cf question [304] rantigène cardiolipidique.
bactériostatique quand la CMB [310] C - Lantigène est spécifique
est nettement supérieure à la :C des tréponèmes.
CMI. L’herpès circiné est dû aux D - Aucun argument
[302] dermatophytes. sérologique ne peut distinguer
:C [311] les tréponématoses entre elles.
A - Sang, LCR. :D [319]
B - Sang, salive. L’intervention du noyau de la :D
C - Sang, urine. cellule hôte est une étape A - C’est la vaccination.
D - Selles. rarement constatée au cours de [320]
[303] la réplication des virus à ARN. :C
:ACE [312] Cette exotoxine est présente
A - Ingestion par l’homme du :C dans laliment contaminé.
Cyclops qui est l’hôte C’est un bacille Gram négatif. [321]
intermédiaire. [313] :E
B - Pénétration transcutanée :AB E - Anatoxine = toxine
active. Le système des phagocytes détoxifiée.
C - Ingestion de métacercaires mononucléés est issu du [322]
avec du cresson sauvage. monocyte et comprend :C
D - Pénétration transcutanée macrophages, cellules de Kùpfer Les trophozoïtes se multiplient
active. du foie, histiocytes, microglie, dans les macrophages des
E - Ingestion d’oeufs. cellules de Langerhans, animaux à sang chaud et
ostéoclastes, cellules échappent aux mécanismes de
[304] interdigitées des ganglions digestion cellulaire par des
:B lymphatiques. processus encore mal connus.
A - 20 % en milieu hospitalier. E - Les mastocytes sont les [323]
B C - La résistance à la équivalents tissulaires des :ADE
méticilline est croisée avec basophiles circulants. B et C détectent l’antigène
toutes les autres bêta- cardiolipide.
lactamines. [324]
35
:ACE mercapto éthanol. courbe. Le sérodiagnostic
B et D sont des protozooses. E. Un traitement par la standard est alors en défaut.
Rovamycine® (3g par jour) doit Dans la situation actuelle, la
[325] être entrepris d’urgence en cas sérologie doit être contrôlée
:D de séroconversion ou même en afin d’observer l’ascension des
Sans commentaire. cas de doute en attendant anticorps en cas de primo-
[326] confirmation. Il sera poursuivi infection ou réinfection
:ABD sans interruption jusquà la fin de rubéolique, mais surtout
A B - A partir de porteurs la grossesse. Il est susceptible de associée à la recherche des
souvent asymptomatiques. réduire la fréquence et la gravité lgM rubéoliques examen lourd
[327] de latteinte foetale sans toutefois et coûteux qui a des indications
:BD l’annihiler. limitées et impératives. Parmi
Sans commentaire. elles, la distinction chez une
[328] [2] femme enceinte, entre primo-
:BCE :B infection rubéolique,
A - La CMI étudie la A.B.C. Il faut souligner la grande dangereuse pour l’enfant, et
bactériostase. variabilité d’un sujet à l’autre de réinfection en principe sans
D - Les pénicillines sont tous les paramètres de la danger.
bactéricides. réponse immunitaire : le délai D. Le vaccin antirubéolique est
[329] entre rapparition et le titre atténué donc vivant.
:BDE maximal des anticorps (3 jours à Formellement contre-indiqué
A - L’anatoxine est détoxifiée 3 semaines), le titre maximal au pendant la grossesse (de plus
par la chaleur et le formol. plateau (>ou égal à 1280 à 80, le virus sauvage dont dérive le
[330] voire 40), le titre résiduel des vaccin a des propriétés
:ABCD années plus tard (élevé et proche tératogènes). E. Si après
Le plasmide F est un plasmide du plateau, intermédiaire, au bas information, le couple opte pour
conjugatif. et proche du plancher). Il nexiste l’interruption de grossesse, il
[1] donc pas de titre élevé significatif est essentiel que cette décision
:D d’une infection récente. soit prise sans précipitation : il
A.B.C.D. Le test Au cours d’une réinfection, faut éliminer les erreurs
dimmunofluorescence des lgG rélévation du titre des anticorps diagnostiques fréquentes mais
a un seuil de positivité de 8 à rubéoliques, ou sa remontée, aussi sans retard. L’interruption
10 UI. Il est un peu moins sont plus précoces (7e au 1 le de grossesse est
spécifique mais de réalisation jour). Il faut interpréter le résultat techniquement et
plus facile que le dye-test de du titrage des anticorps en psychologiquement difficile
Sabin Feldman (test de lyse des fonction de la chronologie du ou après la 12ème semaine.
toxoplasmes). De 10 à 200 UI des prélèvements sériques et des [3]
on parle de positivité faible événements ayant motivé :A
compatible avec une infection rexamen, éruption, contage ou A. Traitement standard
ancienne comme avec un début visite systématique. Dans ces classique d’une angine par une
d’augmentation. De 300 à 3000 conditions, une élévation pénicilline A, sans danger pour
UI, on parle de posftivité forte significative du titre des anticorps le foetus.
toujours témoin dune immunité rubéoliques à rexamen simultané D. La spiramycine de la famille
ancienne. La sérologie de cette des deux sérums suffit pour des macrolides est le
femme est positive faiblement, porter le diagnostic d’infection médicament prescrit pour éviter
à recontrôler et à associer à la rubéolique actuelle. une toxoplasmose évolutive
demande d’un dosage des lgM Attention : un titre danticorps chez le foetus mais cette
dont la positivité affirmerait le élevé et stable à l’examen protection est partielle.
caractère récent de linfection. simultané des deux sérums ne [4]
La recherche des lgM est faite permet pas d’éliminer une :A
soit par immufluorescence (test infection rubéolique, actuelle s’il y B. Bien qu’aucun effet
de Remington) soit par test a eu quelque retard au tératogène n’ait été prouvé
dagglutination directe avec prélèvement du 1er sérum: 1er et chez la femme enceinte,
chute de la positivité du test 2ème sérum peuvent l’aspirine est à déconseiller au
après inhibition des lgM par le 2 correspondre au plateau de la moins pendant les trois
36
premiers mois de la grossesse C. Vaccin anticholérique: préparé (Côte d’ivoire).
et doit être évitée à la fin de à partir de bactéries inactivées [8]
celle-ci (cf.Vidal). Il s’agit làpar le phénol. Immunité relative 6 :ADE
d’une précaution d’emploi. Il jours après la 2ème injection (ou A. Il faut atteindre une dose
n’existe pas de complications la 3ème chez l’enfant) qui dure cumulée de 100 g pour
hémorragiques chez la mère à environ 6 mois. Protection dans observer ce risque soit environ
ce stade de la grossesse qui seulement 50 à 70 % des cas. trois ans de traitement continu.
pourraient être provoquées par D. Le vaccin Hevac B® est Ces accidents sont
l’aspirine. Cependant, chez vivement recommandé en Afrique susceptibles d’être rencontrés
l’adulte, l’effet anti-aggrégant où l’hépatite à virus B est dans les traitements continus à
plaquettaire de l’acide extrêmement fréquente. long terme par les
acétylsalicylique fait contre E. Vaccination ou rappel doivent antipaludéens, prescrits pour
indiquer son emploi en cas être faits impérativement (mais il lupus érythémateux disséminé
d’antécédent de maladie n’y a pas d’obligation légale) afin et polyarthrite rhumatoïde.
hémorragique connue ou de d’assurer une protection efficace B.C. Les amino 4 quinoléines
risque hémorragique. vis-à-vis de maladies graves ne sont ni tératogènes ni
[5] contractables en Afrique noire. abortives. Le paludisme
:A Attention : l’item A semble être la représente lui un risque pour la
A. Aux doses prophylactiques seule réponse possible mais en grossesse. L’absence de risque
recommandées, la chloroquine toute rigueur, aucune réponse de la prophylaxie n’autorise pas
(Nivaquine®) peut être prise en n’existe. à prendre le risque de l’accès
toute sécurité à tous les stades [7] pernicieux. Le paludisme de la
de grossesse. Ce qui peut :CD femme enceinte peut mettre en
vraiment menacer une A.B.C. La chimioprophylaxie danger la vie de la mère et celle
grossesse, ce n’est pas la antipaludique doit être de l’enfant.
chimioprophylaxie commencée le jour du départ, [9]
antipaludique, mais bien le poursuivie tant qu’il existe un :AE
paludisme (relevé risque potentiel d’exposition au A. L’infestation humaine se fait
épidémiologique, hebdomadaire paludisme, et prolongée un mois par la pénétration transcutanée
de l’OMS.). après le retour. Ce mois de active des furcocercaires libres
prolongation correspond au (formes infestantes) dans l’eau,
[6] temps maximal d’incubation du à l’occasion d’un bain ou d’une
:A Plasmodium falciparum, le seul traversée de cours d’eau,
Deux solutions possibles : A ou dangereux responsable de même de courte durée.
rien. l’accès pernicieux palustre. B. Les cercaires, émises par le
A. Le Gabon, pays d’Afrique, D. Chloroquine, Nivaquine®, le mollusque hôte, sont attirées
exige la vaccination contre la plus utilisé, prescrit à la dose de par l’homme: un chimiotactisme
fièvre jaune des voyageurs en 100 mg/10 kg/semaine à raison puissant les amène au contact
provenance des zones d’un comprimé de 100 mg par de la peau où elles se fixent
infectées, âgés de plus d’un an, jour sauf le dimanche. avant de la traverser.
ce qui ne serait pas le cas pour E. Amodiaquine, Flavoquine®, C. La fonte des glaçons peut
Mr R. et sa famille. Cependant, prescrit à la dose de trois libérer les larves parasitaires.
il est vivement recommandé, en comprimés à 200 mg une fois par D. La filaire loa loa est
raison du risque personnel de semaine, à jour fixe, sauf la transmise par la piqûre d’une
contracter la maladie mais aussi première semaine où la dose femelle hématophage chrysops,
du fait qu’en pratique l’entrée sera doublée, c’est-à-dire prise de la famille des taons. Le
peut être refusée par les deux jours consécutifs, le jour de cyclops est un petit crustacé
autorités sanitaires aux postes l’arrivée et le lendemain. Des cas d’eau douce dont l’ingestion est
frontières. d’hépatite et d’agranulocytose le mode de transmission de la
B. Pratiquée dans des centres font actuellement préférer la filaire de Médine ou
agréés par l’OMS. avec chloroquine, moins pratique dracunculose.
délivrance d’un certificat. pourtant. Il existe des cas E. Les larves aquatiques de
Vaccination valable 10 ans à signalés en 1987 de foyers de simulie se développent
partir du 10ème jour après la résistance aux amino 4 seulement dans les eaux
primo-vaccination. quinoléines en Afrique de l’ouest rapides et aérées.
37
En Afrique la répartition centrée intermédiaires dans le cycle de la être présente dans les selles de
sur le réseau hydrographique trichinose humaine. sujets apparemment sains.
est très irrégulière. Le foyer le E. Le coup de chaleur est une Le kyste sphérique s’élimine
plus important est en zone déshydratation essentiellement avec les selles, assurant ainsi
intertropicale. extracellulaire, la température la propagation de la maladie.
Attention : le Q.C.M. est à ambiante est plus importante que [14]
complément simple et deux l’ensoleillement proprement dit. :A
réponses sont possibles. [12] A. Examen le plus performant
:ABD pour rechercher un éventuel
[10] Attention. abcès amibien du foie (zone
:A B. Laisser reposer une heure hypoéchogène hépatique)
A. La glossine ou mouche tsé- avant consommation après avoir devant les signes d’appel
tsé transmet la trypanosomiase écrasé le comprimé et agité. cliniques sur l’hypochondre
africaine ou maladie du [13] droit. D. Systématique lors du
sommeil. :ACE bilan d’entrée. Peut montrer
C. La femelle du chrysops A. Hémoculture systématique en une augmentation de volume
hématophage pique surtout le première intention devant le du foie, un hémi diaphragme
jour. tableau d’une altération de l’état droit surélevé et immobile
D. La leptospirose se transmet général fébrile, avec diarrhée et (image en “dôme”, ou en
par contamination acqueuse: notion de retour de séjour en “brioche”), en cas d’abcès
bain ou consommation deau pays tropical. amibien hépatique.
souillée par les animaux B. Hépatomégalie et diarrhée
infestés ; il faut le plus souvent peuvent évoquer une bilharziose [15]
le contact avec une effraction intestinale à Schistosoma :C
cutanée ou muqueuse. mansoni ou intercalatum. Le C. La diarrhée précède le
E. Le ver de Cayor est une sérodiagnostic permet souvent syndrome fébrile, l’altération de
myiase (parasitose par des une orientation diagnostique de rétat général et la
larves de mouches). La larve se bonne valeur mais le diagnostic symptomatologie hépatique très
développe au lieu de la de certitude repose sur la évocatrice avec la douleur à la
pénétration (souvent contact découverte des oeufs dans les percussion du foie, dune
avec le sol) et il apparait en 10 selles collection suppurée. Notion de
à 15 jours une lésion C. Recherche d’une retour dAfrique.
furonculoïde. Outre le sol des hyperleucocytose à Attention : la fièvre typhoïde
cases, le ver de Cayor vit sur polynucléaires neutrophiles, ou à aurait pu être évoquée devant
les tissus humides (serviettes et polynucléaires éosinophiles une diarrhée fébrile, au retour
vêtements). (helminthiases). dun séjour en pays tropical,
[11] D. Le diagnostic du paludisme mais il n’existe pas de
:ABC repose sur le frottis sanguin et la symptomatologie hépatique
A. La contamination de rhomme goutte épaisse. Il doit être telle que celle décrite dans
est transcutanée par recommandé devant des rénoncé.
pénétration active de la larve manifestations telles que : fièvre, E. L’hydatidose hépatique: pas
strongyloïde enkystée à travers signes neurologiques, diarrhée, de diarrhée précédant
la peau, au contact de laquelle splénomégalie, hépatomégalie, l’hépatomégalie qui est isolée,
elle s’est trouvée. Port de anémie, ictère. Le tableau ici indolore et bien tolérée.
chaussures très conseillé n’évoque pas une forme palustre [16]
surtout pour la marche sur des quelconque. :E
sols humides. E. Recherche devant une A. Utilisé dans le traitement des
B. Le lavage à l’eau désinfectée diarrhée fébrile au retour fièvres typhoïdes.
uniquement est sans danger. d’Afrique, la présence d’amibes B. Dans le traitement du
C. La contamination humaine Entamoeba histolytica qui est la paludisme.
ne survient que si le sujet est forme végétative hématophage, C. Dans le traitement des
carnivore et friand de viande virulente pathogène. La forme helminthiases intestinales:
peu cuite. Les poux minuta végétative non notamment oxyurose,
domestiques et sauvages sont hématophage vit en saprophyte ascaridiose, ankylostomose.
les habituels hôtes dans la lumière colique et peut D. Un des traitements des
38
schistosomiases. :AB surinfection. La topographie
E. Le traitement d’une amibiase Sans commentaire. antérieure et symétrique de ces
intestinale avec localisation lésions est évocatrice.
tissulaire associe un [22] [25]
amoebicide tissulaire très actif :ADE :ABC
sur les formes histolytica A. La gale humaine est due à un C. Les lésions de scabiose sont
(exemple Flagyl® acarien : Sarcoptes scabiei faites de lésions spécifiques
métronidazole) et un hominis. Transmission (sillon et vésicule, nodules
amoebicide de contact actif interhumaine uniquement, par scabieux) peu nombreuses car
dans la lumière intestinale contact cutané direct prolongé en fait, l’hôte n’héberge qu’une
contre les formes minuta avec une personne infestée. Le dizaine d’acariens adultes, mais
(exemple: parasite a un cycle humain elles sont faites aussi de
Bemarsal® diphetarsone ou I complet : la femelle fertilisée sur manifestations de
ntetrix® tilbroquinol). la surface cutanée vit dans la sensibilisation allergique au
[17] couche cornée de l’épiderme où parasite telle que le prurit.
:CD elle creuse un tunnel et y dépose E. Il n’existe pas d’évolution
Prophylaxie surtout importante ses oeufs. Les larves sont spontanée vers la guérison.
dans les pays chauds. matures en 10 jours et migrent à Une symptomatologie fruste
Désinfection de l’eau de la surface de la peau. réduite à un prurit persistant
boisson, consommation de D. Elle se transmet par contact doit faire évoquer le diagnostic,
légumes verts ou de fruits direct surtout la nuit et faire un traitement d’épreuve.
soigneusement lavés, propreté (essentiellement au lit), le contact [26]
des mains, Il n’existe pas de indirect par le prêt de vêtements :CDE
chimioprophylaxie efficace et est plus rare. Le parasite ne A. Les localisations sont
régulièrement utilisable. La survit que quelques jours en différentes, en particulier ne
contamination se fait sur le dehors de son hôte. touchent pas les doigts.
mode fécal-oral, soit direct au E - Affection cosmopolite, qui C. La localisation
contact d’un malade, soit touche plutôt les couches caractéristique des premières
indirect par les eaux souillées. sociales défavorisées. semaines est l’atteinte de la
[18] [23] plante des pieds.
:E :D Elle est particulière au
La gale norvégienne est une A. Les mâles mesurent environ nourrisson.
forme particulière de la gale, qui 220 microns, les femelles 330 [27]
atteint des sujets dont les microns. :CE
défenses sont amoindries : B. Les femelles fécondées ne A. L’Ascabiol® est utilisé en
maladies de système, déficits survivent en dehors des tég solution à appliquer, après un
immunitaires, personnes âgées. [24] bain avec savonnage, sur la
La gale est une dermatose très :ABDE peau séchée.
prurigineuse et très contagieuse A.B. Le prurit est le signe capital B.C. Par badigeonnage au
due à un acarien psorique à de la gale. Il faut pinceau sur tout le corps en
cycle cutané humain complet: systématiquement évoquer le insistant sur les plis, les mains
Sarcoptes scabiei hominis. diagnostic devant un prurit à et les organes génitaux, en
[19] prédominance vespéro-nocturne évitant le cuir chevelu et le
:AD et respectant la tête. La notion de visage ; deux fois de suite à
B.C.E. Sont essentiellement prurit familial ou collectif est très quinze minutes d’intervalle. Au
des traitements des évocateur de la gale. bout de 24 heures, lavage pour
pédiculoses. c. La femelle fécondée creuse le éliminer le produit. Certains font
[20] tunnel dans la couche cornée de répéter l’opération.
:A l’épiderme et non dans la couche D. Le caractère irritant de ces
C. La gale est une parasitose de Malpighi. produits acaricides sur les
strictement humaine à D. Classiquement huit à quinze peaux fragiles peut entraîner
transmission interhumaine par jours, parfois très variable. des réactions allergiques avec
contact. E. Savoir penser à la gale devant prurit généralisé, parfois
[21] de nombreuses lésions de eczématisation.
grattage avec ou sans Chez l’enfant de moins de deux
39
ans, il faut se limiter à une seule ne permet pas l’identification du A. Le kérion de Celse est une
application d’une durée dermatophyte, (surtout teigne suppurée qui réalise un
inférieure à deux heures. intéressant pour le diagnostic et macaron inflammatoire,
la surveillance des teignes sous surélevé, pustuleux et
[28] traitement), soit sur la culture sur folliculaire dû à des
:E milieu de Sabouraud qui en 3 à 4 champignons zoophiles : le plus
A. Levure se reproduisant par semaines permet l’identification souvent Trichophyton
bourgeonnement, parfois du dermatophyte. Le prélèvement mentagrophytes.
présente sous forme de mycologique portera sur les B. Dermatophytie de la peau
filaments. Non kératophile. squames, les débris d’ongles ou glabre : intertrigo à localisation
B. T.Cati parfois responsable de cheveux. inguinale, parfois au niveau des
dune parasitose, larva migrans [30] aisselles ou des plis sous-
viscérale. :AD mammaires.
C. Espèce anthropophile, A. Le traitement des teignes C. Lésion la plus fréquente des
parasites humains exclusifs, tondantes sèches est mixte, par épidermophyties de la peau
transmission interhumaine par voie locale et par voie générale. glabre. Plaque arrondie, unique
contact direct ou indirect. Attention : la griséofulvine est le ou multiple, érythémato-
D. Responsable de la teigne fongistatique spécifique des squameuse ou érythémato-
favique ou Favus, fréquent dans dermatophytes et n’a aucune vésiculeuse, à bordure nette
le pourtour méditerranéen. E. action sur les Candida. Employée saillante vésiculeuse
Microsporum canis transmis per os à la dose de 0,5 à 1 g par caractéristique dont l’extension
généralement par le chat est jour en deux prises quotidiennes est centrifuge avec typiquement
l’espèce la plus souvent isolée au milieu des repas, de durée une guérison centrale.
des espèces anthropozoophiles variable selon les localisations de D. Atteinte des ongles.
transmises à rhomme par le l’atteinte dermatophytique. Contrairement au candida, elle
contact d’un animal contaminé. B.D. Dérivés de l’imidazole, il a commence au bord distal et il
Responsable souvent en l’avantage sur la griséofulvine n’existe pas de périonyxis.
France de l’herpès circiné pommade d’être à la fois actif sur E. Atteinte du cuir chevelu :
(lésions annulaires sur la joue) les Candida et les tondantes sèches, faviques ou
et de ralopécie à grandes dermatophytes. suppurées.
plaques squameuses Le traitement mixte associe donc
(rétroauriculaires. : miconazole en pommade (voie [33]
[29] locale) pour son action :ABC
:AD décapante des croûtes, et A. Fréquence plus élevée chez
A. Les teignes tondantes griséofulvine en comprimés per les enfants en âge scolaire.
microsporiques entraînent des os (voie générale). C.E. B. Evocateur d’une teigne
plaques alopéciques Traitements utilisés dans les tondante sèche, plutôt
squameuses de grande taille (4 candidoses. microsporiques (cheveux
à 7 cm) peu nombreuses (1 à [31] cassés courts).
4), hérissées de cheveux courts : E C. Maladie très contagieuse,
et fluorescentes en lumière de Les lésions de la peau glabre l’existence de lésions
Wood. Les teignes tondantes nécessite un traitement local dermatophytiques dans
trichophytiques diffèrent des pendant trois ou quatre semaines l’entourage oriente
précédentes par des plaques (intertrigo ou herpès circiné). le diagnostic.
alopéciques beaucoup plus Atteinte des ongles : meulage et [34]
nombreuses, beaucoup plus traitement prolongé par voie :B
petites, squameuses ; les générale pendant plusieurs mois. Microsporum canis, espèce
cheveux sont cassés à ras du Teignes : traitement local et anthropozoophile la plus
cuir chevelu. Il n’existe pas de général dau moins six semaines. fréquente en France, transmise
fluorescence à la lumière de Ne pas oublier: déclaration à l’homme par le contact d’un
Wood. obligatoire, enquête animal contaminé, le plus
D. Le diagnostic mycologique épidémiologique, et éviction souvent un chat, parfois un
de certitude repose soit sur scolaire. chien ou un hamster.
l’examen direct qui recherche [32] [35]
des filaments mycéliens mais :C :AE
40
Les teignes tondantes, sèches, examen direct et surtout culture de la genèse de stomatites
trichophytiques ou sur milieu de Sabouraud. mycosiques. Ces causes
microsporiques sont B. Rechercher un autre foyer locales seront recherchées
exceptionnelles après la associé buccopharyngé : systématiquement et traitées
puberté, au moment où glossite, foyer rétrocommissural afin de permettre le traitement
intervient une guérison C. Rechercher une candidose correct de la candidose et
spontanée. digestive associée. l’absence de récidives.
Le traitement des teignes doit D. La biopsie permet de B. Cette consultation sera
être mixte, par voie locale et différencier candidose aiguê et envisagée dans le même temps
générale et prolongé au moins candidose chronique et dans les que le traitement proposé afin
six semaines. Après éradication formes kératosiques d’éliminer daugmenter les chances de
du champignon, la guérison se les autres étiologies de kératoses réussite de celui-ci.
fait sans alopécie séquellaire, : lichen, leucoplasie, lupus E. Discutable, car ce nest pas
sauf dans le cas de favus qui chronique. le travail du dentiste. Toutefois,
peut laisser une alopécie [39] cette consultation permet
définitive cicatricielle. :AE effectivement de vérifier
[36] La mycose résulte du passage à l’absence d’un foyer infectieux
:AD la virulence de levures évolutif au niveau
A.D. - Le traitement local par saprophytes de la cavité buccale buccopharyngé.
dérivés de limidazole ou du sujet sain, sous l’effet de [42]
griséofulvine peut suffire pour facteurs favorisants :ACDE
les dermatophyties Conditions générales : âge Famille des entérobactéries
superficielles, limitées, de la (vieillard, prématuré), donc bacille à Gram négatif
peau glabre. thérapeutiques (antibiothérapie, aérobie-anaérobie facultatif.
Dans la situation actuelle, le corticothérapie, Mobile grâce à une ciliature
traitement mixte sera préféré immunosuppresseurs, péritriche, non flagellée.
chez Jean : griséofulvine en contraceptifs oraux, Lendotoxine (ou L.P.S.)
comprimés per os et psychotropes), états correspond à rantigène
miconazole en lotion et/ou pathologiques (diabète, somatique O, comme chez
pommade kératolytique pour la endocrinopathie, hémopathies, toutes les entérobactéries.
voie locale. Les dérivés de cancers), états physiologiques C’est un antigène de paroi,
l’imidazole sont actifs par voie particuliers (grossesse). contrairement à l’antigène Vi
locale sur les dermatophytes et Conditions locales : xérostomie, qui appartient aux antigènes
sur les Candida. B.E. La mauvais état dentaire, d’enveloppe ou externes.
mycostatine et l’amphotéricine intoxication alcoolo-tabagique, Lantigène Vi peut masquer
B sont des anti-candidosiques. infection buccale. l’antigène O doù inagglutination
C. Nizora® est actif par voie Item D. Rare chez la femme de la souche. Il existe une
orale sur les candida et les ménopausée. Ne sera seule spécificité Vi. De rares
dermatophytes. Son recherchée qu’en présence de sérotypes de Salmonella typhi,
hépatotoxicité le fait réserver symptômes cliniques. paratyphi C, et dublin le
aux mycoses graves, possèdent mais non
profondes, ou résistantes aux [40] obligatoirement.
autres traitements :ABD [43]
antifongiques. A. Le traitement local des lésions : B E
[37] est le plus souvent suffisant: par Les quatre médicaments
:AD voie externe, les dérivés classiquement employés sont:
Cf question précédente imidazolés (Pévaryl®, Daktarin®) le chloramphénicol, le
[38] ou Nystatine® (mycostatine) ou thiamphénicol, rampicilline, le
:ABCDE Amphotéricine B (Fungizone®). Bactrim®.
A. Le diagnostic de candidose [41] La voie orale est recommandée
est difficile en raison des :AE car ces médicaments ont une
multiples aspects pouvant être A. Les prothèses dentaires mal bonne concentration au niveau
réalisés. La certitude adaptées ou les appareils des ganglions mésentériques,
mycologique repose sur la mise dentaires de renfant sont souvent qui constituent le foyer
en évidence de candida : des facteurs favorisants locaux tissulaire de multiplication
41
microbienne. De ces foyers malades, les convalescents et les siège d’un intertrigo : les grands
mésentériques, quelques porteurs sains. plis (axillaires, inguinaux,
bactéries peuvent gagner le B. La transmission est fécale- interfessiers, sous-
sang par le canal thoracique et orale : directe (mains sales) ou mammaires), les petits plis
donner une septicémie. Le plus indirecte après consommation (interdigitaux, rétro-auriculaires,
souvent, les bactéries restent d’eau ou d’aliments souillés. ombilic), les plis à proximité
dans les ganglions où leur lyse C. Elles traversent la muqueuse d’une muqueuse (périlabiaux,
libère de grandes quantités intestinale sans la détruire, nasogéniens, anaux ou
dendotoxine dans le sang avec envahissent la sous-muqueuse, génitaux). Le diagnostic
possibilité de choc les plaques de Peyer et les étiologique des intertrigos est
endotoxinique. ganglions mésentériques. dominé par les infections
Le traitement est poursuivi 10 à D. Responsables, parfois lors de mycosiques ou bactériennes.
15 jours après apyrexie. la mise en route brutale du Mais d’autres dermatoses
[44] traitement des chocs peuvent réaliser des intertrigos
:E endotoxiniques rencontrés : psoriasis, dermite
Sans commentaire. classiquement chez les bactéries séborrhéique, eczéma de
[45] bacilles Gram négatif. contact, dermatite atopique,
:ACD [48] pemphigus bénin familial de
A.B. Les anticorps produits par :C Hailey.
l’organisme contre les A. Plaques arrondies, légèrement C. La syphilis secondaire peut
antigènes O et H sont de nature surélevées, couvertes de réaliser un intertrigo mais
gammaglobulinique. vésicules et de papulo-vésicules, seulement au niveau des
C. Antigène protéique due à la souvent squameuses au centre, commissures labiales, appelé
constitution de l’antigène d’étiologie inconnue. L’eczéma perlèche.
flagellaire H faite de polymères de contact et la dermatite [50]
de flagelline. atopique peuvent prendre cet :AE
D. Antigène O somatique, aspect. A. Le diagnostic mycologique
appartenant à la paroi donc lié B. Synonyme : eczéma atopique repose sur:
au corps bactérien. ou constitutionnel. Manifestation - l’examen direct (en quelques
[46] cutanée de l’atopie, souvent minutes) après éclaircissement
:ABE familiale, de constitution des squames à la potasse ou
La coproculture ne retrouve ni héréditaire. au lactophénol, qui recherche
les virus digestifs (comme les C. Les dermatophyties des des filaments mycéliens mais
rotavirus ou les entérovirus), ni grands plis réalisent l’eczéma ne permet pas l’identification du
les parasites digestifs, ni les marginé de Hebra. dermatophyte
bactéries anaérobies strictes. D. L’eczématide est une affection - et surtout sur les cultures
Elle permet l’isolement de voisine de l’eczéma mais s’en (milieu de Sabouraud), longues,
germes pathogènes en 3 à 4 distingue par l’absence de 2 à 4 semaines, qui permet
jours. vésicules. l’identification spécifique du
Shigella, Campylobacter, E. Dermite séborrhéique: lésions dermatophyte. L’actindione
Yersinia enterolitica sont des rouges jaunâtres, à squames (Cycloheximide®) ajouté aux
germes entéropathogènes, grasses, dans les zones où cultures est destiné à inhiber la
appartenant normalement à la prédominent la séborrhée, chez pousse de la plupart des
flore digestive mais susceptible les adultes surtout de sexe champignons contaminant
de pullulation. masculin. Le cuir chevelu est la notamment le candida.
zone d’élection. [51]
[47] [49] :B
:ABCD :C 2 solutions possibles: aucune
A.E. Salmonelloses strictement L’intertrigo est une inflammation réponse ou B.
humaines : S. typhi, paratyphi d’un pli. Affection fréquente Les lésions de la peau glabre
A, sendaï, responsables de favorisée par un frottement nécessitent seulement un
syndromes typhoïdiens plus ou excessif s’accompagnant traitement local (dérivés
moins accompagnés de rapidement d’une surinfection liée imidazolés Pévaryl® ou
septicémie. Le réservoir est en particulier à la macération. Daktarin®) à poursuivre
représenté par les sujets Tous les plis peuvent être le pendant trois ou quatre
42
semaines. l’infection staphylococcique, soit [58]
La Griséofuline® est spécifique à corynebacterium minutissimum :BC
des dermatophytes, inactive sur (érythrasma). Le taux positif d’lgG au dye-test
les candida. Elle est employée [55] associé à un taux faiblement
par certains, par voie orale, en :AC positif d’lgM est en faveur d’une
association toujours avec le La lésion élémentaire de infection récente probable qu’il
traitement local, dans le rintertrigo candidosique des faudra confirmer par un
traitement des dermatophyties grands plis est une vésiculo- examen simultané sérologique
de la peau glabre. pustule. Les lésions partent du (lgG et lgM) de deux
[52] fond du pli, fissuré, parfois prélèvements.
:C recouvertes d’un enduit Le deuxième prélèvement sera
Non commenté : Cf Question blanchâtre, pour atteindre fait à trois semaines d’intervalle
précédente symétriquement les deux berges du premier, dans le même
du pli sous forme d’une nappe laboratoire. Si le taux d’lgM est
[53] érythémateuse lisse rouge foncé élevé, l’infection était très
:AB vernisseuse. récente.
Les facteurs favorisants sont En périphérie, existe une Si le taux d’lgM a diminué,
responsables du passage de collerette épidermique décollée, l’infection a eu lieu 3 à 4 mois
l’état saprophyte de Candida et de petites pustules auparavant, avant le début de
albicans à l’état pathogène. superficielles qui peuvent la grossesse. En effet, les lgM
Les facteurs locaux : essaimer sur la peau saine. atteignent leur maximum à la
macération, humidité, contact L’atteinte est souvent bilatérale 3e ou 4e semaine de l’infection
avec un milieu riche en sucre, mais asymétrique et très et disparaissent vers le 4e
mauvaise hygiène. prurigineuse. mois. Le risque est alors faible.
Les facteurs généraux : [56] De toute façon, devant toute
physiologiques (grossesse, :ABCD suspicion d’infection
nouveau-né) pathologiques Les étiologies des intertrigos sont toxoplasmique récente en cours
(immunodépression, dominées par les infections de grossesse, mise immédiate
endocrinopathies telles que mycosiques (candida, sous Rovamycine® (3
diabète, cushing, hypo ou dermatophytes) et bactériennes grammes par jour, sans effet
hyperthyroïdie) et iatrogènes (staphylocoque, streptocoque, foetotoxique) jusqu’à la fin de la
(antibiotiques, antiparasitaires, bacilles Gram négatif, treponema grossesse, avec une efficacité
corticothérapie, pallidum, Corynebacterium de 80 % environ.
immunosuppresseurs, minutissimum agent de
oestrogènes oraux). l’érythrasma). D’autres [59]
[54] dermatoses peuvent prendre :E
:CDE dans les plis des aspects Le risque majeur est la
Les trois germes retrouvés à trompeurs : psoriasis, dermite toxoplasmose congénitale,
l’examen bactériologique sont séborrhéique, eczéma de l’infection est bénigne chez la
toujours pathogènes lorsqu’ils contact, dermatite atopique, mère. Le risque foetal est
sont retrouvés sur la peau. pemphigus bénin familial de pratiquement nul si la
La présence cutanée de Hailey. contamination a lieu dans les 2
candida albicans est toujours [57] premiers mois de grossesse ;
pathogène, mais d’autres :ACDE du 3e au 5e mois le risque
candida peuvent être Griséofuline® spécifique des d’atteinte foetale est de 35 %
saprophytes : leur valeur lésions dues à des avec atteintes
pathogène est discutée en dermatophytes. embryofoetopathiques graves ;
fonction du nombre. C.D.E. Le 5 Fluoro-cytosine (Ancotil®) au dernier trimestre le risque
tableau clinique est évocateur existe sous forme injectable et est de 65 % mais avec
d’un intertrigo à candida, mais il orale. fréquence des formes pauci-
peut s’agir d’une dermatose Kétoconazole (Nizoral®) symptomatiques.
surinfectée (ex : psoriasis), ou récemment commercialisé est Le diagnostic d’atteinte foetale
dun intertrigo microbien : soit à actif per os sur candida, peut être évoqué grâce à une
staphylocoque doré souvent dermatophytes et Pityrosporum surveillance échographique
associé ou compliquant orbiculare. mensuelle qui recherche les
43
anomalies encéphalomyélite, crises l’herpès circiné.
embryofoetologiques. convulsives et retard D. strictement anthropophile,
Récemment, un diagnostic psychomoteur responsable de la teigne
anténatal par prélèvement de - les lésions oculaires avec favique ou favus, surtout dans
sang foetal au cordon avec microphtalmie, et choriorétinite le pourtour méditerranéen.
cultures peut être effectué dans pigmentaire qui parfois se révèle E - Responsable des intertrigos
certains centres spécialisés. des mois ou des années plus tard interdigito-plantaires.
[60] - les lésions viscérales avec
:ADE ictère, hépatosplénomégalie, [64]
L’examen sérologique du ascite, des lésions cutanées :AC
nouveau-né et de la mère (purpura, thrombopénique), une A. L’examen direct des
recherche en particulier un taux atteinte pulmonaire ou squames après éclaircissement
d’lgM élevé dans le sang du ganglionnaire. à la potasse ou au lactophénol
nouveau-né qui affirme la [62] recherche des filaments
toxoplasmose congénitale. :ABcE mycéliens, mais ne permet pas
Le diagnostic parasitologique ABC. Habituellement, au niveau l’identification du dermatophyte.
direct permet, par la découverte du pli inguinal. Le placard B. Utile que dans les
de toxoplasmose à l’examen prurigineux, parti du fond du pli, dermatophyties des régions
anatomo-pathologique de comparable à un herpès circiné à pileuses, notamment les
coupes de palcenta ou son début, uni ou bilatéral, va teignes.
l’isolement des parasites par s’étendre progressivement sur C. Culture sur milieu de
inoculation de placenta à des l’une ou les deux berges par une Sabouraud, parfois lente, de 10
souris, d’affirmer l’infection. bordure saillante vésiculo- à 30 jours, permet
De façon systématique, en cas squameuse polycyclique, à l’identification du dermatophyte.
de suspicion de toxoplasmose limites nettes, plus ou moins [65]
congénitale inapparente chez surélevée. :ABCDE
un nouveau né cliniquement D. Les teignes faviques à A. Surtout d’origine mycosique :
normal, on prescrit un examen Trichophyton schonleinii et les à levures (candida) ou à
radiologique qui recherche les teignes suppurées (kérion) dermatophytes.
bandes claires métaphysaires entraînent une disparition de la B. Mais il existe aussi des
au niveau du squelette, et des pilosité. étiologies bactériennes :
calcifications intracrâniennes E. L’herpès circiné est parfois streptocoques, staphylocoques,
sur les radios de crâne, un associé et réalise une plaque bacilles Gram négatif.
examen ophtalmologique avec érythémato-squameuse, Corynébactérium minutissimum
fond d’oeil pour rechercher une prurigineuse à bordure nette est responsable de l’érythrasma
choriorétinite, et un bilan saillante et vésiculeuse qui est l’intertrigo bactérien le
biologique hépatique à la caractéristique, dont l’extension plus fréquent et réalise une
recherche d’un ictère est centrifuge et polycyclique éruption chamois squameuse
biologique. L’échocardiographie avec typiquement une guérison sans bordure vésiculeuse,
serait prescrite en cas de centrale. Le pied d’athlète est un d’évolution prolongée, non
rubéole congénitale pour intertrigo des espaces interdigito- prurigineuse.
rechercher la persistance du plantaires associé à des C.D.E. D’autres dermatoses
canal artériel. vésicules ou des pustules de la peuvent prendre dans les plis
[61] voûte plantaire ou des bords des des aspects trompeurs:
:ADE pieds. psoriasis, dermite
Les risques pour l’enfant, [63] séborrhéique, eczémas de
maximum au 3e et 4e mois de :AB contact, dermatite atopique,
grossesse sont: A.B. Les agents responsables pemphigus benin familial de
- la mort foetale, et la mort du sont des dermatophytes Hailey.
nouveau-né anthropophiles : Epidermophyton [66]
- les lésions du système fioccosum, Trichophyton rubrum, :AB
nerveux central notamment plus rarement Trichophyton A.B. L’intertrigo candidosique
hydrocéphalie ou mentagrophytes. réalise: une fissure blanchâtre,
microcéphalie, c. Microsporum canis est le douloureuse, au fond du pli, au
calcifications intracrâniennes, principal agent rencontré dans sein d’un érythème rouge
44
vernissé, inflammatoire avec contamination indirecte par la est amené à proposer un
sensation de brûlure. En literie ou les vêtements est traitement d’épreuve.
périphérie, existe une collerette souvent alléguée mais reste une [72]
épidermique décollée, pustulo- éventualité rare. :CE
vésiculeuse, mal limitée et non A.D. Pas de passage sanguin
polycyclique. [70] de la gale, ni de parasitisme
C.D.E. Sont communs aux deux :ABC intestinal.
intertrigos candidosique et A. Glomérulonéphrite post- C. Sans traitement, l’infection
dermato-phytique. streptococcique possible ; ce persiste et passe à la
[67] nest pas une complication directe chronicité.
:ABCE de la gale sarcoptique, mais une E. La gale norvégienne ou
A. Chez l’adulte jeune, plus complication de rimpétiginisation croûteuse est une
souvent l’homme que la femme. fréquente de celle-ci. érythrodermie croûteuse
B. Chez les obèses, et B. La présence des lésions généralisée, très prurigineuse,
notamment au niveau des plis érythémato-vésiculeuses, caractérisée par une
sous-mammaires de la femme. suintantes, avec desquamation multiplication parasitaire
D. Espèces anthropophiles, permet dévoquer une extraordinaire, extrêmement
parasites humains exclusifs. eczématisation secondaire, avec contagieuse. Elle survient le
E. Facteurs favorisants locaux: présence des différents stades plus souvent sur un terrain
macération, frottement, successifs de reczéma. débilité (vieillard) ou
humidité peuvent être dus à C. Avec ou sans eczématisation, immunodéprimé (héroïnomanie,
une