Vous êtes sur la page 1sur 57

ETUDE DE FAISABILITE DE LA MINI – ADDUCTION D’EAU POTABLE MULTI-

VILLAGES DE MALLAMAWA LABARAN.

MEMOIRE POUR L’OBTENTION DU MASTER SPECIALISE EN


GENIE SANITAIRE ET ENVIRONNEMENT.
………………………………………………..

Présenté et soutenu publiquement le 18/10/2012 par

DAOUDA Soumeila

Jury d’évaluation du stage :


Président : - ANDRIANISA Anderson

Membres et correcteurs : - OUEDRAOGO Moussa

- TADJOUWA Kouawa

Promotion 2011/2012
Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

REMERCIEMENTS
Nos remerciements vont d’abord à nos Enseignants et Encadreurs de l’Institut International de
l’ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) de Ouagadougou pour leurs encadrements,
conseils et soutiens durant notre formation.

Au terme de ce travail, nous tenons à adresser nos très vifs remerciements aux personnes dont
l’appui a été déterminant dans sa réalisation.

Qu’ils trouvent ici toute notre profonde gratitude. Il s’agit de :

- MAMOUDOU ADAMOU, Directeur Régional de l’Hydraulique Maradi ;


- GAMATIE MOUSSA, Directeur Régional Adjoint de l’Hydraulique Maradi.

Ces remerciements vont également à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin dans
l’élaboration du présent document et dont les noms ne sont pas cités.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. i


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

RESUME
Dans le cadre de ses activités de l’année 2012, World Vision Niger, base de Maradi a prévu la
réalisation d’une Mini-AEP multi-villages. Les études de faisabilité en prélude à la réalisation
des travaux sont confiées à la Direction régionale de l’Hydraulique Maradi. L’objectif de cette
étude est de proposer la meilleure option technique et socioéconomique pour la réalisation
d’un dossier d’appel d’offres.
Les enquêtes socioéconomiques ont montré que ce centre est favorable pour la réalisation de
la mini adduction d’eau avec une bonne dynamique sociale et une volonté à payer l’eau à sa
juste valeur.
L’option technique retenue est le système d’exhaure thermique. Le solaire étant écarté pour
des raisons essentiellement technique (HMT élevée) et économique (investissement initiale
plus important).

Les simulations du compte d’exploitation prévisionnel de l’option thermique révèlent que le


mètre cube devra être vendu à 500 FCFA garantissant l’équilibre financier des exploitations.
Ce prix du mètre cube paraitrait raisonnable car permettra d’assurer la fourniture d’eau à la
population, couvrira les charges d’exploitation et d’entretien des installations, avec une marge
pour le renouvellement et l’extension.

Mots clés : Etude de faisabilité, socioéconomique, adduction, exhaure thermique, multi-


villages

ABSTRACT
As part of its activities for the year 2012, World Vision Niger, Maradi base provided for the
completion of a Mini Drinking Water for several villages. Feasibility studies in preparation
for carrying out the work entrusted to the Regional Directorate of Hydraulics Maradi. The
objective of this study is to propose the best option for technical and socioeconomic for the
realization of an appeal record.

Socioeconomic surveys have shown that this center is favorable for the realization of mini
water supply with good social dynamics and a willingness to pay for water at its fair value.

The technical option chosen is the thermal drainage system. Solar system was rejected for
technical reasons mainly (HMT high) and economic (initial investment more important).

Simulations of the estimated operating account of the option indicate that the thermal cubic
meter will be sold at 500 FCFA ensuring the financial stability of operations. The price per
cubic meter would seem reasonable as will ensure the water supply to the population, cover
operating expenses and maintenance facilities, with a margin for renewal and extension.

Keywords: Feasibility study, socio-economic, water supply, thermal drainage, multi-village.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. ii


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

LISTE DES ABREVIATIONS

ADP : Area Development Program

AUSPE : Association des Usagers du Service Publique de l’Eau

BF : Borne Fontaine

DAO : Dossier d’Appel d’Offres

CGPE : Comité de Gestion des Points d’Eau

CSI : Centre de Santé Intégré

DRH : Direction Régionale de l’Hydraulique

Hbts : Habitants

HMT : Hauteur Manométrique Totale

IRH : Inventaire des Ressources Hydrauliques

MINI-AEP : Mini - Adduction d’Eau Potable

OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement

ONG ; Organisation Non Gouvernementale

PEA : Poste d’Eau Autonome

PEM : Point d’Eau Moderne

PMAEPS : Programme de Mini Adduction d’Eau Potable par Système photo voltaïque

PMH : Pompe à Motricité Humaine

PN-AEPA : Programme National d’Alimentation en Eau Potable et Assainissement.

RGPH : Recensement Général de la Population et de l’Habitat

SIGNER : Système d’Information Géographique du Niger


DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. iii
Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

SONIBANK : Société Nigérienne de Banque

TAt : Taux d’Accès Théorique

UBT : Unité de Bétail Tropical

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 1


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS ................................................................................................................................................... i
RESUME ...................................................................................................................................................................... ii
LISTE DES ABREVIATIONS ...............................................................................................................................iii
LISTE DES TABLEAUX.......................................................................................................................................... 4
Introduction .............................................................................................................................................................. 5
I. objectifs de l’étude ....................................................................................................................................... 7
II. Méthodologie .................................................................................................................................................. 8
2.1. Situation géographique de la zone de l’étude ........................................................................... 8
2.2. Ressources en eau de la zone ........................................................................................................... 8
2.3. Les étapes de la méthodologie ......................................................................................................... 9
2.3.1. Enquêtes hydrogéologiques ...............................................................................9
2.3.2. Enquêtes socioéconomiques ............................................................................ 11
2.3.3. Etudes techniques (aspects hydrauliques) ........................................................ 12
2.4. Moyens mis en œuvre..........................................................................................................................14
2.4.1. Moyens humains : ........................................................................................... 14
2.4.2. Moyens matériels : .......................................................................................... 15
2.4.3. Formules utilisées pour les calculs : .............................................................. 15
III. Résultats ................................................................................................................................................... 16
3.1. Etude socioéconomique et hydrogéologique ...........................................................................16
3.1.1. Population et Cheptel .................................................................................... 16
3.1.2. Dynamique organisationnel .......................................................................... 17
3.1.3. Les ouvrages hydrauliques existants dans les villages ................................. 18
3.1.4. Caractéristiques des aquifères de la région .................................................. 19
3.2. L’étude de consommation d’eau...................................................................................................20
3.3. Etude technique ...................................................................................................................................21
3.3.1. La demande en eau ........................................................................................ 21
3.3.2. Estimation de la population .......................................................................... 21
3.4. Dimensionnement ...............................................................................................................................24
3.4.1. Réservoir d’eau.............................................................................................. 24
3.4.2. Système d’adduction ..................................................................................... 25
3.4.3. Réseau de distribution ................................................................................... 29
3.4.4. Ouvrages de protection des installations ...................................................... 30
3.5. Coût des investissements et analyses financière ....................................................................31
3.5.1. Coût des investissements des travaux ........................................................... 31
3.5.2. Analyse économique et financière/compte d’exploitation prévisionnelle .... 31
3.5.3. Simulations économiques et financières .......................................................... 33
4. Discussions.................................................................................................................................................... 35
4.1. Etude socioéconomique et hydrogéologique ...........................................................................35
4.2. Gestion et maintenances des ouvrages d’eau existants ......................................................36
4.3. L’étude de la consommation de l’eau.........................................................................................36
4.4. Choix des équipements .....................................................................................................................37
4.4.1. Réseaux de distribution ................................................................................. 37
4.4.2. Réservoir d’eau.............................................................................................. 38
4.4.3. Réseau d’adduction ....................................................................................... 40
4.5. Choix du système d’adduction en fonction de la source d’énergie ...............................42
4.5.1. L’énergie électrique ....................................................................................... 42
4.5.2. L’énergie solaire ............................................................................................ 43

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 2


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

4.5.3. L’énergie thermique ...................................................................................... 43


Conclusions ............................................................................................................................................................ 44
Bibliographie ......................................................................................................................................................... 45
Annexes .................................................................................................................................................................... 46

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 3


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 Répartition de la population par village


Tableau 2 Composition du cheptel des villages
Tableau 3 Les ouvrages hydrauliques des villages
Tableau 4 Caractéristiques hydrodynamiques des aquifères de la région
Tableau 5 Récapitulatif des résultats de l’enquête de consommation d’eau
Tableau 6 Evolution de la population des villages de l'étude
Tableau 7 Besoin en production pour l’horizon du projet (2022) option thermique
Tableau 8 Besoin en production pour l’horizon du projet (2022) option solaire
Tableau 9 Estimation du volume des cuves de réservoirs
Tableau 10 Résultat des hauteurs manométriques totales des forages
Tableau 11 Type et caractéristiques de la pompe à installer
Tableau 12 Puissance du groupe à installer
Tableau 13 les caractéristiques de l’exhaure solaire
Tableau 14 Caractéristiques techniques de la conduite de refoulement
Tableau 15 Caractéristiques techniques de la conduite d’exhaure
Tableau 16 Equipements de la tête de forage
Tableau 17 Caractéristiques techniques du réseau de distribution d’eau
Tableau 18 Points de desserte
Tableau 19 Les périodes d’amortissement généralement utilisées au Niger
Tableau 20 Prix du mètre cube d’eau 400 FCFA
Tableau 21 Prix du mètre cube d’eau 500 FCFA
Tableau 22 Prix du mètre cube d’eau 625 FCFA
Tableau 23 Récapitulatifs des résultats des enquêtes socio-économiques

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 4


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Introduction
L’approvisionnement en eau des populations et du cheptel constitue un défi majeur dans les
pays en développement. Particulièrement au Niger, pays sahélien possédant l’un des taux
d’accès le plus bas au monde (48.87% en 2011 selon le Référentiel hydraulique).

Pour pallier à cette situation préoccupante, le Niger s’est engagé à travers les Objectifs du
millénaire pour le Développement (OMD) à œuvrer afin de réduire de moitié au plus tard en
2015, la proportion de la population qui n’a pas accès de façon durable à un
approvisionnement en eau potable et à un assainissement adéquat.

Le Programme National d’Approvisionnement en Eau Potable et d’Assainissement (PN-


AEPA), élaboré en 2009 conformément aux orientations et engagements du gouvernement
avec ses partenaires financiers et techniques définissait les objectifs et activités que le Niger
s’est fixé à l’horizon 2020 dans le sous secteur de l’eau et de l’assainissement. Et constitue
l’instrument par lequel le pays vise à atteindre les Objectifs du millénaire pour le
Développement pour le sous secteur de l’AEPA, notamment dans sa composante hydraulique
rurale par:

L’accroissement du taux d’accès théorique (Croissance du Taux d’Accès théorique


national de 48.09% en 2009 à plus de 58% en 2020) ;
La réduction des disparités (Assurer un Taux d’Accès théorique minimal de 50% dans
toutes les communes à l’horizon 2020 (145 communes ont un TAt<50% en 2009) ;
La pérennité (Réduction de moitié du taux de panne des équivalents PEM, de 19.5%
en 2009 à moins de 10% en 2020 et Développement de systèmes d’adduction multi-villages et
intercommunaux) ;
La responsabilisation à travers l’appui-conseil aux communes pour opérationnaliser le
Service Public de l’Eau.

La tendance préconisée par le PN-AEPA est la réalisation de plus en plus de systèmes


d’alimentation en eau potable (mini-AEP et PEA) et même des adductions multi-villages.
Les principales raisons ayant conduit l’Etat du Niger à s’engager dans l’option des systèmes
de mini-AEP multi-villages sont entre autres les avantages comparatifs en matière du cout
d’investissement et la possibilité d’améliorer le taux de couverture en matière de desserte en
eau potable dans les zones rurales.

C’est dans ce cadre que, l’ONG Word Vision Niger à travers son projet Niger Rural Water
Project (NRWP) a prévu au titre de l’année fiscale 2012 la réalisation d’une Mini-Adduction
d’Eau Potable multi villages au niveau de l’ADP de Gobir Yamma dans le département de
Guidan Roumdji (Région de Maradi ).

En effet, la réalisation de cette Mini-AEP multi-villages nécessite la recherche d’option socio-


économique, hydrogéologique ainsi que technique, ce qui constituera l’objet de notre étude.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 5


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Il est à noter que World Vision est une Organisation Non Gouvernementale chrétienne
Internationale dont la vision est de promouvoir la plénitude de vie pour chaque enfant et dont
la mission est d’œuvrer pour un développement transformationnel holistique, particulièrement
centré sur l’enfant et les couches les plus vulnérables. Elle intervient à travers l’approche du
Programme de Développement de Terroir, en anglais Area Development Program (ADP),
circonscrit dans une aire géographique correspondant à une ou partie d’une circonscription
administrative.

Ce travail comporte trois grandes parties suivantes :


 Le contexte et les objectifs de l’étude ;
 la méthodologie ;
 les résultats et discussions.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 6


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

I. objectifs de l’étude

L’objectif général assigné à ce travail est d’étudier la faisabilité d’une mini-adduction multi-
villages au niveau du village centre de Mallamawa Labaran (Commune Rurale de Guidan
Sori, Département de Guidan Roumdji, Région de Maradi, République du Niger).

Il s’agit spécifiquement de :

 Réaliser une étude socio-économique (étude des besoins en eau, capacité des
communautés à prendre en charge les coûts et la gestion de la mini Adduction d’Eau
potable) ;
 Réaliser des études techniques (étude topographique, définition des ressources en eau,
conception du réseau, calcul des différents ouvrages et équipements dans le centre
concerné) ;
 Proposer la variante prioritaire en vue de l’élaboration d’un dossier d’appel d’offres.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 7


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

II. Méthodologie
2.1. Situation géographique de la zone de l’étude

Figure1 : Carte de situation de la zone d’étude

La zone d’étude regroupe sept (7) villages qui sont Malamawa Labaran (village centre),
Tawadia, Wallé, Garin Magagin Inna, Tambaraoua Sofoua, Tambaraoua Saboua et Korin
Kambari tous appartenant à la commune rurale de Guidan Sori, département de Guidan
Roumdji, Région de Maradi.

La Commune Rurale de Guidan Sori est située à 35 Km à l’Ouest de la ville de Maradi (Chef
lieu de Région) et 25 Km au Sud-est du chef lieu de département (Guidan Roumdji). La figure
ci-dessous nous donne un aperçu sur la situation géographique de la zone.

2.2.Ressources en eau de la zone

Le Goulbi de Maradi est le seul cours d’eau important du département. C’est un cours d’eau à
écoulement temporaire qui prend sa source au Nigéria. Le village de Malamawa Labaran est
situé en bordure de ce Goulbi sur la rive gauche.

De part sa proximité avec le Goulbi, le village est situé dans la zone du système aquifère du
quaternaire. Cet aquifère à nappe libre est constitué essentiellement des alluvions de faible
épaisseur dépassant rarement 40 m et de faible extension latérale. La nappe est peu profonde
et présente des bonnes caractéristiques hydrodynamiques. Les transmissivités sont de l’ordre
de 5.10-3 à 2.10-2 m²/s et le débit spécifique de 10 m3/h/m, elle est sensible aux variations
climatiques et interannuelles et est sujette à d’importantes fluctuations.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 8


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Les forages de la zone captent généralement la nappe du Continental Hamadien. Cette nappe
d’extension régionale est subdivisée en deux sous nappes : la première entre 40 à 60 m de
profondeur et la seconde entre 70 et 110 m, avec des débits variables. Cet aquifère est
essentiellement constitué de sable argileux.

2.3.Les étapes de la méthodologie

Conformément aux termes de référence, la démarche adoptée dans le cadre de cette étude de
faisabilité s’articule autour de trois étapes suivantes :

 Etape 1 : Synthèse hydrogéologique :


Elles ont permis d’évaluer, à travers la synthèse hydrogéologique, les potentialités en
ressources en eau des villages pouvant permettre l’équipement des forages existants en
mini-AEP ou la réalisation des ouvrages neufs ;

 Etape 2 : Enquête socio-économique :


Elles ont permis d’établir la faisabilité sociale de la mini-AEP à travers les
caractéristiques socioéconomiques et organisationnelle des villages ;

 Etape 3 : Etudes des aspects techniques comportant :


- Une étude de consommation en vue de déterminer les besoins en eau des villages,
les heures de pointes, éventuellement le coefficient de pointe journalier et le
coefficient de pointe horaire ;
- Un levé topographique pour la réalisation d’un plan de masse et du réseau des
villages ;
- Le dimensionnement des équipements et l’estimation du coût des travaux ;
- Une analyse financière (coût de production et viabilité économique de la mini-
AEP.

2.3.1. Enquêtes hydrogéologiques

L’objectif des enquêtes hydrogéologiques est d’analyser les potentialités et les


contraintes liées à l’exploitation des ressources en eau souterraine des villages retenus.

Au cours des enquêtes hydrogéologiques, les travaux suivants ont été réalisés:

 Collecte des données de base (recherche et analyse documentaire) :


consultation et exploitation de la base de données Inventaire de Ressources

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 9


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Hydrauliques (IRH), documents relatifs à la situation hydraulique et


hydrogéologique des sites retenus (essais de pompage, études, etc.) disponibles au
niveau de la Direction Régionale de l’Hydraulique de Maradi (DRH), de l’ONG
World Vision.

 Enquêtes hydrogéologiques sur le terrain : Nous avions effectué des visites de


reconnaissance hydrogéologique sur les sites retenus pour :

 Analyser les contextes géologiques et hydrogéologiques;


 Inventorier et apprécier l’état des différents points d’eau des villages et ceux
existants dans un rayon de 5 Km autour des villages ;
 Discuter avec les représentants de la population (maires, chefs de village, . . .)
sur les problèmes liés à l’alimentation en eau des villages.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 10


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

2.3.2. Enquêtes socioéconomiques

Ces enquêtes ont consisté à établir une monographie de chaque village en insistant sur
ses activités socio-économiques, les infrastructures de développement et son niveau
d'organisation. Le but de ces enquêtes est de ressortir des éléments d'information qui
puissent aider à mettre en évidence les atouts du village en termes de cohésion sociale,
d'activités économiques et d'infrastructures socio-économiques. Elles ont permis
d’apprécier sur chaque site, le degré de mobilisation et d'engouement que suscite la
réalisation de mini-AEP multi-villages chez les populations.

La méthodologie de l’étude a été marquée par quatre phases distinctes :

a) La recherche documentaire

Cette phase a consisté à la collecte des données existantes au niveau de la Direction


Départementale de l’Hydraulique (DDH) de Guidan Roumdji et de la Direction
Régionale de l’Hydraulique (DRH) de Maradi. Elle a permis de collecter la
documentation sur les études antérieures réalisées dans la zone du projet relatives à la
réalisation des forages et des mini-AEP.

b) La collecte des données :

Ces investigations socioéconomiques sur le terrain ont été menées sous quatre formes :
les entretiens, les réunions, les enquêtes et les observations directes.

 Enquêtes ménage : elles ont permis de:


- Déterminer le nombre de personnes et de bétail par ménage,
- Apprécier et de quantifier le volume d’eau consommé, les dépenses
journalières occasionnées, les besoins en eau potable, la volonté et la
capacité de payer le service ainsi que le niveau économique.

 Assemblée Générale Villageoise : elle a permis de faire la genèse sur


l’historique et le peuplement du village, la succession de la chefferie, la
composition ethnique, la situation hydraulique et d’approvisionnement en eau, les
activités économiques, les différents débouchés, la situation actuelle des Points
d’Eau Modernes (PEM) et les aspects liés à l’hygiène et l’assainissement et enfin
la perception de la gestion des infrastructures socioéconomiques.
 Interviews semi structurées (ISS) : l’ISS à travers un guide d’entretien, a
permis de recueillir des informations sur les différents groupes socioprofessionnels
(hommes, femmes, jeunes) et d’apprécier les enjeux liés à la gestion et à la

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 11


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

maintenance des points d’eau à travers l’opinion des communautés. De même,


d’autres informations relatives à l’historique, aux différents groupes ethniques en
présence, à l’organisation du pouvoir local, à la structuration du village, à la
stratification sociale et à la dynamique organisationnelle ont été recherchées.
 Observation directe pendant le séjour au village pour mieux apprécier les
réalités socio-économiques et culturelles ainsi que la cohésion sociale.

c) Traitement des données collectées

Pour le traitement de ces données quantitatives, un masque de saisie a été conçu.


Toutes les données qualitatives (Fiche Assemblée Générale et les interviews semi
structurées des groupes socioprofessionnels) ont été analysées.

2.3.3. Etudes techniques (aspects hydrauliques)

Enquêtes de consommation

L'objectif de cette étude est d’estimer les besoins en eau des villages, de déterminer les
heures de pointe et éventuellement le coefficient de pointe journalier et horaire.
L’enquête de consommation a comporté deux parties : une enquête ménage et une
enquête « point d’eau » ou cochage.

Enquêtes ménages : Les enquêtes ménages ont permis de recenser le nombre


d'habitants et du bétail. Elles ont également permis d’apprécier la structure de la
consommation ainsi que des indicateurs sur l'hygiène et l’assainissement dans les
ménages.

Au niveau des villages, tous les ménages ont été recensés et enquêtés. Les enquêtes
ont été menées par des enquêteurs locaux préalablement formés et qui ont été
supervisés.

Cochage aux points d'eau : Il s'agit de l'enregistrement des quantités d'eau prélevées
aux différents points d'eau au cours de l’enquête qui a duré 3 jours au niveau de
chaque village. Les enregistrements des prélèvements d’eau ont eu lieu au niveau des
différents ouvrages de 6 h à 18 h.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 12


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Etudes topographiques

L'objectif des travaux topographiques est d'établir un plan de masse qui est un outil
indispensable pour le tracé du réseau d’adduction et de distribution, le positionnement
des points de desserte (bornes fontaines, robinet de desserte) et le dimensionnement
des ouvrages et équipements.

Photo N°1 : Equipe de lévée topographique lors de l’étude.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 13


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Dimensionnement

La présente étude de faisabilité a permis de proposer des variantes de projet sur la base
des résultats des enquêtes de consommation, des études topographiques et des
caractéristiques hydrodynamiques des ouvrages hydrauliques (existants ou à réaliser).
Il s’agit du type d’exhaure (thermique ou solaire), du type de réservoir (acier inox,
béton, polyester renforcé de fibre de verre ou en tôle), du type de canalisations, etc.
Les avantages et inconvénients de chacune des variantes ont été mis en exergue et une
analyse financière (coûts estimatifs des travaux, comptes d’exploitation prévisionnels)
a été faite pour chaque infrastructure.

2.4.Moyens mis en œuvre


Pour exécuter cette étude, la Direction Régionale de l’Hydraulique de Maradi a mis en
œuvre tous les moyens humains et matériels nécessaires pour la réussite des travaux.

Deux (2) équipes spécialisées ont été constituées. Il s'agit de:

- Une (1) équipe pour les études socio-économiques et hydrogéologiques

- Une (1) équipe pour les levés topographiques.

2.4.1. Moyens humains :

 Un (1) Ingénieur du génie rural ayant des solides expériences en hydraulique et


assainissement assurant la coordination et la supervision du projet ;
 1 Ingénieur hydrogéologue ;
 1 socio-économiste ;
 1 sociologue ;
 1 Ingénieur hydraulicien ;
 1 Technicien supérieur de l’hydraulique et équipement rural ;
 1Adjoint Technique du génie rural ;
 2 manœuvres qualifiés ;
 1 chauffeur pour chaque équipe ;
 Des enquêteurs locaux.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 14


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

2.4.2. Moyens matériels :


 1 véhicule léger Toyota 4 x 4 (tout terrain) pour chaque équipe
 2 sondes électriques
 2 décamètres
 3 GPS
 2 ensembles d'équipements de topographie.

2.4.3. Formules utilisées pour les calculs :

 Pour l’actualisation de la population


Pa = Po (1 + tx) ⁿ ; avec Pa = Population actualisée, Po = Population année zéro, tx = taux
de croissance = 3.9%, n = Nombre années entre l’année zéro et l’année d’actualisation

 La formule suivante a été utilisée pour déterminer les besoins en production


pour satisfaire la demande en eau de la population et du cheptel :

BP = BN * Cpj * Cph / r ;

BP : besoin en production ; BN : besoin net ; Cpj : coefficient de pointe journalier ; Cph :


coefficient de pointe horaire ; r : rendement du réseau

 Calcul de la HMT :

HMT = Hgéom + pdc totales + Pression minimale de Sortie (au moins égale à 2m)

Par ailleurs, la Hgéom = profondeur d’installation de la pompe + (différence de niveau de TN


entre le sol au pied de château et la margelle du forage) + hauteur de la tour du château d’eau
+ hauteur d’eau dans la cuve.

 Calcul du diamètre de refoulement : Formule de Bresse :

D= 1,5*Q½ ; D : diamètre en mètre, Q : débit en m³/s

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 15


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

III. Résultats

3.1.Etude socioéconomique et hydrogéologique

Dans cette partie, les résultats sont présentés par village.

3.1.1. Population et Cheptel

Le recensement effectué a permis de dénombrer 5409 habitants repartis dans les sept (7)
villages. Cette population étant rurale, ses principales activités sont l’agriculture, l’élevage et
le petit commerce qui confèrent un pouvoir d’achat acceptable leur permettant de faire face à
leurs besoins essentiels. Le tableau I résume la répartition de la population par village.

TableauN° 1 : répartition de la population par village.

Coordonnées géographiques Population


N° Village Altitude
Longitude Latitude estimée
Mallamawa
1 Labaran 6°47’12,4’’ 13°39’14.9’’ 320 m 1610
2 Tawadia 6°48’01,6’’ 13°39’06.1’’ 324 m 803
Garin Magagi
3 Inna 6°48’25.1’’ 13°38’55.2’’ 338 m 785
4 Tambarawa 1 et 2 6°46’34.7’’ 13°38’02.2’’ 330 m 854
5 Korin Kambari 6°46’10.1’’ 13°37’19.4’’ 329 m 811
6 Wallé 6°48’04,6’’ 13°37’54.7’’ 327 m 546
Total Population (habitants) 5409

Population estimée
1610
1800
1600
1400
1200 803 785 854 811
1000
800 546
600
400
200 Population estimée
0

Figure 2 : Répartition de la population par village


DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 16
Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

L’élevage constitue l’une des activités économiques les plus entretenues dans les villages.
Cette activité est pratiquée malgré les difficultés liées à la sécheresse, aux maladies, à
l’alimentation et à l’insuffisance d’aires de pâturage. Le bétail s’acquiert par achat, par
héritage et par don. L’embouche ovine est surtout pratiquée par les femmes. Le cheptel est
composé de petits et gros ruminants comme l’indique le tableau suivant.

Tableau N°2 : composition du cheptel des villages.

Cheptel en UBT
N° Village
Ovin/Caprin Azin Ovin Camelin
Mallamawa
1 Labaran 151,7 24 206,4 5
2 Tawadia 41,3 11 51,2 7
Garin Magagi
3 Inna 86,9 7 95,2 12
4 Tambarawa 1 et 2 85 13 119,2 3
5 Korin Kambari 56,7 7 36 2
6 Wallé 50 8 65,6 1
Total Cheptel (UBT) 1145,2

3.1.2. Dynamique organisationnel

Chaque localité est administrée par un chef de village, représentant de l’autorité coutumière. Il
perçoit l’impôt ou la taxe communale. Ces chefs sont les premiers collaborateurs de
l’administration pour toute question touchant le village.

On dénote une forte cohésion sociale à travers les habitudes des travaux communautaires et
d’entraides au sein des villages.

Pour le village centre de Mallamawa Labaran on peut citer la réalisation de la clôture de la


case de santé, le logement des enseignants, la réalisation des latrines scolaires, la mobilisation
de la participation financière pour la réalisation des infrastructures comme exemple
l’ouverture d’un compte à la Sonibank avec 635 500F CFA depuis 2007 suite à la présélection
du village par le PMAEPS pour la réalisation d’une Mini-AEP. Les autres villages présentent
une dynamique similaire.

Ces villages sont motivés pour l’acquisition de cette Mini AEP multi villages et adhèrent aux
conditionnalités édictées par le guide du service publique de l’eau et accepte de collaborer

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 17


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

avec les autres villages. Ils ont l’habitude de payer l’eau. Il faut signaler l’existence : d’un
groupement féminin, d’un comité de gestion des points d’eau (CGPE) pour les villages
possédant de forages équipés de pompe à motricité humaine, 1 comité de gestion pour l’école
(le COGES) et 1 comité de gestion pour la case de santé dont son aire couvre huit (8) villages
administratifs et quatre (4) hameaux avec un taux de fréquentation mensuel de 227 patients en
moyenne (source : Responsable Case de santé Malamawa Labaran).

Les populations ont favorablement accueilli l’idée de la réalisation d’une mini AEP multi-
village pour faciliter l’accès à l’eau potable aux habitants.

3.1.3. Les ouvrages hydrauliques existants dans les villages

Les ouvrages des villages (forage équipé de pompe à motricité humaine et puits cimenté à
grand diamètre) sont résumés dans le tableau qui suit.

Tableau N°3 : Les ouvrages hydrauliques des villages

Coordonnées Niveau Niveau Profondeur Débit


Village point d'eau IRH
Longitude Latitude Dynamique Buses Totale (m3/h)
PC Ouest 6°47'09,7" 13°39'13,4" 465755 28,33m 23,48 m 28,63 m
FE nord 6°47'09,7" 13°39'18,0" 467090 - - - 9
Mallamawa PC est 6°47'16,4" 13°39'12,3" 465050 29,07 m 26,17 m 30,75 m
Labaran FE est 6°47'16,0" 13°39'06,4" 466254 30,44 m - 72 m 20
PC Case
Santé 6°47'11,4" 13°39'03,0 461154 33,13 m 26,90 m 33,24 m
Tawadia PC 6°48'00,5" 13°39'04,6" 461196 27,88m 26,10m 28,25 m
Garin Magagin PC Sud Est 6°48'27,4" 13°38'54,0" 461111 34,54 m 33,11 m 36,43 m
Inna PC Nord 6°48'22,8" 13°39'02,2" 461153 26,96 m 22,68 m 28,37 m
Tambaraoua PC ouest 6°46'25,1" 13°38'04,9" 461159 28,96 m 25,70 m 30,30 m
Sofoua Pc sud est 6°46'38,7" 13°37'56,2" 425549 30,77 m 28,32 m 32,52 m
Tambaraoua
Saboua PC nord 6°46'07,2" 13°38'22,2" 465038 31,48 m 28,34 m 33,48 m
PC Ouest 6°46'04,0" 13°37'19,2" 465047 31,33 m 27,80 m 32,90 m
Korin Kambari PC Nord Est 6°46'13,8" 13°37'22,7" 409535 33,06 m 31,23 m 34,00 m
FE Sud 6°46'12,6" 13°37'18,2" 466257 - - - 15
PC 6°48'00,5" 13°37'53,5" 426769 30,97 m 27,80 m 32,64 m
Wallé
FE 6°48’05.5’’ 13°37’58.1’’ - - - -

L’approvisionnement en eau de ces villages est assuré actuellement par des puits cimentés et
des forages équipés de pompe à motricité humaine.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 18


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

3.1.4. Caractéristiques des aquifères de la région

Le tableau ci-dessous donne les caractéristiques hydrodynamiques des aquifères de la


zone de l’étude.

TableauN° 4 : Caractéristiques hydrodynamiques des aquifères de la région

Paramètres Aquifères Continental Intercalaire/ Hamadien Aquifères quaternaires

Profondeur moyenne des ≥ 100 m ≤ 30 m


ouvrages

Profondeur du niveau ≤ 80 m ≤ 20 m
piézométrique

Débit exploitable par captage Plus de 100 m3/h 5 à 50 m3/h

Qualité de l’eau Bonne Bonne à médiocre

Réserves par mètre de 15 000 15 000 à 300 000 m3/km


rabattement (en millions de de vallée
m3)

Ressources renouvelables 38 m3/km2 15 000 à 450 000 m3/km


annuellement de vallée

Taux de réalimentation= Eau quasi fossile 5 à 50%


volume renouvelables
annuellement/volume total

Sensibilité à la pollution Très faible à nulle Très grande

Source : Politique et stratégies pour l’eau et l’assainissement pour un développement


durable/Ministère des Ressources en Eau du Niger ; Mai 2001.

Pour la satisfaction des besoins en eau potable des populations de la zone du projet, nous
envisageons de mobiliser les eaux des aquifères Intercalaires/ Hamadien.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 19


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

3.2. L’étude de consommation d’eau

L’étude a été faite pendant trois jours soit trois jours de pointage sur l’ensemble des points
d’eau du village de 06h et 18h. Ce pointage a été effectué par des enquêteurs locaux
supervisés régulièrement par l’équipe de la mission.

L’eau prélevée est destinée à l’usage domestique (cuisson, boisson, lessive, abreuvement
d’une partie des petits ruminants) et à l’abreuvement des animaux au niveau des points d’eau.

Le tableau ci-dessous donne le récapitulatif des résultats de l’enquête de consommation, les


détails sont en annexes.

TableauN° 5 : Récapitulatif des résultats de l’enquête de consommation d’eau

Mallamawa Garin Magagin Tambaraoua Korin


Tawadia
Labaran Inna Sofoua et Saboua Kambari
Total prélèvement 40854.67 litres 13022 ,33 27666,67litres 31191,34 litres 23196,33 litres
litres
Consommation 31180 litres 10645 litres 21020 litres 24423,33 litres 17275 litres
domestique
Durée du prélèvement 12 heures 12 heures 12 heures 12 heures 12 heures
Consommation 3404,56 litres 1085,19 litres 2305,56litres 2599,27 litres 1933,03
moyenne horaire
Population 2012 1610 hbts 803 785 hbts 854 hbts 811 hbts

Consommation 19,37 l/j/hbt/ 13,26 l/J/hbt 26,77 l/j/hbt/ 28,6 l/j/hbt 21,30 l/ j/hbt
spécifique
Heure de pointe 13 heures 9 heures 9heures 9 heures 9 heures
Coefficient de pointe 2,12 2,51 1,47 1,42 1,19
horaire

NB : Il s’agit des valeurs moyennes des prélèvements pour les trois jours.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 20


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

3.3.Etude technique

Une mini-Adduction d’eau potable multi –village est un système d’approvisionnement en eau
potable simplifié de plusieurs villages.

Son objectif est de desservir plusieurs villages en eau potable distants de moins de cinq
kilomètres.

L’étude vise à apprécier les ressources en eau pouvant être utilisées du point de vue qualitatif
et quantitatif à travers une synthèse hydrogéologique d’une part et d’autre part de
dimensionner et de proposer des équipements adaptés.

Ces dimensionnements porteront à la fois sur la production (pompes et équipements


électromécaniques), la distribution (réservoir, bornes fontaines et réseau) et sur les dispositifs
de protection des installations.

3.3.1. La demande en eau

La demande en eau constitue la base du dimensionnement des installations aussi bien de


production que de distribution en eau potable.

Elle correspond au débit total nécessaire pour satisfaire les besoins de l’ensemble de la
population et du cheptel

3.3.2. Estimation de la population

L’estimation de la population à desservir est l’une des étapes importantes de tout projet
d’alimentation en eau potable.

Cette estimation de la population du village centre et satelittes, a été faite sur la base du
dénombrement de la population effectué en mars 2012 par l’équipe socio-économique Le taux
d’accroissement de la population du département est de 3.9%. Les tableaux ci-dessous
résument le calcul de la projection de la population pour l’année 2022, horizon du projet :

Le tableau ci-dessous donne l’évolution de population du village sur une période de 10 ans.
La projection a été faite sur la base du taux d’accroissement de la population du département
de Guidan Roumdji qui est de 3.9%. Source RGPH 2001.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 21


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Tableau N°6 : Evolution de la population du village de Malamawa Labaran et villages


satellites à l’horizon 2022

Pop. Pop. Pop. Pop. Pop. Pop. Pop. Pop. Pop. Pop. Pop.
Act. Act. Act. Act. Act. Act. Act. Act. Act. Act. Act.20
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 22

5409 5620 5839 6067 6304 6550 6805 7070 7346 7632 7930

Source : Dénombrement DRH 2012

Consommations spécifiques

Dans le cadre de cette étude, l’estimation de la consommation spécifique s’appuiera à la fois


aux résultats de l’étude de consommation d’eau réalisées pour l’occasion et sur certaines
études et enquêtes de consommations entreprises sur des mini-AEP existantes. Cette
consommation varie entre 14 et 29 l/j/hbt comme l’indique les résultats des études de
consommation d’eau réalisées en mai 2012 par la DRH/Maradi au niveau des puits cimentés
et pompes à motricité humaine dans sept villages de la zone de l’étude, et varie entre 5 et 17
l/j/hbt au cours des enquêtes et études réalisées sur des mini-AEP ci-dessous :

- 12,1 l/j/hbt en moyenne après 3 à 6 années de fonctionnement pour 4 mini-AEP réalisées


dans le cadre du Programme Hydraulique Villageoise / Conseil de l’Entente/ Pays Bas.

- Entre 5 et 17 l/j/hbt selon l’étude »Diagnostic Participatif des mini-AEP au Niger»


réalisée dans le cadre du Projet Sectoriel Eau en 2000.

L’analyse critique des résultats de suivi des mini-AEP en milieu rural et semi-urbain ont
montré que la mise en service des installations engendre en général une augmentation de la
consommation unitaire avec le temps du fait de l’amélioration du service
d’approvisionnement en eau et de la connaissance par la population des effets positifs de la
consommation d’une eau potable sur la santé. Le taux d’accroissement annuel de la
consommation varie entre 2%et 4%. Pour cette étude nous allons considérer ce taux à 2,5%.

Pour la consommation en eau du petit bétail de case est incluse dans la prévision de la
consommation spécifique ; et pour les cas d’alimentation en eau des gros ruminants des
villages et des troupeaux extérieurs qui se fait pendant la saison des pluvieuse au niveau des
eaux de surface et pendant la période sèche au niveau des puits cimentés, et rarement au

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 22


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

niveau des mini-AEP ,nous n’allons pas prendre en compte cette consommation en eau de ce
bétail pour le dimensionnement des nouvelles installations afin d’éviter un
surdimensionnement.

La consommation spécifique qui sera considérée dans les calculs de dimensionnement est de
21 litres/Jour/habitant. Qui est la moyenne de cette étude.

Coefficient de pointe journalier (Cpj)

Les études antérieures réalisées sur certains centres ruraux équipés de mini-AEP au Niger, ont
données des Cpj tournant autour de 1,1 pour l’exhaure thermique et 1,2 l’exhaure solaire.
Pour le besoin de cette étude, ces données seront considérées.

Coefficient de pointe horaire (Cph)

Les études de consommation réalisées lors de cette étude de faisabilité ont données des Cph
variant entre 1,19 et 2,51, nous allons considérer pour la présente étude un Cph égal à 1.85
qui est la moyenne.

Rendement du réseau ‘ r’

Les pertes d’eau au niveau des installations neuves sont très faibles, ce qui donne un
rendement du réseau de l’ordre de 95%. Pour ce cas précis, le rendement à considérer est de
95%.

Horizon du projet

Pour rentabiliser une mini-AEP, l’horizon du projet considéré est généralement de 10 ans soit
l’année 2022.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 23


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

- Estimation des besoins en production

Les besoins en eau à produire sont estimés à partir de la consommation totale de la


population, après application des différents cœfficients.

Tableau N°7: Besoin en production pour l’horizon du projet (2022) option thermique

Besoins nets Besoin en production

166 530 litres 338 889 litres

Tableau N°8 : Besoin en production pour l’horizon du projet (2022) option solaire

Besoins nets Besoin en production

166 530 litres 369 697 litres

3.4.Dimensionnement

Le dimensionnement des équipements et ouvrages des systèmes d’alimentation en eau potable


portera sur le système de stockage (réservoir d’eau), les systèmes d’exhaure (électro- pompe
immergées, générateur d’énergie) et les réseaux d’adduction et distribution (conduites de
distribution, conduites d’adduction, points de desserte et accessoires).

3.4.1. Réservoir d’eau

Le dimensionnement du réservoir d’eau vise à déterminer le volume d’eau qu’il faudrait


stocker afin de pallier aux écarts enregistrés dans la journée entre le prélèvement et la
production. Comme option, nous proposons un réservoir dont la cuve sera en tôle d’acier
inoxydable pour tenir compte d’une part de la qualité de l’eau dans la zone et d’autre part du
type de réservoir le plus utilisé dans la région de Maradi. Il sera sur des supports qui seront
construits avec des IPN, des cornières et des fers en U. Le volume de la cuve du réservoir
d’eau sera estimé à partir des recommandations issues de l’atelier organisé par le Ministère de
l’Hydraulique et de l’Environnement en 1996 à Kollo. Cet atelier recommande que le volume
du réservoir d’eau soit égal à 30% ou 50% des besoins journaliers de production à l’horizon

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 24


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

du projet respectivement pour le thermique ou le solaire. Ainsi, sur la base de ces hypothèses
le volume des cuves de réservoirs est estimé comme suit:

Tableau N°9: Estimation du volume des cuves de réservoirs

Besoins journaliers Besoins journaliers Option thermique Option solaire


de production de production
(m3/j) Thermique (m3/j) solaire Théorique Retenu Théorique Retenu

338 889 369 397 113 120 185 200

3.4.2. Système d’adduction

Le système d’adduction est composé de :

Des équipements d’exhaure (groupe électrogène ou générateur solaire, pompe


immergée) ;

De la conduite de refoulement et accessoires ;

De l’aménagement et des équipements de la tête de forage.

3.4.2.1.Equipements d’exhaure
3.4.2.1.1. Equipement d’exhaure thermique

L’exhaure thermique sera composée d’un générateur thermique, d’une électropompe


immergée et accessoires. Ces équipements seront choisis et dimensionnés en fonction :

- De la demande en eau à l’échéance du projet ;

- Des caractéristiques hydrodynamiques du forage ;

- Des types d’équipements utilisés dans la zone du projet.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 25


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

 Pompe immergée

Le calcul de la hauteur manométrique totale doit prendre en compte la pression minimale de


sortie et tenir compte de la hauteur d’eau dans la cuve (tableau 10)

Tableau N°10 : Résultat de la hauteur manométrique totale

Hauteur Manométrique Totale


Hauteur géométrique ou Hauteur à vide (m) (m)

Différence
niveau T.N
profondeur Hauteur château et HMT
d’installation Hauteur d'eau la margelle Hgéom Pression PdC au
Pompe Tour Cuve du forage Totale de Sortie réfoulement

50 8 3,20 1,81 63,01 2 1,74 66,75

- Choix du type et des caractéristiques de la pompe à installer : Le type de pompe à


installer a été déterminé à l’aide d’un catalogue de pompes, en fonction de la hauteur
manométrique totale (HMT) et du débit de projection vérifié.

Tableau N°11 : Type et caractéristiques de la pompe à installer

Débit en Côte HMT Type de Diamètre Puissance Rendement


m3/h d’installation (m) pompe (mm) (kw) (%)
(m)

15 50 66,75 SP14A-13 101 4 60

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 26


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

 Groupe électrogène

- La puissance du groupe électrogène a été déterminée en fonction de la puissance de la


pompe à installer et du rendement global de l’installation (moteur/génératrice).

- Pgroupe = Ppompe / ŋ

- ŋ = 0,6 X 0,8 = 48%

Tableau N°12 : Puissance du groupe à installer

Puissance pompe Rendement global Puissance du groupe en KVA


en KVA de l’installation %
Calculée Retenue
4,0 48
8,33 12,5

3.4.2.1.2. Equipement d’exhaure solaire

Le système d’exhaure solaire sera constitué d’un ensemble de modules photovoltaïques, d’un
onduleur, d’un convertisseur et d’une électropompe. Le dimensionnement se fait sur la base
des besoins de production et des caractéristiques hydrodynamiques du forage. La puissance
crête est déterminée par la formule suivante :

P(wc) = Q*HMT*2,725 / (E*R) ou

- Q : besoins journaliers en m3/j ;

- HMT : hauteur manométrique totale en mètre ;

- E : valeur du rayonnement en W/m2 /j (E=6) ;

- R : rendement du système, R=0,3.

Le tableau ci-dessous donne les caractéristiques de l’exhaure solaire :

Tableau N°13 : les caractéristiques de l’exhaure solaire

Besoins de Puissance Puissance Nombre de


Année production HMT(m) calculée instalée panneaux de
(m3/jour) (wc) (wc) 80 wc
2022 203.405 66,75 20 555

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 27


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

3.4.2.2.Conduite de refoulement

Cette conduite est constituée de conduite en acier galvanisé pour la partie aérienne (tête de
forage) et de conduite en PVC pour la partie enterrée.

Le diamètre théorique est calculé par la formule économique de Bresse puis ramené au
diamètre normalisé la plus proche.

Tableau N°14: Caractéristiques techniques de la conduite de refoulement

Type de conduite Longueur de la conduite Diamètre de la conduite

PVC 50m DN 90

 Conduite d’exhaure

Tableau N°15: Caractéristiques techniques de la conduite d’exhaure

Type de conduite Longueur de Diamètre de la


la conduite conduite

FORADUC, Wellmaster ou équivalent 50 m 2’’1/2

 Equipements de la tête du forage

La tête de forage sera équipée des éléments suivants :

Tableau N°16: Equipements de la tête de forage

Compteur à gros Manomètre Clapet anti- Piège à Vannes Ventouse


débit (20m3/h) retour sable d’arrêt

DN 80 10 bars DN 80 1 DN 80 DN 80

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 28


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

3.4.3. Réseau de distribution

Le réseau de distribution sera de type ramifié compte tenu de la taille des villages, il est
composé de :

 Des conduites de distribution ;

 Des bornes fontaines ;

 Des accessoires pour le fonctionnement des installations (vidange, vannes de


sectionnement…)

3.4.3.1. Conduites de distribution

Les caractéristiques techniques du réseau de distribution sont résumées dans le tableau ci-
dessous :

Tableau N°17 : Caractéristiques techniques du réseau de distribution d’eau

Type de Longueur de la conduite en fonction du diamètre (m)


conduite
DN 140 DN 110 DN 90 DN63 DN 50

PVC 12 3820 2720 3500 370

3.4.3.2.Les points de desserte

La desserte en eau des villages objet de cette étude se fera exclusivement par des bornes
fontaines. La répartition spatiale de ces BF est donnée par le plan de masse.

Tableau N°18: Points de desserte

Nombre BF 2012 Nombre BF 2022

12 16

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 29


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

3.4.3.3.Les ouvrages et équipements de sécurité du réseau

Afin de faciliter la gestion et l’exploitation du réseau de distribution et d’en assurer sa


protection, il sera prévu les équipements suivants :

- Des dispositifs de ventouse ;

- Des dispositifs de vidange ;

- Des vannes d’arrêt ;

- Des plaques pleines aux extrémités des conduites de distribution

3.4.4. Ouvrages de protection des installations

Les bâtiments et clôtures sont indispensables pour la sécurisation des installations de


production et de stockage.

Ainsi le groupe électrogène sera placé dans un abri (plan en annexe),

La tête de forage et le réservoir seront placés dans des clôtures grillagées qui assureront leur
protection contre les riverains et la divagation des animaux. La clôture sera constituée de
grillage (diamètre 2 mm) galvanisé simple torsion de maille 50 x 50 et soutenu par des
cornières de 50 et des poteaux de15 x 15. Les poteaux seront réalisés aux différents angles et
après toutes les trois cornières. L’espacement maximum entre les axes des cornières ne peut
excéder 3 m. Le grillage sera attaché au moyen du fil de fer galvanisé diamètre 2.5 mm et du
fil de fer recuit. Le fil de fer galvanisé sera tendu sur les poteaux avec quatre tendeurs et
raidisseurs.

Clôture pour château d’eau :


Côté = 10 X 10 m
Hauteur = 1,80 m
Clôture pour tête de forage :
Côté = 10 X 10 m Hauteur = 1,80 m

Pour toutes les clôtures, le grillage reposera sur muret en maçonnerie de deux rangées de
briques.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 30


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

3.5.Coût des investissements et analyses financière


3.5.1. Coût des investissements des travaux

Le coût des investissements a été déterminé, par application des prix unitaires moyens
appliqués récemment par des marchés similaires réalisés dans la zone de Maradi.

Le coût total des travaux pour la réalisation de chaque mini-AEP sans le cout des travaux de
réalisation des forages se présente comme suit :

 En option thermique :

La mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran Commune rurale de Guidan Sory


Département de Guidan Roumdji: Cent dix-sept millions quinze mille cinq cent
(117.015.500) francs CFA. en H.T

 En option solaire :

Deux cent trente quatre million quatre-vingt un mille cinq cent (234 081 500) francs
CFA. En H.T

Pour les détails voir le devis estimatif et quantitatif des travaux (annexe 3).

3.5.2. Analyse économique et financière/compte d’exploitation prévisionnelle

L’analyse économique a été réalisée sur la base des options technologiques choisies ci-dessus,
du coût de leur réalisation, des prévisions de production, des différentes charges
d’exploitation et de renouvellement et des prix de vente de l’eau.

La gestion d’une mini-adduction d’eau potable se repose essentiellement sur le mode de


gestions adoptée, ainsi la gestion déléguée parait être la gestion qui assure la pérennité des
ouvrages.

La région de Maradi compte 218 systèmes d’AEP fonctionnels dont 207 sont en gestion
déléguée soit environ 95% à la date31/12/2011

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 31


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Hypothèses de l’analyse économique :

 Besoins annuels en eau

 Taux d’accroissement de la population est estimé à 3,9% pour celui de


Guidan Roumdji ;

 Besoins journaliers en eau par personne en 2012 est de 12 l/j/hbt avec un


taux d’accroissement annuel de 2,5 % pour atteindre 15 l/j/hbt à
l’échéance du projet (2022) ;

 Charges de la gestion déléguée d’un système AEP

 Part délégataire qui est destinée à couvrir les charges d’exploitation et d’entretien de
l’Infrastructure et toutes les charges du Délégataire stipulées dans le Contrat
d’Exploitation ainsi que sa marge bénéficiaire. :(56%des recettes totales)

 La Part Maître d’Ouvrage qui est destinée à couvrir les charges liées à l’exercice de la
maîtrise d’ouvrage (commune, et éventuellement AUSPE à laquelle elle aura confié un
programme annuel d’activités) ; en particulier le suivi et l’appui conseil fourni par le
SAC/SPE. Elle comprend aussi les provisions pour renouvellement et l’extension.

 Pour les provisions du renouvellement et l’extension :(34%des recettes totales)

 L’investissement initial n’est pas amorti ;

 .le renouvellement du forage n’est pas provisionné ;

 La période d’Amortissement.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 32


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Le tableau ci-après présente les périodes d’amortissement généralement appliquées au


Niger et les taux d’amortissement correspondants.

Tableau N°19 : les périodes d’amortissement généralement utilisées au Niger.

Catégories d’immobilisations Période d’amortissement Taux d’amortissement

Bâtiments et immeubles 50 ans 2%

Génie civil 50 ans 2%

Canalisations en fonte 50 ans 2%

Châteaux d’eau 30 ans 3,33%

Conduites PVC 30 ans 3,33%

Groupes électrogènes 15 000 heures 25 %*

Pompes et armoire de commande 15 000 heures 25%*

Panneaux solaires 25 ans 4%

Convertisseur 10 ans 10%

Vannes > à 50 mm, clapets 10 ans 10%

Compteur de production 7 ans 14,28%

*La base de calcul correspond à une durée de pompage moyenne de 10 heures par jour.

3.5.3. Simulations économiques et financières


a) Comptes d’exploitation

Les simulations financières consistent à rechercher le prix de vente du mètre cube d’eau qui
permet d’une part d’équilibrer le compte et garantir un revenu net d’exploitation à même
d’intéresser un opérateur privé et d’autre part à rester dans les proportions compatibles avec le
pouvoir d’achat des usagers, cette question n’a pas fait l’objet dans la présente étude.

Des simulations ont été réalisées sur la base des prix du mètre cube d’eau couramment
pratiqués sur les mini-AEP thermiques de la région de Maradi : 400FCFA ; 500FCFA et 625
FCFA.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 33


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

b) Résultats des simulations


Il ressort de ces simulations que le prix minimum qui assurerait l’équilibre et la rentabilité
financière devra être fixé à 500FCFA/m3. A ce prix le revenu net d’exploitation semble
attractif pour les délégataires et la provision du fonds de renouvellement extension arrive à
couvrir le coût total d’amortissement des ouvrages d’ici l’échéance du projet.

Les tableaux ci-dessous nous donnent le coût d’amortissement des ouvrages et les prévisions
du fonds de renouvellement extension pour l’échéance du projet, pour les prix du mètre cube
à 400FCFA, 500FCFA et 625 FCFA. Voir les tableaux suivants :

Tableau N°20 : prix du mètre cube d’eau 400 FCFA


Cout d’amortissement FCFA Fonds de renouvellement Marge FCFA
extension FCFA

53 316 154 46 332 231 -6 983 923

Tableau N°21: prix du mètre cube d’eau 500 FCFA


Cout d’amortissement FCFA Fonds de renouvellement Marge FCFA
extension FCFA

53 316 154 57 915 288 +4 599 134

Tableau N° 22: prix du mètre cube d’eau 625 FCFA


Cout d’amortissement FCFA Fonds de renouvellement Marge FCFA
extension FCFA

53 316 154 72 394 111 +19 077 957

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 34


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

4. Discussions
4.1.Etude socioéconomique et hydrogéologique

Tableau N°23 Récapitulatifs des résultats des enquêtes socio-économiques

Modalités Multi-villages de Mallamawa


Labaran
Population égale ou supérieure à 2000 habitants Oui
Population dénombrée 5409
Nombre d’Habitants par F/PMH 1353
Besoins en eau des villages Non couverts
Capacités organisationnelles et de gestion Favorable
Caractéristiques socio-économiques Favorable
Cohésion sociale Bonne
Acceptation des conditionnalités du projet Oui
Niveau de motivation Bon

Au vu du tableau ci-dessus on constate que :

- Les critères d’attribution d’une mini AEP sont réunis ;


- Les capacités organisationnelles sont favorables ;
- Les caractéristiques socio-économiques sont favorables ;
- La cohésion sociale est bonne ;
- Les conditions d’adhésion au projet sont réunies.

Au regard de qui précède, l’étude propose la réalisation de la mini-AEP multi-villages de


Mallamawa Labaran.

Conformément aux critères d’attribution des points d’eau (une BF pour 500 habitants) en
vigueur au Niger, il est proposé l’installation de 12 BF pour satisfaire les besoins immédiats
en approvisionnement en eau potable des 7 villages.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 35


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

4.2.Gestion et maintenances des ouvrages d’eau existants

 Les puits cimentés, ne sont soumis à aucune règle formelle de gestion, l’eau étant
prise gratuitement mais toutefois certaines personnes puisent l’eau avec leurs moyens
d’exhaure pour vendre. Au cas ou ces puits nécessiteraient une réparation ou curage,
les usagers cotisent pour faire face aux coûts.
 Les forages fonctionnels munis de pompe à motricité humaine disposent d’un comité
de gestion chacun. Des pannes fréquentes non prise en charge sont signalées.
Il s’agit d’un dysfonctionnement du Comité de gestion se traduisant par les membres qui
ne jouent pas pleinement leurs rôles d’où :
 des pannes fréquentes et durables ;
 l’indisponibilité des pièces de rechange)
 L’ingérence des leaders coutumiers locaux
 Le détournement des fonds
 Le manque de suivi à tous les niveaux
 Le manque de moyen pour assurer le suivi et le recyclage des CGPE.

La réalisation de la mini-AEP multi-villages palliera à ces constats à travers les actions


suivantes :

,
 La mise en gestion déléguée la Mini AEP,
 Le remplacement du CGPE par des AUSPE,
 Le suivi des indicateurs de performances qui sera assuré par le SAC/SPE,
 L’institutionnalisation du Fonds de Renouvellement et d’Extension (FRE)
 Transfer de la maîtrise d’ouvrage à la commune,
 Le contrôle des services techniques de l’Hydraulique.

4.3.L’étude de la consommation de l’eau


Enfin de ne pas surdimensionner les équipements de la mini-AEP l’approvisionnement en
eau du cheptel n’a pas été pris en compte. Car cette dernière s’effectue selon les saisons à
travers :
- Les mares semi-permanentes ;
- Les puits cimentés où l’eau n’est pas payantes.
DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 36
Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

4.4.Choix des équipements


4.4.1. Réseaux de distribution

Le réseau, de type ramifié, sera réalisé au moyen de canalisations en PVC, desservant des
bornes fontaines, des abreuvoirs et parfois des branchements sociaux. Il est prévu des vannes
pour isoler les tronçons défectueux et permettre des réparations sans pour autant suspendre le
service, des ventouses aux points hauts pour l’élimination de l’air, et des vidanges aux points
bas pour le nettoyage du réseau, l’évacuation des sables et autres dépôts risquant d’obstruer
les conduites. Des bornes de signalisation permettront de repérer les conduites et les
extrémités seront munies d’embouts aux fins d’extensions.

a) Les canalisations
Elles seront en tuyaux PVC PN10, enterrés dans des tranchées de 0,80 m de profondeur avec
des sur-profondeurs au niveau des traversées de routes (ou de pistes), de kori et de buttes de
sable. Les parties aériennes peuvent être en acier galvanisé ou en inox :

- traversées de routes et de pistes : profondeur 1,2 m et fourreau en fonte ;


- traversées de kori : profondeur 1,6 m et fourreau en fonte ou canalisation aérienne en
fonte ;
- traversées de buttes de sable : profondeur variable pour écrêter la surélévation.

b) Les bornes de signalisation


Elles seront constituées de blocs de béton ancrés dans le sol, et balisant les canalisations à
l’endroit des nœuds, des coudes et des embouts.

c) Les plaques pleines


Prévus pour des éventuelles extensions du réseau de distribution, ils seront constitués de tés
ou de prolongations de canalisation, obturés par des plaques pleines.

d) Les vannes
Les robinets - vannes, à opercules, seront raccordées aux canalisations (PN10) par des brides
ou à emboitures plastifiées, et placées dans des regards : voir plan en annexe.

e) Les ventouses
Dimensionnées pour des grands débits (canalisation PN10), elles seront raccordées au moyen
de brides et posées sur des tés dans des regards aux points hauts des canalisations : voir plan
en annexe.

f) Les vidanges
Robinets – vannes, du type décrit précédemment, elles seront placées sur un élément de
conduite raccordé par un collier de prise en charge au point bas du réseau. Un premier regard
abritera la vanne et un second servira de puisard : voir plan en annexe.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 37


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

g) Les bornes fontaines


Construites en béton armé et en parpaings (voir plans en annexe), elles comporteront :

 Une dalle en béton armé avec des pentes permettant de rassembler les eaux de
débordement pour les évacuer par un chenal de drainage cimenté.
 Un compartiment en agglomérés devant abriter le compteur et la vanne de la
borne fontaine. Une porte métallique cadenassée assure la fermeture du
compartiment
 Un puits perdu maçonné de diamètre 0,80 cm et de 1 mètre de profondeur qui
sera rempli de moellons.
 En outre, chaque BF aura les équipements ci-après :
 Une bouche à clé placée après le collier de prise
 Une vanne d'arrêt
 Un compteur d'eau sec
 Deux robinets de puisage.

h) Les abreuvoirs
De forme allongée et de section semi-cylindrique, ils seront réalisés en tôle d’acier
d’épaisseur 30/10 mm peinte à l’antirouille alimentaire, et reposeront sur une dalle en béton
armé : voir plan en annexe.

4.4.2. Réservoir d’eau

Le choix du réservoir dépend des caractéristiques physico-chimiques de l’eau, du coût et de sa


facilité de mise en œuvre.

Quatre types de réservoirs sont proposés :

 Le réservoir en acier inoxydable très utilisé au Niger et disposant des avantages


suivants : fabrication locale, coût relativement réduit, résistant aux intempéries
climatiques, démontage facile et possibilité de réutilisation.

 Le réservoir en béton dont le principal avantage est l’utilisation des matériaux


locaux à 100%, il est également réputé pour sa grande solidité. En revanche, il
présente des inconvénients notoires notamment les fissures de dilatation lorsque
les dispositions constructives n’ont pas été respectées. Pour sa confection, le
réservoir en béton nécessite également des travaux de génie civil de haute qualité.

 Le réservoir en polyester renforcé de fibre de verre peu utilisé au Niger. Grâce à


sa cuve emboîtable et à ses supports métalliques démontables, ce réservoir a, selon
les constructeurs (il est difficile de se prononcer sur sa tenue parce qu'il n’est
utilisé au Niger que depuis une dizaine d’années), les avantages suivants : cuve
non corrodable, légère et résistante, facilité de transport. La légèreté de la cuve, la
facilité de transport et son installation sans moyens de levage réduisent les coûts de
transport, d’installation et de maintenance.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 38


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

 Le réservoir en tôle noire d’au moins 3 mm d’épaisseur de forme cylindrique.


Les réservoirs en tôle noire sont de nos jours rarement utilisés compte tenu des
multiples inconvénients qu’ils présentent. En effet, en contact avec l’eau, la tôle
noire s’oxyde et se dégrade très rapidement ce qui limite leur durée de vie et
implique des travaux entretien périodiques en terme de renouvellement de peinture
(intérieur comme extérieur) et de réhabilitation. Leur seul avantage réside dans
leur coût qui est relativement moins cher par rapport au réservoir en inox.

Le réservoir en acier inoxydable est proposé pour la mini-AEP multi-villages de


Mallawa Labaran, compte tenu des inconvénients que présente le réservoir en
tôle noire, du manque d’expertise sur le réservoir en polyester renforcé de fibre
de verre et des contraintes liées à la réalisation des réservoirs en béton.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 39


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

4.4.3. Réseau d’adduction

Il comprend le forage ou l’ouvrage de prise, la pompe immergée, l’installation de production


d’énergie, les canalisations de refoulement.

a) Le forage
b) Le diamètre de la chambre de captage est de 6’’ ce qui permet d’installer une pompe
immergée de 4’’. L’aménagement de la tête de forage comprendront (voir plan type à
l’annexe):

- la tête de forage en acier galvanisé ;


- les manchons à brides et vissés en acier galvanisé ;
- deux coudes à 90° à brides en acier galvanisé ;
- un compteur d’eau ;
- un té réduit muni d’un robinet de prélèvement ;
- un clapet anti-retour ;
- un purgeur à brides ;
- un robinet vanne à brides ;

La plaque de la tête de forage comportera en outre des trous de passage pour le câble
immergé, les câbles des électrodes, le câble inox de suspension et le tuyau de sonde.

c) La pompe
La pompe immergée placée dans le forage sera de type centrifuge multi-étagée à moteur
asynchrone triphasé. Les moteurs seront de type standard 380 V, 50 HZ ;

Le tuyau flexible de refoulement ou ‘‘colonne montante’’ sera de marque Foraduc ou


Wellmaster, de diamètre défini en fonction de la pompe immergée choisie. Les raccords
seront en acier inoxydable.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 40


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

d) La source d’énergie
Le réseau de distribution d’énergie électrique n’étant pas disponible, deux systèmes
d’exhaures peuvent être envisagés pour la mullti-villages. Il s’agit du système d’exhaure
thermique et du système d’exhaure solaire.

 Système d’exhaure thermique.

Les avantages et inconvénients de l’exhaure thermique.

D’une manière générale, l’exhaure thermique présente les avantages suivants :

 Possibilité d’augmenter la production journalière en jouant sur le temps de


pompage,
 coût de l’investissement relativement faible (par rapport au solaire),
 équipements couramment utilisés au Niger,
 disponibilité de l’eau quel qu’en soit le temps ou l'heure,
 implique une gestion minimale des recettes générées pour assurer la production
d’eau,

En revanche, ce système de pompage présente les inconvénients suivants :

 frais de fonctionnement et d’entretien élevés,


 nécessite une maintenance rigoureuse,
 durée de vie du groupe électrogène limitée (environ 10 000 heures de
fonctionnement),
 une mauvaise gestion des recettes (détournements…) peut bloquer la fourniture
d'eau,
 bruyant,
 nécessite un abri groupe,

Le groupe électrogène, dans le cas d'un système d'exhaure thermique, est choisi en fonction de
la puissance électrique de la pompe. La puissance du groupe électrogène doit être compatible
avec la puissance nécessaire au démarrage de la pompe. Ils sont équipés de moteurs
thermiques diesel accouplés à des alternateurs asynchrones débitant un courant triphasé de
380 V entre 2 phases et 50 HZ. Ils comporteront un tableau de contrôle de tension, courant,
fréquence, pression d’huile, température, etc. Leur démarrage est électrique (par batterie) et
manuel.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 41


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Pour le fonctionnement de l’exhaure thermique, il faut un surveillant et son adjoint pour la


mise en service du groupe électrogène, de la pompe et pour assurer les entretiens courants
(vidange, changement de filtres, le carburant etc.).

 Système d’exhaure solaire

La seconde source d'énergie qui pourrait être utilisée est l'énergie solaire. Le système
d'exhaure solaire présente les avantages suivants :

 Le système solaire utilise une énergie renouvelable (l’ensoleillement);


 Coûts de fonctionnement faibles et une durée de vie des installations prolongée
;
 La fiabilité des matériels photovoltaïques (utilisation dans des zones reculées
où l’usage des hydrocarbures s’avère difficile ;
 Le caractère modulaire des systèmes permet de les adapter aux besoins par
conséquent d’ajuster les charges de maintenance et de renouvellement aux
ressources des utilisateurs ;
 L’entretien facile qui ne nécessite pas un personnel qualifié contrairement au
système d'exhaure thermique.

Cependant, à l'inverse du système thermique, le système solaire à l’inconvénient du temps de


pompage qui est fonction de l’insolation et ne peut être utilisé efficacement que pour des
profondeurs d’exhaure faible à moyenne. Les coûts d'investissement sont également plus
élevés que le système thermique.

Le système d’exhaure solaire comprend l’électropompe, les panneaux solaires, l’onduleur et


les accessoires.

4.5.Choix du système d’adduction en fonction de la source d’énergie

4.5.1. L’énergie électrique

Il n’y a pas de réseau électrique de la Société Nigérienne d’Electricité (NIGELEC) à


proximité des villages. Pour le raccordement au réseau, il faudra installer des câbles de haute
tension d’environ 30 Km soit à partir de Maradi ou de Guidan Roumdji. Vu l’importance des
investissements cette option est abandonnée.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 42


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

4.5.2. L’énergie solaire

Le système d’exhaure solaire sera constitué d’un ensemble de modules photovoltaïques, d’un
onduleur, d’un convertisseur et d’une électropompe. Si toutefois le système solaire est
performant et fiable, il ne faut pas perdre de vue les facteurs limitant suivants :

 Le cout élevé de l’ensemble (10 000 000 FCFA/KWC) :

 Le pompage solaire est très sensible à la forte variation de HMT ; la limite


économique de la HMT est comprise entre 30 et 48 mètres. Pour notre étude la HMT
est de 66.75 m ;

 La compétitivité économique du solaire par rapport aux énergies conventionnelles est


limitée à la puissance relativement faible inférieure à 5 KWC ;

 La puissance maximale des ensembles standards performants existants est


actuellement de 4 KWC.

En tenant compte de ces limitations, le centre ne pourrait pas être équipé d’un système de
pompage solaire.

4.5.3. L’énergie thermique

C’est le système de pompage qui sera retenu pour le dimensionnement des ouvrages. Malgré
son coût d’exploitation élevée, l’analyse financière a montré qu’elle est rentable à partir de
500 FCFA le mètre cube. C’est le système le plus répandu dans la zone de l’étude et les
sources d’approvisionnement en carburant sont variées.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 43


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Conclusions
Au terme de cette étude de faisabilité socio-économique, il se dégage les principales
conclusions suivantes :

 Le centre Mallamawa Labaran remplit les critères nationaux d’attribution d’une mini-
AEP (population, nombres de points d’eau modernes insuffisants, acceptation du
principe de la vente de l’eau, motivation, dynamique organisationnelle, expériences en
gestion communautaires, etc.) ;
 La disponibilité en quantité et qualité des ressources en eau souterraines pour la
réalisation et réhabilitions des ouvrages qui doivent alimentés la mini-AEP ;
 La capacité financière de population leur permettant d’assurer l’achat de l’eau ;

Les solutions techniques proposées permettront de satisfaire les besoins en eau des
communautés villageoises de Mallamawa Labaran et environs jusqu’en 2022. On remarquera
que l’exhaure solaire coûtera à l’investissement plus cher que le thermique. En revanche, cela
ne veut pas dire que l’exhaure thermique est plus rentable, au contraire, l’analyse financière
montre que les coûts d’exploitation (surtout pour l’achat du carburant) sont élevés. Avec
l’utilisation de l’énergie renouvelable (solaire) ces charges sont quasi nulles.

Néanmoins, compte tenu d’une part de la proximité des village par rapport au chef lieu de la
région (Maradi) qui facilitera l’approvisionnement en carburant et en pièces de recharge et
d’autre part de la présence d’une expertise locale en matière de maintenance des groupes
électrogènes (les mini-AEP de la région sont en majorité thermique), l’option thermique peut
être retenue pour l’alimentation en eau du centre de Mallamawa Labaran. L’analyse financière
montre que malgré ses charges de fonctionnement élevées, la mini-AEP thermique est aussi
rentable en vendant à 500 FCFA le m3 d’eau qui est un tarif couramment appliqué au plan
national pour ce genre d’infrastructure en milieu rural².

Pour assurer la pérennisation des investissements nous recommandons les mesures suivantes :

- Mettre en place l’association des usagers du service publique de l’eau,


- Former l’association des usagers du service publique de l’eau, pour qu’elle puisse
jouer son rôle
- Choisir un délégataire à la fin des travaux conformément au guide du service publique
de l’eau.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 44


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Bibliographie
- Centre International de Référence pour l’approvisionnement en eau collective et
l’assainissement (CIR) - Alimentation en eau des petites collectivités, technologies
appropriées pour les petites installations d’alimentation en eau dans les pays en voie
de développement. Août 1983.
- Ministère de l’Hydraulique et de l’Environnement, Niger – Guide des services
d’alimentation en eau potable en milieu rural. Avril 2010.
- KRB Ingénier Conseils SARL – Etude de faisabilité de réalisation de 5 mini-AEP
dans la région de Maradi ; 2006.
- Groupe Art et Génie - Etudes d’avant projet sommaire de huit (8) mini adductions
d’eau potable dans les communes de Dakori, Chadakori, Guidan Roumdji et Guidan
Sori (Région de Maradi), Août 2010.
- Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) – Adduction
d’eau potable avec pompe photovoltaïque. Pratiques et recommandations de
conception et d’installation. Octobre 2005.
- Cabinet THEC – Etudes technique de la réalisation des minis AEP. Avant projet
sommaire. Mars 2010.
- Cabinet ISEAU – Etude d’avant projet de huit (8) mini adductions d’eau potable
(MAEP) dans les communes de Bader Goula, Dakoro et Korahane (Département de
Dakoro). Février 2010.
- Cabinet THEC – Etude de faisabilité de la mini AEP du village de Oubandjada
(Région de Maradi). Août 2004.
- Bureau Central du Recencement, Ministère de l’Economie et des Finances,
Recencement Général de la population et de l’Habitat (RGP/H – 2001 – résultats
définitifs : Répartition par sexe et par ménage de la population du Niger 2001,
décembre 2004.

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 45


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Annexes
1. Plan du réseau
2. Plans bornes fontaines tête de forage, château d’eau.
3. Devis estimatif des travaux

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 46


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 4


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 4


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 4


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 5


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

CADRE DU DEVIS ESTIMATIF MINI AEP MULTI-VILLAGES DE MALAMAWA LABARAN


MONTAN
N° DESIGNATION Uté Qté P.U.
T
Mobilisation/Démobilisation de tout le matériel et du
1
personnel nécessaires à tous les travaux
1.1 Amenée sur le site FF 1 800 000 800 000
1.2 Repli du chantier FF 1 600 000 600 000
2 TETE DE FORAGE

Tête de forage comforme au plan et à la description du CPT et


comprenant une plaque métallique ancrée dans un socle en
2.1 Ens 1 1 250 000 1 250 000
béton armé, un compteur,un robinet, un clapet anti-retour, une
vanne de reglage, un manomètre, ventouse et piège à sable

Fourniture et pose de cloture grillagée autour de la tete de forage telle


2,2
que décrite dans le CPT et corforme au plan
Ens 1 1 200 000 1 200 000

3 ELECTROPOME IMMERGEE

Fourniture et installation d'une électropompe SP 14 A-13 débitant 15


m3/h à une HMT de 65 m y compris cable moteur et cable inox (4mm
3.1
de diam) de protection et accessoires pour solaire (masse de terre),
Ens 1 2 500 000 2 500 000
électrodes, cables pour électrodes et coffret de c

3.2 Fourniture et pose de la colonne montante (FORADUC) et accessoires ml 50 35 000 1 750 000
4 GROUPE ELECTROGENE
Groupe électrogène à moteur diesel 1500 tr / min de 12,5 KVA de
puissance , monté sur skid avec réservoir incorporé, démarrage
4.1 U 1 5 500 000 5 500 000
électrique et manuel, équipé conformément au CPT, y compris un lot
de pièces et deux fût avec 200 l de gas-oil.
Construction d'un local pour groupe electrogène telle que décrite dans
4.2 U 1 2 500 000 2 500 000
le CPT et corforme au plan
5 CHÂTEAU D'EAU

Fourniture et pose d'un reservoir d'eau de 50 m3 sur 8 m en acier inox


selon les normes françaises sur des supports en acier profilés avec
5.1 échelle d'accès, trop plein, vidange, dispositif de bypass et arrêt Ens 1 26 500 000 26 500 000
réservoir plein et clapet anti-retour sur refoulement y compris études du
sol,calculs des fondations et armatures

Fourniture et pose de cloture grillagée autour du réservoir telle que


5.2 Ens 1 1 200 000 1 200 000
décrite dans le CPT et corforme au plan
6 RESEAU DE DISTRIBUTION

Borne fontaine complète avec 2 robinets de puisage (standard


Français), compteur volumétrique(2.5 m3 PN 15), raccords,
6.1 U 12 700 000 8 400 000
joints, accesoires hydrauliques, aire d'assainissement y.c collier
de prise en charge, tuyau 32mm d'une long moyenne de 10m

Fourniture et pose de canalisation PVC de 140 mm de diam y compris


6,2 les pièces spéciales et les butées, mise en œuvre (terrassement) ml 12 9 000 108 000
conformément au CPT
Fourniture et pose de canalisation PVC de 110 mm de diam y compris
382
6.3 les pièces spéciales et les butées, mise en œuvre (terrassement) ml 7 000 26 740 000
conformément au CPT 0

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 5


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

Fourniture et pose de canalisation PVC de 90 mm de diam y compris 272


6.4 les pièces spéciales et les butées, mise en œuvre (terrassement) ml 5 500 14 960 000
conformément au CPT
0

Fourniture et pose de canalisation PVC de 63 mm de diam y compris 350


6.5 les pièces spéciales et les butées, mise en œuvre (terrassement) ml 4 500 15 750 000
conformément au CPT
0

Fourniture et pose de canalisation PVC de 50 mm de diam y compris


6.6 les pièces spéciales et les butées, mise en œuvre (terrassement) ml 370 4 000 1 480 000
conformément au CPT
6.7 Construction de regard pour protection de vanne U 10 100 000 1 000 000
6.8 Construction de regard pour vidange U 2 130 000 260 000
6.9 Fourniture et pose de vanne à bride pour PVC DN 110 mm U 2 170 000 340 000
6.10 Fourniture et pose de vanne à bride pour PVC DN 90 mm U 2 150 000 300 000
6.11 Fourniture et pose de vanne à bride pour PVC DN 63 mm U 2 130 000 260 000
6.12 Fourniture et pose de vanne à bride pour PVC DN 50 mm U 2 125 000 250 000
7 Fourniture du plan de recollement du réseau U 1 600 000 600 000
8 RESEAU D'ADDUCTION (REFOULEMENT)
Fourniture et pose de canalisation PVC de 90 mm de diam y compris
8.1 les pièces spéciales et les butées, mise en œuvre (terrassement) ml 50 4 500 157 500
conformément au CPT
8,20 Traversée de route et kori ml 0
8,30 Traversée de route ml 7 30 000 210 000
9 ESSAI ET DESINFECTION
9.1 Essai de pression conformément aux clauses du CPT U 1 800 000 800 000
Désinfection des conduites et des réservoirs à l'hypchlorite
9.2
conformément au CPT
U 1 800 000 800 000
Essai des installations et mésure des performances conformément au
9.3
CPT
U 1 300 000 300 000
10 FORMATION
Formation technique de 1 surveillant y compris l'outillage et toutes
10.1
sujétions
U 1 500 000 500 000
117 015
TOTAL HT
500

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 5


Etude de faisabilité de la mini-AEP multi-villages de Mallamawa Labaran

DAOUDA Soumeila, Master Spécialisé GSE 2011/2012. 1