Vous êtes sur la page 1sur 106

ab

Suivre
la bonne direction
Couvrir et financer à court terme des paiements
ciblés avec les crédits et encaissements documentaires
d’UBS Trade & Export Finance
Se sentir compris

Parce que nous sommes à votre écoute et que nous répondons


à vos besoins individuels, votre entreprise reçoit le soutien adapté
tant au niveau national qu’international

Quelle est l’étendue des services bancaires nécessaires à une Quelle que soit la taille de votre entreprise, qu’elle opère dans le
entreprise ? Tout dépend de ses besoins spécifiques et de ses secteur des produits ou des services, au niveau local, national
attentes à l’égard de sa banque. ou mondial, peu importe : vous trouverez chez UBS des services
bancaires parfaitement adéquats. Pour vous, nous créons de la
Vous voulez développer votre valeur ajoutée, ce qui est bon pour vos affaires.

entreprise à long terme.


De quels services bancaires votre entreprise a-t-elle besoin ?
La réponse réside dans les nécessités liées à vos activités. Nous
vous proposons tout d’abord un conseil approfondi, axé sur
les exigences, les objectifs et les processus de votre entreprise.
Ensuite, grâce à notre gamme complète de produits et services,
nous élaborons avec vous une solution tout à fait ajustée aux
­besoins de votre société.

2
Couvrir et financer les opérations

UBS Trade & Export Finance vous aide à renforcer votre position
de partenaire commercial attrayant ainsi qu’à couvrir et financer
­correctement vos opérations

Dans les affaires de grande envergure, en particulier au niveau Notre gamme de prestations couvre tous les types de crédits
international, les instruments bancaires propres à sécuriser une et d’encaissements documentaires, ainsi que les garanties ban-
prestation ou un paiement, ou à financer la livraison de mar- caires, les financements à l’exportation et les prestations sup-
chandises ou de prestations, font tout naturellement partie des plémentaires telles que les solutions supply chain, le forfaitage
éléments de base de la conclusion d’un contrat. et les opérations d’escompte. Nos spécialistes se tiennent à
votre disposition pour vous conseiller en détail et vous indiquer
Il est donc judicieux, à cet égard, de choisir un partenaire quel instrument ou quelle combinaison d’instruments convient
bancaire disposant du savoir-faire le plus large en matière de le mieux dans chaque cas particulier. Vous obtenez dans les
Trade & Export Finance et capable d’apporter à la fois des meilleurs délais une solution adaptée à vos besoins et pouvez
connaissances détaillées et une vue globale du domaine. compter sur un traitement irréprochable de la transaction.

Si les entreprises actives au niveau national et international ont


de préférence recours à nous en matière de Trade & Export
Bien couvrir et financer vos opérations
­Finance, cela tient essentiellement à deux raisons. D’une part, avec UBS Trade & Export Finance.
nous sommes en mesure, grâce à notre capacité, à notre
­infrastructure et à notre réseau de relations global, de soutenir Dans le domaine des opérations documentaires plus précisément,
efficacement nos clients partout et en tout temps. D’autre des connaissances pointues et une expérience internationale
part, nous disposons de spécialistes dotés de connaissances de longue date jouent un rôle extrêmement important. Il s’agit
approfondies et d’une large expérience dans tous les domaines en effet de maîtriser des opérations complexes, dont les
du Trade & Export Finance. spécificités sont soumises à des règles émises par la Chambre de
commerce internationale de Paris. Nos spécialistes sont donc
vos meilleurs partenaires : ils mettent vos biens et vos prestations
sur la voie souhaitée, en toute sécurité.

3
Offrir sécurité et financement

Les crédits et les encaissements documentaires assurent par-delà


les frontières un flux de marchandises fluide et peuvent parallèlement
servir d’instrument de financement à court terme

En matière de commerce international, les produits proposés et Les crédits ou encaissements documentaires peuvent constituer
les prix ne sont pas les seuls critères de succès. Un règlement les instruments adéquats en fonction des besoins de couver-
efficace des paiements constitue également un élément essen- ture des partenaires commerciaux. Ils s’articulent autour d’un
tiel pour le partenaire commercial. Les livraisons de marchan- système très diversifié et doté d’une grande souplesse. Les
dises d’un pays à l’autre sont rarement payées d’avance ou au spécialistes d’UBS en matière de financement commercial vous
comptant ; les paiements échelonnés ou les délais de paiement indiqueront la solution appropriée pour chaque situation.
prolongés constituent la règle. De fait, l’importateur a besoin Dans cette brochure, vous trouverez les principaux aspects liés
de liquidités suffisantes pour son activité commerciale courante. aux crédits et encaissements documentaires, sans couvrir tous
Il en va de même pour l’exportateur, qui cherche à écourter au les cas possibles et imaginables – sans garantie d’exhaustivité.
maximum ses délais de créance. L’intervention d’une banque Dans votre pratique d’exportateur ou d’importateur, le conseil
s’avère donc primordiale lorsqu’il s’agit de financer des livraisons personnalisé assuré par les spécialistes d’UBS vous aidera à trouver
de marchandises ou de garantir des paiements. la voie la plus sûre pour mener à bien votre activité commerciale
à l’échelle internationale.
Crédits et encaissements
documentaires – l’instrument
de paiement et de crédit
adéquat pour chaque transaction.
Les crédits documentaires d’UBS constituent les instruments
adéquats pour qu’aucun obstacle ne vienne entraver le flux de
vos marchandises ou la fourniture de vos prestations au-delà
des frontières. Un crédit documentaire vous offre la garantie,
en tant qu’exportateur, d’être payé intégralement à la date
­souhaitée et dans la monnaie appropriée. En tant qu’importateur,
vous pouvez à l’inverse avoir l’assurance que les marchandises
ou prestations commandées vous seront effectivement livrées.

4
Sommaire

1 Sauvegarde contre les risques et garantie 4 Le crédit documentaire dans les opérations
de paiement et des prestations dans le de troc, les affaires de compensation et de
commerce extérieur   9 « switch » 41
1.1 Observations générales   9 4.1 Définitions 41
1.2 Comment garantir les prestations et les paiements ?   9 4.2 Troc 41
1.2.1 Garantie de prestation pour l’acheteur   9 4.3 Compensation 41
1.2.2 Garantie de restitution d’acompte pour l’acheteur   9 4.3.1 Compensation intégrale 41
1.2.3 Garantie de paiement pour le vendeur   9 4.3.2 Compensation partielle 41
1.3 Tableau synoptique des possibilités de couverture 4.3.3 Affaire liée ou contre-affaire (counterpurchase) 41
­bancaire des risques, illustré par un exemple 4.3.4 Compensation triangulaire ou « switch »
d’exportation 11 de marchandises 42
4.3.5 Exemple d’une affaire de compensation 42
4.4 Affaire de « switch » 43
2 Le crédit documentaire dans l’import / export 13 4.5 Coopération (buy-back) 43
2.1 Principes fondamentaux 13
2.2 Les modalités du crédit documentaire 13 5 Check-lists relatives aux crédits documentaires 45
2.2.1 Selon les critères de sécurité 13 5.1 Check-list pour le vendeur après réception
2.2.2 Selon les modalités de paiement 14 du crédit documentaire 45
2.3 Exemple d’un crédit documentaire confirmé 16 5.1.1 Contrôle général 45
2.3.1 Ouverture du crédit documentaire 17 5.1.2 Délais et expédition de la marchandise 46
2.3.2 Utilisation du crédit documentaire 18 5.1.3 Effets de change 46
2.4 A quoi le vendeur doit-il veiller ? 23 5.1.4 Factures commerciales 46
2.4.1 Avant l’ouverture du crédit documentaire 23 5.1.5 Documents de transport en général 46
2.4.2 Après l’ouverture du crédit documentaire 23 5.1.6 Connaissements (Bills of lading) 46
2.4.3 Avant la présentation des documents 23 5.1.7 Connaissements de charte-partie 46
2.4.4 Fixation des dates et délais 23 5.1.8 Documents de transport couvrant au moins
2.5 A quoi l’acheteur doit-il veiller ? 24 deux modes de transport différents 46
2.6 Les documents dans le crédit documentaire 25 5.1.9 Documents de transport aérien 46
2.6.1 Irrégularités dans les documents 25 5.1.10 Documents d’assurance 46
2.7 Frais 25 5.1.11 Certificats d’origine 46
5.2 Check-list pour le vendeur avant présentation
3  Le crédit documentaire dans le commerce des documents sous crédit documentaire 47
de transit 27 5.2.1 Contrôle général 47
3.1 Données du problème pour un intermédiaire ou 5.2.2 Délais 47
une entreprise générale 27 5.2.3 Les traites 48
3.2 L’utilisation du crédit documentaire et de la cession 5.2.4 Les factures commerciales
comme instrument de financement 28 (Commercial invoices) – RUU art. 18 50
3.2.1 Transfert du crédit documentaire 28 5.2.5 Les connaissements (Bills of lading) – RUU art. 20 52
3.2.2 Le crédit documentaire « back-to-back » 37 5.2.6 Les lettres de transport maritime non négociables
3.2.3 Ouverture d’un crédit « back-to-back » 37 (Non-negotiable sea waybills) – RUU art. 21 54
3.2.4 Utilisation du crédit après livraison 38 5.2.7 Les connaissements de charte-partie
3.2.5 La cession 39 (Charter party bills of lading) – RUU art. 22 56
5.2.8 Les documents de transport couvrant au moins
deux modes de transport différents
(Transport documents covering at least two
different modes of transport) – RUU art. 19 58
5.2.9 Les documents de transport aérien
(Air transport documents) – RUU art. 23 60

6
5.2.10 Les documents de transport par route, rail ou voie 7 Garanties bancaires et lettres de crédit
d’eau intérieure (Road, rail or inland waterway « standby » 83
transport documents) – RUU art. 24 62 7.1 Principes fondamentaux 83
5.2.11 Les récépissés de sociétés de courrier express 7.1.1 Définition de la garantie bancaire 83
(Courier receipts) – RUU art. 25 66 7.2 Instruments analogues 83
5.2.12 Les documents d’assurance et type de couverture 7.3 Principales sortes de garanties dans le commerce
(Insurance documents and coverage) – RUU art. 28 68 extérieur 83
5.2.13 Autres documents (Other documents) 70 7.3.1 La garantie de soumission (Bid bond / tender bond) 83
7.3.2 La garantie de bonne exécution (Performance bond) 83
6 L’encaissement documentaire 77 7.3.3 La garantie de restitution d’acompte
6.1 Principes fondamentaux 77 (Advance payment guarantee) 84
6.1.1 Dans quels cas est-il indiqué de recouvrer 7.3.4 La garantie en cas de défaut de paiement
une créance au moyen d’un encaissement (Payment guarantee) 84
documentaire ? 77 7.3.5 La lettre de crédit « standby »
6.1.2 Quels sont les avantages spécifiques de (Standby letter of credit) 84
l’encaissement documentaire ? 77
6.1.3 Les participants à un encaissement documentaire 77 8 Règles et Usances uniformes de l’ICC relatives
6.2 Genres et formes de l’encaissement 78 aux Crédits Documentaires (RUU 600)   87
6.2.1 Documents contre paiement (Documents against
payment, D / P) (Cash against documents, c.a.d.) 78 Supplément aux RUU 600 pour la Présentation
6.2.2 Documents contre acceptation (Documents électronique (eRUU) 101
against acceptance, D / A) 78
6.2.3 Documents contre lettre d’engagement 78 9 Règles uniformes de la CCI relatives
6.2.4 Acceptation avec remise des documents à aux Encaissements (RUE 522) 105
l’échéance, uniquement contre paiement 78 A Dispositions générales et Définitions 105
6.3 Exemple de traitement d’un encaissement B Forme et Structure des Encaissements 105
documentaire 78 C Forme de la Présentation 106
6.4 A quoi le vendeur doit-il veiller ? 80 D Obligations et Responsabilités 107
6.4.1 Avant de choisir l’encaissement documentaire E Paiement 108
pour recouvrer une créance 80 F Intérêts, Commissions et Dépenses 109
6.4.2 Après avoir choisi l’encaissement documentaire G Autres Dispositions 109
pour recouvrer une créance 80
6.4.3 Check-list pour l’établissement des documents 80 10 Incoterms 
®
2010 111
6.4.4 Check-list pour donner l’ordre d’encaissement 80
6.5 A quoi l’acheteur doit-il veiller ? 81 11 Index 113

12 Glossaire en cinq langues 115

13 Bibliographie 123

7
1 Sauvegarde contre les risques et
garantie de paiement et des prestations
dans le commerce extérieur

1.1 Observations générales 1.2.2 Garantie de restitution d’acompte pour l’acheteur


La vente de marchandises et l’octroi de prestations à des ache- Très souvent, le contrat prévoit le versement d’un acompte.
teurs étrangers comportent des risques supplémentaires par Celui-ci doit permettre au vendeur d’acheter les matières
rapport au commerce local. Dans un contrat d’exportation, ils premières ou servir à couvrir les premiers frais de fabrication.
peuvent aller de l’acquisition des matières premières à la fabri- Afin d’avoir la certitude que l’acompte versé ne sera pas utilisé
cation et à l’entreposage des marchandises, en passant par la à d’autres fins que celles stipulées dans le contrat, l’acheteur
livraison à une date déterminée et au paiement. De tels facteurs peut demander l’établissement d’une garantie de restitution
d’insécurité pèsent également – bien que dans une moindre d’acompte (advance payment guarantee) par une banque.
mesure – sur l’octroi des prestations de services. L’objectif de Voir page 84.
cette brochure n’est pas d’analyser les risques propres à l’expor-
tation, mais de mettre en évidence les moyens de sauvegarder 1.2.3 Garantie de paiement pour le vendeur
les intérêts du vendeur et de l’acheteur. Pour l’acheteur, il im- Modes de paiement classés d’après les critères de sécurité :
porte avant tout que soient exécutées les prestations convenues 1. Facture (aucune sécurité bancaire)
tandis que le vendeur est intéressé au premier chef par un 2. Effet de change
paiement ponctuel. Dans les transactions internationales, les 3. Encaissement documentaire
risques augmentent du fait que l’acheteur est plus difficilement 4. Crédit documentaire non confirmé
à même d’évaluer la crédibilité d’un partenaire d’affaires étran- 5. Crédit documentaire confirmé
ger que dans le cas du commerce avec un fournisseur indigène. 6. Garantie en cas de défaut de paiement
Par ailleurs, en cas de non-respect des conditions du contrat, 7. Lettre de crédit « standby »
l’acheteur dispose de moyens de recours plus limités pour faire 8. Paiement d’avance
valoir ses droits. Cela est aussi valable pour l’exportateur qui, en
plus des risques inhérents au transport, encourt celui de ne pas Il est possible d’effectuer les paiements de différentes manières ;
recouvrer sa créance (risque d’insolvabilité, de ducroire). Sans le mode choisi dépend cependant très souvent de la qualité
parler de la difficulté d’évaluer exactement les « risques pays » des relations existant entre le vendeur et l’acheteur. Pour un petit
(risque politique, monétaire et de transfert). montant, et si les deux partenaires se font réciproquement
confiance, l’opération peut éventuellement s’effectuer contre
simple facture. Le fait de renoncer à une sécurité de paie-
1.2 Comment garantir les prestations et les paiements ? ment permet d’exécuter la transaction avec un minimum de
contraintes administratives. En revanche, il n’est pas conseillé
1.2.1 Garantie de prestation pour l’acheteur de livrer, sur cette base, des biens ou des services à un acheteur
L’acheteur veut avoir l’assurance que le vendeur est en mesure étranger, si les partenaires se connaissent mal ou si le risque
de lui fournir la prestation convenue. Il demande de ce fait pays est trop élevé. Le genre de garantie sera déterminé au cas
des garanties bancaires pouvant prendre les formes suivantes : par cas et convenu entre l’importateur et l’exportateur. Les
possibilités sont les suivantes :
1. La garantie de soumission (bid bond) donne à l’acheteur
la certitude que le vendeur maintiendra obligatoirement Effet de change
son offre jusqu’au moment de l’adjudication. L’acheteur se Si un vendeur accorde un délai de paiement à l’acheteur, il peut
protège ainsi contre tout retrait anticipé de l’offre. Vous se protéger au moyen d’un effet de change accepté par
trouverez une description détaillée de ce type de garantie l’acheteur. Pour autant, la garantie de paiement ainsi accordée
en page 83. dépend fortement de la législation en vigueur pour les effets
de change dans le pays de l’acheteur. Une plus grande ­sécurité
2. La garantie de bonne exécution (performance bond) est assurée lorsque l’effet de change est avalisé par une tierce
est une protection financière incitant le vendeur à partie, par ex. la banque de l’acheteur. Les effets acceptés / avalisés
remplir strictement ses obligations contractuelles dans peuvent être escomptés ou forfaités par UBS dans certaines
les formes et délais prescrits. Voir page 83. conditions. Vous trouverez de plus amples informations sur cette
forme de sécurité de paiement dans la brochure UBS « Finance-
ment des exportations ».

9
Encaissement documentaire Crédit documentaire confirmé par la banque notificatrice
a) Documents contre paiement Un tel crédit signifie qu’en plus de la banque émettrice, un
La banque chargée de l’encaissement (banque présentatrice) deuxième établissement (banque confirmante) a l’obligation
n’est autorisée à remettre les documents qu’après paiement ­d’honorer ou de négocier sans recours si les conditions du
du montant de la facture. Il s’agit néanmoins d’un instrument crédit documentaire sont remplies. Pour le vendeur, cela sup-
de paiement ne devant être utilisé que si les relations d’af- prime dans la plupart des cas les risques pays et de ducroire
faires entre les deux partenaires contractuels sont stables et inhérents aux crédits non confirmés. (Risque pays = danger
si la confiance est réciproque. Au cas où l’acheteur refuserait que les avoirs et les créances à l’étranger ne puissent être rapa-
d’honorer ses engagements, il est souvent extrêmement triés par les voies d’affaires normales, en raison d’événements
difficile de récupérer la marchandise sans subir de grosses sur lesquels le gouvernement en place peut avoir une certaine
pertes. emprise, mais totalement hors du domaine d’influence d’en-
treprises privées et de particuliers. Le risque pays comprend les
b) Documents contre acceptation risques politiques et de transfert.) Description détaillée
Il s’agit d’une autre forme d’encaissement documentaire. en page 13.
En règle générale, la banque du vendeur transmet les
documents à la banque de l’importateur, avec instruction de Garantie en cas de défaut de paiement
ne s’en dessaisir que contre acceptation de l’effet présenté. Par une telle garantie, une banque s’engage à payer l’exportateur
L’acceptation est le plus souvent effectuée par l’acheteur. à première réquisition si ce dernier lui remet une déclaration
de défaut de paiement. Cette garantie est limitée dans le temps
Ce procédé a pour inconvénient de permettre à l’acheteur et se prête particulièrement au commerce des biens de con­
d’entrer en possession de la marchandise avant de la payer. sommation. La garantie en cas de défaut de paiement est souvent
Il existe certes une créance, mais il n’est pas toujours facile utilisée conjointement avec le mode de paiement « contre
de la recouvrer dans le pays de l’importateur. ­facture ». Description en page 84 et dans la brochure UBS
« Garanties bancaires ».
Ces deux modes de paiement, ainsi que d’autres, sont traités
en page 78. Lettre de crédit « standby » confirmée (standby letter of credit)
Il s’agit d’un instrument de garantie de défaut de paiement
Crédit documentaire non confirmé par la banque notificatrice soumis cependant aux « Règles et Usances uniformes relatives
La banque émettrice (en général la banque de l’acheteur) prend aux Crédits Documentaires » (RUU) ou aux « International
vis-à-vis du vendeur l’engagement d’honorer, si les documents Standby Practices ISP98 » de l’ICC. Les paiements sont généra-
conformes aux termes et conditions du crédit documentaire sont lement effectués contre remise de la déclaration que le montant
présentés dans les délais impartis. Il n’existe pas d’engagement dû n’a pas été versé. A travers la confirmation, une deuxième
d’une autre banque, ce qui, lorsqu’il s’agit de pays à haut risque banque apporte son engagement d’honorer ou de négocier
politique ou de transfert, ne va pas toujours sans poser de sans recours (cf. également le chapitre « Crédit documentaire
problèmes. La solvabilité de la banque émettrice joue en outre confirmé par la banque notificatrice »). Description de la lettre
un rôle prépondérant. Description détaillée en page 13. de crédit « standby » en page 84 et dans la brochure UBS « Ga-
ranties bancaires ».

10
1.3 Tableau synoptique des possibilités de couverture
bancaire des risques, illustré par un exemple
d’exportation

Données du problème Quelle couverture bancaire ? A quelle page cette


question est-elle
traitée plus en
détail ?

1. Generator SA, Genève, fabrique de machines, Pour garantir son offre, Generator SA charge la banque de fournir Page 83
désire obtenir le contrat mis en soumission par la garantie de soumission exigée (bid bond).
Electricity Supply Ltd., Osaka. ou dans la brochure
UBS « Garanties
Afin d’éliminer les soumissionnaires peu sérieux bancaires »
ou non qualifiés, l’acheteur n’accepte
que les offres accompagnées d’une garantie.

2. Generator SA a obtenu le contrat et convient Pour garantir la livraison et la prestation, la banque établit sur Page 83
maintenant avec Electricity Supply Ltd. des instructions de Generator SA la garantie de bonne exécution
détails concernant son exécution et la livraison. exigée (performance bond). ou dans la brochure
UBS « Garanties
bancaires »

3. Pour procéder à la fabrication des machines La banque établit, sur ordre de Generator SA, une garantie de Page 84
commandées et en préparer la livraison, restitution d’acompte fixé contractuellement (advance payment
Generator SA demande à Electricity Supply Ltd. guarantee) qui entre en jeu si la livraison n’est pas effectuée. ou dans la brochure
de lui verser un acompte. UBS « Garanties
bancaires »

4. Generator SA fournit ses prestations conjointe- Sur ordre de Generator SA, la banque émet les garanties requises Page 28, 37, 39
ment avec des membres du consortium ou pour la totalité du montant (garanties dans les affaires en
des sous-traitants, mais est seule responsable consortium), donc y compris les parts des autres membres du ou dans la brochure
vis-à-vis d’Electricity Supply Ltd. en tant consortium ou sous-traitants. Pour limiter son engagement à sa UBS « Garanties
qu’entreprise générale. propre part, Generator SA exige des autres membres du consor- bancaires »
tium ou sous-traitants, des sous-garanties pour les montants
partiels correspondants. Puis, pour faire participer les membres
du consortium ou les sous-traitants à la sécurité de paiement
reçue sous forme de crédit documentaire ouvert par la banque
de l’acheteur en sa propre faveur, Generator SA, soit prie sa
banque d’effectuer un ou plusieurs transferts ou d’ouvrir un ou
plusieurs crédits back-to-back en leur faveur, soit convient avec
les membres du consortium ou les sous-traitants d’une cession
proportionnelle des droits de créance en vertu du crédit docu-
mentaire.

5. Generator SA fait financer sa livraison par un La banque octroie un crédit d’exportation à condition que, dans le Vous trouverez de
crédit à l’exportation couvert par la SERV. cadre des dispositions en vigueur et des besoins effectifs, l’Assu- plus amples détails
rance suisse contre les risques à l’exportation (SERV) ait été préala- sur ces questions
blement accordée. dans la brochure UBS
« Financement des
exportations ».

6. Generator SA et Electricity Supply Ltd. ont Generator SA charge UBS d’effectuer l’encaissement documen- Page 77
convenu que le paiement d’une partie taire. UBS transmet les documents à la banque de l’acheteur,
­déterminée de la livraison se ferait par encais­ qui à son tour les remet à Electricity Supply Ltd. contre paiement ou
sement documentaire. acceptation d’un effet de change (selon l’ordre).

11
Données du problème Quelle couverture bancaire ? A quelle page cette
question est-elle
traitée plus en
détail ?

7. Generator SA et Electricity Supply Ltd. ont Le donneur d’ordre – Electricity Supply Ltd. – demande à sa Page 13
convenu que le paiement portant sur la livraison banque (banque émettrice) d’ouvrir un crédit documentaire en
principale se ferait par crédit documentaire. faveur de Generator SA. Suivant les besoins des partenaires com-
merciaux, le crédit documentaire sera non confirmé ou confirmé
(éventuellement transférable) et le plus souvent notifié par un corres-
pondant (par exemple : UBS) dans le pays du vendeur. Les documents
prescrits par le crédit sont envoyés par le bénéficiaire (Generator SA)
à UBS, qui les transmet à la banque émettrice, pour être ensuite remis
au donneur d’ordre (Electricity Supply Ltd.). Le paiement s’effectuera
à vue ou à terme suivant les prescriptions du crédit.

8. Generator SA ne peut vendre à l’étranger que Pour garantir les opérations de troc, les affaires de compensa- Page 41 – 43
si le pays de destination peut, en contrepartie, tion et de « switch », il est possible d’ouvrir réciproquement des
livrer des marchandises à Generator SA ou à crédits documentaires et d’en effectuer le règlement par un compte
une tierce entreprise. de compensation.

12
2 Le crédit documentaire
dans l’import / export
2.1 Principes fondamentaux Le crédit non confirmé est la forme la plus utilisée de nos
Le crédit documentaire est un arrangement irrévocable d’une jours. L’extrait de l’art. 7 RUU définit clairement l’enga­gement
banque de payer un montant déterminé au fournisseur d’une de la banque émettrice d’honorer. Dès le moment où cet
marchandise ou d’une prestation, contre remise, dans un délai engagement est donné, il n’est plus possible d’y revenir sans
fixé, de documents conformes attestant que la marchandise a l’accord du bénéficiaire. Toute modification ou annulation
été expédiée ou la prestation effectuée. ­unilatérale d’un crédit est de ce fait impossible.

Le crédit documentaire est donc un instrument de paiement Il n’y a rapport d’obligation qu’entre le bénéficiaire et la banque
dont le commerce international ne pourrait plus se passer de émettrice. Il importe donc audit bénéficiaire d’examiner très
nos jours. Il permet, en effet, d’assurer la mise à disposition, soigneusement le risque de ducroire et plus particulièrement le
puis le paiement d’une somme donnée, cela pour autant que risque pays. UBS est en mesure de fournir les renseignements
soient respectées des conditions clairement fixées d’avance. utiles sur toutes ces questions.
Il peut également servir au financement des exportations.
S’il s’agit d’un crédit non confirmé, il est essentiel pour le bé-
Les documents prescrits dans un crédit documentaire sont néficiaire de savoir où ledit crédit est réalisable. Si le lieu de
soumis à des conditions très strictes. Le bénéficiaire doit réalisation est le domicile de la banque émettrice, le risque
savoir qu’il ne pourra être payé que contre remise de d’acheminement des documents sera également supporté par
­documents absolument conformes et que ceux-ci consti- le bénéficiaire en plus des risques évoqués précédemment. Le
tuent la seule base de décision pour la banque. La conformité bénéficiaire devra en outre tenir compte du fait que les délais
des documents se vérifie sur la base des « Règles et Usances de présentation se réfèrent également à la banque étrangère.
uniformes relatives aux Crédits Documentaires » (RUU) de la Il en va autrement lorsque la banque émettrice charge un cor-
Chambre de Commerce Internationale de Paris. RUU art. 5 respondant implanté dans le pays du bénéficiaire d’honorer ou
stipule à ce sujet que « les banques ont à considérer des docu- de négocier des documents pour son compte. Dans ce cas, la
ments à l’exclusion des marchandises, services ou prestations banque désignée (banque du bénéficiaire) peut examiner les
auxquels les documents peuvent se rapporter ». Ces règles documents et les honorer ou négocier. Elle n’y est cependant
figurent en page 87 ss. pas obligée et surtout l’examen et l’envoi des documents ne
l’engagent nullement à honorer ou négocier. Il est important de
Un crédit documentaire ne couvre pas uniquement la livraison savoir, notamment lors des paiements différés, que la banque
de marchandises. Il est par exemple possible d’assurer désignée pourra refuser le paiement, même après vérification
la livraison d’usines clés en main au moyen de tels crédits. De des documents et leur transmission à la banque émettrice.
la même façon, des prestations, des paiements périodiques En outre, la plupart des paiements effectués par la banque
et des engagements ayant le caractère de garanties peuvent ­désignée se font après réception de la couverture.
être liés à un crédit documentaire, à condition toutefois que
la date du paiement puisse être fixée d’après les documents Crédit documentaire confirmé par la banque notificatrice
requis. Il peut aussi être employé comme moyen de crédit si, « Pour autant que les documents stipulés soient présentés à
par exemple, il est utilisable comme instrument de base dans la banque confirmante ou à toute autre banque désignée,
le commerce de transit (cf. page 27). et qu’ils constituent une présentation conforme, la banque
confirmante doit :
i. honorer …
2.2 Les modalités du crédit documentaire ii. négocier sans recours … » (RUU art. 8 a)

2.2.1 Selon les critères de sécurité


Crédit documentaire non confirmé par la banque notificatrice
« Pour autant que les documents stipulés soient présentés à
la banque désignée ou à la banque émettrice, et qu’ils consti-
tuent une présentation conforme, la banque émettrice doit
honorer … » (RUU art. 7)

13
Par un crédit confirmé, le bénéficiaire reçoit deux ­engagements Crédit documentaire réalisable par paiement à vue
indépendants, celui de la banque émettrice et celui de la banque Le bénéficiaire obtient le paiement sur remise et après contrôle
confirmante. Pour que cette dernière accepte de prendre un tel des documents. L’opération se fait sur la base du « donnant-­
engagement, certaines conditions doivent être remplies : donnant » (paiement contre documents) ; la banque disposera
a) Le crédit doit clairement formuler la demande ou l’autorisation d’un délai maximum de cinq jours ouvrés suivant le jour de
de la banque émettrice au correspondant d’ajouter sa con­ présentation des documents pour les opérations de vérification
firmation. (La formule « Nous ouvrons notre crédit confirmé » et pour honorer, négocier ou refuser les documents. Il peut
ne suffit pas.) néanmoins arriver – même pour les crédits à vue – que la date
b) Le crédit doit être réalisable aux guichets de la banque confir- de valeur appliquée au paiement soit différée de quelques
mante. jours. C’est notamment le cas lorsque la banque désignée doit
c) Le texte doit être sans équivoque et ne contenir aucune se procurer la couverture en une ou plusieurs étapes auprès
clause qui, en fait, permettrait à l’acheteur d’empêcher de banques tierces.
l’utilisation du crédit par le vendeur (clause dite d’arrêt).
Crédit documentaire réalisable par acceptation
A ces points purement techniques s’ajoutent certaines exigences (avec traite à terme)
spécifiques à la politique de crédit. Ainsi, chaque banque L’exportateur tire une traite à terme, selon les dispositions pres-
examinera soigneusement le risque de ducroire et le risque pays crites, sur la banque émettrice ou sur celle qui confirme, ou
avant de confirmer un crédit documentaire. Si elle y renonce encore sur tout autre banque désignée. L’échéance de la traite
et sauf stipulation contraire dans le crédit, elle pourra notifier le peut, par exemple, être à 90 jours de la date de la facture ou
crédit au bénéficiaire sans engagement de sa part, mais devra de la date d’expédition attestée par le titre de transport. A
en informer la banque émettrice. Avec un crédit confirmé, le présentation des documents, il n’y a donc pas paiement, mais
bénéficiaire peut (mais ce n’est pas une obligation) avoir comme acceptation d’effet de change.
seul interlocuteur la banque confirmante. S’il s’agit d’un éta-
blissement de premier ordre de son pays, il se verra alors libéré Crédit documentaire réalisable par paiement différé
du souci du risque pays (risque politique et de transfert) et du Ce crédit ne présente que très peu de différence par rapport
risque d’acheminement des documents. au précédent, si ce n’est qu’il n’y a pas d’acceptation d’effet
de change. Sur présentation de documents conformes, la
Le crédit documentaire confirmé offre donc une grande sécurité. banque autorisée (banque émettrice, confirmante ou toute
Il présente en outre d’autres avantages pour l’exportateur et autre banque designée) s’engage par écrit à effectuer le
peut, le cas échéant, être utilisé comme instrument de crédit, paiement à l’échéance. Le terme de l’échéance doit être clai-
que ce soit en relation avec des opérations de transfert (cf. page rement stipulé dans le crédit documentaire. Les paiements
28) ou avec des préfinancements. S’il s’agit d’un crédit à terme différés sont possibles, tant pour les crédits confirmés que
confirmé, la banque examine en outre volontiers la possibilité non confirmés.
d’un prépaiement sous certaines conditions et moyennant la
déduction d’intérêts. Du point de vue des commissions, le crédit à paiement différé
peut être plus avantageux que le crédit avec traite à terme.
2.2.2 Selon les modalités de paiement Il a toutefois pour inconvénient de n’autoriser, en règle générale,
« Un crédit doit indiquer la banque auprès de laquelle il est le prépaiement d’une créance que par la banque désignée
réalisable ou s’il est réalisable auprès de toute banque. Un crédit (sans obligation de sa part), alors qu’un crédit réalisable par
réalisable auprès d’une banque désignée est également réalisable acceptation de traites offre d’autres possibilités.
auprès de la banque émettrice. Un crédit doit indiquer s’il est
réalisable par paiement à vue, paiement différé, acceptation ou Les crédits documentaires à terme (c’est-à-dire les crédits
négociation. » (RUU art. 6 a, b) contre acceptation et ceux à paiement différé) sont des
financements accordés à l’acheteur. Ce dernier peut souvent
revendre la marchandise avant l’échéance et, avec le produit,
payer le montant du crédit documentaire.

14
Crédit documentaire réalisable par négociation par exemple comme suit : « red clause AUD 50 000 permitted ».
Un crédit est réalisable par négociation à vue ou à terme. La Cela signifie que la banque désignée (en l’occurrence la banque
négociation s’effectue par la banque désignée. Le crédit est australienne) peut payer une avance de AUD 50 000 avant la
utilisé par le bénéficiaire sur présentation d’une traite (tirée le remise des documents. Ce versement est effectué contre quittance,
plus souvent sur la banque émettrice), accompagnée des le bénéficiaire devant de plus s’engager à remettre les documents
documents spécifiés, ou contre remise des documents unique- requis durant la validité du crédit documentaire. Dans ce cas,
ment. Une traite n’est donc pas indispensable (RUU art. 2). l’acheteur assume en fin de compte le risque inhérent à une telle
Le bénéficiaire obtient les fonds après déduction d’un escompte avance.
avant ou au plus tard le jour ouvré où le remboursement est dû
à la banque désignée. Crédit documentaire renouvelable (« revolving »)
Pour obtenir des prix avantageux, l’acheteur peut envisager,
Lorsque la banque désignée négocie des traites / documents d’entente avec le vendeur, une commande de marchandises
en vertu d’un tel crédit, elle avance en fait la valeur de ces dépassant ses besoins du moment. La livraison sera donc
traites / documents pour autant qu’ils soient jugés conformes échelonnée sur une période déterminée. L’acheteur peut alors
aux termes et aux conditions du crédit. Le montant ainsi avan- faire ouvrir un crédit documentaire renouvelable (revolving)
cé par la banque désignée représente la contre-valeur des d’un montant couvrant la contre-valeur d’une livraison frac-
traites / documents après déduction des intérêts courus depuis tionnée. Ce crédit pourra stipuler, par exemple, « montant du
la date de négociation jusqu’à réception du remboursement crédit : CHF 10 000, renouvelable cinq fois jusqu’à concurrence
de la banque émettrice, avec ou sans recours selon que la banque d’un maximum de CHF 60 000 ». Dès que la première tranche
désignée ait ou non ajouté sa confirmation. de CHF 10 000 est utilisée, le crédit entre automatiquement
en vigueur pour la deuxième tranche de CHF 10 000 et ainsi
Une banque désignée qui n’a pas confirmé le crédit docu- de suite, jusqu’à ce que le montant total de CHF 60 000 soit
mentaire n’est pas obligée de négocier les traites / documents atteint. La « clause de renouvellement » peut être formulée
en avançant les fonds au bénéficiaire (RUU art. 12 a). Si la de différentes façons, selon les besoins. Il est ainsi possible
banque désignée n’effectue pas d’avance, elle ne négocie pas de fixer les tranches de la façon suivante : « montant du cré-
les traites / documents au sens de l’article 2 des RUU, mais se dit CHF 10 000, renouvelable chaque mois pour la même
contente d’en prendre livraison et de les transmettre à la banque somme, la première fois en janvier, la dernière en mai 20XX.
émettrice. En l’espèce, la banque désignée paie le bénéficiaire Montant maximal payable au titre de ce crédit documentaire :
seulement une fois qu’elle a reçu la couverture de la banque CHF 60 000. » Par la mention « cumulatif » ou « non cumu-
émettrice. latif » figurant dans le crédit documentaire, les tranches non
utilisées ou les soldes de celles partiellement utilisées peuvent
Crédit documentaire avec acomptes être ajoutées ou non aux tranches subséquentes.
Le versement d’acomptes dans le cadre d’un crédit documentaire
peut s’effectuer de différentes manières. Toutefois, on fait la L’art. 32 RUU revêt une importance particulière, puisqu’il
distinction entre acomptes garantis et acomptes non garantis. S’il exclut la possibilité de continuer à utiliser le crédit si tout ou
s’agit d’acomptes garantis, la banque du bénéficiaire doit fournir une partie d’une expédition fractionnée n’a pas eu lieu :
une garantie qui, la plupart du temps, se réduit en proportion des
livraisons effectuées (cf. « Garantie de restitution d’acompte », « Si un tirage ou une expédition fractionné au cours de
page 84). ­périodes déterminées est stipulé dans le crédit et qu’une fraction
n’est pas utilisée ou expédiée dans la période autorisée pour
Les acomptes non garantis ne protègent pas l’importateur en cas cette fraction, le crédit cesse d’être réalisable pour cette frac-
d’utilisation abusive. tion et pour toute fraction subséquente. » (RUU art. 32)

La « red clause » est une forme particulière d’acompte. Il s’agit


d’une faveur spéciale accordée au vendeur dans le cadre d’un
crédit documentaire. Elle permet à la banque désignée de verser
une avance au bénéficiaire pour qu’il puisse se procurer les
­marchandises. Ce type de crédit a notamment été en usage dans
le commerce lainier avec l’Australie. La clause était primitivement
inscrite à l’encre rouge (d’où son nom). Elle peut être formulée

15
2.3 Exemple d’un crédit documentaire confirmé Négociation et conclusion du contrat
Le crédit documentaire peut revêtir différentes formes. La dé-
cision y relative se prend en général lors de la négociation du
contrat entre acheteur et vendeur. Les détails des dispositions Electricity Supply Ltd.,
du crédit sont fixés lorsque l’acheteur donne à sa banque Osaka (ESL)
l’ordre d’ouvrir le crédit documentaire. A ce stade, le vendeur –
qui est informé des conditions du crédit – devrait s’assurer que
celles-ci lui conviennent et demander, s’il y a lieu, des préci-
sions ou des amendements. Il est de l’intérêt des deux parte- Contrat
naires contractuels que chaque condition particulière du crédit
soit décrite clairement et correctement. Cela facilite par la suite
le contrôle des documents.

Afin d’illustrer notre propos, nous décrivons ci-après le trai­ Generator SA, Zurich (GSA)
tement d’un crédit confirmé. Il s’agit ici de la livraison d’un
gé­nérateur suisse au Japon. Deux banques participent à l’opé­
ra­tion : la banque japonaise de l’importateur et la ban­que Electricity Supply Ltd., Osaka (ESL), passe la commande suivante
suisse de l’exportateur. L’opération se déroule en plusieurs à Generator SA, Zurich (GSA) :
phases comme l’indique le schéma suivant.
Marchandise : Générateur complet
Date de livraison : Mai 20XX
Le traitement d’un crédit documentaire se subdivise en deux Conditions
parties : l’ouverture du crédit et son utilisation. de livraison : CFR Osaka
Transport : Par voie terrestre jusqu’à Rotterdam,
maritime ensuite jusqu’à Osaka
Prix : CHF 378 000
Conditions
de paiement : Contre crédit documentaire réalisable
par paiement à vue devant être ouvert
par l’Industrial Bank of Asia, Tokyo (IBA),
et confirmé par UBS Switzerland AG,
Zurich (UBS)

16
2.3.1 Ouverture du crédit documentaire

Ouverture et confirmation du crédit documentaire

Donneur d’ordre (acheteur) Banque émettrice Banque Bénéficiaire (vendeur)


Electricity Supply Ltd., Osaka (ESL), Industrial Bank of Asia, notificatrice / confirmante Generator SA,
Importateur Tokyo (IBA) Zurich (GSA),
exportateur

Notification / 
Ordre d’ouvrir un Crédit con­firmation du crédit
crédit documentaire documentaire documentaire

UBS

Dans notre exemple, l’ouverture du crédit est effectuée par Dès réception du crédit documentaire, le fournisseur doit en
l’Industrial Bank of Asia, Tokyo (IBA), sur demande de vérifier le texte. Si celui-ci diverge du contrat ou renferme
­Electricity Supply Ltd., Osaka (ESL), après que vendeur et ache- des conditions que le vendeur ne peut pas remplir, il appartient
teur se soient mis d’accord sur les conditions de livraison et de à ce dernier de demander à l’acheteur d’effectuer par voie
paiement. A réception de l’ordre de l’acheteur (cf. spécimen bancaire les rectifications nécessaires aussi rapidement que
p. 19), l’Industrial Bank of Asia contrôle si son client dispose de possible. Voir check-list page 45.
la couverture nécessaire sous forme d’avoirs ou de lignes de
crédit. Elle vérifie également l’ordre, afin d’éliminer, d’entente
avec le client, les éventuels points imprécis ou peu clairs. Cela
fait, la banque émettrice envoie par SWIFT l’avis d’ouverture
(cf. spécimen p. 20) à la banque du vendeur (dans notre
exemple, UBS) avec demande ou autorisation de confirmer le
crédit documentaire. L’acheteur reçoit en même temps un avis
d’exécution.

La banque du vendeur (UBS) vérifie l’authenticité et la teneur


du crédit, ainsi que la solvabilité et la réputation de la banque
émettrice, de même que le risque pays de l’importateur. Si
les contrôles s’avèrent satisfaisants, elle devrait être disposée
à confirmer le crédit, mais rien ne l’y oblige. Si elle refuse
d’ajouter sa confirmation et à moins que le crédit n’en dispose
autrement, elle pourra notifier le crédit documentaire au
bénéficiaire sans engagement de sa part, mais devra en aviser
la banque émettrice (IBA).

17
2.3.2 Utilisation du crédit documentaire

Utilisation du crédit par présentation et transmission


des documents

ESL IBA GSA

Paiement Couverture Paiement

Documents Documents Documents

UBS
Livraison de la marchandise

Après expédition de la marchandise, Generator SA, Zurich (GSA), réunit tous les documents nécessaires pour les présenter à la banque
confirmante (UBS) qui la crédite du montant de ceux-ci après leur contrôle. UBS transmet les documents et se couvre en débitant la banque
émettrice (IBA). L’IBA transmet les documents à l’acheteur (ESL) et débite à son tour le compte de ce dernier.

Le vendeur (Generator SA, Zurich) produira, dans les délais, les Si, contrairement à la banque confirmante (UBS), la banque
documents nécessaires à l’utilisation du crédit. La présentation émettrice (IBA) estime après examen que les documents ne sont
des documents (qui inclut normalement les documents de trans- pas conformes aux conditions du crédit, elle peut approcher le
port) n’aura donc lieu qu’après expédition de la marchandise. donneur d’ordre afin d’obtenir la levée des irrégularités (RUU art.
L’acheteur aura ainsi une preuve documentaire que le vendeur a 16 b). Si celui-ci refuse, la banque émettrice doit en informer im-
expédié la marchandise comme convenu. médiatement UBS par SWIFT, télécommunication ou tout autre
moyen de communication rapide, et cela au plus tard à la fin du
Le paiement n’est effectué qu’à condition que le vendeur ait cinquième jour ouvré suivant le jour de présentation des docu-
présenté, dans les délais, les documents conformes et complets ments. Dans un cas comme dans l’autre, elle doit en même temps
à la banque confirmante (UBS). Cette dernière les vérifie, puis signaler à UBS « chaque irrégularité en vertu de laquelle la banque
crédite le compte du bénéficiaire (vendeur). La banque dispose refuse d’honorer … » (RUU art.16 c, ii) et qu’elle tient les docu-
d’un délai – ne dépassant pas cinq jours ouvrés suivant le jour ments à disposition en attendant les instructions du présentateur
de réception des documents – pour les opérations de vérification. ou tient les documents à disposition dans l’attente de la réception
d’une acceptation du donneur d’ordre (qu’elle est d’accord d’ac-
La banque confirmante transmet à son tour les documents à la cepter) ou retourne les documents ou agit selon instructions re-
banque émettrice (Industrial Bank of Asia, Tokyo). Parallèlement, cues précédemment du présentateur (RUU art. 16 c). Après avoir
elle débite le compte de la banque émettrice ou se fait rem- donné un tel avis, la banque peut cependant retourner les docu-
bourser par un établissement préalablement choisi (banque de ment au présentateur à n’importe quel moment (RUU art. 16 e).
remboursement). C’est-à-dire que la banque confirmante prie
la banque de remboursement de lui payer ou de lui créditer la
contre-valeur des documents. La banque de remboursement est
de préférence un correspondant de la banque émettrice et de la
banque confirmante.

18
Exemple
Demande d’ouverture

Documentary Credit Application To  INDUSTRIAL BANK OF


I B A ASIA, TOKYO
 
mark where applicable

We request you to issue on our behalf and for our account your Irrevocable Documentary Credit in accordance with the instructions below.
The credit is to be subject to the “Uniform Customs and Practice for Documentary Credits” of the International Chamber of Commerce,
Paris, issued for the first time in 1933.

x 
 by teletransmission (full text)

   
transferable


 by (air) mail  

   with brief teletransmission (preadvice)

Bankers of the Beneficiary Valid until 21ST JUNE 20..


UBS Switzerland AG x 
 with the Bankers of the Beneficiary


8098 ZURICH  with you

Beneficary Currency and amount SFR *378 000.––*


GENERATOR SA  
approx. (+ / –10%)

  x 
 max.


POSTFACH 642, 8045 ZURICH  

x 
Credit available  by sight payment

   
by deferred payment at

   days after
 

N
against the documents detailed herein

E
Partial shipments  

  x 
allowed  prohibited

  Shipment  FCA

   
CPT

CIM
Transshipments  

  x 
allowed  prohibited

  From ROTTERDAM  FOB

   
CIP


For transportation to OSAKA x 
 CFR

   
CIF

E
Not later than 31ST MAY 20.. 

P
port or place

S
OSAKA
Goods (Brief description without excessive details)

1 COMPLETE GENERATOR UNIT AS PER ORDER NO. 6348 OF 4TH MARCH 20..

Documents required
x 
Commercial invoice

  x 
 signed, original and 2 copies


 Air Waybill (original for the Consignor / Shipper), consigned to


 Full set Multimodal Transport Document (covering at least two different modes of transport)


x 
Full set Marine / Ocean Bill of Lading (covering a port-to-port shipment)


  

x   ––
to the order
  x 
 and endorsed in blank


x  marked freight
  x prepaid

    payable at destination


x  notify ELECTRICITY SUPPLY LTD., P.O. BOX 1539, OSAKA

 Insurance

     Policy
    Certificate, covering the following risks


x 
Certificate of origin

    Packing list

  x 
  
 WORK CERTIFICATE, WEIGHT LIST
Additional Terms

CERTIFICATE OF ORIGIN TO BE ISSUED IN DUPLICATE, EVIDENCING SWISS ORIGIN


AND LEGALIZED BY THE CHAMBER OF COMMERCE.

Commissions and Charges x 


 all commissions and charges to be borne by us


 your commissions and charges to be borne by us, those of the correspondent bank


to be charged to Beneficiary
 

Period for presentation Documents to be presented within days after the date of shipment but within the validity of the Credit

Confirmation instructions x 
 to be confirmed (only possible if Credit is valid with the Bankers of the Beneficiary)


 not to be confirmed

Debit account No. 999.999.XX X Place and date OSAKA, 16TH MARCH 20..
Purchase of foreign  
immediately

  Person in charge / Phone No.
exchange cover  
on availment of Credit

  Name and signature(s) of the applicant

 
Foreign exchange contract No.

  ELECTRICITY SUPPLY LTD.

19
Exemple
Ouverture d’un crédit documentaire par SWIFT

II: Own BIC / TID UBSWCHZH80A BIC identified as:


UBS Switzerland AG
8098 ZUERICH

MT: SWIFT Message Type 700 Issue of a Documentary Credit

IO: Correspondents BIC / TID IBAAJPOS50B identified as:


INDUSTRIAL BANK OF ASIA
TOKYO / JAPAN

27: Sequence of Total 1/1

N
40A: Form of Documentary Credit IRREVOCABLE

E
20: Documentary Credit Number 9303222 / 8888

IM
31C: Date of Issue 19.03.20 . .

C
40E: Applicable Rules UCP LATEST VERSION

E
31D: Date and Place of Expiry 21.06.20 . . IN SWITZERLAND

S P
50: Applicant ELECTRICITY SUPPLY LTD.
P.O. BOX 1539
OSAKA / JAPAN

59: Beneficiary GENERATOR SA


P.O. BOX 642
CH-8045 ZUERICH / SWITZERLAND

32B: Currency Code, Amount CHF 378'000,00

41A: Available with ... By ... UBSWCHZH80A


UBS Switzerland AG
8098 ZUERICH
BY PAYMENT

43P: Partial Shipments NOT ALLOWED

43T: Transhipment NOT ALLOWED

44E: Port of Loading /Airport of ROTTERDAM / THE NETHERLANDS


Departure

44F: Port of Discharge /Airport of OSAKA / JAPAN


Destination

44C: Latest Date of Shipment 31.05. 20 . .

45A: Description of Goods and /or Services


1 COMPLETE GENERATOR UNIT AS PER ORDER NO. 6348 OF 4 MARCH 20..
CFR OSAKA
46A: Documents Required
+ SIGNED COMMERCIAL INVOICE, ORIGINAL PLUS 2 COPIES
+ FULL SET OF CLEAN 'ON BOARD' BILL OF LADING, ISSUED TO ORDER,
BLANK ENDORSED, NOTIFY ELECTRICITY SUPPLY LTD. P.O. BOX 1539, OSAKA / JAPAN
MARKED 'FREIGHT PREPAID'
+ CERTIFICATE OF ORIGIN, ORIGINAL PLUS ONE COPY, EVIDENCING SWISS ORIGIN,
CERTIFIED BY CHAMBER OF COMMERCE
+ WORK CERTIFICATE
+ WEIGHT LIST
49: Confirmation Instructions CONFIRM

**************************************************************************************

20
Exemple
Notification

UBS Switzerland AG
Case postale
CH-8098 Zurich
Tél. +41 44 238 11 11
SWIFT UBSWCHZH80A
TELEX 813 811 ub ch

Trade Finance Services


Crédits Documentaires
000100
Jean Exemple
Generator SA Tél. +41-44-239 11 11
Case postale 642 tfs-zurich@ubs.com
8045 ZURICH
ubs.com/tef

19 mars 20..

E N
C IM
PE
Notre référence: 0123 / AB123456CDE

S
Avis d’un crédit documentaire

Crédit documentaire No.: 9303222 / 8888


Montant du crédit: CHF 378’000.00
Date et lieu de validité: 21 juin 20.., Suisse
Banque émettrice: INDUSTRIAL BANK OF ASIA, TOKYO / JAPAN
Donneur d’ordre: ELECTRICITY SUPPLY LTD., OSAKA

Ce crédit documentaire a été émis par la banque susmentionnée.

Veuillez trouver en annexe une copie de l’avis d’ouverture comportant tous les termes et conditions
du crédit.

Ce crédit documentaire est confirmé par nous conformément aux stipulations correspondantes des RUU.

Règlement des frais selon les instructions suivantes:


ALL CHARGES ARE FOR ACCOUNT OF APPLICANT.

Veuillez contrôler minutieusement les termes et conditions du crédit. En cas de désaccord ou


d’impossibilité de remplir l’un ou l’autre de ces termes et conditions, nous vous prions d’obtenir un
amendement par le biais de votre partie contractuelle (le donneur d’ordre).

Avec nos meillleures salutations,

UBS Switzerland AG
Trade Finance
Valable sans signature

21
Exemple
Remise de documents

Remettant

Nom/Prénom/Raison sociale SA
NPA/Localité
Interlocuteur
Recommandé
N° de téléphone
N/Réf.
UBS Switzerland AG
Trade Finance
t

Remise de documents

Crédit documentaire UBS Switzerland AG

No En utilisation partielle totale

du crédit documentaire susmentionné nous vous remettons ci-inclus les documents suivants:

Documents de transport

Connaissement (B/L) Document de transport aérien (AWB) Document de transport par rail

Document de transport par route Récépissé postal Récépissé de sociétés de courrier


(CMR) express

Autres documents

Traite Facture commerciale Facture consulaire

Police/certificat d’assurance Certificat d’origine Note de poids/d’emballage

Le montant utilisé de

est

à créditer à notre compte No

Remarques

SA
Zurich, 7 juin 20xx

Lieu/Date Timbre de l’entreprise/Signature

84325F Juin 2015

22
2.4 A quoi le vendeur doit-il veiller ? 2.4.2 Après l’ouverture du crédit documentaire
– Le vendeur vérifiera dès réception si les conditions du crédit
2.4.1 Avant l’ouverture du crédit documentaire correspondent bien à celles convenues avec l’acheteur. Si ce
– Déterminer au cours même des négociations contractuelles n’est pas le cas, il demandera immédiatement à l’importateur
quel est pour le vendeur le moyen de paiement le plus ap- d’amender le crédit documentaire.
proprié. Le paiement se fera d’autant plus facilement que – Il contrôlera également si chacune des conditions peut être
vendeur et acheteur se seront mis d’accord sur la teneur du remplie. Si toutes les conditions ne sont pas fidèlement
contrat et les modalités de règlement. Le risque encouru par remplies, l’engagement de paiement de la banque
l’exportateur est plus important si celui-ci n’a jamais eu affaire tombe, du fait qu’elle peut refuser les documents en cas de
à l’acheteur ou à d’autres importateurs du pays concerné. En divergences.
tant qu’exportateur, vous pouvez profiter de notre conseil dès – Voir check-list en page 45.
ce stade. Avec la confirmation de sa banque, le vendeur
obtient le maximum de sécurité de paiement. Les frais 2.4.3 Avant la présentation des documents
sont certes un peu plus élevés, mais ce surcroît de dépense se Le bénéficiaire doit savoir que la banque n’effectue le paiement
justifie. Si l’exportateur opte pour cette solution, il doit cepen- que contre remise de documents en tous points conformes. La
dant, avant la signature du contrat, s’assurer que sa banque banque n’est pas en mesure de juger les conséquences possibles
est disposée à confirmer un crédit documentaire de la banque d’une divergence constatée dans les documents. Il ne lui est
de l’acheteur. pas non plus possible de trancher sur des questions qui seraient
– Dans les pays ayant mis en place un contrôle des changes du seul ressort de spécialistes de la branche concernée. Sa tâche
et / ou d’autres mesures restrictives, le traitement des se borne à vérifier si les documents concordent en apparence
­opérations documentaires peut subir un certain retard. Il est avec les prescriptions du crédit. L’examen des documents porte
donc recommandé de fixer contractuellement jusqu’à quel essentiellement sur les points suivants :
moment le vendeur doit être en possession d’un crédit docu- 1) Intégralité
mentaire qu’il juge acceptable. 2) Conformité avec les conditions du crédit
– Les points les plus importants sont à fixer par écrit à la conclu- 3) Concordance des données dans un document et concor-
sion du contrat de vente, afin d’éviter des controverses sur les dance des documents entre eux
détails du crédit prévu. A savoir : 4) Conformité avec les RUU de la CCI et avec les pratiques
– Montant et monnaie (point important, surtout si la valeur bancaires internationales
du contrat et le montant du crédit documentaire diffèrent).
– Faut-il adjoindre la mention « environ » (plus / moins 10% Voir à ce sujet la check-list détaillée reproduite en page 47.
admis), pour obtenir une certaine tolérance concernant le
montant du crédit ou la quantité ? 2.4.4 Fixation des dates et délais
– Chez qui le crédit est-il réalisable ? A part la date de validité, tout crédit exigeant un document
– Est-il à confirmer ? Par qui ? de transport original (RUU art. 19­–25) devrait également
– Doit-il être transférable ? stipuler la période au cours de laquelle le document de trans-
– Durée de validité du crédit, délai d’expédition de la mar- port devra être présenté à la banque, conjointement avec les
chandise, lieu de présentation des documents. autres documents. Si une telle période n’est pas stipulée, les
– Le paiement doit-il être effectué à vue ou à terme ? banques refuseront les documents présentés plus de 21 jours
– Les livraisons partielles et les transbordements sont-ils auto- après la date d’expédition. Dans tous les cas cependant, les
risés ? documents doivent être présentés au plus tard à la date d’ex-
– Quelles sont les conditions de livraison, quels sont les lieux piration du crédit (RUU art. 14 c).
d’expédition et de destination à prescrire dans le crédit ?
(Pour les conditions de livraison, nous renvoyons le ­lecteur Si la date d’expiration du crédit et / ou le dernier jour du délai
aux « Règles de l’ICC pour l’utilisation des termes de de présentation des documents tombent sur un jour où la
commerce nationaux et internationaux », en abrégé banque est fermée, la date en question sera reportée au pre-
« Incoterms ® 2010 », édictées par la Chambre de Commerce mier jour de réouverture de ladite banque (RUU art. 29 a).
Internationale. Voir page 111.)
– Quels sont les documents à présenter pour l’utilisation du
crédit ? (Il est conseillé d’en faire une énumération aussi
­précise que possible.)
– Qui supporte les frais et lesquels ?

23
Si la durée de validité du crédit est ainsi prorogée, cela En donnant à la banque l’ordre d’ouvrir le crédit documentaire,
­n’implique pas automatiquement le report de la date extrême l’acheteur doit accorder une attention particulière aux points
d’expédition ; celle-ci doit donc également être prorogée si suivants :
besoin est (RUU art. 29 c). – Stipuler clairement dans l’ordre d’ouverture si le crédit doit
être confirmé par la banque du vendeur, auquel cas il convient
Il ne sera pas tenu compte de mots tels que « promptement », de préciser qui aura à payer les frais de ladite banque.
« immédiatement », « dès que possible » à moins qu’ils ne – Donner l’adresse exacte du vendeur – le bénéficiaire du cré-
doivent être utilisés dans un document (RUU art. 3). dit – et, le cas échéant, sa relation bancaire, afin d’éviter les
erreurs d’acheminement ou les retards.
S’il est fait usage de l’expression « le ou vers le … » ou d’une – Le montant du crédit et la quantité de marchandise peuvent
mention similaire, les banques l’interpréteront comme pres- être indiqués de manière précise, mais il est souvent pré-
crivant qu’un événement doit survenir durant une période de férable de laisser une certaine marge de manœuvre. Si les
cinq jours calandaires qui précèdent ou qui suivent la date expressions « environ » ou « approximativement » sont em-
indiquée, les jours limites étant inclus (RUU art. 3). ployées pour le montant du crédit ou le prix unitaire ou la
quantité de la marchandise, des écarts de 10% en plus ou
Les mots « au », « jusqu’au », « depuis » et « entre » employés en moins sont tolérés. Même s’il n’est pas fait mention de
pour définir une période d’expédition incluent la date ou les ces expressions, des écarts de 5% en plus ou en moins sont
dates indiquées. Les mots « avant », « après » excluent la date admis sur la quantité sous réserve que le montant des tirages
mentionnée (RUU art. 3). ne dépasse pas le montant du crédit, à moins que le crédit
ne l’interdise formellement. Cette tolérance ne s’applique pas
Les mots « depuis » et « après » utilisés pour déterminer une lorsque la quantité d’unités d’emballages ou d’articles indivi-
date d’échéance excluent la date mentionnée (RUU art. 3). dualisés est spécifiée (RUU art. 30).
– La date de validité et le lieu de présentation doivent être
Les expressions ci-dessous sont à interpréter comme suit : spécifiés. Tout crédit exigeant un document de transport ori-
Première moitié = du 1er au 15e ginal devra également stipuler un délai à compter de la date
d’un mois les jours limites inclus d’expédition, au cours duquel les documents devront être pré-
Seconde moitié = du 16e au dernier jour du mois, sentés à la banque. A défaut de stipulation d’un tel délai, les
d’un mois les jours limites inclus (RUU art. 3) banques refuseront les documents qui leur seront présentés
Commencement = du 1er au 10e, plus de 21 jours après la date d’expédition. Ces documents
d’un mois les jours limites inclus doivent en tous cas être présentés pendant la durée de vali­
Milieu d’un mois = du 11e au 20e, dité du crédit.
les jours limites inclus – Spécifier la période d’expédition et préciser si des expéditions
Fin d’un mois = du 21e au dernier jour du mois, partielles ou des transbordements sont autorisés.
les jours limites inclus (RUU art. 3) – Indiquer avec précision, dans l’ordre d’ouverture, quels sont
les documents nécessaires à l’utilisation du crédit. Le nombre
et la teneur des documents à présenter dépendent largement
2.5 A quoi l’acheteur doit-il veiller ? du mode de transport, du genre de la marchandise et des
L’acheteur de marchandises ou de prestations de services à une conditions de livraison. En ce qui concerne les conditions de
entreprise étrangère renforce sa position pour négocier en ayant ­livraison, nous renvoyons le lecteur aux « Règles de l’ICC
recours à un crédit documentaire. En effet, le vendeur, en raison pour l’utilisation des termes de commerce nationaux
de la sécurité plus grande et de l’exécution rapide du paiement, et internationaux », en abrégé « Incoterms® 2010 » (voir
est davantage enclin à faire des concessions de prix. L’acheteur page 111), édictées par la Chambre de Commerce Internatio-
doit examiner le genre de crédit lui convenant le mieux. Celui-ci nale. En se basant sur les documents, l’acheteur est à même
dépendra néanmoins de l’accord passé avec le partenaire com- de vérifier, du moins pour les points essentiels, si la livraison
mercial. L’acheteur est la partie qui chargera sa banque d’ouvrir est effectuée conformément à ce qui a été convenu.
un crédit documentaire. En règle générale, ce sont les formu- – Eviter les dispositions compliquant inutilement le déroulement
laires mis à disposition par la banque de l’importateur qui sont des opérations ou pouvant difficilement être observées. Elles
utilisés à cette fin. n’ont rien à faire dans un crédit documentaire. En outre, la
banque refusera les clauses qu’elle n’est pas à même de vérifier.

24
– Un crédit ne peut être annulé ou amendé qu’avec l’accord 2.7 Frais
de la banque émettrice, de la banque confirmante (s’il y en a Pour l’ouverture, l’amendement et l’utilisation d’un crédit docu­
une) et du bénéficiaire. mentaire, la banque débite des commissions et frais, tant en
– Pour les monnaies étrangères, peser mûrement si l’achat des rémunération de ses prestations que, éventuellement, en couver-
devises doit être effectué immédiatement ou seulement lors ture du risque inhérent à la transaction. Il s’agit notamment de :
de l’utilisation.
A l’ouverture du crédit :
– frais d’ouverture ;
2.6 Les documents dans le crédit documentaire – commission d’engagement, calculée à compter de la date
Le crédit documentaire doit spécifier avec précision les docu- d’émission jusqu’à la date de paiement, d’expiration du crédit
ments exigés et leur contenu. Les termes généraux pouvant ou d’échéance pour un engagement de paiement différé.
prêter à confusion doivent être évités, y compris les expressions
« première classe », « indépendant », « officiel », etc. (RUU art. 3). En cas de notification du crédit documentaire d’une banque
correspondante :
2.6.1 Irrégularités dans les documents – la commission d’avis pour la notification sans engagement.
Comme déjà mentionné précédemment, la sécurité offerte
par un crédit documentaire est largement réduite en cas de En cas de confirmation du crédit documentaire d’une banque
­divergences. Nous tenons à insister sur ce point et conseillons, correspondante :
une fois encore, de vérifier soigneusement, immédiatement – la commission d’avis ;
dès réception, quels sont les documents prescrits ainsi que les – la commission de confirmation calculée à compter de la date
conditions du crédit afin d’éviter autant que possible les de la confirmation jusqu’à la date du paiement, de l’expira-
­irrégularités. Si le bénéficiaire en constate, il doit s’efforcer de tion du crédit ou de l’échéance d’une obligation de paiement
les faire éliminer dans toute la mesure du possible. Si cela ne ­différé.
peut se faire, il n’est pas rare que la banque désignée soit
­d’accord, malgré les irrégularités constatées dans les documents et En cas d’amendement du crédit documentaire :
d’entente avec le bénéficiaire, pour effectuer le paiement sous – la commission d’amendement.
réserve que la banque émettrice accepte les documents malgré
ces irrégularités. Un paiement « sous réserve » n’est toutefois Pour le règlement du crédit documentaire :
possible que si les irrégularités ne sont pas jugées d’importance – la commission de réalisation pour l’examen des documents et
par la banque désignée et que le bénéficiaire offre toutes les le paiement, plus la commission de suivi en cas de paiement
­garanties nécessaires pour rembourser sur première réquisition. Si différé ;
les documents ne sont pas acceptés en raison de divergences, la – la commission d’acceptation (en lieu et place de la commission
banque désignée est tenue de rétrocéder à la banque émettrice de réalisation) en cas d’acceptation d’une traite à terme.
le montant payé plus les frais, commissions et intérêts de retard
éventuels. La banque émettrice doit donner un avis de refus des Les frais éventuels de télex / SWIFT, de port et autres sont
documents au présentateur et peut lui retourner les documents. facturés en sus.

Le vendeur ne devrait pas prendre à la légère un paiement Lorsqu’il est fait appel aux services d’autres banques pour un
« sous réserve ». En effet, il se pourrait que les documents ne crédit documentaire, celles-ci débitent également des commis-
soient pas honorés, alors que la marchandise est déjà en route sions et des frais. Sauf convention contraire, une banque
ou est peut-être même parvenue à destination. S’ils sont refu- instruisant une autre banque d’exécuter des services est respon-
sés, le vendeur se verra obligé non seulement de rembourser le sable pour tous les frais encourus par cette banque en confor-
montant du crédit, y compris les intérêts, etc., mais encore de mité avec ses instructions. Si un crédit mentionne que des frais
rapatrier la marchandise ou de tenter de l’écouler d’une manière sont pour le compte du bénéficiaire et que ces frais ne peuvent
ou d’une autre, parfois à perte, dans le pays de destination. être recouvrés ou déduits du paiement, la banque émettrice de-
meure responsable pour le paiement de ces frais (RUU art. 37 c).
En cas de non-conformité des documents, il est souvent pré-
férable de prendre contact avec la banque émettrice pour lui
demander si elle accepte les irrégularités.

25
3 Le crédit documentaire dans
le commerce de transit
3.1 Données du problème pour un intermédiaire ou Conclusion des contrats (entreprise générale)
une entreprise générale
Contrairement au fabricant, une maison de commerce de
transit ou une entreprise spécialisée dans le commerce interna- Metal Products Ltd.,
tional des matières premières agit en tant qu’intermédiaire. Tokyo (MPT)
Elle opère pour son propre compte et acquiert la marchandise Acheteur
du producteur. Ce dernier exige cependant, à bon droit, que
l’intermédiaire lui fournisse un engagement bancaire approprié
avant le début de la phase de production ou, au plus tard, à la
livraison. Contrat

L’illustration ci-dessous présente un exemple d’un contrat type.


Modèle SA,
Conclusion des contrats (intermédiaire) Genève (MSA)
Entreprise générale
Nippon Cotton Importers Ltd.,
Tokyo / Japon (NCI)
Acheteur Contrat

Protechnic SA,
Contrat Genève (PSA)
Sous-traitant / producteur

Transit SA, Termes du contrat


Zurich (TSA) Marchandise : Fonderie clés en main
Valeur de la livraison : CHF 42 000 000
Intermédiaire
Conditions de livraison : CFR Tokyo
Conditions de paiement : Crédit documentaire réalisable
à Genève
Contrat
Termes du contrat
Marchandise : Installation électronique
de distribution de courant
Cooperativa Cotonela, Valeur de la livraison : CHF 1 485 000
Buenos Aires / Argentine (CCB) Conditions de livraison : CFR Tokyo
Conditions de paiement : Crédit documentaire réalisable
Fournisseur / producteur
à Genève

Termes du contrat (vente)


Marchandise : Coton argentin, type VERA
Valeur de la livraison : Env. USD 784 380 Pour une entreprise générale soumissionnant pour la livraison
Conditions de livraison : CFR Osaka d’installations clés en main, le problème est analogue. Bien
Conditions de paiement : Crédit documentaire réalisable qu’étant éventuellement elle-même productrice d’une partie de
à Genève la livraison, elle doit faire appel à des sous-traitants pour obte-
nir des produits de base ou la fourniture de certains produits
Termes du contrat (achat)
Marchandise : Coton argentin, type VERA
intermédiaires. Comme mentionné ci-après, les sous-traitants
Valeur de la livraison : Env. USD 760 800 doivent bénéficier également de la sécurité donnée sous forme
Conditions de livraison : CFR Osaka de crédit documentaire par l’acheteur final.
Conditions de paiement : Crédit documentaire
réalisable à Buenos Aires

27
Pour chacun des cas cités, la question se pose de savoir com- C’est pourquoi l’intermédiaire Transit SA de notre exemple
ment les droits acquis en vertu d’un crédit d’origine (= crédit exigera de son acheteur japonais un crédit documentaire trans-
documentaire de la banque de l’acheteur en faveur de l’inter- férable et réalisable auprès d’UBS. Le crédit d’origine japonais
médiaire ou de l’entreprise générale), représentant en quelque devra en outre être confirmé par UBS si celle-ci est appelée à
sorte un capital futur, peuvent être transformés en capital pré- effectuer, avec son engagement, le transfert du crédit en fa-
sent, c’est-à-dire disponible immédiatement. Cela est d’autant veur du fournisseur argentin. Sans cette confirmation, UBS se
plus important que, très souvent, ni l’intermédiaire ni l’entre- bornera à transférer le crédit en faveur d’un tiers, sans engage-
prise générale ne disposent de fonds suffisants pour payer les ment de sa part. Par la confirmation d’un crédit documentaire
producteurs et sous-traitants ou ne désirent pas faire usage transférable, ouvert en sa faveur, l’intermédiaire ou l’entreprise
de leurs limites bancaires pour cette opération. Les exemples générale peut, par le transfert de ce crédit documentaire, don-
suivants décrivent différentes possibilités d’utilisation du crédit ner suite à ses engagements contractuels vis-à-vis de son four-
documentaire en tant qu’instrument de financement. Nous nisseur ou de son sous-traitant, sans pour autant employer ses
tenons cependant à attirer l’attention sur le fait que les pos- propres fonds ou avoir recours à une limite de crédit auprès de
sibilités mentionnées ci-après nécessitent des connaissances sa banque.
étendues de la technique des crédits documentaires et sont
juridiquement complexes. Elles ne peuvent pas être adoptées Le crédit documentaire d’origine doit être utilisable avec les
pour toutes les opérations de crédit documentaire, sauf si documents provenant du crédit documentaire trans­féré. Selon
des sécurités complémentaires sont offertes. Nous sommes les RUU, l’intermédiaire ou l’entreprise générale n’a le droit de
volontiers disposés à vous conseiller avant la conclusion de vos substituer, auprès de la banque qui a transféré le crédit, que sa
négociations de contrats de vente. propre facture et traite en échange de celle du fournisseur ou
du sous-traitant.

3.2 L’utilisation du crédit documentaire et de la cession Dans le but de protéger la banque effectuant le transfert des
comme instrument de financement suites fâcheuses résultant d’un manque de coopération de
­l’intermédiaire ou de l’entreprise générale lors de la substi-
3.2.1 Transfert du crédit documentaire tution de la facture (et éventuellement de la traite), les RUU
Modalités du crédit documentaire d’origine prévoient que :
Un crédit transférable peut être rendu réalisable en tout ou
en partie à un autre bénéficiaire (« second bénéficiaire ») à la « Le premier bénéficiaire a le droit de substituer sa propre fac-
demande du bénéficiaire (« premier bénéficiaire »). « … Une ture, le cas échéant sa traite, en échange de celles du second
banque transférante signifie une banque désignée qui transfère bénéficiaire pour un montant ne dépassant pas celui stipulé
le crédit ou, dans le cas d’un crédit réalisable auprès de toute dans le crédit. Lors d’une telle substitution, le premier bénéfi-
banque, une banque qui est spécifiquement autorisée par la ciaire peut, en vertu du crédit, tirer pour la différence, le cas
banque émettrice à transférer et qui effectue ce transfert. Une échéant, entre le montant de sa propre facture et celui de la
banque émettrice peut être une banque transférante … » facture du second bénéficiaire. Si le premier bénéficiaire doit
(RUU art. 38 b) présenter sa propre facture et, le cas échéant sa traite, mais
qu’il ne le fait pas à première demande, ou si les factures pré-
Pour qu’un intermédiaire ou une entreprise générale puisse faire sentées par le premier bénéficiaire génèrent des irrégularités
usage de cette possibilité, il faut que le crédit d’origine ouvert qui n’existaient pas dans la présentation effectuée par le
en sa faveur soit expressément qualifié de transférable (RUU art. ­second bénéficiaire et que le premier bénéficiaire ne les rectifie
38 b). Des fractions d’un crédit transférable (totalisant au maxi- pas à première demande, la banque transférante a le droit de
mum le montant du crédit) peuvent être transférées séparément présenter à la banque émettrice les documents tels que reçus
à un ou plusieurs tiers (seconds bénéficiaires), à condition que du second bénéficiaire, sans autre responsabilité vis-à-vis du
les expéditions et utilisations partielles ne soient pas interdites. premier bénéficiaire. » (RUU art. 38 h, i)

28
Il est essentiel que le crédit d’origine soit ouvert sous une Droits et obligations de la banque
forme aussi simple que possible, car de trop nombreux « Une banque n’a aucune obligation de transférer un crédit
documents et l’ajout abusif de clauses particulières ne feraient si ce n’est dans les limites et selon les modalités expressément
que compliquer le transfert, voire le rendre impossible. consenties par cette banque. » (RUU art. 38 a)

Si un intermédiaire désire que le fournisseur et l’acheteur Il se peut donc qu’une banque refuse de manière générale
restent inconnus l’un de l’autre, aucun nom ni adresse qui d’opérer le transfert ou n’accepte pas la requête du premier
pourraient révéler l’identité de l’acheteur final ne doivent bénéficiaire de déplacer le lieu de réalisation du crédit docu-
être mentionnés dans les documents du crédit d’origine (par mentaire d’origine, bien que celui-ci soit transférable et ne fasse
exemple : adresse de notification). De même, il doit pouvoir mention d’aucune restriction à ce sujet.
être stipulé dans le crédit documentaire transféré que le four-
nisseur est tenu de présenter des documents neutres, afin
que l’acheteur final ne puisse connaître l’identité du fournisseur
ou du producteur.

Ouverture et transfert du crédit documentaire d’origine

Cooperativa Transit SA, Zurich (TSA) Nippon Cotton


Cotonela, (Intermédiaire) Importers Ltd.,
Buenos Aires /  Tokyo / Japon (NCI)
Argentine (CCB) (Acheteur final)
(Fournisseur /  Contrat Contrat
Donneur d’ordre
producteur)
Second
bénéficiaire Premier bénéficiaire

Notification du Instruction de Avis de confirmation Instruction d’ou-


transfert transfert du du crédit d’origine verture du crédit
crédit docu- documentaire
mentaire

Banco Plata SA, Transfert du Japan Commercial


Buenos Aires (BPB) crédit documentaire Crédit Bank Corp.,
d’origine documentaire Osaka (JCB)
Banque du second
bénéficiaire Banque émettrice
UBS
Crédit documentaire Banque confirmante, Crédit documen-
transféré opérant le transfert taire d’origine

29
Technique du transfert – Le nom du premier bénéficiaire (Transit SA) peut être substi-
A réception du crédit d’origine et après vérification de sa confor- tué à celui du donneur d’ordre du crédit
mité, Transit SA charge UBS de le transférer en faveur de son d’origine (Nippon Cotton Importers Ltd., Tokyo), mais :
fournisseur à Buenos Aires. Pour cette opération, Transit SA et si selon le crédit d’origine, le nom du donneur d’ordre
la banque ont, entre autres, à observer les règles suivantes (RUU doit apparaître sur un document quelconque autre que
art. 38 d, e, g et j) : la facture, cette exigence doit être respectée.
– Transit SA doit indiquer si et auxquelles conditions des amen- – Sauf stipulation contraire dans le crédit d’origine, le premier
dements peuvent être avisés au second bénéficiaire. Le crédit bénéficiaire (Transit SA) peut en outre demander que :
transféré doit indiquer clairement ces conditions. – le crédit soit transféré à un second bénéficiaire, dans
– Un crédit peut être transféré en partie à plus d’un second bé- le même pays ou dans un autre pays,
néficiaire pourvu que les tirages ou expéditions partiels soient – la réalisation soit effectuée en faveur du second bénéficiaire
autorisés. sur la place où le crédit a été transféré jusqu’à et y compris
Un crédit transféré ne peut être transféré à la demande du la date d’expiration du crédit d’origine, et ce sans porter
second bénéficiaire à un bénéficiaire subséquent. Le premier atteinte au droit du premier bénéficiaire (intermédiaire)
bénéficiaire n’est pas considéré comme bénéficiaire subsé- de remettre par la suite sa propre facture (et traite, le cas
quent. échéant) en substitution de celle du second bénéficiaire, et
– Le crédit documentaire ne peut être transféré que suivant les de réclamer toute différence qui lui serait due.
termes et conditions spécifiés dans le crédit d’origine, avec les
exceptions suivantes (individuellement ou globalement) :

– Montant du crédit
– Prix unitaires indiqués peuvent
dans le crédit docu- être réduits.
mentaire

– Date de validité
– Date limite de
présentation des peuvent
documents, selon être raccourcies.
l’article 14 c RUU
– Période d’expédition

– Pourcentage pour peut être augmenté afin
lequel la couverture d’atteindre le montant de
d’assurance doit couverture stipulé dans
être effectuée le crédit d’origine ou dans
l’article 28 f, ii RUU.

30
Utilisation du crédit documentaire après livraison

Warenlieferung
Cooperativa Nippon Cotton
Cotonela, Transit SA, Zurich (TSA) Importers Ltd.,
Buenos Aires /  (Intermédiaire) Tokyo / Japon (NCI)
Argentine (CCB) (Acheteur final)
(Fournisseur /  Contrat Contrat Donneur d’ordre
producteur)
Second
bénéficiaire Premier bénéficiaire

Bonification Echange de
Différence entre la facture
Paiement Documents le montant de la (le cas Documents Paiement
facture du premier /  échéant de
second bénéficiaire la traite)

Banco Plata SA, Japan Commercial


Documents Documents
Buenos Aires (BPB) Bank Corp.,
Couverture Couverture Osaka (JCB)
Banque du second
bénéficiaire Banque émettrice
UBS
Banque confirmante,
opérant le transfert

Modalités techniques de l’utilisation du crédit documentaire 3. Après réception et vérification par UBS des documents reçus
1. Dès que le second bénéficiaire (Cooperativa Cotonela) d’Argentine, et à condition que Transit SA ait présenté sa
aura expédié le coton et remis à sa banque (Banco Plata SA, propre facture, UBS lui remettra, en échange, la facture du
Buenos Aires), dans les délais impartis, les documents fournisseur argentin et le créditera de la différence entre
conformes prévus dans le crédit documentaire transféré par les montants des deux factures. Pour conclure cette opération
UBS, il recevra du Banco Plata SA le paiement convenu. de transfert, UBS transmettra les documents à la banque
émettrice du crédit d’origine.
2. Le Banco Plata SA demandera par télécommunication à UBS
le remboursement du montant et lui transmettra tous les Frais
documents par la voie spécifiée dans le crédit transféré. A « Sauf accord contraire au moment du transfert, tous les frais
réception de l’avis de paiement argentin, UBS invitera (tels que les commissions, honoraires, frais ou débours)
l’intermédiaire (Transit SA) à lui remettre sans délai sa propre encourus à l’occasion du transfert doivent être réglés par le
facture, établie au nom de l’acheteur final japonais, confor- premier bénéficiaire. » (RUU art. 38 c)
mément aux dispositions du crédit d’origine. Après avoir reçu
cette facture, qui est à remettre à première réquisition, UBS Pour le transfert d’un crédit documentaire, UBS facture une
exigera à son tour la couverture correspondante en vertu du commission de transfert, de même que les frais de courrier, de
crédit d’origine. télécommunication et autres frais annexes.

31
Exemple
Ouverture d’un crédit documentaire transférable par SWIFT

II: Own BIC / TID UBSWCHZH80A BIC identified as:


UBS Switzerland AG
8098 ZUERICH

MT: SWIFT Message Type 700 Issue of Documentary Credit

IO: Correspondents BIC / TID JCOBJPOS10A


JAPAN COMMERCIAL BANK CORP.
OSAKA / JAPAN

27: Sequence of Total 1/1

N
40A: Form of Documentary Credit IRREVOCABLE TRANSFERABLE

E
20: Documentary Credit Number OS / 3 / 0705 / 83

IM
31C: Date of Issue 15.09.20 . .

C
40E: Applicable Rules UCP LATEST VERSION

E
31D: Date and Place of Expiry 21.11.20 . . SWITZERLAND

S P
50: Applicant NIPPON COTTON IMPORTERS LTD.
P.O. BOX
TOKYO / JAPAN

59: Beneficiary TRANSIT SA


P.O. BOX
CH-8021 ZURICH / SWITZERLAND

32B: Currency Code, Amount USD 784'380,00

39A: Percentage Credit Amount Tolerance 10 / 10

41A: Available with ... By ... UBSWCHZH80A


UBS Switzerland AG
8098 ZUERICH
BY PAYMENT

43P: Partial Shipments ALLOWED

43T: Transhipment NOT ALLOWED

44E: Port of Loading / Airport of BUENOS AIRES, ARGENTINA


Departure

44F: Port of Discharge/Airport of OSAKA / JAPAN


Destination

44C: Latest Date of Shipment 31.10. 20 . .

45A: Description of Goods and/or Services


APPROX. 600 METRIC TONS NET ARGENTINE RAW COTTON
TYPE VERA CROP 20 . . / . . IN BALES AT USD CENTS 130.73 PER KILO NET
CFR OSAKA

46A: Documents Required


+ SIGNED COMMERCIAL INVOICE, ORIGINAL PLUS 2 COPIES
+ FULL SET OF CLEAN 'ON BOARD' BILL OF LADING, ISSUED TO ORDER, BLANK ENDORSED,
NOTIFY JAPAN COMMERCIAL BANK CORP., OSAKA, MARKED 'FREIGHT PREPAID'
+ CERTIFICATE OF ORIGIN, ORIGINAL PLUS ONE COPY, ISSUED OR CERTIFIED BY CHAMBER OF COMMERCE
+ WEIGHT AND QUALITY CERTIFICATE ISSUED BY 'SGS' SOCIETE GENERALE DE SURVEILLANCE SA, GENEVA
OR THEIR AGENTS AT LOADING PORT, CERTIFYING TOTAL GROSS AND NET WEIGHT AND THAT COTTON
SHIPPED CORRESPONDS TO ARGENTINE RAW COTTON TYPE VERA CROP 20 . . / . .
+ WEIGHT LIST IN TWO COPIES EVIDENCING GROSS AND NET WEIGHT BALE BY BALE

49: Confirmation Instructions CONFIRM

78: Instructions to the Paying/Accepting/Negotiating Bank


+ DOCUMENTS TO BE FORWARDED TO US BY REGISTERED AIRMAIL IN TWO CONSECUTIVE LOTS.

**********************************************************************************************

32
Exemple
Notification d’un crédit documentaire transférable

UBS Switzerland AG
Case postale
CH-8098 Zurich
Tél. +41-44 238 11 11
SWIFT UBSWCHZH80A
TELEX 813 811 ub ch

Trade Finance Services


Crédits Documentaires
000100
Jean Exemple
TRANSIT SA Tél. +41-44-239 11 11
Case postale tfs-zurich@ubs.com
8021 Zurich
ubs.com/tef

16 septembre 20..

E N
Notre référence:

E C IM
0123 / AB123456CDE

SP
Avis d’un crédit documentaire

Crédit documentaire No.: OS / 3 / 0705 / 83


Montant du crédit: USD 784’380.00 +10% / -10%
Date et lieu de validité: 21 novembre 20.., Genève
Banque émettrice: JAPAN COMMERCIAL BANK CORP. OSAKA / JAPAN
Donneur d’ordre: NIPPON COTTON IMPORTERS LTD, TOKYO / JAPAN

Ce crédit documentaire a été émis par la banque susmentionnée.

Veuillez trouver en annexe une copie de l’avis d’ouverture comportant tous les termes et conditions
du crédit.

Ce crédit documentaire est confirmé par nous conformément aux stipulations correspondantes des RUU.

Règlement des frais selon les instructions suivantes:


ALL CHARGES ARE FOR ACCOUNT OF APPLICANT.

Veuillez contrôler minutieusement les termes et conditions du crédit. En cas de désaccord ou


d’impossibilité de remplir l’un ou l’autre de ces termes et conditions, nous vous prions d’obtenir un
amendement par le biais de votre partie contractuelle (le donneur d’ordre).

Avec nos meillleures salutations,

UBS Switzerland AG
Trade Finance
Valable sans signature

33
Exemple
Ordre de transfert

4"

6#44XJU[FSMBOE"(

"QQMJDBUJPOUPUSBOTGFSB%PDVNFOUBSZ$SFEJU

6#44XJU[FSMBOE"(

6#44XJU[FSMBOE"(

&+VOF

34
Exemple
Ordre de transfert, page 2

6#44XJU[FSMBOE"(

6#44XJU[FSMBOE"(

SA

&+VOF

35
Exemple
Transfert d’un crédit documentaire par SWIFT

MT: SWIFT Message Type 720 Transfer of a Documentary Credit

IO: Correspondents BIC / TID BPLAARBAXXX BIC identified as:


BANCO PLATA S.A.
BUENOS AIRES / ARGENTINA

II: Own BIC / TID UBSWCHZH80A BIC identified as:


UBS Switzerland AG
8098 ZUERICH

MP: SWIFT Message Priority N

27: Sequence of Total 1/1

40B: Form of Documentary Credit IRREVOCABLE


ADDING OUR CONFIRMATION

20: Transfering Bank’s Reference 0123 / AB123456CDE

21: Documentary Credit Number OS / 3 / 0705 / 83

N
31C: Date of Issue 15.09.20 . .

E
40E: Applicable Rules UCP LATEST VERSION

IM
31D: Date and Place of Expiry 15.11.20 . . ARGENTINA

52A: Issuing Bank of the Original JCOBJPOS10A BIC identified as:

C
Documentary Credit JAPAN COMMERCIAL BANK CORP.
OSAKA / JAPAN

E
50: First Beneficiary TRANSIT SA

SP
P.O. BOX
CH-8021 ZURICH / SWITZERLAND

59: Second Beneficiary COOPERATIVA COTONELA


BUENOS AIRES / ARGENTINA

32B: Currency Code, Amount USD 760'800,00

39A: Percentage Credit Amount Tolerance 10 / 10

41A: Available with ... By ... BPLAARBAXXX


BANCO PLATA S.A.
BUENOS AIRES
BY PAYMENT

43P: Partial Shipments ALLOWED

43T: Transshipment NOT ALLOWED

44E: Port of Loading /Airport of BUENOS AIRES, ARGENTINA


Departure

44F: Port of Discharge /Airport of OSAKA / JAPAN


Destination

44C: Latest Date of Shipment 31.10.20 . .

45A: Description of Goods and /or Services


APPROX. 600 METRIC TONS NET ARGENTINE RAW COTTON
TYPE VERA CROP 20 . . / . . IN BALES AT USD CENTS 126.80 PER KILO NET
CFR OSAKA

46A: Documents Required


+ SIGNED COMMERCIAL INVOICE, ORIGINAL PLUS 2 COPIES
+ FULL SET OF CLEAN 'ON BOARD' BILL OF LADING, ISSUED TO ORDER, BLANK ENDORSED,
NOTIFY JAPAN COMMERCIAL BANK CORP., OSAKA, MARKED 'FREIGHT PREPAID'
+ CERTIFICATE OF ORIGIN, ORIGINAL PLUS ONE COPY, ISSUED OR CERTIFIED BY CHAMBER OF COMMERCE
+ WEIGHT AND QUALITY CERTIFICATE ISSUED BY 'SGS' SOCIETE GENERALE DE SURVEILLANCE SA, GENEVA
OR THEIR AGENTS AT LOADING PORT, CERTIFYING TOTAL GROSS AND NET WEIGHT AND THAT COTTON
SHIPPED CORRESPONDS TO ARGENTINE RAW COTTON TYPE VERA CROP 20 . . / . .
+ WEIGHT LIST IN TWO COPIES EVIDENCING GROSS AND NET WEIGHT BALE BY BALE

47A: Additional Conditions


IN TRANSFERRING THIS DC, THE FIRST BENEFICIARY HAS GIVEN INSTRUCTIONS TO HAVE
AMENDMENTS ACCEPTED BY HIM PRIOR TO THE ADVICE TO THE SECOND BENEFICIARY.

71B: Charges OUTSIDE SWITZERLAND FOR ACCOUNT OF SECOND


BENEFICIARY

48: Period for Presentation WITHIN 15 DAYS AFTER DATE OF SHIPMENT

49: Confirmation Instructions WITHOUT

78: Instructions to the Paying /Accepting / Negotiating Bank


+ DOCUMENTS TO BE FORWARDED TO US BY REGISTERED AIRMAIL IN TWO CONSECUTIVE LOTS TO OUR
FOLLOWING ADDRESS: UBS Switzerland AG, TRADE FINANCE SERVICES, P.O. BOX, CH-8098 ZURICH
+ AFTER RECEIPT OF YOUR SWIFT ADVICE MT 754 WE SHALL REMIT COVER IN ACCORDANCE WITH YOUR
INSTRUCTIONS AND WITH A DEFERRED VALUE OF 2 BANKING DAYS

**********************************************************************************************

36
3.2.2 Le crédit documentaire « back-to-back » Contrairement au crédit transférable, le crédit « back-to-back »
Principes fondamentaux n’est pas mentionné dans les RUU, et il n’existe pas de régle-
Il se peut qu’un intermédiaire (personne physique ou morale) ou mentation spécifique à ce sujet. Les transactions de ce type
une entreprise générale désire faire bénéficier son fournisseur sont donc effectuées par la banque sur la base de deux actes
ou sous-traitant de son droit découlant d’un crédit d’origine émis juridiques distincts. Elle se fait nantir les droits découlant du
en sa faveur. En cela, il rencontrera toutefois des difficultés : si crédit d’origine en faveur de l’intermédiaire ou de l’entreprise
le crédit d’origine n’est pas transférable, s’il désire transférer un générale, comme sécurité pour l’ouverture du contre-crédit, et
crédit transférable à des conditions divergentes, c’est-à-dire à s’assure, dans la forme appropriée, que l’échange de factures
l’encontre des dispositions de l’art. 38 d, g RUU. Par exemple : ait lieu au moment voulu. Il est également possible de ne pas
lorsque le crédit d’origine est ouvert dans une monnaie autre dévoiler les noms du fournisseur et de l’acheteur final. S’il veut
que celle dans laquelle l’achat de la marchandise est prévu par éviter que ceux-ci se connaissent, l’intermédiaire doit faire
contrat. ­attention que les dispositions du crédit d’origine ne contiennent
aucun nom ou adresse susceptible de révéler l’identité de
Dans un tel cas, l’intermédiaire ou l’entreprise générale demande l’acheteur final. D’autre part, l’intermédiaire doit stipuler dans
à la banque, qui lui a notifié et confirmé le crédit d’origine, le crédit « back-to-back » que le fournisseur devra produire
d’émettre un contre-crédit, communément appelé crédit « back- des documents neutres afin que l’acheteur final ne puisse ob-
to-back » ou crédit dos-à-dos en faveur du fournisseur ou du tenir au travers de ceux-ci des renseignements sur le fournis-
sous-traitant. Le crédit « back-to-back » sera donc adossé au seur ou le producteur.
crédit d’origine. L’intermédiaire ou l’entreprise générale est de ce
fait à la fois bénéficiaire du crédit d’origine et donneur d’ordre Droits et obligations de la banque
du crédit back-to-back. UBS ouvre un crédit « back-to-back » si l’intermédiaire / l’entre-
prise générale présente la garantie que l’opération se réalisera
Crédit d’origine et contre-crédit (« back-to-back ») sont indépen- sans difficulté et si les risques supplémentaires, résultant de
dants l’un de l’autre et ne sont, comme tels, en aucun cas liés transactions non concordantes, peuvent être couverts. De plus,
juridiquement, même si à eux deux ils constituent une seule et UBS exigera d’être domicile de réalisation du crédit d’origine
même opération commerciale. et du crédit « back-to-back », car, contrairement au crédit trans-
férable, il n’y a pas d’accord de l’acheteur final, ni de sa banque,
3.2.3 Ouverture d’un crédit « back-to-back » pour déplacer le lieu de réalisation.
On distingue deux sortes de crédits « back-to-back » :
Compte tenu des risques accrus liés aux transactions « back-to-
Crédit concordant : le crédit à ouvrir exige la présentation back », il vaut mieux donner la préférence au crédit transférable.
des mêmes documents qui – après échange de la facture et,
le cas échéant, de la traite – pourront être appliqués tels quels
au crédit d’origine.

Crédit non concordant : le crédit d’origine peut – après


échange de la facture et, le cas échéant, de la traite – être utilisé
seulement avec une partie des autres documents reçus en vertu
du contre-crédit (par exemple : le crédit d’origine exige un certi-
ficat d’origine, visé et / ou légalisé dans le pays de l’intermédiaire
ou de l’entreprise générale).

37
Ouverture d’un crédit documentaire « back-to-back »

Cooperativa Transit SA, Zurich (TSA) Nippon Cotton


Cotonela, (Intermédiaire) Importers Ltd.,
Buenos Aires /  Tokyo / Japon (NCI)
Argentine (CCB) (Acheteur final)
(Fournisseur /  Contrat Contrat
producteur)

Bénéficiaire du Donneur d’ordre Bénéficiaire du Donneur


crédit du crédit « back-to- crédit d’origine d’ordre du
« back-to-back » back » crédit
d’origine

Crédit Crédit
documentaire documentaire
« back-to-back » d’origine
Banque
notificatrice Banque émettrice
UBS
Crédit documentaire Banque Banque Crédit documen-
« back-to-back » émettrice confirmante taire d’origine

3.2.4 Utilisation du crédit après livraison Les documents sont ensuite utilisés à la réalisation du crédit
Bien qu’il soit un instrument indépendant et qu’il ne s’agisse en d’origine et le produit porté au crédit de l’intermédiaire / 
aucun cas du transfert d’un crédit documentaire au sens de l’art. l’entreprise générale. Comme pour le transfert d’un crédit docu-
38 RUU, le crédit « back-to-back » s’utilise de la même façon mentaire, l’intermédiaire / l’entreprise générale reste donc
qu’un crédit documentaire ordinaire. Le bénéficiaire (fournisseur en possession d’un montant correspondant à la différence entre
de la marchandise) remet les documents exigés à sa banque, les deux factures.
afin qu’elle les transmette à UBS. S’ils sont jugés conformes,
celle-ci les honore en débitant l’intermédiaire ou l’entreprise Frais
générale. Les commissions prélevées pour un crédit « back-to-back » sont
les mêmes que pour l’ouverture d’un crédit documentaire ordi-
Il faut dès lors obligatoirement procéder à l’échange des factures naire (cf. page 25). Selon les risques encourus et les prestations
(et, le cas échéant, des traites), car, contrairement au crédit fournies, les taux des commissions peuvent être majorés.
transféré, le crédit d’origine ouvert en faveur de l’intermédiaire
ne peut pas être utilisé avec la facture (et traite) émise en vertu
du crédit « back-to-back ». En même temps, les conditions
divergentes admises à l’ouverture d’un crédit « back-to-back »
non concordant par rapport au crédit d’origine doivent être
éliminées.

38
3.2.5 La cession Procédure de cession
Principes fondamentaux Selon le droit suisse, une cession doit être formulée par écrit.
Si un intermédiaire ne peut donner au fournisseur ou producteur La déclaration de cession, s’élevant à une certaine somme libel-
une sécurité documentaire par transfert ou crédit « back-to- lée dans la monnaie du crédit documentaire et établie au nom
back », il lui est toutefois encore possible de céder tout ou partie du fournisseur, est en général présentée par le bénéficiaire du
du droit de créance qu’il a en vertu du crédit ouvert en sa crédit documentaire à la banque suisse désignée qui est invitée
faveur. à en prendre bonne note et à la transmettre au destinataire.
Celle-ci notifie la cession au fournisseur par l’envoi de cette dé-
Les RUU stipulent que : claration, en précisant qu’elle lui versera directement le montant
« Le fait qu’un crédit ne soit pas désigné comme transférable cédé après la réalisation du crédit documentaire, pour autant
n’affectera pas le droit du bénéficiaire de céder tout droit de qu’aucun obstacle juridique ne s’oppose à un tel paiement.
créances qu’il détient ou pourrait détenir en vertu de ce crédit,
conformément aux dispositions de la loi applicable. Cet article La cession se différencie du crédit documentaire transféré en ce
vise seulement la cession de créances et non la cession du sens que le bénéficiaire de la cession (cessionnaire) ne peut
droit de réaliser les conditions du crédit. » (RUU art. 39) réaliser lui-même les conditions du crédit. Si le bénéficiaire du
crédit n’a pas l’intention ou n’est pas en mesure de réaliser les
Cet article établit qu’une cession du droit de créance d’un conditions du crédit avec des documents conformes, le cession-
­crédit documentaire ne va pas à l’encontre des règles conte- naire ne pourra être crédité du montant lui revenant. Pour
nues dans l’art. 38 RUU et renvoie au droit applicable en cette raison, les partenaires commerciaux n’ont recours à cette
matière de cession. En revanche, compte tenu de la diversité manière de procéder que s’ils se connaissent bien.
des règlements nationaux, les RUU n’indiquent pas quelles
pièces justificatives le cessionnaire doit fournir à la banque dé- Frais
signée afin de prouver que le droit de créance lui a été cédé. UBS débite le bénéficiaire du crédit documentaire d’une
commission pour la notification de sa cession de créance.

39
4 Le crédit documentaire dans
les opérations de troc, les affaires
de compensation et de « switch »

Les opérations de troc, les affaires de compensation et de 4.2 Troc


« switch » ne sont pas d’invention récente ; elles sont simple- Au sens étroit du terme, le troc est un échange de marchandises
ment passées au second plan après la réintroduction de la contre d’autres, aucune transaction financière n’entrant en jeu.
convertibilité de la plupart des principales monnaies en 1958. En général, il a lieu entre deux pays. Si trois pays sont impliqués,
La vive expansion du commerce mondial qui s’en est suivie, on parle alors de « troc triangulaire ».
provoquée par la libre circulation des marchandises, a engen-
dré une multitude de possibilités nouvelles de financement.
Au début des années 1980, la situation a évolué dans le sens 4.3 Compensation
contraire. La flambée des prix de l’énergie, l’envolée des taux La compensation, elle, a pris une certaine importance. « On
d’intérêt, la chute des cours des matières premières et la ré- parle d’affaires de compensation dans les échanges de mar-
cession ont sérieusement affecté la balance des paiements chandises lorsque la contre-valeur d’une livraison à la Suisse par
de nombreux Etats. L’ampleur des déficits qui pesaient sur un Etat étranger est réglée sous forme d’une exportation suisse
les balances commerciales et les balances des paiements (y vers le même pays ou vice versa. Cela permet d’éviter qu’un
compris les transactions invisibles), l’alourdissement des dettes pays soit débiteur d’un autre. Les affaires de compensation sont
de change, le protectionnisme généralisé ainsi que le manque un moyen utilisé lorsque les échanges commerciaux et les trans-
d’infrastructure dans les anciens pays du Comecon et ceux du ferts de devises sont perturbés, comme ce fut le cas pendant et
tiers-monde ont favorisé la multiplication des affaires de réci- après le dernier conflit mondial. » (Traduit de : « Handbuch des
procité (ou « countertrade ») dans les années 1980. Geld-, Bank- und Börsenwesens der Schweiz ».) Il existe diffé-
rentes formes de compensation, qui seront adaptées selon les
En général, l’échange de marchandises contre d’autres connaît pays, les partenaires contractuels et les motifs de la demande de
un regain de faveur lorsque le commerce international se compensation.
trouve sérieusement perturbé pour des raisons politiques,
structurelles ou économiques. 4.3.1 Compensation intégrale
La compensation intégrale, comme le troc, implique un
Le présent chapitre n’a pour but ni de préconiser ni de échange de marchandises à 100%. Les deux livraisons sont
désapprouver ce genre de transactions et n’est pas davantage pourtant payées, mais non pas par un transfert de fonds.
consacré aux risques ou aux avantages qu’elles présentent. Le paiement est compensé, c’est-à-dire qu’un importateur,
Notre objectif est d’offrir un aperçu des diverses formes du en tant que tiers, paie l’exportateur dans son propre pays,
commerce d’échange moderne et du recours au crédit docu- en déduisant en général une prime (cf. exemple).
mentaire comme instrument de sauvegarde des intérêts de
toutes les parties concernées. Nous devons cependant souli- 4.3.2 Compensation partielle
gner que l’exécution de telles transactions exige un contact Les compensations partielles s’effectuent de la même façon. En
étroit avec la banque, en particulier aux stades préliminaires. règlement, l’exportateur reçoit une partie en espèces et le reste
Les départements Trade & Export Finance d’UBS sont à votre en marchandises, pour lesquelles il doit trouver preneur. Il peut
entière disposition pour tout renseignement. également arriver que l’exportateur ait à acheter davantage de
marchandises qu’il n’en a lui-même à livrer.

4.1 Définitions 4.3.3 Affaire liée ou contre-affaire (counter-purchase)


La notion d’affaires de réciprocité ou « countertrade » recouvre Il s’agit d’opérations dans lesquelles l’importation d’une mar-
tous les genres de transactions bilatérales ou multilatérales de chandise est liée à l’exportation d’une autre. Contrairement
marchandises, par lesquelles l’importation d’une marchandise aux affaires habituelles de compensation, l’exportateur est
est liée à l’exportation d’un autre produit. Cependant, la termi­ payé par virement de l’acheteur et a donc le temps de remplir
nologie n’étant pas uniforme, il y a très souvent confusion. Les son engagement de contre-achat. Les contre-achats seront
caractéristiques principales de chaque forme de transaction également payés séparément en temps opportun. Si l’exporta-
sont indiquées ci-après. teur n’est pas en mesure de remplir son engagement de
compensation, il aura, le cas échéant, à verser une pénalité.

41
4.3.4 Compensation triangulaire ou « switch » Transit SA, Zurich, charge alors UBS d’ouvrir un crédit
de marchandises documentaire – appelons-le crédit d’importation – en faveur
Les affaires de compensation ne sont pas uniquement bilaté- de National Export Corp., Kuala Lumpur, pour l’achat des
rales. Selon la situation du marché et les dispositions concer- matières premières.
nant les devises, un ou plusieurs pays peuvent effectuer ce
type de transaction avec plusieurs pays ou partenaires. On Parallèlement, National Import Corp., Kuala Lumpur, ouvre
parle alors de compensation triangulaire, quadrangulaire, etc., un crédit documentaire (crédit d’exportation) en faveur de
ou de « switch » de marchandises. Production SA, Genève, via la Commercial Bank, Kuala Lum-
pur (CBK), par l’intermédiaire d’UBS.
4.3.5 Exemple d’une affaire de compensation
Afin d’illustrer l’exécution d’une compensation, supposons Contrairement à l’exécution classique d’un crédit documen-
que Production SA, Genève (PSA), livre des biens d’équipe- taire, le produit de la livraison des matières premières en vertu
ment à National Import Corp., Kuala Lumpur, et doit acheter du crédit d’importation n’est pas versé à National Export
en contrepartie des matières premières à National Export Corp., Kuala Lumpur, mais porté au crédit d’un compte spécial
Corp., Kuala Lumpur. Si Production SA ne veut pas se charger de compensation qui permettra, par la suite, de régler à Pro-
de la vente des matières premières, elle trouve, par exemple, duction SA la contre-valeur de la fourniture de biens d’équi-
en Transit SA, Zurich, un partenaire qui sera en mesure de pement à National Import Corp., Kuala Lumpur (cf. schéma
prendre en charge, contre versement d’une prime par Produc- sur cette page).
tion SA, les marchandises de compensation, c’est-à-dire les
matières premières.

Déroulement dans les affaires de compensation

Paiement des matières premières

Commercial Bank,
Kuala Lumpur
Crédit documentaire Demande de crédit
pour les matières documentaire (biens
National Export premières d’investissement) National Import
Corp., Corp.,
Kuala Lumpur Kuala Lumpur

Livraison de la Crédit documentaire Crédit documentaire Livraison de la


marchandise pour les matières pour les biens marchandise
(matières premières d’investissement (biens d’inves-
premières) tissement)
Demande de crédit Crédit documentaire
documentaire pour les biens
(matières premières) d’investissement

Transit SA, Paiement Paiement Production SA,


Zurich Genève
Paiement UBS
des matières Frais pour les biens
premières d’investissement

Compte de compensation

42
La banque exerce ici une fonction fiduciaire entre les par- 4.5 Coopération (buy-back)
tenaires. Elle est évidemment à même de jouer un rôle plus Par coopération, on entend fondamentalement un accord
important selon le genre et les modalités du contrat de com- entre deux partenaires par lequel le premier livre des machines
pensation. Elle pourra, par exemple, répondre à un besoin ou des installations au second et, en contrepartie, achète
éventuel de crédit de l’une ou l’autre des parties contractantes de celui-ci les produits fabriqués ou transportés. Exemples :
pour faire face à des difficultés de trésorerie par suite de machines textiles contre produits fabriqués avec celles-ci,
­retards dans les livraisons. En jargon bancaire, on parle d’opé- conduites de gazoduc contre livraison de gaz naturel.
ration « swing ». Elle consiste en l’octroi d’une marge réci-
proque de crédit dans le cadre d’une affaire de compensation.

4.4 Affaire de « switch »


Les opérations de « switch » ne sont pas des transactions de
marchandises, mais de devises, qui ont pour but de permettre
l’exécution des paiements dans le commerce international.
Le terme « switch » se réfère en fait à la transformation en
monnaies librement convertibles, par exemple en dollars US,
de monnaies de compensation ou de clearing fixées dans des
accords bilatéraux de paiement. Dans ce but, on fait générale-
ment appel à un arbitragiste (« switch dealer ») qui se charge
de transformer la monnaie de clearing en monnaie librement
convertible, ou vice versa, contre versement d’une prime. On
recourt aux affaires de « switch » si, pour une raison quel-
conque, les devises ne sont pas disponibles (par exemple,
­pénurie dans le pays acheteur).

43
5 Check-lists relatives
aux crédits documentaires
5.1 Check-list pour le vendeur après réception – En cas de non-confirmation par la banque notificatrice locale
du crédit documentaire ou de confirmation par une banque à l’étranger, comment
En qualité de banque notificatrice, nous examinons avec soin estimez-vous
les crédits documentaires dès leur réception. Les obligations a) le risque banque (émettrice et / ou confirmante) ?
des banques notificatrices sont consignées aux articles 9 et 12 b) le risque pays (la situation politique et le risque de
des « Règles et Usances uniformes de l’ICC relatives aux Cré- transfert, soit les conditions prévalant dans le pays de
dits Documentaires » (RUU). débouché) ?
c) le risque d’acheminement postal ?
Les banques sont toutefois dans l’impossibilité de vérifier si – Le risque de fabrication est-il couvert ?
– les conditions du crédit documentaire coïncident avec – Les noms et adresses du donneur d’ordre et du bénéficiaire
celles figurant dans le contrat de livraison ; sont-ils correctement indiqués ?
– le bénéficiaire veut effectivement renoncer à une confirma- – Le crédit documentaire est-il établi selon les Règles et
tion du crédit documentaire ; Usances uniformes de la CCI actuellement en vigueur ?
– les formules contractuelles selon Incoterms (CIF, FCA, etc.) – Si des documents doivent être présentés sous forme électro-
reflètent ce qui a été convenu ; nique : le crédit documentaire est-il soumis au « Supplément
– les descriptions des marchandises sont correctes ; pour la Présentation électronique » (eRUU) de la CCI actuelle-
– vous pouvez respecter l’ultime date d’expédition (date d’ex- ment en vigueur ?
pédition sur le document de transport) et si vous êtes en me- – Les prescriptions relatives à l’authentification et à la légali-
sure de présenter les documents dans le délai de présentation sation des documents peuvent-elles être observées dans les
imparti et en respectant la durée de validité du crédit docu- délais impartis ?
mentaire. – Les documents prévoient-ils des déclarations ne pouvant être
fournies ?
Dès réception du crédit documentaire, il est utile de s’assurer – Des documents allant à l’encontre des conditions de livraison
que vous êtes en mesure de produire les documents exigés sont-ils demandés ?
et que le crédit documentaire ne contient pas de conditions im- – Le crédit documentaire prescrit-il des documents devant être
précises et incomplètes. produits ou contresignés par l’acheteur ou sa banque = « soft
clause / stop clause » ? (Dans ce cas, l’exécution du crédit dé-
Discutez sans retard avec l’acheteur des amendements requis pend du bon vouloir de l’acheteur et / ou de sa banque.)
à apporter au crédit documentaire et demandez-lui que – Est-il possible de fournir les documents requis dans la quan­
la banque émettrice procède à la réalisation desdits amende- tité désirée ?
ments. Nous vous recommandons dès lors de vérifier les points – Les conditions de livraison sont-elles correctes ?
suivants dès réception du crédit documentaire : – La réglementation des commissions telle que mentionnée
dans le crédit documentaire correspond-elle aux dispositions
5.1.1 Contrôle général convenues par contrat ?
– N’acceptez pas de crédit documentaire qui vous a été – Est-ce que tous les services concernés (comptabilité, expédi-
notifié directement de l’étranger ou assurez-vous de son tion, vente, etc.) ont été dûment informés du crédit documen-
authenticité. taire ?
– Est-il conforme aux accords (contrat), non confirmé ou – Est-ce que tous les partenaires externes (transporteurs, tran-
­confirmé ? sitaires, assureurs, sociétés de contrôle, etc.) ont été dûment
– Le crédit documentaire correspond-il au contrat, en informés du crédit documentaire ?
particulier en ce qui concerne les points suivants ? – Les certificats doivent toujours être dûment datés et signés.
– montant / prix unitaire ; – Les documents originaux doivent être marqués comme
– date de validité / délai d’expédition ; originaux.
– conditions de livraison ; – Au moins un original de chaque document requis dans
– description et origine de la marchandise ? le crédit doit être présenté.
– Peut-il, au besoin, être transféré ? – Les documents établis par le bénéficiaire du crédit documen-
– Où et comment le crédit documentaire est-il réalisable ? taire doivent être rédigés dans la langue du crédit documen-
– Le crédit documentaire contient-il des indications taire.
contradictoires ?

45
5.1.2 Délais et expédition de la marchandise 5.1.6 Connaissements (bills of lading)
– Le délai de livraison peut-il être tenu ? – Le connaissement ne peut être émis par un transitaire, à moins
– Est-il possible de remplir les conditions relatives aux lieux que le document réponde aux exigence de l’article 20 des RUU.
de prise en charge de la marchandise, d’expédition et de – Si le connaissement doit être émis à l’ordre ou au nom de
­destination  ? l’acheteur, la récupération éventuelle de la marchandise présen-
– Les livraisons partielles et les transbordements sont-ils tera d’énormes difficultés. Cet aspect est à prendre soigneuse-
interdits ? ment en considération.
– Est-il possible de satisfaire aux conditions de marquage et aux – La mention relative au fret est-elle en concordance avec les
modes de transport prescrits ? conditions de livraison ?
– Les notions de temps employées dans le crédit documentaire
vous sont-elles familières ? 5.1.7 Connaissements de charte-partie
– Les documents exigés peuvent-ils être produits dans la forme – Un tel connaissement est-il exigé ou autorisé selon les termes
souhaitée en respectant la validité du crédit documentaire ? du crédit ?
– Au cas où le crédit prévoit un ou plusieurs originaux de docu-
ments de transport, les documents doivent être présentés à la 5.1.8 Documents de transport couvrant au moins deux
banque dans les 21 jours suivant la date d’expédition figurant modes de transport différents
sur le document de transport, à moins que le crédit ne pré- – Est-ce que le crédit documentaire exige l’établissement d’un
voie un autre délai. tel document de transport (multimodal ou combiné)
– Le crédit documentaire contient-il d’autres délais impératifs si les marchandises doivent être expédiées en utilisant au
(p.ex. « copy of telex sent to applicant within x days after moins deux modes de transport différents ?
shipment ») ?
5.1.9 Documents de transport aérien
5.1.3 Effets de change – Si le document de transport aérien est émis par un transitaire,
– Etes-vous tout à fait certain de la façon dont l’effet doit être répond-il aux exigences de l’article 23 des RUU 600 ?
émis ?
5.1.10 Documents d’assurance
5.1.4 Factures commerciales – Les conditions d’assurance peuvent-elles être remplies ?
– La description de la marchandise sur la facture peut-elle être – Les risques à couvrir sont-ils exactement décrits dans le
reprise mot pour mot du libellé du crédit documentaire ? ­crédit documentaire ? (Les descriptions imprécises telles que
« risques courants » ou « habituels » sont à éviter.)
5.1.5 Documents de transport en général – La couverture prescrite est-elle suffisante ?
– Si le document de transport requis n’est pas désigné avec – Quel est le document exigé (police ou certificat) ? Les notes
précision, les banques n’acceptent aucun document de couverture ne sont pas acceptées par la banque, à moins
a) soumis à une charte-partie (transports maritimes qu’elles ne soient expressément autorisées dans le crédit.
uniquement) ;
b) indiquant un chargement en pontée (transports maritimes 5.1.11 Certificats d’origine
uniquement) ; – La chambre de commerce et le consulat sont-ils disposés à
c) émis par une partie autre que le transporteur, le proprié- authentifier / légaliser les déclarations requises sur le certificat
taire, le capitaine ou l’affréteur à moins que le document d’origine ?
réponde aux exigences des articles 19, 20, 21, 22, 23 et 24 – Si une légalisation est nécessaire, le pays concerné a-t-il une
des RUU 600. représentation consulaire en Suisse ?
– Certains pays exigent que la valeur de la marchandise des- – Un certificat à émettre dans le pays d’origine de la marchan-
tinée à l’exportation soit indiquée dans le document de dise peut-il être produit en temps utile ?
transport. Cette valeur correspond-elle (quant à la monnaie – La légalisation peut-elle être produite en temps voulu ?
également) au montant de la facture ?
– Transport ferroviaire : la lettre de voiture peut-elle être pro-
duite ? (En cas d’envoi par groupage, les chemins de fer ne
remettent qu’un extrait de livre.)

46
5.2 Check-list pour le vendeur avant présentation des 5.2.1 Contrôle général
documents sous crédit documentaire – Est-ce que tous les documents ont été dûment signés ?
Les pages suivantes présentent des documents régulièrement – Est-ce que les documents exigés sont disponibles dans la
requis par les crédits documentaires. Les listes récapitulatives forme et le nombre prescrits (originaux et copies,
devraient vous permettre d’établir – ou de faire établir – correc- RUU art. 17) ?
tement les documents exigés. Les check-lists sont disponibles – Est-ce que tous les documents se réfèrent à la même livraison
sur Internet sous forme succincte (sans les documents types) et au même crédit documentaire ?
sous ubs.com/tef – Les documents concordent-ils entre eux par leur contenu
(p.ex. les mesures, poids, nombre de colis, marques, etc.) ?
La banque ne peut procéder au paiement que contre présenta- – Si nécessaire, les documents ont-ils été authentifiés et / ou
tion de documents parfaitement conformes au crédit docu- légalisés (RUU art. 3) ?
mentaire. Il lui incombe de vérifier si les documents – L’émetteur a-t-il visé les corrections éventuelles figurant
– correspondent aux conditions du crédit documentaire ; p.ex. sur les documents de transport et d’assurance ou sur les
– ne sont pas en contradiction ; certificats d’origine ?
– concordent avec les « Règles et Usances uniformes de l’ICC – Il convient de vérifier si tous les certificats tels que certificats
relatives aux Crédits Documentaires » (RUU) de la Chambre de d’analyse ont été dûment datés et signés.
Commerce Internationale. – Est-ce que contrairement aux dispositions du crédit documen-
taire, il a été procédé à des expéditions partielles ?
En cas de divergences dans les documents, la banque émettrice – Tous les documents établis par le bénéficiaire du crédit docu-
n’a plus aucune obligation de réalisation ni d’ailleurs la banque mentaire ont-ils été établis dans la langue du crédit ?
confirmante s’il s’agit d’un crédit confirmé et l’exportateur
perdra ainsi la sécurité que lui offre précisément le crédit docu- 5.2.2 Délais
mentaire. Il est dès lors indispensable que les documents soient – Le crédit documentaire est-il encore valable ?
établis correctement et complètement. – Les délais d’expédition ont-ils été respectés ?
– Les documents peuvent-ils être présentés à la banque en
Conséquences éventuelles de divergences : respectant la période à compter de la date d’expédition ? En
– Le paiement pourra être retardé, ce qui entraînera des pertes l’absence de telles dispositions dans le crédit documentaire,
sur intérêts. c’est le délai de 21 jours prévu à l’art. 14 c RUU qui s’applique.
– Des frais et débours supplémentaires.
– Le paiement peut être refusé.
– Les divergences peuvent servir de prétexte en vue d’exiger
une remise de prix en cas de chute des cours sur le marché
mondial et / ou de fluctuations monétaires.

Précisons que les check-lists reflètent les exigences conformé-


ment aux RUU 600 de la Chambre de Commerce Internationale
de Paris. Il est possible que le crédit documentaire exclue cer-
taines de ces règles ou stipule d’autres exigences supplémen-
taires. Il y a donc lieu de prendre en compte ces prescriptions
individuelles en établissant les documents demandés.

Dans cette brochure, nous ne pouvons bien sûr reproduire la


totalité des documents existants, mais nous sommes toutefois
disposés à vous donner nos conseils dans des cas spéciaux.

47
5.2.3 Les traites
Points à vérifier
 Le libellé et la forme de la traite correspondent-ils aux
exigences concernant les effets de change ?
1 La traite est-elle dénommée dans la langue dans laquelle
elle est émise ;
2 comprend-elle une invitation inconditionnelle à payer ;
3 mentionne-t-elle un tiré (cf. remarque ci-dessous) ;

4 une échéance (cf. remarque ci-dessous) ;

5 un lieu de paiement ;

6 le bénéficaire du paiement ;

7 le lieu et la date d’établissement ;

8 porte-t-elle la signature de l’émetteur ?

3 La traite est-elle tirée sur la partie mentionnée dans le


crédit ? Si la traite est libellée à votre propre ordre, est-elle
endossée ?

4 La traite prévoit-elle le paiement à vue ou à terme prescrit


par le crédit documentaire ? La date d’échéance effective
doit pouvoir être définie et calculée sur la base des indica-
tions figurant sur la traite.

9 Les montants en chiffres et en lettres concordent-ils ?

10 La traite comprend-elle des remarques et clauses prescrites


par le crédit, telles que « tiré sous crédit no … » ?

Lisez également attentivement :


– Endossement (cf. le glossaire séparé)
– RUU 600 art. 6 c qui stipule qu’un crédit ne doit pas être émis
comme étant réalisable par traite tirée sur le donneur d’ordre.

48
Exemples
Traites

First Bill of Exchange CHF 23,400.00 9

Place CH-4132 Muttenz 7 Date 14th May 20xx 7

At 120 days 4 aer sight pay against this FIRST Bill of Exchange
2 1
(second of same tenor and date being unpaid)
to the order of ourselves 6 the amount of:

in Words: 9 Swiss Francs twentythreethousandfourhundred 00/100

Drawee Übersee Bank AG 3

Kaiser-Allee 2, A-1200 Wien 5

10 Drawn under D/C No. 824360

Issued by Übersee Bank AG, Wien

Dated 20th April 20xx

Name and Signatur e of Issuer

Müller Ltd.

84323E June 2015

Sole Bill of Exchange CHF 133,977.70 9

Place CH-4132 Muttenz 7 Date 7th April 20xx 7

At 120 days 4 aer sight pay against this SOLE Bill of Exchange
2 1
to the order of ourselves 6 the amount of:

in Words: 9 Swiss Francs onehundredthirtythreethousandninehundredseventyseven 70/100

Drawee UBS Switzerland AG 3

CH-4002 Basel 5

10 Drawn under D/C No. 26853

Issued by Universal Bank Inc., Toronto/Canada

Dated 24th March, 20xx

Name and Signatur e of Issuer

Müller Ltd.
84323E June 2015

49
5.2.4 Les factures commerciales (commercial invoices)
RUU art. 18
Points à vérifier
1 
La facture est-elle établie par le bénéficiaire du crédit ?

2 La facture est-elle établie au nom du donneur


d’ordre (acheteur) ?

3 L a description de la marchandise correspond-elle avec celle


du crédit ? Sur tous les autres documents, les marchandises
peuvent être décrites en termes généraux qui ne soient pas
en contradiction avec la description qu’en donne le crédit.

4 La valeur des marchandises et / ou les prix unitaires corres-


pondent-ils à ceux indiqués dans le crédit (montant et mon-
naie) ?

5 Les conditions de livraison (CIF / FOB, etc.) sont-elles men-


tionnées sur la facture ? Concordent-elles avec les conditions
du crédit ? Aucun coût ou frais supplémentaire ne doit être
indiqué.

6 La facture est-elle signée (si le crédit l’exige) ?


Les éventuelles légalisations et authentifications exigées dans
le crédit figurent-elles sur la facture ?
Les indications particulières (tarif douanier, numéros de
licence, etc.) exigées dans le crédit figurent-elles sur la facture ?
– La facture est-elle établie dans la langue et la devise du
crédit documentaire ?
– La facture ne doit mentionner aucune marchandise livrée
en sus lorsque celle-ci ne figure pas dans le crédit. Et ce
même lorsqu’il est expressément stipulé que cette mar-
chandise ne fait l’objet d’aucun coût supplémentaire.

50
Exemple
Facture commerciale

Müller LTD. Birsstrasse 26 CH-4132 Muttenz

2 Maxwell Hammerton Inc.


Traffic Dept.
P.O. Box 322
Toronto/Canada

Invoice No. 28334

I M E N
3

S P E
MUELLER metalworking machinery
C Muttenz, 7th April 20..

numbers, prices and all other


details exactly as per our
proforma invoice dated January 12, 20..

total CIP Toronto/Canada 4 CHF 133,977.70

Payment: By documentary credit No. 26853 dated March


24th, 20.. of Universal Bank Inc., Toronto/Canada
Payment terms: At 120 days’ sight, draft drawn on UBS Switzerland AG,
Basel/Switzerland
Origin: Switzerland
No. of pckges: 785 cartons
Weights: gross 10,970 kgs, net 10,170 kgs
Marks/No.: Canada, Made in Switzerland, No. 39912-1-15
Dispatch: Through Goth Logistics Services Ltd. by sea from Antwerp
via Canada Maritime to Montreal for onforwarding to Toronto

1 MUELLER LTD:

51
5.2.5 Les connaissements (bills of lading) – RUU art. 20 Le connaissement est-il établi à l’ordre prévu par le crédit
7

Points à vérifier documentaire, c’est-à-dire


1 Le nom du navire est-il indiqué ? a) à l’ordre d’une personne morale (ou physique) précise ?
b) à votre ordre ? (endos requis)
Les ports de chargement et de déchargement sont-ils
2

mentionnés conformément aux prescriptions du crédit Toutes les autres conditions requises par le crédit sont-elles
documentaire ? remplies ? Le document porte-t-il
Est-ce que, contrairement aux dispositions du crédit 8 les nom et adresse de l’expéditeur ;

documentaire et des RUU, il y a transbordement de la 9 les nom et adresse du destinataire


marchandise ? (connaissement nominatif) ;
10 
les nom et adresse de la partie à notifier ;
3 Le connaissement est-il daté (date d’émission) ? 11 
les marques des colis ;
12 le nombre d’unités d’emballage ;

4 Le connaissement indique-t-il le nom du transporteur et est-il 13 la désignation de la marchandise ;

signé par  14 le poids ;

a) le transporteur (identifiable comme tel) ou 15 les rubriques relatives au fret ;

b) un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom ou 16 les rubriques complémentaires ?

pour le compte du transporteur ou


c) le capitaine (identifiable comme tel) ou Les corrections / modifications éventuelles ont-elles été
d) un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom ou authentifiées sur le document ?
pour le compte du capitaine ?
Le document est-il net, c’est-à-dire sans ajouts relatifs à l’état
Le connaissement porte-t-il une mention « à bord »
5 défectueux de la marchandise ou de son conditionnement
a) sous la forme d’un libellé pré-imprimé ? (RUU art. 27) ?
b) sous la forme d’une annotation « à bord » ?
(L’annotation doit alors porter la date de mise à bord.) En cas de chargement « en pontée », les connaissements
« en pontée » sont-ils autorisés selon les dispositions du cré-
La date d’émission du connaissement sera reputée être la dit documentaire (RUU art. 26 a) ?
date d‘expédition à moins que le connaissement contienne
une annotation de mise à bord indiquant la date d‘expé- La mention « prévu » ou une mention similaire apparaît-elle
dition. Dans ce cas, la date de l’annotation « à bord » sera en rapport avec le nom du navire ou le port de chargement ?
réputée être la date d’expédition. La mention « prévu » n’est autorisée que sous certaines
conditions (RUU art. 20 a ii., iii.).
6 Le document mentionne-t-il le nombre d’originaux établis ?
Tous les originaux sont-ils présentés ? Lisez également attentivement :
– RUU 600 art. 26 : « En pontée », « Poids et décompte de
l’expéditeur » ; art. 14 k, nom du chargeur ou de l’expéditeur
– RUU 600 art. 27 : « Document de transport net »

52
Exemple
Connaissement

MUELLER AG
BIRSSTRASSE 26
8 4132 MUTTENZ
33292359

7 TO ORDER OF 117737
JAPANESE COMMERCIAL BANK 9

GINZA BRANCH
TOKYO 27/JAPAN

ADILMA TRADING CORPORATION 10

27, NIHONBASHI, CHIYODA-KU


TOKYO 125/JAPAN

TOKYO EXPRESS 1   11/219

ROTTERDAM 2

TOKYO 2

HLCU 431 499-0 1 X 40’BOX CONTAINER, SEAL NO.: 2134 SAID TO CONTAIN:
11 ADILMA TRADING 6 CASES CYLINDER-PRESS 13 12’860.– KGS
VIA TOKYO 12 COMPLETELY ASSEMBLED 14
NR. 1–6 LETTER OF CREDIT NR. 064204
ORDER 0-535/1 16

“FREIGHT PREPAID” 15

“SHIPPER’S STOWAGE, LOAD AND COUNT”

SHIPPED ON BOARD
14TH MAY 20.. 5

1/ONE

FCL/FCL

BASLE, 14TH MAY 20.. 3

3/THREE 6

53
5.2.6 Les lettres de transport maritime non négociables Toutes les autres conditions requises par le crédit sont-elles
(non-negotiable sea waybills) – RUU art. 21 remplies ? Le document porte-t-il
Contrairement au connaissement, la lettre de transport maritime 6 les nom et adresse de l’expéditeur ;

non négociable n’est pas un papier-valeur. 7 les nom et adresse du destinataire ;


8 les nom et adresse de la partie à notifier ;
Points à vérifier 9 les marques des colis ;

1 Le nom du navire est-il indiqué ? 10 le nombre d’unités d’emballage ;

11 la désignation de la marchandise ;

Les ports de chargement et de déchargement sont-ils


2 12 le poids ;

mentionnés, conformément aux prescriptions du crédit 13 les rubriques relatives au fret ;

documentaire ? 14 les rubriques complémentaires ?

Est-ce que, contrairement aux dispositions du crédit


documentaire et des RUU, il y a transbordement de Les corrections / modifications éventuelles ont-elles été
la marchandise ? authentifiées sur le document ?

3 La lettre de transport maritime est-elle datée Le document est-il net, c’est-à-dire sans ajouts relatifs à l’état
(date d’émission) ? défectueux de la marchandise ou de son conditionnement
(RUU art. 27) ?
4 La lettre de transport maritime indique-t-elle le nom du
transporteur et est-elle signée par En cas de chargement « en pontée », les lettres de transport
a) le transporteur (identifiable comme tel) ou maritime « en pontée » sont-elles autorisées selon
b) un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom ou les dispositions du crédit documentaire (RUU art. 26 a) ?
pour le compte du transporteur ou
c) le capitaine (identifiable comme tel) ou La mention « prévu » ou une mention similaire apparaît-elle
d) un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom ou en rapport avec le nom du navire ou le port de chargement ?
pour le compte du capitaine ? La mention « prévu » n’est autorisée que sous certaines
conditions (RUU art. 21 a ii, iii).
La lettre de transport maritime porte-t-elle
5

une mention « à bord » Lisez également attentivement :


a) sous la forme d’un libellé pré-imprimé ? – RUU 600 art. 26 : « En pontée », « Poids et décompte de
b) sous la forme d’une annotation « à bord » ? l’expéditeur » ; art. 14 k, nom du chargeur ou de l’expéditeur
(L’annotation doit alors porter la date de mise à bord.) – RUU 600 art. 27 : « Document de transport net »

La date d’émission de la lettre de transport maritime non né-


gociable sera réputée être la date d‘expédition à moins que
la lettre de transport maritime non négociable contienne une
annotation de mise à bord indiquant la date d‘expédition.
Dans ce cas, la date de l’annotation « à bord » sera réputée
être la date d’expédition.

54
Exemple
Lettre de transport maritime non négociable

SILVIA MUELLER 37/035 BS 7777


HAUPTSTR. 11
CH-6330 CHAM / SWITZERLAND ORDER NO.: 6472

262.11.0100/00/SE

7 MUELLER MACHINES INC.


P.O. BOX 12555
NEW YORK, NY 10023
USA

8 MOVER’S INTERNATIONAL LTD SHIPPER’S LOAD STOW AND COUNT


ATTN. PATRICIA LECTER DOOR TO DOOR
35, ROAD BRIDVIEW, SUITE A FREIGHT PREPAID
BOSTON, NY 10356
USA

TRUCK CHAM
1
CANMAR PRIDE ANTWERP 2

2 MONTREAL NEW YORK, NY

LOADED INTO 1 X 40’DV CONTAINER CMMU4442474S.T.C.:

SEAL NO.: 040918


MARKED MADE IN 10 88 CARTONS METALWORKING
11 2535,0 12

SWITZERLAND 9 MACHINERY
NO. 11358-15889

DC-NO. 26553 14

   13 SHIPPER’S LOAD STOWAGE AND COUNT

   HOUSE TO HOUSE / FREIGHT PREPAID

   SHIPPED
5 ON BOARD: 21.10..
ON CANMAR PRIDE AT ANTWERP

BASLE/SWITZERLAND BASLE/SWITZERLAND, 21/10/.. 3

4 GENERAL FREIGHT AGENTS


FOR SWITZERLAND, FIEGE GOTH LTD.

AS AGENT OF THE CARRIER, CANADA MARITIME

55
5.2.7 Les connaissements de charte-partie Le connaissement est-il établi à l’ordre demandé dans
8

(charter party bills of lading) – RUU art. 22 le crédit documentaire, c’est-à-dire


Points à vérifier a) à l’ordre d’une personne morale (ou physique) précise ?
1 Le nom du navire est-il indiqué ? b) à votre ordre ? (endos requis)

2 Les ports de chargement et de déchargement sont-ils Toutes les autres conditions requises par le crédit sont-elles
mentionnés, conformément aux prescriptions du crédit remplies ? Le document porte-t-il
documentaire ? 9 les nom et adresse de l’expéditeur ;

10 les nom et adresse du destinataire (conaissement nominatif) ;


3 Le connaissement est-il daté (date d’émission) ? 11 les nom et adresse de la partie à notifier ;
12 les marques des colis ;

4 Le connaissement de charte-partie est-il signé par 13 le nombre d’unités d’emballage ;

a) le capitaine (identifiable comme tel) ou 14 la désignation de la marchandise ;

b) un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom ou 15 le poids ;

pour le compte du capitaine ou 16 les rubriques concernant le fret ;

c) le propriétaire (identifiable comme tel) ou 17 les rubriques complémentaires ?

d) un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom ou


pour le compte du propriétaire dénommé ? ou Les corrections / modifications éventuelles ont-elles été
e) l’affréteur (identifiable comme tel) ou authentifiées sur le document ?
f) un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom ou
pour le compte de l’affréteur dénommé ? Le document est-il net, c’est-à-dire sans ajouts relatifs à l’état
défectueux de la marchandise ou de son conditionnement
5 Le connaissement mentionne-t-il qu’il est soumis à une (RUU art. 27) ?
charte-partie ?
En cas de chargement « en pontée », les connaissements
Le connaissement porte-t-il une mention « à bord »
6 de charte-partie « en pontée » sont-ils autorisés selon
a) sous la forme d’un libellé pré-imprimé ? les dispositions du crédit documentaire (RUU art. 26 a) ?
b) sous la forme d’une annotation « à bord » ? (L’annotation
doit alors porter la date de mise à bord.) Lisez également attentivement :
– RUU 600 art. 26 : « En pontée », « Poids et décompte de
La date d’émission du connaissement de charte-partie sera l’expéditeur » ; art. 14 k, nom du chargeur ou de l’expéditeur
réputée être la date d’expédition à moins que le connaisse- – RUU 600 art. 27 : « Document de transport net »
ment de charte-partie contienne une annotation de mise à
bord indiquant la date d’expédition. Dans ce cas, la date de
l’annotation « à bord » sera réputée être la date d’expédition.

7 Le document mentionne-t-il le nombre d’originaux établis ?


Tous les originaux sont-ils présentés ?

56
Exemple
Connaissement de charte-partie

CONGENBILL 2007
Revised 1994, 2007 (v2.0)

BILL OF LADING
5

To be used with charter parties


Page 1

Shipper Bill of Lading No. Reference No.


9 Swiss Export Ltd. GGG/mzf 101 1150.01.23.
Industriestrasse 200
CH-8050 Zürich-Oerlikon

Consignee 10 Vessel
8 TO ORDER OF SHIPPER 1 M/V TIGER

Notify address Port of loading


1st: VIA MAT (FAR EAST) 2 Cherbourg
11 1-10-7 Higashi Gotanda

E N
Sinagawa-Ku, TOKYO 141 Port of discharge
2nd: Suzuki K.K.

CIM
Saitama
2 Yokohama

E
Shipper’s description of goods Gross weight

S P
12 92HBFC0803T 13 240 packages 14 MACHINERY as per 15 452,500 KG 1,202 m3
1 – 240 contract PQ 733 054
dated 12.10.20..
17 Documentary credit
No. MC986CH34 dated 4.12.20..

-0- (none)
(of which on deck at shipper’s risk; the Carrier not
being responsible for loss or damage howsoever arising)

Freight payable as per 6


SHIPPED at the Port of Loading in apparent good order and condition on the Vessel
CHARTER PARTY dated: for carriage to the Port of Discharge or so near thereto as the Vessel may safely get the
5 March 07, 20.. goods specified above.
Weight, measure, quality, condition, contents and value unknown.
IN WITNESS whereof the Master or Agent of the said vessel has signed the number of Bills
FREIGHT ADVANCE
of Lading indicated below all of this tenor and date, any one of which being accompli-
Received on account of freight:
shed the others shall be void.
16 PREPAID AS AGREED FOR CONDITIONS OF CARRIAGE SEE OVERLEAF.

Date shipped on board Place and date fo issue Number of original


Bills of Lading
May 09, 20.. 3 Pratteln,
May 06, 20.. 7 3/3 (three)
Copyright, published by BIMCO, Copenhagen

Signature:

(i) .................................................................................. Master


Master’s name and signature
Or
(ii) .................................................................................. as Agent for the Master
Agent’s name and signature
4
Or
MAT TRANSPORT AG
(iii) .................................................................................. as Agent for the Owner*
Agent’s name and signature


Shipcraft Transport Inc.
.................................................................................. Owner
* if option (iii) filled in, state Owner’s above

Printed and sold by Fr. G. Knudtzons Bogtrykkeri A/S, Vallensbaekvej 61, DK-2625 Vallensbaek, Fax: +45 4366 0708

57
5.2.8 Les documents de transport couvrant au moins Si le document a été établi sous une forme négociable, in-
6

deux modes de transport différents (transport dique-t-il la personne à l’ordre de laquelle il est émis, comme
documents covering at least two different modes l’exige le crédit, c’est-à-dire
of transport) – RUU art. 19 a) s’il est établi à l’ordre d’une personne morale
Points à vérifier (ou physique) précise ?
1 
Les lieux d’envoi, de prise en charge ou d’expédition et de b) s’il est établi à votre ordre ? (endos requis)
destination finale sont-ils mentionnés, conformément aux
prescriptions du crédit documentaire ?  Toutes les autres conditions requises par le crédit sont-elles
remplies ? Le document porte-t-il
2 Le document est-il daté (date d’émission) ? 7 les nom et adresse de l’expéditeur ;

8 les nom et adresse du destinataire ;

3 Le document indique-t-il le nom du transporteur et 9 les nom et adresse de la partie à notifier ;
est-il signé par : 10 les marques des colis ;

a) le transporteur (identifiable comme tel) ou 11 le nombre d’unités d’emballage ;

b) un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom ou 12 la désignation de la marchandise ;

pour le compte du transporteur ou 13 le poids ;

c) le capitaine (identifiable comme tel) ou 14 les rubriques relatives au fret ?

d) un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom ou


pour le compte du capitaine ? Les corrections / modifications éventuelles ont-elles été
authentifiées sur le document ?
Le document mentionne-t-il que les marchandises ont été
4

expédiées, prises en charge ou mises à bord Le document est-il net, c’est à dire sans ajouts relatifs à l’état
a) au moyen d’une mention pré-imprimée ? défectueux de la marchandise ou de son conditionnement
b) sous la forme d’un tampon ou d’une annotation datée ? (RUU art. 27) ?

La date d’émission est réputée être la date d’envoi, de prise En cas de chargement « en pontée » les documents de trans-
en charge ou de mise à bord et la date d’expédition. Cepen- port « en pontée » sont-ils autorisés selon les dispositions du
dant, si le document de transport indique, par tampon ou crédit documentaire (RUU art. 26 a) ?
annotation, une date d’envoi, de prise en charge ou de mise
à bord, cette date sera réputée être la date d’expédition. Remarque
Le document doit mentionner au minimum deux modes de
5 Le document mentionne-t-il le nombre d’originaux établis ? transport différents.
Tous les originaux sont-ils présentés ?
Lisez également attentivement :
– RUU 600 art. 23 : Document de transport aérien
– RUU 600 art. 24 : Documents de transport par route,
rail ou voie d’eau intérieure
– RUU 600 art. 26 : « En pontée », « Poids et décompte de
l’expéditeur », art. 14 k, nom du chargeur ou de l’expéditeur
– RUU 600 art. 27 : « Document de transport net »

58
Exemple
Document de transport couvrant au moins deux modes de transport différents

7 MUELLER AG
BIRSSTRASSE 26
4132 MUTTENZ
33292359

6 JAPANESE COMMERCIAL BANK 117737


GINZA BRANCH
TOKYO 27/JAPAN 8

ADILMA TRADING CORPORATION 9

27, NIHONBASHI, CHIYODA-KU


TOKYO 125/JAPAN

MUTTENZ 1

TRUCK

TOKYO EXPRESS   11/219

ROTTERDAM TOKYO 1

TOKYO

HLCU 431 499-0 1 X 40’BOX CONTAINER, SEAL NO.: 2134 SAID TO CONTAIN:
10 ADILMA TRADING 11 6 CASES CYLINDER-PRESS
12 13 12’860.– KGS

VIA TOKYO COMPLETELY ASSEMBLED


NR. 1–6 DOCUMENTARY CREDIT NR. 064204
ORDER 0-535/1

14 “FREIGHT PREPAID”
“SHIPPER’S STOWAGE, LOAD AND COUNT”

1/ONE

FCL/FCL 4

BASLE, 14TH MAY 20.. 2

3/THREE 5

59
5.2.9 Les documents de transport aérien
(air transport documents) – RUU art. 23
Points à vérifier
1 
Les aéroports de départ et de destination sont-ils
mentionnés, conformément aux conditions du crédit ?
Est-ce que, contrairement aux dispositions du crédit
documentaire et des RUU, il y a transbordement de la
marchandise ?

2 Le document indique-t-il le nom du transporteur et est-il


signé par
a) le transporteur (identifiable comme tel)
b) ou un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom
ou pour le compte du transporteur ?

3 Le document est-il daté (date d’émission) ? Cette date sera


réputée être la date d’expédition à moins que le document
ne contienne une annotation spécifique de la date effective
d’expédition, auquel cas la date mentionnée dans l’annota-
tion sera réputée être la date d’expédition. (Les mentions
figurant dans la case « for carrier use only » ou dans d’autres
rubriques ne sont pas valables !)

4 Le document mentionne-t-il clairement que la marchandise


a été acceptée pour transport ?

5 Le document est-il l’original pour l’expéditeur ou le chargeur


même si le crédit stipule un jeu complet d’originaux ?

Toutes les autres conditions exigées par le crédit sont-elles


remplies ? Le document mentionne-t-il
6 les nom et adresse de l’expéditeur ;

7 les nom et adresse du destinataire ;

8 les nom et adresse de la partie à notifier ;


9 les marques des colis ;

10 le nombre d’unités d’emballage ;

11 la désignation de la marchandise ;

12 le poids ;

13 les rubriques relatives au fret ?

Les corrections / modifications éventuelles ont-elles été


authentifiées sur le document ?

60
Exemple
Document de transport aérien

11

10 12

13

13

3 2

61
5.2.10 Les documents de transport par route, rail ou voie  Toutes les autres conditions exigées par le crédit sont-elles
d’eau intérieure (road, rail or inland waterway remplies ? Le document mentionne-t-il
transport documents) – RUU art. 24 4 les nom et adresse de l’expéditeur ;

Points à vérifier 5 les nom et adresse du destinataire ;

1 
Les lieux d’expédition et de destination sont-ils mentionnés, 6 les marques des colis ;

conformément aux prescriptions du crédit ? 7 le nombre d’unités d’emballage ;

 Est-ce que, contrairement aux dispositions du crédit 8 la désignation de la marchandise ;

documentaire et des RUU, il y a transbordement de la 9 le poids ;

marchandise ? 10 les rubriques relatives au fret ?

2 Le document indique-t-il le nom du transporteur et est-il Les corrections / modifications éventuelles ont-elles été
signé par : authentifiées sur le document ?
a) le transporteur (identifiable comme tel)
b) ou un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom Lisez également attentivement :
ou pour le compte du transporteur ou indique-t-il la – RUU 600 art. 27 : « Document de transport net »
réception des marchandises par signature, tampon ou an-
notation
– du transporteur (identifiable comme tel) ou
– d’un agent dénommé (identifiable comme tel) au nom
ou pour le compte du transporteur ?

3 Le document mentionne-t-il la date d’expédition ou la date


à laquelle les marchandises ont été reçues pour expédition,
envoi ou transport ?

A moins que le document comporte un tampon de réception


daté, une indication de la date de réception ou une date
d’expédition, la date d’émission sera réputée être la date
d’expédition.

En cas de transport routier : le document est-il l’original pour


l’expéditeur ou le chargeur ? Si ce n’est pas le cas, un docu-
ment ne comportant aucune indication spécifiant pour qui le
document a été établi est acceptable.

En cas de transport ferroviaire : le document présente-t-il une


signature ou un tampon de la compagnie de chemin de fer ?
Acceptable si le document n’identifie pas le transporteur.

Un document de transport par rail marqué « duplicata » est


acceptable comme un original. Un document de transport
par rail ou par voie d’eau intérieure est acceptable en tant
qu’original même s’il n’est pas marqué « original ».

62
Exemple
Document de transport par route

6 7 8 9

10

63
Exemple
Document de transport par rail

10

6 7 8 9

1 2 3

64
Exemple
Document de transport par voie d’eau intérieure

4 Transfer Shipping Ltd.


Rheinhafen-Strasse 13
CH-4019 Basel
Tel. +41 61 123 45 67 Rheinreederei • Container-Liniendienste
www.transfer_shipping.ch Umschlag • Lagerhaus

4019 BASEL, 12.10.20.. 5 Atlantic Container Line Europe


Seattleweg 17
Postbus 7275
RHEINFRACHTBRIEF NL-3000 HG Rotterdam

Sachbearbeiter: PETRA MUSTER


Direktwahl: 061 123 45 68
Seite: 1
unsere Referenz 50.007883.000 I/Ref.:

ZEICHEN/NUMMER ANZAHL VERP.

E N
WARENBEZEICHNUNG

IM
KGS

C
6 ACLU 960 860-2 1 40’ HC 8 RICOLA-BONBONS 9 15,608.0

SP E
Container Tara  4,200.0

TOTAL 7 1 19,808.0

Rheinschiff: NORDWAND
Abgangshafen: BASEL 3 Datum 29.09.20.. Land: SCHWEIZ
1 Ladequai: A.C.T.
Ankunftshafen: ROTTERDAM Datum eta 02.10.20.. Land: HOLLAND
1 Löschstelle: ECT Alexanderterminal
10 Inco-Terms: FREE ALONGSIDE SHIP ROTTERDAM

Seeschiff: OOCL FORTUNE Ladeschluss: 04.10.20.. Ref.: S204374200


Destination: NEW YORK

Versicherung wurde durch uns nicht gedeckt

Die Transportdurchführung basiert auf den Schweizer Rheintransport-Bedingungen


1985 (SRTB 85), die wir Ihnen auf Wunsch gerne zustellen.

Dieser Frachtbrief ist kein Wertpapier; er kann weder verpfändet noch übertragen
werden. Die Auslieferung der Güter erfolgt ohne Rückgabe bzw. Vorlage eines
Rheinfrachtbrief-Exemplars.

Gerichtsstand: Basel

2 Reederei bzw. Agentur


TRANSFER SHIPPING LTD.
BASEL

als Frachtführer

65
5.2.11 Les récépissés de sociétés de courrier express
(Courier receipts) – RUU art. 25
Points à vérifier
1 
Le nom de la société de courrier express est-il indiqué ?

2 Le document est-il tamponné ou signé par la société de


courrier express dénommée au lieu d’où les marchandises
ont été expédiées ?

3 Le document mentionne-t-il la date de collecte ou de récep-


tion de la marchandise pour transport (réputée être la date
d’expédition) ?

Toutes les conditions requises par le crédit documentaire


sont-elles remplies ? Le document porte-t-il
4 les nom et adresse du destinataire ;
5 les rubriques relatives au fret ;
6 le lieu d’expédition ?

66
Exemple
Récépissé d’une société de courrier express

1 2 3 4 5 6 7 8 9 1

D i s p a t c h 5 1 1

Müller Ltd.
Birsstrasse 26

Muttenz
6 CH-4132
Switzerland
F. Müller O61/288’96’O4

4 Adilma Trading Corporation


27, Nihonbashi, Chiyoda-ku

Tokyo 125 125OOO


Japan 5

T. Tagashi OO813/OOOOOO

67
5.2.12 Les documents d’assurance et type de couverture 8 L’assurance couvre-t-elle tous les risques mentionnés dans
(Insurance documents and coverage) – RUU art. 28 le crédit ? Si le crédit prescrit une « assurance contre tous
Points à vérifier risques » (all risks), seul un document d’assurance pourvu
1 
Le document d’assurance a-t-il été établi sous forme de po- d’une clause « all risks » ou « covers Institute Cargo Clauses
lice ou de certificat d’assurance ou une déclaration sous cou- (A) » sera accepté, même si l’on admet que certains risques
verture ouverte, conformément aux prescriptions du crédit ? sont exclus.

2 Tous les exemplaires sont-ils présentés ? (original et copies) 9 L’assurance couvre-t-elle tous les risques supplémentaires
liés au transport et à l’acheminement, tels que le transbor-
3 Le document d’assurance a-t-il été établi et signé par une dement, le chargement à bord et le stockage, au cas où le
compagnie d’assurance ou assureur (underwriter) ou par son crédit l’exige ?
agent ou son mandataire ? Les banques refusent les notes
de couverture. 10 Y a-t-il conformité entre
– la désignation de la marchandise,
4 Le document d’assurance est-il correctement daté et signé ? – les marques
Attention : la date d’émission du document d’assurance ne dans le document d’assurance avec les indications sur
doit pas être postérieure à la date d’expédition, sauf s’il le document de transport et la facture ?
apparaît sur le document que la couverture entre en vigueur
au plus tard le jour d’expédition de la marchandise. Le document d’assurance est-il correctement endossé
(si endos nécessaire) ?
5 Les données relatives à l’acheminement et au moyen
de transport concordent-elles avec celles indiquées dans Lisez également attentivement :
le crédit documentaire ? – RUU 600 art. 28 i : clause d’exclusion
– Endossement (cf. le glossaire séparé)
Les risques sont-ils couverts au moins entre le lieu de prise
en charge ou d’expédition et le lieu de déchargement ou de
destination finale ?

6 Le montant de l’assurance est-il correct ? (Au moins 110%


de la valeur CIF ou CIP.) Voir RUU, art. 28 f ii., dans
la mesure où la valeur CIF / CIP ne peut être déterminée.

7 Le montant de la couverture doit être libellé dans la même


monnaie que celle du crédit.

68
Exemple
Document d’assurance

1 Certificate of Insurance

Original (1/2 )
2 This document has been issued in 2 original(s) and 4 non negotiable copy(s).

Baloise Insurance Ltd certifies that the following MUELLER LTD.


consignment is insured under BIRSSTRASSE 26
Policy No. 97/9797979 CH-4132 MUTTENZ
Reference 001
SWITZERLAND

10 Marks and Numbers:


SEAL No.: 37114
CANADA, MADE IN SWITZERLAND
No. 39912 - 1 - 15

Goods:

N
10 785 Cartons containing METALWORKING MACHINERY

E
loaded into 1x 40’ DV Container TRIU4627270 S. T .C.
DC-No. 26853

C I M
6 Sum Insured: CHF 125375.50 7

P E
In words: one-two-five-three-seven-five/50

S
5 Assured voyage: Muttenz to Toronto via Basel / Antwerpen / Montreal 9

5 Conveyance/s: truck, ocean going vessel

Conditions:
GCMI 1988, Edition 1991 (p.t.o.), and the general and special conditions of the policy.
Forms of cover:
Article 4 “Insurance against all risks”
War as per clause STV 7b /1988
8 Strikes, Disturbances as per clause STV 8b /1988

On arrival of the consignment, this should be checked immediately for damage, and in the event of any damage or shortage
our Average Agent should be called in promptly. For rail or postal sending, a factual statement has to be obtained.
All rights of recovery must be preserved. In addition, The Baloise Insurance Ltd, Basle should be notified immediately.

Average Agent(s):
Hayes, Stuart Inc.; 297 Duke Street; Montreal H3C 2M2, CANADA
Phone: (514) 86 61 801; Tlg: Marine; Fax: (514) 86 61 259; Tlx: 055-60646

The Baloise Insurance Ltd; Suite 1703; 155 University Avenue; Toronto M5H 3B7; Ontario CANADA
Phone: (416) 36 63 012; Fax: (416) 36 63 465; Tlx: 06-217780

In the absence of special agreements, claims shall be payable through the Head Office of the Baloise in Basle (Switzerland).
Payment of the claim (indemnity) shall be made only against the return of a negotiable copy of this document, thereby all others
become void. Place of Jurisdiction: For all disputes arising out of this insurance contract, the insured may choose between
jurisdiction at the registered location of the insurer or at his Swiss domicile.

4 Basle, 14. 04. 20 . . 3 Baloise Insurance Ltd


issued in 2 original / s
4

MARINE DEPARTMENT, Aeschengraben 21, P.O. Box, CH-4002 Basle, Switzerland


Phone +41 58 285 85 85, Telefax +41 58 285 90 09 or 285 90 29, E-Mail group.ch_transport@baloise.ch, www.baloise.ch

69
5.2.13 Autres documents (Other documents)
Lorsque d’autres documents que la facture, les documents de
transport ou d’assurance sont requis, le crédit documentaire
devrait préciser par qui ces documents complémentaires doivent
être établis et quelles informations ils doivent contenir.

Si le texte du crédit ne donne aucune indication quant à l’émet-


teur et à la teneur de tels documents, les banques les accepte-
ront tels que présentés si le contenu de ces documents présente
l’apparence de répondre à leur fonction et que les informations
qu’ils contiennent ne sont pas en contradic­tion avec les données
desdits documents, de tout autre document stipulé ou du crédit.
Voir RUU art. 14 d, f.

Veuillez cependant vérifier que les points suivants correspondent


aux conditions du crédit :
– les nom et adresse de l’expéditeur ;
– les nom et adresse du destinataire ;
– la description de la marchandise ;
 ;:;;;;;

– le pays d’origine / pays de destination ;


– les rubriques complémentaires (p.ex. numéro du crédit) ;
– l’émetteur ;
– les authentifications / légalisations ;
– les marques ;
– les données relatives au poids, au volume et au nombre
d’unités d’emballage.

70
Exemple
Certificat d’origine

71
Exemple
Certificat de circulation des marchandises

72
Exemple
Certificat de qualité

73
Exemple
Certificat d’inspection

CERTIFICATE NO.: 140701/ZH-0310’3875


INSPECTION CERTIFICATE

Date: 09.08.20xx Local Ref. No: XXXXXX

DOCUMENTARY CREDIT NO.  XYZ

BANK AND BRANCH  TAIWANESE COMMERCIAL BANK


55, KWANG EAST ROAD
106 TAIPEI
TAIWAN

BUYER/APPLICANT  TA PING CO. LTD.


18-5, HARBOUR STREET
106 TAIPEI
TAIWAN

SELLER/BENEFICIARY  SWISS EXPORT LTD.


INDUSTRIESTRASSE 200
8008 ZURICH
SWITZERLAND

CONTRACT / P/I NO. AND DATE  55555 DD. xx0809

COMMODITY / DESCRIPTION OF GOODS 
DESCRIPTION AS PER LC “DESCRIPTION OF GOODS”

SCOPE OF INSPECTION  • Visual checking of quality.


• Quality checking according to agreed to
specifications.
• Quantity checking.
• Packing control.

DATE AND PLACE OF INSPECTION  06. 05. 20xx, SWITZERLAND

Page 1/2

SGS Société Générale de Surveillance SA


Technoparkstrasse 1, 8005 Zurich, Switzerland
Phone +41 (0)44 445 16 80, Fax +41 (0)44 445 16 88

74
Exemple
Certificat d’inspection, page 2

CERTIFICATE NO.: 140701/ZH-0310’3875


INSPECTION CERTIFICATE

INSPECTION PERFORMED AND Material identification for conformity with the


FINDINGS specifications submitted to us.
Visual inspection on workmanship, finish and condi-
tion.
Quantitative and completeness checks on random
basis.

PACKING INSPECTION  Packing: The packing, consisting of 5 plywood cases, is
considered adequate to deliver the goods to XXX by
air
under normal conditions of transport and handling.
Marking: The shipping marks include: Marking
information.

LOADING  As per copy of FBL No.: IR11/XXXXX DD 09. 08. 20xx


transmitted to us.

Based on the above, we certify that quality, quantity and packing of the goods loaded/delivered
are strictly complying with the specifications of the goods indicated in P/I no. 55555 dd: xx0809
the terms of L/C and any amendments made thereto as presented to SGS SA by the buyer. We also
certify that inspected goods are new and free of defects and are the same already delivered to the
carrier and loaded on the means of shipment.

The Company is neither an insurer nor a guarantor and disclaims all liability in such capacity.

Above findings are limited to date and place of intervention only.

SGS Société Générale de Surveillance SA


Zurich, Switzerland

Page 2/2

SGS Société Générale de Surveillance SA


Technoparkstrasse 1, 8005 Zurich, Switzerland
Phone +41 (0)44 445 16 80, Fax +41 (0)44 445 16 88

75
6 L’encaissement documentaire

6.1 Principes fondamentaux prestation de services sans que le paiement en soit garanti. C’est
L’encaissement documentaire est le moyen de faire encaisser pourquoi l’encaissement documentaire n’est indiqué que si :
par une banque le montant dû par un acheteur, contre remise – le vendeur (exportateur) et l’acheteur (importateur) entre-
de documents. tiennent des relations de confiance ;
– la volonté de payer et la solvabilité de l’acheteur ne font aucun
La banque exerce la fonction d’agent fiduciaire et d’intermédiaire doute ;
entre l’exportateur et l’importateur. Elle présente à l’importateur, – la situation politique, économique et juridique est stable dans
sur instruction de l’exportateur, des documents mentionnant le pays importateur ;
l’expédition d’une marchandise ou la fourniture d’une prestation, – le trafic international des paiements du pays importateur n’est
et encaisse en contrepartie le montant dû ou se fait délivrer un pas entravé ou menacé par un contrôle des changes ni par des
effet de change accepté. restrictions analogues.

Le traitement des encaissements documentaires s’effectue 6.1.2 Quels sont les avantages spécifiques
conformément aux « Règles uniformes relatives aux Encaisse- de l’encaissement documentaire ?
ments » (RUE) publiées par la Chambre de Commerce Internatio- – Exécution simple et peu onéreuse ;
nale à Paris, et approuvées par les banques. Ces règles fixent les – paiement en général plus rapide que sur simple facture ;
obligations et droits principaux des partenaires ayant recours à un – remise, donnant-donnant, des documents et, dans certains
encaissement documentaire. Elles ne sont cependant obligatoires, cas, de la marchandise à l’acheteur, après accord préalable
de même que les définitions qu’elles contiennent, qu’en l’absence contre paiement du montant dû ou acceptation d’un effet de
d’autres conventions expresses et à condition qu’elles ne soient change (avec, le cas échéant, aval ou garantie bancaire). Il en
pas en contradiction avec des lois ou ordonnances nationales, va autrement si la marchandise figurant sur le document de
régionales ou locales d’un Etat auxquelles les parties ne peuvent transport est adressée à l’acheteur (consigned to), puisque ce
se soustraire. En Suisse, les dispositions du Code des obligations dernier peut retirer la marchandise sans disposer du titre de
(art. 394 et suivants) sont déterminantes pour l’aspect juridique transport sauf en cas de documents de transport « Papier-­
des instructions données. valeur ».

La responsabilité des banques dans le cadre des encaissements Toutefois, si l’acheteur refuse d’honorer les documents,
documentaires se limite essentiellement à transmettre et à déli- la recherche d’un autre acheteur ou le rapatriement de la
vrer des documents contre paiement ou acceptation d’un effet de marchandise peuvent entraîner des frais considérables.
change ; contrairement au crédit documentaire, où elles se sont
engagées, les banques ne sont nullement obligées de payer elles- 6.1.3 Les participants à un encaissement documentaire
mêmes si l’acheteur ne remplit pas ou est empêché de remplir ses Quatre parties sont généralement concernées par l’opération :
obligations de paiement. L’article 9 RUE précise que « les banques
doivent agir de bonne foi, et avec un soin raisonnable » ; elles ne Le donneur d’ordre
sont pas responsables des conséquences pouvant résulter de cas Habituellement, le vendeur / exportateur remet les documents à
de force majeure, de retards ou de pertes dans la transmission de sa banque et lui donne un ordre d’encaissement.
messages ou de documents, sauf si elles ont elles-mêmes commis
une faute grave (art. 14 et 15 RUE). Le texte des RUE dans la ver- La banque remettante
sion en vigueur depuis le 1er janvier 1996 figure à la page 105. est la banque à laquelle le donneur d’ordre a confié l’opération
d’encaissement. Elle transmet les documents à la banque char-
L’encaissement documentaire assure au vendeur une gée de l’encaissement dans le pays de l’acheteur.
protection nettement meilleure qu’une simple facture,
mais moins grande qu’un crédit documentaire. La banque chargée de l’encaissement ou banque présentatrice
La banque chargée de l’encaissement est représentée par tout
6.1.1 Dans quels cas est-il indiqué de recouvrer une établissement bancaire, autre que la banque remettante, impli-
créance au moyen d’un encaissement documen- qué dans le processus d’encaissement. La banque chargée de
taire ? l’encaissement auprès du tiré est la « banque présentatrice » :
Contrairement au crédit documentaire, l’encaissement documen- cette banque se charge de l’encaissement en question ou
taire prévoit que le vendeur fournisse une prestation sous forme d’obtenir l’acceptation de la part du tiré suivant les instructions
de production et d’expédition de marchandises ou sous forme de données dans l’ordre d’encaissement par la banque remettante.

Le tiré
L’acheteur ou l’importateur auquel sont présentés les docu-
ments d’encaissement.

77
6.2 Genres et formes de l’encaissement 6.2.4 Acceptation avec remise des documents à
l’échéance, uniquement contre paiement
6.2.1 Documents contre paiement (Documents against Bien que cette forme ne soit plus guère utilisée, nous la men-
payment, D/P) ou cash against documents (c.a.d.) tionnons dans un souci d’exhaustivité. Dans cette sorte d’encais-
La banque présentatrice ne remet les documents au tiré que sement documentaire, le remettant prescrit que le tiré accepte
contre paiement immédiat, à moins que ne s’y opposent des une lettre de change, libellée par exemple à 60 jours de vue
lois ou ordonnances nationales, régionales ou locales d’un pays, à dater de la présentation des documents. Ceux-ci ne seront
auxquelles les parties ne peuvent se soustraire. cependant remis à l’acheteur qu’après paiement de la lettre de
change, et la banque présentatrice ne pourra être tenue pour
Il se pourrait, par exemple, que la loi prescrive que les docu- responsable des conséquences découlant d’un quelconque re-
ments ne peuvent être remis que contre paiement dans la tard dans la remise des documents.
monnaie du pays, contrairement à l’article 18 RUE (demande
d’autorisation de conversion dans les pays soumis au contrôle
des changes). 6.3 Exemple de traitement d’un encaissement
documentaire
Dans la pratique, certains acheteurs préfèrent reporter la remise Nous avons vu qu’il existait plusieurs variantes d’encaissements
des documents et le paiement jusqu’à ce que la marchandise documentaires. Afin d’éviter toute difficulté, les principaux élé-
arrive. Pour éviter un tel délai, les instructions comprises dans ments de la forme choisie doivent figurer dans le texte du contrat.
l’ordre d’encaissement devraient préciser la période exacte
pendant laquelle les actions doivent être entreprises par le tiré Voici un exemple d’encaissement documentaire. Prenons le cas de
(RUE art. 5 b). la livraison de produits pharmaceutiques de Suisse à destination
de l’Australie. Deux banques interviendront dans le déroulement
6.2.2 Documents contre acceptation (Documents against de cet encaissement : UBS comme banque de l’exportateur et
acceptance, D / A) la banque australienne de l’importateur. Les schémas suivants
La banque présentatrice remet les documents contre accepta- illustrent les diverses phases de l’opération et les fonctions de
tion d’un effet de change qui échoit, par exemple, 180 jours chaque participant.
après présentation (traite à tant de jours de vue) ou à une date
déterminée (traite à terme).
Conclusion du contrat
Le tiré entre donc en possession de la marchandise avant la date
effective de paiement, il peut ainsi la revendre immédiatement
Pharma SA,
et se procurer les fonds nécessaires au paiement de l’effet de
Genève (PSA)
change. Le vendeur accorde donc à l’acheteur un délai de paie-
ment et ne reçoit en contrepartie, à titre de garantie, que Vendeur
l’acceptation du tiré qu’il fera valoir à l’échéance. Il supporte,
par conséquent, le risque de non-paiement à l’échéance de Contrat
l’effet de change. Pour plus de sécurité, il peut demander que
la banque présentatrice ou une autre banque de premier ordre
garantisse l’effet de change. Victoria Laboratories,
Melbourne (VLM)
6.2.3 Documents contre lettre d’engagement Acheteur
La banque présentatrice remet les documents à l’acheteur
contre une lettre d’engagement dont l’énoncé est fixé par Termes du contrat
Marchandise : Produits pharmaceutiques
la banque remettante ou le donneur d’ordre. Par cette lettre
Valeur à la livraison : CHF 65 000
d’engagement, le tiré s’oblige à payer le montant de l’encaisse- Conditions de livraison : CFR Melbourne
ment à une date précise. Pour que la créance soit juridiquement Conditions de paiement : Documents contre paiement
valable, il est très important que la lettre d’engagement soit (encaissement documentaire)
rédigée de façon claire et sans équivoque.

78
Un encaissement documentaire s’exécute en trois phases remettante. Relevons une particularité propre aux pays dont la
principales : monnaie n’est convertible que sous certaines conditions. Bien
– l’émission d’un ordre d’encaissement par le vendeur que les documents ne doivent être remis que contre paiement
(exportateur) ; dans la monnaie prescrite, les banques de ces pays les délivrent
– la transmission de cet ordre d’encaissement par la banque habituellement contre dépôt de la contre-valeur du montant
remettante à la banque présentatrice ; correspondant, au cours du jour, dans la monnaie locale.
– l’encaissement par la banque présentatrice.
Encaissement des documents
a) L’établissement d’un ordre d’encaissement par le ven-
deur (exportateur). Le vendeur a expédié la marchandise. Il
détient maintenant le document de transport auquel il y aura Pharma SA, Genève (PSA)
lieu de joindre la facture et, au besoin, les certificats d’assu- (Donneur d’ordre)
rance et d’origine, la liste de colisage et de poids, la facture Vendeur
douanière, etc. Il remet le tout à UBS pour encaissement
auprès de l’acheteur, accompagné des instructions d’encaisse- Phase 1 : Phase 3 :
ment (RUE 522 art. 4). Ordre d’encaissement Paiement
et documents

Pour faciliter l’opération, UBS a mis au point une formule


d’encaissement documentaire qu’elle remet sur demande à
ses clients ; cette formule a pour but d’assurer que les indica-
Banque remettante
tions nécessaires sont clairement exprimées et complètes (cf.
spécimen à la page 82). Ce dernier point est important, car la UBS
banque remettante et la banque présentatrice ne sont liées Phase 2 : Phase 3 : Phase 1 :
que par les termes de l’ordre d’encaissement. En outre, à la Transmission de l’ordre Bonification /  Mar-
page 80, sous le titre « A quoi le vendeur doit-il veiller ? », une d’encaissement autorisation chandise
check-list donne toutes les informations et les indications im- et des documents de paiement
portantes pour l’établissement des documents et la manière
de rédiger l’ordre d’encaissement.
Commercial Bank Ltd.,
Melbourne (CBM)
b) L a transmission des documents, accompagnés de (Banque présentatrice)
l’ordre d’encaissement, par la banque remettante (UBS)
à la banque présentatrice (correspondant). UBS contrô-
lera les documents en se basant sur les « Règles uniformes Phase 3 : Phase 3 :
Encaissement Bonification
relatives aux Encaissements » dont l’article 12 a stipule : « Les
banques doivent vérifier que les documents reçus ont l’appa- Victoria Laboratories,
rence d’être ceux énumérés dans l’ordre d’encaissement. Elles Melbourne (VLM)
doivent signaler sans délai tout document manquant ou non (Tiré)
conforme à cette énumération – soit par télécommunication, Acheteur
soit par tout autre moyen rapide – à la partie dont elles ont
reçu l’ordre d’encaissement. L’obligation d’examen des docu-
ments par les banques ne va pas au-delà. » En plus de cette S’il s’agit d’un encaissement sous forme de documents contre
vérification, UBS, en tant que banque remettante, transmet acceptation, le tiré acceptera un effet de change par lequel il
les documents, accompagnés par l’ordre d’encaissement, à la s’engage à payer à l’échéance. Suivant les instructions de l’ordre
banque présentatrice dans le pays de domicile du tiré. d’encaissement, l’acceptation restera auprès de la banque pré-
sentatrice ou sera retournée à la banque remettante. Dans ce
c) L’encaissement par la banque présentatrice et le trans- dernier cas, le remettant pourra demander l’escompte de l’effet
fert du produit. S’il s’agit d’un encaissement sous la forme de change auprès d’une banque disposée à le faire ou en fera
de documents contre paiement, le tiré prendra normale- encaisser le montant à l’échéance. L’acheteur disposera des
ment possession des documents en payant le montant dû à la informations nécessaires concernant les encaissements docu-
banque présentatrice qui transférera ce montant à la banque mentaires en consultant la rubrique « A quoi l’acheteur doit-il
veiller ? », en page 81.

79
6.4 A quoi le vendeur doit-il veiller ? – A-t-on le droit d’introduire la marchandise dans le pays de
destination, et ce dernier a-t-il accordé toutes les autorisations
6.4.1 Avant de choisir l’encaissement documentaire nécessaires (licence d’importation, par exemple) ?
pour recouvrer une créance – Existe-t-il dans le pays de destination un contrôle des
Avant la négociation du contrat de vente, déterminer sur la base changes ? Combien de temps faut-il pour obtenir l’autorisation
de l’aide-mémoire suivant si l’encaissement documentaire assure de transfert des devises ?
le paiement souhaité : – Certains des points relevés à la page 81, « A quoi l’acheteur
– solvabilité et honorabilité de l’acheteur ; doit-il veiller ? », ont aussi leur importance pour le vendeur.
– expériences faites avec le pays de l’acheteur ;
– situation politique, économique et juridique dans le pays 6.4.3 Check-list pour l’établissement des documents
importateur ; Il faut se souvenir que les banques ne sont pas appelées à
– contrôle des changes et restrictions aux importations dans le contrôler les documents en détail ; elles se bornent à vérifier
pays de l’importateur ; que les documents reçus correspondent à ceux énumérés dans
– possibilités de trouver un nouvel acheteur ou de rapatrier la l’ordre d’encaissement. C’est donc au vendeur qu’il incombe de
marchandise au cas où l’acheteur refuserait d’en prendre respecter strictement les conditions du contrat et les prescrip-
livraison, et frais qui pourraient en résulter ? tions applicables dans le pays de destination. L’aide-mémoire
suivant peut rendre service à cet effet :
6.4.2 Après avoir choisi l’encaissement documentaire – Les documents exigés par l’acheteur et convenus dans le
pour recouvrer une créance contrat de vente sont-ils tous réunis ?
– Si la marchandise doit être délivrée contre acceptation d’une – Sont-ils complets et établis correctement ?
traite payable à 180 jours, par exemple, la solvabilité de – Tous les documents exigés impérativement par le pays de
l’acheteur et sa volonté de payer revêtent une importance destination sont-ils joints, et les prescriptions quant à l’établis-
plus grande. La marchandise sera peut-être déjà revendue sement de ces documents ont-elles été respectées (légalisa-
ou utilisée à l’échéance et la seule sécurité reste l’accepta- tions, prescriptions quant à la langue des documents, etc.) ?
tion de l’acheteur. Alternative possible : cautionnement sous – Les documents sont-ils valablement signés ?
forme d’aval ou de garantie de paiement par la banque – Si les connaissements, certificats d’assurance et effets de
­présentatrice ou une autre banque de premier ordre. change ne sont pas déjà établis à l’ordre de l’acheteur ou de
– Le connaissement est un papier-valeur et la preuve d’un la banque présentatrice, portent-ils les endossements néces-
contrat de transport maritime ; il peut être établi « à saires pour les rendre négociables ?
ordre » et représente la marchandise qui peut, dès lors,
n’être délivrée qu’au détenteur légitime du connaissement En ce qui concerne les documents et leur établissement, voir
contre remise de ce dernier (cf. page 46). On s’assure ainsi également les check-lists pour l’établissement de documents
que l’acheteur n’entre en possession de la marchandise (page 47).
qu’après avoir effectué le paiement ou donné son accepta-
tion. 6.4.4 Check-list pour donner l’ordre d’encaissement
– Si la marchandise est expédiée par avion, chemin de fer, Pour faciliter la rédaction et l’exécution d’un encaissement
poste ou camion, directement à l’adresse de l’acheteur, documentaire, nous conseillons d’utiliser la formule que nous
elle sera remise à celui-ci, qu’il ait honoré ou non les docu- avons mise au point à cet effet (cf. spécimen page 82) disponible
ments d’encaissement. L’ordre d’encaissement ne représente sur Internet sous ubs.com/tef. Bien que tous les points essentiels
rien de plus, dans ce cas, qu’un recouvrement de créance. figurent sur cette formule, nous commentons ci-après les points
Alternative possible : la marchandise peut être expédiée à la qui méritent une attention particulière :
banque chargée de l’encaissement (banque présentatrice) 1. Pour éviter toute demande de renseignement complémen-
dans le pays de l’acheteur. Dans ce cas, l’acheteur n’entrera taire et tout retard dans le déroulement de l’encaissement, il
en possession de la marchandise qu’après avoir effectué le est indispensable que la raison sociale du tiré et son adresse
paiement ou accepté un effet. Les « Règles uniformes rela- soient exactes et complètes (cf. RUE art. 4).
tives aux Encaissements » contiennent toutefois à l’article 10 2. Si la banque du tiré est connue, son nom et son adresse de-
une disposition précisant que les banques ne sont nullement vraient être mentionnés. A défaut, nous confierons
tenues, en l’absence d’un accord préalable, de prendre livrai- l’encaissement à une banque de notre choix. Toutefois, nous
son des marchandises adressées au destinataire. Il y a donc ne pourrons endosser aucune responsabilité en cas d’erreur
lieu de contrôler d’abord si la banque prévue est disposée à et / ou de retard de ladite banque.
figurer comme destinataire de l’envoi.

80
3. Le nombre et la nature des documents prescrits dépendent 6.5 A quoi l’acheteur doit-il veiller ?
des dispositions applicables dans le pays de l’acheteur. Si L’acheteur d’une marchandise payable au moyen d’un encais-
les données ne sont pas claires dans le contrat de vente ou sement documentaire sera avisé par la banque chargée de l’en-
dans la commande, la représentation consulaire du pays im- caissement (présentatrice) dès que les documents lui seront par-
portateur, la Chambre de commerce ou, éventuellement, un venus. L’avis contient les indications principales sur la nature des
transitaire pourront donner les renseignements nécessaires. documents et la marchandise expédiée. Ainsi, l’acheteur pourra,
La forme des documents et celle du titre de transport sont le cas échéant, déterminer si les documents en possession de la
mentionnées en page 46 et suivantes. banque présentatrice permettent de prendre livraison de la mar-
4. Si une traite est jointe à l’ordre d’encaissement, indiquer si chandise et de la dédouaner. Ensuite, les points suivants devront
protêt doit être dressé au cas où le tiré ne paierait pas ou être observés :
refuserait de donner son acceptation. A défaut de cette men- – La qualité de tiré donne le droit, si désiré, de prendre
tion, la banque présentatrice n’est pas tenue de faire dresser connaissance des documents au siège de la banque présenta-
protêt (RUE art. 24). trice avant de les payer.
5. Fixer de manière parfaitement claire qui doit supporter les – Par contre, le tiré n’est pas autorisé à inspecter la
frais bancaires et, le cas échéant, les autres frais. Notre marchandise ou à en contrôler la qualité sans l’assentiment
formule indique les diverses possibilités. A défaut d’instruc- du vendeur, transmis par voie bancaire.
tions claires, nous appliquerons l’article 21 RUE. Les taux – Si le tiré est un client bien connu de la banque présentatrice,
de nos commissions et ceux de nos correspondants, s’il y a celle-ci pourra envisager de lui remettre les documents à
lieu, seront calculés selon les tarifs en vigueur et comportent titre fiduciaire (in trust). Elle doit cependant pouvoir être sûre
essentiellement des émoluments pour qu’il n’en fera pas usage avant de les avoir honorés en payant
– remise des documents contre paiement ou acceptation ; ou en donnant son acceptation. Si alors le tiré refuse de les
– libération de la marchandise, pour autant que celle-ci ait payer ou de donner son acceptation, il devra immédiatement
été adressée à une banque ou à un transitaire à disposition retourner à la banque présentatrice tous les docu­ments tels
de ladite banque ; que reçus, c’est-à-dire sans aucune annotation additionnelle
– encaissement de l’acceptation à l’échéance. sur ceux-ci. La banque assume l’entière responsabilité en-
6. Comme nous l’avons relevé à la page 78, dans certains pays, vers le donneur d’ordre et la banque remettante pour toute
les banques chargées de l’encaissement (présentatrices) ­utilisation des documents contraire à l’ordre d’encaissement
peuvent délivrer les documents sans autorisation spéciale du ou pour la perte des documents.
donneur d’ordre contre un dépôt équivalent dans la monnaie – La banque présentatrice ne peut délivrer les documents que
du pays. contre paiement ou acceptation. Sans l’assentiment exprès
7. Indiquer si la banque chargée de l’encaissement (banque du donneur d’ordre, elle n’est pas autorisée à accepter des
présentatrice) doit conserver l’acceptation, à titre fiduciaire, acomptes.
jusqu’à son échéance ou si elle doit la retourner à la – La banque présentatrice doit adresser immédiatement à la
banque remettante. banque remettante un avis en cas de non-paiement ou de
8. Indiquer autant que possible l’adresse d’un représentant non-acceptation. Après réception d’un tel avis, la banque
ou d’une personne de confiance qui s’occupera de la remettante doit donner en temps utile les instructions
marchandise en cas de non-paiement. Ses pouvoirs doivent ­nécessaires pour le traitement des documents. Au cas où la
être précisés dans l’ordre d’encaissement. banque présentatrice ne recevrait pas d’instructions 60 jours
après son avis de non-paiement ou de non-acceptation, elle
peut retourner les documents à la banque remettante.
– La banque chargée de l’encaissement (présentatrice) a pour
seule tâche de transmettre au tiré les documents qu’elle a
reçus de la banque remettante, sans avoir à les contrôler. Elle
n’assume aucune responsabilité quant à leur forme ou leur
exactitude, ni quant à l’état de la marchandise, même si
cette dernière a été adressée à la banque. Les réclamations
éventuelles doivent être communiquées directement au
vendeur.

81
Exemple
de formule pour ordre d’encaissement

%POOFVSEÀPSESF

/PN 1SOPN3BJTPOTPDJBMF
/1"-PDBMJU
*OUFSMPDVUFVS
3FDPNNBOEœ /nEFUMQIPOF
/3G
6#44XJU[FSMBOE"(
5SBEF'JOBODF

Ordre d’encaissement documentaire


2UGUHGŔHQFDLVVHPHQWGRFXPHQWDLUH
"DIFUFVS

#BORVFEFMÀBDIFUFVS

DPODFSOFMÁFOWPJ DGGBDUVSFEPDVNFOUEÁFYQEJUJPO
.BSDIBOEJTFFYQEJF EJSFDUFNFOU”MÁBDIFUFVS ”MÁBESFTTFMÁPSESFEFMBCBORVFTVTNFOUJPOOF

/PVTWPVTFOWPZPOTQPVSFODBJTTFNFOU
USBJUF T
EF &DIBODF
'BDUVSFDPNNFSDJBMF $FSUJGJDBUQPMJDFEÁBTTVSBODF
$POOBJTTFNFOU #-
$FSUJŖDBUEÁPSJHJOF
-FUUSFEFUSBOTQPSUBSJFO "8#
-JTUFEFDPMJTBHFFUEFQPJET
'$3$.3 5MFYGBY
3DQJTTQPTUBM BVUSF
3DQJTTEFTPDJUEFDPVSSJFSFYQSFTT BVUSF

-FTEPDVNFOUTTPOU“SFNFUUSFBVUJSœ
DPOUSFQBJFNFOUEF ”WVF
BVQMVTUBSEMF
DPOUSFBDDFQUBUJPOEFMBUSBJUFTVTNFOUJPOOF QSPUžUFODBTEF /POBDDFQUBUJPO /POQBJFNFOU
DPOUSF

'SBJTCBODBJSFT
7PTGSBJTEÁFODBJTTFNFOUTPOU ”OPUSFDIBSHF ”MBDIBSHFEVUJS
-FTGSBJTEÁFODBJTTFNFOUEFWPUSFDPSSFTQPOEBOUTPOU ”OPUSFDIBSHF ”MBDIBSHFEVUJS
&ODBTEFSFGVTEFWPTGSBJT BCBOEPOOFSMFTGSBJT OFQBTSFNFUUSFMFTEPDVNFOUT
&ODBTEFSFGVTEFTGSBJTEFWPUSFDPSSFTQPOEBOU BCBOEPOOFSMFTGSBJT OFQBTSFNFUUSFMFTEPDVNFOUT

$PVWFSUVSF
-FQSPEVJUOFUFTU”DSEJUFSTVSOPUSFDPNQUFOn
4ÁBHJTTBOUEÁVOFNPOOBJFUSBOHœSFTVSOPUSFDPNQUFOn

*OTUSVDUJPOTDPNQMœNFOUBJSFT TJOœDFTTBJSF

-BUSBJUFBDDFQUFFTU ”FODBJTTFS”MÁDIBODF ”SFUPVSOFS”6#44XJU[FSMBOE"( ”OPVTSFUPVSOFS


&ODBTEFEJGŖDVMUT WFVJMMF[JOGPSNFSJNNEJBUFNFOUOPUSFSFQSTFOUBOUBWFDBWJT”WPUSFJOUFOUJPO

%JWFSTSFNBSRVFT

1SJœSFEFUSBOTNFUUSFQBSDPVSSJFSFYQSFTT
'+VJO

-JFV%BUF 4JHOBUVSFEVEPOOFVSEÁPSESF


-ÁFODBJTTFNFOUEPDVNFOUBJSFTFSBTPVNJTBVYj3œHMFTVOJGPSNFTSFMBUJWFTBVYFODBJTTFNFOUTvEFMB$IBNCSFEF$PNNFSDF*OUFSOBUJPOBMF 1BSJT QSTFOUFNFOUFOWJHVFVS

82
7 Garanties bancaires et lettres
de crédit « standby »
Dans les échanges internationaux, il est souvent difficile Comme pour les crédits et les encaissements documentaires,
à l’acheteur d’une marchandise ou d’un service d’apprécier la Chambre de Commerce Internationale, Paris, a établi des
les capacités professionnelles et financières du fournisseur. « Règles uniformes de la Chambre de Commerce Internationale
L’acheteur a donc intérêt à exiger une garantie prouvant que (ICC) relatives aux Garanties sur Demande » (RUGD, CCI Publica-
le vendeur est en mesure de fournir la prestation offerte. tion N° 758). S’agissant de la lettre de crédit « standby », ce sont
A cet effet, le vendeur fait établir par une banque un instru- les « International Standby Practices ISP98 » (CCI Publication
ment de sécurité de prestation. La garantie bancaire ou N° 590), en vigueur depuis le 1er janvier 1999, qui s’appliquent
la lettre de crédit « standby » utilisées comme instruments de plus en plus fréquemment.
de sécurité de paiement se limitent en principe, dans le
commerce extérieur, à la couverture du risque de défaut
de paiement. 7.3 Principales sortes de garanties dans le commerce
extérieur
Les considérations suivantes sont d’ordre général. Vous
trouverez de plus amples informations dans la brochure UBS 7.3.1 La garantie de soumission (bid bond / tender bond)
« Garanties bancaires ». But : La garantie de soumission peut être requise lors de mises
en soumission publique. L’entreprise qui fait des offres doit
alors remettre une telle garantie qui assure le paiement en
7.1 Principes fondamentaux exécution de son obligation de soumissionnaire :
– si l’offre est retirée par le soumissionnaire avant l’adjudication ;
7.1.1 Définition de la garantie bancaire – si la commande est refusée par le soumissionnaire après
La garantie bancaire est l’engagement irrévocable pris par une l’adjudication ;
banque de fournir une prestation en espèces au cas où un tiers – si la garantie de soumission n’est pas remplacée par une
faillit à son obligation de prestation ou de paiement. La garantie garantie de bonne exécution (performance bond) après
constitue un engagement en lui-même, indépendamment du l’adjudication.
contrat conclu entre le créancier et le débiteur. En accordant
sa garantie, la banque s’engage à payer à première réquisition, Montant : 1–5% du montant de l’offre soumissionnée.
pour autant que les conditions stipulées dans la garantie soient
réalisées. En principe, les garanties sont soumises au droit na- Durée de validité : Jusqu’à la signature du contrat ou la four-
tional de la banque émettrice. La liberté de contracter selon le niture d’une garantie de bonne exécution (en général, trois à six
droit suisse s’applique au contenu et à la forme de la garantie. mois).
Au surplus, l’art. 111 CO est applicable.
7.3.2 La garantie de bonne exécution (performance bond)
But : En accordant cette garantie, établie sur requête du vendeur,
7.2 Instruments analogues la banque s’engage à payer au bénéficiaire le montant garanti,
Le cautionnement simple (CO art. 495) et le cautionnement au cas où le fournisseur ne s’acquitterait pas de ses obligations
solidaire (CO art. 496) : la caution s’engage envers le créancier contractuelles.
du débiteur principal à acquitter une dette en lieu et place du dé-
biteur. Le cautionnement ne peut exister que sur une obligation Montant : En général 10% de la valeur du contrat.
valable. Comme il s’agit d’un engagement accessoire, il suit le
sort de la dette principale ; si cette dernière n’existe plus, le cau- Durée de validité : Pour la totalité du montant, jusqu’à exécu-
tionnement s’éteint. Les cautionnements ne sont pratiquement tion complète du contrat. La durée est identique, dans la plupart
utilisés en Suisse que pour garantir les droits de créanciers suisses. des cas, à celle de la garantie contractuelle pour le bon fonc-
tionnement de la machine ou de l’installation. Elle peut être de
L’assignation (CO art. 468) : de même que la garantie, l’assi- deux ans ou davantage.
gnation constitue un engagement irrévocable et non accessoire
de paiement. Elle peut être assortie de réserves, dans le sens
que l’obligation de payer présuppose la réalisation des condi-
tions stipulées. Un cas typique d’assignation est le crédit docu-
mentaire.

83
7.3.3 La garantie de restitution d’acompte 7.3.4 La garantie en cas de défaut de paiement
(advance payment guarantee) (payment guarantee)
But : Les conditions de paiement de commandes importantes à But : Cette forme de garantie est surtout utilisée pour assurer
l’exportation prévoient très souvent que l’acheteur doit verser le paiement sur simple présentation de facture. Il en existe
un acompte pour les matières premières et les coûts de fabrica- diverses variantes. La garantie peut porter sur le paiement
tion. L’acheteur ne versera cependant l’acompte prévu que s’il complet d’une livraison de marchandises ou d’une prestation
reçoit une garantie de restitution assurant le remboursement de services. Le bénéficiaire invoque généralement la garantie
au cas où le vendeur ne remplirait pas ses obligations contrac- en déclarant par écrit avoir fourni la marchandise, mais n’avoir
tuelles. pas reçu de paiement à l’échéance.

Montant : Montant de l’acompte. Une autre variante consiste à garantir partiellement un contrat
d’une durée d’une année, conclu entre l’acheteur et le vendeur
Réductions : Contrairement à la garantie de bonne exécution, pour la fourniture de biens de consommation ou de services. Les
la garantie de restitution d’acompte peut prévoir une réduction contractants conviennent, par exemple, que les livraisons seront
proportionnelle à la valeur des livraisons déjà effectuées. La mensuelles, payables sur facture dix jours après réception, par
preuve des livraisons est généralement apportée par l’utilisation virement bancaire. Au lieu d’ouvrir un crédit documentaire pour
correcte du crédit documentaire. la totalité du montant, les parties peuvent décider d’établir une
garantie de défaut de paiement, couvrant 1–3 livraisons men-
Durée de validité : La garantie devrait s’éteindre à la livraison suelles. L’engagement de la banque subsiste jusqu’à exécution
de l’objet du contrat. complète du contrat, mais l’appel à la garantie ne se fera que si
l’acheteur est en défaut pour le paiement d’une tranche men-
Entrée en vigueur : Du fait que la garantie est normalement suelle.
établie avant réception de l’acompte, elle ne doit entrer en
vigueur qu’après versement de celui-ci au domicile de paiement 7.3.5 La lettre de crédit « standby »
du vendeur. Cette indication devrait, si possible, toujours (standby letter of credit)
figurer dans la garantie. Sa fonction est analogue à celle de pratiquement n’importe quel
type de garantie (garantie de soumission, de bonne exécution, de
restitution d’acompte, en cas de défaut de paiement, etc.). Elle
est soumise aux « Règles et Usances uniformes de l’ICC relatives
aux Crédits Documentaires » (RUU) ou aux « International Standby
Practices ISP98 ». Le libellé est similaire à celui du crédit documen-
taire, à ceci près que
a) cet instrument ne sert que dans le cas où un paiement dû
n’est pas effectué et que ;
b) pour apporter la preuve que la prestation n’a pas été fournie,
il devrait suffire d’une déclaration du bénéficiaire de la lettre
de crédit « standby ».

Vous trouverez à la page 85 un spécimen de lettre


de crédit « standby ».

84
Exemple
Lettre de crédit « standby » par SWIFT

II: Own BIC / TID UBSWCHZH80A BIC identified as:


UBS Switzerland AG
8098 ZUERICH

MT: SWIFT Message Type 700 Issue of a Documentary Credit

IO: Correspondents BIC / TID IBAAJPOS50B identified as:


INDUSTRIAL BANK OF ASIA
TOKYO / JAPAN

27: Sequence of Total 1 /1

40A: Form of Documentary Credit IRREVOCABLE STANDBY

E N
20: Documentary Credit Number 9303222 / 8888

IM
31C: Date of Issue 19.03.20..

40E: Applicable Rules UCP LATEST VERSION

E C
31D: Date and Place of Expiry 27.11. 20.. SWITZERLAND

SP
50: Applicant ELECTRICITY SUPPLY LTD.
P.O. BOX 1539
OSAKA / JAPAN

59: Beneficiary GENERATOR SA


P.O. BOX 642
CH-8045 ZUERICH / SWITZERLAND

32B: Currency Code, Amount CHF 378'000,00

41A: Available with ... By ... UBSWCHZH80A


UBS Switzerland AG
8098 ZUERICH
BY PAYMENT

43P: Partial Shipments NOT ALLOWED

43T: Transhipment NOT ALLOWED

44E: Port of Loading / Airport of ROTTERDAM / THE NETHERLANDS


Departure
44F: Port of Discharge / Airport of OSAKA / JAPAN
Destination
44C: Latest Date of Shipement 31.05.20..

45A: Description of Goods and /or Services


1 COMPLETE GENERATOR UNIT AS PER ORDER NO. 6348 OF 4 MARCH 20..
CFR Osaka
46A: Documents Required
+ BENEFICIARY’S WRITTEN STATEMENT PURPORTEDLY SIGNED BY 2 (TWO) AUTHORIZED OFFICERS,
EVIDENCING THAT APPLICANT HAS FAILED TO FULFIL HIS CONTRACTUAL PAYMENT OBLIGATIONS AS PER ORDER
NO. 6348 OF 4 MARCH 20..
+ COPY OF UNPAID INVOICE
+ NON-NEGOTIABLE COPY OF BILL OF LADING

71B Charges ALL CHARGES OUTSIDE JAPAN ARE FOR ACCOUNT OF BENEFICIARY

48: Period for Presentation WITHIN VALIDITY OF THIS STANDBY LC

49: Confirmation Instructions CONFIRM

***********************************************************************************************

85
8 Règles et Usances uniformes de l’ICC
relatives aux Crédits Documentaires
(RUU 600)

Pour des raisons liées au copyright, les directives de la


Chambre de commerce internationale figurent uniquement
dans la version imprimée : pages 87 à 100.

87
Supplément aux RUU 600 pour
la Présentation électronique (eRUU)
Pour des raisons liées au copyright, les directives de la
Chambre de commerce internationale figurent uniquement
dans la version imprimée : pages 101 à 103.

101
9 Règles uniformes de la CCI relatives
aux Encaissements (RUE 522)
Pour des raisons liées au copyright, les directives de la
Chambre de commerce internationale figurent uniquement
dans la version imprimée : pages 105 à 110.

105
10 Incoterms ® 2010
Vendeur Livraison (signifie transfert de risque et des frais) Acheteur

Règles pour
tout mode
de transport

EXW
Ex Works
(… named place
of delivery)

FCA
Free Carrier
(… named place
of delivery)

CPT
Carriage paid to
Le vendeur conclut le contrat pour le transport
(… named place
of destination)

CIP
Carriage and
Le vendeur conclut le contrat pour le transport
Insurance paid to
(… named place of Le vendeur conclut le contrat d’assurance
destination)

DAT
Delivered at
Terminal
(… named terminal at
port or place
of destination)

DAP
Delivered at Place
(… named place
of destination)

DDP
Delivered Duty paid
(… named place
of destination)

Règles applicables
au transport mari-
time et au transport
par voies fluviales

FAS
Free alongside Ship
(… named port
of shipment)

FOB
Free on Board
(… named port
of shipment)

CFR
Cost and Freight Le vendeur conclut le contrat pour le transport
(… named port
of destination)

CIF
Cost, Insurance
Le vendeur conclut le contrat pour le transport
and Freight
(… named port Le vendeur conclut le contrat d’assurance
of destination)

111
11 Index

A
Acceptation (D / A)  80, 88, 110 CPT  111
Acompte  9, 11, 14, 84 Crédit documentaire à vue  14
Affaire de réciprocité  41 Crédit documentaire « back-to-back »  11, 37, 38
Affaire de switch 12, 41, 43 Crédit documentaire confirmé  9, 10, 12, 14
Affaire liée 41 Crédit documentaire d’origine  38
Assignation  83 Crédit documentaire non confirmé  9, 10, 12, 13
Avis d’ouverture  17 Crédit documentaire par acceptation  14
Crédit documentaire renouvelable  15
B
Banque chargée de l’encaissement  10, 77, 81, 105–107, 110 D
Banque confirmante  13, 14, 17, 18, 38, 89, 90 – 93 D / A (Documents against acceptance)  78
Banque correspondante  25, 80 DAP  111
Banque de remboursement  14, 18, 90 DAT  111
Banque désignée  13, 14, 91, 92 Date de validité  23
Banque présentatrice  77 – 81, 105, 106, 108, 109 DDP  111
Banque remettante  77, 79, 81, 105 – 110 Documents « à titre fiduciaire »  81
Bill of lading  46, 52 Documents contre acceptation (D / A)  78, 106
Buy-back  43 Documents contre lettre d’engagement  78
Documents contre paiement (D / P)  78, 106
C Documents d’assurance  46, 68, 69
c.a.d (cash against documents)  78 Documents de transport  18, 23, 24, 45, 46, 58, 59,
Cautionnement 83  62, 68, 77, 79, 81, 91–98, 105
Cautionnement simple  83 Document de transport aérien  46, 60, 61
Caution solidaire  83 Document de transport courrant au moins
Certificat d’analyse  47 deux modes de transport différents  46, 58, 59, 93
Certificat de circulation des marchandises 72 Document de transport multimodal  46, 93
Certificat de qualité  74 Document de transport par route  62, 63
Certificat d’inspection  73 D / P (Documents against payment)  78
Certificat d’origine  46, 47, 71
Certificats 45, 47 E
Cession  11, 39 Effet de change  9, 46, 48, 79, 80
Cession du produit du crédit  100 Effet de change accepté 9
CFR  16, 27, 111, 116 Encaissement contre acceptation  79
Check-lists  45, 47, 80 Encaissement documentaire  9, 10, 12, 78, 79, 80
CIF  45, 50, 97, 111, 116 Endos  52, 56, 58, 68
CIP  68, 97, 111 Entreprise générale  11, 27, 28, 37, 38
Commissions  14, 25, 31, 38, 39 Environ  24
Compensation  12, 41, 42 EXW  111
Compensation intégrale  41
Compensation partielle  41 F
Compensation triangulaire  41 Facture  9, 10, 28, 30, 31, 37, 38, 46, 50, 51
Connaissement 46, 52, 53  70, 79, 93, 100, 105
Connaissement de charte-partie  46, 56, 57, 93–95 Facture commerciale  50, 51, 93
Connaissement nominatif 52, 56 FAS 111
Consortium  11 FCA 45, 111
Contre-affaire 41 FOB  50, 111
Contre-crédit  37 Frais  23, 25, 31, 39, 47, 50, 99, 109, 110
Coopération  43
Correspondant 12, 13

113
G R
Garantie  9, 10,11, 83, 84 Récépissés de sociétés de courrier express 66, 67
Garantie bancaire  83 « red clause »  14
Garantie de bonne exécution  9, 11, 83, 84 Règles et Usances uniformes relatives 
Garantie de prestation  9 aux Crédits Documentaires (RUU)  10, 13, 45, 47, 84, 87
Garantie de restitution d’acompte  9, 84 Règles uniformes relatives
Garantie de soumission (bid bond)  9, 11, 83, 84 aux Encaissements (RUE)  77, 79, 105
Garantie en cas de défaut de paiement  9, 10, 84 Risque de ducroire  9, 10, 13
Risque pays  9, 10, 13, 45
H
Honorer 10, 13, 87–89, 92 S
Sauvegarde contre les risques 9
I Second bénéficiaire  29, 30
Incoterms ® 2010 23, 24, 111 Sécurité de paiement  9
Instrument de financement  28 Sous-garantie 11
Intermédiaire  27 – 31, 37 – 39 Standby letter of credit  9, 10, 83 – 85, 87
Swing  42
L Switch de marchandises  41
Lettre de crédit « standby » 9, 10, 84, 85
Lettre d’engagement  78 T
Lettre de transport maritime non négociable  54, 55 Traite  14, 28, 30, 37, 38, 48, 49, 80, 88, 89, 100
Liste de poids  79 Traite à terme  14
Transférable  28, 29, 32, 33, 37, 39, 99, 100
M Transfert du crédit documentaire 28, 29, 38, 99, 100
Modalités de paiement  14, 23 Troc  41

N U
Négociation  14, 30, 87 – 89 Utilisation du crédit documentaire 18, 30, 38
Notification du crédit documentaire  21, 25, 89, 90

O
Ordre d’encaissement  79, 80, 82, 105 – 110
Ordre d’ouverture  24
Ouverture du crédit documentaire  17, 23

P
Paiement différé  14, 88, 89
Paiement sous réserve  25
Performance bond 9, 11, 83
Premier bénéficiaire  29, 30

114
12 Glossaire en cinq langues

Français Allemand Anglais Italien Espagnol

A
à bord an Bord on board a bordo a bordo
acceptation Akzeptierung acceptance accettazione aceptación
accessoire(ment) akzessorisch accessory accessorio accesorio
acheteur Käufer buyer acquirente / compratore comprador
adresse à notifier Meldeadresse (notify) notify address indirizzo per la notifica dirección para la
notificación
adresse en cas Notadresse address in case-of-need indirizzo in caso di dirección en caso de
de nécessité necessità necesidad
amendement Abänderung amendment modifica modificación
annulation Annullierung cancellation annullamento anulación
à ordre an Order order, to the all’ordine a la orden
appel / demande de Inanspruchnahme claim escussione / richiesta di aviso / demanda de pago
paiement pagamento
approbation Zustimmung approval approvazione aprobación
à première demande auf erstes Verlangen on first demand a prima richiesta a primera demanda
arrimer verstauen stow (to) stivare estibar
arriver ankommen arrive (to) arrivare / giungere llegar
assurance contre Versicherung gegen insurance against all assicurazione contro seguro contra todo
tous risques alle Risiken risks tutti i rischi riesgo
assurer versichern insure (to) assicurare asegurar
à titre fiduciaire zu getreuen Händen in trust in fiducia / a titolo a título fiduciario
fiduciario
attestation de prise en Spediteur-Übernahme- forwarder’s certificate ricevuta di presa in certificado de recibo del
charge du transitaire bescheinigung of receipt consegna dello spedi- agente de transportes
zioniere
augmentation Erhöhung increase aumento aumento
autorisation Ermächtigung authorization autorizzazione autorización
aval Aval guarantee avallo aval
avancer (de l’argent) bevorschussen advance (to) concedere un anticipo anticipar
avarie Beschädigung / Havarie damage avaria avería
avis Avis / Avisierung advice / notification avviso aviso
aviser avisieren advise (to) avvisare avisar
avis pour livraison Mängelrüge notice of defects ricorso in garanzia reclamación por vicios
défectueuse
à vue bei Sicht at sight a vista a la vista

B
bénéficiaire Begünstigter beneficiary beneficiario beneficiario
billet à ordre Eigenwechsel promissory note vaglia cambiario /  pagaré
pagherò
bon de livraison Lieferschein delivery order bolletta di consegna orden de entrega

115
Français Allemand Anglais Italien Espagnol

C
caisse Kiste case cassa caja
cargaison Ladung cargo carico carga
certificat d’analyse Analysenzertifikat certificate of analysis certificato d’analisi certificado de análisis
certificat d’assurance Versicherungszertifikat insurance certificate certificato d’assicurazione certificado de seguro
certificat d’entrepôt Lagerschein warehouse certificate certificato di deposito certificado de almacenaje
certificat de poids Gewichtszertifikat weight certificate certificato di peso certificado de peso
certificat d’origine Ursprungszeugnis certificate of origin certificato d’origine certificado de origen
cession Zession assignment of proceeds cessione cesión
CFR = CFR = CFR = CFR = CFR =
coût + fret Kosten + Fracht cost + freight costo + nolo coste + flete
chambre de commerce Handelskammer chamber of commerce camera di commercio càmara de comercio
charger beladen load (to) caricare cargar
charte-partie Charter-Partie charter party contratto di noleggio póliza de fletamento
chemin de fer Bahn railway ferrovia ferrocarril
CIF = CIF = CIF = CIF = CIF =
coût + assurance + fret Kosten + Versicherung cost + insurance + freight costo + assicurazione coste + seguro + flete
+ Fracht + nolo
COD = COD = COD = COD = COD =
livraison contre Nachnahme cash on delivery incasso alla consegna reembolso
remboursement
colis Kollo = Paket package collo bulto
colisage (liste de) Packliste packing list distinta d’imballo lista de embalaje
commission Kommission commission commissione comisión
compagnie maritime Schifffahrtsgesellschaft shipping company compagnia marittima compañía marítima
conditions Bedingungen terms / conditions condizioni condiciones
confirmation Bestätigung confirmation conferma confirmación
confirmation d’avance- Arbeitsfortschritts- work progress certificato di avanza- certificado de progreso
ment des travaux ausweis certificate mento del lavoro de trabajo
confirmer bestätigen confirm (to) confermare confirmar
connaissement Konnossement bill of lading polizza di carico conocimiento de embarque
connaissement à bord Bordkonnossement on board B / L polizza di carico per conocimiento de
merce à bordo embarque bordo
contrat Kontrakt / Vertrag contract contratto contrato
contrat de vente Kaufvertrag contract / bill of sale contratto di compra- contrato de compra-
vendita venta
crédit documentaire Akkreditiv / Dokumentar- documentary credit credito documentario crédito documentario
akkreditiv
cédit documentaire Sichtakkreditiv sight documentary credito documentario crédito documentario
à vue credit a vista a la vista
crédit documentaire Gegenakkreditiv back-to-back credit credito documentario contracrédito
« back-to-back » «dorso a dorso» documentario
crédit documentaire bestätigtes Akkreditiv confirmed credito documentario crédito documentario
confirmé documentary credit confermato confirmado
crédit documentaire negoziierbares negotiable documen- credito documentario crédito negociable
négociable Akkreditiv tary credit negoziabile
crédit documentaire unbestätigtes unconfirmed docu- credito documentario crédito documentario
non confirmé Akkreditiv mentary credit non confermato no confirmado
crédit documentaire revolvierendes revolving credit credito documentario crédito rotativo / 
renouvelable / revolving Akkreditiv rotativo renovable

116
Français Allemand Anglais Italien Espagnol

D
D / A = D / A = D / A = D / A = D / A =
documents Dokumente documents documenti documentos
contre acceptation gegen Akzept against acceptance contro accettazione contra aceptación
date de chargement Verladedatum date of loading data di carico fecha de embarque
date d’échéance Verfalldatum due date / maturity date data di scadenza fecha de vencimiento
(pour lettre de change) (für Wechsel) (per tratta)
date d’embarquement Verschiffungsdatum date of shipment data d’imbarco fecha de embarque
date d’émission Ausstellungsdatum date of issue data di emissione fecha de emisión
date d’expiration Verfalldatum expiry date data di scadenza vencimiento
(für Akkreditive) (per crediti)
débiteur principal Hauptschuldner chief debtor (party liable) debitore principale deudor principal
décharger abladen / ausladen unload (to) scaricare descargar
déclaration d’assurance Versicherungsdeklaration insurance declaration dichiarazione declaración de seguro
d’assicurazione
délai de livraison Lieferfrist time of delivery termine di consegna plazo de entrega
délai de paiement Zahlungsziel date of payment termine di pagamento plazo para el pago
délivrer abliefern deliver (to) consegnare entregar
description Bezeichnung description descrizione descripción
destinataire Empfänger consignee destinatario destinatario
devises Devisen foreign exchange /  divise divisas (monedas
foreign currency extranjeras)
divergence Unstimmigkeit discrepancy irregolarità divergencia
documents Dokumente documents documenti documentos
donneur d’ordre /  Auftraggeber principal ordinante ordenante
commettant
donneur d’ordre de Auftraggeber des applicant ordinante ordenante de la carta
l’accréditif Akkreditivs dell’accreditivo de crédito
D / P = D / P = D / P = D / P = D / P =
documents Dokumente documents documenti documentos
contre paiement gegen Zahlung against payment contro pagamento contra pago
droits de douane Zollgebühr customs duty diritti doganali derechos de aduana
duplicata Duplikat duplicate duplicato duplicado

117
Français Allemand Anglais Italien Espagnol

E
échantillon Muster sample campione muestra
échéance Fälligkeit maturity / due date scadenza vencimiento
emballage Verpackung packing imballaggio embalaje
emballage maritime seemässige Verpackung seaworthy packing imballaggio marittimo embalaje marítimo
embarquer verschiffen ship (to) imbarcare embarcar
encaissement Inkasso collection incasso cobranza
encaissement Dokumentarinkasso documentary collection incasso documentario cobranza documentaria
documentaire
endossement / endos Indossament endorsement / indorsement girata endoso
endosser indossieren endorse (to) girare endosar
engagement Verpflichtung undertaking impegno compromiso
engagement de paiement Zahlungsverpflichtung payment obligation impegno di pagamento obligación de pago
en pontée an Deck on deck sopra coperta sobre cubierta
environ zirka about circa aproximadamente
envoyer senden send / dispatch (to) inviare enviar
en vrac lose in bulk alla rinfusa a granel
escompter diskontieren discount (to) scontare descontar
estampillé abgestempelt stamped stampigliato timbrado
établir / émettre ausstellen issue (to) emettere expedir / establecer
exceptions / objections Einreden /  rights of objection eccezioni / obiezioni objeciones
Einwendungen and defence
ex gare ab Station ex station partenza stazione ex estación
ex magasin ab Lager ex warehouse partenza magazzino ex almacén
expédier absenden dispatch (to) spedire expedir
expéditeur Absender consignor mittente expedidor
expirer verfallen / erloschen expire (to) scadere vencer
exportateur Exporteur exporter esportatore exportador
ex wagon ab Waggon ex truck / car partenza / franco vagone ex vagón

F
facture Faktura / Rechnung invoice fattura factura
facture commerciale Handelsfaktura commercial invoice fattura commerciale factura comercial
facture consulaire Konsularfaktura consular invoice fattura consolare factura consular
facture pro forma Proforma-Rechnung proforma invoice fattura proforma factura proforma
FOB = franco à bord FOB = frei an Bord FOB = free on board FOB = franco a bordo FOB = franco a bordo
force majeure höhere Gewalt act of God forza maggiore fuerza mayor
for juridique Gerichtsstand jurisdiction / venue giurisdizione di tribu- lugar de jurisdicción
nale / competenza competente
fournisseur Lieferant supplier fornitore suministrador
frais Spesen charges spese gastos
franco frontière franko Grenze free border franco confine franco frontera
fret Fracht freight nolo flete
fret aérien Luftfracht air freight nolo aereo flete aéreo
fret maritime Seefracht sea freight nolo marittimo flete marítimo
fret payable unfranko freight collect porto assegnato porte debido
fret payé d’avance franko freight paid porto pagato porte pagado

118
Français Allemand Anglais Italien Espagnol

G
garant Bürge guarantor garante garante
garantie Bürgschaft guarantee (atto di) fideiussione garantía
garantie bancaire Bankgarantie bank guarantee garanzia bancaria garantía bancaria
garantie de bonne Erfüllungsgarantie performance bond garanzia di esecuzione garantía de
exécution cumplimiento
garantie de prestation Leistungssicherung securing of garanzia di prestazione garantía de prestación
performance de servicio
garantie de restitution Anzahlungsgarantie advance payment garanzia per la garantía de pago a cuenta
d’acompte guarantee restituzione di acconti
garantie de soumission Offertgarantie bid bond (tender bond) bid bond caución provisoria
garantie partielle Teilgarantie partial guarantee garanzia parziale garantía parcial
grande vitesse Eilgut express goods grande velocità gran velocidad
grève Streik strike sciopero huelga, motines
conmociones civiles

H
honorer honorieren honor onorare honrar

I / J
importateur Importeur importer importatore importador
irrévocable unwiderruflich irrevocable irrevocabile irrevocable
jeu complet voller Satz full set gioco completo juego completo
jour ouvrable Arbeitstag working day giorno lavorativo día habil

L
légaliser beglaubigen legalize (to) legalizzare legalizar
lettre de change Wechsel bill of exchange cambiale letra de cambio
lettre de change / traite gezogener Wechsel / Tratte draft cambiale tratta / tratta letra de cambio
lettre de crédit Kreditbrief letter of credit lettera di credito carta de crédito
lettre de crédit Handelskreditbrief commercial letter lettera di credito carta de crédito
commerciale of credit commerciale comercial
lettre de transport Luftfrachtbrief air consignment note /  lettera di trasporto carta de porte aéreo
aérien air waybill aereo
lettre de transport Lastwagenfrachtbrief truck waybill (CMR) lettera di vettura carta de porte de
routier (CMR) (CMR) per trasporto camión (CMR)
via strada (CMR)
lettre de voiture Bahnfrachtbrief rail waybill / railroad lettera di vettura carta de porte
ferroviaire Eisenbahn-Frachtbrief bill of lading / rail ferroviaria ferroviaria
consignment note
liste de poids Gewichtsliste weight list distinta pesi lista de pesos
livraison partielle Teilsendung /  partial delivery fornitura parziale envío parcial
Teillieferung

119
Français Allemand Anglais Italien Espagnol

M
magasin / entrepôt Lager / Lagerhaus warehouse magazzino / deposito almacén
marchandise Ware goods / merchandise merce mercancía
modification Abänderung amendment modifica modificación
monnaie Währung currency moneta moneda

N
négociation Negoziierung negotiation negoziazione negociación
net rein clean netto / pulito limpio

O
obligation / responsabilité Verbindlichkeit liability impegno / responsabilità obligación
ordre Auftrag / Order order ordine orden
ouvrir eröffnen open (to) aprire abrir

P
paiement Zahlung payment pagamento pago
paiement différé aufgeschobene Zahlung deferred payment pagamento differito pago diferido
payable à première Zahlung bei erster payment on first pagamento a prima pago a la primera
payé d’avance vorausbezahlt prepaid prepagato pagado por anticipado
payer / payé bezahlen / bezahlt pay (to) / paid pagare / pagato pagar / pagado
peser wiegen weigh (to) pesare pesar
petite vitesse Frachtgut by goods train piccola velocità pequeña velocidad
poids Gewicht weight peso peso
poids brut Bruttogewicht gross weight peso lordo peso bruto
poids net Nettogewicht net weight peso netto peso neto
police d’abonnement Generalpolice floating policy polizza flottante póliza flotante
police d’assurance Versicherungspolice insurance policy polizza d’assicurazione póliza de seguro
port Hafen port porto puerto
port Porto postage porto franqueo
porteur (au) Inhaber bearer portatore portador
poste aérienne Luftpost air mail posta aerea correo aéreo
présentation Einreichung / Vorlage /  presentation presentazione presentación
Vorweisung
prolongation / prorogation Prolongation /  extension proroga prórroga
Verlängerung
protêt Protest protest protesto protesta

Q
qualité Qualität quality qualità calidad
quantité Menge quantity quantità cantidad

120
Français Allemand Anglais Italien Espagnol

R
récépissé d’entrepôt Lagerempfangsschein warehouse receipt ricevuta di deposito resguardo de almacén
récépissé du Spediteur- forwarder’s receipt ricevuta del recibo de un agente de
transitaire bescheinigung trasportatore transportes
récépissé postal Postquittung post receipt ricevuta postale resguardo postal
recours Regress recourse rivalsa / regresso recurso
reçu Quittung receipt quietanza / ricevuta recibo
refuser zurückweisen reject (to) rifiutare rehusar
Règles et Usances Einheitliche Richtlinien Uniform Customs Norme ed usi Reglas y usos
uniformes relatives aux und Gebräuche für and Practice for uniformi relativi ai uniformes para créditos
Crédits Documentaires Dokumentenakkreditive Documentary Credits crediti documentari documentarios
Règles uniformes Einheitliche Richtlinien Uniform Rules for Norme uniformi Reglas uniformes
relatives aux für Inkassi Collections relative agli incassi para cobranzas
Encaissements documentari documentarias
remise / délivrance Aushändigung delivery / handing over /  consegna / rimessa entrega
surrender
réserve Vorbehalt reserve riserva reserva
responsabilité Haftung responsibility / liability responsabilità responsabilidad
risque Risiko risk rischio riesgo

S
sans frais kostenfrei exempt from charges senza spese sin gastos
second bénéficiaire Zweitbegünstigter second beneficiary secondo beneficiario segundo beneficiario
somme garantie Garantiesumme guaranteed amount somma garantita cantidad de garantía
sous le pont / en cale unter Deck under deck sottocoperta bajo cubierta
SRCC = SRCC = SRCC = SRCC = SRCC =
grèves, émeutes, Streik, Aufruhr, strikes, riots, scioperi, huelgas, motines
troubles civils politische Unruhen civil commotions ammutinamenti e conmociones civiles
sommosse civili

T
télégramme Telegramm telegram telegramma telegrama
télex Telex / Fernschreiben telex telex télex
through B / L Durchkonnossement through B / L through B / L through B / L
timbre de réception Empfangsstempel reception stamp timbro di ricezione sello de recepción
tiré Bezogener drawee trassato / trattario girado
tireur Aussteller (von Wechseln) drawer traente girador
TPND = vol, pillage, TPND = Diebstahl, TPND = theft, TPND = furto, TPND = robo, pillaje y
non-délivrance Plünderung, pilferage, saccheggio, mancata falta de entrega
Abhandenkommen non-delivery consegna
traduction Übersetzung translation traduzione traducción
transbordement Umladung transhipment trasbordo transbordo
transférable übertragbar transferable trasferibile transferible
transfert Übertragung transfer trasferimento transferencia
transitaire Spediteur forwarder /  spedizioniere agente de transportes
forwarding agent
transport combiné kombinierter Transport combined transport trasporto combinato transporte combinado
transporteur Frachtführer carrier vettore transportador / 
transportista

121
Français Allemand Anglais Italien Espagnol

V
valable jusque gültig bis valid until valido fino válido hasta
valeur Valuta / Wert value valore / valuta valor
validité Gültigkeitsdauer validity validità validez
vapeur Dampfer steamer (s / s) vessel vapore vapor
vendeur Verkäufer seller venditore vendedor

W
wagon Waggon railway car vagone vagón
wagon de groupage Sammelwaggon combined load vagone collettame vagón colectivo

122
13 Bibliographie

Boemle, M. : Wertpapiere des Zahlungs- und Kreditverkehrs


sowie der Kapitalanlagen, 8. Auflage, Zürich 1991.

Schütze, R. A. : Das Dokumentenakkreditiv im internationalen


Handelsverkehr, 6. Auflage, Frankfurt am Main 2008.

King, R. : Gutteridge and Megrah’s Law of Banker’s Commercial


Credits, London 2001, 8th Edition.

International Chamber of Commerce, Paris : Incoterms ®


2010, ICC rules for the use of domestic and international trade
terms, Publication no 715EF.

International Chamber of Commerce, Paris :


Uniform Rules for Collections, Publication no 522.

International Chamber of Commerce, Paris :


International Standby Practices, ISP98, Publication no 590.

International Chamber of Commerce, Paris :


Uniform Customs and Practice for Documentary Credits,
Revision 2007, Publication no 600.

International Chamber of Commerce, Paris :


Supplement to UCP 600 for Electronic Presentation – Version 1.0.

Kleiner, B. : Bankgarantie, Zürich, 4.9.1990.

Zahn / Ehrlich / Haas : Zahlung und Zahlungssicherung


im Aussenhandel, 8. Auflage, Berlin 2010.

123
Agir à temps

Avez-vous besoin d’un financement ou souhaitez-vous vous assurer contre


les risques en matière de prestation et de paiement ? Il existe une solution adaptée
à chaque besoin. Dans le commerce extérieur, un mix d’instruments bien
­diversifiés est souvent l’option la plus judicieuse.

Grâce à notre présence internationale et à notre compétence Autres instruments en matière de Trade & Export Finance
éprouvée, vous bénéficiez d’une sécurité maximale pour vos
financements commerciaux. Nos ressources matérielles et hu-
Garanties bancaires
maines nous permettent de vous assister à tout moment dans
Assurer de manière ciblée une prestation ou un paiement
vos transactions quelle qu’en soit l’ampleur et avec les instru-
ments appropriés. Vous êtes ainsi en mesure de réaliser des
Garantie
plus-values qui peuvent s’avérer décisives pour vos activités.
– Garantie de soumission
– Garantie de remboursement d’acompte
Contactez-nous ! – Garantie de bonne exécution
Le plus tôt sera le mieux. – Garantie pour défauts
– Garantie de paiement
– Garantie de couverture de crédit
La question du financement, des modes de paiement et de
– Garantie pour connaissement manquant
leur couverture devrait être réglée préalablement à toute
conclusion d’affaire. Plus tôt vous prendrez contact avec nous,
Lettre de crédit « standby » (Standby letter of credit)
mieux nous serons en mesure de vous assister de manière
complète et efficace : avec un conseil compétent et personnali-
Cautionnement simple, cautionnement solidaire
sé pour toutes les questions de financement, avec des informa-
– Cautionnement pour bienfacture de travaux
tions actualisées sur l’évolution de l’économie et de la politique
financière et, bien sûr, une rapidité maximale et la maîtrise de
chaque détail. Prenez contact avec votre conseiller UBS.
Financement des exportations
Une solution de financement
Bien entendu, nous mettons également à votre disposition
une large gamme de garanties bancaires ainsi que tous les ins-
Avec SERV (ou couverture assurance privée ou couverture
truments de financement des exportations. Vos spécialistes et
ECA étrangère [Export Credit Agency]) :
vous-même trouverez nombre d’informations approfondies à
– Crédit acheteur
ce sujet dans les brochures produits correspondantes :
– Crédit fournisseur
– « Garanties bancaires »,
– Accord de crédit cadre
– « Financement des exportations ».
– Financement mixte
– Multi-source financing
Demandez les exemplaires souhaités à votre conseiller person-
nel UBS ou adressez-vous à une agence UBS.
Sans SERV :
– Forfaitage
Pour avoir une vue globale du domaine Trade & Export Fi-
– Crédit financier à l’exportation
nance, consultez notre site : ubs.com/tef. Vous y trouverez des
informations complètes tant au niveau technique que juri-
dique, des exemples animés d’opérations de Trade & Export
Supply Chain Solutions
Finance, ainsi que des check-lists utiles et des fiches d’infor-
Solutions de financement en début et en fin
mation détaillées.
de chaîne de création de valeur
– Supply Chain Finance
Nous ne sommes pas seulement une banque de premier plan
– Factoring
mais également une entreprise « globale » assurant des pres-
tations de financement intégrées. Vous êtes ainsi en mesure
de promouvoir de manière optimale vos intérêts commerciaux
aux quatre coins du monde. Grâce à notre présence interna-
tionale et à l’expérience de nos collaborateurs, de nouvelles
portes s’ouvrent à vous, quel que soit l’endroit où vous sou-
haitez développer vos affaires. Nous nous réjouissons d’ores et
déjà à l’idée de vous rencontrer.

124
Vos interlocuteurs

Crédits et encaissements documentaires


Garanties bancaires
Nos spécialistes régionaux vous fournissent un conseil personnel
compétent, des informations actuelles et leur expérience appro-
fondie. Ils accompagnent vos opérations concrètes de A à Z.

Votre premier contact


Contactez votre conseiller UBS personnel ou le suivi par UBS
de la Clientèle Entreprises, à votre disposition du lundi au
­vendredi au numéro: 0844 853 001

Financement des exportations


Région Genève, Suisse romande, Plateau et Tessin
Tél. + 41 44 239 23 08
Fax + 41 44 239 21 21

Région Zurich et Suisse orientale


Tél. + 41 44 239 28 75
Fax + 41 44 239 21 21

Région Suisse du Nord et Suisse centrale


Tél. + 41 44 239 21 17
Fax + 41 44 239 21 21

Exportateurs internationaux
Tél. + 41 44 239 81 01
Fax + 41 44 239 21 21

ubs.com/tef

125
Cette publication a été établie à titre purement informatif et ne constitue en aucun cas
une proposition, une offre ou une incitation. Veuillez noter qu’UBS se réserve le droit
de modifier ses prestations, ses produits et ses prix à tout moment et sans préavis.
Certains produits et services font l’objet de restrictions juridiques et ne peuvent donc
être offerts sans limitation au niveau international. Avant de prendre une décision,
faites appel à un conseiller financier professionnel. Cette brochure n’est pas destinée à
la diffusion hors de Suisse. Toute reproduction, totale ou partielle, sans l’autorisation
d’UBS est interdite.

© UBS 2015. Le symbole des clés et UBS font partie des marques protégées d’UBS. Tous droits réservés.
Paraît aussi en allemand et en anglais. Décembre 2015. 80862F

UBS Switzerland AG
Case postale
8098 Zurich

ab

Vous aimerez peut-être aussi