Vous êtes sur la page 1sur 6

Cloud Computing

Définition​:

Le ​Cloud Computing​ est un concept qui consiste à accéder à des données et des
services sur un serveur distant. Traditionnellement, une entreprise utilisait sa propre
infrastructure pour héberger ses services , elle achetait donc ses propres serveurs, et
assurait le développement et la maintenance des systèmes nécessaires à son
fonctionnement. Par opposition, le Cloud Computing se repose sur une architecture
distante, Le fournisseur donc assure la continuité du service et de la maintenance. Les
services de Cloud Computing sont accessibles via un navigateur web .

​I. Types de Cloud Computing​ :

Le concept de Cloud Computing est encore en évolution. On peut toutefois citer trois
Types de Cloud Computing :

- Le Cloud privé​ : est le plus utilisé par les entreprises. Celui-ci peut être hébergé en
interne par l'entreprise ou par un tier. Son fonctionnement est dédié à l'entreprise et
peut-être accédé par d'autres filiales via un accès sécurisé (VPN).

- Le Cloud public : ​accessible par Internet et géré par un prestataire externe. Il est
ouvert au public ou à de grands groupes industriels. Cette ​infrastructure est possédée
par une organisation qui vend des services Cloud, tel que Amazon ou Microsoft, dont
nous parlerons un peu plus tard. Pour utiliser notre exemple de tout à l'heure, une
boite mail accessible via internet est une application hébergée sur un Cloud public.

- Le Cloud hybride​ : comme son nom l'indique, un mix entre cloud privé et cloud
public. Les infrastructures utilisent la même technologies pour permettre la portabilité
des applications et des données.
- Le Cloud communautaire ​: utilisé par plusieurs organisations ayant des besoins
communs.​ ​Par exemple, une entreprise et son sous-traitant ont besoin d'utiliser en
commun une application métier nécessaire au bon déroulement de leur affaire. Les
deux entités décident alors de créer en collaboration un Cloud hébergeant cette
application.

- ​Schéma des spécificités du Cloud professionnel:

II. Fonctionnement du Cloud Computing :

Si les services de cloud computing fonctionnent tous un peu différemment, bon nombre
d’entre eux proposent un tableau de bord convivial, accessible par l’intermédiaire d’un
navigateur, qui permet aux professionnels de l’informatique et aux développeurs de
commander des ressources et de gérer leurs comptes. Certains services de cloud
computing sont aussi conçus pour fonctionner avec des API REST et une interface en
ligne de commande, offrant ainsi plusieurs possibilités aux développeurs.
III .Types de services cloud : IaaS, PaaS, serverless et SaaS

La plupart des services de cloud computing peuvent être classés en quatre grandes
catégories : IaaS (infrastructure as a service), PaaS (platform as a service), serverless et
SaaS (software as a service). On les appelle parfois pile de cloud computing, car elles
s’empilent les unes sur les autres.

Infrastructure as a service (IaaS):

La catégorie la plus basique des services de cloud computing. Avec l’IaaS, vous louez
une infrastructure informatique (serveurs, machines virtuelles, stockage, réseaux,
systèmes d’exploitation) auprès d’un fournisseur de services cloud, avec un paiement en
fonction de l’utilisation.

Platform-as-a-Service (PaaS):

L’expression plateforme en tant que service (PaaS, Platform-as-a-Service) qualifié les


services de cloud computing qui offrent un environnement à la demande pour
développer, tester, fournir et gérer des applications logicielles. PaaS est conçu pour
permettre aux développeurs de créer rapidement des applications web ou mobiles sans
avoir à se préoccuper de la configuration ou de la gestion de l’infrastructure de serveurs,
de stockage, de réseau et de bases de données nécessaire au développement.
Informatique serverless

Se chevauchant avec PaaS, l’informatique Serverless se concentre sur la création de


fonctionnalités applicatives sans perte de temps en lien avec la gestion permanente des
serveurs et de l’infrastructure requis à cette fin. Le fournisseur de cloud se charge de la
configuration, de la planification de la capacité et de l’administration du serveur à votre
place. Les architectures serverless sont hautement scalables et basées sur des
événements. Elle n’utilisent des ressources que quand une fonction ou un déclencheur
spécifiques s’activent.

Software as a service (SaaS)

Le logiciel en tant que service (SaaS, Software-as-a-Service) est une méthode de


diffusion d’applications logicielles via Internet, à la demande et en général sur
abonnement. Avec le SaaS, les fournisseurs de services cloud hébergent et gèrent les
applications logicielles et l’infrastructure sous-jacente, et gèrent la maintenance, par
exemple la mise à niveau des logiciels et l’application des correctifs de sécurité. Les
utilisateurs se connectent à l’application via Internet, en général par l’intermédiaire d’un
navigateur web sur leur téléphone, leur tablette ou leur PC. Pour plus d’informations.

​Représentation des différents modèles de service


III .Avantages et contraintes​ :

​3.1. Avantages​ :

- Gagner en flexibilité :

Le cloud computing repose sur le principe même de flexibilité. Par opposition au modèle
traditionnel dans lequel l’intégration de nouveaux logiciels ou d’éléments d’infrastructure
est longue et complexe, la mise en oeuvre du cloud computing se veut simple et rapide.

Il permet ainsi de faire face à un pic d’activité ou à la variabilité des besoins dans un
délai très court. C’est également un moyen d’expérimenter l’intégration d’un logiciel (via
le SaaS) ou le développement d’une application (via le PaaS ou l’IaaS).

Enfin cette flexibilité s’exprime également à travers la possibilité pour les utilisateurs
d’être plus mobiles : grâce aux SaaS, ils peuvent travailler de n’importe quel poste
connecté à Internet.

Faciliter la gestion de l’informatique:

Le ​cloud computing​ permet de sous-traiter la supervision de son infrastructure à un


professionnel de l’hébergement et ainsi de s’assurer de la disponibilité du service 24h/24
et 7j/7. Les coûts d’astreinte de personnel interne pour obtenir la même qualité de
service sont bien souvent trop élevés pour de petites structures.

Par ailleurs, grâce au cloud computing, en cas de panne sur le lieu de stockage des
données, ​un système de redondance​ permet le basculement vers un autre site, évitant
ainsi la rupture de service. Dans le cas du SaaS plus particulièrement, la montée en
version des logiciels est transparente pour l’entreprise puisque tout est géré par le
prestataire. En général, aucun surcoût n’est à prévoir, les utilisateurs bénéficient des
améliorations de la solution au fil de l’eau.

Enfin, les entreprises ayant organisé leur parc machine en cloud computing privé interne
gèrent beaucoup moins d’infrastructure grâce à la virtualisation. La maintenance et la
supervision s’en trouvent ainsi fortement facilitées.

Réaliser des économies : ​Un investissement informatique se fonde sur une estimation
des besoins à court, moyen et long terme de l’entreprise, avec le risque de sous-investir
ou de surinvestir. En ne payant que ce qu’elle consomme réellement, l’entreprise gère
son budget au plus près de ses besoins. Par ailleurs, le cloud computing permet de
bénéficier d’un haut niveau de service (24h/24 et 7j/7) pour un prix accessible aux petites
structures.
3.2.Contraintes et limites​ :

Dépendance vis-à-vis du prestataire :

A l’exception du cloud computing interne privé, l’entreprise confie la gestion de son


infrastructure, de ses applications ou de ses données à un tiers. Cette situation crée
évidemment une certaine dépendance vis-à-vis de ce tiers.
Lors du choix du prestataire, l’entreprise doit notamment rester vigilante sur la qualité de
service offerte. Il convient également d’être attentif à la qualité de la connexion Internet
de l’entreprise.

Menace sur la sécurité et la confidentialité :

La sécurité des données est l’un des freins les plus couramment évoqués par les
entreprises car les données sont hébergées en dehors de l’entreprise dans la majorité
des cas de cloud computing. Il est important que le prestataire s’engage par contrat à
mettre tout en oeuvre pour protéger les données de ses clients :

- Hébergement dans un lieu sûr et en France de préférence .


- Sécurisation de la plateforme logicielle en ligne .
- Données sauvegardées .