Vous êtes sur la page 1sur 3

Le gouvernement d’entreprise peut se

définir comme l’ensemble des


mécanismes qui gouverne les décisions
des dirigeants et définit leur espace
discrétionnaire

BOUHADJAB ROUMAISSA

Compte Microsoft
La théorie d’agence :
Jensen et Meckling fondateur de la théorie de l’agence s’inspirent a l’origine de la démarche
de Alchian et Demetz pour définir la firme comme un nœud de contrats le modèle explicatif
des structures de financement et d’actionnariat est fondé sur les hypothèses d’asymétrie
d’information et de conflits d’intérêts entre le dirigeant-propriétaire , les nouveaux
actionnaires et les créanciers financiers.
Pour Jensen et Meckling ( il existe une relation d’agence lorsqu’un personne a recours aux
services d’une autre personne en vue d’accomplir en son nom une tache quelconque ).
Dans le cas présent la relation d’agence concerna le principal (l’actionnaire) et son agent (le
gestionnaire), ce dernier s’étant engagé a servir les intérêt du premier.
- La sélection adverse, ex ante : l’agent dispose d’information alors que les principaux
ne le sont pas, il peut les cacher avant de signe le contrat.
- Le hasard moral, ex post : les principaux ne sont jamais assurés que l’agent mettra tout
en œuvre pour exécute le contrat et ne poursuivra pas des objectifs qui lui sont
propres.
Il y’a trois types de cout d’agence :
- Les couts de surveillance : ce sont les couts supportés par le principal pour s’assurer
que son agent géré conformément a ses intérêts ;
- Les couts d’obligation : supportés par l’agent pour mettre en confiance le principal ;
- Les pertes résiduelles : ce sont les couts inhérents a la divergence d’intérets entre le
manger et les actionnaires ( mauvaises allocation des ressources, choix d’une stratégie
non optimale….)
La théorie des couts de transaction :
théorème de Coase s'inscrit dans le cadre de la théorie des organisations. Elle s'attache à
expliquer l'existence d'organisations économiques fondées sur la hiérarchie par l'existence
de coûts de transaction.
Le concept de coût de transaction apparait pour la première fois en 1937 dans l'article de
Ronald Coase, « The Nature of the Firm ». C'est cependant Oliver Williamson (Prix Nobel
2009) qui est considéré comme le fondateur de ce courant théorique. La théorie des coûts
de transaction postule que les agents ne sont dotés que d'une rationalité limitée (concept
que l'on doit à Herbert Simon) tout en se comportant de manière opportuniste. Le point de
départ de Williamson et de la théorie des coûts de transaction est de postuler que toute
transaction économique engendre des coûts préalables à sa réalisation : coûts liés à la
recherche d'informations, aux « défaillances du marché », à la prévention de
l'opportunisme des autres agents etc. Ainsi, certaines transactions se déroulant sur le
marché peuvent engendrer des coûts de transaction très importants. Dès lors, les agents
économiques peuvent être amenés à rechercher des arrangements institutionnels alternatifs
permettant de minimiser ces coûts. À l'opposé du marché, Williamson distingue ainsi à la
suite de Coase la « hiérarchie » qui correspond le plus souvent à l'entreprise. Entre le
marché et l'entreprise, de nombreuses formes « hybrides » peuvent être identifiées
(soustraitance, concession, réseau etc.)