Vous êtes sur la page 1sur 36

LICENCE D’ETUDES FONDAMENTALES

Filière : SCIENCES DE LA MATIERE CHIMIE

Projet Tutoré

Intitulé

Méthodes d’analyses de la qualité des


eaux

Soutenu le : 03/07/2017

Par l'étudiant(es) :
MAJID Zinab
TIBHIRINE Oumayma

Membres de jury :

Mr.GUENBOUR ABDALLAH Professeur à la Faculté des Sciences de Rabat .…Modérateur


Mr.GHANIMI AHMED Professeur à la Faculté des Sciences de Rabat ….Examinateur
Mme.HAKAM ASMAA Professeur à la Faculté des Sciences de Rabat … .Encadrante
Mr.BELLAOUCHOU ABDELKBIR…..Co-Encadrant

Année Universitaire 2016 - 2017


SOMMAIRE
Remerciement ......................................................................................................................................... 4
Introduction............................................................................................................................................. 5
Chapitre I :L’eau dans la nature ............................................................................................................. 6
1. Les sources d’eau ............................................................................................................................ 6
1.1. Eaux souterraines ................................................................................................................ 6
1.2. Eaux de surface.................................................................................................................... 6
1.3. Eaux des mers et océans ..................................................................................................... 6
1.4. Eaux pluviales ..................................................................................................................... 7
Chapitre II :.............................................................................................................................................. 8
Méthodes et approches scientifiques de la qualité de l’eau ................................................................ 8
1. les normes de qualité ...................................................................................................................... 8
1.1. Notion de pollution ................................................................................................................ 8
1.2. Normes de qualité .................................................................................................................. 8
1.2.1 Qualité microbiologique de l’eau de boisson ......................................................................... 9
1.2.2 Substances chimique dont la présence dans l’eau de boisson revête une importance
sanitaire .......................................................................................................................................... 9
1.2.3 Substances et paramètres de l’eau de boisson qui peuvent donner lieu à des plaintes
des utilisateurs ............................................................................................................................. 10
1.2.4 Autres éléments non cités par l’OMS ................................................................................... 12
2. les indicateurs de qualité .............................................................................................................. 13
2.2 Analyse bactériologique ............................................................................................................. 14
2.3 Analyses physico-chimiques ....................................................................................................... 15
2.3.1 La température ..................................................................................................................... 15
2.3.2 Conductivité ......................................................................................................................... 16
2.3.3 PH ......................................................................................................................................... 18
2.3.4 Turbidité ............................................................................................................................... 18
2.3.5 Ions majeurs ......................................................................................................................... 19
2.3.6 Autres éléments dissous....................................................................................................... 22
2.3.7 DBO, DCO et oxydabilité....................................................................................................... 22
3. LES ANALYSE D’EAU .......................................................................................................................... 23
3.1 Mesures....................................................................................................................................... 23
3.2 Mesures in situ............................................................................................................................ 23
3.2.1 Echantillonnage .................................................................................................................... 24
3.2.2 Méthodes d’analyses............................................................................................................ 24
Chapitre III : Approche expérimentale et résultats de quelques méthodes d’analyses ................. 26
1. Prélèvement de l’eau........................................................................................................................ 26
2. Détermination du résidu sec ............................................................................................................ 27
2.1 Principe ........................................................................................................................................ 27
2.2 Mode opératoire......................................................................................................................... 27
2.3 Expression des résultats ............................................................................................................. 27

2
3. Mesure du PH ................................................................................................................................... 27
4. Mesure de la conductivité ................................................................................................................ 28
4.1 Définition .................................................................................................................................... 28
4.2 Principe ....................................................................................................................................... 28
4.3 Mode opératoire......................................................................................................................... 28
4.4 Mesure après dilution ................................................................................................................ 28
5. Détermination de la minéralisation globale .................................................................................... 29
6. Détermination des matières en suspension...................................................................................... 30
6.1 Méthode par filtration................................................................................................................ 30
6.1.1 Principe ................................................................................................................................. 30
6.1.2 Matériels .............................................................................................................................. 30
6.1.3 Filtration sur papier filtre ..................................................................................................... 30
6.2 Filtration sur membrane............................................................................................................. 30
6.2.1 Calcule .................................................................................................................................. 30
7. Substances chimiques indicatrices de la pollution .......................................................................... 31
7.1 Dosage de l’azote « dit total » ................................................................................................... 31
7.1.1 Principe ................................................................................................................................. 31
7.1.2 Mode opératoire .................................................................................................................. 31
7.1.3 Dosage volumétrique ........................................................................................................... 31
7.1.4 Expression des résultats ....................................................................................................... 31
7.2 Dosage du carbone organique ................................................................................................... 32
8-Détermination de la demande chimique en oxygène (DCO) oxygène consommé par les matières
organiques ............................................................................................................................................ 32
8.1 Méthode par le dichromate de potassium ................................................................................ 32
8.1.1 Principe ................................................................................................................................. 32
8.1.2 Mode opératoire .................................................................................................................. 32
8.1.3 Expression des résultats ....................................................................................................... 32
8.2 Oxygène consommé par les matières organiques..................................................................... 33
8.2.1 Principe ................................................................................................................................. 33
8.2.2 Mode opératoire .................................................................................................................. 33
8.2.3 Mesure en milieu acide ........................................................................................................ 33
9. Détermination de la demande biochimique en oxygène (DBO) ..................................................... 33
9.1 Expression des résultats ............................................................................................................. 34
10. Conclusion Générale ....................................................................................................................... 35
11. Référence bibliographique ............................................................................................................. 36

3
Remerciement

Nous voudrons exprimer nos sincères remerciements au professeur Mme.HAKAM ASMAA, notre
encadrante de recherche, pour sa supervision, son appui et son aide dans la réalisation de ce projet de fin
d’étude. Nous avons beaucoup apprécié aussi sa disponibilité et son intérêt dans cette étude.

Nous tenons aussi à remercier Mr. BELLAOUCHOU ABDELKBIR, qui nous a dirigé, encouragé,
partagé avec nous sa grande expérience et son temps précieux. C’était un grand honneur pour nous.

Nous tenons à exprimer nos profondes gratitudes à tous les membres de jury, pour avoir accepté
d’évaluer ce travail.

Enfin, nous ne pouvons terminer sans remercier nos familles et nos proches pour leur indéfectible
compréhension et leur appui de tous les instants. Vous représentez tous et toutes une grande source de
fierté et de motivation.

4
Introduction

Depuis toujours l’eau est indissociable de l’activité humaine. La révolution industrielle


du 20ème siècle, en valorisant la vapeur d’eau, a permis le développement de la capacité de
production : L’eau est devenue une matière indispensable au fonctionnement des usines.
Parallèlement à cette situation, les phénomènes qui contribuent à la dégradation de la
qualité de l’eau et par suite à la perturbation de tout l’écosystème se multiplient et
s’intensifient. Le rejet des eaux usées chargées en substances polluantes, dans le milieu
récepteur sans aucun traitement préalable est un motif de préoccupation croissant compte tenu
des effets indésirables qu’elles peuvent engendrer sur l’environnement et sur la santé.
Les rejets liquides de l’industrie de transformation des produits de la mer sont un
vecteur majeur de pollution et de dégradation de la qualité d’eaux.
En effet l’industrie de pêche est la locomotive du développement de toute autre activité
dans le Maroc.
Ces rejets, donc, doivent être traités avant leur déversement dans le milieu récepteur. Or
aucun processus de traitement ne peut être monté qu’après une identification complète de
l’eau résiduaire sujette d’épuration.

5
Chapitre I : L’eau dans la nature
Introduction
La classification des eaux diffères d’une référence à une autre, quelques-unes les classifient
suivant l’origine ; quelques auteurs parlent même des eaux de pluies, certains autres
s’intéressent à l’utilisation des eaux.

1. Les sources d’eau


1.1. Eaux souterraines
De point de vue hydrogéologique les couches aquifères se divisent en :

• Nappes phréatiques ou alluviales : peu


profondes et alimentées directement par les
précipitations pluvieuses ou les écoulements
d’eau en dessus,

• Nappes captives : plus profondes que le


premier et séparées de la surface par une
couche imperméable, l’alimentation de ces
nappes est assurée par l’infiltration sur leurs
bordures.

La nature du terrain sous lequel se trouvent ces eaux


est un déterminant de leurs compositions chimiques,
cependant elles appelées aussi les eaux propres car
ils répondent en général aux normes de potabilité. Pourtant, ces eaux sont moins sensibles
pollutions accidentelles, elles perdent totalement leur pureté originale dans le cas de
contamination par des polluants.
Quand une eau souterraine contient une concentration en certains minéraux dépassant les
normes de potabilité, mais elle représente des propriétés thérapeutiques on la distribue en
bouteilles avec parfois un traitement bien définit, ces eaux sont dites eaux minérales.

1.2. Eaux de surface


Ce type des eaux englobe toutes les eaux
circulantes ou stockées à la surface des continents
(rivières, lacs, étangs, barrages,…). La
composition chimique des eaux de surface
dépend de la nature des terrains traversés par ces
eaux durant leurs parcours dans l’ensemble des
bassins versants. Ces eaux sont le siège, dans la
plupart des cas, d’un développement d’une vie
microbienne à cause des déchets rejetés dedans et
de l’importante surface de contact avec le milieu extérieur. C’est à cause de ça que ces eaux
sont rarement potables sans aucun traitement.

1.3. Eaux des mers et océans


Les mers et les océans constituent des énormes
réservoirs d’eau, elles représentent près de
97.4% du volume d’eau existant actuellement
sur notre planète, le reste est la part des eaux

6
continentales (eaux souterraines et superficielles). Les eaux de mers sont caractérisées par une
grande salinité, elles sont dénommées aussi «eaux saumâtres», ce qui rend leur utilisation
difficile, notamment leur coût très élevé pour leur traitement.

1.4. Eaux pluviales


Elles sont issues du ruissellement de l’eau de
pluie, et peuvent provoquer des pollutions
importantes des cours d’eau. L’eau de pluie
englobe les impuretés de l’air (gaz polluants
rejetés par les industries …) et ruisselle sur des
surfaces terrestres contenant des résidus
d’hydrocarbure, de métaux lourds, d’huiles.

7
Chapitre II :
Méthodes et approches scientifiques de la qualité de l’eau
1. les normes de qualité
1.1.Notion de pollution

La mauvaise qualité de l’eau peut être induite par des activités anthropiques ou par des
phénomènes naturels. Dans la plupart des cas, la pollution s’entend comme un dépassement
aux normes, définies en fonction des usages de l’eau. Cette définition est cependant restrictive
car elle ne tient pas compte de la notion de flux polluants (quantité de pollution), ni des
phénomènes non liés à un rejet mais qui créent un potentiel de pollution (construction de
latrines dans un environnement de nappe phréatique, par exemple). Une définition globale de
la pollution intègre ainsi toutes les actions directes ou indirectes susceptibles d’apporter une
dégradation des paramètres caractéristiques de l’eau.

On distingue différentes natures de polluants : les polluants chimiques minéraux (tous les
éléments solubles) ou organiques (matière organique, hydrocarbures, organochloré…) ; les
polluants biologiques (bactéries, virus et champignons) ; et les polluants physiques (matières
en suspension, la température, la radioactivité …).

La pollution se défini également en fonction de sa répartition spatiale et temporelle. Elle peut


être diffuse, c'est-à-dire de faible intensité mais qui concerne une grande surface (pollution
d’une nappe peu profonde par des latrines noyées), ou à l’inverse localisée (pollution de l’eau
d’un puits par le puisage). De plus, elle peut être chronique (apport de polluant en continue),
occasionnelle ou cyclique (flux de pollutions au moment des pluies, par exemple).

1.2. Normes de qualité


Les normes de qualité présentées dans les tableaux suivants font référence aux notions de
"substances dont la présence dans l’eau revêt une importance sanitaire" et "substances et
paramètres pouvant donner lieu à des plaintes des utilisateurs" issues de l’OMS. Néanmoins,
dans les différents commentaires des directives de l’OMS, un nombre important de
précautions et de dispositions sont prises pour montrer que :

1. les valeurs indiquées doivent être utilisées en tenant compte du contexte local :
structures des terrains (géologie), niveau de service local (qualité moyenne de l’eau
distribuée, normes locales, couverture en eau potable),

8
2. Les circonstances exceptionnelles n’autorisent pas à respecter ces valeurs (ce qui est le
cas de la majorité des terrains d’intervention humanitaires !) : guerre, catastrophe
naturelle…
3. Aussi, il est indispensable de faire preuve de bon sens dans l’utilisation de ces
normes : se renseigner sur les réglementations locales et comparez la qualité de l’eau
"traditionnellement" consommé par les gens avec celle que vous voulez exploiter. Il
faut se rappelé également qu’une quantité suffisante raisonnablement salubre est
préférable à une quantité insuffisante d’eau de très bonne qualité : le manque d’eau
pour assurer un minimum d’hygiène peut entraîner plus de problèmes sanitaires
qu’une qualité moyenne de l’eau.

Les tableaux suivants ont été construits à partir de la nomenclature de l’OMS. Les valeurs
guides sont données d’après les "Directives de qualité pour l’eau de boisson", 2éme édition
1994 OMS, et correspondent aux principaux paramètres retenus dans les normes de qualité
d’eau de boisson. Les paramètres difficiles à mesurer et qui ne présentent pas de problème
fréquents ne sont pas mentionnés. Il est cependant nécessaire de rester vigilant,
notamment en zone urbaine ou industrialisée. Il est recommandé de contacter des
personnes spécialisées en cas de problème spécifique, et de se référer aux différentes
normes qui proposent des valeurs guides d’éléments dangereux pour la santé non
mentionnés dans cet ouvrage.

1.2.1 Qualité microbiologique de l’eau de boisson


Paramètres Valeurs guide Interprétation
OMS

Coliformes 0/100 ml -Indicateurs de pollution fécale


thermotolérants1
Streptocoques Pas de norme -Indicateurs de pollution fécale
fécaux
Coliformes 0/100 ml dans 95% des -Indicateur d’efficacité de
Totaux échantillons d’eaux traitées traitement (désinfection)
-Ne sont pas indicateurs d’une
pollution fécale
1.2.2 Substances chimique dont la présence dans l’eau de boisson revête une
importance sanitaire
Paramètres Valeurs guide Interprétation
OMS

Arsenic 2 0.01 mg/l -Origines : roches, rejets industriels


(As) (sidérurgie)
-Santé : effet cancérigène prouvé (cancers
cutanés)
Fluorures 3 1.5 mg/l -Origine : roches, engrais, aliments
(F) (poisson, thé)
Pollution industrielle (fabrication
d’Aluminium)
-Santé : fluorose dentaire et du squelette

9
Paramètres Valeurs guide OMS Interprétation

Manganèse4 0.5 mg/l -Origine : roches (souvent associé au Fer)


(Mn) (valeurs provisoire) -Santé : effet toxique sur le système nerveux si
C>20 mg/ jour. Problème de turbidité et de goût
si C>0.3 mg/l.
Nitrites5 3 mg/l -Origine : matières organiques.
(NO2-) (valeur provisoire) -Santé : méthémoglobinémie du nourrisson.
Nitrites 5 50 mg/l -Origine : matières organiques, lessivage des
(NO3-) sols, engrais, eaux résiduaires.
-Santé : méthémoglobinémie du nourrisson (les
nitrates réduits en nitrites dans l’intestin se
fixent sur l’hémoglobine et diminuent le
transfert d’oxygène)
Chlore 6 5 mg/l -Origine : produit de désinfection de l’eau
(Cl2) -Santé : pas de problème prouvé.
1.2.3 Substances et paramètres de l’eau de boisson qui peuvent donner lieu
à des plaintes des utilisateurs
• Paramètres physique (organoleptiques)

Paramètres Valeurs guide OMS

Couleur 7 15 UCV

Goût et odeur Acceptables

1
D’après l’OMS, l’indicateur le plus précis pour estimer la pollution fécale est en fait
Eschericia Coli, membre du groupe de coliformes thermo tolérants : voir chapitre analyse
bactériologique.
2
L’arsenic est parfois présent dans les eaux souterraines. GUIRAUD rapporte ainsi la
présence d’arsenic à forte concentration dans des eaux de socle du Burkina Faso.
3
le fluor est parfois présent à des concentrations supérieures aux normes dans les eaux
souterraines. Bien qu’extrêmement variables, elles peuvent atteindre 0.3 à 0 .5 mg/l dans les
granites et 5 à 8 mg/l dans les bassins sédimentaires (Sénégal, TRAVY).
4
le Manganèse pose des problèmes de tache (idem Fer) au-dessus de 0.1 mg/l. dépôt noir
possible dans les canalisations. Certains organismes concentrent le Manganèse, ce qui donne
lieu à des problèmes de turbidité et de goût
5
les nitrates (NO3-) et nitrites (NO2-) font partie du cycle de l’Azote (N). Ce cycle est
schématisé dans le paragraphe suivant.
6
Chlore : des essais effectués en laboratoire montre que l’absorption d’une dose de Chlore
correspondant à une concentration de 5 mg/l pendant deux ans ne pose pas de problème de
santé. Au-dessus de ce seuil, rien n’a été mis en évidence. Seuil gustatif du Chlore : 0.3-0.6
mg/l, seuil olfactif : 2 mg/l.
7
UCV et mg/l de platine : unités de mesure de la couleur. En dessous des valeurs mentionnées
la couleur n’est plus décelable à l’œil.
10
Paramètres Valeurs guide Interprétation
OMS

Turbidité8 5 NTU -Origine : matières en suspension, colloïdes,


1 NTU pour la matières dissoutes.
désinfection -Paramètre important dans le traitement de l’eau.
Température9 acceptable

• Substances inorganiques

Paramètres Valeurs Interprétation


guide

Aluminium (Al) 0.2 mg/l -Origine : coagulants utilisés dans le traitement de


l’eau, industrie
-Santé : pas de problème prouvé. Problème de
coloration si C>valeur guide
Ammoniaque 1.5 mg/l -Origine : matières organiques azotés (déjection, eaux
usée, végétaux…)
(NH4+) -Santé : pas de problème. De goût et d’odeur si C>VG
Sulfure 0.05 mg/l -Origine : roche, matière organique en anaérobie.
d’hydrogène10 -Santé : pas de problème par voie orale, mortel par
(H2S) inhalation
Chlorure (Cl-) 250 mg/l -Origine : voir paragraphe suivant.
Sodium (Na+) Pas de norme -Santé : pas de problème. Goût lorsque C-cl> 200-250
mg/l

Dureté11 Pas de norme -Origine : dureté = concentration en calcium et


(Ca+Mg) magnésium
-Santé : pas de problème. Goût et entartage si C> 200
mg/l
Phosphate Pas de norme -Origine : matière organique (1 à 2 g/per/jour dans les
(PO4-) sels), lessive et engrais.
-Santé pas de problème
Potassium Pas de norme -Origine : roches, industrie.
(K+) -Santé : pas de problème.
Sulfates 250 mg/l -Origine : roches, industrie
(SO42-) -Santé : effet purgatif irritation gastro-intestinale. Si
C>250 mg/l problème de goût et eau agressive pour le
béton
Fer (Fe) 12 0.3 mg/l -Origine : roche, coagulants (sulfate d’Al.)
-Santé : pas de problème. Besoins nutritionnels : de 10
à 50 mg/jour/personne. Problème de goût et de couleur
Oxydabilité Pas de norme -Permet de mettre en évidence les matières organiques
facilement oxydables.
Oxygène Pas de norme -Origine : oxygène de l’air.
Dissous (O2)13 -Santé : pas de problème.
pH14 Pas de norme -Origine : ion hydrogène
-Santé : pas de problème. Paramètre caractéristique de
base

11
Paramètres Valeur guide Interprétation
OMS

Conductivité Pas de norme -Origine : matières en solution dans l’eau


-Santé : pas de problème direct.
1.2.4 Autres éléments non cités par l’OMS
Paramètres Valeur Valeur Interprétation
guide maxi.
France France
Calcium (Ca2+) 100 mg/l -Origine : roches
-Santé : pas de problème direct.
Magnésium 30 mg/l 50 mg/l
(Mg2+)

Les valeurs de concentrations en calcium et magnésium sont tirées de la norme


française. L’OMS ne cite pas paramètres explicitement, mais en tient compte dans la mesure
de la dureté.

8
Une turbidité forte peut protéger de la désinfection les micro-organismes fixés sur les
particules : elle doit donc être la plus faible possible pour permettre une bonne désinfection.
Unités : 1 NTU (Nephelometric Turbidity Unit) = 1 JTU (Jackson TU) = 1 FTU (Formazin
TU)
9
La température peut être utilisée conjointement avec la conductivité pour caractériser
facilement un aquifère sur le terrain
10
Le sulfure d’hydrogène est un gaz reconnaissable à son odeur d’œuf pourri à faible
concentration. A plus fort dose, il devient inodore et est alors très dangereux par inhalation :
accidents mortels fréquents chez les égoutiers en franc. Problème possible dans les puits (lors,
ACF, 1996) en présence de Gypse dans le sol
11
La dureté non carbonatée est la concentration en Ca2+ et Mg2+ la dureté carbonatée est la
concentration en hydrogénocarbonates et carbonates de calcium et de magnésium. Unités : 1
français= 10 mg/l de CaCO3
12
Le fer : les eaux souterraines anaérobies peuvent contenir du fer ferreux à des
concentrations élevées. Lorsqu’il est exposé à l’air ? Le fer ferreux s’oxyde en fer ferrique et
prend une coloration brune/rougeâtre. Si C>0.3 mg/l, le fer tache le linge. Si C>1 mg/l,
problème de goût et de coloration
13
L’oxygène dissous se mesure en % du taux de saturation ou en mg/l (à 20°C, 100% de
saturation=8.8 mg/l d’O2 dissous).
14
Le pH : le potentiel Hydrogène mesure la concentration en ions H+ dans l’eau, c'est-à-dire
l’alcalinité ou l’acidité sur une échelle de 7 à 14. A le 7 le pH est dit neutre. Il conditionne un
grand nombre d’équilibres physico-chimique dans l’eau. C’est un paramètre à contrôler
soigneusement en cas de traitement de l’eau.

12
2. les indicateurs de qualité
Les principaux moyens disponibles sur le terrain pour estimer la qualité de l’eau sont
l’enquête sanitaire, complétée par l’analyse bactériologique et les analyse physico-chimiques.
Les types d’analyse sont choisis en fonction de l’objectif poursuivi. Schématiquement. Trois
situations peuvent se présenter :

• Vous cherchez à savoir si l’eau est polluée des matières fécales,


• Vous voulez caractériser l’eau avant de la traiter, ou vous cherchez à savoir si votre
traitement est efficace,
• Vous voulez caractériser le milieu : connaitre la qualité d’une mare ou d’un cours
d’eau avant de l’exploiter pour l’approvisionnement d’un camp, connaitre la signature
chimique de l’eau des forages afin de mieux comprendre le système aquifère, ou
savoir si l’eau peut être utilisée pour l’irrigation.
Les indicateurs usuels qui permettent de remplir l’un de ces tris objectifs sont présentés dans
le tableau

Objectifs Indicateurs

Recherche d’une pollution fécale -Enquête sanitaire


-Analyse bactériologique
Analyse avant traitement de l’eau -Analyse bactériologique
(filtration, chloration, floculation) -Demande en chlore
-pH
-Turbidité
-Conductivité
Analyse après traitement de l’eau (chloration, -Analyse bactériologique
floculation) -Chlore résiduel libre
-Aluminium
-pH
-Turbidité
-Conductivité
Analyse en vue de caractériser le milieu (eau -Conductivité
souterraine) -Température
-pH
-Cations (calcium, magnésium, potassium et
sodium)
-Anions (chlorure, sulfate, nitrate et
bicarbonate)
-Eléments traces (fer, manganèse,
fluorure…)
Analyse en vue de caractériser le milieu (eau -Conductivité
de surface) -Température
-Turbidité
-pH
-Cations (ammoniaque et potassium)
-Anions (nitrate et nitrite)
-Eléments traces (fer/ manganèse)
-Oxydabilité et DBO
-Oxygène dissous
-Indice biologique
Analyse en vue de caractériser l’aptitude de -Conductivité
l’eau à l’irrigation -Cations (calcium, magnésium et sodium)

13
2.2 Analyse bactériologique
L’analyse bactériologique permet de mettre en évidence la pollution fécale de l’eau.
Elle permet également de contrôle l’efficacité des mesures de protection ou de traitement.

L’analyse bactériologique est un outil complémentaire de l’enquête sanitaire : elle n’est


que la photographie de la qualité de l’eau au moment du prélèvement : elle n’a donc pas
valeur dans le temps et demande à être interprétée au regard de l’enquête sanitaire.

Les organismes pathogènes qui peuvent être présents dans l’eau sont très nombreux et
très variés. Leur présence est toujours liée à une pollution fécale de l’eau15 (sauf pour le vers
de Guinée). Il est difficile de les mettre en évidence, d’une part parce qu’ils sont trop
nombreux pour faire l’objet d’une recherche spécifique, et d’autre part parce que leur
identification est très difficile voir impossible (virus). De plus, leur durée de vie dans l’eau est
parfois très courte.

On préfère alors chercher des germes qui sont toujours présents en grand nombre dans
les matières fécales des hommes et des animaux à sang chaud, qui se maintiennent plus
facilement dans le milieu extérieur et qui peuvent être aisément identifiés. Ces germes sont
appelés germes indicateurs de pollution fécale au moment du prélèvement. Leur mise en
évidence dans l’eau n’est pas la preuve de la présence de pathogène, mais permet de la
suspecter fortement.

Les coliformes totaux ne sont pas tous d’origine fécale. Ils ne sont donc pas indicateurs
d’une pollution fécale. Leur recherche est cependant utile pour contrôler la qualité d’une eau
après traitement.

D’après l’OMS, les streptocoques fécaux sont en grande partie d’origine humaine.
Cependant, certaines bactéries de ce groupe proviennent également des animaux, ou se
rencontrent même sure les végétaux. Ils sont néanmoins considérés comme indicateurs d’une
pollution fécale, et leur principal intérêt réside dans le fait qu’ils soient résistants à la
dessiccation, et apportent donc une information supplémentaire sur une pollution.

D’après l’OMS, l’indicateur le plus utile estimer la pollution fécale est Eschericia Coli.
En effet, il est abondant dans les fèces humain (jusqu’à 1 milliard de bactéries par gramme de
matières fraiches), assez persistant pour être recherché (sa durée de détection dans l’eau à
20 °C varie d’une semaine à un mois). Sa recherche spécifique est cependant difficile sur le
terrain, c’est pourquoi on utilise de façon routinière les bactéries coliformes thermo tolérantes.

E.Coli est un membre de ce groupe. Comme la concentration en coliformes


thermotolérants est la plupart du temps directement liée à celle d’E. Coli, leur utilisation
comme indicateurs dans les analyses de routine est considérée comme acceptable. Il faut
cependant garder à l’esprit que ces indicateurs sont peu spécifiques : si on constate la présence
élevée de coliformes themotolérants en l’absence de risque sanitaire détectable (enquête
sanitaire), il convient de chercher la présence spécifique d’E. Coli. En effet, les coliformes
thermotolérants autres qu’E. Coli peuvent se trouver dans eaux enrichies en matières
organiques comme les produits de décomposition des plantes et du sol.

Deux méthodes sont normalisées pour effectuer la recherche de coliformes


thermotolérants : la filtration sur membrane et les tubes multiples. Sur le terrain, la méthode
de filtration sur membrane est relativement facile à mettre en œuvre. Elle consiste à filtrer un
14
volume d’eau connu sur une membrane poreuse, calibrée pour retenir les bactéries (0,45µm).
Cette membrane est ensuite mise dans des conditions qui autorisent le développement des
coliformes thermotolérants mais pas des autres bactéries : incubation 24 heures 44 °C (d’où le
nom de bactéries thermotolérants, car les autres coliforme ne se développent en principe pas
au-dessus de 37°C), sur un milieu nutritif favorable. Après 24 heures, les bactéries présentes
auront formées des colonies de bactéries identifiables à l’œil. Les résultats sont exprimés en
nombres de bactéries par 100 ml d’eau filtrée.

La recherche des coliformes totaux se fait suivant la même procédure, mais en


changeant les conditions d’incubation : température de 37°C et milieu de culture différent.

2.3 Analyses physico-chimiques


Les paramètres à analyser sont choisi en fonction de l’objectif recherché

2.3.1 La température
La température de l’eau est un paramètre de confort pour les usagers (voir normes). Elle
permet également de corriger les paramètres d’analyse dont les valeurs sont liées à la
température (conductivité notamment). De plus, en mettant en évidence des contrastes de
température de l’eau sur milieu, il est possible d’obtenir des indications sur l’origine et
l’écoulement de l’eau.

La température doit être mesurée in situ. Les appareils de mesure de la conductivité ou


du pH possèdent généralement un thermomètre intégré.

Cf. Annexe : les maladies liées à l’eau


15

15
A-Température de l’eau souterraine

Gradients de température
On considère généralement que le gradient de température géothermale est de 1°C par 33
mètre. Cela signifie que les eaux souterraines sont d’autant plus chaudes qu’elles sont
profondes.

D’une façon générale. On établit la zonalité suivante :

-profondeur/sol comprise en 2 et 5 mètre : zone d’hétérothermie journalière

-profondeur/sol comprise en 15 et 40 mètre : zone d’hétérothermie annuelle

-profondeur comprise 40 mètre : zone d’homothermie

Classification
Des causses particuliers, comme le volcanisme ou le thermalisme, influencent de façon
notable la température de l’eau.

On distingue 3 types de sources en fonction du contraste entre la température moyenne


annuelle de l’eau et de l’air :

-teau >4°C de tair source thermale

-teau = tair source normale

2.3.2 Conductivité
La conductivité mesure la capacité de l’eau à conduire le courant entre deux électrodes. La
plupart des matières dissoutes dans l’eau se trouvent sous forme d’ions chargés
électriquement. La mesure de la conductivité permet donc d’apprécier la quantité de sels
dissous dans l’eau.

Ce paramètre doit impérativement être mesuré sur le terrain. La procédure est facile, et permet
d’obtenir une information très utile caractériser l’eau (χ à 25°C) :

χ = 0.005 µS/cm Eau déminéralisée

10<χ<80 µS/cm Eau de pluie

30<χ<100 µS/cm Eau peu minéralisée, domaine granitique

300<χ<500 µS/cm Eau moyennement minéralisée, domaine des roches carbonatées


(karst)
500<χ<1000 µS/cm Eau très minéralisée, saumâtre ou saline

χ>30000 µS/cm Eau mer

Comme la température, des contrastes de conductivité mesurés sur milieu permettent de


mettre en évidence des pollutions, zones de mélange ou d’infiltration….

16
La conductivité est également un des moyens de valider les analyses physicochimiques de
l’eau : la valeur mesurée sur le terrain doit être comparable à celle mesurée au laboratoire.

B-La conductivité électrique de l’eau

Conductivité/minéralisation
La relation entre la conductivité et la minéralisation totale de l’eau n’est pas linéaire pour les
fortes concentrations. On utilise généralement deux formules qui permettent de calculer la
minéralisation totale en fonction de la conductivité :

• TDS =k χ, avec :

-TDS= Total Disolved Salt, en mg/l

-χ= conductivité en µS/cm à 20° C

-K=facteur de conversion. La valeur du facteur K doit être définie pour chaque zone, en règle
général : 0.65<K<0.75

• Formule de Logan : soit B= 0.5 * Σ (anions + cations)

-si B < 1 méq/l χ = 100 * B2

-si 1< B < 10 méq/l χ = 12.27 + 86.38 * B + 0.835 * B2

-si 3 <B < 10 méq/l χ = B * (95.5 – 5.54 log B)

-si B > 10 méq/l - si HCO3- dominant χ = 90 * B

- si Cl- dominant χ = 123 * B0.939

- si SO-24 dominant χ = 101 * B0.949

Avec -B= coefficient calculé en méq/l à partir des majeurs

-χ= conductivité en µS/cm à 25°C.

La formule de LOGAN a l’avantage de tenir compte de la non- linéarité dans la relation


conductivité- minéralisation.

Conductivité/température
Les relations entre conductivité et température de référence sont les suivantes :

• χ25 = χt/ (1+0.023) x (t - 25), avec :

-χ25 = conductivité à 25(°C), en µS/cm

-χt = conductivité à la température t (°C), en µS/cm

-t = température de l’eau, en °C

• χ20 = χt x (0.22 t + 0.4560), avec :

17
-χ20 = conductivité à 20(°C), en µS/cm

-χt = conductivité à la température t (°C), en µS/cm

-t = température de l’eau, en °C

Conductivité/résistivité
χ = 1/ρ avec χ = conductivité en Siemens par mètre (S/m) et ρ = résistivité en ohm/m

1 Siemens (S) = 1000 milisiemens (ms) 1000000 micro Siemens (µS)

2.3.3 PH
Le pH (potentiel Hydrogène) mesure la concentration en ions H+ de l’eau. Il traduit ainsi la
balance entre acide et base sur une échelle de 0 à 14.7 étant le pH de neutralité. Ce paramètre
conditionne un grand nombre d’équilibres physico-chimiques, et dépend de facteurs
multiples, dont la température et l’origine de l’eau

PH < 5 -acidité, forte, pH coca cola =3, pH jus d’orange = 5

-présence d’acides minéraux ou organiques dans les eaux naturelle

pH =7 pH neutre
7<pH<8 neutralisé approchée, majorité des eaux de surfaces
5.5<pH<8 eaux souterraines
pH>8 alcalinité, évaporation intense
Le pH doit être impérativement mesuré sur le terrain, à l’acide d’un pH mètre ou par
colorimétrie (bandelettes peu précis).

2.3.4 Turbidité
Elle de préciser les informations visuelles de la couleur de l’eau. La turbidité est causée par
les particules en suspension dans l’eau (débris organismes, argiles, organismes
microscopiques…) les désagréments causés par une turbidité auprès des usagers est relative :
certaines populations habituées à consommer une eau très colorée n’apprécient pas les
qualités d’une eau très claire. Cependant, une turbidité forte peut permettre à des micro-
organismes de se fixer sur les particules en suspension : la qualité bactériologique d’une eau
turbide est donc suspecte.

Elle se mesure sur le terrain à l’acide d’un tube plastic transparent. Unités : 1 UTN

(Nephelometric Turbidity unit) = 1 JTU (Jackson TU) = 1 FTU (Formazin TU). Les classes
de turbidités usuelles sont les suivantes :

NTU < 5 Eau incolore

5 < NTU < 30 Eau légèrement colorée

NTU > 50 Eau colorée

NTU > 200 Eau de surface "Africaine"

18
2.3.5 Ions majeurs
La minéralisation de la plupart des eaux est dominée par 8 ions, appelés couramment les
majeurs. On distingue les cations : calcium, magnésium et potassium, et les anions : chlorure,
sulfate nitrate, et bicarbonate. Les indications présentées dans ce paragraphe sont utiles pour
interpréter les résultats d’analyses courantes16.

Calcium et magnésium
Le calcium Ca2+ et le magnésium Mg2+ sont présents dans les roches cristallines et les roches
sédimentaires. Ils sont très solubles et sont donc largement représentés dans la plupart des
eaux.

L’altération des proches cristallines libère du calcium et du magnésium, mais en quantité


moindre que certaines roches sédimentaires carbonatées, dont les principales sont la calcite
(CaCO3), la dolomie (CaMgCO3), la magnésie (MgCO3), le gypse (CaSO4), l’apathite
(Ca5(PO4)3) ou la fluorine (CaF). Notons également les grès et roches détritiques au ciment
carbonaté.

L’ion calcium est sensible au phénomène d’échange de bases.

Les échelles de concentration généralement rencontrées sont les suivantes :

Contexte Ca2+, en mg/l Mg2+, en mg/l


Terrains calcaires
-eau de surfaces +/- 20
-eau souterraines 70 < c < 120 3 < c < 25
Terrain cristallins 2 < c < 10 2<c<6
(eau souterraines)
Eau de mer 400 1200

Les valeurs de concentration, ainsi que les apports Ca/Mg sont suffisamment contrastées pour
apporter des informations sur l’origine de l’eau.

Sodium et potassium
Le cation sodium (Na+) est très abondant sur la terre. On le retrouve dans les roches
cristallines et les roches sédimentaires (sables, argiles, évaporites). La roche Halite (évaporite
NaCl) est le sel de cuisine. Il est très soluble dans l’eau. Le sodium est par contre
généralement peu présent dans les roches carbonatées. Notons que les agriles peuvent êtres
saturées en ion Na2+, par le processus d’échange de bases.

Le potassium (K+) est assez abondants sur terre, mais peut fréquent dans les eaux. En effet, il
est facilement adsorbé et recombiné dans les sols (sur les argiles notamment). Les sources
principales de potassium sont les roches cristallines (mais dans des minéraux moins altérables
que ceux qui contiennent du sodium), les évapotites (sylvinite KCl) et les argiles.

16
Elles sont néanmoins incomplètes, car l’objet de cet ouvrage n’est pas un cours de
géochimie. Elles ne concernent en particulier que les eaux naturelles, et en aucun cas les eaux
thermales dont la minéralisation est particulière.

19
L’échelle des concentrations généralement rencontrées est la suivantes :

Contexte Na+, en mg/l k+, en mg/l


Terrains calcaires 1<c<4 0.3 < c < 3
(eau souterraines)
Terrains cristallins 2 < c < 15 1< c < 5
(eau souterraines)
Eau de mer c > 10000 380

C-Echange de bases
Il y a un échange permanent entre les ions adsorbés dans les argiles et les ions en solution
dans l’eau. La sélectivité d’un ion correspond à son aptitude à être adsorbé sur les argiles. Si
la sélectivité d’un ion en solution est plus forte celle d’un ion présent dans l’argile (ou que sa
concentration augmente), il va déloger cette ion déjà adsorbé qui va se retrouver en solution.
La sélectivité des ions, par ordre croissant est :

Al Ca2+ Mg2+ H+ k+ NH4+ Na+

- +

On voit ainsi que le sodium peut facilement déloger le calcium. La concentration de l’eau sera
alors diminuée en sodium et augmentée en calcium.

Sulfate
Les origines des sulfates dans les eaux sont variées.

Les origines naturelles sont l’eau de pluie (évaporation d’eau de mer : 1 < c < 20 mg/l), et la
mise en solution de roches sédimentaires évaporitiques, notamment le gypse (CaSO4), mais
également de la pyrite (FeS) et plus rarement de roches magmatiques (galène, blende, pyrite).

Les origines anthropiques sont la combustion de charbon et de pétrole qui entraine une
production importante de sulfures (qu’on retrouve dans les pluies), et l’utilisation d’angrais
chimique et de lessive.

D’une façon générale, la présence de sulfate dans des eaux naturelles "non polluées" invoque
la présence de gypse ou de pyrite.

Chlorures
L’ion Cl- est en petite quantité sur la terre. La source principale de chlorure dans les eaux est
due à la dissolution de roches sédimentaires qui se sont déposées en milieu marin et qui n’ont
pas été complètement lessivées, et à la présence d’évaporites. L’invasion d’eau de mer (ou le
Cl est très présent), ainsi que les phénomènes d’évaporation dans les bassins endoréiques sont
également des sources se chlorures possibles (voir chapitre les eaux souterraines). Le rôle des
roches cristallines dans la minéralisation en chlorures est faible.

20
L’apport par les précipitations est d’autant plus important que la distance à la mer faible.

Les apports anthropiques (salage des routes, urine…) sont mineurs dans les zones
d’intervention humanitaire.

Nitrates et composés azotés


Les nitrates (NO3-) font partie du cycle de l’azote présenté schématiquement ci-contre. Le
réservoir principal d’azote est l’atmosphère. Au niveau des eaux naturelles, l’azote provient
essentiellement des pluies (1 < c < 3 mg/l) et du drainage des sols

La minéralisation de la matière organique présente dans le sol est réalisée par des micro-
organismes. L’azote minéral ainsi produit est ensuite transformée par des bactéries aérobies
en nitrates. Cette transformation, appelée nitrification, comporte deux étapes : la nitratation
qui produit des nitrites (NO2-) et la nitratation qui transforme les nitrites en nitrates. Si les
conditions de milieu le permettent, les nitrates seront utilisés par des bactéries anaérobies
comme source d’énergie et transformés en azote gazeux. Notons que les nitrates peuvent
également s’adsorber et fixer sur les argiles et humus.

L’apport de nitrates dans le sol, puis dans les eaux, est donc fortement lié à la qualité de
matières organiques présente et aux conditions de milieu. Les actions anthropiques sont donc
importantes : utilisation d’engrais azotés. De même, rejets de stations d’épuration ou plus
simplement de latrines et fosses septiques représentent un apport en matières organiques
susceptibles de produire des nitrates.

L’analyse des nitrates dans les eaux permet d’obtenir des informations sur la présence de
matières organiques dans le sol. Si des analyses d’autres composés azotées sont réalisés
(NH4+, NO2, azote total…), il devient possible d’estimer la manière dont la matière organique
est dégradée.

D’un point de vue sanitaire, les nitrates et nitrites ont été reconnus dangereux. En effet, les
nitrates absorbés avec l’eau sont réduits en nitrites dans l’intestin et se fixent sur
l’hémoglobine, diminuant ainsi le transfert d’oxygène : c’est la méthémoglobinémie qui
touche plus particulièrement les nourrissons.

L’échelle de concentration en nitrate des eaux s’étend sur une large gamme. Une eau
souterraine dont le milieu permet la dénitrification peut être exempte de nitrates, alors qu’une
eau "polluée" par un apport important de matières organiques, d’engrais ou rejets d’eau
résiduaire peut présenter plusieurs centaines de mg/l de nitrates.

Alcalinité
L’alcalinité correspond à l’ensemble des anions d’acides faibles susceptibles d’agir avec H+
dans la pratique e pour des systèmes dominés par les relations des carbonates dont le pH varie
de 7 à 9, l’alcalinité peut être assimilée aux bicarbonates HCO3-

C’est un paramètre important, car il joue un rôle prépondérant sur l’effet tampon de l’eau. Il
détermine la manière dont le pH va réagir à l’ajout d’acides ou de bases faibles dans l’eau,
notamment lors des procédés de traitement (floculation et désinfection).

21
2.3.6 Autres éléments dissous
Fer et manganèse
La présence de fer dans les eaux souterraines est d’origine multiple : le fer sous forme de
pyrite (FeS) est couramment associé aux roches sédimentaires déposées en milieu réducteur
(marnes, argiles) et aux roches métamorphique. Le fer se trouve à fortes concentrations dans
les eaux des cuirasses d’altération de socle. Les concentrations suivantes dans les eaux
souterraines sont rapportées par l’AcF :

Sédimentaire (Cambodge, 1998) 3 à 15 mg/l

Socle (Ouganda, 1996) 0.5 à 1.5 mg/l


Présent forme réduite (Fe), le fer s’oxyde et précipite lorsque l’eau est pompée. Les dalles de
forages ou puits sont alors colorées en brun/rouille et les populations se désintéressent parfois
de la ressource : une eau chargée en fer utilisée pour la lessive colore la ligne, et consommée
directement ou sous forme d’infusion (thé) elle peut avoir un goût prononcé.

Oxygène, DBO, DCO et oxydabilité


L’ensemble de ces paramètres permet d’estimer la qualité de matière organique présente dans
l’eau.

Oxygène dissous

L’eau absorbe autant d’oxygène que nécessaire pour que la pression partielle d’oxygène dans
le liquide et l’air soit en équilibre. La solubilité de l’oxygène dans est fonction de la pression
atmosphérique (donc de l’altitude), de la température et de la minéralisation de l’eau : la
saturation en O2 diminue lorsque la température et l’altitude augmente.

La concentration en oxygène dissous est un paramètre essentiel dans le maintien de la vie, et


donc dans les phénomènes de dégradation de la matière organique et de la photosynthèse.

C’est un paramètre utilisé essentiellement pour les eaux de surface. Au niveau de la mer à
20°C, la concentration en oxygène en équilibre avec la pression atmosphérique est de 8.8 mg/l
d’O2, ou 100% de saturation. Une eau très aérée est généralement sursaturée en oxygène
(torrent), alors qu’une eau chargée en matières organiques dégradables par des micro-
organismes est sous saturée. En effet, la forte présence de matières organiques dans un plan
d’eau par exemple, permet aux micro-organismes de se développer tout consommant de
l’oxygène.
L’oxygène dissous est donc un paramètre utile dans le diagnostic biologique du "milieu eau"

2.3.7 DBO, DCO et oxydabilité


La DBO (demande biochimique en Oxygène) exprime la quantité d’oxygène nécessaire à la
dégradation de la matière organique biodégradable d’une eau par le développement de micro-
organismes, dans des conditions données. Les conditions communément utilisées sont 5 jours
(on peut donc avoir une dégradation partielle) à 20°C, à l’abri de la lumière et de l’air : on
parle alors de DBO5.

22
Cette mesure est très utilisée pour le suivi de rejet de station d’épuration, car elle donne une
approximation de la charge en matières organiques biodégradables. Elle est exprimée en mg
d’O2 consommé.
La DCO (demande chimique en Oxygène) exprime la quantité d’oxygène nécessaire pour
oxygène la matière organique (biodégradable ou non) d’une eau à l’acide d’un oxydant : le
bichromate de potassium.
Cette méthode donne donc une image plus ou moins complète de matières oxydables
présentes dans l’échantillon (certains hydrocarbures ne sont par exemple pas oxydés dans ces
conditions). L’objectif de la DCO est donc différent de celui de la DBO. La DCO peut être
réalisée plus rapidement que la DBO ("oxydation forcée"), et donne une image de la matière
organique présente même si le développement de micro-organismes est impossible (présence
d’un toxique par exemple). Le résultat s’exprime en mg/l d’O2.
Les échelles de valeur fréquemment rencontrées sont les suivantes :
Situation DBO5, en mg/l d’O2
Eau naturelle pure et vive <1
Rivière légèrement polluée 1<c<3
Egout 100 < c < 400
Rejet station d’épuration 2O < c < 40

Généralement, la DCO = 2 à 1.5 x DBO5. La relation empirique suivante lie la DBO5, DCO et
la matière organique de l’échantillon (MO) :

MO = (2DBO5 +DCO)/3

L’oxydabilité est une mesure similaire à la DCO, mais utilisée dans le cas de faibles
concentrations en matières organiques (DCO < 40 mg/l d’O2). L’oxydant utilisé est alors le
permanganate de potassium. C’est l’un des paramètres que de l’AcF a utilisé pour résoudre un
problème d’eau souterraine suspectée d’être chargée en matières organiques (Laos, 1995).

3. LES ANALYSE D’EAU


3.1 Mesures
La prise et la conservation des échantillons, ainsi que les méthodes d’analyses retenues sont
des aspects fondamentaux du processus de mesure. En effet, il n’est pas difficile d’obtenir de
valeurs pour chaque paramètre, mais ces valeurs n’ont de sens que si elles s’approchent le
plus possible de la réalité !

3.2 Mesures in situ


La température, le pH, la conductivité, l’alcalinité et l’oxygène dissous doivent être mesurés
in situ. En effet, ces paramètres sont très sensibles aux conditions de milieu et sont
susceptibles de changer dans des proportions importantes s’ils ne sont pas mesurés sur site.

L’idéal est d’effectuer les mesures en continue (sauf l’alcalinité qui se mesure par nitration),
en plein courant s’il s’agit d’une rivière, ou dans un seau placé au refoulement de la pompe
s’il s’agit d’eau souterraine. Attention de ne pas aérée l’eau (risque de précipitation
d’éléments en solution, oxygénation…)

23
3.1.2 Echantillonnage
Paramètres physico-chimiques

Les échantillons d’eau doivent être dans des récipients propres, rincés plusieurs fois avec
l’eau à analyser, et fermés hermétiquement sans laisser de bulles d’air dans le flacon.

Les flacons peuvent être en verre ou en plastique, les bouteilles type eau minérale sont bien
adaptées. Ils sont conservés dans une glacière (2 à 4°C) jusqu’au moment de l’analyse.

Les analyses sont faites dès que possibles, au maximum 72 heures après la prise
d’échantillons. Si ce lapse de temps ne peut pas être respecté, il nécessaire de préparer les
échantillons à la conservation. Pour les cations, l’échantillon est filtré sur un filtre 0.45 µm (il
est possible s’utiliser le système de filtration des analyses bactériologique). Puis acidifié avec
du HCl ou NH3 jusqu'à obtenir un pH<2. Pour les anions. Il n’y a pas de problème de
conservation majeur. Les échantillons ainsi préparés peuvent se conservés 6 mois.

Paramètres biologiques

Les prélèvements pour les analyses bactériologiques et DBO sont impérativement faits et
conservés dans un flaconnage stérile. L’utilisation de sacs stériles à usage unique est
recommandée17.

Les analyses sont faites 6 heures après la prise d’échantillons s’il est conservé au frais (4 à
6°C), ou une heure s’il est conservé à la température ambiante.

3.2.2 Méthodes d’analyses


Les matériels et méthodes d’analyses utilisables sur le terrain sont présentés dans le tableau
ci- dessous. Ces méthodes correspondent à l’emploi de matériel léger et relativement
convivial. Il est cependant important de noter les points suivants :

• Les analyses réalisées par colorimétrie sont interprétées visuellement. Elles ne sont
donc pas d’une très grande précision.
• Les analyses faites par ionométrie correspondent à l’emploi de sonde spécifique. Elles
sont simples à mettre en œuvre mais les sondes sont fragiles et d’une durée de vie
limitée (environ 1 an).
• Pour obtenir des analyses précises des majeurs, il est recommandé de s’adresser à un
laboratoire. Le coût n’est pas excessif, et cela permet de valider les analyses réalisées
par l’équipement de terrain, qui pourra le cas échéant être utilisé de façon plus
routinière.
• L’utilisation de bandelette pour la mesure du pH donne des résultats approximatifs.

17
fourni avec le kit d’analyse bactériologique par l’AcF

24
Paramètre Mesure par sonde photomètre Titration ou
électrochimie/ ionométrie colorimétrie
Ph X
Conductivité X
Chlorures X X X
Alcalinité X
Phosphates X X X
Sulfates X X
Nitrates/Nitrites/ X X X
Ammoniaque
Calcium X X X
Magnésium X X X
Sodium X
Potassium X X X
Duretée X X
Fer X X
Manganèse X X
Fluorures X X
Silice X X
Aluminium X
Chlore X
Hydrogène sulfuré X X
Oxygène
Oxydabilité X X

Les appareils de terrain utilisé pour mesurer le pH, la conductivité et l’oxygène dissous
permettent tous de mesure la température de l’eau. Ils sont disponibles, soit séparément, soit
regroupés par paramètres (un boitier pour 1, 2 ou 3 paramètres).

Les photomètres de terrain sont conviviaux, mais restent assez cher.

La turbidité est mesurée de façon routinière avec un tube turbidimètre. Le chlore résiduel libre
par le "pool testeur", mesure colorimétrique visuelle.

L’alcalinité et l’oxydabilité se mesurent par titration. Des équipements légers de terrain sont
disponibles.

La DBO nécessite l’emploi d’une enceinte thermostatique qui doit être alimentée en
électricité de façon fiable pendant 5 jours.

L’utilisation du kit DelAgua (ou assimilé) s’est généralisée pour les analyses
bactériologiques. Le matériel proposé par l’AcF est kit DelAgua modifié : le kit n’a plus de
batterie interne mais une alimentation 220V et 12V intégrée, les milieux de cultures utilisées
sont les milieux Millipore prêts à l’emploi qui développent une coloration bleu avec les
coliformes thermo-tolérants (les autres bactéries étant brun/rouille), et des sachets de
prélèvements stériles à usage unique sont proposer à la place du gobelets standard DelAgua

25
Chapitre III : Approche expérimentale et résultats de
quelques méthodes d’analyses
Introduction
Dans cette partie on va citer le mode opératoire ainsi les résultats d’analyses pour trois
échantillons d’eau. L’eau a était prélevée de source différente, rivière, pui, et eau sanitaire
(comme référence d’utilisation).

1. Prélèvement de l’eau
Le prélèvement d’un échantillon d’eau est une opération délicate à laquelle le plus grand soin
sera apporté ; il conditionne les résultats analytiques et l’interprétation qui en sera donnée.
D’une façon générale l’échantillon doit être homogène et représentatif.

L’emploi de flacons neufs en polyéthylène ou en verre borosilicaté de préférence, bouchés à


l’émeri ou le cas échéant avec des bouchons en polyéthylène maintenus pendant une heure
dans l’eau distillée puis séchés , est recommandé. Les flacons seront traités par 20 ml de
solutions saturée de permanganate de potassium et égouttés puis seront laissés 10 minutes en
contact avec 10 ml d’acide sulfurique, rincés abondamment à l’eau ordinaire .Enfin, plusieurs
rinçages à l’eau distillée seront effectués. Au moment du prélèvement, les flacons seront de
nouveau rincés avec de l’eau à analyser puis remplis jusqu'au bord. Le bouchon sera placé de
telle façon qu’il n’y ait aucune bulle d’air et qu’il ne soit pas éjecté au cours du transport.
Dans le cas de dosage des métaux lourds, l’eau sera prélevée dans un flacon en verre de
borosilicaté bouché à l’émeri contenant 2ml d’acide nitrique.
NB : Le transport et le stockage des échantillons sont des facteurs importants. Ainsi d’un
changement de température ou d’un stockage trop long il peut y avoir :
-Perte d’éléments (oxygène, anhydride carbonique, acide sulfhydrique) ou gain (oxygène,
anhydre carbonique).
-Changement de l’équilibre PH-alcalinité-anhydride carbonique et dans ce cas précipitation
du carbonate de calcium donc diminution dans les valeurs du calcium et de la dureté totale.
-Changement du Potentiel Redox donc altération des formes réduites du fer et du manganèse
qui précipiteront ; réduction du chrome hexavalent en chrome trivalent, etc.
-Développement de l’activité microbiologique qui peut être responsable d’une évolution des
ions nitrates, nitrites et ammonium, de la réduction des sulfates en sulfures, du chlore résiduel
en chlorure, etc.
Pour toutes ces raisons les échantillons devront être placés pour leur transport dans des caisses
isothermes et dès leur arrivée au laboratoire être traités et analysés le plus rapidement
possible.

26
Dans cette étude nous avons choisie trois

Echantillons (Figure 1) de source différente :

Une eau sanitaire (A).

Une eau souterraine (B) d’une région X.

Une eau de surface (C) d’une rivière Y.

2. Détermination du résidu sec


2.1 Principe
Une certaine quantité d’eau est évaporée dans une capsule tarée .le résidu desséché est ensuite
pesé.

2.2 Mode opératoire


Evaporer progressivement au bain-marie dans une capsule de platine tarée 50 ml d’eau filtrée.
Laver le ballon qui a servi à mesurer le volume d’eau avec l’eau distillée .les eaux de lavage
seront ajoutées au cours d’évaporisation.

Une fois toute l’eau évaporée, porter la capsule à 110 °C pendant 4 heures et laisser refroidir
1/4 d’heure au dessiccateur .Peser immédiatement et rapidement, le résidu étant en général
hygroscopique.

2.3 Expression des résultats


Le poids du résidu sec multiplié par 20 donne le poids du résidu sec en gramme par litre
d’eau.

Echantillon A B C
Résidu sec en g/l 0 40.34 20*
*après agitation

3. Mesure du PH
Principe
La différence du potentiel existent entre une électrode de verre et une électrode de référence
(calomel – KCL saturé) plongeant dans une même solution, est fonction linéaire du PH de
celle-ci. Selon lois de Nernst, le potentiel de l’électrode est lié à l’activité des ions.

Mode opératoire
-Etalonnage de l’appareil : procéder à l’étalonnage de l’appareil à l’aide des différentes
solutions d’étalons (PH 4, 7 et 9),

27
Figure2 :PH-mètre figure3 : solution étalons

Rincer l’électrode à PH-mètre, en la plongeant dans un récipient contenant l’eau à examiner,


les mesures sont faites après stabilisation du PH.
NB : Il est recommandé de déterminer le PH des eaux « in situ » de façon à ne pas modifier
les équilibres ioniques par suite d’un transport ou d’un séjour plus ou moins prolongé des
échantillons dans des flacons.
-Expressions des résultats

Echantillon A B C
*Valeur PH 6.43 7.93 7.48
laboratoire
Valeur PH terrain 6.43 7.90 7.48
* : valeur moyenne prise sur 10 échantillons

4. Mesure de la conductivité
4.1 Définition
La conductivité d’une eau est la conductance d’une colonne d’eau comprise entre deux
électrodes métalliques de 1 cm² de surface et séparées l’une de l’autre de 1 cm.

4.2 Principe
La mesure est basée sur le principe du pont de Wheatstone, en utilisant comme appareil de
zéro un conductimètre.

4.3 Mode opératoire


Rincer la cellule à conductivité, en la plongeant dans un récipient contenant l’eau à examiner,
agiter le liquide. Les mesures sont faites après stabilisation de la lecture .La conductivité
s’exprime en µS/cm.

Prélever la température du liquide.

NB : L’agitation permet d’éliminer les bulles d’air sur les électrodes.

4.4 Mesure après dilution


Pour avoir une meilleure précision dans les résultats et pour tenir compte, de la participation
de chaque ion à la mesure de la conductivité globale, il peut être recommandé de pratiquer des
dilutions et d’effectuer la mesure dans une gamme aussi étroite que possible.

28
Pour une première approximation, procéder à la détermination de la conductivité de l’eau
brute .Puis, par dilutions successives, déterminer le rapport de dilution pour lequel la
conductivité (Cd1) de l’eau diluée est égale à 100 ±10µS/cm à 20°C.
Enfin, mesurer la conductivité (Cd2) de l’eau de dilution à20°C, qui ne doit pas être
supérieure à 2 S/cm.
Le nombre de dilution est égal à :
D= V + V1/ V Avec : V : volume d’eau brute.
V1 : volume d’eau distillée employée.
La conductivité est alors donnée par la relation :
C=D.Cd1-(D-1) C2.
NB : La conductivité est influencée par le PH de la solution, la valence des ions et le degré
d’ionisation.

Echantillons A B C
Cn en µS 666.1 675 1430
D 0.1 0.1 0.1
Cd1 en µS 663 670 1440
C2 en µS 665.79 674.59 1431
PH 6.48 7.93 7.48

Remarque :
La conductivité ne varie pas proportionnellement avec la dilution.

5. Détermination de la minéralisation globale


Il existe une relation entre la teneur en sels dissous d’une eau et sa conductivité .la
minéralisation globale d’une eau peut être calculée rapidement par la formule suivante :

TDS = Kχ, avec :

-TDS = Total Disolved Salt, en mg /l

-χ = conductivité en µS/cm à 20°C

-K=facteur de conversion .la valeur du facteur K doit être définie pour chaque zone, en règle
général : 0.65 < K < 0.75.

Echantillons A B C
TDS 432.7635 435.5 929.5

29
6. Détermination des matières en suspension
6.1 Méthode par filtration
6.1.1 Principe
L’eau est filtrée et le poids de matières retenues par le filtre est déterminé par pesée
différentielle.

6.1.2 Matériels
Pour cette méthode ,2 modes de filtration ont été utilisées : sur papier filtre ou membrane.

6.1.3 Filtration sur papier filtre


Un entonnoir est garni de deux papiers filtres superposés, préalablement lavés pour éliminer
l’amidon, puis tarés après dessiccation à 105°C. On veut également utiliser un filtre de
Buchner dont le fond et recouvert de papier filtre.

6.2 Filtration sur membrane


Utiliser un filtre écran en fibre de verre ayant les caractéristiques suivantes :
Diamètre……………………………………………………47 mm environ
Porosité à l’air…………………………………………….109
Indice de déchirement…………………………………32
Tarer une membrane filtrante, après dessiccation à 105°C et la placer dans le dispositif de
filtration adopté.
Le volume d’eau à utiliser doit correspondre à une masse de matières en suspension
supérieure ou égale à 10 mg.
Un volume d’eau V est filtré sous faible dépression après décantation préalable .En fin
d’opération, entrainer le dépôt sur le filtre .Rincer le vase et jeter les eaux de lavage sur le
filtre.
Sécher les filtres, les membranes à l’étuve à 105°C jusqu'à masse constante .Laisser refroidir
au dessiccateur et peser.

6.2.1 Calcule
La teneur de l’eau en matières totales est donnée par l’expression :
(M1 - Mo) x (1000/V) en mg/l
Où M1 et Mo sont les masses en mg des filtres chargés et vides, et V le volume en ml d’eau
infiltrée.
Les matières minérales sont obtenues par pesée après calcination à 525°C±25°C au four.
La différence entre les matières totales et les matières minérales représente les matières
organiques.
NB : On utilise généralement un volume de 0.5 à 1 litre d’eau.

Filtration Filtration Filtration sur papier


membranaire filtre
Ma en mg/l 0.01 0
Mb en mg/l 0.35 0.2
Mc en mg/l 0.504 0.3
30
7. Substances chimiques indicatrices de la pollution
Les méthodes analytiques (matières organiques, azote, nitrites, nitrates, phosphates) groupées
dans cette partie permettent de concourir à une appréciation de la pollution par voie chimique.

Pratiquement, des variations importantes de la teneur de l’eau de ces éléments peuvent


néanmoins attirer l’attention sur l’éventualité d’une pollution.

7.1 Dosage de l’azote « dit total »


L’azote organique rencontré dans l’eau est principalement constitué par j des protéines, des
polypeptides et des acides aminés .Le dosage permet la détermination de l’azote de ces
produits ainsi l’ammoniaque présente mais on ne dose pas l’azote des nitrites et des nitrates.

7.1.1 Principe
L’azote organique est minéralisé au moyen de l’acide sulfurique concentré .Après
minéralisation, l’ammoniac en milieu fortement basique est entrainer par un courant de vapeur
d’eau, recueilli dans une solution d’acide borique puis dosée par une solution d’acide
sulfurique titrée.

7.1.2 Mode opératoire


Concentrer par évaporation 500 ml d’eau à analyser additionnée de quelques gouttes d’acide
sulfurique à un volume d’environ 100 ml .Introduire cette solution dans un matras de Kjedahl.
Ajouter 10 ml d’acide sulfurique concentré et 5 g de catalyseur de minéralisation.

Chauffer sous une hotte jusqu'à apparition d’abondantes fumées blanches d’anhydride
sulfurique. Poursuivre l’attaque jusqu'à limpidité absolue de de la solution .Laisser refroidir.
Adapter le matras sur l’appareil d’entrainement à la vapeur d’eau .Ajouter ensuite 100 ml
d’une solution de soude à 40% et distiller immédiatement et très lentement .Recueillir le
distillat dans 25 ml d’une solution d’acide borique.

7.1.3 Dosage volumétrique


Le distillat recueilli dans la solution d’acide borique est dosé par une solution d’acide
sulfurique N/100.

Au départ la solution d’acide borique est V rouge .Dès la première fraction d’ammoniac, le
tampon borique vire au vert .titrer en continu en rarement par des additions successives
d’acide sulfurique la coloration du vert au rouge.

7.1.4 Expression des résultats


Soit :

V : le nombre de ml de solution d’acide sulfurique N/100 versés pour le dosage de la solution


recueillie.

Vo : le nombre de ml de solution d’acide sulfurique N/100 servi au dosage du témoin.

La teneur en azote total exprimée en mg par litre d’eau est :

(V - Vo) x (14/100) x (1000/500) = (V – Vo) x 0.28

31
7.2 Dosage du carbone organique
La détermination s’effectue sur les composés organiques fixés ou volatils, naturels ou
synthétiques, présents dans les eaux résiduaires. Cette mesure permet de faciliter l’estimation
de la demande en oxygène liée aux rejets et d’établir une corrélation avec la DBO et la DCO.

Le dosage du carbone organique peut aussi être pratiqué sur les eaux naturelles .Pour les
prélèvements utiliser des flacons en verre de préférence aux récipients en matière plastique.

Pratiquer la mesure le plus rapidement possible dans le cas contraire conserver l’échantillon à
4°C dans des récipients en verre de préférence complètement remplis, bien bouchés et à l’abri
de la lumière, après l’avoir amené à PH=2 par l’acide sulfurique.

8-Détermination de la demande chimique en oxygène (DCO)


oxygène consommé par les matières organiques
La demande chimique en oxygène (DCO) est la quantité d’oxygène consommée par les
matières existant dans l’eau et oxydables dans des conditions opératoires bien définies .En fait
la mesure correspond à une estimation des matières oxydables présentes dans l’eau, quelle
que soit leur origine organique ou minérale. Ce test est particulièrement utile pour
l’appréciation du fonctionnement des stations de traitement.

8.1 Méthode par le dichromate de potassium


8.1.1 Principe
Dans des conditions bien définies, certaines matières contenues dans l’eau sont oxydées par
un excès de dichromate de potassium, en milieu acide et en présence de sulfate d’argent et de
sulfate de mercure .L’excès de dichromate de potassium est dosé par le sulfate de fer et
d’ammonium.

8.1.2 Mode opératoire


Introduire 50 ml d’eau à analyser dans un ballon de 500 ml. Ajouter 1 g de sulfate de mercure
cristallisé et 5 ml de solution sulfurique de sulfate d’argent .Chauffer, si nécessaire, jusqu'à
parfaite dissolution .Ajouter 25 ml de solution de dichromate de potassium 0.25N puis 70 ml
de solution sulfurique de sulfate d’argent .Porter à ébullition pendant 2 heures sous
réfrigérant à reflux adapté au ballon .Laisser refroidir. Diluer à 350 ml avec l’eau distillée
.ajouter quelques gouttes de solution de ferroine .Déterminer la quantité nécessaire de solution
de sulfate de fer et d’ammonium pour obtenir le virage au rouge violacé .procéder aux mêmes
opérations sur 50 ml d’eau distillée .

8.1.3 Expression des résultats


La demande chimique en oxygène (DCO) exprimée en mg d’oxygène par litre est égale à :

V1 : Volume de sulfate de fer et d’ammonium nécessaire au dosage (ml)

V2 : Volume de sulfate de fer et d’ammonium nécessaire à l’essai à blanc (ml)

T : Titre de solution sulfate de fer et d’ammonium

V : Volume de la prise d’essai

32
8.2 Oxygène consommé par les matières organiques
(Oxygène utilisé pour la réduction du permanganate de potassium)

L’oxydation chimique des matières organiques et des substances oxydables est effectuée par
le permanganate de potassium à chaud .Ce test permet d’apprécier la teneur en matières
organiques.

8.2.1 Principe
L’opération consiste à mesurer, en milieu acide et en milieu alcalin la quantité d’oxygène
utilisée pour la réduction du permanganate de potassium par les matières organiques d’origine
animale ou végétale contenues dans une eau.

8.2.2 Mode opératoire


L’essai doit être fait sur une eau limpide .si elle renferme des substances en suspension, les
éliminer au préalable par repos et décantation, par centrifugation ou par filtration sur un filtre
exempt de matières organiques solubles.

8.2.3 Mesure en milieu acide


Introduire dans un matras ,200 ml d’eau à analyser et 10 ml d’acide sulfurique dilué à 50%.

Introduire dans un deuxième matras ,100 ml d’eau à analyser et 5 ml d’acide sulfurique dilué
à 50%.

Ajouter dans chacun des deux matras 10 ml de solution de permanganate de potassium N/80.

Porter les deux matras à ébullition ménagée pendant 10 mn à partir du moment où les bulles
en formation au fond du ballon viennent vreuver la surface du liquide. Laisser refroidir
pendant une demi-heure. Ajouter dans chaque fiole 10 ml de solution de sulfate ferreux
ammoniacal pour décolorer .Revenir immédiatement à la teinte rose faible mais persistance en
introduisant dans les deux essais, à l’aide d’une burette graduée, la solution de permanganate
de potassium N/80.

Les différences volumétriques de solution (le permanganate de potassium trouvée entre les
deux essais, représentent le nombre de mg d’oxygène consommés par litre d’eau).

9. Détermination de la demande biochimique en oxygène


(DBO)
La demande biochimique en oxygène (DBO) est définie comme étant la quantité d’oxygène
consommée dans les conditions de l’essai ,c'est-à-dire après incubation durant 5 jours ,à 20°C
et dans l’obscurité ,par certaines matières présentes dans l’eau ,principalement pour assurer
leur dégradation par voie –biologique .La mesure de la quantité d’oxygène consommée par
rapport au temps correspond à la demande biochimique en oxygène (DBO)du milieu dans les
conditions demandées.

Pour sa détermination ,on dispose : des méthodes par dilution qui ont pour principe d’établir
une dilution de l’eau riche en matières organiques par une eau apportant de l’oxygène dissous
dont on mesure la quantité résiduelle dans des conditions opératoires bien déterminées ; des
méthodes instrumentales qui sont dérivées des méthodes resirométriques permettant de suivre
automatiquement l’évolution de la demande biochimique en oxygène au cours de l’oxydation
des matières organiques contenues dans l’eau.
33
9.1 Expression des résultats
Interprétation des résultats
Echantillons A B C
Résidu sec g/l 0 40.34 20*
Valeur PH 6.43 7.93 7.48
laboratoire
Valeur PH terrain 6.43 7.90 7.50
Cn en µS 666.1 675 1430
Cd1 en µS 663 670 1440
C en µS 665.79 674.59 1431
PH 6.48 7.93 7.48
TDS 432.7635 435.5 929.5
C NT en mg/l 12 45 57

recommandations traitement Type traitement


Echantillons A Eau de boisson non ---------------------
Echantillons B Eau d’irrigation non ---------------------
Echantillons C Eau d’irrigation oui Filtration

34
10. Conclusion Générale

Ce travail nous a permis de bien comprendre les normes et les mécanismes de la qualité de
l’eau aussi de nous ouvrir de nouveaux horizons de la recherche scientifique.

L’eau source d’existence et de continuité de la race humaine, si nous perdons se diamant


bleus par négligence ou par une consommation intolérable, nous même et nos proches jusqu'à
dire nous descendance n’aurons pas d’avenir.

35
11. Référence bibliographique
N6789 : indicateurs chimiques de qualité des eaux de surface (source : DROUART Eric, VOUILLAMOZ
Jean-Michel, Alimentation en eau potable des populations menacées, Action contre la faim, Hermann
éditeurs, 1999, paris)

NOR : SANP0720201A JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE :

Février 2007, Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GENERAUX MINISTERE DE LA SANTE ET DES
SOLIDARITES

AMERICAN PUBLIC HEALTH ASSOCIATION, AMERICAN WATER WORKS ASSOCIATION AND WATER
POLLUTION CONTROL FEDERATION .Standard Methods for the Examination of water and wastewater
,21st Edition ,2005.

ASSOCIATION CANADIENNE DES LABORATOIRES D’ESSAIS, COMMUNAUTE

URBAINE DE MONTREAL, MINISTERE DE L’ENVIRENNEMENT ET DE LA FAUNE QUEBEC. Effets de la


préservation des échantillons et de l’inhibiteur de la nitrification sur la DBO5 des eaux municipales,
Décembre 1996.

CENTRE D’EXPERTISE EN ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU QUBEC .Lignes directrices concernant les


travaux analytiques en chimie, DR-12-SCA-01, Ministère du Développement durable, de
l’environnement et des Parcs du Québec, Edition courante.

http://www.ceaeq.gouv.qc.ca/accreditation/PALA/DR12SCA01_lignes_dir_chimie.pdf

CENTRE D’EXPERTISE EN ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU QUBEC. Protocole pour la validation


d’une méthode d’analyse en chimie, DR-12-VMC, Ministère du Développement durable, de
l’environnement et des parcs du Québec, Edition courante.

http://www.ceaeq.gouv.qc.ca/accreditation /PALA/DR12VMC_protocole_Val_chimie .pdf

CENTRE D’EXPERTISE EN ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU QUEBEC. Détermination de la demande


chimique en oxygène dans les effluents : méthode colorimétrique avec le bichromate de potassium,
MA.315-DCO1.0, ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs du Québec,
Edition courante.

http://www.ceaeq.gouv.qc.ca/methodes/pdf/MA315DCO10pdf

AED21623 Fiche technique de l’OMS (organisation mondiale de la santé)

36