Vous êtes sur la page 1sur 4

Fonction réelle à plusieurs variables

Ce chapitre introduit les fonctions de plusieurs variables réelles en élargissant l’étude des fonctions d’une variable
réelle.

1 Définitions et exemples
Définition 1.1 • Une fonction f définie sur une partie D de IRn et à valeur réelles, fait correspondre à tout
point x = (x1 , x2 , .., xn ) de D un réel unique f (x).
• D ⊂ IRn est la domaine de définition de f .
• L’unique nombre réel y correspondant à l’élément x ∈ D par f s’appelle l’image de x par f .
• Le sous-ensemble {y ∈ IR, ∃x ∈ D tel que f (x) = y} est appelé l’image de D par f
Notation
f : D(⊂ IRn ) −→ IR
x 7→ y = f (x)
Exemple 1.1 1. Soit
f : IR × IR −→ IR
1
(x, y) 7→ f (x, y) = x−y
C’est une fonction à deux variables qu’on peut évaluer en tous couples (x, y) tels que x − y 6= 0. Ainsi
D(f ) = {(x, y) ∈ IR × IR : x 6= y}
2. Soit
g : IR × IR × IR −→ IR
yz
(x, y, z) 7→ f (x, y, z) = x x 6= 0 f (0, y, z) = 0
C’est une fonction à trois variables qu’on peut évaluer en tous couples (x, y, z). Ainsi
D(g) = IR × IR × IR
2
Définition 1.2 Soit f : D(⊂ IR ) −→ IR une fonction réelle de deux variables.
1. L’ensemble des points de IR3
S = {(x, y, z) ∈ IR3 ; (x, y) ∈ D, z = f (x, y)}
est appelé surface représentative de f , ou graphe de la fonction f
2. Soit A = (a, b) un point de D. Les fonctions de IR dans IR telles que x −→ f (x, b) et y −→ f (a, y) définies
sur des intervalles ouverts contenant respectivement a et b sont appelées fonctions partielles associées à f
au point A.
3. Soit k ∈ IR. L’ensemble Lk = {(x, y) ∈ D; f (x, y) = k} est appelé ligne de niveau k de la fonction f .
4. Pour les fonctions de 3 variables, la notion analogue à la ligne de niveau est celle de la surface de niveau.

2 Limite et continuité
2.1 Distance
En dimension 1, la notion de continuité est associée à celle de limite. Une fonction est continue en x0 si f (x)
s’approche de f (x0 ) lorsque x s’approche de x0 , c’est-à-dire lorsque |x − x0 | devient petit. En dimension supérieure,
pour définir les notions de limite et de continuité, il est tout d’abord nécessaire de définir une notion de proximité,
c’est-à-dire de définir la distance entre deux points de IRn . Il y a de nombreux choix possibles, mais ils conduisent
tous aux mêmes notions de limite et de continuité. Nous en considérerons un seul, pour sa simplicité.
Pn
Définition 2.1 Soient u, v dans IRn . La distance de u à v, notée d(u, v) est définie par d(u, v) = i=1 |ui − vi |.
1. Pour n = 2, la distance d’un point (x, y) à (0, 0) est égale à |x| + |y|.
2. Pour n = 3, la distance d’un point (x, y, z) à (0, 0) est égale à |x| + |y| + |z|.

2.2 Limite
Définition 2.2 On dit que la fonction f définie sur un domaine D de IRn admet la limite l en u0 si pour tout  > 0,
on peut trouver un α > 0 tel que si d(u, u0 ) ≤ α, alors |f (u) − l| ≤ . On note limu−→u0 f (u) = l
Interprétation Le fait que f admette la limite l en u0 signifie d’une part que si u est proche de u0 , alors f (u) est
proche de l, et surtout que l’on peut obtenir une approximation arbitraire de l par une évaluation de f en un point
u, à condition que u soit assez proche de u0 .
2.3 Continuité
Définition 2.3 i. Une fonction f définie sur un domaine D de IRn est continue en un point u0 si limu−→u0 f (u) =
f (u0 ).
ii. f est dite continue sur D si elle est continue en tout point de D.
Remarque 2.1 Les fonctions usuelles sont continues sur leur ensemble de définition. Notamment, les polynômes,
les fractions rationnelles aux points où le dénominateur ne s’annule pas. Les règles de la continuité des fonctions
d’une seule variable s’appliquent : la somme, le produit de fonctions continues sont des fonctions continues. La
composée de deux fonctions continues est continue.

3 Fonctions et dérivées partielles


3.1 Fonctions partielles
Définition 3.1 Soit f une fonction de deux variables.

• La fonction partielle fx est définie par fx : x 7→ f (x, y) ; la variable y est alors considéré comme un paramètre.
• La fonction partielle fy est la fonction qui à tout réel y associe f (x, y).
Ces fonctions partielles sont des fonctions de IR vers IR, on peut donc les étudier comme telles (continuité, dérivée,
tableau de variation,...)
Définition 3.2 Soit f une fonction de 3 variables.

• La fonction partielle fx est définie par fx : x 7→ f (x, y, z) ; x varie sur IR, y et z sont fixées
• La fonction partielle fy est définie par fy : y 7→ f (x, y, z) ; y varie sur IR, x et z sont fixées
• La fonction partielle fz est définie par fz : z 7→ f (x, y, z) ; z varie sur IR, x et y sont fixées
Exemple 3.1 Soit f définie sur IR3 par f (x, y, z) = xy 2 z 3 , et soit a = (1, −1, 2). Les fonctions partielles de f en
a sont définies sur IR par
f1 (x) = f (x, −1, 2) = 8x, f2 (y) = f (1, y, 2) = 8y 2 et f3 (z) = f (1, −1, z) = z 3
p
Exemple 3.2 Soit f définie sur le disque D de centre 0 et de rayon 2 par f (x, y) = 4 − x2 − y 2 . Et soit a = ( 21 , 1).
Les fonctions
√ √ partielles de f en√a sont
f1 : [− 3, 3] −→ IR, f (x) =q 3 − x2
f2 : [− 15 15
2 , 2 ] −→ IR, f (y) =
15
4 − y2

3.2 Dérivées partielles


Définition 3.3 Soit f une fonction à deux variables définie sur un ouvert U de IR2 et (x0 , y0 ) un point de U .

• Si la fonction partielle fx : x 7→ f (x, y0 ) est dérivable en x0 , on dit que f admet une dérivée partielle d’ordre
1 par rapport à x en (x0 , y0 ), et on note :
∂f f (x, y0 ) − f (x0 , y0 )
(x0 , y0 ) = fx0 (x0 , y0 ) = limx−→x0
∂x x − x0
• De même, si l’application partielle fy : y 7→ f (x0 , y) est dérivable en y0 , on dit que f admet une dérivée
partielle d’ordre 1 par rapport à y en (x0 , y0 ), et on note :
∂f f (x0 , y) − f (x0 , y0 )
(x0 , y0 ) = fy0 (x0 , y0 ) = limx−→x0
∂y y − y0
∂f ∂f
• On appelle ∂x et ∂y dérivées partielles de f
Remarque 3.1 En pratique,lorsque n ≥ 2, pour calculer la dérivée partielle de f par rapport à sa variable xi on
gèle toutes les variables xj pour j 6= i et on dérive f comme une fonction de la seule variable xi .
Exemple 3.3 On reprend l’exemple précédent f (x) = xy 2 z 3 , alors les dérivées partielles de f sont
∂f
(x, y, z) = y 2 z 3
∂x
∂f
(x, y, z) = 2xyz 3
∂y
∂f
(x, y, z) = 3xy 2 z 2
∂z
3.3 Dérivabilité
Définition 3.4 Si f admet toutes les dérivées partielles premières on dit que f est dérivable.

3.4 Gradient
Définition 3.5 1. Le gradient d’une fonction dérivable f au point (x, y) ∈ IR2 est le vecteur
∇f (x, y) = (∂x f, ∂y f )
ou les composantes sont les dérivées partielles de f au point (x, y).
2. Le gradient d’une fonction dérivable f au point (x, y, z) ∈ IR3 est le vecteur
∇f (x, y, z) = (∂x f, ∂y f, ∂z f )
ou les composantes sont les dérivées partielles de f au point (x, y, z).

3.5 Dérivées partielles d’ordre supérieur


Définition 3.6 Soit f une fonction définie sur un domaine D de IRn . Si ses dérivées partielles d’ordre 1 sont
encore dérivable par rapport à chaque variable, leurs dérivées partielles sont appelées dérivées partielles secondes.
Par récurrence, on définit les dérivées partielles d’ordre n comme les dérivées partielles des dérivées d’ordre 1.
Remarque 3.2 Une dérivée partielle d’ordre n est donc obtenue en dérivant partiellement successivement par
rapport à une des variables, n fois.
Exemple 3.4 f (x) = xy 2 z 3 on prend la dérivées partielles d’ordre 1
∂f
(x, y, z) = y 2 z 3
∂x
Calculons quelques dérivées partielles de f :
∂2f
(x, y, z) = 0
∂x2
∂2f
(x, y, z) = 2yz 3
∂x∂y
∂3f
(x, y, z) = 2z 3
∂x∂y 2
∂3f
(x, y, z) = 6yz 2
∂x∂y∂z
∂4f
(x, y, z) = 0
∂x∂y 3
Lemme 3.1 ( de Schwarz)
Soit f une fonction définie sur in domaine D de IRn . Soient i 6= j deux entiers compris entre 1 et n. Si les dérivées
2 2
partielles secondes ∂x∂i ∂x f
j
et ∂x∂j ∂x
f
i
existent et sont continues, alors elles sont égales.

Exemple 3.5 Soit f : IR2+ −→ IR définie par f (x, y) = x3 y. Alors, pour x, y > 0, on a :
p

3√
q
∂f ∂f 1 x3
∂x (x, y) = 2 xy, ∂y (x, y) = 2 y
∂2f 3
p y ∂2f −1
q
x
∂x2 (x, y) = 4 x , ∂y 2 (x, y) = 4 y3
∂2f
q
3 x
∂y∂x (x, y) = 4 y
∂2f
q
3 x
∂x∂y (x, y) = 4 y

Définition 3.7 Soient f : D −→ IR et A ∈ D(⊂ IRn ). Si f admet toutes les dérivées partielles secondes au point
A, alors on peut définir la matrice hessienne de f au point A :
1. Pour n = 2 : 2 2 !
∂ f ∂ f
∂x2 ∂x∂y
Hf (x, y) = ∂2f ∂2f
∂y∂x ∂y 2
2. Pour n = 3 :
∂2f ∂2f ∂2f
 
∂x2 ∂x∂y ∂x∂z
∂2f ∂2f ∂2f
Hf (x, y, z) = 
 
∂y∂x ∂y 2 ∂y∂z 
∂2f ∂2f ∂2f
∂z∂x ∂z∂y ∂z 2
4 Différentielle
Définition 4.1 On dit que f est dite différentiable au point x0 si elle admet une approximation linéaire au voisinage
du point x0 .

Remarque 4.1 • Pour une fonction d’une variable, cette approximation linéaire est la droite tangente.
• Pour les fonctions de deux variables, elle sera le plan tangent au graphe de la fonction au point (x0 , y0 ).

Proposition 4.1 Soient D une partie de IR2 , f : D −→ IR et (x0 , y0 ) ∈ D.


L’équation du plan tangent au graphe de la fonction {x, y, f (x, y)} en (x0 , y0 ) est donnée par :

t(x, y) = f (x0 , y0 ) + (x − x0 )∂x f (x0 , y0 ) + (y − y0 )∂y f (x0 , y0 )

Proposition 4.2 Soit f une fonction de plusieurs variables définies sur D.


Si toutes les dérivées partielles de f existent et sont continues sur D, alors f est différentiable sur D

Remarque 4.2 Toutes fonctions élémentaires telles que polynômes, exponentielle, logarithmiques et trigonométriques
sont différentiables dans leur domaine de définition.

Définition 4.2 Soit f une fonction de deux variables (x, y). On note alors la différentielle de f de la manière
suivante :
df = ∂x f dx + ∂y f dy
Si f est une fonction de trois variables (x, y, z), alors on a :

df = ∂x f dx + ∂y f dy + ∂z f dz

Optimisation des fonctions de plusieurs variables


5 Extrema des fonctions de deux variables
Définition 5.1 Soit f une fonction de deux variables définie sur une partie D ⊂ IR2 et (x0 , y0 ) ∈ D
1. f (x0 , y0 ) est un maximum globale de f si :

f (x, y) ≤ f (x0 , y0 ), pour tout (x, y) ∈ D

2. f (x0 , y0 ) est un minimum globale de f si :

f (x, y) ≥ f (x0 , y0 ), pour tout (x, y) ∈ D

Définition 5.2 Soit f une fonction de deux variables définie sur une partie D ⊂ IR2 et (x0 , y0 ) ∈ D
1. f (x0 , y0 ) est un maximum local de f s’il existe un voisinage V ⊂ D de (x0 , y0 tel que :

f (x, y) ≤ f (x0 , y0 ), pour tout (x, y) ∈ V

2. f (x0 , y0 ) est un minimum local de f s’il existe un voisinage V ⊂ D de (x0 , y0 ) tel que :

f (x, y) ≥ f (x0 , y0 ), pour tout (x, y) ∈ V

Définition 5.3 Soit f une fonction de deux variables définie sur une partie D ⊂ IR2 , dérivable en a ∈ D.
On dit que a est un point critique de f si ∇f (a) = 0

Proposition 5.1 Si f est un extremum local en a alors ∇f (a) = 0.

Proposition 5.2 Soit f une fonction de deux variables définie sur une partie D ⊂ IR2 et (x0 , y0 ) ∈ D vérifiant
∂x f (x0 , y0 ) = 0 et ∂y f (x0 , y0 ) = 0.
On pose
∂2f ∂2f ∂2f
d= 2
(x0 , y0 ) 2 (x0 , y0 ) − ( (x0 , y0 ))2
∂x ∂y ∂x∂y
∂2f
i. si d > 0, et ∂x2 (x0 , y0 ) > 0 alors f (x0 , y0 ) est un minimum local
∂2f
ii. si d > 0, et ∂x2 (x0 , y0 )< 0 alors f (x0 , y0 ) est un maximum local
iii. si d < 0, alors (x0 , y0 , f (x0 , y0 )) est un point selle. Ce n’est pas un extrémum.