Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 2 : PHYSIOLOGIE DE LA DIGESTION

Dr P. TALLA

INTRODUCTION
La digestion est la transformation des aliments ingérés en substances
chimiques simples capables de traverser la barrière intestinale pour entrer
dans la circulation sanguine. Elle commence dans la bouche et se termine
dans le gros intestin ; elle se fait donc suivant plusieurs étapes successives
dépendantes les unes des autres.

I. ETAPES DE LA DIGESTION
La digestion est marquée par deux grandes étapes complémentaires : les
phénomènes mécaniques et les phénomènes chimiques.
1. Les phénomènes mécaniques
Ils ont pour but de fragmenter les aliments en petites particules fines afin
de faciliter l’action chimique à travers les enzymes. Ces phénomènes
mécaniques sont :
a. La mastication
C’est le premier phénomène mécanique. Elle est assurée par les dents
qui broient les aliments sous l’action des muscles masticateurs ; c’est
une étape essentielle à une digestion saine. En effet si elle ne se
déroule pas normalement, on aboutira aux troubles de la digestion.
b. L’action gastrique
Après la déglutition les aliments progressent et atterrissent dans
l’estomac. Ce dernier a une épaisse musculature en 3 couches qui
assurent un brassage énergique du bol alimentaire afin de le rendre
homogène. Le résultat de cette action est la formation du chyme
stomacal. Les contractions gastriques engendrent des mouvements
péristaltiques et délivrent en petites quantités régulières le chyme
stomacale dans le duodénum où va se poursuivre la digestion.

2. Les phénomènes chimiques


Les phénomènes chimiques de la digestion sont assurés par les enzymes
qui sont des substances de nature glyco-protidiques capables d’hydrolyser
les aliments en plus petites particules. L’action chimique commence dans
la bouche où la salive se mélange aux aliments pendant la
mastication. Cette salive contient de l’amylase qui commence à agir sur
l’amidon. Dans l’estomac, l’action chimique se poursuit grâce au suc
gastrique riche en pepsinogène et en acide chlorhydrique qui attaquent les
protéines. Au niveau de l’intestin grêle, le suc pancréatique, la bile et les
sécrétions intestinales vont poursuivre et terminer l’action chimique. Le
résultat final étant la formation des nutriments.

a. Digestion des glucides


La plupart des glucides alimentaires se présentent sous forme
d’amidon qui est un polymère de monosaccharides (glucose galactose
et fructose). Sous l’action de l’amylase salivaire, l’amidon est d’abord
hydrolysé en oligosaccharides, puis en disaccharides. Ensuite, au niveau
des villosités intestinales, les enzymes vont transformer les
disaccharides en monosaccharides ou oses.
- Maltose (disaccharide) -------→ 2 molécules de glucose sous
l’action de la maltase
- Saccharose --------→ glucose + fructose (sous l’action de la
saccharase)
- Lactose -------→ glucose + galactose (sous l’action de la lactase).
Cette dernière réaction est lente. La digestion du lactose
constitue dont un facteur limitant à son absorption.

Les sucres simples (oses) : glucose, fructose, galactose vont traverser la cellule
intestinale grâce à un mécanisme de transport actif.

b. Digestion des protides


Les protéines alimentaires vont d’abord subir au niveau de l’estomac
l’action de la pepsine et de l’acide chlorhydrique ; mais l’essentiel de la
digestion des protéines s’effectue au niveau intestinal sous l’action des
enzymes pancréatiques (chymotrypsine et trypsine) et les enzymes
intestinales (endopeptidases et exopeptidases). L’action de ces enzymes
aboutit à la formation d’oligopeptides, de dipeptides et d’acides aminés.
Les dipeptides et les acides aminés issus de la digestion des protides, vont
traverser la cellule intestinale grâce à plusieurs mécanismes d’absorption.

c. Digestion des lipides


La majorité des lipides alimentaires se présentent sous forme de
triglycérides à longue chaîne ; ils contiennent les acides gras saturés et
les acides gras polyinsaturés.
Exemples : - acides gras saturés : acide palmitique, acide stéarique
- acides gras polyinsaturés : acide linoléique, acide oléique.
L’arrivée des lipides au duodénum ainsi que le chyme stomacal
acide induisent la sécrétion de cholécystokinine et de sécrétine par la
paroi duodénale. Ces 2 hormones vont à leur tour commander la
libération de la bile et du suc pancréatique riche en bicarbonate. La bile
va émulsionner ces lipides en formant des micelles qui sont de petites
particules fines de lipides afin de favoriser l’attaque par la lipase
pancréatique. Grâce aux sels biliaires contenus dans la bile, la lipase
pancréatique va avoir accès aux lipides non hydrosolubles. Elle va se
fixer aux molécules triglycérides grâce à une seconde enzyme appelée
colipase. Le résultat de l’action de ces enzymes est la formation des
acides gras et de monoglycérides. Ces derniers sont hydrosolubles et
traversent la membrane cellulaire intestinale.
d. Les produits de la digestion intestinale
A l’issue de la digestion, les nutriments qui sont capable de traverser la
barrière intestinale constituent les produits de la digestion. Ces
produits varient selon les grands groupes alimentaires soumis à la
digestion.
- Glucides ---------------> oses (glucose, fructose, galactose)
- Protides -------------------> acides aminés + dipeptides
- Lipides --------------> acides gras monoglycériques (glycérol)
- Sels minéraux -------------> sels minéraux (Ca²⁺, K⁺, Na⁺, fer)
- Vitamines --------------> vitamines
- Eau -----------------------> Eau

II. MECANISMES D’ABSORPTION

Il existe 4 mécanismes de transport à travers la membrane cellulaire.


Ces types de transport participent à l’absorption des nutriments.
1. Les types de transport
a. Transport actif
Il implique le transport d’une substance à travers la membrane
cellulaire contre un gradient électrique ou chimique nécessitant une
consommation de l’énergie et un transporteur membranaire.
b. Diffusion passive
Le transport ici se fait du milieu le plus concentré vers le milieu le
moins concentré sans besoin d’énergie ni de transporteur.
c. Diffusion facilitée
Elle est semblable à la diffusion passive mais nécessite un
transporteur membranaire sans consommation d’énergie.
d. L’endocytose (très fréquent chez le nouveau né et le nourrisson)
C’est un processus proche de la phagocytose. Les particules
alimentaires au contact de la cellule intestinale s’entourent des
éléments membranaires qui finissent par englober l’élément
nutritif. Ce phénomène peut être à l’origine de certaines allergies
alimentaires.

2. Les sites d’absorption

L’absorption des glucides se fait essentiellement dans le duodénum et


le jéjunum. L’absorption des lipides, Ca²⁺, fer, vitamines hydrosolubles
dans le duodénum et le jéjunum. Celle des acides aminés et dipeptides
dans le jéjunum ; la Vitamine B12 et sels biliaires dans l’iléon ; le
sodium et l’eau dans le colon. Ce dernier absorbe 90% de l’eau qui
arrive à son niveau.

CONCLUSION

La digestion est un phénomène essentiel au bon fonctionnement de tout


l’organisme ; elle comporte plusieurs étapes dépendantes les unes des autres. Le non
respect des ces étapes aboutit à des phénomènes d’indigestion et de malabsorption.