Vous êtes sur la page 1sur 9

2D2 – DST Gestion #1 - Corrigé

Partie I : La société Pantin

A- Détermination des coûts par la méthode des centres d’analyse

A l’aide de l’annexe 1 :

1) Retrouvez le montant des achats et le nombre d’heures de main-d’œuvre directe pris


en compte dans le tableau de répartition des charges indirectes (Annexe 3).

- Centre achats : UO = 100 € d’achats


Nb d’UO = [[((1 * 32) + (3 * 25) + (2 * 100) + (1 * 35)) * 9000]
+ [((1 * 32) + (5 * 25) + (3 * 100) + (1 * 35) * 4000]] / 100
= 50 460 €
Avec : nb de produits BASIC = 10 * 900 = 9000
Nb de produits PLENIUM = 160 * 25 = 4000

- Atelier assemblage : UO = heure de MOD


Nb d’UO = 4 * 9000/60 + 12 * 4000/60
= 1 400

2) Déterminez les coûts de revient et les résultats des produits fabriqués et vendus en mai

BASIC PLENIU
M

Q PU M Q PU M

Consommation d’éléments

X10 9 000 32 288 000 4 000 32 128 000

X28 27 000 25 675 000 20 000 25 500 000

X40 18 000 100 1 800 000 12 000 100 1 200 000

X52 9 000 35 315 000 4 000 35 140 000

Total 63 000 3 078 000 40 000 1 968 000

Frais d’approvisionnement 30 780 8,5 261 630 19 680 8,5 167 280

MOD 600 25 15 000 800 25 20 000

Frais atelier assemblage 600 468,75 281 250 800 468,75 375 000
Coût de production 9 000 403,99 3 635 880 4 000 632,57 2 530 280

Frais de distribution 3 635 580 0,05 181 794 2 530 280 0,05 126 514

Coût de revient 9 000 424,286 3 817 674 4 000 664, 1985 2 656 794

CA 9 000 450 4 050 000 4 000 720 2 880 000

Coût de revient 9 000 424,286 3 817 674 4 000 664, 1985 2 656 794

Résultat 9 000 25,814 232 326 4 000 55,8015 223 206

B- Détermination des coûts par la méthode ABC

Afin de mieux cerner les coûts le contrôleur de gestion décide de répartir l’ensemble des
charges indirectes sur diverses activités. Il vous fournit son analyse en annexe 2.
1) Retrouvez les données soulignées dans le tableau des activités (annexe 2).

- Activité « gérer les fournisseurs » : inducteur = quantité achetée


NB d’inducteurs = (1 + 3 + 2 + 1) * 9 000 + (1 + 5 + 3 +
1) * 4 000 = 103 000
- Activité « diriger » : inducteur = % du coût direct
NB d’inducteurs = 3 093 000 + 1 988 000 = 5 081 000 €
NB : ce montant peut-être trouvé à partir du tableau suivant ou à partir de celui réalisé
pour la méthode des centres d’analyse : (3 078 000 + 15 000) + (1 968 000 + 20 000)

2) Déterminez le coût de revient et le résultat des produits vendus en utilisant la méthode


ABC (Annexe 4)

BASIC PLENIUM

Q PU M Q PU M

Consommation d’éléments

X10

X28

X40

X52

Total 63 000 3 078 000 40 000 1 968 000

MOD 600 25 15 000 800 25 20 000

Coût direct 3 093 000 1 988 000


Démarcher les clients 6 350 2 100 4 350 1 400

Conclure des contrats 4 550 2 200 2 550 1 100

Gérer les fournisseurs 63 000 1 63 000 40 000 1 40 000

Contrôler la qualité 20 834,92 16 698,46 110 834,92 91 841,54

Assembler 795 442,40 351 708 780 442,40 345 072

Régler les machines 10 926,03 9 260,29 160 926,03 148 164,71

Livrer les produits 4 050 000 0,025 101 250 2 880 000 0,025 72 000

Diriger 3 093 000 0,0291 90006,3 1 988 000 0,0291 57 850,8

Total des charges indirectes 636 223,05 757 429,05

Coût de revient 9 000 414,35 3 729 223,05 4 000 686,34 2 745 429,05

CA 9 000 450 4 050 000 4 000 720 2 880 000

Résultat 9 000 35,65 320 776,95 4 000 33,66 134 570,95

3) Comparer les résultats obtenus avec les 2 méthodes. Vous insisterez notamment sur
l’apport de la méthode ABC.

- Les deux résultats sont bien identiques (455 532)


- Cependant, alors que la méthode des CA fait apparaître une différence notable entre
les deux produits (le produit PLENIUM est plus rentable que le produit BASIC, avec
un résultat unitaire plus de deux fois supérieur), la méthode ABC nous amène à une
conclusion complètement différente : elle fait apparaître que les deux produits ont un
résultat unitaire très proche, et que le produit BASIC est plus rentable que le produit
PLENIUM.
La méthode ABC reflète mieux le fonctionnement de l’atelier « assemblage » en
distinguant pour celui-ci plusieurs activités, et en prenant en compte d’autres
causalités des coûts que l’heure de MOD.
La différence de résultat entre les deux méthodes s’explique ici en grande partie par la
prise en compte par la méthode ABC des coûts de réglage des machines (dont
l’inducteur est le nombre de lots) et de contrôle de la qualité (dont l’inducteur est le
nombre de contrôles effectués).
La seule unité d’œuvre « heures de MOD » prise en compte dans la méthode des CA
pour le centre « assemblage » masque les causalités de coûts comme la taille des lots :
les produits fabriqués en grandes séries (BASIC) subventionnent les produits fabriqués
en séries de petite taille (PLENIUM).

Partie II : L’entreprise ALTEOS


1. Définir la notion de charge indirecte et en donner un exemple.

Les charges indirectes sont celles qui concernent simultanément plusieurs objets de coûts. Il n’est
pas possible de les affecter à un coût particulier. Leur ventilation entre ces coûts nécessite des calculs
intermédiaires. Les règles de calcul comportent une part plus ou moins grande d’arbitraire. On peut
citer par exemple le cas des charges de chauffage central concernent tout aussi bien les bureaux de
l’administration générale et ceux du service distribution que les ateliers de production.

2. Calculer, selon la méthode des centres d'analyse, le coût d'achat des matières pour une bouteille
de sirop de cassis et pour une bouteille de sirop de menthe.

1 bouteille de sirop 1 bouteille de sirop


cassis menthe fraîche
Q PU T Q PU T
Charges directes
Cassis 0,50 1,50 0,75 - - -
Menthe fraîche - - - 0,40 1,00 0,40
Sucre de betterave 0,75 0,03 (a) 0,02 1,00 0,03 0,03
Eau 5,00 0,003 0,02 5,00 0,003 0,02
Kit 1,00 0,54 (b) 0,54 1,00 0,54 0,54
Total charges directes 1 - 1,3275 1 - 0,985
Charges indirectes
Centre approvisionnement 0,50 1,56 (c) 0,78 0,40 1,56 0,62
Total charges indirectes 1 - 0,78 1 - 0,624
Coût total d’approvisionnement 1 - 2,1075 1 - 1,609

(a) => 36/ 1 200

(b) => 2 700/ 5 000 = 0,54

(c) => 372 000/(0,5 * 290 000) + (0,40 * 235 000) => 372 000/(145 000 + 94 000) = 372 000/239 000 =
1,5565 arrondi à 1,56

3. Rappeler les étapes de la mise en place d'une méthode de calcul des coûts à base d'activités (ou
méthode ABC).

La mise en œuvre de la méthode comporte les étapes suivantes :

a) Identification des activités de l'entreprise


Les activités de l'entreprise sont recensées à l'aide d'entretiens avec les personnels
concernés.

b) Affectation des ressources (charges indirectes) aux activités.


Les charges indirectes sont généralement saisies au niveau des divisions de l'entreprise. Ces
charges sont ensuite réparties entre les activités de chaque division. Les clés de répartition
utilisées pour affecter les ressources aux activités sont dénommées inducteurs de ressources.
c) Regroupement des activités
On procède au regroupement des activités en centres de regroupement (ou centres
d'activités). On ne conserve qu'un seul inducteur (dit inducteur d'activité) dans chaque
centre de regroupement. L’inducteur d'activité est l'unité d’œuvre qui permet l'imputation
du coût du centre aux produits.

d) Calcul des coûts unitaires des inducteurs


Pour chaque centre de regroupement :
- on calcule les ressources consommées par le centre en cumulant les charges qui avaient été
affectées aux activités regroupées dans le centre ;
- on recense le volume de l'inducteur, c'est-à-dire le nombre d'unités de l'inducteur choisi
pour le centre (ou nombre d'unités d’œuvre) ;
- un coût unitaire de l'inducteur est ensuite calculé selon la formule : Coût unitaire de
l'inducteur = Ressources consommées par le centre / Volume de l'inducteur

e) Imputation aux produits des coûts des groupements d'activités.


Le coût complet (ou coût de revient du produit) est obtenu en cumulant :
- les charges directes,
- les charges indirectes des centres de regroupement qui sont imputées au prorata des
inducteurs d'activité.

4. Justifier le nombre de lots de cassis approvisionné.

Nombre de kg de cassis acheté = 0,50 kg * 290 000 bouteilles = 145 000 kg

Les achats se font par lots de 10 tonnes => 145 000/(1 000 * 10) = 14,5 , arrondi à 15

5. Justifier le nombre de fournisseurs et de lots attribués au produit sirop de menthe.

- Nombre de fournisseurs au produit sirop de menthe.

L'entreprise fait appel à quatre fournisseurs spécialisés dans un approvisionnement (cassis, menthe,
sucre et kit embouteillage). La fourniture d'eau ne fait pas l'objet de commande auprès d'un
fournisseur.

Lorsque le fournisseur est commun aux deux produits, 1/2 inducteur est attribué à chaque produit.
Conséquence => 1 pour la menthe + 1/2 pour le sucre + 1/2 pour le kit = 2

- Nombre de lots attribués au produit sirop de menthe.

- Nombre de kg de menthe acheté = 0,4 kg * 235 000 bouteilles = 94 000 kg => Les achats se
font par lots de 1 tonnes => 94 000/1 000 = 94

- Nombre de kg de sucre acheté = 1 kg * 235 000 bouteilles = 235 000 kg => Les achats se font
par lots de 5 Big Bag de 1 200 kg chacun soit 6 000 k => 235 000/6 000 = 39,17
- Nombre de kits acheté = 1 kit * 235 000 bouteilles = 235 000 kits => Les achats se font par
lots de 5 000 kits => 235 000/5 000 = 47

Synthèse => 94 + 39,17 + 47 = 180,17 arrondi à l'unité inférieure, soit 180 lots.

6. Calculer, selon la méthode des coûts à base d'activités, le coût d'achat des matières pour une
bouteille de sirop de cassis et pour une bouteille de sirop de menthe.

- Calcul du coût des inducteurs

Ressources Volume Coût


Inducteurs Activités concernées consommées inducteur unitaire de
(en €) l’inducteur
Nombres de Relations fournisseurs 170 000 4 42 500,00
fournisseurs
Nombre de lots Réception des commandes 90 400
commandés Stockage des matières 111 600 290 696,55
202 000

- Calcul du coût d'achat par la méthode ABC

1 bouteille de sirop cassis 1 bouteille de sirop menthe


fraîche
Q PU T Q PU T
Total charges directes (a) 1 - 1,3275 1 - 0,985
Charges indirectes
Nombre fournisseurs (b) 0,0000069 42 500,00 0,29325 (c) 0,0000085 42 500,00 0,361256
Nombre lots commandés (d) 0,00038 696,55 0,26469 (e) 0,00077 696,55 0,53634
Total charges indirectes 1 - 0,55794 1 - 0,89759
Coût total 1 - 1,88544 1 - 1,88259
d’approvisionnement

(a) => cf coût de revient en coût complet

b) => 2/290 000 = 0,0000069

c) => 2/235 000 = 0,0000085

d) => 110/290 000 = 0,00038

e) => 180/235 000 = 0,00077

7. Comparer, à partir des réponses obtenues en questions 2 et 6, le coût d'achat des matières avec
chacune des deux méthodes. Commenter et conclure

Avec la méthode des centres d'analyse, le coût d'approvisionnement d'une bouteille de menthe
fraiche est très inférieur à celui d'une bouteille de cassis (1,609 € contre 2,1075 €).

Avec la méthode ABC, le coût d'approvisionnement des deux bouteilles est sensiblement le même
(1,88259 € contre 1,88544 €).
Sachant que par définition, dans les deux cas de figure les charges directes sont identiques, la
différence est donc liée uniquement à la répartition des charges indirectes. La répartition des charges
indirectes avec les centres d'analyse est basée uniquement sur un critère unique : le nombre de kg
de matières végétales. La répartition des charges indirectes avec la méthode ABC prend en compte
deux critères : d'une part le nombre de fournisseurs et d'autre part le nombre de lots commandés.
Ces deux critères correspondent aux deux activités identifiées pour la fonction approvisionnement.
D'une part l'activité relative aux commandes passées auprès des fournisseurs (relations fournisseurs)
d'autre part aux activités relatives à la réception et au stockage de matières.

Pour les coûts indirects liés aux commandes passées auprès des fournisseurs il semble plus judicieux
de les répartir en fonction du nombre de fournisseurs sollicités plutôt qu'en fonction du tonnage
commandé.

Pour les coûts indirects liés à la réception et au stockage des matières il semble plus judicieux de les
répartir en fonction du nombre de lots réceptionnés plutôt qu'en fonction du tonnage commandé.

Conclusion. La méthode ABC reflète donc mieux, à notre sens, la réalité économique des charges
indirectes imputables à chacun des produits
Les méthodes de valorisation des stocks

En matière de gestion des stocks, les entrées marchandises se font au coût d’acquisition (prix
d’achat, + divers frais accessoires d’approvisionnement supportés jusqu’à l’entrée du magasin).
L’inventaire permanent permet de connaître à tout moment les quantités en stocks. La valorisation
des sorties lors du calcul du coût de production ou du coût de revient après stockage se fait suivant
trois méthodes d’évaluation :

a) la méthode du coût unitaire moyen pondéré (CUMP);

b) la méthode du coût réel. Avec valorisation séparée. Elle se décompose en différentes


variantes:

a. la méthode du Premier Entré, Premier Sorti (PEPS / FIFO),

b. la méthode du Dernier Entré, Premier Sorti (DEPS / LIFO),

c. la méthode de prélèvement d'un lot spécifique

c) la méthode de la valeur de remplacement, Next-In, First-Out (NIFO), encore appelé Prix futur.

Ces dernières, bien qu’étant non exclusives s’adaptent mieux chacune à un type de produit
particulier et à la méthode de gestion des sorties marchandises adoptée pour la gestion des stocks.

A- La méthode du coût unitaire moyen pondéré (CUMP)

Adaptées aux matières non périssables (marchandises pouvant faire l’objet d’un stockage sur de
longues périodes), la méthode du CUMP se présente sous deux variantes :

- La méthode du CUMP périodique. Les sorties sont évaluées à un coût unitaire moyen
pondéré des entrées marchandises + stock initial, calculé sur une période mensuelle,
trimestrielle ou annuelle, suivant le choix de l’entreprise.

- La méthode du CUMP après chaque entrée. Les sorties sont évaluées au dernier coût unitaire
moyen pondéré calculé après chaque entrée marchandise.

CUMP = Total des quantités (SI + entrées) / Total des valeurs (après l’entrée)

B- La méthode du coût réel

La méthode du coût réel, comme son nom l’indique est une méthode de valorisation des sorties
marchandise au coût réel des entrées. Celle-ci met en exergue la notion de lot pour un article. Les
entrées sont comptabilisées par lot. Chaque lot dans le magasin possède son prix unitaire. Lors de la
sortie du stock, le prélèvement s’effectue dans un lot selon des règles particulières (FIFO, LIFO, ou lot
spécifique). La valorisation du mouvement de sortie marchandise se fait alors au prix unitaire du lot
prélevé.

On parle aussi dans ce cas d'une valorisation séparée des stocks. Car pour le même article, la valeur
unitaire est différente d'un lot à un autre.
Nous présentons ci-après les méthodes de valorisation FIFO et LIFO. Pour la méthode de
prélèvement d’un lot spécifique,

B1- La méthode du premier entré, premier sorti (PEPS / FIFO),

Appelée méthode de l’épuisement des lots dans le jargon des gestionnaires de stocks, la méthode du
premier entré premier sortie, repose sur une consommation séquentielle et chronologique des lots
entrés dans les aires de stockage. Le lot entré en premier sera consommé le premier.

La méthode FIFO est plus utilisée pour la valorisation des sorties de produits périssables dont une
longue conservation est peu recommandée à cause de la perte de valeur ou de qualité (produits
laitiers, produits agro alimentaires…). Cependant, sont principal inconvénient est qu'elle répercute
avec retard les variations de cours ou de prix réel des marchandises à l'achat.

B2- La méthode du dernier entré, premier sorti (DEPS / LIFO),

Contrairement à la méthode FIFO, la méthode du dernier entré, premier sorti consiste à calculer la
valeur des consommations en supposant que les lots entrés les derniers seront sortis les premiers. En
se référant particulièrement à la fonction technique des stocks, il est évident que l’utilisation de cette
méthode de valorisation n’est pas simplement un jonglage dans les écritures comptables afin de se
mettre à l’abri des variations des prix.

Le stockage de certaines catégories de marchandises obéit strictement à cette règle. Car plus leur
séjour dans les aires de stockage est long, plus les produits acquièrent de la qualité et de la valeur. La
méthode LIFO a l’avantage de s’arrimer à la variation des prix. En période d'inflation, elle permet de
lisser les pertes en appliquant le prix actuel du marché.

C- La méthode de la valeur de remplacement Next-In, First-Out (NIFO), encore appelé Prix futur

Adapté pour la valorisation des stocks de spéculation, Cette méthode consiste à évaluer les sorties à
leurs valeurs de remplacement. Pour valoriser les sorties et les existants en stocks, la valeur de
référence sera par exemple, le prix de la dernière facture, le cours du jour...