Vous êtes sur la page 1sur 3

ARRÊT N°54 RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL

du 24 août 2017 AU NOM DU PEUPLE SÉNÉGALAIS


----------------
N° AFFAIRE COUR SUPRÊME
J/359/RG/15 ----------------
Du 14/09/15 CHAMBRE ADMINISTRATIVE
----------------
Administrative A L’AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE
------ DU VINGT QUATRE AOUT DEUX MILLE DIX SEPT
Pathé Dioubairou AW ENTRE :
Contre  Pathé Dioubairou AW, Economiste, demeurant à Ouakam, ayant
domicile élu en l’étude de Maître Mbaye Jacques NDIAYE, Avocat à la
La Commune de Ouakam cour, Immeuble n° 8619 H 3ème étage, Montée SICAP Sacré Cœur II, à
Dakar;
PRÉSENTS :
Mahamadou Mansour MBAYE Demandeur
Adama NDIAYE D’UNE PART
Waly FAYE
Ibrahima SY ET :
Sangoné FALL
La Commune de Ouakam, poursuites et diligences du Maire, en ses
RAPPORTEUR : bureaux sis à l’Hotel de Ville de Ouakam à Dakar ;
Sangoné FALL Défenderesse 

PARQUET GENERAL: D’AUTRE PART


Marème Diop GUEYE
La COUR
GREFFIER :
Macodou NDIAYE Vu la requête reçue le 14 septembre 2015 au greffe central par laquelle
Pathé Dioubairou Aw, élisant domicile en l’Etude de Maître Mbaye
AUDIENCE: Jacques Ndiaye, avocat à la Cour, sollicite l’annulation de la décision
24 août 2017 n°130/CO/CABM/SM du 2 mars 2015 du Maire de la Commune de
Ouakam refusant de lui renouveler sa demande d’autorisation de
MATIÈRE : construire ;
Administrative
Vu la loi organique n°2008-35 du 8 août 2008 sur la Cour suprême ;
RECOURS :
Annulation Vu la loi organique n°2017-09 du 17 janvier 2017 sur la Cour suprême ;

Vu le code de l’urbanisme ;

Vu la décision attaquée ;

Vu l’exploit du 17 septembre 2015 de Maitre Basile Diouf, huissier de


justice à Dakar, portant signification de la requête ;

Vu la décision attaquée ;

1
Vu les autres pièces du dossier ;

Ouï Monsieur Sangoné Fall, conseiller référendaire, en son rapport ;

Ouï Madame Marème Diop Guèye, avocat général, en ses conclusions


tendant à l’annulation de la décision attaquée ;

Après en avoir délibéré conformément à la loi ;

Considérant que par arrêté n°3834 du 12 septembre 2011 du Maire de


la Ville de Dakar, Pathé Dioubairou Aw, bénéficiaire d’un bail sur un
terrain de l’Etat du Sénégal, sis à Ouakam, a obtenu une autorisation de
construire une villa ; que n’ayant pas commencé les travaux dans le délai
de deux (02) ans prescrit par ledit arrêté, il a introduit une demande de
renouvellement de cette autorisation auprès du Maire de la Commune de
Ouakam qui, par décision n°130/CO/CABM/SM du 2 mars 2015, l’a
rejetée ;

Que Pathé Dioubairou Aw a formé un recours en annulation en


articulant deux moyens ;

Sur le premier moyen tiré de l’insuffisance de motifs en ce que le


Maire a rejeté sa demande de renouvellement en application de l’article
R 214 du décret d’application du code de l’urbanisme, alors qu’il a
produit un état des droits réels et qu’il n’existe aucun litige sur le terrain
qui appartient à l’Etat ;

Et sans qu’il soit besoin de statuer sur le second ;

Considérant que selon l’article R 212 du Décret n°2009-1450 portant


partie réglementaire du code de l’urbanisme, l’autorisation de construire
est refusée si les constructions, par leur situation, leurs dimensions ou
l’aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont
de nature à porter atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique, au
caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages
naturels ou urbains ainsi qu’à la conservation des perspectives
monumentales ou à caractère historique d’un quartier ;

Considérant qu’en l’espèce, le Maire de Ouakam a rejeté la demande


de renouvellement de l’autorisation de construire de Pathé Aw au motif
que ce dernier n’a pas produit un état des droits réels et que le terrain est
situé dans une zone litigieuse ;

Considérant cependant que le requérant, titulaire d’une première


autorisation de construire du 12 septembre 2011, a produit au dossier un
état de droits réels du 18 juin 2015 et qu’il n’est pas établi que sa
parcelle fait l’objet de litiges ; qu’en outre, le maire n’a pas invoqué une
violation des règles d’urbanisme et de construction ;

Que dès lors, l’annulation est encourue ;

2
Par ces motifs,

Annule la décision n°130/CO/CABM/SM du 2 mars 2015 du Maire de


la Commune de Ouakam refusant d’octroyer à Pathé Dioubairou Aw une
autorisation de construire.

Ainsi fait, jugé et prononcé par la Cour suprême, Chambre


administrative, en son audience publique ordinaire tenue les jour, mois
et an que dessus et où étaient présents :

Mahamadou Mansour MBAYE, Conseiller - doyen faisant fonction de


Président ;
Adama NDIAYE,
Waly FAYE,
Ibrahima SY, Conseillers;
Sangoné FALL, Conseiller – rapporteur;
Macodou NDIAYE, Greffier ;

En foi de quoi le présent arrêt a été signé par le Président, les Conseillers
et le Greffier.

Le Président

Mahamadou Mansour MBAYE

Les Conseillers

Adama NDIAYE Waly FAYE

Ibrahima SY Sangoné FALL

Le Greffier

Macodou NDIAYE