Vous êtes sur la page 1sur 8

DROIT DES

AFFAIRES
Module N°1

Bibliographie :

1) Droits des Affaires - Hess Fallon et Simon - edition Sirey

2) L’essentiel du Droit des Affaires - Gabriel Guéry - édition Dunod

Internet :

1) www.assemblee-nationale.fr

2) www.courdecassation.fr

3) www.legifrance.gouv.fr

4) www.ance.fr

Par Franck HENDEL (directeur de l’IUT)


03.85.42.43.44
f.hendel@iutchalon.u-bourgogne.fr
SOMMAIRE

1) Introduction

o Qu’est ce que le droit et pourquoi ?


1.1.1) Les caractères de la règle du droit
1.1.2) Les fondements de la règle de droit

o Les Divisions du droit

1) Les sources du Droit

o les sources traditionnelles formelles


o les sources nationales informelles
o les sources internationales
1) INTRODUCTION

o Qu’est ce que le droit et pourquoi ?

Il y a 2 sens du droit. L’objectif et le subjectif.

Objectif : Ensemble des règles de conduite, qui dans la société, gouverne les
relations entre les hommes et qui s’impose à eux

Subjectif : Droits qui sont reconnus à l’individu et dont il peut se prévaloir par rapport
aux autres hommes

Le droit donne des droits

Dans une seconde acception on appelle droit une faculté reconnue à une personne
par la loi et sanctionnée par une contrainte sociale. On appelle ainsi droit de
propriété la faculté reconnue au propriétaire, sous la sanction des lois, de jouir,
d’user et de disposer de la chose, objet de ce droit.
Comme dans ce sens, le droit est envisagé sous l’angle de son bénéficiaire,
de son sujet, on parle de droit subjectif.
Mais les deux sens du mot droit sont liés. En effet, si la victime d’un dommage
a le droit (subjectif) d’exiger de l’auteur de celui-ci la réparation du préjudice causé,
c’est parce que la règle de droit (objectif) impose à l’auteur d’une faute de réparer le
préjudice qui en résulte pour autrui et cette règle est celle que formule l’article 1382
C. civ.
DROITS
SUBJECTIFS

DROITS
PATRIMONIAUX DROITS EXTRA-
PATRIMONIAUX DROIT DE LA
DROITS REELS DROITS PERSONNELS FAMILLE
OU OBLIGATIONS ETAT
CIVIL DROITS DE LA
DROITS DROITS REELS PERSONNALITE
FILI MA DIV
PATRIMONIAUX ACCESSOIRES
ATI RIA OR
PROPRIETE DEMENBREMENTS GAGE HYPOTHEQUE ON GE CE
DE LA PROPRIETE PRIVILIGIEES DROITS POLITIQUES

USUFRUIT SERVITUDE
CIVIQUES PROFESSIONNELS

Dans ce deuxième sens ce sont les prérogatives, assorties d’obligations, attribuées


à une personne par le droit objectif, on l’appelle les droits subjectifs
 Les caractères de la règle de droit

La règle de droit est abstraite = objective : Elle est impersonnelle, générale (sur tout
le territoire nationale) et permanente.

Elle est aussi obligatoire = coercitive : L’état peut nous obliger à l’appliquer

Différentes sanctions sont possibles :


- Peine : PV, amende, peine de substitution, prison…
- Dommages et intérêts : réparer le préjudice subit à autrui (matériel,
corporel, morale…)
- Exécution forcée : débiteur, obliger les gens à faire ce qu’ils ont promis
de faire (huissier de justice, saisie sur salaires….)

Les règles de droit distinguent des règles de bienséance, des usages ou courtoisies,
des obligations morales. Tous ont bien un caractère normatif et contraignant. Mais à
la différence, les règles de droit ont leur origine dans le commandement de l’autorité
publique et sont sanctionnées par elle.

 Les fondements de la règle de droit

Le droit est obligatoire voir aussi nécessaire pour garantir un minimum d’égalité
(salaire, congés…)

1ère conception = idéaliste : Elle tient pour certaine l’existence du droit naturel.
Définition : ensemble de règles idéales de conduite humaine, supérieures aux règles
du droit positif, qui s’imposent à tous, y compris aux législateurs (mais cette
conception à des limites ex 1943)

2ème conception = positiviste (du droit positif) : Elle ne reconnaît d’autre droit que le
droit positif. Définition : ensemble des règles de droit objectif en vigueur dans un Etat
à un moment donné ; par exemple, le droit actuel français.(Etat, Durkheim,
marxisme).

Tout ceci forme la conception du droit

o Les divisions du droit


1) Droit privé : ensemble des règles qui régis les relations entre particulier,
entreprise…

Droit public : ensemble des règles qui régissent les rapports des particuliers entre
eux ou avec les collectivités privées telles que les sociétés

Droit nationale : droit franco-français applicable en France

Droit international : qui régit des Etats ou des nationalités dans différents cas
(mariage arabo-suedois avec une vie maritale en France)

2) Branche du droit

Branche = ensemble des règles suffisamment homogène pour donner naissance à


un code dont un contentieux sera jugé par une juridiction du même code

Droit privée Droit civil (code civil) : TGI => tribunal de grande instance
Droit commercial (code du commerce) =>tribunal de commerce
Droit du travail (code du travail) => Purd’hommes

Droit public Droit Constitutionnel (constitution) => conseil constitutionnel


Droit Administratif (code administratif) => code administratif

Droit fiscal (code fiscal) => TGI ou tribunal administratif

Droit pénal (qui définit ce qu’est une infraction et les sanctions correspondants)
(code pénale) => tribunal de police, tribunal correctionnel, cour
d’assise

.
1) INTRODUCTION

Il est voté annuellement environ 1500 lois et 1500 décrèts. Il existe au total
aujoiurd’hui environ 100 000 lois. « Nul n’est censé ignorer la loi »

- les sources traditionnelles formelles (la constitution, la loi ordinaire et


ordonnance, les règlements : décrèts et arrêtés)

- les sources nationales informelles

- les sources internationales

o Les sources traditionnelles formelles

 La consitution

C’est un texte qui décrit le fonctionnement juridique d’un pays, des institutions
publiques (l’Angleterre par exemple n’a pas de constitution).
Entre autre, elle indique :
 Elle détermine le rôle de chacun (Président de la République,
Gouvernement, Parlement).
 Les rapports entre le parlement et le Gouvernement.
 Mais également, un certain nombre de droits sociaux parce qu’elle
renvoie au préambule de la constitution de 1946.

Lorsqu’il y a séparation des pouvoirs, il appartient au législatif (Parlement) de faire la
loi. Mais, la constitution de 1958 a conféré à l’exécutif (Gouvernement) le pouvoir
d’édicter des règlements. En outre, le Parlement, peut déléguer au gouvernement
une partie de son pouvoir : l’exécutif légifère alors par ordonnances

Savoir les idées des Art 34, 37, 38, 49 de la Constitution

 La loi

C’est un texte général et impersonnelle voté par le parlement (Ass Nat + Sénat).
Les lois sont faites d’articles

L’art 34 de la constitution détermine quand il est nécessaire de faire des lois et donc
de passer devant le parlement

La loi fixe toutes les règles concernant un certain nombre de matière (impôts,
divorce…). Elle fixe aussi les principes fondamentaux d’autres matières …(par ex :
droit du travail qui sera adoptée ensuite par le gouvernement).
Une loi doit être votée par les sénateurs et les députés et c’est le gouvernement qui
décide de l’ordre du jour des ces derniers

Projet de loi : c’est une idée de loi d’un des membres du gouvernement qui a reçu
l’aval en conseil des ministres soit su Président soit du 1er ministre)

Proposition de loi : c’est une idée de loi d’un député ou d’un sénateur

Le texte de loi est étudié en commission. Il y a un rapporteur du projet (fait un


rapport). Il présente ce texte à la séance publique. Les députés font des propositions
de modifications => amendement
Une fois voté, le texte est présenté au Sénat (encore rapporteur, puis vote…). Si le
Sénat adopte les textes dans les mêmes termes que l’Assemblée Nationale => texte
adopté.

Si il y a des modifications, il y a des navettes entre les deux chambres tant que ces
derniers ne sont pas d’accord. A ce moment là la gouvernement peut prendre les
choses en main 2 solutions
- soit il réunit une commission paritaire mixte pour mettre tout le monde
d’accord (7 députés + 7 sénateurs). Si 1 personne dit non tout est
bloqué
- soit il donne le pouvoir à l’Assemblée Nationale de décider => dernier
mot

Remarque : il existe des procédures simplifiées = ex vote bloqué


Vote oui ou non du texte uniquement par l’Assemblée Nationale

Art 49.3 de la constitution : le gouvernement peut obtenir qu’une loi soit voté sans
vote.

 L’ordonnance (art.38 de la constitution)

C’est un texte qui intervient sur un domaine normalement réservé à la loi mais pris
par le gouvernement. Le parlement laisse faire le gouvernement sur certains
dossiers limités dans le temps pour aller plus vite (notamment quand il y a un
changement de gouvernement)

 Les règlements => décrets (signé par le Président ou par le 1 er ministre) + les
arrêtés

Textes édictant des règles de droit, émanant du pouvoir exécutif et des autorités
administratives. Le domaine de la loi étant limité, l’Article 37 de la Constitution
dispose que « les matières autres que celles que sont du domaine de la loi ont une
caractère réglementaire ».
 Les décrets sont signés par le président de République et/ou le 1er Ministre.
Les décrets d’application sont pris pour l’application d’une loi (en précise
les conditions de mise en œuvre) et les décrets autonomes sont pris dans
une matière qui n’est pas du domaine législatif (exemple : la procédure
civile).

Les arrêtés subordonnées aux décrets, et eux-mêmes hiérarchisés en fonction du
rang de l’autorité qui l’édicte (Arrêtés ministériels, Arrêtés des présidents de conseil
régional ou de conseil général, des préfets et sous-préfets, Arrêtés municipaux).