Vous êtes sur la page 1sur 2

FRACTURES DE L’EXT PROXIMALE DU TIBIA

• Fr graves,  articulation portante, à biomécanique complexe.


• Peuvent être compliquées de lésions cutanées et parfois vasculaires mettant en jeu le PV du membre.
• Parfois le TRT est difficile (FR comminutives). Avec risque d’arthrose et de prothèse ultérieurement.
1. Etiologies : AC ; Chute d’un lieu élevé (AT) : Compression verticale + composante valgus/varus.
AS (torsion) : association de lésions ligamentaires.
2. Physiopath : mécanisme indirect de compression

Compressions axiales Compression latérale « pare-ch » Compression mixte


traumatisme axial pur. Valgus forcé met en tension le Compression axiale +/-
La force se répartit également sur les ligament latéral médial  varus/valgus forcé. La résultante
deux plateaux tibiaux, fracture fracture de la tubérosité tibiale oblique des deux forces
séparation des deux tubérosités ou latérale si ce ligament résiste. vulnérantes s'exerce sur une seule
fracture bi-tubérositaire simple en tubérosité,  fracture spino-
T,V,Y inversé. tubérositaire*.
*épines tibiales : éminence intercondylaire.
3. Anapath : lésions anatomiques élémentaires :

Fracture séparation.

Fracture tassement.

Fracture mixte.

a. Fractures uni-tubérositaires : le groupe le plus important.


Externes (60%) : Type I : mixte, la plus fréquente.
Type II : Fr séparation, rare.
Internes (10%) : Fr séparation le plus souvent.
b. Fractures bitubérositaires : associent une fracture diaphysaire et une fracture epiphysaire.
Type I (Simples) : en V, T, ou Y inversé +/- 4ème fragment (tubérosité tibiale ant).
Type II (Complexes) : forme compliquée de la fracture mixte de la tubérosité externe associant à
celle-ci une fracture diaphyso-épiphysaire.
Type III (communicatives) : Elle associe une fracture mixte externe, une fracture - séparation ou une
fracture mixte interne à la fracture dia-épiphysaire.

c. Fractures spino-tubérositaires :
Interne : la plus fréquente
Type I : déplacement nul/minime.
Type II : le fragment diaphysio-epiphysaire se subluxe en haut et en dehors.
Type III : le fragment diaphysio-epiphysaire se luxe en haut et en dehors, au cours du déplacement
le condyle fémoral correspondant vient enfoncer la partie postéro interne de la tubérosité externe.
Externe.
d. Fracture postérieure

Le scanner permet de voir des lésions invisibles à la radio simple.


4. Traitement :

a. Traitement orthopédique : Réservé aux fractures peu ou pas déplacées et aux sujets très âgés ou
inopérables.

Gouttière plâtrée/ pl cruro-pédieux : pdt 45 J ; risque de raideur ; risque de cal vicieux.


Traction mobilisation : diminue le risque de raideur.

b. Traitement chirurgical :
1. Ostéosynthèse des fractures-séparation : vis ou une plaque vissée.
Mobilisation douce et précoce pour récupérer la flexion.
Vissage percutané possible avec un contrôle arthroscopique.
2. Fractures séparation +enfoncement : Relever le plateau (fragments d’os spongieux et le cartilage).
Étayer par une greffe osseuse en dessous (+/- broches).
Ostéosynthèse du fragment séparé : vis/plaque.
Contrôle arthroscopique, mobilisation douce et précoce.

3. Fractures complexes : Abord mini-invasif


Ostéosynthèse par une ou deux plaques.
Fractures ouvertes : utiliser des fixateurs externes avec des broches dans les
fragments proximaux.