Vous êtes sur la page 1sur 2

LUXATION DU COUDE

1. Définition : perte de contact totale et permanente post


traumatique entre ext inf de l’humérus et ext sup des deux os de
l’avant-bras.
2ème Lux après celle de l’épaule !
S. jeune+++ (accident de sport).
Le coude est un complexe articulaire composé de 3 articulations
mobiles:
–Articulation huméro-ulnaire : ginglyme (trochléenne).
–Articulation huméro-radiale : sphéroïde (énarthrose).
–Articulation radio-ulnaire proximale : cylindrique (trochoïde).

2. Appareil ligamentaire :
Ligament latéral interne++ (élement fibreux base de la stabilité de l’art) : Trois
Fx : ant ; moy ; post, s’insèrent tous sur l’épicondyle médial.
Ligament latéral externe : de l’épicondyle médial  pourtour du ligament
annulaire.
Ligament annulaire : assure la stabilité de l’art radio-ulnaire proximale.
3. Stabilité articulaire : l’art du coude est très stable en raison de :
Conformité des surfaces art.
Solidité des ligaments passifs.
Action puissante des muscles du coude ( ex : biceps et triceps brachiaux).

4. Mouvements
Flexion-extension : Autour d’un axe transversal. Prono-supination : autour d’un axe longitudinal.
Entre : d’une part : Grande cavité sigmoide cupule à partir d’une position de référence :
radiale. D’autre part : trochlée et capitulum. coude fléchi à 90°- Main verticale-Pouce en haut-
Flexion : 140°-160°. Extension : 0° / Hyper Paume de la main regarde en dedans.
extension : 5°-10°. art : huméro-radiale ; radio-ulnaires prox et dist
Pronation : 85° ; Supination : 90°.
5. Mécanisme-étiologie :
Luxation post : chute sur la paume de la main ; Mb sup en rétropulsion et coude en extension.
Luxation ant transolécranienne : Chute sur la face post de l’avant-bras, coude fléchi.

6. Clinique :
Interro : Circonstances de l’accident ; nature du trauma ; heure et date de l’accident ; H du dernier repas.
Inspection : ATMS (Dessault) Douleur et impotence font. ; Art en flexion (60°) main en demi-pronation.
Raccourcissement de l’avant-bras.
Déformation souvent importante ( œdème couvrant les saillies), caractéristique par modification des axes
du membre.
Coude volumineux. Saillie de l’olecrane en arrière ; coup de hache postérieur.
Dépression rétro-humérale ( Signe d’Ombredanne).
L’ecchymose  Fractures++ ( épicondyle medial /latéral) / Lésion ligamentaire.
Palpation : Disparition de la ligne de Hunter(Malgaigne) et du triangle de Nélaton.
Recherche des lésions associées : Etat cutané.
Comp vasculo-Nx : PCC du membre ; sensibilité et motricité des 3 nerfs.
Lésions osseuses associées.

7. Imagerie : Rx conventionnelle face et profil.


préciser : déplacement pour classer le type de luxation.
lésions osseuses associées.

8. Traitement : URGENCE THERAPEUTIQUE : réduction sous AG de courte durée ( ne pas attendre que le
malade soit à jeun !).
Réduction : 1. traction longitudinale dans l’axe de l’a-b ( manuelle ;
poids ; simple gravité) + contre-extension à la pointe distale de l’humérus.
2. Mise en flexion progressive puis manœuvre de pression
directe sur l’olécrâne (Dans les luxations postérieures à composante
externe ou interne, cet effort de propulsion s’exercera dans le sens
inverse du déplacement constaté).
Immobilisation : Coude fléchi à 90° ; gouttière platrée pdt 2 semaines ( 3 si tendance à
reluxation facile).
Contrôle radio : immédiat ! puis à J8.
Si réduction invincible  TCH ! ( stabilisation par embrochage huméro-radial).
Rééducation.

9. Complications : Raideurs : Luxation avec fracture de l’ext sup de l’ulna ++. /


Prévenue par la rééducation.
Ostéome post-traumatique : ou ossification hétérotropique [formation anormale d'un os,
qui se retrouve à un endroit du corps où il ne devrait pas se trouver normalement]. Du aux mouvements
passifs forcés lors de la rééducation.
Arthrose post-traumatique : à long terme (~ 10 ans).

10. Fractures associées


- Fractures de l’épitrochlée.
-Fractures de la tête radiale (classification de Mason)  Non-déplacées : Mason type I.
 Déplacées avec séparation (Mason type II).
 Fractures comminutives (Mason type III)
-Fractures de la coronoïde.
-Fractures de l’olécrâne