Vous êtes sur la page 1sur 4

CHAPITRE I :COUTS COMPLETS

I. NOTIONS DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE


1) Pourquoi une Comptabilité Analytique ?
Contrairement à la comptabilité générale, la tenue d’une comptabilité analytique n’est pas
exigée par une loi, ni par un texte réglementaire. C'est dire que sa tenue n'est pas
obligatoire.
Cependant les entreprises gagneraient à mettre en place une Comptabilité analytique pour
les raisons suivantes :
a) le suivi de la rentabilité des produits :
Lorsqu'une entreprise fabrique et commercialise plusieurs produits, la comptabilité
générale dégage un résultat global. Elle est incapable de déterminer les produits «
bénéficiaires» et les produits «déficitaires».
La comptabilité analytique vient en complément de la comptabilité Générale pour pallier
cette insuffisance.
Exemple :
L’entreprise ABC fabrique trois produits (P1 ; P2 ;P3).
Pour l'exercice N, elle a réalisé un bénéfice de 50 millions comme indiqué ci-dessous :
Résultat Global P1 P2 P3
Comptabilité Générale 50 ? ? ?
Comptabilité Analytique 50 +75 -30 +5
Comme vous le constatez, la comptabilité générale ne dégage pas la part de chaque produit
dans le résultat bénéficiaire de 50 millions.
La Comptabilité analytique nous renseigne que les 50 millions de bénéfice = 75 - 30 + 5.
b) La Comptabilité analytique est un outil de gestion :
A partir de l’exemple ci-dessus, l'entreprise ABC peut décider soit d'arrêter de fabriquer
le produit P2, ou de continuer à le fabriquer tout en cherchant les voies et moyens pour qu’il
soit rentable.
c) La détermination des bases d'évaluation de certains éléments du bilan
La Comptabilité analytique permet de valoriser les stocks, la production immobilisée.
d) La gestion prévisionnelle :
La Comptabilité analytique permet d'établir des prévisions de charges et de produits
courants (Coûts préétablis et budgets d'exploitation par exemple), d'en constater la
réalisation et d'expliquer les écarts qui en résultent.
e) La fixation du prix de vente :
Le prix de vente peut être fixé en ajoutant au coût de revient la marge.
Prix de Vente = Coût de Revient + Marge

1
2) Notion de coûts :
- Le coût d'un bien est l'ensemble des charges supportées par l'entreprise et
occasionnées par l'exploitation dudit bien ; il est associé à l'idée d'un flux interne.
- Le prix est l'expression monétaire de la valeur d'une transaction ; il est associé à
l'idée d'un flux externe.
- Un coût de revient est constitué par l'ensemble des charges supportées jusqu’au
stade final d'élaboration du produit.
3) Eléments constitutifs des coûts de revient (Charges incorporables)
Les charges prises en considération par la Comptabilité analytique ne sont pas égales
aux charges de la Comptabilité Générale. Ces charges appelées charges incorporables
comprennent les charges de la Comptabilité Générale auxquelles on retranche les
charges non incorporables et on ajoute les charges supplétives.
Charges de la Charges
Charges Incorporables = Comptabilité - Non + Charges Supplétives
Générale Incorporables

a) Les charges de la Comptabilité Générale : Charges classées par nature dans le


« Compte de résultat ».
b) Les charges non incorporables : Ce sont
- Les charges qui n'ont pas un caractère habituel bien qu'elles relèvent de l'activité
normale de l'entreprise ; c'est le cas des charges pour dépréciation.
- Les charges HAO, les pénalités.
- Les charges qui ne concernent pas la période analytique considérée. Il s'agit de
l'application du postulat de la spécialisation des exercices. Par exemple lorsque la
période analytique est le trimestre, en calculant les coûts de la production du 2ème
trimestre, on ne doit prendre en compte que les consommations de charges de ce
trimestre et seulement celles-ci.
NB : la TVA récupérable et l’ADIT (Avance sur Divers Impôts et Taxes) ne sont
pas des charges.
c) Les charges supplétives : Ce sont
- Les charges à modifier en comptabilité analytique. Par exemple au cas où les
amortissements techniques sont supérieurs aux amortissements comptables, il y
a lieu d'ajouter la différence entre ces amortissements aux charges de la
comptabilité générale.
Exemple : Amortissement linéaire (comptable) = 1 000 000 * 10 % = 100 000
Amortissement technique = 1 000 000 * 25 % = 250 000 Donc
Amortissement supplétif = 250 000 – 100 000 = 150 000 (la période analytique étant ici, l’année)

- Les charges qui ne sont pas constatées en comptabilité générale et qui doivent
être incluses dans les charges incorporables.
Exemple : La rémunération conventionnelle des capitaux propres pour les sociétés ou
du compte de l'exploitant pour les entreprises individuelles.

2
EXERCICES DE SYNTHESE / CHARGES INCORPORABLES

EXERCICE1: La société SKS au capital de 70 000 000 F CFA, est spécialisée dans la
fabrication d’un produit cosmétique féminin. Le capital a été entièrement libéré dès
la constitution de la société ; les statuts prévoient que les apports des actionnaires
seront conventionnellement rémunérés à 5 % l’an.
La société fabrique 40 000 unités par an et a mis en place en N une comptabilité
analytique dont l’objectif est de calculer les coûts et résultats analytiques
trimestriels. La production est linéairement répartie sur les trimestres de l’année.
Pour le premier trimestre N, les charges recensées par le comptable sont les
suivantes :
Achats de matières premières 33 500 000
Frais sur achats 3 500 000
Salaires 15 000 000
Loyers et charges locatives 12 000 000
Dotations aux amortissements 12 000 000
Eau et électricité 8 500 000
Téléphone 4 000 000
Charges pour dépréciations 1 500 000
Dotations aux provisions 2 500 000
Autres frais généraux 6 562 500
Total 99 062 500
Informations diverses sur certains postes :
- Loyers et charges locatives : il s’agit d’un bail commercial dont le loyer annuel est
payable d’avance
- Dotations aux amortissements : une machine acquise pour 15 000 000 F et amortie
linéairement sur 5 ans ne peut excéder 3 ans.
- Téléphone : ce poste enregistre la facture du mois de décembre N-1 pour 1 000 000 F.

TAF :
• Sachant que toute la production du trimestre est vendue, calculez le coût de
revient (montant des charges incorporables) et le prix de vente si la société
applique une marge égale à 20 % du coût de revient.
• Quel serait le résultat si la société appliquait un taux de marque de 20 %

3
EXERCICE N°2 : Au cours du mois de décembre une entreprise a enregistré les
charges suivantes :
Eléments Montants Périodicités
Achats non stockés
Eau 2 120 000 Semestriel
Fuel 1 600 000 Trimestriel
Autres charges
Locations 1 880 000 Trimestriel
Entretien et Réparation 390 000
Personnel extérieur 840 000
Honoraire cabinet fiscal 2 400 000 4 mois
AMAP (publicité) 280 000
Transports biens et personnel 570 000
Impôts et taxes 720 000 Annuel
Charge de personnel 3 200 000
Charge financière 420 000 Annuel
Charge HAO (VCN) 1 620 000
1) Renseignement :
2) -Il y a lieu de considérer que les amortissements 3 120 000 /an seront
enregistrées lors de l’inventaire de décembre
3) -l’exploitant prélèvement mensuellement 170 000. Cette charge n’est pas
comptabilisée en compte 66 mais doit être incorporée dans les coûts
4) -l’incorporation de charge périodique doit être étalé sur l’ensemble de la période
de couverture (12 mois)
5) -l’abonnement mensuelle de charge périodique représenté 3 200 000
TAF :
1) déterminer le montant des charges incorporées
2) Calculer le montant des différences d’incorporation
3) Quel est leurs incidences sur les couts ?

Vous aimerez peut-être aussi