Vous êtes sur la page 1sur 32

VENDREDI 10 AVRIL 2020

76E ANNÉE– NO 23406


2,80 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE

A. JEROCKI/DIVERGENCE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

LE MONDE DES LIVRES — SPÉCIAL 4 PAGES  BREF ÉLOGE DU CONFINEMENT, PAR LYDIE SALVAYRE, PRIX GONCOURT 2014

Récit
▶ Infirmières, urgentistes,
généralistes, psychiatres,
Ils ont guéri du 
internes, sages­femmes, Covid­19 : « Si les 
aides­soignants… « Le
Monde » rend hommage, gens connaissaient 
dans une édition spéciale,
aux blouses blanches,
cette cochonnerie »
en première ligne face Célèbres ou anonymes,
ils ont été hospitalisés.
au Covid­19 Aujourd’hui rentrés chez
▶ Depuis le 22 mars, une eux, ils se remettent dou­
quinzaine de soignants cement et témoignent
PAGE S 2- 3
racontent, avec leurs mots,
leur expertise et leurs
émotions, la crise sanitaire Enquête
dans laquelle le SARS­
Sur les traces 
JOURNAL DE CRISE CoV­2 a plongé la France
SU P P LÉ ME N T 16 PAG ES du « patient 
zéro » en France

DES  BLOUSES Quelle est la première per­


sonne à avoir été infectée
par le Covid­19 en France ?
« Le Monde » a eu accès
à l’enquête épidémiologi­
que qui remonte la chaîne

BLANCHES
de contamination dans
l’Oise, où les premiers cas
sont apparus
PAGE S 20- 21

1
É D ITO RI A L
VOTER AU TEMPS
DU CORONAVIRUS
AGATHE DAHYOT/D’APRÈS GEORGES GOBET/AFP
PA GE 31

Démocrates Sanders abandonne la campagne Etats­Unis Idées Entretien


Christine Lagarde Pour Pascal Lamy,
le sénateur du vermont, déjà
candidat malheureux en 2016, a
Le lourd tribut juge vital un volet la crise impose
annoncé, mercredi 8 avril, son re­
trait de la course à l’investiture
des Afro­ budgétaire une nouvelle façon
puissant pour de penser
démocrate, sans même attendre
les résultats, le 13 avril, de la pri­ Américains la zone euro la mondialisation
maire dans le Wisconsin.
Largement distancé par Joe Bi­
den, l’ancien vice­président de
au Covid­19 PAGE 29 PAG E 19

Barack Obama, le sénateur indé­


pendant, âgé de 78 ans, a porté La proportion de Noirs
pendant près de quarante ans des tués par l’épidémie dé­ Politique Economie
idées socialistes, longtemps in­ passe de loin leur poids
concevables aux Etats­Unis, et a démographique. A Chi­ Le projet d’un Le climat sera­t­il
fortement influencé la campa­
gne, notamment chez les jeunes. cago, ils représentent 67 % traçage numérique au cœur
« Il n’existe virtuellement pas de des décès, pour 32 % de la de la population des plans
chemin vers la victoire », a déclaré population. En Louisiane,
Bernie Sanders à ses militants, 70 % des morts, pour 32 % par smartphone de relance de
avant de se rallier au centrisme
« très respectable » de Joe Biden.
de la population. divise la majorité sortie de crise ?
A Washington, le 15 mars. AFP / MANDEL NGAN/AFP PAGE 7 PAGE 6 PAGE 10 PAGE 17

Cette édition spéciale du Monde « Journal des blouses blanches » a été réalisée avec le soutien de

Les revenus publicitaires de ce numéro sont reversés sous forme de don à la Fondation de France « Tous unis contre le virus »

Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,10 €, Cameroun 2 400 F CFA, Canada 5,70 $ Can, Chypre 3,20 €, Côte d'Ivoire 2 400 F CFA, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,20 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 330 HUF, Irlande 3,50 €, Italie 3,50 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 3,20 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,20 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
CORONAVIRUS
0123
2| VENDREDI 10 AVRIL 2020

La lente guérison 
des malades frappés
par le Covid­19
Sortis de réanimation, affaiblis et amaigris par
le virus qui les a mis « à plat », ils estiment avoir eu « de
la chance » et saluent le dévouement des soignants

L
e Covid­19 n’aura eu virus, avant l’apparition des symp­ Des médecins
raison ni de Roland « CHAQUE JOUR, tômes, pendant ou après. auscultent
Castro ni de son sens JE ME RENDS COMPTE Stéphane Attal a ainsi perdu ces un malade
aigu de la dérision. A deux sens le temps de son passage du Covid­19,
79 ans, l’architecte­ur­ QUE CE N’EST PAS en réanimation. Transporté à l’hô­ le 8 avril,
baniste vient de pas­ pital Bichat « dans un caisson » le dans un
ser quinze jours hospitalisé, placé LA CONVALESCENCE 8 mars, ce Parisien de 58 ans est centre de
sous oxygène, mais au bout du fil, resté près de trois semaines hospi­ médicalisation
sa voix caverneuse gronde : « Il ne
D’UNE SIMPLE GRIPPE » talisé, dont six jours en réanima­ installé
faut surtout pas mourir en ce mo­ MAURICE tion. Il a aussi perdu la vision de dans un hôtel
ment ! Toutes ces morts clandesti­ Mulhousien de 50 ans loin, qu’il a retrouvée une semaine Première classe
nes, c’est le pire dans cette crise, t’as après sa sortie de l’hôpital. de Perpignan­
le droit à personne ! Moi, je veux un Aujourd’hui, ses stigmates sont Sud.
monde fou à mon enterrement ! » ne permet pas de répondre avec une toux persistante et une « fati­ L’établissement
Chaque jour, depuis le début de la précision. gue intense que j’assimile à un ré­ de 70 chambres
pandémie, une litanie de statisti­ Maurice (le prénom a été veil d’anesthésie générale, sauf que a été
ques plus anxiogènes les unes que changé), Mulhousien de 50 ans, ça dure toute la journée », raconte­ réquisitionné
les autres. En France, au 8 avril, décrit un processus « extrême­ t­il entre deux toussotements. par la
30 217 personnes étaient hospitali­ ment long : chaque heure, chaque préfecture.
sées, dont 7 019 en réanimation ou jour, je me rends bien compte que Rééducation des poumons J.-C. MILHET
soins intensifs, selon l’organisme ce n’est pas la convalescence d’une Le cofondateur de l’agence d’opi­ POUR « LE MONDE »
de sécurité sanitaire Santé publi­ simple grippe. C’est une saloperie, nion Les influenceurs est tombé
que France (SPF). Et puis il y a les ça met complètement à plat ». Cet malade le 2 mars, en même temps
chiffres qui donnent espoir. De­ artisan­commerçant, « sans doute qu’un de ses amis, âgé de 70 ans,
puis le 1er mars, 21 253 patients contaminé lors d’un dîner entre décédé en quelques jours sans
français sont rentrés à leur domi­ amis fin février », a été hospitalisé avoir été hospitalisé : « Il m’a sauvé
cile. « 98 % des gens guérissent », dans la nuit du 11 au 12 mars en la vie, c’est grâce à lui que j’ai insisté
rappelait Jérôme Salomon, direc­ soins intensifs à l’hôpital Pas­ pour être pris en charge », affirme­
teur général de la santé, le 10 mars. teur­2 de Colmar, après deux ma­ t­il, invoquant, pour seul antécé­
Admis aux urgences de la Pitié­ laises chez lui à quelques jours dent, une « hypertension fami­
Salpêtrière le 16 mars, où on lui a d’intervalle. Le généraliste lui avait liale ». Des gestes du quotidien
diagnostiqué une pneumonie, d’abord diagnostiqué une grippe, comme faire la cuisine ou se laver
Roland Castro a été transféré le avant que son état s’aggrave. « On sont encore éprouvants, alors il
lendemain dans le service de réa­ m’a expliqué que les malaises, passe la plupart de son temps as­
nimation du Plessis­Robinson c’était parce que j’étais en détresse sis : « Faire cuire un œuf me provo­
(Hauts­de­Seine), avant d’être con­ respiratoire, mais je ne l’ai pas vu que des douleurs dans le dos, et la
duit deux jours plus tard à l’hôpi­ venir, je ne toussais pas. » douche, c’est un marathon, je sors
tal Ambroise­Paré de Boulogne­ en sueur. » Il n’a pas de médica­
Billancourt. Il n’a toutefois pas eu « Fatigue intense » ments à prendre et ne se soigne
besoin d’être intubé. « J’avais dit A l’hôpital, après un test positif au qu’avec du paracétamol. Pour réé­
d’accord, mais pas d’acharnement. Covid­19, le verdict tombe : pneu­ duquer ses poumons et dissiper
Il y a eu au préalable une discussion mopathie. Le poumon droit a subi « l’étau » au milieu de sa poitrine,
avec le docteur, avec ma femme… d’importantes lésions. Les méde­ le médecin lui a recommandé de
Ils pensaient comme moi qu’il ne cins évoquent la possibilité de l’in­ marcher dix minutes tous les
fallait pas ramasser un légume. » tuber mais réussissent à le stabili­ jours autour de chez lui.
Il était pourtant « un bon client », ser après huit jours à recevoir jus­ Les kinésithérapeutes ayant dû
comme il dit. Problèmes respira­ qu’à 10 litres d’oxygène. fermer leurs cabinets depuis le
toires, antécédents cardiaques… Dix jours après sa sortie, le 17 mars, Marina (le prénom a été
« Je pense que mes proches ont été 22 mars, le quinquagénaire – qui se changé), 62 ans, est elle aussi con­ plupart ont éteint leur télévision. raient les consignes. On est comme
inquiets mais ils se disaient “Ro­ dit en bonne santé et sans antécé­ trainte de faire, seule, ses exercices Trop anxiogène. « ON VOIT TELLEMENT une bougie qui s’éteint, ça va très
land, il a une carcasse qui tient le dents particuliers – se sent « extrê­ quotidiens pour se remuscler les « Voir cette ville morte, c’est bi­ DE GENS QUI PRENNENT  vite, il y en a qui partent et n’ont pas
coup”. Ils n’ont pas eu tort. Je suis mement faible » : « J’ai perdu un peu jambes et les poumons. Cette re­ zarre… Je me demande comment je le temps de se rallumer », image
content d’être sorti du lot. » moins de 10 kg et beaucoup de traitée du Lot­et­Garonne, victime vais faire sans bistrots pendant ÇA À LA LÉGÈRE : Marina, à qui les médecins ont
Aujourd’hui, il ne présente plus masse musculaire, j’ai encore mal par le passé de plusieurs graves tout ce temps », s’interroge Roland donné de l’hydroxychloroquine,
aucune difficulté respiratoire, au poumon, je suis très vite essouf­ maladies dont une myasthénie Castro, qui préfère voir le verre à ON EST JEUNES mais ont immédiatement cessé
mais il n’a pas encore récupéré flé. » Il ressent le besoin de faire (maladie neuromusculaire auto­ moitié plein : « Quand je sors, je ne quand ils ont constaté des compli­
tous ses moyens. « Je me repose chaque après­midi une sieste de immune), a été l’une des premiè­ suis pas obligé de mettre un mas­
MAIS PAS IMMUNISÉS » cations cardiaques. « Je n’ai pas été
beaucoup, j’ai du boulot mais je ne trois heures, mais assure ne pas res personnes contaminées prises que, je suis immunisé. Mon histoire INÈS consciente de ce qui m’arrivait,
fais rien, je dors. » avoir le sommeil agité la nuit, et en charge à l’hôpital Pellegrin de est assez sympathique, finale­ étudiante à la Sorbonne donc je n’ai pas eu peur plus que
La guérison du Covid­19 est en­ commence à remarcher. Bordeaux et « la première à en être ment. » Maurice, lui, redécouvre ça. » Aujourd’hui, la jeune retraitée
core mal connue. Combien de Comme Roland Castro, Maurice sortie guérie », précise­t­elle avec des plaisirs simples. La joie de res­ se sent « paisible ».
temps faut­il pour s’en remettre affirme n’avoir pas subi d’anos­ une pointe de fierté. Hospitalisée pirer tous les matins quand il se t­elle, le ton énergique. Le matin, je Chez d’autres, surgissent parfois
complètement ? Y a­t­il des risques mie (perte de l’odorat) ni de dys­ dans la nuit du 4 au 5 mars, elle a lève. La nature, aussi. « Quel plaisir me réveillais et ça allait, et le soir, quelques moments d’angoisse :
de séquelles pour les patients gra­ gueusie (altération du goût), ce qui été plongée dans un coma artifi­ de regarder un cerisier en fleurs, j’en les symptômes revenaient. Pen­ « On a toujours un peu peur de la
vement touchés ? Le peu de recul est fréquemment observé chez les ciel durant douze jours et n’a pu ai pleuré quand je suis rentré de dant deux à trois jours, je ne pou­ rechute. Il y a deux ou trois jours,
des médecins sur cette pathologie personnes infectées par le corona­ rentrer chez elle que le 4 avril. l’hôpital. Lorsque les pompiers sont vais plus lire, j’avais trop mal à la j’avais des symptômes d’angine, le
L’alitement lui a fait perdre venus me chercher, je ne savais pas tête et ça me demandait trop de médecin m’a rassuré, ce sont les
10 kg. Marina n’a aucun traite­ si je reverrais la maison. » concentration. » Six jours avant de muqueuses qui sont inflammées
Le confinement prolongé au-delà ment particulier à suivre. Juste
des prises de sang pour surveiller « Peur de la rechute »
tomber malade, elle était à
Disneyland, où elle pense avoir
avec l’apport d’oxygène, témoigne
Maurice. Mais ça pose plein de
du 15 avril les carences et une piqûre quoti­ Inès, étudiante en langues à la été contaminée. Le seul test au questions. Déjà, pourquoi je suis
Déjà prolongé une première fois jusqu’au 15 avril, le confinement dienne par une infirmière pour Sorbonne, a dû se montrer pa­ Covid­19 qu’elle a subi, à l’hôpital, revenu alors que d’autres non ? Ce
(entré jeudi dans son 24e jour) va se poursuivre au-delà de cette éviter les risques de phlébite. tiente avant de pouvoir rejouer du s’est révélé négatif mais les méde­ n’était pas mon heure… »
date, a prévenu l’Elysée, mercredi 8 avril dans la soirée, sans pré- « Lundi dernier je ne marchais pas, piano. Après quatre jours passés à cins ont soupçonné un « faux né­ A 84 ans, Geneviève a contracté
ciser la durée de ce nouveau délai. Le sujet devrait être abordé là je fais quelques pas toute seule. l’hôpital de Melun (Seine­et­ gatif ». Si elle a accepté de témoi­ le virus lors d’un séjour en Espa­
lors de la prochaine allocution d’Emmanuel Macron aux Fran- Je me lave et je remange seule », Marne), dont deux nuits sous oxy­ gner, c’est parce qu’elle « voit en­ gne, fin février. La maladie a em­
çais, prévu lundi 13 avril au soir. La France a enregistré mercredi explique­t­elle au lendemain de gène, et quatorze jours de mala­ core tellement de jeunes ou de fa­ porté son beau­frère, âgé de 72 ans,
un nouveau très lourd bilan quotidien dans les hôpitaux, avec son retour, se sentant simple­ die, la jeune fille de 19 ans s’estime milles sortir avec des poussettes, de qui était du voyage. « J’ai eu de la
541 décès supplémentaires en 24 heures, soit un total de 7 632 ment « encore un peu fébrile ». enfin guérie, sans le moindre gens qui prennent ça à la légère : on chance, résume­t­elle sobrement.
morts depuis début mars. S’y ajoutent 3 237 victimes déjà recen- Pour tous les patients de retour symptôme dix jours après sa sor­ est jeunes mais pas immunisés ». Je me sentais comme une loque et
sées dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux, soit chez eux, le confinement vient tie, le 23 mars. « Je ne savais pas « Si les gens savaient ce que c’est j’étais sûre que je ne m’en sortirais
un total de 10 869 décès provoquées à cette date par l’épidémie. s’ajouter à la convalescence. La quand ça allait se terminer, confie­ que cette cochonnerie, ils respecte­ pas. » Vivant seule, elle est allée
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 coronavirus | 3

La mise à l’isolement dans des hôtels reste rare en France


La Mairie de Paris propose des solutions d’hébergement pour éviter que les personnes infectées contaminent leurs
proches. Près de Perpignan, le recours à une structure hôtelière permet déjà de libérer des lits à l’hôpital

P our contrôler l’épidémie


de Covid­19, la France n’a
jusqu’à présent pas fait le
choix d’isoler les personnes con­
taminées dans des structures hô­
La préfecture a alors cherché un
hôtel avec une coursive extérieure
qui permette aux malades de pou­
voir s’aérer et discuter entre eux
sans risque. Après avoir essuyé
Fédération française de sauvetage
et de secourisme (FFSS) qui assu­
rent la logistique du dispositif.
Deux membres de l’association
sont présents en permanence
« Ce n’est pas
la mission
de l’hôpital
vraient être limités, selon la pré­
fecture, qui réglera la facture hôte­
lière, à 35 euros la nuit pour cha­
que chambre. Après avoir compté
jusqu’à 22 chambres occupées,
telières. L’idée semble pourtant quelques refus, le choix s’est porté pour apporter à manger aux ma­ de contrôler l’hôtel accueillait, mardi, moins
faire son chemin : dans un cour­ sur un établissement de 70 cham­ lades, débarrasser, s’occuper d’une dizaine de patients. « Ils ne
rier adressé lundi 6 avril au pre­ bres de la chaîne Première Classe. d’eux. Médecins du monde s’as­
l’épidémie » sont pas là en vacances, mais, à
mier ministre, Edouard Philippe, Les malades y sont acheminés par sure de la partie médicale avec un BRUNO RIOU part deux personnes qui ont quitté
la Mairie de Paris a proposé de ambulance. La grande majorité médecin et une infirmière pré­ directeur médical le dispositif [les malades sont vo­
« faciliter la mobilisation de sites d’entre eux sortent d’hospitalisa­ sents en permanence. de crise de l’AP-HP lontaires], tous se félicitent de l’ini­
dédiés et d’hôtels » pour héberger tion et sont toujours porteurs du « C’est une opération inédite qui a tiative. Ils sont bichonnés, ont la té­
les Parisiens touchés par le virus virus, les autres ayant été orientés beaucoup intéressé le ministère. Un lévision dans la chambre. Mais les
et qui « ne peuvent être confinés là par les centres Covid. consul de Suisse est même venu l’hôtel, le conseil départemental, visites sont interdites, ils sont là
chez eux dans des conditions satis­ Les employés de l’établisse­ voir comment cela fonctionnait. Le qui fournit les repas, Médecins du quand même sur instruction médi­
faisantes pour protéger leur en­ ment, hormis le veilleur de nuit dispositif, tout à la fois sanitaire et monde et la FFSS », se félicite le pré­ cale », précise M. Chopin. 
tourage d’une contamination ». qui est resté à son poste, ont été solidaire, fonctionne grâce à un fet. Les coûts du dispositif, répartis rémi barroux
A l’agence régionale de santé remplacés par des bénévoles de la partenariat entre l’Etat, qui paye entre plusieurs structures, de­ et françois béguin
(ARS) d’Ile­de­France, on ne ferme
pas la porte à une telle solution,
déjà mise en œuvre dans d’autres
pays. Si le sujet n’est pas identifié
comme prioritaire, on assure
qu’une « réflexion active » est me­
née de manière à « être capable de
répondre le jour J », si une telle dé­
cision devait être prise.
Si des patients atteints du Co­
vid­19 ont été mis à l’isolement
dans des hôtels ces dernières se­
maines, à travers le pays, c’est
d’abord pour soulager des hôpi­
taux sous forte tension. L’Assis­
tance publique­Hôpitaux de Paris
(AP­HP) a ainsi annoncé, le 5 avril,
l’ouverture de 38 places dans les
locaux du centre national d’en­
traînement de la Fédération fran­
çaise de tennis, dans le 16e arron­
dissement de Paris, afin d’ac­
cueillir des patients « dont l’état
de santé ne nécessite plus d’hospi­
talisation mais qui ne peuvent pas
encore rentrer à domicile pour des
raisons de contagiosité de leur en­
tourage ». Objectif affiché : libérer
des lits d’hospitalisation. « Ce n’est
pas la mission de l’hôpital de con­
trôler l’épidémie, il n’a pas les
moyens de mettre en œuvre un
plan d’isolement des malades à
grande échelle », souligne Bruno
Riou, le directeur médical de crise
de l’AP­HP, qui regrette qu’un tel
concept, « essentiel », « n’ait pas
été mis en place en France ».

« Anticipation »
Dans les Pyrénées­Orientales, de­
puis le 26 mars, c’est un hôtel de la
périphérie de Perpignan qui ac­
cueille des malades atteints du Co­
vid­19 ou des patients présentant
les symptômes de la maladie. Ils
sortent d’une hospitalisation ou
habiter chez sa fille lorsqu’elle a ils sont envoyés par un des onze
quitté l’hôpital de Soissons centres Covid du département des
(Aisne), mi­mars, après six jours Pyrénées­Orientales. « L’initiative
sous oxygène. « Il y a plein de cho­ vient des médecins du centre hospi­
ses que je ne peux plus faire. Ma fille talier de Perpignan qui estimaient
fait tout car je n’ai plus d’énergie. que de nombreux lits étaient occu­
L’avantage, c’est que je suis chou­ pés par des patients qui auraient
choutée », s’amuse­t­elle. Petit à pu les libérer. Ils invoquaient un be­
petit, les sensations reviennent : soin impératif d’avoir le plus grand
« Quand j’ai réussi à manger, c’était nombre de lits disponibles en anti­
formidable !, s’exclame­t­elle. Boire cipation de la vague attendue », ex­
de l’eau, c’était comme revivre. » plique Philippe Chopin, le préfet
Tous ces ex­malades rendent du département.
hommage au personnel soignant Les médecins libéraux, présents
« du grand professeur à l’aide­soi­ dans les centres Covid qui ac­
gnante ». « Sans eux, je ne me se­ cueillent et diagnostiquent – sans
rais peut­être pas battue comme je toutefois toujours tester – la mala­
l’ai fait », admet Marina. Stéphane die, témoignaient aussi de la diffi­
Attal veut lancer une pétition en culté, et du risque, à laisser repar­
ligne pour que leur soit décerné le tir des malades potentiels. « De
prix Nobel de médecine cette an­ nombreux malades expliquaient
née. Le soir, après les avoir ap­ leurs difficultés à se confiner dans
plaudis à sa fenêtre, Roland de bonnes conditions, trop nom­
Castro organise des pots virtuels breux dans des logements trop pe­
avec ses proches. « On est content tits. Il fallait un lieu de confine­
de se retrouver, c’est un joli mo­ ment où ils puissent se reposer, se
ment de la vie », dit­il. La veille, un soigner sans risque pour eux et
voisin est passé lui apporter un pour les autres », ajoute M. Cho­
couscous. « A tomber par terre, pin. D’autant plus que la ville de
c’était bon, bien piquant ! » Le vi­ Perpignan a, un temps, représenté
rus n’aura pas non plus eu raison un cluster dynamique de la mala­
de sa gourmandise.  die, avec des risques de propaga­
élisabeth pineau tion rapide, notamment dans les
et chloé ripert quartiers populaires.
0123
4 | coronavirus VENDREDI 10 AVRIL 2020

« L’expérience des épidémies s’est perdue en France »


L’infectiologue Renaud Piarroux prône un suivi étroit des cas sur le terrain, parallèlement au confinement

En région parisienne, des foyers Covid-19 plus actifs dans certaines communes et certains arrondissements
Localisation des patients testés positifs au Covid-19 dans les hôpitaux Nombre de tests positifs pour 10 000 habitants
de l’AP-HP*, selon leur code postal de résidence
de 0 à 2 de 2 à 4 de 4 à 7 de 7 à 11 de 11 à 16 plus de 16

10 50 150 patients

Semaine d’instauration du confinement Deuxième semaine Troisième semaine


du 12 au 18 mars du 19 au 25 mars du 26 mars au 1er avril

Gennevilliers
SEINE-SAINT-DENIS
Aubervilliers

Bobigny

HAUTS- 18e
19e
DE-SEINE
PARIS
4e

13e

Kremlin-Bicêtre
Créteil

VAL-DE-MARNE

Infographie Le Monde * ici ne figurent que les tests effectués à l'AP-HP, certains clusters
Sources : AP-HP, Renaud Piarroux, Le Monde peuvent ne pas apparaître sur cette carte

ENTRETIEN « Lorsque l’on nimation en région parisienne, à mie repartira, avec un nombre de à domicile], mais on ne lui donne surveillance là où existent des
l’AP­HP, dans les hôpitaux péri­ nouveaux cas qui peut doubler pas de masques, ni de solution hy­ clusters. D’où l’importance de la
vient au contact

P
rofesseur à la faculté de phériques, les cliniques… Mais tous les trois jours. En dix jours, il droalcoolique. Ainsi, il est suscep­ cartographie des cas.
médecine de Sorbonne des populations, nous n’avons pas été débordés pourrait être multiplié par dix ! tible de contaminer d’autres per­
Université, chercheur et comme cela a été le cas en Lom­ Bien sûr, le confinement est très sonnes sur son trajet ou à son do­ Qu’apporte cette approche
chef du service de para­
il y a des gens bardie, à Madrid, à Londres ou à difficile à supporter, sans parler micile. S’il n’est pas isolé, on a des cartographique ?
sitologie à l’hôpital de la Pitié­Sal­ qui se révèlent New York. Le confinement a per­ de la catastrophe économique chaînes de transmission, comme Elle permet de guider les inter­
pêtrière, à Paris, Renaud Piarroux mis d’obtenir un équilibre pré­ qu’il provoque. Certains pays, en témoigne la survenue de nou­ ventions. On constate par exemple
avait révélé que le camp des cas­
des aides et des caire entre les capacités du sys­ comme l’Autriche, qui a un ni­ veaux cas trois semaines après de nombreux cas dans les 18e et
ques bleus népalais déployés en relais précieux » tème de soins et l’arrivée de nou­ veau de transmission inférieur l’entrée en vigueur du confine­ 19e arrondissements de Paris, là où
Haïti après le séisme de 2010 était veaux patients. Cet équilibre a au nôtre, envisagent de lâcher du ment. Il faut identifier et isoler les se forment beaucoup d’attroupe­
bien la source de l’épidémie de aussi été rendu possible par un lest à la mi­avril. La France ne malades et les porteurs. ments. Aujourd’hui, il n’est pas
choléra qui avait ravagé l’île mise en place, il faisait beau, les énorme effort de transferts de pa­ peut pas se le permettre. Nous possible de fournir deux masques
moins d’un an après, faisant gens étaient dehors, ils étaient in­ tients vers des hôpitaux d’autres avons échappé de très peu à ce Pourquoi cette méthode n’est­ par jour à toute la population, mais
10 000 morts. Il avait aussi pro­ cités à aller voter pour le premier régions moins touchées : plus de qu’ont connu ou connaissent la elle pas systématiquement plus nous diminuerons le nombre
posé une approche de la lutte tour des municipales… Beaucoup 160 malades à ce jour transférés Lombardie ou New York, avec un appliquée ? de cas, plus nous aurons de possi­
communautaire par des équipes de contaminations ont eu lieu à depuis la région parisienne. hôpital de campagne géant dans L’expérience des épidémies et bilités d’interventions ciblant les
d’intervention rapide, ce qui a cette période. Le temps que l’infec­ Central Park. Pourtant, il n’est pas de leur gestion sur le terrain s’est zones encore atteintes. En interve­
permis d’éliminer ce fléau. Face à tion incube, que les gens tombent Le premier ministre a évoqué possible de continuer indéfini­ perdue en France, si l’on excepte nant, nous pouvons chercher des
l’épidémie de Covid­19 en France, malades, soient hospitalisés, nous une sortie du confinement ment le confinement tout en le monde humanitaire, mais MSF solutions avec la population. L’ex­
cet épidémiologiste de terrain avons retrouvé une forte hausse alors que le président ayant des hôpitaux surchargés et n’est pas dans le tour de table des périence des épidémies montre
plaide pour une approche ciblée des cas dans les quinze jours ayant du conseil scientifique insiste qui doivent aussi pouvoir ac­ cellules de crise. Du coup, des ré­ que, lorsque l’on prend le soin de
sur les cas et l’application de me­ suivi l’instauration du confine­ sur son prolongement… cueillir des personnes atteintes flexes manquent, comme celui venir au contact des populations, il
sures de suivi étroit des contacts. ment, comme en Italie. Cette première vague a déjà fait d’autres maladies graves. d’aller voir au plus près du terrain y a des gens qui se révèlent des
Nous entamons la quatrième plus de 10 000 morts et il y aura où sont les cas, d’établir une aides et des relais précieux.
semaine de confinement. Qu’a­ Comment la situation a­t­elle encore beaucoup de décès parmi Concrètement, quelle stratégie courbe épidémique sur des en­
t­il apporté jusqu’à présent ? évolué depuis ? les malades hospitalisés, de l’or­ faudrait­il mettre en œuvre ? droits précis, même si cela impli­ Le traçage par l’utilisation des
Ces trois premières semaines de Elle se calme un peu depuis une dre de 35 % d’entre eux. A quoi La France n’a pas adopté la stra­ que un énorme travail. Il est né­ données de téléphonie mobile
confinement ont atténué la vague semaine. Il existe une tendance à s’ajoutent les patients qui meu­ tégie de certains pays qui ont dé­ cessaire d’avoir des équipes mobi­ contribuerait­il à la démarche
épidémique et nous ont évité de la baisse du nombre de nouveaux rent dans les Ehpad, à leur domi­ ployé des équipes pour identifier les qui viennent voir les familles que vous proposez ?
subir une déferlante qui aurait pu cas mais celle­ci est lente, en pla­ cile… Quand on considère l’épidé­ les cas, rechercher les porteurs du où il y a des cas pour les informer, Le traçage permet de localiser
nous noyer en submergeant les teau. Le confinement a permis mie et les résultats préliminaires coronavirus dans leur entourage, les aider à se protéger pour éviter les cas de manière anonyme. Les
capacités de notre système de d’infléchir la courbe de l’épidé­ des tests sérologiques [qui per­ isoler tous les porteurs parallèle­ la transmission, les tester et isoler données personnelles – adresse,
soins. La France connaît une épi­ mie. Cependant, les services de mettent de savoir si une personne ment au confinement. Cette mé­ les porteurs du coronavirus. numéro de téléphone… – dont dis­
démie dont la trajectoire est com­ réanimation sont pleins, souvent a été infectée], nous constatons thode implique de nombreux Bien sûr, outre les problèmes de posent par exemple les centres 15
parable à celle qu’a subie l’Italie dans l’incapacité d’accepter de que le confinement a empêché tests, des enquêtes épidémiologi­ disponibilité des tests, cela pose à partir des appels ne peuvent pas
une semaine à dix jours avant nouveaux malades, travaillant beaucoup de cas, mais que, dans ques et l’isolement de toutes les celui de l’acceptabilité de l’isole­ être utilisées, du moins pour l’ins­
nous. Au début, elle était assez li­ presque à flux tendu. Pour gérer leur grande majorité, les Français personnes qui pourraient être ment, soit au domicile, soit dans tant. Alors, de grandes entreprises
mitée. Le 17 mars, jour de l’instau­ cet afflux exceptionnel, il a fallu n’ont pas rencontré le virus. Si porteuses du virus. Aujourd’hui, un hôtel ou un autre lieu. Mais, si ont proposé des solutions numé­
ration du confinement, nous en une énorme mobilisation de l’on relâche trop vite le confine­ quand un malade vient aux ur­ cette méthode n’est pas appliquée, riques totalement anonymisées.
étions à 7 700 cas et 175 décès, tous. Il y a trois semaines, nous ment, chaque personne infectée gences à l’hôpital et qu’il ne rem­ nous resterons trop longtemps Mais cela transforme les cas en
beaucoup moins que les parlions de 400 patients qu’il fau­ en contaminera plus d’une, ce qui plit pas les critères d’une hospita­ avec trop de cas. Nous devons re­ points et je ne sais pas faire porter
10 000 morts, et même au­delà, drait accueillir en réanimation à nous confrontera à une épidémie lisation, il repart avec une fiche créer ce savoir­faire, comme nous un masque à un point, ni l’aider à
actuels. Un confinement met tou­ l’Assistance publique­Hôpitaux encore plus forte qu’actuelle­ donnant quelques consignes, une avons su créer des places en réani­ protéger ses proches. 
jours du temps à produire ses ef­ de Paris (AP­HP). Nous avons ac­ ment. Sans confinement et sans invitation à s’inscrire sur Covi­ mation. Cela doit se faire pendant propos recueillis par
fets. Le week­end qui a précédé sa tuellement 2 500 patients en réa­ mesures additionnelles, l’épidé­ dom [application gratuite de suivi le confinement en renforçant la paul benkimoun

L’Elysée décide de limoger le directeur de l’ARS Grand­Est


La confirmation par Christophe Lannelongue du maintien d’un plan de réduction des postes et des lits à Nancy avait suscité un tollé

L a polémique aura été vite


tranchée. Le limogeage de
Christophe Lannelongue,
directeur de l’Agence régionale de
santé du Grand­Est, a été acté
pos ont entraîné une levée de
boucliers et un démenti du minis­
tre de la santé, Olivier Véran :
« Tous les plans de réorganisation
sont évidemment suspendus. »
res, au sein d’un seul site. Mais le
plan devait aussi intégrer des
mesures d’économies, dont la
suppression de 174 lits et
598 postes, via des non­rempla­
mortes et 4 801 y sont hospitali­
sées, à la date du 6 avril. Le CHRU
de Nancy, dont le maire Laurent
Hénart (Mouvement radical) pré­
side le conseil de surveillance, a
nonce de son côté une décision
« purement politique ». Pour lui,
M. Lannelongue, ancien du cabi­
net de Marisol Touraine au minis­
tère de la santé, joue le rôle de « fu­
fié « d’étape historique ». « La poli­
tique sanitaire pré­crise paraissait
de bon sens », se justifie M. Hénart
auprès du Monde, « c’était une po­
litique par temps calme ». La
mercredi 8 avril en conseil des Dans ce plan, validé en juillet cements de départs en retraite. critiqué dès samedi dans un com­ sible, limogé pour avoir confirmé donne a changé, estime­t­il, se fé­
ministres. En poste depuis 2012, il 2019 par le Comité interministé­ M. Lannelongue avait assuré, lors muniqué une communication la politique de santé menée par le licitant désormais de ce limo­
était dans la tourmente depuis riel de performance et de la mo­ de la conférence de presse : « Il n’y « totalement décalée » et un choix gouvernement ». geage, une « clarification bienve­
qu’il avait confirmé lors d’une dernisation de l’offre de soins a pas de raison de remettre en « déconcertant et indécent (…) à « Ce n’est pas moi qui ai ap­ nue ». « Si on est en guerre, on a
conférence de presse, samedi, le (Copermo), l’Etat s’engageait à re­ cause [le plan] pour le CHRU de l’heure où les équipes vont au bout prouvé ce plan. C’est la ministre de pour seul objectif de gagner la
maintien d’un plan de restructu­ prendre une partie de la dette du Nancy (…) Le dossier devrait être de leur investissement personnel ». l’époque, Agnès Buzyn, et je rap­ guerre, pas de compter les muni­
ration dans les hôpitaux de CHRU et à y investir à hauteur examiné début juin. (…) La trajec­ pelle qu’il a été approuvé locale­ tions. » Une médecin, Marie­Ange
Nancy (Meurthe­et­Moselle), avec d’un demi­milliard d’euros, en toire reste la même. » Un « fusible » ment », se défendait d’ailleurs l’in­ Desailly­Chanson, actuellement
une réduction du nombre de lits. contrepartie d’une vaste réorga­ Une prise de position à contre­ Interrogé par Le Monde, Arnaud téressé, dimanche. De fait, en dé­ inspectrice générale des affaires
En pleine crise du Covid­19, à nisation. Celle­ci prévoyait le re­ temps, alors que le Grand­Est su­ Robinet, maire (LR) de Reims et cembre 2019, en pleine campagne sociales, est pressentie pour rem­
l’heure où tout le monde célèbre groupement des activités, actuel­ bit de plein fouet l’épidémie de président régional de la Fédéra­ municipale, Laurent Hénart avait placer le fonctionnaire écarté. 
les « blouses blanches », ces pro­ lement étalées sur sept structu­ Covid­19 : 1 574 personnes y sont tion hospitalière de France, dé­ salué sur Twitter ce projet, quali­ samuel laurent
« Les filles,
j’ai besoin
de vous. »
Les relations humaines sont la première source de notre bonheur.
Depuis 1996, nous vous aidons chaque jour à les faire grandir.
Découvrez tous nos engagements sur bouyguestelecom.fr/ensemble

Offres soumises à conditions.


Kit mains libres recommandé.
0123
6 | coronavirus VENDREDI 10 AVRIL 2020

Aux Etats­Unis, le lourd tribut des Afro­Américains


Les Noirs sont largement surreprésentés parmi les personnes mortes du Covid­19

washington ­ correspondant

L
es chiffres sont encore
partiels, mais ils ne lais­
sent guère de place au
doute. Partout aux Etats­
Unis où elle est connue, la propor­
tion des Afro­Américains empor­
tés par l’épidémie de Covid­19
dépasse de beaucoup leur part
dans la population.
Cet écart est particulièrement
frappant dans le comté de
Milwaukee, dans le Wisconsin, où
les Noirs représentent 70 % des
décès alors qu’ils ne comptent
que pour 26 % dans la population.
Mais il est tout aussi élevé dans
l’Illinois, à Chicago (67 % des dé­
cès pour seulement 32 % de la po­
pulation), ou encore en Louisiane
(70 % des décès pour 32 % de la po­
pulation), selon les chiffres du
Washington Post.
Les Centres de contrôle et de
prévention des maladies ont pu­
blié, mercredi 8 avril, de premiers
résultats nationaux qui confir­
ment cette tendance. Les Afro­
Américains représentent 33 % des
hospitalisations liées à la pandé­
mie alors qu’ils ne comptent que
pour 13 % dans la population. Les
chiffres sont respectivement de
45 % et de 64 % pour les Blancs.
Donald Trump s’en est alarmé
lors de son briefing quotidien,
mardi, notant « des impacts ac­
crus » sur la communauté afro­
américaine. « Nous faisons tout ce
qui est en notre pouvoir pour rele­
ver ce défi, c’est un énorme défi,
c’est terrible, pour fournir un sou­
tien aux citoyens afro­américains Des électeurs se rendent au bureau de vote pour la primaire démocrate, à Milwaukee (Wisconsin), mardi 7 avril. MORRY GASH/AP
de ce pays qui sont particulière­
ment touchés », a­t­il ajouté. « C’est
disproportionné, ils sont très dure­ leur prodiguer les meilleurs soins rés comme essentiels. La presse pour 43 % des morts de l’Etat du lutter contre la pandémie. « Les
ment touchés », a­t­il insisté.
Ils souffrent possible afin d’éviter ces complica­ américaine a longuement ra­ Michigan liés au virus, pour seu­ catastrophes naturelles et les
de multiples tions », a conclu M. Fauci. conté l’histoire d’un chauffeur de lement 14 % de la population. épidémies aggravent le fardeau
« Très préoccupés » Cette situation a été illustrée par bus de Detroit (Michigan), Jason La réalité est peut­être même des maladies dont souffrent certai­
Présent à ce briefing, le directeur
comorbidités, Jerome Adams, l’administrateur Hargrove. Ce dernier s’était indi­ encore plus sombre que ne le lais­ nes communautés », a indiqué
de l’Institut national des allergies ils sont plus de la santé publique (surgeon ge­ gné le 21 mars sur son compte Fa­ sent entendre les chiffres disponi­ Aletha Maybank, rappelant que
et maladies infectieuses, Anthony neral) des Etats­Unis. « Je fais moi­ cebook du comportement d’une bles, encore parcellaires. Les Etats pendant l’épidémie de grippe es­
Fauci, devenu la figure médicale la
exposés au virus même de l’hypertension. J’ai une passagère qui avait toussé de ma­ pour l’instant les plus touchés, ce­ pagnole, en 1918, les politiques de
plus respectée dans cette crise, se­ et ont moins maladie du cœur et j’ai déjà passé nière répétée à bord de son véhi­ lui de Washington, la Californie, discrimination (les lois Jim Crow)
lon un sondage publié mercredi une semaine en réanimation à cule sans prendre la moindre des l’Etat de New York ou encore le « signifiaient que les Noirs rece­
par l’institut Morning Consult, a
accès aux soins cause d’un problème cardiaque », précautions. New Jersey, ne publient pas, en ef­ vaient des soins inférieurs, quand
apporté des éléments de réponse. a­t­il confié à la chaîne CBS. « Je fais fet, de statistiques prenant en ils en recevaient ».
« Nous avons un problème particu­ de l’asthme et je suis prédiabétique. Réalité encore plus sombre compte le facteur racial. « De nombreuses études empiri­
lièrement difficile d’exacerbation tat avec le coronavirus, ce qui mène J’illustre ce que c’est de grandir pau­ « Nous sommes ici au service du Dans une tribune publiée le ques confirment de grosses diffé­
d’une disparité en matière de les gens dans les unités de soins vre et noir en Amérique », a ajouté public, nous faisons notre travail, 8 avril par le New York Times, une rences d’espérance de vie selon la
santé », a­t­il admis. « Nous savons, intensifs, ce qui nécessite une intu­ ce proche du vice­président Mike essayons de gagner notre vie hon­ représentante de l’American race et l’origine ethnique, des
littéralement depuis toujours, que bation et conduit souvent à la Pence. La récurrence de ces antécé­ nêtement pour prendre soin de Medical Association, la plus im­ écarts qui apparaissent aux ni­
des maladies comme le diabète, mort, ce ne sont que ces mêmes co­ dents s’explique par un moindre nos familles », avait­il déclaré, très portante association de médecins veaux national et local. A Chicago,
l’hypertension, l’obésité et l’asthme morbidités, qui, malheureusement, accès aux soins et par des taux éle­ amer. Dix jours plus tard, il était et d’étudiants en médecine des par exemple, il existe un écart de
affectent de manière dispropor­ sont disproportionnellement ré­ vés de personnes non assurées. emporté par le virus. Le comté de Etats­Unis, Aletha Maybank, a ré­ neuf ans entre l’espérance de vie
tionnée les populations minoritai­ pandues dans la population afro­ Pour une bonne partie de la Wayne, qui englobe Detroit, clamé la publication de telles sta­ des résidents noirs et blancs, avec
res, en particulier les Afro­Améri­ américaine », a­t­il expliqué. communauté afro­américaine, ce comptait alors 130 morts imputés tistiques. Les sénatrices démocra­ plus de 3 000 décès en excès parmi
cains », a­t­il noté. « Nous sommes donc très préoccu­ passif sanitaire se double en outre au Covid­19. Ce bilan a été multi­ tes Elizabeth Warren (Massachu­ des Noirs chaque année », a­t­elle
« Malheureusement, quand vous pés par cela. C’est très triste. Il n’y a d’une exposition plus élevée au plié par plus de trois depuis, là en­ setts) et Kamala Harris (Califor­ poursuivi. Le coronavirus pour­
regardez les antécédents de santé rien que nous puissions faire pour Covid­19, parmi le personnel soi­ core avec une écrasante majorité nie) en ont fait de même, assurant rait creuser ce fossé. 
qui conduisent à un mauvais résul­ le moment, sauf pour essayer de gnant ou les commerces considé­ d’Afro­Américains. Ils comptent qu’elles permettraient de mieux gilles paris

« La haine est un virus » : le cri antiraciste des jeunes Asiatiques


La propagation du Covid­19 a entraîné une vague d’agressions verbales ou physiques contre des personnes issues de la minorité américaine

san francisco ­ correspondante une maladie mentale, ou une de ces times peuvent témoigner des inci­ FBI a décidé de considérer comme trouve lui­même pris à partie
journées où on se sent mal coiffé. dents (Stop AAPI Hate). En deux un crime raciste. Même les per­
Le 14 mars, une pour avoir publié le 1er avril une

L e chroniqueur Jeff Yang fai­


sait la queue pour entrer
dans un magasin de son
quartier de Los Angeles le 23 mars
quand il a été pris à partie par une
Peu importe. En tout cas je suis sur
qu’elle testait positif pour le virus
du racisme », a­t­il commenté.
« La haine est un virus. » C’est l’in­
titulé de la contre­attaque lancée
semaines, la plate­forme a enregis­
tré 1 135 signalements. Malgré les
mesures de confinement, souli­
gne le groupe, les incidents restent
fréquents. Plutôt que sur les lieux
sonnels soignants (dont 17 % sont
d’origine asiatique) ne sont pas
épargnés, comme en a témoigné
dans le New York Times le Dr Peter
Lee, de l’unité de soins intensifs de
famille a été
la cible de coups
de couteau dans
tribune dans le Wahington Post
où il appelle les Asiatiques à exhi­
ber leur « américanité ». Il leur
suggère de « porter du rouge du
blanc et du bleu » (couleurs du dra­
cliente qui finissait ses courses. par les jeunes de la communauté de travail, désertés, ils se produi­ l’hôpital de Montville dans le New
un supermarché peau) et de faire tout ce que qu’ils
« Elle a baissé son masque et asiatique aux Etats­Unis sur leurs sent maintenant dans les derniers Jersey. au Texas peuvent pour « montrer sans l’om­
toussé directement dans ma direc­ tee­shirts et les réseaux sociaux. endroits où les habitants se croi­ Les Asiatiques sont victimes de bre d’un doute que nous sommes
tion. Après quoi, elle a remonté son Une communauté qui, d’Hol­ sent : magasins ou pharmacies. discrimination comme l’avaient Américains ».
masque et tourné les talons, a­t­il lywood (le film Parasite, du Sud­ été les Américains d’origine arabe tions. Le 23 mars, il a même ap­ L’exposé a été critiqué par nom­
raconté sur Twitter. Ça m’a fait un Coréen Bong Joon Ho, quadruple « Sale Chinois » ou pakistanaise après les atten­ pelé à « protéger » les Américains bre d’artistes, dont les acteurs
coup à l’estomac. » Oscar 2020) à Washington (la can­ Par crainte de représailles, les vic­ tats du 11 septembre 2001. A l’épo­ d’origine asiatique. « Ce n’est pas Simu Liu et Steven Yeun, et d’uni­
Jeff Yang anime le podcast « They didature d’Andrew Yang à l’investi­ times hésitent à témoigner publi­ que, le président George W. Bush de leur faute si le virus se pro­ versitaires, qui ont reproché à An­
call us Bruce » (« ils nous appellent ture démocrate pour l’élection quement mais le site a partagé avait essayé de couper court aux page », a­t­il souligné. drew Yang de blâmer en quelque
Bruce », une référence ironique à présidentielle), avait commencé à anonymement les récits. Un jeune réactions épidermiques, en se Héros de la communauté asiati­ sorte la victime pour la discrimi­
l’acteur de kung­fu Bruce Lee) où il se sentir pleinement à sa place homme décrit la réaction violente rendant dans une mosquée. Rien que, Andrew Yang, qui s’était fait nation dont elle fait l’objet. « Ce
tente de donner une perspective mais que l’épidémie a ramenée d’un passant alors que, victime de tel de la part de Donald Trump connaître pendant la campagne n’est pas aux Asiatiques de prouver
asiatique sur la société améri­ des années en arrière. d’allergies, il venait d’éternuer : qui a qualifié pendant des semai­ des primaires par sa proposition par le sacrifice qu’ils sont Améri­
caine. Son fils Hudson est l’une La propagation du Covid­19 a en­ « Retourne d’où tu viens ! » Beau­ nes le Covid­19 de « virus chinois », d’octroyer 1 000 dollars cains. Cela ne nous a pas protégés
des stars de la sitcom Fresh Off the traîné une vague d’agressions ver­ coup ont essuyé des crachats, des une expression qui « exacerbe les (921 euros) à tous les Américains – dans le passé et cela ne nous proté­
Boat (« tout juste débarquées »), bales et parfois physiques contre insultes, des « sale Chinois », lan­ tensions », estime Cynthia Choi de une sorte de dividende sur les gera pas plus maintenant », a réagi
qui a été le premier à mettre en les Américains d’origine asiatique. cés par un automobiliste depuis l’association Chinese for Affirma­ profits du secteur technologique, Jeff Yang, en faisant référence aux
scène une famille américano­asia­ Le 19 mars, deux ONG de défense sa voiture. Le 14 mars, une famille tive Action, installée à San Fran­ et sa manière de se jouer des sté­ mesures discriminatoires dont
tique. Il a analysé sa rencontre avec de la communauté « AAPI » (Amé­ asiatique a été la cible de coups de cisco. Le président américain s’est réotypes en se présentant dans ont été victimes Chinois et Japo­
la dame du supermarché. « C’était ricains d’origine asiatique et du Pa­ couteau dans un supermarché de ravisé et n’emploie plus l’expres­ les débats comme le « math guy » nais aux XIXe et XXe siècles. 
peut­être l’anxiété économique, cifique) ont lancé un site où les vic­ Midland, au Texas, un acte que le sion, ont remarqué les associa­ (le type qui est bon en maths), se corine lesnes
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 coronavirus | 7

Bernie Sanders annonce l’arrêt de sa campagne


Le sénateur du Vermont, déjà candidat en 2016, laisse l’ancien vice­président Joe Biden seul en lice

washington ­ correspondant s’accompagne paradoxalement


d’une victoire idéologique diffi­
difficultés à venir. Alors qu’il se
faisait fort de ramener vers les
Il a assuré ne nir », a assuré l’ex­vice­président.
Il a pris soin également de LE PROFIL

L
e tribun abandonne. Ber­ cilement contestable. Depuis sa bureaux de vote les électeurs las­ pas vouloir s’adresser aux électeurs du séna­
nie Sanders n’a pas at­ première candidature, en 2016, sés de la politique par la har­ teur, souvent réticents à envisa­
tendu les résultats de la Bernie Sanders a influencé en diesse de son programme,
poursuivre ger de voter pour un autre candi­
primaire du Wisconsin, profondeur un Parti démocrate Bernie Sanders ne parvenait pas une campagne dat que lui. « Je vous entends et je
qui doivent être publiés le 13 avril. qu’il est parvenu à tirer sur sa à mobiliser en masse de nou­ comprends l’urgence de tout ce
Le sénateur indépendant du Ver­ gauche sur de nombreux sujets, veaux électeurs, singulièrement
« qui ne peut pas que nous devons faire dans ce
mont, largement distancé par Joe qu’il s’agisse du salaire mini­ parmi les jeunes, pourtant mas­ gagner », alors pays. J’espère que vous nous re­
Biden dans la course à l’investi­ mum ou de la couverture santé. sivement acquis à ses idées. joindrez. Vous êtes plus que bien­
ture démocrate pour l’élection « Nous gagnons également la La montée en puissance de Joe
que la crise venus. Nous avons besoin de
présidentielle, a annoncé son re­ bataille des générations », a Biden, à partir du 29 février lors due au Covid-19 vous », a­t­il assuré.
trait, mercredi 8 avril. L’ancien ajouté le sénateur, en référence à de la primaire de la Caroline du Rendu pour l’instant inaudible Bernie Sanders
vice­président de Barack Obama sa popularité dans les classes Sud, et sa capacité à addition­
fait rage par la crise sanitaire provoquée A 78 ans, le sénateur du Vermont
est désormais assuré d’être le can­ d’âge les plus jeunes, « en d’autres ner les soutiens, a souligné au par le Covid­19 qui déferle sur les a renoncé, mercredi 8 avril, à la
didat démocrate en novembre. termes, l’avenir de ce pays sou­ contraire l’isolement du séna­ Etats­Unis, face à l’omniprésence course à la Maison Blanche, non
Cette décision était anticipée. tient nos idées ». teur du Vermont, malgré une que l’ancien vice­président, de Donald Trump, l’ancien vice­ sans avoir profondément in-
Depuis plusieurs jours, la presse énergie peu commune pour un pourtant pénalisé par l’émiette­ président va toutefois pouvoir fluencé la gauche américaine.
américaine faisait état des ré­ Energie peu commune septuagénaire. ment du centre. Mercredi, Joe commencer à mettre ses troupes Pendant quarante ans, il a porté
flexions en ce sens de la part du Au cours de son intervention, le Il n’est pas même parvenu à ob­ Biden n’a pas économisé les élo­ en ordre de bataille. L’épilogue les idées socialistes, longtemps
directeur de campagne du séna­ sénateur a d’ailleurs déclaré qu’il tenir le soutien d’Elizabeth ges envers son ancien adversaire. précoce de cette course à l’inves­ inconcevables aux Etats-Unis.
teur, Faiz Shakir, et de l’un de ses comptait sur le nombre de délé­ Warren lorsque cette dernière a « Il n’a pas seulement mené une titure démocrate devrait permet­ En 2016, il était seul à dénoncer
très anciens conseillers, Jeff gués qu’il continuera mécanique­ fini par renoncer, après une suc­ campagne politique ; il a créé tre par ailleurs à Barack Obama, un capitalisme « corrompu », un
Weaver. L’un comme l’autre ment d’obtenir lors des primaires cession de revers en mars. A la un mouvement. Et ne vous y l’une des voix démocrates les système de santé ruineux ou le
s’étaient convaincus que cette encore à venir pour peser le plus veille de la primaire du Wiscon­ trompez pas, c’est un mouvement plus écoutées, de sortir de la ré­ poids de la dette étudiante.
candidature était vouée à l’échec possible sur la ligne d’un parti sin, il accusait un retard de plus aussi puissant aujourd’hui serve qu’elle s’était imposée pen­ En 2020, la quasi-totalité des
en raison du réflexe du vote utile dont il n’a jamais voulu être mem­ de 300 délégués et avait recueilli qu’hier, et c’est une bonne chose dant la campagne.  démocrates en avaient fait
qui porte actuellement Joe Biden. bre, alimentant les interrogations 2,4 millions de voix de moins pour notre nation et notre ave­ gilles paris des thèmes de leur campagne.
Bernie Sanders s’y est résigné à de nombreux démocrates.
regret, comme il l’a annoncé dans « Comme vous le savez tous,
une vidéo diffusée en fin de mati­ nous n’avons jamais été qu’une
née, dans laquelle il a fait part de simple campagne. Nous sommes
« la vérité ». « Il n’existe virtuelle­ un mouvement populaire multi­
ment pas de chemin vers la vic­ racial et multigénérationnel qui a
toire », a­t­il assuré à l’attention toujours cru qu’un véritable chan­
des sympathisants qui le pres­ gement ne venait jamais de haut
saient à ne pas renoncer. « Je ne en bas, mais toujours de bas en
peux pas, en toute bonne cons­ haut. Nous nous sommes atta­
cience, continuer à mener une cam­ qués à Wall Street, aux compa­
pagne qui ne peut pas gagner et qui gnies d’assurances, aux compa­
interférerait avec le travail impor­ gnies pharmaceutiques, à l’indus­
tant qui nous est demandé en cette trie de l’énergie fossile, au com­
heure difficile », a­t­il ajouté dans plexe militaro­industriel, au
une allusion à la crise sanitaire complexe de l’industrie carcérale
provoquée par le Covid­19. et à la cupidité de toute l’élite des
entreprises. Cette lutte continue.
« Un homme très respectable » Alors que cette campagne touche
Il y a quatre ans, le sénateur du à sa fin, ce n’est pas le cas de notre
Vermont avait choisi de rester mouvement », a­t­il dit, sans faire
dans la course jusqu’au bout face
à la favorite Hillary Clinton, pour­
référence, cependant, à la « révo­
lution politique » qu’il annonçait
La Région Île-de-France
remercie chaleureusement
tant rapidement assurée d’être à chacun de ses meetings.
la candidate. Cette obstination « Nous irons de l’avant pour vain­
avait alimenté des frictions et cre Donald Trump, le président le
contrarié le rassemblement du
Parti démocrate face à Donald
plus dangereux de l’histoire améri­
caine moderne. Et nous nous le personnel soignant
et lui apporte son soutien
Trump. Mercredi, ce dernier a battrons pour élire de puissants
tenté de raviver ces tensions in­ progressistes à tous les niveaux de
ternes en laissant entendre, sur gouvernement », a ajouté le séna­
son compte Twitter, que le séna­ teur. Il a présenté la défaite du pré­
teur avait été la victime d’agisse­ sident sortant comme un impéra­
ments supposés de la direction tif justifiant le ralliement à un cen­
démocrate, invitant même les triste sobrement qualifié de « très
partisans de Bernie Sanders à re­ respectable ».
joindre le Parti républicain. La deuxième campagne d’in­
Le renoncement de mercredi a vestiture du sénateur était partie
certainement un goût amer pour sur des bases solides, compte
l’indépendant du Vermont, réélu tenu du réseau minutieusement
pour un nouveau mandat de six mis en place quatre ans plus tôt, Pour soutenir le système de santé francilien face
ans au Sénat en 2018 et qui me­ notamment la capacité presque
nait ce qui était sans doute sa illimitée de collecter des fonds à la crise, la Région a décidé :
dernière campagne. Comme il l’a de campagne auprès de petits
longuement répété, sa défaite donateurs. Bernie Sanders avait
dans la course à l’investiture même surmonté l’écueil d’un • L’ouverture d’un fonds d’urgence de 10 M€ pour
accident cardiaque, à 78 ans, en financer leurs achats d’équipement
octobre 2019, pour prendre l’as­
cendant, à gauche, sur une autre
Sanders n’est candidate, la sénatrice du Massa­ • La mise à disposition d’hébergements et de
chusetts Elizabeth Warren, qui
jamais parvenu défendait, au sein du Parti démo­ transports pour faciliter leur quotidien
à mobiliser crate, des positions similaires
aux siennes.
en masse Profitant des divisions du cou­ • La rémunération des étudiants infirmiers venus
de nouveaux rant favorable à des options plus prêter main forte dans les hôpitaux
modérées, morcelé entre une de­
électeurs, surtout mi­douzaine de candidats, Ber­
parmi les jeunes, nie Sanders avait commencé la • La commande de 30 millions de masques et de
saison des primaires par une sé­
pourtant acquis rie de victoires. Un élément, plusieurs tonnes de gels hydro-alcooliques
à ses idées pourtant, laissait entrevoir les

La pandémie atteint un nouveau record


aux Etats-Unis
Le pays a enregistré, pour la deuxième journée d’affilée, près
de 2 000 morts liées au nouveau coronavirus, selon le comptage,
mercredi 8 avril, de l’université Johns-Hopkins. Il s’agit du pire
bilan quotidien dans le monde depuis le début de la pandémie
de Covid-19. Ce nouveau bond porte à 14 695 le nombre total
de décès recensés. Les Etats-Unis comptent, à eux seuls, plus
d’un quart des cas officiellement déclarés dans le monde, mal-
gré les mesures de confinement progressivement mises en place, #IDFSolidaritéCovid
Etat par Etat. Au Congrès, l’administration Trump a engagé de
nouvelles discussions pour débloquer 250 milliards de dollars
(230 milliards d’euros) supplémentaires dans le but de préserver
l’emploi. Cinq millions de personnes pourraient s’être inscrites
au chômage entre le 29 mars et le 4 avril, frôlant un troisième re-
cord après deuxsemaines de plus hauts historiques fin mars.
0123
8 | coronavirus VENDREDI 10 AVRIL 2020

L’Iran, exsangue, fait le choix du déconfinement


Pour éviter l’effondrement de son économie, le président Rohani invite les habitants à reprendre le travail

E
ntre les risques pour la
santé publique et ceux LE CONTEXTE
d’un effondrement éco­
nomique, le président
iranien, Hassan Rohani, a fait son
choix. Malgré un danger d’accélé­ PANDÉMIE
ration de la propagation du Plus d’un million et demi de
Covid­19, la République islamique cas du nouveau coronavirus
s’oriente vers la reprise à très ont été officiellement détectés
court terme de ses activités éco­ dans le monde, selon un
nomiques, suscitant l’inquiétude comptage réalisé par l’AFP,
des personnels soignants dans le jeudi 9 avril au matin.
pays, alors que la pandémie n’y A cette date, 87 320 décès ont
est pas maîtrisée.« Avant, la lutte été recensés, notamment
[contre le coronavirus] se faisait aux Etats-Unis (432 132 cas et
en restant chez soi. Aujourd’hui, 14 817 morts), pays où la pandé-
elle se fait en reprenant les activi­ mie progresse le plus rapide-
tés économiques. Nous n’avons ment, avec près de 2 000 décès
pas d’autre voie en face de nous », a en près de 24 heures pour
résumé Hassan Rohani, mercredi la deuxième fois d’affilée,
8 avril, lors de sa réunion hebdo­ en Espagne (146 690 cas,
madaire avec le cabinet. 4 555 morts) et en Italie
Ainsi, à partir du samedi 11 avril, (139 422 cas et 17 669 décès).
deux tiers des activités dites « à L’Europe reste le continent ayant
faible risque » reprendront en recensé le plus de cas (772 592)
Iran, sauf dans la province de et de décès (61 118).
Téhéran, qui attendra une se­ Le nombre de cas diagnostiqués
maine de plus. La décision a été ne reflète toutefois qu’une frac-
prise alors que le bilan officiel tion du nombre réel de contami-
annoncé mercredi est de nations, beaucoup de pays ne
3 993 morts et 64 586 cas confir­ testant que les cas graves.
més. Selon les médecins consul­
tés par Le Monde, ces chiffres sont
largement sous­estimés.
La décision du président Rohani
survient alors que l’économie ira­
nienne est en très grande diffi­
culté à cause, notamment, des Enterrement d’une personne décédée du Covid­19, dans un cimetière près de Téhéran, le 30 mars. EBRAHIM NOROOZI/AP
sanctions américaines et de la
chute importante des cours du
pétrole, dont Téhéran parvient après deux semaines au cours Malgré les assurances données majorité de la population active Alors qu’en début mars nous avi­
encore à exporter de faibles quan­ desquelles de nombreux com­ par le gouvernement selon les­
Selon un médecin en Iran est constituée d’indépen­ ons consacré 120 lits aux malades
tités malgré ces sanctions. Dans merces ont fermé. quelles trois mois seront accordés de l’hôpital dants qui travaillent dans des en­ du Covid­19, aujourd’hui nous
le contexte de la crise sanitaire, et Depuis le 27 mars, il est aussi in­ pour le remboursement des prêts treprises de moins de cinq person­ sommes à 80 lits avec des pa­
pour la première fois depuis 1960, terdit de se déplacer d’une ville à bancaires et pour le règlement
de Téhéran, « cette nes : « Beaucoup de ces sociétés ne tients atteints du Covid­19 et
l’Iran a demandé au Fonds moné­ l’autre. Faute d’aide concrète du des factures d’eau, de gaz et d’élec­ reprise de l’activité sont pas enregistrées auprès du d’autres maladies. Nous sommes
taire international de lui faire un gouvernement qui puisse com­ tricité, le père d’Esfandiar a reçu gouvernement et donc l’Etat n’a inquiets de cette reprise de l’acti­
prêt de 5 milliards de dollars (en­ penser les pertes de revenus, les des avertissements par SMS pour
peut conduire aucun moyen pour les aider, con­ vité qui peut conduire à un retour
viron 4,6 milliards d’euros). travailleurs indépendants ont été le non­paiement de son crédit à un retour trairement aux familles qui reçoi­ à la période catastrophique du
Les Etats­Unis s’y opposent, ac­ nombreux à reprendre leurs acti­ bancaire et pour sa facture d’élec­ vent tous les mois une allocation de début mars. » Tentant de répon­
cusant Téhéran de vouloir utili­ vités, sans attendre les déclara­ tricité. « Il a appelé la banque et de­
à la période 420 000 rials par personne (soit dre aux inquiétudes exprimées
ser cet argent pour ses « activités tions du président Rohani. mandé de payer plus tard. Ils lui catastrophique 9,22 euros au taux de change offi­ au sein la société iranienne,
terroristes » dans la région, selon Il est impossible pour certains ont répondu que, dans ce cas, un ciel), explique l’économiste. Si l’Etat 80 députés avaient présenté au
la porte­parole du département de faire autrement. Esfandiar, taux d’intérêt s’appliquerait. Il a
de début mars » opte pour le confinement, ces peti­ Parlement un projet de loi pré­
d’Etat des Etats­Unis, Morgan jeune Iranien joint par Le Monde, donc dû payer tout de suite », ex­ tes entreprises vont s’écrouler. Les voyant la mise en confinement
Deann Ortagus. La relance d’une prend l’exemple de son père, ven­ plique Esfandiar. remettre sur pied sera très difficile de tout le pays pendant un mois.
grande partie des activités éco­ deur de pièces détachées automo­ D’après un rapport du gouver­ et pourra prendre des années. » Le texte, jugé anticonstitution­
nomiques en Iran intervient biles à Ispahan, pour expliquer les Davantage de chômeurs nement, publié le 18 mars, la pan­ Or, dans les hôpitaux de la capi­ nel, a été retiré dès sa présenta­
difficultés économiques infligées Près de 6 milliards d’euros – soit démie devrait faire augmenter le tale, le corps médical, qui obser­ tion, mardi 7 avril, alors que le Par­
à de nombreuses personnes par le l’équivalent de 20 % du budget nombre de chômeurs de cinq vait ces derniers jours une stabili­ lement siégeait pour la première
confinement : « Aucun revenu en annuel iranien – ont déjà été con­ millions, soit plus de 20 % de la sation de la situation, craint for­ fois depuis le 25 février. Le chef du
Pour la première une vingtaine de jours, avec le sacrés à limiter l’impact du virus population active. Le centre de re­ tement une nouvelle vague de Parlement, Ali Larijani, ainsi que
fois depuis 1960, loyer du magasin et la paie de l’em­ et à fournir de l’aide aux person­ cherche du Parlement estime contamination avec la relance quelque 40 autres députés at­
ployé à payer, sept personnes à nes touchées par le Covid­19. Le aussi que la crise entraînera une des activités économiques dans teints par le coronavirus n’ont pas
le pays a nourrir à la maison. Il ne pouvait Guide suprême iranien, Ali Kha­ contraction de 18,5 % de l’écono­ le pays. assisté à cette première séance.
demandé au pas tenir plus longtemps. » menei, a autorisé le président Ro­ mie iranienne, après un recul de « Pendant les deux semaines de Jeudi matin, le guide Ali Khame­
L’épidémie implique aussi des hani à prélever 1 milliard d’euros plus de 9 % en 2019. vacances, la situation était pres­ nei a fait allusion à une éventuelle
Fonds monétaire dépenses nouvelles : « En plus du du fonds souverain du pays à Pour Djavad Salehi­Isfahani, pro­ que revenue à la normale, expli­ annulation en raison de l’épidé­
international un budget quotidien, on doit ajouter cette fin. Selon les autorités ira­ fesseur d’économie à l’université que au Monde un médecin tra­ mie des rassemblements prévus à
l’achat de masques, de gants et de niennes, cet argent va être injecté américaine Virginia Tech, le choix vaillant dans l’un des plus l’occasion du Ramadan qui doit
prêt de 5 milliards produits désinfectants pour les dans le système de santé et la du président Rohani repose no­ grands hôpitaux de Téhéran et commencer ce mois­ci. 
de dollars mains, tous très chers… » caisse d’assurance­chômage. tamment sur le fait que la grande qui préfère garder l’anonymat. ghazal golshiri

Au Liban, la démonstration de force du Hezbollah face au virus


Le mouvement pro­iranien met en place de nombreuses structures médicales pour combattre le Covid­19 et redorer son blason

beyrouth ­ correspondant nement, a expliqué Hussein Fad­ nisée la semaine dernière, répond n’est pas la seule formation politi­ tionnements de l’appareil d’Etat, reddine, rédacteur en chef du site
lallah, responsable du Hezbollah au discours prononcé à la mi­ que libanaise à lutter contre le vi­ ces réseaux ont été ébranlés par le d’information Al­Modon.

M obilisation générale au
Hezbollah. Pour faire
face à l’épidémie due
au coronavirus, qui a fait 19 morts
au Liban et mis le pays complète­
pour la région de Beyrouth. Le ni­
veau de préparation est le même
que pour une guerre », a ajouté le
cadre du mouvement, dont la
branche militaire participe aux
mars par le secrétaire général du
mouvement, Hassan Nasrallah.
Comparant la bataille contre le
coronavirus à « une guerre mon­
diale », le leader chiite, qui vit ca­
rus et à vouloir le faire savoir. Le
Courant patriotique libre (CPL),
parti de droite chrétien dont est
issu le président Michel Aoun,
mais aussi son principal rival, les
mouvement de protestation de
l’automne 2019. Ce soulèvement
populaire, dirigé contre l’incurie
et la corruption de la classe politi­
que, avait mené à la démission du
Le sérieux dont fait preuve le
nouvel exécutif dans la gestion de
la crise – il a notamment fermé les
écoles dès la fin février, ce qui a
aidé à contenir la diffusion de l’épi­
ment à l’arrêt, exacerbant encore combats en Syrie, aux côtés des ché depuis la guerre de 2006 con­ Forces libanaises, et le mouve­ premier ministre, Saad Hariri, et démie – profite aussi au Hezbollah
un peu plus la crise économique forces gouvernementales. tre Israël, avait jugé que « [leur] de­ ment chiite Amal, du président du son remplacement par un univer­ et à ses deux alliés, Amal et le CPL,
dans laquelle il est plongé, le mou­ Dans la banlieue sud de la capi­ voir religieux premier (…) consiste Parlement Nabih Berri, ont posté sitaire méconnu, Hassan Diab, qui qui le soutiennent au Parlement.
vement chiite pro­iranien a sorti tale et dans la partie méridionale à préserver [leur] vie, celle des sur les réseaux sociaux des ima­ a formé un exécutif mêlant ex­ Ce rétablissement risque cepen­
les grands moyens. Mille cinq du pays, les deux principaux fiefs [leurs], celle de [leur] entourage et ges vantant leur contribution : perts et figures proches des partis. dant d’être de courte durée. Les
cents médecins et trois mille in­ électoraux de cette formation, celle de [leur] peuple ». masques de protection produits mesures d’austérité que le cabi­
firmiers et secouristes, mobilisés souvent présentée comme un « Avec ces déclarations, qui ont par le parti, bidons de désinfec­ Rétablissement de courte durée net prépare pour endiguer la crise
habituellement pour participer à Etat dans l’Etat, des campagnes de sonné l’état d’urgence dans les ré­ tants frappés de son logo, pa­ Le Hezbollah, pourtant auréolé de économique, portée à son pa­
la lutte contre Israël, l’ennemi his­ désinfection des rues ont été or­ gions chiites, Nasrallah a indubi­ trouilles de stérilisation des rues, son image de « résistant » contre roxysme par le confinement gé­
torique de ce parti­milice, ont été ganisées. Selon le quotidien liba­ tablement sauvé des vies », recon­ collectes de dons et distribution Israël, n’avait pas été épargné par néralisé du pays, pourraient ré­
appelés à combattre le Covid­19, nais L’Orient­Le Jour, le Hezbollah, naît un acteur de la société civile, de nourriture, etc. la fronde, qui s’était propagée veiller la colère populaire. « Les
un nouvel adversaire invisible. Un soucieux de ne pas être accusé de peu adepte en temps ordinaire « La crise sanitaire offre à tous les dans plusieurs de ses bastions, gens ne sont pas dupes, observe le
hôpital entier, deux centres de dé­ favoritisme, a mené des opéra­ du Hezbollah. « La structure mili­ partis traditionnels une chance comme Nabatiyé et Tyr. « Avec le politiste Karim Emile Bitar. Le co­
pistage, trois structures de qua­ tions semblables dans des villa­ taire du mouvement, très hiérar­ inespérée de raviver leurs réseaux coronavirus, le mouvement a l’op­ rona est un virus contre­révolu­
rantaine et une flotte de vingt­ ges chrétiens et dans des quar­ chisée, l’aide à gérer la crise », clientélistes », estime Ali Mourad, portunité de démontrer à sa base tionnaire, sur lequel les partis poli­
cinq ambulances ont été mis à tiers de Saïda, une ville à domi­ ajoute cette source qui préfère professeur de droit à l’Université qu’il la protège toujours et qu’en tiques s’efforcent de surfer, mais
disposition des malades. nante sunnite. rester anonyme. arabe de Beyrouth. Produits déri­ dépit des sanctions américaines qui pourrait les contaminer plus
« Notre objectif est de soulager Ce déploiement, exposé lors Même si sa force de frappe est vés du système confessionnel en contre l’Iran, son sponsor, il reste vite qu’ils ne le pensent. » 
les hôpitaux publics et le gouver­ d’une conférence de presse orga­ sans équivalent, le Parti de Dieu vigueur au Liban et des dysfonc­ très puissant », analyse Sateh Nou­ benjamin barthe
0123
10 | coronavirus VENDREDI 10 AVRIL 2020

Le traçage des Français inquiète la majorité


Alors qu’Emmanuel Macron s’exprimera lundi, plusieurs députés LRM redoutent le suivi numérique qui se profile

L’
annonce était atten­
due. Elle est désormais
officielle : le confine­
ment des Français « va
être prolongé » au­delà du 15 avril,
a annoncé l’Elysée mercredi
8 avril, en ajoutant qu’Emmanuel
Macron s’exprimera lundi, peu
après 20 heures, pour présenter
ses décisions concernant la lutte
contre le coronavirus durant les
prochaines semaines. Le chef de
l’Etat pourrait préciser la nouvelle
durée du confinement, alors que
l’épidémie a déjà fait au moins
10 869 morts en France, avec
541 morts de plus mercredi. « On a
toujours dit qu’il était très
probable qu’on annonce une nou­
velle prolongation », souligne un
conseiller de l’exécutif, en rappe­
lant que le conseil scientifique a
plaidé pour six semaines de con­
finement. Soit jusqu’à fin avril.
Si le déconfinement ne semble
pas pour demain, le gouverne­
ment réfléchit dès maintenant
sur les moyens d’y parvenir, en
étudiant la possibilité de mettre
en place un traçage numérique de
la population. Un débat épineux,
susceptible de diviser les troupes
dans la mobilisation générale
contre le coronavirus. Après avoir
longuement hésité, le sommet de
l’Etat a finalement décidé de fran­
chir le cap. Dans un entretien au
Monde publié mercredi, le minis­
tre de la santé, Olivier Véran, et le
secrétaire d’Etat chargé du numé­
rique, Cédric O, annoncent que le
gouvernement planche sur un
projet baptisé « StopCovid ». Il
vise à « développer une applica­ Boulevard Saint­Germain, à Paris, le 5 avril. CHRISTOPHE ENA/AP
tion qui pourrait limiter la diffu­
sion du virus en identifiant des
chaînes de transmission, détaille M. Véran. Avant de préciser libertés publiques. Mais c’est juste­ tion. Les données seraient anony­ lois de l’Assemblée nationale. Les
Cédric O. L’idée serait de prévenir qu’« aucune décision n’est prise » ment la force des démocraties libé­
Le projet « n’a pas misées… Suffisamment de garde­ détracteurs d’un tel dispositif
les personnes qui ont été en con­ pour l’instant sur son utilisation. rales que de ne rien céder », juge la vocation à aller fous, à ses yeux, pour garantir le mettent en avant plusieurs points
tact avec un malade testé positif ». Même esprit d’ouverture à Mati­ porte­parole de LRM. Sans être respect de la vie privée et des li­ faibles, comme le manque d’équi­
L’Elysée a évidemment donné gnon. « Pourquoi ne pas explorer contre, la prudence domine chez
au-delà de la bertés individuelles. « Il faut se pement en téléphones mobiles
son feu vert au lancement d’un tel ce projet ? On ne doit fermer le président des députés macro­ crise sanitaire », garder du fantasme d’une applica­ d’une partie de la population, la
projet. « Des outils numériques aucune porte en matière de tech­ nistes, Gilles Le Gendre. « Notre tion liberticide », estime le secré­ difficulté de se connecter dans
peuvent avoir un bénéfice sani­ nologie, y compris la question du groupe est vigilant pour que le re­
jure le secrétaire taire d’Etat chargé du numérique. certains territoires… « Il n’est pas
taire, tout en préservant notre tracking. On verra ensuite ce que cours à cette technique, qui peut se d’Etat chargé Un argument repris par l’Elysée, dit que cela marche », reconnaît
modèle démocratique », fait valoir ça donne et on tranchera », expli­ révéler très utile, ne remette pas en estimant qu’un « travail de convic­ une source gouvernementale.
un proche d’Emmanuel Macron. que un conseiller du premier mi­ cause des libertés fondamenta­
du numérique tion » est à mener pour « convain­ Mais les craintes les plus profon­
Le premier ministre, Edouard nistre. La question, en tout cas, est les », prévient­il. cre » l’opinion. Pour l’instant, dans des résident dans la possibilité
Philippe, reste sur la position qu’il sensible au sein même du gouver­ Même s’ils sont moins nom­ les sondages, près de deux Fran­ que ce genre de dispositif per­
a exprimée le 1er avril, devant la nement. Selon nos informations, breux, des partisans du projet dans le cadre du déconfinement », çais sur trois se montrent dispo­ dure. Le projet « est évidemment
mission d’information de l’As­ la visioconférence réunissant les existent dans la majorité. C’est abonde la députée LRM de l’Es­ sés à utiliser ce dispositif. temporaire » et « n’a pas vocation
semblée nationale. A savoir que la ministres, vendredi, sera consa­ notamment le cas de l’ex­secré­ sonne Marie Guévenoux, qui s’y à aller au­delà de la crise sani­
question d’un recours au tracking crée en grande partie à ce sujet. taire d’Etat chargé du numérique, dit favorable « s’il est réalisé avec le « Consentement éclairé » taire », jure Cédric O. Un risque
sur la base « d’un engagement Mounir Mahjoubi, ou de Stanislas consentement des individus ». De son côté, la présidente de la pourtant pris très au sérieux par
volontaire » était « ouverte ». « Sous bracelet électronique » Guerini. « Dans la période ac­ Une garantie apportée par Cé­ Commission nationale de l’infor­ Guillaume Chiche. « La séquence,
Il y a quinze jours encore, le gou­ Dans la majorité, la réflexion tuelle, je suis favorable à ce qu’on dric O. D’après lui, l’application ne matique et des libertés (CNIL), comme les mesures pour y faire
vernement se montrait pourtant génère déjà une hostilité, qui se donne la possibilité d’utiliser serait utilisée que sur une base vo­ Marie­Laure Denis, appelle à « la face, doit rester exceptionnelle. Il
peu enthousiaste sur l’opportu­ semble prendre de l’ampleur. Plu­ tous les outils – y compris de géolo­ lontaire et pourrait être « désins­ vigilance ». Si l’application est n’est pas question que le tracking
nité de mettre en place un sys­ sieurs parlementaires La Républi­ calisation – permettant d’amélio­ tallée à tout moment ». Elle s’ap­ mise en œuvre, elle doit l’être s’inscrive sur le long terme. » Mise
tème permettant d’identifier les que en marche (LRM) se mon­ rer la situation d’urgence sani­ puierait, en outre, sur la technolo­ pour une « durée limitée » et il faut en garde de Sacha Houlié :
personnes ayant été en contact trent radicalement opposés à taire », confie le délégué général gie Bluetooth, qui permet aux s’assurer du « consentement libre « Peut­on se résoudre à voir des
avec des malades infectés par le l’utilisation des données des de LRM. « Le tracking pourrait être smartphones d’identifier des et éclairé » de l’utilisateur, a­t­elle mesures antiterroristes entrer
coronavirus. Le 24 mars, Olivier téléphones pour lutter contre le un outil tout à fait pertinent pour appareils à proximité, et non le prévenu, mercredi, lors d’une dans notre vie quotidienne ? » 
Véran s’y disait hostile, au nom de Covid­19, en soulignant le risque limiter la propagation du virus recueil de données de géolocalisa­ audition par la commission des alexandre lemarié
la défense des « libertés publiques d’atteinte aux libertés individuel­
et fondamentales ». « Cela n’est pas les. La plupart appartiennent à
la culture française », abondait son
collègue de l’intérieur, Christophe
l’aile gauche. « Mettre en place un
tel système reviendrait à nous faire
LR veut un équilibre entre prévention et respect des libertés
Castaner, deux jours plus tard, sur rentrer dans un régime ségréga­
France 2. Avant d’opérer une volte­ tionniste entre ceux qui sont infec­ sortir du confinement mais à quel utilisé à Singapour, où les données collec­ fléau ». A ce titre, si l’application est « utile,
face complète, le 5 avril, en s’y di­ tés et ceux qui ne le sont pas. Cela prix ? Depuis que le traçage numérique des tées de façon anonyme ne sont pas stoc­ efficace et encadrée dans le temps, alors
sant finalement favorable. ne peut que conduire à des méca­ citoyens a été mis en place dans certains kées, peut fonctionner s’il est « strictement pourquoi pas », poursuit­il. De son côté,
Pourquoi un tel changement de nismes d’exclusion », s’alarme le pays afin de surveiller l’avancée de l’épidé­ encadré ». « C’est limité dans le temps, ano­ Bruno Retailleau, président des sénateurs
position ? L’exécutif met en avant député LRM des Deux­Sèvres mie due au coronavirus et que l’exécutif nyme, et cela repose sur le volontariat », af­ LR, est lui aussi favorable à un tel système
la nécessité d’avoir cet outil tech­ Guillaume Chiche. Son collègue s’y prépare en France, le débat fait rage firme Damien Abad, président du groupe pour peu qu’il soit efficace. « Il ne faut né­
nologique sous la main, au cas où. de la Vienne, Sacha Houlié, dé­ dans le monde politique. Les Républicains LR. Il pourrait s’agir là d’un moyen de re­ gliger aucune modalité de lutte contre l’épi­
« Des pays en ont fait l’usage, et il nonce, lui, une « une réponse dan­ (LR) n’échappent pas à ce questionnement. couvrer « une liberté fondamentale dont démie », argumente l’élu de Vendée.
faut être prêt à pouvoir en faire bé­ gereuse et condamnable ». Cela Pour ou contre ? La réponse n’est pas si fa­ nous sommes privés aujourd’hui, celle de En clair, le dispositif se doit d’être enca­
néficier les Français si les scientifi­ « revient à placer l’ensemble de la cile pour un parti déchiré entre ses convic­ pouvoir aller et venir à sa guise », estime le dré à plusieurs niveaux. Mais cela suffira­
ques nous disent que cela peut population sous bracelet électro­ tions sur « la liberté » et « l’intérêt sanitaire député de l’Ain. Bien sûr, un tel système ne t­il à garantir les libertés publiques au­delà
nous aider à lutter contre la propa­ nique », selon lui. des Français », selon les mots d’un député. serait viable, selon lui, qu’à condition de de la crise qui secoue le pays aujourd’hui ?
gation de l’épidémie », argumente Le délégué général adjoint de La présidence de LR affiche une pru­ généraliser tests de dépistage et masques. Aurélien Pradié, député du Lot et numéro
LRM, Pierre Person, a condamné dence de circonstance. « Il faut attendre de trois du parti, rétorque que « les libertés pu­
ce projet lors du bureau exécutif voir les contours de la technologie utilisée « Ne négliger aucune modalité » bliques ne se vendent pas à la découpe ».
du mouvement, le 6 avril. Même et s’assurer qu’elle réponde à un équilibre « Si les gens sont consentants et volontaires L’élu, fermement opposé au dispositif,
« Quand il est opposition de l’ex­conseiller de entre prévention efficiente et respect des li­ pour envoyer leurs données à l’Etat, et que qu’il trouve inefficace à cause de la « frac­
M. Macron, Stéphane Séjourné, bertés », explique l’entourage de Christian ça ne dure pas trop longtemps, alors OK », ture numérique », estime qu’il s’agit là
question de vie aujourd’hui chef de file des euro­ Jacob, le patron du parti. Une position juge Julien Aubert, député du Vaucluse, qui d’une question de « principe » et de « dé­
ou de mort, députés macronistes. « Il est faux d’équilibriste, tant la problématique sem­ a signé la proposition de loi de Laurence fense des libertés publiques ». Circonspect,
de penser que Big Brother peut ble compliquée à résoudre. Comment con­ Trastour­Isnart, sa collègue des Alpes­Ma­ le député des Alpes­Maritimes Eric Ciotti
le danger est nous sauver », a­t­il dit au Parisien. cilier, en effet, la volonté de tous de lutter ritimes. L’élue a rédigé un texte visant à se demande si on ne « met pas la charrue
grand d’accepter La mesure rencontre également contre la pandémie sans céder un pouce « la création d’une application permettant avant les bœufs ». Il souhaiterait d’abord
l’opposition de certains députés de droits élémentaires ? « Entre ceux qui d’établir et d’informer quant aux déplace­ que tests et masques soient disponibles en
de rogner de l’aile droite de la majorité, sont favorables et ceux qui sont farouche­ ments d’une personne contaminée lors quantité avant d’aborder ce débat. « Tout
nos libertés comme Aurore Bergé (Yvelines). ment contre, il faut trouver un juste milieu, d’une crise épidémique majeure ». n’est pas blanc ou noir », résume pour sa
« Quand il est question de vie ou de c’est une ligne de crête », analyse un cadre. Ancien ministre de l’intérieur de Nicolas part M. Aubert, comparant la gestion de
publiques » mort, face à une crise sanitaire ou A l’Assemblée nationale, où LR est la pre­ Sarkozy, Brice Hortefeux va un peu plus cette crise à un exercice de funambule. Un
AURORE BERGÉ au risque terroriste, le danger est mière force d’opposition, nombre de dépu­ loin en pensant que « la seule ligne qui doit pas du mauvais côté et c’est la chute. 
députée LRM des Yvelines grand d’accepter de rogner nos tés semblent ainsi estimer que le système nous guider est la protection contre ce sarah belouezzane
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 coronavirus | 11

Le plan d’Hidalgo pour sortir Paris du confinement


Dans un courrier adressé à Edouard Philippe, la maire de Paris préconise un dépistage massif des habitants

C
omment, demain, met­ consiste à lancer une enquête épi­ de personnes à risque, comme les un médecin, un tel document
tre un terme au confine­
La Ville a démiologique approfondie. « Les sans­abri et les toxicomanes, est
La Mairie « pourra permettre à toute
ment des Parisiens ? commencé, lundi, pouvoirs publics sont aujourd’hui également en projet. se dit décidée personne immunisée de s’abs­
Comment laisser les ha­ dans l’inconnu sur la diffusion de Au­delà, la Mairie s’imagine traire de certaines obligations de
bitants se déplacer à nouveau
à organiser l’épidémie », regrette­t­elle. Diffi­ volontiers tester les agents du ser­
à « faciliter confinement ou de mesure bar­
sans provoquer immédiatement le dépistage cile d’avancer dans le brouillard. vice public parisien, leurs familles, la mobilisation rière ». Les agents de la Ville pour­
une deuxième vague épidémique Dès que des tests sérologiques mais aussi « les jeunes Parisiens, de raient être les premiers à partici­
dans une ville hyperdense, l’une
généralisé seront disponibles et fiables, la la crèche au lycée », pour préparer
de sites dédiés » per à l’expérimentation.
des métropoles les plus touchées dans les maisons Mairie de Paris juge « indispensa­ la sortie du confinement. pour héberger Parmi les autres propositions
par le Covid­19 ? C’est une des ble » une enquête associant des figure l’idée de « préparer la ville à
questions majeures du moment
de retraite tests sur des échantillons non biai­ Des « certificats d’immunité »
les Parisiens vivre durablement avec masque,
dans la capitale. Après avoir sés, aléatoires et représentatifs de Autre grande proposition : la mise touchés gel hydroalcoolique et gestes bar­
consulté experts et élus, Anne la population, afin, en particulier, en quarantaine des personnes rières ». Il s’agit notamment d’ins­
Hidalgo vient d’élaborer les gran­ structures économiques qui sont d’évaluer l’impact des mesures de infectées, notamment dans des
par le virus taller des distributeurs de gel
des lignes d’un plan pour répon­ restées actives, souligne­t­elle. De confinement et des modifications lieux adaptés. « Il s’agit d’appliquer dans les lieux fréquentés, cer­
dre à ce défi. La maire socialiste de nombreuses personnes positives qui pourraient y être apportées. le principe de séparation physique tains quais de métro par exemple.
Paris a envoyé, lundi 6 avril, un sont rentrées chez elles, contami­ Au­delà de ce sondage, Anne Hi­ entre les personnes saines, les per­ faisantes pour protéger leur entou­ La maire demande aussi à l’Etat
long courrier au premier minis­ nant sans le savoir leur entou­ dalgo et son équipe préconisent sonnes potentiellement contami­ rage d’une contamination ». de formuler « des consignes natio­
tre, Edouard Philippe, pour lui rage, ce qui a conduit à maintenir surtout un « dépistage massif ». nées, en attente de dépistage, et les Le plan élaboré par Anne nales extrêmement claires sur
soumettre ces propositions. un niveau élevé de virus dans la Pas forcément de tous les Pari­ personnes positives au virus », indi­ Hidalgo concerne aussi les l’importance du port du masque
Dans sa lettre, dont Le Monde a population, y compris durant le siens. Mais au moins des « publics que le document transmis à Mati­ personnes qui ont été au contact dans l’espace public ». Elle entend
eu copie, Anne Hidalgo constate confinement. » A ses yeux, « réus­ prioritaires », qui restent à définir. gnon. La Mairie se déclare décidée du virus, et ont été immunisées. aussi répondre aux pénuries de
en premier lieu les défaillances sir le déconfinement » passe donc La Ville a commencé lundi à orga­ à « faciliter la mobilisation de sites Une fois qu’elles auront été iden­ masques, gel, etc., en mobilisant
du confinement tel qu’il est pra­ par « une meilleure gestion du niser le dépistage généralisé dans dédiés et d’hôtels » pour héberger tifiées grâce au dépistage, la Ville le réseau de fabricants locaux. Et
tiqué depuis le 17 mars. « Faute de confinement ». les maisons de retraite, et elle les Parisiens touchés par le virus, propose d’expérimenter « au plus constituer des stocks, pour que la
matériel de protection en quan­ Pour améliorer la situation, la compte faire de même dans les et qui, sans avoir besoin d’être hos­ vite » la mise en œuvre de « certifi­ capitale soit mieux armée face à
tité suffisante, les contamina­ première des dix propositions autres établissements collectifs pitalisés, « ne peuvent être confinés cats d’immunité », dont elles une nouvelle épidémie. 
tions se sont poursuivies dans les avancées par la maire de Paris dont elle a la charge. Un dépistage chez eux dans des conditions satis­ pourraient bénéficier. Délivré par denis cosnard

Un « couvre­feu diurne »
en Guadeloupe
Cette mesure vise à éviter tout
rassemblement durant les fêtes de Pâques

Avec Lumni, France Télévisions accompagne


C’ est une tradition bien
ancrée en Guadeloupe :
pour le week­end pas­
cal, tout le monde se retrouve à la
plage afin de manger le matété, le
nes en réanimation reste stable,
poursuit le préfet. Mais le territoire
est fragile, c’est aussi le premier sur
le podium pour le nombre de cente­
naires. Ce n’est pas le moment
les élèves pour prolonger l’école à la maison.
plat traditionnel de Pâques, à base d’avoir une nouvelle vague de pro­
de crabe, et célébrer la fête en
famille. Durant ces deux jours de
pagation quinze jours après Pâ­
ques. » Dans Le Monde du 6 avril, le
Emploi du temps du lundi au vendredi
clôture de la semaine sainte, les chef du service réanimation du
CP/CE1
plages sont noires de monde. Pas
cette année : le préfet du territoire,
CHU de la Guadeloupe, Michel
Carles, exprimait sa crainte de
9.00 - 10.00 sur
Philippe Gustin, a pris, lundi « l’arrivée d’une deuxième vague, Lumni Primaire : cours de français et de mathématiques
6 avril, un arrêté de couvre­feu avec des cas autochtones, liés à la
allant du samedi 11 avril 14 heures circulation du virus sur l’île ».
8-12 ans CE2 au CM2
au mardi 14 avril 7 heures. Pendant
cette période, tous les commerces, « Liberté d’adaptation » 10.00 - 10.45 10.00 - 11.00
ventes ambulantes et ventes à Autre sujet de préoccupation, le sur sur
emporter, hormis les pharmacies contrôle et la mise en quatorzaine La Maison Lumni, l’émission : Lumni Primaire : cours de français
de garde, seront fermés et les des nouveaux arrivants sur le ter­
déplacements motorisés inter­ ritoire. Deux arrêtés ministériels magazine ludo-éducatif pour les enfants et de mathématiques
dits, à l’exception des déplace­ ont été pris les 21 et 22 mars pour
ments professionnels ou pour restreindre les débarquements de
8-12 ans
raison de santé dûment justifiés.
A la date du 7 avril, la Guade­
passagers dans les outre­mer.
« Nous avons mis en place une qua­
11.00 - 11.45 sur
loupe comptait 139 cas confirmés torzaine stricte pour ceux qui arri­ La Maison Lumni, l’émission : magazine ludo-éducatif pour les enfants
de Covid­19 – depuis le premier vaient sur le territoire, à domicile
cas déclaré le 13 mars –, 27 patients ou dans des lieux réquisitionnés »,
6ème /5ème
hospitalisés dont 13 en réanima­
tion, et 8 personnes décédées. Le
affirmait la ministre des outre­
mer, Annick Girardin, dans un en­ 14.00 - 15.00 sur
confinement a été déclaré dès le tretien à distance sur le réseau La Lumni Collège : cours de français, mathématiques, anglais, histoire-géographie ou sciences
17 mars, comme en métropole. Première, le 31 mars, laissant aux
Depuis le 1er avril, l’ensemble de la préfets une « liberté d’adaptation ».
Guadeloupe et de la Martinique Des témoignages recueillis par 4ème /3ème
est placé sous couvre­feu entre Le Monde laissaient penser que les 15.00 - 16.00 sur
20 heures et 5 heures. Dans ce der­ mesures de contrôle n’étaient pas Lumni Collège : cours de français, mathématiques, anglais, histoire-géographie ou sciences
nier département, où l’on comp­ aussi strictes que les autorités l’af­
tait 151 cas et 4 décès à la même firmaient. M. Gustin s’en défend.
date, le préfet, Stanislas Cazelles, a « Nous avons d’abord dû exfiltrer Lycéens
également annoncé, mardi, une quelque 20 000 personnes qui sé­ 16.00 - 16.45 sur
fermeture des commerces et la journaient en Guadeloupe. Depuis Lumni Lycée : cours de français, mathématiques, anglais,
restriction de la circulation les une semaine, j’ai pris un arrêté ren­ histoire-géographie, physique-chimie et SVT
dimanche et lundi de Pâques. forçant les mesures de contrôle,
M. Gustin justifie cette décision détaille le préfet. C’est d’abord aux
de « couvre­feu diurne ». « C’est compagnies aériennes de s’assurer
8-12 ans
très dur, l’électrochoc est fort mais, que les passagers relèvent bien des 16.45 - 17.30 sur
relayé par l’évêque et le rabbin, il a dérogations autorisées. Ensuite, à La Maison Lumni, l’émission : magazine ludo-éducatif pour les enfants
l’air d’être entendu », explique­t­il. l’arrivée, ils doivent remplir un for­
Depuis plusieurs semaines, les mulaire individuel, avec nom,
autorités religieuses multiplient adresse, téléphone, attestant sur

Et quand vous voulez sur lumni.fr


les adresses aux fidèles pour les l’honneur l’engagement à respec­
appeler à respecter les mesures de ter la quatorzaine à l’adresse indi­
confinement et les règles de pro­ quée. Ils sont appelés tous les deux
tection. La messe des Rameaux, jours. Je ne peux pas mettre un
dimanche 5 avril, célébrée par policier ou un gendarme derrière
l’évêque de la Guadeloupe, Jean­ chacun. Je crois encore à la respon­
Yves Riocreux, et le curé de Basse­ sabilité individuelle. »
Terre, le père Gérard Foucan, a été Lundi 13 avril, le porte­hélicop­
suivie à distance sur Internet et tères Dixmude, avec à son bord
les réseaux sociaux. Pas moins de quatre hélicoptères et du matériel
120 000 connexions ont été enre­ sanitaire, devrait accoster à Poin­
gistrées. Il en ira de même pour te­à­Pitre. Il est attendu comme le
les célébrations de Pâques. messie, mais les Guadeloupéens
« Le virus est là mais le confine­ ne pourront pas guetter son arri­
ment semble porter ses fruits puis­ vée sur les quais. 
que le nombre de cas et de person­ patrick roger
0123
12 | coronavirus VENDREDI 10 AVRIL 2020

A l’Ehpad de La Rosemontoise, « on a vécu l’horreur »


L’établissement, dans lequel 17 personnes sont mortes du Covid­19, a été placé sous administration provisoire

RÉCIT souffrir, surmenage, burn­out, dé­


mission, hécatombe, je ne trouve

C’
est un tableur Excel plus mes mots, pardon. » Michelle
de quatre colonnes. a du mal à parler. Le 18 mars, après
Y sont répertoriés le avoir fait la toilette d’une « dame
numéro de la cham­ qui allait très mal » quelques
bre, l’état civil du résident, ainsi jours auparavant, elle rentre chez
que son besoin d’aide alimentaire. elle, présente des symptômes du
Les 115 noms des pensionnaires de Covid­19, puis est testée positive
La Rosemontoise, une maison de et arrêtée.
retraite située à Valdoie (Territoire Son mari développe lui aussi la
de Belfort), se serrent, imprimés maladie, alors qu’il ne « sortait ja­
sur une feuille A4, entrecoupés de mais, c’est sûrement moi qui ai ra­
l’appellation poétique de leur bâ­ mené ça à la maison ». En détresse
timent d’habitation, les Buis, les respiratoire, il est évacué par le Devant
Chênes, Littoral ou Oasis. Dix­huit SAMU à l’hôpital de Belfort. Mi­ l’Ehpad
lignes sont colorées en vert, pour chelle l’a une dernière fois au télé­ de La
dix­huit personnes âgées isolées phone : « Tu m’as refilé ta saloperie Rosemontoise,
dans leur chambre, que les soi­ de maladie », lui dit­il, comme un à Valdoie
gnants ne peuvent visiter qu’équi­ constat. Elle reverra son mari à la (Territoire
pés de masque et de gants – ils morgue. « J’avais peur de le voir, de Belfort),
sont suspectés « Covid­19 ». Vingt­ mais je l’ai trouvé beau comme le 6 avril.
deux noms sont eux barrés de avant, paisible et reposé. Mais sa MICHAEL DESPREZ/
rouge, ils sont confirmés « Co­ mort, je vais l’avoir sur la cons­ MAXPPP
vid­19 ». Ils n’ont pas plus été tes­ cience pendant un moment. »
tés que les suspects, mais leurs L’aide­soignante poursuit,
symptômes semblent perdurer, émue : « J’ai jamais vécu ça, ils
c’est donc tenue d’astronaute nous ont envoyés à la mort, nous,
pour quiconque va les voir. les petites mains, les ouvriers du
Dans la case « aide alimentaire », soin, je trouve ça honteux. On a tra­
il y a aussi parfois trois lettres : vaillé sans masque, on n’a pas été
DCD, et une date. Au matin du protégés. La directrice, la première
3 avril, à la date du document que semaine de mars, alors que l’épidé­
Le Monde a pu consulter, treize mie avait déjà commencé dans
personnes étaient mortes dans l’Est, elle était en vacances, elle n’a
cet établissement d’hébergement pas fermé les portes de l’Ehpad,
pour personnes âgées dépendan­ tout le monde circulait. J’ai une col­ On n’arrêtait pas de dire qu’on tra­ la corde. On aurait bien aimé avoir postulé à la réserve sanitaire, a été
tes (Ehpad). Depuis, le bilan s’éta­ lègue, elle est en réanimation, en­ vaillait dans de mauvaises condi­ un responsable avec nous pour
« La Rosemontoise, recruté pendant le week­end. Il a
blit à dix­sept victimes. tre la vie et la mort. Vous vous ren­ tions, mais ça ne changeait rien, au qu’il se rende compte de la réalité. c’est plus pris son poste de directeur mardi.
Ce tableau a déclenché une prise dez compte ? », s’insurge­t­elle. contraire c’était de pire en pire, de Eux, ils écrivent sur le papier, ils Ancienne professeure de lettres,
de parole assez rare pour un maire moins en moins humain dans cette mettent des affiches, ils envoient
de la moitié Geneviève Chevrolat­Péchoux
de commune. Bien sûr, Corinne « On s’est sentis abandonnés » maison. Fin février début mars, les des mails et ils racontent que tout des décès préside depuis cinq ans le conseil
Coudereau, l’édile (Union des dé­ Depuis, Michelle n’a qu’une hâte : informations à la télé étaient de va bien ! En vrai, ça a été le bordel qui représente les familles et les
mocrates et indépendants) sor­ reprendre son travail. « Je suis plus en plus alarmantes, mais au pendant un mois. Le Covid, c’est
en Ehpad du résidents de La Rosemontoise. Sa
tante et battue de Valdoie, a l’habi­ toute seule maintenant, mais mes travail rien n’avait changé. Nous, l’horreur, mais il ne faut pas tout département » mère y a vécu pendant huit ans
tude des réseaux sociaux – elle est collègues, c’est ma famille. Là­bas, on n’avait pas de consigne, on tra­ lui foutre sur le dos ! Aujourd’hui, avant de mourir en 2019, et elle est
FLORIAN BOUQUET
chargée de communication de j’aime bien chouchouter les pen­ vaillait comme d’habitude, on a vu c’est moins pire, désolée de le dire, restée en contact quotidien avec
président du conseil départemental
profession. Mais ce samedi 4 avril, sionnaires », termine­t­elle, en ci­ des visiteurs passer toute la jour­ mais on a plus de dix­sept résidents les soignants de l’institution. Dès
du Territoire de Belfort
après avoir encore appris de nou­ tant de tête les noms de tous ceux née. Nous, on a commencé à avoir en moins à s’occuper. (…) Tout ça, janvier, avant même l’arrivée du
veaux décès, elle prend son porta­ qui sont partis, agrémenté d’un un début de consignes le 5/03 (…). c’est fragile, un jour ça marche, le virus, elle a envoyé des lettres à la
ble et se filme. « Je vois évoluer ces « ah, elle était très gentille ! » ou Quand la direction a pris la déci­ lendemain ça foire. On a vécu l’en­ direction, à l’ARS, au conseil dépar­
tableaux à chaque transmission, « lui, il venait des Vosges ». « Il n’y sion de confiner les résidents dans fer pendant le mois de mars. » analyse Florian Bouquet, le prési­ temental pour signaler les diffi­
avec toujours plus de lignes rouges avait pas une personne qu’on ne leur chambre, il a fallu qu’on se dé­ dent (Les Républicains) du conseil cultés de l’Ehpad. « Je n’arrêtais pas
et les décès qui se succèdent les uns pouvait pas aimer là­dedans. » brouille encore avec ça. Les collè­ « Un laisser-aller » départemental. La fragilité de de dire “à croire qu’ils attendent un
après les autres. Comment peut­on Que s’est­il passé à La Rosemon­ gues ont distribué les repas, mais L’enfer de Sandrine, Michelle et les l’établissement, la légèreté mana­ mort”, et il y en a eu plusieurs. »
les laisser mourir seuls dans leur toise, établissement géré par l’as­ on s’est vite rendu compte que les autres a fini par alerter les autori­ gériale ont pu se répercuter sur le Passionnée de gérontologie,
chambre sans même essayer de sociation Servir – contactée, elle résidents ne mangeaient pas. Les tés de tutelle de l’Ehpad, l’agence nombre de morts. » A titre de Geneviève a beaucoup écrit : un
sauver de pauvres personnes vul­ n’a pour l’instant pas répondu –, jours passaient et ils perdaient le régionale de santé (ARS) de Bour­ comparaison, l’élu cite le grand livre, un blog, quatre lettres à
nérables ? », s’exclame­t­elle. qui avait pourtant bonne réputa­ moral, l’appétit, leur autonomie gogne­Franche­Comté, et le con­ établissement public de son terri­ Emmanuel Macron pour dénon­
Mille huit cents partages et tion dans la région, pour qu’une pour manger. C’était le bordel ! Une seil départemental du Territoire toire, où il n’y a « que » onze victi­ cer la « catastrophe sanitaire des
270 commentaires de sa vidéo telle hécatombe ait lieu ? Alors organisation qui ne tenait pas la de Belfort. Le 6 mars, une pre­ mes pour 400 résidents : « La Ro­ Ehpad ». « Le Covid dans les Ehpad,
plus tard, Corinne Coudereau que souvent les autorités sanitai­ route, pas de verre dans les cham­ mière inspection constate qu’il semontoise, c’est à elle toute seule ce n’est pas qu’une fatalité. C’est
parle de « coup de gueule pour bri­ res se réfugient derrière une bres pour leur donner à boire, pas n’y a aucune restriction des visi­ plus de la moitié des décès en une tragédie qui s’inscrit dans un
ser l’omerta des Ehpad », tou­ forme de fatalisme quand le virus d’aide­soignant pour les faire man­ tes, alors que La Rosemontoise Ehpad du département. » malaise beaucoup plus profond,
chée d’avoir dû signer autant de flambe dans une maison de re­ ger. (…) Les toilettes, on les faisait n’est qu’à 45 kilomètres de Mul­ Alors, le 3 avril, Florian Bouquet qui dit des choses de nous en tant
fermetures de cercueil, elle qui traite, il pourrait y avoir ici un lien comme on pouvait, vite fait. Les house (Haut­Rhin), l’un des plus a fait une audioconférence avec que société. Ça dit des choses sur
n’en signait en général qu’une à entre le nombre de décès et la ges­ changes, c’était la catastrophe, ça gros foyers épidémiques français. les dirigeants de l’ARS. Ensemble, notre sexisme : les aides­soignan­
deux par mois. tion compliquée de l’Ehpad. sentait mauvais dans tous les cou­ Le 14 mars, nouveau contrôle, un ils ont pris une décision raris­ tes, ce sont toutes des femmes de
Au téléphone, Michelle a Comme Michelle, Sandrine est loirs, on retrouvait des résidents à registre a bien été installé à l’en­ sime, une première en France milieu populaire, qu’on n’écoute
d’abord demandé que son pré­ soignante à La Rosemontoise. Elle moitié nus. Le soir, on les couchait trée, mais personne n’est à l’ac­ depuis le début de l’épidémie : La pas quand elles disent que c’est
nom soit modifié, par peur de la aussi n’a pas voulu donner son vite fait bien fait, les pauvres. Et cueil, les visiteurs déambuleraient Rosemontoise a été mise sous ad­ intenable, qu’on considère comme
direction de La Rosemontoise. vrai nom, mais elle a transmis au bon sang !, de plus en plus d’escar­ encore dans l’établissement. ministration provisoire. « On a si­ des torche­culs. Ça dit aussi des
Aide­soignante depuis trente ans, Monde un texte, dont la colère res à soigner ! On n’était jamais as­ « Il y avait un laisser­aller dans gné l’arrêté avec l’ARS, et un huis­ choses sur notre âgisme : les vieux
elle bafouille un peu, s’en excuse, transpire à chaque ligne : « On s’est sez, des collègues tombaient mala­ cet Ehpad depuis le changement sier l’a délivré à la directrice. C’est ne sont plus que des torchés, on les
et saisit finalement un papier, sur sentis abandonnés tout au long du des tous les jours (…). de direction, beaucoup d’absen­ une décision très brutale, mais a sortis de la société. Ces aides­soi­
lequel elle a noté tout ce qu’elle mois de mars. On galérait déjà de­ On a craqué les uns après les téisme et de turn­over, un mal­être c’est notre manière de dire “ça suf­ gnantes de La Rosemontoise, elles
voulait dire : « Manque de person­ puis Noël, on n’avait plus d’IDEC autres, on a pleuré beaucoup, on se au travail prégnant. Les choses se fit, et on décide maintenant”. » sont invisibles, alors que ce sont
nel, pas de temps pour les toilet­ [infirmière cadre de santé en Eh­ demandait si on était maltrai­ délitaient, et c’est devenu encore Un haut fonctionnaire retraité des héroïnes. » 
tes, pas de temps pour discuter, pad] et plus de directrice adjointe. tants, tellement on nous tirait sur plus criant en pleine pandémie, du ministère de la santé, qui avait lorraine de foucher

Les portes de l’université de Nantes fermées jusqu’en septembre


Les 37 000 étudiants passeront à distance tous les examens des connaissances, dont les modalités restent à définir

F ace au casse­tête de l’orga­


nisation des examens,
l’université de Nantes a
tranché : c’est à distance
qu’auront lieu les partiels de ses
Dominique Averty, vice­prési­
dent formations et vie universi­
taire. Ils étaient nombreux à nous
demander s’ils devaient garder
leur logement en vue d’un éven­
épreuves calibrées dans des délais
plus contraints pourront aussi
être prévues, en fonction des exi­
gences des enseignants.
luations de substitution » doivent
être mises en place « à la sortie du
confinement, pour de petites co­
hortes », soit en présentiel soit
sur des ordinateurs de l’univer­
ments et le maximum d’examens
pour un maximum d’étudiants »,
résume­t­il. Mais « plutôt que
d’aller vers une certification à
tout prix, on aurait pu distin­
d’oraux de groupe par la pré­
sentation d’un diaporama, par
exemple.
Initiée par plusieurs mouve­
ments étudiants tels que la Fédé­
37 000 étudiants et l’établisse­ tuel retour à la fac. » Pétition en ligne sité. « Nous allons mettre en guer les années à fort enjeu, en fin ration syndicale étudiante, L’Al­
ment ne rouvrira pas ses portes Concernant les modalités de ces L’urgence est actuellement au re­ place un règlement, prévient de cycle, et celles qui sont moins ternative et L’Union des étu­
avant septembre. « Au vu des in­ évaluations à distance, chaque censement des besoins des étu­ Dominique Averty, car bien sûr cruciales pour lesquelles il aurait diants communistes, une péti­
certitudes sur la durée de confine­ formation devra les communi­ diants, dont 33 % sont boursiers, ce ne sera pas aux étudiants de été envisageable de neutraliser tion contre les examens à
ment et sur les modalités de dé­ quer au moins quinze jours à en matériel informatique et en décider s’ils passent ou non ces les examens. » distance, lancée mercredi 8 avril,
confinement, nous devons pren­ l’avance. « On sait que tous les étu­ abonnement Internet. Avec le épreuves à distance ou à l’issue Quant aux modalités d’évalua­ recensait jeudi matin plus de
dre nos responsabilités dans l’inté­ diants ne peuvent se connecter de lancement d’une campagne de du confinement. » tion des connaissances, « des di­ 2 500 signatures. Compte tenu de
rêt de nos étudiants », indique son la même façon. Il faut donc, sondage par SMS, l’établissement Maître de conférences en scien­ zaines de scénarios sont possi­ la fracture numérique, une seule
président, Olivier Laboux. autant que faire se peut, leur pro­ nantais espère être fixé à l’issue ces de l’information et de la com­ bles », poursuit l’enseignant, de­ solution s’impose à leurs yeux :
« Il fallait prendre rapidement poser des examens sous forme de des vacances de printemps de la munication, Olivier Ertzscheid puis la plate­forme de l’univer­ la validation automatique pour
une décision car le flou compli­ réflexion à mener ou de dossiers à zone B, le 27 avril. se dit « soulagé » : « La doctrine sité, Moodle, qui permet de tous de ce deuxième semestre
quait chaque jour un peu plus rendre en laissant du temps pour Pour ceux qui passeraient en­ est claire : on doit terminer l’an­ planifier des QCM en temps li­ universitaire. 
la vie de nos étudiants, explique les réaliser », détaille­t­il. D’autres tre les mailles du filet, « des éva­ née avec le maximum d’enseigne­ mité jusqu’au remplacement soazig le nevé
0123
14 | coronavirus VENDREDI 10 AVRIL 2020

Prison : pas de bon de sortie pour les prévenus


La chambre de l’instruction de la cour d’appel examinait mercredi les demandes de libération de détenus non jugés

REPORTAGE Pour la première

E
n l’espace de trois semai­ fois depuis
nes, le nombre des déte­
nus a baissé de près de
le début du
8 000. Mardi 7 avril, on confinement, les
comptait 64 439 personnes en
prison, selon les chiffres dévoilés
comparutions par
mercredi par Nicole Belloubet, la visioconférence
ministre de la justice. Mais cha­
cun n’a pas droit à un bon de sor­
sont majoritaires
tie. En particulier les prévenus,
ceux qui ne sont pas encore jugés,
pour qui les portes des prisons de façon exceptionnelle sa déten­
sont bien gardées. tion. « A vous d’entrer en résis­
Ainsi, mercredi, la chambre de tance », lance l’avocate, en affir­
l’instruction de la cour d’appel de mant que « certains magistrats
Paris a refusé de remettre en li­ sont entrés en opposition, comme
berté onze des treize personnes à Créteil, en décidant de conserver
détenues dont les dossiers lui le débat sur le maintien en déten­
étaient soumis. « C’est la première tion pendant l’état d’urgence sani­
fois depuis le début du confine­ taire ». Pour l’avocat général,
ment que nous avons du gel et des Bruno Revel, au contraire, la de­
masques », se réjouit Pascale Be­ mande de prolongation de déten­
lin, la présidente, en ouvrant tion provisoire est devenue sans
l’audience à 9 heures dans un pa­ objet puisque l’ordonnance prise
lais de justice vide sur une île de la le 25 mars par le gouvernement
Cité déserte. Mais, très vite, elle prolonge de six mois sa durée
fait glisser, comme la greffière, maximale dans les affaires crimi­
une assesseure et l’avocat géné­ nelles. Un raisonnement retenu
ral, le masque sur son cou. « C’est par la cour. Une cinquième année
plus pratique… » Une seule magis­ de détention provisoire va ainsi
trate porte des gants pour manier s’entamer sans débat.
les dossiers et, en héroïne des ges­
tes barrières, conservera son mas­ Testé positif au Covid-19
que pendant les près de six heu­ Le contentieux des libertés devant
res que durera l’audience. la chambre de l’instruction est
« Vous restez derrière la vitre technique et n’attire guère les fou­
pour parler et vous gardez votre les en temps normal. Seule la
masque », intime la présidente à presse y est autorisée en ces jours
l’accusé qui vient d’être amené de crise sanitaire. Cette juridiction vid­19 fin mars. Le juge d’instruc­ torque son avocate. Et de souligner de mise en liberté sous contrôle ju­
dans le box par un gendarme sans est saisie par les intéressés qui con­ tion a décidé le 1er avril sa mise en que « c’est un détenu modèle, qui a
La chambre diciaire n’inspirent pas confiance.
masque. Ils sont encore quatre ce testent le rejet d’une demande de liberté d’office sous réserve du été placé dans le quartier dit de con­ de l’instruction Le greffe de la prison lui signi­
matin à avoir été extraits de leur mise en liberté par le juge des li­ paiement d’une caution de fiance de la prison. Il n’a aucun ca­ fiera plus tard dans la journée que
cellule des prisons de Fleury­Mé­ bertés et de la détention, ou à la de­ 150 000 euros, qui a été versée dès sier judiciaire et offre toutes les ga­
de la cour d’appel la cour a rejeté son recours.
rogis (Esssone), Villepinte (Seine­ mande du parquet général qui le lendemain, et de son héberge­ ranties de représentation ». Main­ a refusé la remise Comme pour Konan, qui, à Ville­
Saint­Denis) ou Meaux­Chauco­ s’oppose à une décision de mise en ment loin de Paris, à Montpellier. tien en détention, jugera la cour. pinte depuis seize mois pour une
nin (Seine­et­Marne) pour cette liberté. C’est le cas de Mohamed L’avocat général s’oppose à la li­
en liberté tentative de viol dont l’instruction
audience où, pour la première Sylla, célèbre rappeur connu sous bération du rappeur de 25 ans, « Parlez moins vite et articulez » de onze des est close depuis août, va devoir at­
fois depuis le début du confine­ le nom de MHD, incarcéré depuis soupçonné d’avoir participé Les garanties de représentation, tendre plusieurs mois encore en
ment, les comparutions par visio­ janvier 2019 à la prison de la Santé en 2018 au lynchage d’un homme c’est ce qu’il manque à Firmin (les
treize détenus prison son procès.
conférence sont majoritaires. à Paris pour une affaire qui a dé­ dans le cadre d’une rixe entre deux prénoms ont été changés), mis en Le parquet général, qui a de­
Lui a été placé en détention pro­ frayé la chronique. Sur le grand bandes parisiennes. Il invoque le examen pour blanchiment issu mandé le maintien en détention
visoire en juin 2016. L’instruction écran de la visioconférence, il ap­ « trouble à l’ordre public » que cau­ d’un trafic de stupéfiants, un délit risque sanitaire qui pèse sur les dans l’intégralité des dossiers, n’a
a été close il y a douze mois déjà. paraît assis à une table, un carré de serait une telle libération, « le ris­ passible du tribunal correctionnel prisons. Surtout, si son client en revanche pas été suivi dans le
Son procès devant les assises de papier blanc à la main, seul dans que de concertation » entre les et non un crime. Si l’image de la vi­ n’avait pas reconnu la propriété cas de Dimitri, incarcéré avec deux
Paris pour meurtre avec prémé­ une pièce de la maison d’arrêt. auteurs, puisque l’un d’entre eux sioconférence de Villepinte est des 3 000 euros couverts de parti­ autres détenus dans une cellule à
ditation, initialement prévu fin « Ça fait quinze mois que j’essaie n’a toujours pas été identifié, et « le bien meilleure, ce n’est pas le cas cules de cocaïne et de cannabis Nanterre depuis plus de quatre
avril, forcément reporté, pourra de prouver mon innocence. risque de réitération ». du son. « Parlez moins vite, moins trouvés dans une planque bien mois pour le vol de sept scooters. Il
peut­être se tenir avant la fin de Aujourd’hui, c’est un autre combat, « Les juges d’instruction, ceux qui fort et articulez », demande la pré­ garnie, « seul élément au dossier, devait être libéré dans la soirée et
l’année, sinon en 2021, on ne sait contre la maladie. J’ai eu peur de connaissent le mieux les dossiers, sidente après avoir constaté aux dit­elle, il ne serait pas là placé sous contrôle judiciaire avec
pas. La question posée est de sa­ mourir ici. » Mis en examen pour ne libèrent pas tout le monde, ils grimaces des autres magistrats aujourd’hui ». Mais les trois adres­ une caution de 20 000 euros jus­
voir s’il faut un débat ou non homicide volontaire, il est tombé font le tri, cette libération d’office a qu’elle n’est pas la seule à ne pas ses successives qu’il donne pour qu’à son procès. 
pour prolonger une nouvelle fois malade et a été testé positif au Co­ été décidée en responsabilité », ré­ comprendre. L’avocate invoque le indiquer son hébergement en cas jean­baptiste jacquin

Pour célébrer la Pâque juive, « on s’adapte, on réinvente » TERRORIS ME


L’assaillant de Romans-
sur-Isère mis en examen
et placé en détention
Les autorités rabbiniques l’ont répété : pas question de quitter son lieu de confinement pour des retrouvailles familiales Abdallah Ahmed­Osman,
qui a tué au couteau deux
personnes, samedi 4 avril, à
Romans­sur­Isère (Drôme) et

P essah, la Pâque juive, com­


mémore la délivrance des
Hébreux de l’esclavage.
Mais le confinement impose un
tour particulier à cette grande fête
viande et de légumes) et de la « re­
cette secrète du mélange d’épices »
de sa mère. « Pour moi, ce sont des
souvenirs d’enfance, après la
guerre, explique Michèle, une Pari­
Yves, qui est « le
plus religieux »
de la famille,
numérique » jeudi soir. Alors pour
mercredi, chacun a fait son choix.
« Nous sommes pratiquants et tra­
ditionalistes, on ne téléphonera
pas, a tranché Gaëlle. La situation a
nous mangerons la même chose
ensemble. » Yves, qui est « le plus re­
ligieux » d’une famille davantage
animée par la tradition, a prévu un
séder « avec l’iPad sur la table » et la
blessé cinq autres, a été mis
en examen mercredi pour
« assassinats et tentatives
d’assassinat en relation avec
une entreprise terroriste » et
de la libération, qui a lieu mer­ sienne de 87 ans, qui demeure a prévu un séder une dimension spirituelle, il faut famille en visioconférence. « Je ne placé en détention provisoire.
credi 8 et jeudi 9 avril. Habituelle­ seule. Je revois mon père commen­ encore plus respecter cette fête. Un sais pas si ce sera aussi intense. Les gardes à vue de deux
ment, le rituel du séder est l’occa­ tant, expliquant. A Pessah, on es­
« avec l’iPad sur de mes frères va appeler ma mère, Mais ma mère meurt si on ne l’ap­ Soudanais, un réfugié proche
sion pour les familles élargies de saie de mieux comprendre. C’est un la table » je suis un peu rassurée. » pelle pas ce soir ! La vie est plus im­ d’Ahmed­Osman, lui­même
se retrouver autour d’une grande événement familial, mais aussi in­ Michèle va sans doute utiliser portante que tout », tranche­t­il. de nationalité soudanaise,
tablée pour lire la Haggada (le ré­ tellectuel. Je vais dans les familles une plate­forme vidéo, « avec un Les matsot (galettes sans levain) et un demandeur d’asile,
cit de l’Exode), instruire les plus ou les belles­familles des enfants, « Ma mère est confinée pas loin, et petit sentiment de culpabilité », ont été achetées et réparties, le vin ont, elles, été levées. – (AFP.)
jeunes dans une atmosphère ani­ des petits­enfants. On est très nom­ ça me tue », résume Gaëlle, 56 ans, mais pour « empêcher que les cho­ aussi, tout comme les ingrédients
mée et chaleureuse. Mais l’épidé­ breux. On rit beaucoup. C’est le plai­ une autre Strasbourgeoise. Mais ses soient encore pires ». Après du plateau traditionnel. POLIC E
mie de Covid­19 interdit ces re­ sir de se retrouver. C’est l’Histoire et elle ne veut pas prendre de risque. tout, estime­t­elle, « le confine­ En dépit de la séparation des gé­ Yvelines : la fillette
trouvailles familiales. les histoires individuelles. » Deux de ses enfants sont encore ment, c’est la séparation, c’est le nérations, Muriel n’est pas loin de blessée à la tête
Avec les autorités sanitaires, les à la maison, mais un autre, marié, contraire de Pessah, qui est la réu­ penser que ce Pessah à nul autre est sortie du coma
autorités rabbiniques l’ont répété : Réunir virtuellement la famille est parti ; sa femme a été touchée nion ». Isabelle, qui n’est « pas très pareil aura des vertus en termes de La petite fille de 5 ans
pas question de quitter son lieu de Parce que le rituel de Pessah est par le coronavirus. religieuse », mais « tien[t] aux tradi­ transmission. « Cette fois, expli­ grièvement blessée à la tête
confinement pour se rendre chez structuré par la transmission en­ Comment adoucir cet éloigne­ tions », aura « peut­être un Zoom que­t­elle, nous n’avons pas pu en marge d’échauffourées
ses parents, ses enfants ou chez tre les générations, il est d’autant ment forcé ? Les autorités religieu­ avec une partie de la famille ». nous reposer sur les anciens. Nous samedi 4 avril entre jeunes
qui que ce soit. Cette année, plus difficile d’être dans l’impossi­ ses ne sont pas unanimes sur la A Paris, chez Muriel, 57 ans, les avons dû prendre en main les pré­ et policiers, à Chanteloup­les­
comme l’a résumé avec humour le bilité de se retrouver. A Stras­ question de savoir s’il est licite choses ont été organisées en paratifs. Chacun a participé, pour Vignes, est sortie du coma et
Conseil représentatif des institu­ bourg, Isabelle, 58 ans, doit se ré­ d’utiliser le téléphone ou une ap­ amont. « Je serai chez moi avec faire un plat ou pour s’occuper des son état est stable. Une exper­
tions juives de France, il faut « sor­ soudre à laisser sa mère seule : plication de visioconférence le deux de nos trois enfants. Mon ex­ connexions. On s’adapte, on réin­ tise médicale « aura lieu dans
tir d’Egypte sans sortir de chez soi ». « C’est trop risqué », tranche­t­elle. soir de Pessah pour réunir virtuel­ mari, chez lui. Notre fille, chez elle. vente. On peut même le compren­ quelque temps », dès que l’état
Pour beaucoup, c’est un crè­ Dans son entourage, « beaucoup lement la famille. Haïm Korsia, le On sera ensemble sur FaceTime. Il dre comme un passage de relais. de l’enfant le permettra,
ve­cœur. Car qu’on soit pratiquant de personnes sont à l’hôpital, par­ grand rabbin de France, a jugé que dira les bénédictions, les principales Cette fois, les jeunes sont aux com­ pour déterminer si l’arme
ou non, Pessah est un élément fois dans le coma ». Elle ne pourra non. Mais les courants libéraux étapes. Des neveux et des nièces mandes de l’organisation. Saurons­ d’un policier a pu provoquer
marquant de la mémoire fami­ pas non plus faire, comme c’était réunis dans Judaïsme en mouve­ participeront aussi. On s’est réparti nous faire pour la lecture de la Hag­ cette blessure, ou bien « une
liale. Pour Yves, dont la famille prévu, la connaissance de son pre­ ment, qui diffuse des offices de les plats à préparer, et une nièce in­ gada ? Nous ne pourrons plus être pierre ou tout autre objet »,
vient de Tunisie, elle est indisso­ mier petit­fils, qui devait arriver shabbat depuis le confinement, firmière a procédé à la répartition spectateurs de nos aînés. »  a précisé une source proche
ciable du goût du msoki (ragoût de mercredi avec ses parents. ont prévu d’organiser un « séder des plats pendant sa tournée. Ainsi, cécile chambraud du dossier. – (AFP.)
Main dans la main
avec nos soignants

Depuis toujours NAOS s’engage auprès de vous, médecins, pharmaciens,


professionnels de santé.

Aujourd’hui notre département dermatologique BIODERMA est à votre


service, 24H/24 pour vous conseiller et mettre à votre disposition
gratuitement :
> un kit d’urgence pour le personnel hospitalier composé de solutions
hydroalcooliques et de crèmes Atoderm Mains, soin réparateur
> un kit pour les médecins généralistes et corps hospitalier composé de
crèmes lavantes Atoderm Intensive Gel Moussant et de crèmes hydratantes
Atoderm Intensive Baume

Attention, sous un masque la peau se déshydrate et l’usage intensif du gel


hydroalcoolique abîme la peau, provoque des irritations et affaiblit son
effet barrière.

C’est la raison pour laquelle toutes nos équipes sont mobilisées.


Mobilisées pour aider votre peau à jouer pleinement son rôle de barrière
protectrice, en préservant son écosystème.

Le département dermatologique BIODERMA a choisi de prioriser cette


action à ses activités commerciales pendant la période de confinement.

Département dermatologique BIODERMA


FONDATION ACTIONNAIRE NAOS
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 coronavirus | 17

Climat : des appels à verdir les plans de relance


Après 2008, les programmes de soutien à l’économie avaient abouti à une forte hausse des émissions de CO2

L
a crise économique pro­ renouvelables et aux véhicules
voquée par la pandémie électriques, renforcement du pro­
de Covid­19 va­t­elle ré­ jet européen d’« Airbus des batte­
duire à néant les efforts ries »… Le choix des projets à
pour limiter les effets du chan­ épauler ou à lancer sera crucial.
gement climatique ? Ou sera­t­ Pour Michael Liebreich, de
elle l’occasion d’orienter les plans Bloomberg New Energy and Fi­
de relance massifs en prépara­ nance (BNEF), la priorité n’est pas
tion vers la transition énergéti­ de favoriser les parcs éoliens et so­
que et écologique ? laires, qui sont peu chers et renta­
« Il est très important que les bles dans la plus grande partie du
gouvernements ne pensent pas monde. Il appelle plutôt à des in­
uniquement en termes de relance vestissements ciblés pour opérer
de l’économie et s’attachent à la la nécessaire transformation des
construction d’un meilleur futur, réseaux électriques et des infras­
alerte Fatih Birol, le directeur exé­ tructures de stockage, afin qu’ils
cutif de l’Agence internationale de puissent absorber l’intermittence
l’énergie (AIE). Les plans de relance des énergies renouvelables. Des
sont d’une ampleur qui n’arrive chantiers coûteux, qui ne peu­
qu’une fois par siècle, au regard vent qu’être lancés par la puis­
des montants mobilisés. Cela va sance publique.
structurer l’économie et donner Pour sélectionner les projets qui
forme au monde dans lequel nous pourraient faire partie d’un plan
allons vivre. » de relance, Stéphane Hallegatte,
Pour l’économiste Helen économiste à la Banque mon­
Mountford, vice­présidente du diale, a listé trois critères princi­
World Resources Institute, « les paux : le nombre d’emplois créés,
gouvernements et les entreprises les bénéfices de moyen terme et
qui échafaudent les mesures de re­ la contribution à la décarbona­
lance ont deux choix : soit ils nous tion. « Beaucoup de projets peu­
piègent pour encore plusieurs dé­ vent marquer des points dans ces
cennies dans un modèle de déve­ trois catégories », estime­t­il, ci­
loppement polluant, inefficace, tant l’efficacité énergétique, la
carboné et non soutenable ; soit protection de la biodiversité ou
ils en profitent pour accélérer le les transports durables.
basculement vers une énergie et Cette réflexion se heurte toute­
des transports bas carbone, qui fois à une question essentielle :
apporteront des bénéfices écono­ comment mettre en œuvre la
miques à long terme ». transition énergétique lorsque tion des sols. De la même façon, il ayant demandé de décaler cet ob­ que les compagnies aériennes
des pans entiers de l’économie
Les prix serait absurde de creuser la dette jectif. En raison de la crise, 37 dé­ puissent repousser de deux ans le
Investissements ciblés sont en grande difficulté ? En Eu­ du pétrole, publique pour financer l’achat de putés européens conservateurs et paiement de certains impôts,
Pour mettre en œuvre la transi­ rope, des dizaines de milliers SUV, qui sont incompatibles avec d’extrême droite ont demandé, le sans, dans le même temps, fixer
tion énergétique, certaines pistes d’emplois sont menacés dans l’in­
historiquement la neutralité carbone », avance le 30 mars, « de reporter les nouvelles de cadre pour la transition du sec­
apparaissent évidentes aux ex­ dustrie, à brève échéance, sans bas, sont député européen Pascal Canfin législations dans le cadre d’initiati­ teur. Plusieurs centaines d’ONG
perts. Les Etats devraient com­ soutien public. Par ailleurs, les (Renew Europe). ves telles que le Green Deal euro­ ont signé un appel, lundi, pour
mencer par soutenir en priorité la prix du pétrole, à un niveau histo­
une tentation Pour la présidente de l’associa­ péen ». Et des pays, comme les demander qu’il n’y ait pas de sau­
rénovation énergétique des bâti­ riquement bas, représentent une très grande de tion altermondialiste Attac, Auré­ Pays­Bas, sont déjà en train de re­ vetage des compagnies aériennes
ments et toutes les actions per­ tentation très grande de ne pas lie Trouvé, il faut aller plus loin en venir sur certains de leurs enga­ « sans une fin des exemptions fis­
mettant de réduire la consomma­ changer de modèle énergétique.
ne pas changer conditionnant « toutes les aides gements climatiques. cales » et à la condition que l’in­
tion d’énergie. « C’est un secteur D’ailleurs, après la crise de 2008, de modèle des banques centrales et des ban­ Les industriels comptent bien dustrie aéronautique s’aligne sur
qui permet de faire baisser les la reprise économique s’est ac­ ques publiques à une transition en tirer parti : dans une lettre une trajectoire de 1,5 °C.
émissions de gaz à effet de serre, compagnée d’une forte hausse
énergétique écologique et sociale des entrepri­ adressée à Ursula von der Leyen le Aux Etats­Unis, le massif plan
tout en créant beaucoup d’em­ des émissions de CO2 – elles ont ses ». Attac, la CGT et Greenpeace 30 mars, le lobby européen de de soutien de 2 000 milliards de
plois », souligne M. Birol. augmenté de 5 % en 2010. « Gérer ont lancé une pétition en ce sens, l’automobile demande, à mots dollars voté par le congrès, le
Une action coordonnée entre seulement la crise à court terme se­ la production d’électricité à partir mardi 7 avril, appelant les plans couverts, de relâcher les régle­ 25 mars, ne contient aucune de
une très forte augmentation de la rait une erreur monumentale. de charbon, ou d’activités non ren­ de relance à cibler « uniquement mentations sur les émissions de ces orientations. « Ce n’est pas à
commande publique et une mo­ C’est ce qui a été fait en 2008 et tables comme le gaz, le pétrole de les besoins sociaux et écologiques CO2 des véhicules. « Cette crise se­ propos du ridicule Green New
bilisation du secteur privé per­ cela a conduit à un ralentissement schiste ou les sables bitumineux. » des populations ». coue tout le monde, mais il ne faut Deal. Il s’agit de remettre nos excel­
mettrait de relever ce premier de l’action contre le climat », souli­ Plusieurs voix s’élèvent ainsi Le débat s’annonce houleux en pas aller trop loin dans la remise lents travailleurs et entreprises au
défi. A l’image de la campagne de gne Laurence Tubiana, la prési­ pour conditionner les aides aux Europe. Quelques semaines avant en cause : il va falloir protéger l’in­ travail ! », a ainsi tweeté Donald
plus de 4 milliards de dollars dente de la Fondation euro­ entreprises des secteurs aérien ou le début de la crise sanitaire, la dustrie européenne », s’inquiète Trump, le 24 mars. Quelque
(3,7 milliards d’euros) menée, péenne pour le climat. automobile à des engagements Commission européenne posait un patron français. 50 milliards de dollars sont pré­
en 2011, par l’administration M. Liebreich est plus catégori­ plus fermes en faveur de la transi­ les fondations de son Green New D’autres secteurs, comme le gaz vus pour soutenir le secteur aé­
Obama aux Etats­Unis, qui a per­ que : « Aucun plan de relance ne tion écologique. « Il faudra aussi Deal, afin d’atteindre la neutralité ou l’aérien, s’activent en coulisses rien – là aussi, sans aucune forme
mis d’isoler des centaines de mil­ doit bénéficier aux entreprises qui éviter de financer des projets qui carbone d’ici à 2050. Mais cette pour débloquer des fonds de sou­ de contrepartie. 
liers de logements. ne sont pas viables dans un monde n’ont aucune rationalité pour le perspective est déjà remise en tien et réduire les ambitions envi­ audrey garric,
D’autres axes apparaissent clai­ bas carbone – qu’il s’agisse des climat, comme des zones commer­ cause, plusieurs pays, dont la Po­ ronnementales de l’Union euro­ perrine mouterde
rement : soutien aux énergies compagnies aériennes low cost, de ciales, qui aggravent l’artificialisa­ logne et la République tchèque, péenne. La France a ainsi obtenu et nabil wakim

En France, les pistes pour associer reprise et transition écologique


Rénovation des logements, développement des énergies renouvelables et des transports en commun… les propositions se multiplient

I maginer le monde d’après.


Un monde plus résilient, plus
sobre, plus solidaire. Un
monde capable de résister aux
chocs sanitaires, mais aussi cli­
circulation des véhicules les plus
polluants puis en interdisant leur
vente, ou en développant les in­
frastructures de recharge pour vé­
hicules électriques.
assume Isabelle Autissier, la pré­
sidente du WWF. En gelant les sub­
ventions au secteur fossile, par
exemple, on décourage l’utilisa­
tion de ces énergies et on encou­
pose une hausse des droits de suc­
cession et de mutation pour les
plus gros patrimoines ou une ex­
tension de la taxe sur les transac­
tions financières. « Il faut assumer
Au-delà
de la volonté
politique se pose
Au­delà de la volonté politique,
se pose la question de l’adhésion
de la population. « Avant la crise,
la préoccupation pour l’environne­
ment était bien là, mais elle n’était
matiques, amenés à se multiplier. Associées à un plan de finance­ rage le renouvelable. » un investissement public beau­ la question pas complètement enracinée. Avec
Malgré une épidémie de Covid­19 ment public de 7 milliards d’euros Outre les secteurs des trans­ coup plus fort dans les domaines une tempête comme ça, il est pos­
encore loin d’être endiguée, les par an, ces mesures permet­ ports et de l’énergie, l’organisa­ du climat, de la biodiversité ou de
de l’adhésion sible qu’elle soit complètement dé­
propositions se multiplient en traient de déclencher 19 milliards tion insiste sur la nécessité de ré­ la santé », souligne­t­il. de la population racinée », craint M. Boy.
France pour centrer les plans de d’euros d’investissements publics former l’agriculture, en réduisant C’est le parti inverse qu’a pris D’où la volonté d’associer les ci­
relance économique sur la transi­ et privés supplémentaires chaque notamment nos importations de The Shift Project, un cercle de ré­ toyens à la réflexion. Matthieu Or­
tion écologique et sur la lutte con­ année jusqu’en 2023. De quoi « re­ protéines végétales pour l’ali­ flexion qui travaille à des solu­ sera plutôt dans une course à re­ phelin a lancé, samedi 4 avril, avec
tre le changement climatique. mettre globalement la France sur mentation animale et en luttant tions en faveur d’une économie trouver la croissance, le pouvoir 60 députés, une consultation en
Dans une étude publiée mer­ les rails de la SNBC », estime Ha­ contre la déforestation importée. décarbonée. « Toutes les mesures d’achat, des industries qui tour­ ligne pour « construire le jour et le
credi 1er avril, des chercheurs de drien Hainaut, expert à l’I4CE, de transition qui présupposent nent », juge Daniel Boy, directeur monde d’après », dont la synthèse
l’Institut pour l’économie du cli­ mais aussi « contribuer à soutenir Des « plans de transformation » beaucoup de moyens financiers de recherche au Centre de recher­ est prévue mi­mai. Les 150 Fran­
mat (I4CE) et de l’université Paris­ l’activité économique en sortie de Pour « ne pas reproduire les erreurs pour être menées à terme ne sont ches politiques de Sciences Po. çais de la Convention citoyenne
Dauphine proposent une tren­ crise, tout en renforçant notre so­ du passé », le député Matthieu Or­ pas résilientes, car l’avenir va Samedi 28 mars, Matthieu Or­ pour le climat, qui travaillent de­
taine de mesures dans sept sec­ ciété face à des chocs futurs ». phelin (Libertés et territoires) ap­ s’écrire pour l’essentiel dans un phelin et 44 députés de tous bords puis six mois sur des réponses à la
teurs­clefs de la stratégie natio­ Le Fonds mondial pour la na­ pelle à « ne plus parler de plans de contexte de décrue économique », ont déposé un amendement à la crise climatique, ont aussi dé­
nale bas­carbone (SNBC), l’outil de ture (WWF), qui recommande de relance » mais de « plans de trans­ avance son président, Jean­Marc loi d’urgence face au Covid­19 battu d’une stratégie de sortie de
pilotage qui indique comment la conditionner les aides aux gran­ formation » de l’économie et de la Jancovici, qui devrait présenter pour proposer un « grand plan de la crise du Covid­19 lors d’une ses­
France entend réduire ses émis­ des entreprises en fonction de société. Il a conçu 39 proposi­ dans les prochaines semaines transformation de notre société en sion en visioconférence les 3 et
sions de gaz à effet de serre. Ils leur engagement à s’investir dans tions, qu’il a soumises au prési­ une série de propositions. faveur du climat, de la biodiversité, 4 avril. A l’instar du collectif Dé­
suggèrent d’accélérer la rénova­ la transition écologique, propose dent de la République et au pre­ Ces pistes seront­elles adoptées de la solidarité et de la justice so­ mocratie ouverte, qui œuvre à un
tion des logements, de favoriser la de s’appuyer sur la « taxonomie mier ministre, qui vont d’une re­ par des responsables politiques ciale ». Il a été rejeté sans même renouveau de la démocratie, des
production d’électricité renouve­ verte » de l’Union européenne. Il valorisation des métiers de la qui ont, justement, toujours eu être débattu, après l’avis défavo­ dizaines d’initiatives de la société
lable, de développer les trans­ s’agit d’une classification des acti­ santé au triplement du rythme de l’œil rivé sur la croissance ? « J’ai rable du gouvernement. L’exécu­ civile appellent à la mise en place
ports en commun, les infrastruc­ vités économiques en fonction de rénovation énergétique des loge­ beaucoup de doutes sur le fait tif s’est montré pour l’instant plus d’un chantier participatif permet­
tures ferroviaires, les réseaux cy­ leur empreinte écologique. « Il ments, en passant par un grand qu’une fois sortis de cette crise on que timide sur la question, privi­ tant à tous les citoyens de propo­
clables et les voitures bas carbone, faut relever les entreprises, mais plan sur la sobriété numérique. ait des politiques économiques légiant les outils de relance éco­ ser des solutions et de délibérer. 
par exemple en restreignant la pas à n’importe quelle condition, Pour financer ces mesures, il pro­ très vertueuses. Je crois que l’on nomique plus classiques. au. g., pe. m. et na. w.
0123
18 | coronavirus VENDREDI 10 AVRIL 2020

En Allemagne, le coût important Pour redémarrer au plus


vite, PSA revoit son
du confinement irrite organisation industrielle
Face à l’ampleur de la crise, des économistes et des experts de la santé Le groupe réaménage l’ensemble de ses sites
et redéfinit les pratiques et les procédures
plaident pour une reprise rapide de l’activité

berlin ­ correspondance
Selon les grands constructeurs de pièces
produites et livrées en flux tendu, LES CHIFFRES L e groupe automobile PSA a
annoncé, mardi 7 avril, la si­
gnature d’un accord social
En dehors de la CGT, les syndi­
cats (représentant 80 % des sala­
riés, selon la direction) ont fini

C’
est une voix de plus pronostics, c’est­à­dire quelques minutes avec quatre syndicats représenta­ par approuver le dispositif. Il y a
en plus insistante avant leur utilisation. Toute per­ tifs sur cinq, destiné à préparer le une dizaine de jours, ils avaient
qui émane depuis
l’Allemagne devrait turbation de ces chaînes peut être redémarrage de ses sites indus­ marqué leur scepticisme quand,
quelques jours des subir une récession fatale. Pour relancer la produc­ 1 200 MILLIARDS triels aujourd’hui tous fermés (en sur certains sites, la direction
milieux d’affaires allemands : il tion automobile, il faut donc que, C’est, en euros, le montant dehors des centres d’approvision­ commençait à parler de redémar­
faut planifier une sortie rapide du
de près de 10 % en amont, ces sous­traitants du paquet d’aides accordées nement en pièces détachées) en rage. « Il s’agit de mesures inédites
confinement, sans quoi les consé­ au deuxième soient pleinement opérationnels par Berlin, fin mars, pour raison de la crise sanitaire due au destinées à protéger au mieux
quences économiques seront et que les systèmes logistiques ne soutenir l’économie. nouveau coronavirus. « C’est un tous les salariés », a finalement
dramatiques. Malgré l’énormité
trimestre s’interrompent pas. accord majeur, solidaire, s’est féli­ déclaré, mardi, Olivier Lefebvre,
du paquet d’aides accordées par le Dans le monde économique, la cité Xavier Chéreau, directeur des délégué central FO, le premier
gouvernement fédéral à la fin du question est désormais de savoir 4,2 % ressources humaines de PSA. Il est syndicat de PSA.
mois de mars (1 200 milliards les mesures de confinement d’ici comment sortir de ce confine­ C’est la chute du PIB attendue centré sur la protection de la santé Pour l’heure, aucune date de re­
d’euros), ce sera insuffisant pour là. Angela Merkel n’a donné ment. Les instituts économiques en 2020, en cas d’un retour des salariés et la préservation de prise n’a été indiquée, et le proto­
éviter toutes les faillites et l’im­ aucune précision et son ministre de Munich (Ifo) et de Cologne progressif à la normale, l’entreprise. » cole devra être testé, audité et va­
pact social de cette situation, aler­ de la santé, Jens Spahn, estime (IWK), proches du patronat, ont après le confinement, Le constructeur aux cinq mar­ lidé par les représentants du per­
tent les fédérations profession­ qu’il est encore trop tôt pour en­ publié des plans de sortie de crise. et si ce dernier ne dure pas. ques (Peugeot, Citroën, DS, Opel, sonnel. Les premières usines PSA
nelles et les économistes. Depuis visager un plan de sortie. Ils veu­ Ils suggèrent de rouvrir rapide­ Vauxhall) se met donc en ordre de à redémarrer pourraient – c’est
mardi, le débat est aussi alimenté lent attendre la fin de la période ment les écoles, d’augmenter les bataille pour redémarrer « gra­ tout un symbole – être celles de
par des voix issues du monde sa­ de Pâques pour « réévaluer la si­ tests et d’équiper suffisamment 5,8 % duellement », dans un environne­ Wuhan, où le déconfinement a
nitaire, qui contestent l’efficacité tuation », laissant entendre un les salariés en matériel de protec­ C’est le rythme de croissance ment où le virus n’aura pas dis­ pris fin mardi 7 avril. Une réunion
du confinement généralisé. confinement bien plus long. Mais tion afin de reprendre l’activité. attendu en 2021, grâce à un paru. L’opération, complexe, im­ stratégique à ce propos devait se
combien de temps pourront­ils Ils peuvent s’appuyer sur des ex­ important effet de rattrapage. plique un réaménagement de tenir mercredi.
Tester et équiper tenir cette ligne face à la pression perts des milieux sanitaires, qui l’ensemble des sites, une redéfini­
Mercredi 8 avril, les grands insti­ montante issue du monde éco­ contestent les bases scientifiques tion des pratiques et procédures Important volet social
tuts économiques du pays ont nomique et de certains experts des décisions prises. Mardi, le intégrant la mise en avant des fa­ L’accord sanitaire avec les syndi­
donné l’état des lieux des dom­ de la santé ? Pour l’instant, les Handelsblatt a rapporté l’étude Klaus Püschel, médecin légiste en meux gestes barrière. cats FO, CFE­CGC, CFTC et CFDT se
mages à attendre. Selon leurs der­ plus ardents défenseurs d’une d’un groupe de spécialistes de la chef à Hambourg, qui mène des Parmi les décisions prises, PSA double d’un important volet so­
niers pronostics, l’Allemagne de­ réouverture rapide sont les plus santé et de responsables politi­ autopsies sur les cadavres des per­ va rendre obligatoire le port du cial mettant en place un système
vrait subir une récession de près touchés : les secteurs du tou­ ques suggérant que les mesures sonnes officiellement décédées masque sur ses sites. Le groupe de solidarité permettant de
de 10 % au deuxième trimestre, risme, de la restauration et de strictes de confinement adoptées du Covid­19. Pour la première fois, estime que tout salarié devra dis­ maintenir 100 % du salaire des
soit le plus important recul ja­ l’hôtellerie. Un récent sondage de en Allemagne reposent sur des il établit une différenciation entre poser de deux masques par jour­ employés mis en chômage par­
mais enregistré sur trois mois de­ la chambre allemande de com­ données partielles, voire surin­ les personnes décédées des suites née travaillée (un par demi­ser­ tiel. Un système de don de congés
puis la seconde guerre mondiale. merce et d’industrie (DIHK), terprétées. du virus et celles porteuses du vi­ vice) plus deux autres s’il utilise et RTT (deux par cadre, un par sa­
Une secousse deux fois plus forte mené auprès de 15 000 entrepri­ rus mais décédées d’une autre les transports en commun pour larié) plus un abondement par
que celle de la crise économique ses, révèle que 40 % des sociétés Une différenciation cause. « Il n’y a pas “les” morts du se rendre sur son lieu de travail. l’entreprise viennent combler la
et financière de 2008­2009. Dans de ces secteurs sont menacées de Les tests massifs effectués en Alle­ coronavirus, comme le suggèrent « Tout redémarrage d’un site im­ part de rémunération non prise
le cas d’un retour progressif à la faillite à court terme. magne indiquent le nombre de les statistiques, mais de nombreu­ pliquera que ce site dispose d’un en charge par l’Etat, soit quelque
normale après la fin du confine­ Mais même au sein du Mittels­ personnes infectées, et non celui ses causes de mort en lien avec le nombre suffisant de masques 16 % du salaire net. Le dispositif,
ment, la récession serait de 4,2 % tand, ce tissu d’industries de taille des personnes gravement attein­ coronavirus. Les affections pour les salariés », a précisé assez semblable à celui que Re­
en 2020. Sous l’effet d’un fort rat­ moyenne réputées pour leur soli­ tes par la maladie. Le coronavirus, préexistantes jouent un rôle essen­ M. Chéreau. nault a mis en place à la fin mars,
trapage, la croissance en 2021 at­ dité, on s’impatiente. L’indice expliquent­ils, est « une épidémie tiel dans l’évolution de la mala­ est opérationnel pour tout le
teindrait 5,8 %, prédisent les insti­ KfW­Ifo du moral des entreprises qui touche des groupes à risque re­ die », a déclaré M. Püschel dans les Redémarrage à Wuhan mois d’avril.
tuts. Tout cela à condition que du Mittelstand, publié mercredi, lativement bien définis. Il n’est pas colonnes du FAZ, suggérant que Le protocole prévoit, par ailleurs, Par ailleurs, les quatre syndicats
l’activité reprenne progressive­ affiche une chute historique au efficace de miser sur une seule les mesures imposées à toute la une mise en œuvre de la distan­ signataires ont entériné un ac­
ment… dès le 20 avril. mois de mars. Dans l’automobile, forme de mesure, l’interdiction in­ population sont disproportion­ ciation sociale par un marquage cord sur les congés permettant
La date paraît hautement opti­ vitale pour l’Allemagne, les entre­ différenciée de tout type de con­ nées par rapport au risque réel, en « rigoureux et systématique » ; une aux sites d’ouvrir pendant la pé­
miste. Rien ne dit pour l’instant prises de taille moyenne sont très tact ». Mercredi, cette thèse a été tout cas en Allemagne.  surveillance des symptômes des riode estivale afin de rattraper le
que le gouvernement assouplira nombreuses à approvisionner les étayée par un expert de poids : cécile boutelet salariés impliquant des prises de retard de production, tout en ga­
température régulières, y com­ rantissant deux semaines de con­
pris à l’entrée du site ; une fré­ gés aux salariés cet été.
quence élevée de lavage des Seule la CGT a rejeté en bloc l’ac­
mains et de désinfection des pos­ cord. « Les actionnaires de PSA ne
tes de travail ; une dématérialisa­ sont absolument pas mis à contri­

L’Europe commet « un hara­kiri économique » tion des échanges ; un stockage


des colis en zone tampon…
Voilà qui pourrait chambouler
bution. Les salariés devront encore
être solidaires entre eux » et cet ac­
cord est « une remise en cause bru­
l’organisation industrielle du tale de nos congés d’été », a déclaré
Pour l’économiste suédois Lars Jonung, l’isolationnisme est contre­productif constructeur et entraver sa à l’AFP Jean­Pierre Mercier, délé­
course à la productivité, qui, sous gué syndical central CGT.
la férule de son président, Carlos PSA a maintenu sa proposition
malmö (suède) ­ professeur émérite à l’université rait la vie (ce qui représente qui ne seront plus en mesure de Tavares, est un objectif perma­ de verser 1,1 milliard d’euros de di­
correspondante régionale de Lund, où il a encore son bu­ 3,8 millions de personnes au­ payer leurs crédits. » nent. Le compactage des usines, videndes à ses actionnaires, qui
reau, s’est isolé avec sa femme, jourd’hui, Britanniques inclus). La Seconde erreur : « Nous n’avons qui est l’une des clés de l’efficacité devront se prononcer le 25 juin en

Q uelques années après sa


publication, en juin
2006, il l’avait presque
oublié, ce rapport de
vingt et une pages, « enfoui dans
dans leur résidence secondaire de
la région d’Österlen (sud du pays).
Même si la Suède n’a, pour le mo­
ment, pas imposé le confinement
à sa population, les autorités sani­
pandémie devait durer entre trois
et quatre mois.
« Nous avons utilisé un modèle
trimestriel, explique Lars Jonung.
Nous avions deux scénarios : l’un
pas imaginé que l’ensemble des
pays européens, à l’exception de la
Suède, opteraient pour l’isolation­
nisme, en adoptant des restric­
tions sur la circulation des biens,
industrielle des chaînes de mon­
tage automobile, pourrait, par
conséquent, s’avérer compliqué.
« L’entreprise de demain ne sera
pas celle d’hier », a reconnu
assemblée générale sur ce point.
La CFDT (cinquième syndicat) a
d’ailleurs déclaré attendre « un
autre élan de solidarité » de la part
des cadres dirigeants et action­
un tiroir ». Le danger était alors taires recommandent aux plus de plus sombre, l’autre plus opti­ des personnes et des services. Il M. Chéreau. Mais le choix est vite naires, qui pourraient participer
passé : la propagation du virus de 70 ans d’éviter à tout prix les inte­ miste. Nous sommes arrivés à la s’agit d’un véritable hara­kiri éco­ fait quand on sait que chaque jour « financièrement par le biais de
la grippe H5N1 était restée limitée ractions sociales. Or, il en a 75. conclusion que certains secteurs nomique, qui mène à l’effondre­ d’immobilisation d’une usine dons » au fonds solidaire « ou par
et, en 2009, la grippe H1N1 n’avait Cela ne l’empêche pas de retrou­ seraient plus touchés que ment de l’activité, avec des consé­ automobile coûte infiniment la non­prise de dividendes pour
pas non plus tourné à la catastro­ ver régulièrement ses collègues d’autres : le tourisme, l’hôtellerie, quences bien pires que ce que nous plus cher que le surcoût de ce pro­ l’année 2020 ». 
phe, même si son bilan humain économistes grâce à l’application la restauration et les services, qui avions pu concevoir dans notre tocole de sécurité. éric béziat
reste toujours contesté. de visioconférence Zoom. Son allaient subir un recul de 80 %. rapport. »
Qui alors pour s’intéresser à une rapport de 2006 éveille en effet la Cela résulterait dans la chute du Comme nombre d’économistes
étude prospective portant sur curiosité. « Depuis l’arrivée du co­ produit intérieur brut de 1,6 % à en Suède, Lars Jonung demeure
« les effets macroéconomiques ronavirus, les gens vont sur Google 4 %, en fonction du scénario. Mais sceptique : « En Europe, des diri­
d’une pandémie en Europe » ? A et tombent dessus. » Les deman­ il y avait une bonne nouvelle, car geants, en situation de faiblesse, TRANS PORTS AÉ RIE NS compagnie. L’activité moyen­
jouer les Cassandre avec ses collè­ des d’entretiens affluent. après le contrecoup puissant pour ont voulu faire preuve de fermeté Airbus réduit courrier a chuté le plus vite,
gues de la direction générale des Il raconte volontiers comment l’économie européenne, la reprise et d’autorité, en prenant des mesu­ sa production d’un tiers avec un en recul de 60,9 %. A
affaires économiques et financiè­ les économistes de la DG Ecfin était assez rapide. » res exagérées. Ils ont utilisé la pan­ Guillaume Faury, PDG d’Air­ l’inverse, la filiale à bas coûts
res (DG Ecfin), à la Commission avaient procédé, en étudiant trois démie comme une excuse, pour bus, a annoncé, mercredi Transavia a mieux résisté,
européenne, l’économiste sué­ phénomènes passés : la grippe es­ Deux erreurs mener une mauvaise politique. » 8 avril, qu’en raison de la pan­ avec une baisse de 46,3 %.
dois Lars Jonung s’était­il inquiété pagnole (1918), la grippe asiatique L’économiste suédois estime que « Je pense, dit­il, que lorsque nous démie de Covid­19 le groupe
pour rien ? (1957) et la grippe de Hongkong l’étude a encore un intérêt évaluerons le coût de cette politi­ allait réduire d’un tiers sa CONJO NCTU RE
Dans leur rapport, les auteurs (1968). Leurs hypothèses de dé­ en 2020 : « Elle permet de structu­ que, nous parviendrons à la con­ production d’avions. Pour Chômage partiel :
anticipaient la critique : « Certains part s’inspiraient d’un rapport du rer notre pensée, de voir quels sec­ clusion que cela a coûté plus que l’« adapter », l’avionneur n’as­ le dispositif coûtera plus
observateurs arguent que publier Congressional Budget Office (CBO, teurs sont concernés. Mais les ça n’a rapporté. » semblera plus que 40 A320 de 20 milliards d’euros
des scénarios concernant l’impact le bureau du budget du Congrès) conclusions dépendent des hypo­ Alors que le rapport de 2006 an­ par mois, contre 60. La ca­ Le dispositif de chômage par­
d’une pandémie future à l’échelle daté de 2005, qui tentait d’analy­ thèses. » Et c’est là que le bât ticipait une reprise rapide de l’acti­ dence des long­courriers A330 tiel, mis en œuvre par le gou­
de la grippe espagnole – qui pour­ ser les risques économiques d’une blesse, car les économistes ont vité économique, « la pandémie passera de 3 à 2 par mois, vernement pour éviter les li­
rait ne pas se produire – comporte pandémie aux Etats­Unis. commis deux erreurs. « D’abord, risque de déclencher d’autres forces et celle des A350 de 10 à 6. cenciements, coûtera plus de
un sérieux risque de créer une peur Ils étaient partis sur une morbi­ nous n’avons pas anticipé l’effon­ dépressives, qui vont ralentir le re­ 20 milliards d’euros à l’Etat, a
non justifiée, qui pourrait être fi­ dité de 30 % et une mortalité de drement des marchés boursiers. tour à la normale ». Il plaide pour la Le trafic d’Air France déclaré, jeudi 9 avril, la minis­
nalement contre­productive. » Et 2,5 %. Les personnes contaminées Aucune épidémie, jusqu’alors, réouverture des frontières et des s’est effondré en mars tre du travail, Muriel Péni­
pourtant, notaient­ils, dans une seraient forcées de rester chez el­ n’avait provoqué un krach bour­ écoles, le plus rapidement possi­ En mars, Air France a perdu caud, sur RMC­BFM TV. Selon
phrase qui résonne étrangement les pendant trois semaines. Le vi­ sier, ce qui est le cas aujourd’hui, ble : « J’apparais peut­être comme plus de la moitié de ses passa­ le décompte dressé par son
aujourd’hui, « l’histoire montre rus frapperait sans discrimina­ avec le risque que la chute des un économiste froid et cynique, gers (− 56,6 %) et de son trafic ministère, 6,9 millions de
que les risques sont réels ». Qua­ tion d’âge. Au total, 0,75 % de la cours ait un impact sur les systè­ mais je suis réaliste et optimiste. »  (− 50,6 %), selon les chiffres salariés sont concernés par
torze ans plus tard, M. Jonung, population européenne y laisse­ mes financiers et les entreprises, anne­françoise hivert publiés, jeudi 9 avril, par la ces mesures. − (Reuters.)
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 coronavirus | 19

Pascal Lamy: «Le Covid­19 mais celles­ci sont temporaires.


On échappe toutefois à la paraly­
sie mondiale des échanges, grâce
La crise du Covid­19 va accélérer
la reconfiguration des chaînes de
valeur au nom de la précaution.
Ce « précautionnisme » n’est­il
pas plutôt une nouvelle forme
de protectionnisme ?

va accélérer le passage
à l’effet de décalage de la pandé­ Celle­ci sera parfois imposée par Non, mais cela change le jeu de
mie. Le Covid­19 a frappé la Chine, les Etats dans les secteurs qu’ils la régulation du commerce inter­
puis l’Europe et les Etats­Unis, vont considérer comme stratégi­ national. L’objectif n’est plus d’ali­
avec un intervalle de quelques se­ ques. Je ne vois pas de démondia­ gner les droits de douane à zéro,
maines, ce qui permet au com­ lisation, mais plutôt une reconfi­ mais d’harmoniser la précaution.

du protectionnisme merce extérieur de compenser


quelque peu la chute de la produc­
tion et de faciliter la reprise le mo­
ment venu. C’est d’ailleurs ce qui
guration, une diversification, de
la mondialisation.
Au lieu d’avoir une usine en
Chine, une multinationale en
Compliqué, car cela dépend de
préférences collectives d’ordre
idéologique ou culturel. Prenez la
question du bien­être animal, ces

au précautionnisme» se passe dans le secteur alimen­


taire : le marché international
permet de compenser les pertes
de production agricole dans cha­
aura, par exemple, trois, dont
une en Chine et deux ailleurs. Les
entreprises vont remanier certai­
nes chaînes de valeur pour les
préférences sont différentes que
l’on soit en Chine ou en Europe, ce
qui influence les règles sanitaires.
Aujourd’hui, ce qu’une entre­
Pour l’ancien directeur général de l’Organisation que pays, à condition toutefois
que les restrictions aux exporta­
rendre plus résilientes. Au prix
de moins d’efficience. On con­
prise dépense en moyenne pour
ajuster sa production à la régle­
mondiale du commerce, la crise va entraîner tions ne se multiplient pas. naissait les coûts de la transition
environnementale, on va désor­
mentation du pays dans lequel elle
exporte représente de l’ordre de
une reconfiguration de la mondialisation Sommes­nous allés trop loin
dans la mondialisation ?
mais connaître celui de la rési­
lience. Cela va se traduire par une
15 % du prix du produit ou du ser­
vice final. Cette précaution a coûté
On a assisté, dans les années hausse des prix ou une baisse des trois à quatre fois plus que la pro­
1990 et 2000, à une rapide expan­ profits et par une croissance tection. Le protectionnisme avait
sion des chaînes de production, mondiale moins rapide. un coût, le « précautionnisme » en
ENTRETIEN des tarifs douaniers contre la con­
currence internationale, mais les
ges, à commencer par le tou­
risme. Le choc en termes d’em­
grâce à une baisse des tarifs doua­
niers et à la technologie qui écrase Cette pandémie va­t­elle
a un aussi. Et il va augmenter.

P
our Pascal Lamy, an­ citoyens et les consommateurs plois va être terrible, surtout dans le coût de la distance. Le capita­ entraîner une hausse Les pays en développement
cien directeur général que l’on protège contre des ris­ les pays en développement, où ce lisme de marché était alors dans du protectionnisme ? ne seront­ils pas les perdants
de l’Organisation mon­ ques divers. Les standards et les secteur contribue fortement à la une logique d’efficience, de ré­ Le Covid­19 va accélérer le pas­ de cette nouvelle donne ?
diale du commerce normes de qualité remplacent les croissance. Avec le confinement, duction des coûts. Puis il y a eu sage du protectionnisme à ce que Les maîtres de la précaution
(OMC), entre 2005 et 2013, la crise tarifs douaniers. les personnes ne peuvent plus cir­ plusieurs ralentissements, avec j’appelle le « précautionnisme ». dans le monde sont les Etats­Unis
liée à la pandémie de Covid­19 va culer et la production s’effondre. la crise financière de 2008 ou En prenant un peu de recul, le et l’Europe. La montée de la pré­
entraîner une reconfiguration, Quelle est l’incidence de la Cette chute explique à elle seule la catastrophe nucléaire de protectionnisme a quasiment caution a toujours été une mau­
une diversification de la mondia­ pandémie due au coronavirus 95 % de la contraction des échan­ Fukushima, en 2011, qui a per­ disparu, avec des droits de vaise nouvelle pour les pays en
lisation et renforcer le « précau­ sur le commerce mondial ? ges commerciaux. Il faut ajouter à turbé les chaînes d’approvision­ douane dans le monde qui sont développement, et ils ont intérêt
tionnisme ». Ce ne sont plus les A court terme, l’impact sera cela des mesures exceptionnelles nement, notamment dans l’in­ passés, en moyenne, de 30 % il y a à ce que les préférences de pays ri­
entreprises que l’on protège avec massif sur les volumes d’échan­ de restrictions aux exportations, dustrie automobile. cinquante ans à 5 % aujourd’hui. ches soient aussi alignées que
En revanche, les barrières non possible pour qu’ils puissent faire
tarifaires comme les normes ou des économies d’échelle.
La menace d’un effondrement du commerce mondial les standards de qualité se sont
développées. Mais elles ne sont
Les producteurs brésiliens de
poulets se sont déjà mis aux nor­
pas le reflet du protectionnisme ! mes européennes il y a vingt­cinq
une contraction historique, mais dont chés. Mais c’est surtout le commerce des Tous les continents vont enregistrer un Elles reflètent plutôt une orienta­ ans, tout comme les producteurs
on ignore encore l’ampleur. L’Organisation services, non comptabilisé dans les prévi­ recul de leurs exportations en volumes tion des préférences collectives rwandais de fleurs. Le problème
mondiale du commerce (OMC) a prévenu, sions de l’OMC, qui sera le plus pénalisé par en 2020, qui sera plus marqué pour l’Améri­ vers davantage de sécurité ou de pour eux, c’est que ces normes
mercredi 8 avril, que la pandémie de Co­ le confinement. A l’instar du transport, les que du Nord (chute attendue entre 17,1 % et précaution. C’est la conséquence diffèrent en Europe, aux Etats­
vid­19 pourrait faire chuter de 32 % les services ont des conséquences sur le vo­ 40,9 %) et l’Asie (entre 13,5 % et 36,2 %). Les logique du vieillissement et de Unis, au Japon ou en Chine. Ils ga­
échanges de marchandises dans le monde lume d’échange de marchandises. La plu­ pays les plus exposés sont les plus intégrés l’enrichissement des popula­ gneraient mieux leur vie si elles
en 2020, tout en soulignant des « incertitu­ part des achats dans le secteur des loisirs aux chaînes de valeur mondiales (Mexique, tions : plus une société s’enrichit, étaient harmonisées. En atten­
des élevées » sur l’incidence économique de ou de la restauration ne peuvent pas être Vietnam ou Bangladesh). « La baisse inévita­ plus elle est sensible au risque. dant, il faut transférer des res­
cette « crise sanitaire sans précédent ». Selon reportés et seront perdus à jamais. « L’arrêt ble du commerce et de la production aura Ainsi s’ouvre une nouvelle ère sources ou de la technologie pour
un autre scénario, la contraction pourrait se du tourisme va avoir des effets dévastateurs des conséquences douloureuses pour les mé­ du « précautionnisme » : les Etats les aider à produire à ces normes.
limiter à 13 %. Mais elle sera « probablement dans les pays émergents, car il emploie nages et les entreprises », a dit Roberto Aze­ ne défendent plus un producteur Car c’est une certitude : personne
supérieure » à la chute observée pendant la beaucoup de main­d’œuvre, parfois dans vêdo, le directeur général de l’OMC, ajoutant national de la concurrence étran­ dans le monde ne va décider de
crise financière mondiale de 2008­2009. des régions qui en dépendent entièrement », que « les décisions prises aujourd’hui déter­ gère, mais ils protègent les con­ baisser son niveau de précaution
Les secteurs où les chaînes de valeur sont explique Anabel Gonzalez, chercheuse au mineront la forme de la reprise et les perspec­ sommateurs et les citoyens de après la crise du Covid­19. 
complexes – électronique, produits auto­ think tank américain Peterson Institute for tives de croissance mondiale ».  risques divers, et cela, y compris propos recueillis par
mobiles… – seront particulièrement tou­ International Economics. j. bo. à l’importation. julien bouissou

France Bleu : « On s’éloigne de la proximité : Centerview officialise


si on n’est pas là dans la crise, à quoi sert­on ? » l’arrivée de M. Pigasse
Le financier dirigera le bureau parisien de la
La direction du réseau a reçu 19 lettres ouvertes de protestation de ses stations locales boutique américaine de fusions­acquisitions

D ix­neuf. C’est le nombre


de lettres ouvertes ve­
nant de Nancy, Caen,
Rouen, Le Mans, Chambéry, Metz
ou Châteauroux, reçues par la di­
« Cette
organisation
est temporaire,
tanciation sociale ont été mises en
place. « On a demandé à Jean­Em­
manuel Casalta pourquoi on n’uti­
lise pas le télétravail pour faire de
l’antenne, il n’a pas répondu. Les
« Les Ardennes étaient assez épar­
gnées par le Covid­19, alors qu’au
même moment, en Alsace, on éva­
cuait les malades par hélicoptère
militaire », dit un journaliste, dont
O n a rarement vu démar­
rage sous des auspices
moins favorables. La
boutique de fusions­acquisi­
tions (mergers and acquisitions,
de détail aux activités de marché.
En se targuant d’éviter les conflits
d’intérêts, les Evercore et autres
ont connu un grand succès, mais
ils ne se sont guère aventurés en
rection de France Bleu. Ces der­ et on travaille gens étaient furieux et déprimés », la station Champagne­Ardenne a M & A) américaine Centerview a Europe continentale.
niers jours, 19 des 44 stations du dit Alexandre Chassignon, journa­ été mutualisée avec Lorraine­ officialisé, mercredi 8 avril, Dans la guerre des talents, c’est
réseau de Radio France, écoutées
en permanence liste au Mans. « Cette organisation Nord, Sud­Lorraine et Alsace. l’ouverture de son bureau pari­ souvent l’opportunité qui crée la
chaque jour par 3,4 millions sur la façon est temporaire et on travaille en C’est dans ce pôle que la situa­ sien, qui sera dirigé par Matthieu stratégie : le départ de M. Pigasse
d’auditeurs, selon les chiffres de permanence sur la façon de l’adap­ tion a été particulièrement frus­ Pigasse (actionnaire du Monde à de Lazard avait suscité un fort in­
Médiamétrie, publiés jeudi 9 avril,
de l’adapter » ter à l’évolution de la situation », trante. La semaine dernière, le titre individuel). térêt de la part des concurrents.
ont élevé la voix pour protester JEAN-EMMANUEL CASALTA élude Jean­Emmanuel Casalta. créneau régional est même passé Le banquier vedette avait quitté, Ces derniers mois, son recrute­
contre le plan de « mutualisation » directeur de France Bleu provisoirement de six à quatre en octobre 2019, Lazard, dont il di­ ment par Centerview était de­
mis en place par le groupe public. « On a lâché les auditeurs » heures, chaque jour. Même en re­ rigeait les activités françaises et le venu un secret de polichinelle
Pour lutter contre la pandémie Alors que la crise fait rage, la mu­ passant à six heures d’antenne, métier de conseil en M & A. « J’ai dans le petit milieu des affaires.
de Covid­19, les 44 stations du ré­ mais mis les pieds », se désole un tualisation peut être un véritable les équipes restent frustrées. « A décidé de m’engager dans un projet L’ex­directeur adjoint du cabinet
seau ont été regroupées en 16 pô­ animateur de Perpignan, passé de avantage. Ces dernières semai­ Reims, on est en pleine forme. On personnel de nature entrepreneu­ de Dominique Strauss­Kahn à
les régionaux. A tour de rôle, les la couverture de 1 département à nes, 6 stations ont fermé provi­ pourrait faire plus d’antenne lo­ riale », avait­il affirmé. Il sera re­ Bercy avait signé, en quittant La­
bureaux assurent une antenne dé­ 13, soit 5 millions d’auditeurs ré­ soirement, confrontées à des cas cale. Là, on a lâché les auditeurs », joint chez Centerview par Nicolas zard, une clause de non­concur­
sormais régionalisée entre 6 heu­ partis de Toulouse à Montpellier, de coronavirus, comme Stras­ se désole un animateur, qui Constant et Pierre Pasqual, qui rence expirant le 31 mars. D’aucuns
res et 12 heures, pour une zone en passant par Nîmes. « Cette déci­ bourg, qui rouvre jeudi 9 avril, ou avoue ne connaître Nancy et l’Al­ avaient démissionné de Lazard se demandaient ces dernières se­
comprenant beaucoup plus de dé­ sion, injuste et centralisée, date Caen, siège de France Bleu Nor­ sace que comme touriste. en 2019, et, selon des sources con­ maines si la pandémie pourrait re­
partements que d’habitude. Les d’une autre époque. On nous pique mandie (Calvados­Orne), qui a Les événements exceptionnels cordantes, par deux jeunes ban­ mettre en cause le projet d’ouver­
autres stations du pôle syndiqué notre antenne et on n’entend plus tiré le rideau le 17 mars. Dès le montrent l’importance du réseau quiers qui viennent de quitter la ture, alors que les transactions se
fournissent des sujets alimentant nos auditeurs », se lamente­t­il. 18 mars, ses journalistes ont re­ local. L’attaque au couteau, à Ro­ vieille maison française. « Le lance­ sont effondrées dans le monde.
les journaux locaux, le reste de la Ces derniers aussi se plaignent : noué avec leurs auditeurs, grâce à mans­sur­Isère (Drôme), samedi ment de ce nouveau bureau, le pre­ La réponse a été non. « Malgré
journée étant consacré aux pro­ « Rendez­nous notre France Bleu France Bleu Cotentin, situé à 4 avril, a poussé la direction de mier de la société en Europe conti­ les défis actuels, nous sommes
grammes nationaux. « On s’est or­ Roussillon. Je veux du local, je veux Cherbourg (Manche). Une France Bleu à autoriser France nentale, sera également soutenu convaincus de la résilience des en­
ganisé de manière à garantir la sé­ des infos qui me concernent, en­ chance. Depuis, la station a rou­ Bleu Drôme Ardèche, désormais par l’arrivée d’une douzaine treprises françaises et européen­
curité et la santé des collabora­ tendre les voix des animateurs qui vert. « La mutualisation doit être associée à la Savoie, à l’Auvergne et d’autres banquiers », dit la firme, nes et de leur capacité à contribuer
teurs, tout en assurant la conti­ nous connaissent et savent nous l’exception, pas la règle. Sinon, on à la Loire, soit 10 départements, à qui sera installée dans le triangle de manière essentielle à la reprise
nuité de notre mission de service parler de ce qui se passe chez s’éloigne de la proximité qui cons­ reprendre l’antenne pendant trois d’or des banques d’affaires à Paris. économique mondiale », a indiqué
public », défend Jean­Emmanuel nous », a écrit Marie Salamana, titue notre ADN. Si on n’est pas là heures, entre 7 heures et 10 heures, Blair Effron, cofondateur de Cen­
Casalta, directeur de France Bleu. sur la page Facebook de la station. dans la crise, à quoi sert­on ? », dimanche 5 avril. Un moindre Guerre des talents terview, qui connaît l’appétit des
Problème, selon les signataires Devant la bronca des salariés, s’interroge la journaliste Nol­ mal. « Ce n’était pas suffisant, les Fondé en 2006, Centerview fait groupes tricolores. En novem­
des lettres ouvertes : cette mutua­ Jean­Emmanuel Casalta s’est wenn Lejeune, située à Caen. auditeurs ont besoin de parler. Au partie de cette nouvelle généra­ bre 2019, la firme américaine
lisation fait perdre aux antennes même résolu à organiser un Les problématiques diffèrent début de la crise du coronavirus, on tion d’acteurs de la finance spécia­ avait épaulé son compatriote Tif­
locales leur proximité avec leurs « tchat », mercredi 8 avril, pour d’un territoire à l’autre. « A Nantes, était là. Quand il y a eu un séisme lisés dans le conseil en fusion­ac­ fany, lors de son rachat par LVMH
auditeurs, qu’elles ne sont plus écouter les revendications des ra­ une ville qui compte beaucoup de en Ardèche aussi, explique une quisition, la défense contre les pour près de 15 milliards d’euros.
mesure d’informer aussi bien. dios locales, qui souhaitent re­ migrants, la question des SDF n’est journaliste locale. On saurait le activistes ou encore en restructu­ Centerview a également conseillé
« Du jour au lendemain, je me suis trouver au moins en partie du pas la même qu’au Mans, où les dire, si on était en danger. On n’a ration, par opposition aux « super­ la biotech Synthorx, dont Sanofi a
retrouvé à parler de 5 ou 6 départe­ temps d’antenne, maintenant que sans­abri sont peu nombreux », dé­ pas envie d’être infantilisé. »  marchés » comme JP Morgan ou finalisé l’acquisition en janvier. 
ments dans lesquels je n’avais ja­ les mesures d’hygiène et de dis­ clare une journaliste du Mans. sandrine cassini BNP Paribas, présents de la banque isabelle chaperon
20 | horizons 0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020

Sur la piste du
« patient zéro »
Qui est la première personne à avoir été infectée par le
Covid­19 en France ? Un militaire ? Une hôtesse de l’air ?
Un agent secret ? « Le Monde » a eu accès à l’enquête
épidémiologique qui remonte la chaîne de contamination
dans l’Oise, où les premiers cas sont apparus

L
e 31 janvier, un Airbus A340 de l’ar­ gnent une tente où la ministre de la santé,
mée de l’air française décolle de Agnès Buzyn, entourée de ses conseillers, pro­
l’aéroport de Wuhan­Tianhe, en nonce un bref discours. L’heure n’est pas à la
Chine. Objectif : rapatrier des res­ panique : trois jours plus tôt, Mme Buzyn
sortissants français de cette ville n’avait pas prévu d’évoquer la menace du co­
industrieuse et tentaculaire de ronavirus lors de ses vœux à la presse.
11 millions d’habitants, épicentre de l’épidé­ Pour les rapatriés de Wuhan, les règles du
mie de Covid­19. Un mois après les premières ministère des armées sont strictes : il leur
alertes de médecins chinois, l’Organisation faut rester « cloîtrés » deux semaines avec un
mondiale de la santé (OMS) vient de déclarer masque ; tous seront testés « deux fois, et par­
« l’urgence internationale » face au coronavi­ fois trois » (tous seront négatifs). En revanche,
rus. En ce dernier jour du mois, ce sont des mi­ la procédure n’est pas du tout la même pour
litaires qui assurent le premier rapatriement, l’équipage. Il repart vers l’aéroport de Roissy,
les suivants seront assurés par des civils. où les avions siglés « République française »
Dans l’appareil se trouvent 193 civils : des ont l’habitude de se poser : la base de Creil, à
Français travaillant à Wuhan, mais aussi 40 kilomètres de là, n’a plus d’« aérienne »
quelques fonctionnaires du centre de crise que le nom, puisque sa plate­forme aéronau­
du Quai d’Orsay. Ils sont encadrés par dix­ tique a été fermée le 31 août 2016. De Roissy,
huit membres d’équipage – quatorze enga­ chacun des dix­huit membres de l’équipage mission. « Un Etat dans l’Etat, reconnaît le so­ plus, aucune protection », a confié l’épouse de
gés de l’escadron Esterel, habitués aux mis­ regagne son domicile sans « repasser par la cialiste Jean­Claude Villemain, élu à Creil de­ Jean­Pierre G. au Parisien. La veille, la France a
sions sensibles, trois médecins du service de base », affirme le ministère des armées. puis trente­sept ans, dont douze comme recensé son premier mort du Covid­19, un
santé des armées, un mécanicien. D’ordi­ Pour ces hommes et femmes, jeunes et maire. L’armée peut d’ailleurs construire n’im­ touriste chinois de 80 ans, hospitalisé à
naire, ces militaires – en « surblouse transpa­ sportifs, souvent pilotes eux­mêmes, qui porte quel bâtiment sur la base sans deman­ Bichat. Un cas « importé », en quelque sorte,
rente, gants, lunettes en Plexiglas et masque savent aussi bien exfiltrer des militaires de der le moindre permis de construire. » qui n’inquiète personne.
FFP2 », selon une jeune passagère – sont zones de guerre qu’accompagner les voyages La « quatorzaine » théorique des militaires Le fils de Jean­Pierre G. est formel : sa mère
basés à Creil, dans l’Oise, au nord de Paris. officiels, un « protocole de surveillance » a été s’achève mi­février, sans que personne soit a précisé tout de suite à l’hôpital et au chef
Un lieu ultrasécurisé, cette « base aérienne prévu : confinement à domicile, distan­ malade. « Ils n’étaient pas porteurs du virus », du service d’endocrinologie le lieu de travail
110 ». Située à quelques kilomètres de Senlis ciation sociale, prise de température. « Ils ont affirme Mme Parly, malgré l’absence de tests. de son mari. « Il n’y a eu aucune pression de la
et de l’aéroport de Roissy, elle abrite égale­ été testés », ajoute même la ministre des « Aucun symptôme », assure plus prudem­ base pour qu’il taise quelque chose », assure­
ment la direction du renseignement mili­ armées, Florence Parly, le 4 mars, sur ment le commandant de la base. Au même t­il aujourd’hui au Monde. Malgré les soins,
taire, la très secrète DRM. Pas tout à fait Le France 2. En réalité, ils n’ont été ni testés ni moment, deux habitants de l’Oise tombent l’état du malade, négatif à la grippe, se
Bureau des légendes, mais presque. strictement confinés, apprendra­t­on au malades. Mercredi 12 février, Dominique dégrade encore. Le 18, il est transféré en réa­
L’individu qui a contribué, bien involontai­ cours de deux semaines de cafouillage. Varoteaux, professeur de technologie au nimation, placé dans un coma artificiel et
rement, à diffuser la maladie dans ce dépar­ Même si le ministère des armées refuse de collège Jean­de­La­Fontaine, à Crépy­en­Va­ intubé. Le 22 février, contact est pris par
tement d’environ 825 000 habitants se trou­ l’admettre, les dix­huit militaires n’ont « pas lois (15 000 habitants), a de la fièvre. Son l’hôpital de Compiègne avec l’infectiologue
vait­il à bord de cet appareil, comme la eu de tests biologiques ». La confidence vient généraliste diagnostique une grippe et le met référent du CHU d’Amiens, dans la Somme,
rumeur locale l’assure, prospérant sur la d’une personne bien informée : le colonel aussitôt en congé de maladie, à trois jours qui ne prescrit pas de test du Covid­19, car le
communication erratique de l’armée et des Bruno Cunat, responsable de la base de Creil. « CONNAISSEZ­VOUS  des vacances scolaires. patient ne revient pas de Chine ou d’une
autorités sanitaires ? Ou bien ce « patient Cet ancien pilote de chasse a travaillé un VALÉRIE M. ? » « zone à risque ».
zéro » avait­il été infecté auparavant, et temps au service communication du minis­ « VOUS AVEZ UN COVID-19 CHEZ VOUS » Dans la soirée du 23 au 24, Jean­Pierre G. est
ailleurs ? Le Monde a remonté le fil de cet épi­ tère de la défense. Autant dire qu’il sait le « AU MOMENT MÊME  M. Varoteaux, qui enseigne dans quatre clas­ évacué en urgence vers le CHU d’Amiens. Son
sode épidémique qui a emporté le premier poids des mots quand il s’exprime ainsi dans ses, garde d’abord le lit chez lui, à Vaumoise, cas est complexe, et le centre hospitalier de
patient français, le 25 février, alors que le pays Le Parisien du 2 mars. « Il n’y avait pas de rai­ OÙ JE RÉPONDAIS,  un village situé à la « frontière » entre l’Oise et Compiègne ne dispose pas d’ECMO, un maté­
ignorait encore ce qui l’attendait. son de les confiner » dans leurs maisons ou l’Aisne, à une demi­heure de voiture de Creil. riel d’oxygénation offrant aux patients une
leurs appartements, ajoute­t­il, puisqu’« ils
JE ME SUIS MIS  Cet homme de 60 ans, proche de la retraite, assistance à la fois cardiaque et respiratoire.
LE SECRET DE LA BASE DE CREIL n’étaient pas classés à risque ». A l’époque, À TOUSSER », est conseiller municipal. Même si sa santé est Le lendemain matin, le 25 février, deux chefs
Le vendredi 31 janvier, en milieu de journée, tout le monde écarte encore trop vite le cas parfois fragile, personne ne s’inquiète outre de service de l’établissement de Compiègne
l’Airbus en provenance de Chine atterrit non des porteurs asymptomatiques. SE SOUVIENT  mesure. Elèves et enseignants du collège décident d’envoyer parallèlement ses « prélè­
pas à Creil, mais sur la base militaire d’Istres, Une soixantaine de familles travaillant sur s’apprêtent à s’éparpiller pour les vacances vements primaires » – les tests sanguins – au
dans les Bouches­du­Rhône. La petite colonie la base – civils et militaires – habitent Creil, BRUNO FORTIER,  sans imaginer l’épidémie à venir. centre national de référence, à Paris. Dans la
d’expatriés en sort un peu groggy après l’at­ une ville populaire de 35 000 habitants, mais MAIRE DE Le lendemain, jeudi 13 février, Jean­Pierre G., soirée du 25 février, la sentence tombe par té­
tente à l’aéroport de Wuhan et douze heures la plupart des officiers sont installés dans des habitant à La Croix­Saint­Ouen, en bordure léphone : « Vous avez un Covid­19 chez vous. »
de vol. Avant d’embarquer, les médecins mili­ communes plus chics telles que Senlis ou CRÉPY­EN­VALOIS de la forêt de Compiègne, est lui aussi terrassé L’hôpital d’Amiens a lui aussi commandé
taires ont exigé qu’ils se lavent les mains et Chantilly. Leurs conjoints travaillent dans les par la grippe. Du moins le croit­il. Dans cette un test. Les résultats arrivent en même
qu’ils portent un nouveau masque. Ils ont environs, leurs enfants fréquentent les éta­ commune de 5 000 habitants, où il est né il y temps et confirment le diagnostic. Aussitôt
pris la température de chacun tout en tra­ blissements scolaires publics et privés de la a cinquante­cinq ans, tout le monde sait qu’il déclaré à Santé publique France, l’agence qui
quant, par une série de questions, d’éven­ région. « Les proches des agents ayant effectué travaille « à la base », à 30 kilomètres de là. Ce assure, depuis 2016, la surveillance épidé­
tuels symptômes. « Deux des passagers dont cette mission n’ont pas été soumis aux mêmes civil y est contrôleur de prestation. « Il s’occu­ miologique du pays, Jean­Pierre G. devient le
le nez coulait et qui avaient une très légère suivis », fait savoir aujourd’hui le ministère pait des marchés extérieurs, précise son fils au « cas 15 », le 15e malade atteint du Covid­19, en
fièvre ont d’ailleurs failli être laissés sur place, au Monde. En clair : les conjoints et les Monde. C’est lui qui passait les contrats avec France, dans la comptabilité du ministère de
avant d’être finalement isolés dans la queue enfants des membres d’équipage ont donc, les femmes de ménage ou les jardiniers. » C’est la santé. A l’époque, on parvient encore à
de l’appareil », raconte Agathe Serres, étu­ selon toute vraisemblance, continué à fré­ un grand sportif, entraîneur au club de recenser les patients…
diante en éthologie à l’université de Wuhan, quenter leur bureau, leurs amis, leur école. plongée de Compiègne, membre du club de Quelques heures plus tard, dans la nuit du
l’une des 193 rapatriés. Lesquels ? Secret­défense. badminton de sa ville. 25 au 26 février, M. Varoteaux, l’enseignant
Le vol a effectué un strict aller­retour sans Il faut dire que la base est un lieu particulier, Le dimanche 16 février, Jean­Pierre G. a du collège de Crépy­en­Valois, meurt d’une
escale jusqu’à Istres, dit­on avec insistance au où s’activent plusieurs centres spécialisés pourtant beaucoup de mal à respirer. A embolie pulmonaire massive dans le service
ministère des armées. Une fois sur place, les dans l’analyse des émissions électromagné­ 9 heures du matin, sa femme, Nathalie, de réanimation de l’hôpital de la Pitié­Salpê­
passagers ont été placés en « quatorzaine » au tiques, l’interprétation de l’imagerie, le ren­ appelle le SAMU, qui le conduit à l’hôpital de trière, à Paris. Son décès est un électrochoc :
club Vacanciel, un centre de vacances situé en seignement géospatial, l’analyse du cyber­ Compiègne. En fin d’après­midi, il est hospi­ jusqu’ici, il était cité comme le « cas 17 ». Le
lisière de la station balnéaire de Carry­le­ espace et le renseignement humain. On y talisé en endocrinologie, service où il partage prof de techno de l’Oise devient ainsi le pre­
Rouet. Tandis que les membres de l’escadron pratique aussi bien « l’espionnage » en analy­ une chambre double avec un autre patient. mier Français tué par le coronavirus.
Esterel débarquent sur la base d’Istres de gran­ sant les données satellites qu’en « débrie­ L’hôpital n’a pas de lit disponible en pneu­ Comme le pays est insouciant, pourtant, ce
des cantines de matériel, les passagers rejoi­ fant » les agents ou les soldats de retour de mologie. « Les infirmières n’avaient, là non 26 février ! A Lyon, les supporteurs de la
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 horizons | 21

Le 31 janvier, à Istres (Bouches­


du­Rhône), Agnès Buzyn, alors
ministre de la santé, s’adresse à
des rapatriés français de Wuhan
(Chine). OLIVIER FABRE/ARMÉE DE L’AIR/DÉFENSE

pagne… Interrogée par les épidémiologistes, son retour aux Etats­Unis. Entre la Chine et
l’épouse du professeur Varoteaux a cité son foyer, où l’attendent mari et enfant, elle a
Valérie, qui m’a cité à son tour, raconte Bruno fait une escale pour retrouver un amant. Ils
Fortier, et je me suis retrouvé à dresser moi seront les « patients zéro » américains de
aussi une liste de ceux que j’avais approchés. » cette histoire… Dans l’Oise, un maire le sug­
Entre­temps, le maire de Crépy­en­Valois gère aussitôt à voix basse : et si certains cou­
s’est fait dépister. Positif. ples infectés avaient entretenu des liaisons
Informés, une dizaine de chercheurs et de cachées, rendant certains aveux infaisables,
laborantins de l’Institut Pasteur arrivent à épaississant encore un peu plus ce mystère ?
Crépy­en­Valois, afin de prélever des échan­ Montrée du doigt et touchée par l’épidé­
tillons sanguins des enfants et des adultes du mie, la base militaire de Creil se referme
lycée Jean­Monnet. L’équipe de Pasteur n’est comme une huître et livre ses informations
pas chargée de l’enquête, mais il faut essayer au compte­gouttes, contribuant à alimenter
de comprendre comment, à partir de ce les rumeurs. Les six épidémiologistes char­
panel grandeur nature d’individus en gés du tracing du patient zéro reconnaissent
contact avec le virus, les organismes réagis­ devant Le Monde que, s’ils ont questionné
sent et fabriquent des anticorps. les civils, « les personnels militaires ont été
Le 29 février, lors de son point presse, interrogés par le service de santé des
Jérôme Salomon, le numéro deux du minis­ armées ». Ce n’est pas la seule difficulté. Le
tère de la santé, révèle que l’Oise compte virus est ultracontagieux, mais, parfois, la
désormais trente­six cas de Covid­19, faisant maladie reste discrète, et il faut retrouver
de ce département le plus important foyer du dans un simple rhume passé, une grippe
moment. Au passage, il divulgue quelques oubliée, tout ce qui pourrait ressembler à un
détails sur les recherches des épidémiologis­ symptôme du Covid­19.
tes. « L’enquête, toujours en cours, a découvert Une centaine de personnes sont interro­
que deux personnes ont été malades assez pré­ gées. A force d’établir des listes et des ques­
cocement, début février, exposées sans doute à tionnaires, les épidémiologistes ont acquis la
un malade antérieur qui reste à définir et qui conviction que la contamination « était ac­
serait le patient zéro. » « Patient zéro »… Pour tive depuis déjà plusieurs semaines ». « Entre le
la première fois, l’expression est lâchée. véritable début de l’épidémie et les cas de
MM. Varoteaux et G., on compte au moins
LIAISONS CACHÉES ? quatre à cinq générations de contamination,
Ce jour­là, M. Salomon clôt « la piste d’un vol explique Mme Mailles. Un « cas de première
de retour de Wuhan et contaminant » : « Il génération », en langage d’épidémiologiste,
n’avait aucun passager positif à son bord. » Il désigne une personne ayant contracté le vi­
révèle en revanche un détail inédit : l’un des rus dans une zone endémique (la Chine pour
deux malades précoces dont il vient de parler le Covid­19). Les individus que ce « cas index »
« a des contacts réguliers avec une amie qui contamine forment la deuxième génération.
travaille sur la base aérienne de Creil ». Une Ceux­là peuvent alors contaminer d’autres
nouvelle femme apparaît dans le scénario, et personnes qui constituent la troisième géné­
ce n’est plus Valérie M. « C’est l’hypothèse rete­ ration, etc. « Les premiers cas à la base mili­
nue pour la circulation du virus sur la base taire ne sont pas des cas de première généra­
aérienne », ajoute M. Salomon. Un vrai polar. tion », ajoute l’épidémiologiste.
L’Oise peine à croire que les militaires de la Qui, alors, avant les deux premiers mala­
base de Creil n’y soient pour rien. Suspendu des connus de l’Oise ? Un agent secret ? Une
Juventus Turin déferlent dans le centre­ville Ces limiers des virus comprennent aussi à la lecture du Courrier picard, du Parisien et hôtesse de l’air ? Un touriste chinois ?
pour le match du soir contre l’Olympique que le professeur du collège de Crépy­en­Va­ d’Oise Hebdo, tout le département mène Autour de la base de Creil, certains avaient
lyonnais et se plaignent de la « psychose » que lois et le civil de la base de Creil « ont été dia­ l’enquête. Simples citoyens, médecins, élus, montré du doigt le personnel de Roissy­
leur présence déclenche. Le même jour, gnostiqués tardivement, ont côtoyé différen­ chacun y va de sa théorie. Les épidémies Charles­de­Gaulle, deuxième « hub » d’Eu­
malgré la mort du professeur de Crépy, le tes communautés et ont été hospitalisés sans sont un terreau fertile pour l’imagination, rope, comme on nomme ces grosses plates­
nouveau ministre de la santé, Olivier Véran, mesures de protection particulières ». A l’épo­ et les rumeurs vont bon train. « On » dit que formes de correspondance aéroportuaire.
assure d’ailleurs, lors du « point de situa­ que, on ne parle pas encore de gestes barriè­ la base cache des choses, et s’abrite derrière Plus de 72 millions de passagers par an, dans
tion » quotidien à son ministère : « Il n’y a pas res, autant dire qu’ils ont pu disséminer le vi­ le devoir de réserve. Un député assure que le une région devenue, avec l’aéroport de
d’épidémie en France », mais seulement « des rus sans le savoir. Boeing ayant fait Wuhan­Roissy n’aurait Beauvais, une plaque tournante de la mon­
patients isolés, des cas que l’on sait expliquer, Si, dans l’Oise et ailleurs, la mort de M. Varo­ « pas été désinfecté », mais simplement net­ dialisation. Un agent de sûreté au terminal
par un voyage ou un contact avec une teaux est un traumatisme, la nouvelle de la « NOUS SOMMES  toyé par le personnel de ménage de la base 2F de Roissy était d’ailleurs positif selon le
personne contaminée ». contamination d’un civil de la base allume REMONTÉS – celui que recrutait M. G. « Un protocole de test, mais, au vu de la date d’apparition des
Des cas « que l’on sait expliquer » ? En ce qui deux moteurs puissants : la rumeur et la peur. décontamination scrupuleux de l’A340 de symptômes, l’ARS a coupé court à toute
concerne M. Varoteaux, ce n’est pas exact : Entre le 25 février, jour où M. G. est détecté JUSQU’À  l’escadron Esterel ayant servi au rapatrie­ accusation. « Nous n’avons pas établi de lien
personne ne sait encore, à ce moment­là, positif, et le 4 mars, le virus se répand à une ment » a été suivi, fait savoir au Monde le de contamination entre la communauté de
comment il a été infecté. Six épidémiologis­ vitesse foudroyante : seize cas sont alors UN CAS DE COVID­19  ministère des armées. communes de Crépy ou de Creil et la zone
tes et médecins de Santé publique France et confirmés sur la base, plus un cas probable. Un autre parlementaire en est persuadé : le aéroportuaire », affirme, de son côté, l’épi­
de l’agence régionale de santé (ARS) sont Quatre de ces personnes sont alors hospitali­
LA DEUXIÈME  vol comptait un passager clandestin, « un démiologiste de Santé publique France.
d’ailleurs sur le pont depuis la veille pour sées à l’hôpital d’instruction des armées SEMAINE  agent secret français », rapatrié en urgence de
remonter la piste des contacts des deux Bégin, à Saint­Mandé, dans le Val­de­Marne. Chine en raison de l’épidémie. Exceptionnel­ QUI EST LE « SÉDENTAIRE DE L’OISE » ?
patients de l’Oise. Ils ont été informés en Les deux cas les plus graves concernent deux DE JANVIER » lement, « il aurait pu rendre compte de sa mis­ Le 13 mars, les scientifiques interrompent
même temps de la mort du professeur de « personnels civils de la défense », dont l’un est ALEXANDRA MAILLES sion directement sur la base ». Et s’il avait rap­ leur enquête. Et le bilan est surprenant.
Crépy­en­Valois et du résultat positif du test toujours aujourd’hui hospitalisé à Amiens, épidémiologiste membre porté le virus avec lui ? « Conformément à la « Nous sommes remontés jusqu’à un cas de
de Jean­Pierre G. Depuis, ils passent de indique au Monde le ministère des armées. du groupe d’enquête loi du 24 juillet 2015 relative au renseignement, Covid­19 la deuxième semaine de janvier »,
longues heures à interroger les épouses de sur les premiers cas et afin de préserver les impératifs de sécurité dit au Monde Mme Mailles. Soit avant les trois
ces derniers. « Je suis restée jusqu’à 3 heures du « ON AVAIT TRINQUÉ AU CHAMPAGNE » dans l’Oise opérationnelle, le ministère des armées ne premiers malades chinois officiellement
matin au téléphone avec l’ARS, qui commen­ L’ARS poursuit ses investigations dans l’Oise. communique pas sur la posture liée aux recensés en France, le 24 janvier. Avant aussi
çait son enquête pour remonter la piste », a Le 27 février, elle convoque une réunion avec actions de renseignement », répond la déléga­ l’arrivée de Chinois venus fêter avec la
confirmé au Parisien Nathalie G. le préfet, le sous­préfet, ainsi que le maire de tion à l’information et à la communication famille et la diaspora européenne le Nouvel
Ces scientifiques traquent les épidémies Crépy­en­Valois, Bruno Fortier. Il va falloir du ministère de la défense. An lunaire, la semaine du 20 janvier. « Bien
comme des policiers pistent les tueurs en fermer et désinfecter le collège Jean­de­La­ Chacun voudrait connaître le fin mot de avant, également, le vol de rapatriement de
série. Infections alimentaires en France, Fontaine, sans oublier de mettre en quaran­ l’histoire. Laurence Rossignol, sénatrice Wuhan escorté par les militaires. Avant,
virus Ebola en Afrique, coronavirus au taine tous les élèves et le personnel. A l’issue socialiste de l’Oise, adresse spontanément à enfin, la suspension des voyages avec la
Moyen­Orient… Ils savent décomposer les de la réunion, le maire reçoit un appel d’une l’Institut Pasteur une hôtesse d’Air France ha­ Chine », ajoute­t­elle.
chaînes de transmission jusqu’à ces fameux enquêtrice du petit groupe d’épidémiologis­ bitant dans le département. « Le 27 novembre Pourquoi, dès lors, ne pas avoir jusqu’ici
« patients zéro », comme on appelle ces cas tes : « Connaissez­vous Valérie M. ? » précédent, cette navigante avait déclenché divulgué ces informations et fait taire les
« index », les premières personnes à avoir été La femme qui intéresse la scientifique est tous les symptômes du Covid­19 – extrême rumeurs ? La crainte de violer le secret­dé­
contaminées par un agent pathogène, lors professeure au lycée Jean­Monnet, à 300 mè­ fatigue, fièvre, toux – au retour d’un vol Pékin­ fense ? De commettre des indélicatesses ?
d’une épidémie. « Nous avons commencé les tres du collège, et c’est une amie de l’épouse Paris », raconte Mme Rossignol. Deux mois et « Parce que les habitants de l’Oise ont déjà
interrogatoires immédiatement, question­ du professeur Varoteaux, enseignante elle demi pour s’en remettre, a expliqué l’hô­ beaucoup souffert et qu’il est très difficile pour
nant les conjoints, les collègues, les voisins, les aussi à Jean­Monnet. Un test vient de révéler tesse, en assurant que son fils et sa fille ceux qui se retrouvent dans la chaîne de
amis cités comme contacts par la famille pro­ Valérie M. positive au Covid­19. Gravement avaient eux aussi attrapé la mystérieuse contamination de savoir qu’ils ont contribué
che du malade », explique Alexandra Mailles, malade, elle a été emmenée à l’hôpital de infection. Très, très tôt pour une infection au à la dispersion du virus », assure Santé publi­
une des épidémiologistes du groupe. La pre­ Tourcoing, chargé, avec celui de Lille, de Covid­19, puisque le tout premier cas sur le que France. Mme Mailles accepte tout de
mière étape ? Etablir la liste des personnes désengorger les hôpitaux picards. « Au territoire chinois aurait été enregistré le même de livrer au Monde quelques indices
que Jean­Pierre G. et M. Varoteaux, « cas 15 » moment même où je lui répondais, je me suis 17 novembre 2019… Une sérologie de l’hô­ sur le mystérieux patient zéro. « C’est quel­
et « cas 17 », ont fréquentées. mis à tousser », se souvient M. Fortier. tesse est néanmoins programmée. qu’un qui était sédentaire dans l’Oise, avance­
Les épidémiologistes s’inquiètent de ce qui Le 13 février, le maire se le rappelle, s’est en Le film Contagion, de Steven Soderbergh, t­elle seulement. Ce n’est ni un navigant ni un
ressort des entretiens. « Jusque­là, les cas de effet tenu le dernier conseil communautaire vient nourrir ces nouveaux scénarios. Ce bagagiste. Il n’a pas de lien avec l’aéroport,
Covid­19 recensés en France étaient tous, sauf avant les vacances. Cent personnes, parmi thriller réalisé en 2011, juste après l’épidémie mais, quelque part, il y en a un avec la Chine. »
un, des cas importés, c’est­à­dire que tous lesquelles Gilles Petitbon, le maire de Vau­ de grippe A (H1N1), est devenu, en ce prin­ L’épidémiologiste refuse de s’étendre davan­
avaient un lien, d’une façon ou d’une autre, moise, qui comptait dans son conseil muni­ temps 2020, le film le plus téléchargé sur tage sur ce « sédentaire de l’Oise », qui, sans le
avec la Chine, révèle Mme Mailles. Cette fois, cipal M. Varoteaux, ainsi que Valérie M., elle­ Internet. L’histoire ? Un sale virus se propage savoir, aurait été le pyromane de la grande
nous étions en présence de deux cas autochto­ même membre de l’équipe municipale d’un à travers le monde. Gwyneth Paltrow, qui forêt virale de la région. 
nes, sans contact avec ce pays. » village voisin. « On avait trinqué au cham­ revient de Hongkong, meurt subitement à raphaëlle bacqué et ariane chemin
LIVRES
0123
22 | VENDREDI 10 AVRIL 2020

Lydie Salvayre Bref éloge du confinement


ÉCRIVAINS CONFINÉS, ÉCRIVAINS LIBÉRÉS. Plusieurs auteurs, sollicités par « Le Monde », raconteront une expérience passée de
confinement fécond. La Prix Goncourt 2014 explique ici son choix de ne pas quitter le lieu où elle s’est retirée

E
t si le confinement, tragique
au plus grand nombre, était,
Elle est interminable
pour l’écrivain, une chance ? la liste de ceux qui,
Et s’il constituait la condition
rêvée pour que son écriture voyage et
pour garder à l’écriture
s’ouvre sur des chemins étrangers ? son cœur sauvage,
C’est en tout cas ce que Kafka postule
dans une lettre à Felice : « J’ai souvent
s’éloignent, s’isolent,
pensé que la meilleure façon de vivre et se tiennent à l’écart
pour moi serait de m’installer avec une
lampe et ce qu’il faut pour écrire au cœur
des contaminations
d’une vaste cave isolée. On m’apporterait conformistes et des
mes repas, et on les déposerait toujours
très loin de ma place, derrière la porte la
idées de tout le monde
plus extérieure de la cave. Aller chercher
mon repas en robe de chambre en pas­
sant sous toutes les voûtes serait mon Il m’arrive parfois de me demander
unique promenade. Puis je retournerais à d’où est née cette aptitude au
ma table, je mangerais avec ferveur et confinement, ou cette tare, c’est selon,
je me remettrais aussitôt à travailler. » qui m’est venue en vieillissant.
(Gallimard, 1972) Est­ce le monde, et ses périls, et sa vio­
C’est la décision radicale d’Emily lence qui m’effarent ?
Brontë, qui prend le parti souverain de Est­ce que j’attribue à la mise à dis­
vivre retirée dans un village désolé du tance, au retrait, des vertus littéraires
Yorkshire, loin des divertissements de la bien trop démesurées ?
ville, loin de ce qui se pense et de ce qui Ou est­ce, plus simplement, que j’ai le
s’écrit dans ces consensus confortables sentiment que le village où je vis et qui
qui rassemblent les hommes, loin des compte 380 habitants, je le précise, que
intrigues et manœuvres dans lesquelles ce village contient le monde.
ils trempent pour parvenir ; et qui se Mon village contient le monde, puis­
tient à ce choix parce qu’il constitue à ses que s’y produit tout ce qui fait monde : la
yeux le seul moyen pour que son esprit douleur de vivre, les grands débats, l’ar­
affronte ce devant quoi sans cesse les rogance des riches et le mépris des pau­
hommes se détournent : leurs gouffres vres, la soumission des uns et l’insou­
intérieurs et ce que Bataille appelait mission des autres, la bien­pensance de
« l’abîme du mal ». presque tous démentie chaque jour par
C’est le régime « atroce » que s’impose leurs actes, le désir d’une vie digne de ce
Flaubert pour s’adonner à cet acharne­ nom, les médisances, les joies… Puisque
ment, à cette rage au ventre comme il la j’y croise des amers, des contents, des
nomme, à cette folie, à cette passion colériques, des rebelles, des racistes, des
pour une chose que presque tout le égarés, des cœurs brisés, bref, tous les
monde hait, dit­il, puisque presque tout hommes.
le monde hait la littérature, cette passion Mais je tricherais si je prétendais que
qui le torture et qui l’enchante, et qui mon confinement est toujours faste à
l’amène à se claquemurer chez lui afin de l’écriture, celui­ci ne garantissant nulle­
modeler les phrases, dix­huit heures par ment l’invention créatrice. (Robinson,
jour, jusqu’à leur absolue perfection. « Je tout esseulé qu’il est sur son île, n’en est
travaille dans des proportions que j’ose pas pour autant créatif. Il s’épuise, cet
qualifier de gigantesques, écrit­il à idiot, à reproduire le comportement de
Mme Brainne. En trois mois j’ai pris un propriétaire qui fut le sien autrefois, re­
après­midi de congé et depuis que je suis marque Deleuze, qui trouve le roman de
ici je ne fais que lire et prendre des notes. Defoe ennuyeux à mourir).
Mon horrible bouquin [Il s’agit de Bou­ Mon confinement est loin d’être tou­
vard et Pécuchet] est un gouffre qui jours fécond. Et il est des moments où je
s’élargit sous moi à chaque pas. Je tombe me précipite sur n’importe quelle émis­
de fatigue. Comment intéresser avec deux sion télé pour le seul plaisir d’y voir des
imbéciles qui causent littérature. » (Galli­ Lydie Salvayre, chez elle, en 2013. LEA CRESPI/PASCO visages inconnus ; certaines journées
mard, 2007). d’hiver, les heures s’écoulent avec une
C’est le choix de Proust, vivant reclus lenteur tellement insupportable que je
durant plus de quinze ans au deuxième passe mon temps à consulter ma mon­
étage du 102, boulevard Haussmann, fermement à ses plus proches de venir volontaire avec celui qui nous est im­ Pascal, Montaigne, Nietzsche et quel­ tre en priant que la nuit et sa hache tom­
dans une chambre qu’il a fait tapisser de bousculer ses élégiaques méditations. posé aujourd’hui et qui est dramatique ques autres, excusez du peu. bent vite ; et il arrive qu’en proie aux
liège afin qu’aucun bruit du dehors ne Elle est interminable la liste de ceux pour presque tous, je ne le sais que trop). Mais je me garde d’avancer, pour justi­ longs ennuis je me lance à corps perdu
vienne perturber ses pensées. qui, pour garder à l’écriture son cœur Je suis devenue, disais­je, une confinée fier mon retirement auprès des esprits dans des tâches domestiques parfai­
Et celui d’Hölderlin, sans doute l’un des sauvage, s’éloignent, s’isolent, et se volontaire, autrement dit une confinée modernes, que je me livre dans ma tement inutiles.
plus célèbres confinés de la littérature, tiennent à l’écart des contaminations de luxe. J’ai horreur des voyages autant chambre aux pratiques du « développe­ Car j’ai beau vivre en confinée, la
qui reste plus de trente ans reclus chez le conformistes et des idées de tout le que du tourisme. Je ne quitte qu’à regret ment personnel ». Horreur. Cent fois hor­ tristesse virale du monde et ses
bon menuisier Ernst Zimmer, dans une monde. le village où je vis. Tous les troupeaux, reur. Car une chose me semble tout à fait désastres annoncés me contaminent,
tour de Tübingen, sur le bord du Neckar, Et si je brandis leur nom, c’est peut­être tous les attroupements m’inquiètent, sûre : j’ignore ce qui se développe en moi évidemment. 
la paix enfin au cœur, les souffrances en pour mieux contrecarrer les arguments même et surtout les mieux intention­ dans mon confinement, mais sûrement lydie salvayre,
sommeil, et le regard émerveillé devant de ceux qui, ne me voyant que rarement nés. Je trouve dans la compagnie de San­ pas cette chose qu’on appelle le moi. écrivaine
le jour qui naît et le ciel fastueux. quitter ma chambre et mon village, me drine et Carmen, mes voisines les plus Alors quoi ? des possibles, des plongées,
Ou de Kant faisant sempiternellement regardent avec commisération. proches, autant de gaieté et bien plus de des révoltes, des élans vers je ne sais quoi Dans les prochains jours, retrouvez
et aux mêmes heures la même Car je suis devenue peu à peu une franchise que dans la plupart des salons de plus grand que moi, l’enjambement de nouveaux récits de la série
promenade. confinée volontaire (il serait obscène parisiens. J’ai en outre pour compa­ de certains précipices, des désirs d’infini, « Ecrivains confinés, écrivains libérés »
Ou de Rilke à Duino interdisant que je confonde ici mon confinement gnons de solitude Faulkner, Sterne, que sais­je. sur Lemonde.fr

BRUNO LEVY
solidaires et reconnaissants, le et Freud, retiennent « empathie ». très courte mais exemplaire : un
HUIS CLOS • 3 soir à la fenêtre. Ces notions ne sont pas totale­ enfant joue seul au bord d’un
A l’abri, bien portants, nous vi­ ment équivalentes. Mais toutes puits, il va tomber, un passant
ROGER-POL vons donc ce que d’autres vivent. renvoient au même constat : nous l’aperçoit, se précipite et le rat­
DROIT Et nous le ressentons directe­ comprenons ou nous ressentons, trape. Tout est là ! Le passant peut
ment, sans raisonnement ni dé­ d’un coup, les émotions des être un étranger, n’ayant jamais
duction. En fait, c’est énigmati­ autres. Elles sont « transfusées vu l’enfant. L’élan qui le pousse

L’empathie, absolument vitale que. Et toujours inexpliqué. Car


s’il est banal, évident, et absolu­
ment vital, ce partage des émo­
d’une personne à l’autre instan­
tanément », comme le dit Adam
Smith. Etrange conséquence :
d’un coup à porter secours ne ré­
sulte pas d’une réflexion. Notons
que cette brève histoire est chi­
tions sans délai ni réflexion de­ nous sommes à la fois nous et noise et ancienne. Car l’empathie
TOUS SÉPARÉS, CONFINÉS, ISO­ Pas besoin de les connaître. Inu­ meure un mystère. On lui a donné l’autre. « Je souffre avec lui et dans est universelle, dans le temps, l’es­
LÉS. Pourtant, nous sommes tile d’avoir des liens d’amour, bien des noms, selon les époques. lui, bien que sa peau ne recouvre pace et les cultures.
aussi tous unis, reliés, partageant d’amitié, ni même la moindre re­ On l’a décrit et scruté sans parve­ pas mes nerfs », insiste Schopen­
de mêmes émotions. Comment lation. Il suffit que ce soient des nir à l’élucider tout à fait. hauer dans Le Fondement de la Ce qui étouffe l’empathie
est­ce possible ? La réponse ne humains, anonymes et sembla­ morale (1840). Le processus de Reste à savoir ce qui souvent
réside pas simplement dans le bles. Nous percevons qu’ils souf­ Les émotions des autres cette identification demeure mal l’interrompt, l’étouffe, voire la dé­
règne des écrans et l’omnipré­ frent, étouffent, meurent solitai­ Rousseau d’abord, Schopen­ connu, bien que la piste des « neu­ truit. C’est moins mystérieux. In­
sence de nos machines à commu­ res, nous savons leurs proches ac­ hauer ensuite l’appellent « pitié » rones miroirs » ouverte par les différence, égoïsme, rationalité
niquer. C’est essentiel, mais ce cablés, aussitôt nous vivons cette – terme devenu difficile à enten­ sciences cognitives semble pro­ froide y contribuent. Plus encore,
n’est qu’un moyen. Il n’aurait douleur et cet effroi. Ou bien, sur dre dans son sens le plus large, metteuse. Quoi qu’il en soit, la conviction fanatique d’être
aucune efficacité s’il n’existait, en le versant clair, nous voyons parce qu’il nous fait songer seule­ l’empathie fait ressentir, mais dans le vrai peut vitrifier l’empa­
chacun de nous, antérieurement médecins, infirmiers, brancar­ ment à la faiblesse de l’apitoie­ aussi agir. thie, conduire à tuer au nom du
à toute technologie, une étrange diers et autres affronter l’épidé­ ment. Adam Smith, dans sa Théo­ Les sauvetages, entraides et se­ bien. De l’Inquisition à Daech, il
faculté de partage immédiat. Elle mie avec abnégation, dévoue­ rie des sentiments moraux (1759), cours, c’est elle. Mencius, philoso­ en est cent exemples. Tous n’en­
nous fait éprouver ce que les ment, ténacité, et nous applau­ préfère le nommer « sympathie ». phe chinois du IVe siècle avant no­ seignent qu’une chose : l’opposé
autres ressentent. dissons pleinement, dans le vide, Les modernes, depuis Jaspers tre ère, a composé cette histoire de l’empathie, c’est la barbarie. 
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 livres | 23

HISTOIRE ACTUALITÉS

C
hacun, enfermé chez
soi, cloué comme ja­
mais devant son ordina­
teur, se retrouve seul E­librairies au
face à la cohorte infinie des sa­
voirs, et n’en mène pas large. Tout
est là, disponible, facile, immé­
banc d’essai
diat. Mais par où commencer ?
D’ailleurs, qu’a­t­on vraiment en­ FAUT­IL CONTINUER à accorder de la
vie de connaître ? L’internaute, au place au traitement d’ouvrages parus
bord de la noyade, n’aura peut­ avant le 17 mars, alors que les librairies
être pas l’idée de chercher du se­ sont fermées ? L’équipe du « Monde des
cours dans les siècles lointains. Il livres » s’est évidemment posé la ques­
aura tort, et la démonstration tion. Nous avons fait le choix, sur les
qu’en apporte Ann Blair dans Tant quatre pages hebdomadaires désormais
de choses à savoir devrait l’aider intégrées au quotidien, de poursuivre
à comprendre de quelle ma­ notre mission en veillant à évoquer prio­
nière l’information, aujourd’hui ritairement des textes aussi disponibles
comme jadis, face à des milliards sous la forme électronique.
de données numériques comme Alors que ce mode de lecture restait
devant des centaines de milliers largement minoritaire avant le confi­
de livres, se stocke, se classe, se nement, le service « Pixels » a mené
synthétise, construit nos esprits l’enquête pour aider les lecteurs à
brique après brique. s’orienter parmi les services disponibles
Pour éclairer ainsi aussi bien le pour enrichir sa propre bibliothèque dé­
passé que la situation de l’huma­ L’« ancienne bibliothèque », Trinity College, à Dublin (Irlande). PLAINPICTURE/AWL/MAURIZIO RELLINI matérialisée. L’article de Nicolas Six est à
nité à l’ère digitale, l’historienne lire sur Lemonde.fr, mais en voici quel­

Tout le connu dans une


de la culture, professeure à Har­ ques enseignements :
vard, exhume et analyse, dans
cette somme d’une érudition la­ Le principe du verrou. La principale
byrinthique, qui a connu un beau différence entre les sites de libraires qui

seule main, un rêve ancien


succès public lors de sa parution mettent en vente des livres électro­
aux Etats­Unis il y a dix ans, un niques se joue sur les contraintes de
massif documentaire peu ex­ lecture. La majorité des ouvrages de
ploré : la vaste production des l’échantillon qu’a étudié « Pixels » sont
« livres de référence », « répertoi­ verrouillés par une protection numé­
res », « florilèges », « mélanges », Dans l’érudit « Tant de choses à savoir », l’historienne Ann rique qui empêche leur consultation sur
« miscellanées », compilant cita­ certains appareils – un gros inconvé­
tions d’auteurs et données, qui se Blair analyse le puissant élan vers la connaissance, avec son nient par rapport aux ouvrages
sont multipliés durant la période imprimés.
qu’elle étudie, entre 1500 et 1700, cortège de compilations, qui marque les Temps modernes Le verrou numérique d’Apple Books est
pour l’essentiel. le plus contraignant : les e­books sont
La frayeur, ou l’écœurement, lisibles uniquement sur smartphones,
qu’inspire l’abondance des livres l’inflation éditoriale qu’elle induit devait être conservé, l’immensité comme des maillons essentiels tablettes et ordinateurs Apple. Celui de la
et, au­delà, des idées, sentences, la cause d’une montée de vertige ? de cette beauté, de cette intelli­ de la transmission du savoir en librairie Kindle d’Amazon permet de lire
faits, commentaires, sur lesquels Ann Blair ne s’en tient pas à cette gence accumulées, dont on n’al­ Occident, des modèles pour ce qui sur les mobiles Apple et Android. Cepen­
on ne saurait tomber sans vou­ explication trop simple. D’autres lait plus cesser de se nourrir, dont deviendra, au XVIIIe siècle, les dant, si les liseuses d’Amazon sont de
loir les retenir et qui débordent « mouvements », de nature plus on allait vivre. encyclopédies, lesquelles irrigue­ bonne qualité, elles n’offrent pas la pos­
sans pitié notre incertaine mé­ intime, innervent cette poursuite Alors les chantiers se sont ront la culture jusqu’au XXe et sibilité d’ouvrir les livres verrouillés par
moire, ne date pas de la Renais­ panique de savoirs toujours sur le ouverts, partout, sous toutes les à aujourd’hui, en se reformant Adobe, la protection adoptée par presque
sance. L’Antiquité et le Moyen point de se perdre. formes. Ils vont déboucher sur autrement sur Internet. toutes les librairies concurrentes.
Age n’ont pas été avares en com­ des livres qui resteront plus de Le travail admirable d’Ann Blair
pilations de toute sorte, de Pline Deux livres essentiels deux siècles sur les tables des étu­ nous ramène en somme, par des Simplicité d’utilisation. Côté simplicité,
l’Ancien (23­79), notant qu’il a Et d’abord, justement, l’effroi de la diants, professeurs, auteurs, prin­ chemins éloignés, à notre situa­ de grosses différences apparaissent : lors­
composé son Histoire naturelle à perte. Ou, si l’on veut, un tel élan ces. Henri VIII d’Angleterre (1491­ tion présente, à cette solitude de­ qu’on achète un livre chez Kobo ou Ama­
partir de vingt mille éléments vers la connaissance, la décou­ 1547) avait en main la Polyanthea, vant la surabondance des savoirs zon, il apparaît automatiquement sur le
pris dans deux mille volumes, au verte, l’exploration, un tel désir, l’un des plus fameux, publié par numériques que nous éprouvons smartphone, à condition d’avoir installé
Speculum maius, du dominicain que la peur de la disparition se fai­ Domenico Nani Mirabelli en 1503 désormais si vivement. Elle l’enri­ l’application correspondante, ou sur la li­
Vincent de Beauvais (v. 1184­ sait intolérable. On n’allait plus (il sera réédité quarante­quatre chit. Elle la peuple. Plus précieux seuse de la même marque. Sur la plupart
1264), « le plus gros ouvrage de perdre. On n’allait plus oublier, si­ fois jusqu’à la fin du XVIIe siècle). encore : elle nous aide, en entrant des librairies concurrentes, le livre n’ap­
référence avant 1600 ». non en rejetant les informations Le roi, qui voulait obtenir de dans l’intimité de nos prédéces­ paraît pas automatiquement : il faut l’im­
Mais, de fait, et comme tou­ secondaires, pour faire jouer cet Rome l’annulation de son pre­ seurs, à nous retrouver face à porter à la main. Cette étape est plus ou
jours, il se passe quelque chose de oubli, cet effacement qui sont, mier mariage, l’avait annoté aux nous­mêmes, à notre propre désir moins fastidieuse, et plus ou moins bien
neuf à la Renaissance. L’imprime­ note Roger Chartier dans sa pré­ rubriques « loi », « mariage », de connaître le monde, notre expliquée. En outre, la qualité du moteur
rie, à l’évidence, joue son rôle. face, « des conditions nécessaires « pape ». C’étaient, on le voit, des propre élan vers le connu et l’in­ de recherche – outil indispensable pour
Faut­il pour autant voir dans pour la mémoire ». Tout le reste livres qui servaient à tout. connu – cette permanente aven­ fouiller les catalogues – varie beaucoup.
Ann Blair, méticuleusement, en ture de l’esprit humain.  Sur la quinzaine de librairies en ligne
étudie les sources (au premier observées, dont aucune n’est sans dé­
EXTRAIT chef la prise de notes au fil de la
florent georgesco
faut, cinq nous paraissent plus recom­
lecture, les passages cochés, le tant de choses à savoir. mandables. Nous avons apprécié la clarté
« Je propose non seulement un retour historique à partir de nos préoccupa­ trésor de la sélection immédiate, comment maîtriser de Google Livres, et l’importance du ca­
tions actuelles, mais aussi un éclairage nouveau sur la culture intellectuelle individuelle), la genèse, la struc­ l’information à l’époque talogue sans verrou de Feedbooks. Mais
de l’Europe au début de la modernité. A la Renaissance, ni la perception d’un ture, les techniques de classe­ moderne nous recommanderions surtout le japo­
excès d’informations ni les méthodes élémentaires de gestion des textes (…) ment (index, arborescence, ordre (Too Much to Know. nais Kobo, facile à utiliser, le réseau de
n’étaient des nouveautés. (…) C’est plutôt la masse des extraits rassemblés alphabétique…), le destin. La Managing Scholarly Information libraires indépendants Leslibraires.fr et
dans les manuscrits et imprimés qui fut unique à la Renaissance. (…) La Polyanthea, ou le Theatrum hu­ Before the Modern Age), Bookeen, compromis intéressant entre la
découverte de textes anciens et de terres inconnues offrit, en plus de sources manæ vitæ, du protestant Theo­ d’Ann Blair, simplicité du premier et l’ouverture du
plus traditionnelles, une matière nouvelle à classer et à stocker. En arrière­ dor Zwinger, publié à partir de traduction de l’anglais (Etats­Unis) second. Trois services plutôt qu’un, pour
plan, un facteur plus important encore peut être décelé : un appétit puissant 1565, et, au siècle suivant, son pen­ par Bernard Krespine, revue par répondre aux besoins variés de lecteurs
d’informations. » dant catholique, le Magnum thea­ Ann Blair, préface de Roger Chartier, qui ne se ressemblent pas. 
trum vitæ humanæ, de Laurentius Seuil, « L’univers historique », « le monde des livres »,
tant de choses à savoir, pages 18­19 Beyerlinck (1631), apparaissent 496 p., 25 € ; numérique 18 €. avec nicolas six

Attendre de ne pas passer à l’action


La narratrice de « La Figurante » considère sa vie telle une spectatrice sans opinion. Mais cela peut­il durer ? Pauline Klein, réjouissante

ROMAN patronne mesquine mais évidemment


imbue de sa prétendue ouverture d’esprit.
accepter de jouer avec conviction, jus­
qu’à en faire la trame même de son exis­
toute autre activité afférente enveloppée
dans un de ces poncifs qu’elle traque et
La Figurante, on ne peut pas ne pas men­
tionner ceux situés à New York, où Ca­

V oilà une question que le confine­


ment général offre une fameuse
occasion d’examiner : qui est­on,
une fois débarrassé des contraintes socia­
les les plus courantes, des rôles à jouer
Il consiste à inventorier les objets, pein­
tures, sculptures, regroupés dans la cave
du lieu, et Camille ne parvient à le suppor­
ter qu’en sabotant sa mission tranquille­
ment, sans ménager ses efforts ni se dé­
tence (« J’avais pensé dur comme fer vivre
avec l’inconnu devant moi. Mais plus je
vieillis, plus l’avenir se resserre dans une
épatante prévisibilité »).
Enfin, jouer, elle n’a rien contre. Mais
souligne par l’emploi d’italiques. Elle as­
sure : « J’avais établi au cours de ma vie, et
ce depuis que j’étais officiellement en âge
de me confronter à ce genre de question­
nements, une position de spectatrice sans
mille, dans sa vingtaine, entretient une
idylle platonique avec un banquier vieux
garçon, qui lui permet de creuser en paix
son découvert. Pauline Klein possède un
sens des situations aussi remarquable
dans l’open space ou au cours d’un déjeu­ partir de son air le plus concerné. Se selon ses propres règles, avec une joie sé­ opinion. » que l’acuité avec laquelle elle se penche
ner dominical en famille ? Une fois sous­ révolter en haussant le ton, tout bazarder rieuse d’enfant – et pas avec la triste rési­ sur les « déguisements » que l’on consent
trait aux projections des autres, dégagé dans un grand fracas, n’est pas son genre. gnation des adultes persuadés de ne pas Apparitions d’anthologie ou non à enfiler, et l’obsession effrénée
de la plupart des conversations machina­ avoir d’autre choix. La distance de Ca­ Au moment où elle s’apprête à se marier de donner un sens à sa vie. Cette quête­là
les jalonnées d’expressions toutes faites ? Une résistance résolue mille à l’égard du monde, sa flegmatique avec un homme riche et beau, il s’agit de semble plus absurde que tout à Camille,
Cette interrogation, Camille Tazieff n’a Héritière du Bartleby d’Herman Melville fantaisie irriguent La Figurante, qua­ savoir si elle est prête à quitter cette posi­ et il faut bien admettre qu’elle se montre
pas besoin d’une pandémie mondiale (1853) (il est impossible de ne pas penser trième roman drôle, futé, par moments tion, qui la satisfait pleinement, pour convaincante. 
pour s’y colleter ; du reste, dans un court au scribe récalcitrant et à son célèbre « I réjouissant de Pauline Klein. L’écrivaine, embrasser celle d’épouse bourgeoise, et raphaëlle leyris
passage, elle s’impose d’elle­même « une would prefer not to »), l’héroïne et narra­ née en 1976, explore depuis Alice Kahn ce qui va avec : future mère, selon toute
quarantaine » de deux semaines, au mo­ trice de La Figurante oppose une résis­ (Allia, 2010) la notion d’identité et la probabilité, mais aussi belle­fille sou­ la figurante,
ment où elle décide qu’elle ne retournera tance aussi résolue que passive à la so­ somme de malentendus qui finissent mise à la génitrice de son fiancé, qui fait de Pauline Klein,
pas à la galerie d’art qui l’emploie. Un ciété et à ses injonctions. Aux rôles que, par en constituer une. Mais il ne faut pas quelques apparitions d’anthologie. Flammarion, 208 p., 18 € ;
travail mal payé, exercé au service d’une la trentaine s’installant, il lui faudrait croire que Camille « se cherche », ou Parmi les autres passages hilarants de numérique 13 €.
0123
24 | livres VENDREDI 10 AVRIL 2020

PHILIPPE MATSAS

LE FEUILLETON
CAMILLE LAURENS
Bic », suivi de « Père et gay », de Léon de chambre moirée, avec des chats, il écrit
Tolstoï, et de tant d’autres, réunis dans le au stylo à pompe sur un sous­main en
recueil Cent titres (Grasset, 2014). maroquin vert (…). Il a la tête qu’on
Lisant son nouvel hommage à la lec­ connaît à Beethoven. » Elle traque les

Dedans, l’aventure
ture, Dehors, la tempête, au titre prémo­ clichés, le soleil « qui darde ses rayons »
nitoire, on en apprend beaucoup sur la dans trop de mauvais livres.
vocation littéraire de Clémentine Mélois. Par­dessus tout, Clémentine Mélois a le
Gagnante en CM1 d’un concours d’écri­ talent des artistes qui savent préserver
ture, elle reçoit en cadeau 365 livres l’enfance en eux, la douceur de la vie ma­
qu’elle va dévorer l’un après l’autre, leur térielle empreinte de sensualité, le plaisir
attribuant même « une identité olfac­ de lire « comme on prendrait son goûter »
tive ». Ses lectures l’embarquent dans des et l’impertinence de la perspective. Ce
aventures : « Le capitaine Achab arpente qui la distingue, c’est le regard décalé
le pont, j’entends au­dessus de ma tête les qu’elle pose sur les choses et les actions
grincements du bois au passage de sa ordinaires. Si celles­ci ont cessé de nous
jambe d’ivoire. » Elle en tire une solide ex­ étonner, elle leur redonne leur capacité
périence teintée de peur : « Si ça se trouve, de surprise. Par glissements ou coqs à
il faudra boire notre urine pour survivre l’âne, elle joue sur l’anachronisme ou
la question incongrue – « Est­ce que
Modiano va parfois manger des boulettes
Clémentine Mélois d’élan chez Ikea ? » –, enquête sur les non­
dits des classiques, dont les personnages
a le talent des artistes vont rarement « aux wawas » et n’ont ja­
qui savent préserver mais leurs règles, se retient d’en secouer
certains : « Vis ! Aime ! Va te promener !
l’enfance en eux, Fais­toi un smoothie banane ! Arrête un
la douceur de la vie peu de faire des histoires ! », a­t­elle envie
de crier à Mme Bovary.
matérielle empreinte Mais lire, fût­ce des classiques, ne re­
de sensualité, tranche pas de son époque. Prémoni­
toire aussi, cette évocation de « la journée
le plaisir de lire la plus longue du siècle » ? « On ne voit pas
« comme on prendrait le bout du tunnel, c’est le désert des Tarta­
res, l’attente est insupportable, la pièce
son goûter » et mal aérée sent le terrier de renard et le
l’impertinence de mauvais après­rasage (…), on a des impa­
tiences dans les jambes mais hors de ques­
la perspective tion d’aller faire un tour. Nous sommes
irrémédiablement captifs. » Eh bien non !
(surtout ne pas boire d’eau de mer). » Mais Ce n’est pas l’anticipation de notre confi­
quoiqu’elle signe ses courriers « en rune nement, mais le récit d’une réunion de
elfique », comme un héros de Tolkien, bureau ordinaire, avant. De quoi cham­
elle reste casanière et n’apprécie rien bouler quelque peu notre vision de la
tant que « lire sans se mouiller (…), sans vraie solitude…
STEFANIA INFANTE
prendre de ris, sans carguer la grand­ Dehors, la tempête, quoiqu’il invite
voile », ce qui nous vaut de belles pages ainsi souvent à modifier notre angle de
sur le rapport du livre trépidant et de sa vue sur notre vie, paraîtra peut­être trop
CLÉMENTINE MÉLOIS EST UNE AMIE, et nécessité, « Sucre PQ Xanax Lexomil lectrice sous l’édredon. insouciant à ceux qui, ces temps­ci, sont
des amies comme elle, je vous en sou­ Tranxène Valium… », ou le paquet d’Hol­ En bonne oulipienne, elle aime aussi friands de prophéties apocalyptiques ou
haite. Attention, pas de méprise : je ne la lywood Chewing Gum à la chloroquine, Raymond Queneau et Georges Perec, ne trouvent aucun secours dans la fré­
connais pas, je ne l’ai jamais ren­ c’est encore elle. Son inventivité n’a dont elle a hérité le goût des listes en tout quentation des livres. Aux autres, elle
dehors, contrée. C’est une amie Face­ d’égal que sa générosité à partager ses genre – liste de ses livres de chevet, des offrira une bouffée d’air juvénile, cet hu­
la tempête, book. En cette période de confi­ trouvailles. Née en 1980, cette artiste bricoles qui ornent ses étagères, dont mour qui a toujours aidé à supporter les
de Clémentine nement, tous les jours elle poste plasticienne sortie des Beaux­Arts de Pa­ « Le Penseur, de Rodin, en cire de mini­Ba­ catastrophes et qui, transmis par les
Mélois, sur son mur des statuts qui font ris, membre de l’Oulipo depuis 2017, s’est bybel », liste décapante des phrases que réseaux sociaux numériques, apporte sa
Grasset, « Le rire aux éclats, même s’ils ne d’abord fait connaître par sa manière ni Jules Verne ni même Perec « n’auraient contribution à l’apaisement de l’an­
courage », 192 p., sont pas toujours dépourvus de hilarante de détourner titres et couver­ comprises » : « J’ai bloqué un troll sur goisse. Je sais, Jules Verne n’aurait pas
17 € ; numérique 12 €. mélancolie. Laurent Delahousse tures de chefs­d’œuvre. Comme beau­ Insta/ C’est mort pour l’after/ Il a je ne sais compris cette dernière phrase. Nous en
plein écran au journal télévisé, coup de ses fans, j’ai découvert cette pas combien de followers/ Je crois que je voilà tout déboussolés, mais pleins d’es­
ses mèches blondes ondulant jusqu’aux adepte du jeu de mots et de la contrepè­ vais partir sur un fromage de chèvre. » poir aussi, nous qui pouvons toujours
épaules – « Confinement, jour 243 » –, terie grâce au gribouillis fait au stylo sur Son humour n’épargne pas les roman­ faire le tour du monde en 80 jours dans
c’est elle. La liste des courses de première un poche d’Hermann Melville, « Maudit ciers, qu’elle caricature à plaisir : « En robe notre chambre. 

BANDE DESSINÉE
Contre le reste La bimbo de Saint­Flour
du monde Avec « Cinq cartes
brûlées », troublante
france, l’humiliation. Je veux ap­
prendre d’autres règles, jusqu’au
La précarité, Vanda connaît, qui élève seule son fils et transformation d’une dégoût. Ne résister à aucune envie.
Fermer les yeux sur les souvenirs.
perd bientôt son emploi. Marion Brunet, déchirante jeune souffre­douleur Et laisser ma propre empreinte
en bourreau, Sophie quelque part, comme une bête nue
Loubière trompe sur un lit de feuilles mortes. » Au fil
NOIR se traduira encore par une baisse
d’effectifs. Peine perdue. « Je
merveilleusement des pages, l’atmosphère s’obscur­
cit jusqu’au malaise, dans ce huis
son monde
I l est des écrivains qui savent
capter l’air du temps. Non les
effets de mode et les poncifs
afférents, mais les germes qui le
vicient, les courants d’idées qui le
croyais qu’il manquait du person­
nel », renvoie Vanda à la DRH qui
la licencie. « “Ce sont deux choses
différentes.” Vanda voit surtout
que ce sont deux choses contradic­
THRILLER
clos où les êtres privés d’affection
peuvent se muer en bourreaux.

Leurres
Ce thriller psychologique inspiré
traversent, la révolte qui couve et
la rage qui gronde. Marion Brunet
est de ceux­là, avec Nicolas Ma­
thieu, Olivier Adam et quelques
autres qui marient crise existen­
toires, un peu comme baisser le
nombre d’enseignants pour pro­
mouvoir l’éducation ou faire sau­
ter des allocs pour lutter contre la
pauvreté. Elle n’est pas cortiquée L’ASSOCIATION
S aint­Flour, petite ville
auvergnate qui se meurt,
est un lieu où l’on n’a guère
envie de végéter à l’adolescence.
Surtout quand on grandit,
d’un fait divers réel – un meurtre
sanglant dans une chambre d’hô­
tel de Saint­Flour – fait alterner
retours en arrière, vingt­cinq an­
nées plus tôt, et présent de narra­
tielle de leurs personnages et pour ce type d’illogisme. » comme Laurence, dite « Lolotte », tion. Dans ce treizième roman
crise de société. A l’imminence du chômage au sein d’une famille difficile, porté par plusieurs voix, Sophie
Avec Vanda, l’auteure de L’Eté
circulaire (Albin Michel, Grand
s’ajoute la menace que constitue
la réapparition du père biologi­ Affections dans un pavillon cerné de lignes à
haute tension. Désireuse de s’en
Loubière, ancienne journaliste,
trompe merveilleusement son
Prix de littérature policière 2018) que de l’enfant. Jusqu’ici, il igno­ sortir, la jeune fille, obèse, souf­ monde, et sème jusqu’à la fin des
s’écarte du monde adolescent rait l’existence de son fils. Le voilà À TROIS MOIS D’INTERVALLE, EN 2005, LUC MORVANDIAU fre­douleur de son entourage, no­ leurres qui laissent le lecteur dé­
qu’elle décrit si bien depuis ses qui se pique d’intervenir dans son apprend que sa mère est atteinte d’une affection cousine de tamment de son tyran de frère, boussolé, incapable de savoir où
débuts (Frangine, Sarbacane, éducation. Pis, d’alerter les servi­ la maladie d’Alzheimer et que son fils, Emile, qui vient de cache un gouffre, celui des histoi­ se trouve la vérité. L’auteure des
2013) pour s’attacher au combat ces sociaux. naître prématurément, est porteur de trisomie. Pareil téles­ res qu’elle s’invente pour occulter aventures de Desmond Blur
quotidien d’une jeune femme, Après des études de lettres, Ma­ copage serait trop brutal si le dessinateur n’avait pas saisi la réalité. Jusqu’au jour où son – Black Coffee puis White Coffee
travailleuse précaire, qui élève rion Brunet a œuvré comme édu­ l’occasion pour plonger, doublement, dans ses racines fami­ père, accusé d’attouchements (Fleuve, 2013 et 2016) – livre ici
seule son fils de 6 ans. Ils habitent catrice spécialisée, avant d’exercer liales et dans le récit d’un quotidien réinventé. Au portrait de sexuels sur mineure, s’en va, et un roman plus personnel, ne
un cabanon de pêcheur en bord en hôpital de jour pour les adoles­ cette mère catholique dotée d’un caractère trempé répond que tout son univers part en cachant pas l’empathie qu’elle
de mer, sans fenêtre ni confort su­ cents. Son style d’écriture est à la chronique d’une vie désormais rythmée par les progrès vrille. ressent pour ses personnages, si
perflu. En marge, mais heureux, l’image de Vanda, mère louve et d’un enfant « dont la normalité rassurante ne sera jamais là ». La jeune fille surnage au milieu troublants soient­ils. Entre se­
symbiotiques. Eux deux contre le rebelle : étonnamment libre, in­ L’auteur n’esquive aucune des réalités endurées par les du chaos, fait de son corps massif crets de famille et affabulation,
reste du monde. nervé par un sentiment de fronde familles confrontées au handicap : la culpabilité de ne pas un atout, en devenant cham­ Cinq cartes brûlées marque autant
Femme de ménage intérimaire envers une société qui sacrifie les être à la hauteur, le gymkhana administratif, la compassion pionne de lancer de poids, puis se par l’art du subterfuge dont té­
dans un hôpital psychiatrique, plus fragiles. La romancière signe surjouée, quand ce n’est pas la violence du fameux « regard métamorphose en bimbo, objet moigne son auteure que par l’ori­
Vanda décide d’afficher sa solida­ ici une déchirante tragédie.  des autres » (« Si ça peut vous consoler, ma petite­fille a la de tous les désirs masculins, qui ginalité de son héroïne. 
rité envers ses collègues – méde­ macha séry mucoviscidose », lance un pharmacien)… Les contrepoints se instrumentalisent sa beauté sans sylvia zappi
cins, aides­soignantes – lorsqu’ils répondent dans ce carnet en partie autobiographique qui remords. Laurence tente d’oublier
expriment leur ras­le­bol à la suite digresse du côté du cinéma et de la transformation urbaine ses failles, quand elle rencontre
de la mort accidentelle d’un pa­ vanda, de Rennes. Une infinie pudeur s’en dégage finalement, à tirer un mystérieux médecin, accro cinq cartes brûlées,
tient, faute de cadres en nombre de Marion Brunet, les larmes des yeux.  frédéric potet aux jeux de casino. Il sera sa de Sophie Loubière,
suffisant. D’autant que se profile Albin Michel, 240 p., 18 € ;  Le Taureau par les cornes, de Morvandiau, chance, celle de se réinventer. « Je Fleuve, « Noir », 352 p., 19,90 € ;
un nouveau plan d’économies qui numérique 13 €. L’Association, 152 p., 19 € ; numérique 10 €. connais déjà la terreur, la souf­ numérique 14 €.
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 livres | 25

Quentin DES POCHES


SOUS LES YEUX

Lafay,
MATHIAS ÉNARD

ÇA FAIT DU BIEN DE CHANGER DE CAUCHE­


MARS. De trembler ailleurs, loin, pour

piraté
d’autres que les siens. Trembler pour autre
chose qu’un virus. Il est des livres qu’on ne
regrette pas d’avoir ouverts pour de mau­
vaises raisons – quand j’ai lu sur la qua­
trième de couverture que l’auteure habitait

repenti
à Saint­Pierre­et­Miquelon, mon imagi­
nation s’est mis en branle : îles glacées en hi­
ver, parcourues de vent et entourées d’une
flottille innombrable de morutiers, peu­
plées d’ivrognes aux origines troubles, etc.
Par les rafales, de Valen­
tine Imhof, évoquait les
Membre de l’équipe de campagne haubans d’acier hurlant
sous les fouets des tempê­
d’Emmanuel Macron en 2017, tes, croyais­je, et pas le
bruit des armes à feu. Je
il a vu ses courriels personnels m’étais trompé. Le roman
lu, j’étais décoiffé, par la
rendus publics par les « Macron brise certes, mais surtout
Leaks ». De ce traumatisme, par l’alcool, la violence, la
peur, la poésie (la poésie,
il a tiré quelques leçons de vie oui monsieur ! Dans quel
polar cite­t­on aussi bien Jean­Antoine de
et un roman, « L’Intrusion » Baïf que Lautréamont ?) de ce thriller d’am­
biance et de violence, qui s’ouvre à Nancy et
à Metz, et se termine très loin de là, après
être passé par bien des antres, des légendes
et des musiques. Le tout sous le signe de la
RENCONTRE folie destructrice de milliers de Vikings des­
cendus de leurs drakkars…

I
l a proposé le Fumoir, un café indé­
modable, en face du Louvre. Fau­ S’IL EST UNE EXISTENCE AVENTUREUSE PAR
teuils en cuir et bougies, le soir. EXCELLENCE, c’est bien celle de Joseph Kes­
C’était le 6 mars, dix jours avant le sel (1898­1979), qu’Yves Courrière nous ra­
confinement. Une dizaine de SMS Quentin Lafay, en janvier. FRANCESCA MANTOVANI/GALLIMARD/OPALE conte dans Sur la piste du lion. La biographie
ont été échangés pour convenir du ren­ de Kessel, c’est un livre fractal, qui s’ouvre à
dez­vous. Quentin Lafay les a tous effa­ chaque page sur les romans que Kessel lui­
cés. C’est ce qu’il dit d’emblée en s’as­ même a écrits. Et quelle vie ! Elle commence
seyant. L’ancien conseiller élyséen est un les secrets les plus compromettants sont Angeles à écrire son livre et une série, il par les plaines argentines et les ghettos rus­
grand brûlé des « Macron Leaks » : le révélés, fait faillite. Gaspard perd ses est rentré à l’automne 2019. Paris lui ses, s’envole à la fin de la première guerre
5 mai 2017, deux jours avant le second amis. Ceux dont les blagues douteuses manquait. Et il voulait « écrire en fran­ mondiale, retrouve la Russie par l’arrière et
tour de l’élection présidentielle, plu­ ont été publiées exigent des démentis. çais ». Il a monté une société de produc­ le Pacifique au moment de la guerre civile,
sieurs dizaines de milliers de courriers D’autres se détournent en découvrant ce tion et prépare deux nouvelles séries, se poursuit sur tous les fronts purs de l’avia­
électroniques, liés à la campagne d’En qu’il a dit d’eux, des années plus tôt. guidé par le travail des scénaristes Eric tion et de la Résistance, en passant par la
marche !, ont été rendus publics, dont Quant à sa relation amoureuse, elle va­ Rochant (Le Bureau des légendes), Aaron fête, la fête interminable et
les siens. cille. C’est à peu près ce qui s’est passé Sorkin (A la Maison Blanche) ou David ébouriffante des Années
Alors chargé du programme d’Emma­ pour Quentin Lafay. Simon (Sur écoute). folles de Paris… Kessel ou la
nuel Macron, après avoir été sa plume à Cheveux ébouriffés et Vans aux pieds, A la fin de son premier roman, La Place démesure : un corps déme­
Bercy, le jeune normalien et diplômé de ce jeune homme policé dit les choses forte (Gallimard, paru en avril 2017), qui suré, une passion démesu­
Sciences Po s’est fait « craquer » sa boîte avec calme et placidité, comme détaché. mettait en scène un ministre de l’éco­ rée pour l’existence et tous
mail personnelle, ouverte huit ans plus L’ancien conseiller trouve d’ailleurs que nomie confronté au « Frexit », Quentin ses vertiges : les voyages, les
tôt : l’intégralité de sa correspondance ce qui lui est arrivé est difficile à mesurer. Lafay remerciait un certain « Emmanuel femmes, l’alcool, le danger.
privée, amicale, familiale, amoureuse ou Une correspondance privée n’est au fond M. » de lui avoir donné la « chance » de Cette biographie vous don­
sexuelle est dévoilée, disséquée, com­ qu’une somme de petits secrets, sans « traverser l’univers » dans lequel son nera envie de décoller avec
mentée. Il est nu. grand intérêt. Mais c’est précisément texte s’inscrivait. Aujourd’hui, il écar­ Mermoz, de trembler et de
« Je passe le week­end sur les réseaux cela qui est « violent » et qui « fait mal », quille les yeux quand on lui demande s’il pleurer de rage dans L’Armée
sociaux à essayer de comprendre ce qui a envoyé son deuxième roman au prési­ des ombres, de découvrir l’Afghanistan des
m’arrive, raconte­t­il. Je me demande s’il dent : « C’est marrant, je n’y ai pas pensé. » Cavaliers… Mais aussi de mâcher des verres
faut prévenir les gens. Mais qui ? Par où
« Ce piratage m’a S’il refuse de « cracher dans la soupe », (oui, vous avez bien lu) après les avoir vidés
commencer ? Ce qui me blesse le plus, c’est mis face à mes ce Lyonnais élevé dans un « milieu de dans des soirées gitanes à rouler sous la
de réaliser que mes parents, mes amis, ma gauche » juge avec sévérité le quinquen­ table… Ce qu’il n’a jamais fait. Il n’a jamais
compagne se voient voler, eux aussi, une
contradictions, mes nat de son ancien patron. Il regrette les roulé sous la table. Pas même mourant. Il
part d’intimité. Il y a la honte. Mais aussi hypocrisies. J’essaye de accents droitiers de sa présidence. « La est mort assis, dans son fauteuil, à l’âge de
beaucoup de culpabilité. Quand j’ai dé­ promesse initiale, l’équilibre, a été trahie », 81 ans, un whisky à la main.
couvert qu’un journaliste avait posté sur
mieux me comporter résume­t­il.
Twitter mes échanges amoureux, pour avec les gens, d’être Mais il est resté proche des « Mor­ DANS NOTRE FAUTEUIL, UN WHISKY À LA
s’en moquer, j’ai pleuré. » mons », cette jeune garde surdiplômée MAIN, la possibilité de repenser notre
De cette expérience « traumatisante »,
moins critique » ayant accompagné Macron dans sa organisation sociale, d’envisager un nouvel
l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, conquête du pouvoir. Parmi eux, Ismaël avenir nous est offerte par M. Covid­19
30 ans, a tiré son deuxième roman, L’In­ tente­t­il d’expliquer, le « fait de devoir Emelien et Benjamin Griveaux, qui – l’expérience de la ZAD de Notre­Dame­
trusion. Il y met en scène un clone, Gas­ justifier ce que l’on cache », même si c’est l’avait recruté au cabinet de la ministre des­Landes pourrait être un magnifique la­
pard, salarié d’une société de conseil, qui « banal ». de la santé Marisol Touraine, en 2012. La boratoire pour le renouveau. Dirigé par la
se fait voler toutes ses données. « Il n’y a Dans ce roman court, nerveux, as­ chute du candidat LRM à Paris, qui a vu journaliste Jade Lindgaard, Eloge des mau­
plus rien à faire. Il va falloir serrer les phyxiant et glaçant, d’une redoutable son intimité pulvérisée par la diffusion vaises herbes rassemble seize auteurs, seize
dents », lui recommande un expert. « Au efficacité, Quentin Lafay ausculte en fili­ d’une vidéo privée, fait d’ailleurs sin­ points de vue dissidents et libres, qui pour­
milieu de la nuit, étendu sur mon canapé, grane les pièges de la modernité, la disso­ gulièrement écho au roman de Lafay. raient être autant de pers­
je m’exécute, écrit­il. Je serre les dents, lution des sphères publique et privée, le « Désormais, brandir l’argument du pectives pour déployer une
comme un enfant perdu qui suivrait les vertige que suscite une transparence éri­ “privé” revient à défendre une idée obso­ pensée à partir de la « zone
directives d’un médecin ou d’un parent. gée en vertu. Donnant raison à Malraux lète. Une frontière à laquelle nous n’avons à défendre ». Beaucoup des
(…) Toute mon existence est là, répandue – « la vérité d’un homme, c’est d’abord ce plus droit », écrit­il dans L’Intrusion. contributeurs insistent sur
sur Internet (…). N’importe qui est désor­ qu’il cache » –, il livre aussi une médi­ Depuis le hacking, le jeune écrivain la violence de l’Etat et la ré­
mais en mesure d’accéder à (…) douze tation sur l’intimité, « un ensemble insai­ s’est sabordé des réseaux sociaux, utilise sistance à lui opposer (John
années d’intimité. » sissable de non­dits, d’affects, de traces, de une adresse électronique cryptée, dit le Jordan, Bruno Latour, Kris­
Dans le roman, le piratage a des consé­ stigmates, qui forme la part inaliénable moins de choses possible par SMS, pros­ tin Ross), d’autres revien­
quences déflagratoires. Sa société, dont et essentielle de ce que nous sommes ». crit tout second degré, efface ses propres nent sur ce moment de
Y compris – voire surtout – dans ses traces. Il dit que cette expérience l’a « victoire » qu’a été l’aban­
clairs­obscurs, ses incohérences et ses amené à être « un peu plus vrai », plus don de l’aéroport et la
EXTRAIT contradictions. « moral ». « Ce piratage m’a mis face à mes sensation de « vengeance » de l’Etat que
Lafay n’en veut pas pour autant à Wiki­ contradictions, mes hypocrisies. C’est une représentent les tentatives d’expulsion pos­
« Je pourrais ruminer ces scénarios, inlassablement, chercher Leaks, qui a intégré trois mois plus tard à incitation à résorber ce décalage. J’essaye térieures. Malheureusement, il y est encore
aussi à me figurer les pirates eux­mêmes : trois types planqués ses propres données les fuites de la cam­ de mieux me comporter avec les gens, assez peu question de changement, d’agri­
dans un appartement de Kiev, de Kazan ou de Pyongyang, cinq pagne de Macron. Le 6 février, il a même d’être moins critique. En m’autocensu­ culture, d’utopie, d’avenir…
activistes au crâne rasé réunis dans un hangar de la banlieue publié dans Le Monde une tribune de rant, je me moralise. » Qu’à cela ne tienne, après le cauchemar,
parisienne, un sous­traitant du régime chinois installé dans soutien à Julian Assange, estimant que Etrange aveu. Comme si le piratage l’espoir lui aussi deviendra viral. 
l’arrière­salle d’un cybercafé pékinois, un geek masqué et logé son expérience ne remettait pas en dont il a été victime, en lui ôtant brutale­
dans le fin fond de la Creuse. A quoi bon ? (…) cause le travail du fondateur de l’ONG : ment toute légèreté, lui avait fait abdi­  Par les rafales,
J’ai communiqué mes interrogations au responsable du service « Un monde sans WikiLeaks serait un quer aussi une part de liberté. Peut­être, de Valentine Imhof,
informatique d’Avicenne. Au petit matin, j’ai reçu de sa part une monde plus opaque, des secrets d’intérêt et contrairement à ce qu’il affirme Rouergue, « Noir », 288 p., 8,50 € ; numérique 15 €.
réponse vague, lapidaire. “Aujourd’hui, les serveurs et les équipe­ général seraient gardés. » quand il dit que le temps passé « adou­  Joseph Kessel ou Sur la piste du lion,
ments de télécommunication sont très sophistiqués. (…) Pour Après la victoire, Lafay a suivi Macron à cit » le traumatisme, ne s’en est­il pas d’Yves Courrière,
parvenir à leurs fins, les pirates tentent d’exploiter d’autres l’Elysée comme conseiller. Là, celui qui encore tout à fait remis.  Plon, « L’abeille », 1 536 p., 17 €.
vulnérabilités : la candeur, l’ignorance, l’inattention, l’orgueil des s’est « toujours senti de passage en politi­ solenn de royer  Eloge des mauvaises herbes,
PIERRE MARQUÈS

internautes. L’humain est devenu le point faible de la sécurité que » n’arrive plus à écrire pour lui, en­ sous la direction de Jade Lindgaard,
numérique.” » travé par le maniement d’une langue of­ l’intrusion, préface de David Graeber,
ficielle verrouillée : il part au bout de six de Quentin Lafay, Les Liens qui libèrent, « Poche », 208 p., 7,90 € ;
l’intrusion, page 27 mois. Après avoir passé un an à Los Gallimard, 128 p., 14 € ; numérique 10 €. numérique : 7,50 €.
26 | culture 0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020

Le Festival 
d’Avignon 
dans 
l’expectative
Le directeur de la manifestation,
Olivier Py, a présenté, mercredi
8 avril, sa programmation, espérant
toujours qu’elle pourrait avoir lieu

THÉÂTRE toujours sur les rails. Mais plus les


jours passent, plus les inquiétudes

C’
est inédit dans l’his­ se font jour quant à la possibilité
toire du Festival réelle de maintenir une manifes­
d’Avignon, depuis sa tation qui draine 700 000 person­
création par Jean nes dans les rues d’Avignon.
Vilar, en 1947 : son directeur, L’annulation du festival d’Edim­ Capture d’écran de la présentation sur Internet par Olivier Py de la 74e édition du Festival d’Avignon, le 8 avril. THOMAS SAMSON/AFP
Olivier Py, a présenté, mercredi bourg, qui devait avoir lieu en
8 avril, sa programmation « rê­ août, a fait l’effet d’une douche
vée » de l’édition 2020, sous la froide sur la cité des Papes. Olivier Py et Paul Rondin savent gnies, qui joueraient sans aucune artistes européens et le quartier
forme d’une conférence de presse « Quand on a appris la nouvelle, on qu’ils ont une échéance au lundi garantie de la présence du public
« J’ai toujours de Saint­Chamand ou le site mé­
virtuelle, confinement oblige. a tous et toutes douté de la possibi­ 4 mai, date à laquelle doivent im­ et des programmateurs. C’est triste pensé qu’il fallait morial du camp des Milles ont dû
« J’espère que nous lèverons le ri­ lité de maintenir Avignon », pérativement commencer les tra­ à dire, mais le scénario de l’annula­ être stoppées net, on fait tout ce
deau sur cette magnifique 74e édi­ avouent plusieurs directeurs de vaux dans la Cour d’honneur du tion pour cas de force majeure se­
que le rideau qu’on peut pour les reporter à
tion, s’est­il enthousiasmé, même salle du « off ». Officiellement, Palais des papes, afin d’être prêts rait plus simple et plus protecteur se lève 2021. Les spectacles internatio­
si, bien sûr, nous respecterons les pourtant, on y croit encore. pour l’ouverture théorique du pour les compagnies, qui s’en sorti­ naux prévus, une dizaine en tout,
décisions des autorités sanitaires. » « En ce 7 avril, rien ne nous permet Festival d’Avignon, le 3 juillet. Ils raient à peu près indemnes ».
et que c’était là sont annulés. Notre programma­
« Nous avons encore la possibilité de prendre une décision d’annula­ savent aussi que, en cas de décon­ C’est la première des inquiétu­ notre geste tion ressemble à un gruyère. »
de faire le festival 2020 », si la fin du tion », réaffirmait la veille de la finement progressif, la jauge de la des qui s’expriment : « Même si le « Même si, techniquement, dans
confinement intervient début conférence de presse Paul Rondin, Cour d’honneur, qui est de Festival était autorisé, est­ce que le
le plus politique » notre cas, les spectacles mainte­
mai, a­t­il précisé, mais « si on est le directeur délégué du Festival 2 000 personnes, risque de poser public aura envie de venir, de s’en­ OLIVIER PY, nus pourraient encore être mon­
encore confiné mi­mai, le festival « in ». « Ce n’est du reste pas à nous problème. Mais ils continuent, fermer dans des salles, et même de directeur tés en juin, on s’interroge sur le
sera compromis ». Olivier Py a de prendre cette décision, mais à vaille que vaille : « Il y va aussi se côtoyer dans les rues d’Avignon, du Festival d’Avignon sens qu’il y aurait à se comporter
aussi évoqué la possibilité d’un re­ l’Etat et à l’autorité sanitaire. Notre d’une lutte contre la morbidité », où la promiscuité est importante comme si tout était normal, et à
port de la manifestation. « J’ai tou­ responsabilité, c’est donc de conti­ résume Paul Rondin. pendant cette période ? », s’inter­ effectuer des sortes de cotes mal
jours pensé qu’il fallait que le rideau nuer à lancer le Festival, à préparer roge Elisabeth Bouchaud, qui a « deux semaines vont peut­être taillées, dans le “off” comme dans
se lève et que c’était là notre geste le la sortie de crise. On cherche tous Pessimisme largement partagé créé en 2019 le théâtre Avignon­ tout changer dans la manière qu’a le “in”, avec des salles ouvertes et
plus politique », a­t­il conclu. les moyens possibles pour trouver Du côté du « off », la position offi­ Reine Blanche, une salle de le gouvernement d’envisager la si­ d’autres non », analyse­t­il. Festi­
A cette date du 8 avril, le Festival des plateaux de répétition pour que cielle est la même. « Nous n’avons 50 places. « Je suis assez pessi­ tuation ». Mais la tendance est vals « in » et « off » entendent
« in », prévu du 3 au 23 juillet, et le les artistes puissent travailler dès la pas suffisamment d’éléments pour miste », conclut­elle. d’ores et déjà au repli. « Quand de pour le moment rester solidaires.
« off », calé du 3 au 26 juillet, sont fin du confinement. » recommander l’annulation ou Un pessimisme largement par­ jeunes compagnies m’appellent « Faire le “off” sans le “in” ou le
le maintien », constate Pierre tagé dans la cité des Papes, où pour me dire qu’elles ont eu moins “in” sans le “off”, ce serait se tirer
Beffeyte, qui préside AF&C (Avi­ d’autres obstacles sont pointés d’argent que prévu pour leur créa­ une balle dans le pied », argu­
Eros et Thanatos au programme gnon Festival & Compagnies),
l’association qui encadre le Festi­
du doigt. Le ministre de l’éduca­
tion nationale, Jean­Michel Blan­
tion dans le “off”, je leur conseille
de se désister dès maintenant », ra­
mente Pierre Beffeyte.
Mais, pour Pascal Keiser comme
Olivier Py avait choisi le thème de la 74e édition du Festival val « off ». « On prépare le Festival quer, ayant averti que l’année sco­ conte une chargée de diffusion et pour les autres, « la décision de
d’Avignon bien avant l’arrivée du Covid-19, mais ce choix résonne comme s’il allait avoir lieu. » Pierre laire, perturbée par les événe­ de relations publiques impor­ l’annulation ne peut venir que de
étrangement, à l’heure de l’annonce du programme d’un festival Beffeyte confie pourtant « tra­ ments, devrait vraiment aller jus­ tante du secteur. l’Etat ». Notamment parce que
qui n’aura peut-être jamais lieu : Eros et Thanatos. Entre ces deux vailler sur différents scénarios et qu’à son terme, le samedi 4 juillet, Du côté des piliers du « off », « l’impact humain, artistique et
pôles du désir et de la mort, le menu comprend de grands artistes hypothèses ». Entre le maintien et comment préparer les écoles, col­ certains sont déjà sérieusement économique » serait « énorme ».
européens et internationaux : le Belge Ivo van Hove, avec une annulation, un report du Festival lèges et lycées d’Avignon qui se affectés par le contexte. C’est le Au niveau de l’économie locale,
création sur Sigmund Freud ; les Espagnols Angelica Liddell et Israel est là aussi envisagé. Autre hypo­ transforment en lieux de specta­ cas de Pascal Keiser, qui dirige La les comptes sont déjà faits : la sup­
Galvan ; les chorégraphes israélien Hofesh Shechter et grec Dimitris thèse : une sortie progressive du cles pour le Festival, le « in » Manufacture collectif contem­ pression du « in » et du « off »
Papaioannou ; l’Italienne Emma Dante ou le Sud-Africain Brett confinement, avec l’autorisation comme le « off » ? porain, une plate­forme qui pro­ 2020 représenterait une perte de
Bailey. Des découvertes excitantes, comme l’étonnante marionnet- des rassemblements jusqu’à 50 Un certain nombre de compa­ gramme deux salles du « off » et 100 millions d’euros. Aux
tiste Yngvild Aspeli, qui s’attaque au Moby Dick de Melville. Côté ou 100 personnes, qui permet­ gnies, regroupées notamment mène des actions engagées sur le niveaux humain et artistique, les
français, Valère Novarina dans la Cour d’honneur, sous la conduite trait à nombre de petites salles du dans la fédération Les Sentinelles, territoire, en lien avec la mairie dégâts seraient incalculables,
de Jean Bellorini ; la jeune Tiphaine Raffier avec La Réponse des « off » de présenter des spectacles. ont commencé à s’affoler, som­ d’Avignon. « On est touchés dès même si, veut croire Paul Rondin,
hommes, Gwenaël Morin avec Andromaque à l’infini et… Olivier Py, Mais, pour Pierre Beffeyte, ce mant le bureau de l’AF&C de pren­ maintenant, car on a à la fois des « on aura d’autant plus besoin de
qui s’est donné la charge de mener le traditionnel feuilleton, sous scénario serait « le pire de tous, le dre des décisions au plus vite. Une projets internationaux et des pro­ culture, pour pouvoir penser et dé­
forme de déclinaisons d’Hamlet, et un Othello astrologue monté plus compliqué dans tous les cas précipitation à laquelle se refuse jets de territoire, explique­t­il. Les passer ce qui nous arrive ». 
avec les détenus du centre pénitentiaire voisin du Pontet. pour les théâtres et les compa­ Pierre Beffeyte, arguant que trois aventures menées entre des fabienne darge

Plusieurs manifestations de spectacle vivant espèrent encore


il n’y aura pas de Printemps des comé­ n’est pas à moi de prendre cette décision manifestation, alors qu’aucun cadre légal ni
CULTURESMONDE. diens. Jean Varela, son directeur, a annoncé mais au gouvernement et aux responsables sanitaire n’est formalisé au­delà du 15 avril,
que le festival de théâtre de Montpellier, médicaux. Par ailleurs, personne ne de­ il n’est pas raisonnable de baisser les bras »,
du lundi qui devait avoir lieu du 29 mai au 27 juin, mande jusqu’à présent le moindre rembour­ a lancé Dominique Delorme, le directeur,
était annulé. Son affiche était belle, qui sement de billet. Nous attendons, en tra­ le 6 avril. Le rendez­vous, qui affiche cette
au vendredi réunissait de grands metteurs en scène vaillant sur différentes éventualités. » Parmi année une soixantaine de productions
11H – 11H5 – Romeo Castellucci, Krzysztof War­ les scénarios évoqués : un déplacement sur musique, cirque et danse, garde le cap. « La
likowski, Ivo van Hove, Joël Pommerat, Ju­ la deuxième quinzaine de juillet, ou sur les plupart des mécènes contactés m’ont assuré
Florian lien Gosselin… Mais les répétitions étaient derniers mois de 2020. de leur soutien, précise Dominique De­
interrompues, les techniciens ne pou­ lorme. Peut­être que nous allons reformater
Delorme vaient pas aménager les salles. Et les nou­ « Reformater » le festival, le reculer à début juillet, mais,
velles tombaient, qui annoncent une sor­ Le Festival de Marseille, prévu du 19 juin au pour le moment, nous sommes mobilisés.
tie de confinement longue et progressive, 9 juillet, répond également présent. « Nous Bien sûr, nous n’ouvrirons le festival que si
où les rassemblements seront parmi les discutons chaque jour avec les artistes pour les conditions sanitaires décidées par le
derniers à être autorisés. Jean Varela a donc évaluer qui sera prêt ou pas, commente Isa­ gouvernement le permettent. »
pris la décision d’annuler. C’est le premier belle Juanco, responsable de la communi­ En revanche, en région parisienne, les
franceculture.fr/ festival de théâtre de l’été à « tomber ». cation. Le Sacre du printemps, de la Sud­ Rencontres chorégraphiques internatio­
@Franceculture Toutes les manifestations ne baissent pas africaine Dada Masilo, qui devait ouvrir la nales de Seine­Saint­Denis, avec 29 choré­
© Radio France/Ch. Abramowitz

pavillon. Le festival Montpellier Danse est manifestation, ou encore la création d’Eric graphes de quinze pays, prévues du 13 mai
En
pour le moment maintenu. A l’affiche du Castaing, risquent de ne pas l’être. Nous ver­ au 20 juin, ont été annulées. Idem du côté
partenariat
avec
L’esprit 20 juin au 8 juillet, 24 spectacles et de
grands noms dont ceux d’Ohad Naharin,
rons ensuite où nous en sommes quant à
l’ouverture des frontières, selon les décisions
de June Events, du 2 au 27 juin, éventuelle­
ment reporté à la rentrée. Quant à Paris
d’ouver- Anne Teresa de Keersmaeker. Déjà 60 % liées à la crise sanitaire. » l’été, du 13 juillet au 2 août, la décision a été
ture. des tickets ont été vendus. « Je n’ai aucune Du côté des Nuits de Fourvière, à Lyon, du prise d’attendre jusqu’au 15 mai. 
raison d’annuler pour le moment, explique 2 juin au 31 juillet, le ton est plus offensif. rosita boisseau
son directeur, Jean­Paul Montanari. Ce « A deux, voire trois mois, du début d’une et brigitte salino
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 télévision | 27
Le puissant cri d’amour aux mères de Nathanaël Guedj VOTRE
SOIRÉE
TÉLÉ
Drôle et tragique, « Si tu vois ma mère », le premier long­métrage du réalisateur, est servi par un casting parfait

ARTE se casser le tibia le jour de la pro­


VENDREDI 10 - 20 H 55 jection en présence de l’équipe du VENDREDI  10   AVRIL
TÉLÉFILM film, et de sortir de la salle sur une
civière : « C’était assez surréaliste », TF1

D’
abord, il faut dire avoue Nathanaël Guedj. Qui 21.05 Koh-Lanta, l’île des héros
qu’on a ri aux éclats ajoute : « C’est drôle et hyperan­ Emission de télé-réalité présentée
en voyant ce film goissant de vous le dire, mais ma par Denis Brogniart.
(trois fois). On a ri mère est psy. » 23.10 Vendredi, tout est permis
parce que c’est drôle, tragique, et Après avoir travaillé chez M6 avec Arthur
surtout tellement bien écrit, bien Films et réalisé quelques courts­ Divertissement présenté par Arthur.
vu et bien joué. Scène d’ouver­ métrages, il livre un premier long
ture : une mère et son fils (mer­ au casting plus que parfait. Félix France 2
veilleux couple formé par Noémie Moati, le pote, celui avec lequel il 21.00 Astrid et Raphaëlle
Lvovsky et Félix Moati) sont joue au foot et partage nombre de Série. Avec Lola Dewaere,
réunis pour une fête d’anniver­ névroses, est « une version “upgra­ Sara Mortensen (Fr., 2019).
saire dans le restaurant tenu par la dée” de [lui]­même ». Quant à Noé­ 23.35 Basique, le concert
première, alors que le second mie Lvovsky, il ne voyait pas qui Emission de variétés avec le groupe
demande à ce que chacun lève son mieux que la réalisatrice de Ca­ Boulevard des airs.
verre pour célébrer « la femme de mille redouble (2012) pouvait in­
[s]a vie ». Alors, quand, à la fin de la carner sa mère. France 3
soirée, celle­ci tente de lui dire Car Si tu vois ma mère est un cri 21.05 La Boîte à secrets
qu’elle part au Japon et qu’elle n’a d’amour aux génitrices, aussi Magazine présenté
pas l’intention de partir seule, il « chiantes et imparfaites » soient­ par Faustine Bollaert.
faut voir la tête du fils, aimé, cer­ elles. « Je n’aurai pas écrit en vain, 23.40 La Vie secrète
tes, mais soudain anéanti. si l’un de vous, après avoir lu mon des chansons
Noémie Lvovsky (Monique), Sara Giraudeau (Ohiana) et Félix Moati (Max), de dos. IVAN MATHIE 2018 chant de mort, est plus doux avec L’Hymne de nos campagnes.
Joyeuse dinguerie sa mère », écrit Albert Cohen. Au Documentaire d’Elodie Boutit
Quel fils est seulement capable Livre de ma mère (1954), il faudra (Fr. 2020, 55 min).
d’imaginer que sa mère est une nitrice chaque fois qu’il mange un essentielle, la mère devient brus­ intelligence, humour et amour, désormais ajouter le film de Divertissement présenté
femme avec des désirs qui sont des plats qu’elle lui a cuisinés et quement encombrante, puis­ Nathanaël Guedj pour son pre­ Nathanaël Guedj.  par André Manoukian.
ceux d’un être humain, et pas seu­ mis au congélateur, au cas où il qu’elle va jusqu’à s’inviter dans le mier long­métrage, dont il signe à émilie grangeray
lement d’un organisme reproduc­ mourrait de faim. On l’a compris, lit des deux amants. Est­il possi­ la fois la réalisation et le scénario, Canal+
teur ? Réponse inutile car, et cela le jeune homme, ophtalmo de ble pour un fils d’aimer une commencé il y a six ans quand sa Si tu vois ma mère, 21.05 Chamboultout
tombe à pic, la mère meurt – on ne son état, se complaît dans un déni femme autre que sa mère ? Et, propre mère est tombée malade. de Nathanaël Guedj. Film d’Eric Lavaine.
divulgâche rien, la scène se passe qui confine à l’aveuglement, jus­ pour une mère, de laisser son fils « C’était un moyen, en la faisant Avec Félix Moati, Noémie Avec Alexandra Lamy, José Garcia,
dans les dix premières minutes. qu’au jour où il « glisse » (entendre embrasser une autre femme mourir dans le film, d’exorciser le Lvovsky, Sara Giraudeau, Michaël Youn (Fr., 2019, 101 min).
Et c’est là que le film et sa « couche ») avec sa collègue psy­ qu’elle et s’en réjouir ? truc, de la faire exister pour tou­ Gilles Cohen (Fr., 2019, 89 min). 22.45 Tanguy, le retour
joyeuse dinguerie commencent. chanalyste (Sara Giraudeau à son Autant de questions, vieilles jours », explique­t­il aujourd’hui. Disponible à la demande Film d’Etienne Chatiliez.
Voilà que le fils se met à voir sa gé­ meilleur). Hier si réconfortante et comme le monde, qu’explore avec Ce qui n’a pas empêché sa mère de sur Arte.tv jusqu’au 9 mai. Avec Sabine Azéma, André Dussollier,
Eric Berger (Fr., 2019, 93 min).

France 5
20.55 La Maison France 5

L’art de la fugue selon Wes Anderson Magazine présenté


par Stéphane Thebaut.
22.25 Silence, ça pousse !
Le réalisateur américain narre les aventures de deux gamins tout droit sortis des romans de la « Bibliothèque verte » Magazine présenté
par Stéphane Marie et Carole Tolila.

Arte
CINE+ CLUB On apprend, par un jeu subtil de le spectateur est invité à faire con­ (Tilda Swinton) ; et puis la meute monde qu’à condition de le ré­ 20.55 Si tu vois ma mère
VENDREDI 10 - 20 H 50 retours en arrière, que ce jeune naissance avec la troupe bigarrée des scouts, dirigée par des figures duire à l’état de maquette. Téléfilm de Nathanaël Guedj.
FILM garçon déterminé se nomme Sam qui s’élance à leur poursuite. hautes en couleur. L’exaltation maniériste de cet es­ Avec Noémie Lvovsky, Félix Moati
Shakusky et que sa fugue a quel­ Le capitaine de police Sharp, cé­ prit d’enfance a cela de particulier Sara Giraudeau (Fr., 2019, 89 min).

M oonrise Kingdom (« Le
royaume du lever de
Lune ») nous invite à
visiter un nouveau sanctuaire, ce­
lui d’une île cossue et préservée de
que rapport avec sa condition
d’orphelin. Non moins d’ailleurs
qu’avec la rencontre de Suzy Bis­
hop, petite rousse piquante en
compagnie de laquelle il fomente
libataire endurci au grand cœur
(Bruce Willis) ; les parents de
Suzy, couple d’avocats gravé dans
le bois de la bourgeoisie locale,
avec le mari en mélomane fati­
Fétichisme vintage
Tout cela renvoie aux délices revi­
sitées de la « Bibliothèque verte »
et du roman d’aventures. A cela
près que l’aventure selon Wes An­
qu’elle ne célèbre plus la jeunesse
et la sauvagerie de l’Amérique,
mais témoigne au contraire de
l’inquiétude de son déclin, dès lors
que les adultes s’y comportent
22.30 Péplum : muscles, glaives
et fantasmes
Documentaire de Jérôme Korkikian
(Fr., 2018, 55 min).

la Nouvelle­Angleterre en 1965, où depuis un an cette escapade. gué (Bill Murray) et la femme derson est domestiquée par la comme des gamins, et les enfants M6
un rassemblement scout a planté Et tandis que les deux adoles­ (Frances McDormand) qui dis­ mise au cordeau esthétique et le comme des petits vieux.  21.05 NCIS
son camp. L’histoire se noue, au cents (interprétés au petit poil par trait son ennui par une liaison fétichisme vintage. Le plan­sé­ jacques mandelbaum Série. Avec Mark Harmon,
petit matin, sur une note plaisam­ Jared Gilman et Kara Hayward) clandestine avec le capitaine quence panoptique de l’ouverture Sean Murray (EU, 2019).
ment scandaleuse : au camp Ivan­ jouent le plus solennellement du Sharp ; « Mme Services sociaux », du long­métrage annonce la vir­ Moonrise Kingdom, de Wes 22.30 NCIS
hoé, un membre de la troupe a dé­ monde à Davy Crockett sur la piste dangereuse pimbêche le doigt tuosité d’un film qui ne semble Anderson. Avec Kara Hayward, Série. Avec Mark Harmon,
serté le jamboree. native des Etats­Unis d’Amérique, sur la couture de l’uniforme pouvoir affronter la cruauté du Jared Gilman (EU, 2012, 90 min). Pauley Perrette (EU, 2017).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Familier, mais trop long et morali- SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 086
PAR PHILIPPE DUPUIS
sateur. II. Relança la conversation. Ja-
mais le dernier à partir. III. Grecque.
N°20­086 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
Ne pollue pas dans ses déplacements. 75707 Paris Cedex 13. Tél. : 01-57-28-20-00
7 8 3 1 4 5 9 2 6

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 IV. Reste impayé. Pollue dans ses dé- 1 9 5 6 2 3 8 7 4 Abonnements par téléphone : de France 3289
2 6 4 8 7 9 5 1 3 (Service 0,30 ¤/min + prix appel) ; de l’étranger :
placements. V. Bon gros mâle ron-
I 6 3 7 9 4 1 6 2 5 8 (33) 1-76-26-32-89 ; par courrier électronique :
ronnant. Se redressent en tête. VI. De 8 5 6 9 3 2 7 4 1 abojournalpapier@lemonde.fr.
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
II la suie pour de beaux lavis. Ses 9 8 4 2 1 7 5 8 6 3 9

feuilles et ses graines parfument à 9 3 2 5 8 4 1 6 7 Courrier des lecteurs


6 4 7 2 9 1 3 8 5 Par courrier électronique :
III l’office. VII. Sur la portée. Ambi- 3 4 5 1 8 3 6 7 4 9 2 courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
tionnerai. VIII. Vainqueur à Rich- Médiateur : mediateur@lemonde.fr
IV mond, défait à Appomattox. A nourri
2 7 Difficile
Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
son neveu Dionysos. Espace de 1 9 Complétez toute la
6 2 Emploi : www.talents.fr/
V grille avec des chiffres
culture. IX. A la fin de la ballade. Plai- Collection : Le Monde sur CD-ROM :
allant de 1 à 9.
VI sir gourmand. Fin de partie. X. Blo- 6 8 3 Chaque chiffre ne doit CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
quent toutes les possibilités de être utilisé qu’une Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
VII développement. 3 9 1 seule fois par ligne, La reproduction de tout article est interdite

VIII
VERTICALEMENT 1 2 8 7 4 9 par colonne et par
carré de neuf cases.
sans l’accord de l’administration. Commission
paritaire des publications et agences de presse
1. Entrées en matière. 2. Reprennent Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget) n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX après utilisation. 3. N’ont jamais fait
une bonne conduite. Dame du
X
monde. 4. Dans les comptes de l’en-

Boris
IE
treprise. La petite chez les Grecs. Pour HORS-SÉR VRE
UNE ŒU
UNE VIE,
Présidente :
de belles alliances. 5. Deviennent

Vian
Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 085 mauvaises dans la colère. Doublé ro- ION 80, bd Auguste-Blanqui,
ÉDIT 0
202
main. 6. Arrose Munich. Tête de gra- 75707 PARIS CEDEX 13
HORIZONTALEMENT I. Contre-emploi. II. Obéra. Mollit. III. Ustensile. Râ. Tél : 01-57-28-39-00

IV. Ré. Trivial. V. Brilla. Tel. VI. Evolution. Lé. VII. Tana. UDR. Tan. VIII. TB.
minée. 7. Bardée pour aller au feu. L’écriture heureuse Fax : 01-57-28-39-26

Gravé sur la croix. 8. Terrains à pic.


L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
Grée. Brin. IX. Elue. Rabiote. X. Sensualistes. 9. Entraîne la recherche du mal. 93290 Tremblay-en-France
Un hors-série du « Monde » Montpellier (« Midi Libre »)
VERTICALEMENT 1. Courbettes. 2. Observable. 3. Net. Ion. Un. 4. Treilla- Structure d’entreprise. 10. Approfon-
124 pages - 8,50 €
dira sa réflexion. 11. Entraîne vers les Chez votre marchand de journaux Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
ges. 5. Ran. Lu. 6. Statuera. 7. Emir. Idéal. 8. Molitor. Bi. 9. Pleven. Bis. Vian se
Boris re Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
aigus. Met à sec. 12. Particulièrement heureu et sur lemonde.fr/boutique
L’écritu ssé, par Ph
ilippe Boggi
o

10. Ll. Il. Trot. 11. Oira. Laité. 12. Italiennes. Un jeune
homme pre durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
dégradées. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
IDÉES
0123
28 | VENDREDI 10 AVRIL 2020

Barbara Stiegler
« Cette crise reflète
la vision néolibérale
de la santé publique » .YANN LEGENDRE

La philosophe explique trop archaïque pour concerner nos socié­


tés, trop performantes pour y être expo­
que la colère citoyenne sées. L’origine supposée de la pandémie a
d’ailleurs pu contribuer à redoubler ce
face à l’impréparation mécanisme de déni. Car quel rapport nos
vies aseptisées et nos systèmes de santé
des gouvernements ultramodernes pouvaient­ils bien avoir
néolibéraux pour les avec ce sombre mélange de saleté, d’éle­
vage domestique confiné et de faune sau­
protéger de la pandémie vage malade qu’évoquent les marchés
d’animaux asiatiques ? Tournant le dos à geants » (leaders) sont par principe en discours dominant sur l’indiscipline et
doit déboucher ces images déplaisantes de chauve­souris
et de volailles infectées, pourtant emblé­
avance sur la population. Parce qu’ils
sont beaucoup plus mobiles, ils auraient
l’irresponsabilité des Français. Ce discours
a aussi pour fonction de nous culpabiliser.
sur un sursaut politique matiques de notre économie mondiali­ une vue plus adaptée à la mobilité du En surinvestissant le registre moral, il
sée qui entasse les vivants dans des envi­ réel, tandis que les masses inertes se­ s’agit de produire une complète dépoliti­
et une véritable ronnements industriels de plus en plus raient par nature enfermées dans ce qu’il sation des questions, qui passe par l’héroï­
dégradés, le néolibéralisme préfère tour­ appelle des « stéréotypes », c’est­à­dire sation des soignants, l’activation de la fi­
« démocratie sanitaire » ner ses regards vers l’avenir radieux pro­ des représentations figées du réel. Or, la bre morale de tous les citoyens et la stig­
mis par l’innovation biomédicale et con­ situation actuelle tend à démontrer l’in­ matisation des mauvais Français. En
tinuer d’occulter les facteurs sociaux et verse. Si les « élites » mondialisées sont mettant en scène notre ignorance, il per­
environnementaux de toutes les patho­ aveugles et dans le déni, c’est du fait met enfin de donner les pleins pouvoirs
ENTRETIEN logies, tant infectieuses que chroniques. même de leur mobilité, car cette dernière aux dirigeants. Dans un monde com­

P
les attache à des manières de vivre qui se plexe, mouvant et incertain, les masses
Dans quelle mesure cette vision révèlent de plus en plus archaïques et ina­ doivent laisser la décision aux experts, et
rofesseure de philosophie poli­ néolibérale de la médecine reprend­ daptées à la crise écologique, tandis que dans une situation de crise, la démocratie
tique à l’université Bordeaux­ elle celle théorisée par Walter les populations s’inquiètent de manière doit faire place à l’union sacrée derrière
Montaigne et responsable du Lippmann dans les années 1930 ? bien plus lucide et commencent à douter. son chef de guerre.
master « soin, éthique et santé », L’idée véhiculée depuis des années est Sauf que derrière la mise en scène d’un
Barbara Stiegler est l’auteure d’Il au fond que notre système sanitaire doit Aviez­vous pris vous­même la mesure pays en ordre de bataille, la défiance est
faut s’adapter. Sur un nouvel im­ en finir avec la vieille médecine clinique, de l’ampleur de l’épidémie ? toujours là et la colère grandit. Cette colère
pératif politique (Gallimard, 336 p., fondée sur la souffrance et la plainte du Je n’ai rien compris à ce qui se passait. n’ira dans le bon sens qu’à condition de
22 euros) et de Du cap aux grèves. Récit patient, de même qu’il serait censé en Débordée par d’autres fronts ouverts par devenir politique. Pour cela, il faut exiger
d’une mobilisation. 17 novembre 2018­ avoir fini avec les grandes épidémies in­ la mobilisation sociale, j’ai plus ou moins dès maintenant une véritable démocratie
5 mars 2020 (Verdier, 139 p., 7 euros, à pa­ fectieuses, supposant l’assistance à des fait confiance au gouvernement dans sa sanitaire. Que les choix de santé publique
raître). Dans un entretien au Monde, elle populations vulnérables. C’est le sens de la gestion du virus et j’ai adhéré par inertie deviennent, comme les choix économi­
explique les raisons idéologiques de l’im­ médecine dite « proactive », portée par les aux stéréotypes et aux « fake news » dif­ ques et sociaux, une affaire collective et
préparation des gouvernements néolibé­ promesses du virage numérique et des IL FAUT EXIGER, fusés par le discours dominant : « C’est non la chose réservée des experts et des
raux à la crise due au coronavirus et en données massives (big data) en santé. A une petite grippe », « il ne faut rien changer dirigeants. Puisque nous entrons dans un
appelle à la mise en place d’une « démo­ notre vieille médecine jugée « réactive », la
DÈS MAINTENANT, à nos habitudes de sortie » (le président temps de crises majeures, le prétexte de la
cratie sanitaire ». vision proactive oppose des processus QUE LES CHOIX Emmanuel Macron, le 6 mars), « la Chine pandémie n’est pas audible, à moins qu’on
d’optimisation continue, où ce sont les et l’Italie surréagissent ». choisisse clairement d’en finir avec la dé­
Comment expliquer l’impréparation, patients eux­mêmes qui sont censés gérer DE SANTÉ PUBLIQUE C’est seulement le soir de la fermeture mocratie et de préférer un gouvernement
notamment française, face de manière optimale leurs propres compor­ brutale de tous les cafés et restaurants par autoritaire (la Chine) ou par le big data (la
à cette pandémie mondiale ? tements face aux risques. Comme chez DEVIENNENT le premier ministre, Edouard Philippe, Corée du Sud). Cette tentation existe dans
L’impréparation est en effet générale, Walter Lippmann, l’idée est d’augmenter UNE AFFAIRE que j’ai commencé à comprendre qu’on les discours dominants, mais je crois qu’il
mais les motifs divergent selon la culture les performances des individus et leur ca­ nous cachait quelque chose. Une injonc­ faut systématiquement la combattre.
politique de chaque pays. Aux Etats­Unis pacité à s’adapter, y compris à un environ­ COLLECTIVE, ET NON tion contradictoire apparaissait au grand
ou en Grande­Bretagne, les choix qui ont nement dégradé. Cette vision, que l’on re­ jour, qui reprenait exactement la même Le pouvoir dit « Restez chez vous »,
été faits au départ allaient dans le sens du trouve dans le champ de la maladie chro­ LA CHOSE RÉSERVÉE structure que l’élément déclencheur de la mais également que « tout continue ».
laisser­faire et s’inscrivaient dans une vi­
sion utilitariste assumée. Pour le bien
nique avec la « médecine des 4 P »
(« personnalisée », « prédictive », « préven­
DES EXPERTS crise des « gilets jaunes » avec la taxe car­
bone. « Soyez mobiles, mais ne prenez pas
En quoi s’agit­il d’une illusion ?
Cette illusion est le moteur des « grands
commun, il valait mieux que certaines tive », « participative »), sous­tend une ET DES DIRIGEANTS votre voiture » (novembre 2018) devenait plans de continuité d’activité » (business
vies de moindre valeur soient sacrifiées. nouvelle conception de la santé publique « Restez chez vous, mais allez voter » continuity plan), qui fleurissent dans tou­
En France, où un tel discours aurait eu du qui passe exclusivement par la responsa­ (mars 2020), contradiction qui n’a pas tes nos organisations. Ces plans jouent
mal à passer, la réduction continue du bilité individuelle et qui refuse d’assumer cessé d’être relayée ensuite par des énon­ évidemment sur le bon sens. Ne faut­il
nombre de lits et de soignants et la pénu­ une vision collective des déterminants so­ cés du type : « Restez chez vous, mais allez pas continuer à soutenir la vie, à s’occu­
rie de masques, d’équipements de protec­ ciaux de santé, soupçonnée de déboucher travailler ». Au lieu de passer leur temps à per de nos élèves, de nos étudiants, de
tion et bientôt de médicaments conduit sur une action sociale trop collectiviste. dénoncer les réseaux sociaux et accréditer nos enfants, à assurer le maintien des
également à trier les patients, mais sans C’est l’accumulation de tous ces dualis­ l’idée que le pouvoir serait par principe du fonctions vitales du pays ? Mais derrière
le dire publiquement. mes imaginaires qui a créé la cécité de côté du savoir, les experts et les gouver­ ces assertions de bon sens, c’est tout
Cette situation reflète plutôt la vision nos gouvernants face à la crise et qui a nants seraient bien inspirés de reconnaî­ autre chose qui se joue. En imposant à
néolibérale de la santé publique et son produit la situation actuelle : un très long tre leur retard sur les événements. tous l’économie du numérique, qui livre
imaginaire. Dans sa conception du sens retard au démarrage pour prendre des toute une population, y compris les plus
de l’histoire, nous irions en effet vers un mesures collectives de santé publique, Quels sont les effets psychiques, jeunes (une injonction contradictoire de
monde immatériel de flux et de compé­ doublé d’une spectaculaire pénurie orga­ sociaux et politiques de plus !), au pouvoir des écrans, nos respon­
tences, censé être en avance sur le monde nisée au nom de la santé elle­même, alors ces injonctions contradictoires ? sables ne font en réalité qu’une chose :
d’avant, qui lui serait fait de stocks et de même que des alertes sur les maladies La multiplication de ces signaux contra­ poursuivre à toute force la pression du
vulnérabilités, c’est­à­dire, au fond, de émergentes se multipliaient dans la litté­ dictoires autour du thème de l’ouverture surmenage, de l’évaluation et de la com­
matière et de souffrance. Nos économies rature scientifique depuis des années et et de la clôture, de la stase et du flux, pro­ pétition mondialisée qui minent nos so­
développées seraient fondées sur l’« in­ que l’OMS lançait des recommandations duit un effet permanent de double con­ ciétés. L’idée est de ne surtout pas affron­
novation » et sur l’« économie de la con­ très claires dès la fin du mois de janvier. trainte (double bind), qui est intenable ter les discontinuités inouïes du réel et de
naissance », ce serait là d’ailleurs le nou­ pour ceux auxquels elle s’adresse et qui les recouvrir par une continuité factice,
veau sens de la santé, et elles devraient Cela ne donne­t­il pas raison sape complètement l’autorité des gouver­ en jouant sur des ressorts psychologi­
déléguer aux continents du Sud, à l’Afri­ à son contradicteur, John Dewey ? nants. Son origine est toujours la même. ques bien connus : la peur du vide, l’évite­
que et à l’Asie principalement, la fabrica­ Absolument. Comme la crise climati­ Elle vient de la crise écologique et sanitaire ment du deuil et la terreur devant l’iné­
tion industrielle des biens matériels. Avec que et comme d’autres grandes crises sa­ qui fracasse le cap, et avec lui le discours de dit. Le néolibéralisme n’est pas seule­
une telle conception fantasmatique du nitaires, ce virus révèle le retard des gou­ ses capitaines, de l’intérieur. En Chine, en ment dans les grandes entreprises, sur les
sens de l’histoire, nos gouvernants ne vernants et de leurs stéréotypes sur les ci­ Italie et en France, ce furent en effet les pu­ places financières et sur les marchés. Il
pouvaient que renvoyer l’épidémie infec­ toyens, ou plus exactement sur ceux que blics concernés, ceux qui étaient réelle­ est d’abord en nous, et dans nos minus­
tieuse et l’industrie manufacturière à un John Dewey nomme les « publics », c’est­ ment en lutte contre le virus, qui ont été à cules manières de vivre qu’il a progressi­
monde sous­développé et à des temps à­dire les groupes de citoyens qui sont en chaque fois en avance sur la situation. Or, vement transformées et dont il s’agit
anciens que nous, Occidentaux, aurions première ligne face à un problème. Avec ce retard a été sans cesse dénié et dissi­ aujourd’hui que nous reprenions collecti­
dépassés. L’idée fut au fond qu’un tel vi­ Walter Lippmann, les néolibéraux consi­ mulé par les dirigeants. Dans notre pays, vement le contrôle. 
rus était, comme les stocks de masques, dèrent que ceux qu’ils appellent les « diri­ ce fut et c’est encore la fonction du propos recueillis par nicolas truong
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 idées | 29

Christine Lagarde Un volet budgétaire


puissant dans l’ensemble
de la zone euro est vital
La présidente de la Banque centrale européenne plaide nent des décisions complémentaires Pour faire en sorte que les banques re­ tions. Nous avons aussi étendu nos
pour placer les banques en situation courent pleinement à cette nouvelle fa­ achats d’actifs aux billets de trésorerie,
pour « un total alignement des politiques budgétaires d’être au rendez­vous. Les garanties de cilité, nous avons également introduit qui sont une source importante de liqui­
et monétaires » et un traitement égal des pays de l’UE face crédit fournies par les gouvernements un programme ciblé d’assouplissement dité pour les entreprises. Cela constitue
réduisent le risque de crédit pour les des garanties, en mettant spécifique­ un soutien supplémentaire pour la ges­
à ce qui est, selon elle, « l’un des plus grands cataclysmes banques : de tels dispositifs ont déjà ment l’accent sur les petites entreprises, tion des flux de trésorerie et éviter les li­
macroéconomiques des temps modernes » été mis en place à hauteur d’environ les travailleurs indépendants et les par­ cenciements inutiles.
16 % du PIB dans la zone euro. La BCE, ticuliers. Les prêts consentis aux entre­ Ensemble, ces mesures montrent que
quant à elle, apporte suffisamment de prises et aux travailleurs indépendants nous ne tolérerons aucun durcisse­

A
liquidité pour que les banques ne qui bénéficient des systèmes de garantie ment procyclique des conditions de fi­
travers le monde, les autorités Les employés n’ont jamais été autant soient pas confrontées à un risque en la liés au coronavirus peuvent être accep­ nancement au cœur d’un des plus
publiques se mobilisent dans la menacés depuis les années 1930. En 2009, matière. Elle veille également à ce que tés en garantie par les banques centrales grands cataclysmes macroéconomi­
lutte contre le coronavirus. Le par exemple, jusqu’à 665 000 nouvelles les conditions de financement res­ nationales de l’Eurosystème dans le ca­ ques des temps modernes. Mais notre
Covid­19 constitue un choc d’un inscriptions hebdomadaires au chômage tent favorables pour l’ensemble des ac­ dre de nos opérations de prêt, y compris réponse sera d’autant plus puissante si
genre nouveau auquel nous ne pouvons avaient été enregistrées aux Etats­Unis. teurs économiques. les prêts de plus faible montant. toutes les politiques se renforcent mu­
faire face à l’aide de recettes anciennes. Au cours des deux dernières semaines, ce Nous avons adopté deux types de me­ tuellement. A cet égard, il est vital que
Nous devons concevoir des politiques pays a comptabilisé 3,3 millions, puis sures pour atteindre ces objectifs. Programme d’achats d’urgence le volet budgétaire en réaction à cette
en faveur de celles et ceux qui sont le 6,6 millions de nouvelles inscriptions. Si En premier lieu, des mesures ciblées Ces mesures encourageront les banques crise soit suffisamment puissant dans
plus exposés à cette crise. Il s’agit, le chômage met habituellement plus de massives visant à faire parvenir la liqui­ à accorder des prêts aux petites entre­ l’ensemble de la zone euro. Les gouver­
aujourd’hui, des entreprises et des fa­ temps à augmenter en Europe et y est dité à ceux qui en ont le plus besoin. No­ prises et aux microentrepreneurs, dont nements doivent être côte à côte pour
milles confrontées à une forte baisse de moins volatil, des premiers signes trou­ tre nouvelle facilité de prêt ciblée four­ l’accès au crédit est généralement li­ déployer ensemble des politiques opti­
leurs revenus et qui éprouvent une an­ blants apparaissent. Ainsi, l’indice des di­ nit jusqu’à environ 3 000 milliards mité, et à en effectuer le refinancement males face à un choc commun dont nul
xiété croissante quant à l’avenir. Les po­ recteurs d’achat pour l’emploi a reculé d’euros de liquidité aux banques à un en empruntant auprès de la BCE à des n’est responsable.
litiques de la Banque centrale euro­ plus fortement que jamais en mars. taux d’intérêt négatif pouvant aller jus­ taux négatifs sur des périodes pouvant Un total alignement des politiques
péenne (BCE) sont définies précisément qu’à – 0,75 %, le plus bas taux que nous aller jusqu’à trois ans. La zone euro budgétaire et monétaire et l’égalité de
pour les soutenir. Dans le cadre de no­ Faciliter les flux de crédit ayons jamais offert. L’expérience mon­ compte environ 22 millions de tra­ traitement face au virus sont le meilleur
tre mandat, nous avons calibré nos Afin d’éviter des dommages durables, tre que ces mesures peuvent être puis­ vailleurs indépendants, soit 14 % de moyen de protéger notre capacité pro­
mesures de telle sorte que la liquidité l’économie doit être comme « en at­ santes. Nous estimons, par exemple, l’emploi total, ce chiffre étant de 10,4 % ductive et l’emploi, en vue de retrouver
parvienne aux citoyens et aux secteurs tente » et conservée dans une situation que les deux phases précédentes d’opé­ en France. Ces nouvelles mesures facili­ des taux de croissance et d’inflation
les plus fragilisés. aussi proche que possible de celle préva­ rations ciblées ont incité les banques à teront donc l’accès au crédit pour une soutenables une fois que la pandé­
Pour comprendre comment nos me­ lant avant la pandémie. Plusieurs outils octroyer environ 125 milliards d’euros de partie importante des actifs. mie aura pris fin. Si certains pays ne
sures fonctionnent, nous devons déter­ peuvent être utilisés à cette fin. L’un prêts de plus que si ces facilités n’avaient En deuxième lieu, nous achetons des se relèvent pas, les autres en pâtiront.
miner en quoi cette crise est particu­ d’entre eux consiste à mettre en pas été mises en place. obligations publiques et privées pour En se montrant solidaire, on sert en
lière. Ses racines sont différentes de cel­ place des dispositifs publics soutenant des montants importants afin de garan­ fait ses propres intérêts. La BCE conti­
les d’une crise financière ou d’une les emplois à court terme. Une autre tir l’accès de tous les secteurs économi­ nuera de jouer son rôle en remplis­
récession classique. La chute brutale de solution est de mobiliser le système ques à des conditions de financement fa­ sant sa mission de maintien de la stabi­
l’activité économique est une consé­ bancaire pour qu’il fournisse aux entre­ vorables. Grâce à notre programme lité des prix et en demeurant au service
quence de la décision qui s’est imposée prises la trésorerie leur permettant de d’achats d’urgence face à la pandémie, des Européens. 
de demander à chacun de rester chez continuer à payer leurs employés et combiné à nos autres programmes
soi. Dès lors, il est impératif d’empê­ leurs factures. La zone euro étant une SI CERTAINS PAYS d’achats d’actifs, nous pourrons acquérir
cher que des entreprises viables ne fer­ économie fondée sur les banques, facili­ plus de 1 000 milliards d’obligations jus­
ment et que les employés ne perdent ter les flux de crédit contribue à faire
NE SE RELÈVENT qu’à la fin de l’année. En outre, ce pro­
leur emploi en raison d’une crise tem­ rapidement parvenir la liquidité dans PAS, LES AUTRES gramme nous accorde la souplesse né­
poraire dont ni les unes ni les autres ne l’ensemble de l’économie. Les gouver­ cessaire pour cibler nos achats entre les Christine Lagarde est présidente de
sont responsables. nements et les banques centrales pren­ EN PÂTIRONT différentes catégories d’actifs et juridic­ la Banque centrale européenne (BCE)

Philippe Duneton et Marisol Touraine N’attendons pas l’arrivée


des traitements au Nord pour en négocier le prix pour le Sud
Le médecin et l’ex­ministre appellent à une union sacrée des Etats face au Covid­19 et prônent le partage des brevets, au nom du principe d’urgence

A
lors que les pays les plus gies des Etats les plus riches, nous pour les trois prochaines années) droits de propriété intellectuelle départ, c’est­à­dire maintenant, Ce serait une première. Mais
riches de la planète jet­ ne pouvons oublier les popula­ pour mieux protéger les com­ qui touchent au commerce (Ad­ que les entreprises cèdent leurs déjà certains pays, comme l’Alle­
tent toutes leurs forces tions vulnérables de la planète. munautés vulnérables ; Unitaid, pic, 1995), y compris ceux recon­ licences sans limitation géogra­ magne, le Chili, l’Australie ou le
dans la bataille contre le Le devoir de solidarité est qui finance des projets inno­ nus dans la « déclaration de phique à une structure qui garan­ Canada, ont adopté des résolu­
Covid­19, l’épidémie menace à d’abord moral. C’est l’humanité vants favorisant l’accès équitable Doha » de 2001, permet déjà aux tirait la production de traite­ tions leur permettant d’aller
son tour l’Afrique et les popula­ tout entière qui est aujourd’hui à la santé, investit dans des dia­ Etats de recourir à une licence ments à la fois efficaces et sûrs, et dans ce sens. Certaines entrepri­
tions vulnérables du monde, des frappée, et, alors que nos sociétés gnostics, des traitements et des d’office pour faire produire des permettrait d’en faire baisser les ses y seraient prêtes (Abbott a an­
favelas de Rio aux banlieues de prospères redécouvrent la force outils de triage pour les maladies traitements, notamment en cas prix. L’investissement public noncé céder au MPP ses droits
New Delhi. Les exclus du monde de l’attention aux autres, aban­ respiratoires. de pandémie. doit avoir une contrepartie : des pour le Kaletra, médicament
entier sont exposés à la pandé­ donner les plus fragiles serait Nous proposons de nous en prix bas, partout. testé contre le Covid­19). C’est
mie sans pouvoir s’en protéger. une faute. Mais ce devoir moral Pour tous, et en même temps inspirer et de franchir une étape Cela n’a rien d’une utopie. Uni­ toute la communauté internatio­
Le confinement est impossible à est aussi de notre intérêt : face à Mais il faut aller plus loin. L’aide supplémentaire. Nous deman­ taid a créé il y a dix ans le Me­ nale qui doit innover et avancer
qui doit sortir pour survivre, et une pandémie, seule une ré­ classique, indispensable, ne suf­ dons solennellement que les dicines Patent Pool (MPP), ou ensemble, dans un esprit de soli­
les mauvaises conditions de vie ponse mondiale peut être dura­ fira pas. Des initiatives surgis­ gouvernements et les institu­ « communauté de brevets », qui darité. Nous appelons les gouver­
(eau, assainissement…), la fai­ blement efficace. A défaut, nous sent, toutes utiles. Nous devons tions qui financent ou contri­ permet aux entreprises pharma­ nements du G20, les institutions
blesse structurelle des systèmes prendrions le risque de futurs re­ préparer le moment où des trai­ buent aujourd’hui au développe­ ceutiques de céder leurs droits sur internationales à s’impliquer,
de santé, le manque criant bonds de la maladie et assiste­ tements et des vaccins seront dis­ ment des médicaments, vaccins une base volontaire. Cela a permis ainsi que l’OMS. Le monde a be­
d’équipements de base sont rions à de nouveaux exodes. ponibles. Encore faudra­t­il que ou technologies permettant de la fabrication de génériques qui soin de leur engagement pour
autant de fragilités que la mobi­ Cette idée que seule une riposte ces traitements et ces vaccins lutter contre le Covid­19 pré­ soignent des dizaines de millions éradiquer le Covid­19. Et sauver
lisation des gouvernements ne globale viendrait à bout des pan­ soient accessibles à tous, partout voient d’emblée dans leurs con­ de personnes dans le monde, par des vies. En Europe, et partout
suffira pas à endiguer. Sans démies a mené, il y a vingt ans, et en même temps. trats avec les industriels le prin­ exemple contre le sida (grâce au dans le monde. 
compter que l’on mourra tou­ face au sida, à la création d’orga­ Nous lançons un appel à la cipe d’un partage de leurs bre­ MPP, un traitement annuel contre
jours dans ces pays des ravages nisations nouvelles. Elles se sont communauté internationale. vets, au nom d’un principe le sida revient à moins de 70 dol­
des autres maladies, plus dif­ immédiatement mobilisées face Nous ne pouvons pas attendre d’urgence. Nous parlons de par­ lars en Afrique, au lieu de 10 000
ficiles à combattre par ces à l’émergence du Covid­19 : l’Al­ que les traitements existent au tage, pas de renoncement. en Europe). Mais il a fallu attendre
temps de crise. liance globale pour les vaccins et Nord pour en négocier le prix L’idée est simple : dès lors que près de dix ans entre l’apparition
L’Organisation mondiale de la l’immunisation (GAVI) intensifie pour le Sud, comme cela a été le de l’argent public est massive­ des traitements au Nord et leur Philippe Duneton, médecin,
santé (OMS) a tiré la sonnette ses campagnes ; le Fonds mon­ cas face au sida, notamment. Les ment investi pour trouver le plus mise à disposition au Sud. Face au est directeur exécutif d’Unitaid
d’alarme. Au moment où le dial de lutte contre le sida per­ circonstances exceptionnelles vite possible des traitements face Covid­19, c’est tout de suite qu’il Marisol Touraine, ancienne
monde est engagé dans une met aux pays d’utiliser 5 % de ses de la pandémie de Covid­19 ap­ à une pandémie qui menace la faut agir, pour que tout le monde, ministre des affaires sociales
course contre la montre qui ab­ subventions (14 milliards de dol­ pellent une réponse exception­ planète tout entière, les Etats doi­ partout, ait accès aux traitements et de la santé (2012-2017),
sorbe les ressources et les éner­ lars, soit 12,9 milliards d’euros, nelle. L’accord sur les aspects des vent demander en retour dès le en même temps. est présidente d’Unitaid
30 | carnet 0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020

Ses enfants Martin et Marie-Caroline, Mme Maria Elizabeth Moreau, Les collègues
Et sa famille, Julie et Jean, son épouse, Et amis, de
ses enfants, Caroline Moreau et Nicolas Moreau,
ont la tristesse de faire part de la mort Simon, Alice et Esther, Gerald TAYLOR
Le Carnet ses enfants
en vente de
Elias et Aurélien, ainsi que son conjoint (Melbourne 1933 - Paris 2020),
actuellement Nous informons nos lecteurs
Pierre-Alain GALL, ses petits-enfants, Et ses petits-enfants,
philologue
de la langue quechua et du tupi,
K En kiosque et nos annonceurs
de la non-parution de notre journal
survenue le 5 avril 2020,
à l’âge de quatre-vingts ans.
ont la tristesse de faire part du décès
de
ont l’immense tristesse de faire part
du décès de ont la tristesse de faire part de son
le lundi 13 avril 2020.
0123 EMPLOI
IMMIGRATION Sa famille Jacques LE BEUF, M. Claude MOREAU DIDIER,
décès, survenu le 1er avril 2020.
HORS-SÉRIE
SANTÉ
La parution du samedi 11 avril Et ses amis, psychiatre, avocat honoraire,
MOBILITÉ

psychanalyste, De par ses travaux, il est le


sera exceptionnellement
ÉLECTIONS

fondateur de la nouvelle philologie


datée du 12-13-14 avril 2020. ont la tristesse de faire part du décès
survenu à Paris, le 19 mars 2020, des langues autochtones de
40 CARTES
Le bouclage de la page Carnet
aura lieu la veille à 15 h 30.
de survenu le 1er avril 2020,
à l’âge de quatre-vingt-six ans.
à l’âge de quatre-vingt-douze ans. l’Amérique du Sud. Grâce à lui, le
POUR COMPRENDRE
Jacques HALPERN, Manuscrit de Huarochirí (l’œuvre
LA
FRANCE
ingénieur de recherche à l’Inserm, Une cérémonie du souvenir sera classique sur la mythologie des
Notre service sera fermé Ils remercient les équipes Andes et l’un des monuments de la
fondateur de Sidanet, organisée ultérieurement.
le samedi 11 avril. soignantes des unités Covid-19 de littérature mondiale) est devenu
survenu le 6 avril 2020, l’hôpital Lariboisière-Fernand-Widal accessible pour la première fois dans
Une permanence sera assurée
dans sa soixante-quinzième année. de Paris. Lyon. tout l’éclat de son sens original.
le lundi 13 avril 2020,
de 9 heures à 13 heures, Farouche défenseur de l’autonomie
Hors-série charlottehalpern@icloud.com Les obsèques auront lieu dans Les membres du Laboratoire de la recherche et militant généreux
pour Le Carnet du Monde la plus stricte intimité le vendredi Ingénierie des Matériaux Polymères pour que les langues indigènes
daté du mercredi 15 avril 2020. 10 avril, au crématorium du (UMR CNRS 5223)
0123 ÉDITION 2020
Chantal, François (†), Dominique retrouvent une dignité et une place
-----------------
H O R S - S É R I E

Et les collègues de l’INSA de Lyon,


LE BILAN et Claire, cimetière du Père-Lachaise, Paris 20e. publique dans la société
▶ GÉOPOLITIQUE
▶ ENVIRONNEMENT
▶ ÉCONOMIE
Merci de nous adresser ses enfants
DU MONDE
+ AT LA S D E 1 9 8 PAYS
vos demandes par mail et leurs conjoints, Emile, Jeannie Un dernier hommage lui sera ont la tristesse de faire part du décès
contemporaine, Gerald Taylor est
resté, en toute modestie, le plus
en précisant impérativement votre
+ 1 5 PAG E S D E D É B AT S :

et Yolaine, de
O L I V I E R B E AU D , FA B I E N N E B R U G È R E ,

rendu ultérieurement, lorsque les grand spécialiste que la France


KAMEL DAOUD, NANCY HUSTON, DOMINIQUE SCHNAPPER…

numéro de téléphone personnel, Souraya, Lina, Nabiha, Emilie, Dalia, circonstances le permettront. comptait dans son domaine.
votre nom et prénom, Sophie, Paul, M. Jean-Pierre PASCAULT,
ses petits-enfants professeur émérite
adresse postale et votre éventuelle et leurs conjoints, Thomas, Steven, Annie Tardits,
Gerald forçait l’admiration et
référence d’abonnement. à l’INSA, l’estime de tous ceux qui l’ont croisé.
Armand, son épouse,
L’équipe du Carnet Lara, Elsa, D’une curiosité insatiable pour
Jean-Baptiste Le Brun, survenu à Villeurbanne,
reviendra vers vous ses arrière-petites-filles, toutes les cultures, c’est en turc
Sophie et Mike Akarmann, le 4 avril 2020, qu’il s’adressait à sa dernière aide-
dans les meilleurs délais. Jean-Christophe et Jérôme,
Mathilde et Taco ten Seldam, à l’âge de soixante-seize ans. soignante pour la remercier dans
Hors-série ses neveux,
Sa famille, Lesly et Gérald, ses enfants, sa langue maternelle de son
HORS-SÉRIE
carnet@mpublicite.fr Clément et Sébastien, L’inhumation a eu lieu ce jeudi dévouement, et c’est de ses amis
ont la douleur de faire part du décès Bjorn, Silène et Lars, 9 avril, à 10 heures, au cimetière de qu’il se préoccupait avant de
UNE VIE, UNE ŒUVRE
de ses petits-enfants, Panièvre, Brux (Vienne). disparaître.
ÉDITION
2020 AU CARNET DU «MONDE»
Monique JOUFFROY, ont la douleur de faire part du décès, Il reste dans nos pensées et nos
née O’DWYER, survenu le 6 avril 2020, dans sa Eve Baudouin,
professeur honoraire cœurs.
Décès quatre-vingt-neuvième année, de Hervé Labrid et Odile Moser Labrid,
d’histoire géographie à Dijon, Véronique Labrid,
Champagne-au-Mont-D’Or. docteur en histoire ses enfants et sa belle-fille, Mme Jean Verlet,
de l’université Paris-Sorbonne, Jacques LE BRUN, sa belle-sœur,
Boris Vian
ancienne élève de l’ENSET, directeur d’études honoraire Félix Baudouin et Carole Compper,
L’écriture heureuse Sa famille Léonard Baudouin, Lucile Baudouin, Marie Verlet-Nezri,
Un jeune homme pressé, par Philippe Boggio à l’École pratique des hautes études. sa nièce,
fait part du décès de survenu à Dijon le 7 avril 2020, Sophie Labrid,
Les familles Verlet, Fouché, Billy,
Hors-série dans sa quatre-vingt-treizième année. Ils se souviennent dans ce moment ses petits-enfants, Samoyault, Maslowski, Berthier, Nezri,
Claude CARREZ. de Eyla et Orféo Baudouin, Theil, Van Lith,
Les obsèques auront lieu dans

Collections
ses arrière-petits-enfants,
Une bien triste nouvelle en cette l’intimité de la famille en l’église
Sainte-Jeanne-d’Arc de Dijon. Marie-Elisabeth, ont la tristesse de faire part du décès,
belle journée printanière : la voix de née MILCENT, ont la tristesse de faire part du décès
Claude s’est éteinte car son cœur s’est le 4 avril 2020, dans sa centième
arrêté paisiblement à l’âge de quatre- Une cérémonie religieuse à sa de année, de
FEMMES vingt-un ans, le 4 avril 2020, en mémoire sera organisée à la fin de décédée le 23 octobre 1983.
D’EXCEPTION cardiologie de l’hôpital Saint-Luc- la pandémie. Gilberte RAJOT, Hélène VERLET,
Saint-Joseph, sans lien avec l’épidémie. 57, rue de Paradis, née FRESSONNET, archiviste-paléographe,
L’inhumation aura lieu au 75010 Paris. conservateur en chef honoraire
Un hommage lui sera rendu cimetière de Dijon. de la bibliothèque historique
veuve du lieutenant,
ultérieurement. de la ville de Paris.
La famille rappelle à votre Linda Capoano Le Pen, Roger LABRID,
souvenir son époux, son épouse, mort pour la France
Caroline Champetier de Ribes, († 1952) Elle reposera au cimetière de
Raphaëlle,
Dorothée et Pascal Ponroy, André Lagny-sur-Marne dans le caveau
Valérie Champetier de Ribes, sa fille
( † 23 juin 2016) familial.
Grégoire Champetier de Ribes, et son compagnon, Corentin, et de
ses enfants, et son fils, Jérémie, Une messe à sa mémoire sera dite
Mélanie, Jeanne, Clément, Quentin, son fils Jean RAJOT ultérieurement à Notre-Dame-de-
Louise, Alice, Lucie, Simon, Tiphaine François et sa compagne, Ana, († 2012), Grâce-de-Passy, sa paroisse.
et Gaspard, ( † 13 mars 2013). Catherine Lafer et Brigitte Preung,
Actuellement en vente, ses petits-enfants, ses sœurs survenu le 6 avril 2020, dans sa Hélène Verlet a contribué de façon
le volume n° 11 COLETTE et sur : Iris et Joséphine, Nous pensons aussi à sa sœur, et leurs époux,
ses arrière-petites-filles, quatre-vingt-dix-septième année. notable à l’histoire de Paris en
www.femmes-dexception.fr Alain Capoano et Dominique Stella, publiant les épitaphes conservées
Josette
ont la grande tristesse de faire part († 13 mars 2020) ses beaux-frères, Ses cendres reposeront dans le autrefois dans les églises parisiennes.
du décès de Brice Sébire, caveau familial, à Roanne, selon ses
et à sa belle-sœur, son cousin, vœux.
Claude Ses nièce et neveux, Anniversaire de décès
CHAMPETIER de RIBES, Marie-Josèphe Tous ses amis,
née BERTHOUD, († 19 février 2020). Une cérémonie sera organisée Le 10 avril 1989,
lorsque les circonstances le
ont l’immense douleur de faire part
survenu le 3 avril 2020, Vos dons seront remis au service permettront. Claire LISLE
à l’âge de quatre-vingt-huit ans. du décès de
D2 du Centre Gériatrique
Champmaillot de Dijon. eve.baudouin@wanadoo.fr s’endormait dans l’espérance de la
Elle sera inhumée à Saint-Hilarion, CLAUDE LE PEN, Résurrection.
dans l’intimité familiale, le mercredi économiste de la santé, verolabrid@gmail.com
Cet avis tient lieu de faire-part. herve.labrid@me.com
15 avril et rejoindra son époux professeur Ayez une pensée ou une prière
Famille Jouffroy, à l’université de Paris-Dauphine, pour elle et pour ceux qu’elle aimait.
Alain CHAMPETIER de RIBES. 5, rue Charles-Brugnot, chevalier de la Légion d’honneur, Rouen (Seine-Martime).
21000 Dijon.
A l’issue de la période de
confinement, une célébration aura survenu le 6 avril 2020, au terme Mme Josette Chrétien, Communication diverse
Actuellement en vente, lieu en l’Eglise protestante unie de Dimanche 5 avril 2020, d’un long combat contre la maladie. sa sœur,
le vol. n° 11 LES CONSTANTES l’Annonciation, 19, rue Cortambert, Toute la famille,
UNIVERSELLES et sur : Paris 16e. Claude LACOUR Il a été porté jusqu’au bout par son Ses amis,
www.collectioncosmoslemonde.fr désir inépuisable de comprendre et
Sa date vous sera communiquée est parti vers la Lumière. de transmettre, par sa passion pour
dès que possible. ont la tristesse de faire part du décès
la musique, et par l’amour des siens. de
Monique,
Nous remercions l’ensemble du
sa femme,
personnel de la maison de retraite,
Marie-Aude, Valérie et Jean-Thomas, Le père Provincial M. Robert SOYER,
La Source d’Auteuil-Chemins de de la Compagnie de Jésus, ancien interne
l’espérance, pour leur dévouement ses enfants, Envie d’être utile ? Rejoignez-nous !
Emmanuelle, Sa communauté des Hôpitaux de Paris,
présente et leur courage.
8

sa belle-fille, Et sa famille, ancien chef de service de chirurgie Les bénévoles de SOS Amitié
caroline.champetier@gmail.com Elliot, Gaspard, Perrine, Malo, thoracique et cardio-vasculaire écoutent
JEANNE D’ARC
Le destin de Jeanne la Pucelle
dorothee@kerisper.com Cosima, Orane, Clara, Marion et Léonie, font part du retour à Dieu du au CHU de Rouen, par téléphone et/ou par internet
1412/1431
valerie.champetier@gmail.com ses petits-enfants, professeur à la Faculté, ceux qui souffrent de solitude,
g.champetier@outlook.fr Olivier et Didier, membre de mal-être et peuvent avoir
ses frères père Henri MADELIN sj., de l’Académie nationale de chirurgie, des pensées suicidaires.
Michèle Frémontier-Lagneau, Et toute la famille, membre de l’Académie de Rouen,
son épouse, chevalier de la Légion d’honneur, Nous recherchons des écoutants
Jeanne-Aurore, Pierre-François vous invitent à les rejoindre en décédé à Lille, le 8 avril 2020, bénévoles
et Paul-Alexis Le Louët, pensée ou en prière. dans sa quatre-vingt-quatrième année survenu le 1 avril 2020,
er sur toute la France.
Le volume n° 8 JEANNE D'ARC sa fille, son gendre et la soixante-troisième année de sa dans sa quatre-vingt-septième année. L’écoute peut sauver des vies
sur : www.collection-bd et son petit-fils, La cérémonie aura lieu dans vie religieuse.
Les familles Frémontier, Isal, l’intimité le samedi 11 avril. et enrichir la vôtre !
-histoiredefrance.com Crouzet, Abelmann, Gordon, Les obsèques ont eu lieu le 8 avril, Choix des heures d’écoute,
ses cousins et cousines, En marque d’hommage, si vous dans la plus stricte intimité, à Rouen. formation assurée.
En raison du contexte, nous suspen- Cécile et Nicolas Guilbert, le souhaitez, vous pouvez envoyer Solange MAZEL,
dons la vente des collections chez les Sophie et Frédéric Nadler, un don à l’association : née DENIS, PFG Services Funéraires,
marchands. Elle reprendra dès que Michèle Coche, En IdF RDV sur
www.montparnasserencontres.fr 51, place du Général-de-Gaulle,
Domenico Biscardi, www.sosamitieidf.asso.fr
possible. Nous vous présentons toutes sa famille de cœur nous a quittés le jeudi 2 avril 2020. 76000 Rouen. En région RDV sur
nos excuses pour ce désagrément. Et tous ses amis qui l’aiment et Nous avons l’immense tristesse Tél. : 02 35 70 83 50 www.sos-amitie.com
l’admirent, de faire part du décès de Elle aimait les orchidées, Frank (parking privé).
Sinatra et jouer au bridge. Elle
Nos services ont le chagrin d’annoncer la mort de Donatien LAURENT, trottinait encore toute seule à l’âge
de quatre-vingt-quatorze ans. Société éditrice du « Monde » SA
Jacques FRÉMONTIER, survenu à Brest, le 24 mars 2020. Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
Lecteurs dit l’Ourglon,
sociologue, historien, journaliste, Sa passion depuis l’enfance pour
Elle a rejoint son mari, Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
Directeur de la rédaction Luc Bronner
écrivain, blogueur, le patrimoine oral breton aura
K Abonnements homme de culture et de passion, occupé toute sa vie d’homme et de René MAZEL, Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo
Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Philippe Broussard, Emmanuelle Chevallereau, Alexis Delcambre,
chercheur. Benoît Hopquin, Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, Cécile Prieur, Emmanuel Davidenkoff (Evénements)
parti trop tôt, le 3 juin 1995. Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
survenue le 7 avril 2020, Rédaction en chef numérique Hélène Bekmezian
à l’âge de quatre-vingt-neuf ans. Une cérémonie pour la famille Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws, Franck Nouchi (Débats et Idées)
www.lemonde.fr/abojournal et tous les amis de Donatien aura Ses enfants et petits-enfants Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote
L’inhumation aura lieu dans lieu dès que les circonstances le l’accompagnent de leurs plus tendres Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
K Le Carnet du Monde l’intimité au cimetière Nord de Saint- permettront. pensées. Chef d’édition Sabine Ledoux
Tél. : 01-57-28-28-28 Mandé. Directrice du design Mélina Zerbib
Françoise, Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
Une cérémonie religieuse aura Photographie Nicolas Jimenez
« C’est cela qu’on appelle Destin : son épouse, Infographie Delphine Papin
être en face et rien d’autre Anne, Catherine, Tanguy et Perrine, lieu à Montmorency ultérieurement.
Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
et toujours être en face. » ses enfants Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget
Rainer Maria Rilke. Et toute sa famille. mazelisa@hotmail.fr Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
0123
VENDREDI 10 AVRIL 2020 0123 | 31

INTERNATIONAL | CHRONIQUE VOTER AU TEMPS 


par al ai n f rachon
DU CORONAVIRUS
L’après-Covid-19 : liée à la pandémie. Le chef du PiS, Jaroslaw
Kaczynski, a donc fait voter lundi 6 avril par
les députés une modification du code élec­
vité de la menace épidémique. Au bout du
compte, ce sont les électeurs qui ont, par un
taux d’abstention record, appelé leurs re­
à gauche toute ? toral permettant l’organisation du scrutin
par correspondance en mai, pour éviter la
contamination dans les bureaux de vote.
présentants à la raison. Le second tour a été
repoussé, cette fois dans le consensus. Nul
ne sait à ce jour quand il se tiendra.
C’est la Poste qui serait chargée de l’orga­ Aux Etats­Unis, où la pandémie a fait ir­
nisation de ce vote, à la place de la commis­ ruption en pleine saison des élections pri­

R LES RECETTES 
ôle renforcé du gouver­ sion électorale. Coïncidence : le président maires en vue de l’élection présidentielle
nement dans la vie éco­ de la Poste vient d’être limogé et remplacé du 3 novembre, c’est la confusion. La pri­
nomique. Retour proba­ AVANCÉES POUR  par le vice­ministre de la défense. L’opposi­ maire démocrate du Wisconsin, mardi, a
ble des nationalisations tion crie au « coup d’Etat » et la polémique a tourné à la foire d’empoigne juridique en­
ou prises de participation publi­ LUTTER CONTRE  provoqué des remous jusque dans la majo­ tre gouverneur démocrate, majorité répu­
ques dans nombre de secteurs rité. Si elle est confirmée par le Sénat, cette blicaine au Congrès local, juges conserva­
LA PANDÉMIE 
d’activité. Revalorisation comme
jamais de l’importance des inves­
tissements publics. Mise entre
parenthèses, sans doute durable,
de toute limite aux déficits bud­
APPARTIENNENT 
À LA FAMILLE 
L es urnes ou la vie. Jamais encore un
tel dilemme ne s’était posé en temps
de paix aux électeurs des pays démo­
cratiques. La crise due au Covid­19 et l’exten­
sion des mesures de confinement condui­
opération constituera un nouvel accroc à la
démocratie en Pologne.
Première à affronter le problème avec les
élections municipales de mars, la France a,
elle aussi, maintenu le premier tour, le
teurs locaux et même Cour suprême fédé­
rale, les uns voulant reporter le vote, les
autres le maintenir. Le scrutin s’est finale­
ment tenu contre la volonté du Parti démo­
crate et en l’absence de volontaires en
gétaires et relative indifférence à SOCIALE­DÉMOCRATE sent les gouvernements à s’interroger sur la 15 mars, pour des raisons inverses. Le pays nombre suffisant pour encadrer le vote. Cet
l’explosion de la dette. Impor­ tenue des scrutins prévus dans les mois à était en train de basculer dans le confine­ épisode pose inévitablement des questions
tance accrue attachée à l’environ­ venir. ment. Trois jours plus tôt, le président de la sur les conditions dans lesquelles la campa­
nement. Extension des domaines gent. On étudie des politiques jus­ La Pologne, sous l’impulsion du parti na­ République avait envisagé de reporter le gne électorale peut se poursuivre.
dits stratégiques à la santé publi­ qu’ici considérées comme suici­ tionaliste Droit et justice (PiS) au pouvoir, a scrutin. Un décret et, à sa suite, un projet de La pandémie impose des restrictions ex­
que et à l’agroalimentaire. Prise daires – un endettement public choisi une voie très contestable pour main­ loi étaient prêts, mais Emmanuel Macron ceptionnelles aux démocraties. Si important
de conscience, s’il en était besoin, hors limites – ou farfelues – le re­ tenir à tout prix l’élection présidentielle n’a pas osé les utiliser, faute de consensus soit­il, aucun scrutin ne peut se tenir tant
de l’importance vitale des mé­ venu minimum universel – ou prévue le 10 mai. Celle­ci se présente très fa­ politique : le chef du parti Les Républicains, qu’il met les électeurs en danger. Pour que la
tiers dits « petits » – et de l’obscé­ encore passéistes – la recherche vorablement pour le candidat du PiS, le Christian Jacob, évoquait « un coup de force démocratie résiste, il importe que toute déci­
nité de leur niveau de rémunéra­ d’une certaine autosuffisance président sortant Andrzej Duda, dont la po­ institutionnel » et une « utilisation de la crise sion de report soit débattue à intervalles ré­
tion. Dans les pays occidentaux, dans les domaines de la santé et sition serait en revanche plus précaire si sanitaire pour éviter une débâcle électorale ». guliers, dans le plus grand consensus possi­
la lutte contre le Covid­19 nous de l’agroalimentaire. l’élection était reportée de quelques mois Après coup, l’opposition a affirmé avoir ble, sous le contrôle du Parlement et des juri­
tire à gauche. Changer le profil du capita­ avec, en arrière­plan, une crise économique été mal informée par l’exécutif sur la gra­ dictions constitutionnelles. 
La question est de savoir s’il lisme ? Ouvrir une phase plus ré­
s’agit simplement de la réponse gulée du capitalisme ? Ou plus
conjoncturelle à un choc écono­ immédiatement – devant l’impé­
mique historique ou bien s’il rieuse nécessité d’une reprise
s’agit de l’amorce d’un de ces pour sauver l’emploi et empêcher
changements en profondeur qui une hausse massive de la pau­
ponctuent la vie du capitalisme. vreté – s’assurer du retour le plus
Les historiens de l’économie di­ rapide à la croissance ? Mais le re­
ront s’il a fallu qu’une chauve­ tour à « l’avant » n’est plus possi­
souris transmette un sale virus à ble, dit l’ancien ministre des affai­
un pangolin, destiné à finir dans res étrangères à Terra Nova. « Ce
l’assiette de gastronomes chinois, n’est plus défendable (…) car la si­
pour qu’on puisse dater le pas­ tuation n’était pas “normale”
sage d’une ère économique à une avant, écrit Védrine. On ne va pas
autre : la fin de quarante années revenir à cette “normalité”­là – im­
de néolibéralisme en Europe et préparation, multidépendance, in­

Abonnez-vous et soutenez
aux Etats­Unis et l’esquisse du dé­ sécurité financière, fragilité collec­
but d’autre chose. Mais quoi ? tive, irresponsabilité écologique ».
Face à la catastrophe, l’acteur Les immenses sommes d’ar­
principal, c’est l’Etat­providence, gent public injectées dans l’éco­
pas le marché. Laissons de côté, nomie en Europe et aux Etats­
un moment, la question des liber­ Unis visent des objectifs à court

le journalisme d’investigation
tés publiques, que malmène la terme : sauver l’emploi autant
priorité accordée à la santé, pour que possible en facilitant la survie
ne considérer que la vie économi­ des entreprises. Aux Etats­Unis,
que et sociale. L’heure est au re­ une majorité bipartisane a voté
tour massif de la puissance publi­ une relance de plus de 2 000 mil­
que. Le gouvernement n’est plus liards de dollars (soit plus de
le « problème », comme on disait 1 836 milliards d’euros). En Eu­
au temps du thatchéro­reaga­ rope, les gouvernements natio­
nisme, mais la « solution ». La naux sont tous massivement en­
pensée dominante qui anime, gagés. L’Union européenne va
aux Etats­Unis comme en Eu­ agir dans le même sens. Comme
rope, les recettes avancées pour les autres grands instituts d’émis­
lutter contre la catastrophe ap­ sion, la Banque centrale euro­
partient à la famille sociale­dé­ péenne (BCE) fait marcher la plan­
mocrate. Paradoxe ou ruse de che à billets. Tabous brisés et dog­
l’histoire : il reviendra le plus sou­ mes violés de « l’ancienne écono­
vent à des gouvernants de droite
ou de centre droit d’appliquer ce
mie » (avant­Covid­19) ne se
comptent plus. On est dans la mé­
FORMULE
programme commun – ou pres­ decine d’urgence. INTÉGRALE
que – de la gauche ! Au lendemain de la crise de

19
2008, l’Etat, aux Etats­Unis

e
Tabous brisés comme en Europe, est venu au se­
On ne se risquera pas à signer la cours du secteur financier – qui
mort de la « mondialisation », ou en avait besoin. Alors que des mil­
alors seulement d’un certain type lions de gens perdaient leur em­
de globalisation économique. La ploi ou leur logement, nombre
mondialisation se régionalise d’entreprises du secteur financier
sans doute. La part des échanges se sont, certes, redressées (bonne
3 PA RENTOLOGIE
Le syndrome
Ronaldinho
Dans les yeux de votre enfant,
vous voilà doté de superpouvoirs.
Une hypertrophie du moi
qui peut vous pousser à vous
prendre pour le MBappé

/mois
du square d’à côté
SAMEDI 10 AOÛT 2019. Ne peut être vendu séparément. Disponible en France
M Le magazine du Monde no 412. Supplément au Monde no 23197/2000 C 81975

extérieurs dans la création de ri­ chose) et ont intégralement rem­


6 LES COUCOUS
DU NUMÉRIQUE
C’est quoi
ton code ?
Ils squattent allègrement vos
abonnements Netflix et Spotify.
Le pire, c’est que c’est vous
métropolitaine, Belgique et Luxembourg.

qui leur avez donné accès


à vos comptes

9 UN APÉRO AVEC

chesse diminue depuis plusieurs boursé l’Etat. Mais pas seule­


Bigflo et Oli
Les deux frères n’ont pas le
temps de souffler. Un succès
qui ne se dément pas.
Rencontre avec les rappeurs

idées Ilà Hollywood


préférés des enfants
DIMANCHE 27 - LUNDI 28 OCTOBRE 2019
75E ANNÉE– NO 23264
2,80 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
MAGAZINE
MA
était deux fois
Brad Pitt & Leonardo DiCaprio
SPÉCIAL DESIGN Saviano, Ferrante, Vargas Llosa, Rushdie… :

PENDANT 3 MOIS
WWW.LEMONDE.FR –

« La cause des Kurdes nous concerne »


FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO
JAPONAIS

années déjà. Mais, portée par la ment. Rebondissant sur l’appui L’ÉPOQUE – SUPPLÉMENT LES ARTISTES MORTS N’ONT JAMAIS AUTANT TRAVAILLÉ
ENQUÊTE

Chômage: l’espoir d’une amélioration durable WEEK-END


UNIQUEMENT EN FRANCE MÉTROPOLITAINE,
EN BELGIQUE ET AU LUXEMBOURG

technologie, la fluidité des échan­ initial apporté par le contribua­ 4

Lynchez
▶ Au troisième trimestre, ▶ Le reflux du nombre ▶ Ces résultats font écho à ▶ La montée en régime du ▶ L’exécutif et sa majorité
SAMEDI 19 OCTOBRE 2019 - 75E ANNÉE - N O 23257 - 4,50 € - FRANCE MÉTROPOLITAINE WWW.LEMONDE.FR - FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO
le nombre de demandeurs de chômeurs se confirme la bonne santé du marché plan gouvernemental de jugent atteignable
d’emploi sans aucune acti­ doucement. Il s’agit du travail. Jeudi, le réseau formation contribue aussi l’objectif d’un taux de

BREXIT: UN NOUVEL ACCORD ET DES INCERTITUDES


vité a diminué de 0,4%, du quatrième trimestre des Urssaf a fait état à cette baisse, encore fra­ chômage ramené à 7%
selon les chiffres publiés de baisse. Sur un an, la d’une «augmentation gile dans une conjoncture à la fin du quinquennat
vendredi 25octobre décrue est nette, à – 2,4% soutenue» des CDI internationale incertaine

ges restera. L’ouragan Covid­19 le ble, elles ont, dans la foulée, versé
PAGE 10

▶ Jean­Claude Juncker,
Géopolitique Le rêveprésident
brisé de la Com­ 1
CHILI AUX SOURCES mission européenne,
d’autonomie des Kurdes
et Boris Johnson, ÉDITORIAL
DE LA COLÈRE premier ministre
britannique,
▶ L’offensive turque ont an­ AMER COMPROMIS
POUR L’EUROPE

montre : le monde n’a pas fini de confortables dividendes à


▶ Le mouvement de contestation qui TURQUIE
noncé, syrien
dans le Nord­Est à Bruxelles,
marque un coup
jeudi d’arrêt
17octobre, avoir
dénonce les inégalités sociales a connu une au projetconclu
politique
mobilisation historique à Santiago vendredi unduaccord sur
peuple apatride
PAGE 4
la sortie du Royaume­
PAGES 16 À 19
la décision en juin 2016 des
SYRIE Uni de l’UE Britanniques de quitter l’UE
représente une régression
IRAK 1 ÉDITORIAL
▶ Approuvé par les
Vingt­Sept, le texte
pour le continent et traduit
un échec collectif. Mais, ac­
ÉTERNELS LAISSÉS­
doit encore être va­
quise à 51,9 %, elle doit être
respectée. L’accord sur les mo­
POUR­COMPTE
lidé, samedi, par un dalités de ce départ, conclu

d’être « global ». leurs actionnaires et aussi ra­


PAGE 30 jeudi 17 octobre à Bruxelles,
Parlement britanni­ prévoit une rupture nette, un
que qui reste Brexit plus dur que celui, flou,
qui avait été vendu aux élec­
extrêmement divisé
Lubrizol Corse
teurs. Mais, face à la menace

Entre les lignes, ce que dessi­ cheté leurs actions – pour aug­
nent les programmes destinés à menter les revenus de leurs diri­
contrer la dévastation économi­ geants. Le remède apporté à la
que provoquée par le nouveau co­ crise a conforté les inégalités.
ronavirus, c’est la quête d’une Cette fois, l’aide publique est la
« nouvelle rationalité économico­ plupart du temps conditionnelle. Plus simple et plus rapide, abonnez-vous en ligne sur :
écologique », espère Hubert Vé­
drine dans une note du centre de
Les entreprises qui en bénéficient
ne peuvent ni verser de dividen­
abo.lemonde.fr/formule-integrale
réflexion Terra Nova. L’accent est des ni, si elles sont cotées en
mis sur la redistribution et les in­ Bourse, racheter leurs actions. La
frastructures, le souci de l’envi­ question sociale est au cœur de
ronnement. Les « règles » chan­ cette crise. Les femmes et les
hommes de la ligne de front, on
les connaît : c’est l’armée des Ou par carte bancaire (paiement sécurisé) en appelant le 0970 340 340 (non surtaxé) pour souscrire pendant 3 mois
L’HEURE EST  sans­grade qui, dans la tour­ à la formule intégrale pour 19€/mois au lieu de 80,17€ (prix de vente en kiosque) et bénéficier de l’accès à l’Edition abonnés du Monde.fr
mente du coronavirus, font tenir 7 jours/7 + 6 quotidiens + tous les suppléments + M le magazine du Monde + La Matinale du Monde + les archives du Monde
AU RETOUR  nos sociétés. On ignore de quoi
depuis 1944 + Le Monde événements abonnés.
l’« après­Covid­19 sera fait ». On
MASSIF DE  sait seulement qu’il sera indigne
LA PUISSANCE  si rien ne change dans la hiérar­ SOCIÉTÉ ÉDITRICE DU MONDE SA - 80, BOULEVARD AUGUSTE-BLANQUI - 75013 PARIS - 433 891 850 RCS Paris - Capital de 124 610 348,70€. Offre valable jusqu’au 31/12/2020.
chie des valeurs sociales et de leur Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 06/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition,
PUBLIQUE rétribution.  à la portabilité des données et à la limitation des traitements, que vous pouvez exercer à l’adresse suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d’identité : Le Monde – DPO –
80, boulevard Auguste Blanqui – 75013 Paris. Pour plus d’informations, consultez notre Politique de confidentialité sur le site www.lemonde.fr ou le site de la CNIL www.cnil.fr

Tirage du Monde daté jeudi 9 avril : 130 782 exemplaires


Tous
solidaires
La Fondation Orange soutient la Fondation
Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France
qui se mobilise à chaque instant
pour aider les équipes soignantes,
les malades hospitalisés et leur famille.
Vous aussi, vous pouvez faire un don à
la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France
en envoyant DON par sms au 92 111
ou sur fondationhopitaux.fr

fondationorange.com