Vous êtes sur la page 1sur 26

LES VOIES

D’ADMINISTRATION DES
MEDICAMENTS
2ème année de Pharmacie

Dr. NAY Kuyhuong, PharmD

1
Objectifs
A la fin de cette leçon, les étudiants devraient être
capable de :
• Décrire les différentes voies d’administration des
médicaments.
• Expliquer les avantages et les inconvénients de
voie oral, voie parentérale et voie cutanée.
• Citer les voies d’accès et ses sites
d’administrations des médicaments par voie
parentérale.
• Décrire les sites d’administrations des
médicaments par voie transmuqueuse. 2
Table des matières

• Introduction
• La voie orale ou per os
• La voie parentérale ou transcutanée
• Les voies d’accès pour administrer
les médicaments
• Les voies transmuqueuses
• La voie cutanée
3
Introduction
• Le rôle d’un médicament est de soigner un organe, de
réparer une fonction altérée. Mais, il est souvent
impossible de mettre le remède directement en contact
avec l’organe ou le tissu où se trouve la fonction altérée.
Ex : Dans le cas d’une infection pulmonaire 
Administre le médicament direcgtement dans les
poumons sous forme d’aérosols ou introduit le produit
anti-infectieux qui peut atteindre le tissu pulmonaire
(Antibiotique).
 Il est utile pour le malade de pouvoir disposer de
différentes formes pharmaceutiques ainsi que de
différentes voies d’administration.
4
Introduction
• Voie locale :
– Certaines formes ont pour intérêt de pouvoir
être appliquées directement à proximité voire
au contact du territoire à traiter sans entraîner
les effets indésirables.
• Voie systémique :
– Au contraire, par le biais de la circulation
sanguine, permettent de véhiculer la molécule
active dans tous les territoires de l’organisme
et atteindre ainsi la cible thérapeutique.
5
Introduction
• Les différentes voies d’administration sont présentées ci-
dessous avec les formes pharmaceutiques qui leur
correspondent le plus souvent :

 la voie orale

 la voie parentérale

 les voies
transmuqueuses

 la voie cutanée.
6
La voie orale ou per os
• Appelée également voie
buccale :
- Elle consiste en
l’administration du médicament
par la bouche puis traversé
l’oesophage, et conduit dans
l’estomac.
- Ensuite, il ira jusqu’à l’intestin
grêle où se situent les zones
d’absorption des principes
actifs utilisés en thérapeutique.

7
• Avantage :
– Administration facile de dose élevées en une seule prise.
• Inconvénients :
– Estomac  destruction des P.A par pH (pH 1.5 à 7.5) et
enzymes.
– irritations pour les tractus gastro-intestinal (Salicylates,
AINS, antituberculeux)
⇒ préparation comprimé gastro -résistant
– Goût et une odeur désagréable
⇒ nécessite une aromatisation ou édulcorant.
– Problème de l’absorption des P.A ⇒ l’absorption varie en
fonction de :
• Certain P.A ne peuvent être absorbés (les sulfamide, sels
métallique)
• la forme pharmaceutique
• l’heure de la prise médicamenteuse (le matin ou le soir)
• la présente ou non de substances alimentaires dans le tractus
8
(administration à jeun, avant, pendant, ou après les repas)
Les formes pharmaceutiques administrés per os

• Solide :
les poudres, les sachets, les cachets, les capsules, les
gélules, les pilules, les granulés, les tablette, les pâtes
officinales, les pastilles, les comprimés.

• Liquide :
les limonades, les tisanes, les sirops, les potions, les
suspensions, les émulsions, les solutions.

9
La voie parentérale ou transcutanée
Pour administrer, il faut perforer la peau avec un instrument particulier :
une aiguille à injecter, et injecter le produit à l’intérieur du corps grâce à
une seringue graduée, munie d’un piston.
Avantages :
– pas de destruction des P.A par les sucs digestifs.
– passage rapidement dans l’organisme
– possibilité d’injection directe au lieu d’action
– Nombreuse voie accès possible
Inconvénients :
– douleur et risque infection
– le nombre de points d’injection est limité (surtout par voie IV)
– sélection de P.A non irritants, de faible ou relativement faible toxicité
(risque d’altération ou de lésion de la peau ou des vaisseaux)
– Médicament liquide seule, de faible viscosité (suspension ne peut
administrer que par IM)
– Substance doit stérile 10
– Action parfois fugace
Les formes pharmaceutiques administrés

Forme liquide : solution, émulsion, suspensions

Forme solide : Les implants

11
Les voies d’accès pour administrer les médicaments

• la voie
intraveineuse
(IV) permet
d’administrer
directement dans la
veine (plis du coude,
du dos de la main, ou
le poignet) par
aiguille court.

• Par voie IV, il est aussi possible d’administrer


des volumes élevées de liquides (100 ml ou
plus), au moyen d’un système spécial qui
délivre le médicament liquide, goutte à goutte :
c’est une perfusion IV.
• La biodisponibilité d’une molécule administrée par cette voie est
de 100% et son action généralement immédiate, c’est une voie de
12
choix des situations d’urgence.
Les voies d’accès pour administrer les médicaments

• La voie intradermique
(ID) pour l’administration
sous la surface de la
peau, à la limite de
l’épiderme et du derme
avec une aiguille à
biseau court.

• La voie sous-
cutanée (SC) pour
l’administration sous
la peau, dans le tissu
conjonctif (ventre,
épaule, cuisse), avec
une aiguille à biseau
court.
13
Les voies d’accès pour administrer les médicaments

• la voie
intramusculaire
(IM) : pénètre dans le
tissu profonde du
muscle (muscle
fessier), aiguille à
biseau long

• la voie intra-artérielle (IA) pour l’administration dans une


artère (ex. artère fémorale).
• la voie intracardiaque (IC) : pour l’administration
directement dans le muscle cardiaque ou le myocarde.

14
Les voies d’accès pour administrer les médicaments

• la voie intra articulaire pour


l’administration dans une
articulation (le genou…).

• la voies épidural pour


l’administration dans la
dure-mère.

• la voie intrarachidienne
(IR) pour l’administration
dans l’espace situé entre
la moelle épinière et la
colonne vertébrale (avec
mélange au liquide
céphalo-rachidien LCR) 15
Les voies transmuqueuses
• Muqueuses : très richement vascularisées,
 P.A traverser jusqu’à l’organe cible.

• Permet soit l’administration :


– directe sur la muqueuse à traiter (nez, oreille,
œil),
– soit l’absorption des P.A, ce qui permet
d’exercer d’une action générale (voie rectale,
perlinguale).
16
• La muqueuse buccale :
– Traiter des affections de l’intérieur de la bouche.
– Les formes galéniques : des comprimés (de petite taille),
les tablettes, les pâtes, les pastilles.

• La muqueuse perlinguale :
– Située dans la bouche, dans une cavité placée sous la
langue.
– Le médicament, prise en charge par la microcirculation du
tissu, est transporté vers l’organe cible, peut éviter une
dégradation par la foie.
– Les formes galéniques : des solutions, des comprimés,
des granules.

17
• La muqueuse buccopharyngée :
– Administration sur les muqueuses de la cavité
buccale et de l’arrière gorge pour une action locale.
– Les formes galéniques utilisées : collutoires, les
gargarismes, les bains de bouche.

• La muqueuse oculaire :
– Administration locale, au niveau de l’œil.
– Il faut utilisé les médicaments parfaitement
contrôlés et stériles.
– Les formes galéniques utilisées : les collyres, les
pommades ophtalmiques, les solutions pour
lavages ophtalmiques.

18
• La muqueuse auriculaire :
– Administration dans les oreilles.
– Les formes galéniques utilisées : préparations
liquides, les pommades, les poudres, les
préparations pour lavage auriculaire.

• La muqueuse nasale :
– Administration des médicaments destinés à
traiter les affections de la sphère nasale, action
locale.
– Les formes galéniques utilisées : les solutés
présentés en flacon spéciaux, les poudres
nasales, les solutions pour lavage nasal.
19
• La muqueuse pulmonaire :

 L’administration est
réalisée au moyen de
dispositifs permettant de
générer des particules,
appelées aérosols, donc
le diamètre conditionne le
trajet et le niveau de
pénétration, dans le
tractus pulmonaire.
 Si les particules sont
suffisamment fines pour
atteindre les alvéoles
pulmonaires, les
médicaments peuvent
exercer leur action.
 Les formes galéniques
utilisées sont les
inhalations.
20
• La muqueuse rectale :
 Administration dans le rectum, qui est la partie terminale du tube
digestif. Cette muqueuse est très vascularisée : les veines
hémorroïdales inférieures, moyennes, et supérieurs.

 P.A peuvent être absorbés par


cette voie, utilisée pour obtenir
une action générale et aussi
pour une action locale.
 Elle est très bien adaptée chez
les enfantes. La dose
administration est égale ou
inférieur à celle utilisée par voie
orale.
 Les formes galéniques utilisées :
les solutions à usages rectales,
les lavements, les suppositoires,
les capsules rectales, les
pommades rectales, les 21
mousses rectales.
• La muqueuse vaginale :
– Administration directement dans le vagin.
– Médicaments destinés à une action locale, car
cette muqueuse présente une perméabilité
plus faible que les autres muqueuses.
– Les formes galéniques utilisées : les ovules,
les comprimés vaginaux ou ovules secs, les
mousses gynécologiques.
• La muqueuse urétrale :
– Actuellement, l’administration par l’urètre n’est
plus utilisée.
– Les formes galéniques utilisées : les bougies,
les crayons urétraux.
22
La voie cutanée
• Les médicaments sont placé sur la peau et sont destinés à
l’exercer, soit une action locale (Anti-inflammatoire ou de
protection de la peau), soit une action générale après
pénétration, sans effraction, à travers les différentes couches
cellulaires constituant la barrière cutanée.

23
La voie cutanée
• La peau est considérée comme peu perméable
mais, on a pu démontrer le passage dans l’organisme,
de diverses substances appliquées sur la peau. Ce
transfert s’effectue :

 soit par l’intermédiaire des follicules pileux (PA se


dissout dans le sébum et diffuse vers les capillaires
du derme),

 soit par l’intermédiaire d’une dissolution dans les


liquides protido-lipidiques qui constituent les
cellules de l’épiderme et du derme : c’est la
pénétration percutanée.
24
La voie cutanée
• Avantage : appliqués directement à l’endroit où ils doivent
agir (action locale), ou dans une zone où l’absorption est
facile (action générale).

• Inconvénients :
– La peau saine présente une perméabilité sélective mais
que si elle est malade ou lésée, sa perméabilité est
fortement augmentée,
– Certaines substances incapables de la traverser
normalement sont absorbée et provoquent des réaction
secondaires.

• Les formes galéniques utilisées : pommades, crèmes, gels,


les mousses, les préparations liquides, des formes adhésifs
cutanées.
25
Références
• J-M. Aiache – Initiation à la connaissance du médicament. Masson.
Paris. 4ème édition 2001.
• A. LEHIR -Pharmacie Galénique, bonnes pratiques de fabrication
des médicaments. Masson. Paris. 8ème édition 2001.
• J.P. LABAUNE –Propriétés pharmacocinétiques des médicaments.
Masson. Paris. 1991

26