Vous êtes sur la page 1sur 23

Ordre

 des  mots  et  connecteurs  


basé  sur  Riegel  et  al.  2011,  p.  240ss;  207;  211-­‐212.    

ORDRE  DES  MOTS  


Ordre  des  mots  le  plus  courant  
•  Exemple  de  Riegel  :    
–  Pendant  des  années,  l’affreux  gros  chien  noir  de  
l’ancienne  concierge  de  l’immeuble  effrayait  tous  les  
enfants  qui  passaient  plusieurs  fois  par  jour  devant  la  
loge.  
Ordre  des  mots  le  plus  courant  
•  Exemple  de  Riegel  :    
–  Pendant  des  années,  l’affreux  gros  chien  noir  de  
l’ancienne  concierge  de  l’immeuble  effrayait  tous  les  
enfants  qui  passaient  plusieurs  fois  par  jour  devant  la  
loge.  
•  CC  temps  –  Syntagme/groupe  nominal  (SUJET)  –  
verbe  –  Syntagme  nominal  (OBJET)  
•  Forme  minimale:  Le  chien  effrayait  les  enfants.    
•  Phrase  de  base  en  français:    
–  Groupe  Nominal  (sujet)  +  Groupe  Verbal  (prédicat)  
–  Les  étudiantes  travaillent.  
Ordre  des  mots  le  plus  courant  
•  Peu  de  liberté  en  français  :  en  principe  l’ordre  
des  mots  permet  de  reconnaître  la  foncYon  
des  mots  (sujet,  objet  etc.).  
•  Structure  prototypique  
–  (CC)  –  sujet  –  (CC)  –  verbe  –  (CC)  –  
complément(s)  /  a[ribut    -­‐  (CC)  
–  (Hier),  Blanche  Neige  a  (finalement)  (joyeusement)  
mangé  la  pomme  qu’elle  avait  reçue  de  sa  belle-­‐
mère  (dimanche  dernier).  
–  Aujourd’hui  Blanche  Neige  est  morte.  
Inversion  du  sujet  
•  Dans  certains  cas,  le  sujet  est  postposé,  c’est-­‐à-­‐dire  
placé  après  le  verbe.  BFG  II,  p.  21  
•  obligatoire  dans  les  phrases  incises  qui  reprennent  un  
discours  (anföringssats,  sägesats,  inskuten  sats).  Cf.  
verbes  dire,  demander,  raconter,  répondre,  s’écrier,  
crier.    
–  Tu  viens  ?  demanda-­‐t-­‐il.  On  ajoute  un  «  t  »  quand  la  forme  
verbale  se  termine  par  une  voyelle.  (a-­‐t-­‐il  demandé)  
•  pour  faire  un  contraste    
•  pour  des  raisons  de  style  (formel,  à  l’écrit)  
•  dans  des  expressions  fixes  :  encore  faut-­‐il  le  savoir  
Inversion  du  sujet  
•  Le  sujet  est  aussi  postposé  quand  on  déplace  
l’adverbe  au  début  de  la  phrase.  Mais  ce[e  
inversion  n’est  pas  obligatoire.    
–  Ainsi  est  morte  (mourut)  Blanche  Neige.  
–  Ainsi  Blanche  Neige  est  mort  (mourut)  
–  Peut-­‐être  n’aurait-­‐elle  pas  dû  manger  la  pomme.  
–  Peut-­‐être  elle  n’aurait  pas  dû  manger  la  pomme.  
(=  plus  familier,  oral)  
•  Peut-­‐être  qu’elle….  
•  Elle  n’aurait  peut-­‐être  pas  dû…  
LES  CONNECTEURS  
Les connecteurs
•  les  mots  de  liaison  
•  importants  pour  la  compréhension  du  
texte,  l’enchaînement  des  phrases  
•  expriment  l’enchaînement  chronologique  
et  logique  des  idées  
•  importants  à  uYliser  quand  vous  écrivez  
Les connecteurs
•  différentes  sortes  de  mots    
–  des  conjoncYons  de  coordinaYon  ou  de  
subordinaYon,  des  préposiYons,  des  locuYons,  des  
adverbes  
•  ici  on  se  concentre  sur  les  connecteurs  qui  
relient  des  phrases  et  des  bouts  de  textes,  
donc  pas  tellement  les  préposiYons  simples.  
–  des  connecteurs  qu’on  peut  facilement  remplacer  
par  d’autres  et  qui  donnent  une  couleur  au  texte  
Exemples
•  avec  une  conjoncYon  de  coordinaYon  
–  je  parle  français  et  suédois.  
–  je  parle  bien  français  mais/et  mal  l’anglais  
•  avec  une  conjoncYon  de  subordinaYon  
–  je  comprends  l’allemand  puisque  j’ai  vécu  en  
Allemagne.  
•  avec  une  préposiYon  
–  je  parle  suédois  depuis  10  ans  
–  je  parle  suédois  avec  effort  
•  avec  une  locuYon  
–  j’ai  essayé  d’apprendre  le  suédois  malgré  tout  
Les connecteurs
•  ont  différentes  valeurs  –  expriment  différentes  
rela9ons  entre  les  proposiYons/phrases/
paragraphes  
 
       A          connecteur                B    
 
Quelle  est  la  relaYon  entre  A  et  B?  
la  cause?  la  conséquence?  
Exemples
•  Il  pleut.  Je  prends  mon  parapluie.  
•  Il  pleut.  Donc  je  prends  mon  parapluie.  
CONSEQUENCE  
•  Il  pleut,  c’est  pourquoi  je  prends  mon  parapluie.  
CONSEQUENCE  
•  Je  prends  mon  parapluie  parce  qu’il  pleut.  CAUSE  
•  Je  prends  toujours  mon  parapluie,  surtout  quand  
il  pleut.  ADDITION  
•  Je  suis  de  bonne  humeur  quoiqu’il  pleuve.  
CONCESSION  
LISTES  DE  CONNECTEURS  
Les  connecteurs  de  
l’argumenta9on  
 
Yré  de  Van  Den  Avenne  (2009).  
Savoir  rédiger.  Levallois-­‐Perret:  
Studyrama,  p.  86  
Extrait  –  doc  sur  Fronter  
InfoSphère : 7. Paraphraser un texte : connecteurs logiques 2015-02-03 12:08

Tableau d’équivalence des connecteurs logiques selon le type de relation

Relation Connecteurs logiques


Et Puis
Addition Non seulement... mais encore
De plus En outre
Ou Tantôt… tantôt Seulement… mais encore
Alternative Soit… soit Ou… ou L’un… l’autre
Soit… ou Ou bien D’un côté… de l’autre
Afin que De peur que
But De façon à ce que
Pour que En vue de
Car Puisque
Eu égard à
En effet Attendu que
En raison de
Effectivement Vu que
Cause Du fait que
Comme Etant donné que
Dans la mesure où
Par Grâce à
Sous prétexte que
Parce que Par suite de

Comme Si… que Moins que


De même que De la même façon que Non moins que
Comparaison Ainsi que Semblablement Selon que
Autant que Pareillement Suivant que
Aussi… que Plus que Comme si

Malgré Quelque soit


Évidemment
En dépit de Même si
Il est vrai que
Concession Quoique Ce n’est pas que
Toutefois
Bien que Certes
Alors que Bien sûr

h[p://www.bibliotheques.uqam.ca/infosphere/fichiers_communs/module7/
En conclusion
Pour conclure
Ainsi
Donc
Finalement
connecteurs.html  
Conclusion En guise de conclusion En résumé
Enfin
En définitive
En somme En un mot
  Bref Par conséquent
Les  conjonc9ons  
LES  ADVERBES  ET  LES  
COMPLÉMENTS  CIRCONSTANCIELS  
Placement  
•  Contrairement  à  l’anglais  ou  au  suédois  (cf.  BIFF  regel)  
l’adverbe  ne  se  place  pas  entre  le  sujet  et  le  verbe:  
–  Ce  document  traite  vraiment  de  l’ordre  des  mots  bien  qu’il  
traite  aussi  du  placement  de  l’adverbe.  
•  ExcepYon:    
–  Ce  document,  dans  son  en.er,  traite  de  l’ordre  des  mots.  
(cf.  BFG  II,  p.  49).    
–  mais  c’est  une  construcYon  rare,  donc  évitez  de  l’uYliser.  
•  Mais,  la  phrase  ci-­‐dessous,  avec  un  pronom  sujet,  est  
INTERDITE  
–  *Il,  dans  son  enYer,  traite…  IMPOSSIBLE  en  français  
L’adverbe  
•  BFG  II,  p.  46ss.;  voir  NFG  chap.  21  
•  On  disYngue  l’adverbe  (classe  de  mot)  du  
complément  circonstanciel  (foncYon  dans  la  
phrase),  CC.  En  français,  on  dit  tout  de  même  
adverbe  même  quand  il  s’agit  d’un  CC.    
•  Un  adverbe  est  en  principe  invariable,  dépend  
d’un  autre  consYtuant,  souvent  facultaYf  
(sauf  :  *je  vais  à  je  vais  à  Paris,  je  vais  vite…).  
Adverbe:  placement  
•  Le  placement  des  CC  est  assez  libre  (p.  47)  
–  Hier  j’ai  mangé  une  pomme.    
–  J’ai  mangé  une  pomme  hier.    
•  Les  adverbes  de  phrase  (qui  portent  sur  le  sens  
de  toute  la  phrase)  ont  également  un  placement  
assez  libre,  mais  se  placent  de  préférence  au  
début  de  la  phrase  ou  après  le  verbe  conjugué.  
–  Probablement  le  train  (a-­‐t-­‐il)  a  du  retard.  
–  Le  train  a  probablement  du  retard.  
–  Le  train  a  du  retard  probablement.  
Adverbe:  placement  
•  Les  adverbes  de  consYtuants  se  trouvent  
proches  de  ce  sur  quoi  ils  portent  :  
•  verbe  :  Nous  avons  trop  parlé.  Ils  parlent  trop.  
•  adjecYf  :  Elle  est  drôlement  futée.  
•  adverbe  :  Il  l’a  grondé  trop  genTment.  
•  groupe  nominal  :  environ  10  personnes  
•  Pour  vous  qui  avez  la  Nouvelle  Grammaire  du  
Français,  lisez  le  chapitre  21  sur  les  adverbes  
(contrairement  à  ce  qui  est  indiqué  dans  le  
programme)  et  l’introducYon  

Vous aimerez peut-être aussi