Vous êtes sur la page 1sur 43

Université Abdelmalek Essaadi

Faculté des Sciences

Les guides d’ondes


rectangulaires
Noura AKNIN
aknin@uae.ma

N. AKNIN / S6 / 2005-06 1
Définition

Un guide d'onde est un système de transmission qui assure la

propagation d'un rayonnement EM par réflexions multiples tout en le

canalisant à l'intérieur. Si le guide est métallique, les réflexions se

font sur des parois métalliques. Dans le cas d'un guide d'onde

diélectrique, les réflexions se font sur les surfaces séparant les

différents diélectriques.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 2
Différents types de guides d’ondes

N. AKNIN / S6 / 2005-06 3
Applications

ƒ Les coupleurs directifs ( figure 1.c)

ƒ Les répartiteurs de puissance

ƒ Les multiplexeurs

ƒ Les atténuateurs et les isolateurs…

N. AKNIN / S6 / 2005-06 4
Applications

En technologie guide d’onde, l’insertion du matériau dissipatif se fait parallèlement au

champ E à travers une fente réalisée au milieu de la face supérieure. La perturbation du

champ est fonction de l’enfoncement de la lame dissipative.

Atténuateur variable à guide d’onde Atténuateur de précision à guide d’onde

a a/2 a

Atténuateur à guide d’onde avec changement de


dimensions.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 5
Principes de transmission

N. AKNIN / S6 / 2005-06 6
Le champ électromagnétique à l'intérieur du guide

Considérons le guide d'ondes de la figure suivante

y
z

ε, µ
b
a

x
a

Les côtés de la section droite sont a et b tel que a est supérieur à b. Dans le
cas des guides standards: a ≈ 2b.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 7
Le champ électromagnétique à l'intérieur du guide
Nous adoptons l'approximation "sans pertes"

εr et µ sont réelles

les parois métalliques sont


parfaitement conductrices

Remarque
Le guide d'onde rectangulaire ne peut pas supporter les modes
TEM alors que les modes TE et TM peuvent être propagés.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 8
Le champ électromagnétique à l'intérieur du guide

La théorie du champ , permet d'étudier en toute rigueur la


propagation sur un tel support

N. AKNIN / S6 / 2005-06 9
Les modes TE

Les modes TE sont caractérisés par Ez = 0 et Hz ≠ 0.

Les expressions du champ s'expriment donc en fonction de Hz grâce à.

La loi de Faraday

⎧ − jβ ∂H z ⎧ −j ∂H z
⎪H x = 2 ⎪ E x = 2 ωµ ∂y
⎪ kc ∂x ⎪ kc
⎨ ⎨
⎪ H = − jβ ∂H z ⎪ E = j ωµ ∂H z
⎪⎩ y ∂y ⎪ y k2 ∂x
k c2 ⎩ c

N. AKNIN / S6 / 2005-06 10
⎛ ∂2 ∂ 2
∂ 2 ⎞
⎜ + + + k ⎟ Hz = 0
2 Équation de
⎜ ∂x 2 ∂y 2 ∂z 2 ⎟ Helmholtz
⎝ ⎠
Adoptons la notation suivante:

− jβz
H z ( x , y ) = hz ( x , y ) e
L’équation de Helmholtz devient:
⎛ ∂2 ∂ 2 ⎞
⎜ + + k 2 ⎟ hz ( x , y ) = 0
⎜ ∂x 2 ∂y 2 c ⎟
⎝ ⎠
avec
2
kc =k −β 2 2

N. AKNIN / S6 / 2005-06 11
L'utilisation de la méthode de séparation de variables revient à écrire

hz ( x , y ) sous la forme suivante:

hz ( x , y ) = X ( x ) Y ( y )
⎛ ∂2 ∂ 2 ⎞
⎜ + + kc ⎟ X ( x) Y ( y) = 0
2
⎜ ∂x 2 ∂y 2 ⎟
⎝ ⎠

1 d 2 X 1 d 2Y
⇒ + + k c2 = 0
X dx 2 Y d 2 y

N. AKNIN / S6 / 2005-06 12
On pose ⎧ 1 d2X
⎪ = − k 2
x
⎪ X dx 2
⎨ 2
⎪ 1 d Y
= − k 2y
⎪Y dy 2

avec
k x2 + k 2y = k c2

⎧ 2
d X
⎪ + k x2 X = 0
⎪ dx 2
⇒ ⎨ 2
⎪ d Y
+ 2
k yY =0
⎪ 2
⎩ dy
N. AKNIN / S6 / 2005-06 13
La solution générale:

hz ( x , y ) = ( A cos k x x + B sin k x x ) (C cos k y y + D sin k y y )

les constantes A, B, C et D sont données par les conditions de


raccordement suivantes :

⎧e x ( x , y ) = 0 pour y = 0, b ∀x

⎩e y ( x , y ) = 0 pour x = 0, a ∀y

Ex
?
Ey
N. AKNIN / S6 / 2005-06 14
⎧ ∂h z
⎪⎪ ∂y = 0 y = 0, b

⎪ ∂h z = 0 x = 0, a
⎪⎩ ∂x
y=0 ⇒ D=0

y = b ⇒ ky = ; n = 0, 1, 2, 3..
b

x=0 ⇒ B=0

x = a ⇒ kx = ; m = 0, 1, 2, 3...
a
N. AKNIN / S6 / 2005-06 15
Hz s'exprime, donc, par:

⎛ mπ ⎞ ⎛ n π ⎞ − jβ z
H z ( x , y , z ) = Amn cos⎜ x ⎟ cos⎜ y⎟ e
⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠

Amn est une constante arbitraire composée des deux


constantes précédentes A et C. La constante Amn dépend de
la source et ne peut pas être déterminée théoriquement.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 16
⎧ − j ∂H z ⎧ − j β ∂H z
E = ωµ H
⎪ x =
⎪ x ∂ 2 ∂x
⎪ k 2 y ⎪ k c

c

∂ H ⎪ − jβ ∂ H z
⎪E = j
ωµ z H =
⎪ y k2 ⎪⎩ y k c2 ∂y
⎩ c
∂ x
Les composantes transverses des modes TEmn s'expriment en fonction de
Hz et sont données par les expressions suivantes :

⎧ jωµ nπ ⎛ mπ ⎞ ⎛ n π ⎞ − jβ z
E
⎪ x ( x , y , z ) = A mn cos ⎜ x ⎟ sin ⎜ y⎟ e
⎪ b kc2
⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠

⎪ E ( x , y , z ) = − jωµ m π A sin⎛⎜ m π x ⎞⎟ cos⎛⎜ nπ y ⎞⎟ e − jβz
⎪ y 2 mn
⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠
⎩ a kc
⎧ jβ m π ⎛ mπ ⎞ ⎛ n π ⎞ − jβ z
⎪ H x ( x, y, z ) = Amn sin⎜ x ⎟ cos⎜ y⎟ e
⎪ a kc2
⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠

⎪ H ( x , y , z ) = jβnπ A cos⎛⎜ m π x ⎞⎟ sin⎛⎜ nπ y ⎞⎟ e − jβz
⎪ y 2 mn
⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠
⎩ b k c
⎛ m π ⎞ ⎛ nπ ⎞
2 2
β = k −⎜
2
⎟ −⎜ ⎟
Où ⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠
N. AKNIN / S6 / 2005-06 17
le mode propagatif correspond à β réelle, c'est à dire :

⎛ mπ ⎞ ⎛ nπ ⎞
2 2
k > kc = ⎜ ⎟ +⎜ ⎟
⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠
fréquence de coupure est définie par l'expression
suivante:

⎛ mπ ⎞ ⎛ nπ ⎞
2 2
1
f cmn = ⎜ ⎟ +⎜ ⎟
2π εµ ⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠

si f > fcmn : le mode est dit propagatif.

Si f < fcmn : le mode est dit évanescent.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 18
Ex − Ey
L'impédance d'onde ZTE s'exprime par: Z TE = =
Hy Hx
k
D'après les expressions du champ EM: Z TE = η
β
Où h est l'impédance caractéristique du matériau remplissant le guide d'ondes.
ZTE

µ
η =
ε

fcmn f

Mode évanescent
Mode propagatif

Notons que ZTE est réelle si le mode est propagatif et elle est imaginaire si le mode
est évanescent.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 19
Le mode fondamental

Une étude particulière est souvent réservée à ce cas vue son


intérêt pratique.
Définition
Le mode fondamental ou mode dominant et le mode
correspondant à la plus petite fréquence fcmn .

⎛ mπ ⎞ ⎛ nπ ⎞
2 2
1 1
f cmn = ⎜ ⎟ +⎜ ⎟ f c10 =
2π εµ ⎝ a ⎠ ⎝ b ⎠ 2a εµ

Donc le mode fondamental correspond à TE10

Remarque

les fréquences de travail ainsi que les dimensions des guides sont
choisies de telle sorte que seul le mode dominant puisse se propager.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 20
Dans le cas d’une propagation mono-mode, seul le mode
fondamental doit exister sur la bande d’ fonctionnement du guide

La bande passante du mono-mode dépend de deux fréquences de


coupures.

Si

N. AKNIN / S6 / 2005-06 21
Si

Si

N. AKNIN / S6 / 2005-06 22
En pratique, une marge de sécurité d’à peu près 20% doit être
prise en compte.

D’où, la bande passante utile (réelle) est inférieure à celle du


monomode.

Marge de sécurité

BP pratique

De cette façon, le mode TE10 est bien supérieur à la coupure et le


mode supérieur (TE01 ou TE20 ) est largement évanescent.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 23
Cas d’un guide carré

Si a = b

Remarque

Les modes dont m = n (TEm0 et TEn0 ) sont dégénérées avec la même


fréquence de coupure.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 24
Exemple
Donner la conception d’un guide rectangulaire avec les conditions
d’opérations suivantes:
1. Fonctionnement en mono mode,
2. 10GHz est la fréquence centrale de la bande passante,
3. b = a/2

Corrigé:

b= a/2: TE01 et TE02 sont de même fc

N. AKNIN / S6 / 2005-06 25
La fréquence d’opération peut s’exprimer en termes de
fréquences de coupures:

N. AKNIN / S6 / 2005-06 26
Les expressions du champ EM

⎧ ⎛ π ⎞ − jβ z
⎪ H z ( x , y , z ) = A10 cos⎜ a x ⎟ e
⎪ ⎝ ⎠
⎪ jβ a ⎛ π ⎞ − jβ z
⎪ H x ( x, y, z ) = A10 sin⎜ x ⎟ e
⎨ π ⎝a ⎠
⎪ − jωµ a ⎛ π ⎞ − jβ z
⎪ E y ( x, y, z ) = A10 sin⎜ x ⎟ e
⎪ π ⎝a ⎠
⎪E = E = H = 0
⎩ x z y

π ⎛π ⎞
2
kc = ⇒ β = k −⎜ ⎟ 2

a ⎝a⎠

N. AKNIN / S6 / 2005-06 27
Diagrammes de modes
− jωµ a ⎛π ⎞
E y ( x, y, z ) = A10 sin⎜ x ⎟ e − jβz
π ⎝a ⎠
Les lignes de champ dans
le plan xoy du mode TE10. Excitation du mode TE10.
Câble
Section droite y Source
+• coaxial
-

b Sonde

x
a

Terminaison
fermée

Câble coaxial

Le conducteur intérieur du câble coaxial se comporte comme une


antenne dipôle créant un champ électrique maximum au milieu de la
section transversale.
N. AKNIN / S6 / 2005-06 28
y

Câble
y Source
+• coaxial
⊗ ⊗
~ ~ -
⊗ ⊗ ⊗ ⊗
E
b ~ ~ ~ ~ ⊗ ~ H Sonde
⊗ ⊗ b
~ ~

λ10/4 λ10/2 z z

λ10 λ
4

N. AKNIN / S6 / 2005-06 29
Section droite
Vue d’en haut

Vue de profil

N. AKNIN / S6 / 2005-06 30
Détermination du flux de la puissance dans le cas du mode TE10

b
Pmn

a
Rappel y
y
dz
dx dy
dy x
dy x dz
dz
dx
z dx z

Éléments différentiels dans le cas des coordonnées cartésiennes.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 31
En pratique, toute ligne de transmission ou guide d'onde, entraîne des pertes qui
sont dues soit à une conductivité finie et/ou à un diélectrique dissipatif. Mais ces
pertes sont souvent faibles et par conséquent elles sont négligeables. Parfois ces
pertes présentent un centre d'intérêt quand il s'agit de la détermination du facteur
de qualité (cas des cavités) et de la constante d'atténuation.

Constantes d'atténuation les lignes de transmission - les guides d'ondes.

les cavités résonantes


Facteur de qualité

αd la constante d'atténuation due aux pertes dans le


diélectrique
Désignons par
αc la constante d'atténuation due aux pertes dans le
conducteur.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 32
Donc l'atténuation totale est donnée par

α = αd + αc
les pertes dans le diélectrique peuvent êtres traitées en prenant ε complexe :

γ = αd + jβ

γ = k −k 2
c
2

les pertes dans le diélectrique peuvent êtres traitées en prenant ε complexe :

ε = ε 0ε r ( 1 − j tgδ )

γ = kc2 − ω 2 µ 0 ε 0ε r ( 1 − j tgδ )
N. AKNIN / S6 / 2005-06 33
Les matériaux diélectriques utilisés en pratique sont caractérisés par un
angle de pertes très faible (tgδ << 1). Par conséquent, l'expression de γ peut
être simplifiée en utilisant le développement de Taylor :

1 ⎛ x2 ⎞
a + x ≅ a + ⎜⎜ ⎟⎟
2 2
pour x << a
2⎝ a ⎠
1 jk 2
tgδ
γ = kc2 − k 2 + jk 2 tgδ γ = kc − k +
2 2

2 k c2 − k 2
k 2 tgδ
γ = + jβ

k 2 tgδ Dans le cas des
αd = Np / m
2β mode TE et TM

k tgδ dans le cas


αd = Np / m des mode TEM
2

N. AKNIN / S6 / 2005-06 34
Les pertes conductrices se traitent en utilisant la
méthode de perturbation.

Les pertes conductrices s'expriment par:

Pl
αc =
2P0
P0 représente le flux de puissance dans le guide en
absence des pertes.

Pl désigne la puissance dissipée par unité de longueur


dans le conducteur. Elle est donnée par:

N. AKNIN / S6 / 2005-06 35
Pl :puissance dissipée
Rs r 2
par unité de longueur Pl =
2 ∫ J s dl
dans le conducteur C

Rs est la résistance surfacique murale et C est le


contour contenant les parois du guide.

Par raison de symétrie, on calcul la puissance perdue


dans les parois x = 0 et y = 0 puis on multiplie le résultat
obtenu par deux afin d'obtenir la puissance perdue totale.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 36
la densité surfacique de courant pour y = 0 (la face
inférieure du guide ) s'exprime par :
r r
r r r
Js = n × H ( r r s
J s = y × H x x + H y y + Hz z ) y =0
y =0
r
J s = − (H x z − H z x )
r r
y=0

jβ a ⎛ π ⎞ − jβ z
or H x ( x, y, z ) = A10 sin⎜ x ⎟ e
π ⎝a ⎠

r jβa ⎛ π ⎞ − jβz r ⎛ π ⎞ − jβz r


Js = − A10 sin ⎜ x⎟ e z + A10 cos⎜ x⎟ e x
π ⎝a ⎠ ⎝a ⎠
N. AKNIN / S6 / 2005-06 37
Détermination de αc dans le cas du mode TE10

La densité surfacique du courant sur la paroi gauche


du guide est donné par :
r r r r r
Js = n × H Js = − y Hz x =0
x =0

⎛ π ⎞ − jβ z
Sachant que H z ( x , y , z ) = A10 cos⎜ x ⎟ e
⎝a ⎠
r − jβ z r
J s = − A10 e y
D’après
Rs r ⎛ a β 2 3⎞
a
Pl = Rs A10 ⎜⎜ b + + ⎟
2 2
Pl = 2 ∗ ∫ Js dl
2 π 2 ⎟
2 C ⎝ 2 ⎠
N. AKNIN / S6 / 2005-06 38
Dans le cas du mode TE10, le flux d'énergie traversant la
section droite est donnée par: y
1 r r∗
P10 = Re ∫ E × H ds
dz

2 s dx dy
1 a r r∗
b
r dy
p10 = Re ∫ ∫ E × H dx dy z dz
x
2 x =0 y =0 dx
z
ωµa 3
β
2
P10 = A10 b Re ( )
4π 2
Notons que P10 est différent de zéro si b est réel, c'est à dire dans le cas d'un
mode prorogatif.
Nous remarquons aussi que P10 est proportionnelle à la section droite du
guide. Une augmentation de la puissance transmise nécessite, donc, une
augmentation de la section droite du guide et Vise versa.
N. AKNIN / S6 / 2005-06 39
le coefficient d'atténuation est donné donc par :

Pl
αc =
2P10

P10 =
ωµ a 3
A10 b Re( β )
2 αc =
Rs
(2π b + a k )
2 3 2
Np/ m
a bkβη
3
4π 2

ωµa 3
β
2
P10 = A10 b Re ( )
4π 2

N. AKNIN / S6 / 2005-06 40
TE10
0.5 b=a/2

0.4 TM11
b=a

0.3

0.2

TE10
b=a
0.1

8 10 12 14
f(GHz)

Variation du coefficient d'affaiblissement dans le cas du guide


d'onde rectangulaire

N. AKNIN / S6 / 2005-06 41
Exemple numérique
Soit le guide WR284 operant dans la bande S ( 2-4 GHz ).
a = 72,14mm, b = 34,04 mm

Mode TE10 :
π λ c = 0,14428 m ⇒ f c = 2.079 GHz
kc = = 43.5264 m −1
a

pour f = 2,2 GHz : λ g = 0,1389 m ⇒ β = 45,28 m −1


1 1 1
= + ⇒ λ = 0,07m ⇒ k = 89,75m −1
λ2 λ2g λc2

⇒ PT 10 = 0,2546 A102

Soit un générateur HF donnant une amplitude du champ de valeur


maximale A10.telle que : A10 = 2 105 A/m
PT10 = 10,18 MW
N. AKNIN / S6 / 2005-06 42
Exercice d'application
Considérons un guide d'onde en cuivre rempli d'air, fonctionnant dans la
bande X (X-band) avec a = 2,28 cm et b = 1,016 cm.
1. Trouver les fréquences de coupure pour les quatre premiers modes
prorogatifs.
2. Déterminer le coefficient d'atténuation en dB pour une longueur de guide
de 1m et pour la fréquence f = 10 GHz.
3. Déterminer l'expression du coefficient d'atténuation dans le cas du mode
TM11.

N. AKNIN / S6 / 2005-06 43