Vous êtes sur la page 1sur 9

5.

Le Règne Végétal

Introduction :
Contrairement au règne animal, les plantes n’ont pas à chercher leur nourriture puisqu’elles la
produisent elles-mêmes par la photosynthèse. Ce phénomène constitue une différence fondamentale
entre ces deux règnes. Il y a des plantes microscopiques et des plantes géantes.
Ce sont les plantes à fleurs qui constituent de loin l’espèce végétales la plus répandue. Tu sais
probablement déjà qu’elles sont formées de trois parties principales :
- les racines qui pénètrent le sol pour ancrer la plantes et la nourrir ;
- la tige qui fournit les tissus rigides pour soutenir les feuilles ;
- les feuilles qui offrent une grande surface pour favoriser la photosynthèse.

Pour pouvoir poussée, les plantes doivent être approvisionnées en eau et en nutriment de façon
régulière.
- Comment l’eau parvient à toutes les parties de la plante ?
- Comment les sucres fabriqués dans les feuilles se rendent-ils aux racines ?

Et bien ces plantes possèdent un système de cellules qui composent des tissus vasculaires qui lui
est responsables de faire circuler tous ces différents éléments essentiels à la survie d’une plante.
Toutefois, toutes les plantes du règne végétale ne possèdent pas ces tissus vasculaires. C’est pourquoi
le règne des plantes se divise en deux groupes principaux : plantes vasculaires et plantes avasculaires.

5.1 Diversité chez les plantes

5.1.1 Les principaux groupes de plantes


Pour arriver à se retrouver parmi le grand nombre de plantes existantes, il faut les classifier.
Les deux principaux groupes sont les plantes vasculaires et les plantes avasculaires. Dans chacun de ces
deux groupes sont greffés des sous-groupes. Parmi les plantes avasculaire, nous regarderons de plus
près les Bryophytes (les mousses). Pour ce qui est des plantes vasculaires, elles se divisent en plantes
avec graines et plantes sans graines. Dans les plantes sans graines, se sont les fougères qui attireront
le plus notre attention tandis que chez les plantes à graines, qui elles se divisent en gymnospermes
(cônes) et en angiospermes (fleur), nous examineront de plus près les conifères dans la famille des
gymnospermes ainsi que les monocotylédones et dicotylédones dans la famille des angiospermes.

A. Plantes avasculaires

Les plantes avasculaires sont les pionnières de la vie végétales sur la Terre.
Il y en a trois catégories : les bryophytes (mousses), les cornifles nageantes (anthocérophytes) et
les hépathiques (hépathophytes).
Parce qu’elles n’ont pas de tissus vasculaires, elles dépendent de l’osmose et de la diffusion pour se
nourrirent. Elles poussent généralement auras du sol et elles peuvent s’imprégner d’eau comme une
éponge. Elles sont dépourvues de racines. Elles possèdent plutôt des structures nommées rhizoïdes qui
se développent sur la surface inférieure de la plante.

I. Les Mousses

(figure 13-8 et 13-9, p. 470-71)

Les mousses ou bryophytes, absorbent l’eau par leur rhizoïdes lorsque le temps est humides et
s’assèchent par temps chaud et sec. On les retrouve dans des habitats variés comme des marécages, la
toundra, les rochers nus et exposés ainsi que dans des endroits sombres où aucunes autres espèces de
plantes pourraient vivre. Il y a deux fois plus d’espèces de mousses que de mammifères.
Pour se reproduire, les mousses utilisent un sporophyte qui se compose d’une capsule contenant des
spores. Les sporophytes qui sont produits par méiose, reçoivent toute leur nourriture des gamétophyte.
Lorsque les sporophytes s’assèchent, ils libèrent les spores qui tombent au sol et si ceux-ci germent, ils
formeront alors les gamétophytes mâles (anthéridie) ou gamétophytes femelles (archégone). Lorsque
les spermatozoïdes sont libérés par l’anthéridie, ils nagent jusqu’à l’archégone et fécondent l’ovule. Il se
développera donc un zygote qui à son tour deviendra un sporophyte.

B. Plantes vasculaires

(figures 13-12 et 13.13,


p. 474 fig.13-16, p. 476
fig. 13-18, p. 478)

I. Vasculaires sans graines

Il en existe plusieurs sortes (psilophyte, lycopode, prêle) mais celles qui nous intéressent le plus
sont les fougères. Il y a à peu près 300 millions d’années, ce sont les fougères qui dominaient les forêts.
Aujourd’hui, il en reste beaucoup moins mais elles sont les plantes vasculaires sans graines qui au cours
de l’évolution, c’est le mieux adaptées à l’environnement. Elles possèdent ont des racines et des tissus
vasculaires, un épiderme cireux et épais qui permet une diminution de perte d’eau par évaporation. Dans
l’épiderme, on retrouve aussi de petites ouvertures nommées stomates qui permettent au gaz d’entrer
et de sortir afin d’assurer la photosynthèse et la respiration cellulaire de la plante.
Il existe plusieurs sortes de fougères qui vont de 1 cm à 25 m de hauteur. Les feuilles de
fougères se nomment frondes et possèdent de petites formes rondes et brunes nommées sores qui eux
produisent les spores. Des millions de spores seront produits dans une vie de fougères mais seulement
un petit nombre de ceux-ci pourront se trouver un sol propice à leur survie. Au début de la germination,
le spore se transformera en prothalle qui reposera sur le sol. Celui-ci possède son propre système de
rhizoïdes ainsi que les organes femelles (archégones) et les organes mâles (anthéridies) qui par la
fécondation formeront une nouvelle fougère.
II. Vasculaires avec graines

Il y deux sortes de plantes qui se reproduisent avec des graines :

- les gymnospermes et les angiospermes.

Ces graines permettent à ces plantes de se reproduire dans des conditions sec et de se protéger
dans des conditions rudes. Une espèces peut donc survivre à plusieurs années de sécheresses. Ces
plantes sont apparues il y a environ 280 millions d’années dans les forêts de fougères.

A. Les Gymnospermes

Ceux-ci possèdent des graines qui sont exposées à la surface des écales des cônes. Il y a
plusieurs différents espèces de gymnospermes mais c’est dans ce groupe qu’on retrouve la famille des
conifères qui comprend le sapin, le if communs, les épinettes, les pins, les cèdres et d’autres encore.

i) Les Conifères

(fig. 13-20, p.480)

C’est la plus grande catégorie parmi les gymnospermes et on la retrouve dans les zones froides
parce que ses membres peuvent se reproduire sans eau en plus de posséder une écorce pour protéger le
tronc et diminuer les pertes d’eau. De plus, leur forme pyramidale et la souplesse de leur branches
permettent l’écoulement de la pluie, de la glace et de la neige. Les aiguilles de ces arbres qui sont
cireuses sont les feuilles de ceux-ci. Avec leur forme semi-circulaire et leurs stomates enfoncés
profondément, ils peuvent ralentir le taux d `évaporation. La perte des aiguilles se fait tout au long de
l’année et elles sont continuellement remplacées, ce qui permet de commencer la photosynthèse aussitôt
que la température commence à se réchauffer au printemps. Les conifères ont aussi l’avantage de
mieux pousser sans des sols pauvres parce qu’ils n’ont pas à renouveler tout leur feuillage en même
temps.

B. Les angiospermes

(fig. 13.22, p. 482)


C’est la famille des plantes à fleurs. On peut retrouver plein de petits sachets de graines secs et
durs pour en faire pousser. Dans ces petites graines on retrouve des embryons de la plante en question
qui pourront se développer aussitôt que l’on y ajoutera de l’eau. Ils pourront alors se développer et
produire de nouveau fruits pleins de graines. Ce groupe de plantes, les angiospermes, protègent donc
leurs graines dans un fruit. Ces plantes sont apparues il y a environ 150 millions d’années et certains
d’entre possèdent des fleurs que nous ne voyons pas et elles poussent à peu près partout sur la planète.
Il y en deux sortes : les monocotylédones et les dicotylédone selon leur nombre de feuilles
séminales. Pour se reproduire, il faut savoir que les fleurs possèdent les organes des deux sexes.
Donc, elles se reproduisent de façon sexuée. Les petits animaux qui vont chercher du pollen ou du
nectar contribuent donc a la reproduction de ces plantes. C’est ce qu’on appelle la pollinisation. D’autres
plantes à fleurs dispersent leur pollen grâce au vent.
5.2 Structure et fonctions des feuilles, des tiges et des racines

5.2.1 Structure de la feuille

Fig. 14.23 p. 536


Fig. 14-24 p. 537
Fig. 14-28 p. 14-28

5.2.2 Fonction de la feuille

Dans les plantes vasculaires, les feuilles peuvent avoir différentes formes, modèles et
dispositions mais elles ont toutes les mêmes rôles. Le premier rôle d’importance est celui de
transformer l’énergie du soleil en substances nutritives et en oxygène grâce au processus de la
photosynthèse. Elles vont aussi fournir de l’ombrage et un camouflage à d’autres organismes.

I. L’épiderme des feuilles

Il protège les parties internes de la feuille tout comme la peau protège l’es parties intérieures
de ton corps. Tant qu’il ne sera pas déchirer, il pourra repousser de nombreux corps étrangers qui
essaient de pénétrer. Cependant, l’épiderme n’est pas complètement étanche. Il y a une cuticule qui est
une membrane extérieure cireuse et transparente qui protège la feuille contre l’eau et contre l’entrer
des gaz. Le fait qu’elle soit transparente laisse entrer la lumière pour que la photosynthèse puisse avoir
lieu.

II. Les stomates des feuilles

Les stomates sont des ouvertures naturelles à la surface de l’épiderme. Ce sont les pores de la
feuille et on les retrouve sur le dos des feuilles afin d’assurer l’échange gazeux entre le milieu interne
et le milieu externe de la feuille. Chaque stomate est protégé par deux cellules de garde qui règlent le
niveau des échangent gazeux en contrôlant l’ouverture des stomates. Plus l’ouverture est grande, plus
l’échange sera rapide.

III. Membrane spongieuse

Toutes les cellules à l‘intérieure de le feuille sont remplit d’eau et peuvent ainsi en libérer sous
forme de vapeur. La plupart des molécules d’eau qui sont dans les tissus spongieux finissent par
s’échapper par les tomates sous forme de vapeur d’eau ….c’est ce qui s’appelle la transpiration. Les
cellules de vapeur d’eau se déplacent donc entre les cellules des tissus spongieux de la feuille.
IV. Les cellules palissadiques

Dans les feuilles des dicotylédones, il y a des cellules longues et étroites qui se tiennent à la
verticale : ce sont les cellules palissadiques. La partie supérieure de ces cellules est exposée à la lumière
et la partie inférieure aux gaz présents dans les tissus spongieux. Ce sont donc elles qui captent
l’énergie lumineuse.

5.2.2 Structure et Fonctions de la Tige


L’enveloppe extérieure de la tige est la plus visible à l’œil. Celles qui sont souples, vertes et
herbacées doivent être plantées à chaque année. Celles qui ont une tige brunâtre et rigide et vive nt
plus longtemps.
Exemple : Plantes semées autour de la maison comparativement aux érables.

Dépendant la sorte de végétaux, la structure interne peut varier.

Voir figure 14.31 et 14.32 p. 542 Bio 11.

Sortes de tige :

Horizontales : appelées « stolons » produisent des nouveaux plants lorsque leurs nœuds
touchent le sol (fraisier)

Verticales : plusieurs variantes…..cactus se transforme pour absorber de grande quantité


d’eau……vignes s’enroulent autour d’une autre structure.

Rhizomes : sont des tiges horizontales souterraines comme les brins d’herbe ou les patates. Il
ya aussi celles qui ont un bulbe.

Tâches principale d’une tige : soutenir la plantes et la nourrir

Ses parties : Cortex, moelle rendu plus rigide à cause de la pression de turgescence. Les substances
nutritives sont stockées dans le cortex et les réserves d’eau dans la moelle.

5.2.3 Structure et fonctions de la Racine

Certaines racines sont dites fasciculées, c’est-à-dire qu’elles ont de nombreuses racines très fines.
D’autres ont une seule grosse racine (racine pivotante). Les carottes, betteraves et navets sont des
exemples de racines pivotantes.

Rôle principal : ancrer une plante dans le sol et de maintenir la plante en place. Elles jouent aussi un rôle
essentiel en retenant le sol et en prévenant l’érosion (Kouchibouguac, plante sur le bord des autoroutes).
Les racines pivotantes servent aussi à mettre en réserve des substances nutritives pour le plante.
Un autre rôle des racines est de transporter les substances nutritives. Il se divise en trois.

- absorption de l’eau nécessaire à la photosynthèse et à remplacer l’eau perdu pendant


la transpiration
- absorption des minéraux
- stockage de l’amidon (sucre produit par la photosynthèse) produites par les feuilles

C’est la partie extérieure des racines qui absorbent l’eau. Les racines qui sont ramifiées couvrent
le plus de surface possible afin de trouver le plus d’eau possible.

Le cortex (partie intérieure, fig. 14.36, p.544 Bio 11) possèdent de grandes vacuoles pour
stocker les substances nutritives.

L’endoderme (partie intérieure des racines) filtre les matières qui doivent se rendent au centre
des racines

5.3 Reproduction chez les plantes à fleurs

5.3.1 Structure d’une fleur dicotylédone

Les dicotylédone font partie des angiospermes et possèdent des graines. Donc, elles sont vasculaires.

Figure 18.2 p.383 Enjeux de la Vie

La Vie d’une plante à fleur fig. 18.4 P. 386 Enjeux de la Vie


Fig. 13.27 p. 484 Bio11

5.3.2 Pollinisation
Par définition, on parle de fécondation chez les plantes à fleur. Comment cela-est-il possible?

Vent, abeilles, eau, etc….

En se servant des figures 18.4 et 13.27 de tantôt, on peut essayer d’expliquer le principe de la
pollinisation.

5.3.3 Graine : structures et fonctions

p. 483 Bio 11
L’exemple de la pomme nous démontre la graine et l’ovaire. Combiner encore avec les figures
128.4 et 13.27 on peut essayer d’expliquer les structures de la graine. En plus, à la page 365 et 366
dans Enjeux de la Vie, il y a une figure et les explications à ce sujet.

Remplit le tableau suivant :


Parties Fonctions
1.

2.

3.

5.3.4 Germination
Premier stade de développement d’une graine en une nouvelle plante.
Quand la graine est pleinement développée et qu’elle possède assez d’élément nutritifs, elle se sépare de
l’ovaire. Elle s’assèche et devient apte à résister à toutes sortes d’intempéries. Lorsque les conditions
sont favorables (eau, température idéale, oxygène), elles germent. Certaines graines ont besoin de
conditions spéciales et différentes.

5.4 Photosynthèse

5.4.1 Introduction à la photosynthèse

Tu as déjà vu que la photosynthèse est un phénomène où les plantes utilisent du CO2 pour en faire des
sucres et de l’oxygène. Dans cette section nous allons voir les détails du comment ce phénomène se
produit.

Pourquoi la photosynthèse est-elle importante?

La lumière du soleil est la source d’énergie principale qui permet la photosynthèse. Les chloroplastes de
la plante sont responsables de capter cette énergie. A partir de ce moment, c’est le début de la
photosynthèse.

5.4.2 Structures et fonctions des chloroplastes

p. 54 fig. 2.13 Bio 11


p. 121 fig. 6-14 Enjeux de la Vie
Fais un schéma d’un chloroplaste dans ton cahier.

Parties Fonctions

5.4.3 Réactions lumineuses (photosystèmes)

- les électrons sont excités par la lumière du soleil


- leur énergie forme des molécules d’ATP
- leur énergie électrolyse les molécules d’eau
- les hydrogènes ainsi libérés sont captés par des NADPH
- l’oxygène est libéré par la plantes comme sous-produit.

5.4.4 Réactions obscures (Cycle de Calvin)

- le CO2 capté par la plante est nocif et doit être neutralisé par du RDP (5 carbones)
- Division en deux APG (3 atomes de carbone) qui s’unissent avec les hydrogènes
provenant des réactions lumineuses qui en utilisant l’énergie des molécules d’ATP
forment deux PGAL (3 carbones). Ces PGAL à trois atomes de carbone formeront
l’amidon et la cellulose en autres. Une autre partie de ces sucres font refaire du RDP
pour neutraliser d’autres CO2.
Schéma de la photosynthèse :

5.4.5 Facteurs externes qui influencent la photosynthèse

Pour se produire, la photosynthèse nécessite des conditions favorables;


- température idéale de 21 degré Celsius
- % de CO2 de 0,04%
- Lumière
- eau

5.5 Technologie liées aux sciences végétales

OGM
Changements climatiques