Vous êtes sur la page 1sur 5

ARRÊT N°07

du 27 janvier 2017 RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL


AU NOM DU PEUPLE SÉNÉGALAIS
N° AFFAIRE ----------------
J/025/RG/16 COUR SUPRÊME
Du 27/01/16 ----------------
CHAMBRE ADMINISTRATIVE
Administrative ----------------
------ A L’AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE
DU VINGT SEPT JANVIER DEUX MILLE DIX SEPT
Computer Land SARL
ENTRE :
Contre 
Computer Land SARL, poursuites et diligences de son Gérant, en ses
ARMP - Etat du Sénégal bureaux sis à Dakar, Immeuble Kébé, 97 Avenue André Peytavin x Rue
Calmette, faisant élection de domicile en l’Etude de Maitre Guédel
PRÉSENTS : NDIAYE & Associés, Avocats à la cour, 73 bis, Rue Amadou Assane
Abdoulaye NDIAYE Ndoye, Dakar ;
Mahamadou Mansour MBAYE Demanderesse
Waly FAYE D’UNE PART
Adama NDIAYE
Aïssé Gassama TALL ET :

RAPPORTEUR :
Waly FAYE L’Autorité de Régulation des Marchés Publics dite A. R. M. P., en ses bureaux à
Dakar, Rue Hachamiyou Tall x Rue Kléber, ayant domicile élu en l’étude de Maître
Oumy Sow LOUM, Avocat à la cour, 76, Rue Carnot x Rue Mass Diokhané, 6ème
PARQUET GENERAL: étage à Dakar ;
Marème Diop GUEYE  

GREFFIER : Etat du Sénégal, pris en la personne de l’Agent judiciaire de l’Etat, en


Macodou NDIAYE ses bureaux sis à Dakar, Ministère de l’Economie et des Finances,
Boulevard de la République ; 
AUDIENCE:
27 janvier 2017 Défendeurs

MATIÈRE : D’AUTRE PART


Administrative
La COUR
RECOURS :
Annulation Vu la requête reçue le 27 janvier 2016 au greffe central par laquelle la
société Computer Land, élisant domicile en l’étude de Maîtres Guédel
Ndiaye et associés, avocats à la Cour, sollicite l’annulation de la
décision n°002/16/ARMP/ CRD du 06 janvier 2016 du Comité de
Règlement des Différends (CRD) de l’Agence de Régulation des
Marchés publics (ARMP), portant sur l’attribution provisoire du marché
lancé par le ministère de l’Education nationale, relatif à la fourniture de
matériels informatiques et de reprographie, destinés aux Inspections
d’Académie (IA) et Inspections de l’Education et de la Formation
(IEF) ;

Vu la loi organique n°2008-35 du 8 août 2008 sur la Cour suprême ;

1
Vu le décret n°2014-1212 du 22 septembre 2014 portant Code des
Marchés publics ;

Vu le décret n°2007-546 du 25 avril 2007 portant organisation et


fonctionnement de l’ARMP ;

Vu l’exploit du 29 janvier 2016 de Maître Fatma Haris Diop, huissier


de justice à Dakar, portant signification de la requête ;

Vu le mémoire en défense de l’ARMP reçu le 30 mars 2016 au greffe ;

Vu la décision attaquée ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Ouï Monsieur Waly Faye, conseiller, en son rapport ;

Ouï Madame Maréme Diop Gueye, avocat général, en ses conclusions


tendant au rejet du recours ;

Après en avoir délibéré conformément à la loi ;

Considérant que le ministère de l’Education nationale a lancé un


marché destiné à l’acquisition de matériels informatiques et de
reprographie; qu’après évaluation des offres, le marché a été attribué à la
société Oumou Informatique ; que le 14 décembre 2015, la société
Computer Land a saisi l’autorité contractante d’un recours gracieux ;
que non satisfaite de la réponse de celle-ci, elle a introduit un recours
devant le Comité de Règlement des Différends (CRD) qui a ordonné la
continuation de la procédure, par la décision du 6 janvier 2016, objet du
présent recours articulé autour de quatre moyens ;

Sur le premier moyen tiré du défaut de base légale en sa première


branche en ce que le CRD a  retenu que son offre, prise dans sa
globalité, est anormalement basse, en se fondant exclusivement sur le
prix du dupli copieur RISO EZ 231 qui est une des composantes du lot,
alors que le marché est constitué d’un lot unique et indivisible ;

Considérant que l’article 59 du Code des Marchés publics prévoit que


par décision motivée, la commission des marchés compétente peut
rejeter une offre qu’elle juge anormalement basse si elle détermine que
son montant ne correspond pas à la réalité économique par rapport à la
prestation offerte, après avoir demandé au candidat toutes précisions
utiles concernant en particulier les sous détails des prix ;

Considérant qu’en l’espèce, la commission des marchés, estimant que

2
les prix du dupli copieur et des licences Microsoft office 2013
professionnelle proposés par Computer Land sont anormalement bas et
ne correspondent pas à la réalité économique, a demandé
des justifications à la requérante qui a répondu sans établir la preuve
qu’elle bénéficie de conditions exceptionnellement favorables pour
fournir les produits ou justifier de l’économie résultant de solutions ou
procédés techniques adoptés ;

Qu’ainsi, en retenant que la commission des marchés a bien motivé sa


décision sur le caractère anormalement bas de l’offre de la société
Computer Land, le CRD a légalement justifié sa décision ;

Sur le premier moyen en sa deuxième branche et sur le troisième


moyen tiré de la violation du principe d’équité en ce que le CRD a,
d’une part, demandé une cotation au seul fournisseur RISO France,
partenaire de la société Oumou Informatique, rompant ainsi l’égalité
entre les fournisseurs et, d’autre part, considéré que le prix proposé par
celle-ci est justifié parce qu’elle a produit l’autorisation du fabricant
Riso France qui est en relation privilégiée de partenariat avec elle,
entrainant une rupture de l’équité dans le traitement des candidats ;

Considérant cependant, que la requérante, qui a pris l’initiative de


proposer dans son offre un dupli copieur de marque RISO EZ 231, ne
peut reprocher à l’autorité contractante d’adresser une demande de
cotation à RISO France, seul fournisseur de cette marque au Sénégal
même si celui-ci est partenaire de la société Oumou Informatique ;

Qu’il s’ensuit que les griefs sont mal fondés ;

Sur le premier moyen en sa troisième branche en ce que le CRD a


décidé arbitrairement que le prix de vente normal de RISO EZ 231 est
de 1.351.271 Fcfa alors que ce prix ne peut pourtant pas être considéré
comme base de référence pour apprécier la sincérité des offres des
candidats ;

Considérant que contrairement à ce que soutient la requérante, le CRD


n’a pas fixé le prix de la machine RISO puisqu’il ressort de la décision
attaquée que le fournisseur RISO France, consulté par l’autorité
contractante, a indiqué que le prix d’acquisition le plus bas du Dupli
copieur Riso EZ 231 est de 1.351.271 francs CFA HTVA par rapport au
montant de 797.000 francs CFA HTVA proposé par la société Computer
Land ;

Qu’ainsi le moyen, en cette branche, est mal fondé ;

Sur le deuxième moyen en sa première branche tirée de la violation


de l’article 148 du Code des Marchés publics et des clauses 3-1 b et
3-1 c du dossier d’appel d’offres (DAO) en ce que le CRD a validé la
pratique de collusion entre la société PICO MEGA SUARL, autre
participante à l’appel d’offres, appartenant à la conjointe du propriétaire

3
de la société Oumou Informatique ;

Considérant qu’en l’espèce, la requérante se borne à dénoncer une


pratique de collusion entre les candidats  sans toutefois en apporter la
preuve ;

Qu’il s’ensuit que le grief n’est pas fondé ;

Sur le deuxième moyen en sa seconde branche tirée de la violation,


par fausse application de l’article 59 alinéa 4 du code des marchés
publics en ce que le CRD a ordonné la continuation de la procédure
alors que :
- la commission a demandé des justifications de prix à tous les
candidats, y compris ceux qui ont soumis des offres financières
élevées,
- RISO France a accordé un traitement de faveur à son partenaire
la société Oumou Informatique en lui fournissant une
autorisation du fabricant et un certificat d’authenticité du produit
qui n’est pas encore livré,
- et, enfin, l’autorité contractante a conféré un rôle d’arbitre au
fournisseur Riso France, par une démarche discriminatoire, dans
un appel d’offres lancé au Sénégal ;
-
Considérant que, d’une part, la requérante n’établit pas un préjudice
résultant du fait pour l’autorité contractante, même si le texte visé au
moyen ne l’y oblige, de demander à tous les candidats des justifications
sur les sous détails des prix, d’autre part, le DAO n’exige pas de fournir
une marque particulière et RISO France est habilité à produire
l’autorisation du fabricant et les certificats d’authenticité de son produit,
enfin il n’est pas prouvé que la commission, lors de l’évaluation des
offres, a conféré un rôle d’arbitre à RISO ;

Qu’ainsi, le moyen en cette branche, n’est pas fondé ;

Sur le quatrième moyen tiré de la violation des droits de la défense


en ce qu’il est fait grief au CRD, d’avoir omis de communiquer à
Computer Land les pièces, à lui transmises sur sa demande, le 04 janvier
2016 par l’autorité contractante, ainsi que les observations de celle-ci sur
le recours, et de ne pas la mettre en mesure de produire la lettre du 15
juillet 2015 de Microsoft Sénégal qui anéantit les allégations de RISO ;

Considérant cependant, que les pièces réclamées par le CRD dans le


cadre de ses enquêtes menées pour asseoir sa décision conformément à
la réglementation fixée par le Code des Marchés publics ne sont pas
communiquées aux autres candidats ;

Qu’il s’ensuit que le moyen n’est pas fondé ;


Par ces motifs,

4
Rejette le recours formé par la société Computer Land contre la
décision n°002/16/ARMP/CRD du 06 janvier 2016 du Comité de
Règlement des Différends de l’Agence de Régulation des Marchés
Publics, portant sur l’attribution provisoire du marché lancé par le
ministère de l’Education nationale, relatif à la fourniture de matériels
informatiques et de reprographie, destinés aux Inspections d’Académie
et Inspections de l’Education et de la Formation.

Ainsi fait, jugé et prononcé par la Cour suprême, Chambre


administrative, en son audience publique ordinaire tenue les jour, mois
et an que dessus et où étaient présents :

Abdoulaye NDIAYE, Président de Chambre ;


Mahamadou Mansour MBAYE, Conseiller ;
Waly FAYE, Conseiller – rapporteur ;
Adama NDIAYE,
Aïssé Gassama TALL, Conseillers;
Macodou NDIAYE, Greffier ;

En foi de quoi le présent arrêt a été signé par le Président, les


Conseillers et le Greffier.
Le Président

Abdoulaye NDIAYE

Les Conseillers

Mahamadou Mansour MBAYE Waly FAYE

Adama NDIAYE Aïssé Gassama TALL

Le Greffier

Macodou NDIAYE

Vous aimerez peut-être aussi