Vous êtes sur la page 1sur 4

Activité CI 2

INNOVATION – AMPOULES FLUOCOMPACTES ITEC

1. Evolution des ampoules


Consulter les sites :
« Les grandes étapes de l'éclairage »
« Toute la lumière sur les ampoules ! »
« Le MIT prêt à révolutionner l’ampoule
incandescente? »

Tableau : Comparatifs et équivalences des différentes ampoules

Au vu des sites, du tableau comparatif et de votre propre connaissance, quel(s) élément(s) ont
amené(s) à faire évoluer les dispositifs d’éclairage ?
La frise chronologique en DT1 montre les différents dispositifs utilisé pour s’éclairer au cours du
temps. Sur DR1, donner pour chaque flèche I0 à I4 le type d’innovation rencontrée. Justifier.
Indiquer ce qui a motivé le passage des ampoules à incandescence (ou halogène) aux
fluocompactes, puis aux ampoules à DEL.

2. Qui a inventé l’ampoule à incandescence ?


Faire une recherche sur internet avec les mots « brevet » « ampoule » « électrique ». En ne
lisant que les titres des premiers articles trouvés, supputer le nom de l’inventeur de l’ampoule
électrique. Le noter sur DR1.

Innovation – ampoules fluocompactes 1/4


Après la lecture du bref article d’Universalis sur "SWAN JOSEPH WILSON", indiquer qui de
Swan ou Edison serait l’inventeur officiel de l’ampoule à incandescence. Qu’est ce qui justifie de
la paternité d’une invention ?
L’article « Filament (lampe) » de Wikipédia permet de lever le voile sur cette paternité. Ils sont
tous les deux des inventeurs de dispositifs « lampes »de même fonction mais ayant quelques
différences constructives. Donner les ressemblances et les différences de leur ampoule.
Malgré leur inimitié les deux inventeurs s’allient en 1883 et forment la compagnie Ediswan (pour
Edison & Swan United Electric Light Company) pour fabriquer et
commercialiser leurs innovations en terme d’éclairage.

3. Un culot qui a la vie dure


Au tout début de leur existence, les ampoules n’avaient pas
forcément de culot. Cette partie de l’ampoule fut aussi un objet
d’invention. Edison puis le neveu de Swan ont tour à tour breveté
leur propre culot :
• à baïonnette pour Swan
• à vis pour Edison
http://home.frognet.net/~ejcov/ediswan.html
3.1. Brevets
Le culot que nous allons étudier, combiné à une ampoule à
incandescence, fut inventé par Thomas Edison. Voici quelques
brevets successifs associés déposés en 1890 :
• Lamp-base US 438310 A
• Cut-out for incandescent electric lamps US 425762 A
Ce type de culot dit « Edison Screw » protégé par ces brevets a pu
être développé par T. Edison et être pérennisé. Il a subit depuis des améliorations à de
nombreuses reprises. Son succès lui a valu d’être normalisé. Aujourd’hui il est connu sous les
différentes appellations :
• E10 ⇒ Miniature Edison Screw (MES) lampe de poche ;
• E14 ⇒ Small Edison Screw (SES) lampe de frigidaire ;
• E27 ⇒ (Medium) Edison Screw (ES) éclairage domestique ;
• E40 ⇒ Giant Edison Screw (GES) éclairage public.

3.2. Norme
Tous ces culots (et bien d’autres) sont décrits dans la norme éditée par la Commission
Electrotechnique Internationale CEI 60061-1.
Prendre connaissance du DT2 sur la norme CEI 60061-1 (7004-21) relative au culot E27.
Le culot est en tôle fine. A l’aide de cette norme, déterminer l’épaisseur de matière maximale à
ne pas dépasser. Et compléter le dessin de définition du culot E27 en DR2.
Noter toutes les tolérances du type min, max. Et pour les cotes encadrées par un minimum et
un maximum, donner la moyenne tolérancée en ±.
Une innovation récente propose le culot d’ampoule interchangeable.
http://blog.domadoo.fr/20480-des-ampoules-avec-culots-interchangeables/
http://my-protec.fr/protec-lighting/articles.html

Innovation – ampoules fluocompactes 2/4


Quelle serait pour vous l’innovation à suivre sur les culots qui pourrait rendre la vie des
utilisateurs d’ampoule encore plus facile ? Répondre sur DR2.
3.3. Dessin du culot, de l’ampoule
Suivre le DT3 pour dessiner sous SolidWorks un culot E27. L’enregistrer dans vos documents.
Copier dans votre répertoire « documents » les pièces de la partie « basse » de la ampoule :
hublot, isolant, culot, corps et couvercle du ballast, circuit imprimé. Les assembler sous
SolidWorks. Enregistrer dans vos documents sous le nom « ampoule ».

4. Ampoule fluocompacte standard


4.1. Principe de fonctionnement
Les ampoules fluorescentes compactes – dites LFC Lampes Fluo-Compactes - ne sont en fait
que des « néons recourbés ». Le besoin d'avoir des sources de lumière de petits formats
comme une ampoule à incandescence a conduit les fabricants à développer des tubes
fluorescents en modèle réduit, ce qui a été réalisé en courbant le tube, en rapprochant les
électrodes et en ne gardant qu'un seul culot. Pour ces ampoules :
plus le volume du tube est grand et homogène, plus l'efficacité est grande.
L’ampoule fluocompacte, résultat de l’innovation I2, combine donc les qualités de deux
systèmes d’éclairage :
• sa taille et sa forme sont imposée par l’ampoule à incandescence traditionnelle ;
• elle copie la technique d’éclairage du tube néon.
Expliquer succinctement sur le DR3 ce qu’est un culot E27 ainsi que le principe de
fonctionnement de l’ampoule fluocompacte.
4.2. Dessin d’une ampoule avec un tube fluorescent en U
Ouvrir votre assemblage « ampoule ». En suivant le DT4 procéder au dessin dans l’assemblage
d’un tube fluorescent.
La puissance de ce type d’ampoule en terme d’éclairage est proportionnelle à la longueur totale
du tube moins – approximativement – les 2 x 10 mm d’implantation ; cela prend en compte la
partie cachée du tube dans le couvercle + la zone occupée par les cathodes.
Sur SolidWorks il devient aisé de dessiner toutes ces configurations de tube. Suivre le DT5 et le
DR4 pour les obtenir.
Si on considère que 25 mm de tube utile consomme 1 W de puissance électrique,
compléter sur le DR4 les valeurs des :

• longueur de tube utile. Utiliser l’outil « mesurer » sur SW, onglet « évaluer » ;
• puissance électrique consommée à calculer. Arrondir au 1/2 W près ;
• puissance équivalente pour une ampoule à incandescence.
On souhaite une ampoule fluocompacte d’éclairage équivalent à une ampoule à incandescence
de 100 W. Estimer alors la hauteur du tube. A quelle limite se trouve-t-on confronté ?
4.3. Amélioration de l’ampoule par la méthode TRIZ
Problème Pour satisfaire les usages des particuliers, les ampoules doivent rester dans des
dimensions assez ramassées, dimensions imposées historiquement par les ampoules à
incandescence. L’étude précédente a permis de mettre en évidence les limites de puissance
d’éclairage de l’ampoule fluocompacte : « plus le tube est volumineux (ou long à diamètre de
tube égal), plus il éclaire ».

3
Exprimer ce problème par une (ou plusieurs) contradiction(s) au sens de TRIZ sur le DR5.
Dégager les principes préconisés par la méthode TRIZ avec le site http://www.time-to-
innovate.com/steps_matrix qui permet de coupler plusieurs paramètres contractictoires.
En exploiter au moins deux et dessiner sommairement en perspective les solutions qui en
découlent sans modifier le bloc culot + corps de ballast.

5. Evolution
5.1. Evolution 1⇒ plusieurs tubes en U
Dans un soucis de fabrication on souhaite que tous les
tubes aient un entraxe identique quel que soit leur
nombre. Cela suppose une implantation particulière.
Mesurer sur le tube dessiné auparavant l’entraxe entre
les deux branches d’un tube en U. Calculer sur le DR6 le diamètre
d’implantation des tubes selon leur nombre.
Pour configurer ce nombre de tube sur SW, on s’appuie sur le
couvercle. Suivre alors le DT6.
Créer les configurations et configurations dérivées ci-contre dans
l’assemblage « ampoule ».
Puis configurer les deux composants « tube » et « couvercle » selon
vos définitions précédentes. Tester.
Pour finir, compléter le second tableau du DR6, et grouper par
couleurs les ampoules ayant une puissance très proche.
5.2. Evolution 2⇒ tube tors
Dessiner un tube torsadé en suivant le DT7. Enregistrer ce « tube torsadé ». Faire
un nouvel assemblage de l’ampoule avec ce « tube torsadé », le
« couvercle_ballast torsadé » et les autres pièces nécessaires.
Fixer le diamètre moyen de l’hélice du tube de façon optimale en terme d’encombrement.
Mesurer la longueur du tube obtenu. Noter ces valeurs en DR7.
Compléter le tableau sur le DR7 : pour une puissance électrique donnée, calculer la longueur
utile puis totale de tube nécessaire.
La longueur de l’hélice sera la seule longueur variable de tout le tube. Calculer alors le nombre
de tours d’hélice nécessaire et donc la hauteur d’hélice pour les 4 configurations. Configurer
ces 4 possibilités.
5.3. Comparatif
Proposer sur le DR8 une comparaison des deux évolutions. Sont-ce des innovations ou de
simples améliorations de la ampoule fluocompacte standard. Quel plus apportent-elles ? ...

Vous aimerez peut-être aussi