Vous êtes sur la page 1sur 16

Les techniques de paiement international

Encaissement direct | Contre-remboursement | Compte à l'étranger |


Remise documentaire | Crédit documentaire | Affacturage

 Définition
 Mécanisme
 Coût
 Avantages et inconvénients

Définition

La remise documentaire (ou encaissement documentaire) est une opération par laquelle un
exportateur mandate sa banque de recueillir, selon ses indications, une somme due ou
l'acceptation d'un effet de commerce par un acheteur contre remise de documents. Il s'agit de
documents commerciaux (factures, documents de transport, titres de propriété, ...)
accompagnés ou non de documents financiers (lettres de change, billets à ordre, chèques ou
autres instruments analogues pour obtenir le paiement d'une somme d'argent).

Les « Règles uniformes relatives aux encaissements », publiées par la Chambre de Commerce
Internationale (publication no 522), fournissent des règles en la matière largement reconnues au
niveau mondial.

Ne confondez pas encaissement documentaire et encaissement simple ! Le terme «


encaissement simple » vise un encaissement par la banque de documents financiers non
accompagnés de documents commerciaux. L'encaissement simple n'est à ce titre pas une technique
de paiement documentaire.

La remise documentaire peut se faire selon deux formes :

 Documents contre paiement (D/P) : la banque située à l'étranger, correspondante du


banquier de l’exportateur, ne remettra les documents que contre paiement immédiat. Cette
formule présente une bonne sécurité pour l'exportateur. Celui-ci reste néanmoins soumis au
risque de refus des documents et de la marchandise par l'acheteur.
 Documents contre acceptation (D/A) : la banque située à l'étranger, correspondante du
banquier de l’exportateur, ne donnera les documents à l'acheteur que contre l'acceptation par
ce dernier d'une ou plusieurs traites payables à une échéance ultérieure. Cette formule n'offre
pas de garantie sûre au vendeur, puisque le règlement de l'acheteur n'interviendra qu'à
l'échéance de la traite. L'exportateur veillera donc à demander un aval de la banque sur les
traites afin d'éviter le risque d'insolvabilité.

Mécanisme

Cette technique fait intervenir quatre parties (parfois seulement trois) :

 Le donneur d'ordre (ou remettant) : c'est le vendeur qui donne mandat à sa banque. Il
rassemble les documents relatifs à l'encaissement et les transmet à sa banque avec l'ordre
d'encaissement.
 La banque remettante : il s'agit de la banque du donneur d'ordre. Elle contrôle les
documents remis par le vendeur et les transmet à la banque correspondante étrangère
chargée de l'encaissement selon la lettre d'instructions du donneur d'ordre auprès de
l’acheteur. La responsabilité de la banque remettante se limite à la bonne exécution des
instructions données. Elle n'assume aucun engagement ni responsabilité dans l'hypothèse où
les instructions qu'elle transmettrait ne seraient pas suivies. Il en va de même en ce qui
concerne les retards, les pertes en cours de transmissions, la qualité des traductions, la
qualité de la banque correspondante,... C'est ce point fondamental qui distingue la remise
documentaire du crédit documentaire. Dans le cadre du crédoc, il s'agit d'un réel engagement
d'une banque qui se porte garante en cas de défaut de paiement de l'acheteur. Pas ici !

 La banque présentatrice : c'est la banque à l'étranger chargée de l'encaissement qui


effectue la présentation des documents à l'acheteur et ne les remettra que si elle reçoit le
règlement ou une traite, conformément aux instructions reçues de la banque remettante.

 Le tiré : c'est celui à qui doit être faite la traite selon l'ordre d'encaissement. Il s'agit de
l'importateur.

Le rôle de la banque remettante peut s'avérer inutile dans le cadre d'affaires régulières. L'exportateur
s'adressera directement à la banque présentatrice pour remettre les documents et la lettre
d'instructions.

La technique de la remise documentaire peut être synthétisée en 6 étapes au travers du


schéma suivant :

Source : « Management des opérations de commerce international » - LEGRAND & MARTINI


Contrairement au crédit documentaire, la banque n'a, dans la formule de la remise
documentaire, aucune obligation de résultat ! Dans cette procédure, les banques n'interviennent que
comme mandataires de leurs clients. La remise documentaire est donc différente du crédit
documentaire, dans lequel c'est une banque (ou les deux, en cas de confirmation) qui s'engage(nt) à
payer le vendeur.

Coût

Le coût (à titre purement indicatif) se situe entre 0,1 à 1 % du montant de la vente, avec un plafond
maximum et minimum. Les frais et commissions d'encaissement sont à la charge du vendeur, sauf
stipulation contraire entre les parties.

Les avantages et inconvénients

Les avantages de la remise documentaire sont les suivants :

 l'acheteur ne pourra pas retirer la marchandise si des documents nécessaires au


dédouanement ou à la remise de la marchandise par le transporteur (Bill of Lading en cas de
transport maritime) sont inclus dans la remise documentaire sans avoir préalablement réglé à
sa banque le montant de la remise documentaire.
 la procédure est plus souple que le crédit documentaire sur le plan des documents et des
dates
 le coût est faible
 il s'agit d'un mode de paiement souple et moins onéreux qu'un crédit documentaire
 pour l'importateur, il offre pratiquement les mêmes garanties que le crédit documentaire
 l'importateur peut dans certains cas inspecter la marchandise avant de payer ou d'accepter la
traite
 par l'utilisation de la traite, l'importateur peut entrer en possession de la marchandise avant
que le paiement ait eu effectivement lieu. Il peut réaliser un bénéfice à la vente et acquérir les
fonds suffisants pour payer sa lettre de change. La remise documentaire peut donc constituer
un mode de financement.

La remise documentaire comprend également des inconvénients :

 cette technique ne protège pas l'exportateur du risque de change


 si le client ne se manifeste pas, la marchandise est immobilisée. Il faudra la vendre sur place
à bas prix ou la rapatrier et donc payer à nouveau des frais de transport. Dans ce contexte, il
est important que le vendeur donne à la banque présentatrice dans la lettre d'instructions les
modalités à prendre pour préserver la marchandise dans l'hypothèse où le client ne lèverait
pas les documents
 l'acheteur peut invoquer de nombreux motifs pour ne pas payer. C'est la raison pour laquelle
un acompte à la commande est fortement recommandé pour éviter cette situation
 il n'y a aucun engagement des banques intervenantes. L'entreprise pourra pallier cette
difficulté en demandant à l'importateur l'aval d'une banque sur sa traite (dans le cas d'une
remise D/A)
 le mécanisme est déséquilibré entre l'importateur et l'exportateur. Ce dernier risque beaucoup
plus dans l'opération
 cette technique est fortement soumise au risque politique. Si l'entreprise la destine vers un
marché instable, il lui est conseillé de contracter une assurance-crédit.

Crédits Documentaires Lettre de crédit UCP


600 Paiements
EENI

Programme de l'Unité didactique: Crédit Cours et masters: Master


Documentaire et moyen de paiement. Exécutive en Commerce
International - Master en
- Introduction aux différents modes de paiement pour Commerce et Marketing
l´international. International - Diplôme en
Commerce Extérieur - Cours
- Chèques et transfert.
Moyens de Paiement
- Remise simple et documentaire.
- Crédit documentaire: Types, modalités et variantes. Outils d'étude du cours en :
Contenu. Check list documentaire. Lettre de crédit. Documentary Credits
- Analyse des Crédits Documentaires. UCP 600. e- Créditos Documentarios
UCP. Credito Documentario .

Résumé du cours Crédits Documentaires:

Objectifs de la formation :

o Comprendre les différents moyens de paiement utilisés en commerce international.


o Comprendre l'importance du crédit documentaire dans les opérations de commerce
extérieur et son fonctionnement.

Dans cette partie, nous étudierons comment être payé et payer les négociations
internationales (exportations et importations). L'analyse se centrera sur le couvrement des
exportations. Les règles présentées serviront aussi pour le paiement des importations. La
sélection du moyen de paiement le plus approprié pour une opération internationale est un
facteur déterminant du succès dans votre travail.

A la différence du marché national, il existe d'autres moyens de paiement à l'international plus


complexes, qui permettent d'obtenir une sécurité maximale de paiement. Il est indispensable
de se protéger contre le risque de non paiement. De ce fait, il convient de trouver le moyen
de paiement le plus adéquat pour les opérations à l'international. Les moyens de paiement à
l'international sont donc plus sophistiqués et plus nombreux que sur le marché national.
Néanmoins, ils permettent d'optimiser la sécurité du cour.

Un Crédit Documentaire est un accord de vertu d'une banque, qui demande à un importateur
la garantie du paiement de l'exportateur contre la présentation d'une série de documents qu'il
lui faudra absolument rendre à temps (car il existe des dates d'échéances). De plus, il est
nécessaire que les termes et les conditions du crédit soient convenus entre les deux parties.
Cependant, le crédit documentaire est plus avantageux pour un exportateur que pour un
importateur.

Exemple du cours Crédits Documentaires:

Les crédits documentaires sont régulés par la Chambre de Commerce Internationale (CCI) à
travers les Règles et Usances Uniformes Relatives aux Crédits Documentaires (RUU),
UCP 600. Les crédits documentaires sont notifiés à travers le virement SWIFT (message
télématique). Le Crédit Documentaire est la forme la plus sûre de paiement pour l'exportateur
et par conséquent la plus onéreuse pour l'importateur. La garantie de paiement d'un crédit
documentaire (irrévocable et confirmé) est pratiquement absolue.

Selon les RUU (Règles et Usages Uniformes), le Crédit Documentaire doit désigner la
personne qui doit émettre les documents et/ou le texte détaillé, lorsque les documents
différents des documents de transport, d'assurance et les factures commerciales, seront exigés.
Si le Crédit ne le précise pas, la banque accepte les documents tel qu'ils sont. Nous parlerons
de réserves, si les documents envoyés par l'exportateur ne remplissent pas strictement les
termes et les conditions établies dans le crédit.

Cette partie met en évidence les différents cas possibles d'un crédit documentaire, en
analysant les virements SWIFT, les conditions, les documents ....
CRITÈRE DE SÉLECTION DE LA FORME DE PAIEMENT:

- La contraposition d'intérêts.
- La distance.
- Besoins de financement.
- Le marché.
- Expérience exportatrice de l'entreprise.
- Niveau de confiance entre exportateur et importateur.

L'exportateur cherchera une forme qui lui offrira le maximum de sécurité et de rapidité de
paiement. L'importateur cherchera quant à lui, une forme de paiement qui lui permet
d'examiner la marchandise avant de payer tout en voulant que le coût bancaire de l'opération
soit le moindre possible. Les facteurs de décision de l'exportateur sont les suivants:
- Sécurité de paiement.
- Rapidité dans le paiement.
- Maintient de la propriété sur la marchandise jusqu'au moment du paiement.
Les facteurs de décision de l'importateur sont :
- Sécurité que l'expédition de la marchandise soit en accord à ce qui est convenu.
- Apporter l'initiative dans le paiement.
- Coût financier. Plus l'exportateur souhaite de sécurité, plus l'importateur paiera de coûts.

Les moyens de paiements:

Le chèque personnel est celui qu'émet une personne physique ou juridique contre son
compte ouvert dans une entité bancaire. Un chèque bancaire est émis (libre) par une entité
bancaire contre elle.

Transfert:

L'importateur donne ordre à sa banque d'émettre (contre débit de son compte), un transfert en
faveur de l'exportateur. Le transfert élimine le risque de perte et de falsification, le contrôle
des signatures, mais n'élimine pas le risque de taux de change.

Remise simple.

C'est l'envoi de lettres de change, billet à ordre, reçus ou autres documents qui permettent
d'obtenir des sommes d'argent. Évidemment, les documents mentionnés ne sont pas
accompagnés de documents commerciaux (factures, documents de transport et tout document
non financier).

Remise Documentaire:

Selon la Chambre de Commerce Internationale une remise documentaire est: "la manipulation
de la part des banques (à la demande de leurs clients), de documents financiers et/ou
commerciaux, avec pour finalité d'obtenir l'acceptation et/ou le paiement des documents
financiers, et l'envoi des documents commerciaux selon les termes et conditions indiqués."
(c)
EENI-
École
d'Affai
res
(1995-
2013)

France
Espagn
e Brésil

PAIEMENT

CRÉDIT DOCUMENTAIRE
Virements internationaux Remise documentaire Garanties bancaires crédit documentaire

Dans le cadre de votre activité à l’international vous souhaitez faciliter et sécuriser vos éch
l’étranger, le Crédit Agricole PCA peut vous apportez son aide.

La solution :

Que vous soyez importateur ou exportateur, le crédit documentaire peut répondre efficacement à vos

A l’export :

Le crédit documentaire est particulièrement adapté si vos transactions commerciales sont réalisées av
à risque, de nouveaux partenaires, ou pour des montants conséquents.

Engagement de paiement donné à votre profit par la banque de votre acheteur, le crédit docume
garantit, sous réserve du respect des clauses stipulées dans l’ouverture, 100% du paiement du monta
est dû à la date d’échéance que vous avez vous-même choisie ou négociée, et ce, même en cas de
financière de la part de votre acheteur.

Lorsque la banque de votre acheteur et/ou le pays d’importation présentent un risque, le crédit do
peut être confirmé par une banque en France et notamment le Crédit Agricole. A l’engagement de pai
banque de votre acheteur s’ajoute donc celui de la banque «  confirmante ».

A l’import :

Le crédit documentaire qui est l’engagement de paiement donné par votre Caisse Régionale au pro
fournisseur, vous assure que le paiement ne sera effectué qu’une fois respectées les conditions stip
l’ouverture.

En fixant vous-même les clauses et conditions du crédit documentaire (date d’expédition, délai de paie
en déterminant l’ensemble des documents dont vous aurez besoin à l’arrivée de vos marchandises, v
vos risques, en vérifiant notamment que :
Les marchandises ont bien été expédiées et les dates de départ respectées

Les marchandises que vous achetez ont bien été assurées par le vendeur dans le cas d’une vente CIF
fait l’objet d’une vérification au moment du départ

Exemple à l’export : par la garantie qu’il procure, le crédit documentaire vous permet d’accorder de
paiement à vos acheteurs tout en étant certain que ces délais seront respectés. Il constitue don
certain dans le développement de votre activité à l’exportation.

Exemple à l’import : la garantie de paiement que vous apportez à vos fournisseurs vous permet en c
de maintenir plus facilement votre courant d’affaires, voire de le développer, mais aussi d’op
transactions en obtenant des délais de paiement ou en bénéficiant d’une remise commerciale pou
comptant.

Shéma de fonctionnement du crédit documentaire

Mémento international
Mars 2013
Bien utiliser les Incoterms© 2000
Bien utiliser les Incoterms© 2010
Comment fonctionne un crédit documentaire import
Comment fonctionne un crédit documentaire export
La lettre de crédit stand-by

Comment fonctionne un crédit documentaire import


Survolez une étape pour en afficher le détail
1. Conclusion du contrat
Vous définissez avec votre vendeur exportateur les termes du contrat.
2. Demande d'ouverture
Vous demandez l'ouverture d'un crédit documentaire au CIC.
3. Ouverture
Le CIC ouvre le crédit documentaire auprès de la banque notificatrice de votre vendeur.
4. Notification
La banque notificatrice de votre vendeur lui notifie l'ouverture du crédit documentaire.
5. Expédition de la marchandise
Votre vendeur exportateur vous expédie la marchandise (ou autre prestation).
6. Présentation des documents
Votre vendeur exportateur présente à sa banque les documents demandés dans l'ouverture de crédit.
7. Envoi des documents
La banque de votre vendeur fait parvenir au CIC les documents demandés.
8. Remise des documents et débit du donneur d'ordre
Le CIC vous remet les documents reçus et vous débite à l'échéance convenue.
9. Paiement
Le CIC paie la banque de votre vendeur.
10. Paiement
La banque de votre vendeur le crédite du produit de la vente.

Mémento international
Mars 2013
Bien utiliser les Incoterms© 2000
Bien utiliser les Incoterms© 2010
Comment fonctionne un crédit documentaire import
Comment fonctionne un crédit documentaire export
La lettre de crédit stand-by

Comment fonctionne un crédit documentaire export


Survolez une étape pour en afficher le détail
 

1. Contrat commercial de vente


Vous définissez avec votre acheteur importateur les termes du contrat.
2. Demande d'ouverture d'un crédit documentaire
Votre acheteur demande à sa banque de prendre l'engagement irrévocable de paiement en votre faveur.
3. Ouverture du Crédoc
La banque étrangère envoie à votre banque CIC son engagement et les conditions de validité : délais à respecter,
documents à fournir pour prouver le bon accomplissement du contrat commercial.
4. Notification
Le CIC vous notifie les termes du crédit documentaire reçu.
5. Expédition de la marchandise
Vous expédiez la marchandise (ou réalisez la prestation)
6. Présentation des documents
Vous remettez les documents conformes demandés au CIC qui les transmettra à la banque chargée du paiement. Le CIC
vous accompagne dans cette phase : il vérifie la bonne conformité des documents.
7. Paiement
Le CIC reçoit les fonds à la date d'échéance convenue et en crédite votre compte. En plus, nous pouvons confirmer la
signature de la banque émettrice en vous déchargeant de tout risque d'insolvabilité ou de non transfert de la banque
étrangère. Dans ce cas, le CIC vous paiera directement dès que les documents sont reconnus conformes ou à l'échéance
convenue.

La lettre de crédit stand-by

Sécurisez vos transactions avec les partenaires commerciaux étrangers

L'exportateur a besoin d'une garantie du bon paiement de sa vente export.


L'importateur veut s'assurer qu'il paie à bon escient.

Par l'ouverture d'une lettre de crédit stand-by, l'importateur garantit à son fournisseur que sa banque se substituera à lui s'il est
défaillant, à condition que l'exportateur présente les documents réclamés comme preuve de l'existence de la créance.
La lettre de crédit stand-by est une garantie filet

La transaction commerciale est réglée par tout moyen convenu entre acheteur et vendeur, le plus souvent un simple virement à la
date prévue.

La lettre de crédit stand-by n'est utilisée par l'exportateur que si l'acheteur n'a pas réglé la somme dans les délais. C'est dans cette
hypothèse seulement qu'il réclame le paiement à la banque qui a émis la garantie, en présentant les documents requis dans le texte de
la lettre de crédit stand-by.

Schéma d'une lettre de crédit stand-by

Ouverture (émission de la garantie)


Survolez une étape pour en afficher le détail

1. Acceptation du contrat
Acheteur et vendeur se mettent d'accord sur les termes du contrat commercial.
2. Demande d'émission
L'acheteur importateur demande à sa banque – la banque émettrice – d'émettre une lettre de crédit stand-by en faveur du
vendeur exportateur.
3. Émission de la SBLC
La banque émettrice s'engage auprès de la banque du vendeur exportateur – la banque notificatrice - à régler en faveur du
vendeur si l'acheteur ne payait pas lui-même, contre présentation des documents ou copies de documents mentionnés
dans la lettre de crédit.
4. Notification
La banque notificatrice notifie à l'exportateur les termes de la lettre de crédit reçue.

La lettre de crédit stand-by ne sera utilisée que si l'acheteur ne remplit pas ses obligations de paiement. Le règlement normal du
contrat commercial, par tout moyen de paiement prévu au contrat, est indépendant de la lettre de crédit stand-by qui ne constitue
qu'une sûreté.

Utilisation (mise en jeu en cas de non paiement)

En l'absence de paiement dans les conditions prévues au contrat commercial, le vendeur pourra utiliser la lette de crédit stand-by en
fournissant des documents conformes à ce qui est indiqué dans l'ouverture de la lettre de crédit.

Survolez une étape pour en afficher le détail


1.

Constat de non paiement


Le vendeur constate que, bien qu'il ait rempli ses propres obligations, l'acheteur ne l'a pas réglé dans les conditions
convenues.

2. Courrier d'utilisation + remise des copies de documents


Le vendeur se conforme aux indications de la lettre de crédit stand-by et remet à la banque notificatrice les documents
demandés, le plus souvent une attestation de non réception du paiement et la copie de documents prouvant la bonne
réalisation du contrat commercial.
3. Envoi des copies de documents
La banque notificatrice fait parvenir les documents à la banque émettrice et réclame le paiement.
4. Débit de compte
La banque émettrice vérifie que les documents sont conformes et débite un compte au nom de l'importateur défaillant.
5. Remboursement des fonds
La banque émettrice transmet les sommes dues à la banque notificatrice.
6. Remise des fonds
La banque notificatrice en crédite le compte de l'exportateur.

Quels modes de paiement proposer à mes clients ?

Déterminer le mode de paiement consiste à choisir un instrument et une technique de


paiement.

Les instruments de paiement sont la forme matérielle qui sert de support au paiement. On retrouve
dans cette catégorie le virement international, le chèque, la lettre de change et le billet à ordre.

Les techniques de paiement recouvrent les différentes procédures à suivre pour que le paiement
puisse être réalisé. Il s'agit donc des modalités d'utilisation des instruments de paiement, qui résultent
de l'accord des parties au contrat. La remise documentaire, le crédit documentaire, l'affacturage, le
contre remboursement et l'assurance-crédit en font partie.

Le tableau suivant reprend les avantages et inconvénients des différents modes de règlement du point
de vue de l'exportateur. Il peut vous aider à choisir un instrument et une technique de règlement en
fonction de vos critères. Il est donné à titre indicatif, comme base de réflexion, car chaque opération
internationale a ses caractéristiques propres, qui peuvent conduire à des solutions différentes de
celles qui paraissent a priori les mieux adaptées, notamment au travers du jeu de la négociation.
Sécurité délai de Garantie de paiement Gestion administrative Coût  Acceptabilit
paiement client

Instruments de paiement

Virement SWIFT Peu sûre Légère Très faible Bonne


Le virement bancaire international est Nulle
le transfert d'un compte à un autre Ne constitue pas une Utilisation très facile
Initiative de paiement garantie de paiement
laissée à l'importateur (sauf sauf si envoyé avant
si paiement à la commande expédition des
ou à la facturation) marchandises

Chèque Moyenne
Le chèque est un titre de paiement par Peu sûre Variable Assez élevé Bonne
lequel le titulaire d'un compte donne Initiative de paiement Bonne si chèque de Nombreux
ordre au banquier de payer à un laissée à l'importateur (sauf
banque - mauvaise si intermédiaires.
bénéficiaire un montant déterminé à si paiement à la commande chèque d'entreprise non
prélever sur les fonds ou sur les ou à la facturation) certifié ou visé. Statut juridique du
crédits du titulaire. chèque différent de pays
Temps d'encaissement long Le chèque peut être à pays + Usage parfois
perdu, volé ou falsifié. limité par la
réglementation des
changes

Lettre de change Moyenne Assez élevé


La lettre de change (appelée Complexe Variable Moyenne
également traite) est un effet de Temps d'encaissement long Sécurité de paiement si Nombreux
commerce transmissible par lequel car nombreux la traite est avalisée par intermédiaires
l'exportateur (le tireur) donne l'ordre à intermédiaires une banque.
l'importateur (le tiré) ou à son
représentant (son banquier) de lui
payer une certaine somme, à une date
déterminée.

Techniques de paiement

Encaissement direct Peu sûre Peu sûre Légère Faible Bonne

Initiative de paiement Initiative de paiement   Sauf si paieme


laissée à l'acheteur. laissée à l'acheteur. la commande,
avant livraison.
Sûre  Sûre 

Dans le cas d'un paiement à Dans le cadre d'un


la commande. paiement à la
commande.
Contre remboursement Légère Elevé
Cette technique donne au transporteur Sûre Peu sûre Bonne
final de la marchandise un mandat
d'intermédiaire financier. Le Temps d'encaissement L'acheteur peut refuser
transporteur ne livrera la marchandise dépend de la durée du les marchandises sans
à l'importateur que contre son transport. les avoir payées.
paiement. Le transporteur se chargera
donc de l'encaissement du prix et de
son rapatriement pour le compte du
 
vendeur, moyennant rémunération.

Crédit documentaire Moyenne


Le crédit documentaire correspond à l' Très sûr Très importante Très lourde Moyen
engagement d'une banque de payer Si la banque se porte Gestion documentaire
Certains clients
l'exportateur contre remise de garante de l'importateur très lourde évitent le crédit
Si crédoc irrévocable Prix variant selon le
documents qui prouvent que les nombre documentaire à
marchandises ont bien été expédiées d'intermédiaires et le cause des
Totale type de garantie formalités "lour
ou que les prestations de service ont
apportée par les qu'il apporte.
été effectuées.
Si crédoc irrévocable et
confirmé
banques.

Remise documentaire Faible Moyen Moyenne


La remise documentaire (ou Peu sûre Légère
encaissement documentaire) est une Temps d'encaissement long Si remise documentaire Gestion documentaire
opération par laquelle un exportateur car de nombreux D/P. beaucoup plus souple    
mandate sa banque de recueillir une intermédiaires interviennent. que dans le cadre du
somme due ou l'acceptation d'un effet L'acheteur peut refuser les Elevée crédoc
de commerce par un acheteur contre marchandises sans les avoir Si remise documentaire
remise de documents. payées. D/A.

Affacturage Légère Elevé Moyenne à


L'affacturage est une technique par Très sûr Totale mauvaise
laquelle l'exportateur cède ses La gestion administrative
créances commerciales à un La société d'affacturage La société d'affacturage est ultra simplifiée étant Les sociétés
affactureur qui se charge d'en opérer paie l'exportateur avant de supporte le risque de donné que c'est la d'affacturage so
le recouvrement et qui en garantit la recevoir le paiement des non-paiement. société d'affacturage qui très rigoureuse
bonne fin. créances qu'elle a accepté gère les créances. niveau du
de couvrir. recouvrement d
factures. Elles
laissent peu de
place à la
négociation en
de retard de
paiement.

Ces instruments et techniques de paiement présentent des différences en matière de coût, mais
surtout en matière de sécurité de paiement. C'est principalement ce facteur qui entrera en ligne de
compte dans le choix du recours à un couple technique/instrument de paiement plutôt qu'à un autre.
Le schéma ci-après vous donne un aperçu de la plus ou moins grande sécurité apportée par les
différents instruments et techniques de paiement.

Vous aimerez peut-être aussi