Vous êtes sur la page 1sur 10

Table de Matière

La Place de la Culture en Classe de FLE........................................................................................ 2


Introduction................................................................................................................................. 2
Problématique.............................................................................................................................. 3
Objectifs....................................................................................................................................... 5
Méthodologies............................................................................................................................. 5
Justification.................................................................................................................................. 5
Hypothèses.................................................................................................................................. 6
Cadre Théorique........................................................................................................................... 7
Références Bibliographiques...................................................................................................... 10
2

La Place de la Culture en Classe de FLE

Introduction
Dans le processus d`enseignement et apprentissage de Français Langue Etrangère, la
culture est un élément essentiel pour l`accomplissement des objectifs pédagogiques, elle
occupe une place importante dans les programmes et cours de langues étrangères, tout
car la langue ne se dissocie jamais de la culture, elles marchent parallèlement dans le
parcours social et « professionnel » d`un apprenant de langue ainsi que dans les parlants
natifs. Nous pouvons les considérer interdépendantes parce qui la langue ne peut pas
exister sans la culture ni la culture sans la langue. Mais d`abord, qu`est-ce que nous
comprenons de ces termes ?

La culture est comprise comme un état de perfection humaine, elle constitue l’ensemble
des productions intellectuelles et créatives, et dans lequel se trouvent dans le détail la
pensée et l’expérience humaine ; la description d’un mode de vie particulier traduisant
certaines significations et certaines valeurs non seulement dans le monde de l’art ou du
savoir, mais aussi dans les institutions et le comportement habituel.

Dans cette courante d`idée, nous analysons qui la culture constitue l`ensemble de
valeurs, habitudes, coutumes, croyances présentes dans une société déterminée, lesquels
se transfèrent d`un individu à l`autre, d`une génération à l`autre, à travers
principalement, de la langue. Et cette langue ne peut pas s`éloigner des pratiques
culturels.

Par rapport la notion de Classe, est comprise comme «un ensemble d`individus définis
en fonction d`un critère historique, sociologique, politique ». Ainsi, dans le contexte
d`application du FLE, un groupe d`individu portant des bagages historiques, sociaux et
politiques, soit égaux, soit différents, partageant les mêmes objectifs d`apprentissage
d`une langue, va être dénommé de « classe FLE ».

L`élaboration de cet thème c`était grâce à l`opportunité de pratiquer au Stage


Pédagogique réalisé à l`École Secondaire Ponta-Gea, concrètement la 11 ème classe de
l`année 2019. Dont, nous avons constaté une faible manifestation des aspects culturels
de la langue française en classe de FLE, ce que nous inquiétait au point de nous poser la
suivante question :
3

Est-ce qui les professeurs de l`École Secondaire Ponta-Gea à 11 ème classe associent-
ils la culture dans l`apprentissage de FLE ?

Problématique
La culture est un état de perfection humaine ou un processus y conduisant […] ;
constitue l’ensemble des productions intellectuelles et créatives, et dans lequel se
trouvent dans le détail la pensée et l’expérience humaine […] ; la description d’un mode
de vie particulier traduisant certaines significations et certaines valeurs non seulement
dans le monde de l’art ou du savoir, mais aussi dans les institutions et le comportement
habituel. (Raymond Williams, 1965, cités par Murillo, 2013)

Dans cette perspective, il est important d’inclure la culture de la langue à apprendre


dans le contexte d`apprentissage de FLE, bienfaisant les compétences interculturels de
l`apprenant, comme le soutient Lucia Maria de Assunção Barbosa (2007, 168) :

« L’association des aspects particuliers de la culture-cible et des configurations


identitaires et culturelles des thèmes utilisés dans le processus d’enseignement/
apprentissage révèle la perception de l’apprenant quant à la culture de l’autre
et à sa propre culture, dans un mouvement interculturel. »

Les aspects culturels ont toujours été pris en considération dans le domaine
de l’enseignement et de l’apprentissage d’une langue étrangère (LE) sous des
formes différentes et avec des objectifs, des justifications, des conceptions et
des mises en valeur variés. On remarque également que la recherche de telles
composantes se limite, en général, à l’exploration du potentiel langagier des
contenus. (Idem)

L`exploration des cultures en classe de FLE nous attire attention sur les compétences
culturelles et la capacité interculturel des apprenants comme signaux de caractéristiques
d`apprentissage de langue étrangère.

La compétence culturelle est directement associée à la compétence lexicale


proposée par G. Vigner cité (1987 :47) par Barbosa. Il s’agit, selon l’auteur, de
connaissances stéréotypées5 qui servent de référence au lecteur d’un texte. De telles
connaissances ne sont que des savoirs préalablement mémorisés sur lesquels
le lecteur s’appuie pour déchiffrer un texte.

« Comprendre un texte c’est identifier une conduite, un comportement, une attitude,


et de l’interpréter à la lumière de ces normes. Sinon c’est limiter à une lecture
4

purement exotique, avec tous les malentendus que cela peut induire, des textes. »
(Barbosa, 2007)

Le concept d’interculturel se développe actuellement à partir de l’idée de


rapprochements entre langue et culture dans le système d’enseignement/
apprentissage de LE. Il s’agit d’une sorte de compromis culturel auquel participe
l’apprenant tout en réfléchissant à sa culture d’origine et à la culture cible. (Idem)

La notion de Classe, selon le dictionnaire Larousse, y défini comme « un ensemble


d`individu défini en fonction d`un critère historique, sociologique, politique ».

Selon Gajo (2000, 54) cité par Albisser (2012), « La classe est un lieu de
communication vraie mais spécifique régie par un contrat didactique largement
implicite qui débouche sur l'attribution de certains rôles et une asymétrie dans la
distribution et l'évaluation de la parole ».
En s`appuyant sur les idées de Gajo, la classe de FLE ne se limitera seulement à un
ensemble d`individus ayant l`apprentissage de la langue comme objectif des
concentrations, mais cette classe respect des critères didactiques et pédagogiques dont
permettront un apprentissage proportionné au niveau général d`éducation.
5

Objectifs
Général

- Comprendre la situation cultuelle en classe de FLE ;

Spécifiques

- Analyser les aspects culturels pertinents dans l`apprentissage de langue

étrangère ;

- Identifier les promoteurs de cet éloignement culturel en classe ;

- Identifier les outils qui peuvent dépasser ce problème dans le contexte

d`apprentissage de FLE ;

Méthodologies
À travers ce project, nous attendons aller une fois plus au terrain à fin d`observer
attentivement cet aspect culturel en classe de FLE, en se servant des méthodologies
d`observation directe et enquête à l’entretien.

Justification
L`un des aspects qui nous a motivé le choix du thème en étude à l`élaboration de ce
project de conclusion de cursus c`est le phénomène qui nous avons constaté au stage, à
l`École Secondaire Ponta-Gea à la 11 ème classe de l`année 2019, dont la place de la
culture en classe de FLE est éloignée de l`enseignement de la langue. En général, nous
voyons une discipline de langue française comme une matière de sciences quelconque à
cause de cette distance, nous sentons aussi une certaine démotivation des apprenant face
à l`apprentissage de langue étrangère.
6

Hypothèses
- La place de la culture en classe de FLE suscite interaction professeur-élève ;

- C`est possible qu`inclusion de la culture étrangère en classe de FLE favorise la


motivation de l`apprenant ;

- Il est probable qui l`inclusion de la culture étrangère en classe de FLE incite


participation massive des apprenants ;

- La place de la culture suscite aux apprenants la maitrise des compétences


interculturels ;

- La place de la culture en classe de FLE permet aux apprenant d`apercevoir le


monde extérieur qu`ils se trouvent.
7

Cadre Théorique
D`après Barbosa (2007) l’anthropologue anglais B. Taylor a été le premier à utiliser le
concept de culture dans un sens ethnographique, à la fin du XIX ème siècle. Pour lui, « la
culture est un ensemble complexe qui englobe la connaissance, les croyances, l’art, la
morale, le droit, les coutumes et les habitudes acquises par l’homme en tant que membre
d’une société ». Selon C. Geertz (1989) «la culture est une condition indispensable à
l’existence de l’homme car il n’y a pas de nature humaine sans culture ».

Les cultures étrangères retenues dans les manuels ne semblent pas s`inscrire dans une
optique interculturelle, tant le signe culturel des documents de support à
l’enseignement/apprentissage est quasiment inexploité. Il faut encore reconnaitre que la
perspective culturelle dans la didactique des langues est encore marginale, et si elle
intéresse, elle demeure néanmoins sans véritable légitimité. (Loubna, 2017 ; 21)

La didactique du FLE demeure un savoir foncièrement ouvert, et ne se réfère nullement


à des compétences définitives et assurées, tant dans la théorisation que dans les
pratiques.
Parler de la culture dans l’espace scolaire nous pousse de parler de l`autre qui possède
une différente culture que la nôtre.

« L’enseignement du français, en tant que langue étrangère doit s’accompagner d’un


bagage culturel et social qui permet à l’apprenant étranger d’effectuer un séjour dans
une société étrangère ; ce séjour facilitera d’une part l’acquisition de ses
connaissances et d’autre part son niveau de compréhension des pratiques indigènes
dans le but de l’amener à mieux communiquer, même si la compétence culturelle du
natif consiste plutôt à mettre en relation ses acquis antérieurs avec le vécu immédiat. »
(Xiaomin Meng cité par Benyounes Loubna, 2017)

Pour Kandeel (2013), en vue de la place de la culture au contexte d`enseignement et


apprentissage de langue étrangère, «L’orientation de certaines recherches se révèle plus
sensible à l’image produite par les manuels du FLE sur la culture étrangère ainsi qu’à la
communication qui s’établit en ligne, générant ambiguïtés et malentendus dus à une
incompréhension culturelle […] Une autre limite concernant la proposition des contenus
culturels à enseigner c’est que les éléments culturels apparaissent dans une page
accessoire aux leçons. Ils sont intégrés pour ne pas négliger la partie réservée à
l’enseignement de la culture. Dans le meilleur des cas, si la leçon traite de sujet culturel,
la présentation des éléments linguistiques tels que le lexique ou la grammaire prédomine
et laisse peu d’espace aux activités de la prise de conscience interculturelle par
l’apprenant ».
8

À partir de ces remarques, le choix des aspects de la culture cible doit être réfléchi, tout
particulièrement pour les étudiants dans un contexte non francophone puisque les
apprenants peuvent prendre contact avec des natifs ou effectuer un séjour dans un des
pays de la culture cible.

Encore Kandeel renforce qui : « Le cadre européen commun de référence a essayé


d’apporter des éléments de réponse à la question de savoir quelle culture nouvelle
l’apprenant devra acquérir durant son apprentissage, notamment les aspects concernant
le pays dans lequel la langue est parlée (Conseil de l’Europe, 2000 : 82). Parmi les
composantes de la culture, il évoque le savoir socioculturel constitué des traits
distinctifs de la société européenne :

1. La vie quotidienne : nourriture et boisson, heures des repas, manières de table, congés
légaux, horaires et habitudes de travail, activités de loisir (passe-temps, sports,
habitudes de lecture, médias) ;

2. Les conditions de vie : niveaux de vie (avec leurs variantes régionales, ethniques et de
groupe social), conditions de logement, couverture sociale ;

3. Les relations interpersonnelles (y compris les relations de pouvoir et la solidarité) en


fonction de : la structure sociale et les relations entre les classes sociales, les relations
entre les sexes (courantes et intimes), la structure et les relations familiales, les relations
entre générations, les relations au travail, etc. ;

4. Valeurs, croyances et comportements en relation avec des facteurs ou des paramètres


tels que : la classe sociale, les groupes socioprofessionnels (universitaires, cadres,
fonctionnaires, artisans et travailleurs manuels), la fortune (revenus et patrimoine), les
cultures régionales, la sécurité, l’histoire, l’identité nationale, les pays étrangers, les
états, les peuples, les arts (musique, arts visuels, littérature, théâtre, musique et chanson
populaire), la religion ;

5. Langage du corps : connaissance des conventions qui régissent des comportements


qui font partie de la compétence socioculturelle de l’usager/apprenant ;

6. Savoir-vivre : par exemple les conventions relatives à l’hospitalité donnée et reçue :


la ponctualité, les cadeaux, les vêtements, les rafraîchissements, les boissons, les repas,
les conventions et les tabous de la conversation et du comportement, la durée de la
visite, la façon de prendre congé ;
9

7. Comportements rituels dans des domaines tels que la pratique religieuse et les rites
(naissance, mariage, mort), célébrations, festivals, bals et discothèques, etc. »

Il s’agirait donc, dans le cadre d’une approche interculturelle de développer une


réflexion sur l’objet-langue-culture pour débloquer le passage à la culture, c’est-
à-dire encourager la réflexion aux langues-cultures en présence (origine-cible), à leurs
différences et ressemblances. Une prise de conscience interculturelle implique une
meilleure connaissance de la culture de l’autre afin de mieux gérer l’apprentissage. Elle
permet aux apprenants de mettre en place une maîtrise métacognitive relative à leurs
propres compétences et à leurs propres stratégies. (Idem)
10

Références Bibliographiques

ALBISSER, Aurélie, L'oral en classe de FLE, 2012.

LOUBNA, Benyounes, La place de la compétence culturelle dans


l’enseignement/apprentissage du FLE, dans le manuel de 4ème AP. Cas de l’école «
HEIMEUR Abd el Rahman à M’sila », M’sila, 2017.

BARBOSA, Lucia María de Assunção, La langue-culture et les dimensions


interculturelles dans l’enseignement et l’apprentissage d’une langue étrangère, Édition
Íkala, revista de lenguaje y cultura, vol. 12, Medellín, 2007.

MURILLO, Julio Sánchez et HERNANDEZ, Gredy Sibaja, Quelques pistes pour


aborder la culture en classe de FLE, Édition Letras 53, 2013.

KANDEEL, Rana, L’apprentissage de la culture et l’approche de prise


de conscience interculturelle en français langue-culture étrangère, Édition Synergies
Chili n°9, 2013.

Dictionnaire Larousse en ligne : www.larousse.fr, visité le 05 décembre 2019.