Vous êtes sur la page 1sur 4

Organismes de recherche

par Robert KASTLER


Ingénieur de l’École Centrale des Arts et Manufactures
Expert près la Cour d’Appel et le Tribunal Administratif de Paris

1. Particularités de la recherche en génie civil et bâtiment ............ C 57 - 2


2. Domaine de la recherche ....................................................................... — 2
2.1 Réglementation............................................................................................ — 2
2.2 Gestion de la qualité.................................................................................... — 2
2.3 Matériaux. Structure. Procédés de construction....................................... — 2
2.4 Technologies nouvelles et habitat.............................................................. — 3
2.5 Sociétés savantes et associations de chercheurs ..................................... — 3
3. Principaux objectifs de la recherche.................................................. — 3
4. Aide à la recherche.................................................................................. — 3
5. Organismes de recherche ...................................................................... — 3
6. Publications............................................................................................... — 4

ans cet article, nous traiterons de la place de la recherche dans le domaine


D du bâtiment et des travaux publics.
11-1988
C 57

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Construction C 57 − 1
ORGANISMES DE RECHERCHE ____________________________________________________________________________________________________________

1. Particularités 2. Domaine de la recherche


de la recherche
2.1 Réglementation
en génie civil et bâtiment
Elle fait l’objet d’une concertation entre les professions inté-
ressées, l’Administration et les organismes d’État, comme le LCPC
Les professions de la construction ont longtemps été considérées (Laboratoire central des Ponts et Chaussées) pour les travaux
comme artisanales : le savoir-faire, le tour de main, tenaient lieu de publics, ou le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment)
science et de technologie. pour le bâtiment.
Certes, chaque construction constitue un prototype exigeant La rédaction des textes s’appuie sur l’expérience des profes-
toujours un effort de recherche, mais il s’agit là d’une démarche très sionnels et les résultats d’essais des laboratoires. En dehors des
limitée. textes législatifs, réglementaires, et des normes, le secteur du bâti-
Les petites entreprises n’ont guère les moyens de se livrer à de ment dispose des DTU (Documents techniques unifiés) qui sont les
telles études, et les plus grandes sont gênées par la faiblesse de leurs règles de l’art de la profession et auxquels se réfèrent souvent les
marges bénéficiaires : il faut en effet rappeler que le produit construc- Cahiers des charges des ouvrages à construire.
tion est vendu avant d’être fabriqué, que l’entreprise la moins disante Il convient de noter que les directives de la Communauté euro-
est celle dont l’offre est généralement retenue ; ces circonstances péenne ont fixé l’esprit dans lequel doit s’élaborer la réglementation
contribuent à rendre les marges aléatoires et faibles. C’est ainsi que, qui sera applicable dans le cadre du marché unique de l’Europe, à
faute de pouvoir en insérer la dépense dans leurs prix, les entreprises partir du 1er janvier 1993 : cette réglementation sera basée sur des
s’abstiennent de faire de la recherche. exigences de résultats à atteindre et non plus sur des exigences
Cependant, les grands ouvrages nécessaires aux chemins de fer descriptives de solutions existantes.
ont imposé les calculateurs de charpentes métalliques dont Eiffel fut Cette nouvelle orientation va conduire à des programmes de
l’un des plus célèbres. recherche pour mieux définir les exigences et leurs niveaux possibles
Le béton armé ouvrit des perspectives nouvelles à toute une géné- de satisfaction.
ration d’ingénieurs ; les grands barrages, les ponts, les routes
exigeaient une connaissance approfondie de la géologie, des maté-
riaux et de la mécanique des sols.
2.2 Gestion de la qualité
Traditionnellement, le corps des Ponts et Chaussées et le Génie
militaire, principaux maîtres d’ouvrage des constructions impor- Le bâtiment a dû répondre aux destructions de la dernière guerre
tantes, expérimentaient des techniques appropriées et, plus tard, par la construction massive de logements. Face à la nécessité d’offrir
proposaient des modes de calcul. d’abord un abri à une grande partie de la population, le critère quanti-
De grands savants français firent avancer la science de la tatif a été privilégié.
construction : Caquot, par le très grand nombre de ses travaux, et Un double phénomène est ensuite intervenu en faveur de la
Freyssinet, inventeur du béton précontraint, entre autres. qualité :
Les efforts isolés de ces savants et d’autres ingénieurs de grande — la fin de la reconstruction, qui met aujourd’hui le bâtiment en
qualité initiaient, dans cette profession, une recherche encore dis- compétitivité avec les autres industries, au niveau des décisions
persée et inorganisée. d’achat des clients ;
L’université, jusqu’à une époque récente, a ignoré le secteur du — l’évolution des modes de vie, notamment les besoins de
génie civil réputé de pure application ; aujourd’hui encore, le voca- confort.
bulaire des chercheurs est très éloigné de celui des entrepreneurs, Les exigences relatives à la qualité des habitats (toutes les
ce qui crée parfois de fâcheux malentendus. constructions où l’homme vit, travaille, étudie, se soigne, se distrait,
Les organismes professionnels (cf. article spécialisé [C 56] dans etc.) nécessitent l’introduction des méthodes industrielles de gestion
ce traité) ont pris conscience de cette situation et ont progres- de la qualité chez tous les acteurs de la construction : de la conception
sivement tenté d’y remédier. à la mise en œuvre, en passant par les études techniques et celles
des matériaux et matériels.
La préoccupation plus systématique d’une recherche spécifique
fondamentale et appliquée est apparue après la Seconde Guerre La recherche intervient d’abord dans la suppression des causes
mondiale ; elle souffre sans doute encore de la dispersion des efforts de non-qualité (pathologie des ouvrages), puis dans la mise au point
précédents, d’où un grand nombre d’organismes dont les domaines des modalités et des moyens d’assurer la qualité à toutes les étapes
se chevauchent parfois. de l’édification d’un bâtiment.
La valeur de la recherche menée par la profession tient au contact
permanent des organismes professionnels avec les entreprises,
proches de la matière et de sa mise en œuvre. La tendance actuelle 2.3 Matériaux. Structures.
qui consisterait à réserver la conception à des bureaux d’études, Procédés de construction
transformant les entreprises en de simples exécutants, porterait un
coup grave à la recherche de ce secteur, qui, avec retard, a enfin
C’est l’objet de l’activité traditionnelle d’un grand nombre de labo-
pris son essor.
ratoires axés sur une recherche allant du fondamental à l’application.
Certains centres techniques sont voués au développement d’un
matériau spécifique : terre cuite, bois, béton, etc.
De nouveaux matériaux s’introduisent progressivement (plas-
tiques, etc.), mais assez lentement.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
C 57 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Construction
___________________________________________________________________________________________________________ ORGANISMES DE RECHERCHE

Les structures ont fait l’objet de travaux importants au moment En conséquence, elle met au point les outils informatiques qui
de la mise au point des règlements dits aux états-limites pour les peuvent permettre cette démarche (modélisation, mise en équation
bétons armé et précontraint, la charpente métallique. Ce travail est des phénomènes physiques, conception assistée par ordinateur,
entrepris, actuellement, pour la charpente en bois. systèmes-experts, etc.).
Il est probable que des développements importants concerneront, Un autre objectif d’actualité est l’accroissement de la productivité,
à l’avenir, les procédés de construction. du processus de conception-construction considéré dans son
ensemble et des chantiers, par l’analyse des postes de travail et leur
reconception.
2.4 Technologies nouvelles et habitat
Les technologies nouvelles envahissent non seulement toutes les
activités humaines, notamment la vie des entreprises (informatique), 4. Aide à la recherche
mais aussi les produits (que l’on qualifie alors, improprement,
d’intelligents ). L’habitat n’y échappe pas et l’un des nouveaux Dans le domaine du bâtiment et des travaux publics, les
domaines de la recherche est la domotique ou habitat intelligent. enveloppes globales budgétaires sont encore très faibles et trop peu
Un autre domaine est l’application des technologies nouvelles aux utilisées.
activités du chantier : productique, pour l’instant, robotique pour Il s’agit pour les entreprises, de faire face à la concurrence tant
l’avenir. française qu’étrangère, d’améliorer l’image de marque de la profes-
sion, de maintenir ou d’augmenter leur marge bénéficiaire tout en
accroissant la qualité de la construction.
2.5 Sociétés savantes Pour favoriser développement et innovation, les entreprises
et associations de chercheurs peuvent disposer de plusieurs aides financières :
— des aides directes :
Selon leur spécialité, les chercheurs se regroupent dans des asso- • le Fonds de recherche technologique (FRT), géré par le
ciations, des congrès, pour exposer le résultat de leurs recherches Ministère de la recherche et de la technologie, attribue des sub-
et confronter leurs points de vue. ventions pour des travaux amont sur des sujets traités en associa-
Parmi les plus connues de ces sociétés scientifiques, on peut citer : tion entreprises-équipes universitaires,
— le Comité français des grands barrages ; • le fonds incitatif de la DAEI (Direction des affaires économiques
— l’Association pour le développement des grands ports français ; et internationales du Ministère de l’équipement) subventionne
— l’Association française pour la construction ; l’organisation (et la participation) des colloques internationaux,
— l’Association technique de la route ; • l’ANVAR (Agence nationale pour la valorisation de la
— le Comité euro-international du béton (CEB) ; recherche) délivre des subventions annuelles proportionnelles au
— la Réunion internationale des laboratoires d’essais et de montant des contrats de recherche-développement à caractère
recherches sur les matériaux et les constructions (RILEM) ; industriel ;
— la Fédération internationale de la précontrainte (FIP) ; — des aides conditionnelles de l’ANVAR :
— le Collège international des sciences de la construction • par des délégations régionales, soutien particulièrement actif
(CISCO) ; aux petites et moyennes entreprises,
— le Conseil international du bâtiment pour la recherche, l’étude • aide à l’innovation sous forme d’avances sans intérêt,
et la documentation (CIB) ; • aide au lancement d’un produit,
— l’Association pour la promotion des entreprises de travaux de • aide à la création d’entreprise ;
VRD (voiries et réseaux divers) ; — des incitations fiscales : crédit d’impôt recherche, selon
— etc. l’accroissement des dépenses consacrées à cet objet d’une année
sur l’autre ;
— une intervention des Sociétés financières d’innovation (SFI)
par apport de capitaux sous forme de fonds propres ;
3. Principaux objectifs — des incitations européennes : programme EUREKA, pro-
gramme BRITTE qui concerne plus particulièrement le génie civil ;
de la recherche — des conventions industrielles de formation par la recherche
(CIFRE) aident les entreprises à utiliser les services d’un chercheur
pendant une période de trois années.
À côté des recherches permanentes sur les matériaux, les struc-
tures, les routes et les pistes d’aérodrome, la mécanique des sols,
certaines préoccupations plus spécifiques apparaissent selon les
besoins du moment.
Pendant une longue période, beaucoup de recherches appliquées
5. Organismes de recherche
furent orientées vers la préfabrication lourde, ce qui favorisa l’instal-
lation de trop nombreuses usines de préfabrication, puis l’accent fut Le lecteur se reportera à l’article Rôle et activité des laboratoires
mis sur les composants, dans l’espoir toujours renouvelé de faire [C 60] dans le Génie Civil et le Bâtiment dans ce traité, qui décrit
progresser l’industrialisation du bâtiment. les organismes suivants :
La crise de l’énergie a vu l’accroissement des recherches sur une – Organismes d’État : Laboratoire central des Ponts et
meilleure isolation des bâtiments (matériaux nouveaux et précau- Chaussées (LCPC), Centre scientifique et technique du bâtiment
tions de mise en œuvre), ainsi que sur l’utilisation de formes d’éner- (CSTB), etc ;
gie jusqu’ici négligées : énergie solaire, géothermie, etc. – Organismes des grandes administrations : Commissariat à
Aujourd’hui, la recherche prend comme objectif la création (ou l’énergie atomique (CEA), Électricité de France (EDF), Société
l’élargissement) des marchés. Elle étend son domaine aux études nationale des chemins de fer français (SNCF), etc ;
socio-culturelles, au marketing et à la conception intégrée, – Organismes de la profession (cf. article spécialisé [C 56]) : la
c’est-à-dire la conception du produit fini (habitat), par itérations Direction de la recherche (DR) de la Fédération nationale du
successives avec la conception de sa fabrication et celle de son bâtiment (FNB) est chargée de proposer, aux entrepreneurs respon-
exploitation. sables, des orientations (recherche d’intérêt collectif) établies pour

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Construction C 57 − 3
ORGANISMES DE RECHERCHE ____________________________________________________________________________________________________________

trois ans et ajustables chaque année, de mettre au point des pro- Tous ces laboratoires sont répertoriés et classés par la RILEM
grammes annuels, de commander ces recherches aux laboratoires, (Réunion internationale des laboratoires d’essais et de recherches
d’en assurer le suivi et de veiller au transfert des résultats vers les sur les matériaux et la construction).
entreprises.
Le Centre expérimental de recherche et d’étude du bâtiment et
des travaux publics (CEBTP), le Comité scientifique et technique de
l’industrie du chauffage, de la ventilation et du conditionnement de 6. Publications
l’air (COSTIC) et le Centre d’assistance technique et de documenta-
tion (CATED) assurent la réalisation des études et recherches. L’IFB
(Institut français du bâtiment) a pour but de rassembler les parte- Seules les publications les plus connues seront citées : il en existe
naires de toutes provenances décidés à développer, ensemble, leurs d’autres sur des sujets spécialisés, dont les articles sont souvent très
marchés. documentés.
La DR dispose, à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, d’un centre de docu- ■ L’Administration publie :
mentation, au service des laboratoires et des entreprises, qui analyse
près de 400 revues par mois et dont la bibliothèque est riche de près — les Annales des Ponts et Chaussées, revue mensuelle ;
de 70 000 volumes ; — le Bulletin de liaison des laboratoires des Ponts et Chaussées ;
— les Cahiers du CSTB ;
– Organismes des professions associées : Centre technique — les numéros T 295 des Bulletins signalétiques du CNRS qui sont
industriel de la construction métallique (CTICM), Feu-expériences, réservés aux études du secteur bâtiment-travaux publics.
Centre technique de l’industrie du bois (CTIB), Centre d’études et de
recherches de l’industrie du béton manufacturé (CERIB), Centre tech- ■ La profession (l’UTI) publie :
nique des tuiles et briques (CTTB), Centre d’essai du matériel, etc ; — les Annales de l’ITBTP, qui comptent 4 500 abonnés dont 1 500
– Bureaux de contrôle : Société de contrôle technique et d’exper- étrangers, ce qui leur confère une grande notoriété ; ces annales
tise de la construction (SOCOTEC), bureau Veritas, Contrôle et relatent les travaux des chercheurs et rendent compte des confé-
prévention (CEP), etc ; rences techniques organisées chaque semaine par cet organisme ;
– Services municipaux : Ville de Paris, de Lyon, etc. ; professions — Promoclim, revue du COSTIC ;
voisines : Bureaux de recherches géologiques et minières (BRGM), — Matériaux et construction (RILEM) ;
Société grenobloise d’études et d’applications hydrauliques — les Cahiers du Centre technique du bois ;
(SOGREAH), Laboratoire national d’hydraulique (LNH) ; — etc.
– Sociétés industrielles : Rhône-Poulenc, Ciments Lafarge, Signalons également quelques-unes des revues en usage dans
Saint-Gobain, etc ; la profession :
– Écoles d’ingénieurs : École polytechnique, École nationale des — Travaux, revue de maîtres d’ouvrage des travaux publics ;
Ponts et Chaussées, École centrale des Arts et Manufactures, École — le Moniteur des travaux publics et du bâtiment.
nationale supérieure des Mines de Paris, Instituts nationaux des ■ Les revues étrangères les plus utilisées sont :
sciences appliquées (Toulouse, Lyon, Rennes), École spéciale des
— Beton und Stahlbetonbau ;
travaux publics, du bâtiment et de l’industrie, École nationale supé-
— CSTC revue ;
rieure des arts et industries de Strasbourg, etc ;
— Concrete ;
– Architectes : Société des architectes DPLG. — Magazine of Concrete Research ;
— Journal of the American Concrete Institute ;
— Proceedings of the American Society of Civil Engineers.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
C 57 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Construction