Vous êtes sur la page 1sur 14

Les incidents d’instance relatifs

à la juridiction
Par Simon le 15/08/2017

Ressources > Droit > Droit Pénal > Droit Judiciaire Privé > Les Extensions de Compétence

Table des matières

LA PROROGATION CONVENTIONELLE DE COMPETENCE

LA PROROGATION LEGALE DE COMPETENCE

On parle d’extensions de compétence dans l’hypothèse où la compétence d’une


juridiction est étendue au delà des limites prévues par la loi.
Besoin d’un professeur de
droit civil ?

Découvrez les professeurs

LA PROROGATION CONVENTIONELLE DE
COMPETENCE
Il y a prorogation conventionnelle lorsque les parties à un procès saisissent avec
l’autorisation de la loi une juridiction normalement incompétente.

On va se poser la question de la nature des règles


compétences : d’ordre public ou non.

Les dérogations aux règles de compétence d’attribution

la dérogation à l’ordre de juridiction

Les règles déterminant l’ordre de juridiction sont d’ordre public. Donc on ne peut
jamais y déroger. On ne peut pas saisir le juge civil pour juger d’une infraction
pénale.
la dérogation au degré de juridiction

Les règles qui déterminent le degré de juridictions sont d’ordre public. Deux
conséquences importantes :

1. les parties ne peuvent pas saisir le juge d’appel si le jugement a été


rendu en premier et dernier ressort.
2. Les parties ne peuvent pas saisir directement le juge d’appel sans
passer préalablement devant le juge du premier degré.

Nuance  : les parties peuvent renoncer à faire appel  : il faut réunir pour cela deux
conditions. Il faut que les parties aient la libre disposition de leurs droits, et ensuite
il faut que la renonciation intervienne après la naissance du litige.

la dérogation à la nature de la juridiction

Ici les dérogations sont possibles et ces dérogations vont dépendre de la


juridiction qui est compétente.

Concernant le TGI, sa plénitude de juridiction lui permet de connaître de toutes les


affaires qui ne relèvent pas de la compétence exclusive d’une autre juridiction.

L’aménagement des règles de compétence.

Autrement dit il est interdit aux parties de saisir le TGI lorsqu’une juridiction d’exception
est exclusivement compétente pour connaître du litige.

Si la juridiction d’exception n’est pas exclusivement compétente, le TGI peut être


saisi.
Concernant le TI les parties peuvent saisir ce tribunal d’un litige qui devrait relever
de la compétence du TGI, en raison de sa valeur supérieure à 10 000 €uros.

C’est ce que l’on appelle la prorogation DE QUANTITATE AD QUANTITATEM : de la quantité


la plus forte à la quantité la moins forte.

Cette solution devrait être transposable à la juridiction de proximité.

Autrement dit les parties pourraient saisir cette juridiction d’une demande
supérieure à 4000 euros.

La doctrine est divisée sur cette question et pas de jurisprudence. Deux arguments
s’opposent.

Concernant les autres juridictions, il est interdit aux parties de les saisir pour
connaître d’une affaire relevant la compétence du TGI ou de la compétence d’une
juridiction spéciale.

Les dérogations aux règles de compétence territoriale

La solution est posée par l’article 48 du CPC qui nous dit «  toute clause qui
directement ou indirectement déroge aux règles de compétences territoriales, est
réputée non écrite à moins qu’elle n’ait été convenue entre des personnes ayant
toutes contractées en qualité de commerçant, et qu’elles n’aient été spécifiées de
façon très apparente dans l’engagement de la partie à qui elle est opposée.

Le principe

Les règles de compétence territoriale sont d’ordre public et


donc toute clause de compétence territoriale est nulle.

L’article nous le dit et d’abord interdit la dérogation directe. Donc le contrat désigne
directement la juridiction compétente.

De la même façon est également interdite la dérogation indirecte. La dérogation


indirecte va découler d’une clause qu’est la clause d’élection de domicile : clause par
laquelle les parties sont réputées domiciliées à tel endroit.
Remarque  : la sanction de cette règle est une nullité partielle. L’article 48 nous dit
que la clause est réputée non écrite. Le contrat reste valable mais on répute la
clause non écrite : elle est supprimée.

Exception

Selon l’article 48, les clauses de compétence territoriale sont valables entre
commerçants. D’abord les parties doivent être commerçantes et surtout elles
doivent avoir contractées en qualité de commerçant.

La clause doit figurer de façon très apparente dans le contrat. Deux conséquences :
si la clause figure dans un document postérieur, elle n’est pas opposable. Seconde
conséquence : si la clause figure dans les conditions générales du contrat, elle n’est
opposable que si on peut prouver que les parties en ont eu effectivement
connaissance.

Au niveau des prorogations conventionnelle il reste très rare que l’on puisse
déroger aux règles de compétence car c’est d’ordre public.

LA PROROGATION LEGALE DE COMPETENCE


On parle de prorogation légale, lorsque la compétence d’une juridiction est étendue
par la loi.

La compétence étendue du tribunal de grande instance

Le TGI est compétent pour connaître des incidents d’instance qui lui auraient
échappés s’ils avaient fait l’objet de la demande initiale.

C’est une règle générale : la règle de l’article 50 du CPC.

Les incidents d’instance sont tranchés par la juridiction devant


laquelle se déroule l’instance qu’ils affectent.

Les incidents d’instance, c’est l’ensemble des faits et des actes qui affectent le cours
de l’instance. Est un incident d’instance par exemple la jonction d’instance. On peut
également situer la suspension d’instance ou encore l’extinction d’instance.
Le TGI est également compétent pour connaître des moyens de défense et des
demandes incidentes qui normalement échappent à sa compétence. Cela résulte de
l’article 49. Pour les demandes incidentes article 51 du CPC. Ce qu’il faut retenir de
ces deux articles : il existe une limite à la compétence étendue du TGI : il ne peut pas
connaître d’une question relevant de la compétence exclusive d’une autre
juridiction.

Si la solution du litige dépend d’une question relevant de la compétence exclusive


d’une autre juridiction, on dira que cette question est préjudicielle.

La question préjudicielle peut être d’abord générale : c’est lorsque le point litigieux
échappe à la compétence des tribunaux de l’ordre judiciaire. Dans ce cas le TGI doit
renvoyer les parties à saisir le tribunal compétent car il ne peut saisir lui même la
juridiction compétente. = Pas d’ordre à l’autre ordre.

Dans ce cas le TGI doit surseoir à statuer, jusqu’à ce que la juridiction compétente se
soit prononcée.

Si la question relève de la compétence du juge de l’union


européenne, le tribunal peut directement saisir la cour de
justice.

En revanche si la question préjudicielle est spéciale, c’est à dire si le point litigieux


échappe simplement à la compétence du TGI et bien le tribunal saisit directement la
juridiction compétence.

La compétence étendue des autres juridictions

Les autres juridictions peuvent connaître des incidents d’instance.


Les autres juridictions peuvent connaître des moyens de défense sauf
ceux relevant de la compétence exclusive d’une autre juridiction : art.
49.
Les demandes incidentes : pour ces demandes incidentes, les autres
juridictions ne connaissent des demandes incidentes que si elles
entrent dans leur compétence d’attribution. Autrement dit lorsqu’il y a
une demande incidente, en cours de procès, la juridiction spéciale ne
peut en connaître qu’à une double condition :
la demande incidente ne doit pas relever de la compétence exclusive
d’une autre juridiction.
En outre, la demande incidente, doit relever de sa propre compétence
d’attribution. (positivement).

Nuance : pour le TI et la juridiction de proximité ils peuvent connaître de toutes les


demandes incidentes qui ne relèvent pas de la compétence exclusive d’une autre
juridiction.

Autrement dit ici il n’y a que la condition négative.

Et si vous donniez des


cours ?

Donnez des cours

Partager

Simon
Juriste et ancien élève de l'UPPA et de la Sorbonne, je mets à dispositions mes TD, notes et fiches de cours pour
aider les étudiants. N'hésitez à poser vos questions en commentaire : On essaiera de vous aider en faisant de notre
mieux !
Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

(moyenne de 5,00 sur 5 pour 2 votes)

Autres leçons du même cours


Classification des Actions en Justice
09/08

Droit Judiciaire Privé – Introduction


09/08

L’Administration Judiciaire de la Preuve


30/08
L’Exercice de l’Action en Justice L’Issue de l’Instance
13/08 31/08

La Notion d’Action en Justice


09/08
Le Déclenchement de l’Action en Justice
13/08

Le Formalisme de l’Instance | Actes de Procédure Civile


23/08

Les Actes Juridictionnels


15/08
Les Actes Non Juridictionnels
15/08

Les Incidents de Compétence et l’exception de Connexité


16/08

Les Principes Gouvernant l’Instance


16/08
Les Règles de Compétence Théorie de l’Instance
15/08 16/08

Typologie des Principales Procédures


23/08

Poster un Commentaire

Démarrer la discussion

Toutes les ressources pour vos cours grâce à Superprof


16 K