Vous êtes sur la page 1sur 41

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE  

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA 
RECHERCHE SCIENTIFIQUE 
 Université de la Formation Continu – UFC –Oran 

 
Mémoire de fin d’étude 
En vue de l’obtention du diplôme de DUEA 
En Droit des Affaires 
 

Thème 
 

   

Les modes de financement des opérations d’exploitation 
Cas d’AFIA INTERNATIONAL ALGERIA 
 

Réalise par : Sous l’égide :


Melle: Benkada Naila Darine Mr: Benkamla Mohammed Abdelaziz

Année universitaire 2018/2019


Remerciement

Nous remercions Dieu Tout Puissant de nous avoir donné la force et la


patience de réaliser ce travail modeste et qui nous à faciliter notre
chemin.

J’ai l’honneur et le plaisir de présenter ma profonde gratitude et mes


sincères remerciements à mon encadreur Mr. Abdelaziz Benkamla
pour ses précieux conseils, son accompagnement et pour son entière
disponibilité durant la préparation de ce mémoire, Pour son aide et ses
orientations ainsi pour le temps qu’il m’a accordé durant la réalisation
de ce modeste travail.

Mes remerciements vont aussi à Mr Amine Bechikh Chouaikhia et Mr


Ahmed Zaoui pour leurs orientations et leur encadrement tout au long
du stage que j’ai effectué au sein de l'entreprise Afia International
Algeria.

Merci aux membres du jury, qui bien voulu assister à la soutenance de


ce mémoire.

Et enfin tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la présentation


de ce mémoire.

Merci
Dédicaces

Je dédie ce modeste travail :

 A la mémoire de Mon très Cher père aucune dédicace ne serait

exprimée envers lui.


 A mon adorable Maman qui m’a apporté amour et soutien et qui a

contribuée à ma réussite.
 A mes chère frères Mohamed Benamar, Mokhtar, Abdelatif et

amine ainsi qu'à mes belles sœurs Bouchra, Souad, et karima, et


leurs enfants que j'adore, Allaa Rihab, Lamis Manar, Abdelaziz
Abderahmane, Ghyat MoudjirEddine, et la petite Bouchra.
 A toutes ma famille ainsi que tous mes proches

 Au cher ami Said Chouter qui m’a toujours soutenu et encouragé

dans chaque étape de ce travail.


 A tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de

ce modeste travail.

Darine Naila Benkada


 

Sommaire 
Introduction Générale ........................................................................................................................... 6 
Chapitre I : Notion de Cycle D'exploitation …………………………………………………………8
NOTION GENERALE ......................................................................................................................... 9 
I-1- COUTS ET COUTS DE REVIENT ........................................................................................... 10 
Source : LEVASSEUR et QUINTART, (1998) (livres) .......................................................................... 10 
I-2- COMPOSANTES DES COÛTS ET COÛTS DE REVIENT : ................................................ 11 
Source : LEVASSEUR et QUINTART, (1998) (livres ........................................................................... 11 
II– Le cycle d’exploitation et les notions liées : ................................................................................. 12 
II-1- Le cycle d’exploitation et le fonds de roulement : .................................................................... 12 
II‐2‐Le cycle d’exploitation et le besoin en fonds de roulement (BFR) ............................................ 13 
Source : LEVASSEUR et QUINTART, (1998) (livres ................................................................................ 14 
II-3- Le cycle d’exploitation et la trésorerie nette : .......................................................................... 16 
II-4-Le cycle d’exploitation et l’excédent de la trésorerie d’exploitation (ETE) : ......................... 16 
SOURCE : LEVASSEUR ET QUINTART, (1998) (LIVRES) ........................................................................... 16 
SOURCE : LEVASSEUR ET QUINTART, (1998) (LIVRES) ........................................................................... 17 
Chapitre II : Les modes de financement de cycle d'exploitation pour les entreprises............…...18
I- Financement bas de bilan : ............................................................................................................. 19 
SOURCE : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/
 ............................................................................................................................................................... 19 
SOURCE : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/
 ............................................................................................................................................................... 20 
SOURCE : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/
 ............................................................................................................................................................... 21 
II- Financement haut de bilan : .......................................................................................................... 22 
Source : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/
 ............................................................................................................................................................... 22 
Source : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/
 ............................................................................................................................................................... 23 
Chapitre III : Le cycle et le financement du cycle d'exploitation d'Afia SPA…………………....24
I-Généralité : ........................................................................................................................................ 26 
I.1- Historique de la société : .............................................................................................................. 26 
I-2- Groupe SAVOLA et ses filiales : ................................................................................................. 26 
I-3- Activités exercées actuellement par AFIA International Algeria sont : .................................. 27 
I-4 Logo de l’entreprise ....................................................................................................................... 27 
I-5- Organigramme de l’entreprise : ................................................................................................. 28 

4
 
 

I-6- Huiles produites par AFIA : ........................................................................................................ 29 


I-7- Les différentes huiles commercialisées en Algérie et leur composition : ........................... 29 
II-les étapes de cycle d’exploitation de la société Afia : ................................................................... 31 
II-1- L’Achat : ...................................................................................................................................... 31 
II-1-1- Comment établir l’achat : ....................................................................................................... 31 
II-1-2- Le Transit : .............................................................................................................................. 31 
II-1-3- Le Transport : .......................................................................................................................... 31 
II-1-4- La réception et stockage : ....................................................................................................... 31 
II-1-5- Raffinage & Packaging (Conditionnement) : ....................................................................... 33 
II-1- 5-a- Raffinage : ........................................................................................................................ 33 
II‐1‐5‐b‐ Packaging (Conditionnement) : ....................................................................................... 34 
III ‐les Trois types d’huile Utilisés :..................................................................................................... 34 
III‐1‐ Stockage produits finis : ............................................................................................................. 34 
III‐2‐ Déstockage et la vente de produits finis : .................................................................................. 34 
III‐3‐ Transport Produits finis « b2b & b2c » : .................................................................................. 35 
IV‐ Les différents types de financement du cycle d’exploitation d’Afia : ....................................... 35 
IV‐1‐ Les délais de paiement : ............................................................................................................. 35 
IV‐1‐1‐ Les délais clients : .................................................................................................................... 35 
IV‐1‐2‐ Les délais fournisseurs : .......................................................................................................... 36 
V‐ les Financements bancaires : .......................................................................................................... 37 
V‐1‐1‐Crédit à long terme : ................................................................................................................. 37 
V‐1‐2-Crédit à Moyen terme (CMT) : ................................................................................................ 37 
V‐1‐3‐Post financement : ..................................................................................................................... 37 
V‐1‐4‐ Le découvert : ........................................................................................................................... 37 
V‐1‐5‐Escompte : .................................................................................................................................. 38 
V‐1‐6 Subvention D’état : .................................................................................................................... 38 
Conclusion : ......................................................................................................................................... 41 
 

5
 
Introduction Générale 
A l’heure à quelle, le contexte économique de l’Algérie est en pleine mutation,
par l’effet de l’accélération de l’inflation et de la dégradation du taux de change,
sans omettre l’effet de l’intensification de la concurrence, combiné à un degré
croissant d’exigence des parties prenantes. Ces phénomènes ont entraîné les
organisations dans une course effrénée vers l’innovation et la qualité.

Dans le contexte de l’économie de marché ; fortement concurrentielle et marqué


par une instabilité du cours des marchandises, les responsables d’entreprises
sont préoccupés par la performance, la compétitivité et la pérennité de leur
entreprise. Une inadaptation de l’entreprise à ces situations peut engendrer des
situations néfastes.

La pérennité de l’entreprise dans un tel contexte suppose un arbitrage rigoureux


entre les besoins et les ressources tant matérielles, financières, informationnelles
qu’humaines. Dès lors, la mise en œuvre des mesures stratégiques appropriées
doit porter à la fois sur les hommes et sur une utilisation efficace et efficiente
des ressources financières de l’entreprise. En effet, même si une entreprise
dispose d’importantes ressources financières cela ne servira à rien sans un
minimum d’organisations et de stratégies.

Considérons cette préoccupation comme principale problématique de notre


recherche, ce qui nous mène a posé la question suivante :

Dans quelle mesure les différents types de financement sont importants


dans l’entreprise AFIA ?

6
 
Afin de répondre à cette problématique, nous essayons d’examiner les
hypothèses Suivantes :

H1 : L’entreprise AFIA est une société de capitaux privés et qui donne une très
large considération à l’organisation de ses moyens financiers.

H2 : La bonne gestion financière a laissé la société AFIA connaitre un


développement remarquable de son activité.

A partir de ces deux hypothèses, nous allons procéder à l’organisation de notre


recherche de la façon suivante :

La première partie sera limitée à l’étude du cycle d’exploitation d’une entreprise


et ses besoins financiers à court terme.

La deuxième partie sera consacrée la définition de tous les modes de


financement en soulevant leur importance.

La troisième partie exposera le cas d’étude et qui est l’entreprise AFIA, dans une
démarche descriptive pour mieux expliquer l’importance des modes de
financement utilisés et leur impact sur cette activité.

7
 
CHAPITRE I

NOTION DE CYCLE
D'EXPLOITATION 
 

 
 
 
 
 

8
 
CHAPITRE I                                                                                                                NOTION DE CYCLE D’EXPLOITATION   
 

 NOTION GENERALE
Le cycle d'exploitation est l'ensemble des opérations successives qui vont de
l'acquisition des éléments de départ (matières premières, marchandises, ...) jusqu'à
l'encaissement du prix de vente des produits ou services. Ce cycle génère un
besoin de financement que le gestionnaire doit maîtriser.
Il importe donc de savoir recenser et évaluer les éléments à l'origine de ce besoin
de financement. L'analyse des charges engagées à ce stade est nécessaire surtout
qu'il constitue l'activité même de l'entreprise.
La composition et la durée du cycle d'exploitation varient considérablement selon
les secteurs d'activités.
L’entreprise Afia international Algérie est une agro-industrie dont son cycle
d’exploitation regroupe les opérations d'acquisition huile brute ou matières
premières utiles à la fabrication de l’huile de table, les opérations d'usinage,
d'emballage et celles de commercialisation.
A ces différents stades, il engage des charges et dépenses qui, regroupées à un
moment ou niveau quelconque constituent des coûts.
La figure ci-dessous présente le déroulement du cycle d’exploitation.

 
 

SOURCE : LEVASSEUR ET QUINTART, (1998) (LIVRES)

9
 
CHAPITRE I                                                                                                                NOTION DE CYCLE D’EXPLOITATION   
 

I-1- COUTS ET COUTS DE REVIENT :


Suivant la procédure de formation des coûts, la hiérarchisation ci-après peut
s'observer :
1) Le coût d'achat :

Appelé aussi coût d'acquisition. Ce coût cerne la valeur des


approvisionnements. Il correspond au montant facturé des marchandises ou
des matières augmentées des frais d'achat tels que le transport, douane,
assurance, manutention, ... A ce coût on ajoute les frais de la fonction
approvisionnement pour constituer le coût total d'achat. On peut aussi dire
pour rencontrer Daniel CHIRON et Yves LEQUIN, que le coût d'achat
représente tout ce qu'ont coûté les marchandises, les matières jusqu'au
moment où la mise en stock est réalisée.
2) Le coût de production :
Ce coût est constitué des charges d'usinage ou valeur ajoutée de l'entreprise
augmentée du coût des sorties. Le coût de production est donc celui obtenu
après les opérations de transformation.

3) Le coût de distribution :
Ce coût fait partie des coûts hors production. Il représente tout ce qu'ont
coûté les opérations relatives à l'exécution de la vente (frais de transport,
frais d'analyse, frais de prospection, promotion de vente, publicité, frais
d'exportation, ...). En d'autres termes, ce sont des charges et pertes de la
fonction de distribution.
4) Le coût de revient :
Le coût de revient est l'ensemble des charges grevant un produit fini ou un
service créé et parvenu au stade final de livraison. Ce coût comprend le coût
de production et les coûts hors production (coût d'approvisionnement et le
coût de distribution). Il constitue la valeur totale et finale du produit fini
depuis l'approvisionnement jusqu'à la vente.

Source : LEVASSEUR et QUINTART, (1998) (livres)

10
 
CHAPITRE I                                                                                                                NOTION DE CYCLE D’EXPLOITATION   
 

I-2- COMPOSANTES DES COÛTS ET COÛTS DE REVIENT :


Les charges sont éléments des coûts introduits dans le réseau de l'analyse
d'exploitation. Il se dégage souvent que toutes les charges de la comptabilité
générale ne soient pas prises en compte dans le calcul des coûts et qu'au contraire
certains autres non enregistrées en comptabilité générale le soient par la
comptabilité analytique d'exploitation. Ce qui fait qu'on distingue généralement :

1. Les charges incorporables :


Ce sont des charges incorporées soit directement soit indirectement dans le
calcul des coûts et coût de revient. Elles se rapportent à l'activité de
l'entreprise et à la période de calcul des coûts.

2. Les charges non incorporables :


Ce sont des charges qui n'entrent pas en compte dans le calcul des coûts
parce qu'elles ne se rapportent pas à l'activité normale de l'entreprise ou à
la période prise en considération.
Ces charges sont enregistrées par la comptabilité générale mais la comptabilité
analytique d'exploitation ne les prend pas en compte pour des raisons d'analyse.

3. Les charges supplétives :


Ces charges sont constituées des éléments qui ne sont pas enregistrés par la
comptabilité générale alors qu'ils peuvent être pris en compte dans le calcul
des coûts et coût de revient.

Les charges supplétives ne constituent pas une dépense effective. En effet, la


comptabilité générale ignore. Ce sont par exemple les coûts d'opportunité, la
rémunération théorique des capitaux, les amortissements économiques.

Source : LEVASSEUR et QUINTART, (1998) (livres)

11
 
CHAPITRE I                                                                                                                NOTION DE CYCLE D’EXPLOITATION   
 

II– Le cycle d’exploitation et les notions liées :


II-1- Le cycle d’exploitation et le fonds de roulement :
Le fonds de roulement (FR) est la différence entre les ressources permanentes et
les actifs fixes. Encore appelé la liquidité à un an, le fonds de roulement représente
un excédent de ressources permanentes à la disposition de l’entreprise après avoir
financé les immobilisations ou les actifs fixes et sert à financer d’autres besoins
dont notamment ceux du cycle d’exploitation. Pour VERNIMMEN (2000),
l’entreprise doit maintenir un « matelas de sécurité » entre les ressources à un an
afin de tenir compte des risques inhérents à son activité (dépréciation d’un stock,
non-paiement d’un client, baisse des ventes, déficit d’exploitation) réduisant
brutalement les capitaux propres alors que l’endettement n’est pas susceptible des
mêmes réductions de valeurs.
Une bonne gestion financière exige un fonds de roulement positif. Ce qui traduit
un excédent de ressources. Toutefois, il peut être négatif. Ceci peut s’expliquer
par le manque de ressources pour financer les immobilisations. Mais cette
situation (FR négatif) n’est pas désastreuse pour deux (02) raisons (HOUNKOU
et WELE, 2006) :
-1 La première est que cette insuffisance du fonds de roulement peut être due à de
nouveaux investissements importants qui vont engendrer dans les années qui
suivent plus de bénéfices et par là augmenter progressivement les capitaux
permanents. La question est de savoir si cette déficience risque de durer ou est de
nature structurelle car si tel est le cas, la position de l’entreprise sur le plan
financier est délicate.
-2 La deuxième raison d’une insuffisance du fonds de roulement est que celui-ci
ne doit jamais être analysé seul. Son montant doit être suffisant pour couvrir le
besoin en fonds de roulement de l’entreprise. Si le besoin est nul voire négatif, il
n’est pas surprenant de voir également apparaître.
Le calcul du fonds de roulement se fait soit par le « haut du bilan » soit par le
« Bas du bilan ». Ainsi, VERNIMMEN (2000) explique ces deux (2) niveaux de
calcul :
 Une première étape consiste donc à établir une liquidité cumulée à moins
d’un an par la différence entre les actifs à moins d’un an et

Source : LEVASSEUR et QUINTART, (1998) (livres) 

12
 
CHAPITRE I                                                                                                                NOTION DE CYCLE D’EXPLOITATION   
 

le passif exigible à moins d’un an. Vu sur ce plan, le maintien d’un


fonds de roulement positif a donc pour rôle de protéger les créanciers
de tout aléa dans la liquidation progressive de tout l’actif circulant
(vente de stocks, paiement des clients), aléa qui pourrait empêcher
l’entreprise d’honorer ses dettes.
 Vu par le « haut de bilan », le fonds de roulement est le solde entre les
ressources à plus d’un an dites stables et les immobilisations (emplois à
plus d’un an). Positif, il traduit un excédent des premières sur les
secondes.
Le fonds de roulement apparaît selon la littérature comme un indicateur financier
que toute entreprise doit pouvoir suivre de près afin de sauvegarder son équilibre
financier.
II‐2‐Le cycle d’exploitation et le besoin en fonds de roulement
(BFR) : 
L’analyse du besoin en fonds de roulement permettra de confirmer ou d’infirmer
les présomptions de difficultés financières révélées par l’étude du fonds de
roulement.
Le besoin en fonds de roulement est la différence entre les actifs circulants
d’exploitation et les passifs d’exploitation. Autrement, le besoin en fonds de
roulement est la différence entre les emplois et les ressources d’exploitation.
En effet, VERNIMMEN (2005) explique les notions « emplois d’exploitation »
et « ressources d’exploitation ». Ainsi :
- les emplois seront constitués par l’ensemble des charges d’exploitations
contractées non encore consommées ou vendues (stocks) et par l’ensemble des
ventes non encore payées (encours clients) ;
-les ressources seront constituées par des charges contractées non encore payées
(crédit fournisseurs) et par les recettes d’exploitation sur les produits non encore
livrés (avance sur commandes).
Pour la majorité des entreprises, le BFR est positif en raison de leur cycle
d’exploitation. Ceci s’explique par le fait qu’il leur faut financer les stocks de
matières premières, de marchandises et de produits ainsi que les créances
commerciales.

Source : LEVASSEUR et QUINTART, (1998) (livres)

13
 
CHAPITRE I                                                                                                                NOTION DE CYCLE D’EXPLOITATION   
 

Le BFR positif traduit un surplus des emplois sur les ressources. Mais le BFR
négatif signifie que l’exploitation a secrété une ressource qui en générale est due
au crédit fournisseur.
De même, les stocks, les encours clients et l’encaisse constituent des
investissements qu’il faut rentabiliser.
Le diagnostic financier d’une entreprise basée sur le besoin en fonds de roulement
oblige à tenir compte dans le cycle d’exploitation de l’ensemble des opérations
courantes au travers desquelles l’entreprise réalise son objet social.
Ainsi pour une entreprise industrielle, le cycle d’exploitation se déroule et se
dénoue au terme de trois (03) phase :
- L’achat qui implique un délai de paiement ou crédit des
fournisseurs
- La fabrication encadrée par le temps de stockage, que nous
appellerons délais de stocks, qui impliquent un investissement
intercalaire de fonds
- La vente qui implique un délai de paiement ou crédit aux clients.
Dès lors, en comparant le crédit des fournisseurs à la somme du délai de stocks et
de crédit aux clients, il s’agit de savoir si l’aboutissement du cycle d’exploitation,
c’est- à -dire la transformation des matières premières en produits finis (compte
tenue des stocks) et le recouvrement des créances est suffisamment rapide pour
fournir à l’entreprise l’argent qui lui est nécessaire pour payer ses achats de
matières premières à l’expiration du délai des fournisseurs. Quand le délai de
stocks et de crédit aux clients sont au total supérieurs au délai des fournisseurs, le
cycle d’exploitation se boucle sur un retard. Ce décalage temporel provoque un
manque de trésorerie pour faire face aux exigibilités des fournisseurs constitue le
« besoin en fonds de roulement »
 
 
 
 
 
 

Source : LEVASSEUR et QUINTART, (1998) (livres)

14
 
CHAPITRE I                                                                                                                NOTION DE CYCLE D’EXPLOITATION   
 

Le délai des fournisseurs est normalement plus important que celui des stocks et
le délai des clients réunis. En effet, la rotation des stocks est ou doit être rapide,
d’autant plus qu’il s’agit des marchandises et qu’il n’y a donc pas de processus de
fabrication ; de plus les paiements des clients sont immédiats tandis que l’on
recherche au maximum à prolonger le délai crédit des fournisseurs. Le cycle
d’exploitation se dénoue sur une avance et, dès lors, sur un excédent de trésorerie
par rapport au moment où il faut effectivement honorer les dettes commerciales.
Dans ce cas, le besoin en fonds de roulement serait négatif ; et on dégage une
ressource en fonds de roulement.
Le BFR vu plus haut représente le besoin de l’entreprise à une date donnée. Cette
appréhension du besoin de l’entreprise n’est qu’une apparence de la réalité. Ainsi,
pour VERNIMMEN (2005), le BFR calculé à la date d’arrêté des comptes n’est
pas forcément le besoin permanent de l’entreprise. Il analyse alors le BFR d’après
l’activité que mène l’entreprise. Ainsi, pour une activité régulière, le BFR est
permanent ; puisque les éléments constituant le BFR à la date d’arrêté de compte
disparaîtront au cours de l’année suivante ; mais ils seront remplacés par de
nouveaux actifs d’exploitation à la date d’arrêté de l’exercice suivant.
De même, pour VERNIMMEN (2005) pour une entreprise saisonnière, le BFR
est partiellement saisonnier.
En effet, le BFR calculé au bilan ne représente pas nécessairement le besoin «
normé » de l’entreprise. Le BFR normatif représente le besoin dynamique et
permanent qui découle de l’exploitation de l’entreprise.
HOUNKOU et WELE. (2006) expliquent que le BFR bouge chaque jour et est
mouvementé par un nombre important de facteurs qui intéressent la gestion du
cycle d’exploitation. Au nombre de ces facteurs, ils citent :
1- la longueur du cycle d’exploitation et l’importance des stocks ; 2- la durée des
délais de paiement obtenus des fournisseurs ;
3- la longueur des délais de paiement accordés aux clients ;
4- La croissance ou la diminution du chiffre d’affaires.
Il faut signaler que le BFR est composé de BFRE et de BFRHE. Mais de façon
générale, les besoins d’exploitation sont plus importants que les besoins hors
exploitation, qui, eux, ne dépendent pas de la nature ni du volume d’activité de
l’entreprise.

SOURCE : LEVASSEUR ET QUINTART, (1998) (LIVRES)

15
 
CHAPITRE I                                                                                                                NOTION DE CYCLE D’EXPLOITATION   
 

II-3- Le cycle d’exploitation et la trésorerie nette :


La trésorerie nette (TN) représente le disponible appartenant à l’entreprise qu’on
peut trouver soit dans les comptes en banque soit dans la caisse de l’entreprise.
Elle est la différence entre le fonds de roulement (FR) et le besoin en fonds de
roulement (BFR) ; ou encore la différence entre les valeurs disponibles et les
dettes financières à court terme (passif de trésorerie).
Si la trésorerie nette est positive, cela signifie que le fonds de roulement net est
supérieur au besoin en fonds de roulement ; en d’autres termes, cela montre que
l’entreprise dispose d’un excédent de liquidités. Néanmoins, cet excédent, s’il est
trop élevé, c’est le signe d’un mauvais placement. Le fait de transformer une partie
de cet excédent en un autre poste du bilan va diminuer la trésorerie et augmenter
le besoin en fonds de roulement ou diminuer le fonds de roulement. Par contre
une trésorerie négative signifie que l’entreprise est obligée de recourir aux crédits
à court terme dont généralement le découvert bancaire.
Le FR et le BFR jouent un rôle important dans la détermination de la trésorerie
nette. Plusieurs scénarios peuvent être envisagés. Lorsque les deux agrégats sont
positifs, la trésorerie nette est positive si le FR est supérieur au BFR. L’entreprise
peut aussi dégager trésorerie nette positive avec un FR négatif pourvu que le BFR
soit aussi négatif. Ceci indique que le cycle d’exploitation est financé par des
dettes financières à court terme.
Par contre, lorsque le BFR augmente plus proportionnellement à l’augmentation
du FR, la trésorerie nette est négative. Cette situation propre à une entreprise
industrielle peut avoir plusieurs causes liées à la mauvaise gestion du cycle
d’exploitation.
II-4-Le cycle d’exploitation et l’excédent de la trésorerie
d’exploitation (ETE) :
Pour VERNIMMEN (2005), toute activité a un cycle d’exploitation propre plus
ou moins qui, en termes de trésorerie, se traduit par des flux positifs ou négatifs à
des moments différents.

SOURCE : LEVASSEUR ET QUINTART, (1998) (LIVRES)

16
 
CHAPITRE I                                                                                                                NOTION DE CYCLE D’EXPLOITATION   
 

L’excédent brut d’exploitation constitue la ressource fondamentale que


l’entreprise tire régulièrement de son activité cyclique. Il ne s’agit pour autant que
d’une ressource potentielle de trésorerie. Elle n’est susceptible en effet de se
transformer en disponibilités qu’au terme d’un processus mettant en jeu les
décalages existants entre l’engagement des opérations et leur règlement effectif.
Aussi bien, pour mesurer la capacité de l'entreprise à sécréter des disponibilités
du seul fait de ses opérations d'exploitation, est-il instructif d'utiliser parallèlement
la notion d'excédent de trésorerie d'exploitation (ETE).
L'ETE (excédent de trésorerie d'exploitation) constitue le flux de trésorerie sécrété
par le cycle d'exploitation au cours de l'exercice. Les flux liés à l'exploitation
représentés par l'EBE sont donc ici corrigés des décalages liés aux règlements.
Ainsi, l'ETE ne retient que les seules opérations ayant entraîné des mouvements
de fonds, à l'exclusion de celles qui n'ont pu se
L'intérêt de l'ETE réside dans son extrême sensibilité aux variations du chiffre
d'affaires ou de la production vendue. Selon MBANGALA M (2002), le concept
de l’ETE présente de nombreux avantage car il est facile à déterminer et est un
complément utile au concept de cash-flow (Liquidité). Pour lui, l’ETE donne une
indication claire de gestion à court terme extrêmement précieuse et constitue
l’enveloppe nécessaire au financement des investissements d’exploitation. Ainsi,
l’ETE représenté la mesure la plus appropriée pour exprimer la ressource de
trésorerie engendrée par les opérations d'exploitation. Enfin, l'ETE est un
instrument d'analyse prévisionnelle dans la mesure où il permet de cerner et de
prévenir les difficultés de l'entreprise. A cet effet, un ETE négatif traduit une
insuffisance de rentabilité de l'entreprise voire une situation critique.
Si l'excédent de trésorerie d'exploitation est positif, cela signifie que
l'exploitation a engendré une trésorerie disponible, après autofinancement de
l'accroissement des besoins en fonds de roulement d'exploitation. Sur une longue
période, c'est une condition indispensable à la pérennité de l'entreprise.
Dans cette perspective, l'évolution de l'excédent de trésorerie d'exploitation d'une
période à l'autre doit s'apprécier à la lumière des deux facteurs dont il dépend :
La croissance de l'activité et le besoin en fonds de roulement d'exploitation. Enfin,
il faut prendre en considération l'utilisation de l'excédent de trésorerie
d'exploitation qui sert à rembourser les éventuels emprunts et à payer l'impôt.
 

SOURCE : LEVASSEUR ET QUINTART, (1998) (LIVRES)

17
 
 

 
 

 
 
 
 
 
 

CHAPITRE II

LES MODES DE FINANCEMENT


DE CYCLE D'EXPLOITATION
POUR LES ENTREPRISES

 
 
 
 
 
 
 
 
 

18
 
CHAPITRE II                               LES MODES DE FINANCEMENT DE CYCLE D’EXPLOITATION POUR LES ENTREPRISES                               
 

I- Financement bas de bilan :


Le financement du bas de bilan consiste réduire le besoin en fonds de roulement
de l’entreprise.
Le besoin en fonds de roulement représente le décalage dans le temps entre les
encaissements (stock non vendu et délai de paiement accordé aux clients) et les
décaissements (paiement des fournisseurs), ce qui creuse la trésorerie.
I-1- Affacturage :
C’est une solution à la mode en temps de crise (défaut de paiement) et aussi en
période de croissance (financement du développement commercial).
Le factor réalise une avance de trésorerie à l’entreprise sur la base de factures non
échues, puis assume les retards et impayés.
I-2 Crédit stock :
Les marchandises sont parfois très couteuses et mobilisent une trésorerie
importante. Il est possible de disposer d’un crédit dédié au stock prenant fin lors
de la vente du bien.
Ce financement est rassurant pour le prêteur car il repose sur des biens gagés, mais
il est très contraignant administrativement.
Le crédit de campagne est un financement similaire qui permet de financer une
activité à forte saisonnalité, notamment lors de la constitution des stocks.
I-3 Délai de paiement :
La politique commerciale de l’entreprise influence beaucoup ses besoins de
financement à court terme. Une société avec un pouvoir de négociation fort pourra
exiger un paiement comptant, un acompte ou un délai de paiement court, ce qui
est bénéfique pour la trésorerie.
Par contre il faut repousser au maximum l’échéance de paiement des fournisseurs
pour conserver sa trésorerie.

 
 
 

SOURCE : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/ 

19
 
CHAPITRE II                               LES MODES DE FINANCEMENT DE CYCLE D’EXPLOITATION POUR LES ENTREPRISES                               
 

Exemple :
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 

 
 
 

SOURCE : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/ 

20
 
CHAPITRE II                               LES MODES DE FINANCEMENT DE CYCLE D’EXPLOITATION POUR LES ENTREPRISES                               
 

I-4 Affacturage inversé :


Si l’entreprise doit payer rapidement son fournisseur, le reverse factoring sera une
solution efficace qui redevient à la mode.
En effet c’est la compagnie d’affacturage qui fait l’avance du paiement au
fournisseur et l’entreprise conserve le délai de paiement initial. L’affacturage
inversé nécessite la conclusion d’un contrat entre l’entreprise et le factor,
évidement, mais aussi entre le factor et les fournisseurs, ainsi les fournisseurs
auront accès à une plateforme en ligne pour se faire payer comptant.
I-5 Caution :
Le cautionnement devient obligatoire dans de nombreux cas, elle permet d’éviter
à l’entreprise de mobiliser une somme d’argent importante et permet de justifier
sa capacité à honorer des travaux ou réparer un préjudice.
Par exemple les garanties décennales (pour les constructeurs) ou
environnementales (pour les déchèteries) sont très élevées et affecteraient la
trésorerie de l’entreprise.
I-6 Découvert bancaire ou facilité de caisse :
Ces financements à court terme permettent à l’entreprise d’afficher un solde
débiteur durant une courte durée.
Le découvert autorisé représente généralement de 15 jours à 1 mois de chiffre
d’affaires (variable selon le secteur d’activité), mais ce n’est pas une autorisation
permanente, la banque peut décider de revoir ses engagements à tout moment, de
plus les sociétés de créations récentes ne peuvent pas y prétendre facilement.
I-7 Escompte commercial :
En parallèle de son découvert bancaire, la société peut réaliser l’escompte de traite
non-échues pour se financer. Moyennant des intérêts et une commission, la
banque avance les effets de commerce en attente de paiement.
Cependant avec le développement du virement il est plus rare de réaliser ce type
d’opération.

SOURCE : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/ 

21
 
CHAPITRE II                               LES MODES DE FINANCEMENT DE CYCLE D’EXPLOITATION POUR LES ENTREPRISES                               
 

Attention l’escompte comporte le risque de non-paiement du client, la banque


demandera alors le remboursement du montant escompté à l’entreprise.
C’est l’un des outils les plus anciens de la banque moderne.
AU XIXème siècle la France comptait nombre de comptoirs d’escompte dans les
villes les plus commerçantes. La BNP vient du Comptoir National D’escompte de
Paris.
Comme l’écrit A. Plessis : “C’est la politique de la Banque de France sous le
Second Empire qui donne à l’escompte un puissant élan. À la fin du siècle,
l’intervention massive des grandes banques de dépôt sur le marché de l’escompte
offre aux entrepreneurs des crédits d’escomptes surabondants et à faible taux.
La France a poussé plus loin que les autres la révolution de l’escompte, et elle en
est fière…
II- Financement haut de bilan :
Plus connus du grand public, le financement du haut de bilan permet de financer
une entreprise à moyen et long terme. La structure financière de l’entreprise peut
se déséquilibrer à cause des pertes ou des investissements hasardeux.
II-1- L’emprunt bancaire :
C’est la source de financement principale des entreprises, si les banques
continuent de prêter malgré la crise, les conditions d’accès deviennent plus
strictes. Pour les financements importants les banques peuvent se syndiquer pour
partager le risque. Aussi, les grandes entreprises choisissent de plus en plus
d’organiser elles-mêmes le pool-bancaire pour mieux négocier les conditions. Les
établissements de crédit ne manqueront pas de prendre des garanties et d’imposer
des covenants pour s’assurer du bon remboursement de la dette.
II-2 Prêt d’honneur :
Les entrepreneurs peuvent prétendre à des prêts d’honneur s’inscrivant en quasi-
fonds propres du bilan. Le réseau entreprendre, initiatives France ou certaines
unions de métier peuvent accompagner les créateurs d’entreprises sur des
montants symboliques (quelques dizaines de milliers d’euros) mais importants
pour débuter une activité et rassurer les investisseurs.

Source : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/

22
 
CHAPITRE II                               LES MODES DE FINANCEMENT DE CYCLE D’EXPLOITATION POUR LES ENTREPRISES                               
 

II-3- Subventions :
Il est possible de bénéficier d’une somme d’argent non-remboursable de la part
de certaines collectivités, mairies, Chambres de Commerce et d’Industrie… Les
subventions sont alors octroyées en fonction de nombreux critères (constitution
d’un dossier de candidature, participation à un concours, installation dans la
région…) et doivent être dépensées selon un plan de financement validé par les
parties.

Source : HTTPS://WWW.CULTUREBANQUE.COM/CREDIT‐FINANCEMENT/FINANCEMENT‐POUR‐ENTREPRISES/

23
 
 

CHAPITRE III
LE CYCLE ET LE
FINANCEMENT DU CYCLE
D’EXPLOITATION D’AFIA SPA
 

 
 
 
 
 
24
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

Le cycle d'exploitation consiste pour l’entreprise industrielle productrice et


commerciale Afia, à l'ensemble des opérations et traitements depuis l'achat de
matières premières qui sont transformées puis vendues en tant que produits finis.
Son cycle d'exploitation est générateur de coûts et de besoins de financement qui
font l'objet d'un suivi et d'une analyse régulière de la part des décideurs de
l'entreprise Afia en vue de l'améliorer. Une partie plus ou moins important du
financement du cycle d'exploitation est assurée par le recours au crédit bancaire.
Le cycle d’exploitation indique le nombre de jours qu’il faut compter dans
l’entreprise pour transformer ses achats de stocks en espèces. Et acquérir ses
stocks de fournisseur. Elle entrepose dans sos locaux, pour ensuite les revendre à
un client en portant la transaction à ses comptes. Payé leurs fournisseurs, pour
finalement percevoir les factures de ses clients. Ce n’est qu’à cette étape qu’Afia
est payé et qu’elle peut réinjecter les fonds dans son entreprise.
Le cycle d’exploitation est un indicateur financier important des flux de trésorerie
de l’entreprise Afia.
Il illustre la capacité à maintenir des actifs très liquides. De plus, il s’agit d’une
mesure que les prêteurs et autres bailleurs de fonds utilisent pour évaluer le niveau
de risque potentiel sur le plan financier.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

25
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

I-Généralité :
I.1- Historique de la société :
Afia est une société de droit Algérien, filiale du groupe SAVOLA leader mondial
du secteur des huiles de table. Basée à Oran, la société est dotée d’une usine ultra
moderne avec des équipements à la pointe de la technologie et une importante
capacité de raffinage et de conditionnement bénéficiant de l’expérience et du
savoir-faire du groupe. Depuis leur installation en Algérie, ils ont créé quelque
1000 emplois dont 400 directs. La société compte 97% d’algériens dont la
moyenne d’âge est 30 ans, et a mis en place un programme de formation intensif
aussi bien en Algérie qu’à l’étranger. A ce jour, les employés d’AFIA
INTERNATIONAL ALGERIE ont bénéficié de plus de 4500 jours de
formation.
I-2- Groupe SAVOLA et ses filiales :
SAVOLA est une entreprise familiale créée en 1979, appartenant à la famille
FAQIEH, originaire de la Mecque. A l’origine SAVOLA était spécialisé dans la
production d’huiles de table. Depuis le groupe s’est diversifié autant sur les
activités propres à l’huile comme l’emballage, mais également sur d’autre
produits (sucre, pomme de terre, etc.) et investissements fonciers
SAVOLA détient 90% du groupe AFIA international. Anciennement SAVOLA
Edible Oïl Company, a vendu 1 million de tonnes d’huiles alimentaire en
provenance de ces 8 unités (Arabie saoudite, Iran, Egypte, Maroc, Kazakhstan,
Soudan et en Algérie)
A l’heure actuelle, le groupe SAVOLA détient 62% du marché des huiles
comestible et 92% de celui du sucre ainsi que de 50 points vente au détail
(Supermarchés / Hypermarchés) à travers le Royaume d’Arabie Saoudite.
En Algérie le groupe SAVOLA est représenté par l’entreprise AFIA, coté de
production des huiles alimentaire, l’entreprise occupe sur superficie de la
commune Hassi Amer d’Oran (Direction AFIA, 2018)
 
 
 

26
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

I-3- Activités exercées actuellement par AFIA International


Algeria sont :
 L’importation de l’huile brute et des matières premières
 Le raffinage des huiles alimentaires (huile de soja, huile de maïs et huile
de tournesol)
 La commercialisation des huiles raffinées conditionnées et en vrac (pour
les industriels)
L’exportation de l’huile conditionnée (Direction AFIA .2018) Logo de
l’entreprise
I-4 Logo de l’entreprise
 

 
 
 
 
 
 
 
Figure 2 : Logo de l’entreprise 

27
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

I-5- Organigramme de l’entreprise :


  Direction de  Directeur        
ressources  ressource  Chef  Gestionnaire  Coordinateur 
  humaines  humaines  département  RH  RH 
Direction de  RH 
 
finance 

 
Direction 
Annaliste 
des finances 
  financière 

 
Responsable 
comptabilité 
 

  RESPONSABLE  Annaliste  Responsable 


Direction  Directeur 
commercial  SALES  des ventes  régional 
commerciale 
 

  Responsable  Comptable 
Directeur  
packaging  régional 
  Général 

 
Direction  Responsable 
  logistique 
Marketing 
 

    Responsable 
raffinerie 
  Direction 
Directeur de 
D’usine  production 
  Responsable 
planning 
 
Responsable 
de 
  Responsable 
Direction  maintenance 
d’achat 
  De projet 
Responsable 
  d’utilités 
Responsable 
  Service  soft 
Responsable 
informatique 
IT 
  Responsable 
hard 
 
Contrôle  Responsable 
de contrôle de  Contrôleur de 
De qualité  qualité  qualité 
28
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

I-6- Huiles produites par AFIA :


AFIA international Algérie produit quatre types de l’huile de table conditionnée
sur différentes formes
 Huile AFIA est composé de 97% se soja et 3% de maïs
 Huile OLEOR qui composé de 100% de soja
 Huile OLEOR CROUSTY qui composé de 100% de soja
 Huile O’LETE qui composé de 100% de tournesol (AFIA, 2018)
 
 

 
Figure 3 : Huile produit par Afia 
 

I-7- Les différentes huiles commercialisées en Algérie et leur


composition :
Il existe sur le marché Algérien différentes marque d’huiles végétales
alimentaires qu’elle soit pure (huile de soja et du tournesol) ou mélange, celle-ci
sont utilisées pour l’assaisonnement, la cuisson ou la friture (Baraka, 2016)

29
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

Tableau 1 : les différentes compositions des huiles alimentaires fabriquées en


Algérie (Service de la protection de la consommation, 2002)
 

Marque Nature de l’huile

Huile AFIA 97% soja, 3% maïs

Huile FLEURIAL 100% Tournesol

Huile ELIO 100% Soja

Huile LYNOR 90% soja, 10% palme

Huile SAFIA 100%soja

La rédaction que nous vous présentons ci-dessous permet le suivi de liquidités à


travers différentes étapes :
1. Achat d’huile brute, transport du port à l’usine, stocks matière première,
raffinage, production, transport et entreposage des dépôts externes.
2. Comptes fournisseurs et paiements aux fournisseurs
3. Ventes, comptes clients et perception
Examinons-les maintenant d’un peu plus près en prenant l’exemple d’Afia
Algérie, qui est un des principaux acteurs dans le domaine du raffinage des
huiles, Afia International Algeria appartient au groupe Savola, conditionnement
et distribution de l’huile de table avec une usine ultramoderne d’une importante
capacité de raffinage et du conditionnement d'huile.
Afia Algérie est une entreprise qui paie toujours ses fournisseurs dans les (30,60
jusqu’aux 90 jours).

30
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

II-les étapes de cycle d’exploitation de la société Afia :


90% de sa composition est d’huile brute ; qui s’achète à travers un centre
d’achat situer en Arabie Saoudite sous forme de convention annuel avec des
différents fournisseurs.
II-1- L’Achat :
II-1-1- Comment établir l’achat :
Le service planning fait son plan d’achat annuel en Algérie en fonction du
volume et du plan des ventes annuel et mensuelle.
La plupart des fournisseurs sont de l’Amérique latine (Brésil, Argentine) et
l’Europe), le principal fournisseur c’est ADM de provenance américaine, et
Bunge d’origine espagnol.
II-1-2- Le Transit :
La livraison d’huile est par voie maritime (Bateau), le service transit procède au
dédouanement ; en présentant un dossier composé principalement de :
‐ Facture domiciliée à la banque
‐ BL originale
‐ Certificat de conformité
‐ Certificat d’origine
‐ Phytosanitaire.
Une fois ce dossier présentait à la douane, une autorisation de déchargement est
émise, ou nous devons nécessairement le transporter.
II-1-3- Le Transport :
Le transport se fait à travers des camions citernes spécial pour porter et expédier
les produits alimentaires du port à l’usine.
II-1-4- La réception et stockage :
Ce service reconfirme les pesés du port à travers ce qu’on appelle des ponts de
bascules, car chaque camion transporte d’huile brute devrait passer par la
balance à la sortie du port et à l’entrée de l’usine.

31
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

 
Figure 4 : Bac de stockage huile brute

 
Une fois la réception d’huile brute se fait, installé dans des bacs de différentes 
capacités de stockage : 
‐ Trois bacs de 6000 m³ 
‐ Deux bacs de 2000 m³ 
‐ Deux bacs de 1200 m³ 
Pour en final se préparer à la phase de production qui se compose également de
deux étapes de raffinage.

32
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

Au-delà des missions attribuées au service achats (acheter des produits,


prestations ou services dans les meilleures conditions du marché…), le directeur
des achats doit établir les règles sur un certain nombre de thèmes traitant de la
politique produite, la politique fournisseurs, les règles de déontologie.
Voici deux exemples de synthèses sur la politique d’achat tirés de l’expérience
terrain des auteurs.
Le politique d’achat s’organise autour d’une stratégie d’entreprise, fixe des
objectifs et des valeurs communes à respecter.
II-1-5- Raffinage & Packaging (Conditionnement) :
II-1- 5-a- Raffinage :
1)- Raffinage chimique
Enlever tous les éléments indésirables dans huile brute
1- Dégommage : éliminer les gommes et les phospholipides.
2- Neutralisation : éliminer les acides gras libres.
3- Décirage: éliminer les cires.
4- Décoloration : enlever les pigments colorants
5- Désodorisation : éliminer toutes les odeurs.
2)- Raffinage Physique
1. Centrifugation
2. Dépression (Système de vide)
3. Chauffage refroidissement
3)- Produit semi-fini
Processus
Produits semi-finis produits finis
Destiné au packaging destiné à la vente
 
‐ Produit fini (B to B) (Busines to Busines) pour Afia c’est un produit fini et 
pour fournisseurs est considéré comme matière première, industrie to 
industrie. 

33
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

II-1-5-b- Packaging (Conditionnement) : 
‐ Le service packaging reçoit l’huile semi‐finie dans des bacs tampons, 
récupéré de la raffinerie et passe par le procès packaging. 
La préforme passe dans une souffleuse pour avoir la forme de bouteille, elle se 
remplie par l’huile ensuite vient la fonction de l’étiqueteuse et les bouchons 
après comme dernière étape les couvrir par un fil transparent et les mettre 
dans des palettes pour en final avoir la bouteille d’huile pour vendre aux 
consommateurs 

III ‐les Trois types d’huile Utilisés :  

Soja –Maïs - Tournesol

 
III‐1‐ Stockage produits finis : 
Pour stocker les palettes, nécessite l’intervention et la responsabilité de service
logistique, car ce produit s’arrange dans un grand magasin avec plusieurs
rayons.
III‐2‐ Déstockage et la vente de produits finis : 
Le commercial réceptionne les commandes ; à travers le service Sales
Opération, qui est en contacte directe avec le client, dont il saisit la commande
sur système.
Vu que ce dernier a une relation directe avec le service crédit de control
(département finance), il vérifie par la suite le payement de client pour la
commande, étant donné que Afia a un mode de payement de client par avance,

34
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

en suite ce service de control effectue le déblocage c’est-à-dire il ordonne le


déstockage de produits finis.
III‐3‐ Transport Produits finis « b2b & b2c » :
Cette opération est accordée toujours par le service logistique avec le sous-
traitant du transport du produit fini, qui assure le transport de ce dernier pour le
client.
Conclusion :
Toutes ces opérations génèrent des charges que l’entreprise doit les payés.
Donc comment Afia Algeria génère les ressources pour effectuer le payement
de toutes ces opérations ?
Cette question nous attire de voir les moyens de financement de cycle
d’exploitation de Afia international.    

IV‐ Les différents types de financement du cycle d’exploitation


d’Afia : 
IV‐1‐ Les délais de paiement : 
Les délais de paiement ont une influence directe sur la rentabilité de l'entreprise.
En effet, l'équilibre d'exploitation peut être analysé au travers des délais de
règlement consentis aux clients ou octroyés à l'entreprise par ses fournisseurs.
Un rappel des notions de fonds de roulement, cycle d'exploitation et trésorerie
s'impose pour comprendre où s'intercalent ces indicateurs de gestion. La vie de
l'entreprise est cadencée par deux cycles de durée différente : l'un long
correspondant au fonds de roulement et l'autre plus court s'appliquant au cycle
d'exploitation.
Entreprise Afia internationale est un exemple qui paie ses fournisseurs avec des
délais de règlement plus court qu’elle se fait payer de ses clients.
Le délai de règlement des clients de l’entreprise Afia international est à
l’avance, à partir de la livraison de la marchandise.
IV‐1‐1‐ Les délais clients : 
Le délai moyen de paiement des clients est un indicateur capital à suivre au sein
d’une entreprise.

35
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

IV‐1‐2‐ Les délais fournisseurs : 


Ci-dessus un tableau récapitulatif des fournisseurs de Afia international avec leurs
principaux délais de paiement pour voir la variation des délais effectués par
rapport au délai client et est-ce que Afia aura besoin d’un fond de roulement
pour payer ces fournisseurs.
Tableau 2 :

Nom Fournisseur Délai de paiement


SGT 30 JOURS
SONELGAZ DITRIBUTION OUEST 15 JOURS
DOUANES ALGERIENNES IMMEDIAT
SIPA SPA GRUPPO ZOPPAS INDUTRIES LC
MMC DDB 30 JOURS
OPEN SARL 30 JOURS
ETOILE PLASTIQUE IMMEDIAT
SABI SYSTEMS IMMEDIAT
SEA MORY AND CIE 30 JOURS
HOTEL HAMMAMET 30 JOURS
ETS BELHACEN SAMIR 30 JOURS
AQUALIS ALGERIE 30 JOURS
OMOI EURL 30 JOURS
MSMI 30 JOURS
SARL MERIPLAST 30 JOURS
HOTEL SIEHA IBIS B.E.Z SPA IMMEDIAT
INTELLIGENCE TRANS SARL 30 JOURS
TECHNOMAC EURL IMMEDIAT
MESREF HACHEMI 30 JOURS
TRANSOUEST SARL 60 JOURS
 

36
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

Résumé :
Le délai fournisseurs correspond au délai moyen de règlement aux fournisseurs,
en tenant compte des délais qu'ils vous accordent.
V‐ les Financements bancaires : 
V‐1‐1‐Crédit à long terme : 
Le crédit à long terme est un crédit dont la durée est supérieure à sept ans. Il est
destiné à financer les investissements lourds des entreprises. Le crédit à long
terme attaché aux particuliers correspond généralement à un crédit immobilier.
Le crédit à long terme peut également être octroyé dans le cadre d'un emprunt
professionnel ou d'un crédit personnel sur le long terme.
Ce type de crédit n’est pas utilisé par la compagnie Afia.
V‐1‐2-Crédit à Moyen terme (CMT) : 
C’est un crédit à long terme utilisé pour une nécessité d’exploitation
(Investissement) car le CMT dure uniquement 5 ans qu’Afia a utilisé lors du
démarrage du projet
V‐1‐3‐Post financement : 
‐ Lors du paiement de l’importation, la banque avance le paiement de ladite facture et
débloque un crédit qui soit payé au maximum de 180 jours (selon toujours la
négociation) négocié par le biais d’une ligne de crédit mise à disposition par la banque
au profit de l’entreprise Afia Algeria. Ligne de crédit qui est une convention bancaire
négocié par les deux parties (Afia Algeria et la banque) valable une année.
‐ Le montant total de la ligne et le taux d’intérêt qui est diffèrent d’une banque à l’autre.

V‐1‐4‐ Le découvert : 
‐ Le découvert est un crédit de trésorerie mis à la disposition d'un ménage
ou d'une entreprise. Il se matérialise par une position débitrice sur un
compte courant bancaire. Il s'agit d'un crédit global, sans recherche d'une
cause précise, et qui trouve sa justification dans la structure financière de
l'agent économique.
- C’est la facilité de caisse, il est mentionné dans la convention et son taux
d’intérêt est stipulé sur la convention déjà négociée avec la banque au
préalable.

37
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

V‐1‐5‐Escompte : 
L’entreprise Afia Algeria utilise ce mode de financement rarement avec ces
clients qui ont des difficultés financières. Elle accord à ces clients fidèles.
L’escompte peut être de deux genres : escompte bancaire et escompte
commercial.
L'escompte bancaire consiste à céder un effet de commerce (lettre de change,
billet à ordre...) à une banque, en échange d'une avance
de trésorerie immédiate. D'une part, l'escompte permet à un directeur
d'entreprise de conquérir des liquidités auprès de sa banque. D'autre part, la
banque ne rachète pas la créance, mais verse au créancier une somme
correspondant au montant de l'effet de commerce, moins une commission. Au
cas où la créance est impayée à la date d'échéance, la banque se retourne vers le
créancier.
L'escompte commercial est une possibilité donnée au client de régler sa facture
avant terme, en échange d'une remise. Le recours à l'escompte est une
alternative au découvert bancaire. Le fournisseur détermine quelle solution, de
l'escompte ou du découvert, lui permettrait d'entamer le moins possible sa marge
bénéficiaire.
Calcul de l'escompte
L'escompte se calcule de deux manières en comptabilité. D'une part, le montant
de l'escompte bancaire = montant de la créance hors taxes - commission de la
banque + TVA.
D'autre part, le montant de l'escompte commercial = pourcentage de remise x
facture HT, 5% d'escompte sur paiement au comptant.
V‐1‐6 Subvention D’état : 
- Subvention d’état destiné aux produits de large consommation (Huile,
Farine, Sucre), dont la société Afia fait partie de cette catégorie.
L’état subventionne une partie du prix destiné aux consommateurs.
Exemple :
Le prix de 5L Afia ne devrait pas dépasser les 580.00 DZ
- Mécanisme de calcul de la subvention :
L’état intervient lorsque le prix d’achat d’une tonne d’huile brute (Matière
première) dépasse les 79200.00 DZ, tout produit vendu de cet achat (achat >
79200.00) l’état rembourse la déférence.

38
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

Exemple :
Achat 8000.00 tonne huile brute a 85600.00 / tonne.
Vente 6000.00 tonne de cette dernière.
Le calcul de la subvention de Afia :
Subvention = (6000x 85600.00) – (6000x 79200.00) 513600.000.00 –
475200.000.00
Le montant de la subvention d’état 38400.000.00 DZ
Donc le prix de la différence 70200.00 est fixé par ministère du commerce.

39
 
CHAPITRE III                                LE CYCLE ET LE FINANCEMENT DU CYCLE D’EXPLOITATION D’AFIA SPA 
 

Ci-dessous un organigramme qui développe le cycle d’exploitation de


l’entreprise Afia : 
 
 
 

40
 
 

Conclusion :
Le stage est un exercice professionnel qui vise à donner au stagiaire une
approche réelle et pratique de sa formation théorique. C'est donc un processus
très important pour tout étudiant.
Au terme de notre étude, il ne fait aucun doute que la mise en œuvre des
conditions de dynamisation de la politique commerciale, de l'amélioration de la
rentabilité financière, du respect de l'équilibre financier présenterait de
nombreux avantages qui permettront à l’entreprise Afia de figurer parmi les
meilleures entreprises industrielles rentables.
Cependant, nous répondons sur la problématique, Afia est une société qui donne
une très large considération à l’organisation de ses moyens financiers, car sa
bonne gestion financière qu’a laissé connaitre un développement remarquable de
son activité, ainsi l’importance des modes de financement utilisés et leur impact
sur son activité.
L'entreprise Afia International Algeria qui nous a permis de vivre cette étape de
notre formation, nous a vraiment apporté beaucoup d'éléments complémentaires
pour nos études et même notre propre expérience.
En effet durant notre stage nous avons pu constater la relation théorique et
pratique du cycle d’exploitation général. Nous avons pu faire la différence qui
existe entre les cours et les activités professionnelles, une différence pas très
grande mais plutôt complémentaire.
On retiendra donc de notre stage qu'il nous a été très utile et surtout riche en
enseignements professionnels. Ce stage restera pour nous une étape importante
de notre formation mais aussi une période d'initiation professionnelle
inoubliable et remplie de nombreux souvenirs surtout avec l'ambiance familiale
qui règne au sein de cette entreprise.

41
 

Vous aimerez peut-être aussi