Vous êtes sur la page 1sur 32

Milan ZACEK « Effets des séismes sur les

constructions et vulnérabilité
des bâtiments existants »
Professeur à l’ENSA Marseille.
Architecte, ingénieur
1. Pertinence de la protection
parasismique des bâtiments
Les tremblements de terre sont inévitables, mais la destruction
des bâtiments ne l’est pas. Or plus de 90% des pertes en vies
humaines sont dus à l’effondrement d’ouvrages :

La sauvegarde des vies humaines, du patrimoine et des activités


passe donc par la construction parasismique et la réhabilitation
parasismique du bâti existant, particulièrement vulnérable
« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
2. Facteurs de vulnérabilité aux
séismes des bâtiments existants

Les facteurs de vulnérabilité relèvent :

1. de l’architecture (configuration et détail)


2. du système constructif
3. des dispositions constructives
4. de l’état de conservation
5. des interactions possibles avec l’environnement construit
6. de l’interaction de la construction avec le site

« Construire en zone de risque sismique » - Tarbes 12 dé


décembre 2006 -
2.1. Vulnérabilité liée à l’architecture

Les phénomènes suivants peuvent être évités par


une architecture adéquate :
- oscillations asynchrones
des différentes parties
de la construction

- torsion de la construction

- effet de niveau souple

- effet de poteau court


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
Dommages dus aux oscillations asynchrones
des différentes parties de la construction

El Asnam, Algérie 1980 San Fernando, Californie 1971

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Dommages dus à la torsion
de la construction

Mexico 1985 Philippines 1976

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Constructions particulièrement exposées
à la torsion d’ensemble

Martinique Grèce

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Dommages dus à la présence d’un niveau
plus souple que le niveau supérieur

Kobé, Japon 1995 Boumerdès, Algérie 2003

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Dommages dus à l’effet de poteau court

Chi-Chi, Taïwan 1999 El Asnam, Algérie 1980

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


2.2. Vulnérabilité liée au
système constructif

Contreventement insuffisant

San Fernando, Californie 1971 Izmit, Turquie 1999

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Choix d’une ossature avec
remplissages en maçonnerie

Eclatement des panneaux de remplissage

Boumerdès, Algérie 2003 Caracas, Venezuela 1967

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


2.3. Vulnérabilité liée aux
dispositions constructives
Constructions en maçonnerie : absence de confinement

San Giuliano, Italie 2002, M = 5,7 Guadeloupe 2004, M = 6,3


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
Constructions en béton armé

Absence de confinement des poteaux

San Fernando, Californie 1971 Kobé, Japon 1995


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
Constructions en béton armé

Effondrement dû à l’absence de confinement des poteaux,


des poutres et des nœuds

Boumerdès, Algérie 2003 Mexico 1985


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
Constructions en bois

Ancrage insuffisant des murs en bois

San Fernando, Californie 1971 Anchorage, Alaska 1964


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
Constructions en bois

Absence d’attaches entre le parement et le mur en bois

Anchorage, Alaska 1964 Montana, Etats-Unis 1959


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
2.4. Vulnérabilité liée à l’état
de conservation
Mauvais état de conservation

Erevan, Arménie
zone de forte sismicité
« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
2.5. Vulnérabilité liée à l’interaction
avec l’environnement construit
Joint insuffisant entre bâtiments voisins: entrechoquement

Izmit, Turquie 1999 Kobé, Japon 1995


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
Possibilité d’effondrement ou de chute
d’éléments de la construction voisine

Bâtiments endommagés par un ouvrage voisin

Ceyhan-Misis, Turquie 1998 Chi-Chi, Taïwan 1999


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
2.6. Vulnérabilité liée au site

Résonance entre le bâtiment et le sol

Mexico 1985 Kobé, Japon 1995


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
Possibilité d’effet de site topographique

Bâtiment effondré ayant subi des secousses amplifiées


par effet de site topographique

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Possibilité de liquéfaction du sol

Bâtiments fondés sur un sol liquéfiable

Caracas, Venezuela 1967 Izmit, Turquie 1999


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
Possibilité de glissement de terrain ou
d’éboulement rocheux

1. Bâtiment endommagé par un glissement de terrain


2. Chute de blocs pouvant endommager les constructions

Anchorage, Alaska 1964 Sennoz, France


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
3. Stades d’une réhabilitation
parasismique des bâtiments

L’objectif ultime de la protection parasismique du


bâti existant est une réhabilitation, qui comporte
trois stades au niveau du projet :
- Evaluation de la vulnérabilité aux séismes
- Choix d’une stratégie de réhabilitation
- Choix des techniques de renforcement

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


4. Evaluation de la vulnérabilité des
bâtiments aux séismes

A l’échelle d’un bâtiment : évaluation « sur mesure »


- présomption de vulnérabilité : prédiagnostic
(qualitatif, 2 niveaux d’étude)
- vulnérabilité proprement dite : diagnostic
(quantitatif, 2 niveaux d’étude)

A l’échelle urbaine : évaluation statistique


(3 niveaux d’étude)

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Prédiagnostic niveau 1 :
méthode des fiches (AFPS 2002)

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Méthode des fiches AFPS 2002 (suite)

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Méthode des fiches AFPS 2002 (suite)

Evaluation de l’endommagement

Σ Ki > 100 Présomption très forte de vulnérabilité

50 < Σ Ki < 100 Présomption forte de vulnérabilité

25 < Σ Ki < 50 Présomption moyenne de vulnérabilité

10 < Σ Ki < 25 Présomption faible de vulnérabilité

Σ Ki < 10 Présomption très faible de vulnérabilité

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -


Méthode des fiches AFPS 2002 (suite) :
Correspondance entre valeurs de Σ Ki et les dommages

Présomption de vulnérabilité moyenne 25 < Σ Ki ≤ 50


- 0,1 g : dommages légers
- 0,2 g : dommages modérés
- 0,4 g : dommages graves
Présomption de vulnérabilité faible 10 < Σ Ki ≤ 25
- 0,1 g : dommages négligeables
- 0,2 g : dommages légers
- 0,4 g : dommages modérés
Présomption de vulnérabilité Σ Ki ≤ 10
- 0,1 g : dommages nuls à négligeables
- 0,2 g : dommages négligeables à légers
- 0,4 g : dommages légers à modérés
« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
5. Stratégies de réhabilitation
parasismique des bâtiments
Deux grandes familles de démarches :
- améliorer le comportement dynamique de l’ouvrage pour réduire
l’intensité des charges sismiques
- améliorer le niveau de performances de l’ouvrage

Performance structurale en termes d’énergie absorbée


« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
Les points clés

« Effets des séismes sur les constructions


et vulnérabilité des bâtiments existants »

- En cas de tremblement de terre, les constructions peuvent être


meurtrières ; il est nécessaire de les rendre parasismiques
- La vulnérabilité aux séismes des constructions dépend de leur
architecture, structure, des dispositions constructives, du site
et de l’environnement bâti
- Plusieurs méthodes d’évaluation de la vulnérabilité aux séismes
existent ; la méthode la plus sommaire est celle des fiches
- La stratégie de réhabilitation ne devrait pas consister seulement
en un renforcement systématique de la structure ;
une amélioration du comportement dynamique des bâtiments
permet de réduire l’importance des effets des séismes qu’ils
subissent
« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants » - Tarbes 21 octobre 2008 -
« Effets des séismes sur les constructions et
vulnérabilité des bâtiments existants »

Milan ZACEK

Professeur à l’ENSA Marseille.


Architecte, ingénieur
zacek.milan@gmail.com

« Risque sismique : renforcer les bâtiments existants »

Vous aimerez peut-être aussi