Vous êtes sur la page 1sur 2

     

       
 
 
 

UNE REPRISE TROP RAREMENT NEGOCIEE

Il y a des engagements si sérieux qu'un homme perd son honneur à ne pas les
respecter (Henri Becque).

Le protocole de reprise d’activité devait être négocié avec les IRP : nos dirigeants s’y 
étaient engagés, eux qui n’ont eu de cesse de louer le travail des agents pour leur 
implication et leur dévouement sans faille durant la période de confinement.  
Las… la plupart ont allégrement tourné le dos à leurs engagements et se sont contentés 
d’informer les IRP du protocole de reprise. 
 
 

Les collaborateurs se sont investis : quelle reconnaissance de la part des 
Chambres de Commerce et d’Industrie ?  
  
AUCUNE
Tout d’abord, à quelques rares exceptions près, l’indemnité forfaitaire mensuelle de 
télétravail a été refusée à tous les agents pourtant placés d’office en télétravail, laissant 
ainsi aux milliers de collaborateurs le soin de s’acquitter des frais inhérents (électricité, 
achat de consommables…). Pour les CCI, pas de petites économies !! surtout lorsqu’elles 
sont faites sur le dos des salariés… 
 
Ensuite, certaines CCI ont poussé leur « reconnaissance » jusqu’à s’arroger le droit 
d’imposer aux agents la prise de 17 JRTT / JNT : c’est notamment le cas de la CCIR 
Bretagne, qui peut désormais « délester » les collaborateurs de ces 17 jours grâce à un 
avenant glissé subrepticement dans le Règlement Intérieur, voté de concert par la 
délégation employeur et les RP Cfdt. 
 
Enfin, alors même que le Gouvernement et CCI France ont enjoint les CCI à maintenir le 
maximum de collaborateurs en télétravail, nombre de CCI, comme la CCIR Grand Est, ont 
estimé nécessaire de les renvoyer travailler en présentiel, tout en leur déconseillant dans le 
même temps de visiter les entreprises, par mesure de sécurité !!  
 
Intersyndicale UNSA‐CCI – CGE‐CGC – CGT‐CCI : intersyndicale.cci.de.france@gmail.com 
 
 
Ces CCI font encore une fois la preuve de leur conception « archaïque » du télétravail et 
préfèrent imposer la reprise du travail en présentiel, au mépris des risques qu’ils font courir 
aux collaborateurs et au public. Les agents en télétravail qui assurent l’activité du réseau 
démontrent pourtant chaque jour s’il en était besoin qu’ils peuvent s’acquitter de leurs 
tâches en distanciel sans que cela ne nuise à la qualité de leur travail.   
 
Le Président Goguet a lui‐même salué cet engagement, indiquant que « cette action sans 
précédent a trouvé écho auprès des entreprises mais également auprès d’autres acteurs 
comme les médias, les institutionnels, les politiques… qui reconnaissent notre travail, l’utilité 
des CCI et la capacité que nous avons eu à nous mobiliser ». 
 
Mais ces mêmes entreprises, médias et autres politiques savent‐ils combien certains 
Présidents et DG du réseau maltraitent leur personnel et s’empressent de réduire leurs 
acquis en cette période anxiogène ?   
 
Pour une véritable reconnaissance du travail accompli et de l’engagement sans faille des 
agents des CCI, nous demandons :  
 
- une véritable collaboration avec les IRP dans la mise en œuvre des mesures de 
déconfinement, conformément aux préconisations de CCI France 
- le maintien du télétravail pour ceux qui le peuvent, durant toute cette période de 
crise sanitaire 
- le versement de l’indemnité forfaitaire mensuelle de télétravail pour tous les 
télétravailleurs 
- la protection des agents appelés à reprendre leurs activités en présentiel 
- le versement d’une prime exceptionnelle 
 
 
Nos demandes ne sont qu’une juste reconnaissance du travail et de
l’implication de tous les collaborateurs des CCI
 

Vos contacts :
contact@unsa-cci.com 
cgcfk@gmx.com
cgt@cci-paris-idf.fr 

Intersyndicale UNSA‐CCI – CGE‐CGC – CGT‐CCI : intersyndicale.cci.de.france@gmail.com