Vous êtes sur la page 1sur 35

L’électrocautère :

réglages et applications

Leroux Catherine,
FPB Talence, France
17 octobre 2015
1
Divulgation de
conflits d’intérêts potentiels
(Principe de divulgation - «disclosure»)
Afin de respecter les règles d’éthique en vigueur,
je déclare avoir agi comme :
Type d’affiliation Nom de la compagnie Période

OU
Afin de respecter les règles d’éthique en vigueur, je déclare que
je n’ai aucun conflit d’intérêt potentiel avec une société commerciale.

Catherine Leroux 2
Engagement moral
Je m’engage auprès de l’auditoire à :
• lui signaler toute indication non approuvée;
• utiliser les noms génériques;
• utiliser les NNT, les NNH et les niveaux de preuves lorsqu’ils
sont disponibles;
• indiquer les améliorations en valeur absolue
(et non uniquement en valeur relative).
Leroux Catherine,
FPB Talence, France
3
Objectifs
À la fin de cette présentation, le participant sera en mesure de
mieux :

• Identifier les différentes modalités de fonctionnement de


l’électrocautère ;
• Maîtriser l’utilisation sécuritaire et efficace en fonction des
procédures et des particularités chez les différents
patients.
4
Les premiers bistouris
Sur les anciens générateurs, la puissance de coupe
affichée ne varie pas en fonction de l’impédance des
tissus et/ou de la surface de coupe.
Seules la vitesse de coupe et l’intensité des arcs
électriques sont variables.
La prévention des risques de perforation ou
d’hémorragies est moins sécurisée et repose
essentiellement sur l’expérience et le savoir-faire de
l’opérateur.
5
Extrait d’une notice d’utilisation
• « Il est indispensable de connaître le mode d’emploi pour
toutes les personnes utilisant l’électrocautère ».
• « La sécurité dépend de l’appareil, mais également de la
formation du personnel et d’une manipulation correcte de
celui-ci ».
• « Danger ou danger de mort pour le patient et le personnel
médical, risque de dommages matériels ».

• « Les complications sont rares ou exceptionnelles ».

6
Type de courant utilisé
Courant continu Courant alternatif

Effet thermique + effet électrolytique Effet thermique + effet faradique

 Danger de brûlure chimique Effet faradique = contractions musculaires


 Utilisation d’un courant Haute
Fréquence (> 300kHz)

Electrocautère = courant alternatif Haute Fréquence


7
Comprendre le sens du courant
Courant monopolaire

Système de sécurité = plaque


neutre bizone
 Évite le risque d’échauffement
et/ou de brûlure de la peau du patient

Schéma d’une notice d’emploi


8
Comprendre le sens du courant
Courant bipolaire

Le courant bipolaire ne passe pas par


le patient
 La coagulation en profondeur est
limitée par rapport à un courant
monopolaire

 Les risques de brûlures cutanées


sont inexistants

Schéma d’une notice d’emploi 9


Section en mode bipolaire
Courant bipolaire

• Uniquement utilisé avec des


instruments spécifiques tels que
des pinces à hémostase.

• Utilisé chez les personnes


porteuses d’un stimulateur
cardiaque.

Schéma d’une notice d’emploi 10


Risques liés à l’utilisation de
l’électrocautère
• Risque de perforation immédiate ou retardée,
• Risque d’hémorragie immédiate ou retardée,
• Risque de brûlures,
• Risque de perturbation du stimulateur cardiaque,
• Risque d’incendie, d’explosion,
• Risque de perturbation des autres dispositifs électroniques,
• Risque d’une excitation nerveuse ou musculaire.
11
Patient porteur d’un stimulateur
cardiaque ou défibrillateur
Pose d’un aimant pour neutraliser le
stimulateur le temps de l’utilisation de
l’électrocautère

12
Agencement de l’environnement
• Locaux spacieux et aérés
• Isolement de l’électrocautère des
autres appareils électroniques
• Prise électrique unique (pas de
rallonge, ni prise multiple)
• Stockage dans un endroit non
confiné et non recouvert

13
Préparation de l’électrocautère

• Démêler tous les cordons de connexions avant et après


utilisation
• Vérifier la connexion spécifique de chaque fil sur sa prise
 Risque de brûlures lié aux fils de connexion défectueux
14
Préparation du matériel d’hémostase

• Clips à usage unique


• Pince à clips rechargeable + clips de différentes tailles
• Aiguille à sclérose + sérum adrénaliné
• Endoloops

15
Sécurité du patient
1. Le brancard ou table d’examen (roues antistatiques)
2. Sécuriser l’environnement proche du patient (humidité)
3. Eloigner du patient tout objet métallique
4. S’assurer que le patient n’est pas porteur d’un stimulateur
cardiaque (aimant)
5. Bilan d’hémostase, prise éventuelle d’anticoagulant,
antiagrégant

16
Plaque neutre bizone
• Préconisées par le fabricant de
l’électrocautère
• À usage unique
• À double zone pour une meilleure
répartition de l’impédance
• Présence d’un gel adhésif conducteur
• Présence d’une bordure isolante de
sécurité

 Pas de gel supplémentaire


 Pas de découpage de plaque

17
Plaque neutre bizone

18
Positionnement de la plaque
À faire :
• Placer la plaque le plus près possible de
la zone opératoire
• Lisser la plaque sur toute sa surface
• Laisser une boucle de sécurité au niveau
du cordon

Ne pas placer sur :


• Proéminence osseuse
• Tissu cicatriciel
• Peau humide ou inflammatoire
• Tissus adipeux
• Implants 19
Paramétrage de l’électrocautère :
une décision médicale
Recommandations de paramétrage du fournisseur et des
sociétés savantes médicales :
• L’infirmière doit connaître les règles essentielles de
paramétrage suivant l’électrocautère utilisé.
 Astuce : accrocher les recommandations du fabricant
sur le chariot.
• Le médecin vérifie et règle le paramétrage avant le geste.
• Les modifications se font à la demande du médecin, elles
sont confirmées à voix haute par l’infirmière.
20
Rôle de l’infirmière
Avant le geste :
• S’assurer de l’intégrité du matériel
• Connecter correctement les cordons
• Vérifier les paramètres, la plaque et la pédale

Pendant le geste :
• Aide à la vérification du positionnement de l’anse
• Maîtriser la tension exercée
 sur l’anse au moment de sa fermeture,
 sur le fil de coupe d’un sphinctérotome
 sur la fermeture d’une pince « chaude ».
Ajuster son geste afin de sécuriser la coupe et la coagulation produite par
l’électrocautère lors d’une polypectomie, d’une sphinctérotomie.
21
Aide à la vérification de la position de
l’anse

22
Alarmes de sécurité de l’électrocautère
« Mauvais dosage » : puissance délivrée
incorrecte et/ou activation inappropriée de la
pédale

« Temps d’émission » : appui trop prolongé

« NESSY (Neutral Electrode Sécurité


Système) » : problème de plaque

Voyant rouge allumé = problème identifié


 Courant de coupe interrompu immédiatement

23
L’endocoupe
Le Power Peak System (PPS) délivre
pendant quelques ms une puissance élevée
supérieure au palier paramétré pour faciliter
un amorçage rapide de la coupe.
En mode endocoupe*, après l’amorçage, la
section se produit pendant 50 ms puis
coagulation pendant 750 ms. La section et
la coagulation sont alternées de façon
automatique jusqu’à coupe complète du
tissu.
Paramétrage standard : 120 Watts
Hémostase 3 – Coagulation douce : 60
Watts (évite les erreurs de manipulation de
pédale) *Seule la pédale jaune est
utilisée 24
Problème lors d’une coupe
Déclenchement d’une alarme:
• Vérification par l’infirmière du positionnement de la plaque
neutre
• Vérification des différents raccordements et/ou paramètres de
l’électrocautère

Demande du médecin :
• Desserrer l’anse pour la replacer sur une zone moins épaisse
• Tendre ou détendre le fil de coupe du sphinctérotome
• Augmenter la puissance de la coupe de l’électrocautère
• Ôter l’endocoupe (cathétérisme)
25
APC : Coagulation par Plasma Argon
Procédure endoscopique utilisée principalement
pour contrôler les saignements de certaines
lésions dans le tractus-gastro intestinal, et aussi
parfois, à traiter des tumeurs de patients récusés
chirurgicalement.
Utilisation d’un jet de gaz Argon ionisé par une
décharge haute tension (6 kV) entrainant la
coagulation monopolaire des saignements.
Salon de l’équipement médical
Nécessite un module complémentaire à
l’électrocautère.

La profondeur de coagulation est de quelques millimètres.


26
Indications de la coagulation par PA
• Angiodysplasies
• Rectite radique
• Reperméabilisation des prothèses métalliques avec
envahissement tumoral
• Hémostase de saignement actif
• Réduction tumorale
• Ectasies vasculaires antrales

27
Différentes sondes d’Argon

• Différentes sorties
• Différentes tailles : 1 ; 1,5 ;
2,2 et 3 mètres
• Différents diamètres : 1,5 ;
2,3 et 3,2 mm

28
Réglages standards de l’APC
Chaque fabricant donne des valeurs standards pour son module
 Accrochées au chariot

• Colon droit – Duodénum – Rectite radique : 0,6 l/min – A40 Watts


• Oesophage – Estomac : 0,8 l/min – A50 Watts
• Colon gauche : 1 l/min – A60 Watts
• Destruction tumorale : 1,2 l/min – A70-A80 Watts

• Les modifications se font à la demande du médecin, elles


sont confirmées à voix haute par l’infirmière.

29
Règles à respecter pour l’APC
• Bonne préparation colique du patient
• Brancher et purger la sonde 2 fois avant utilisation
• Tenir compte de la profondeur de pénétration et du dosage
• La sonde APC doit toujours se trouver dans le champ visuel de
l'endoscopiste
• Eviter le contact avec le tissu – respecter l‘écart minimum (>1 mm)
• Eviter la proximité d'objets métalliques
• Eviter une distension due à la libération du gaz d‘Argon
• Eviter l'APC en milieu oxygène (< 40%)
• Fermer la bouteille d’Argon et purger le module avant
rangement
30
Règles à respecter pour l’APC
Bon positionnement de la sonde Argon

31
Rôle IDE : connaître les complications
• Risque d’explosion
 Teneur en gaz inflammables ou explosifs (O2, N2O) élevée
 Attention aux endoscopies hautes
 Préparation colique par PEG ou lavements à vérifier

• Risque de perforation
 Si la sonde passe à plusieurs reprises sur la même zone
 Si le débit d’Argon et la puissance sont trop élevés par rapport au tissu
à traiter
 Si l’appui sur la pédale bleue est trop prolongé

32
Messages clés
• Préparer le patient pour assurer sa sécurité
• Connaître le fonctionnement du bistouri électrique
• Connaître les différents réglages
• Savoir manipuler avec précision les différents
instruments reliés au bistouri
• Reconnaître un dysfonctionnement par rapport à
l’alarme déclenchée
33
Références
• Cécile Barrué & Olivier Sylvant, le bistouri électrique, GIFE 2009

• Stéphane Lafont, Principes de l’électrochirurgie, GIFE 2009

• Recommandations de la SFED (Société Française Endoscopies

Digestives)

•Notice mode d’emploi d’un bistouri électrique

34
Merci pour votre attention

Leroux Catherine,
FPB Talence, France

35