Vous êtes sur la page 1sur 86

ROYAUME DU MAROC

DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE


DU SAHARA

ETUDE DU
PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES
RESSOURCES EN EAU (PDAIRE)
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA
Marché 08/2007

Mission I : Evaluation des ressources en eau et


des écosystèmes aquatiques

Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE

Version prédéfinitive

435, lotissement Azzouhour II, Rue Annahda, Ain Itti, Scott Wilson Maroc, Secteur 9, rue
BP 12329, Annakhil, 40016, Marrakech Al Kaki, 16 residence Amal, App. 1,
Tél : +212 24 32 98 17 / 18 Hay Riad, Rabat, Morocco
Fax : +212 24 32 98 19 Tel. +212 (37) 56 67 27
E-mail : info.resing@esing.ma Fax +212 (37) 56 67 26
Site web: www.resing.ma E-mail: scottwilson@menara.ma
Site web: www.scottwilson.com
ROYAUME DU MAROC

DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE


DU SAHARA

ETUDE DU
PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES
RESSOURCES EN EAU (PDAIRE)
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA
Marché 08/2007

Mission I : Evaluation des ressources en eau et


des écosystèmes aquatiques

Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE

Version prédéfinitive

435, lotissement Azzouhour II, Rue Annahda, Ain Itti, Scott Wilson Maroc, Secteur 9, rue
BP 12329, Annakhil, 40016, Marrakech Al Kaki, 16 residence Amal, App. 1,
Tél : +212 24 32 98 17 / 18 Hay Riad, Rabat, Morocco
Fax : +212 24 32 98 19 Tel. +212 (37) 56 67 27
E-mail : info.resing@esing.ma Fax +212 (37) 56 67 26
Site web: www.resing.ma E-mail: scottwilson@menara.ma
Site web: www.scottwilson.com
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
3
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
TABLE DES MATIERES
1. PREAMBULE ___________________________________________________________________ 9
2. LE PDAIRE : OUTIL DE GESTION OPTIMALE DES RESSOURCES EN EAU _________ 10
2.1 CONTEXTE REGLEMENTAIRE ____________________________________________ 10
2.2 CONDITIONS D’ELABORATION DU PDAIRE ________________________________ 10
2.3 MODALITES D’APPROBATION ____________________________________________ 11
3. OBJET DE L’ETUDE ___________________________________________________________ 11
4. ORGANISATION ET DEMARCHE ADOPTEE POUR LA REALISATION DE L’ETUDE__ 12
4.1 DEROULEMENT DE L’ETUDE______________________________________________ 12
4.2 ORGANISATION ET SUIVI DE L’ETUDE ____________________________________ 13
4.2.1 CONCERTATION ET PARTENARIAT ____________________________________________________ 13
4.2.2 BULLETIN DE COMMUNICATION ______________________________________________________ 13
4.3 DEMARCHE ADOPTEE ____________________________________________________ 14
5. ORGANISATION DU DOSSIER DE LA MISSION I _________________________________ 14
6. DESCRIPTION DE LA ZONE DU PDAIRE_________________________________________ 16
6.1 LA ZONE DE L’ETUDE ____________________________________________________ 16
6.1.1 SITUATION GEOGRAPHIQUET ________________________________________________________ 16
6.1.2 DECOUPAGE ADMINISTRATIF ________________________________________________________ 16
6.2 CADRE NATUREL_________________________________________________________ 18
6.2.1 GEOLOGIE ET GEOMORPHOLOGIE _____________________________________________________ 18
6.2.2 CLIMAT ________________________________________________________________________ 20
6.2.3 SITES D’INTERET BIOLOGIQUE ET ECOLOGIQUE __________________________________________ 22
6.3 RESSOURCES EN EAU _____________________________________________________ 28
6.3.1 RESSOURCES EN EAU DE SURFACE ____________________________________________________ 28
6.3.2 RESSOURCES EN EAU SOUTERRAINE ___________________________________________________ 30
6.3.3 QUALITE DES RESSOURCES EN EAU ___________________________________________________ 34
6.3.4 LE RESEAU DE SUIVI _______________________________________________________________ 36
6.4 LES INONDATIONS _______________________________________________________ 36
6.5 CADRE HUMAIN __________________________________________________________ 41
6.5.1 POPULATION ET DEMOGRAPHIE ______________________________________________________ 41
6.5.2 EMPLOI ET ACTIVITE ______________________________________________________________ 49
6.5.3 AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ________________________________________________ 50
6.5.4 URBANISME _____________________________________________________________________ 50
6.5.5 ROUTES ET COMMUNICATIONS _______________________________________________________ 50
6.6 SECTEUR DE L’ASSAINISSEMENT _________________________________________ 52
6.6.1 ASSAINISSEMENT LIQUIDE __________________________________________________________ 52
6.6.2 DECHETS SOLIDES ________________________________________________________________ 53
6.7 SECTEUR D’ALIMENTATION EN EAU POTABLE ____________________________ 54
6.7.1 RÉGION LAÂYOUNE-BOUJDOUR-SAGUIA EL HAMRA______________________________________ 54
6.7.2 REGION OUED EDDAHAB-LAGOUIRA __________________________________________________ 55
6.7.3 REGION GUELMIM-ES SMARA _______________________________________________________ 55
6.7.4 PRODUCTION GLOBALE EN EAU POTABLE DANS LA ZONE DU PDAIRE_________________________ 55
7. ACTIVITES ECONOMIQUES DE LA ZONE DU PDAIRE ____________________________ 56
7.1 SECTEUR PRIMAIRE ______________________________________________________ 56
7.1.1 AGRICULTURE ___________________________________________________________________ 56
7.1.2 ELEVAGE _______________________________________________________________________ 61
-Source : DPA Tan Tan- __________________________________________________________________ 72
7.1.3 PECHE MARITIME _________________________________________________________________ 72
7.1.4 MINES ET HYDROCARBURES _________________________________________________________ 75

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
4
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
7.2 SECTEUR SECONDAIRE ___________________________________________________ 77
7.3 SECTEUR TERTIAIRE _____________________________________________________ 78
7.3.1 COMMERCE _____________________________________________________________________ 78
7.3.2 TOURISME ______________________________________________________________________ 79
8. CONCLUSION _________________________________________________________________ 83
9. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES _____________________________________________ 85

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
5
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
LISTE DES FIGURES
Figure 1 : Schéma de réalisation des Missions I et II de l’étude du PDAIRE du bassin
hydraulique du Sahara .............................................................................................15
Figure 2. Situation géographique de la zone d’étude ......................................................17
Figure 3. Provinces du bassin hydraulique du Sahara ....................................................19
Figure 4. Carte géologique de l’aire du PDAIRE .............................................................21
Figure 5. Sites d’intérêt biologique et écologique (SIBE) de la zone d’étude ..................23
Figure 6. Réseau hydrographique dans la zone du PDAIRE ..........................................29
Figure 7. Barrages et lacs collinaires Dans la zone du PDAIRE .....................................31
Figure 8. Nappes d’eau souterraines inventoriées de la zone du PDAIRE .....................35
Figure 9: Débits de pointe et volumes des apports des crues de l’oued Saguia El Hamra
.................................................................................................................................37
Figure 10. Carte de localisation des zones touchées par les inondations .......................39
Figure 11.Population par communes (RGPH, 2004) ......................................................43
Figure 12. Densités de l’aire du PDAIRE ........................................................................46
Figure 13. Evolution de la population totale (urbaine et rurale) de la zone d’étude (1994-
2040)........................................................................................................................47
Figure 14. Réseau routier de l’aire du PDAIRE...............................................................51
Figure 15. Evolution des superficies irriguées Dans la province de Lâayoune................57
Figure 16. Périmètres irrigués de la Région Oued Eddahab-Lagouira ............................60
Figure 17. Evolution du potentiel irrigué Dans la Région Oued Eddahab Lagouira.........61
Figure 18: Répartition du cheptel par commune dans la Province de Laâyoune ............62
Figure 19. Evolution de l’effectif du cheptel entre 1976 et 2007......................................63
Figure 20. Evolution de l’effectif du cheptel dans la Région Oued Eddahab-Lagouira ....65
Figure 21. Localisation des points d’eau dans la Région Oued Eddahab-Lagouira ........66
Figure 22. Les principaux déplacements des dromadaires dans la Région Oued
Eddahab-Lagouir......................................................................................................68
Figure 23. Points d’eau d’abreuvement du cheptel d’Es Smara.....................................70
Figure 24. Principaux déplacements des dromadaires dans la province d’Es Smara .....71
Figure 25. Débarquements des produits de pêche côtière en quantité ...........................73
Figure 26. Débarquements des produits de la pêche côtière en qualité..........................74
Figure 27. Indice des gisements détectés par le BRPM sur la zone du PDAIRE ............76
Figure 28 : Nombre d’nités industrielles par région en 2005 ...........................................78
Figure 29. Potentialités touristiques de l’aire du PDAIRE................................................82

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
6
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1. Découpage administratif................................................................................18
Tableau 2. Principaux cours d’eau du Bassin du Sahara ................................................28
Tableau 3. Sources de la Région Lâayoune-Boujdour-Saguia El Hamra........................30
Tableau 4. Caractéristiques des principales nappes du Sahara .....................................34
Tableau 5.Qualité des eaux des principales nappes .......................................................34
Tableau 6. Réseau piézométrique de suivi et contrôle des nappes du bassin du Sahara
.................................................................................................................................36
Tableau 7: Crues de l’oued Saguia El Hamra et leur débit de pointe enregistré au niveau
du radier de Lamseid ...............................................................................................37
Tableau 8. Population totale de la zone du PDAIRE RGPH (1994 et 2004) ...................41
Tableau 9. Population par commune de l’aire du PDAIRE –RGPH 2004- ......................42
Tableau 10. Répartition de la population selon le milieu de résidence, au niveau de l’aire
du PDAIRE...............................................................................................................44
Tableau 11. Répartition de la population selon le milieu de résidence, par province ......44
Tableau 12: Densité de population par province .............................................................45
Tableau 13. Projections de la population de la zone d’étude à l’horizon 2040 selon le
milieu de résidence et les variantes retenues (DRHS modifiée, 2004) ....................45
Tableau 14. Projection de la population urbaine, rurale des municipalités et communes
rurales de la zone d’étude à l’horizon 2040..............................................................48
Tableau 15. Taux d’activité de la population active occupée par région et situation de
l’emploi.....................................................................................................................49
Tableau 16. Structure de la population active occupée par secteurs d’activité (2005) ....50
Tableau 17. Longueur des routes construites et revêtues dans la Région de Laâyoune-
Boujdour-Saguia El Hamra (au 31/12/2005) ............................................................52
Tableau 18. Longueur des routes construites et revêtues dans la Région Oued Eddahab
Lagouira au (31/12/2005).........................................................................................52
Tableau 19. Longueur des routes construites et revêtues des Provinces d’Es Smara, Tan
Tan et Assa Zag.......................................................................................................52
Tableau 20. Décharges publiques dans la zone du PDAIRE ..........................................54
Tableau 21. Centres ONEP dans la zone d’étude...........................................................56
Tableau 22. Périmètres irrigués de la Région Oued Eddahab-Lagouira .........................58
Tableau 23. Assolement des cultures, campagnes 2006-2007 et 2007-2008.................59
Tableau 24. Effectif du cheptel par commune dans la Province de Laâyoune, 2007 ......62
Tableau 25. Principales productions et niveaux de consommation dans la Province de
Laâyoune .................................................................................................................63
Tableau 26. Effectif du cheptel dans la Province de Boujdour ........................................64
Tableau 27. Effectif du cheptel pour 2007- Région Oued Eddahab-Lagouira- ................64
Tableau 28. Principales productions animalières dans la Région Oued Eddahab-
Lagouira ...................................................................................................................65
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
7
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 29. Effectif du cheptel dans la Province d’Es Smara .........................................69


Tableau 30. Effectif du cheptel dans la commune rurale de Chbika ...............................72
Tableau 31. Répartition de la production suivant l’espèce en 2006 ................................73
Tableau 32. Débarquements des produits de pêche côtière en valeur (en milliers de DH)
.................................................................................................................................73
Tableau 33. Répartition de la population suivant l’espèce en 2006 ................................74
Tableau 34. Débarquements des produits de la pêche côtière en valeur (en milliers de
DH)...........................................................................................................................74
Tableau 35. Production marchande des phosphates à Boucrâa et au niveau national (en
milliers de tonnes) ....................................................................................................75
Tableau 36. Grandeurs industrielles par provinces en 2005 ...........................................78
Tableau 37. Etablissements classés selon les provinces (au 31/12/2006)......................79
Tableau 38. Capacité des établissements classés selon les provinces (au 31/12/2006) 79
Tableau 39. Evolution des nuités touristiques réalisés dans les établissements classés
selon les provinces (au 31/12/2006) ........................................................................79

LISTE DES PHOTOS


Photo 1. Oued Oum Fatma .............................................................................................22
Photo 2. Oued El Ouaâr ..................................................................................................24
Photo 3. Lagune de Naila................................................................................................24
Photo 4. Parc national de Khnifiss ..................................................................................25
Photo 5. Reg Fleun - Photo 6. Sebkhat Tazgha ..........................................................25
Photo 7. Baie de Dakhla..................................................................................................26
Photo 8. Baie de Cintra ...................................................................................................26
Photo 9. Siège du parc national de Dakhla - Photo 10.Station d’acclimatation ...........27
Photo 11. Oued Chbika ...................................................................................................27
Photo 12. PK 104 de la RN3 - Photo 13. PK 105 de la RN3 ................................38
Photo 14. PK 126 de la RN3 ...........................................................................................38
Photo 15. Illustration des biens des éleveurs sinistrés (Hofrate Graret Aouchfegt-.........40
Photo 16. Arrachement du sol végétal –Bassin d’Oued Togba-......................................40
Photo 17. Périmètre irrigué de Foum El Oued ................................................................57
Photo 18. Un troupeau de dromadaire au niveau du lac d’ Oued SAKIA LHAMRA
(année 2005)............................................................................................................69
Photo 19. Prospections d’un gisement des schistes bitumeux à l’ouest de la lagune de
Khnifiss ....................................................................................................................75
Photo 20. Exploitation de Sebkhat de Tazgha ................................................................77

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
8
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

LISTE DES ACRONYMES


ABH Agence du Bassin Hydraulique
CRI Centre Régional d’Investissement
DPA Division Provinciale de l’Agriculture
DPE Division Provinciale de l’Equipement
DRHS Direction de la Région Hydraulique du Sahara
ONEP Office Nationale de l’Eau Potable
PDAIRE Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau
SAU Surface Agricole Utile
SIBE Sites d’Intérêt Biologique et Ecologique

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
9
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

1. PREAMBULE
L’eau est une ressource naturelle à la base de la vie et une denrée essentielle à la
majeure partie des activités économiques. Elle peut également être rare et est toujours
fortement vulnérable aux effets négatifs des activités humaines.
La gestion de l’eau présente un caractère très particulier en ce sens qu’elle doit s’inscrire
pour être pertinente au niveau d’un bassin versant d’écoulement des eaux. Les échelles
de planification politique ou administrative peuvent, elles, être plus larges ou plus étroites,
du niveau international au niveau local, celui des collectivités ou de leurs groupements.
L'approche "bassin versant" dépasse donc le cadre administratif habituel et entraîne une
exigence de cohérence accrue de tous les décideurs. La loi sur l’eau du 16 août 1995
offre un cadre adéquat pour définir la politique de l’eau et appliquer les principes d’une
bonne gestion dans les grands bassins hydrauliques. Elle permet à travers un processus
itératif et consultatif l’établissement du Schéma Directeur d’Aménagement Intégré des
Ressources en Eau (PDAIRE).
Au Maroc les eaux souterraines facteur déterminant du développement socio-économique
du pays, sont caractérisées par leur rareté et leur irrégularité spatiale et temporelle. Les
aquifères du bassin hydraulique du Sahara présentent une source vitale pour le
développement social et économique de la Région. Ces réservoirs sont faiblement
rechargés et sont considérés comme des nappes fossiles. Une gestion rationnelle des
ressources en eau est primordiale pour assurer la pérennité de cette ressource.
L’extension urbaine des villes et des centres urbains périphériques témoigne du
développement économique certain de l’espace, tendance qui sera, a priori, plus
importante pour les années à venir.
En conséquence de quoi le bassin du Sahara est aujourd’hui, plus que jamais, confronté
à de multiples contraintes, telles la surexploitation des nappes, l’urbanisation croissante
de l’aire régionale, l’émergence de nouveaux besoins en eaux, et la bonne gouvernance
de la gestion des ressources en eau.
Cette situation a fait prendre conscience aux gestionnaires de la nécessité de mettre en
œuvre des actions pour protéger la ressource. L’étude du PDAIRE du bassin hydraulique
du Sahara, initiée par la Direction de la Région Hydraulique du Sahara (DRHS) en
septembre 2007, témoigne de l’intérêt majeur porté par la collectivité à la problématique
des ressources en eau du bassin. Aménagée, exploitée et convoitée, l’aire du Sahara est
désormais contrainte de concilier entre des intérêts parfois divergents de l’ensemble des
acteurs et utilisateurs du territoire local. En ce sens, l’étude du PDAIRE aura pour objectif
majeur de trouver un consensus local dans la perspective globale de sauvegarde et de
gestion optimale des ressources en eau.
Le présent volume, intitulé “Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE ”, constitue le
rapport introductif du dossier de la Mission I de “l’étude du Plan Directeur d’Aménagement
Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara”. Il décrit le
contexte global dans lequel se définit la présente étude et expose ses objectifs. Une
présentation est également faite de la zone d’étude, au travers de ses caractéristiques
géographiques, démographiques et économiques.
Cette première mission est intitulée “ Evaluation des ressources en eau et des
écosystèmes aquatiques ”.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
10
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

2. LE PDAIRE : OUTIL DE GESTION OPTIMALE DES


RESSOURCES EN EAU
Compte tenu de sa position et de ses engagements, la DRHS a décidé d’élaborer un
PDAIRE unique pour le bassin hydraulique du Sahara. La force du PDAIRE réside dans
les modalités de sa rédaction et dans la portée juridique que lui confère l’approbation par
l’autorité administrative. Le processus d’élaboration continu reposant sur une concertation
large et permanente conduit à la participation d’un grand nombre d’acteurs et de
décideurs, par étapes successives. Le très grand nombre de contributions de toutes
origines fonde la légitimité du PDAIRE. Ce mécanisme permet d’ajuster progressivement
le contenu, ainsi que de conforter et d’améliorer le caractère pédagogique du document.
Le PDAIRE est un document de travail, à l’usage des décideurs pour les 20 ou 30 ans qui
viennent, très important dans le domaine de l’eau, puisque dans ce domaine, les
décisions prises à l’avenir devront être compatibles avec les mesures, les objectifs et les
orientations fondamentales du PDAIRE.
Le PDAIRE fixe pour chaque bassin les orientations fondamentales d’une gestion
équilibrée de la ressource en eau. Il prend en compte les principaux programmes arrêtés
par les collectivités publiques et définit de manière générale et harmonisée les objectifs
de quantité et de qualité des milieux aquatiques ainsi que les aménagements à réaliser
pour les atteindre.

2.1 CONTEXTE REGLEMENTAIRE

D’un point de vue juridique, les PDAIREs ont été institués par les textes réglementaires
suivants :
ƒ la loi n°10-95 sur l’eau, promulguée par le dahir n° 1-95-154 du 18 rabii I 1416 (16
août 1995) notamment ses articles 15 à 21 et 99 ;
ƒ le décret n° 2-96-158 du 8 rejeb 1417 (20 novembre 1996) relatif à la composition et
au fonctionnement du Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat ;
ƒ le décret n° 2-97-223 du 21 joumada II 1418 (24 octobre 1997) relatif à la procédure
d’élaboration et de révision des PDAIREs et du Plan National de l’Eau.
L’étude du PDAIRE du bassin hydraulique du Sahara est menée selon les dispositions de
la loi 10-95 sur l’eau et ses textes d’application, notamment, le décret n° 2-05-1534
adopté par le Conseil des Ministres le 23/11/2005, portant sur les conditions et les
modalités d’élaboration et de révision des PDAIRE et du Plan National de l’Eau, qui
constituent la base juridique de la gestion de l’eau au Maroc.
De manière générale, le PDAIRE est élaboré par la DRH (Direction de la Région
Hydraulique) ou l'ABH (Agence du Bassin Hydraulique) pour chaque bassin ou ensemble
de bassins hydrauliques relevant de leurs zones d’action.

2.2 CONDITIONS D’ELABORATION DU PDAIRE

Il est par ailleurs important de préciser que la présente étude est orientée par les
considérations suivantes :
ƒ L’intégration des notions modernes de la gestion de la demande, ainsi que la
participation des usagers et de l’ensemble des opérateurs du secteur de l’eau dans la
prise de décision ;
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
11
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ƒ la prise en compte de la sécheresse et de la vulnérabilité des régimes hydrologiques


comme base de l’évaluation des ressources en eau et de la planification ;
ƒ la programmation des nouveaux aménagements comme composante parmi d’autres
du processus de planification ;
ƒ la bonne connaissance de la demande en eau, de la valorisation effective de l’eau et
des performances des services d’approvisionnement, afin d’assurer une mobilisation
optimale de la ressource ;
ƒ l’optimisation de l’allocation d’eau et la garantie de sa fourniture selon des priorités
établies par des règles qui seront définies ;
ƒ la prise en compte d’une stratégie de préservation des ressources en eau souterraine,
se basant sur :
- la généralisation des techniques d’irrigation localisée, économes en eau ;
- l’adoption de contrats de nappe, comme outils engageant l’ensemble des
partenaires et fixant les objectifs de sauvegarde et de préservation des
ressources en eau souterraine ;
- la prise en considération des facteurs de dégradation de la qualité des
ressources en eau et de l’environnement en général, de l’aménagement du
territoire et de la prévention des risques (plan d’action pour la dépollution,
notamment la généralisation de l’assainissement, mise en œuvre des
recommandations du Plan Directeur pour la Protection contre les Inondations,
etc.) ;
ƒ le développement des ressources en eau non conventionnelles : réutilisation des
eaux usées épurées, dessalement d’eau de mer, déminéralisation des eaux
saumâtres, etc.

2.3 MODALITES D’APPROBATION

Il est à signaler que la DRHS devra évoluer vers une agence (ABH) au cours des
prochains mois. Aussi, lorsque l’étude du PDAIRE sera achevée, cette dernière sera
normalement en place. L’approbation du PDAIRE sera donc soumise aux textes prévus
par la Loi sur l’eau dans le cadre des ABH.
Le rapport du PDAIRE est soumis à l’avis des autorités gouvernementales concernées
par la gestion de l’eau.
Ensuite, la « Commission des Plans Directeurs d’Aménagement Intégré des Ressources
en Eau » présidée par le Ministre chargé de l’eau examine les avis des autorités
gouvernementales et consignes ses observations et ses amendements au directeur de la
DRH ou l’ABH concernée pour procéder aux différentes modifications.
Le dossier du PDAIRE est soumis par le Département chargé de l’eau à l’avis du Conseil
Supérieur de l’Eau et du Climat.
En fin, l’approbation du PDAIRE est faite par décret pris sur proposition du ministre
chargé de l’eau et publié au « Bulletin Officiel ».
Le PDAIRE peut être révisé suite à une recommandation du conseil d’administration de
L’ABH (actuelle DRH).

3. OBJET DE L’ETUDE
La présente étude a pour objet « l’étude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
12
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara ». Elle fait l’objet du


marché n°08/2007/DRHS.

Les objectifs visés par la présente étude sont multiples :


ƒ évaluer, quantitativement et qualitativement, les ressources en eau et les
écosystèmes aquatiques sahariens;
ƒ analyser les acquis, atouts et contraintes dans le domaine de l’eau ;
ƒ évaluer les besoins en eau et les utilisations potentielles des ressources en eau et
des écosystèmes aquatiques ;
ƒ analyser les potentialités de préservation de la qualité des ressources en eau, des
écosystèmes aquatiques et des infrastructures hydrauliques ;
ƒ analyser les risques d’inondation, identifier et évaluer les besoins en protection contre
les inondations ;
ƒ analyser et évaluer les besoins en matière de lutte contre l’érosion et d’aménagement
des bassins versants ;
ƒ mettre en évidence les orientations en matière de développement des ressources en
eau et identifier les objectifs à atteindre ;
ƒ identifier et procéder à une évaluation technique, économique et environnementale
des possibilités de développement et de mise en valeur des ressources en eau, ainsi
que des actions de préservation de ces ressources et des écosystèmes aquatiques,
des possibilités d’économie d’eau et de valorisation des eaux non conventionnelles ;
ƒ étudier les possibilités de financement et modalités de suivi de la mise en œuvre des
actions envisagées.

4. ORGANISATION ET DEMARCHE ADOPTEE POUR LA


REALISATION DE L’ETUDE
4.1 DEROULEMENT DE L’ETUDE

Selon les termes de référence, les prestations prévues par l’étude sont regroupées en
missions et sous-missions, comme suit :
Mission I : Evaluation des ressources en eau et des écosystèmes aquatiques

Sous mission I.1- Présentation de la zone d’action de la DRHS


Sous mission I.2- Evaluation quantitative des ressources en eau et des écosystèmes
Sous mission I.3- Evaluation qualitative des ressources en eau
Sous mission I.4- Diagnostic des ouvrages hydrauliques

Mission II : Evaluation des besoins en eau et des utilisations potentielles des


ressources en eau et des écosystèmes aquatiques
Sous mission II.1- Evaluation de la demande en eau
Sous mission II.2- Secteur eau potable et industrielle
Sous mission II.3- Secteur agricole
Sous mission II.4- Evaluation des besoins en eau des écosystèmes aquatiques
Sous mission II.5- Identification des nouveaux besoins futurs en eau et des utilisations
potentielles des ressources en eau

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
13
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Mission III : Confrontation « Ressources-Besoins » et définition des objectifs du


PDAIRE
Sous mission III.1- Elaboration du modèle de planification, du schéma du système
hydraulique actuel et confrontation ressources-besoins
Sous mission III.2- Définition des objectifs du PDAIRE
Sous mission III.3- Atelier de concertation pour la validation des objectifs tracés pour
le PDAIRE

Mission IV : Elaboration des schémas d’optimisation de la gestion et de la


protection des ressources en eau, des conditions de sa mise en œuvre et de son
système d’information
Sous mission IV.1- Elaboration des scénarios du PDAIRE
Sous mission IV.2- Etude des scénarios et proposition du scénario optimal
Sous mission IV.3- Atelier de concertation
Sous mission IV.4- Elaboration du PDAIRE
Sous mission IV.5- Elaboration du système d’information du PDAIRE

4.2 ORGANISATION ET SUIVI DE L’ETUDE

4.2.1 CONCERTATION ET PARTENARIAT

La présente étude s’inscrit dans le cadre d’une démarche partenariale et de concertation


entre les différents acteurs nationaux et locaux, intervenants directement ou non dans le
domaine de l’eau. Cette démarche est notamment matérialisée par un comité de suivi, qui
a été mis en place spécifiquement pour le suivi de l’étude du PDAIRE. Vu l’étendue de la
région, le comité de pilotage a été subdivisé en trois sous comités (Oued Eddahab-
Lagouira, Laâyoune-Boujdour- Saguia El Hamra et Guelmim- Es Smara). Piloté par la
DRHS, ce comité est chargé d’encadrer la réalisation de l’étude, notamment en formulant
les orientations et en validant les résultats et les produits.
Concernant sa constitution, le comité de pilotage regroupe l’ensemble des organismes
concernés et/ou intervenant dans la gestion des ressources en eau au niveau régional,
notamment, l’ONEP, les DPA, les DPE, les Eaux et Forêts, les municipalités, l’Agence
Urbaine de Laâyoune, l’Agence du Développement du Sud, les Délégations de Tourisme,
les Chambres de Commerce et d’Industrie, les Pêches et le CRI.
La première étape importante de la présente étude s’est matérialisée par la tenue de trois
réunions de concertation élargie au niveau des sous comités de pilotage, le 5 mai 2008 à
Dakhla, le 07 mai 2008 à Laâyoune et le 8 mai 2008 à Es Smara. Le cadre réglementaire
précisant le processus d’élaboration du PDAIRE a été présenté, de même que la
méthodologie proposée par le Groupement RESING/SCOTT WILSON pour le
déroulement de cette étude. A cette occasion, ont été définies les orientations que devrait
suivre le PDAIRE du bassin hydraulique du Sahara. Cette concertation a également été
l’occasion de conforter les principes d’approche partenariale, de sensibilisation des
usagers et d’égalité d’accès à la ressource.

4.2.2 BULLETIN DE COMMUNICATION

Dans le même objectif de concertation et de diffusion de l’information, le Groupement a


proposé de mettre en place un bulletin de communication destiné au comité de pilotage
et aux acteurs dans le secteur de l’eau. Ce bulletin aura, notamment pour objectif
d’informer et de sensibiliser le plus grand nombre d’usagers de l’eau et acteurs de l’eau

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
14
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

au déroulement de l’étude et de promouvoir la concertation à un niveau qui accroît le


degré d’implication de ces derniers dans le processus de l’élaboration du PDAIRE et leur
adhésion au plan d’action qui en découlera.

4.3 DEMARCHE ADOPTEE

En concertation avec la DRHS, le Groupement a décidé de conduire la Mission I relative


à l’évaluation des ressources en eaux et des écosystèmes aquatiques et la mission II
relative à l’évaluation des besoins en eau et des utilisations potentielles des ressources
en eau et des écosystèmes aquatiques en parallèle étant donné qu’elles sont quasi-
indépendantes.
Cette démarche permettra de gagner sur les délais d’élaboration de l’étude, souhaitée
par la DRHS.
La figure 1, ci-après présentée, schématise la démarche globale qui a été adoptée pour
la réalisation des Missions I et II de la présente étude.

5. ORGANISATION DU DOSSIER DE LA MISSION I


Le dossier de la Mission I se compose de 5 volumes, comme suit :

ƒ Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE


ƒ Volume 2: Ressources en eau de surface
ƒ Volume 3: Ressources en eau souterraine
ƒ Volume 4: Ressources en eau non conventionnelles
ƒ Volume 5: Etat des zones humides et environnement

Le présent volume s’intitule "Volume 1 : Cadre et contexte du PDAIRE".

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara 15
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

CONSISTANCE Lancement de l’étude PRODUIT

- Bibliographie Bulletin de
- Documents Phase préliminaire de collecte des communication n°1
cartographiques
- Liste des partenaires données et missions de terrain
et contacts

Identification :
- domaine
Réunion de l’équipe d’intervention
- Démarche générale
- Discussion des TDR Etat d’avancement des investigations préliminaires - tâches
et plannings - indicateurs
- Préparation des thématiques
ateliers
- Préparation des
missions de collecte
de données Ateliers de travail Réunions de travail Ateliers - Présentation des
sectorielles objectifs
Consultant / de concertation - Présentation de la
Administration (Agriculture, AEP, etc.) méthodologie
Comité de suivi - Présentation des
premiers résultats

Catalogue des
données

Phase complémentaire de S.I.


Bases de données
collecte des données et missions
de terrain

Documentation
Missions de terrain
ciblées cartographique
Milieu naturel, contexte
climatique, socio-
économie, infrastructures
et aménagements,
démographie, ressources,
réserves naturelles, ETUDE DU CONTEXTE SPECIFIQUE
potentiels, cadre juridique
ANALYSES ET EXPERTISES Bulletin de
REGIONAL THEMATIQUES communication n°2

Volet Volet Volet Volet Volet Volet


Ressources en AEP et Environnement Infrastructures et Agriculture Socio-
eau Assainissement aménagements économique

- Analyse des documents


de base ;
- Schémas Directeurs
sectoriels
- Etudes spécifiques
- Réunions de travail avec COMPARAISONS, ACTUALISATIONS ET SYNTHESE Dossiers Missions
départements I et II
Î ELABORATION DES VOLUMES THEMATIQUES Volumes
thématiques

Bulletin de
REUNIONS DU COMITE communication n°3
DE SUIVI

Validation des
CONCERTATION ET VALIDATION Dossiers

Figure 1 : Schéma de réalisation des Missions I et II de l’étude du PDAIRE du bassin hydraulique du Sahara

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
16
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

6. DESCRIPTION DE LA ZONE DU PDAIRE


Cette section présente la zone d’action de la Direction de la Région Hydraulique du
Sahara (DRHS), notamment les contextes physique et socio-économique. Elle a été
élaborée sur la base des documents recueillis auprès des services déconcentrés au
niveau de la région, des collectivités locales et des établissements publics opérants dans
la région. Une bonne partie des informations utilisées provient également des études
sectorielles ainsi que des travaux de recherches réalisés par l’Université Marocaine.

6.1 LA ZONE DE L’ETUDE

6.1.1 SITUATION GEOGRAPHIQUET

Situé au Sud du Royaume, le bassin hydraulique du Sahara est le plus grand bassin
hydraulique Marocain. Il couvre une superficie de près de 350107 km2 et s’étend sur les
trois Régions d’Oued Eddahab-Lagouira (142865 km2), Laâyoune-Boujdour-Saguia El
Hamra (139482 km2) et Guelmim-Es Smara (67760 km2).
Ce bassin représente des unités géographique et géologique qui s'étalent du Nord au
Sud le long de l'océan Atlantique, dans une bande de largeur pouvant dépasser 300 km.
Il est limité au Nord par le bassin de l’Oued Drâa1, à l’Ouest par l’océan Atlantique. Au
Sud et à l’Est, la limite est soulignée par l’Algérie et la Mauritanie (Fig.2).

6.1.2 DECOUPAGE ADMINISTRATIF

Du point de vue administratif, le bassin du Sahara est réparti en sept provinces


dépendant de ses trois régions :
Région Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra
La Région de Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra est constituée de deux provinces :
- Province de Laâyoune : elle est passée d’une simple bourgade militaire en 1975 à un
chef lieu de région à partir de 1994. Un intérêt particulier a été donné à cette province par
le lancement des plans triennal et quinquennal visant le développement économique et
social. Depuis le découpage communal de 1992, on y recense trois communes urbaines
(Laâyoune, Tarfaya et El Marsa) et sept communes rurales ;
- Province de Boujdour : elle regroupe la municipalité de Boujdour et trois communes
rurales.
Région Oued Eddahab - Lagouira
Administrativement, la Région d’Oued Eddahab - Lagouira est constituée de deux
provinces :
- Oued Eddahab : créée le 14 Août 1979 ;
- Aousserd : créée en Août 1998.
La Province d’Oued Eddahab comprend la municipalité de Dakhla et six communes
rurales réparties en deux cercles: El Argoub et Bir Anzarane.

1
Les provinces de Tan Tan et d’Assa Zag se trouvent à cheval sur les deux le Bassin du Draa et le Bassin du Sahara.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
17

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

TAN TAN

TAN TAN TARFAYA
DAOURA
SMARA

ALGERIE
BOUJ DOUR TAH
GHELTAT ZEMOUR
DAOURA HAGOUNIA
BIR ANZARANE
AOUHIFRITE FOUM EL Oued
MAATALLAH
LAMSAYED

UE
ZOUG
LAGOUIRA LAAYOUNE HAOUZA

T IQ
AN
SMARA

L
AT
BOU CRAA
BOUJDOUR
CARTE DE LA SITUATION GEOGRAPHIQUE
ARIDAL

N
EA
0 100 200

OC
kilomètres
LEGENDE GHELTAT ZEMOUR

Limite du bassin

Ville / Centre urbain

Région de Laâyoune-Boujdour DAKHLA BIR ANZARANE


-Saguia El Hamra EL ARGOUB

E
NI
TA
Région de Guélmim-Es Smara DOUMS

RI
IMLILI

AU
AOUHIFRITE

M
Région de Oued eddah-Lagouira
AOUSSERD

MAATALLAH
HASSI BOUG

TICHLA ZOUG
BIR GANDOUZ
CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma LAGOUIRA
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 2. Situation géographique de la zone d’étude


MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
18
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

La Province d’Aousserd englobe la municipalité de Lagouira et deux cercles, Aousserd et


Bir Gandouz, ainsi que cinq communes rurales.
La municipalité de Dakhla est la capitale administrative de la région. Elle abrite les sièges
de la Région, du Conseil Préfectoral, de la Wilaya et de la Province d’Oued Eddahab et
des entités déconcentrées. Elle abrite également, à titre provisoire, les sièges de la
Province d’Aousserd ainsi que l’ensemble des cercles, caïdats et communes urbaines et
rurales de toute la région.
Région Guelmim – Es Smara
La Région de Guelmim – Es Smara est constituée de la Province d’Es Smara et de
certaines communes relevant des provinces de Tan Tan et Assa Zag :
• la Province d’Es Smara comprend la municipalité d’Es Smara et cinq communes
rurales ;
• Dans la Province de Tan Tan, les communes concernées comprennent la commune
rurale de Chbika et une petite partie de la commune rurale Abtteh ;
• Dans la Province d’Assa Zag, deux petites parties des communes rurales Al Mahbas
et Labouirat sont concernées.
Le découpage administratif de l’aire de l’étude est détaillé au niveau du tableau 1 et
illustré au niveau de la figure 3 ci-après.
Tableau 1. Découpage administratif

Région Province Nbre. Nbre. Communes Superficie


2
Municipalités rurales km
Laâyoune-Boujdour- Boujdour 1 3 100 020
Saguia El Hamra Laâyoune 3 7 39 462
Oued Eddahab- Aousserd 1 5 59 437
Lagouira Oued Eddahab 1 6 83 428
Es Smara 1 5 61 760
Guelmim-Es Smara Tan Tan 0 2 4 000
Assa Zag 0 2 2 000
Total: 3 Régions 7 7 30 350 107

6.2 CADRE NATUREL

6.2.1 GEOLOGIE ET GEOMORPHOLOGIE

Une description détaillée du contexte géologique et géomorphologique est présentée


dans le volume 3 : Ressources en Eau Souterraine. A ce niveau sont présentés quelques
éléments permettant de situer la zone d’étude dans son contexte physique.

6.2.1.1 Géomorphologie

Dans la zone du PDAIRE, le relief est constitué en grande partie de plaines et de


quelques modestes plateaux qui atteignent rarement 400 mètres d'altitude. Globalement,
on peut diviser le bassin du Sahara en trois zones assez différentes :

la partie nord-est, à partir des chaînes de l'Anti Atlas jusqu'aux collines de Zemmour,
constituée par un désert rocheux (Hmada) avec des montagnes abruptes et un relief
accidenté ;

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
19

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

BEN KHLIL

TANTAN
EL OUATIA
TILEMZOUN
CHBIKA
TARFAYA ABTEH
DAOURA ZAG
HAOUZA JDIRIYA
TARFAYA MSIED
BOUJDOUR
ES-SEMARA
TIFARITI
AKHFENNIR ABTEH LABOUIRAT
GUELTAT ZEMMOUR TAH
BIR ANZARANE
DAOURA AL MAHBASS
GLEIBAT EL FOULA
AOUSSERD
El Hagounia
ZOUG
BIR GANDOUZ
HAOUZA

UE
LAGOUIRA
SIDI AHMED JDIRIYA
EL MARSA LAAYOUNE
LAAROUSSI

IQ
FOUM DCHEIRA

NT
EL OUED

LA
BOUKRAA ES-SEMARA

AT
BOUJDOUR AMGALA TIFARITI
DECOUPAGE ADMINITRATIF
LAMSSID

N
EA
0 100 200

OC
LEGENDE JRAIFIA
GUELTAT ZEMMOUR kilometres

Province d'Aousserd

Province d'Oued Eddahab


BIR ANZARANE OUM DREYGA

Province de Boujdour
ED DAKHLA MIJIK
EL ARGOUB
Province de Laayoune
GLEIBAT EL FOULA
Province d' Assa Zag

Province de Tan Tan AOUSSERD


IMLILI AGHOUINIT
Province d'Es Smara

Communes
TICHLA ZOUG
CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson BIR GANDOUZ
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
LAGOUIRA
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 3. Provinces du bassin hydraulique du Sahara

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
20
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

• la zone comprise entre Sehb El Harcha au nord et l'oued Draa au centre est
caractérisée par des oueds qui sont plutôt des dépressions dans lesquelles l'eau
s'écoule pendant les brèves saisons de pluie (en automne surtout). Dans cette zone,
coule le Saguia El Hamra ;
• la troisième zone est celle de l'intérieur et du centre. Elle est constituée de plates et
monotones "ergs" et de dunes de sable.
Située pour l’essentiel sur un vaste plateau, la hamada, la région de Laâyoune-Boujdour-
Saguia El Hamra a un relief peu accidenté. Ce plateau s’élève progressivement de la mer
vers l’est, très aride, coupé seulement par les ravins (parfois encaissés) des oueds
intermittents mais parfois dévastateurs du bassin de Saguia El Hamra. On y rencontre
cependant quelques sebkhas et des cordons dunaires limités. Les sols sont généralement
squelettiques présentant une texture grossière sauf au niveau des lits des oueds et des
nombreuses ‘’GRARAS ‘’. Ces dernières sont des sortes de dépressions plus ou moins
vastes, qui grâce aux dépôts des eaux de crues, ont des sols profonds, de texture
moyenne limono-sablo-argileuse.
Le relief peu élevé de la région d’Oued Eddahab-Lagouira est constitué à l’Ouest par des
cuvettes sablonneuses, des sebkhas et des plaines d’accumulations caillouteuses. A l’Est
il est constitué par des collines sablonneuses ou caillouteuses dont l’altitude varie entre
300 et 500 mètres culminant dans l’Adrar-Soutouf.
La région de Guelmim-Es Smara est constituée par une zone de montagnes au Nord et
au Nord- Est, une zone de plaines à faible altitude au centre et une zone désertique au
Sud.

6.2.1.2 Géologie

Du point de vue géologique (Fig.4) le bassin du Sahara contient des formations datant du
Précambrien, Primaire, Crétacé, Paléogène, Miocène et Plioquaternaire.
Les formations du Crétacé inferieur sont constituées par les sables blanchâtres et les
argiles sableuses rouges qui présentent de grandes variations de profondeur et de
lithologie.
Le Crétacé supérieur est constitué, dans sa partie supérieure, de marnes bitumineuses
plus ou moins gréseuses, et dans sa partie inférieure des grès et des dolomies à
intercalations argileuses. Sa limite sud correspond sensiblement à une ligne ENE-WSW
joignant Oum Dreiga. Les dépôts du Crétacé supérieur montrent une grande variabilité
dans le bassin. Vers l’Est, près des affleurements, un faciès continental domine avec des
niveaux sableux à intercalations marneuses (formations de Tebaila et de Briber). En allant
vers l’Ouest, le faciès est représenté par des dépôts laguno-marins avec à la base des
bancs dolomitiques et au sommet des alternances de sables et de marnes à silex. Plus à
l’Ouest, les dolomies deviennent un peu plus abondantes à la base. Vers le littoral, les
dolomies ont tendance à disparaître au profit de niveaux argilo-marneux épais sans silex.
Le paléogène est constitué de sables marneux à silex reposant sur le Crétacé inférieur.

6.2.2 CLIMAT

Le climat de la région est de type aride saharien tempéré par l'humidité marine sur une
frange côtière n'excédant pas 50 km de large. Les précipitations sont faibles ou
inexistantes avec des écarts importants d'une zone à une autre. Lorsqu'elles se
produisent, elles ont un caractère bref, violent, orageux et concentré dans le temps. Le
total annuel de précipitations, qui reste inférieur à 60 mm, est atteint en quelques jours.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
21

Algérie

Mauritanie

Figure 4. Carte géologique de l’aire du PDAIRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
22
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

La température moyenne annuelle varie entre 17°C sur la côte et 25°C ailleurs. Les
valeurs minimales et maximales sont respectivement de l'ordre de 10 et 40°C. La région
se caractérise par l'importance des écarts quotidiens et annuels et par des températures
uniformes le long de l'année au niveau de certaines villes comme Boujdour et Dakhla.
Le Sahara marocain est ainsi doté d’une très importante ressource en énergie éolienne
qui devrait constituer un atout économique majeur à moyen terme. Les vents fréquents
ont comme direction principale le NNE-SSW et comme directions secondaires le N-S et le
NE-SW.
Une analyse plus approfondie des paramètres climatiques est consignée dans le volume
2 : Ressources en eau de surface.

6.2.3 SITES D’INTERET BIOLOGIQUE ET ECOLOGIQUE

La zone du PDAIRE recèle de nombreux Sites d’Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE).


Ces sites sont présentés ci-après par région (Fig.5).
Région Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra
Les formations dominantes désertiques à très faible couvert végétal alternent avec de
petites zones de « forêt ». 165500 ha (0,12 % de la surface) concentrées dans les
dépressions et les « graras ». Le littoral de la province de Boujdour, en raison de
l’humidité de l’air, est un peu mieux doté, mais les fortes contraintes climatiques limitent
partout fortement la biodiversité.
Dans cette région on distingue cinq sites d’intérêt et un parc national :
Oued Oum Fatma (photo 1): Oued typiquement saharien, ne communiquant pas avec la
mer. Sa lagune terminale de dimension variable selon les années, est un lieu très
favorable au repos des oiseaux marins.

Photo 1. Oued Oum Fatma


Oued El Ouaâr (photo 2) : présente une configuration proche de celle d’Oum Fatma mais
la lagune peut être alimentée par les hautes vagues de la mer. Il doit être protégé de
l’impact de la route.
Ces deux SIBE très proches de celui de l’Oued Chbika (Région de Guelmim-Es Smara),
forment avec ce dernier un ensemble intéressant et devraient faire l’objet d’un
aménagement d’ensemble, bien qu’ils appartiennent à des régions administratives
différentes.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
23
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

Oued Chebeika
Oued Amma Fatma
Oued El Ouar
Lagune Khnifiss

PN DAKHLA

UE
T IQ
AN
L
AT
SITES D'INTERET BIOLOGIQUE
ET ECOLOGIQUE
Pointe d'Awfist

N
EA
0 100 200

OC
kilometres
LEGENDE
Hassi Touf

Limite du bassin

Parc National - Parc Naturel


Baie de Dakhla
Domaine Littoral

Priorite 1No Window


Baie de Cintra
Priorite 2

Priorite 3 PN DAKHLA

CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson


N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 5. Sites d’intérêt biologique et écologique (SIBE) de la zone d’étude

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
24
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Photo 2. Oued El Ouaâr

Pointe d’Awfist : Classée en priorité 2, c’est une pointe sablonneuse remarquable,


adossée au pied de la falaise littorale sur près de 2 km et s'avançant en mer sur plusieurs
centaines de mètres. Son usage principal est la pêche. Sa flore est une maigre végétation
halophile là où la dune rejoint la falaise. Sa faune n’est pas suffisamment connue. Région
particulièrement poissonneuse, elle a une vocation ornithologique très forte comme
reposoir d'oiseaux marins dont le goéland d'Audouin (tout au moins en période hivernale).
Plus de 5000 Laridés y ont été dénombrés. Autres espèces vues : goéland leucophée,
goéland brun, goéland immatures, sterne caugek, grand cormoran, fou de bassan, merle
bleu et un individu de macreuse noire.

Lagune de Naila (photo 3): Située à 170 Km au nord de Laâyoune, la lagune de Naila est
desservie par la RN1. C’est un véritable bras de mer, avec un plan d’eau qui s’étale sur
plus de 3000 ha. Elle s'appuie à l'Ouest sur des dunes vives qui permettent la régulation
des apports marins et le maintien d’un plan d’eau minimal pendant les périodes de
marées basses. A l'Est, elle s’appuie sur une falaise de grès dunaire peu consolidé. Elle
se prolonge vers l'intérieur des terres par une immense dépression géologique, Sabkhat
Tazgha, véritable carrière naturelle d’exploitation de sel.

Photo 3. Lagune de Naila


Le site est classé réserve naturelle. Il offre une diversité de biotopes, dans un milieu
désertique austère. Le pouvoir attractif, à la fois sur le plan nature et activités sportives
liées à la mer, place le site comme maillon essentiel pour le développement du tourisme
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
25
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

dans la région.

Parc national de Khnifiss (photo 4): situé entre le centre d’Akhfenir et Tarfaya, il s’agit
d’un SIBE de zone humide littorale.

Photo 4. Parc national de Khnifiss


Il comprend une très grande lagune de priorité 11, constituant un bras de mer de 20 km
de long et de quelques centaines de mètres de large, associée à une guelta temporaire et
un littoral marin. Le tout est serti dans un contexte désertique (erg, reg et sebkhat) tout à
fait remarquable (photos 5 et 6). C’est apparemment l’unique parc dans le monde qui
regroupe l’ensemble de ces composantes. On y trouve une trentaine d’espèces d’algues
et plus de 70 espèces de plantes vasculaires dont plusieurs sont endémiques. La faune et
la population animale ont les mêmes caractéristiques de richesse, de diversité et
d’endémismes. Plus de 140 invertébrés marins, 17 reptiles et amphibiens, 179 oiseaux et
27 mammifères y ont été recensés.

Photo 5. Reg Fleun Photo 6. Sebkhat Tazgha

Région Oued Eddahab - Lagouira


Cette région présente des caractères communs avec celle de Laâyoune-Boujdour-Saguia
El Hamra : immensité monotone des plateaux dénudés qui s’élèvent lentement vers l’Est,
terrains de parcours presque illimités des Rguibat Sahel et des Ouled Delim, maigres
forêts d’acacias dans les dépressions plus humides. Elle regroupe 3 SIBE et un parc
national :

1
Le SIBE devant bénéficier d’un statut de protection au plus avant une échéance de 5 ans
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
26
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Baie de Dakhla (photo 7) : site de priorité 1, la baie est longue de 37 km, large au
maximum de 13,5 km et profonde de 6 à 9 m au centre. La baie de Dakhla est tapissée
d’une immense prairie de phanérogames marines et comporte une végétation de reg à
base de chénopodiacées et de zygophyllacées.

Photo 7. Baie de Dakhla


La baie dispose d’une faune marine particulièrement riche en invertébrés, dont le grand
dauphin et l’orque, de reptiles endémiques et de mammifères du type désertique dont en
particulier le chat ganté et l’hyène. Elle joue un rôle de grande importance pour l’avifaune
internationale. Zone à écosystèmes littoraux marin et terrestre, on y pratique toutes les
formes de pêche et de sports.
Baie de Cintra (photo 8): Classée en priorité 3, c’est une vaste baie (22 x 10 km) ouverte
sur la mer (18 km), qui présente quelques similitudes avec celle de Dakhla. Peu étudiée,
elle semble abriter une avifaune diversifiée dont font partie le Goéland d’Audouin et la
Sterne caspienne. L’hyène et le chacal sont présents. Protégé pour l’instant par les
difficultés d’accès, le site enregistre une menace réelle de la part des pêcheurs et des
touristes.

Photo 8. Baie de Cintra


Parc national de Dakhla (photos 9 et 10): immense parc qui chevauche sur les deux
provinces d’Oued Eddahab et Aousserd, il couvre 1 886 000 ha et comprend deux parties
• une longue façade sur la mer, près de Bir Guendouz, dite « côte des phoques »,
disposant d’un paysage dénommé Aguerguar, comportant à la fois le domaine maritime et

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
27
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

de hautes falaises battues par les vagues. Sa superficie est d’environ 565 000 ha. C’est
une des derniers habitats au monde du phoque moine ; le secteur terrestre, dit d’Adrar
Souttouf, occupe un immense reg et atteint dans sa limite Aousserd.

Photo 9. Siège du parc national de Dakhla Photo 10.Station d’acclimatation

Hassi Touf : site de priorité 33 situé à l’embouchure de l’Oued Lakraâ, au nord de Dakhla,
il a une grande valeur paysagère. La flore et la faune, bien que pas assez connues,
semblent être diversifiées et regroupées dans des biotopes sur une faible superficie.
Région Guelmim-Es Smara
Cette région dispose d’un seul SIBE qui est l’Oued Chbika (photo 1). Il s’agit d’un oued
désertique réellement permanent, au sud de la ville de Tan Tan. Ce SIBE de priorité 21, a
une superficie de 3500 ha, utilisé essentiellement pour la pêche et le tourisme. Il est riche
en oiseaux migrateurs tels que le flamand rose, le grand cormoran, la macreuse noire, et
le petit pingouin. La faune de mammifères serait encore constituée de l’hyène commune,
le chat sauvage et le chacal.

Photo 11. Oued Chbika

3
Le SIBE devant bénéficier d’un statut de protection à terme, qui peut intervenir au plus après une échéance de 10
ans
1
Le SIBE devant bénéficier d’un statut de protection au plus avant une échéance de 10 ans
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
28
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

6.3 RESSOURCES EN EAU

Les écoulements d'eau de surface étant très limités dans le bassin, les nappes
souterraines constituent, en effet, l'essentiel des ressources en eau du bassin du Sahara.

6.3.1 RESSOURCES EN EAU DE SURFACE

Il n'existe pratiquement aucun cours d'eau pérenne au sud de l'Oued Drâa. Les
écoulements d'eau sont souvent endoréiques n'atteignant pas l'océan atlantique et les
exutoires des eaux sont généralement les sebkhas. Etant donnée la nature géologique
des terrains et leur salinité, la salure des eaux de crue est généralement élevée (3 à 7
g/l). Par ailleurs, il n'existe aucune station de jaugeage et peu d'évaluations de débits de
crues ont été effectuées.
Le réseau hydrographique est surtout développé au nord du bassin, drainant les zones
montagneuses (Fig.6). L’oued Saguia El Hamra est le plus important cours d'eau du
bassin. Il prend naissance à l'est du bassin et au sud des Hammada de Tindouf et
collecte les eaux de la chaîne du Zemmour. Long de 400 Km, il traverse le bassin d'Est
en Ouest pour se déverser dans l'Océan Atlantique au niveau de Laâyoune. Cependant à
travers les dernières crues observées, on peut dire qu'il n'atteint pas la mer.Le principal
affluent de l’oued Saguia El Hamra est l’oued Khat qui prend naissance dans le Sud et
reçoit les eaux des oueds Zbeira, Aoulitis, Laâdim et Boucraâ avant de rejoindre l’oued
Saguia El Hamra. D’autres affluents plus courts rejoignent l’oued Saguia El Hamra et
jouent un rôle non négligeable lors des écoulements temporaires (oued Itqui, oued
Tighzert dans le bassin sédimentaire et oued Haouza, oued Terguet et oued Seloune
dans le socle primaire).
Le régime hydrologique de l’Oued Saguia El Hamra est marqué par une forte irrégularité
saisonnière et interannuelle. Le maximum des apports intervient lors des crues
importantes provenant des sous-bassins versants amont. Les fréquences des crues de
l’oued Saguia est d’environ deux à cinq ans au niveau de Laâyoune. Selon des
témoignages, les crues sont annuelles dans la partie Est du bassin versant, mais
atteignent rarement la ville d’Es Smara.
Le tableau 2 montre les principaux cours d’eau du bassin hydraulique du Sahara.
Tableau 2. Principaux cours d’eau du Bassin du Sahara
Cours d'eau Superficie du bassin Observation
Sehb El Harcha 400 Km² Crues brèves et peu fréquentes
Chbeika 2700 km² Crues fréquentes, brèves et très violentes.
El Amra 600 Km² L'écoulement dure quelques jours à quelques semaines
Zehar 700 Km²
Khoui Naam 850 Km² Crues peu fréquentes
L'écoulement dure généralement quelques semaines avec des
Saquia El Hamra 81.000 Km² apports importants lors d'orages exceptionnels
(410 m3 /s en 1987)

Source: Site Web www.water.gov.ma


Les Oueds Sehb El Harcha, Chbeika, El Amra (Oued Oum Fatma), Zehar (Oued El
Ouaer) et Khoui Naam enregistrent des écoulements très faibles, limités à quelques jours
dans l'année. Leurs débits de pointe varient de 1 à 10 m3/s. Les apports des bassins
versants précédents peuvent être estimés entre 5 et 30 Mm3/an chacun, soit un apport
total en eau pour les cinq cours d'eau d'environ 60 Mm3/an.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
29

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA
O.
Sa
he
b
El
O. Ha


Kh O. O. O rc
ao
ui E z El .Ch ha
Na - A
Ze m b ik
am har ar a

O. O
u
rga
El
ne
t

Tal i
k ha ffis
S eb h ne Ha ssi Z eh a r
K

O. BenAllo
uc h
S eb kh a t
Ta h S eb kh a t

w
Fa d d a

O.
Al

r i

Db t
OuSmebk ha
Kh

a
O.Marmoutha ach
bi yi n

e g
e
O. Al Ha g g o u n ia

A m
Ou
ed
S eb kh a t Ou
ina
O.Sakia El Hamra AtT ra yes gh

O. S
t
Fou m El Ou ed

ah
S ebk ha t O. O. Ai n A tw

b
Amsika r S eh M rad

UE
b Ad ij a
Ng ad
a

Iz ik
Ou rad
mra

Gd im
ed aa
S aq Ha M
da

IQ
ui a Al T eg

O. Agu
S eb kh a t

O. L
O.
Al L ika n i

O.
ech
Itgu

a ab
T

Tig
ga

set
i

ad ila
S eb kh a t
L ecra a

AN

Ou ed El
O.
Cho
Lamsid uc
en
az

O.
O. Bou
kha t
A ou

t t

La da
S eb kh a t S eb kh et

I z ik
ar

Kra a
S erg a o u

kh a
Al kh a tt

rg

m O. A
S eb k h at b asaid

ga
O. Oug

AT
ra n

A
L aa gla

lJa
a l
O. Ugr

a la

ch
S eb k h at an Tou

J b lf

f ir

bi en
Ak fo u l il

O.
a
lh
S eb k h at

O. Bou Kra a

B ou
CARTE DE RESEAU HYDROGRAPHIQUE

e d
Arid al

A
Ig uet

A f ra

Kra
e
y an

O u
Lah

n
Ou ed

a
Aha za
mi

ga
da tS eb kh a t Ou la d

di
O. Ta am ia

L em
ad
S a lem

A M an
S eb k h at

O. Bou
O.

a ai
To u zo u n in e

hm m
Ta

de

D ra a
O. Le mlou ia

ar
am

di
Al

r
ia

La arou
S eb k h at
Ou d ei el M o h r e it is

uAldia A wfist

La
O. Aul

wat
O. el Mo hr

gn em
Am
d O. Khe

g
S eb k h at

Qua

t
Aarre S en
ng

itis
Win el Ag
Greir
ue

oma
at

mat

O. Le
li
N
O.

uin
to um

e
in T

Aul
O.
ir k

Arm
S eb ki helat Greir

to ut
Ao
at

AfKo

At

O.O.AinWiGamu
Age

O.
O.W
Im

a ym

O. El

O. Agu M
EA
in

o ug
Cap Se pt

Al
W S eb k h at

id
O.
0 100 200

da

ad
Leb raich

n Gams
a

Bou
m
O.Ass aq
O.

elmin
a aten

by

is
T io

ir

it
l

ellas
us

ago

Aule
La

us
O. Taseig

Ted
O. El
OC

Ma
art
S olb Tay

abli

O.
eboBo
el
Ou ed

T
CH

O.
lG

usuir

O. Tana fed
O. El KHA
l

j
ia A
kilometres

ir k

egra
O. Laajerma

set
AR
ran O. Ao

ko ud

m
ag

Im
u zir
o gr

tA
Ag u id at Al h ammal eft

AS S AG
a

AL
Im

la
iy a ch

Al
O. sar

Z em
O. Naa mia m Dha gsa
r S eb k h at Ad Kh ila
RA Nai L eg Le
Ad

O. Ag wililat
yat grag
ran

LEGENDE
M ed
SA Da Gu Imo

da
em
AL A O. Legn O.

F ay
YD O. O.

il
IN BA Che Zbay

Tw
AR

Al
lo ua O. Che lo ua ra
KR Nci

O.
T

At
OU Ou ed AL elti O. da

n
Fay

hra
T IM O. Al

gara
IN

El
AR AS

harg
G
KR

Imo
S AQ

ueb
OU

y ra
LOUJ M OULANA

O.

Img
li
A

Z be
T IM

a
O.
L aa
IL

O. el

yn
d
UIL a ya

O.

Cla
ïd
O. F

O.
O. ZO

O.
Gue
La

sah
Limite du bassin c ra
a

Réseau hydrographique

CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson


N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 6. Réseau hydrographique dans la zone du PDAIRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
30
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Dans un contexte de rareté des ressources en eau dans les provinces Sahariennes et
afin d’exploiter les écoulements épisodiques que connaît l’Oued Sakia El Hamra lors des
crues, le barrage Saquia El Hamra et de nombreux lacs collinaires (Fig.7) ont été mis en
place.
Le barrage Saquia El Hamra a été construit en 1995 pour protéger l'axe routier Tarfaya-
Laâyoune contre les inondations. La digue du barrage sert également de passage de la
voie de contournement de la ville.
Les lacs collinaires existants sont Sidi Ahmed Laaroussi, Maktaâ Haouza, Sehb El
Harcha et Rbeib Lamghader (phase de construction). D’autres sont en cours d’étude
comme Zaouiat Sidi Ahmed Ou Moussa, Hssyat Filali, Aghailass-Boularyah, Sfa et
Touirga, etc. Ces retenues sont destinées principalement à l’usage domestique, à
l’abreuvement du cheptel et éventuellement à l’irrigation de petits périmètres.
Les fiches techniques de ces ouvrages hydrauliques sont détaillées dans le volume 1 de
la Mission II, consacré à l’utilisation des ressources en eau.
Par ailleurs, un réseau de sources a été inventorié (Tab.3) dans la Région Laâyoune-
Boujdour-Saguia El Hamra. Cependant ces sources drainent de faibles débits et sont non
exploitées.
Tableau 3. Sources de la Région Lâayoune-Boujdour-Saguia El Hamra
N°IRE Situation X (Km) Y (Km)
539/120 Lamsid-Boujdour 614,000 2936,950
1177/120 Dcheira-Lamsid 688,977 2992,497
1178/120 Lamsid-Boujdour 614,721 2937,670
1214/120 Lamsid-Moulay Bouâaza 615,580 2936,686
1215/120 Lamsid-Moulay Bouâaza 615,231 2936,649
1216/120 Dcheira-Lamsid 688,977 2992,479
1217/120 Lâayoune 678,165 3005,914
1218/120 Lâayoune 678,069 3005,928
1219/120 Lâayoune 678,030 3005,967
1220/120 Lâayoune 678,371 3005,770
1221/120 Lâayoune 678,760 3006,250
1222/120 Lâayoune 678,516 3006,337
1223/120 Lâayoune 678,460 3006,372
1230/120 Lâayoune 679,400 3005,449
733/120 20 km en amaont de Lâayoune 689,061 2992,498

Le volume 2 du présent dossier traite l’actualisation et l’évaluation des ressources en eau


de surface au niveau de l’aire du PDAIRE.

6.3.2 RESSOURCES EN EAU SOUTERRAINE

Dans le bassin du Sahara, le socle cristallin ne contient aucune nappe phréatique ou


nappe profonde d’étendue significative. Toutes les nappes phréatiques d’importance sont
situées dans le bassin sédimentaire de Laâyoune-Dakhla comme suit (Fig.8):
• Quatre nappes profondes.
• Dix-neuf nappes phréatiques de surface.
La liste des nappes existantes est la suivante :

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
31

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

Lac collinaire
Sehb El Harcha
L a c c o l l i n a i re
Se h b El Ha rc h a

Ba rra ge

Barrage
Sa q u i a El Ha m ra L ac c o l l i n a i re
Se hb El Ha rc ha

ALGERIE
L a c c ol l i n a i re

Saquia El Hamra
S.Ah m e d L a a ro u s s i

Lac collinaire
Sehb El Harcha

UE
IQ
NT
Lac collinaire

LA
S.Ahmed Laaroussi

AT
CARTE DU BARRAGES
DANS LE BASSIN DU SAHARA

N
EA
0 100 200

OC
kilomètres
LEGENDE

Limite du bassin

Réseau hydrographique

E
NI
Barrage/Lac collinaire

TA
RI
AU
M
CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 7. Barrages et lacs collinaires Dans la zone du PDAIRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
32
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Nappes Phréatiques de Surface Nappes Profondes


• Nappe de Foum El Oued • Nappe du Paléogène
• Nappe de Laâyoune • Nappe du Continental Terminal (Mio-
Pliocène) de Bir Gandouz
• Nappe de Dcheira • Nappe du Crétacé supérieur
• Nappe de Tasselba • Nappe du Crétacé Inférieur
• Nappe d’Izig
• Nappe de Daoura
• Nappe de Haggounia
• Nappe de Tarfaya
• Nappe de Boujdour
• Nappe de Haouza
• Nappe d’Oum Chegag

• Nappe d’Aridal
• Nappe de Tartar
• Nappe d’Auhifraten
• Nappe de Gueltat Zemmour
• Nappe d’Amgala
• Nappe de Bir Anzarane
• Nappe d’Aousserd
• Nappe de Tichla

Le volume 3 de la présente Mission I est consacré à l’actualisation et à l’évaluation des


ressources en eau souterraine dans la zone du PDAIRE. Nous nous contentons donc ici
de présenter brièvement les aquifères de la zone d’étude avec leurs principales
caractéristiques.
Deux grands domaines hydrogéologiques sont distingués :
- Le domaine du socle cristallin formé de roches d'âge antécambrien ou primaire qui
occupe les zones est, sud-est et nord du bassin. Il est dépourvu de nappes généralisées
et la circulation d'eau est réduite aux zones de fractures et aux lits des cours d'eau. L'eau
est rencontrée généralement à de faibles profondeurs avec des débits unitaires faibles et
elle est de qualité bonne à moyenne. Les faibles quantités d'eau reconnues sont
mobilisées par puits pour l'AEP des populations nomades et des F.A.R. Les régions
concernées par ce contexte se situent dans les provinces d’Es Smara (Haouza, Jdirai et
Amgala), de Boujdour (Gueltat Zemmour) et d'Aousserd (Aousserd et Tichla) ;
- Le domaine du bassin sédimentaire (Laâyoune-Dakhla) qui occupe la partie occidentale
du bassin, le long de l'océan Atlantique. Ce bassin couvre une superficie d'environ
110.000 Km² sur le continent et se poursuit sous la mer. Il est relativement riche en
réservoirs d'eau souterraine d'extension généralisée, mais leur état de connaissance est
encore insuffisant. La rareté des précipitations fait que les nappes sont peu ou non
rechargées. Les analyses isotopiques confirment que la majeure partie des eaux
souterraines s'est infiltrée il y'a plus de 5.000 ans et que, par conséquent, il s'agit de
nappes considérées fossiles. Plusieurs aquifères y sont identifiés :
• L’aquifère profond du Crétacé inférieur est le plus important dans le bassin par son

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
33
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

extension, sa lithologie et sa puissance qui ont permis la constitution d’une réserve d’eau
souterraine considérable. La nappe s’étend sur environ 90 000 km² avec des profondeurs
variant entre 50 m à l’Est du bassin dans la zone d’affleurement et plus de 1 800 m dans
la région de Boujdour. La puissance de la nappe varie entre 200 et 500 m. Le niveau
piézométrique décroît de 200 m à l’Est à quelques mètres vers l’Ouest. Les forages
deviennent artésiens à une altitude inférieure à 100 m avec des pressions pouvant
atteindre 10 bars. Les pressions restent relativement stables dans la zone nord ; par
contre dans la région de Dakhla, une baisse de 1 à 2 bars a été enregistrée dans les
ouvrages.
• ’aquifère profond du Crétacé supérieur renferme une nappe profonde parfois
artésienne.
• L’aquifère du Paléogène est généralement rencontré à des profondeurs variant entre
150 et 300 m. Le Paléogène constitue le deuxième aquifère important dans le bassin du
Sahara après celui du Crétacé inférieur et s’étend sur une superficie de près de 50 000
km² avec 15 000 km² en affleurement. Le niveau de la nappe du Paléocène-Eocène varie
entre 30 et 50 m. Les forages deviennent artésiens dans le sous-bassin de Dakhla-Bir
Gandouz. La productivité des ouvrages est bonne avec des débits qui varient entre 5 et
40 l/s.
• L’aquifère du Continental Terminal : le système est multicouche, à nappe supérieure
libre et à nappe inférieure captive. Ces nappes sont continues et probablement
communicantes par drainance. Le réservoir aquifère est constitué de formations sablo-
argileuses du Mio-Pliocène avec des intercalations de calcaires. Sa puissance augmente
du Nord vers le Sud en passant de 200 m à 800 (forage pétrolier 97/1). La nappe du
Continental Terminal se développe dans la région de Bir Gandouz à l’extrémité sud du
bassin. Elle représente le prolongement au Nord de la nappe de Boulanoir en Mauritanie
et s’étend sur 3 000 km² au niveau du bassin du Sahara. La nappe est captée à des
profondeurs qui varient entre 50 et 100 m avec des épaisseurs d’environ 30 m. Le niveau
de l’eau varie entre 15 et 50 m. Les débits des ouvrages oscillent entre 1 et 10 l/s.
Les nappes superficielles les plus importantes sont :
• La nappe saumâtre de Laâyoune autour de la ville de Laâyoune de part et d'autre de
l'Oued Saguia El Hamra dans les calcaires et grès lumachelliques du Pliocène ;
• La nappe de Foum El Oued qui s'est développée dans les formations sablo-gréseures
du Pliocène à l'embouchure de l'Oued Saguia El Hamra dont les eaux de crue constituent
la seule alimentation.
D’autres nappes de moindre importance, de faible étendue, de faibles productivités et
avec une eau de qualité moyenne à mauvaise (nappe de Tarfaya, nappe de Daoura,
nappe d'Oum Chegag, nappe de Boujdour, nappe de Boucraa, nappe de Lamhiriz, etc)
sont exploitées localement par puits pour l'AEP.
Le tableau 4 montre les caractéristiques des principales nappes du bassin de Sahara.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
34
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 4. Caractéristiques des principales nappes du Sahara


Nappe Superficie Profondeur Niveau piézo Epaisseur Productivité Utilisation
2
(Km ) (m) (m) (m) (l/s)
Nappe profonde
du crétacé 90000 50 à 1800 0 à140 200 à 500 m 5 à 70 AEP et irrigation.
Nappe du jusqu'à 200 m non exploitée
Paléocène 50000 150 à 300 30 à 50 au Sud 5 à 40 actuellement.
Nappe du AEP du monde rural
continental 3000 50 à 100 15 à 50 environ 30 m 1 à 10 et des F.A.R
Nappe saumâtre
de Laayoune 150000 40 à 60 30 à 45 environ 20 m 2 à 15 AEP et arrosage.
Nappe de Foum AEP de Laayoune et
El Oued 90000 30 à 60 25 à 30 jusqu'à 50 m 2 à 15 irrigation
Nappe de AEP du monde rural
Boucraa - 75 à 950 39 à 92 - 4 à 38 et des F.A.R
Nappe de
Lamhiriz - 280 à 450 12 à 22 - 2.5 à 17 AEP du monde rural
Source :Site Web www.water.gov.ma

6.3.3 QUALITE DES RESSOURCES EN EAU

Dans le bassin hydraulique du Sahara, les ressources en eau sont généralement de


qualité moyenne à mauvaise en raison d'un niveau de salinité élevé.
Concernant les eaux de surface, les crues peu fréquentes entraînent un lessivage des
formations salées des lits d'oued et se traduisent par une salinité dépassant
généralement 4 g/l.
Pour les eaux souterraines, l'état de qualité varie d'une zone à l'autre. A l'exception de la
nappe de Foum El oued, les autres nappes ne présentent aucun risque de pollution à
l'heure actuelle.
Le tableau 5 ci-après donne une idée sur la qualité des eaux des principales nappes de
l’aire d’étude.

Tableau 5.Qualité des eaux des principales nappes


zone Salinité
zone de socle Inférieure à 2 g/l
zone d'affleurement du Crétacé et la région Dakhla 1 à 2 g/l (concentrations excessives en H 2 S)
zone Nord Ouest du Bassin 3 à 4 g/l (concentration excessives en Fer)
2 à 3 g/l (risques d'invasion d'eau saumâtre et de
La nappe de Foum El oued pollution par les rejets d'eaux usées)
La nappe de Boucraa 0.5 à 7 g/l
La nappe de Lamhiriz 1 à 4 g/l
Autres nappes phréatiques 4 à 7 g/l
Source : Site Web www.water.go v.ma

La qualité des eaux souterraines du bassin du Sahara est traitée dans le volume 3 intitulé
Ressources en eau souterraine, de la présente Mission I.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
35

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA


Tarfaya
Ta rfa y a

Da oura Ha ouz a
Foum Ha ggounia
El Oue d
La a y oune Dc he ira

ALGERIE
Iz iq Oum Che ga g
Boujdour
Arida l
Ta rta r Auhifra te n

Guelta t
Ze mm our Daoura Haouza
Bir Anz a ra ne

Foum
Haggounia
El Oued
Aous s e rd

UE
Tichla

Bir Gue ndouz

IQ
Laayoune Dcheira

NT
LA
Iziq Oum Chegag

AT
Boujdour
CARTE DES NAPPES PROFONDES
Aridal
DU CRETACE

N
Auhifraten

EA
Tartar 0 100 200

OC
kilomètres
LEGENDE
Gueltat
Zemmour

Bir Anzarane
Limite du bassin

Nappes superficielles

E
NI
TA
RI
Nappes profondes

AU
M
Aousserd

Tichla
CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech Bir Guendouz
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 8. Nappes d’eau souterraines inventoriées de la zone du PDAIRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
36
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

6.3.4 LE RESEAU DE SUIVI

Le réseau de suivi piézométrique et de la qualité de l’eau au niveau du bassin du Sahara,


comprend 27 piézomètres (Tab.6).
Tableau 6. Réseau piézométrique de suivi et contrôle des nappes du bassin du Sahara
Province Commune Localité N°IRE Observations
277/120
707/120
734/120
735/120
737/120 Piézomètres de la nappe phréatique de Foum El Oued
Foum El Oued Foum El Oued 739/120
815/120
826/120
Laayoune 1147/120
1151/120
1156/120
235/120
Laayoune Rive droite 236/120 Piézomètres de la nappe phréatique saumâtre de Laayoune rive droite
237/120
248/120
Rive gauche 847/120 Piézomètre de la nappe phréatique saumâtre de Laayoune rive gauche
Tah Tah 166/120 Piézomètre de la nappe phréatique de Tah
927/120 Piézomètre de la nappe phréatique de Daoura
Daoura Doura 849/120
929/120
Tarfaya 930/120 Piézomètre de la nappe phréatique de Tarfaya
Tarfaya 935/120
Boujdour Gueltat Zemmour Tious 86/124 Piézomètre dans la partie d’affleurement de la nappe profonde. Il est équipe
Eddahab Oum Dreiga Oum Dreiga 22/124 en matériel de mesure piézomètrique
Gleibat El Foula Gleibat El Foula
Bir Anzarane Bir Anzarane 27/126
Aousserd Bir Guandouz Barouaga 85/128 Piézomètre captant la nappe de Boulanouar à Bir Gandouz
Tantan Abatteh Oued Boukhchiba 165/111 Piézomètre captant la nappe phréatique d’Elkhaloi située sur Oued Chbika

Sur les 27 piézomètres, 13 assurent le contrôle mensuel de l’évolution du biseau salé au


niveau de la nappe de Foum El Oued par des mesures de salinité de l’eau. Cependnt il
n’y a pas de données relatives au suivi de la qualité des eaux souterraines pour les autres
nappes phréatiques ou profondes.

6.4 LES INONDATIONS

La zone du PDAIRE a connu des inondations qui ont parfois été dévastatrices. Dans la
Région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, au niveau de l’Oued Sakia El Hamra, les
crues les plus importantes ont été enregistrées pendant les mois d’octobre 1987,
décembre 1991, août, octobre et novembre 2003 et février 2005 (Tab.7, Fig.9).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
37
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 7: Crues de l’oued Saguia El Hamra et leur débit de pointe enregistré au niveau du
radier de Lamseid

Durée Débit de pointe Volume des apports


Date des crues
en jour en m³/s en Mm³

02 au 17 octobre1987 16 410 110

06 au 27 décembre 1991 22 125 60

12 au 17 août 2003 6 18 1.5

20 au 27 août 2003 8 15 0.9

26 au 29 octobre 2003 4 9 1.5

29 octobre au 08 novembre 2003 11 13 3

11 au 27 février 2005 17 10 -

450
400
350
300
250
200
150
100
50
0
Octobre Décembre Août 2003 Octobre Octobre- Février
1987 1991 2003 Novembre 2005
2003
Débit de pointe (m³/s) Apports (Mm³)

Figure 9: Débits de pointe et volumes des apports des crues de l’oued Saguia El Hamra

La plus importante crue observée au niveau de Laâyoune est celle du mois d’octobre
1987. Son débit de pointe a été de 410 m³/s pour un apport global de 110 Mm³. Le temps
d’écoulement de base est estimé à 9 jours et sa période de retour est estimée à 50 ans.
Une deuxième crue importante a été observée en 1991 avec un débit de pointe de 125
m³/s. Lors des cinq dernières crues observées, le débit de pointe a varié entre 9 et 18
m³/s et le volume des apports au barrage Saguia El Hamra a oscillé entre 0.9 et 3 Mm³.
La durée des crues varie de quelques heures à quelques jours et l’écoulement de l’oued
dure généralement quelques jours.
Dans la région Oued Eddahab-Lagouira, plusieurs sites qui ont été touchés par les
inondations suite à la crue de septembre 2006: Grarate Aouchfegt, Guetaa Sfar, Guetaa
Doyate, Oued Rmima, Oued Ajanna, Oued Boulaoutade, Oued Lhaouli, Oued togba,
Oudei sfa, Sebkhas Boularyah (Fig.10). Les dégâts occasionnés sont décrits ci-dessous :

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
38
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

- Dégâts des infrastructures routières :


Des dégâts d’importance variable sur plusieurs tronçons de la RN3 reliant Dakhla à
Aousserd.
- oued Guetaa Sfar: départ d’une partie de l’accotement et de la chaussée
de la route (photos 12 et 13).

Photo 12. PK 104 de la RN3 Photo 13. PK 105 de la RN3

- oued Ajanna : départ d’une partie de l’accotement et de la chaussé de la


route.
- oued Guetaa Doyate : départ total d’un tronçon de 60 mètres linéaire de
la route emporté, écoulement de trafic via une déviation (photo 14).

Photo 14. PK 126 de la RN3

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
39

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

GUELTAT ZEMMOUR
JRAIFIA

UE
IQ
NT
BIR ANZARANE

LA
OUM DREYGA

AT
MIJIK
ED DAKHLA
LOCALISATION DES ZONES TOUCHEES EL ARGOUB
DANS LA REGION DAKHLA-LAGOUIRA
2 4
7 3 GLEIBAT EL FOULA
N 8
EA
5
6
LEGENDE 9 10
OC

Limite du bassin IMLILI AOUSSERD


AGHOUINIT
1 Grarate Aouchfegt
2 Guetaa Sfar
3 Guetaa Doyate
4 Oued Rm im a
5 Oued Ajanna
6 Oued Boulaoutade
7 Oued Lhaouli BIR GANDOUZ
8 Oued togba TICHLA ZOUG
9 Oudei Sfa
10 Sebkhas Boularyah

CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson


N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti, 0 100 200
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech LAGOUIRA
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
RESING
kilometres
site web : http://www.resing.ma

Figure 10. Carte de localisation des zones touchées par les inondations

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
40
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

¾ Dégâts des biens des éleveurs


Des dégâts signalés d’importance variable des biens des nomades éleveurs se trouvant
dans le lit d’oued au niveau de la confluence des oueds de Rmima, Guetaa douyate et
Guetaa sfar. La crue avait emporté des tantes et des troupeaux (photo 15).

1/Tente emportée 2/Meublier repêché

3/Ecurie submergé 4/Mortalité dans le bétail


Photo 15. Illustration des biens des éleveurs sinistrés (Hofrate Graret Aouchfegt-
¾ Dégâts de flore : (photo 16)
• Arrachement des arbustes d’acacia et de tamarix au niveau des lits des oueds.
• Départ des terres végétales.

Photo 16. Arrachement du sol végétal –Bassin d’Oued Togba-

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
41
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

6.5 CADRE HUMAIN

6.5.1 POPULATION ET DEMOGRAPHIE

6.5.1.1 Caractéristiques démographiques

D’après le dernier recensement de la population de 2004, la zone du PDAIRE regroupe


une population de 416 486 habitants, soit près de 1.4% de la population totale du Maroc,
répartis de la manière suivante (Tab.8).
Tableau 8. Population totale de la zone du PDAIRE RGPH (1994 et 2004)
Population Totale
Nbre de Variation Part de la population
Région Province Nbre de Communes 1994 2004 de
Municipalités Rurales 1994 2004 (%) l'aire d'étude (%)
Laâyoune-Boujdour- Boujdour 1 3 21 691 46 129 112,7 11,1
Saguia El Hamra Laâyoune 3 7 153 978 210 023 36,4 50,4
Oued Eddahab- Aousserd 1 5 2 507 20 513 718 4,9
Lagouira Oued Eddahab 1 6 34 244 78 854 130,3 18,9
Es Smara 1 5 39 726 60 426 52,1 14,5
Guelmim-Es Smara Tan Tan (*) 0 2 793 541 -31,8 0,1
Assa Zag (*) 0 2 0 0 0 0,0
Total 7 30 252 939 416 486 64,7

Il est à souligner que dans la Province de Tantan, seule la population de la commune


rurale de Chbika est considérée. La commune d’Abteh de la Province de Tantan et celles
d’Al Mahbas et Labouirat de la Province d’Assa Zag, ne sont pas prises en compte vu que
la majorité de leur territoire, de surcroît dépeuplée, est située en dehors de la zone
d’étude.
Les provinces de Boujdour et de Laâyoune regroupent plus de la moitié de la population
de l’aire d’étude (61.5%). Entre 1994 et 2004, la population a augmenté de 163 547
habitants soit un accroissement de 64.7 % en l’espace de 10 ans. Ces différences sont
trop grandes pour être expliquées par les mouvements naturels et prouvent l’existence
d’un bilan migratoire largement positif pour le Sud. La zone d’étude est donc devenue une
zone attractive au sein de l’ensemble national.
Ci-après la répartition de la population totale en 2004 par commune (Tab.9, Fig.11)

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
42
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 9. Population par commune de l’aire du PDAIRE –RGPH 2004-


Région Provinces Commune Population totale
LAAYOUNE 183691
EL HAGOUNIA 1089
DCHEIRA 1745
BOUKRAA 2519
Laayoune EL MARSA 10229
Laâyoune - FOUM EL OUED 1419
Boujdour - DAOURA 878
Saguia El TARFAYA 5615
Hamra TAH 1255
AKHFENNIR 1583
GUELTAT ZEMMOUR 6740
Boujdour JRAIFIA 1385
BOUJDOUR 36843
LAMSSID 1161
AOUSSERD 5832
TICHLA 6036
Aousserd ZOUG 833
AGHOUINITE 222
LAGOUIRA 3726
BIR GANDOUZ 3864
Oued
Eddahab - IMLILI 2311
Lagouira DAKHLA 58104
Oued EL ARGOUB 5345
Eddahab BIR ANZARANE 6597
GLEIBAT EL FOULA 2973
MIJIK 519
OUM DREYGA 3005
Assa - Zag LABOUIRAT 0
AL MAHBASS 0
ES-SMARA 40347
HAOUZA 8769
Guelmim - Es Smara SIDI AHMED LAAROUSSI 1820
Es Smara JDIRIYA 2000
TIFARITI 3092
AMGALA 4398
Tan Tan ABTEH 0
CHBIKA 541
Total population 416486

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
43

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA


BEN KHLIL

EL OUATIA TANTAN
TILEMZOUN
CHBIKA
ZAG
MSIED
TARFAYA AKHFENNIRABTEH
TAH

ALGERIE
LABOUIRAT

DAOURA
AL MAHBASS
El Hagounia
SIDI HAOUZA

UE
EL MARSA LAAYOUNE AHMED JDIRIYA
LAAROUSSI

IQ
FOUM DCHEIRA

T
EL OUED

AN
BOUKRAA ES-SEMARA

L
AT
BOUJDOUR TIFARITI
POPULATION TOTALE PAR COMMUNES AMGALA

EN 2004 LAMSSID

N
EA
OC
GUELTAT ZEMMOUR
JRAIFIA
LEGENDE

0 100 200
Limite du bassin
kilomètres
Population totale par communes en 2004 BIR ANZARANE OUM DREYGA

100 000 à 184 000 (1) MIJIK


10 000 à 100 000 (5) ED DAKHLA
EL ARGOUB

E
5 000 à 184 000 (7)

NI
TA
4 000 à 5 000 (1) GLEIBAT EL FOULA

RI
3 000 à 4 000 (4)

AU
2 000 à 3 000 (4)

M
500 à 2 000 (12) AOUSSERD
0à 500 (4) IMLILI
AGHOUINIT

BIR GANDOUZ
TICHLA ZOUG
CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19 LAGOUIRA
E-mail : inf o.resing@resing.ma
RESING
site web : http://www.resing.ma

Figure 11.Population par communes (RGPH, 2004)

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
44
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

6.5.1.2 Répartition selon le milieu de résidence

L’aire d’étude se caractérise par une prédominance de la population vivant en milieu


urbain. L’écart avec le nombre d’habitants vivant en zone rural est très important
(Tab.10).

Tableau 10. Répartition de la population selon le milieu de résidence, au niveau de l’aire du


PDAIRE
Milieu Effectif %
Urbain 338 555 81.3
Rural 77 931 18.7
Total 416 486 100
Source : RGPH 2004
En effet, la population vivant en milieu urbain représente près de 82 % de la population
totale de l’aire de l’étude (Tab.11). Ce phénomène est dû en grande partie à la
sédentarisation provoquée par le conflit armé qui frappa la région jusqu’en 1991. Au Nord
(Provinces de Laâyoune, Es Smara et Boujdour) la population a d’elle-même choisi de se
fixer dans les villes. A l’extrême Sud (Région de Dakhla) ce sont les pouvoirs publics qui
ont regroupé les populations isolées dans les chefs lieux sécurisés, sans pour autant
modifier leur rattachement administratif. C’est ainsi que la population rurale de la Région
de Dakhla réside dans cette ville tout en continuant à relever administrativement de
communes rurales. D’autre part, la mise en valeur des ressources de la pêche et des
importantes infrastructures construites dans les villes côtières (ports, équipements
publics, usines de dessalement, etc.) s’est nécessairement accompagnée d’un appel de
main d’œuvre puis de l’installation de fonctionnaires et d’employés permanents.

Tableau 11. Répartition de la population selon le milieu de résidence, par province


Population rurale Population urbaine

Région Province % de la % de l'aire % de la % de l'aire Population


Effectif province d'étude Effectif province d'étude totale
Laâyoune-Boujdour- Boujdour 9 286 20 2.2 36 843 80 8.8 46 129
Saguia El Hamra Laâyoune 10 488 5 2.5 199 535 95 47.9 210 023
Oued Eddahab- Aousserd 16 787 82 4.0 3 726 18 0.9 20 513
Lagouira Oued Eddahab 20 750 26 5.0 58 104 74 14.0 78 854
Es Smara 20 079 33 4.8 40 347 67 9.7 60 426
Guelmim-Es Smara Tan Tan (*) 541 100 0.1 0 0 0.0 541
Assa Zag (*) 0 0 0.0 0 0 0.0 0
Total 77 931 18.7 338 555 81.3 416 486
(*) La population prise en compte est celle des communes relevant du bassin hydraulique du Sahara

6.5.1.3 Densité de la population

Les densités de population sont très inégales sur l’ensemble de la zone du PDAIRE
(Tab.12, Fig.12). La densité moyenne s’élève à 1.2 habitants/km2. C’est au niveau de la
province de Laâyoune que la densité moyenne est la plus forte (5.3 habitants/km2).
Notons que la notion de densité n’a pas beaucoup de signification dans le contexte des
provinces sahariennes dans la mesure où la grande partie de la population est
concentrée dans les villes ou centres urbains. Le reste du territoire est quasi dépeuplé.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
45
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 12: Densité de population par province


Région Province Population Superficie Densité
2 2
km hab/km
Laâyoune-Boujdour- Boujdour 46 129 100 020 0.5
Saguia El Hamra Laâyoune 210 023 39 462 5.3
Oued Eddahab- Aousserd 20 513 59 437 0.3
Lagouira Oued Eddahab 78 854 83 428 0.9
Es Smara 60 426 61 760 1.0
Guelmim- ES Smara Tan Tan (*) 541 4 000 0.1
Assa Zag (*) 0 2 000 0.0
Aire de l'étude 416 486 350 107 1.2
National 29 891 708 710 850 42.1

(*) La population prise en compte est celle des communes relevant du bassin hydraulique du Sahara

6.5.1.4 Projections démographiques au sein de l’aire du PDAIRE

Les projections réalisées se basent sur celles récemment effectuées par la DRHS (2004).
Elles ne prennent pas en considération certaines communes qui ne relèvent pas de l’aire
du PDAIRE, à savoir celles de Benkhlil, El Ouatia, Msied, Tilemzoun et Zag. Il est à
signaler que ces projections se sont basées sur deux hypothèses principales :

- poids démographique constant de la zone d’étude dans la population nationale


totale (hypothèse basse);

- évolution tendancielle du poids démographique de la zone d’étude dans la population


nationale totale avec un alignement progressif sur l’évolution projetée à l’échelle nationale
(hypothèse haute).

- Projections de la population selon le milieu de résidence


Les résultats des projections jusqu’à 2040 sont présentés ci-après (Tab.13, Fig.13).

Tableau 13. Projections de la population de la zone d’étude à l’horizon 2040 selon le milieu
de résidence et les variantes retenues (DRHS modifiée, 2004)
Milieu Milieu Taux TAAM TAAM Hyp. Hyp.
Année urbain rural Total d’urbanisation TAAM Urbain Rural basse haute
2004 338555 77931 416486 79,3% 5,0% 4,2% 8,9% 416486 416486
2010 405153 91587 496740 79,4% 3,0% 3,0% 2,9% 446837 544916
2015 457170 98794 555964 80,0% 2,3% 2,4% 1,6% 469949 639655
2020 500386 103845 604231 80,6% 1,7% 1,8% 1,1% 491161 714446
2030 560243 108681 668924 81,6% 1,0% 1,1% 0,5% 528055 805800
2040 561057 107417 668474 81,8% 0,0% 0,0% -0,1% 527177 805610
TAAM : taux d’accroissement annuel moyen

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
46

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

BEN KHLIL
EL OUATIA TANTAN
TILEMZOUN
CHBIKA
ZAG
MSIED
TARFAYA TARFAYA AKHFENNIR ABTEH LABOUIRAT
HAOUZA TAH

ALGERIE
BOUJ DOUR TIFARITI

GUELTAT ZEMMOUR
AL MAHBASS
DAOURA
BIR ANZARANE
GLEIBAT EL FOULA El Hagounia
AOUSSERD
SIDI HAOUZA

UE
JDIRIYA
BIR GANDOUZ ZOUG LAAYOUNE AHMED
EL MARSA DCHEIRA

IQ
LAGOUIRA
LAAROUSSI
FOUM

T
EL OUED

AN
BOUKRAA
ES-SEMARA

L
AT
AMGALA TIFARITI
BOUJDOUR
DENSITE PAR COMMUNES
LAMSSID
EN 2004

N
EA
OC
GUELTAT ZEMMOUR
JRAIFIA

LEGENDE

0 100 200
Limite du bassin
BIR ANZARANE kilomètres
OUM DREYGA

Densité par communes ED DAKHLA MIJIK


en 2004 EL ARGOUB

E
NI
TA
0 à 0,5 (19) GLEIBAT EL FOULA

RI
0,5 à 2 (11)

AU
2 à 200 (4)

M
200 à 500 (1) AOUSSERD
500 à 1 000 (3) IMLILI
AGHOUINIT

TICHLA ZOUG
CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson BIR GANDOUZ
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19 LAGOUIRA
E-mail : inf o.resing@resing.ma
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 12. Densités de l’aire du PDAIRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
47
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

800

Milliers
700

600

500

400

300

200

100

0
1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040
Population urbaine Population rurale Population totale

Figure 13. Evolution de la population totale (urbaine et rurale) de la zone d’étude (1994-
2040)
Comme le poids de la zone d’étude a progressé durant la période 1994-2004, c’est
l’hypothèse de l’évolution tendancielle qui aboutit aux valeurs les plus élevées.

De même, la projection par milieu de résidence a aboutit à des valeurs plus élevées que
celles de la population totale. En effet, le taux d’urbanisation de la zone d’étude est
nettement plus élevé que la moyenne nationale et la progression de ce taux dans les
projections de la population nationale font que la population urbaine de la zone d’étude
croît à un rythme plus élevé que la population totale nationale dans l’hypothèse première
et davantage dans l’hypothèse seconde.

Pour ce qui est de la population rurale, l’application du même taux d’urbanisation


résultant de la projection par milieu de résidence, implique une population rurale là aussi
plus élevée avec l’hypothèse seconde dans la même proportion qu’avec la population
urbaine.
Il en résulte que la variante haute corresponde à une évolution tendancielle du poids de la
zone d’étude dans la population nationale totale par milieu de résidence et que la variante
basse corresponde au maintien du poids total de la zone d’étude dans les projections
nationales de la population totale.

- Projections de la population par communes et municipalités


La même démarche a été adoptée pour la répartition de la population au sein de la zone
d’étude. Toutefois, pour les communes rurales de taille réduite en 1994 et qui ont connu
une forte évolution durant la période intercensitaire, une fourchette a été imposée pour le
taux d’accroissement annuel du poids tendancielle (de -10 à 10%). Cette limitation évite
que ces communes n’évoluent de manière irréaliste (la commune rurale Tichla affiche
6036 habitants en 2004, soit ~21 fois sa taille en 1994 (290 habitants). Le maintien d’une
telle évolution augmenterait sa taille aux dépens des autres communes dont certaines
verraient même leur population diminuer.

Par ailleurs, le taux d’accroissement annuel du poids évolue sur la période de projection
vers 0% pour permettre de s’aligner progressivement sur la tendance d’évolution projetée
au niveau national. Cet alignement se fait essentiellement dans le sens de la baisse des
taux d’accroissement et permet de retrouver les tendances démographiques observées à
l’échelle nationale.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
48
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Le tableau 14 ci-après récapitule les résultats de la projection de la population de la zone


d’étude à l’horizon 2040.

Tableau 14. Projection de la population urbaine, rurale des municipalités et communes rurales de
la zone d’étude à l’horizon 2040

Province Désignation Population Population projetée


TAAM 04-40
1994 2004 2010 2015 2020 2030 2040
Milieu urbain
Aousserd Lagouira 509 3726 5676 7383 8843 10535 10551 -0.40%
Boujdour Boujdour 15167 36843 49012 58493 66212 75810 75920 1.80%
Es Smara Smara 28750 40347 46798 51814 56018 62181 62271 1.80%
El Marsa 4334 10229 13504 16042 18107 20690 20720 0.30%
Laâyoune Laâyoune 136950 183691 210845 232259 250375 277403 277806 1.80%
Tarfaya 4506 5615 6338 6927 7434 8213 8225 1.80%
Oued Eddahab Dakhla 29831 58104 72980 84252 93397 105411 105564 1.80%
Milieu rural
Aghouinite 391 222 199 193 192 195 192 1.60%
Aousserd 672 5832 8111 9422 10304 11052 10924 1.00%
Aousserd Bir Gandouz 253 3864 5374 6243 6827 7323 7237 0.60%
Tichla 290 6036 8394 9752 10665 11439 11306 -0.10%
Zoug 392 833 893 908 919 937 926 -0.20%
Gueltat Zemmour 4716 6740 6670 6592 6596 6691 6614 -0.20%
Boujdour Jraifia 1294 1385 1300 1268 1264 1281 1266 0.00%
Lamssid 514 1161 1261 1288 1307 1336 1320 -0.20%
Amgala 1960 4398 4771 4871 4941 5047 4988 -0.30%
Haouza 2940 8769 10146 10657 10969 11301 11170 -0.20%
Es Smara Jdiriya 2195 2000 1827 1772 1765 1789 1768 0.30%
di Ahmed Laarous 1215 1820 1817 1801 1804 1831 1809 1.80%
Tifariti 2666 3092 2944 2880 2873 2912 2878 0.90%
Akhfennir 1334 1583 1514 1482 1479 1499 1481 0.40%
Boukraa 1985 2519 2438 2395 2391 2424 2396 0.70%
Daoura 966 878 802 777 774 785 776 -0.30%
Laâyoune Dcheira 1540 1745 1655 1617 1613 1634 1616 0.00%
El Hagounia 882 1089 1049 1029 1027 1041 1029 -0.20%
Foum El Oued 918 1419 1426 1416 1419 1440 1423 -0.40%
Tah 563 1255 1360 1387 1407 1437 1420 -0.40%
Bir Anzarane 867 6597 9174 10658 11656 12502 12357 -0.40%
El Argoub 1374 5345 6598 7158 7506 7824 7733 -0.40%
Gleibat El Foula 436 2973 4135 4803 5253 5634 5569 -0.40%
Oued Eddahab
Imlili 810 2311 2646 2766 2840 2921 2887 2.90%
Mijik 393 519 506 498 498 505 499 1.70%
Oum Dreyga 533 3005 4091 4691 5088 5427 5364 2.00%
Tan Tan Chbika 793 541 486 470 468 474 469 1.10%

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
49
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

6.5.2 EMPLOI ET ACTIVITE

Les données du RGPH de 2004 montrent que la talle de la population active s’élève à :
- de 92.490 dans la Région de Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra;
- 31.216 dans la Région de Oued Eddahab-Lagouira ;
- et de 116.033 dans celle de Guelmim Es Smara (faute de données relative à chaque
commune, ce chiffre correspond à l’ensemble de la Région Guelmim-Es Smara).
Rapporté à la population d’âge actif, les taux d’activité dans ces régions sont
respectivement de 37,7%, 42,7%, et 27,3%.
Au niveau de chaque région, les femmes qui exercent un emploi sont beaucoup moins
nombreuses que les hommes, confirmant ainsi la même situation qu’au niveau national.
C’est dans la Région de Oued Eddahab que cette différence est la plus apparente (SRAT,
2007).

6.5.2.1 Emploi et situation dans la profession

Dans les trois régions, il y a une structure relativement semblable, caractérisée par une
nette prédominance des salariés (69% - 74%) sur les activités libérales (19-25%). Le
poids du secteur public est impressionnant dans les trois régions (Tab.15). Les chiffres
montrent en effet que les salariés du secteur public représentent 37.9% du total dans la
région de Laâyoune-Boujdour Saguia El Hamra, 29.2% à Guelmim- Es Smara et 26.5% à
Oued Eddahab-Lagouira.
La fonction publique a pu procurer beaucoup d’emplois dans les provinces sahariennes
dont ont profité aussi bien les originaires de ces provinces que ceux du Nord :
administration, défense, gendarmerie, police, enseignement, santé, etc.

Tableau 15. Taux d’activité de la population active occupée par région et situation de
l’emploi
Régions Oued Eddahab- Laâyoune-Boujdour- Guelmim-
Lagouira Saguia El Hamra Es Smara
Employeur 5.7 2.9 2.1
Indépendant avec local 10.8 12.9 29.6
Indépendant à domicile 0.4 1 1.5
Indépendant ambulants 7.4 6.9 6.5
Salarié secteur public 26.5 37.9 29.2
Salarié secteur privé 47.2 35 31.6
Aide familiale 1 2.2 7.4
Apprenti 1.1 1.2 1.2
Source : SRAT, 2007

6.5.2.2 La population occupée par secteur économique

Faute de données par région, cet aspect n’a pu être traité que pour les trois régions
réunies sur la base des données fournies en 2005 basées sur le recensement de 2004. Il
faut signaler que ces chiffres incluent les données de tous les communes relevant de la
Région Guelmim-Es Smara.
Le tableau 16 ci-dessous, montre que les services occupent le plus grand segment de la
population active, suivi par celui de l’agriculture, la forêt et la pêche.
Le secteur de l’industrie, malgré l’importance des ressources halieutiques, est celui qui
utilise le moins de main d’oeuvre dans ces régions, comparativement à celui des
bâtiments et travaux publics, du moins dans le secteur formel.
En ce qui concerne le secteur de la pêche, il faut signaler qu’à coté du secteur formel de
la pêche hauturière et côtière, la pêche artisanale « aux petits métiers » occupe un
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
50
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

nombre significatif mais très variable de personnes. Leur nombre augmente nettement
pendant les périodes de pêche, surtout celle des céphalopodes qui demande peu de
qualification et voit affluer une importante main d’oeuvre du Nord du pays pendant
quelques semaines pour diminuer à la fin de l’activité.

Tableau 16. Structure de la population active occupée par secteurs d’activité (2005)
Secteur d'activité Urbain Rural Ensemble Répartition en %
économique
Agriculture, forêt et pêche 6 689 34 700 41 389 26.8
Industrie 8 764 895 9 659 6.2
B.T.P 9 785 2 900 12 685 8.2
Services 84 041 6 918 90 959 58.8
Ensemble 109 279 45 413 154 692 100
Source : SRAT, 2007

6.5.3 AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

6.5.4 URBANISME

L’une des caractéristiques de la zone d’étude est que toutes les villes sont de création
récente et ont connu un développement très rapide depuis la réintégration des Provinces
du Sud au Royaume, et surtout grâce à l’immense effort consenti par l’Etat pour encadrer
et équiper les régions. Vu leur taille, les villes du Sud sont généralement bien dotées en
services publics et en équipements collectifs de proximité. Il leur manque cependant, un
arrière pays, des échanges importants interurbains et des équipements centraux de
catégorie supérieure.
Malgré leurs atouts, les villes sont ainsi à la fois bien équipées mais relativement peu
attractives. Dans toutes les villes, les conditions de logement et l’urbanisme sont peu
satisfaisants malgré les efforts fournis et qui se poursuivent encore. L’habitat non
réglementaire, les bidonvilles et les campements abritent encore une part notable de la
population. Le tissu urbain y est désordonné pour ne pas dire anarchique dans le cas des
villes petites et moyennes. Parmi les plus grandes villes, seuls les centres de Laâyoune
et, dans une moindre mesure Dakhla, ont un caractère urbain organisé.

6.5.5 ROUTES ET COMMUNICATIONS

La zone d’étude se trouve dans une zone désertique et compte peu d’habitants hors des
villes. Le réseau routier peut être considéré comme exceptionnellement bon et dense. Les
routes revêtues desservent plus de 80 % de la population, et sont dans un état d’entretien
remarquable. La route nationale n°1 qui longe la région (du Nord au Sud) constitue
l’artère principale du réseau routier régional et un support des échanges avec le Nord du
Royaume et les pays avoisinants notamment la Mauritanie (Fig.14) présente un
synoptique général du réseau routier de la zone du PDAIRE.

Le réseau routier de la Région de Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra est peu dense


comparé aux autres régions du Royaume. La région ne dispose pas de routes régionales
et la quasi totalité du réseau provincial est à l’état de piste. Elle est traversée par trois
axes nationaux : RN 1, RN 5 et RN 14. Ces axes structurent l’espace régional en reliant
les pôles les plus dynamiques aux autres pôles nationaux. Elle dispose de trois routes
provinciales, soit les RP110, RP1400 et RP1402.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
51

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

TAN TAN
TAN TAN
TARFAY A
DAOURA
SMARA
BOUJ DOUR TAH
GHELTAT ZEMOUR HAGOUNIA
DAOURA
BIR ANZARANE
AOUHIFRITE
FOUM EL Oued HAOUZA
MAATALLAH
LAMSAY ED

UE
ZOUG
LAAY OUNE
LAGOUIRA

T IQ
SMARA

AN
L
BOU CRAA

AT
BOUJDOUR
CARTE DU RESEAU ROUTIER ARIDAL

N
EA
0 100 200

OC
kilometres
LEGENDE GHELTAT ZEMOUR

Limite du bassin

BIR ANZARANE

DAKHLA
Ville / Centre urbain
EL ARGOUB
DOUMS
AOUHIFRITE
Route nationale IMLILI

Route régionale
Piste régionale AOUSSERD
MAATALLAH
Route provinciale

Piste provinciale HASSI BOUG

TICHLA ZOUG
BIR GANDOUZ
CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma LAGOUIRA
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 14. Réseau routier de l’aire du PDAIRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
52
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Au niveau de la région, le réseau routier compte 1477 Km avec 897 Km de routes


nationales et 580 Km de routes provinciales. Ce réseau compte actuellement environ 528
Km de routes non revêtues toutes catégories confondues (Tab.17).

Tableau 17. Longueur des routes construites et revêtues dans la Région de Laâyoune-
Boujdour-Saguia El Hamra (au 31/12/2005)
Catégorie des routes Revêtues (km) Non revêtues (km) Total
Routes nationales 857 40 897
Routes provinciales 92 488 580
Total 949 528 1477
Source : Annuaire Statistique 2007

Dans la Région d’Oued Eddahab-Lagouira (Tab.18), le réseau routier compte une


longueur totale de 3272 km dont les routes nationales représentent 1201 km et les routes
provinciales 2071 km. Ce réseau compte aussi 2487 km de routes non revêtues toutes
catégories confondues. Actuellement, la région ne dispose pas de routes régionales.

Tableau 18. Longueur des routes construites et revêtues dans la Région Oued Eddahab
Lagouira au (31/12/2005)
Catégorie des routes Revêtues (km) Non revêtues (km) Total
Routes nationales 677 524 1201
Routes provinciales 108 1963 2071
Total 785 2487 3272
Source : Annuaire Statistique 2007

Le réseau routier des trois Provinces Es Smara, Tan Tan et Assa Zag de la Région
Guelmim-Es Smara compte 2494 km dont 409 km de routes régionales, 1442 km de
routes provinciales et 643 km de routes nationales. Ce réseau compte actuellement 528
km de routes non revêtues (Tab.19).

Tableau 19. Longueur des routes construites et revêtues des Provinces d’Es Smara, Tan
Tan et Assa Zag
Catégorie des routes Revêtues (km) Non revêtues (km) Total
Routes nationales 243 400 643
Routes régionales 409 0 409
Routes provinciales 109 1333 1442
Total 761 1733 2494
Source : SRAT 2007

6.6 SECTEUR DE L’ASSAINISSEMENT

6.6.1 ASSAINISSEMENT LIQUIDE

6.6.1.1 Province de Laâyoune

- Assainissement de la ville de Laâyoune


L’ONEP a pris en charge le service d’assainissement liquide au niveau de la ville de
Laâyoune à partir de Janvier 2006 Le réseau d’assainissement actuel de la ville de
Laâyoune est de type unitaire. Sa longueur totale est de 150 Km environ. Le taux de
raccordement est estimé à environ 70%.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
53
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

- Assainissement du centre de Tarfaya


Pour le centre de Tarfaya, le système adopté actuellement est celui de l’assainissement
autonome. Ce système présente le risque d’accroissement de la pollution de la nappe
saumâtre (peu profonde) par les eaux usées via les puisards et par conséquent la
contamination du réseau d’AEP.

- Assainissement du centre d’El Marsa


La ville d’El Marsa est dépourvue de réseau d’assainissement. Excepté le quartier
industriel, l’assainissement s’effectue par des installations individuelles de type puits
perdus.

6.6.1.2 Province de Boujdour

A l’exception de quelques lotissements munis de réseau collectif de collecte des eaux


usées, toute la ville de Boujdour est assainie par système individuel, constitué par des
fosses septiques ou puits perdus. Cette situation a des répercussions néfastes sur la
santé de la population et l’environnement.

6.6.1.3 Province de Dakhla et Aousserd

La ville de Dakhla est dotée d’un réseau d’assainissement de type séparatif, cependant
les eaux pluviales ne faisant pas l’objet d’une collecte organisée. Les eaux usées
collectées sont rejetées dans la baie de Dakhla sans aucun traitement préalable.

Les problèmes d’assainissement qui sont posés actuellement peuvent se résumer comme
suit :

- Dysfonctionnements du réseau entraînent des gênes importantes pour les habitants


(odeurs, remontées d’eau usées, travaux permanents d’amélioration de l’évacuation) ;
- Existence des zones urbanisées non assainies qui nécessitent un raccordement au
réseau ;
- Rejet des eaux usées non traitées dans la baie Oued Eddahab incompatible avec le
maintien écologique de cette baie qui joue un rôle clé à la fois dans l’activité
économique actuelle de la ville et dans ses potentialités de développement.

6.6.1.4 Province d’Es Smara

La ville d’Es Smara est dotée d’un réseau d’assainissement de type séparatif. Les eaux
usées de la ville sont rejetées vers l’Oued Selouane sans traitement préalable. Les
lotissements nouvellement équipés ne sont pas reliés au réseau d’assainissement en
exploitation.

Afin de protéger le réseau d’eau potable contre les eaux usées, l’ONEP a procédé à la
réhabilitation du réseau existant et son extension.

6.6.2 DECHETS SOLIDES

Dans l’aire du PDAIRE, l’ensemble des déchets solides des centres sont évacués vers les
décharges publiques situées généralement à moins de 15 km des communes, dans des
plateaux, cuvettes ou carrières (Tableau 20).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
54
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Elles sont généralement non clôturées à l’exception des décharges des communes de
Foum El Oued et El Merasa. Ces décharges sont non contrôlées et présentent des
risques potentiels de contamination des eaux souterraines et des lacs collinaires surtout
en périodes de crue.

La quantité maximale des déchets produits dans la zone d’étude est observée au niveau
de la ville de Laâyoune avec 149 tonnes par jour.

Tableau 20. Décharges publiques dans la zone du PDAIRE


Commune X (km) Y (km) Eloignement(Km) Nature du site avant exploitation Capacité (T ) Superficie (ha) Q.collecté.(T/j) Sauvage
Dakhla 228 416 4 Depression 30000 2 24 Oui
Es Smara 236.2 2659.2 5 Plâteau entre collines Enorme Etendue 30 Oui
Es Smara 231.5 2958.6 8 Cuvette enclavée entre 2 collines Enorme Etendue 10 Oui
Boujdour 564 2892 12 Plâteau - 9 16 Oui
Laayoune 678.5 3001.8 Extremité de la ville Plâteau 7000000 400 149 Oui
Tarfaya 706 3091.25 1.5 Carrière - 30 8.86 -
Foum El.O 660.3 3004.4 3 Carrière 0.05 1 Non
El Marsa - - 3 Carrière Indéterminée Indéterminée 9 Non
Centre Tan Tan 81.3 177.5 6 Cuvette Naturelle:Plâteau 7200 0.25 18 Oui
3
Centre Tan Tan 57.6 171 1 Carriére pour la construction du lac 15 000 m 1 40 Oui
Source : DRHS

6.7 SECTEUR D’ALIMENTATION EN EAU POTABLE

6.7.1 RÉGION LAÂYOUNE-BOUJDOUR-SAGUIA EL HAMRA

6.7.1.1 Province de Laâyoune

L’ONEP intervient actuellement au niveau de la production et de la distribution dans 6


centres : Laâyoune, Tarfaya, Foum El Oued, El Marsa, Daoura et Tah, regroupant une
population totale d’environ 203.087 habitants (RGPH, 2004) et 34218 abonnés.

Actuellement, les villes et les principaux centres de la province notamment Laâyoune,


Tarfaya, Foum El Oued, El Marsa et Tah sont alimentés exclusivement en eau douce par
des réseaux de distribution avec un taux d’accès de l’ordre de 97 %.

Le débit global équipé pour cette province est de 245 l/s, décomposé comme suit :

- Laâyoune: 230 l/s (150 l/s à partir de la station de dessalement d’eau de mer, 65 l/s
à partir de la nappe de Foum El Oued et 15 l/s à partir d’un puit d’eau saumâtre) ;
- Tarfaya : 10 l/s à partir de la station de dessalement d’eau saumâtre ;
- Les centres d’El Marsa et Foum El Oued sont alimentés à partir des installations de
production de la ville de Laâyoune (35 l/s pour la ville d’El Marsa et 20 l/s pour le
centre de Foum El Oued) ;
- Daoura : 5 l/s à partir d’un puit d’eau saumâtre et camions citernes d’eau douce à
partir des installations de distribution de Laâyoune ;
- Le reste de la population des centres ruraux est alimenté par camions citernes à
partir des centres d’intervention ONEP les plus proches.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
55
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

En 2007, l’ONEP a utilisé pour l’alimentation en eau potable et industrielle de la Province


de Laâyoune un volume global de l’ordre de 11.54 Mm3 dont 8.68 Mm3 (75.21 %) sont
issus des forages d’eau de mer.

6.7.1.2 Ville de Boujdour

Actuellement, la ville de Boujdour est alimentée exclusivement en eau douce par un


réseau de distribution. Le taux de branchement est égal à 60% (les campements de la
ville, 40%, sont desservis par les Bornes Fontaines).

En 2007, le volume produit pour l’AEPI de Boujdour est de l’ordre de 1.88 Mm3, issus en
quasi-totalité (1,87 Mm3) des forages d’eau de mer.

6.7.2 REGION OUED EDDAHAB-LAGOUIRA

L’ONEP y intervient depuis décembre 1978 pour la ville de Dakhla regroupant une
population totale de 66 399 habitants et 12028 abonnés.

L'alimentation en eau potable de la ville de Dakhla est assurée actuellement à partir de la


station de traitement dont le débit équipé est 110 l/s.

En 2007, le volume produit pour l’AEPI de Dakhla est de l’ordre de 2.66 Mm3 issus de la
nappe profonde du Paléogène.

6.7.3 REGION GUELMIM-ES SMARA

Dans le cadre de l’alimentation en eau potable des centres relevant de la Province d’Es
Smara, l’ONEP intervient actuellement au niveau de la production et la distribution pour
trois (03) centres à savoir Amgala, Smara (chef lieu de la Province) et Sidi Ahmed
Laâroussi regroupant une population totale de 46565 habitants (RGPH,2004) et 7094
abonnés. Le débit global équipé pour la province d’Es Smara est 80 l/s (à partir de la
station de défferisation située à Sidi El Khattari).

En 2007, le volume produit pour l’AEPI de la Province d’Es Smara est de l’ordre de 1.445
Mm3 presque exclusivement issus de la nappe profonde du Crétacé inférieur (1.44 Mm3).

6.7.4 PRODUCTION GLOBALE EN EAU POTABLE DANS LA ZONE DU PDAIRE

Les volumes globaux produits en 2007 s’élèvent à 17.47 Mm3, répartis comme suit :

ƒ Province Laâyoune : 11.54 Mm3 (64.7 Mm3 à Laâyoune, 1.37 Mm3 à Tarfaya et 0.0045
Mm3 à Daoura) soit 66.07 % du volume total de l’aire d’étude ;
ƒ Province de Dakhla : 2.6 Mm3 soit 14.88 % ;
ƒ Province de Boujdour : 1.88 Mm3 soit 10.77 % ;
ƒ Province d’Es Smara : 1.445 Mm3 soit 8.28 %.
Sur les 17.47 Mm3 d’eau prélevées, 10.55 Mm3 (60.38%) sont d’origine marine, suivis des
eaux des nappes superficielles avec 2.88 Mm3 (16.48%). Les eaux de la nappe du
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
56
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Paléogène occupent la troisième place avec 2.6 Mm3 (14.89 %). Les eaux de la nappe
profonde du Crétacé Inférieur présentent 8.25 % soit 1.44 Mm3.

Le tableau 21 regroupe les centres relevant de la zone du PDAIRE

Tableau 21. Centres ONEP dans la zone d’étude


Province Ville/Centre
Population Nombre Débit équipé (l/s) Débit de pointe
d'abonnés Nappe Déssalement/Démineralisation Puit saumâtre (l/s)
Laâyoune 183691 31142 65 150 15 240
Laâyoune El Marsa 10229 1223 - 35* - 12
Foum El Oued 1419 291 - 20* - 2
Tarfaya 5615 1470 - 10 - 7
Daoura 878 92 - - 5 2
Boujdour Boujdour 36843 4172 - 30 5 38
Es Smara 40347 7194 - 80 - 54
Es Smara Sidi A. Laaroussi 1820 23 - - - 0,9
Amgala 4398 83 - - - 3
Dakhla Dakhla 58104 12028 110 - - 112
*: Alimentation à partir du système AEP de Laâyoune

7. ACTIVITES ECONOMIQUES DE LA ZONE DU PDAIRE


7.1 SECTEUR PRIMAIRE

Le secteur primaire est le pilier de l’économie de la région. Il comprend quatre domaines :


l’agriculture, l’élevage, la pêche maritime et la production minière.

Des efforts considérables ont été déployés pour le développement de ce secteur surtout
au niveau de l’agriculture et de la pêche maritime.

7.1.1 AGRICULTURE

Le domaine de l’agriculture reste tributaire des conditions naturelles et climatiques


sévères dans les trois régions de l’aire du PDAIRE. La production totale de la zone
d’étude ne dépasse pas 0.5% de la production céréalière, 0,24% des produits maraîchers
de tout le Royaume (SRAT, 2007).

Le développement du secteur agricole est le grand défi des trois régions de la zone
d’étude à cause des contraintes qui limitent sa croissance. Cependant, la mise en place
des aménagements hydroagricoles qui reposent sur la culture sous serres et les
techniques spécifiques de défrichement des sols, et surtout les nouvelles techniques
d’irrigation basées sur l’utilisation rationnelle de l’eau, permettent de participer à la
création d’une agriculture à grande valeur ajoutée.

7.1.1.1 Région Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra

Province de Laâyoune :

La province de Laâyoune dispose actuellement de trois périmètres d’une superficie totale


de 329.25 ha situés à Foum El Oued, El Hagounia et Dcheira (Tighzert).
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
57
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

1- Le périmètre de Foum El Oued (photo 17) : Le périmètre comporte 42 lots d’une


superficie totale de 234,25 ha dont 130 ha irrigués. L’irrigation des exploitations agricoles
du périmètre se fait à partir de la nappe phréatique de Foum EL Oued (moyennant des
puits d’une profondeur variant de 8 à 20 m). La mobilisation des eaux de la nappe se fait
par le creusement de puits et leur équipement par motopompes. Les systèmes d’irrigation
pratiqués actuellement au niveau des exploitations agricoles se répartissent comme suit :

ƒ irrigation gravitaire : 85 ha
ƒ irrigation par aspersion : 25 ha
ƒ irrigation localisée : 20 ha

Photo 17. Périmètre irrigué de Foum El Oued


2-Le périmètre d’El Hagounia : Ce périmètre couvre une superficie potentielle de 50 ha
dont 16 ha irrigué.

3-Le périmètre de Tighzert : la superficie irriguée au niveau de ce périmètre est de 45 ha


situé dans la commune rurale de Dchira.

L’évolution des superficies irriguées dans la province de Lâayoune entre 1976 et 2008
(Figure 15) montre une différence de 176 ha entre les deux situations.

200 191
180
160
140 130
Superficie (Ha)

125 125
120
100
80
80
60 45
40
20 15

0
1976 1987 1999 2000 2001 2004 2008

Figure 15. Evolution des superficies irriguées Dans la province de Lâayoune


Les parcelles irriguées dans le périmètre de Foum El Oued et celui d’El Hagounia sont
réservées essentiellement à la production fourragère (luzerne et maïs fourrager) et

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
58
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

quelques cultures maraîchères. Les productions fourragères sont destinées à


l’alimentation du cheptel bovin laitier.

Les plantations fruitières occupent 0,60 ha :

- le périmètre Dchira : nombre de pieds 105 palmiers dattiers.

- le périmètre Mseide : nombre de pieds 170 palmiers dattiers.

Lors des années pluvieuses, des terrains agricoles des Grarats sont labourés et semés
en céréales en particulier en orge. La superficie moyenne labourée varie entre 2000 et
7000 ha selon les précipitations. Le rendement moyen oscille entre 5 et 10 qx/ha.

Province de Boujdour :

La Province de Boujdour dispose actuellement d’un seul périmètre à Jraifia d’une


superficie totale de 100 ha dont 15 ha irrigués. Le système d’irrigation pratiqué
actuellement au niveau de ce périmètre est le gravitaire. Il existe également deux plaines
à Amrikli lbied et à Amrikli lahmr qui ne sont irriguées que par les eaux de pluie. Elles sont
réservées essentiellement à la production de l’orge surtout pendant les années humides.

Il y a lieu de signaler que la DPA de Boujdour réalise des expérimentations qui


concernent l’arboriculture (palmier, olivier, cognassier) et les cultures
fourragères (luzerne, maïs et sorgho).

7.1.1.2 Région Oued Eddahab-Lagouira

Les périmètres irrigués dans la zone sont au nombre de 8 et situés dans un rayon de 70
km autour de la ville de Dakhla (Fig.16). La superficie totale des périmètres s’élève à
1414 ha et se répartit comme suit (Tab.22) :

Tableau 22. Périmètres irrigués de la Région Oued Eddahab-Lagouira


Périmètre Superficie Supeficie Superficie Débit du
totale (ha) équipée (ha) exploitée (ha) forage (l/s)
Tawarta 94 37,5 37,5 28,6
Dhar El Houli 40 40 - 40
Tiniguir 600 81 81 153,4
Domaine Tawarta IV 150 57 57 37,5
Maraïchage Sahara 150 117 117 40
Mijik 150 70 70 30,1
Nagjir 150 52 52 4,86
Maraichage Sahara II 80 52 52 -
Total 1414 506,5 466,5 334,46
Source : monographie agricole 2008-DPA Oued Eddahab-Lagouira-
1- Périmètre de Tawarta (37.5 ha) : situé à 11 km au Nord de la ville de Dakhla dans la
presque île d’Oued Eddahab, le périmètre est équipé d’un réseau d’irrigation. Il est
alimenté par deux forages artésiens dont la profondeur et le débit sont 550 m et 14.8 l/s
pour le premier et 530 m et 13.8 l/s pour le second. La taille moyenne des parcelles est de
0.5 hectare. Les cultures pratiquées sont essentiellement des cultures fourragères
particulièrement la luzerne pour l’élevage laitier intensif.

2- Domaine Dhar Lhouli (40 ha) : ce périmètre est équipé d’un forage artésien d’une
profondeur de 591 m et d’un débit de 40 l/s. Crée en 1994, ce périmètre a été exploité

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
59
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

depuis 1998 pour la production de bananes en plein champ, associée à des essais
d’autres cultures afin de maîtriser les facteurs de production. Actuellement, le périmètre a
été délaissé suite à des problèmes financiers.

3- Domaine de Tiniguir (600 ha) : Commencé en 1982, la superficie exploitée


actuellement est de l’ordre de 81 hectares couverte par des serres et équipée d’un réseau
de fertigation par goutte à goutte. L’eau d’irrigation provient de 5 forages artésiens dont le
débit global est de 153.4 l/s. Les cultures pratiquées sont essentiellement la tomate et le
melon sous serres.

4- Domaine de Tawarta IV : Ce périmètre est équipé d’un forage artésien d’un débit de
37.5 l/s, d’un bassin de stockage, d’une station de dessalement d’eau et d’une station de
fertigation. Ce périmètre crée en Juillet 2002 exploite 57 ha. La vocation de ce domaine
est le production de tomate et du concombre en hors sol et sous serre.

5- Domaine Maraîchage Sahara: une exploitation à Glib Jdiane, d’une superficie de 150
ha est en phase d’équipement. La production y a commencé durant la campagne 2004-
2005 sur 17 ha de melon. Les serres sont irriguées avec un forage de débit 40 l/s. Les
superficies exploitées actuellement ont atteint une superficie de 117 ha.

6-Domaine Mijik : une exploitation à Glib Jdiane (Grart Lhadda), d’une superficie de 150
ha est en phase d’équipement. La production a commencé durant la campagne 2006-
2007 sur 70 ha de melon.

7-Domaine Nagjir : une exploitation à Grart Lbeid, d’une superficie de 150 ha est en
phase d’équipement. La production a commencé durant la campagne 2006-2007 sur 24
ha de tomate. L’exploitation est actuellement à 52 ha et une autre extension est en cours
d’aménagement.

8- Maraîchage Sahara II : c’est une extension de Maraîchage Sahara prévue sur 80 ha. Il
se situe à 2 km vers le Sud de celle-ci. L’équipement de l’exploitation à commencé au
début de la campagne 2007-2008. L’aménagement est à 52 ha de melon pour cette
campagne agricole.

Le tableau 23 illustre l’assolement des cultures de chaque périmètre durant les


campagnes 2006-2007 et 2007-2008.

Tableau 23. Assolement des cultures, campagnes 2006-2007 et 2007-2008

2006-2007 2007-2008
Supeficie Supeficie
Périmètre Culture (ha) Rdt (T/ha) (ha)
Tawarta Luzerne 37,5 80 37,5
Melon 26 30 52
Domaine Tiniguir Tomate 25 96 25
Domaine agricole Tomate 40 108 40
Tawarta IV Concombre 16 50 17
Tomate 54 110 54
Maraichage du Sahara Melon 59 50 59
Mijik SA Melon 70 80 70
Tomate 26 108 24
Nagjir Agricole Melon - - 28
Maraîchage Sahara II Melon - - 52
Source : monographie agricole 2008-DPA Oued Eddahab-Lagouira-
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
60

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

GHELTAT ZEMOUR

UE
TARFAYA ZAG

IQ
HAOUZA
BOU CRAA

NT
GHELTAT ZEMOUR

BIR ANZARANE
AOUHIFRITE

LA
MAATALLAH

ZOUG
LAGUIRA TAWARTA s.a

AT
NEGJIR s.a BIR ANZARANE
TAWARTA
DHAR EL HOULI
DAKHLA
PERIMETRES IRRIGUES DE LA REGION
OUED EDDAHAB LAGOUIRA
TINIGUIR

N
EA
DOUMS
AOUHIFRITE

OC
LEGENDE

Limite du bassin AOUSSERD

Ville / Centre urbain MAATALLAH

Périmètres HASSI BOUG


DHAR EL HOULI (1)
MARAICHAGE DE SAHARA (1)
MIJIK s.a (1)
NEGJIR s.a (1)
TAWARTA (1)
BIR GANDOU TACHLA ZOUG
TAWARTA s.a (1)
TINIGUIR (1)

CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson 0 100 200


N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
LAGUIRA
kilometres
E-mail : inf o.resing@resing.ma
RESING
site web : http://www.resing.ma

Figure 16. Périmètres irrigués de la Région Oued Eddahab-Lagouira

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
61
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

L’évolution des superficies irriguées dans la zone d’action de la DPA d’Oued Eddahab-
Lagouira entre 1987 et 2007 (Fig.17) montre une augmentation importante des superficies
irriguées depuis 2003. Ceci atteste d’une dynamique agricole importante dans la région.

450
426
400

350 339
Superficie (Ha)

300

250

200
155
150
108,5
100
75 75
50 47 47 47 47 47 47 47 47 47 47 57 57 57 55 55

0
1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007

Figure 17. Evolution du potentiel irrigué Dans la Région Oued Eddahab Lagouira

7.1.1.3 Région Guelmim-Es Smara

La Région de Guelmim-Es Smara est particulièrement à vocation pastorale.

La Province d’Es Smara est caractérisée par l’importance des parcours et des forêts
servant de pâturages au cheptel et par la faiblesse de la superficie agricole utile. L’activité
agricole est limitée à l’élevage extensif transhumant des dromadaires, ovins et caprins.

La Province de Tan Tan dispose actuellement d’un seul périmètre El Khaloua à Abteh
d’une superficie irriguée de 20 ha. Le système d’irrigation pratiqué actuellement au niveau
de ce périmètre est le gravitaire sur 18 ha et le goutte à goutte sur 2 ha. Ce périmètre est
réservé essentiellement à la production de la luzerne et du maraîchage.

7.1.2 ELEVAGE

L’élevage occupe une place importante dans l’activité économique de la zone du


PDAIRE. Il constitue l’une des principales sources de revenu de la population.

Cette activité survit de nos jours, malgré la sévérité des conditions de vie et les
vicissitudes de l’histoire récente, car elle reste le meilleur moyen de valoriser le couvert
végétal, mais sous des formes modifiées. Les trois régions de la zone du PDAIRE sont
soumises à la sévérité de la contrainte climatique (faible pluviosité variant de 10 à 150
mm, forte évapotranspiration, vents forts avec tempêtes de sable). Ces régions souffrent
également du déficit en ressources hydriques, leur variabilité et leur médiocre qualité.

L’ensablement constitue également une menace permanente pour les infrastructures et


les cultures.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
62
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

7.1.2.1 Elevage dans la Région Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra

Province de Laâyoune :

Dans la Province de Laâyoune, l’effectif total du cheptel en 2007 s’élève à près de


456000 unités (Tab.24). Les caprins viennent en tête avec un total de 220 474 unités,
suivis par les ovins et les camelins. L’élevage des bovins est peu développé.

Tableau 24. Effectif du cheptel par commune dans la Province de Laâyoune, 2007

commune rurale Nombre Camelins Caprins Ovins Bovins Equidés Total


d'éleveurs
Cercle de Laâyoune
Boucraâ 1 477 40 950 96 400 80 200 0 102 217 652
Hagounia 480 14 282 33 824 19 819 0 152 68 077
Dcheira 358 12 715 27 442 5 846 0 61 46 064
Foum El Oued 234 4 157 11 306 7 694 786 85 24 028
Cercle de Tarfaya
Akhfenir 159 6 106 22 637 22 281 0 5 51 029
Tah 114 1 886 3 556 502 0 8 5 952
Daoura 246 6 643 25 309 11 119 0 146 43 217
Pachalik de Laâyoune 2 0 0 0 74 0 74
Total 3 070 86 739 220 474 147 461 860 559 456 093
Source : DPA Laâyoune

La commune rurale de Boukraa est la plus dotée en cheptel et dépasse largement les
autres communes de la Province (Fig.18)

250 000
200 000
150 000
100 000
50 000
0
Boucraâ

Akhfenir

Tah
Hagounia

Dcheira

Daoura
Foum El
Oued

Camelins Caprins Ovins Bovins Equidés

Figure 18: Répartition du cheptel par commune dans la Province de Laâyoune

En 1976, l’effectif camelins, à titre d’exemple, dans la province de Laâyoune ne dépassait


guère les 3000 têtes. Actuellement, il est estimé à plus de 86 739 têtes (Figure 1919).
Cette remarquable évolution est attribuée, en grande partie, aux efforts consentis par le
Ministère de l’Agriculture pour le développement du secteur de l’élevage. En effet, ce
dernier a bénéficié de plusieurs mesures incitatives à savoir : des subventions pour

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
63
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

l’importation des géniteurs et l’achat des aliments, la création des points d’eau pour
l’abreuvement du cheptel, la gratuité de l’encadrement sanitaire etc.

300000
Cam elins Caprins Ovins Bovins

250000

200000
Effectif

150000

100000

50000

0
1976 1980 1984 1988 1992 1996 2000 2004 2008

Figure 19. Evolution de l’effectif du cheptel entre 1976 et 2007


Cette évolution présente néanmoins des fluctuations liées conditions pluviométriques.

L’abreuvement du cheptel est assuré par des camions citernes ou par des points d’eau.

Les principales productions et niveaux de consommation dans la province de Laâyoune


sont estimés comme suit (Tab.25) :

Tableau 25. Principales productions et niveaux de consommation dans la Province de Laâyoune

Désignation Production locale (T) Consommation (T) Taux d’autosuffisance


Viandes rouges 700 1200 58%
Viandes blanches 1800 3000 60%
Lait 3000 7500 40%
Œufs 6.500.000 unités 8.000.000 unités 81%
Source : DPA Laâyoune
On assiste même à un développement considérable de ce secteur durant ces dernières
années. Actuellement dans la province, il existe 22 unités de poulets de chair qui assurent
une production moyenne annuelle de 2280 tonnes de viande blanche et une unité
d’élevage de poules pondeuses d’une capacité de 24 000 sujets qui produisent 21 000
œufs de consommation /jours.

Province de Boujdour :

Dans la Province de Boujdour, l’effectif du cheptel s’élève à 123850 têtes (Tab.26)


répartis comme suit :

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
64
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 26. Effectif du cheptel dans la Province de Boujdour


Type de cheptel Nombre de tête (1986) Nombre de tête (1996) 2003/2004
Ovins 12 620 61 324 44 634
Caprins 29 380 87 513 58 248
Camelins 6 450 18 928 20 968
Total 48 450 167 765 123 850

Source : DPA Boujdour


Les caprins viennent en tête avec un total de 58248 unités suivis des ovins et des
camelins avec respectivement des effectifs de 44634 et 20968 unités.

L’effectif du cheptel a connu une évolution remarquable entre 1986 et 1996, augmentant
de 119315 têtes. Entre 1996 et 2003/2004, l’évolution est plus modérée, avec un léger
accroissement pour les camelins et une diminution pour les ovins (27%) et les caprins
(33%).

7.1.2.2 Elevage dans la Région Oued Eddahab-Lagouira

La production fourragère de la région a participé substantiellement au développement de


l’élevage surtout des bovins qui produisent de la viande et environ 380 000 litres de lait
par an. Cette production particulièrement importante dans cette région saharienne a
permis la création de plusieurs coopératives laitières contribuant à hauteur de 40 % à
l’autosuffisance de la région en lait frais.

Du point de vue effectifs animaux (Tab.27), les ovins viennent en premier avec un total de
38000 têtes, suivis des caprins avec environ 29000 têtes et des camelins avec 24000
têtes. L’effectif des bovins ne dépasse pas les 280 têtes.

Tableau 27. Effectif du cheptel pour 2007- Région Oued Eddahab-Lagouira-


Type de cheptel Nombre de tête
Ovins 38 000
Caprins 29 000
Camelins 24 000
Bovins 280
Total 91 280

Source : monographie agricole 2008-DPA Oued Eddahab-Lagouira-


L’élevage des dromadaires revêt une place très importante. Depuis 1987, l’effectif du
cheptel camelin a connu une augmentation. Il a passé de 750 en 1987 à 24000 en 2007
suite à des importations massives de Mauritanie.

La figure 20 ci-dessous présente l’évolution de l’effectif du cheptel dans la Région Oued


Eddahab-Lagouira.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
65
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

60000 Camelin Ovins Caprins Bovins

50000

Effectif 40000

30000

20000

10000

0
1987

1988

1989

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007
Figure 20. Evolution de l’effectif du cheptel dans la Région Oued Eddahab-Lagouira

Les sites fréquentés par les éleveurs sont toujours localisés autour des points d’eau. Les
principaux sites de la région sont présentés dans la figure 21.

La région compte aussi deux unités avicoles d’une capacité de 20 000 têtes produisant
160 tonnes/an de poulet de chair, satisfaisant ainsi 50 % des besoins de la région en
viande blanche.

Les principales productions dans la région sont estimées comme suit (Tab.28):

Tableau 28. Principales productions animalières dans la Région Oued Eddahab-Lagouira


Lait Chamelle 4000000 l/an
Vache 600000 l/an
Viandes Rouge 2500 T/an
Blanche 250 T/an
Laine 2.5 T
Source : monographie agricole 2008-DPA Oued Eddahab-Lagouira-
La figure 22 illustre les principaux déplacements des troupeaux de dromadaires dans la
région Oued Eddahab-Lagouira.

Le développement de l’élevage dans la région a été le fruit des efforts consentis à travers
les mesures suivantes :

- l’intensification de l’encadrement sanitaire ;

- la subvention d’aliments de bétail ;

- la création et l’aménagement de points d’eau (105 puits et 20 réservoirs) ;

- l’abreuvement du cheptel par camion – citernes ;

- l’existence de vastes parcours dans la région (12 000 000 ha).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
66
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

GUELTAT ZEMMOUR
JRAIFIA

UE
IQ
26 34
20

NT
19
18
27 32
BIR ANZARA

LA
21 28
22 OUM DREYGA
4 25

AT
3 30
33 31
2
5 23 MIJIK
ED DAKHLA 29
24
LOCALISATION DES PONTS D'EAU EL ARGOUB1
DANS LA REGION DAKHLA-LAGOUIRA
GLEIBAT EL FOULA

N
EA
6 13 16
40

11 7 15 AOUSSERD

OC
LEGENDE 46
12 38
8 39 41
42 47
Limite de bassin IMLILI 37
9 43
17 48 AGHOUINIT
10
Ville 14 36 44
45
35
71
Communes
70
69 51 56
50 53

68 54 55
BIR GANDOUZ 60
57 52
65
64 TICHLA ZOUG
61 58 59
66 63 67 49
62

CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson 0 100 200


N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti, LAGOUIRA
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
kilometres
E-mail : inf o.resing@resing.ma
RESING
site web : http://www.resing.ma

Figure 21. Localisation des points d’eau dans la Région Oued Eddahab-Lagouira

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
67
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Légende (figure 21)


Province d'Oued Eddahab Province d'Aousserd
N° Point d'eau CR N° Point d'eau CR
1 Zbart Berber 35 Bougffa 1
2 Tachektent 36 Bougffa 2
3 Magassin Tighremt 1 El Argoub 37 Maâtallah
4 Magassin Tighremt 2 38 Boulouatad
5 Antalah 39 L'Ghessaliyat
6 Imlili 40 Oued Cheyaf
7 Glat Imlili 41 Laglat 1 Aousserd
8 Oued Laârad 42 Laglat 2
9 El Ghareg 43 Boularyah Sud
10 Ag'nadezt 44 Boularyah Nord
11 Nkhila Imlili 45 Boularyah 3
12 Oued Aghran 46 Jmiêya
13 Tintaoutalet1 47 Oued Chayf
14 Tintaoutalet2 48 Aghylass
15 Imlili1 49 Bir Lmami
16 Imlili2 50 El Missour
17 Oued El Fissan 51 Tachanit
18 Imtlan 52 Aig
19 Gor Bekkar 53 Lahouida
20 Touireft 54 Jelwa 1 Tichla
21 Tagarzemet 55 Touirga
22 Sbita 56 Grart Lmhar
23 Aouhefert Nord 57 Jelwa 2
24 Aouhefert Sud 58 Jelwa 3
25 Lacraâ Bir Anzaran 59 Hbbadou
26 Winfergan 60 Jelwa 4
27 Bir Anzaran1 61 Chayarat
28 Bir Anzaran2 62 Fourali
29 Grart Ouchfeg 63 Crikcha
30 Manhar Negjir Sud 64 Targat
31 Manhar Negjir Sud 65 Grart Werkat Bir
32 Tabalit 66 Safia Guendouz
33 Tyaret Lbir 67 Aglat Agdala
34 Afdira Oum dreiga 68 Tenmoud
69 Fares 1
70 Fares 2
71 Fares 3

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
68
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

GUELTAT ZEMMOUR
JRAIFIA

UE
IQ
NT
BIR ANZARANE

LA
OUM DREYGA

AT
MIJIK
ED DAKHLA
DEPLACEMENT DES TROUPEAUX
EL ARGOUB
DANS LA REGION DE OUED EDDAHAB-LAGOUIRA

GLEIBAT EL FOULA

N
EA
LEGENDE
OC
Limite du bassin IMLILI AOUSSERD
AGHOUINIT

Déplacements des dromadaires


Déplacement de Séptembre

Déplacement des élevages


BIR GANDOUZ
TICHLA ZOUG

CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson


N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti, 0 100 200
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech LAGOUIRA
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
kilomètres
RESING
site web : http://www.resing.ma

Figure 22. Les principaux déplacements des dromadaires dans la Région Oued Eddahab-Lagouir
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
69
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

7.1.2.3 Elevage dans la Région Guelmim-Es Smara

Province d’Es Smara :

Dans la Province d’Es Smara, on compte 129 600 têtes d’animaux dont 66 400 têtes de
caprins, 50 000 têtes d’ovins et 13 200 têtes de dromadaires (Tab.29, photo 18). Le
système d’élevage est de type extensif sur parcours avec présence d’élevage urbain de
caprins.

Tableau 29. Effectif du cheptel dans la Province d’Es Smara


Type de cheptel Nombre de tête (1996) Nombre de tête (2005)
Ovins 21 169 50 000
Caprins 55 336 66 400
Dromadaires 9 753 13 200
Total 86 258 129 600

Source : Monographie agricole –DPA Es Smara

Photo 18. Un troupeau de dromadaire au niveau du lac d’Oued SAKIA LHAMRA (année
2005)
Les figures 23 et 24 illustrent respectivement les points d’eau d’abreuvement du cheptel
ainsi que les principaux axes de transhumance dans la province d’Es Smara.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
70

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA


TAN TAN

TARFAYA

POINTS D'EAU D'ABREUVEMENT TAH


DU CHEPTEL D'ES-SEMARA
DAOURA HAGOUNIA

LAAYOUNE
LEGENDE LAMSAYED HAOUZA

Limite du bassin
SMARA

Réseau hydrographique Lamsid

Metfia Seb k h at b asaid BOU CRAA


Puits
k h at
al
Ig uet
y an
Lah
mida
Ou ed t
Lem
a ai
de
r

ARIDAL S eb k h at
Ou d ei el M o h r
e it is
O. Aul
O. el Mo hr
O. Khe
S eb k h at ng
Win Ag u e S en
to um

n em
at

O. Leg
itis

S eb k h at el Greir
t
oma

e
Aul
in T

O.
O. Wi
O.W

O. Agu elmin
i
Age
n Gam

in S eb k h at
W

0 100 200
O. Leb raich
us

CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson O.


T io
us M ellas

N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,


Ted ebo us set

is
O. El Bo uir

it
Aule

art
l

Solb Tay
ago

BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech


O.
Ma
el
O.

O. Tana fed

Tél : +212 24 32 98 17 / 18

kilometres
O. Laajerma
O. Ao
u zir
T

eft
Fax : +212 24 32 98 19
O. El KHA

Ag u id at Al h ammal
j

ran
egra

ag
o gr
m
tA

E-mail : inf o.resing@resing.ma Im


O. sar Seb k h at Ad Kh ila
la
Z em

L eg

RESING GHELTAT ZEMOUR


site web : http://www.resing.ma a

ran
Le
gsa
r

grag

Figure 23. Points d’eau d’abreuvement du cheptel d’Es Smara

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
71

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

TAN TAN

TARFAYA

ALGERIE
TAH

DAOURA HAGOUNIA

DEPLACEMENT DES TROUPEAUX LAAYOUNE


HAOUZA
LAMSAYED
DANS LA REGION GELMIME-ES SEMARA

SMARA

LEGENDE BOU CRAA

BOUJDOUR
Limite du bassin
ARIDAL
Déplacement des dromadaires
Déplacements des troupeaux
camelins en été 0 100 200
Déplacements des troupeaux
en hiver et en printemps
kilomètres
GHELTAT ZEMOUR

Ville

CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson


N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech BIR ANZARANE
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
IE

site web : http://www.resing.ma RESING


AN

Figure 24. Principaux déplacements des dromadaires dans la province d’Es Smara

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
72
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Province de Tan Tan, Commune Rurale de Chbika :

Du point de vue effectifs animaux (Tab.30), les caprins viennent en premier avec un total
de 14869 têtes, suivis des ovins avec environ 12932 têtes et les camelins avec 3097
têtes. L’effectif des équidés ne dépasse pas les 485 têtes. L’effectif total du cheptel de la
commune rurale de Chbika est égal à 31383 têtes.

Tableau 30. Effectif du cheptel dans la commune rurale de Chbika


Type de cheptel Nombre de tête
Ovins 12 932
Caprins 14 869
Camelins 3 097
Equidés 485
Bovins 0
Total 31 383

-Source : DPA Tan Tan-

7.1.3 PECHE MARITIME

Le secteur des pêches maritimes, avec ses industries annexes, joue un rôle de premier
plan dans le développement économique et social des provinces de sud. Ce secteur
dispose, en effet, d’une capacité remarquable à générer des investissements et donc de
créer de l’emploi, contribuant ainsi à désenclaver les régions déshéritées adjacentes du
littoral. Il constitue aussi un réservoir stratégique de ressources alimentaires pour les
provinces du Sud ainsi que pour le reste du territoire national et une source importante de
devises pouvant contribuer tangiblement au rétablissement du déséquilibre du commerce
extérieur.

Avec 1700 km de côte, l’aire de l’étude dispose d’un patrimoine halieutique considérable
et diversifié, lui offrant la possibilité d’appuyer son développement économique et social
par les activités de pêche et de la valorisation des ressources maritimes. En matière
d’équipement, la région dispose de quatre importants ports : Laâyoune, Tarfaya, Boujdour
et Dakhla, en plus de 14 sites de débarquement. La flotte de pêche est composée de
8000 barques artisanales, 58 unités de pêche hauturière immatriculées et 700 unités de
pêche côtière.

Le développement du secteur de pêche s’appuie sur une stratégie régionale qui prend en
considération les caractéristiques de la région, le développement de l’exploitation des
ressources halieutiques, l’amélioration des unités industrielles, la réalisation de villages de
pêcheurs, l’aménagement des points de débarquement et la formation/insertion de jeunes
au métier de la pêche. Il est à rappeler qu’à partir de 2002, une politique de création de
villages de pêcheurs le long de la côte a été instaurée et a permis la réalisation d’une
dizaine de villages équipés en infrastructures de base (routes, eau potable, électricité,
santé,…), à savoir Sidi Lghazi, Tarouma, Lemsid, Foum Lboir, Oued Crâa, Portorico,
Punta Chika, Rocochico, Aarich, etc.

7.1.3.1 Région Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra

La région est bordée d’un littoral long de 585 Km. Le secteur de la pêche constitue, avec
les mines, la base économique majeure de toute la région. Le développement des
activités de pêche s’appuie sur la présence d’un potentiel halieutique important et
diversifié et sur l’existence d’une infrastructure portuaire en plein essor. La région compte
trois ports: Laâyoune “El Marsa”, Tarfaya et Boujdour. Le port de Laâyoune est non
seulement considéré comme l’un des plus importants ports du pays, mais Il est également
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
73
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

classé parmi les premiers ports sardiniers du monde (SRAT,2007). Le tableau 31 illustre
la répartition de la production suivant l’espèce en 2006 dans les ports de Laâyoune,
Boujdour et Tarfaya.

Tableau 31. Répartition de la production suivant l’espèce en 2006


Tarfaya Boujdour Laâyoune
Espèce Poids (tonnes) Valeur (milliers de DH) Poids (tonnes) Valeur (milliers de DH) Poids (tonnes) Valeur (milliers de DH)
Poisson pélagique
Maquereaux 870 2579 506 2027 2836 6558
Chinchard 1 2 17 59 352 1454
Sardines 5160 10142 11 22 279858 426528
Thon - - 1 29 2 36
Autres espèces 594 2619 14 256 8403 22718
Poissons blancs et invertebrés benthiques
Céphalopodes 396 15264 567 29529 5202 153883
Crustacés 7 174 1 66 58 1187
Autres espèces 743 6456 1750 43527 8535 69678
Pageot 15 1668 71 7954 19 936
Grondin 1 46 1 99 490 3251
Merlu - - - 2 1 27
Source : Annuaires Statistique 2007
La production halieutique réalisée au titre de l’année 2006 au niveau des trois ports de la
région est de 311.497 tonnes, pour une valeur de 801.078 millions de dirhams. La figure
25 et le tableau 32 qui suivent illustrent l’évolution des produits de pêche côtière dans les
ports de Laâyoune, Boujdour et Tarfaya en quantité et en valeur entre 1999 et 2006.

500000 Tarfaya Boujdour Laâyoune

450000
400000
350000
Quantité (tonnes)

300000
250000
200000
150000
100000
50000
0
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

Figure 25. Débarquements des produits de pêche côtière en quantité


Tableau 32. Débarquements des produits de pêche côtière en valeur (en milliers de DH)
Port 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Tarfaya 32565 21616 41527 68065 62897 52493 83704 38979
Boujdour 52645 63 407 91083 99846 114581 104864 117437 83570
Laâyoune 358715 407005 555622 927808 591486 542415 630750 678529
Total 443925 492028 688232 1095719 768964 699772 831891 801078
Source : Annuaires Statistique 2004/2007

7.1.3.2 Région Oued Eddahab – Lagouira

La Région de Oued Eddahab- Lagouira s’étend sur une longueur de 667 km de côte. Les
aires maritimes de la région recèlent un potentiel halieutique qui représente plus de 65%
des ressources nationales exploitables. Ce potentiel est réparti entre les céphalopodes,
les petits pélagiques, les grands pélagiques, les grands crustacés et les autres espèces

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
74
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

démersales. Le tableau 33 illustre la répartition de la production suivant l’espèce en 2006


dans le port de Dakhla.

Tableau 33. Répartition de la population suivant l’espèce en 2006


Espèce Poids (tonnes) Valeur (milliers de DH)
Poisson pélagique
Maquereaux 1559 3498
Chinchard 100 297
Sardines 28768 35664
Thon 626 10968
Autres espèces 11026 51626
Poissons blancs et invertebrés benthiques
Coquillages 36 161
Céphalopodes 1106 30687
Crustacés 71 7897
Autres espèces 13476 137053
Pageot 55 3847
Grondin 2 33
Grondin 2 33

Source : Annuaire Statistique 2007


• Dans la Région, l'exploitation des ressources halieutiques se caractérise par la grande
hétérogénéité des engins de pêche utilisés et des espèces exploitées. Cette situation a
donné lieu à trois principales techniques de pêche : hauturière, côtière et artisanale.
L’activité de pêche de la région est dominée par la pêche artisanale qui représente
l’épine dorsale de l’économie locale. Cette activité est spécialisée dans la pêche des
céphalopodes et plus particulièrement l’exploitation du poulpe commun (Octopus
vulgaris). La production halieutique réalisée au titre de l’année 2006 au niveau du port
de Dakhla est de 54319 tonnes, pour une valeur de 274.938 millions de dirhams.
Le tableau 34 et la figure 26 qui suivent illustrent l’évolution des produits de pêche côtière
dans le port de Dakhla en quantité et en valeur entre 1999 et 2006.

Tableau 34. Débarquements des produits de la pêche côtière en valeur (en milliers de DH)
Port 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Dakhla 169414 208431 203687 768711 458801 433617 304705 274938
Source : Annuaires Statistique 2004/2007

80000 Dakhla
70000

60000
Quantité (tonnes)

50000

40000

30000

20000

10000

0
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

Figure 26. Débarquements des produits de la pêche côtière en qualité

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
75
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Le secteur de la pêche maritime, avec ses trois composantes (artisanale, côtière et


hauturière), absorbe une main d’oeuvre importante estimée à plus de 25.000 personnes.
Mais, en dépit des volumes extraits considérables, les retombées sur l’économie locale
sont mitigées car la production de la pêche hauturière, segment le plus rémunérateur, est
débarquée en dehors des limites de la région.

7.1.4 MINES ET HYDROCARBURES

Les provinces du Sud sont dotées de ressources minières appréciables. L'exploitation de


celles-ci repose essentiellement sur l'extraction des phosphates et l'exploitation des
carrières de sel et de sable. Le potentiel des ressources minières des provinces du Sud
fait l’objet de recherches et de prospections multiples (photo 19) pour déceler des
gisements de métaux précieux, des minéraux industriels et du pétrole (Fig.27).

Photo 19. Prospections pétrolières d’un gisement des schistes bitumeux situé à l’ouest de la
lagune de Khnifiss
Situé à 100 km au Sud-Est de la ville de Laâyoune, le gisement de phosphate de Boucrâa
est exploité à ciel ouvert par la société Phosboucraa. Après criblage, le phosphate est
transporté à l’usine de traitement Laâyoune-Plage où il subit une série d’opérations
d’enrichissement (lavage, séchage et classification) avant d’être exporté. La production
marchande annuelle du site de Boucrâa est de 3.189 millions tonnes en 2006 de
phosphate soit 11.64 % de la production national.

Le tableau 35 montre l’évolution de la production marchande du phosphate de Boucrâa


entre 2002 et 2006. On note la croissance de la production à partir de 2002. Cette
production est exportée vers les Etats-Unis d’Amérique à hauteur de 45 % et vers les
pays d’Europe.

Tableau 35. Production marchande des phosphates à Boucrâa et au niveau national (en milliers de
tonnes)
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Production marchande à Boucrâa 2036 2224 1960 1960 1545 2133 2909 3189
Production marchande national 22163 21463 21983 23038 22877 25369 27254 27386
% du total national 9.2 10.4 8.9 8.5 6.8 8.4 10.7 11.6

Source : Annuaires Statistique 2004/2007


Le bassin de Laâyoune-Dakhla renferme des gisements potentiels d’argiles, de sables
siliceux, de zircon, de magnésite et de potasse. La recherche de zircon, menée depuis
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
76

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

TAN TAN

TAN TAN TARFAY A
DAOURA
SMARA
BOUJ DOUR
TAH
GHELTAT ZEMOUR HAGOUNIA
DAOURA
BIR ANZARANE
AOUHIFRITE
FOUM EL Oued
MAATALLAH
LAAY OUNE

UE
ZOUG
LAMSAY ED
LAGOUIRA HAOUZA

T IQ
AN
SMARA

L
AT
BOU CRAA
INDICE DES GISEMENTS DETECTES BOUJDOUR
PAR LE BRPM SUR
LES PROVINCES DU SUD ARIDAL

N
EA
0 100 200

OC
kilometres
LEGENDE GHELTAT ZEMOUR

Limite du bassin

Ville / Centre urbain


BIR ANZARANE
Roches et mineraux industriels
DAKHLA
AARICH (Zr) (1) EL ARGOUB
ASQUEIMA (Zr) (1) DOUMS
IMLILI
ED DAKHLA (Zr,sables siliceux) (1)
AOUHIFRITE

AOUSSERD

MAATALLAH
HASSI BOUG

TICHLA ZOUG
CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson BIR GANDOUZ
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma LAGOUIRA
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 27. Indice des gisements détectés par le BRPM sur la zone du PDAIRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
77
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

2000 sur le littoral atlantique à partir de Laâyoune et sur une longueur de 800 km, a
permis la découverte d’anomalies en zircon et de sables siliceux dans la Région de
Boujdour.

Ces gisements sont soumis actuellement à des travaux de détail.

La région dispose également de «Sebkhats » qui constituent de grandes réserves de sel


dont la production reste artisanale. La principale Sebkhat dite de Tazgha (Tarfaya)
renferme un potentiel estimé à 4,5 millions de tonnes de sel (photo 20). La production de
la région en sel est estimée à 20 000 tonnes/an, et génère plus de 500 emplois
saisonniers. Il convient également de classer, parmi les activités d’extraction minière,
celles liées à l’extraction de sable dont la production est estimée à 78 000 m3.

Photo 20. Exploitation de Sebkhat de Tazgha


Pour ce qui concerne les hydrocarbures, les bassins Sahariens onshore et offshore
couvrent une superficie importante. La synthèse des données géologiques et
géophysiques montre qu’ils présentent un potentiel pétrolier important. Les bassins des
provinces du Sud marocain (Zag, Boujdour et Dakhla), qui couvrent un vaste domaine
d’une superficie totale 180 000 Km2, sont encore sous explorés et feront l’objet d’un
programme d’exploration intensif.

7.2 SECTEUR SECONDAIRE

Les principales activités industrielles sont celles qui ont trait à la valorisation des produits
de la pêche. Une seule entreprise importante se livre à l’exploitation des phosphates mais
sans leur faire subir des transformations notables. L’exploitation de petites mines,
d’argent et du sable sont encore des sources d’emplois peu qualifiés. Dans l’ensemble,
l’éloignement et le coût des transports ainsi que la faible taille des marchés régionaux ne
favorise pas le développement d’activités industrielles et les seuls avantages compétitifs
réellement importants sont liés aux ressources halieutiques.

La zone d’étude compte 212 unités industrielles offrant 7568 emplois (Tab.36, Fig.28).
Ces unités industrielles opèrent essentiellement dans les branches de l’agro-alimentaire,
la chimie et la parachimie. Le secteur industriel est étroitement lié à la pêche maritime.
Les principales unités industrielles sont implantées dans les deux grandes villes de la
Région ; Laâyoune et Dakhla.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
78
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 36. Grandeurs industrielles par provinces en 2005


Frais de Exportation Production Chiffre Effectifs
Région Province personnel (MDH) (MDH) d'affaires employés Nombre
(MDH) (MDH) permanent d'établissement
Laâyoune-Boujdour- Boujdour 7 8 38 38 355 27
Saguia El Hamra Laâyoune 98 659 1396 1541 4970 140
Oued Eddahab- Lagouira Oued Eddahab 10 507 469 554 299 26
Guelmim- ES Smara Es Smara 1 - 7 8 20 4
Tan Tan 123 534 741 803 1924 15
Total 239 1 708 2 651 2 944 7 568 212
Source : Annuaire Statistique 2007

Guelmim- Es Smara (9%)


Oued Eddahab-Lagouira (12%)

Laâyoune-Boujdour-
Saguia El Hamra (79%)

Figure 28 : Nombre d’nités industrielles par région en 2005


Le secteur de l’industrie au niveau de la ville de Laâyoune est lié à l’infrastructure
portuaire d’El Marsa, qui comprend une zone industrielle en liaison étroite avec les
activités de la pêche et de l’exportation. Cette zone, créée en 1986 sur une superficie de
205 ha, emploie 4970 personnes (2005). La majorité des unités industrielles est orientée
vers la transformation des produits de pêche, et l’exportation des phosphates et du sable,
ainsi que le dépôt de produits pétroliers.

7.3 SECTEUR TERTIAIRE

7.3.1 COMMERCE

Le commerce est l’une des activités ancestrales et traditionnelles de la population locale


qui s’est développée historiquement en corrélation avec le mode de vie nomade.

Dans la Région de Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra, le secteur commercial est


relativement développé Cette activité est traditionnelle chez la population sahraouie. La
proximité des îles Canaries et des pays limitrophes subsahariens, lui confère une position
favorable, et facilite aussi des activités de contrebande, qui jouent un rôle non négligeable
dans le secteur informel. En 2001-2002, le commerce formel occupait avec les services,
environ 5000 personnes, soit deux fois plus que l’industrie.

Au niveau de la Région d’Oued Eddahab-Lagouira, le commerce occupe une part


importante dans la vie économique se plaçant ainsi à la troisième place après la pêche
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
79
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

maritime, l’agriculture et l’élevage. Il s’est considérablement développé avec l’ouverture


de la liaison routière avec le Nord du pays, portant d’abord sur les produits de base, la
gamme des produits s’est progressivement diversifié pour embrasser l’ensemble des
produits de consommation courante. Le commerce des produits alimentaires occupe la
première place, suivi des produits d’habillement, des articles ménagers et des produits de
pêche. Le nombre de commerçants est passé de 1500 en 1999 à 2610 en 2002 et la
présence de six agences bancaires et trois agences d’assurance dans la ville de Dakhla
témoignent du dynamisme commercial de la région.

7.3.2 TOURISME

7.3.2.1 Infrastructure et équipement touristique

Dans l’aire du PDAIRE, l’équipement hôtelier reste en général rudimentaire et fait défaut.
Excepté quelques hôtels classés à Laâyoune et Dakhla (Tab.37), ce sont, pour la quasi-
totalité, des établissements, qui n’offrent que peu d’équipements de loisirs et de détente.

Tableau 37. Etablissements classés selon les provinces (au 31/12/2006)


Région Province 4* 3* 2* 1*
Laâyoune-Boujdour- Laâyoune
Saguia El Hamra 4 2 3 3
Oued Eddahab- Lagouira Dakhla 1 - 1 -
Total zone d'étude 5 2 4 3
Source : Annuaire Statistique 2007

En matière d’hébergement, la région compte à la fin de l’année 2006 (Tab.38), 16


établissements hôteliers classés pour une capacité de 1414 lits.

Tableau 38. Capacité des établissements classés selon les provinces (au 31/12/2006)
Région Province Lits Chambres Etablissements
Laâyoune-Boujdour- Laâyoune 1164 591 13
Saguia El Hamra
Oued Eddahab- Lagouira Dakhla 250 125 3
Total zone d'étude 1 414 716 16
Source : Annuaire Statistique 2007
L’évolution des nuitées touristiques réalisées dans les hôtels classés selon les provinces
entre 1999 et 2006 est présentée par le tableau 39 qui suit. Entre 2006 et 1999, le
nombre de nuitées enregistré dans les établissements classés de la zone d’étude a
augmenté de 9224 nuitées. Le nombre de nuitées maximales a été atteint en 2002 avec
78367 nuitées.

Tableau 39. Evolution des nuités touristiques réalisés dans les établissements classés selon les
provinces (au 31/12/2006)
Région Province 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Laâyoune-Boujdour- Laâyoune 47940 31484 24288 71319 62991 33497 29510 31527
Saguia El Hamra
Oued Eddahab- Lagouira Dakhla - - - 7 048 6 879 10114 17 649 18650
Total zone d'étude 47 940 31 484 24 288 78 367 69 870 43 611 47 159 57 164

Source : Annuaires Statistiques 2004/2007

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
80
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

La situation actuelle du secteur touristique est appelée à s’améliorer. Un plan d’action


établi par le ministère de tutelle est axé essentiellement sur l’aménagement et la mise en
valeur des sites touristiques, la promotion de l’animation touristique, le renforcement de la
capacité d’hébergement, la sauvegarde de la faune et la flore et l’amélioration des
différentes prestations touristiques.

7.3.2.2 Le potentiel

Le tourisme dans les régions sahariennes (Fig.29) reste encore embryonnaire aussi bien
en terme d’infrastructure qu’en terme de nuitées mais il constitue un pôle attractif sur le
marché international. Par ses potentialités naturelles diversifiées, son immensité et sa
grandeur, le Sahara marocain offre des atouts indéniables. La beauté des sites
touristiques, leur attraction, leur exotisme offrent le cadre idéal pour promouvoir le
tourisme dans ces régions du Royaume.

La Région de Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra dispose d’un ensemble d’atouts


naturels qui la qualifient pour devenir un pôle de développement touristique régional. Sa
situation géographique stratégique, proche des iles Canaries qui accueille environ 10
millions de touristes par an, lui confère un avantage certain. Une partie de ces touristes
qui apprécient les randonnées, les sports nautiques, les sports de désert, l’esprit
d’aventure, peuvent être séduits par la diversité et l’authenticité du milieu saharien.

La Région de Laâyoune intègre une multitude de sites naturels potentiellement


explorables. Elle combine à la fois de longue étendues atlantiques, d’immense plateaux
désertiques, des dunes de sable, des rivières, de grands lacs salés, de longue côtes de
falaises et des plages immenses et vierges. Le mariage de l’atlantique et du désert
s’effectue dans une grande et belle symbiose, mais avec une indéniable rudesse, qui en
fait la grandeur. Les principaux sites de cette région sont : la lagune de Khnifiss, la
corniche de Foum El Oued, Sebkhat Tah, Oued Saguia El Hamra, les lacs salés
(Sebkhat) de Tazgha étalé sur plus de 600 km2, ceux de Tah et d'Oum Debaâ, la
cascade d'Oum Debaâ, les plages de Tarfaya, les falaises d'Akhfnir, les bandes de dunes
de sable à Laâyoune, Tarfaya et Akhfennir, les grottes, les espaces de verdure à
Tafoudart et le tour de Marabouts des saints connus.

La Région d’Oued Eddahab-Lagouira recèle d’importantes potentialités touristiques de


nature à permettre au secteur du tourisme d’être un axe essentiel du développement
économique de la région. Hormis les richesses liées à la mer, la région regorge
d’importants sites archéologiques. Il existe plusieurs types de tourisme :

ƒ Le tourisme sportif
o L’existence de vastes plages et des vents permanent favorise un climat propice
pour les sports nautiques au niveau de la baie d’Oued Eddahab : ski nautique, surf,
pêche à la ligne, la plongée, la planche à voile, etc. ;
o L’existence dans la région d’un couvert végétal naturel où vit un nombre important
de gibier (gazelles, lapins, etc.) permet la pratique de la chasse.

ƒ Le tourisme de découverte
o Le bilan minéral naturel de Tawarta est un lieu de pèlerinage d’un ensemble de
visiteurs pour les soins dermiques ;
o L’organisation des courses de dromadaires, le campement et les randonnées.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
81
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ƒ Le tourisme balnéaire
o L’existence d’une bande côtière sur 667 kms jalonnée d’un ensemble de plages
variées et attirantes (Lamnasir, Oum Lagouira, Porto Rico, etc.) ;
o La baie d’Oued Eddahab avec 40 kms de long et une largeur qui s’étend jusqu’à
12 km entourée de plusieurs plages (Lasarga, Boutalha, PK 25, etc.) ;
o L’ensoleillement le long de l’année.

ƒ Le tourisme archéologique
o L’importance des sites archéologiques, de Bir Inzarane, Menhir à Aousserd avec
présence de plusieurs vestiges archéologiques : grottes, cavernes et gravures
rupestres et des sculptures ;
o La situation géographique à la limite de l’Afrique sub-saharienne, considérée
comme lieu de rencontre des caravanes de commerce surtout au site d’Aousserd, où
on a découvert récemment des symboles et des gravures archéologiques illustrant
les mouvements des caravanes traversant le Sahara ;
o L’intérêt à apporter aux monuments historiques de la ville de Dakhla : l’église
espagnol de Dakhla, la porte du quartier administratif, le palais du Général
caractérisé par sa beauté architecturale, etc.

ƒ Le tourisme environnemental
La baie de Dakhla est le milieu favorable pour les oiseaux marins migrateurs. Par ailleurs,
la région héberge la colonie d’une espèce extrêmement rare dans le monde (le phoque
moine) entre Cap Barbas et Lagouira et des oiseaux migrateurs, flamants roses.

La Région de Guelmim-Es Smara recèle un potentiel touristique qui pourrait, s'il était géré
convenablement, faire de la région un important pôle d'attraction pour les visiteurs
intéressés par sa position géographique, ses sites historiques et sa biodiversité. Cette
région est dotée de divers sites présentant un intérêt touristique potentiel, même si
l’ensemble n’est pas suffisamment structuré pour constituer un produit touristique à part
entière. Les principaux sites sont : les embouchures d’Oueds et le tourisme aventure-
desert. En plus des embouchures, les alentours de ces Oueds vers l’intérieur, présentent
un potentiel d’attraction touristique non négligeable qui suscite l’intérêt des investisseurs
de secteur du tourisme.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
82
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

EL OUATIA
OUED CHBIKA
OUED LOUAAR
OUED MA FATMA
LAGUNE DE KHNIFISS
OUED CHBIKA
SIDI AKHFENNIR
KHAWI NAM
SMARA
KHAWI NAM
AOUZIWALT
LACRAA DUNE D'ADDAR
DAWRA EL HAGOUNIA
PUERTO RICO FOUM EL OUED
AIT BEIDA-PUNTA NEGR LEMSEID

UE
BIR GANDOUZ ANCIEN

IQ
TAROUMA SMARA

T
AN
LEMSID
TOURISME PLAGE D'AKFOULE

L
AT
SIDELGHAZI
BOUJDOUR DUNE D'AFRAFIR
LEGENDE AOUZIWALT

N
Découv ert de la côte atlantique AFTISAT

EA
Site d'appui à la station touristique

OC
de Dakhla et Hébergement 0 100 200
Site d'appui à la station touristique de Dakhla
Centre urbain
LACRAA
kilometres
Site "av enture-Désert"
Point
Site "av enture-Désert" et Hébergement
Aéroport
PK25 N'TIREFT
Plage à v ocation touristique TAWARTA
BIR ANZARANE
Village de pêcheurs DUNA BLANCA
LA SARGA
Oasis d'intérêt touristique KOUDYET EL ARGOUB
Port PUERTO RICO
GRARA OUCHFEGT
Site d'intérêt biologique et écologique(SBE)
Embouchure(Foum)à v ocation touristique
Line AIT BEIDA-PUNTA NEGR
LEGLATT
Parc national AOUSSED

LAWJAD
Oasis LAMHIRIZ

SAFIA ENTAYAT MADES


Limite du bassin

BIR GANDOUZ ANCIEN


CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti, GUERGUERAT
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
RESING
site web : http://www.resing.ma

Figure 29. Potentialités touristiques de l’aire du PDAIRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
83
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

8. CONCLUSION
Le présent rapport constitue le volume 1 de la mission I du Plan Directeur
d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau du bassin du Sahara. Il présente, selon
les termes de référence, le « Cadre et Contexte du PDAIRE». De ce fait il constitue la
base documentaire de l’étude, fondée sur la synthèse de nombreuses données fournies
par différents organismes partenaires de l’étude.

Ce document traite les quatre thèmes suivants :

- le milieu naturel et les ressources ;

- la population et l’emploi ;

- les infrastructures et les équipements ;

- les activités économiques.

Les principaux traits de la zone du PDAIRE qui s’en dégagent sont les suivants :

• La zone abrite une population de 426438 habitants pour une superficie de 350 107 km2.
Elle en résulte une faible densité qui s’élève en moyenne à près 1.2 habitants/km2.
Quoique la notion de densité n’a pas beaucoup de signification dans le contexte des
provinces sahariennes dans la mesure où la grande partie de la population est
concentrée dans les villes ou centres urbains, elle met néanmoins en évidence le
caractère désertique de cette partie du Royaume.
• Entre 1994 et 2004, la population a augmenté de 163 547 habitants soit un
accroissement de 64.7 % en l’espace de 10 ans. Les provinces de Boujdour et de
Laâyoune regroupent plus de la moitié de la population de l’aire d’étude (61.5%). Ces
différences prouvent l’existence d’un bilan migratoire largement positif. La zone d’étude
est donc est une zone attractive au sein de l’ensemble national.
• De manière générale, il y’a une prédominance très nette de la population urbaine qui
représente près de 82 %. Ce phénomène montre le passage accentué à la
sédentarisation de la population et d’autre part à la mise en valeur des ressources de la
pêche et des importantes infrastructures construites dans les villes côtières qui se sont
accompagnées d’un appel de main d’œuvre puis de l’installation de fonctionnaires et
d’employés permanents.
• Sur le plan des infrastructure et de l’équipement, d’une part le caractère désertique de
la zone implique que la desserte de la population éparse dans un milieu inhospitalier
impose de vaincre de longues distances qui renchérissent les infrastructures et les
transports, pour atteindre souvent des villes de petite taille et sans base économique
réelle. D’autre part à l’intérieur des villes, la croissance rapide de la population
nécessite d’énormes efforts pour les doter des aménagements de base et des
équipements suffisants.
• La zone offre un potentiel de développement important dans différents domaines. Le
secteur des pêches maritimes, avec ses industries annexes, joue un rôle de premier
plan dans le développement économique et social des provinces de sud. Le tourisme
constitue un pôle de développement important eu égard aux nombreux atouts naturels
de la zone. Il est actuellement encore embryonnaire aussi bien en terme d’infrastructure
qu’en terme de nuitées. Les régions de Layaâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
84
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

• particulièrement celle d’Oued Eddahab-Lagouira sont sujettes à une dynamique


agricole importante. L’augmentation rapide des superficies agricoles irriguées dans ces
zones atteste de cet état de fait.
• Les contraintes du milieu se manifestent surtout par la pénurie d’eau et la difficulté de
mobiliser de nouvelles ressources. La principale ressource en eau est constituée par
les eaux souterraines. Les nappes profondes montrent le potentiel le plus important.
Cependant le caractère peu renouvelable de ces nappes considérées comme fossiles,
implique qu’elles sont très vulnérables à l’exploitation qui risque de les faire disparaître.
Par conséquent la question de leur pérennité se pose avec une grande acuité dans un
contexte de demande en eau croissante.

• Le recours au dessalement de l’eau de mer et à la déminéralisation des eaux


saumâtres s’est imposé depuis longtemps pour satisfaire la demande en eau potable et
industrielle des populations. Aujourd’hui le dessalement contribue à hauteur de 60 %
dans la production en AEPI dans la zone du PDAIRE. Le recours au dessalement et à
la déminéralisation constitue également une voie à prospecter dans le domaine de
l’agriculture irriguée, particulièrement pour des cultures à fort rapport économique.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
85
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

9. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
APDES, IRATEE. 2007. Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire des régions du
Sud du Royaume. Rapport diagnostic territorial.

APDES, IRATEE. 2007. Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire des régions du


Sud du Royaume. Rapport sectoriel n°10 : Armature urbaine et équipements collectifs.

APDES, IRATEE. 2007. Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire des régions du


Sud du Royaume. Rapports sectoriels n°5 et 6 : Agriculture et élevage.

APDES, IRATEE. 2007. Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire des régions du


Sud du Royaume. Rapport sectoriel n°4 : Secteur des pêches.

APDES, IRATEE. 2007. Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire des régions du


Sud du Royaume. Rapport sectoriel n°7 : Ressources minières et hydrocarbures.

APDES, IRATEE. 2007. Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire des régions du


Sud du Royaume. Rapport sectoriel n°1 : Milieu physique et environnement.

APDES, IRATEE. 2007. Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire des régions du


Sud du Royaume. Rapport sectoriel n°8 : Tourisme.

APDES, IRATEE. 2007. Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire des régions du


Sud du Royaume. Rapport sectoriel n°3 : Infrastructures.

Bahya, M.1995. Gestion et productivités des élevages de dromadaires dans la Province


d’Oued Eddahab. Mémoire troisième cycle. ENA. Meknes.

Bengoumi, M. et Faye, B. 2000. Le dromadaire face à la sous-nutrition minérale : un


aspect méconnu de son adaptabilité aux conditions désertiques. Sécheresse, 11 (3) : 155-
161.

Bonfoh, B. 2003. Mobilité du troupeau et système de collecte de lait de dromadaire dans


les pays du Sahel : cas du Mali et du Niger. Séminaire Bamako, Mali.

Caidi, A. 1995. Etude comparative des systèmes d’élevage nomade, semi-nomade et


sédentaire dans les parcours arides et subsahariens.

DPA BOUJDOUR. 2006. Monographie du secteur Agricole dans la province de Boujdour

DPA ES SMARA. 2006. Monographie du secteur Agricole dans la province de Es Smara

DPA LAÄYOUNE. 2007. Monographie du secteur Agricole dans la province de Laâyoune

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version provisoire
Royaume du Maroc
Direction de la région Hydraulique du Sahara
86
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

DPA REGION OUED EDDAHAB-LAGOUIRA. 2007. Monographie du secteur Agricole de


la Région Oued Eddahab Lagouira

DPA TAN TAN. 2007. Monographie du secteur Agricole dans la province de Tan Tan.

DRHS. 2004. Etude hydrogéologique du complexe aquifère du bassin du Sahara du


Royaume.

El idrissi, F. 2002. Aptitude technologique à la transformation de la viande du dromadaire.


Thèse de doctorat vétérinaire. IAV. Hassan II. Rabat.

Faye, B et Tisserand, J.L. 1989. Problèmes de la détermination de la valeur alimentaire


des fourrages prélevés par le dromadaire. CIHEAM.

HCP. 2004. Annuaire statistique du Maroc 2004.

HCP. 2007. Annuaire statistique du Maroc 2007.

Mbirkat, M L. 2005. Caractérisation des élevages de dromadaires dans la zone de


Dakhla-Lagouira.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 1: Cadre et contexte du PDAIRE – version provisoire

Vous aimerez peut-être aussi