Vous êtes sur la page 1sur 82

Royaume du Maroc 1

Direction de la région Hydraulique du Sahara


Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ETUDE DU
PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES
RESSOURCES EN EAU (PDAIRE)
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA
Marché 08/2007

Mission I : Evaluation des ressources en eau et


des écosystèmes aquatiques

Volume 2: Ressources en Eaux de Surface

Version définitive

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 2
Direction de la région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Table des matières


Page

1. INTRODUCTION ......................................................................................................... 4

2. CADRE DE L’ÉTUDE.................................................................................................. 4

3. ORGANISATION DE L’ÉTUDE................................................................................... 4

4. DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE ............................................................................ 5

5. DONNÉES DE BASE .................................................................................................. 5


5.1 BRÈVE REVUE GÉOLOGIQUE..........................................................................................................5
5.2 LE RESEAU HYDROGRAPHIQUE DE LA ZONE D’ETUDE.........................................................7
5.3 PRINCIPAUX OUVRAGES D’ART DE LA ZONE D’ETUDE .......................................................10
5.3.1 BARRAGE SAKIA EL HAMRA.......................................................................................... 10
5.3.2 CANAL SAKIA EL HAMRA ................................................................................................ 10
5.3.3 LACS COLLINAIRES EXISTANTS ................................................................................... 11
5.3.3.1 Lac Sidi Ahmed Laaroussi ......................................................................................... 11
5.3.3.2 Lac de Maktaâ Haouza .............................................................................................. 11
5.3.3.3 Lac de Rbeib Lamghader........................................................................................... 14
5.3.3.4 Lac Sehb El Harcha ................................................................................................... 14
5.3.4 LACS COLLINAIRES EN PROJET................................................................................... 14
5.3.5 La collecte des eaux pluviales......................................................................................... 16
5.4 ANALYSE DES DONNÉES CLIMATIQUES ...................................................................................18
5.4.1 Pluviométrie.......................................................................................................................... 18
5.4.1.1 Données disponibles ................................................................................................. 18
5.4.1.2 Contrôle de la Qualité des Données .......................................................................... 20
5.4.1.3 Précipitations annuelles ............................................................................................. 20
5.4.1.4 Précipitations mensuelles .......................................................................................... 22
5.4.1.5 Analyse fréquentielle de la pluie annuelle.................................................................. 22
5.4.1.6 Evaluation statistique de la PMP (Pluie Maximale Problable) ................................... 25
5.4.1.7 Analyse de fréquence de la pluie maximale journalière............................................. 27
5.4.2 Evaporation........................................................................................................................... 29
5.4.3 Température ......................................................................................................................... 30
5.4.4 Données hydrométriques ................................................................................................. 31

6. ETUDE DES PHÉNOMÈNES EXTRÊMES ............................................................... 33


6.1 CARACTÉRISATION DE LA SÉCHERESSE.................................................................................33
6.1.1 Principaux problèmes environnementaux reconnus dans la zone d’étude :...... 34
6.1.2 Une péjoration continue des conditions climatiques et baisse tendancielle
des précipitations ............................................................................................................... 35
6.1.3 Les ressources en eau : un amenuisement des ressources hydriques............... 36
6.1.4 Un accroissement de la demande en eau..................................................................... 36
6.1.5 Ressources marines........................................................................................................... 36
6.1.6 Les zones urbaines............................................................................................................. 36
6.1.7 Température ......................................................................................................................... 36
6.1.8 Pluviométrie.......................................................................................................................... 41
6.1.9 Grandes lignes et esquisse de la stratégie de lutte contre la sécheresse .......... 41
6.1.10 Les fondements ................................................................................................................... 41
6.1.11 Le rôle de la formation et de l’information ................................................................... 43
6.2 LES INONDATIONS DANS LA ZONE DU PDAIRE ......................................................................43
6.2.1 Caracterisation des inondations dans la zone d’étude............................................. 43
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 3
Direction de la région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

6.2.1.1 Typologie des crues................................................................................................... 43


6.2.1.2 Les crues de la zone d’étude ..................................................................................... 45
6.2.2 Historique des inondations et impacts environnementaux, sociaux et
économiques........................................................................................................................ 46
6.2.2.1 22 Octobre 2003 à Aousserd ..................................................................................... 46
6.2.2.2 Inondations de Décembre 2005................................................................................. 47
6.2.2.3 Du 9 au 11 Février 2006 ............................................................................................ 50
6.2.2.4 2 Septembre 2006 à Aousserd .................................................................................. 50
6.2.2.5 Septembre 2008 ........................................................................................................ 52
6.2.2.6 15 octobre 2008 ......................................................................................................... 53
6.2.2.7 L’Oued Saquia El Hamra ........................................................................................... 53
6.2.3 Analyse des fréquences de crue..................................................................................... 55
6.2.3.1 Analyse de fréquence des crues................................................................................ 55
6.2.3.2 Analyse de la Crue Maximale Probable (CMP) ......................................................... 57
6.3 ORIENTATIONS ET PERSPECTIVES.............................................................................................60

7. ÉROSION / TRANSPORT SOLIDE........................................................................... 60

8. EVALUATION QUALITATIVE DES RESSOURCES EN EAU ................................. 66

9. RECOMMANDATIONS ............................................................................................. 68

10. ANNEXES ................................................................................................................. 70

ANNEXE 1 : FICHE TECHNIQUE DU BARRAGE SAQUIA EL HAMRA ................................. 70

ANNEXE 2 : FICHE TECHNIQUE DU LAC COLLINAIRE MAKTAÂ HAOUZA....................... 71

ANNEXE 3 : FICHE TECHNIQUE DU LAC COLLINAIRE DE RBEIB LAMGHADER ............. 72

ANNEXE 4 : LISTE DES SITES DES BARRAGES INVENTORIÉS AU NIVEAU DES


PROVINCES RELEVANT DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA................... 73

11. BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................... 82

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 4
Direction de la région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

1. INTRODUCTION
La Direction de la Région Hydraulique du Sahara a confié au groupement de
bureaux d'études, la réalisation de l'étude d’élaboration du PDAIRE de la région
dans le cadre de l’application de la loi 10-95 sur l’eau. Cette étude comprend
quatre missions, à savoir :

• Mission 1 : Evaluation des ressources en eau et des écosystèmes


aquatiques
• Mission 2 : Evaluation des besoins en eau et des utilisations potentielles
des ressources en eau et des écosystèmes aquatiques
• Mission 3 : Confrontation « ressources-besoins » et définition des objectifs
du PDAIRE
• Mission 4 : Elaboration du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des
ressources en eau, des conditions de sa mise en œuvre et de son système
d’information.
Le présent rapport concerne la mission 1, et plus particulièrement l’évaluation des
ressources en eaux de surface.

2. CADRE DE L’ÉTUDE
Dans un contexte de rareté des ressources en eau tant par la quantité que par la
qualité, la DRH Sahara a lancé une étude d’élaboration du Plan Directeur
d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau du Bassin Hydraulique du
Sahara (PDAIRE). Ce Plan Directeur a pour objectif principal, en vertu de la loi
10/95 sur l’eau, la gestion rationnelle des ressources en eau à l’échelle du bassin
hydraulique en vue d’assurer les besoins en eau des différents usagers.

Ce plan porte sur la caractérisation aussi bien dans le temps que dans l’espace de
l’évolution des ressources hydrauliques et des besoins en eau, sur le partage des
eaux mobilisées et mobilisables entre les divers usagers, sur les opérations
nécessaires à la mobilisation, à la répartition, à la préservation, à la protection et à
la restauration des ressources en eau et sur la lutte contre les inondations.

Le présent rapport rentre dans la portée de la mission 1 et porte sur la synthèse


de l’état actuel des ressources en eau de surface du bassin du Sahara. Il vise à
donner une image aussi complète et précise que possible des basins versants de
la zone d’étude, du point de vue hydrologique, ce qui englobe des activités aussi
variées que l’analyse des données climatiques (pluviométrie, temperature, etc.),
hydrométrique, ainsi que le traitement statistique de ces données de façon à en
tirer les paramètres-clés dictant par exemple les orientations à suivre en matière
de lutte contre les inondations.

3. ORGANISATION DE L’ÉTUDE
La Mission est scindée en quatre étapes. La première étape est consacrée à la
présentation de la zone du bassin hydraulique du Sahara. La deuxième étape est
consacrée aux travaux d’analyse et d’évaluation quantitative des ressources en
eau et des écosystèmes aquatiques.

La troisième étape est consacrée aux travaux d’analyse et d’évaluation qualitative


des ressources en eau et des écosystèmes aquatiques.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 5
Direction de la région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Et enfin La quatrième étape est consacrée au diagnostic des ouvrages


hydrauliques existants dans la zone d’étude.

4. DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE
Le document est essentiellement basé sur la documentation existante concernant
les sujets intéressant ce volet. Il répond, pour une bonne part, aux besoins
stratégiques de la zone d’étude en matière de gestion et d’utilisation des
ressources en eau. Il est partiellement inspiré, dans sa formulation, de l'Etude
Hydrogéologique du Complexe Aquifère du Bassin du Sahara réalisée récemment,
notamment pour ce qui est des caractéristiques physiques des bassins versants.

Ceci n’exclue en rien le fait qu’une phase de récolte extensive de données a été
menée, ce qui a permi dans certains cas (pluviométrie notamment) d’actualiser et
de prolonger les séries disponibles. Là où les données de base viennent à
manquer (sédimentation, mesures de débit par exemple), le Consultant a adopté
plusieurs approches, en (i) faisant des recommandations pour améliorer la
connaissance hydrologique des bassins versants, en (ii) utilisant, quand les séries
de données de base sont suffisamment longues, des techniques modernes de
traitement statistique de données, et en (iii) faisant appel à des formules
généralement admises qui permettent de s’affranchir de données manquantes
(cas du calul des apports annuels par bassin versant par exemple).

5. DONNÉES DE BASE
5.1 BRÈVE REVUE GÉOLOGIQUE

Le bassin du Sahara est limité par quatre grandes unités structurales, à savoir :

Le massif de l’Anti-Atlas : chaîne orientée ENE-OSO qui s’étend sur 750 km au


nord de la plate-forme saharienne. Le socle précambrien de l’Anti-Atlas affleure de
manière discontinue à la faveur des boutonnières ouvertes par l’érosion dans la
couverture infracambrienne et paléozoïque. La série précambrienne est constituée
par une grande variété de roches : micaschistes, granitoïdes, quartzites, schistes
argileux, roches détritiques, etc.

La dorsale de Reguibate : vaste bouclier précambrien de 500 km de longueur,


englobe des terrains très anciens et intensément métamorphisés appartenant à
l’Archéen.

Les Mauritanides : ils constituent la moitié nord de la chaîne arasée qui s’étend
depuis le sud marocain jusqu’au Liberia, le long de la bordure occidentale du
craton ouest-africain. Cette chaîne est le produit de la superposition de trois
événements tectoniques majeurs au Panafricain I, au Panafricain II et à
l’Hercynien, qui se traduit par un déversement polyphasé vers l’Est. Au Sud du
bassin du Sahara, elle se présente sous forme de couverture paléozoïque plissée.

Le bassin de Tindouf : bassin intra-continental paléozoïque qui s’étend du Maroc à


l’Algérie occidentale. Il s’allonge sur 800 km avec une largeur de 200 à 400 km.
Ce bassin dissymétrique, orienté ENE-OSO, est déformé par la tectonique
hercynienne. Le socle est constitué par des séries précambriennes et
paléozoïques de l’Anti-Atlas.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 6
Direction de la région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Figure 1 - Carte géologique de l’aire de l’étude


16°00' 14°00' 12°00' 10°00'

Tan Tan
#
S

Sidi Akhfenir
#
S Msied Zag

28°00'

28°00'
Tarfaya #
S #
S
Etude hydrogéologique du complexe #
S
aquifère du bassin du Sahara Tah
#
S
Daoura Hagounia
#
S
Extrait de la carte géologique du Maroc #
S

(1:1.000.000) Foum El Oued Laayoune


#
S Haouza
#
S
#
Laayoune Plage S Dchira #
S
#
S

Smara
#
S
Lemsid
S#

Bou Craâ
#
S

!
Boujdour
#
S

!
Aridal

!
26°00'

26°00'
!
#
S

!
!
Awlitis

!
Abratil #
S

!
#
S

!
Tious

!
#

!
S

!
Hassi Tartar
N
#
!

!
!

Gueltat Zemmour

!
!

#
S

!
Jreifia
#

!
S
Cheloua Oued El Faida Géologie :
#
S #
S
Plioquaternaire et Miocène
! Paléogène
Zbeira Crétacé supérieur
#
S Crétacé inférieur
Primaire et Infracambrien
Aarich Oum Dreiga Nappes des Mauritanides
#
S #
S Précambrien du bouclier africain

!
Tabaca
24°00'

24°00'
#

!
S Structures géologiques :
Bir Anzaran !

# Chevauchement
!

S
!

(
Gleibat El Foula faille

!
!
Gleib Jediane

!
!

Dakhla S
# #
S #
S
!

# El Argoub
S Ville ou localité #
S
!

Frontières
!
!

Punta Chica
# Imlili Aouhifrite Doums
S

(
#
S #
S #
S 100 0 100 km
( ( ( (
( (

(
( (
( (
(
( ( ( (
(

((
(

Aousserd
( ( ( ( (

#
S
( (

Maatallah
#
S (
Hassi Bougoufa
#
S
( ( (

(
22°00'

22°00'
(

( ( (
Zoug
( (

Bir Gandouz
#
(
Tichla
S#
S#
S (( (
!
!

Laguira
#
S

16°00' 14°00' 12°00' 10°00'

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 7
Direction de la région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

5.2 LE RESEAU HYDROGRAPHIQUE DE LA ZONE D’ETUDE

Le bassin du Sahara se caractérise par un réseau hydrographique assez


développé avec un cours d’eau principal, l’oued Saguia El Hamra. Ce dernier
prend naissance dans la partie orientale du bassin et au Sud de la Hammada de
Tindouf en recevant les eaux de la chaîne des Zemmours. Il ne coule que lors
d’épisodes pluvieux intenses générant des crues sur les sous bassins amont.

Le bassin versant drainé par l’oued Saguia El Hamra couvre une superficie de
81 000 km². Ce cours d’eau, long d’environ 400 km, traverse le bassin dans sa
partie nord de l’Est à l’Ouest pour se déverser dans l’Océan Atlantique au niveau
de Laâyoune.

Le lit de l’oued est large et peut atteindre en quelques endroits 2 000 m. Au


voisinage de Laâyoune, ce lit présente une largeur de 500 à 600 m avec une
pente globale faible. Il est formé de terrains imperméables salifères qui font place
à des formations perméables un peu plus en aval de la ville de Laâyoune. Il est
aussi tapissé par des dunes de sables dont la hauteur dépasse souvent 5 m sur
une longueur de 8 km, surtout au niveau de l’embouchure dans la région de Foum
El Oued.

Le principal affluent de l’oued Saguia El Hamra est l’oued Khat qui prend
naissance dans le Sud et reçoit les eaux des oueds Zbeira, Aoulitis, Laâdim et
Boucraâ avant de rejoindre l’oued Saguia El Hamra. D’autres affluents plus courts
rejoignent l’oued Saguia El Hamra et jouent un rôle non négligeable lors des
écoulements temporaires.

Le régime hydrologique de l’Oued Saguia El Hamra est marqué par une forte
irrégularité saisonnière et interannuelle. Le maximum des apports intervient lors
des crues importantes provenant des sous–bassins versants amont.

Les caractéristiques physiques des bassins versants de la zone d’étude, tels que
calculées lors d’une étude antérieure à partir d’un module hydrologique d’Arc-GIS,
sont données dans le tableau suivant.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 8
Direction de la région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 1 - Principales caractéristiques physiques des bassins versants de la zone


d’étude

Distance
Altitude
Bassin Sous-bassin Périmètre Longueur moyenne de Pente
Surface (km²) moyenne
versant versant (km) talweg (km) l'écoulement moyenne (°)
(m)
(km)
Saheb El
415 184 40 55 154,33 1,454
Harcha
Chbeika 2 268 426 77 112 189,93 2,529
El Amra 761 232 61 91 217,98 2,581
O. Ez-Zehar 342 148 33 97 148,8 1,473
Ez-Zehar O. Zwizel 577 195 41 67 242,51 0,895
O. Allouch 248 125 33 48 244,47 1,125
O. Khaoui Naam 691 237 53 109 134,6 1,857
Khaoui O. Khachbi Oum
395 153 36 52 268,61 0,728
Naam Aghbaro
O. Al Khachbine 266 129 29 41 248,35 0,694
O. Saguia El
408 203 46 573 67,54 1,119
Hamra aval
O. Saguia El
11 923 1 012 215 511 223,26 1,022
Saguia El Hamra moyen
Hamra O. Khang 14 131 955 186 283 348,88 0,96
O. Ksat 10 382 942 180 285 387,4 1,482
O. Boukra 13 172 940 188 259 226,56 0,516
O. El Khatt 34 224 1 684 246 396 287,01 0,701
O. Al Marmoutha
287 141 32 241 45,21 0,449
aval
O. Al Marmoutha
1 458 375 83 210 125,54 0,748
moyen
Marmoutha
O. Win Mrad 2 258 436 93 143 141,2 0,714
O. Al Haggounia 2 791 441 94 133 278,08 0,75
O. Winaght 1 139 277 66 98 259,83 0,737
Assaq 11 141 962 188 322 208,77 0,495
Lacraâ 3 304 532 104 145 166,98 0,746

Ces données pourraient être mises en relation grâce à la méthode d’analyse


régionale, du type :

Q=a.Bb.Cc.Dd

Où B, C et D représentent respectivement la surface, la pente et la longueur de


talweg. Une série régionale de débits est prise pour le paramètre Q, ce qui permet
de déduire les coefficients a, b, c et d appropriés, qui pourront par la suite être
appliqués à toute autre région similaire ne disposant pas de séries de débit.
Malheureusement, dans le cas présent, une telle analyse est impossible, dans la
mesure où aucune série de débit n’est disponible. Une autre méthode sera donc
utilisée plus loin dans ce rapport pour estimer les apports de chaque bassin
versant.

Pour définir un plan d’allocation des eaux le plus pertinent possible, le Consultant
suggère donc avant tout d’améliorer la connaissance des débits transitant dans la
zone d’étude. Des stations de mesure de débit devraient ainsi être installées aux
endroits appropriés.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 9
Direction de la région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Figure 2 - Situation des bassins versants générés à partir du modèle numérique de terrain de la zone d’étude

16°00' 15°00' 14°00' 13°00' 12°00' 11°00' 10°00' 9°00'

Saheb El Harcha
Chbeika Ta n Ta n

El Amra

Ez-Zehar X
(
28°00'

28°00'
Tarfaya Sidi Akhfenir
Khaoui Naam X
(
Tah
X
(
Marmoutha Daoura Hagounia
X
( X
(
Foum El Oued
X
(
27°00'

27°00'
Dechira X
(
Oued Saguia EL Hamra

Saguia El Hamra
Lemsid
X
(

Bou Craâ
X
(
Boujrour
X
(
26°00'

26°00'
Aridal
X
(
Awlitis
X
(
Tious
Assaq X
(
Hassi Tartar
X
(

Gueltat Zemmour
X
(
25°00'

25°00'
Jreifia
X
(
Oued El Faida N
X
(
Lacraâ

Zbeira
X
(

Aarich Oum Dreiga


X
( X
( Limite des bassins versants
24°00'

24°00'
Bir Anzaran Réseau hydrographique
X
(
Gleib Jediane Limite nord du bassin du Sahara
El Argoub X
(
X
( Frontières

nta Chica X
( Ville ou localité
X
( Imlili
X
(

1
0
0

1
0
0
k
m
16°00' 15°00' 14°00' 13°00' 12°00' 11°00' 10°00' 9°00'

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 10
Direction de la région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
5.3 PRINCIPAUX OUVRAGES D’ART DE LA ZONE D’ETUDE

5.3.1 BARRAGE SAKIA EL HAMRA

Le barrage Saquia El Hamra (photo 1) constitue le seul grand barrage construit sur le
cours d’eau principal (oued Saquia El Hamra) du bassin du Sahara. Il a été mis en
service en 1995 pour la protection contre les crues de l'axe routier Tarfaya-Laâyoune. La
digue du barrage sert également de passage de la voie de contournement de la ville.
En effet en période de fortes pluies, l'Oued Saquia El Hamra constituait, par son régime
hydrologique irrégulier avec des crues violentes, une menace pour l'infrastructure routière
desservant la ville de Laâyoune.

Le deuxième objectif du barrage est de permettre la recharge artificielle de la nappe


phréatique de Foum El Oued qui alimente en eau potable la ville de Laâyoune.
Le barrage a un bassin versant de 35500 km2, avec un apport moyen de 19 Mm3/an. Sa
capacité de stockage est de 110 Mm3. La fiche technique du barrage figure en annexe.

Photo 1. Barrage Sakia El Hamra

5.3.2 CANAL SAKIA EL HAMRA

Le projet de construction du canal Saquia El Hamra (Photo.2) est en cours d’exécution. Il


consiste en la réalisation d’un canal à l’aval du barrage de Sakia El Hamra. Ce canal
permettra l’acheminement de l’eau stockée vers la zone d’alimentation de la nappe de
Foum El Oued à des fins de recharge artificielle.
La réalisation du Canal est cofinancée par le Secrétariat d’Etat Chargé de l’Eau et de
l’Environnement, l’ONEP et l’APDS. Ses caractéristiques principales sont comme suit :
-Longueur : 8.5 km
-Débit équipé : 5 m3/s
-Dimensions : 1.75 m * 1.70 m
-Volume de béton : 300 000 m3
-Coût : 60 Millions de DH
- Début des travaux : août 2007
-Délais d’exécution : 18 mois

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 11
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Photo 2. Canal Sakia El Hamra

5.3.3 LACS COLLINAIRES EXISTANTS

Quatre lacs collinaires ont été construits dans la zone du PDAIRE (Figure 1) afin
d’exploiter les écoulements épisodiques que connaît l’Oued Sakia El Hamra et ses
affluents. Trois d’entre eux sont localisés dans la Province d’Es Smara, il s’agit de Sidi
Ahmed Laaroussi, Maktaâ Haouza et Rbeib Lamghadir. Le lac de Sehb El Harcha est
localisé dans la commune rurale de Chbika de la Province de Tantan.
Les eaux retenues sont destinées principalement à l’alimentation en eau des nomades, à
l’abreuvement du cheptel et éventuellement à l’irrigation de petits périmètres agricoles.

5.3.3.1 Lac Sidi Ahmed Laaroussi

Le lac collinaire est situé à environ 25 Km au nord-ouest de la ville d’Es Smara. Le site
est accessible en empruntant la R 101 sur 12 km de piste carrossable de 13 km.

Les caractéristiques principales de ce lac collinaire sont comme suit :


Situation
- Province : Es Smara
- Commune : Sidi Ahmed Laaroussi
- Les coordonnées : X = 212750 m Y = 2971681 m
Caractéristiques hydrologiques
- Superficie du bassin versant : 35.500 Km2
- Crue du Projet (Q 1000 ) : 876 m3/s
Caractéristique du barrage
- Volume de la retenue : 40.000 m3
- Type de digue : Maçonnerie
- Longueur en crête : 335 m
- Volume de la digue : 4.220 m3
- Longueur de l’évacuateur de crue : 35 m

5.3.3.2 Lac de Maktaâ Haouza

Le lac collinaire de Maktaâ Haouza (Photo.3) se trouve au cœur du lit majeur de l’oued
Saquia El Hamra. Il est situé à 13 Km environ (à vol d’oiseau) au nord de la ville d’Es
Smara. L’accès au site est possible via la RP 44 reliant Es Smara et Tantan sur 12 Km
environ. La fiche technique du barrage figure en annexe. Les caractéristiques principales
de ce lac collinaire sont comme suit :

Situation
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 12
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
- Province : Es Smara
- Commune : Haouza
- Les coordonnées : X = 230036 m Y = 2973359 m
Caractéristiques hydrologiques
- Superficie du bassin versant : 35.500 Km2
- Crue du Projet (Q 1000 ) : 878 m3/s
Caractéristique du barrage
- Volume de la retenue : 50.000 m3
- Type de digue : Enrochement
- Longueur en crête : 50 m
- Volume de la digue : 3000 m3
- Longueur de l’évacuateur de crue : 15 m

Photo 3. Lac collinaire de Maktaâ Haouza

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 13
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ROYAUME DU MAROC
DIRECTION DE LA REGION HYDRAULIQUE ETUDE DU PLAN DIRECTEUR D'AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
DU SAHARA DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SAHARA

Lac collinaire
Sehb El Harcha
L a c c o l l i n a i re
Se h b El Ha rc h a

Ba rra ge

Barrage
Sa q u i a El Ha m ra L ac c o l l i n a i re
Se hb El Ha rc ha

ALGERIE
L a c c ol l i n a i re

Saquia El Hamra
S.Ah m e d L a a ro u s s i

Lac collinaire
Sehb El Harcha

UE
T IQ
AN
Lac collinaire

L
S.Ahmed Laaroussi

AT
CARTE DU BARRAGES
DANS LE BASSIN DU SAHARA

N
EA
0 100 200

OC
kilomètres
LEGENDE

Limite du bassin

Réseau hydrographique

E
Barrage/Lac collinaire

NI
TA
RI
AU
M
CONSULTANT: Groupement Resing / Scott Wilson
N°435,Lotissement Azzouhour II,Rue Ennahda ,Ain Itti,
BP 12.329, ANNAKHIL , 40016 , Marrakech
Tél : +212 24 32 98 17 / 18
Fax : +212 24 32 98 19
E-mail : inf o.resing@resing.ma
site web : http://www.resing.ma RESING

Figure 1. Barrages et lacs collinaires de l’aire du PDAIRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 14
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

5.3.3.3 Lac de Rbeib Lamghader

Ce site nommé Rbeib Lamghader (se trouve au cœur du lit de l’oued Lamghader,
affluant de l’oued Saquia El Hamra. Il est situé à 5 Km environ (à vol d’oiseau) au
Sud de la ville d’Es Smara, le site est accessible via la piste reliant Es Smara et les
communes du sud. La fiche technique du barrage figure en annexe. Les
caractéristiques principales de ce lac collinaire sont comme suit :

Situation
- Province : Es Smara
- Commune : Rbeib Lmghader
- Les coordonnées : X = 234310 m Y = 2953525 m
Caractéristiques hydrologiques
- Superficie du bassin versant : 35.500 Km2
- Crue du Projet (Q 1000 ) : 878 m3/s
Caractéristique du barrage
- Volume de la retenue : 50.000 m3
- Longueur en crête : 177 m

5.3.3.4 Lac Sehb El Harcha

Ce site nommé Sehb El Harcha se trouve au cœur du lit de l’oued Sehb El Harcha. Il
est proche du centre d’Eloiatia (X= 84300 m, Y = 175200 m). Administrativement, le
site relève de la commune de Chbika qui fait partie de la Province de Tan Tan.

Le lac collinaire de Sehb El Harcha a une capacité de stockage de 93750 m3.

A ces réalisations il faut ajouter l’opération Wikala Rbieb à Smara qui consiste, entre
autres, en la protection contre les inondations du quartier Rbieb, pour un montant
total de 78.480.000 DH (fin prévue des travaux: 2008).

5.3.4 LACS COLLINAIRES EN PROJET

Plusieurs sites de lacs collinaires sont en projet dans l’aire du PDAIRE : Sidi Ahmed
Ou Moussa, Hssyat Filali, Aghailass-Boularyah, Sfa, Touirga, etc .
• Le site de Sidi Ahmed Ou Moussa se trouve au cœur du lit majeur de l’oued
Saquia El Hamra. Il se situe à 30 Km environ nord ouest de ville d’Es Smara (X=
791175 m, Y = 2974019 m). L’accès au site est possible via la route régionale reliant
Laâyoune à Es Smara. Administrativement, le site relève de la commune de Sidi
Ahmed Laâroussi qui fait partie de la Province d’Es Smara. La capacité de stockage
prévue de cet ouvrage est de 50 000 m3.

• Le site nommé Hssyat Filali se trouve au cœur du lit majeur de l’oued Saquia El
Hamra. Il est situé à environ 6 Km en aval du site de Sidi Ahmed Ou Moussa au nord
ouest de ville d’Es Smara. L’accès au site se fait par piste à partir de Sidi Ahmed
Laâroussi (X= 781422 m, Y = 2974630 m). Administrativement, le site relève de la
commune de Sidi Ahmed Laâroussi qui fait partie de la Province d’Es Smara. La
capacité de stockage prévue de cet ouvrage est de 50 000 m3.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 15
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

• Le site de Boularyah-Aghailas est situé à 6 km au sud du centre d’Aousserd (X :


549665 m, Y : 2482310 m).

• Le site d’Oued Sfa est situé à l’Ouest du Centre d’Aousserd, à 85 km à partir de


Graret Aouchfegt, point de la route national 3 reliant Dakhla à Aousserd (X : 447108
m, Y : 2476970 m).

Tableau 3 – Liste des sites en projet d'étude

Province Nombre de sites en étude

Laayoune 6

Oued Eddahab 6

Aousserd 13

Tantan 4

Boujdour 4

Smara 2

Enfin, on recense au niveau des Provinces relevant du Bassin Hydraulique du


Sahara les sites de barrages inventoriés listés dans le Tableau 4 ci-dessous.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 16
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 4 – Liste des sites des barrages inventoriés

Province Site Oued Commune Centre le plus proche Objectifs


Centre de la commune rurale
Oued Ouinaght Oued Ouinaght Hagounia AEP rural et abreuvement du cheptel
Hagounia
Centre de la commune rurale
Oued Bouir Oued Bouir Daoura AEP rural et abreuvement du cheptel
Daoura
Laayoune Centre de la commune rurale
Oued Chouc Oued Chouc Dcheira AEP rural et abreuvement du cheptel
Dcheira
Oued El Ougadia Oued El Ougadia Akhfenir Akhfenir AEP rural et abreuvement du cheptel
Oued Khaoui Laghouna Oued Khaoui Laghouna Akhfenir Akhfenir AEP rural et abreuvement du cheptel
Oued Al Ghaba Oued Al Ghaba Akhfenir Akhfenir AEP rural et abreuvement du cheptel
Oued Craa Oued Craa Bir Anzarane Village de pêche Lacraa AEP du village de pêche Lacraa
Laataytabie Oued Laataytabie Bir Anzarane Bir Anzarane ancien centre AEP rural et abreuvement du cheptel
Oued Wayn Fargane Oued Wayn Fargane Bir Anzarane Bir Anzarane ancien centre AEP rural et abreuvement du cheptel
Eddahab Fares Oued Fares Bir Anzarane Bir Anzarane ancien centre AEP rural et abreuvement du cheptel
Maghder Togba Oued Togba Imlili Village de pêche Labouirda AEP rural et abreuvement du cheptel
Oudei Tamate Oudei Tamate Imlili Bir Anzarane ancien centre AEP rural et abreuvement du cheptel
Maghder Oudei Sfa Oudei Sfa Aousserd Aousserd AEP rural et abreuvement du cheptel
Hnouk Oued Laabd Oued Laabd Aousserd Aousserd AEP rural et abreuvement du cheptel
Maatallah Maatallah Aousserd Aousserd AEP rural et abreuvement du cheptel
Boularyah Oued Aghailas Aousserd Aousserd AEP du centre d'Aousserd
Boulaoutade Boulaoutade Aousserd Aousserd AEP du centre d'Aousserd
Laglate Oued Janna Aousserd Aousserd AEP du centre d'Aousserd
Sdar Lahouida Fadrat Lakhchab Tichla Tichla AEP rural et abreuvement du cheptel
Aousserd
Oued Agglat Ntajat Oued Agglat Ntajat Tichla Tichla AEP rural et abreuvement du cheptel
Hnouk Tagndazt Oued Tagndazt Bir Guendouz Lamhiriz AEP rural et abreuvement du cheptel
Hnouk Aounine Oued Aounine Bir Guendouz Lamhiriz AEP rural et abreuvement du cheptel
Oued Tbarkallah et village de pêche de Ain
Hnouk Tbarkallah Bir Guendouz AEP rural et abreuvement du cheptel
Aamoud Baida
village de pêche de Ain
Hnouk Ghareg Oudyanne Ghareg Bir Guendouz AEP du Ain Baida
Baida
AEP rural, abreuvement du cheptel,
Oued Reguibi Oued Reguibi Abatteh Abatteh
irrigation et protection de la RR 1300.
Tantan Rbyeb Oued Rbyeb Chbeika Chbeika AEP rural et abreuvement du cheptel
Oum Fatma Oued Oum Fatma Chbeika Chbeika AEP rural et abreuvement du cheptel
Aabar Oued Aabar Abatteh Abatteh AEP rural et abreuvement du cheptel
Aménagement d’une dépression et
Boujdour depression Boujdour Ville de Boujdour protection de la partie Sud de la ville de
Boujdour
Gueltat
Boujdour Oued Fayda Oued Fayda Gueltat Zemmour AEP rural et abreuvement du cheptel
Zemmour
Gueltat
Khang Santamat Oued Aoulitis Gueltat Zemmour AEP rural et abreuvement du cheptel
Zemmour
Lcraa Oued Craa Jraifia Village de pêche Lacraa AEP rural et abreuvement du cheptel

5.3.5 La collecte des eaux pluviales

La collecte et le stockage des eaux pluviales se fait par des méthodes


traditionnelles dans les Metfias. Les Metfias consistent en des réservoirs
partiellement souterrains qui approvisionnent la population en eau à usage
domestique et pour l’abreuvement du cheptel. Ces réservoirs peuvent être privés,
partagés entre voisins, ou encore communs à tout un village. Dans certains
villages éloignés de toute source d’approvisionnement (puit ou Oued), l’adduction
en eau est très dépendante du stockage dans ces Metfias collectives. Certaines
de ces installations sont fournies avec un bassins de décantation permettant de
réduire la teneur en sédiments avant d’être transféré dans un second bassin.
Cependant, un des problèmes majeurs reste l’approvisionnement irrégulier.

Le tableau 5 ci-dessous présente l’ensemble des réalisations effectuées par la


DRH Sahara jusqu’en 2003. Le nombre de Metfias réalisées dans toutes les
provinces de la région du Sahara est de 81 présentant une capacité totale de
stockage de 12.150 m3, pour un investissement total de plus de 10 millions de
Dirham. Les provinces de Smara et Laâyoune sont les mieux dotées en Metfias.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 17
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 5 – Bilan des réalisations de Metfias sur la totalité du bassin

Commune Capacité Année de Nbre de


Province Localité No du Marché Coût (DHS)
Rurale (m3) réalisation Metfias
Hagounia Cachaf Khzinou 150 155.800 1996
Boucraa Boucraa 150 147.025 1996
Akhfenir Naila 150 201/95 145.995 1996 5
Tah Laaninat 150 153.440 1996
Daoura Daoura 150 149.820 1996
Daoura Oued Marmoutha 150 9/96 147.816 1997 1
Akhfenir Khoui Lahratin 150 1999
Daoura Lahmirat 150 1999
SH 13/ 98-99 4
Dcheira Lamouisrate 150 566.528 1999
Tah Assalsoul 150 1999
Dcheira Oumissir Lahmar 150 134.243 2000
SH 10/ 99-2000 2
Tah Rjm Chouf 150 134.243 2000
Hagounia Allouan 150 126.662 2000
Tah Dait El Mahssar 150 SH 7/2000 126.662 2000 3
Akhfenir Grart Jml 150 126.662 2000
Akhfenir Lmnabha 150 109.400 2001
SH 20/2000 2
Hagounia El Khachbiène 150 109.400 2001
LAAYOUNE
Dcheira Foum.O. Lakrab 150 85.100 2001
Foum.O. Ngueb 150 85.100 2001
Daoura Zaouit Ahl laili 150 85.100 2001
SH 18/2001 6
Foum El Oued Albat Lachrag 150 85.100 2001
Akhfenir Lahjib 150 85.100 2001
Grart El Khaima 150 72.250 2001
Akhfenir Rjem Zaoua 150 107.140 2002
Daoura Grart Laaouaai 150 107.140 2002
Tah Assalssoul 150 SH 18/2002 107.140 2003 5
Dcheira Oued Chouk 150 107.140 2002
Hagounia Baldat Ben Jrida 150 107.140 2002
Boucraa Zamlat El Ghizlane 150 99.888 2002
SH 22/2002 2
Gataa Talha 150 99.888 2002
Amairig 150 153.728 2002
Hagounia Baldat Ajdari 150 153.728 2002
SH 43/2002 4
Daoura Sahb El Ghardag 150 153.728 2002
Tah Tah centre 150 153.728 2003
Total Laayoune 5.100 4.181.834 34
Jraifia Loujat Latrat 150 SH 13/98-99 107.722 1999 1
Lamsid Grart Houidja 150 134.243 2000
Khouia Seghir 150 SH 10/99-2000 129.400 2000 3
Jraifia Oum Lhirane 150 114.870 2000
Gueltat zemmour Tnuiknin El Khat 150 126.662 2000
SH 7/2000 2
Jraifia Inimi 150 126.662 2000
Jraifia Grart Lakraa 150 109.400 2001
Jraifia Grart Lamghinim 150 SH 20/2000 109.400 2001 3
BOUJDOUR
Lamsid Oummat Lamrassi 150 109.400 2001
Lamsid Sidi Foulouh 150 89.730 2001
Oummat Lamrassi 150 89.730 2001
Jraifia Grart Oum Al Aiche 150 SH 19/2001 89.730 2001 5
Tartar 150 89.730 2001
Mghainim 150 89.730 2001
Jraifia Al Manhaza 150 99.888 2002
SH 22/2002 2
Lamsid Grart Sbian 150 99.888 2002
Total Boujdour 2.400 1.716.185 16
S.A. Laaroussi Tbyla 150 119.880 1996
Jdiria Ras Amoughad 150 154.225 1996
Haouza S.A.Rguibi 150 223/95 154.225 1996 5
Amgala Gréfia 150 133.550 1996
Tifariti Oued Ascaf 150 133.550 1996
S.A. Laaroussi 150 139.580 1997
150 139.580 1997
150 139.580 1997
5/96 6
Jdiria 150 139.580 1997
Haouza 150 139.580 1997
Amgala 150 139.580 1997
S.A. Laaroussi Lehseyate filala 150 137.250 1998
Tifariti El gouiz 150 137.250 1998
Amgala Ain Lahchich 150 5/ 97-98 137.250 1998 5
SMARA Haouza Haouza 150 137.250 1998
Jdiria Grart El Hassi 150 137.250 1998
S.A. Laaroussi Gouirt Laben 150 144.427 2000
Lbteyna Lgebliya 150 SM 1/99-2000 152.634 2000 3
Amgala Laasliyine 150 150.054 2000
Tifariti El gayz 150 103.073 2001
S.A. Laaroussi Ramth .O.Lmharith 150 SM 2/2S/2000 103.006 2001 3
Amgala Kheng Zriba 150 100.599 2001
Tifariti Rous Rbeib Mirane 150 SM 5/2S/2000 140.084 2001 1
S.A. Laaroussi Oued Laangua 150 150.292 2001
Haouza Oued Lazaz 150 SM 9/2001 142.549 2001 3
Haouza centre 150 151.836 2001
Haouza Snitir Skikima 150 99.340 2002
Tifarity Lgayz Lakbir 150 SM 4/2002 99.508 2002 3
Jdiria Grart Lhass 150 97.649 2002
Total Smara 4.350 3.854.211 29
Tichla Dayat Labgar 150 178.000 1999
Aousserd DA 10/98-99 2
Bir Guendouz Safia 150 178.000 1999
Total Aousserd 300 356.000 2

Total Bassin Hydraulique du Sahara 12.150 10.108.230 81

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 18
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

5.4 ANALYSE DES DONNÉES CLIMATIQUES

5.4.1 Pluviométrie

5.4.1.1 Données disponibles

Les données de pluie sont disponibles pour les stations météorologiques de


Laâyoune, Boujdour, Smara, et Dakhla. Le Tableau 6 ci-dessous donne un aperçu
général du type et de la disponibilité des données, à l’issue de la phase de
récupération des informations. Les données ont pu être actualisées pour les
stations de Laâyoune et de Dakhla.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 19
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 6 – Type et longueur des séries de données disponibles

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 20
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
5.4.1.2 Contrôle de la Qualité des Données

Les données ont été soumises à quelques tests de vérification de qualité. Un premier
examen visuel a montré des chiffres mal écrits avec un mauvais emplacement de la
virgule. Ceux-ci ont été corrigés et revus dans les fichiers de données. Puis les
données ont été converties du format tableau vers le format séries chronologiques
annuelles et mensuelles. Les données étant disponibles à partir de différentes
sources, des inters corrélations entre données ont été exécutées.

5.4.1.3 Précipitations annuelles

Les paramètres statistiques issus des séries d’observation des précipitations


moyennes annuelles sont donnés dans le tableau et l’histogramme suivants :

Tableau 7 - Paramètres statistiques des précipitations moyennes annuelles

Période Moyenne Minima Maxima Ecart-type


Station Cv *
d'observation (mm) (mm) (mm) (mm)
Laâyoune 1976-2007 60.9 10.7 154.9 37.5 62%
Boujdour 1996-2000 51.6 18 103 35.2 68%
Smara 1997-2003 21.7 7.2 41.2 13.2 61%
Dakhla 1996-2006 29.4 2.2 100.9 27.4 93%

* : Coefficient de variation (Ecart-type / Moyenne)

Figure 3 – Précipitations annuelles sur les quatre stations de référence de la zone


d’étude

PRECIPITATIONS ANNUELLES SUR LES QUATRE


STATIONS DE REFERENCE DU BASSIN

160
140
120
100
80
60
40
20
0
Laâyoune Boujdour Smara Dakhla

Minima (mm) Moyenne (mm) Maxima (mm)

La pluviométrie annuelle dans l’aire de l’étude est faible et irrégulière (figure 4). Elle
est d’environ 59 mm à Laâyoune, 52 mm à Boujdour, 30 mm à Dakhla et 22 mm à
Smara. Laâyoune et Boujdour, au Nord, sur la bande océanique, bénéficient de
précipitations relativement importantes.

A Laâyoune, des années relativement pluvieuses sont enregistrées durant les


périodes 1989-1991 et 1995-1997 avec une hauteur de pluie annuelle maximale de
155 mm en 1989. A Boujdour, l’année 1996 est la plus pluvieuse, avec une hauteur de
pluie annuelle de 103 mm. A Dakhla, 1998 est l’année où l’on a enregistré le maximum

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 21
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
de pluie annuelle, soit 101 mm. Enfin, à Smara, 2002 est l’année la plus pluvieuse,
avec une pluie annuelle de près de 41 mm.

Figure 4 - Chroniques des précipitations moyennes annuelles

Pluviometrie (mm) - Station de Laayoune

180
160
140
120
100
80
60
40
20
0
1976

1978

1980

1982

1984

1986

1988

1990

1992

1994

1996

1998

2000

2002

2004

2006
P lu v io m e trie (m m ) - S ta tio n d e B o u jd o u r

120

100

80

60

40

20

0
1996 1997 1998 1999 2000

Pluviometrie (mm) - Station de Smara

45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 22
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

P lu v io m e trie (m m ) - S ta tio n d e D a k h la

120

100

80

60

40

20

0
1996 1998 2000 2002 2004 2006

5.4.1.4 Précipitations mensuelles

A Laâyoune, la période pluvieuse se concentre entre novembre et mars, période où


l’on a enregistré 90% du total de la hauteur d’eau précipitée annuellement. Le mois de
décembre représente à lui seul 20% du total.

Au niveau des autres stations pluviométriques, les précipitations sont aléatoires. Les
courtes périodes d’observation analysées (1996-2000, 1997-2003 et 1996-2006)
rendent difficile la différentiation de périodes pluvieuses. Toutefois, les mois les plus
pluvieux sont janvier à Boujdour et septembre à Smara et Dakhla.

Figure 5 - Précipitations moyennes mensuelles enregistrées dans le bassin du Sahara

Pluie moyenne mensuelle (mm)

25
20
Laayoun
15 Boujdour
10 Smara
Dakhla
5
0
juin
novembre

décembre

mai
janvier

juillet
septembre

mars
octobre

aout
février

avril

5.4.1.5 Analyse fréquentielle de la pluie annuelle

L’analyse fréquentielle des données de pluie nécessite une longue série de données.
Les stations Smara et Boujdour présentent moins d’années enregistrées en données
que Laâyoune et Dakhla. L’analyse fréquentielle a été établie. Les lois logarithmique
normale, Pearson III et log-Pearson III sont les distributions les plus courantes pour
des séries de pluie.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 23
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Dans cette étude, les stations Laâyoune et Dakhla font l’objet de l’application de ces
lois :

• Log Pearson Type III


• Methode SAM
• Method des Moments Base 10
• WRC
• Pearson Type III
• Crue maximale probable
• Methode des Moments
• Logarithmique Normale
• Logarithmique Normale (3 paramètres)
• Crue maximale probable
• Methode des Moments
Les données de la pluie annuelle de la station de Laâyoune s’adaptent mieux à la loi
lognormale à 3 paramètres. Le Tableau 8 illustre les périodes de retour et les pluies
correspondantes avec les intervalles de confiance et les écarts types.

Figure 6 - Analyse fréquentielle de la pluie annuelle de Laâyoune

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 24
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Tableau 8 - Analyse fréquentielle de la pluie annuelle de Laâyoune

Période de Pluie annuelle Ecart Intervalle de


retour (mm) type confiance à (95%)
10000 352 120 N/D
2000 290 85.7 N/D
1000 265 72.7 123 - 408
200 209 46.6 117 - 300
100 186 37.2 113 - 258
50 163 28.9 106 - 219
20 133 19.6 94.2 - 171
10 110 14 82.5 - 137
5 86.5 9.82 67.3 - 106
3 68.2 7.67 53.2 - 83.2
2 52 6.4 39.4 - 64.6
1 10.7 5.06 0.811-20.7

De même pour la station de Dakhla, les résultats obtenus sont présentés sur la Figure
7 et le Tableau 9.

Figure 7 - Analyse fréquentielle de la pluie annuelle de Dakhla

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 25
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Tableau 9 - Analyse fréquentielle de la pluie annuelle de Dakhla

Période de Pluie annuelle Ecart Intervalle de


retour (mm) type confiance à (95%)
10000 284 481 N/D
2000 221 301 N/D
1000 196 237 N/D
200 143 122 N/D
100 123 84.5 N/D
50 103 54.7 N/D
20 78.6 27.8 N/D
10 61.1 18.7 24.4 - 97.8
5 44 16.8 11.0 - 77.0
3 31.4 14.9 2.13 - 60.7
2 21 10.7 N/D
1 1.09 14.4 N/D

5.4.1.6 Evaluation statistique de la PMP (Pluie Maximale Problable)

La méthodologie statistique pour évaluer la PMP est basée sur l'analyse statistique
des enregistrements de la pluie maximale de la station. La méthodologie doit rapporter
seulement le point PMP des évaluations et exige ainsi le facteur de réduction de
surface pour convertir en bassin PMP. La méthodologie est documentée dans le
rapport d'Organisation Météorologique Mondiale (WMO) et la procédure présentée
dans le rapport est basée sur l'équation de fréquence générale :

Xm = µn + Km σn

Où Xm est la pluie maximale; µn et σn sont respectivement la moyenne et l'écart-type


d'une série de n pluies maximales annuelles sur 24 heures; Km est une variable
statistique courante, qui varie selon les différentes distributions de fréquence reflétant
les valeurs extrêmes et représente les caractéristiques physiques du site.

Les quantités de pluie extrêmes d’intensité ou occurrence rare, environ 500 ans ou
plus, ont souvent lieu en même temps pendant une période beaucoup plus courte,
environ 30 ans ou moins. Ces exceptions ont un effet significatif sur la moyenne et
l'écart-type de la série annuelle. Donc, la série de rajustements sera appliquée à la
moyenne et l'écart-type ainsi que la PMP estimée par l'utilisation des abaques
standard. Ces abaques sont illustrées dans les figures A1, A2, A3 et A4 en annexe et
sont tirées du Manual for Estimation of Probable Maximum Precipitation (World
Meteorological Organisation, 1986).

Les evaluations de la PMP ont été effectuées selon la procédure présentée dans le
Rapport de WMO, pour les deux stations de mesure de pluie de la zone de projet
disposant d’une série de données suffisament longue (Laâyoune et Dakhla). Pour
effectuer ces calculs de la PMP, les pluies annuelles maximales de 24 heures pendant
la période 1976 - 2008 et 1996-2007 ont été extraites pour les stations de Laâyoune et
Dakhla.

Pour la station Dakhla le nombre de jours pluvieux est donné pour la période 1996-
2002. L’hypothèse selon laquelle le nombre d'événements de pluie par an excède à
peine 1 jour (climat typique désertique), la durée moyenne d'événement de pluie est
de 2 jours. Il est supposé que la pluie est uniformément distribuée dans le temps.
Cette supposition est appliquée aux stations de Laâyoune et Dakhla pour le calcul de

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 26
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
la PMP, et la procédure est décrite ci-dessous pour Laâyoune et les resultats sont
donnés dans le tableau 7.

Calcul de la moyenne et ajustements

n = 31

µn = 16,7 mm

C2 = moyenne µn et ajustement de la longueur n des données n = 1,01 (figure A4)

µn-m = 15,2 mm

µn-m/µn = 0,91

C1 = moyenne relative µn-m/µn ajustement = 0,94 (figure A2)

Valeur moyenne finale = 16,7 × 1,01 × 0,94 =15,8 mm

Calcul de l'écart type et ajustement

n =31

σn = 12,6 mm

C4= écart type σn et ajustement de la longueur n des données = 1,0301 (figure A4)

σn-m = 9,8 mm

σn-m/σn = 0,775

C3 = écart type relatif σn-m/σn ajustement = 0,87 (Figure 4.3-Ref 2)(Figure A3)

Valeur finale de l'écart type = 12,6 × 1,0301 × 0,87 =38,77 mm

Calcul et ajustement de la PMP

Km = 20.0 correspondant à la pluie moyenne 98,83 mm (figure A1)

La valeur finale de la crue max probable pour 24 heures peut être estimée à :

PMP = 15,8 + 20,0 × 38,77=241,3mm.

La même démarche a été appliquée pour la station Dakhla. Les résultats sont
résumés ci après :

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 27
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Tableau 10 - Precipitation Maximale Probable

Variable Laâyoune Dakhla


n 31 12
µn 16.7 7.5
σn 12.6 7.4
µ n-m 15.2 5.5
σ n-m 9.8 3.3
µ n-m / µ n 0.91 0.74
σ n-m / σ n 0.775 0.45
C1 0.94 0.8
C2 1.01 1.04
C3 0.87 0.55
C4 1.0301 1.19
Km 20 20
PMP(mm) 241.3 103

5.4.1.7 Analyse de fréquence de la pluie maximale journalière

L'analyse de fréquence est appliquée aux valeurs de précipitation journalières


maximales aux stations de Laâyoune et Dakhla en utilisant les données journalières
tirées de l'analyse de PMP. La Figure 8 et le Tableau 11 illustrent les résultats pour la
station Laâyoune.

Figure 8 - Pluie Maximale Probable à la station de Laâyoune

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 28
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Tableau 11 - Analyse de fréquence de la Pluie Maximale Journalière de la station
Laâyoune

Période de Pluie annuelle Ecart Intervalle de


retour (mm) type confiance à (95%)
10000 210 81.2 51.1 - 369
2000 151 52.6 48.3 - 255
1000 130 42.8 46.0 - 214
200 87.7 25 38.7 - 137
100 72.4 19.1 35.0 - 110
50 58.8 14.2 31.0 - 86.6
20 43 9.01 25.3 - 60.6
10 32.5 5.99 20.8 - 44.3
5 23.2 3.67 16.0 - 30.4
3 17 2.4 12.3 - 21.7
2 12.2 1.65 8.96 - 15.4
1 2.53 0.611 1.33-373

De même la Figure 9 et le Tableau 12 illustrent les résultats pour la station Dakhla.


Les résultats pour la période de retour de 10.000 ans sont 210 mm et 100 mm pour les
stations Laâyoune et Dakhla respectivement. Les résultats de la PMP sont donc
validés.

Figure 9 - Pluie maximale journalière pour la station Dakhla

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 29
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Tableau 12 - Analyse de fréquence de la pluie maximale journalière de la station Dakhla

Période de Pluie annuelle Ecart Intervalle de


retour (mm) type confiance à (95%)
10000 100 74.9 N/D
2000 69.6 46.8 N/D
1000 58.7 37.5 N/D
200 38 20.9 N/D
100 30.8 15.7 N/D
50 24.4 11.4 N/D
20 17.3 6.96 N/D
10 12.7 4.47 3.93 - 21.5
5 8.75 2.63 3.59 - 13.9
3 6.18 1.66 2.93 - 9.42
2 4.29 1.1 2.14 - 6.44
1 0.754 0.351 0.0664 - 1.44

5.4.2 Evaporation

Les données disponibles pour l’évaporation concernent la station de Laâyoune et


correspondent à la période 1993-2002. Les mesures sont fournies par l’évaporomètre
de Piche mesurant le pouvoir évaporant de l’air sous un abri météorologique. La
distribution mensuelle est présentée dans le tableau suivant. Les données collectées
n’ont pas permi d’actualiser ces mesures sur la période 2003-2008, mais ont permi la
correction de certaines valeurs erronées.

Tableau 13 - Evaporation moyenne mensuelle enregistrée à Laâyoune (1993-2002)

Janv. Févr. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. 0ct. Nov. Déc.
Evaporation
152.5 156.4 157.6 162.6 171.0 178.1 179.8 182.8 147.2 153.1 133.5 133.4
moyenne (mm)

L’évaporation moyenne mensuelle enregistrée à Laâyoune atteint une valeur


maximale de près de 183 mm en août qui correspond au mois le plus chaud de
l’année et une valeur minimale d’environ 133 en décembre. La valeur moyenne
annuelle vaut 159 mm, à comparer avec la moyenne annuelle de la pluviométrie, sur
la même période d’observation (1993-2002), qui vaut 4,96 mm. Le déficit chronique en
eau vaut donc en moyenne 154 mm, avec un minimum en Décembre de 113,0 mm, et
un maximum en Août de 182,1 mm.

Le graphique ci-dessous résume ces résultats.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 30
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure 10 - Evolution de l’évaporation et de la pluviométrie moyennes (mm) enregistrées
à la station de Laâyoune sur la période d’observation 1993-2002

180 Evaporation moyenne


annuelle: 159,00 mm
160

140

120

100

80

60

40

Pluviometrie moyenne
20
annuelle: 4,96 mm

0
Janv. Févr. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. 0ct. Nov. Déc.

5.4.3 Température

Les données de température disponibles concernent la station de Laâyoune sur la


période d’observation 1976-2005. Les données collectées n’ont pas permi d’actualiser
les mesures potentiellement réalisées sur la période 2005-2008. La période
d’observation est cependant suffisante pour dégager des tendances et conclusions
fortes.

Il est à noter que la période 1994-2000 ne présente aucun relevé. Il peut être
dangeureux d’effectuer des calculs sur deux périodes d’observation différentes, le
lieux exact et les procédure de mesure et / ou de relevé ayant pu changer entre-
temps. Le Consultant a donc tout d’abord vérifié que les différences de valeurs
moyennes entre les deux périodes d’observation étaient en accord avec la tendance
dégagée sur la première période d’observation.

L’évolution annuelle des températures moyenne, minimale et maximale est résumée


dans le tableau et le graphique ci-dessous.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 31
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Tableau 14 – Températures moyennes / maximales et minimales mensuelles relevées à
Laâyoune sur la période d’observation 1993 - 2005

Janv. Févr. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. 0ct. Nov. Déc.
0
T moy. (C ) 16.8 17.8 20.2 19.8 21 22.3 24.6 25.1 24.8 23.7 20.5 17.7
0
T min. (C ) 10.4 11.6 13.2 13.9 14.9 16.6 18.5 19.2 18.9 16.9 14.4 11.9
0
T max. (C ) 23.3 24 27.3 25.7 27.1 28 30.8 30.9 30.8 30.5 26.6 23.5

Figure 11 – Evolution de la température relevée à la station de Laâyoune (°C) sur la


période 1993-2005

35

30

25

20

15

10
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec

T moy. (°C) T min. (°C) T max. (°C)

Ces données permettent de dégager la période la plus chaude, étalée sur quatre mois
entre Juillet et Octobre. Le mois le plus chaud correspond au mois d’Août, la
température minimale est quant à elle atteinte en Décembre. La moyenne annuelle
vaut 21,2 °C.

5.4.4 Données hydrométriques

Les données hydrométriques dans le bassin du Sahara sont fragmentaires et le


nombre de stations de contrôle est très réduit. Ce qui rend nécessaire le recours aux
méthodes communément utilisées en hydrologie des bassins non contrôlés en zone
aride. Ces méthodes sont développées pour le cas du Maroc dans le rapport
« Hydrologie des zones arides et des bassins non jaugés, 1991 ». Mais aucune de ces
méthodes n’a été testée ou proposée pour le cas spécifique des bassins sahariens.
On peut faire état aussi des méthodes présentées et analysées dans le rapport publié
par la F.A.O. sur les apports et les crues en Afrique Sahélienne et tropicale sèche
(F.A.O., Rodier).

Cependant, dans la mesure où les périodes d’observation sont courtes et l’évaluation


des apports de l’oued se base uniquement sur des témoignages, des observations
récentes ou des comparaisons avec des bassins similaires, la méthode suivante a été
choisie pour l’estimation des apports de chaque bassin versant :

Le modèle « SCS Curve Number » est utilisé pour calculer le volume de ruissellement
en excès dans chaque bassin. La pluviométrie annuelle moyenne de la station de
Laâyoune est adaptée à l’équation suivante :

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 32
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

( P − 0.2S ) 2
Q=
P + 0.8S

1000
S= − 10
Et CN , où

• la valeur du paramètre CN (le « Curve Number ») est prise égale à 58, eût
égard au type de sol rencontré dans la région (Ref: Soil Conservation Service,
Urban Hydrology for Small Watersheds, Technical Release, pp:2.5-2.8,1986)
• P est la pluviométrie (en pouces)
Les résultats obtenus pour chaque Bassin Versant sont consignés dans le tableau
suivant.

Tableau 15 – Calcul des apports annuels par la méthode SCS

Apports calculés grâce


à la méthode SCS (en
3
Mm /an)
Ez-Zehar 11
Khaoui Naam 3.2
Saguia El Hamra 199.9
Marmoutha 18.8
Assaq 26.4
Lacraâ 7.8
BV côtier de Tarfaya 8.1

BV côtier de Lemsid-
43.2
Boujdour-Hassi Tartar
BV côtier de Aarich-
73.2
Lagouira

TOTAL BV SAHARA 391.6

Ceci permet de déduire une valeur des apports annuels pour chaque bassin versant,
que l’on peut comparer aux estimations haute et basses calculées dans l’Etude
hydrogéologique du Complexe Aquifère du Bassin du Sahara réalisée par le Cabinet
ANZAR Conseil en 2006.

Dans cette précédente étude, l’une ou l’autre des méthodes citées ci-dessus avaient
été testées, selon la disponibilité des données et la portée des résultats. L’application
au bassin de la Saguia El Hamra des diverses formules empiriques usuelles, ou la
transposition des coefficients calculés pour des bassins limitrophes ou similaires
avaient donné des résultats situant la pluie efficace entre 6% et 10% de la pluie
annuelle, soit une lame d’eau efficace dans la fourchette de 4 mm à 6 mm. Pour
l’estimation de la lame d’eau ruisselée ou encore du potentiel hydrologique (apports en
eau de surface), les coefficients recommandés dans le rapport précédemment cité de
la F.A.O. avaient été utilisés, soit 2 à 5% de la pluie annuelle ou encore 25% à 60% de
la pluie efficace pour le cas du bassin versant de la Saguia El Hamra. Les
pluviométries annuelles moyennes considérées pour chaque bassin ou sous-bassin
versant avaient été déduites de la carte des isohyètes du bassin du Sahara.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 33
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Les résultats, fournis sous forme d’estimations haute et basse pour chaque bassin
versant, sont confrontés (une fois quelques erreurs de calcul corrigées) aux calculs
effectués dans le cadre de cette étude, pour en vérifier la validité.

Figure 12 –Comparaison des résultats de calculs d’apports pour les bassins versant du
Sahara

Comparaison des apports calcules par differentes methodes (Mm 3)

250

200

150

100

ANZAR Estimation basse


50
ANZAR Estimation haute

Scott Wilson / RESING


0 méthode SCS
Saguia El Hamra
Khaoui Naam

Marmoutha

Lemsid-Boujdour-
Ez-Zehar

Aarich-Lagouira
Lacraâ

Tarfaya
Assaq

Hassi Tartar

Tous les résultats fournis par la méthode SCS décrite ci-dessus fournissent des
valeurs comprises dans la fourchette précédemment établie. Ils sont donc validés.

6. ETUDE DES PHÉNOMÈNES EXTRÊMES


6.1 CARACTÉRISATION DE LA SÉCHERESSE

La désertification et la sécheresse sont indissociables dans le contexte climatique du


Bassin du sahara. La définition de la désertification qui est aujourd'hui reconnue et
utilisée à l'échelle internationale est celle contenue dans la Convention Internationale
de Lutte contre la désertification (CCD) et adoptée par la CNUED en 1992 à Rio de
Janeiro. Le terme désertification désigne “la dégradation des terres dans les zones
arides, semi arides et subhumides sèches par suite de divers facteurs, parmi lesquels
les variations climatiques et les activités humaines".

Le phénomène est souvent entendu comme un "processus", c'est-à-dire un


phénomène naturel marqué par des évolutions aboutissant à un résultat spécifique ou
un "état" crée par la dégradation des terres.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 34
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
En l’occurrence, l'adoption d'une approche intégrée s'impose pour prendre en compte
à la fois les facteurs environnementaux et humains de la désertification. La
désertification peut être aussi réversible ou irréversible. Tout dépend de l'état de
dégradation des terres et la capacité de résilience des milieux. Ceci appelle les
autorités de tutelle à une vigilance dans l’utilisation des terres à travers leurs différents
systèmes de production, dont beaucoup semblent incompatibles avec les capacités de
régénération des milieux qui les supportent.

Dans le contexte saharien, la désertification est indissociable de la dégradation des


terres, définie comme toute forme de détérioration liée aux actions anthropiques (un
état créé par la dégradation des terres), les manifestations de la désertification varient
suivant les aires géographiques. Elle touche principalement :

• les zones pastorales se traduisant par une dégradation de la végétation, une


dégradation des sols et une diminution de la régénération des aquifères ;
• les zones irriguées par les dégradations physiques et la salinisation.
La lutte contre la désertification et donc la sécheresse requiert une synergie d'action et
un partenariat entre les différents acteurs concernés. La sensibilisation et la
participation des populations restent le fondement de la réussite dans la lutte contre la
désertification. La lutte contre la désertification / dégradation des terres est une
priorité, car la terre demeure encore le premier facteur de production.

A l’instar des zones arides et semi arides, le bassin du Sahara est confronté à des
problèmes environnementaux résultants et / ou aggravés par l'effet conjugué de la
péjoration climatique continue et l'augmentation de la pression humaine. En effet on
doit ainsi faire face à deux problèmes majeurs : une surexploitation des ressources en
eau persistante et une dégradation continue des écosystèmes.

La préservation et la gestion durable de l’environnement sont une préoccupation


primordiale pour les autorités et les services. Des plans d'action visant à améliorer la
productivité des terres, la réhabilitation des sols et la gestion rationnelle des
ressources en eau doivent être élaborés.

Cela requiert une information actualisée, bien analysée et traduite en indicateurs à


même de fournir les diverses tendances en matière d'environnement. Ceci doit
permettre de :

• avoir une connaissance objective et quantifiée de l'état de leurs ressources


naturelles et de l'environnement.
• mettre en place des activités pour mesurer les changements qualitatifs et
quantitatifs qui affectent les différents écosystèmes majeurs de la sous-région.
• créer les conditions matérielles et institutionnelles pour une réelle prise en
compte des informations dans les processus décisionnels des responsables et
des autorités compétentes.
6.1.1 Principaux problèmes environnementaux reconnus dans la zone d’étude :

Selon différentes sources les principaux problèmes environnementaux se présentent


comme suit :

Ressources en eau

• Salinisation et pollution des nappes


• Diminution de la pluviométrie

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 35
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• Diminution de la disponibilité des ressources en eau (perturbation du régime
hydrologique, appauvrissement des nappes souterraines)
• Dégradation des zones humides
• Ensablement des lacs et cours d'eau
• Disparition des mares permanentes
Sols

• Dégradation des terres (formation de glacis et de dunes de sable)


• Salinisation des sols
• Baisse de la fertilité des sols
• Erosions hydriques et éoliennes
• Surexploitation des terres
Végétation

• Surexploitation des pâturages


• Occupation des zones pastorales par les agriculteurs
Faune et flore

• Perte de la biodiversité
• Dégradation et diminution des ressources fauniques et piscicoles (par exemple
dans les lacs)
Zones urbaines

• Pollution atmosphérique
• Pollution physico-chimique des eaux et des sols
• Pollution sonore
• Accumulation des déchets ménagers
• Développement de l'habitat spontané insalubre
• Ensablement des infrastructures
• Faiblesse des systèmes d'évacuation des eaux pluviales et usées
Zones cotière

• Pollution marine
• Dégradation du littoral
6.1.2 Une péjoration continue des conditions climatiques et baisse tendancielle des
précipitations

À l’instar de tout le Maroc, la zone d’étude souffre d’un déficit net des cumuls
pluviométriques. Ce constat montre :

• Une diminution constante de la durée moyenne de la saison des pluies.


• Une baisse tendancielle des cumuls pluviométriques pour la zone, caractérisée
par une variabilité importante.
• Une augmentation des températures en surface.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 36
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
6.1.3 Les ressources en eau : un amenuisement des ressources hydriques

L'eau, sous ses diverses formes telles que les pluies et leur ruissellement, les cours
d'eau et les plans d'eau, est un des principaux facteurs de transformation de
l'environnement et des paysages. Le régime des eaux de surface est un indicateur des
fluctuations climatiques, en particulier du degré de sécheresse et de l'évolution de
l'occupation des sols des bassins versants.

La conséquence directe du déficit pluviométrique observé est une diminution des


apports en eau ainsi que la dégradation continue des écosystèmes. Cette contrainte
combinée aux prélèvements croissants a entrainé la baisse des niveaux des nappes
phréatiques.

La sécheresse a également modifié l'état de surface des bassins versants dans la


majeure partie du territoire. La dégradation de l'écosystème et la diminution du couvert
végétal entre autres, ont eu pour conséquence l'augmentation du coefficient de
ruissellement des sols.

6.1.4 Un accroissement de la demande en eau

La demande en eau est en forte croissance depuis 1995. Les besoins totaux pour les
usages domestiques, industriels et agricoles sont en nette augmentation continue.
L'utilisation des eaux de surface est inexistante alors que les eaux souterraines sont
de plus en plus sollicitées sinon surexploitée.

6.1.5 Ressources marines

La zone d’étude possède des marges frontalières avec l'océan Atlantique. Le littoral
recèle d'importantes et diverses ressources naturelles avec des écosystèmes
fortement productifs qui assurent la protection et la stabilisation du substratum
physique, des flux de gaz atmosphériques globaux, et du cycle nutritif.

L'érosion côtière est considérée comme étant l'une des questions les plus cruciales
actuellement. Des taux d'érosion de 23-30 m par an ont été enregistrés dans certains
secteurs. L'exploitation du sable et du gravier des estuaires, des plages, et du plateau
continental contribue à l'accentuation de l'érosion côtière.

6.1.6 Les zones urbaines

Le niveau de développement crée dans la zone a accentué le taux d’urbanisation.


Ainsi, d'énormes quantités de déchets sont produites quotidiennement dans les villes
principales, où des centaines de tonnes d'ordures ménagères peuvent etre produites
chaque jour. Ces ordures sont généralement déposées sur des terrains vagues, ce qui
contribue à accroître la pollution atmosphérique et celle des nappes souterraines.

6.1.7 Température

La période d’observation suffisament longue permet de dégager des tendances


génerales pour chaque mois de l’année, comme présenté sur les figures suivantes.
Ces tendances restent du même ordre si l’on ne considère que la première période
d’observation (1976 – 1993).

La conclusion est que pour tous les mois de l’année, une augmentation sensible de la
température moyenne mensuelle se dégage. Qu’elle soit ou non une manifestation du
réchauffement climatique, il faut s’attendre dans les prochaines années à une
augmentation du déficit apports / besoins en eau identifié dans le chapitre précédent,
dans la mesure où l’évaporation dépend entre autres de la température (ainsi que de
la vitesse du vent).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 37
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure 13 – Evolution de la temperature mensuelle sur la période 1976-2005

MOIS DE JANVIER (0C)

20

18

16

14
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
MOIS DE FEVRIER (0C)

21

19

17

15
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005

MOIS DE MARS (0C)

25

23

21

19

17
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 38
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

MOIS D'AVRIL (0C)

26

24

22

20

18

16
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
MOIS DE MAI (0C)

30

28

26

24

22

20

18
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
MOIS DE JUIN (0C)

25

23

21

19
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 39
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

MOIS DE JUILLET (0C)

32

30

28

26

24

22

20
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
MOIS D'AOUT (0C)

29

27

25

23

21
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
MOIS DE SEPTEMBRE (0C) 2003

28

26

24

22
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 40
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

0
MOIS D'OCTOBRE ( C)

32

30

28

26

24

22

20
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
0
MOIS DE NOVEMBRE ( C)

24

22

20

18
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
0
MOIS DE DECEMBRE ( C)

23

21

19

17

15
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 41
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
6.1.8 Pluviométrie

Cette tendance est à mettre en parallèle avec les tendances inter-annuelles de


pluviométrie dégagées dans la Figure 4 qui montrent, pour trois des quatre stations
d’observations, une décroissance générale de la pluviométrie. Dans les deux stations
pour lesquelles les séries d’observation plus longues (32 ans pour Laâyoune et 11 ans
pour Dakhla) permettent réllement de quantifier cette décroissance, on trouve une
diminution de la pluviométrie d’environ 0,41 mm/an pour Laâyoune et de 0,91 mm/an
pour Dakhla, soit respectivement 0,7 et 3,1% de la pluie annuelle moyenne à ces
stations.

Le déficit apports / besoins est donc susceptible de s’accroître dans le futur.


Cependant, la définition de tendance précises à partir de pluies annuelles moyennes
requiert de plus amples investigations, incluant par exemple une analyse stochastique
de longues séries de débits (comme par exemple une modélisation ARIMA) ; une
modélisation climatique peut également être utile à une analyse plus poussée de ces
tendances.

6.1.9 Grandes lignes et esquisse de la stratégie de lutte contre la sécheresse

6.1.10 Les fondements

Le but et les objectifs d’une stratégie allant dans ce sens est :

• D'assurer la sécurité alimentaire et énergétique des populations de la sous-


région ainsi que la durabilité de la croissance économique ;
• De jeter les bases d'un véritable développement durable;
• De prévenir et résoudre les conflits liés à l'accès et au contrôle des ressources
naturelles partagées;
• D'harmoniser, compléter et rendre plus efficaces les programmes d'action
nationaux de lutte contre la désertification. Pour l'atteinte de ces objectifs trois
axes d'intervention et huit (8) domaines prioritaires ont été retenus.
Les axes d'intervention prioritaires retenus prennent en compte :

la gestion durable des ressources naturelles, notamment les eaux souterraines;

la maîtrise durable des contraintes et aléas en matière de gestion des ressources


naturelles.

les mesures d'appui ou mesures d'accompagnement pour une bonne gestion des
ressources naturelles.

Les huit (8) domaines d'intervention prioritaires sont :

• (1) La gestion durable des ressources hydrauliques partagées


• (2) La gestion des ressources végétales et animales
• (3) La gestion durable des ressources énergétiques
• (4) La lutte contre les ennemis des cultures et des essences forestières
• (5) L'alerte précoce et l'atténuation des effets de la sécheresse
• (6) La coopération scientifique et technique
• (7) L'information, la formation et la communication

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 42
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• (8) Le développement des échanges commerciaux intrarégionaux des produits
locaux.
Le Cadre Stratégique de Sécurité Alimentaire constitue aussi un référentiel
d'orientation et de coordination des interventions pour tous les acteurs impliqués dans
la recherche de la sécurité alimentaire : les autorités publiques, les sociétés civiles, les
ONG et les partenaires au développement.

Cet objectif général se décline en cinq objectifs spécifiques :

• promouvoir une agriculture plus productive, plus diversifiée, durable et


régionalement mieux intégrée
• développer les marchés nationaux et les rendre plus fluides et mieux intégrés
au niveau de la sous région
• améliorer durablement les conditions d'accès des groupes et zones
vulnérables à l'alimentation et aux services sociaux de base
• améliorer durablement les dispositifs de prévention et de gestion des crises
conjoncturelles en cohérence
• renforcer les capacités des acteurs et assurer la promotion d'une bonne
gouvernance de la sécurité alimentaire
• accroître la compatibilité et la synergie des actions de l'ensemble des acteurs
de la lutte contre la désertification, afin de consolider les bases de
développement durable de la région
• l'appui à l'animation des réseaux mis en place pour le partage d'expérience et
la circulation de l'information sur la gestion des ressources
• la mise en œuvre et/ou la coordination d'un certain nombre de projets pilotes
dans les domaines de la gestion intégrée des ressources en eaux, la promotion
des énergies renouvelables et domestiques, la sauvegarde de la biodiversité,
le pastoralisme.
Sur le plan de l'appui institutionnel et à la formulation de politiques et stratégies, des
appuis techniques et financiers doivent être apportées. Ces appuis multiformes ont le
rôle de permettre les acquis majeurs suivants :

• Une évolution du rôle de l’Etat vers des fonctions d'orientation, d'appui, de


contrôle et de régulation
• Une adhésion générale des acteurs aux principes de bonne gouvernance
(décentralisation, déconcentration, responsabilisation et transparence)
• Un plus grand souci d'orientation et de mise en cohérence des politiques,
d'harmonisation des approches, de suivi et de capitalisation des expériences.et
l’aide à l'élaboration des rapports
• L’instauration et l’activation des Programmes d'Action de Lutte contre la
Désertification
• Assurer Une plus grande adaptabilité à la mobilisation des ressources
financières
• Mise en œuvre des micro-projets
• Validation technique et mise en œuvre des stratégies nationales en énergie
domestique
• Publications/capitalisation des expériences et bonnes pratiques en matière de
gestion des énergies domestiques

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 43
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• Une modification significative et dynamique des politiques et des législations
afin de créer un environnement plus favorable à une gestion décentralisée et
participative des ressources naturelles.
6.1.11 Le rôle de la formation et de l’information

La formation des spécialistes dans le domaine de la gestion des ressources naturelles


est d’une importance capitale. Ces formations (continues et de longue durée)
devraient permettre de doter la région de compétences dans divers domaines du
développement. De même, des outils d'aide à la décision dans le domaine de la
sécurité alimentaire et de la gestion des ressources naturelle doivent être développés.

Quant à la recherche, des programmes thématiques régionaux en matière de gestion


des ressources naturelles devraient être encouragés et développés. Ceux-ci
permettront d'importants acquis en termes de résultats offrant des possibilités
d'orientations de politiques agricoles et d'aide à la décision dans les investissements
de la zone. On peut citer entre autres les recherches sur :

• Les systèmes de production


• Les récoltes
• Les contraintes agro-climatiques
• Les techniques de conservation des eaux
• Population et développement
Sur le plan de la coopération, le renforcement du partenariat avec les organisations
Internationales ou Inter/non gouvernementales est à développer afin de nouer des
rapports de collaboration avec des pays, sous régions et organisations ayant les
même contextes et des soucis similaire. Au nombre de ces institutions on peut citer
notamment : le PNUD, le Mécanisme Mondial (MM), l’UMA, l'OSS, etc. Ces
collaborations peuvent porter sur l'harmonisation et sur la mise en synergie des
politiques et programmes dans les domaines de la gestion des ressources naturelles,
de la gestion des risques naturels et de la sécurité alimentaire.

6.2 LES INONDATIONS DANS LA ZONE DU PDAIRE

6.2.1 Caracterisation des inondations dans la zone d’étude

6.2.1.1 Typologie des crues

Une crue est la résultante d’actions et réactions de plusieurs facteurs tous dynamiques
et aussi complexes les uns que les autres : d’abord les précipitations, et ensuite le
bassin versant qui collecte cette pluie, la module et la restitue à son exutoire.

La connaissance de cette restitution intéresse les ingénieurs, les aménageurs, et tout


simplement le citoyen dans la mesure où elle peut influer le cours de son existence.

Selon le problème auquel on est confronté on s’intéressera à différents paramètres de


cette restitution : volume de la crue, débit (ou niveau d’eau correspondant) maximum
atteint, temps de montée pour atteindre le maximum de débit, temps de descente (ou
de décrue), durée totale, etc., autant de paramètres qui déterminent et forment ce que
l’on appelle l’hydrogramme de la crue. Les niveaux ainsi que les volumes et durées
des débordements sont des déterminants dans le cas où on s’intéresse aux
inondations.

De la forme de cet hydrogramme dépendra en grande partie une certaine typologie


des crues. En effet, la restitution que constitue l’hydrogramme, intègre :

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 44
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• les caractéristiques de la pluie génératrice : intensité, durée, répartition spatiale
et degré de rapprochement dans le temps des pluies sur le bassin drainant
• les caractéristiques du bassin, notamment la taille de sa superficie drainante,
sa forme, son relief, le développement de son réseau hydrographique, sa
perméabilité et son état d’humidité, sa couverture végétale, etc., autant de
données complexes qu’il n’est pas toujours aisé d’évaluer, de caractériser et
de régionaliser dans les détails mais dont la classification est simplifiée par
l’observation des crues aux exutoires :
• crues lentes des grands cours d’eau

• crues rapides des affluents principaux des grands cours d’eau

• crues rapides des fleuves côtiers

• crues semi rapides des moyens bassins de plaine avec écoulements en


nappe

• crues torrentielles des petits bassins de montagne

• crues pluviales périurbaines.

Dans le bassin du Sahara on trouve généralement les régimes suivants :

Crues lentes des grands cours d’eau

Ce sont les crues générées par les grands cours d’eau (ayant un bassin versant
généralement supérieur à 10 000 km2), au moment où ils arrivent dans leurs plaines
alluviales. Ce type est illustré au niveau du Sahara par les cours d’eaux principaux qui
sont Oued Draa et Oued Saguia El Hamra.

Crues rapides des oueds côtiers

Sont classés dans cette catégorie : les oueds côtiers méditerranéens (Kerte, Nekor,
Ghis, Ouringa, El Had, Lao, Emsa, Martil…), les oueds côtiers atlantiques (Mharhar, El
Hachef, Loukkos, M’da, Drader, Bou Regreg,Ykem, Cherrat, El Mellah, Nfifikh,
Tamdrost, Ksob, Tamri, Massa, Assaka, Chbeika,…). On dénombre dans le bassin du
Sahara : Sehb El Harcha, Chbeika, El Amra, Ez-zehar, Khaoui Naam, Lacraa…).

Ces oueds côtiers, de moyenne importance (bassins versants généralement compris


entre 300 et 3000 km2), présentent une sensibilité à la vulnérabilité parfois plus grande
que certains grands bassins plus importants en superficie, d’autant plus que,
contrairement à ces derniers, ils sont plus rarement régularisés par de grands
barrages réservoirs.

L’annonce des crues, sauf, dans une moindre mesure, pour les plus grands d’entre
eux suffisamment équipés en stations de mesure, y est très difficile en raison des
temps très courts de réponse aux pluies, réduisant les délais d’alerte.

Crues pluviales «urbaines»

Dans cette catégorie de crues bien particulières qui concernent les communes
urbanisées, il y a lieu de distinguer entre :

• le ruissellement pluvial proprement dit résultant directement des pluies


tombées sur le périmètre urbain et qui relève pour son contrôle du réseau
d’assainissement pluvial de l’agglomération, et

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 45
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• le ruissellement pluvial périurbain généré par les précipitations sur les petits
bassins versants dominant ces centres urbains et généralement d’une taille de
5 à 50 km2.
• ces bassins périurbains présentent un réel danger pour les communes situées
à l’aval surtout quand conditions suivantes sont réunies :
• ces bassins sont situés dans les zones à fortes précipitations (piémonts
des montagnes)

• ils présentent de fortes pentes favorisant à la fois le ruissellement et le


transfert rapide de forts débits

• les lits mineurs et majeurs à la traversée de l’agglomération ont subi les


méfaits d’une urbanisation non contrôlée.

Par conséquent, dans les zones périurbaines, l’occupation du domaine public


hydraulique modifie énormément le régime fluvial des cours d’eau qui les traversent.
De ce fait, ce facteur reste essentiel dans l’évaluation du risque d’inondation au niveau
des agglomérations concernées.

6.2.1.2 Les crues de la zone d’étude

L’hydrographie est en grande partie liée au climat régional de type saharien. Elles
coulent quelques jours par an, dans les meilleures conditions; mais le plus souvent
tous les trois ou quatre ans. Le réseau est endéréique.

Les eaux des averses orageuses qui surviennent s'accumulent soit dans des
dépressions en constituant des plans d’eau naturels appelés dayats ou finissent dans
les Sebkhas ou guelltas. Aussi ne subsistent-t’ils pas longtemps à cause de
l'évaporation et de l'infiltration Le ruissellement débute lorsque la chute de pluie atteint
5 mm (avec une intensité d’au moins 1 mm/heure). Ces pluies sont surtout groupées à
l’automne, mais peuvent aussi survenir l’hiver.

A part quelques zones restreintes où des guelltas sont permanentes, il n'existe aucun
cours d'eau pérenne au Sud de l'Oued Drâa. Par ailleurs, il n'existe aucune station de
jaugeage et peu d'évaluations de débits de crues ont été effectuées. Les écoulements
d'eau sont souvent endoréiques n'atteignant pas l'Océan et les exutoires sont
généralement les sebkhas.

Le réseau hydrographique est surtout développé au Nord du Bassin drainant les zones
montagneuses. Les principaux oueds du Nord au Sud sont les suivants :

• Sehb El Harcha avec un bassin versant étroit sous forme de couloir (environ
400 km²), draine une partie du Jbel Zini. Ses crues sont brèves, peu fréquentes
et il n'atteint la mer qu’à l’occasion de forts orages. Ce cours d’eau est
régularisé par le lac collinaire du même nom réalisé en 1990 avec une capacité
de stockage d’eau de 90.000 m3.
• Oued Chbeika avec bassin versant relativement étendu (2700 km²), draine la
plaine crétacé et une partie du massif primaire du Jbel janfra et du Jbel Zini.
Ses crues sont fréquentes, brèves et très violentes. L'écoulement de l'Oued
peut durer de quelques jours à quelques semaines.
• Oued El Amra (dit aussi Oum Fatma) avec un bassin versant de 600 km²
constitué essentiellement de calcaires de la Hameidia du Pliocène. Son régime
d'écoulement est identique à celui de l'oued Chbeika.
• Oued Zehar (dit aussi Oued El Ouaer) avec un bassin versant de 700 km²
similaire à celui de l'oued El Amra et de même régime d'écoulement.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 46
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• Oued Khoui Naam (dit aussi Aoudri) avec un bassin versant de 850 km²
traversant toujours les calcaires du Pliocène. Ses crues sont moins fréquentes.
• Oued Saquia El Hamra avec un bassin versant d'environ 81.000 km² est le
plus important cours d'eau au sud de l'Oued Drâa, Il prend naissance à l'Est du
bassin et au Sud de la Hammada de Tindouf et il collecte les eaux de la chaîne
du Zemmour. Ce cours d'eau long d'environ 400 km traverse le bassin d'Est au
Ouest pour se déverser dans l'Océan Atlantique au niveau de Laâyoune.
Cependant à travers les dernières crues observées on peut dire qu'il n'atteint
pas la mer. Son bassin versant se divise en deux unités morphologiquement
distinctes :
• En amont de la ville de Smara où les terrains sont d’âges primaires,
accidentés et assez élevés on assiste à la naissance d'un réseau
hydrographique assez développé

• En aval de la ville de Smara l'Oued traverse les terrains sédimentaires


du Secondaire et du Tertiaire caractérisés par une topographie plate et
donc un réseau hydrographique moins développé.

Ses principaux affluents sont :

• Dans la partie Est : Oued Haouza, Oued Terguet et Oued Selouane

• Dans la partie Ouest : Oued El Khat, Oued Itgui et Oued Tighzert.

En l'absence de statistiques sur les crues, les hypothèses qu'on peut adopter dans la
quantification des potentialités en eau de surface de ces cours d'eau se basent
uniquement sur des témoignages, des observations récentes et des comparaisons
avec des bassins similaires. Ainsi, on peut admettre ce qui suit :

• Les crues se produisent avec une fréquence variant entre une année à trois
années
• La durée des crues est de quelques jours
• L'écoulement des cours d'eau dure quelques semaines à quelques mois
• Le débit de pointe des crues varie entre 1 et 10 m3/s
• Les apports des bassins versants précédents peuvent être estimés entre 5 et
30 Mm3 chacun soit un apport total en eau pour les cinq cours d’eau d’environ
60 Mm3.
6.2.2 Historique des inondations et impacts environnementaux, sociaux et
économiques

6.2.2.1 22 Octobre 2003 à Aousserd

Des pluies torrentielles ont été observées les 21 et 22 Octobre sur la totalité du Bassin
du Sahara, à l’exception de la zone littorale sud (le 21 Octobre) et de l’extrêmité nord
(le 22 Octobre). Ces pluies inhabituellement importantes ont provoqué des
inondations, remplissant Oueds et Dayats. Des observateurs de la FAO ont pu
observer ces inondations dans la région d’Aousserd et de Tichla (voir Figure 14), dont
la période de retour est de l’ordre de 10 ans.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 47
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure 14 – Inondations a Aousserd le 22 Octobre 2003 (photo FAO)

Même si aucun blessé ni dommages aux infrastructures ne furent à déplorer durant


ces évènements, l’impact environnemental de ces évènements pluvieux a été
dramatique. En effet, les conditions écologiques sont alors restées favorables à la
reproduction du Criquet pèlerin durant les six mois suivants. En conséquence, les
populations acridiennes ont augmenté considérablement, de grands essaims se sont
formés et ont envahi le Maroc et l'Algérie. Il a fallu deux années et plus de 400 millions
de dollars pour arrêter l'invasion régionale. Des évènements similaires s’étaient
produits dans la même zone à l’automne 1987, et n’avaient pris fin qu’en 1989.

6.2.2.2 Inondations de Décembre 2005

Entre mardi 20 et mercredi 21 Decembre 2005, la région de Laâyoune a reçu en deux


jours l’équivalent d’une année de pluie. La station pluviométrique de Laâyoune avait
en effet enregistré une hauteur totale de 58,2 mm, à comparer avec la pluviométrie
moyenne annuelle de 60,9 mm. Une pluviométrie similaire a été observée à Smara où
il a plut 4 jours de suite, la hauteur totale s’élevant entre 50 et 80 mm (la station
pluviométrique de Smara ne présente de données que jusqu’en 2000). Ces pluies
diluviennes ont engendré des crues sur les oueds Aoudri et Saquia El Hamra, créant
inondations et bloquant les routes principales et secondaires qui ne présentent pas de
ponts. Au total, ce sont 114.100 km2 qui ont été touchés pendant 5 jours, et ont
nécessité le déplacement de plus de 3.000 personnes.

La crue de l’Oued Aoudri à 160 km au nord de Laâyoune, a coupé la route nationale 1


reliant les villes de Tan-Tan et Laâyoune au PK 1340, entre Tarfaya et Akhfennir (180
km au nord de Laâyoune).

La crue de l’Oued Saquia El Hamra a bloqué la route régionale 101 reliant Tan-Tan à
Smara au PK 207 pendant 4 jours, bloquant véhicules lourds et légers au niveau de

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 48
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
l’Oued, dont ceux transportant des voyageurs (16 cars) ou des denrées alimentaires
(poissons, fruits et légumes, produits laitiers). Les eaux ont couvert la chaussée sur
1.500m environ, avec une hauteur allant jusqu’à 1m. Cette crue a fait deux victimes a
Haouza.

Les parties basses de la ville de Laâyoune ont été inondées, et l’insalubrité des
logements dans cette partie de la ville est un facteur aggravant dans de telles
circonstances. Plusieurs rues et avenues se sont transformées en rivières ou en lacs,
alors que d¹importants dégâts ont été constatés dans des zones d¹habitation où des
familles ont passé la nuit dehors, comme au quartier Al Wahda.

Economiquement, cette situation a eu un impact négatif sur un ensemble de secteurs


très liés au nord du pays, et ce d’autant plus que les opérations de secours menées
par les Autorités Provinciales, la Gendarmerie Royale et la Protection Civile n’ont été
possibles qu’après la baisse du niveau des eaux. La bloquage de la route nationale
reliant Tarfaya à Akhfennir a immobilisé près de 400 camions et poids lourds
transportant notamment des denrées alimentaires, et pendant deux jours la population
a été privée de nourriture de base telle que le lait et les légumes. L’isolement total de
la zone du reste du Royaume a créé une pénurie en produits de première nécessité
dont les prix ont augmenté en flêche, et généré des pertes qui se sont chiffrées en
plusieurs millions de DH pour les seuls produits périssables.

Selon les dires de la population, la crue de l’Oued Aoudri était sans précédent depuis
35 ans, alors que celle de l’Oued Saquia El Hamra est la plus forte enregistrée depuis
20 ans.

Les évènements pluvieux majeurs de Décembre 2005 sont clairement visibles sur le
Système Global de détection des crues (Global Flood Detection System, visitable à
l’adresse suivante : www.gdacs.org/floods) qui présente en temps réel les signaux
d’alerte de crue pour 3 stations situées aux environs de Laâyoune (voir Figures 15 et
16), à l’initialtive conjointe de l’Observatoire des Inondations de Darmouth et de la
Commission Européenne.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 49
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure 15 – Localisation géographique des 3 stations de détection de crue du Bassin du
Sahara

Station 1372
Lat. 27.186388
Station 1371
Long. -10.79487
Lat. 27.021612
Station 1370
Long. -11.319858
Lat. 26.853004
Long. -11.952138

Figure 16 – Historique des signaux d’alerte de crue pour la station 1370

Inondations de
Décembre 2005

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 50
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
6.2.2.3 Du 9 au 11 Février 2006

Des pluies torrentielles (79 mm en l’espace de deux jours, soit la quantité


normalement enregistrée pendant une période de deux ans).ont détruit une grande
partie des camps des réfugiés sahraouis dans la région de Tindouf, comme illustré sur
la Figure 17.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a affirmé que 50%
de la structure de ces camps avait été détruits, laissant 12.000 familles et plus de
50.000 sans abris. Deux internats, d’une capacité de 2.000 élèves chacun, ont été
totalement détruits ; plusieurs bâtiments de l’administration centrale et les plus vieux
magasins de l’aide alimentaire et humanitaire se sont éffondrés.

Seul le camp de Dakhla n’a pas été touché (ce camp se trouve à 160 km des autres).
À Smara, 5 des 7 Daïras ont été évacués. Les habitants attendaient alors sous des
abris provisoires la fin des pluies afin de pouvoir recupérer leurs biens. À Laâyoune et
Aousserd la situation était similaire.

C’est au camp du « 27 Février » que les dégâts sont le plus importants. Le marché a
été entièrement détruit par les inondations. Des maisons, des tentes et l’infrastructure
communale se sont effondrées.

Figure 17 – Dégâts occasionnés par les intempéries de Février 2006 sur les camps de
réfugiés Sahraouis

6.2.2.4 2 Septembre 2006 à Aousserd

Le 2 Septembre 2006, à partir de 19 heures, environ 100 mm de pluie sont tombés en


l’espace de 5 heures dans la région d’Oued Eddahab, sur une bande d’environ 60 sur

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 51
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
150 km, allant d’Aousserd jusqu’au littoral de l’Océan Atlantique. La zone touchée est
présentée en Figure 18.

Figure 18 – Zones touchées par les averses du 2 Septembre 2006

1 Grarate Aouchfegt

2 Guetaa Sfare

3 Guetaa Doyate

4 Oued Rmima

5 Oued A-janna

6 Oued Boulaoutade

7 Oued Lhaouli

8 Oued togba

9 Oudei sfa

10 Sebkhas Boularyah

Les impacts économques sont principalement lies aux dégâts causés aux
infrastructures routières, notamment sur plusieurs tronçons de la route nationale 3
reliant Dakhla et Aousserd :

• Sur l’Oued Guetaa sfar, départ d’une partie de l’accotement et de la chaussée


de la route (Figure 19, haut, montrant la dégradation des seuils de la routes
aux PK 104 et 105 de la RN3).
• Sur l’Oued Guetaa douyate, départ total d’un tronçon de 60 mètres de la route
et interruption du trafic (Figure 19, bas, montrant la dégradation des seuils de
la route au PK 126 de la RN3, ainsi que la section emportée sur 60m).
• Sur l’Oued ejanna, départ d’une partie de l’accotement et de la chaussée de la
route.
Des dégâts aux biens des nomades éleveurs ont aussi été signalés, avec des
importances variables. Là où ils se trouvaient, au moment de la crue, dans le lit de
l’Oued au niveau de la confluence des Oueds de Rmima, Guestaa douyate et Guetaa
sfar, des tentes et des troupeaux ont été emportés.

Enfin, pour ce qui est des impacts environnementaux, on a noté l’arrachement


d’arbustes d’acacia et de tamarix au niveau des lits des oued, ainsi que le départ des
terres végétales.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 52
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure 19 – Dégâts des infrastructures routières dans la région d’Aousserd (3 et 4
Septembre 2006)

6.2.2.5 Septembre 2008

Des pluies exceptionnellement importantes sont tombées dans la région d’Aousserd et


Bir Anzarane (sud de la zone d’étude), vers Guelta Zemmour et Bir Moghrein (centre)
ainsi qu’à Zag et Tindouf (nord), atteignant aussi les zones voisines du Maroc, de la
Mauritanie et de l’Algérie. Ces pluies sont associées aux évènements orageux en
provenance de l’Océan Atlantique des 16-19 et 25-27 Septembre, et ont touché une
zone s’étendant approximativement sur 800 x 200 km.

Selon les observateurs locaux, ces pluies sont les plus importantes tombées dans la
région depuis 5 ans (évènements du 22 Octobre 2003 à Aousserd).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 53
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure 20 - Précipitations entre Tifarti et Smara (17 Septembre 2008)

6.2.2.6 15 octobre 2008

Des intempéries enregistrées du mois d’Octobre dernier ont gravement touché les
camps de réfugiés de Smara et Aousserd. Le camp de Smara, où sont installés plus
de 40.000 réfugiés, a été le plus touché avec plus de 1.424 maisons considérablement
endommagées, contre plus de 347 dans le camps d’Aousserd.

Les pluies orageuses ont occasionné des dégâts aux structures sanitaires et
administratives et notamment aux établissements scolaires, ce qui a entraîné la
suspension des cours pour éviter aux élèves les risques d’effondrement des murs. Par
ailleurs, nombre de familles ont alors perdu leurs quotas de produits alimentaires
fournis par le Programme alimentaire mondial (PAM) et autres organisations
humanitaires. Aucun décès n’était cependant à deplorer.

6.2.2.7 L’Oued Saquia El Hamra

L'Oued Saquia El Hamra est régularisé par le barrage du même nom construit en 1995
d'une capacité de stockage de 110 Mm3.

A l'instar des cours d'eau précédents, on note l'absence de jaugeages et de suivi de


l'Oued Saquia El Hamra. Les seules données disponibles sont celles des crues
enregistrées en 1987 (avant la construction du barrage), 1996, 1999, 2002, 2003,
décembre 2005 et janvier 2006. Des données de niveau d’eau dans le barrage, après
la crue de décembre 2005 et sur un an et demi, sont également disponibles.

Ainsi on peut dire que :

• La fréquence de crue est d'environ deux à cinq ans au niveau de Laâyoune.


Cependant d'après les témoignages elle serait annuelle dans la partie Est du
bassin versant avec un écoulement qui atteint rarement la ville de Smara

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 54
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• Le débit de pointe de la crue a atteint 410 m3/s en 1987 ce qui témoigne de
l'importance des apports à l'occasion d'orages exceptionnels
• Les volumes d'eau arrivés au barrage Saquia El Hamra varient entre 0,8 et 60
Mm3 lors des cinq dernières crues observées
• La durée de la crue est de quelques heures à quelques jours
• L'écoulement de l'Oued dure généralement quelques jours.
L'Oued Saquia El Hamra est le plus important cours d'eau au Sud de l'Oued Draa. Il
prend naissance au niveau des zones de relief situées à l'Est de Smara à environ 200
km, dans le sud de la Hammada de Tindouf et il collecte également les eaux de la
chaîne des Zemmours. Il coule au Nord de la ville de Smara et Laâyoune avant de se
jeter à l'océan atlantique à 25 Km à l’Ouest de la ville de Laâyoune. Il ne coule
qu'occasionnellement, lorsque les précipitations sur les crêtes orientales le permettent,
et sa longueur est de 400 km environ.

La surface du bassin versant drainé par l'Oued Saquia El Hamra est de 81.000 km2,
avec une pente globale très faible de l'ordre de 0.4%.

Aucune mesure de crue n’a jamais été faite dans l’ensemble de la région. Les seules
données disponibles sont celles relatives à la date de quelques années
exceptionnellement humides et où l’Oued Saquia El Hamra coulait plusieurs jours.
Cependant, divers témoignages contemporains ont perni d’établir un historique des
crues importantes survenues dans l’Oued Saquia El Hamra pendant une longue
période.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 55
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Tableau 16 - Historique des crues de l’Oued Saquia El Hamra

Débit de Nombre de jours Retenue du


Date de la crue Observation
pointe d’écoulement barrage
150 m de large face à
Juin 1942 Plusieurs jours
Laâyoune
Isolement de la caserne tertio
Hiver 1943 Plusieurs jours et la traversé se fait par
embarcation
Des inondations se produisent
Septembre 1944 Plusieurs mois suite à huit jours consécutifs
de pluies intenses et violentes
Même Laâyoune était menacée par
Janvier 1945
écoulement l’eau
Laâyoune était menacée par
1952 Plusieurs mois
l’eau
Laâyoune était menacée par
1957 Plusieurs mois
l’eau
Le développement du cordon
dunaire dans l’oued en aval
de laâyoune a empêché la
1968
crue d’atteindre l’océan
atlantique et forma un étang
menaçant la ville
02-17/10/1978 410 m3/s 16 jours 110 Mm3 Le radier de Lamseid
Endommagement du radier au
Septembre 1984 Plusieurs jours
niveau de Smara
Provient des Talwegs non loin
06/09/1986 8 m3/s
de la ville
L'eau retenue forme un
réservoir superficiel de
15/09/1986
plusieurs milliers de mètres
cubes d'eau
Un apport
Une telle crue est estimée à
Octobre 1987 410 m3/s 9 jours global en eau
50 ans
de 110 Mm3
18/12/1991 125 m3/s 22 jours 60.8 Mm3 Le radier de Lamseid
1995 Construction de barrage Sakia El Hamra
Avril 2002 800 000 m3
12-17/08/2003 18 m3/s 06 jours 1.5 Mm3
20-27/08/2003 15 m3/s 08 jours 0.9 Mm3
26-29/10/2003 09 m3/s 04 jours 1.5 Mm3
29 oct. au 08 Débit mesuré au niveau du
13 m3/s 11 jours 3 Mm3
nov. 2003 radier de Lamseid
11-27/02/2005 10 m3/s 17 jours 0.8 Mm3
22-26/12/2005 27 m3/s 4 jours 12 Mm3
27/12/2005 au
39 m3/s 24 jours 48 Mm3
13/01/2006

6.2.3 Analyse des fréquences de crue

6.2.3.1 Analyse de fréquence des crues

L'analyse de fréquence des crues a été conduite en adaptant plusieurs distributions


aux séries de crues instantanées de L'oued Saguia El Hamra. Selon l’Etude
Hydrogéologique Du Complexe Aquifère Du Bassin Du Sahara (2005), la crue
d'octobre 1987 a un débit de pointe de 410 m3/sec. De la même façon en décembre
1991 une pointe de 125 de m3/sec a été enregistrée. L'analyse de fréquence de crues

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 56
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
a été effectuée en utilisant les données disponibles (et limitées). Les résultats sont
donnés dans la Figure 21 et le Tableau 17.

La meilleure distribution qui s'y adapte est celle de Pearson Type III. Plusieurs
distributions comme l'Exponentiel, GEV, Gumbel, Weibull, Normal, LogNormal,
Gamma, Gamma Généralisé, Gamma Inverse, Pearson type III ont été testées. Un jeu
de critères incluant le test khi-2, test de Kolmogorov-Smirnov et la proximité statistique
de la distribution aux données et l'inspection visuelle ont été appliqués pour choisir la
meilleure distribution dans chaque cas. Comme la série des données est trop limitée
plusieurs tests n'ont pas été effectués.

Figure 21 - Analyse de fréquence des crues de I’oued Saguia El Hamra

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 57
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Tableau 17 - Analyse de la fréquence de crues

Période de Ecart Intervalle de


Debit (m3/s)
retour type confiance à (95%)
10000 1470 1880 N/D
5000 1360 1680 N/D
2000 1210 1410 N/D
1000 1100 1220 N/D
200 834 795 N/D
100 721 624 N/D
50 608 465 N/D
20 456 284 N/D
10 341 186 -23.7-706
5 224 142 -55.2-503
3 140 129 N/D
2 65.1 108 N/D
1 3.59 55.7 -106-113

6.2.3.2 Analyse de la Crue Maximale Probable (CMP)

Estimation des pertes d'orages (calage du modèle pluie-débit (ruissellement) HEC-


HMS)

Dans la présente étude, les pertes de pluie ont été évaluées à partir des
enregistrements disponibles de crues et des orages correspondants et de leur
distribution en utilisant les moyens de technique d'optimisation. Pour le calage du
modèle HEC-HMS, le débit horaire et les séries de précipitation sont nécessaires dans
plusieurs stations hydrométriques et climatologiques. Comme ces enregistrements de
débit ne sont pas disponibles, l'hydrogramme du 11-27 février 2005 et la valeur
maximale de la pluie mensuelle à la station de Laâyoune (59.7 mm) sont pris en
considération. Il est supposé que la majorité de l'événement de pluie a lieu en 2 jours.

A cause des conditions climatiques du désert, le manque d'humidité initiale et le taux


d'infiltration sont les facteurs clefs et plus de données sont nécessaire pour la
consistance des résultats.

Modèles des Pertes

Le concept de base du modèle des pertes initiales et du taux constant est que le taux
potentiel maximal de perte de précipitation, fc, est constant durant un événement.
Ainsi, si pet est la profondeur de MAP pendant un intervalle de temps t à t+dt, l'excès
pet, pendant l'intervalle est donné par :

pet = pt –fc if pt > fc

pet = 0 sinon

Une perte initiale, Ia, est ajoutée au modèle pour représenter le stockage par
interception et dépression. L'interception est une conséquence de l'absorption de
précipitation par la couverture de la surface, y compris les plantes dans le bassin
versant. Le stockage par dépression est une conséquence des dépressions dans la
topographie du bassin; l'eau est stockée dans celles-ci et finalement s'infiltre ou

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 58
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
s'évapore. Cette perte a lieu avant le début de ruissellement. Par conséquent la perte
est donnée par :

pet =0 si Σpi < Ia

pet = pt –fc si Σ pi > Ia and pt > fc

pet = 0 si Σ pi > Ia and pt < fc

Tableau 18 - goupes de sols SCS et taux d'infiltration, d’après Urban hydrology for small
watersheds (Soil Conservation Service, 1986) et Infiltration, Hydrologic modeling of small
watersheds (Skaggs, R.W., and Khaleel, R., 1982)

Gamme de taux de
Groupe de sol Description
pertes (pouces/heure)
Deep sand, deep loess,
A 0.30-0.45
aggregated silts
B Shallow loess, sandy loam 0.15-0.30
Clay loams, shallow sandy
loam, soils low in organic
C 0.05-0.15
content, and soils usually high
in clay
Soils that swell significantly
D when wet, heavy plastic clays, 0.00-0.05
and certain saline soils

Ruissellement direct

Le modèle qui simule le ruissellement direct de l'excès de précipitation est ‘Snyder


Unit Hydrograph’. Dans ce modèle, la durée de pluie, tr, est liée au temps de montée
de bassin, tp, par la relation suivante :

tp = 5,5.tr

tp est la différence dans le temps entre le sommet de l’hydrogramme unitaire et le


temps associé au centroide de l’hydrogramme de pluie. Ainsi, si la durée est spécifiée,
tp (et de là le temps du sommet de l'HU) de l’HU de Snyder peut être déduit.

tr − tR
t pR = t p −
4

où tR = durée de l’HU désiré; et tpR = temps de montée de l’HU désiré.

Le temps de montée et le pic de l’HU par unité d’excès de pluie et par unité de surface
de bassin versant sont liés par :

Up Cp
=C
A tp

où Up = pic du diagramme unitaire HU; A = surface de drainage; Cp = coefficient de


pointe de l’HU; et C = constante de conversion (2,75 SI ou 640 pour le système foot-
pound).

La Crue Maximale Probable (CMP)

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 59
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
La procédure principale utilisée pour l’estimation de la CMP composite se base sur
l’application du modèle HEC-HMS avec les paramètres estimés ci-dessus. La Figure
22 illustre la disposition du modèle pour les calculs de la CMP.

Figure 22 - présentation du modèle HEC-HMS

Le lancement du modèle HEC-HMS est exécuté en utilisant la valeur de la PMP


obtenue pour la station Laayoune. (210mm). Les résultats du modèle sont illustrés
dans la Figure 23. La crue maximale probable est évaluée à 1.957 m3/sec pour I'Oued
Saguia El Hamra. Cette valeur exige plus d’investigation avec des données plus
appropriées. Selon l'analyse de fréquence des crues, la crue de période de retour de
10.000 ans a une valeur de 1.470 m3/sec. Donc la CMP est plus grande que la crue de
période de retour 10.000 ans.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 60
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure 23 - Crue Maximale Probable

6.3 ORIENTATIONS ET PERSPECTIVES

Un inventaire de tous les sites qui présentent un risque potentiel d’inondation doit être
fait et étudié afin de pouvoir définir la variante d’aménagement de protection qui sera
éventuellement combinée à un système d’alerte dans les zones les plus sensibles. Il
est également impératif de procéder à la délimitation du domaine public hydraulique
conformément à la loi 10-95 et d’empêcher tout empiétement sur ce domaine. En effet,
l’expérience de plusieurs zone à risques déjà caractérisées dans d’autres zones au
Maroc a montré que l’occupation du DPH est la cause principale de génération
d’inondations.

7. ÉROSION / TRANSPORT SOLIDE


L’érosion (érosion hydrique en montagne due aux fortes pentes et érosion éolienne en
plaine) et les pressions anthropozoogène sont les principaux facteurs :

• de dégradation des ressources naturelles à l’amont : dégradation des sols


(reduction de la fertilité, reduction de la recharge des nappes phréatiques)
• d’endommagement des infrastructures hydrauliques à l’aval : principalement
envasement des barrages.
En effet, au Maroc, les 38.106 m3 d'eau perdus annuellement par sédimentation dans
les barrages équivalent à la disparition annuelle de quelque 7000 ha de terres
irriguées (Margat, 2002 ; Dunglas, 2002).

Tableau 19 – Pertes de capacité des barrages dans le domaine méditerranéen, d'après


J. Margat (2002) et J. Dunglas (2002).

Nombre de Capacité initiale Capacité finale totale Pertes annuelles


Pays
réservoirs totale (106 m3) 6 3
(10 m et %)
6 3
moyennes (10 m et %)
Maroc 29 9 180 830 9 38 0,4
Tunisie 21 1 600 400 25 28 1,0 à 2,5
Algérie 19 1 900 830 44 15 0,9
Espagne 101 18 000 3 600 20 - 0,1 à 0,4

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 61
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Par conséquent, l'envasement et le transport solide constituent, par leur importance,
un problème majeur au Maroc (dégradation des sols agricoles, alluvionnement des
retenues).

Les modifications de niveau du lit d’un cours d’eau dues à l’affouillement et les dépôts
sont classés selon qu’ils surviennent de façon locale ou généralisée.

Affouillement

• Dégradation: terme décrivant l’abaissement général du niveau du lit d’un cours


d’eau dû à l’érosion des sédiments du lit.
o Réduction de l’approvisionnement en sédiments: même si l’importance
de la tendance est souvent masquée par un taux d’accroissement faible, un
cours d’eau en dégradation est un problème potentiellement grave pour lequel
les causes doivent être recherchées et des solutions développées. Par
exemple, des eaux déficientes en sédiments en sortie de barrage peuvent
générer un affouillement généralisé. Lorsque débit d'entrée est déficient en
classes de sédiments constitutifs du lit, la dégradation commence au point
d'injection du débit et se propage à l'aval.
o Abaissement du niveau de base: un autre type fréquent de dégradation
est l'érosion régressive, qui consiste en la création d'une discontinuité, c'est-à-
dire une chute rapide de la charge dans le profil en long du lit qui se propage
vers l'amont. Cela se produit lorsque les sédiments constitutifs du lit
présentent une faible cohésion et que le niveau de base du lit est abaissé.
L'érosion régressive est un problème crucial car elle entraîne l'effondrement
des berges, des ponts, ainsi que d'autres structures sur son chemin, et enfin
augmente l'apport de sédiments dans le cours d'eau récepteur.
• Affouillement local: c'est le terme employé lorsque l'érosion du lit d'un canal est
limitée, en vue en plan, à un endroit particulier. L'affouillement local peut
survenir dans des biefs qui sont par ailleurs stables, comme la conséquence
directe d'une perturbation du champ de vitesses. La profondeur maximale est
difficile à mesurer dans la mesure où les affouillements les plus graves se
produisent en période de crue intense, et les dépôt consécutifs viennent
recouvrir les trous formés par affouillement, lors de la décrue. L'affouillement
local doit être considéré comme un problème potentiellement grave dans tout
cours d'eau au lit mobile, tel que les Oueds.
o Ponts: ils représentent, par leur nombre, la cause la plus fréquente des
problèmes d'affouillement local. Le processus est habituellement très rapide.
Les profondeurs d'affouillement sont mesurées à l'aide de trous creusés dans
le lit de cours d'eau, puis remplis de sable colorés.
o Chutes: l'affouillement local se manifeste sous la forme de trous
profonds pouvant générer l'effondrement des berges. La conception de
structures de chute doit intégrer le renforcement du lit et des berges pour
contrôler ce phénomène.
Dépôts

• Alluvionnement: c'est le dépôt généralisé, comme l'affouillement généralisé, qui


s'étend sur de long tronçons de cours d'eau. Lorsque la concentration en
sédiment dépasse la capacité de transport du cours d'eau sur ce tronçcon, le
processus de dépôt débute à l'extrémité amont du tronçon considéré et se
déplace vers l'extrémité aval. Cependant, il existe un effet retour, lorsque les
dépôts se déplacent vers l'aval, les remous sont réfléchis vers l'amont,
générant encore plus de dépôts.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 62
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• Dépôts locaux: ils se rapportent à l'alluvionnement comme l'affouillement local
se rapporte à la dégradation. L'aspect limité dans l'espace ne signifie pas
nécessairement que la gravité du problème est moindre. Par exemple, lorsque
la largeur d'un cours d'eau augmente, la capacité de transport diminue. Sables
et graviers se déposeront sur une ligne centrale car ces particules sont trop
lourdes pour se déplacer latéralement. Pour les profondeurs intermédiaires,
cette ligne centrale va dévier le débit vers chaque berge où une érosion est à
craindre si elles ne sont pas protégées. A l'inverse, les cours d'eau charriant de
la vase et des particules d'argile auront plutôt tendance à déposer dans les
zones latérales créées de chaque côté de l'expansion, jusqu'à ce qu'un chenal
plus étroit soit rencontré.
Le Tableau 20 ci-dessous résume les impacts potentiels de changements sur le
fonctionnement d'un cours d'eau

Tableau 20 - Impacts de perturbations sur le régime d'un cours d'eau

Effets locaux Effets sur l'amont Effets sur l'aval


Chute Augmentation de la Augmentation du transport
vitesse d'écoulement solide vers le chenal
principal
Affouillement généralisé Augmentation du transport Alluvionnement
des matériaux du lit
Affouillement local Chenal instable Augmentation de la
capacité de stockage lors
de crues
Instabilité des berges Changement possible Changement possible
dans le tracé du cours dans le tracé du cours
d'eau d'eau
Vitesses d'écoulement
élevées

Un cours d'eau alluvial est en ajustement permanent pour atteindre un équilibre


dynamique entre son débit, ses apports en sédiments, sa géométrie et la pente de son
lit. La perturbation de ce système, telle que la construction d'un réservoir de stockage,
les glissements de terrain, l'arrachage de végétation riparienne peuvent rompre cet
équilibre. Par exemple, lorsqu'un réservoir piège des sédiments, l'eau relâchée à partir
du réservoir provoquera généralement l'affouillement du lit à l'aval du barrage,
entraînant la dégradation du chenal. Cette dégradation se poursuivra jusqu'à ce qu'un
nouvel équilibre soit atteint. L'équilibre dynamique pour un cours d'eau se définit
comme la situation où, sur le long terme, la capacité de transport en sédiments est
égale aux apports en sédiments. Le cours d'eau continuera à ajuster son lit et ses
berges en réponse aux conditions hydrologiques et d'apports en sédiments. Lane
(1955) a développé une relation qualitative entre la charge / taille des sédiments et la
pente / débit d'un cours d'eau:

Q x S ∼ Qs x d

• Q = débit liquide
• S = pente du cours d'eau
• Qs = débit solide
• d = diamètre des particules de sédiments du lit du cours d'eau

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 63
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Par ailleurs, la stabilité des chenaux de rivières peut être estimée à partir des
indicateurs suivants:

• changements historiques de l'élévation du lit et de sa position horizontale (en


valeur absolue et vitesse de changement). Cependant, il peut ne pas être
opportun de prédire la réponse d'un cours d'eau à des perturbations sur la
seule base de ces taux de changements, dans la mesure où les tendances
d'évolution peuvent être complexes et variables dans l'espace et dans le
temps.
• capacité de transport en sédiments
• stabilité des berges
• caractéristiques du tracé, telles que la sinuosité et la longueur d'onde des
méandres
• comparaison du tracé avec un tronçon de référence connu et stable
• capacité hydraulique du cours d'eau (débit à la limite de débordement des
berges)
• courbes d'étalonnage hauteur-débit
• distribution des tailles de particules des matériaux constitutifs du lit
Plus d'une seule approche peut être utilisée pour étudier les processus divers
impliqués dans l'établissement de l'équilibre dynamique d'un cours d'eau.

Les perturbations qui affectent le plus généralement l'équilibre dynamique d'un cours
d'eau sont:

• Les barrages:
o une réduction de l'apport en sédiments au cours d'eau à l'aval peut
altérer la taille des particules présentes le long du lit. Même si les petits
barrages peuvent avoir un impact local sur le régime de transport solide à
proximité du barrage même, leur impact sur une réduction du transport solide
à l'aval est limité. Ils peuvent au début piéger des sédiments, mais une fois
que la capacité de stockage est remplie, les sédiments peuvent de nouveau
être transportés par l'évacuateur de crue lors des périodes de grandes eaux.
o les barrages peuvent aussi altérer le régime naturel de débits. Si la
gestion des barrages réduit la fréquence et l'amplitude des pics de débit, la
capacité de transport solide du cours d'eau à l'aval s'en trouvera également
affectée. Lorsque des sources importantes de sédiments sont disponibles à
l'aval (en provenance d'affluents à l'aval ou d'érosion de berges), cette
diminution des pics de débit et de la capacité de transport solide peut conduire
à l'alluvionnement.
o enfin, les réservoirs peuvent piéger des sédiments contaminés, en
provenance de sites historiques de mines ou d'autres sources non régulées de
pollutions diffuses à l'amont. Si un gestionnaire de barrage désire relâcher des
sédiments, la possibilité de relâcher également des contaminants doit être
auparavant estimée.
• Les dérivations: ces structures ont pour but de soustraire au cours d'eau une
portion du débit pour satisfaire les besoins en eau d'irrigation, industrielle ou
domestique. Si un pourcentage significatif du volume total transporté par le
cours d'eau est prélevé, les processus hydrauliques et de sédimentation s'en
trouveront affectés: réduction de la largeur mouillée, de la profondeur et de la
vitesse d'écoulement, pouvant alors augmenter la température de l'eau et la
surface inondée le long du cours d'eau. Si les structures de dérivation de débit

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 64
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
réduisent de façon significative le débit annuel moyen du cours d'eau, alors
très certainement elles réduisent aussi la capacité de transport du cours d'eau,
ce qui peut conduire à un alluvionnement du lit.
• Digues: construites le long des cours d'eau de façon à protéger contre les
inondations, les digues obligent de plus grandes quantités d'eau à passer dans
le chenal principal, résultant en de plus grandes profondeur et vitesse
d'écoulement, et augmentent également la capacité de transport solide.
• Les routes situées dans les plaines d'expansion des crues ou bien simplement
parallèles au tracé du cours d'eau peuvent impacter l'équilibre de ce dernier, en
fonction de la hauteur de leur surélévation par rapport au terrain naturel et de
l'alignement relatif de la route par rapport au cours d'eau et au lit majeur.
• Ponts: les piliers et berges des ponts réduisent la section d'écoulement et donc
altèrent la capacité de transport en eau et sédiments. Cette restriction de la
section d'écoulement entraîne de plus grandes vitesses à la traversée du pont
(et donc une plus grande capacité de transport), mais créé aussi une zone de
faible vitesse d'écoulement à l'amont du pont qui résulte en dépôts de
sédiments.
• Urbanisation: la création de zones imperméabilisées le long de cours d'eau
peut augmenter le volume d'eau transféré au cours d'eau durant des
evènements pluvieux intenses.
Sont seulement décris ci-dessus quelques impacts généraux bien connus de
structures existantes ou prévues dans le bassins hydraulique du Sahara, de façon à
donner les outils pour prédire quels peuvent être les impacts attendus des
infrastructures existantes ou en projet.

En tout état de cause, les études menées à ce jour concernant le transport solide ont
conclu aux relations générales suivantes entre paramètres:

• la profondeur d'écoulement est directement proportionnelle au débit liquide Q


• la largeur d'un cours d'eau W est directement proportionnelle au débit liquide Q
et au débit solide Qs
• la forme d'un chenal, exprimée comme le ratio largeur/profondeur W/y est
directement reliée au débit solide Qs
• la pente d'un cours d'eau est directement proportionnelle au débit liquide Q, au
débit solide Qs et à la taille des grains d50
• la sinuosité est directement proportionnelle à la pente de la vallée et
inversement proportionnelle au débit solide Qs
• le débit solide est directement relié à la puissance du courant TAU et à la
concentration en matériaux fins CF, et inversement relié au diamètre de chute
du matériau du lit d50.
L'équation suivante a été élaborée pour prédire la réponse d'un système au
changement d'un ou plusieurs des paramètres listés ci-dessus:

Qs ∼ [(Gma x D x S) x W x U] / (d50/CF) = (Gma x Q x S) / (d50/CF)

• CF = concentration en matériaux fins


• D = profondeur d'écoulement
• d50 = diamètre de chute médian pour le matériau du lit

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 65
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• Gma = masse spécifique de l'eau
• Q = débit liquide
• Qs = débit solide
• S = pente du cours d'eau
• U = vitesse moyenne d'écoulement
• W = largeur du cours d'eau
Si Gma est supposé constante et la concentration en matériaux fins est incorporées
dans le diamètre de chute, la relation ci-dessus revient à l'équivalent de la formule de
Lane énoncée ci-dessus.

Cependant, les données disponibles à l'heure actuelle sur la zone d'étude ne


permettent pas d'utiliser ces formules. Il serait cependant possible d'estimer le
transport solide de façon grossière en utilisant la formule développée par G.J.
Chakrapani (Factors controlling variations in river sediment loads, Current Science,
Vol.88, No.4, 25 February 2005, p.569-575) où le transport solide dépend du relief du
bassin consideré, de sa surface et de la température:

Qs = α.R3/2.A1/2.ekT

• Qs = transport solide (kg/s)


• R = différence (m) d'altitude entre le point le plus élevé du bassin et le point
d'évacuation du débit
• A = aire du bassin (km2)
• T = température moyenne de surface (°C)
• α, k = constantes (valant respectivement 0.1331 et 2.10-5)
Il faut noter cependant que les résultats fournis par cette formule sont très généraux et
ne fournissent qu'une estimation grossière du transport solide de long terme (une
seule station de relevé de température à Laâyoune, imprécisions de l'estimation de la
différence d'altitude à partir de cartes topographiques, etc.). Des mesures précises de
distribution de tailles des particules, de concentration des sédiments et de débits sont
requises sur chaque sous-bassin versant pour obtenir des valeurs fiables.

Cette étude, comme de nombreuses autres études d'aménagement hydrotechnique,


bute en effet sur le problème du manque ou du nombre réduit de données relatives au
transport solide.

Deux approches différentes sont généralement utilisées pour palier ce problème:

• Développer des modèles généraux (nombreux basins versants voisins) pour


estimer le transport solide au niveau d'un site dépourvu de station de mesure.
Les limites de la présente étude empêchent d’adopter cette demarche qui
relève plus du domaine de la recherche.
• Développer un modèle spécifique au bassin étudié servant à combler les
lacunes des mesures et à étendre la série existante en fonction du débit liquide
parfois mesuré. L'approche méthodologique consiste alors à rechercher un
modèle régressif pouvant expliquer le débit solide par le débit liquide en
étudiant cette relation à différentes échelles : annuelles, saisonnières,
mensuelles et journalières pour trouver la meilleure relation représentative du

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 66
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
phénomène. Cependant, dans le cas présent, aucune donnée hydrométrique ni
granulométrique n’est disponible.
Par consequent, le Consultant recommande d’effectuer dès que possible des mesures
:

• de distribution de tailles des particules (analyse granulométrique)


• de concentration des sédiments (des mesures par saison sont requises)
• de débits
aux lieux-clé suivants : toutes les stations ne sont pas également susceptible de
rencontrer des problèmes de sédimentation. Les localisations les plus sensibles à ce
problème sont:

• les cours d'eau en tresses


• les changements dans la largeur du cours d'eau
• les ponts ou autres ouvrages en travers
• les sinuosités
• les changements brusques de la pente du cours d'eau
• les tronçons de cours d'eau longs et droits
• les points de confluence ou d'injection de débit
• les points de difluence
• à l'amont des réservoirs ou de structures de contrôle du niveau
• à l'aval des réservoirs
• à l'extrémité aval des affluents
Dans la mesure où des mesures peuvent être realisées dans la zone d’étude.

Dans le cas contraire, il est encore possible d’utiliser des méthodes de régionalisation,
c’est-à-dire appliquer au basin considéré un modèle de transport solide auparavant
determiné sur un autre basin de caractéristiques similaires.

La compréhension du phénomène du transport solide constitue une première étape


qui aidera les gestionnaires de barrages à minimiser le problème de l'alluvionnement.
Des actions de conservation des eaux et des sols tenant compte de l’nfluence de la
pente et de la lithologie (reboisement, correction torrentielle, aménagement des
parcours, etc) pourront alors être entreprises. Ailleurs au Maroc, de telles interventions
ont été intégrées dans des projets globaux d’aménagement des basins versants.

Cependant, concernant les cours d’eau du bassin du Sahara, il semble que la vitesse
d’écoulement des crues de l’amont vers l’aval, assez faible, et que les digues
naturelles existant dans les Oued, limitent la quantité des matériaux solides
transportés par les crues de l’Oued (ANZAR CONSEIL, 2006). Ansi, pour des crues de
période de retour de 2 ou 3 ans, on observe des dépôts de quelques centimètres de
matériaux fins, d’où un phénomène d’envasement et un volume de stockage perdu par
an minimes.

8. EVALUATION QUALITATIVE DES RESSOURCES EN EAU


Pour la zone d’étude, cet aspect est critique dans le contexte présent de débits
particulièrement faibles. Les paramètres fondamentaux déterminant la qualité des
eaux de surface sont l’ammonium, le phosphore, les bactéries du type E. Coli, la BOD,

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 67
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
ainsi que la salinité. Les processus de degradation doivent également être pris en
compte (par exemple ammonium <> nitrate, oxygène <> BOD, sédimentation du
phosphore décrite par l’équation de Vollenweider, etc.).

En l’absence de données de base suffisamment étayées, le Consultant ne peut, à ce


stade, que formuler des recommandations sur les normes et procédures d’évaluation
de la qualité des eaux.

Le niveau de qualité (ou de pollution) des eaux relève de plusieurs paramètres que
sont le taux d’oxygène, le taux de matières organiques, le taux de nutriments, le taux
de substances toxiques, et le niveau bactériologique. Les normes standard
correspondantes en vigueur au sein de l’Union Européenne et de la Banque Mondiale
sont présentées dans le tableau suivant :

Tableau 21 – Niveaux de qualité de l’eau en vigueur au sein de l’Union Européenne et de


la Banque Mondiale, et taux correspondants

Do BOD Ammonium Nitrate Phosphate Conductivité E.coli


Niveau mg/l mg/l mg N/l mg No3/l mg P/l mS/cm Co/100ml
1 8 2.5 0.25 <5 <0.02 >0.5 20
2 7 4 0.6 5 – 10 0.02 – 0.06 0.5 – 1 200
3 6 6 1.3 Oct-20 0.06 – 0.1 1 – 1.5 2000
4 5 8 2.5 20 – 30 0.1 –0.5 1.5 – 2.0 20 000
5 2 15 9 30 - 40 0.5 – 1.0 2.0 – 2.5 -
6 >2 >15 >9 >40 > 1.0 >2.5 -

L’evaluation de la qualité d’un cours d’eau s’effectue par comparaison à un état de


référence, à définir dans chaque bassin versant, et relève du domaine de la chimie, de
la physique et de la biologie, avec trois composantes majeures :

• physico-chimie
• écologie
• hydromorphologie.
Ils relèvent aussi de l'écologie du paysage, à l'échelle des bassins versants et pour les
aspects souterrains des « masses d'eau ». Pour les eaux de surface, on peut
également décrire la qualité physique de tronçons fonctionnellement homogènes de
cours d'eau en évaluant les composantes physiques de leurs éléments :

• lit majeur (plaine d'inondation)


• lit mineur
• berges et ripisylves
• hydrologie.
Par ailleurs, l’Union Européenne a définit dans sa Directive-Cadre sur l’Eau une liste
de 33 substances prioritaires. La proposition couvre 41 substances chimiques ou
groupes de substances - dont les 33 substances prioritaires et 8 autres substances -
parmi lesquels le cadmium, le plomb, le mercure, le nickel et leurs composés, le
benzène, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ou encore le DDT total.
Parmi les substances prioritaires, 13 sont classées comme dangereuses. Les normes
de qualité environnementale envisagées sont des limites de concentration, c'est-à-dire
que la quantité dans l'eau des substances concernées ne doit pas dépasser certains
seuils. Deux types de normes sont proposés :

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 68
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• la quantité moyenne de la substance considérée, calculée sur une période d'un
an. Cette norme vise à garantir la qualité à long terme du milieu aquatique.
• la concentration maximale admissible de la substance, mesurée de manière
ponctuelle. Cette seconde norme vise à limiter les pics de pollution.
9. RECOMMANDATIONS
La prise en compte des demandes multisectorielles (domestique, industrielle,
agriculture, environnementale…) ainsi que des règles de priorité entre chacune de ces
utilisations, requièrent une réflexion globale à l’échelle du bassin versant qui intègre
les facteurs techniques, économiques, sociaux et politiques dans un outil de
communication et d’aide à la décision pour la gestion de la ressource en eau. Le
Consultant recommande donc pour les missions 3 et 4 d’utiliser un modèle d’allocation
des ressources en eau qui permettra autant que possible de tenir compte de toutes les
caractéristiques de la distribution de la ressource en eau : réseau hydrographique,
sous-bassins versants, usagers, barrages, canaux d’amenée, eaux souterraines,
transformations pluie-débit et éventuellement qualité des eaux.

En effet, dans la situation présente de raréfaction de la ressource en eau, des conflits


peuvent potentiellement survenir quant à la manière de distribuer l’eau en un lieu
donnée (un “noeud” en termes de modélisation) auquel plusieurs utilisateurs sont
connectés. Un certain nombre de règles, existantes ou à définir, peuvent être utilisées
et combinées pour fournir des scénarios de gestion intégrée de la ressource qui
maximisent l’intérêt collectif.

Par exemple, pour les eaux de surfaces, des priorités strictes ou partagées, ou une
combinaison des deux, peuvent être utilisées. Pour des priorités strictes en un point
donné, l’utilisateur de plus haut degré de priorité verra sa demande entièrement
satisfaite (si un volume suffisant est disponible) avant que le second utilisateur puisse
être desservi à partir du volume restant, et ainsi de suite pour les noeuds suivants.
Dans le cas des priorités partagées, chaque utilisateur reçoit une part de la ressource
disponible. Une combinaison de ces deux types de priorités est utile dans le cas d’un
utilisateur recevant l’eau de plusieurs sources.

Pour les eaux souterraines, chaque utilisateur a le même niveau de priorité dans la
mesure où la quantité d’eau disponible est fonction des taux réels de pompage.

Ce système de priorités peut enfin être supplanté par des allocations publiques
correspondant à des utilisateurs souscrivant à des licences de prélèvement qui
peuvent être limitées dans le temps. A condition que des données suffisantes sur les
types et l’importance des demandes présentes et à venir existent, la modélisation peut
aider à clairement spécifier les conditions de licences de droits d’usage.

Par ailleurs, une modélisation fine de tous les barrages de la zone (existants et
prévus) est à la base d’un tel modèle d’allocation des ressources. A partir de la
relation niveau-surface-volume de chaque réservoir (incluant leurs caractéristiques
physiques : nombre et dimensions des prises et évacuateurs de crue, precipitations,
evaporation, pertes par infiltration, etc.), le Consultant se propose de définir, en
coordination étroite avec le Maître d’Ouvrage et les divers partenaires, une courbe de
règles opérationnelles pour une consommation optimale de la ressource (irrigation,
AEP, etc.) en fonction de niveaux de priorités. Le type de résultat en découlant prend
la forme de courbes donnant les volumes de stockage, niveaux et lâchers requis à tout
moment, en fonction du niveau d’eau existant, de la période de l’année, de la
demande ou encore des apports attendus (par exemple le niveau optimal en-dessous
duquel l’AEP devient prioritaire face à l’irrigation). Durant les périodes de sècheresse,
les lâchers peuvent être réduits à d’un certain facteur pour chaque niveau d’eau

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 69
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
critique ou chaque utilisateur à l’aval, modifiant ainsi les règles opérationnelles du
barrage.

Enfin, les interactions possibles entre chaque barrage collinaire, present et planifié,
seront prises en compte dans la definition de règles pouvant par la suite faire partie
d’un plan de gestion coordonnée des barrages.

Sous reserve que les données d’entrée requises seront bien disponibles, cet outil, lié à
un système SIG, apportera donc une contribution appréciable aux activités suivantes :

• Analyse de demandes multisectorielles


• Optimisation de la gestion de la ressource en eau
• Etude de qualité des eaux (éventullement, en fonction des données
disponibles)
• Gestion de la sécheresse
• Management environnemental
• Gestion des manœuvres quotidiennes
• Etudes hydrologique et hydraulique globale
• Planification des actions sur un bassin versant
• Communication et visualisation.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 70
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

10. ANNEXES

ANNEXE 1 : Fiche technique du barrage Saquia El Hamra

Les caractéristiques principales du barrage sont comme suit :


- Situation : X=679800 m ; Y = 3005600 m
- Bassin versant : 35500 km2
- Crue projet : 876 m3/s
- Apport moyen : 19.5 Mm3/an
- Type : Digue zonée
- Matériaux fins : Graviers argileux
- Date de mise en service : 1995
- Côte de Retenue Normale (RN) : 24.00 NGM
- Côte des Plus Hautes Eaux (PHE) : 27.50 NGM
- Longueur en crête : 692 m
- Largeur en crête : 12 m
- Surface à Retenue Normale : 3000 Ha
- Capacité de stockage : 110 Mm3
- Pente du Talus Amont : 3 H/1 V
- Pente du Talus Aval : 3 H/1 V
- Hauteur maximale sur fondation : 14 m
- Hauteur maximale sur T.N : 12.50 m
- Volume du corps du Barrage : 500.000 m3
Evacuateur de crues
- Type : Seuil libre
- Implantation : sur la rive droite de la digue
Vidange de fond
- Type : Conduite en acier enrobée dans le béton
- Implantation : Rive gauche
- Section : 0,800m
- Contrôle par conduite : Vanne papillon disposée à l'aval
- Coût de l'opération : 60 MDH

La zone du barrage Saquia El Hamra est dominée par une formation molassique tabulaire
d'âge Plioquaternaire (Moghrébien) constituée par une succession de calcaires
lumachélliques marno-calcaires, grès calcareux et marnes. Au droit du site, la fondation est
constituée par une alternance de niveau tendres (marnes, calcaires marneux) et niveaux
dures (calcaires lumachélliques, et grès calcareux). Les berges sont constituées par les
calcaires lumachélliques, grès calcareux et marno-calcaires. Le fond de la vallée est tapissé
par une couche de limons argileux brune à beige dur l’épaisseur dépasse 20 m avec
quelques passages de sables argileux. L'ensemble de ces formations repose sur un
substratum marneux du miocène d'épaisseur importante.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 71
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ANNEXE 2 : Fiche technique du lac collinaire Maktaâ Haouza

I – La retenue

La retenue du lac de Maktaâ Haouza est limitée par la cote 142.8 m et elle s’étale sur une
superficie de 17025 m2.
Les talus de la retenue ont une pente de 1V/2H et leur base se trouve à la cote 139.5 m. Cette
retenue a une largeur au niveau du corps du barrage de 64 m et une longueur suivant son axe
principal de 198 m.

II – La digue principale
- Hauteur : 5.6 m
- Longueur : 64 m
- Largeur en crête :3m
- Largeur à la base : 198 m
III – L’évacuateur de crue

L’évacuateur de crue se situe vers la rive droite sur une longueur de 15 m.


La protection et l’imperméabilisation de l’évacuateur de crue est assurée par :
- Deux voiles en béton armé de 20 cm d’épaisseur des deux cotés de l’évacuateur ;
- La mise en place sur la partie supérieure des gabions d’une dallette de 10 cm
d’épaisseur,
armée par un treillis soudé T6 ;
- Une couche de RipRap D50=200 d’épaisseur sur une distance de 50 m.
IV– La digue de protection
- Hauteur :1m
- Largeur en crête :3m
- Largeur à la base :7m
V– Le chenal d’amenée
- Largeur : 40 m
- Longueur : 150 m
- Largeur du radier : 36 m
- Profondeur :1m
- Pente : 2H/1V

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 72
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ANNEXE 3 : Fiche technique du lac collinaire de Rbeib Lamghader

I – La retenue
La retenue du lac de Rbeib Lamghader est limitée par la cote 188 m et elle s’étale sur une
superficie de 17400 m2.
Les talus de la retenue ont une pente de 2H/2V et leur base se trouve à la cote 184 m. Cette
retenue a une largeur au niveau du corps du barrage de 76 m et une longueur suivant son axe
principal de 177 m.
II – La digue principale (figure 2)
- Hauteur : 5.6 m
- Longueur : 76 m
- Largeur en crête :3m
III – L’évacuateur de crue

En raison de la topographie plate à l’aval de la digue, Il a été décidé de réaliser un évacuateur de


crue latéral situé sur la rive gauche à 30 m à l’amont de la digue.
L’évacuateur est dimensionné pour un débit de 21 m3/s pour une longueur déversante de 30 m.
La protection du déversoir consiste en la réalisation de deux murs en béton armé et des
enrochements.
Le seuil de l’évacuateur est réalisé par des gabions pour assurer la stabilité de l’évacuateur.

Coupe transversale de la digue du lac collinaire de Rbeib Lamghader

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 73
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

ANNEXE 4 : Liste des sites des barrages inventoriés au niveau des provinces relevant du bassin hydraulique du
Sahara

Province Site Oued Commune Centre le plus proche Coordonnées Objectifs


X= 763,892 Y= 3023,959
Site de Oued Centre de la commune
Oued Ouinaght Hagounia Z= 200 AEP rural et abreuvement du cheptel
Ouinaght rurale Hagounia
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 705,446 Y= 3040,025
Site de Oued Centre de la commune
Oued Bouir Daoura Z= 50 AEP rural et abreuvement du cheptel
Bouir rurale Daoura
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 707,200 Y= 2949,900
Site de Oued Centre de la commune
Oued Chouc Dcheira Z= 170 AEP rural et abreuvement du cheptel
Chouc rurale Dcheira
Carte à l'échelle 1/100 000
Laayoune
X= 810,321 Y= 3011,255
Oued El Oued El
Akhfenir Akhfenir AEP rural et abreuvement du cheptel
Ougadia Ougadia
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 799,144 Y= 3111,880
Oued Khaoui Oued Khaoui
Akhfenir Akhfenir AEP rural et abreuvement du cheptel
Laghouna Laghouna
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 800,018 Y= 3112,690
Oued Al
Oued Al Ghaba Akhfenir Akhfenir AEP rural et abreuvement du cheptel
Ghaba
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 512,000 Y= 2724,000
Oued Craa Oued Craa Bir Anzarane Village de pêche Lacraa Z= 60 AEP du village de pêche Lacraa
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 561,000 Y= 2597,000
Oued Bir Anzarane ancien
Laataytabie Bir Anzarane Z= 250 AEP rural et abreuvement du cheptel
Laataytabie centre
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 349,613 Y= 2607,150
Wayn Oued Wayn Bir Anzarane ancien
Bir Anzarane Z= 276 AEP rural et abreuvement du cheptel
Fargane Fargane centre
Oued Carte à l'échelle 1/100 000
Eddahab X= 494,654 Y= 2603,319
Bir Anzarane ancien
Fares Oued Fares Bir Anzarane Z= 240 AEP rural et abreuvement du cheptel
centre
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 402,548 Y= 2554,376
Maghder Village de pêche
Oued Togba Imlili Z= 108 AEP rural et abreuvement du cheptel
Togba Labouirda
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 425,250 Y= 2473,100
Oudei Bir Anzarane ancien
Oudei Tamate Imlili Z= 175 AEP rural et abreuvement du cheptel
Tamate centre
Carte à l'échelle 1/100 000

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 74
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Province Site Oued Commune Centre le plus proche Coordonnées Objectifs


X= 446,714 Y= 2477,482
Maghder
Oudei Sfa Aousserd Aousserd Z= 192 AEP rural et abreuvement du cheptel
Oudei Sfa
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 451,000 Y= 2474,300
Hnouk Oued
Oued Laabd Aousserd Aousserd Z= 188 AEP rural et abreuvement du cheptel
Laabd
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 493,000 Y= 2470,000
Maatallah Maatallah Aousserd Aousserd Z= 237 AEP rural et abreuvement du cheptel
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 550,000 Y= 2482,083
Boularyah Oued Aghailas Aousserd Aousserd Z= 250 AEP du centre d'Aousserd
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 520,000 Y= 2510,520
Boulaoutade Boulaoutade Aousserd Aousserd Z= 253 AEP du centre d'Aousserd
Carte à l'échelle 1/100 000
Aousserd
X= 553,735 Y= 2500,215
Laglate Oued Janna Aousserd Aousserd Z= 286 AEP du centre d'Aousserd
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 523,600 Y= 2451,000
Sdar
Fadrat Lakhchab Tichla Tichla Z= 210 AEP rural et abreuvement du cheptel
Lahouida
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 469,955 Y= 2421,136
Oued Agglat Oued Agglat
Tichla Tichla Z= 210 AEP rural et abreuvement du cheptel
Ntajat Ntajat
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 370,000 Y= 2441,207
Hnouk Bir
Oued Tagndazt Lamhiriz Z= 78 AEP rural et abreuvement du cheptel
Tagndazt Guendouz
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 371,524 Y= 2482,344
Hnouk Bir
Oued Aounine Lamhiriz Z= 67 AEP rural et abreuvement du cheptel
Aounine Guendouz
Carte à l'échelle 1/100 000

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 75
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Province Site Oued Commune Centre le plus proche Coordonnées Objectifs


X= 373,823 Y= 2494,800
Hnouk Oued Tbarkallah Bir village de pêche de Ain
Z= 75 AEP rural et abreuvement du cheptel
Tbarkallah et Oum Aamoud Guendouz Baida
Carte à l'échelle 1/100 000
Aousserd
X= 382,929 Y= 2516,061
Hnouk Oudyanne Bir village de pêche de Ain
Z= 91 AEP du Ain Baida
Ghareg Ghareg Guendouz Baida
Carte à l'échelle 1/100 000
X= -85,400 Y= 131,350
AEP rural, abreuvement du cheptel,
Oued Reguibi Oued Reguibi Abatteh Abatteh Carte à l'échelle 1/100 000
irrigation et protection de la RR 1300.
X= -129,650 Y= 125,800
Rbyeb Oued Rbyeb Chbeika Chbeika Z= 157 AEP rural et abreuvement du cheptel
Carte à l'échelle 1/100 000
Tantan
Oued Oum situé au sud de la ville de Tantan et à
Oum Fatma Chbeika Chbeika AEP rural et abreuvement du cheptel
Fatma 8Km du pont de oued Oum Fatma

Aabar Oued Aabar Abatteh Abatteh situé au sud de la ville de Tantan AEP rural et abreuvement du cheptel

Aménagement d’une dépression et


depression à la La municipalité de Boujdour,
Boujdour Boujdour Ville de Boujdour protection de la partie Sud de la ville
ville de Boujdour Province de Boujdour
de Boujdour
X= 767,000 Y= 2780,000
Gueltat
Oued Fayda Oued Fayda Gueltat Zemmour Z= 488 AEP rural et abreuvement du cheptel
Zemmour
Carte à l'échelle 1/100 001
Boujdour
X= 751,000 Y= 2860,000
Khang Gueltat
Oued Aoulitis Gueltat Zemmour Carte à l'échelle 1/100 000 AEP rural et abreuvement du cheptel
Santamat Zemmour
X= 512,000 Y= 2948,000
Lcraa Oued Craa Jraifia Village de pêche Lacraa Z= 61 AEP rural et abreuvement du cheptel
Carte à l'échelle 1/100 000
X= 225,000 Y= 2970,000
Sakia El Oued Sakia El
Haouza Haouza Z= 140 AEP rural et abreuvement du cheptel
Hamra Hamra
Carte à l'échelle 1/100 000
Smara
AEP rural, abreuvement du cheptel
Oued
Oued Selouane Haouza ville de Smara situé au Nord de la ville de Smara et protection de la ville contre les
Selouane
inondations

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 76
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

Figure A1

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 77
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure A2

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 78
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure A3

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 79
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Figure A4

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 80
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
Liste des 33 substances prioritaires identifiées dans la Directive-Cadre sur l’Eau

• Alachlore
• Anthracène
• Atrazine
• Benzène
• Benzo(a)pyrène
• Benzo(b)fluoranthène
• Benzo(g, h, i)pérylène
• Benzo(k)fluoranthène
• Cadmium
• Chlorfenvinphos
• Chloroalcanes C10-13
• Chloroforme
• Chlorpyrifos
• Décabromodiphényléther
• Di(2-éhylhexyl)phtalate
• Dichlorométhane
• 1,2-Dichloroéthane
• Diuron
• Endosulfan et α-endosulfan
• Fluoranthène
• Hexachlorobenzène
• Hexachlorobutadiène
• Hexachlorocyclohexanes et Lindane
• Indéno(1, 2, 3-cd)pyrène
• Isoproturon
• Mercure et ses derives
• Naphtalène
• Nickel
• Nonylphénol et 4-para-nonylphénol ramifié
• Octabromodiphényléther
• Octylphénol et para-tert-octylphénol
• Pentabromodiphényléther
• Pentachlorobenzène
• Pentachlorophénol
• Plomb et ses composes
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 81
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara
• Simazine
• Tributylétain
• Trichlorobenzènes et 1,2,4-trichlorobenzène
• Trifluraline

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-
Royaume du Maroc 82
Direction de la Région Hydraulique du Sahara
Etude du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Sahara

11. BIBLIOGRAPHIE
• Etude Hydrogéologique Du Complexe Aquifère Du Basin Du Sahara 07/2005
• World Meteorological Organisation (1986) ‘Manual for Estimation of Probable
Maximum Precipitation’ WMO-No:332
• Soil Conservation Service (1986). Urban hydrology for small watersheds,
Technical Release 55. USDA, Springfield, VA.
• Skaggs, R.W., and Khaleel, R. (1982). Infiltration, Hydrologic modeling of
small watersheds. American Society of Agricultural Engineers, St. Joseph, MI.
• Margat, J. (2002). La sédimentation des réservoirs et ses conséquences sur
la maîtrise des ressources en eau dans le monde.
• Chakrapani, G.J. (2005). Factors controlling variations in river sediment
loads, Current Science, Vol.88, No.4, 25 February 2005, p.569-575.
• Erosion and Sedimentation Manual, Chapter 7: River Processes and
Restoration, by Randle T. J., Boundry J. A., Makar P. W., Fotherby L. M.,
Bauer T. R., Murphy P. J.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES


Volume 2: Ressources en eau de surface – version prédéfinitive-

Vous aimerez peut-être aussi