Vous êtes sur la page 1sur 44

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université de Tunis El Manar


Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis

Département Génie civil


Module : Béton Armé

Mémoire Béton Armé

Travail élaboré par : ANEN Taha

Encadré par : Madame Wiem BENHASSINE

Année Universitaire 2019-2020


Table des matières

Liste des figures vi

Liste des tables vii

Introduction 1

1 Plan architectural et conception 2

1.1 Conception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

1.2 Modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

2 Caractéristique des matériaux et évaluation des charges 4

2.1 Caractéristique des matériaux et hypothèse de calcul . . . . . . . . . . . . 4

2.1.1 Caractéristiques des matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

2.1.2 Hypothèse de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

2.1.3 Méthode de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

2.1.3.1 Méthodes : Caquot et forfaitaire . . . . . . . . . . . . . . 5

2.1.3.2 Méthode de bielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

2.2 Évaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

2.2.1 Évaluation des charges permanentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

2.2.1.1 Plancher intermédiaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

2.2.1.2 Plancher terrasse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

2.2.2 Évaluation des charges exploitations . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

ii
3 Plancher en corps creux 8

3.1 Étude d’une poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

3.1.1 Données de calcul d’une poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

3.1.1.1 Pré dimensionnement de la section de la poutre . . . . . . 9

3.1.1.2 Charges permanentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

3.1.1.3 Charges d’exploitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

3.1.2 Méthode de calcul des moments et des efforts tranchants . . . . . . 10

3.1.3 Calcul des sollicitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

3.1.3.1 Évaluation des moments fléchissants . . . . . . . . . . . . 10

3.1.3.2 Évaluation des efforts tranchants . . . . . . . . . . . . . . 11

3.1.4 Calcul du ferraillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

3.1.4.1 Armatures longitudinales . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

3.1.4.2 Armatures sur appui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

3.1.4.3 Armatures transversales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

3.1.4.4 Ferraillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

3.1.4.5 Ferraillage à laide du Robot . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

3.1.5 Vérification des armatures longitudinales à l’ELS . . . . . . . . . . 17

3.1.6 Vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

3.2 Étude d’une nervure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

3.2.1 Données de calcul d’une nervure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

3.2.1.1 Pré dimensionnement de la section de la nervure . . . . . 18

3.2.1.2 Charges permanentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3.2.1.3 Charges d’exploitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3.2.2 Calcul de sollicitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

iii
3.2.2.1 Evaluation des moments fléchissant . . . . . . . . . . . . 20

3.2.2.2 Évaluation des efforts tranchants . . . . . . . . . . . . . . 21

3.2.3 Ferraillage de la nervure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

3.2.3.1 Armatures longitudinales de l’âme . . . . . . . . . . . . . 22

3.2.3.2 Armatures sur appui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

3.2.3.3 Armatures transversales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

3.2.4 Vérification des armatures longitudinales à l’ELS . . . . . . . . . . 24

3.2.5 Vérification de la flèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

3.2.6 Schéma de ferraillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

4 DIMENSIONNEMENT DES POTEAUX 27

4.1 Evaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

4.1.1 Pré dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

4.1.2 Descente de charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

4.2 Ferraillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

4.2.1 Armatures longitudinales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

4.2.2 Armatures transversales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

4.3 Schéma de ferraillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

5 DIMENSIONNEMENT DES FONDATIONS 31

5.1 Évaluation des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

5.2 Dimensionnement de la semelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

5.2.1 Dimensionnement des armatures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

5.3 Dimensionnement du gros béton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

5.4 Schéma de ferraillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

Conclusion 33

iv
Liste des figures

1.1 Plan de rez de chaussée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

1.2 Plan de 1ère étage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

1.3 Modélisation en 3D des structures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

2.1 Méthode de bielles [1] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

3.1 Poutre à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

3.2 Modélisation mécanique de la poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

3.3 Section de la poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

3.4 Calcul des moments par la méthode forfaitaire . . . . . . . . . . . . . . . . 10

3.5 Calcul des moment par la méthode forfaitaire . . . . . . . . . . . . . . . . 11

3.6 Ferraillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

3.7 Ferraillage de 1ère travée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

3.8 Ferraillage de 2ème travée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

3.9 Ferraillage de 3ème travée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

3.10 Plancher terrasse 16+5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3.11 Section en T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3.12 Cas des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

3.13 Cas des charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

v
3.14 Section sur appui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

3.15 Ferraillage de la nervure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

4.1 Plan de rez de chaussée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

4.2 Charges appliquées sur une poutre hyperstatique [1] . . . . . . . . . . . . . 28

4.3 Ferraillage de poteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

5.1 Ferraillage de la semelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

5.2 Ferraillage de la semelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

vi
Liste des tableaux

2.1 Charges permanentes pour plancher intermédiaire (16+5) . . . . . . . . . . 7

2.2 Charges permanentes pour plancher terrasses (16+5) . . . . . . . . . . . . 7

3.1 Choix de la méthode de calcul de la poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

3.2 Moment en travée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

3.3 Moment sur appui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

3.4 Effort tranchant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

3.5 Choix de la méthode de calcul de la poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3.6 Moment sur appui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

vii
viii
Introduction

Ce mémoire entre dans le cadre de formation des élèves ingénieurs de Génie Civil, il nous
permet de faire une synthèse des connaissances requises dans le cours de béton armé (I
et II) et de les appliquées sur un exemple pratique.
Dans ce projet de mémoire, je vais commencer par la partie conception ainsi que
des normes et des hypothèses sur lesquelles je vais m'appuyer dans les dernières

parties pour établir le dimensionnement d’une nervure continue, une poutre hyperstatique
continue, un poteau et une semelle.

1
Chapitre 1

Plan architectural et conception

1.1 Conception

Il s’agit d’un hébergement (R+1), la conception du plan de coffrage se base bien évidem-
ment sur le plan architectural fourni par l’architecte. En effet, pour bien concevoir notre
structure je suis basé sur les critères suivants :

— Respecter les plans architecturaux pour conserver l’aspect architectural et esthé-


tique du bâtiment.
— Assurer la stabilité et la rigidité de la structure.
— Assurer une bonne fonctionnalité des locaux.
La conception des plans de coffrage se fait à l’aide du logiciel AutoCAD (fig : 1.1 et fig
1.2)

Figure 1.1 – Plan de rez de chaussée

2
Figure 1.2 – Plan de 1ère étage

1.2 Modélisation

Au cours de cette étape, on a eu recours à l’emploi de deux logiciels vu la diversité des


éléments de structure.
— Pour l’évaluation de la descente de charge, on a utilisé le module « ROBOT DDC
v.14.5 »
— Pour le dimensionnement des poteaux,poutre et semelle on a utilisé «Robot Mil-
lennium v.16.5 »
Ci-dessous(fig : 1.3) une modélisation en 3D des structures

Figure 1.3 – Modélisation en 3D des structures

3
Chapitre 2

Caractéristique des matériaux et


évaluation des charges

2.1 Caractéristique des matériaux et hypothèse de


calcul

2.1.1 Caractéristiques des matériaux

•Béton :
— Dosage en ciment : 350 Kg/m3
— La résistance caractéristique à la compression à 28 jours : fc28= 25 MPa
— La résistance caractéristique à la traction à 28 jours : ft28=0.6+0.06fc28= 2.1 MPa.
— Le module de déformation longitudinale instantanée : Ei=11000×(f c28)3÷2 = 32164.2
MPa
— Le module de déformation différée : Ev=3700×(f c28)3÷2 = 10818.87 MPa
f c28
— La résistance de calcul de béton : fbu=0,85× = 14.17 MPa
1, 5
— La contrainte limite de compression du béton : σbc = 0,6fc28= 15MPa
— Le poids volumique du béton armé : γ= 25 KN/m3
— Le coefficient partiel de sécurité pour le béton : γb = 1.5
— le coefficient prenant en compte la durée d’application des charges : θ= 1 si t > 24
heures

4
•Aciers destinés aux armatures longitudinales :
— Le coefficient partiel de sécurité pour les aciers : γs = 1.15
— La limite d’élasticité pour les barres haute adhérence FeE400 = 400 MPa
— Le module d’élasticité : Es=2.105 MPa
— Le coefficient de fissuration : η= 1.6
— Le coefficient de scellement : ψs = 1.5
• Aciers destinés aux armatures transversales :
— La limite d’élasticité pour les ronds lisses FeE235= 235MPa
— Le coefficient partiel de sécurité pour les aciers : γs = 1.15
— Le module d’élasticité : Es=2.105 MPa
— Le coefficient de fissuration : η= 1
— Le coefficient de scellement : ψs = 1

2.1.2 Hypothèse de calcul

— Le dimensionnement sera effectué conformément aux règles du BAEL91.


— L’enrobage des armatures sera égal à 3cm.
— La fissuration sera considérée comme peut préjudiciable pour la superstructure
et préjudiciable pour le dimensionnement des semelles.
— Sans reprise de bétonnage.
— Les coefficients de pondération des charges :
À L‘ELU γG = 1.35 et γQ = 1.5
À L’ELS γG = 1 et γQ = 1 ou 0

2.1.3 Méthode de calcul

2.1.3.1 Méthodes : Caquot et forfaitaire

Ces méthodes sont utilisées notamment dans le calcul des moments ou des efforts
tranchants dans les poutres et les nervures continues.
Cependant, l’emploi de ces méthodes n’est possible qu’après avoir vérifié la satis-
faction des conditions suivantes :
— q < 2g et Q ≤ 5 KN/m2
— Les sections transversales de toutes les travées ont la même inertie

5
— Le rapport des portées successives sont compris entre 0.8 et 1.25
— La fissuration ne compromet pas la tenue du B.A ni de ses revêtements (Fissu-
ration Peu Préjudiciable FPP)
• La méthode forfaitaire est applicable lorsque toutes les conditions énumérées ci-
dessus sont vérifiés. En effet, cette méthode consiste à l’évaluation des valeurs
maximales des moments en travées et sur appuis, et de même pour l’effort tran-
chant maximal comme des fractions fixées forfaitairement de la valeur maximale
du moment fléchissant M0 et de l’effort tranchant V0 de la poutre isostatique équi-
valente.
• La méthode de Caquot est applicable lorsque toutes les conditions sont vérifiées
sauf la condition « q < 2g et Q ≤ 5 KN/m2 ». En effet, La méthode de Caquot
stipule que chaque travée doit être étudiée indépendamment, elle permet donc de
transformer l’étude d’un système hyperstatique complexe en un système isosta-
tique simple. Les détails de cette méthode seront explicités dans la paragraphe
(3.2) lorsqu’on va étudier une nervure hyperstatique

2.1.3.2 Méthode de bielles

Il est d’usage courant d’appliquer pour le calcul des semelles sur sol une méthode
simple dite : méthode des bielles(fig : 2.1), qui suppose que les charges appliqués
aux semelles par les poteaux sont transmises au sol par des bielles obliques qui
déterminent à la base des semelles des efforts de traction qui doivent être équilibrées
par des armatures.

Figure 2.1 – Méthode de bielles [1]

6
2.2 Évaluation des charges

2.2.1 Évaluation des charges permanentes

Les planchers traditionnels de type corps creux (16+5) se diffère par la nature du
plancher (terrasse ou intermédiaire) et par suite les charges permanentes qui leurs
sont appliquées se diffèrent comme indiqué ci-dessous :

2.2.1.1 Plancher intermédiaire

Table 2.1 – Charges permanentes pour plancher intermédiaire (16+5)


Produit Poids surfacique(kN/m2 )
Hourdis (16+5) 2.75
Revêtement 1.5
Enduit sous plafond (1.5cm) 0.3
Cloison légère (10cm) 0.5
Total G= 5.05

2.2.1.2 Plancher terrasse

Table 2.2 – Charges permanentes pour plancher terrasses (16+5)


Produit Poids surfacique (kN/m2 )
Hourdis (16+5) 2.75
Forme pente 2
Enduit sous plafond (1.5cm) 0.3
Etanchéité 0.9
Total G= 5.95

2.2.2 Évaluation des charges exploitations

On considère les charges d’exploitations dans les calculs comme suit :


— Terrasse non accessible : 1 kN/m2
— Terrasse accessible : 1.5 kN/m2

7
Chapitre 3

Plancher en corps creux

3.1 Étude d’une poutre


On étudiera explicitement un exemple de calcul d’un type de poutre(fig : 3.1) à
trois travées du plancher terrasse.

Figure 3.1 – Poutre à étudier

La poutre se calcule comme étant une poutre de section rectangulaire travaillant à


la flexion simple et soumise à l’action des charges permanentes et celles d’exploi-
tations(fig :3.2).

Figure 3.2 – Modélisation mécanique de la poutre

8
3.1.1 Données de calcul d’une poutre

3.1.1.1 Pré dimensionnement de la section de la poutre

Pour le pré dimensionnement de la section, il est judicieux de considérer la condition


suivante :
L L
— ≤h≤
14 12
— 0.3d ≤ b ≤ 0.5d
Avec :
— h : hauteur de la section de la poutre
— l : longueur de la travée de la poutre
— d = 0.9h
3.89 3.89
⇒ ≤h≤ ⇔ 0.44m ≤ h ≤ 0.50m , on adopte h = 45cm
14 12
⇒ On prendra b=22cm non seulement car elle satisfait la condition ci-dessus mais
en plus parce que c’est la largeur de poteau sur lequel s’appui cette poutre.
Ci-dessous(fig :3.3) les dimensions de la section de la poutre.

Figure 3.3 – Section de la poutre

3.1.1.2 Charges permanentes

g = 25×h×b + G×lpoutre + gacrotère = 25×0.45×0.22 + 5.95×6.58 + 2.5 = 44.126


kN/m

3.1.1.3 Charges d’exploitations

q = 1.5×lpoutre = 1.5×6.58 = 9.87 kN/m

9
3.1.2 Méthode de calcul des moments et des efforts tran-
chants

Table 3.1 – Choix de la méthode de calcul de la poutre


q=9.87 kN/m < 2g=88.252 kN/m Vérifié
Même section pour toutes les travées Vérifié
Le rapport des portées successives est compris entre 0.8 et 1.25 Vérifié
Fissuration peu préjudiciable Vérifié

Toutes les conditions sont vérifiées ⇒ Méthode forfaitaire

3.1.3 Calcul des sollicitations

3.1.3.1 Évaluation des moments fléchissants

Figure 3.4 – Calcul des moments par la méthode forfaitaire

Soit :
— Pu = 1.35g + 1.5q = 74,2212 kN/m
— Ps = g + q = 53,882 kN/m
q 9.87
— α= = = 0.182
q+g 9.87 + 44.126

Table 3.2 – Moment en travée


travée(m) M0i (kN.m) Mtravée (kN.m)
3.89 101,91 63,93
1.45 14,16 7,46
1.24 10,35 5,46

10
Table 3.3 – Moment sur appui
Appui Mappui
1 -21,05
2 -50,95
3 -5,66
4 -1,55

3.1.3.2 Évaluation des efforts tranchants

Figure 3.5 – Calcul des moment par la méthode forfaitaire

Table 3.4 – Effort tranchant


Appui V0i Vappui
1 144,36 144,36
2,d 144,36 158,79
2,g 53,81 59,19
3,d 53,81 59,19
3,g 46,01 50,61
4 46,01 46,01

3.1.4 Calcul du ferraillage

3.1.4.1 Armatures longitudinales


Mtravée,max 63.93 × 10−3
µ= = = 0.134 avec µA = 0.186
bd2 fbu 0.22 × 0.4052 × 13
Comme (µA > µ) =⇒ le pivot de calcul est A
On a ( µ < µu =0.3) =⇒Donc les aciers comprimés ne sont pas exigés A’=0.
• Section d’acier (Au ) :
Mtravée,max,
Au =
zσs
Avec :

11

α = 1.25(1- 1 − 2µ) = 0.180 =⇒ z =d (1-0.4α) = 0.375m
fe 400
σs = = = 347.82 MPa
γs 1.15
D’où
63.93 × 10−3
Au = = 4.9 cm2
0.375 × 347.82
⇒ On peut prendre 5HA12 = 5.65 cm2 > Au et 3HA10 acier constructive
•Condition de non fragilité
ft28
Amin ≥ 0.23bd
fs
2.1
=⇒ 0.23×22×40.5× = 1.07 cm2 =⇒ Amin <Au
400
Donc on adopte 5HA12 avec Au = 5.65 cm2

3.1.4.2 Armatures sur appui

• Appui 1
M1 21.05 × 10−3
µ= 2 = = 0.04 avec µA = 0.186
bd fbu 0.22 × 0.4052 × 13
Comme (µA > µ) =⇒ le pivot de calcul est A
On a ( µ < µu =0.3) =⇒Donc les aciers inférieurs comprimés ne sont pas exigés
A=0.
• Section d’acier (Au ) :
MB
Au =
zσs
Avec :

α = 1.25(1- 1 − 2µ) = 0.057 =⇒ z =d (1-0.4α) = 0.395m
fe 400
σs = = = 347.82 MPa
γs 1.15
D’où
21.05 × 10−3
Au = = 1.53 cm2
0.395 × 347.82
⇒ On peut prendre 2HA10 = 1.57 cm2 > Au
•Condition de non fragilité
ft28
Amin ≥ 0.23bd
fs
2.1
=⇒ 0.23×22×40.5× = 1.07 cm2 =⇒ Amin <Au
400
Donc on adopte 2HA10 avec Au = 1.57 cm2
De même :
— Appui 2 : Au = 3.81 cm2 ⇒ on prend 5HA10 = 3.93 cm2
— Appui 3 : Au = 1.07 cm2 ⇒ 1HA12 =1.13 cm2
— Appui 4 : Au = 1.07 cm2 ⇒ 1HA12 =1.13 cm2

12
3.1.4.3 Armatures transversales

•Vérification de l’état limite ultime du béton de l’âme


Vu = max( V1 , V2,g , V2,d , V3,g , V3,d , V4 ) = 158.79 kN
Vu
τu = = 1.782 MPa
b0 d
0.2fc28
τlim = min ( ; 5MPa) = 3.06 MPa
γb
⇒ Comme τu < τlim alors le béton de l’âme est vérifier à l’ELU
•Diamètre des armatures
h b0
φt ≤ min(φl ; ; ) ⇒ φt = 8mm
35 10
Soit At = 4HA8 = 2.01 cm2 ⇒ (Cadre+étrier) φt HA8
• Espacement entre les armatures
On suppose qu’il y a reprise de bétonnage donc K=0.
At b0 γs τu
( )min = = 0.125 cm2 /cm
st 0.9fe
2.01
⇒ st,max = 0.125 = 16.08 cm or st 6 min(0.9d ; 40cm) = 36.45 cm
⇒ st = 16 cm

3.1.4.4 Ferraillage

Ci-dessous le ferraillage de la poutre.

Figure 3.6 – Ferraillage

13
3.1.4.5 Ferraillage à laide du Robot

Ci-dissous(fig :3.7) ferraillage de 1ère travée (3.98m).

Figure 3.7 – Ferraillage de 1ère travée

14
Ci-dissous(fig :3.8) ferraillage de 2ème travée (1.45m).

Figure 3.8 – Ferraillage de 2ème travée

15
Ci-dissous(fig :3.9) ferraillage de 3ème travée (1.24m).

Figure 3.9 – Ferraillage de 3ème travée

Remarque
Clairement, on observe la différence entre le calcul manuel et les résultats donnés
par Robot. Cette différence est due au fait que la méthode forfaitaire surestime les
moments fléchissants et les efforts tranchants.

16
3.1.5 Vérification des armatures longitudinales à l’ELS

On a déjà calculé les sections à l’état limite ultime, on passe à la vérification de


ces sections à l’Etat Limite de Service (ELS). Le but de cette vérification est de
s’assurer de la stabilité de la poutre après exploitation du bâtiment.
On définit :
— La contrainte limite de compression du béton à l’ELS : σbc = 0.6fc28 = 15 MPa
fe
— La contrainte limite de traction de l’acier à l’ELS(FPP) : σs = = 347.82
γs
MPa
Dans notre cas, comme toutes nos travées ont le même ferraillage, il suffit de vérifier
la travée la plus sollicitée ⇔ la travée 1.
•Calcul du moment de service maximal en travée Mser
(g + q)l12
On a M01,s = = 101.918 kN.m
8
Mser = (0.6+0.15α)M01,s = 63.93 kN.m = 0.0639 MN.m
•Calcul de y1
by12
Déterminer y1 revient à résoudre l’équation suivante : + 15A’s (y1 +d’) -15As (d-
2
y1 ) = 0
Avec :
— As = 5.95 cm2
— A’s = 2.36 cm2
C’est une équation de la forme : Ay1 2 + By1 + C = 0
Avec :
— A = 0.11
— B = 0.12465
— C = -0.00504
⇒ ∆ = 0.018864 ⇒ y1 = 0.0384 m = 3.84 cm
•Calcul du moment d’inertie IGz
by 3
IGz = 1 + 15As (d-y1 )2 + 15A’s (y1 -d’)2 = 0.001203 m4
3
•Vérification
Mser
σbc = y1 = 2.04 MPa < σbc = 15MPa
IGz
⇒ Contrainte de béton comprimé Vérifiée
15Mser
σs = (d-y1 ) = 292.09 < σs = 347.82 MPa
IGz
⇒ Contrainte de l’acier tendu vérifiée

17
3.1.6 Vérification de la flèche

le règlement BAEL stipule que :


M l2
— La flèche relative aux déformations instantanées fi est définie par : fi =
10Ei If i
M l2
— La flèche relative aux déformations différées fv est définie par : fv =
10Ev If v
Avec :
I0 I0 1.75ft28 0.05ft28 2λi A
If i =1.1 ; If v =1.1 ; µ=1- ; λi = ; λv = ; ρ=
1 + λi µ 1 + λv µ 4ρσs + ft28 b0 5 b0 d
(2 + 3 )
b
σs =292.09 MPa ; ρ=0.00667 ; µ=0.6285
•Vérification de la flèche instantanée
Mser,i = Mg + Mq = 0,0639 MN.m
0.05ft28
λi = = 3.148
b0
(2 + 3 )
b
I0
If i = 1.1 = 44428.135 cm4 = 44428.135×10−8 m
1 + λi µ
Ei = 32130 MPa
M l2 l
⇒ fi = = 0.677 cm < fadm = = 0.778 cm ⇒ flèche instantanée vérifiée
10Ei If i 500
•Vérification de la flèche différée
Mser,v = Mg + ψ2 Mq = Mg + 0.4Mq = 0,0569 MN.m
0.05ft28
λv = = 1.2592
b0
(2 + 3 )
b
I0
If v = 1.1 = 73869.3023 cm4 = 73869.3023×10−8 m
1 + λi µ
Ev = 10710 MPa
M l2 l
⇒ fv = = 1.08 cm > fadm = = 0.778 cm ⇒ flèche différée n’est pas
10Ev If v 500
vérifiée y pour remédier à ce problème soit en change l’inertie de la poutre , soit
on fait appel à la notion de contre flèche pour compenser la flèche différée.

3.2 Étude d’une nervure

3.2.1 Données de calcul d’une nervure

3.2.1.1 Pré dimensionnement de la section de la nervure

Dans cette partie on va étudier le plancher terrasse (fig :3.10) avec L = 4.13 m.

18
Figure 3.10 – Plancher terrasse 16+5

L = 4.13 < 4.7 m ⇒ On travaillera avec un plancher 16+5(fig :3.11).

Figure 3.11 – Section en T

3.2.1.2 Charges permanentes

g = G×0.33 + gpoids,propre = 1.9635 kN/m

3.2.1.3 Charges d’exploitations

q = 1.5×0.33 = 0.495 kN/m

3.2.2 Calcul de sollicitation

Table 3.5 – Choix de la méthode de calcul de la poutre

19
q=0.99 kN/m < 2g=3.927 kN/m Vérifié
Même section pour toutes les travées Vérifié
Le rapport des portées successives est compris entre 0.8 et 1.25
Fissuration peu préjudiciable Vérifié

Toutes les conditions sont vérifiées ⇒ Méthode forfaitaire


Bien que toutes les conditions nous permettent de travailler avec la méthode for-
faitaire, nous allons adopter pour la nervure la méthode de Caquot.
Appelons la partie située à gauche de de l’appui B par Ouest (W), et la partie
située à droite par Est (E).

3.2.2.1 Evaluation des moments fléchissant

• Moment sur appui


0 3
PW lW + PE lE0 3
Mappui,intermédaire = - 0
8.5(lW + lE0 )
Mappuis,rive = -0.15M0
Avec :
— l’ = l ; s’il s’agit d’un appui rive
— l’ = 0.8l ; s’il s’agit d’un appui intermédiaire
— M0 : Moment isostatique
Ci-dessous(fig :3.12) le cas des charges :

Figure 3.12 – Cas des charges

Soit :
— Pu = 1.35g + 1.5q = 3.393 kN/m
— Ps = g + q = 2.458 kN/m
— l’W = lW = 4.13 m
— l’E = 0.8lE = 0.8×3 = 2.4 m

20
Table 3.6 – Moment sur appui
Appui travée(m) M0,u (kN.m) Mappui,u (kN.m)
rive 4.13 7.234 -1.085
intermédiaire 4.13 -5.151

• Moment maximal en travée :


Ci-dessous(fig :3.13) le cas des charges :

Figure 3.13 – Cas des charges

xmax xmax
M(xmax ) = M0 + MW (1- ) + ME
Li Li
Avec :
l Mw Me
— xmax = - +
2 Pu l Pu l
Pl P x2max
— M0 = xmax -
2 2
0 3
PW lW + PE lE0 3
Mappui,intermédaire = - 0
; sachant que :
8.5(lW + lE0 )
— PW = Pu = 3.393 kN/m
— PE = 1.35g = 2.65 kN/m
⇒ Mappui,intermédaire = -4.966 kN.m
⇒ xmax = 1.789 m
⇒ M0 = 7.1 kN.m
⇒ M(xmax ) = 5.563 kN.m

3.2.2.2 Évaluation des efforts tranchants

• Appui A : rive
Pu l MA + MB
VA = + = 5.496 kN
2 l
• Appui B : intermédiaire
Pu l MA + MB
A gauche : VB,g = - + = 8.516 kN
2 l
21
Pu l MB + MC
A droite : Vb,d = +
2 l
0 3
PW lW + PE lE0 3
Avec MC = - 0
= -3.017 kN.m ⇒ Vb,d = 2.366 kN
8.5(lW + lE0 )

3.2.3 Ferraillage de la nervure

3.2.3.1 Armatures longitudinales de l’âme


h0
Mtu = bh0 (d- )fbu
2
Avec :
0.85fc28 0.85 × 23
fbu = = = 13 MPa
θuγb 1 × 1.5
0.05
Mtu = 0.33×0.05(0.225- )×13×103 = 42.9 kN.m
2
=⇒ (Mtu > Mtravée,max ) donc l’axe neutre est dans la table de compression : le
calcul s’effectue comme pour une section rectangulaire de largeur b = 33 cm.
Mtravée,max 5.563 × 10−3
µ= = = 0.036 avec µA = 0.186
bd2 fbu 0.33 × 0.1892 × 13
Comme (µA > µ) =⇒ le pivot de calcul est A
On a ( µ < µu =0.3) =⇒Donc les aciers comprimés ne sont pas exigés A’=0.
• Section d’acier (Au ) :
Mtravée,max,
Au =
zσs
Avec :

α = 1.25(1- 1 − 2µ) = 0.0462 =⇒ z =d (1-0.4α) = 0.1855m
fe 400
σs = = = 347.82 MPa
γs 1.15
D’où
5.563 × 10−3
Au = = 0.86 cm2
0.1855 × 347.82
⇒ On peut prendre 1HA12 = 1.13 cm2 > Au et 1HA8 acier constructive
•Condition de non fragilité
ft28
Amin ≥ 0.23bd
fs
2.1
=⇒ 0.23×33×18.5× = 0.73 cm2 =⇒ Amin <Au
400
Donc on adopte 1HA12 avec Au = 1.13 cm2

3.2.3.2 Armatures sur appui

La section(fig :3.14) se comporte mécaniquement de la même manière qu’une sec-


tion rectangulaire (b0xh).

22
Figure 3.14 – Section sur appui

• Appui Rive
M1 1.085 × 10−3
µ= 2 = = 0.007 avec µA = 0.186
bd fbu 0.33 × 0.1892 × 13
Comme (µA > µ) =⇒ le pivot de calcul est A
On a ( µ < µu =0.3) =⇒Donc les aciers inférieurs comprimés ne sont pas exigés
A=0.
• Section d’acier (Au ) :
MB
Au =
zσs
Avec :

α = 1.25(1- 1 − 2µ) = 0.0088 =⇒ z =d (1-0.4α) = 0.188m
fe 400
σs = = = 347.82 MPa
γs 1.15
D’où
1.085 × 10−3
Au = = 0.16 cm2
0.188 × 347.82
⇒ On peut prendre 1HA5 = 1.57 cm2 > Au
•Condition de non fragilité
ft28
Amin ≥ 0.23bd
fs
2.1
=⇒ 0.23×22×40.5× = 1.07 cm2 =⇒ Amin >Au
400
Donc on adopte 1HA12 avec Au = 1.13 cm2 >Amin = 1.07 cm2
De même :
— Appui intermédiaire : Au = 0.8 cm2 ⇒ on prend 1HA112 = 1.13 cm2

23
3.2.3.3 Armatures transversales

•Vérification de l’état limite ultime du béton de l’âme


Vu = max( Vrive , Vintermédiaire,g , Vintermédiaire,d ) = 8.516 kN
Vu
τu = = 0.643 MPa
b0 d
0.2fc28
τlim = min ( ; 5MPa) = 3.06 MPa
γb
⇒ Comme τu < τlim alors le béton de l’âme est vérifier à l’ELU
•Diamètre des armatures
h b0
φt ≤ min(φl ; ; ) ⇒ φt = 8mm
35 10
Soit At = 2HA8 = 1.01 cm2 ⇒ (étrier) φt HA8
• Espacement entre les armatures
On suppose qu’il y a reprise de bétonnage donc K=0.
At b0 γs τu
( )min = = 0.0143 cm2 /cm
st 0.9fe
2.01
⇒ st,max = 0.125 = 70.62 cm or st 6 min(0.9d ; 40cm) = 17.01 cm
⇒ st = 16 cm

3.2.4 Vérification des armatures longitudinales à l’ELS

On a déjà calculé les sections à l’état limite ultime, on passe à la vérification de


ces sections à l’Etat Limite de Service (ELS). Le but de cette vérification est de
s’assurer de la stabilité de la poutre après exploitation du bâtiment.
On définit :
— La contrainte limite de compression du béton à l’ELS : σbc = 0.6fc28 = 15 MPa
fe
— La contrainte limite de traction de l’acier à l’ELS(FPP) : σs = = 347.82
γs
MPa
Dans notre cas, comme toutes nos travées ont le même ferraillage, il suffit de vérifier
la travée la plus sollicitée ⇔ la travée 1.
•Calcul du moment de service maximal en travée Mser
(g + q)l12
On a M0,s = = 5.24 kN.m
8 xmax xmax
M(xmax ) = M0 + MW (1- ) + ME
Li Li
Avec :
l Mw Me
— xmax = - +
2 Ps l Ps l
Pl P x2max
— M0 = xmax -
2 2

24
0 3
PW lW + PE lE0 3
Mappui,intermédaire = - 0
; sachant que :
8.5(lW + lE0 )
— PW = Ps = g +q = 2.458 kN/m
— PE = g = 1.9635 kN/m
⇒ Mappui,intermédaire = -1.244 kN.m
⇒ xmax = 1.671 m
⇒ M0 = 5.04 kN.m
⇒ M(s,xmax ) = 3.9 kN.m
•Calcul de y1
by12
Déterminer y1 revient à résoudre l’équation suivante : + 15A’s (y1 +d’) -15As (d-
2
y1 ) = 0
Avec :
— As = 1.13 cm2
— A’s = 0.79 cm2
C’est une équation de la forme : Ay1 2 + By1 + C = 0
Avec :
— A = 0.165
— B = 0.001935
— C = -0.00024647
⇒ ∆ = 0.0.00016641 ⇒ y1 = 0.0332274 m = 3.32 cm
•Calcul du moment d’inertie IGz
by 3
IGz = 1 + 15As (d-y1 )2 + 15A’s (y1 -d’)2 = 5.09883×10−5 m4
3
•Vérification
Mser
σbc = y1 = 1.394 MPa < σbc = 15MPa
IGz
⇒ Contrainte de béton comprimé Vérifiée
15Mser
σs = (d-y1 ) = 116.956 < σs = 347.82 MPa
IGz
⇒ Contrainte de l’acier tendu vérifiée

3.2.5 Vérification de la flèche

le règlement BAEL stipule que :


M l2
— La flèche relative aux déformations instantanées fi est définie par : fi =
10Ei If i

25
M l2
— La flèche relative aux déformations différées fv est définie par : fv =
10Ev If v
Avec :
I0 I0 1.75ft28 0.05ft28 2λi A
If i =1.1 ; If v =1.1 ; µ=1- ; λi = ; λv = ; ρ=
1 + λi µ 1 + λv µ 4ρσs + ft28 b 0 5 b0 d
(2 + 3 )
b
σs =116.956 MPa ; ρ=0.00146591 ; µ=0.09436144
•Vérification de la flèche instantanée
Mser,i = Mg + Mq = 5.235×10−3 MN.m
0.05ft28
λi = = 13.097
b0
(2 + 3 )
b
I0
If i = 1.1 = 4280.8059 cm4 = 44428.135×10−8 m
1 + λi µ
Ei = 32130 MPa
M l2 l
⇒ fi = = 0.3431 cm < fadm = = 0.826 cm ⇒ flèche instantanée vérifiée
10Ei If i 500
•Vérification de la flèche différée
Mser,v = Mg + ψ2 Mq = Mg + 0.4Mq = 4.602×10−3 MN.m
0.05ft28
λv = = 5.239
b0
(2 + 3 )
b
I0
If v = 1.1 = 6405.069 cm4 = 6405.069×10−8 m
1 + λi µ
Ev = 10710 MPa
M l2 l
⇒ fv = = 0.6109 cm < fadm = = 0.826 cm ⇒ flèche différée est vérifiée
10Ev If v 500

3.2.6 Schéma de ferraillage

Ci-dessous ferraillage de la nervure.

Figure 3.15 – Ferraillage de la nervure

26
Chapitre 4

DIMENSIONNEMENT DES
POTEAUX

Nous allons nous intéresser à un poteau sutué au Rez de chaussée (fig :4.1)

Figure 4.1 – Plan de rez de chaussée

4.1 Evaluation des charges


Le poteau au niveau du RDC va subir l’ensemble des charges venant du poteau
du dessus, les réactions des poutres y appuyées qui vont ramener les charges du
plancher courant , le mur extérieur (cloison de 25 cm) et son poids propre.
Plancher terrasse :
G = 5.95 kN/m et Q = 1kNm ⇒ Pu = 1.35G + 1.5Q = 9.53 kN/m
Plancher intermédiaire :
G = 5.05 kN/m et Q = 1.5 kN/m ⇒ Pu =1.35G + 1.5Q = 9.06kN/m

27
4.1.1 Pré dimensionnement

Fissuration peu préjudiciable ⇒ θ = 1


On prend λ =35 (toutes les armatures participent à la résistance)
λ
β = 1 + 0.2( )2 = 1.2
35
KβNu
Br,min = = 0.01 m2
fbu 0.85
θ + fed
0.9 100
⇒ br On prend b = 22 cm donc poteau 22×22 cm2
Vérification
√ √
l 12 0.7 × 3 × 12
λ= = = 33.06 < 35
b 0.22

4.1.2 Descente de charge

Figure 4.2 – Charges appliquées sur une poutre hyperstatique [1]

D’après (fig :4.2) ⇒ Rterrasse = 68.8 kN et Rcourant = 65.41 kN


Effort normal ultime au pied de poteaux
Nu = Rterrasse + 2×Poidspropredepoteau + Rcourant = 68.8 + 2×(25×3×0.22×0.22)
+ 65.41 = 141.47 kN

28
4.2 Ferraillage

4.2.1 Armatures longitudinales

La section d’armature longitudinale est déterminée par la formule suivante :


γs Nu Br fc28
A= ( - )
fe α(λ) 0.9γb
Avec :
0.85
α(λ) = = 0.8458
λ
1 + 0.2( )2
35
⇒ A < 0 ⇒ A = Amin
Les condition à satisfaire sont :
— Amin = Max(4cm2 /m de périmètre ; 0.2)
B
— Amax = 5
100
— C ≤ Min(40cm ; a+10cm)
⇒ Amax = 24.2 cm2
⇒ Amin = 3.52 cm2
On prend A = Amin = 3.52 cm2 ⇒ Soit 4HA12 (4.52cm2 )

4.2.2 Armatures transversales

Diamètre des armatures transversales est donné par :


1
φl,max ≤ φ ≤ 12 mm ⇒ 4 ≤ φ ≤ 12 mm ⇒ on adopte φ6
3
L’espacement doit vérifier :
En zonz courante : st ≤ Min(40cm ; 0.22+10 ; 15×12) = 18 cm ⇒ soit st = 15 cm
En zone de recouvrement : lr = 0.6ls où τu = 0.6ψs2 ft28 et ψs = 1.5
⇒ ls = 49.38 cm
⇒ lr = 29.63 cm. Alors on prend lr = 30 cm

4.3 Schéma de ferraillage


Ci-dessous(fig :4.3) le ferraillage de poteau :

29
Figure 4.3 – Ferraillage de poteau

30
Chapitre 5

DIMENSIONNEMENT DES
FONDATIONS

5.1 Évaluation des charges


Soit 1.2 m la longueur de pré poteau
La charge transmise à la semelle isolée :
Nsemelle,u = Nu + Pprépoteau + Rcourant = 141.47 + 25×(0.22×0.22×1.2) + 65.41 =
208.332 kN
Avant de passer au dimensionnement, nous devons définir la contraintes admissible
au sol σsol =0.2 MPa et la contrainte admissible en gros béton σgb = 0.6 MPa et
γsol =1,7 t/m3 = 17 kN/m3 et γgb =2.2 t/m3 = 22 kN/m3

5.2 Dimensionnement de la semelle


• a’ et b’
1.05Nsemelle,u
≤ σgb
a0 b 0
1.05Nsemelle,u
(a’b’)min = = 0.36 m
σgb
Comme le poteau est carré ⇒ a’min = b’min = 0.603 m
On prend a’ = b’ = 65 cm
• h : hauteur de semelle
b0 − b
hmin 1 = + d’b0
4

31
2 a0 − a
hmin = + d’a0
4
Avec
φl
d’b0 = c + = 3.6 cm
2
φl
d’a0 = c + φl1 + 2 = 5.4 cm
2
⇒ hmin 1 = 14.35 cm
⇒ hmin 2 = 16.15 cm
hmin = max(hmin 1 , hmin 2 ) = 16.15 cm
On prend h = 20 cm
•Vérification
Nsemelle,u + G0
≤ σgb
a0 b 0
Avec
G0 = γBA (ablprépoteau + a0 b0 h)+γsol (a’b’-ab)lprépoteau = 10.78kN
Nsemelle,u + G0 (208.33 + 10.78) × 10−3
= = 0.51 MPa ≤ σgb =0.6 MPa Vérifiée
a0 b 0 0.652
•Conclusion
On adopte :
— a’ = b’ = 0.65 m
— h = 0.2m

5.2.1 Dimensionnement des armatures

• La nappe inférieure
Nsemelle,u (b0 − b) 208.33 × 10−3 (0.65 − 0.22)
Ainf ELU = = = 18.05 cm2 = 1.96 cm2
8(h − d0b0 )fsu 8(0.2 − 0.036)347.82
⇒ On adopte 4HA8 = 2.01 cm2
• La nappe supérieure
Nsemelle,u (b0 − b) 208.33 × 10−3 (0.65 − 0.22)
Ainf ELU = = = 2.2 cm2
8(h − a0b0 )fsu 8(0.2 − 0.054)347.82
⇒ On adopte 3HA10 = 3.36 cm2

5.3 Dimensionnement du gros béton


• A et B
1.05(Nsemelle,u + G0 ) 1.05(Nsemelle,u + G0 )
On a ≤ σsol ⇒ (AB)min = = 1.15 m2
AB q σsol
⇒ Amin = Bmin = (AB)min = 1.07m⇒ on adopte A = B = 1.1 m

32
• H : Hauteur de la semelle en gros béton
H = A - a’ = 1.1 - 0.65 = 0.45 m
• Vérification
Nsemelle,u + G00
≤ σsol
AB
G’0 = G0 + γgb ×(A×B×H) + γsol ×(A×B - a’b’)(lprépoteau + h) = 41.5 kN
208.33 + 41.5 −3
⇒ 10 = 0.196 MPa ≤ σsol = 0.2 MPa Vérifiée
(1.1 × 1.1)2

5.4 Schéma de ferraillage


Ci-après(fig :5.1 et 5.2) le schéma de ferraillage de la semelle.

Figure 5.1 – Ferraillage de la semelle

33
Figure 5.2 – Ferraillage de la semelle

34
Conclusion

Dans ce projet j'ai essayé de suivre les règles de calcul de BAEL. Dans une
première étape j'ai réalisé le plan de coffrage du plancher-terrasse, ensuite
j'ai entamé la partie de calcul en commençant par dimensionner la structure
de plancher (nervure et poutre continue) en utilisant la méthode forfaitaire et
la méthode de Caquot, dans une seconde étape j'ai pré dimensionné et dimensionné
le poteau et la fondation tout en commençant par la descente de charge.

Je voudrai finalement remercier Mme.Wiem BENHASSINE de nous avoir enseigné et


encadré tout au long de ces deux semestres.

35
Bibliographie

[1] Mme.Wiem BENHASSINE.Cours Béton Armé.École Nationale d’Ingénieurs de Tunis :Dé-

partement Génie Civil.

36