Vous êtes sur la page 1sur 24

13éme Conférence des Lions de la Méditerranée 25-28 Mars 2010 Bodrum Turquie

PLACE DE L’ECOTOURISME DANS LE


MONDE ET MOYENS DE LE PROMOUVOIR
DANS LE BASSIN MÉDITERRANÉEN

Zannad Mokhtar
Président Fondateur Lions Club Monastir D 414 Tunisie
INTRODUCTION

 Tourisme : première industrie mondiale (500 M $US)


 Pays développés et en voie de développement
 Mutation Tourisme d’élite Tourisme de masse (1520
M de touristes prévus en 2020)
 MAIS : nuisances + répartition inéquitable des
bénéfices
 Zone méditerranéenne : 1ère région touristique du
monde : observations et études pour l’écotourisme
 Ecotourisme : Définitions, développement
durable, géographie
 Autres formes de tourisme alternatif
 Ecotourisme : Mise en œuvre, suivi et
évaluation
 Conclusion
Définitions

 Définition de TIES (Société Internationale de


l’Écotourisme) 1991:
« L’écotourisme est un voyage responsable dans des
environnements naturels où les ressources et le
bien-être des populations sont préservés ».
 Objectif principal : découvrir ou faire découvrir
la nature, des paysages ou des espèces
particulières tout en respectant les écosystèmes,
voire en contribuant à les restaurer, dans une
approche volontaire de "remboursement de
la dette écologique" générée par ce tourisme.
Définitions

 « L’écotourisme se veut une réponse « durable »


à l’inquiétante montée d’un tourisme de masse
insuffisamment conscient des menaces qu’il fait
peser sur l’environnement »
 Tourisme de masse : consommation de plus en
plus rapide et « rentable » des voyages, où
chacun pense avoir le droit de découvrir jusqu’à
la parcelle la plus reculée du monde
Menace sur le renouvellement des ressources
naturelles (eau douce, forêts et récifs coralliens)
et la survie d’espèces vivantes.
48ème Réunion de la Commission pour les Amériques septembre 2008
Ecotourisme et développement
durable
 « Conservation », nécessaire à la préservation
de la biodiversité et de ses fonctions à travers
la protection, voire la restauration
des écosystèmes.
 Sensibilisation des touristes à l'importance du
respect et de la conservation, de la diversité
culturelle et de ses liens à l'environnement.
Ecotourisme et développement
durable
 Double bénéfice de l'activité éco touristique :
réponse aux besoins locaux de développement et
aux besoins de conservation de la nature.
 Ecotourisme :
 activité marginale destinée à financer la protection de
l’environnement
 MAIS secteur moteur d'une économie nationale et
moyen de générer des revenus.
 Exemples : Kenya, Equateur, Népal, Costa Rica,
Madagascar : écotourisme principale source de
devises
Géographie de l’écotourisme

 Tourisme de découverte et d’aventure : pays


tropicaux riches en biodiversité
 Tourisme de proximité : réserves naturelles et
forêts : USA : principal réservoir
d’écotouristes (> 5 M / an), mais aussi la
France et l’Australie.
Costa Rica

Madagascar Costa Rica


Népal

TUNISIE
La Kroumirie
sauvage
Autres formes de tourisme
alternatif

 Tourisme équitable
 Tourisme solidaire
 Tourisme responsable
Autres formes de tourisme
alternatif
 Tourisme équitable : conception
du tourisme international consistant à
appliquer les principes du commerce
équitable à ce secteur.
 Pratiqué par diverses associations ou
entreprises assurer aux communautés
vivant sur les lieux du tourisme une part
équitable des revenus qu'il génère, et de
concilier le tourisme avec leur
développement durable.
Autres formes de tourisme
alternatif
 Tourisme solidaire s'inscrit à la fois dans une
perspective "responsable" et "équitable", mais
plus directement associé à des projets de
solidarité : soit que le voyagiste soutienne des
actions de développement, soit qu'une partie du
prix du voyage serve au financement d'un projet
de réhabilitation ou d'un projet social.
 Tourisme participatif : le visiteur, volontaire,
participe physiquement à un projet pour une
période définie (construction d’une école, forage
et équipement d’un puits, aménagement d’un
dispensaire en milieu rural ….)
Autres formes de tourisme
alternatif
 Tourisme responsable ou tourisme éthique a
pour objectifs :
 le développement économique et l’épanouissement
des populations locales (par l'implication dans
l'économie locale, une rémunération juste et stable
des partenaires, des conditions de travail décentes...)
 la préservation à long terme des ressources naturelles,
culturelles et sociales (tourisme durable) ; une
rencontre authentique entre les voyageurs et les
populations locales Aujourd’hui, de
nombreux voyageurs sont sensibles à l’impact de leur
périple sur la région visitée.
Mise en œuvre, suivi et
évaluation
 Acteurs et partenaires : Organisation Mondiale
du Tourisme (OMT)
 2002 : année internationale de l’écotourisme
(A.I.E) organisation de séminaires :
 « conférence sur l’écotourisme dans les zones
montagneuses » (12-15 septembre 2001 à st
Johann /Pongau en Autriche.
 « conférence sur l’écotourisme dans les petits Etats
insulaires et autres petites îles » (Mahé, Seychelles, 8-
10 décembre 2001)
 « séminaire sur l’écotourisme dans les zones
désertiques »,(Alger,21-23 Janvier 2002) etc…
Mise en œuvre, suivi et
évaluation
Sommet mondial de l’écotourisme
 Québec, CANADA : 19-22 mai 2002
 Organisé par l’OMT et le PNUE
 3000 participants
 « déclaration de Québec sur l’écotourisme »
 Ce document stipule qu’il « a essentiellement
pour objet d’établir un programme préliminaire
et une série de recommandations visant le
développement des activités éco touristiques
dans le contexte du développement durable »
Mise en œuvre, suivi et
évaluation
A l’échelle nationale
 La France : Pionnière dans ce domaine elle
organisera du 11 au 13 juin 2010 le premier
Forum National du Tourisme Responsable.
 CORSE +++
Mise en œuvre, suivi et
évaluation
A l’échelle nationale
 Les Etats-Unis : Vaste territoire, grande
diversité de sites naturels et gros moyens
 « The International Ecotourism Society »
(TIES) ,www.ecotourism.org
Mise en œuvre, suivi et
évaluation
A l’échelle nationale
Le Maghreb et la Tunisie :
problème de l’eau !!!
EAU : DÉJÀ LA PENURIE

La raréfaction de l’eau est un problème crucial qui sera au centre


des débats de la prochaine réunion de l’Union pour la
Méditerranée qui se tiendra à Barcelone le 13 avril 2010
EAU : DÉJÀ LA PENURIE

 Les 5 millions de visiteurs chaque année en


Tunisie consomment chacun 560 litres
d’eau/jour. Le remplissage des piscines,
l’arrosage des golfs (3500 m3/j, soit la
consommation de 12 000 habitants) et des
jardins gaspille les ressources. Le recyclage
des eaux usées permettrait à lui seul une
économie de 60%.
Exemples en Tunisie

 SABRIA: petite oasis du sud Tunisien


 Station thermale située à Béni M’ tir au Nord-
ouest du pays

Oasis Sabria Beni M’tir


Exemples en Tunisie

Projets d’avenir

 Djebel Mayana : tourisme vert


 Djerba : village écologique intégré
CONCLUSION

 Education écologique et communication


 Législation et réglementation
 Motivation (octroi de récompenses)
 Contrôle et bilan

Ne pas bronzer idiot mais vivre BIO


et laisser un bon ECHO

Vous aimerez peut-être aussi