Vous êtes sur la page 1sur 74

« Toute science crée une nouvelle ignorance »

Henri Michaux
Avant propos

Ce recueil de cours et d'exercices est écrit à 1'intention des étudiants de 2eme année
en Master "Physique des matériaux" et "Physique appliquée" et aux étudiants
préparant un Magister en "Interaction champ matière", ainsi qu'à tous ceux qui
s'intéressent aux principes de bases du magnétisme de la matière.
Les applications du magnétisme se trouve aujourd'hui dans différents domaines
scientifiques et techniques et nous incite à comprendre et approfondir nos
connaissances dans cette discipline que représente les "Propriétés magnétiques des
solides".
Dans ce recueil, nous commençons par résumer, dans un ordre chronologique,
l'aspect historique de l'évolution de l'étude du magnétisme à travers les âges. Puis on
définit et on caractérise les grandeurs magnétiques fondamentales sur lesquelles repose
 
la description du magnétisme (champ magnétique H , induction magnétique B ,
 
moment magnétique m , aimantation magnétique M et susceptibilité magnétique χ ),
cette partie de l'étude est indispensable à la compréhension de toute la suite du
manuscrit. Ensuite, nous présentons les principaux types de comportements
magnétiques, avant de les décrire plus en détail. Ces principaux types de magnétisme
sont les suivants : diamagnétisme, paramagnétisme, antiferromagnétisme,
ferromagnétisme et ferrimagnétisme. Puis les aspects fondamentaux du magnétisme
sont traités, la théorie de Langevin du diamagnétisme et du paramagnétisme ainsi que
l'étude microscopique du ferromagnétisme.
Les réactions et suggestions des étudiants seront les bienvenues, car elles
permettront d'améliorer au fil des années cet ouvrage pour le plus grand bénéfice de
tous.
Sommaire

Sommaire

Introduction - Propriétés magnétiques des solides ……………........................ 1

Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges .............................. 2

1.1 Introduction ........................................................................................................ 3

1.2 Antiquité ............................................................................................................ 3

1.3 Vers 300 avant notre ère (avant JC) ................................................................... 4


1.4 Savants ayants contribués à l'évolution du magnétisme .................................... 4
1.4.1 William Gilbert (1544 – 1603) ........................................................................ 4
1.4.2 Pierre-Simon Laplace (1749-1827 ) ................................................................ 4
1.4.3 André-Marie Ampère (1775-1836) ................................................................. 5
1.4.4 SAVART Félix (1791-1841) ........................................................................... 5
1.4.5 Hans Christian Oersted (1777-1851) ............................................................. 5
1.4.6 Jean Baptiste Biot (1774-1862 ) ...................................................................... 6
1.4.7 Michael Faraday (1791-1867) ........................................................................ 6
1.4.8 Heinrich Daniel Ruhmkorff (1803-1877) ...................................................... 6
1.4.9 James Clerk Maxwell (1831-1879) ................................................................ 7
1.4.10 Hermann Ludwig Von Helmholtz (1821-1894) ........................................... 7
1.4.11 Heinrich Rudolf Hertz (1857-1894) ............................................................. 7
1.4.12 Zénobe Théophile Gramme (1826-1901) ...................................................... 8
1.4.13 Pierre Curie (1859 - 1906 ) ........................................................................... 8
1.4.14 Nikola Tesla (1856-1943) ............................................................................. 8
1.4.15 Paul Langevin (1872 - 1946) ......................................................................... 9
1.4.16 Max Planck (1858-1947) .............................................................................. 9
1.4.17 Albert Einstein (1879-1954) ........................................................................ 9
1.4.18 Pierre Weiss (1865 - 1940) ........................................................................... 10
1.4.19 Felix Bloch (1905 – 1983) ........................................................................... 10
1.4. 20 Louis Eugène Félix Néel (1904 - 2000) ...................................................... 11

i
Sommaire

Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière ......................... 12


2.1 Introduction ……………………............................................................... 13
2.2 Induction magnétique et champ magnétique dans le vide ……................. 13
2.3 Matériaux magnétiques ……………………............................................... 15
2.4 Notion de moment magnétique …………………….................................. 15
2.4.1 Moment magnétique d'une charge ponctuelle ……………………........... 15
2.4.2 Relation entre moment magnétique et cinétique d'une charge ponctuelle 16
2.4.3 Moment magnétique d'une distribution de discrète de charge ponctuelles 16
2.4.4 Représentation par une boucle de courant ……………………................. 17
2.4.5 Moment magnétique d'une distribution de courant volumique ………… 17
2.5 Moment magnétique atomique : Instrument d'étude des matériaux 18
magnétiques ……………………......................................................................
2.6 Moment magnétique, aimantation et induction associée à la matière ….... 18
2.7 Susceptibilité magnétique ……………………........................................... 19
2.8 Perméabilité magnétique ……………………............................................ 20
2.9 Magnéton de Bohr ……………………..................................................... 20
2.10 Energie d'un moment magnétique dans une induction donnée ………… 21
2.11 Réponse de la matière à un champ magnétique ……………………......... 21
2.11.1 Choix du champ magnétique H comme variable indépendante ……… 21
2.11.2 Différents types de comportement magnétique d'une substance …...... 21
2.12 Origine microscopique de l’aimantation ……………………..................... 22
2.12.1 Moment magnétique orbital …………………….................................. 22
2.12.2 Moment magnétique intrinsèque de l’électron et des nucléons ………… 22

ii
Sommaire

Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques ................... 23

3.1 Introduction ……………………................................................................ 24

3.2 Diamagnétisme ……………………........................................................... 24

3.3 Paramagnétisme ……………………............................................................ 25

3.4 Ferromagnétisme ……………………........................................................... 26

3.4.1 Domaines de Weiss et parois de Bloch ……………………...................... 28

3.5 Antiferromagnétisme ……………………..................................................... 30

3.6 Ferrimagnétisme ……………………........................................................... 30

3.7 Propriétés magnétiques des éléments purs à l'état atomique …………….. 31

3.8 Propriétés magnétiques des édifices polyatomiques ……………………...... 32

3.9 Illustration et comparaison simplifiée des perméabilité : ferromagnétique 34


(μf), paramagnétique (μp), espace libre (μ0) et diamagnétique (μd)

Chapitre 4 - Etude microscopique du diamagnétisme …………………..... 35

4.1 Introduction ………………....................................................................... 36

4.2 Etude classique du diamagnétisme : Théorie de Languevin ………………. 36

4.2.1 Précession de Larmor ………………...................................................... 37

4.2.2 Moment magnétique induit ……………….............................................. 38

4.2.3 Susceptibilité diamagnétique du matériau à N atomes ………………....... 39

4.3 Exercices ………………............................................................................. 40

iii
Sommaire

Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme ................................ 42

5.1 Introduction …………................................................................................. 43

5.2 Paramagnétisme : Théorie de Langevin …………........................................ 44

5.2.1 Aimantation pour des champs magnétiques très faibles (ou pour des 49
températures très élevées)

5.2.2 Aimantation pour des champs magnétiques très forts (ou pour des 50
températures très basses)

5.3 Corrections apportées par la théorie quantique …………............................. 50

5.4 Exercices …………..................................................................................... 53

Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme ............................... 54

6.1 Introduction …………………………........................................................ 55

6.2 Théorie de Weiss …………………………................................................... 56

6.3 Discussion des résultats …………………………...................................... 57

6.4 Corrections apportées par la théorie quantique …………………………..... 58

6.5 Origine du ferromagnétisme …………………………................................. 60

6.7 Structure des bandes 3d, 4s et couplage ferromagnétique …..................... 61

6.8 Méthodes expérimentales ………………………….................................. 62

6.9 Règle de Hund …………………………................................................... 63

6.10 Occupation de la bande 3d et 4s dans les métaux purs ……………....... 64

6.11 Cas des alliages …………………………................................................. 64

3.12 Exercices …………………………............................................................ 65

Références bibliographiques ………………………….................................... 67

iv
Introduction 1

Introduction
Le magnétisme est un phénomène omniprésent dans la vie de tous les jours. En effet
les matériaux magnétiques sont au cœur du Génie industriel et sont un élément moteur
de son développement. La tendance du monde actuel au tout électrique fait que
l’élaboration, la caractérisation, la modélisation et les applications des matériaux
magnétiques constituent toujours des axes de recherche prometteurs
Si la boussole a véritablement révolutionné la navigation au Moyen-âge, il est
difficile de sous-estimer l'importance des matériaux magnétiques dans la société
actuelle. Que l'on songe simplement à la production d'énergie électrique qui serait
totalement impossible, à l'échelle que nous connaissons, sans la présence de tôle
ferromagnétiques dans les alternateurs [1].
L'enregistrement magnétique, la séparation magnétique à basse et haute intensité, la
réfrigération magnétique, la résonance magnétique nucléaire, les micro-détecteurs
rotatifs en résonance magnétique nucléaire, les capteurs magnétiques, le bruit audible
d'origine magnétique dans les machines asynchrones, les périphériques de stockage
magnétique, les disques magnétiques et organisation des ensembles de disques, le
ferromagnétisme, les alliages magnétiques doux, les nanostructures magnétiques, les
matériaux magnétiques doux cristallins, le magnétisme et métallurgie appliquée, des
quasi cristaux magnétiques, les nanomatériaux magnétiques et leurs propriétés et
applications, les couches minces et les nanostructures magnétiques, les alliages fer-
nickel et fer-cobalt et leurs propriétés magnétiques, les matériaux magnétostrictifs et
leurs applications, les aimants permanents et leurs importances, la magnétorésistance
géante et l'électronique de spin, la lévitation magnétique, la supraconductivité
diamagnétique, les solides aux propriétés magnétiques spécifiques sont aujourd'hui
abondamment utilisé dans de nombreuses applications industrielles.
Toutes ces applications du magnétisme sont autant d'indices à explorer pour leurs
applications dans différents domaines scientifiques et techniques et nous incite et
comprendre et approfondir nos connaissances dans cette discipline des propriétés
magnétiques des solides.
Chapitre 1
Historique : Le magnétisme à travers les âges

Sommaire

1.1 Introduction ........................................................................................................ 3


1.2 Antiquité ............................................................................................................ 3
1.3 Vers 300 avant notre ère (avant JC) ................................................................... 4
1.4 Savants ayants contribués à l'évolution du magnétisme .................................... 4
1.4.1 William Gilbert (1544 – 1603) ........................................................................ 4
1.4.2 Pierre-Simon Laplace (1749-1827 ) ................................................................ 4
1.4.3 André-Marie Ampère (1775-1836) ................................................................. 5
1.4.4 SAVART Félix (1791-1841) ........................................................................... 5
1.4.5 Hans Christian Oersted (1777-1851) ............................................................. 5
1.4.6 Jean Baptiste Biot (1774-1862 ) ...................................................................... 6
1.4.7 Michael Faraday (1791-1867) ........................................................................ 6
1.4.8 Heinrich Daniel Ruhmkorff (1803-1877) ...................................................... 6
1.4.9 James Clerk Maxwell (1831-1879) ................................................................ 7
1.4.10 Hermann Ludwig Von Helmholtz (1821-1894) ........................................... 7
1.4.11 Heinrich Rudolf Hertz (1857-1894) ............................................................. 7
1.4.12 Zénobe Théophile Gramme (1826-1901) ...................................................... 8
1.4.13 Pierre Curie (1859 - 1906 ) ........................................................................... 8
1.4.14 Nikola Tesla (1856-1943) ............................................................................. 8
1.4.15 Paul Langevin (1872 - 1946) ......................................................................... 9
1.4.16 Max Planck (1858-1947) .............................................................................. 9
1.4.17 Albert Einstein (1879-1954) ........................................................................ 9
1.4.18 Pierre Weiss (1865 - 1940) ........................................................................... 10
1.4.19 Felix Bloch (1905 – 1983) ........................................................................... 10
1.4. 20 Louis Eugène Félix Néel (1904 - 2000) ...................................................... 11
Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges 3

1.1 Introduction
Le magnétisme est l'un des phénomènes qui a le plus frappé l'imagination de
l'homme, au point que ce mot désigne aujourd'hui des réalités très diverses : il s'agit
d'abord d'une science fort ancienne et néanmoins toujours d'actualité dont le champ
d'application ne cesse de s'étendre. Il existe d'ailleurs une légende des matériaux
magnétiques, qui fait remonter leur découverte par les Chinois à 2500 ans av. J.C. La
pierre à aimant (magnétite : Fe 3 O 4 ) aurait été utilisée à cette époque pour la
fabrication de boussoles rudimentaires guidant les voyageurs dans les déserts.
Si l'on se limite aux témoignages historiques, la première observation du
magnétisme date du 6e siècle av. J.C. A cette date, Thales de Milet remarque que
certains minerais de fer en provenance de Magnésie (Asie Mineure) attirent le fer. Sur
le plan des applications, le plus ancien texte faisant mention d'une aiguille aimantée est
chinois et date de la fin du 1 le siècle.
En 1895, Pierre Curie ouvre la voie d'une théorie moderne du magnétisme en
distinguant le diamagnétisme du paramagnétisme et du ferromagnétisme. Il observe
également le passage du ferromagnétisme au paramagnétisme quand la température
augmente.
Nous résumons dans ce qui suit un ordre chronologique de l'évolution de l'étude du
magnétisme à travers les âges.
1.2 Antiquité
Découverte de pierres magnétiques : La magnétite (de Magnésie en Grèce)
La magnétite est un oxyde de fer (Fe3O4)
On le trouve à l'état naturel sur toute la surface de la terre

Figure 1.1 Pierre d'aimant (Magnétite Fe3O4)


Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges 4

1.3 Vers 300 avant notre ère (avant JC)


Invention de la boussole par les Chinois

Figure 1.2 Boussole


1.4 Savants ayants contribués à l'évolution du magnétisme
1.4.1 William Gilbert (1544 – 1603)

C'est un physicien anglais qui publia vers 1600 son Livre


« De magnete » sur le magnétisme, dans lequel il fait la
mention sur La Terre, le grand aimant
Il était aussi le médecin de la reine Elizabeth I d'Angleterre.

1.4.2 Pierre-Simon Laplace (1749-1827 )

C'est un mathématicien, astronome et physicien français.


En 1820, il établit la loi d'interaction entre courant
électrique et champ magnétique.
Aussi un hommage lui a été rendu à traves un timbre.
Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges 5

1.4.3 André-Marie Ampère (1775-1836)

C'est un mathématicien et physicien français


En 1820 il fait diverses découvertes en électromagnétisme
et en électrodynamique.

Il établit la théorie du magnétisme et la loi d'interaction des


courants.

Il est l'inventeur de plusieurs instruments telles que le galvanomètre, l'électroaimant,


le télégraphe.
Il est le précurseur de la théorie électronique de la matière en émettant l'hypothèse de
l'existence du courant particulaire.

1.4.4 SAVART Félix (1791-1841)

C'est un physicien et chimiste français, docteur en médecine


et chirurgien.
En 1820, il mesure le champ magnétique créé par un
courant en association avec le physicien Jean Baptiste Biot
et établit la loi de création d'un champ magnétique par un
courant.
Cette loi est appelée la loi de Biot-Savart.

1.4.5 Hans Christian Oersted (1777-1851)

C'est un physicien et chimiste danois


En 1819, il découvre l'action magnétique d'un courant

Figure 1.3 Expérience d'Oersted

Oersted : unité d'intensité du champ magnétique dans le système CGS

Hommage
Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges 6

1.4.6 Jean Baptiste Biot (1774-1862 )

C'est un physicien, astronome et mathématicien français.


En 1820, il mesure le champ magnétique créé par un
courant en association avec le physicien SAVART Félix et
établit la loi de création d'un champ magnétique par un
courant.
Cette loi est appelée la loi de Biot-Savart

1.4.7 Michael Faraday (1791-1867)

C'est un physicien et chimiste britannique.


Il est connu pour ses travaux fondamentaux en
électromagnétisme et en électrochimie.
En 1831 établit le principe de l'induction
électromagnétique.
Des travaux dans le même domaine sont dus à Lenz
(Allemagne) et Henry (États-Unis d’Amérique).

1.4.8 Heinrich Daniel Ruhmkorff (1803-1877)

C'est un Ingénieur allemand.


En 184, il invente la bobine d'induction (ancêtre des
transformateurs modernes) qui produit une étincelle jusqu'à
30 cm.

Figure 1.4 Bobine de Ruhmkorff


Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges 7

1.4.9 James Clerk Maxwell (1831-1879)

C'est un physicien et mathématicien écossais.


Il est connu pour avoir unifié en un seul ensemble
d'équations : les équations de Maxwell
En 1865, il établit la théorie électromagnétique moderne.

1.4.10 Hermann Ludwig Von Helmholtz (1821-1894)

C'est un scientifique, physiologiste et acousticien allemand.


En 1881, il démontra la nature atomique de l'électricité.

Figure 1.5 Bobines d'Helmholtz

1.4.11 Heinrich Rudolf Hertz (1857-1894)

C'est un ingénieur et physicien allemand.


En 1887, il fait la vérification expérimentale de la théorie
de Maxwell (de 1864).
Il démontre que la lumière n'est rien d'autre qu'une onde
électromagnétique.
Aussi, il découvre les ondes hertziennes.

Hommage
Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges 8

1.4.12 Zénobe Théophile Gramme (1826-1901)

C'est un électricien belge.


En 1870, il inventa le premier générateur de courant
électrique continu, appelé dynamo

Figure 1.6 Première dynamo

1.4.13 Pierre Curie (1859 - 1906 )

C'est un physicien français.


Il est principalement connu pour ses travaux
en radioactivité, en magnétisme et en piézoélectricité.
Il étudia les propriétés magnétiques des
corps ferromagnétiques et diamagnétiques à différentes
températures.
La loi de Curie est expliquée théoriquement grâce à des
concepts de physique statistique par Paul Langevin, qui fut
l'élève de Pierre Curie à l'École supérieure de physique et
de chimie industrielles de la ville de Paris.

1.4.14 Nikola Tesla (1856-1943)

C'est un inventeur et ingénieur américain d’origine serbe.


Il est l'un des plus grands scientifiques dans l’histoire de la
technologie : Il a déposé plus de sept cent (700) brevets.
En 1892, ses travaux aboutissent à l'utilisation du courant
alternatif.
Tesla : est l'unité dérivée d'induction magnétique du
Système international d'unités (S.I.).
Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges 9

1.4.15 Paul Langevin (1872 - 1946)


C'est un physicien et philosophe des sciences français.
Connu notamment pour sa théorie du magnétisme,
l'introduction de la théorie de la relativité d'Albert
Einstein en France, le plan Langevin-Wallon de
réforme de l'enseignement et pour l'organisation des
congrès Solvay.

1.4.16 Max Planck (1858-1947)

C'est un physicien allemand.


En 1900, il établit sa théorie des quanta.
Il démontre la nature corpusculaire de l’énergie
électromagnétique
En 1918, il obtint le prix Nobel de physique.

Hommage

1.4.17 Albert Einstein (1879-1954)

C'est un physicien allemand puis apatride (1896), puis


suisse (1901) et enfin helvético-américain (1940).
En 1905, il publia sa théorie de la relativité restreinte.
En 1915, il publia sa théorie de la relativité générale.
Il réalisa des travaux sur l’Effet photoélectrique démontrant
la nature corpusculaire du rayonnement et qui est à la base
de l'électronique quantique.
En 1921, il obtint le prix Nobel de physique.
Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges 10

1.4.18 Pierre Weiss (1865 - 1940)

C'est un physicien français.


Il est surtout connu pour ses travaux sur le magnétisme. Il
est notamment à l'origine, en physique des matériaux, de la
théorie du champ moléculaire qui a permis une extension
aux matériaux ferromagnétiques de la théorie du
paramagnétisme de Paul Langevin. Il a également travaillé
sur l'effet Zeeman en compagnie d'Aimé Cotton.

1.4.19 Felix Bloch (1905 – 1983)

C'est un physicien suisse.


En 1946, il a proposé les équations de Bloch (en) qui
déterminent l'évolution dans le temps de la
magnétisation nucléaire. Ces recherches sont à la base
de la spectroscopie RMN qui sert à l'identification des
composés chimiques, et aussi de l'imagerie par
résonance magnétique développée pendant les années
1970.
En 1952, obtint le prix Nobel de physique
conjointement avec Edward Mills Purcell pour leur
développement de nouvelles méthodes de mesures
magnétiques nucléaires fines et les découvertes qui en
ont découlé.
Chapitre 1 - Historique : Le magnétisme à travers les âges 11

1.4. 20 Louis Eugène Félix Néel (1904 - 2000)

C'est un physicien français.


En 1939, ses travaux sur la démagnétisation des
navires de guerre (protection contre les mines
magnétiques, par « des stations de désaimantation » ont
permis d'épargner des centaines de vies durant la
seconde guère mondiale 1940.
Il est connu surtout pour ses travaux sur les propriétés
magnétiques des solides. Il découvrit
l'antiferromagnétisme et il a établi la théorie du
ferrimagnétisme.
Ses études sur la structure fine du ferromagnétisme ont
permis d'expliquer le paléomagnétisme des dépôts de
laves, basaltes et argiles qui nous renseignent sur les
modifications du champ magnétique terrestre dans le
passé.
Ses découvertes fondamentales dans le domaine de la
physique du solide ont reçu de nombreuses
applications, notamment dans le domaine des mémoires
numériques.
En 1970, il obtint le prix Nobel de physique.
Chapitre 2
Bases physiques du magnétisme de la matière

Sommaire
2.1 Introduction ……………………............................................................... 13
2.2 Induction magnétique et champ magnétique dans le vide ……................. 13
2.3 Matériaux magnétiques ……………………............................................... 15
2.4 Notion de moment magnétique …………………….................................. 15
2.4.1 Moment magnétique d'une charge ponctuelle ……………………........... 15
2.4.2 Relation entre moment magnétique et cinétique d'une charge ponctuelle 16
2.4.3 Moment magnétique d'une distribution de discrète de charge ponctuelles 16
2.4.4 Représentation par une boucle de courant ……………………................. 17
2.4.5 Moment magnétique d'une distribution de courant volumique ………… 17
2.5 Moment magnétique atomique : Instrument d'étude des matériaux 18
magnétiques ……………………......................................................................
2.6 Moment magnétique, aimantation et induction associée à la matière ….... 18
2.7 Susceptibilité magnétique ……………………........................................... 19
2.8 Perméabilité magnétique ……………………............................................ 20
2.9 Magnéton de Bohr ……………………..................................................... 20
2.10 Energie d'un moment magnétique dans une induction donnée ………… 21
2.11 Réponse de la matière à un champ magnétique ……………………......... 21
2.11.1 Choix du champ magnétique H comme variable indépendante ……… 21
2.11.2 Différents types de comportement magnétique d'une substance …...... 21
2.12 Origine microscopique de l’aimantation ……………………..................... 22
2.12.1 Moment magnétique orbital …………………….................................. 22
2.12.2 Moment magnétique intrinsèque de l’électron et des nucléons ………… 22
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 13

2.1 Introduction
Dans ce chapitre, on définit et on caractérise les grandeurs magnétiques
fondamentales
 sur lesquelles repose la description du magnétisme (champ magnétique


H , induction magnétique B , moment magnétique m , aimantation magnétique M et
susceptibilité magnétique χ ).
Cette partie du manuscrit est indispensable a la compréhension des chapitres qui
suivent.
Les effets magnétiques des matériaux ont été reconnus bien avant ceux des courants
électriques . Il est préférable d'un point de vue pédagogique d'introduire aussi bien la
matière aimantée que les courant dans la description des grandeurs magnétiques.
La démarche historique partait de la notion de masses magnétiques pour décrire les
grandeurs magnétiques fondamentales, démarche appelée approche coulombienne.
Contrairement a cette approche, nous décrivons ces grandeurs magnétiques aussi par
1'étude des effets magnétiques du courant électrique : c'est l'approche ampérienne plus
conforme au point de vue moderne [2], [3], [4], [5] et [6].
2.2 Induction magnétique et champ magnétique dans le vide
Dans le vide existe une propriété que l'on appelle champ magnétique ou induction
magnétique. On peut la mettre en évidence, en un point M quelconque, par l'une ou
l'autre des expériences suivantes (fig. 2.1 et 2.2).


 F
B i
 M

dl H

dF M

m

Fig. 2.1 Expérience 1 Fig. 2.2 Expérience 2

Dans l'expérience 1, on fait passer par M un conducteur parcouru par un courant i.


L'élément de longueur dl de ce conducteur autour de M subit une force dF donnée par
la loi de Laplace :
  
= idl × B
dF Force de Laplace (2.1)

La force dF est une mesure directe de l'induction magnétique B dont l'unité est le
Tesla (T).
Dans l'expérience 2, on place en M une masse magnétique m, qui subit une
force F donnée par la loi de Coulomb :
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 14

 
F = mH Loi de Coulomb (2.2)

La force F est une mesure directe du champ magnétique H dont l'unité est l'ampère
par mètre (A/m).
La question de savoir si les masses magnétiques existent dans la nature et si l'on
pourrait en placer une en M n'a pas d'importance ici. Il suffit de considérer ces masses
comme des objets dont le comportement dans un champ magnétique est identique à
celui d'une masse ordinaire dans un champ de gravitation, ou mieux, à celui d'une
charge dans un champ électrique. Le caractère fictif de l'expérience 2 n'en diminue
nullement l'intérêt [1].
Les effets observés en M peuvent provenir :
 De la présence de courants électriques au voisinage de M;
 De la présence de masses magnétiques au voisinage de M;
 De ces deux causes réunies.
Les expériences 1 et 2 ne donnent aucun moyen de déterminer laquelle de ces
causes est à l'origine da la force mesurée.
En conclusion, B et H traduisent, dans le vide, une même propriété. Celle-ci se
révélant sous un jour différent en présence d'une masse magnétique ou d'un courant, il
est naturel de poser une relation de proportionnalité entre B et H:

B = µ0 H (2.3)

et même :
 
B = µ0 H (2.4)

en vertu des équations (2.1) et (2.2), et du fait que les forces observées dans les deux
expériences sont toujours perpendiculaires l'une par rapport à l'autre.
Les unités choisies pour B (Wb/m2) et H (A/m) déterminent la constante de
proportionnalité µ o .
µ o = 4π 10-7 H/m.
On appelle µ o perméabilité magnétique du vide.
Remarque : On rencontre souvent dans la littérature les deux termes d'induction
magnétique et de champ magnétique pour designer la même quantité B. La
Commission Electrotechnique Internationale recommande de designer par B
1'induction magnétique et par H le champ magnétique.
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 15

2.3 Matériaux magnétiques


Soumises à une induction magnétique, certaines substances se mettent à produire
elles-mêmes, dans le volume qu'elles occupent et à l'extérieur, une induction
magnétique. On dit qu'elle s'aimantent ou se polarisent magnétiquement. Il s'agit-là
d'une propriété générale de la matière. Toutefois, cette propriété ne se manifeste très
visiblement que dans certains matériaux appelés matériaux magnétiques.
Le spin des électrons et, dans une faible mesure, leur mouvement orbital autour du
noyau sont responsables de ce phénomène, dont l'essence même ne peut être étudiée
que par la physique quantique. Cependant, si quelques calculs quantiques élémentaires
suffisent à donner une bonne image des semi-conducteurs, il n'en est malheureusement
pas de même avec las matériaux magnétiques pour lesquels les développements, quand
ils existent, sont toujours fort complexes.
2.4 Notion de moment magnétique
En physique, le moment magnétique est une grandeur vectorielle qui permet de
mesurer l'intensité d'une source magnétique. La source peut être une distribution de
courant, ou bien un matériau présentant un moment magnétique spontané. Ce moment
 
magnétique est souvent noté m ou bien µ .
Le moment magnétique est défini comme le vecteur reliant le moment (mécanique)
que subit un objet à l’application d'un champ magnétique externe. La relation est
donnée par :
  
Γ= m × B (2.5)
 
où Γ est le moment agissant mécaniquement sur le dipôle, B le champ d'induction

magnétique externe et m le moment magnétique [4].
Cette définition est basée sur une méthode permettant, en théorie, de mesurer le
moment magnétique d'un échantillon inconnu.
2.4.1 Moment magnétique d'une charge ponctuelle

Le moment magnétique d'une charge ponctuelle q animée d'une vitesse v est
définie par la relation :

 1   (2.6)
=
m qr ∧ v
2

où r est le vecteur position de la charge.
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 16

2.4.2 Relation entre moment magnétique et cinétique d'une charge ponctuelle



Le moment cinétique d'une masse ponctuelle m animée d'une vitesse v est définie
par la relation :
 1   (2.7)
=l mr ∧ v
2
 
La relation entre le moment magnétique m et le moment cinétique l est donné par :

 1q (2.8)
m= l
2m

Il peut s'exprimer aussi par :


 
m = γl (2.9)

Où γ est appelé rapport gyromagnétique.


Remarque : On voit bien qu'on ne peut parler de moment magnétique que si le
mouvement de la charge est curviligne.
Pour un électron dans un atome le moment magnétique orbital est :

 1 e  (2.10)
m= − l
2 me

De manière générale le moment magnétique d’un atome est proportionnel à son


moment cinétique total (contribution orbital et de spin) :

  e   (2.11)
m = g−  σ = γσ
 2me 

Où g est appelé facteur de Landé, σ est le moment cinétique total (contribution orbital et
de spin).
2.4.3 Moment magnétique d'une distribution de discrète de charge ponctuelles
Pour une distribution discrète de charges, le moment est donné par :

 1   (2.12)
=m ∑
2 i
qi ri ∧ vi
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 17

2.4.4 Représentation par une boucle de courant


Le modèle le plus simple de moment magnétique est celui d'une boucle de courant
(courant électrique circulant dans un élément de bobine par exemple).

m

I

Fig. 2.3 Moment m d'une boucle de courant d'intensité I et d'une surface S
Si un courant circule dans une spire filiforme (fig. 2.3), le moment magnétique de
cette spire est donné par :

 1   1   (2.13)
=
m I ∫ r ∧ dr
= I ∫ r ∧ dl
2 2

où dl est l'élément de longueur orienté par le sens du courant.
Ou encore :
  
= IS
m = ISn (2.14)
 
S = Sn est un vecteur surface de la spire.
2.4.5 Moment magnétique d'une distribution de courant volumique
On part de la définition du moment magnétique différentiel :

 1  (2.15)
=
dm r × jdV
2

où r est le vecteur position et j la densité de courant électrique. De là, on peut


retrouver la forme intégrale de cette équation :

 1   (2.16)
2 ∫∫∫
=m r × jdV

Remarques : Les deux représentations du moment magnétique


La représentation du moment magnétique a changé au cours du temps. Avant les
années 1930, on utilisait des charges magnétiques ponctuelles fictives. Depuis, on lui
préfère une représentation à l'aide de boucles de courant. Les deux représentations
donnent des résultats très similaires, il faut cependant garder à l'esprit qu'il n'existe pas
de charges magnétiques dans la nature, et que celles-ci sont donc purement fictives.
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 18

2.5 Moment magnétique atomique : Instrument d'étude des matériaux


magnétiques
Les moments magnétiques sont l'une des caractéristiques de l'atome et plus
généralement des systèmes physiques les plus divers, noyaux, molécules, réseaux
cristallins.
Le moment magnétique d'un atome est une propriété de celui-ci que l'on peut
représenter par deux modèles :
• Le dipôle magnétique
• Le courant ampérien
Le dipôle magnétique est constitué de deux masses magnétiques de signes opposés,
séparées par une distance l. Le moment magnétique associé à ce modèle porte la nom
de moment magnétique dipolaire m. Il est défini par :
 
m = ml Wbm (2.17)

Le courant ampérien est un petit courant circulaire censé exister à l'échelle


atomique, qui pourrait représenter une résultante des mouvements des électrons autour
du noyau. Le moment magnétique associé à ce modèle porte le nom de moment
magnétique ampérien. Il est défini par (2.14) dans laquelle S est le vecteur
représentant la surface délimitée par le courant circulaire i.
  
= IS
m = ISn
Il est essentiel de bien garder à l'esprit qu'il n'y a pas plus de courants ampériens que
de dipôles magnétiques dans la matière. Ce ne sont là que des concepts utiles pour
représenter les propriétés du spin qui nous intéressent.
Une théorie quantique, n'existant aujourd'hui que sous forme fragmentaire, établit la
notion de moment magnétique atomique. Ce moment, représenté par les modèles du
courant ampérien ou du dipôle magnétique, sert ensuite de base aux développements
de la science des matériaux.
2.6 Moment magnétique, aimantation et induction associée à la matière
Un morceau de matière aimantée présente les mêmes caractéristiques qu'un moment
magnétique  associe à une boucle de courant: il crée une  induction magnétique
extérieure B identique, et en présence d'une induction B , il est soumis au même
couple et à la même force.

Soit dm le moment magnétique d'un élément de volume dV de matière ; Par
définition, l'aimantation locale est le moment magnétique par unité de volume :
 dm
M= A/ m (2.18)
dV
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 19

Dans le cas où l'on considère que la matière est constituée d'atomes de type i de

moment magnétique mi , au nombre de N i par unité de volume, 1'aimantation peut
aussi s'écrire :
 
M = ∑ N i mi A/ m (2.19)
i


Hors de la matière, 1'induction B est créée d'une part par les courants
macroscopiques et d'autre part par toutes les petites "boucles élémentaires de courant"
qui constituent la matière.
L'induction magnétique dans la matière peut être exprimée par l'équation :
  
B=µ0 H + M( ) (2.20)

Cette équation définit aussi le vecteur aimantation M , mesure de la densité
volumique de moment magnétique ampérien.
2.7 Susceptibilité magnétique
C'est la caractéristique principale des milieux magnétiques, elle définie par :
 
M = χH (2.21)

Dans le cas des matériaux anisotropes, la susceptibilité est un tenseur.


 
M = χH (2.22)
 
Si le milieux est linéaire ( M et H sont colinéaires), on peut définir :
La susceptibilité magnétique absolue χ r , par le rapport :

M
χa =  (2.23)
H

On peut aussi définir une susceptibilité magnétique relative χ r , par le rapport :

M
χr = (2.24)
H

Unité : Il est bien apparent que la susceptibilité est sans dimension.


Remarque : Dans le cas des milieux linéaires, la susceptibilité est un scalaire,
condition vérifiée dans les matériaux isotropes (à l'échelle macroscopique au moins).
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 20

2.8 Perméabilité magnétique


La perméabilité magnétique d'un milieu est définie par la relation :
   
B = µ 0 H + µ 0 M = µH (2.25)

Dans le cas des milieux linéaires, la perméabilité est un scalaire, condition vérifiée
dans les matériaux isotropes (à l'échelle macroscopique au moins).
Dans le cas des matériaux anisotropes, la perméabilité est un tenseur.
 
B = µH (2.26)
 
Si le milieux est linéaire ( B et H sont colinéaires), on peut définir la perméabilité
magnétique absolue µ , par le rapport :

B
µ= (2.27)
H

On peut aussi définir une perméabilité magnétique relative µ r , par le rapport :

µ
µr = (2.28)
µ0

En combinant les relations (2.21) et (2.25),


 
M = χH et
   
B = µ 0 H + µ 0 M = µH

On peut déduire la relation entre la perméabilité et la susceptibilité magnétique par :

µ = µ 0 (1 + χ ) (2.29)

2.9 Magnéton de Bohr


La théorie montre qu'un moment magnétique est toujours un multiple entier d'un
moment magnétique unitaire appelé magnéton de Bohr µ B .
Dans le modèle ampérien :

=
µ B 9, 273 ⋅10−24 Am 2 (2.30)

Dans le modèle dipolaire :

µ=
B 1,65 ⋅10−29 Wbm (2.31)
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 21

2.10 Energie d'un moment magnétique dans une induction donnée


Nous avons déjà vu dans la relation (2.5) que le moment du couple appliqué au

moment m dans 1'induction B est donné par :
  
Γ= m × B
 
L'énergie du moment m dans 1'induction B est par définition le travail fourni (au
sens algébrique
 du terme) par le moment au système extérieur lorsqu'il s'éloigne a
1'infini où B est supposée nul. On a donc :
 
W =−m ⋅ B (2.32)

Importance du moment magnétique (ou dipôle magnétique)


Du point de vue de la réactivité à un champ électrique on distingue deux grands
types de milieux : Les isolants ou diélectriques qui réagissent en se polarisant et les
conducteurs qui réagissent en créant un courant électrique. Par contre tous les milieux
ont un comportement semblable en présence d’un champ magnétique, ils s’aimantent.
On distingue néanmoins ceux qui possèdent un moment magnétique propre
susceptible de s’orienter dans un champ magnétique extérieur et qui donnent lieu aux
phénomènes de paramagnétisme et de ferromagnétisme. Et ceux qui n’en possèdent
pas. Dans ces derniers, à cause des phénomènes d’induction, le champ magnétique
entraîne la création d’un moment magnétique opposé au champ. C'est l’origine du
diamagnétisme.
L’ensemble des phénomènes physiques liés au magnétisme repose sur la notion de
dipôle magnétique.
2.11 Réponse de la matière à un champ magnétique

L'aimantation M est une variable de configuration de la matière au même litre que
la polarisation électrique ou la déformation élastique. L'un des problèmes majeurs du
magnétisme des matériaux est  d'établir soit expérimentalement soit théoriquement la
relation entre l'aimantation M et les différentes
 variables auxquelles elle est sensible.
Parmi celles ci, le champ
 H et 1'induction B sont, on s'en doute, les plus importantes.
Mais comme H et B sont liés par la relation (2.25), il suffit de prendre soit 1'un soit
1'autre comme variable magnétique indépendante.
2.11.1 Choix du champ magnétique H comme variable indépendante
II est plus facile de contrôler directement le champ magnétique interne d'un
échantillon que son induction interne (particulièrement dans les mesures statiques).
2.11.2 Différents types de comportement magnétique d'une substance
 
La caractérisation

magnétique d'un matériau consiste idéalement a mesurer M ou B
en fonction de H . En pratique, on se contente la plupart du temps de mesurer M H ou
Chapitre 2 - Bases physiques du magnétisme de la matière 22

 
BH en fonction de H , où M H et BH sont les projections de M et B sur H. Les courbes
M H ( H ) et BH ( H ) sont appelées courbes d'aimantation. Quand il n'y a pas d'ambigüité
sur la direction de projection, ces relations classiques sont notées plus simplement
M ( H ) et B ( H ) .
Selon le type de matériau considéré, on obtient des comportements extrêmement
varies, qui dépendent plus ou moins de paramètres extérieurs tels que la température
ou la pression, de 1'histoire du matériau et de la direction d'application du champ dans
le cas de matériaux anisotropes.
L'étude des différents comportements magnétiques des matériaux fera l'objet du
prochain chapitre (Chapitre 3).
2.12 Origine microscopique de l’aimantation
2.12.1 Moment magnétique orbital
Le mouvement des électrons dans l’atome crée des boucles de courant. Le moment
magnétique associé à ces mouvements orbitaux entre pour une part dans le moment
magnétique d’un atome mais il ne suffit pas de rendre compte de toute l’aimantation.
2.12.2 Moment magnétique intrinsèque de l’électron et des nucléons
Chaque particule élémentaire possède un moment magnétique associé à son
moment cinétique intrinsèque (le spin). Le moment magnétique de l’électron est
quasiment égal au « magnéton de Bohr » :

eh
mB = (2.33)
2me

Le moment magnétique des nucléons est mille fois plus faible que celui des
électrons. Dans un atome ou une molécule, les propriétés magnétiques sont donc
essentiellement dues aux électrons.
L'étude microscopiques des matériaux magnétiques se fera à partir du chapitres 4.
Chapitre 3
Etude macroscopique des matériaux magnétiques

Sommaire

3.1 Introduction ……………………................................................................ 24

3.2 Diamagnétisme ……………………........................................................... 24

3.3 Paramagnétisme ……………………............................................................ 25

3.4 Ferromagnétisme ……………………........................................................... 26

3.4.1 Domaines de Weiss et parois de Bloch ……………………...................... 28

3.5 Antiferromagnétisme ……………………..................................................... 30

3.6 Ferrimagnétisme ……………………........................................................... 30

3.7 Propriétés magnétiques des éléments purs à l'état atomique …………….. 31

3.8 Propriétés magnétiques des édifices polyatomiques ……………………...... 32

3.9 Illustration et comparaison simplifiée des perméabilité : ferromagnétique 34


(μf), paramagnétique (μp), espace libre (μ0) et diamagnétique (μd)
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 24

3.1 Introduction
Les grandes classes de matériaux magnétiques sont présentées schématiquement, et
définies par rapport à leur réponse au champ magnétique interne : dia-, para-,
antiferro-, ferro, ferri, etc.
A 1'état libre, nous disons qu'un atome est magnétique s'il est porteur d'un moment
magnétique permanent représenté par un vecteur de module constant. Toute substance
matérielle est formée d'un ensemble d'atomes qui peuvent être soit non magnétiques
soit magnétiques ; dans ce dernier cas, la direction et parfois le module du moment
magnétique peuvent dépendre de l'environnement particulier de chaque atome (nature
et position des atomes voisins, température, champs magnétiques appliques).
Nous présentons les principaux types de comportements magnétiques, avant de les
décrire plus en détail à partir du chapitre 4. Ces principaux types de magnétisme sont
les suivants : diamagnétisme, paramagnétisme, antiferromagnétisme, ferromagnétisme
et ferrimagnétisme.
3.2 Diamagnétisme
Le diamagnétisme caractérise les substances qui ne comportent que des atomes non
magnétiques.
Ce magnétisme trouve son origine dans la modification du mouvement orbital des
électrons sous 1'effet du champ applique. Selon la loi de Lenz, les courants induits
donnent naissance a un flux d'induction oppose a la variation du champ applique. Ce
magnétisme existe également dans les substances possédant des atomes magnétiques,
mais il est si faible qu'il est alors totalement masqué par la contribution des atomes
magnétiques. Il est caractérisé par :
 Une très faible aimantation, induite par le champ,
 Cette aimantation est opposée au champ
 Une susceptibilité, pratiquement indépendante du champ (fig. 3.1 a)
 Une susceptibilité, pratiquement indépendante de la température (fig. 3.1 b)
 Une susceptibilité négative et très faible (habituellement de 1'ordre de 10-5).
Remarque : Un très fort diamagnétisme existe dans les substances supraconductrices,
avec une susceptibilité égale à - 1.

Figure 3.1 Variations sous champ magnétique de 1'aimantation (a) et variation


thermique de la susceptibilité magnétique (b) pour une substance diamagnétique [2]
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 25

Dans le tableau 3.1, nous donnons les valeurs de la susceptibilité diamagnétique de


quelques matériaux d'usage courant.
Tableau 3.1 : Susceptibilité diamagnétique de quelques matériaux [2]

Matière Χr Matière Χr

Si - 1,2 . 10-6 Se - 4,0 . 10-6

Cu - 1,08 .10-6 Ag - 2,4 . 10-6

Zn - 1,9 .10-6 Pb - 1,4 .10-6

Ge - 1,5 .10 -6 Al 2 0 3 - 3,5 .10-6

3.3 Paramagnétisme
Dans un grand nombre de cas, le magnétisme des substances paramagnétiques
provient des moments magnétiques permanents portes par tout ou partie des atomes.
Ces moments n'interagissent pratiquement pas entre eux et peuvent s'orienter
librement dans n'importe quelle direction, on parle alors de paramagnétisme des
atomes libres (figure 3.2-a).

Figure 3.2 Paramagnétisme des atomes libres [2]


Le paramagnétisme est caractérisé par :
 Une très faible aimantation, induite par le champ,
 Cette aimantation est dans le même sens du champ
 L'aimantation est d'autant plus faible que la température est élevée, c'est-a-dire
que 1'agitation thermique est importante (figure 3.2 b).
 Les variations de I 'aimantation en fonction du champ deviennent de plus en
plus linéaires avec l'augmentation de la température (figure 3.2 b).
 Une susceptibilité positive et faible (habituellement entre 10-3 à 10-5).
 Dans le cas idéal, 1'inverse de la susceptibilité initiale varie
proportionnellement a la température : c'est la loi de Curie (figure 3.2 c).
 La susceptibilité initiale, positive, est infinie au zéro absolu et décroit lorsque la
température augmente.
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 26

Remarque : Sont paramagnétiques la plupart des gaz, certains métaux, en particulier


les matériaux alcalins, quelques sels, les matériaux ferromagnétiques et
ferrimagnétiques lorsqu'ils sont chauffées au-dessus de leur température de Curie.
Le tableau 3.2 donne quelques valeurs de susceptibilités de quelques matériaux
d'usage courant.
Tableau 3.2 : Susceptibilité paramagnétique de quelques matériaux [1]

Matière Χr Matière Χr

Na 8,6 . 10-6 Pt 1,2 . 10-5

Al 7,7 .10-6 U 3,3 . 10-5

Mn 1,2 .10-4 CoO 0,75 .10-3

Ta 1,1 .10-6 Fe 3 C 3,7 .10-5

W 1,1 .10-6 Fe γ 2,5 .10-5

3.4 Ferromagnétisme
Contrairement au cas précédent, des interactions dites d'échange positives
favorisent, dans une substance ferromagnétique, le parallélisme des moments
magnétiques d'atomes voisins (figure 3.3 a). Tout se passe alors comme si un champ
magnétique, appelé champ moléculaire, alignait les moments (ce champ fictif nous
sera utile pour décrire le ferromagnétisme, mais en réalité ce n'est pas un vrai champ
magnétique). Comme pour I 'antiferromagnétisme, a haute température 1'agitation
thermique conduit a une susceptibilité similaire a celle d'un paramagnétique : c'est la
loi de Curie-Weiss (figure 3.4 c).

Figure 3.3 Ferromagnétisme


(a) Réseau de moments magnétiques (b) Variation sous champ de l'aimantation
1
(T 1 <Tc<T 2 <T 3 (c) Variation thermique de (d) Variation thermique de
χ
l'aimantation spontanée M S [2]
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 27

Cependant, en raison des interactions magnétiques, la susceptibilité - au lieu de


devenir infinie à 0 K comme dans un paramagnétique - devient infinie a une
température caractéristique, appelée températures de Curie Tc. En dessous de cette
températures, les interactions dominent 1'agitation thermique et une aimantation
spontanée (Ms) apparait en l'absence de champ appliqué. L'aimantation qui atteint à
températures nulle, sa valeur maximale M 0 , correspond au parallélisme de tous les
moments individuels (figures 3.3b et 3.3 d).
Malgré 1'existence d'une aimantation spontanée en dessous de Tc, un morceau de
matériau ferromagnétique n'est pas toujours spontanément aimante. Son moment
magnétique peut être nul, on dit alors que le matériau est désaimanté. Ceci résulte du
fait que 1'intérieur du matériau est divise en domaines magnétiques, appelés domaines
de Weiss. Chaque domaine, qui comporte un grand nombre d'atomes, est spontanément
aimanté. D'un domaine a 1'autre la direction des moments, c'est-a-dire de l'aimantation
spontanée locale, varie de sorte que le moment magnétique total de 1'échantillon est
nul.
Cependant en appliquant un champ, on modifie la répartition des domaines et il en
résulte la variation de 1'aimantation représentée en trait plein sur la figure 3.4 et
appelée courbe de première aimantation : ainsi, au niveau macroscopique, un
ferromagnétique est une substance qui acquiert généralement une forte aimantation
sous 1'action d'un champ.

Figure 3.4 Courbe d'aimantation d'un matériau non aimanté ou courbe de première
aimantation (trait plein) et cycle d'hystérésis (traits discontinus) [2]

Sous des champs magnétiques suffisamment élevés, 1'aimantation tend à se saturer.


Si l'on fait ensuite varier continument le champ applique entre deux valeurs extrêmes
+- H0 , la variation de 1'aimantation n'est plus réversible et décrit un cycle d'hystérésis.
Outre une forte aimantation, la courbe de première aimantation ainsi que le cycle
d'hystérésis comptent donc parmi les propriétés essentielles des substances
ferromagnétiques. La plupart des applications technologiques sont basées sur
1'existence de ce cycle.
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 28

Sur la Figure 3.5 est illustrée la courbe d’aimantation initiale et est valable seulement
pour les matériaux ferromagnétiques que l’on expose pour la première fois à un champ
magnétique intense.

Figure 3.5 Courbe d’aimantation initiale [5]


Lorsque l’on applique un champ magnétique à un matériau de manière à atteindre
l’induction maximale et qu’ensuite on diminue l’intensité du champ, on réalise que
l’induction ne suit pas la même courbe que lors de l’aimantation initiale. Il s’agit d’un
phénomène de retard ou de décalage entre le champ appliqué et l’induction appelé
hystérésis. Ce phénomène est causé par le fait que le champ appliqué lors de
l’aimantation initiale a déplacé les parois de Bloch de manière irréversible et qu’il faut
un champ minimal pour entraîner le déplacement de ces parois.
3.4.1 Domaines de Weiss et parois de Bloch
Sachant qu'un matériau ferromagnétique (en 1'absence de champ) possède une
aimantation spontanée, on s'attendrait à ce que tout échantillon de ce matériau possède
un moment permanent. Or, il n'en est rien, par exemple, en général, un morceau de fer
n'attire pas un autre morceau de fer (sauf s'il a été précédemment aimanté). Pierre
Weiss a levé cette contradiction en supposant qu'au niveau macroscopique
(typiquement pour des dimensions supérieures au micron) un matériau
ferromagnétique se subdivise spontanément en domaines. Chaque domaine possède
bien une aimantation spontanée, mais d'un domaine a 1'autre 1'aimantation résultante
n'a pas la même direction, de sorte qu'au niveau macroscopique il n'y a plus de
moment résultant. Ainsi, a 20°C, un monocristal de cobalt de structure hexagonale voit
son aimantation s'orienter préférentiellement parallèlement à 1'axe c : 1'échantillon se
trouve divise en une égale proportion de deux types de domaines correspondant aux
deux orientations possibles selon cet axe (figure 3.6 a). De même, un monocristal de
fer, de structure cubique et dont les moments magnétiques sont selon 1'un des trois
axes quaternaires [100], [010] ou [001], est divise en proportions égales en six types de
domaines (six phases) correspondant aux six orientations possibles des moments
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 29

magnétiques. La figure 3.6 b montre quatre de ces phases pour une lamelle peu épaisse
taillée dans un plan (001).

Figure 3.6 Représentation schématique de la division en domaines


(a) Cristal hexagonale où l'axe [001] est de facile aimantation
(b) Cristal cubique où les axes quaternaires <100> sont de facile aimantation [2]
La Figure 3.7 montre les domaines magnétiques dans un monocristal de fer et
montre comment ils se déforment sous l’application d’un champ magnétique. En
l’absence d’un champ magnétique appliqué H, l’orientation de chacune de ces zones
est aléatoire et il en découle une induction magnétique résultante nulle. Lorsque l’on
applique un champ magnétique, les parois de Bloch se déplacent de manière à ce que
les domaines magnétiques dont l’orientation du moment magnétique est près de celle
du champ magnétique appliqué prennent de l’expansion, au détriment des domaines
dont l’orientation est près de la direction opposée au champ magnétique. Ce
phénomène fait en sorte que l’induction magnétique dans les matériaux
ferromagnétiques est supérieure à celle du vide. Il va sans dire que ce phénomène est
aussi présent dans les matériaux ferrimagnétiques.

Figure 3.7 Domaines magnétiques dans un monocristal de fer [5]


Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 30

3.5 Antiferromagnétisme
L'antiferromagnétisme est un magnétisme faible similaire au paramagnétisme dans
le sens que sa susceptibilité est faible et positive. Cependant la variation thermique de
1'inverse de la susceptibilité, mesurée sur une substance polycristalline, présente un
minimum à la température dite température de Néel TN (figure 3.8 c). Ce maximum de
susceptibilité à pour origine 1'apparition, en-dessous de TN, d'un arrangement
antiparallèle des moments magnétiques présents dans la substance qui se divisent, dans
les cas les plus simples, en deux sous-réseaux d'aimantations égales et opposées de
sorte qu'en 1'absence de champ, 1'aimantation totale est nulle (figure 3.8 a).
Cet arrangement antiparallèle des moments individuels est la conséquence
d'interactions entre atomes voisins (appelées interactions d'échange négatives}. Celles
ci s'opposent à 1'action du champ appliqué qui tendrait à rendre les moments
parallèles. Quand la température décroit en dessous de TN, la susceptibilité diminue
car 1'agitation thermique qui s'oppose a 1'ordre antiferromagnétique des moments
diminue. A haute température, 1'agitation thermique prend le dessus et l'on retrouve
une variation thermique de la susceptibilité similaire à celle d'un paramagnétique
(figure 3.8 b et c).

Figure 3.8 Antiferromagnétisme - (a) Réseau de moments magnétiques - (b) M ( H ) ;


(c) χ −1 (T ) [2]
3.6 Ferrimagnétisme
Le ferrimagnétisme caractérise un matériau de type antiferromagnétique dans lequel
les deux sous-réseaux n'ont pas la même aimantation (figure 3.9 a) : il n'y a alors plus
de compensation exacte de 1'aimantation des deux sous-réseaux. II en résulte, en
dessous de la température d'ordre T C , une aimantation spontanée de sorte que, comme
le montrent les figures 3.9 b et 3.9 d, les propriétés macroscopiques d'un
ferrimagnétique dans cette gamme de températures peuvent présenter une
ressemblance frappante avec celles d'un ferromagnétique.
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 31

Fig. 3.9 Ferrimagnétisme - (a) Réseau de moments magnétiques - (b) M ( H )


(c) χ −1 (T ) - (d) M S (T ) [2]
L'aimantation spontanée des substances ferrimagnétiques peut présenter des
variations thermiques beaucoup plus tourmentées que celle présentée sur la figure 3.9
d, avec en particulier la possibilité de s'annuler a une température T comp inferieure a
T C , en raison de la compensation exacte des deux sous-réseaux. T comp est alors appelée
température de compensation. De même, si à très haute température, 1'inverse de la
susceptibilité magnétique varie à peu prés linéairement avec la température, elle
s'écarte notablement de ce comportement linéaire en approchant de la température de
Curie.
Par ailleurs, l'asymptote de la courbe χ −1 (T ) coupe 1'axe des abscisses dans la zone
des températures négatives (figure 3.9 c), contrairement au cas des substances
ferromagnétiques.
De nombreux matériaux qui présentent des structures magnétiques non colinéaires
et /ou qui sont constituées de plusieurs types d'atomes magnétiques présentant des
moments différents peuvent être classées dans la catégorie des substances
ferromagnétiques ou ferrimagnétiques.
3.7 Propriétés magnétiques des éléments purs à l'état atomique
79 parmi les 103 premiers éléments purs sont porteurs d'un moment magnétique à
1'état atomique fondamental, ainsi que le montre le tableau 3.3.
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 32

Tableau 3.3 Propriétés magnétiques des éléments à l'état atomique

A l'état fondamental, les seuls éléments non magnétiques (gras encadrés) sont ceux pour lesquels
J = 0 . Be..., Zn..., He..., Pd, Yb ( 1S0 ), C... ( 5 P0 ), W ( 5 D0 ) et Sm ( 7 F0 ). Les atomes radioactifs sont
donnés en italique.

3.8 Propriétés magnétiques des édifices polyatomiques


Au contraire, des lors qu'ils sont intégrés à un édifice polyatomique (molécule,
cristal pur, composes et alliages, ...), seulement un petit nombre d'atomes sont porteurs
d'un moment magnétique permanent. Le tableau 3.4 1'illustre dans le cas des éléments
solides purs. Très peu d'entre eux sont ferromagnétiques ou ferrimagnétiques : ce sont
le fer, le cobalt et le nickel, ainsi que plusieurs métaux de la série 4f des terres rares
(Eu a Tm). Et encore, le caractère magnétique peut-il dépendre de la structure
cristallographique : dans sa phase cubique centrée, le fer (a-Fe) est ferromagnétique a
la température ambiante, tandis que dans sa phase cubique à faces centrées (y-Fe), il ne
l'est pas sous pression atmosphérique et, de plus, son moment est alors très sensible à
la distance interatomique (tableau 3.4).
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 33

Tableau 3.4 Propriétés magnétiques à basse température des éléments purs à l'état
solide. En gras encadré : les substances ordonnées

Dans le cas des substances comportant plus d'une espèce atomique, le moment de
chaque type d'atome dépend également du matériau considéré et aucun raisonnement
élémentaire ne permet de prédire a priori si telle ou telle substance sera - ou non -
magnétique. Le tableau 3.5 1'illustre bien dans le cas du fer.
Tableau 3.5 Moment magnétique porté par les atomes de fer à O° K et en champ
extérieur nul dans différents matériaux

Remarque importante
II existe des matériaux dont aucun des constituants ne présente de ferromagnétisme
à 1'état pur et qui sont cependant ferromagnétiques : par exemple, 1'alliage d'Heusler
Cu2MnAl est ferromagnétique a la température ambiante, alors que le cuivre est
diamagnétique, le manganèse est antiferromagnétique et aluminium est
Chapitre 3 - Etude macroscopique des matériaux magnétiques 34

paramagnétique. La théorie quantique du magnétisme permet d'interpréter ces


résultats à priori surprenants.
3.9 Illustration et comparaison simplifiée des perméabilité : ferromagnétique (μf),
paramagnétique (μp), espace libre (μ0) et diamagnétique (μd)

Figure 3.10 Illustration et comparaison simplifiée des perméabilités : ferromagnétique


(μf), paramagnétique (μp), espace libre (μ0) et diamagnétique (μd)
Chapitre 4
Etude microscopique du diamagnétisme

Sommaire

4.1 Introduction ………………....................................................................... 36

4.2 Etude classique du diamagnétisme : Théorie de Languevin ………………. 36

4.2.1 Précession de Larmor ………………...................................................... 37

4.2.2 Moment magnétique induit ……………….............................................. 38

4.2.3 Susceptibilité diamagnétique du matériau à N atomes ………………....... 39

4.3 Exercices ………………............................................................................. 40


Chapitre 4 - Etude microscopique du diamagnétisme 36

4.1 Introduction
Le diamagnétisme est un comportement des matériaux qui les conduit, lorsqu'ils
sont soumis à un champ magnétique, à créer une très faible aimantation opposée au
champ extérieur, et donc à générer un champ magnétique opposé au champ extérieur.
Lorsque le champ n’est plus appliqué, l’aimantation disparaît. Le diamagnétisme est
un phénomène qui apparaît dans toute la matière atomique, mais il est masqué par les
effets du paramagnétisme ou du ferromagnétisme lorsque ceux-ci coexistent avec lui
dans le matériau.
Le diamagnétisme est une propriété générale de la matière atomique (matière
constituée d'atomes), qui provoque l'apparition d'un champ magnétique faible dans le
matériau, opposé à un champ magnétique appliqué. L'origine du diamagnétisme est un
phénomène quantique (Quantification de Landau), pouvant être expliqué par la
modification du mouvement orbital des électrons autour du noyau atomique [4], [5],
[7], [8], [9] et [10].
La susceptibilité magnétique des matériaux diamagnétiques est très faible et
négative, autour de -10-5 ou -10-6. Le champ magnétique induit par ce phénomène est
donc très faible.
La susceptibilité d'un matériau diamagnétique reste constante quand la température
varie. C'est une différence majeure avec les matériaux paramagnétiques, qui ont une
susceptibilité positive, plus importante et qui diminue lorsque la température
augmente.
4.2 Etude classique du diamagnétisme : Théorie de Languevin
Observation expérimental : la plus part des corps dits diamagnétiques sont
repoussés par les aimants.

Figure 4.1 Répulsions des lignes de champ par un matériau diamagnétique


C’est en général un effet très faible et indépendant de T.
Chapitre 4 - Etude microscopique du diamagnétisme 37

La théorie de Langevin du diamagnétisme que nous allons développer est une


théorie classique, elle recours à une description classique des mouvements
électroniques [4], [5], [7] et [8].
On ne peut expliquer le diamagnétisme rigoureusement que par la théorie
quantique. Cependant, on peut utiliser une approche semi-classique, qui permet de
comprendre le phénomène sans pour autant aller jusqu’à étudier la théorie quantique.
4.2.1 Précession de Larmor
Un atome (ou molécule) est dit diamagnétique si son moment magnétique
permanent est égal à 0.

En présence d’un champ magnétique, l’atome acquiert un moment induit m .

Dans un champ d'induction B , ce moment est soumis à un couple mécanique de
moment :
  
Γ= m ∧ B (4.1)

Le théorème de la variation du moment cinétique dit que [11], [12], [13] et [14] :

dL   
= ∑ Moments des couples mécaniques = Γ = m ∧ B (4.2)
dt

Pour un atome :

 e 
m= − l (4.3)
2me

D'où :

dm e  
=
− m∧B (4.4)
dt 2me

On pose :

 e 
ωL = B Pulsation de Larmor (4.5)
2me

Ce qui donne :
Chapitre 4 - Etude microscopique du diamagnétisme 38


dm  
=ωL ∧ m (4.6)
dt

Cette expression caractérise un mouvement circulaire.



Ainsi l'application d'un champ d'induction B induit un mouvement de précession de
 
l'atome autour de B avec la vitesse angulaire ωL , ce mouvement est appelé précession de
Larmor.

En première approximation, les orbites électroniques à l'intérieur de l'atome soumis à la


précession de Larmor ne sont pas modifiées.

L'action de B consiste simplement à entrainer l'orbite dans un mouvement de précession de

pulsation ωL sans modifier cette orbite au sein de l'atome (figure 4.2).

B


m

Figure 4.2 Précession de Larmor


4.2.2 Moment magnétique induit
D’après la Loi de Lenz, si on considère le cercle comme une spire de courant, un flux
φ est créé dans le circuit, induisant une force électromotrice :


ε=− (4.7)
dt

Cette force électromotrice équivaut à un champ électrique qui freine l’électron. La


diminution de la vitesse de l’électron entraîne une diminution du moment magnétique

m , d’amplitude :

 e2 r 2 
∆m =− B (4.8)
4me
Chapitre 4 - Etude microscopique du diamagnétisme 39

Dans le cas d’un atome, on a Z électrons gravitant sur des orbites autour du noyau, le
moment magnétique induit de l'atome est donc :

 e2 Z < r 2 > 
∆m =− B (4.9)
6me

avec < r 2 > la valeur moyenne du carré du rayon des différentes orbites.

On peut déduire < r 2 > de la physique quantique, tel que :

1∞
<=
r2 > ∫
Z0
4πr 2 dr * n(r )r 2 (4.10)

avec n(r ) la densité électronique.

4.2.3 Susceptibilité diamagnétique du matériau à N atomes


On peut calculer la susceptibilité magnétique. Avec N le nombre d'atomes par unité
de volume, l'aimantation du système est donnée par :

  µ 0 Ne 2 Z < r 2 >  
M=N ∆m =− H= χH (4.11)
6me

D’où la susceptibilité du matériau :

µ 0 Ne 2 Z < r 2 >
χ=− (4.11)
6me

où encore :

µ 0 Ne 2 R 2 Z
χ=− (4.11)
6mV

Où R 2 est le calcul de la moyenne du carré du rayon des différentes orbites.


On remarque bien que la susceptibilité diamagnétique est :
a) Négative
b) Indépendante de la température
Chapitre 4 - Etude microscopique du diamagnétisme 40
Chapitre 4 - Etude microscopique du diamagnétisme 41

4.3 Exercices
Exercice 1
On considère un électron de masse m, de charge e décrivant avec la vitesse angulaire
ω une orbite circulaire de rayon r autour du noyau.
1. Exprimer le moment magnétique M correspondant, ainsi que le moment cinétique N
de cet électron et donner l'expression du rapport gyromagnétique γ.

Ce système est placé dans un champ magnétique uniforme H faisant un angle (π/2 - θ)
avec la direction de N.
2. Montrer en utilisant le théorème du moment cinétique que le système va suivre un
mouvement de précession par rapport à la direction de H avec une vitesse angulaire
ω p que l'on calculera.
3. En déduire le moment cinétique induit par un tel mouvement ainsi que le moment
magnétique correspondant.
4. Si cet atome possède Z électrons circulant sur des orbites circulaires de rayon moyen
R et dont les plans sont répartis de façon isotrope dans l'espace, donner l'expression
du moment magnétique.
5. Le matériau possédant N atomes par unité de volume, en déduire l'expression de la
susceptibilité diamagnétique.
Exercice 2
Dans la théorie du diamagnétisme de Langevin, le mouvement d’un électron autour du

noyau de l’atome est équivalent au mouvement du moment magnétique m généré par
un courant I qui passe dans un circuit fermé d’aire S.
On considère un électron de masse m, de charge e décrivant avec la vitesse angulaire
ω une orbite circulaire de rayon r autour du noyau.
 
1. Donner la relation entre m , I et S, puis exprimer m en fonction de ω, e et r.

2. Donner le moment cinétique L de cet électron puis l’exprimer en fonction de m,
ω et r.
   
3. La relation entre m et L peut se mettre sous la forme m = −γL . Donner l’expression
de γ .
Chapitre 4 - Etude microscopique du diamagnétisme 42

Que représente γ ?
 
Ce système est placé dans un champ magnétique uniforme H = Hk faisant un angle θ

avec la direction de L .
4. Montrer en utilisant le théorème du moment cinétique que le système va suivre un

mouvement de précession par rapport à la direction de H avec une vitesse angulaire
Ωp que l'on calculera.

5. En déduire le moment cinétique induit par un tel mouvement ainsi que le moment
2
magnétique correspondant. On donne < cos 2 θ > = < sin 2 θ > = .
3

6. Si cet atome possède Z électrons circulant sur des orbites circulaires de rayon
moyen R et dont les plans sont répartis de façon isotrope dans l'espace, donner
l'expression du moment magnétique de l’atome.
Le matériau possédant N atomes par unité de volume, en déduire l'expression de la
susceptibilité diamagnétique.
Chapitre 5
Etude microscopique du paramagnétisme

Sommaire

5.1 Introduction …………................................................................................. 43

5.2 Paramagnétisme : Théorie de Langevin …………........................................ 44

5.2.1 Aimantation pour des champs magnétiques très faibles (ou pour des 49
températures très élevées)

5.2.2 Aimantation pour des champs magnétiques très forts (ou pour des 50
températures très basses)

5.3 Corrections apportées par la théorie quantique …………............................. 50

5.4 Exercices …………..................................................................................... 53


Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 43

5.1 Introduction
Le paramagnétisme est caractérisé par une susceptibilité relative positive, de faible
amplitude, c'est à dire comprise entre 10-6 et 10-3. Il se rencontre dans les substances
dont les atomes possèdent un moment magnétique permanent, lorsque ces moments ne
sont pas couplés les uns aux autres. Sous l'action d'un champ magnétique, ces
moments tendent à s'aligner. Toutefois, l'aimantation qui en résulte demeure très
faible, car l'effet de l'agitation thermique qui oriente aléatoirement les moments
magnétiques reste prépondérant.
A quelques exceptions près telles que l'uranium et le titane, la susceptibilité relative
suit la loi de Curie, c'est-à-dire qu'elle varie en raison inverse de la température
absolue.
Sont paramagnétiques la plupart des gaz, certains métaux, en particulier les
matériaux alcalins, quelques sels, les matériaux ferromagnétiques et ferrimagnétiques
lorsqu'ils sont chauffées au-dessus de leur température de Curie [1], [2], [4] et [5].
Pierre Curie, dans sa thèse (1895), étudie les propriétés magnétiques des corps à
diverses températures.
Il établit les lois des variations de l’aimantation des corps avec la température absolue
T.
- Il a découvert que la susceptibilité paramagnétique varie comme 1/T (Loi de Curie).
- Pour les ferromagnétiques, il y a une transition vers un état paramagnétique
(l’aimantation diminue fortement et brusquement) au-dessus d’une température Tc,
dite « température de Curie ».
- Pour le Fe, Tc = 770° Celsius
Paul Langevin (1905) a expliqué l’origine physique de ces lois et les a démontrées
théoriquement.
En utilisant la physique statistique de L. Boltzman, il a réussi à retrouver
théoriquement la loi empirique de Curie.
Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 44

5.2 Paramagnétisme : Théorie de Langevin


Le modèle du paramagnétisme de Langevin est basé sur l'hypothèse fondamentale
que la distance séparant les dipôles est suffisamment grande pour qu'il n'y ait pas
d'interaction entre eux.
Cette théorie répond aux questions suivantes :
 Dans quelle mesure un champ magnétique est-il capable d'orienter des moments
magnétiques atomiques permanents indépendants les uns des autres?
 Quel rôle joue la température ?
Le modèle de Langevin du paramagnétisme se place dans le cadre de la physique
classique et ignore la quantification du moment magnétique. La projection du moment
  
magnétique m sur la direction du champ appliquée H = Hu z peut prendre toutes les
 
valeurs possibles de l'intervalle [ −m0 , m0 ] .

On considère un milieu contenant N particules paramagnétiques par unité de



volume. Ces particules sont donc affectées de moments magnétiques m . Le milieu est

supposé peu dense (on dit dilué), si bien que chaque moment m est indépendant des
autres ; il n'est soumis qu'à l'action du champ extérieur.

Soumis à un champ extérieur H chaque moment subit un couple mécanique de

moment Γ :
    
Γ= m ∧ B= m ∧ µ 0 H (5.1)

Nous pouvons aussi raisonner en terme d'énergie potentielle, en exprimant que


 
soumis à ce champ extérieur H , l' énergie potentielle W associée au couple Γ , aussi
appelée énergie de Zeeman, peut s'écrire :

   
W =−m ⋅ B =−m ⋅µ 0 H (5.2)

  
On mesurera l'angle θ entre m et H à partir de H , dont l'orientation servira de
référence.
On a:

W =−mµ 0 H cos θ (5.3)


Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 45

Les moments étant indépendants les uns des autres, il est raisonnable d'admettre que
leur distribution énergétique est donnée par la loi de Boltzmann.
Soit n(θ)d θ le nombre de moments par unité de volume faisant un angle compris

entre θ et θ + d θ avec H , et soit d Ω l'angle solide qu'ils occupent.

 W 
n(=
θ)d θ n0 exp  −  dΩ (5.4)
 KT 

Ou encore :

 mµ 0 H cos θ 
n(θ)d=
θ n0 2π sin θ exp   dθ (5.5)
 KT 

où n0 est une constante de normalisation définie par la condition :

∫ n(θ)d θ = N
0
(5.6)

Avec d Ω= sin θd θd φ


H

dΩ

θ dθ

Fig. 5.1 Distribution des moments magnétiques dans un champ H


Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 46


L'aimantation M s'obtient en faisant la somme des projections de tous les moments

sur H :

π
M= ∫ n(θ)m cos θd θ
0
(5.7)

L'intégration de cette expression est aisée à condition de la récrire sous la forme


suivante :

 mµ 0 H cos θ 
π

∫ cos θ sin θ exp  KT


 dθ

M = Nm 0 (5.8)
π
 m µ H cos θ 
∫0 sin θ exp  0 KT  d θ

mµ 0 H
En posant α =
KT
et cos θ =x
Il vient :

−1

∫ x exp ( αx ) dx
M = Nm 1
−1 (5.9)
∫ exp ( αx ) dx
1

d'où :

 1
=
M Nm  coth α −= NmL(α) (5.10)
 α

Dans cette expression, L(α) désigne la fonction de Langevin. Mathématiquement,


elle est représentée sur la figure 5.2.
Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 47

Fig. 5.2 Fonction de Langevin

mµ 0 H
Etant donné que le paramètre α = est une quantité positive, on ne
KT
s'intéressera qu'à la branche pour les α supérieurs à zéro (fig. 5.3).

Fig. 5.3 Fonction de Langevin


Cette fonction possède une asymptote horizontale :

lim L(α) =1
(5.11)
α→∞

Au voisinage de l'origine, on peut représenter L(α) par le développement :

α α3
L (α ) = + + (5.12)
3 45

L'allure de L(α) laisse prévoir le phénomène de saturation correspondant à



l'alignement parfait des dipôles sur H . La contradiction avec les faibles susceptibilités
annoncées auparavant n'est qu'apparente, car sauf exceptions, seule une portion de
L(α) très proche de l'origine doit être prise en considération n'excédant rarement 10-2.
Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 48

En effet, dans les champs très élevés tels que ceux créés par les bobines
supraconductrices, par exemple H = 5 ⋅106 A / m , à température ambiante et
pour m = m B , donc :

=
α 1, 45 ⋅10−2 (5.13)

Fig. 5.3 Moment magnétique atomique apparent M N en unités de m B à basse


température, pour les ions bivalents de gadolinium, de fer et de chrome. Mesures
effectuées sur des sels complexes, paramagnétiques. En traits pleins, les fonctions de
Brillouin, S est le spin des ions [1]

L'énergie potentielle communiquée par H aux moments magnétiques reste donc très
faible vis à vis de l'énergie d'agitation thermique. On le vérifie facilement par la
relation (5.3) :

W < 5,85 ⋅10−23 J = 3,65 ⋅10−4 eV (5.14)

=
Cette valeur est à comparer à KT 0,025 eV , à 20 °C .
Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 49

5.2.1 Aimantation pour des champs magnétiques très faibles (ou pour des
températures très élevées)
α
En effet, nous avons dans ce cas α  1 ⇒ coth α ≈ α −1 +
3

On peut par conséquent remplacer dans (5.10), L(α) par le premier terme de
développement (5.12).
 
Sachant que=
M NmL(α)u z

Il vient :

 α
M ≈ Nm u z (5.13)
3

de la forme :

 uNm 2  
M = H (5.14)
 3 KT 

D'où :

uNm2
χ= (5.15)
3KT

Ou encore :

 Nm 2 B 
M≈ uz (5.16)
3KT

qui peut être présentée de la forme :

 Nm 2  B B
=M =  C : Loi de Curie (5.17)
 3K  T T

Nm 2
Avec C=
3K

La relation (5.17) exprime la loi de Curie : la susceptibilité des matériaux


paramagnétiques varie proportionnellement à l'inverse de la température absolue.
Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 50

5.2.2 Aimantation pour des champs magnétiques très forts (ou pour des
températures très basses)
1
Dans ce cas, nous avons : α  1 ⇒ ≈ 1 et α −1 ≈ 0
th(α)

D’où l’aimantation est :

M = Nm (5.18)

Donc :

M = C te Le matériau est aimanté à saturation (5.19)

Au voisinage du zéro absolu, des champs de l'ordre de 106 A/m provoquent dans
certaines substances paramagnétiques une aimantation à saturation, correspondant à
des valeurs de α comprises entre 5 et 10, comme en témoignent les courbes de la figure
5.3.
5.3 Corrections apportées par la théorie quantique
La théorie quantique montre que le module du moment magnétique atomique varie
par valeurs discrètes et que son orientation dans l'espace, repérée à partir d'un champ

extérieur H , ne peut correspondre qu'à certains angles θ déterminés. On a déjà tenu
compte du premier résultat, mais pas du second qui implique une nouvelle

quantification des projections du moment sur H .

L'intégrale (5.7) dans laquelle toutes les orientations de m dans l'espace sont autorisées
doit donc être remplacée par une somme sur les valeurs permises de θ . Les
 
projections m H de m sur H sont données par :

M
mH = JgmB (5.20)
J

−J ≤ M ≤ J (5.21)

Dans l'équation (5.21) le nombre quantique M varie par sauts d'une unité, J est entier
ou demi entier.
Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 51

La valeur maximum de m H est J g m B , et dans (5.20) le quotient M / J joue le même


rôle que cos θ dans le modèle classique, comme le montre la figure 5.4.

Fig. 5.4 Quantification de la projection m sur H


L'expression (5.8) prend donc la forme :

M 
M =+J
M  J JgmB H 
∑ exp  KT 
M =−J J  
M = NJgmB  
(5.22)
M 
M =+J  J JgmB H 
∑ exp  KT 
M =−J  
 

où encore :

M =+J
M  M
∑ J
exp  α 
 J 
M = NJgmB M =M−=J+ J (5.23)
 M

M =−J
exp  α 
 J 

Le quotient de ces sommations est connu sous le nom de fonction de Brillouin BJ (α) ,
d'où :

=M NJgmB BJ (α) (5.24)

où :

2J +1  2J +1  1  1 
=BJ (α) coth  α − coth  α (5.25)
3J  2J  2J  2J 
Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 52

En observant les équations (5.10) et (5.24), on remarque que la quantification de



l'orientation de m a pour effet de remplacer dans l'expression de l'aimantation, la
fonction de Langevin par une fonction de Brillouin. La figure 5.5 permet de comparer
ces fonctions, et démontre que la saturation intervient en réalité plus rapidement que
ne le prévoit la théorie classique de Langevin.

Fig. 5.5 Fonctions de Brillouin


Pour α  1 , les fonctions de Brillouin peuvent être représentées par :

( J + 1)2 + J 2  ( J + 1)
J +1
BJ =
(α ) α−   α3 + ... (5.26)
3J 90 J 3

En ne conservant que le premier terme de ce développement, l'équation (5.26) conduit


à une nouvelle expression de la loi de Curie :

NJ ( J + 1) g 2 m 2
χ= (5.27)
3KT

On peut comparer cette expression avec celle trouvée par l'approche classique dans
l'équation (5.15).

Nm 2
χ=
3KT
Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 53

5.4 Exercices
Exercice 1

1) Une substance paramagnétique contenant N dipôles identiques, de moment m , par

unité de volume est placée dans un champ magnétique uniforme H . Les moments ne
peuvent s'orienter que parallèlement ou antiparallèlement au champ. L'énergie
d'interaction dipolaire est supposée négligeable.
1) Donner l'énergie magnétostatique des dipôles.
2) Donner à l'équilibre thermodynamique, pour une température T, la densité des
populations des deux niveaux d'énergie magnétique susceptibles d'être occupés par ces
dipôles en supposant qu'ils obéissent à la statistique de Maxwell-Boltzmann.

3) En déduire l'aimantation M de la substance paramagnétique et sa variation en

fonction de H .
4) Dans le domaine de validité de la loi de Curie, donner l'expression de la
susceptibilité de la substance considérée.
Exercice 2
Considérons un ensemble macroscopique d'atomes, chacun ayant un moment
magnétique dû au spin électronique. Pour un électron dépourvu de moment cinétique,
le moment magnétique associé à son spin est :
 s
m =−2µ B
h

1) Quelle est l'énergie d'un électron dans un champ magnétique uniforme parallèle à la
direction Oz. Montrer que les atomes se répartissent sur deux niveaux d'énergie que
l'on déterminera.
2) Pour un ensemble d'atomes on peut définir une température T qui correspond à
l'équilibre thermique pour lesquels les atomes se répartissent entre les deux niveau
d'énergie. La population de ces deux niveaux est donnée par la distribution de
Maxwell-Boltzmann.

2.1) Calculer l'aimantation M du milieu.
2.2) Calculer la susceptibilité pour des champs faibles à température ordinaire.
Montrer qu'elle est inversement proportionnelle à la température.
Chapitre 5 - Etude microscopique du paramagnétisme 54

2.3) Déterminer la constante de Curie en fonction de µ B


Exercice 3
On suppose que les atomes d'une substance paramagnétique possèdent un moment
magnétique µ par qui peut être considéré comme un vecteur classique. Toutes les
orientations sont possibles en présence d'un champ magnétique uniforme B = Bk. On
admet de plus que le système est décrit par la statistique de Maxwell-Boltmann.
1) Donner la probabilité pour que le moment magnétique d'un atome soit dirigé dans
l'angle solide d Ω
2) Donner la valeur moyenne de la composante selon k du moment magnétique d'un
système comprenant N atomes en fonction de la fonction de Langevin définie par:
L(x) = coth (x) - 1/x
3) Montrer que pour une induction magnétique assez faible ou pour une température
assez élevée l'aimantation vérifie la loi de Curie.
4) Que devient la composante M z de l'aimantation selon k lorsque l'induction est très
intense ou la température très basse?
Chapitre 6
Etude microscopique du ferromagnétisme

Sommaire

6.1 Introduction …………………………........................................................ 55

6.2 Théorie de Weiss …………………………................................................... 56

6.3 Discussion des résultats …………………………...................................... 57

6.4 Corrections apportées par la théorie quantique …………………………..... 58

6.5 Origine du ferromagnétisme …………………………................................. 60

6.7 Structure des bandes 3d, 4s et couplage ferromagnétique …..................... 61

6.8 Méthodes expérimentales ………………………….................................. 62

6.9 Règle de Hund …………………………................................................... 63

6.10 Occupation de la bande 3d et 4s dans les métaux purs ……………....... 64

6.11 Cas des alliages …………………………................................................. 64

3.12 Exercices …………………………............................................................ 65


Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 56

6.1 Introduction
Les matériaux ferromagnétiques contiennent des domaines qui peuvent présenter
une aimantation même en l’absence de champ magnétique externe. Quand un champ
magnétique externe est appliqué, les différents domaines s’alignent et les champs
internes deviennent très intenses. Cependant, lorsque la température augmente, le
magnétisme décroît et, dans certains cas, une transition de phase se produit et
l’aimantation disparaît. Le paramagnétisme n’explique pas l’aimantation des aimants

permanents (en l’absence de champ H appliqué) [1], [2], [14], [15] et [16].
 
Comment expliquer l’aimantation à rémanence (sous H = 0 ) dans certains métaux
de transition tels que Fe, Co, Ni, ou les terres rares ou certains oxydes comportant ces
éléments…?
Pour quelle raison les moments magnétiques s'alignent-ils parallèlement les uns aux
autres dans les matériaux ferromagnétiques? L'explication dépend évidemment du
modèle choisi pour décrire le phénomène. La théorie quantique fait appel aux notions
d'énergie d'échange entre moments magnétiques voisins, et de chevauchement
d'orbitales cristallines.
Nous avons déjà vu le modèle du paramagnétisme de Langevin qui est basé sur
l'hypothèse fondamentale que la distance séparant les moments magnétiques est
suffisamment grande pour qu'il n'y ait pas d'interaction entre eux. Dans le cas du
ferromagnétisme cette hypothèse n'est plus vérifiée: les moments magnétiques sont
extrêmement proches. La théorie du ferromagnétisme due à Weiss, s'appuie sur le
formalisme développé par Langevin dans le cas du paramagnétisme. Elle consiste à
étudier le comportement du système composé d'un seul moment magnétique.
L'interaction avec l'ensemble des moments voisins est introduite sous la forme d'un
champ magnétique " extérieur ": le champ moléculaire.
Pierre Weiss postule (vers 1900) l’existence d’un champ magnétique intrinsèque à

ces matériaux: même à champ H appliqué nul, les moments magnétiques s’alignent
sur le champ interne….
Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 57

6.2 Théorie de Weiss


La théorie de Weiss est une approche phénoménologique beaucoup plus simple, et
de portée générale. Elle donne une première approximation valable de la variation de
la polarisation spontanée en fonction de la température.

Weiss attribue l'alignement des moments magnétiques à l'existence d'un champ H m ,
appelé champ moléculaire. Ce champ est très intense. En se référant à la figure 6.1
déjà rencontré dans le chapitre du paramagnétisme,

Figure 6.1 Fonctions de Brillouin


On peut admettre qu'il faut au moins α =5 pour s'approcher raisonnablement de la
saturation. A partir de l'expression de α (vue au chapitre 5) :

mµ 0 H
α= (6.1)
KT

et à température ambiante et pour m = mB , la valeur du champ moléculaire H m vaut :

H m ≥1,8 ⋅10 9 A / m (6.2)

Le champ moléculaire est donc environ cent à mille fois plus élevé que les plus
hauts champs produits par les ingénieurs.

Par hypothèse, H m est lié à l'aimantation par la relation :
 
H m = wM (6.3)

La constante de proportionnalité w est indépendante de la température. Le couplage


d'un moment magnétique avec ses voisins est représenté, grâce à la relation (6.3), sous

la forme d'un couplage avec H m . Chaque moment apparaît donc comme indépendant
Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 58

des autres, mais soumis à un potentiel. Dans ces conditions, la distribution de


Boltzmann s'applique encore, de même que le calcul de l'aimantation par la théorie de

Langevin. Il suffit de poser que le champ effectif H eff agissant sur les moments
magnétiques vaut [16] :
  
H=m H + wM (6.4)

Formellement, l'aimantation est toujours donnée par la relation déjà rencontré en


paramagnétisme par :

=
M NmL(α) (6.5)

Mais l'argument α vaut maintenant :

mµ 0 ( H + wM )
α= (6.6)
KT

d'où :

KT H
M=
α ⋅ (6.7)
µ 0 mw w

6.3 Discussion des résultats


Il est instructif de tirer M de la résolution graphique des équations simultanées (6.5)
et (6.7), représentée par la figure 6.2.

équation (6.5)

Figure 6.2 Résolution graphique

A la température T1 et pour H = 0 , la droite (6.7) coupe la fonction de Langevin


(6.5) en O et P . Le point O correspond à une solution instable : si tous les moments
magnétiques couplés étaient orientés aléatoirement, on aurait bien M = 0 . Mais si,
Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 59

quelque part, deux moments voisins sont un instant alignés, une aimantation locale
apparaît. Par le champ moléculaire qu'elle produit, cette aimantation provoque
l'alignement immédiat de tous les moments magnétiques, ce qui correspond à une
transition à l'état stable représenté par P .
La variation de l'aimantation spontanée en fonction de la température se déduit
aisément des mouvements de P .
Si la température tend vers 0°K , P se déplace à l'infini ce qui correspond à la
saturation :

= = M sat
M Nm (6.8)

Si la température augmente, la droite OP se redresse et l'aimantation spontanée


diminue. Quand la température de Curie TC est atteinte, l'aimantation spontanée
s'annule, la droite a la même pente que la tangente à la fonction de Langevin à
l'origine. On obtient la température de Curie en exprimant l'égalité de ces pentes :

Nm 2 w
TC = (6.9)
3K

La valeur relative de la polarisation spontanée s'écrit sous une forme simple en


fonction de la variable réduite T/θ. En introduisant (6.8) et (6.9) dans (6.5) il vient :

M (T )  M (T ) Tsat 
= L3  (6.10)
M sat  T TC 

6.4 Corrections apportées par la théorie quantique


La théorie quantique montre que le module du moment magnétique atomique varie
par valeurs discrètes et que son orientation dans l'espace, repérée à partir d'un champ

extérieur H , ne peut correspondre qu'à certains angles bien déterminés.

La quantification de l'orientation de m a pour effet de remplacer dans l'expression
de l'aimantation, la fonction de Langevin par une fonction de Brillouin (chapitre 5).
Si l'on tient compte de ces corrections quantique, l'équation (6.10) prend la forme :

M (T )  3 J M (T ) Tsat 
= BJ   (6.11)
M sat  J + 1 T TC 
Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 60

Les solutions (6.10) et (6.11) sont comparées aux résultats expérimentaux à la


figure 6.3.
M (T )
M sat

équation (6.11)

Figure 6.3 Points expérimentaux [1]


L'accord des points expérimentaux avec l'équation (6.11), en particulier pour
J = 1/2, démontre la valeur du modèle de Weiss, dont le caractère phénoménologique
ne doit pourtant pas être perdu de vue. Il serait en effet difficile de justifier
théoriquement le fait que J = 1/2 pour le fer et le nickel (tableau 6.1).
 
Considérons maintenant l'effet d'un champ H appliqué dans le sens de M . Ce
champ provoque (6.7) une translation de la droite de la figure 6.3, d'une quantité H w
vers le bas. Pour M sat = 2T , (valeur indicative pour le fer), les équations (6.2) et (6.3)
montrent que :

w > 0,9 ⋅109 m H (6.12)

Même dans les champs les plus intenses, H w ne peut donc excéder quelques mT .

En conséquence, l'aimantation n'est pratiquement pas influencée par H .
On ne trouvera pas de contradiction entre ce résultat et le fait expérimental qu'un
champ de H = 1 A m peut suffire à aimanter à saturation certains matériaux
magnétiques, si l'on se rappelle que la théorie de Weiss s'applique à l'échelle d'un
domaine magnétique.

On terminera cette discussion en considérant le cas où T est juste supérieure à TC ,



car il constitue une exception en ce sens que H a un effet non négligeable sur
Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 61

l'aimantation. Comme M '  M sat , on peut représenter L(α) dans (6.5) par le premier
terme du développement (6.13),

α α3
L (α ) = + + ... (6.13)
3 45

il vient donc :

Nm 2
=M ( H + wM ) (6.14)
3KT

expression de laquelle on tire immédiatement la susceptibilité. En tenant compte de


l'expression de la température de Curie (6.9) on obtient :

Nm 2
χ= (6.15)
3K (T − TC )

C'est la loi de Curie-Weiss, qui permet de déterminer expérimentalement TC et m en


reportant 1 χ en fonction de T (figure 6.4).

Figure 6.4 Loi de Curie-Weiss


6.5 Origine du ferromagnétisme
L'expérience montre que le ferromagnétisme est une propriété liée à la structure
électronique caractéristique des métaux de transition (1ère série) et des terres rares. Ces
matériaux ont en commun la particularité de présenter une couche électronique interne
non complètement remplie, correspondant aux niveaux 3d pour les premiers, 4f pour
les seconds. On traitera principalement le cas des métaux de transition, dont font partie
le fer, le cobalt et le nickel. Le cas des terres rares est semblable, bien que plus
complexe encore, en raison du plus grand nombre d'électrons à prendre en compte.
Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 62

La mesure du facteur de Landé (ou facteur gyromagnétique) g montre que la


contribution du moment magnétique résultant du spin des électrons est nettement
prépondérante par rapport à celle qui provient de leur mouvement orbital. Cette
dernière atteint au maximum 10% de l'aimantation, elle sera négligée dans ce qui suit.
6.7 Structure des bandes 3d, 4s et couplage ferromagnétique
Les couches électroniques plus proches du noyau que la couche 3d sont complètes
dans les métaux de transition. Elles ne produisent donc aucun moment magnétique.
La figure 6.5 représente l'allure typique de la fonction densité des états dans les
bandes 3d et 4s des métaux de transition.

Figure 6.5 Bandes 3d et 4s dans le nickel [7]


Cette figure appelle deux remarques :
1. Les bandes 3d et 4s se chevauchent dans un certain intervalle d'énergie, à l'intérieur
duquel elles se rempliront d'électrons simultanément.
2. La bande 3d est très étroite par rapport à la bande 4s.
L'étroitesse de la bande 3d a deux conséquences importantes. Premièrement,
l'énergie cinétique des électrons de 3d est faible, comparée à celle des électrons de 4s.
Les états 3d se rapprochent donc davantage des états d'un atome libre que les états 4s.
En d'autres termes, les électrons de 3d appartiennent davantage à "leur" atome que
les électrons de 4s, et cela a un sens de parler de l'interaction entre électrons 3d
d'atomes voisins.
Le couplage ferromagnétique résulte précisément d'une telle interaction entre les
électrons de 3d appartenant à deux atomes différents.
Cette interaction provoque la division de chaque niveau de la bande en deux
niveaux rapprochés, correspondants à un alignement parallèle et antiparallèle des spins
des électrons considérés. On peut donc traiter la bande 3d comme la superposition de
Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 63

deux demi-bandes notées 3d+ et 3d-, correspondant respectivement à l'alignement


parallèle et antiparallèle des spins. Ces deux demi-bandes sont décalées sur l'axe des
énergies.
La deuxième conséquence de l'étroitesse de la bande 3d est que la densité des états
s'y trouve très élevée. Si l'énergie de Fermi est comprise dans cette bande, un très petit
décalage en énergie de 3d+ par rapport à 3d- suffit pour créer une différence
considérable entre les populations de ces deux demi-bandes (figure 6.6), induisant une
polarisation spontanée importante, celle-là même qui caractérise les matériaux
ferromagnétiques :

Figure 6.6 Densités des états et occupation


dans les deux demi-bandes 3d+ et 3d-
6.8 Méthodes expérimentales
La grande majorité des problèmes que les ingénieurs rencontrent, concernant le
ferromagnétisme, ne peuvent recevoir de solution par la théorie quantique. Les
techniques expérimentales constituent donc la source la plus importante de
renseignements. Trois méthodes, citées par ordre de complexité croissante dans leur
mise en œuvre, sont employées couramment. Ce sont :
1. La mesure de l'aimantation à saturation,
2. La diffraction de rayons X,
3. La diffraction de neutrons.
L'aimantation à saturation peut être déduite d'expériences basées sur la mesure de
forces agissant sur un échantillon (balances magnétiques), sur la mesure de champs
magnétiques (magnétomètres), ou sur la mesure de courants et tensions induits par
variation d'un flux magnétique (galvanomètre balistique, oscilloscope).
La diffraction de rayons X est indiquée pour déterminer le nombre moyen
d'électrons dans la couche 3d, ainsi que leur distribution dans l'espace. La diffraction
Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 64

de neutrons polarisés se pratique sur le canal d'irradiation d'un réacteur nucléaire. Elle
permet de mettre en évidence l'orientation et la répartition des spins dans un cristal.
6.9 Règle de Hund
La couche 3d comprend cinq électrons de spin positif plus cinq électrons de spin
négatif. Dans les atomes libres, cette couche se remplit d'une façon particulière.
Lorsqu'on décrit la série des métaux de transition (1ère série) des plus légers aux plus
lourds, les états correspondants aux spins positifs sont occupés les premiers. Il n'y a
jamais de spins négatifs tant qu'un état correspondant à un spin positif est encore
vacant (Tableau 6.1). Ce processus est connu sous le nom de Règle de Hund.
Il a pour conséquence que le moment magnétique atomique résultant de l'ensemble
des électrons de la couche 3d est toujours maximum.
Tableau 6.1 Structure électronique d'éléments de transition figurant
couramment dans les alliages ferromagnétiques
Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 65

6.10 Occupation de la bande 3d et 4s dans les métaux purs


La règle de Hund cesse d'être valable lorsque les atomes ne sont plus à l'état libre,
mais ont au contraire liés par des liens de valence, à l'intérieur d'un métal par
exemple. Le tableau 6.1 montre que la disparité entre les bandes 3d+ et 3d- disparaît
complètement dans le chrome, le manganèse, le cuivre et le zinc. Elle subsiste sous
une forme atténuée dans le fer, le cobalt et le nickel.
Dans ces métaux, chaque atome porte un moment magnétique égal à un nombre
entier de magnéton de Bohr. Mais, dans un métal donné, tous les atomes ne portent pas
un moment magnétique identique. Ceci explique que les nombres moyens N B de
magnéton de Bohr par atome, indiqués dans le tableau 6.1, ne sont pas entiers.
6.11 Cas des alliages
Le ferromagnétisme apparaît aussi dans les alliages du fer, du cobalt et du nickel
avec d'autres métaux de transition, à condition que le nombre moyen d'électrons par
atome, dans les couches 3d et 4s, soit compris entre 6,5 et 10,5 environ (fig. 3.25). La
valeur maximum de N B se situe aux alentours de 2,5, il faut donc admettre que l'écart
en énergie entre 3 d+ et 3 d- (fig. 3.23) ne peut pas conduire à une différence des
populations de ces bandes excédant 2,5 électrons par atome. A partir de 8,5 électrons
par atome dans 3 d et 4 s, tous les alliages ne comportant pas de métaux plus légers
que le fer se répartissent sur une droite de pente -1. Ceci est en accord avec
la variation des configurations électroniques pour les atomes libres, donnée au tableau
3.24. L'existence des tronçons de pente positive n'a pas encore reçu d'explication
entièrement satisfaisante.

Figure 6.7 Nombre moyen d'électrons dans 3d et 4s [2]


Chapitre 6 - Etude microscopique du ferromagnétisme 66

3.12 Exercices
Exercices 1
On a mesuré la susceptibilité relative du nickel en fonction de la température
(Tableau).

Montrer que ces résultats sont conformes à la loi de Curie-Weiss.


Déterminer-la température de Curie. Calculer le nombre moyen de magnetons de Bohr
par atome.
Exercices 2
Comment varierait le moment magnétique moléculaire d'un ferrite à structure spinelle,
répondant à la formule MFe 2 O 4 , en fonction des quantités relatives de matière
présentes en structure normale et en structure inversée. Considérer les cas où M
représente le manganèse, puis le nickel.
Références bibliographiques 67

Références bibliographiques

[1] Traité d'Electricité, Volume II, Matériaux de l'électrotechnique, Philippe


Robert, Presses polytechniques et universitaires Romandes, 1999.

[2] Magnétisme I – Fondements, Etienne du TRÉMOLET de LACHEISSERIE,


Collection Grenoble Sciences, EDP Sciences, 2000.

[3] Magnétisme II – Matériaux Applications, Etienne du TRÉMOLET de


LACHEISSERIE, Collection Grenoble Sciences, EDP Sciences, 2000.

[4] Magnétisme et matériaux magnétiques, Pierre BRISSONNEAU, Edition HERMES

[5] Matériaux magnétiques en génie électrique 1, Afef KEDOUS-LEBOUC, Série


EGEM, Edition Lavoisier

[6] Magnétostatique, E. DURAND, 1968 Masson et Cie, Paris.

[7] Physique des solides, Neil W. ASCHCROFT et N. David MERMIN, Série EGEM,
Edition Lavoisier

[8] Physique de l’état solide, Charles KITTEL, Edition DUNOD

[9] Solid state physics, Principles and Modern Applications, John J. QUIN and Kyung-
SOO Yi, Edition Springer

[10] Solid state physics, Introduction to the theory, James D. PATTERSON and Bernard
C. BAILEY, Edition Springer.

[11] Electricité 2 – cours de physique, ANNEQUIN et BOUTIGNY, Edition VUIBERT

[12] M. BERTIN, J.P. FAROUX, J. RENAULT, Electromagnétisme 4 (1984) Dunod,


Paris.

[13] E.M. PURCELL, Cours de Physique de Berkeley : Electricité et magnétisme, vol. 2


(1973), Armand Colin, Paris.

[14] R. FEYNMAN, Electromagnetism 1 (1979) Inter Editions, Paris.

[15] L. LANDAU, E. LIFCHITZ, Théorie classique des champs (1967) Mir, Moscou.

[16] Ferromagnétisme, Jean-Pierre NOZIÈRES, Techniques de l'ingénieur, E 1 730.