Vous êtes sur la page 1sur 3

2.1.

La boue

Les résultats des essais réalisés au laboratoire de géologie appliquée sont résumés dans le tableau
suivant :

Classification

La composition exacte des boues varie en fonction de l'origine des eaux usées, de la période de l'année
et du type de traitement et de conditionnement pratiqué dans la station d'épuration (Werther et Ogada,
1999 ; Jarde et al., 2003 ; Singh et al., 2004). Les boues résiduaires représentent avant tout une matière
première composée de différents éléments (Matière organique, éléments fertilisants (N et P ...),
d'éléments traces métalliques, d'éléments traces organiques et d'agents pathogènes).

Pour appréhender le problème des boues, il faut tout d'abord préciser l'origine. En considérant d'une
part les boues seules et sur la base d'une relation matière sèche/eau. Il est possible de distinguer trois
origines du matériau utilisé :

-boues organiques hydrophiles issus des eaux usées urbaine ERU

-boues organiques hydrophobes issus des eaux superficielles

-boues organiques hydrophiles issus des eaux usées industrielles ERI.

Cette classification est basée sur les points essentiels suivant :

- A Oran qui se trouve dans une zone semi-aride, l'apport total des précipitations est inférieur à180 mm
par an.

- Oran est le siège de plusieurs complexes industriels. Les rejets des eaux usées des unités industrielles
s'effectuent également vers des milieux naturels. Selon une enquête effectuée par la direction
d'hydraulique en 1997 sur les 170 unités industrielles implantées à Oran, aucune n'est dotée
d'équipement antipollution.

Selon une classification qui a été développée en France sur la base de normes américaines, la boue
liquide utilisée est de type Classe A (boues primaires, physico-chimiques

& forte charge).

Aptitude à la concentration

Aptitude à la stabilisation

Aptitude à ne pas fermenter

Traitabilité

siccité
caractéristiques

excellent

excellent

moyen à faible

très bon

1à2%

liquide

Tableau 15 : classification française de la boue utilisée

Courbe granulométrique

Figure 10 : Courbe granulométrique de la boue

L'aspect essentiel du succès des boues est leur forme granulaire dense. Cette forme particulière confère
aux boues des propriétés avantageuses (vitesse de sédimentation, rétention de la biomasse dans le
système, solidité, bonne séparation entre la boue granulaire et l'effluent traité) (Hulshoff Pol et al. 2004).
Une approche microbiologique des phénomènes de granulation (formation des granules) est
indispensable pour optimiser ce type de traitement anaérobie mais s'avère insuffisant pour caractériser
de façon complète les propriétés des boues. C'est pourquoi d'autres caractéristiques comme des
grandeurs physiques doivent être fournies afin de mieux comprendre les phénomènes régissant ces
agrégats de boues.

Analyses physico-chimiques

Analyses

pH

Densité (g/cm3)

Cl-(%)

No3- (mg/l)

Taux d'humidité (%)

Matières organiques (%)

Matières minérales (%)

Résultats
6 ,3

,4

11 ,78

15

82

20

Tableau 16 : Paramètres physico-chimiques de la boue

La concentration en matière organique peut varier de 30 à 80 %. La matière organique des boues est
constituée de matières particulaires éliminées par gravité dans les boues primaires, des lipides (6 à 19 %
de la matière organique), des polysaccharides, des protéines et des acides aminés (jusqu'à 33 % de la
matière organique), de la lignine, ainsi que des produits de métabolisation et des corps microbiens
résultant des traitements biologiques (digestion, stabilisation) (Kakii et al., 1986 ; Inoue et al., 1996 ;
ADEME, 2001 ; Jarde et al., 2003).

La nature et la concentration des eaux usées en polluants organiques et inorganiques sont très

dépendantes des activités raccordées au réseau. L'essentiel des contaminations chimiques vient des
rejets industriels et dans une moindre mesure des rejets domestiques (utilisation de solvants, déchets de
bricolage...). Du fait de la décantation lors du traitement, ces contaminants chimiques se retrouvent dans
les boues à de très grandes concentrations par rapport aux eaux usées (Klöpffer, 1996).

Vous aimerez peut-être aussi