Vous êtes sur la page 1sur 116

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

‫وزارة التعليم العالي و البحث العلمي‬

UNIVERSITE BADJI MOKHTAR- ‫جامعة باجي مختار عنابة‬

FACULTE : Sciences de L'ingénieur


DÉPARTEMENT : Électrotechnique

MÉMOIRE DE MASTER
Domaine Sciences et Technologies

FILIERE : Électrotechnique
Spécialité : Réseaux Électriques

Thème

Simulation Des Défauts Electriques Et Leurs Protections A


Arcelor Mittal (Annaba)

Présenté par: Dirigé par:


- OTMANI KAOUTHER. Mr. AZZAG .EB

Jury de soutenance :

- ADJABI MOHAMED Président Pr Université d’Annaba


- AZZAG EL-BAHI Rapporteur MCA Université d’Annaba
- TOURAB WAFA Examinateur MCB Université d’Annaba
- KSENTINI A/HAMID Examinateurs MCB Université d’Annaba

Promotion : juin 2018


Remerciements
Après avoir remerciéle Bon Dieu

Je tiens à exprimer ma reconnaissance à mon


Encadreur

DR. EB. AZZAG

Ce mémoire n’est autre que l’aboutissement de mes efforts guidés

Par vos conseils et votre rigueur.

Permettez-moi de remercier les membres du jury,

Sans oublier tous mes professeurs qui mon

Prodiguéun enseignement

Complet qui me sert à

Présent comme outil

De

Travail
Dédicace

Je dédie ce travail à mes parents,

A mes frères

Houssem et Hazem

A ma sœur

Sara

A mes neveux et ma nièce

Zine eddin et arslane et iness

Je le dédie également à toute mes amies


SOMMAIRE

- Introduction générale……………………………………………………………………. 01

Présentation du complexe Arcelor Mittal

1- Introduction…………………………………………………………………………….. 02
2- Distribution électrique du réseau Arcelor Mittal………………………………………. 02
2.1- Source d'alimentation………………………………………………………………… 02
2.2- Source Sonelgaz……………………………………………………………………… 02
3- Analyse du schéma de distribution électrique…………………………………………. 03
4- Réseau Arcelor Mittal 220KV-63KV………………………………………………….. 06
4.1- Description du réseau interne………………………………………………………... 07
5- Classification des récepteurs selon les catégories……………………………………… 08
5.1- Catégorie 1…………………………………………………………………………… 08
5.2- Catégorie 2…………………………………………………………………………… 08
5.3- Catégorie 3…………………………………………………………………………… 08

Chapitre I : Les défauts électriques

1- Introduction…………………………………………………………………………….. 09
2- Les défauts électriques…………………………………………………………………. 09
3- Les différents types de défaut………………………………………………………….. 09
3.1- Les courts circuits……………………………………………………………………. 09
3.1.1- Les différents types des courts circuits…………………………………………….. 09
3.1.2- Probabilité de court circuit…………………………………………………………. 11
3.2- Les surcharges……………………………………………………………………….. 12
3.3- Les surtensions……………………………………………………………………….. 12
3.3.1- Types des surtensions……………………………………………………………… 13
3.3.1.1- Origine internes………………………………………………………………….. 13
3.3.1.2- Origine externes………………………………………………………………….. 14
3.4- Défauts terre………………………………………………………………………….. 15
4- Les perturbations transitoires…………………………………………………………... 16
4.1- Impulsive…………………………………………………………………………….. 16
4.2- Oscillatoire…………………………………………………………………………… 17
5- Déséquilibre……………………………………………………………………………. 17
6- Conclusion……………………………………………………………………………... 18

Chapitre II : Calcul du courant de court circuit

1- Introduction…………………………………………………………………………….. 19
2- Calcul du courant de court circuit au niveau du jeu de barre 15KV (Poste Est)………. 20
2.1- Schéma de principe…………………………………………………………………... 21
2.2- schéma simplifié……………………………………………………………………... 22
3- Calcul du courant de choc……………………………………………………………… 33
3.1- Démonstration de coefficient de choc……………………………………………….. 36
4- Choix de l'appareillage………………………………………………………………… 37
4.1- Choix du disjoncteur…………………………………………………………………. 38
4.2- Choix de sectionneur………………………………………………………………… 39
4.3- Choix de transformateur de tension………………………………………………….. 39
4.4- Choix de transformateur de courant…………………………………………………. 40

Chapitre III : Les composantes symétriques

1- Introduction…………………………………………………………………………….. 41
2- Définition………………………………………………………………………………. 41
2.1- Principe………………………………………………………………………………. 41
2.2- Rappel………………………………………………………………………………... 41
3- Degré de déséquilibre………………………………………………………………….. 44
4- Conduite des calculs…………………………………………………………………… 47
4.1- Charge équilibrée…………………………………………………………………….. 48
4.2- Application du défaut………………………………………………………………... 49
5- Application…………………………………………………………………………….. 50
5.1- Calcul des impédances homopolaire, direct et inverse du récepteur………………… 50
5.2- Calcul des courants de lignes………………………………………………………… 51
5.3- Calcul des tensions simples………………………………………………………….. 51
5.4- Calcul des nouvelles tensions simples……………………………………………….. 52
5.5- Calcul des nouveaux courants de lignes……………………………………………... 53
6- Conclusion……………………………………………………………………………... 55

Chapitre IV : Programmation et Simulation

1- Introduction…………………………………………………………………………….. 56
1.2- Organigramme……………………………………………………………………….. 56
1.3- Exécution de programme…………………………………………………………….. 57
1.4- Tableau de comparaison……………………………………………………………... 62
1.5- Remarque…………………………………………………………………………….. 62
2- Sélectivité……………………………………………………………………………… 62
2.1- Organigramme……………………………………………………………………….. 63
2.2- Exécution de programme…………………………………………………………….. 64
2.3- Remarque…………………………………………………………………………….. 66
3- Simulation……………………………………………………………………………… 67
3.1- L'effet Ferranti……………………………………………………………………….. 67
3.1.1- Charge branchée…………………………………………………………………… 67
3.1.2- Charge débranchée…………………………………………………………………. 69
3.1.3- Remarque…………………………………………………………………………... 70
3.2- Court circuit………………………………………………………………………….. 71
3.2.1- Régime sans avarie………………………………………………………………… 71
3.2.2- Court circuit monophasé…………………………………………………………… 72
3.2.3- Court circuit biphasé……………………………………………………………….. 73
3.2.4- Court circuit triphasé………………………………………………………………. 74
3.2.5- Remarque…………………………………………………………………………... 75
4- Conclusion……………………………………………………………………………... 75
Chapitre V : Généralitésur la protection

1- Définition………………………………………………………………………………. 76
2- Fonction………………………………………………………………………………... 76
3- Propriétés de protection………………………………………………………………... 76
4- Principe de base de la protection………………………………………………………. 77
4.1- Modèle structural de principe………………………………………………………... 77
5- Les relais……………………………………………………………………………….. 78
5.1- Définition…………………………………………………………………………….. 78
5.2- Désignation d'un relais……………………………………………………………….. 78
5.3- Différents types de relais…………………………………………………………….. 79
5.4- Constitution d'un relais………………………………………………………………. 79
5.4.1- Relais électromagnétique…………………………………………………………... 79
5.4.2- Relais thermique…………………………………………………………………… 80
5.4.3- Relais statique……………………………………………………………………… 80
6- Les transformateurs……………………………………………………………………. 80
6.1- Transformateurs de tension…………………………………………………………... 81
6.2- Transformateur de courant…………………………………………………………… 81
7- Mode de sélectivité…………………………………………………………………….. 82
7.1- Sélectivité ampermétrique…………………………………………………………… 83
7.2- SélectivitéChronométrique………………………………………………………….. 83

Chapitre VI : Choix du type de protection

1- Choix du type de protection……………………………………………………………. 85


1.1- Transformateur de puissance………………………………………………………… 85
1.2- Lignes………………………………………………………………………………... 85
2- Différents types de protections………………………………………………………… 85
2.1- Protection différentielle…………………………………………………………….... 85
2.2- Protection par relais BUCHHLOLTZ……………………………………………….. 87
2.3- Protection masse cuve………………………………………………………………... 87
2.4- Protection par image thermique……………………………………………………… 87
2.5- Protection directionnelle……………………………………………………………... 88
2.6- Protection à maximum de courant…………………………………………………… 88
2.7- Protection à minimum de tension……………………………………………………. 89
2.8- Protection àmaximum de tension……………………………………………………. 89
3- Protection contre les surtensions externes……………………………………………... 90
3.1- câble de garde………………………………………………………………………... 90
3.2- Les éclateurs…………………………………………………………………………. 90
3.3- Les parafoudres………………………………………………………………………. 91
3.3.1- Définition…………………………………………………………………………... 91
3.3.2- Principe de fonctionnement de parafoudre à résistance variable…………………... 91
3.3.3- Principe de fonctionnement de parafoudre oxyde zinc (Zno)……………………… 92

Chapitre VII : Sécuritéélectrique

1- Introduction…………………………………………………………………………….. 93
2- Rappel………………………………………………………………………………….. 93
2.1- Le neutre……………………………………………………………………………... 93
2.2- Les masses…………………………………………………………………………… 93
2.3- Le conducteur de protection PE……………………………………………………… 94
2.4- La terre……………………………………………………………………………….. 94
2.4.1- La prise de terre……………………………………………………………………. 94
3- Les risques du courant électrique……………………………………………………… 95
3.1- Les contacts………………………………………………………………………….. 95
4- Les différents schémas…………………………………………………………………. 96
4.1- Schéma de liaison TT………………………………………………………………... 97
4.1.1- Calcul de la tension de contact…………………………………………………….. 97
4.1.2- Temps maximum de coupure………………………………………………………. 98
4.1.3- Calcul du courant de défaut………………………………………………………... 98
4.1.4- Disjoncteur BT……………………………………………………………………... 99
4.1.5- Description d'un DDR……………………………………………………………… 101
4.1.6- Réglage de la sensibilité d'un DDR………………………………………………... 102
4.1.7- Avantages et inconvénients du schéma TT………………………………………… 102
4.2- Schéma de la liaison IT………………………………………………………………. 103
4.3- Schéma de la liaison TN……………………………………………………………... 104
5- Conclusion……………………………………………………………………………... 104
- Conclusion générale……………………………………………………………………... 106
LISTE DES FIGURES

Présentation du complexe Arcelor Mittal

Fig1.1: Deux lignes 63KV arrivant au poste Nord…………………………………………. 03


Fig1.2: Une ligne 220KV arrive au poste sud………………………………………………. 03
Fig1.3: Réseau Arcelor Mittal 220KV-63KV………………………………………………. 06

Chapitre I : Les défauts électriques

Fig2.1: Probabilité de court circuit…………………………………………………………. 11


Fig2.2: Surtension par l'effet Ferranti………………………………………………………. 13
Fig2.3: Surtension par la foudre……………………………………………………………. 14
Fig2.4: Défaut àla terre…………………………………………………………………….. 15
Fig2.5: Perturbation impulsive……………………………………………………………… 16
Fig2.6: Perturbation Oscillatoire……………………………………………………………. 17

Chapitre II : Calcul du courant de court circuit

Fig3.1: Niveaux de courant de court circuit………………………………………………… 20


Fig3.2: Schéma de principe…………………………………………………………………. 21
Fig3.3: Schéma simplifié…………………………………………………………………… 22
Fig3.4: Circuit triphasésymétrique alimentépar une source infiniment puissante………… 33
Fig3.5: Courant de choc…………………………………………………………………….. 35
Fig3.6: Coefficient de choc…………………………………………………………………. 37

Chapitre III : Les composantes symétriques

Fig4.1: Les systèmes symétriques…………………………………………………………... 42


Fig4.2: Représentation graphique de la transformation de Fortescue………………………. 45
Fig4.3: Charge équilibrée…………………………………………………………………… 48

Chapitre IV : Programmation et Simulation

Fig5.1: La tension de la source (charge branchée)………………………………………….. 67


Fig5.2: La tension secondaire de la ligne (charge branchée)……………………………….. 68
Fig5.3: Courant dans la charge (charge branchée)………………………………………….. 68
Fig5.4: La tension de la source (charge débranchée)……………………………………….. 69
Fig5.5: La tension secondaire de la ligne (charge débranchée)…………………………….. 70
Fig5.6: Courant dans la charge (charge débranchée)……………………………………….. 70
Fig5.7: Régime sans avarie (courant)………………………………………………………. 71
Fig5.8: Régime sans avarie (tension)……………………………………………………….. 72
Fig5.9: Court circuit monophasé (courant)…………………………………………………. 72
Fig5.10: Court circuit monophasé (tension)………………………………………………... 73
Fig5.11: Court circuit biphasé (courant)……………………………………………………. 73
Fig5.12: Court circuit biphasé (tension)……………………………………………………. 74
Fig5.13: Court circuit triphasé (courant)……………………………………………………. 74
FIg5.14: Court circuit triphasé (tension)……………………………………………………. 75
Chapitre V : Généralitésur la protection

Fig6.1: Schéma de principe de la protection ……………………………………………….. 77


Fig6.2: Schéma structurelle…………………………………………………………………. 78
Fig6.3: Relais électromagnétique…………………………………………………………… 79
Fig6.4: Principe du relais thermique………………………………………………………... 80
Fig6.5: Transformateur de tension………………………………………………………….. 81
Fig6.6: Transformateur de courant………………………………………………………….. 82
Fig6.7: Sélectivitétotale……………………………………………………………………. 82
Fig6.8: Sélectivité ampermétrique………………………………………………………….. 83
Fig6.9: Sélectivité chronométrique…………………………………………………………. 83

Chapitre VI : Choix du type de protection

Fig7.1: Schéma de principe…………………………………………………………………. 86


Fig7.2: Protection D.transversale…………………………………………………………… 86
Fig7.3: Protection D.longitudinale………………………………………………………….. 86
Fig7.4: Protection masse cuve……………………………………………………………… 87
Fig7.5: Protection à maximum de courant………………………………………………….. 89
Fig7.6: Protection à maximum et minimum de tension…………………………………….. 89
Fig7.7: Câble de garde……………………………………………………………………… 90
Fig7.8: Un éclateur àcornes de protection avec tige anti-oiseaux………………………….. 91
Fig7.9: Parafoudre à oxyde de zinc…………………………………………………………. 92

Chapitre VII : Sécuritéélectrique

Fig8.1: Schéma TT………………………………………………………………………….. 97


Fig8.2: Courbe de déclenchement…………………………………………………………... 99
Fig8.3: Disjoncteur BT……………………………………………………………………... 100
Fig8.4: Schéma IT…………………………………………………………………………... 103
Fig8.5: Schéma TN-S……………………………………………………………………….. 104
Fig8.6: Schéma TN-C………………………………………………………………………. 104
Introduction générale

-Introduction:

L’énergie électrique est un besoin vital pour l’homme dans sa vie de tous les jours. Elle est
l’œuvre de l’implication étroite du maître qu’est l’homme intelligent et la machine qu’est
l’esclave. Tous les deux se protègent mutuellement. Le maître ne fait pas confiance à la bête qui
est la machine et développe des dispositifs de protection qui entrent dans le cadre de la
protection de personnels et de la machine.

Le réseau électrique comprend trois grandes étapes, la production de l’énergie électrique, le


transport et la distribution. Chaque équipement est doté d’un ensemble de protections souvent de
nature complémentaire et àcaractère instantanéou différé.

L’objective primordiale de la protection est d’éliminer le défaut par l’action instantanée d’un
relais électromagnétique ou retardée par un relais temporisé. Selon le type du défaut, la
protection intelligente émit un signal de déclenchement du disjoncteur, et par conséquence la
mise hors tension de l’installation ou un signal de signalisation pour informer les opérateurs sur
la nature du défaut et de prendre les mesures adéquates.

~1~
Présentation du complexe Arcelor Mittal

1-Introduction :

L’entreprise national de sidérurgie a été crée le 03/09/64 (SNS) (Société national de sidérurgie)
et projeter de faire une complexe sidérurgie sur le site de la SBS (SociétéBônoise de sidérurgie)
àEl-Hadjar.

Le complexe est situé à 15 Km sud de la ville d’Annaba occupe une superficie de 800 hectares
qui se répartie approximativement en trois zones :

 Atelier de production 300 hectares.


 La superficie de stockage 300 hectares.
 La superficie de service 200 hectares.

Le complexe emploie 18.000 travailleurs avec une production variante de 400.000t/an à


200.000t/an.[3]

- En 1972 mise en production de l’aciérie à oxygène n01 (Aco1) et du laminoir àchaud.


- En 1974 mise en marche du parachèvement tubes (PAT) de la tubrie sans soudure (TSS).
- En 1972 mise en service de la 1ère tranche du laminoir àfroid (LAF).
- En 1977 mise en service de l’aciérie électrique (ACE), elle débute en 1978 avec la mise
en chantier des unités suivantes :
 Haut fourneau.
 1980 entrée en production de l’aciérie à oxygène n02 (Aco2).
 1990 mises en chantier des ateliers de maintenance mécanique (AMM).

2-Distribution électrique du réseau Arcelor Mittal :

2.1-Source d’alimentation : L’alimentation du réseau Arcelor Mittal est assurée par deux
sources d’énergie électrique, celle de Sonelgaz et la centrale thermique du complexe.

2.2-Source Sonelgaz : Les alimentations Sonelgaz aboutissent au complexe en trois endroits


distinct, l’alimentation principale emprunte deux lignes aériennes de 63KV arrivant l’une au
nord du complexe – Poste Nord – et l’autre à l’ouest – Poste Ouest - .

Chaque ligne a une capacité de 80 MW et transporte l’énergie en provenance du poste


d’interconnexion de Sonelgaz El-Hadjar, la troisième alimentation emprunte un câble aérien de

~2~
Présentation du complexe Arcelor Mittal

220KV arrive au sud du complexe – poste Sud – et d’une capacité de 476MW et une liaison de
secours en 220KV sur la ligne de Skikda.[3]

Fig1.1 : Deux lignes 63KV arrivant au poste nord

Fig1.2 : Une ligne 220KV arrive au poste sud

3-Analyse du schéma de distribution électrique :

Le complexe possède quatre postes d’interconnexion et de distribution électrique.

- Poste 63KV N01 – zone Nord.

~3~
Présentation du complexe Arcelor Mittal

- Poste 63KV N02 – zone Est.

- Poste 63KV N03 – zone Ouest.

- Poste 220KV N04 – zone Sud.

Les postes sont interconnectés de la façon suivante :

P1 – P2 : 02 liaisons en 63KV.

P2 – P3 : 01 liaisons en 63KV.

P1 – P3 : 02 liaisons en 63KV.

-Poste Nord (P1) :

 Jeu de barre 63KV (Z)


 Jeu de barre 15KV (D) tableau non prioritaire
 Jeu de barre 15KV (C) tableau prioritaire

Le P1 alimente le LAC par deux lignes 63KV, les centrales àoxygène (3et4) sont découplées par
deux lignes 63KV vers P2.

Trois départs 63KV qui alimentent trois transformateurs abaisseurs 63KV/15KV qui alimente le
tableau non prioritaire (D).

-Poste Est (P2) :

 Jeu de barre 63KV (Y)


 Jeu de barre 15KV (N)

Les unités de la zone Est énumérées ci après sont alimentées en 15KV à partir de deux
transformateurs 63KV/15KV d’une puissance de 40MVA chacun et desservies par le tableau
15KV.

Nommé-N-

-Sud Magasins -NH- -TUS -NU-

-LAF -NB- -Fluides -NG-

-Auxiliaires ACE -NJ- -Parachèvement LAC -NE-

~4~
Présentation du complexe Arcelor Mittal

-Centrale de secours -NSA- -Chromage dur –NK-

Le tableau de secours NSA alimentépar deux alternateurs diesel qui alimente en secours le LAF,
la TSS, le LFR et l’ACE.

-Poste Ouest (P3) :

 Jeu de barre 63KV (X)


 Jeu de barre 15KV (R) tableau non prioritaire
 Jeu de barre 15KV (P) tableau prioritaire

Aucun abonné n’est branché sur le 63KV, l’ensemble des consommateurs sont branchés sur le
tableau (R) par trois transformateurs de 22,5MVA 63KV/15KV et le tableau (P) par les groupes
de la centrale thermique.

-Poste Sud (P4) :

 Jeu de barre de 220KV (Q)


 Jeu de barre de 63KV (S)

~5~
Présentation du complexe Arcelor Mittal

4-Réseau Arcelor Mittal 220KV-63KV :

Fig1.3 : Réseau Arcelor Mittal 220KV-63KV

~6~
Présentation du complexe Arcelor Mittal

4.1-Description du réseau interne :

Tension Fonction Scc (MVA) Neutre


nominal
220KV Arrivant au poste N04 appelé 7500 Directement mis àla terre
aussi (poste sud). du côtéSonelgaz.
63KV Autre tension de Sonelgaz 1500 Directement mis àla terre.
arrivant au complexe par le poste
Nord.
15KV Tension principale de distribution 500 Mis à la terre au moyen
depuis les postes principaux aux d’une bobine et d’une
postes du complexe. résistance au point neutre.
Intensitéde défaut : 300A
10KV Utiliséseulement pour la 350 Comme ci-dessous.
distribution dans le laminoir àfil Intensitémaximale : 250A
rond.
6KV Utilisé seulement pour la 250 Comme ci-dessous.
distribution dans HF2.
5.5KV Tension intermédiaire, utilisée 250 Mis à la terre par
pour alimenter les gros moteurs résistance au point neutre
(au-dessous de 230KW). du transformateur de
distribution.
Intensitémaximale : 50A
3.3KV Utilisée seulement pour certaines 15 Comme ci-dessous.
alimentations pour l’éclairage
extérieur.
380KV Alimentation générale en courant 28 Neutre isolé.
3fils dans les différents ateliers de
fabrication.
Transformateur étoile/triangle
380/220V Alimentation des ateliers. / Point neutre de
4fils Pour l’éclairage (triangle/étoile). transformateur mis àla
terre

~7~
Présentation du complexe Arcelor Mittal

5-Classification des récepteurs selon les catégories :

La distribution de l’énergie électrique nous devrons tenir compte de trois catégories de charge.

5.1-Catégorie 1 :

Si le consommateur que n’admette pas la rupture de la fourniture de l’énergie électrique sauf


pour un temps ne dépasse pas 1.5s.

C’est le temps nécessaire à l’enclenchement automatique de la source de secourt.

Exemple : HF, ACE, COKERIES.

5.2-Catégorie 2 :

Se sont les consommateurs qui admettent la rupture de la fourniture de l’énergie électrique


pendant un maximum de deux heurs (avec deux réseaux mais une seule source).

Exemple : LAF, LAC, TUS.

5.3-Catégorie 3 :

Se sont les consommateurs qui admettent la fourniture de l’énergie électrique pendant le temps
nécessaire de réparation sont que ce délais n’est accepte.

Exemple : Stockage minerai, administration.[3]

~8~
Chapitre I Les Défauts électriques

1-Introduction :
Le problème de la protection des installations électriques consiste à définir la nature des
perturbations contre lesquels on doit se protéger, puis àchoisir l'appareil capable de les détecter
et capable de les supprimer.

2-Les défauts électriques :

Elles sont une gêne pour les utilisateurs et les fournisseurs de l’énergie électrique sans qu’il y ait
de véritable coupure du réseau électrique. D’une façon générale, quelle que soit la perturbation,
les effets peuvent être classés de deux façons différentes:

 Effets instantanés :
Manœuvres intempestives de contacteurs ou d’organes de protection, mauvais
fonctionnement ou arrêt d’une machine. L’impact de la perturbation est alors directement
remarquable sur le plan financier et technique.
 Effets différés :
Pertes énergétiques, vieillissement accéléré du matériel dû aux échauffements et aux
efforts électrodynamiques supplémentaires engendrés par les perturbations. L’impact
financier est difficilement quantifiable.[1]

3-Les différents types de défaut :


Tout phénomène qui engendre une modification, plus ou moins grande, des valeurs nominales
des grandeurs : tension, courant, est une perturbation. Ces perturbations sont :

3.1-Les courts circuits :


Le courant de court-circuit de nature instantanée est une surintensité produite par un défaut
d’impédance dont la valeur devient négligeable entre deux points du même circuit.

3.1.1-Les différents types des courts circuits :

Sur un réseau triphasé, les courts-circuits peuvent être de plusieurs types :

~9~
Chapitre I Les Défauts électriques

 Court circuit monophasé: une phase est reliée au neutre ou àla terre.

 Court circuit biphasé: deux phases sont raccordées ensemble.

 Court circuit triphasé: les trois phases sont réunies ensemble.

~ 10 ~
Chapitre I Les Défauts électriques

3.1.2-Probabilitéde court circuit :

Probabilité
Court circuit monophasé Court circuit biphasé

5% des cas

15% des cas

80% des cas

Fig2.1 : Probabilitéde court circuit

Les dispositifs de détection réservés àcette perturbation sont :

 Relais électromagnétiques.
 Fusibles.
Les causes susceptibles de produire un courant de court-circuit sont:

 Rupture de conducteurs.
 Coup de foudre.
 Contact intempestif.
 Claquage d‘isolant.
 Fausse manœuvre.

~ 11 ~
Chapitre I Les Défauts électriques

Les Conséquences engendrées par un courant de court-circuit sont :

 Surintensité.
 Chute de tension.
 Déséquilibre.
 Echauffement.
 Chute de fréquence.
 Perte de synchronisme.
3.2-Les Surcharges :

Le courant de surcharge est une surintensitéde nature progressive qui se produit dans un circuit
sain suite àune augmentation de la charge.

Les dispositifs de détection réservés àcette perturbation sont :

 Relais thermiques.
 Fusibles.
Les causes susceptibles de produire un courant de surcharge sont :

 Appareil utiliséau-delàde sa puissance nominale (volontaire ou accidentelle).


 Mauvais fonctionnement.
Les conséquences occasionnées par un courant de surcharge sont :

 Surintensité.
 Echauffement.
 Déséquilibre.
 Chute de fréquence.
3.3-Les surtensions :
Une surtension est toute tension entre un conducteur de phase et la terre, ou entre conducteurs de
phase, dont la valeur de crête dépasse la valeur de crête correspondant àla tension la plus élevée
pour le matériel.
Une surtension est dite de mode différentiel si elle apparaît entre conducteurs de phase ou entre
circuits différents. Elle est dite de mode commun si elle apparaît entre un conducteur de phase et
la masse ou la terre.[1]

~ 12 ~
Chapitre I Les Défauts électriques

3.3.1-Type des surtensions :

Les surtensions peuvent être d’origine externe ou d’origine interne :

 Surtension interne.
 Surtension externe.

3.3.1.1-Origine internes :

Ces surtensions sont causées par un élément du réseau considéréet ne dépendent que des
caractéristiques et de l'architecture du réseau lui-même, exemple :
 Surtension par effet ferranti (ligne longue).
 Surtension de manœuvre.

-Surtension par l’effet ferranti (ligne longue) :

Lorsqu’une ligne longue est alimentée à une extrémité et faiblement chargée à l’autre, une
surtension peut apparaitre due au phénomène de résonance, entre l’induction longitudinale et sa
capacitétransversale.

Ce phénomène est beaucoup plus important pour le cas de câble souterrains que pour les lignes
aériennes. Les caractéristiques des lignes sont différentes car les distances entre les conducteurs
sont différentes :

-L’inductance longitudinal est plus important entre pour une ligne aérienne que pour un câble
souterrain.

-La capacité transversale est plus importante pour un câble souterrain que pour une ligne
aérienne.

Fig2.2 : Surtension par l’effet ferranti (ligne longue)

~ 13 ~
Chapitre I Les Défauts électriques

3.3.1.2-Origine externes :

Ces surtensions sont provoquées ou transmises par des éléments externes au réseau, dont on peut
citer àtitre d'exemple :
- surtension provoquée par la foudre.

Fig2.3 : Surtension par la foudre

- propagation d'une surtension HT àtravers un transformateur vers un réseau interne d'usine.


Les conséquences des surtensions :
Les surtensions dans les réseaux électriques provoquent des dégradations du matériel, une baisse
de la continuitéde service et un danger pour la sécuritédes personnes.

Les conséquences peuvent être très diverses suivant la nature des surtensions, leur amplitude et
leur durée. Elles sont résumées dans ce qui suit :
 Claquage du diélectrique isolant des équipements dans le cas où la surtension dépasse
leur tenue spécifiée.
 Dégradation du matériel par vieillissement, causé par des surtensions non destructives
mais répétées.
 Contraintes électrodynamiques (destruction ou déformation de matériel) et thermiques
(fusion d'éléments, incendie, explosion) causées essentiellement par les chocs de foudre
danger pour l'homme et les animaux suite aux élévations de potentiel et àl'apparition des
tensions de pas et de toucher.

~ 14 ~
Chapitre I Les Défauts électriques

3.4-Défauts terre :
La figure montre que lors d'un défaut àla terre franc, la tension entre le point neutre et la terre
devient égale àla tension simple :
|𝐕𝐍𝐞𝐮𝐭𝐫𝐞 | = 𝐕𝐧
𝐕𝒏 : Tension simple nominale.
Pour un défaut sur la phase 1, 𝐕Neutre = −𝐕1
La tension phase-terre des phases saines devient donc égale àla tension composée :
𝐕𝟐𝐓 = 𝐕𝐍𝐞𝐮𝐭𝐫𝐞 + 𝐕𝟐 = 𝐕𝟐 − 𝐕𝟏
𝐕𝟑𝐓 = 𝐕𝐍𝐞𝐮𝐭𝐫𝐞 + 𝐕𝟑 = 𝐕𝟑 − 𝐕𝟏
D’où : |𝐕𝟐𝐓 | = |𝐕𝟑𝐓 | = √𝟑𝐕𝐧
La figure suivante représente un défaut terre :

Fig2.4 : Défaut àla terre

~ 15 ~
Chapitre I Les Défauts électriques

V1, V2, V3 : tensions phase-neutre.

V1T, V2T, V3T : tensions phase-terre.

𝐙𝐍𝐞𝐮𝐭𝐫𝐞 : Impédance de mise àla terre (𝐙𝐧𝐞𝐮𝐭𝐫𝐞 = ∞ pour un neutre isolé)

Donc le défaut terre provoquéune surtension (déplacement du point neutre).[4]

4-Les perturbations transitoires :

Les perturbations transitoires pourraient être divisées en deux catégories:

a- impulsive.

b- oscillatoire.

4.1- Impulsive :

Les perturbations impulsives sont des événements soudains àpic maximaux qui élèvent le niveau
du courant ou de la tension en direction positive ou négative. Ces types d'événements peuvent
être catégorisés selon leur vitesse (Rapide, moyenne, et lente). Les perturbations Impulsives
peuvent être des événements très rapides (5 nanosecondes).

Fig2.5 : Perturbation impulsive

~ 16 ~
Chapitre I Les Défauts électriques

4.2- Oscillatoire :

Une perturbation oscillatoire est un changement soudain dans la condition d'état stable de la
tension ou le courant ou les deux signaux en même temps aux deux limites des composantes
positive et négative qui oscillent à la fréquence du système naturel. En simple terme, la
perturbation oscillatoire cause un fort signal de puissance qui disparaît très rapidement. La
perturbation oscillatoire se produit àla mise en service ou en hors service des charges inductives
ou capacitives car elles résistent au changement.

Fig2.6 : Perturbation oscillatoire

5-Déséquilibre :

Un système triphaséest déséquilibrélorsque les trois tensions ne sont pas égales en amplitude
et/ou ne sont pas déphasées les unes par rapport aux autres de 120°. Le degréde déséquilibre est
défini en utilisant la méthode des composantes de Fortescue par le rapport de la composante
inverse U1i (ou homopolaire U1o) du fondamental à celui de la composante directe du
fondamental U1d.

U 1i U 1o
U i  et U o 
U 1d U 1d

La tension inverse (ou homopolaire) est provoquée par les chutes de tension le long des
impédances du réseau dues aux courants inverses (ou homopolaire) produits par les charges

~ 17 ~
Chapitre I Les Défauts électriques

déséquilibrées qui conduisent àdes courants non identiques sur les trois phases (charges basse
tension BT connectées entre phase et neutre, charges monophasées ou biphasées moyenne
tension MT telles que machines à souder et fours à induction). Les défauts monophasés ou
biphasés provoquent des déséquilibres jusqu’au fonctionnement des protections.

Les dispositifs de détection réservés àcette perturbation sont :

 Relais électromagnétiques.
Les causes susceptibles de produire un déséquilibre tension sont :

 Courant de court-circuit.
 Rupture de phases.
 Mauvais fonctionnement du disjoncteur.
Les conséquences occasionnées par un déséquilibre tension sont :

 Echauffement.
 Diminution du flux lumineux.
 Vibration des moteurs.

6-Conclusion :
Les défauts sont importants dans la gestion des réseaux électriques pour l’éviter, on doit étudier
les appareils de protection.

~ 18 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

1-Introduction :
Les courts circuits dans les réseaux électriques arrivant par suite d’une détérioration de
l’isolation des fils à cause de son vieillissement naturel ou bien à cause des défauts quelconques.

Les courts circuits entrainent l’augmentation considérable du courant qui dépasse beaucoup le
courant du régime normal et la diminution importante de la tension. Cette baisse de tension peut
troubler le fonctionnement normal des récepteurs électriques et du poste d’interconnexion.

L’accroissement brusque du courant peut provoquer la détérioration de l’équipement électrique.

Les courants de court circuit sont calculés afin de déterminer:

 Les pouvoirs de coupure et de fermeture des disjoncteurs àinstaller.


 La tenue électrodynamique.
 La tenue thermique.
 Le réglage (mini – max) des relais de protection.

Les courants de court circuit dépend de l’impédance totale du circuit qui à son tour dépend de
l’éloignement du point de court circuit.

Généralement dans les réseaux électriques de tension supérieure à1000V on ne tient pas compte
de la résistance des circuits car elle est relativement faible.[3]

Pour le calcul du courant de court circuit on opère le système avec des unités relatives qui sont le
plus souvent utilisées.

Les défauts des systèmes triphasés sont regroupés en deux catégories : symétriques et
dissymétriques. Un défaut symétrique affecte de manière égale les trois phases. Ce sont les
défauts triphasés.

Un défaut dissymétrique apporte un déséquilibre entre les phases. Ce sont les défauts les plus
fréquents. Le calcul du courant de défaut fait appel aux composantes symétriques de la
transformation de Fortescue.

~ 19 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

-On distingue trois niveaux de courant de court circuit :

 Le courant de court circuit crête (Icc crête).


 Le courant de court circuit minimum (Icc min).
 Le courant de court circuit efficace (Icc eff).

Fig3.1 : Niveaux de courant de court circuit

La figure suivante montre l’approche qui conduit aux différents courants de court circuit et les
paramètres qui en résultent pour les différents dispositifs de protection.

2-Calcul de courant de court circuit au niveau de jeu de barre 15KV


(poste Est) :

Le schéma présente une source de base la plus puissante qui alimente le réseau de 1000 MVA
qui sera la valeur de base pour une tension de base 220 KV.[3]

Toutes ces valeurs seront calculées en unités relatives de base.

Avant de rendre le réseau le plus simple (une source et une réactance), on considère ces
admissions:

 Toutes les résistances sont négligeables devant les réactances concernant les
alternateurs, transformateurs, lignes.
 Les impédances transversales, constituées par les capacités et les résistances
d'isolement des machines, appareils et lignes sont négligées.

~ 20 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

 Les impédances du jeu de barre sont négligées.


 Les niveaux de tension au niveau du jeu de barre sont normalisés.
Après toutes ces admissions, on peut transformer et calculer le schéma équivalent en schéma
électrique plus simple.

2.1-Schéma de principe :

Fig3.2 : Schéma de principe

~ 21 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

2.2-Schéma simplifié:

Fig3.3 : Schéma simplifié

~ 22 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

Calcul des réactances :

-Pour les générateurs, les réactances seront calculées suivant les formules :

𝐄𝐝"
𝟏−𝐗= × 𝐈𝐛
𝐈𝐩𝐨

𝐗 "𝐝 𝐒𝐛
𝟐−𝐗= ×
𝟏𝟎𝟎 𝐒𝐧𝐨𝐦
-Pour les transformateurs :

𝐔𝐜𝐜 𝐒𝐛
𝐗= ×
𝟏𝟎𝟎 𝐒𝐧𝐭
-Pour les lignes aériennes et les câbles :

𝐒𝐛
𝐗 = 𝐗𝟎 × 𝐋 × 𝟐
𝐔𝐦𝐨𝐲

-Application :
-Pour les générateurs :

𝐄𝐝"
𝟏−𝐗= × 𝐈𝐛
𝐈𝐩𝐨

𝐒𝐛
𝐈𝐛 =
√𝟑. 𝐔𝐛

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐈𝐛 = ⇒ 𝐈𝐛 = 𝟐. 𝟔𝟐 𝐊𝐀
√𝟑 × 𝟐𝟐𝟎

𝟏
𝐗𝟏 = × 𝟐. 𝟔𝟐 ⇒ 𝐗 𝟏 = 𝟎. 𝟏𝟗𝟖
𝟏𝟑. 𝟐

𝟏
𝐗𝟒 = × 𝟐. 𝟔𝟐 ⇒ 𝐗 𝟒 = 𝟎. 𝟓𝟏𝟐
𝟓. 𝟏𝟏
𝐒𝐛
𝟐 − 𝐗 = 𝐗𝐝 ×
𝐒𝐧𝐨𝐦

~ 23 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟐𝟓 = 𝐗 𝟐𝟔 = 𝟎. 𝟏𝟔 × ⇒ 𝐗 𝟐𝟓 = 𝐗 𝟐𝟔 = 𝟒. 𝟏𝟑
𝟑𝟖. 𝟕𝟓

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟑𝟐 = 𝟎. 𝟏𝟏 × ⇒ 𝐗 𝟑𝟐 = 𝟑. 𝟗𝟏
𝟐𝟖. 𝟏𝟑

-Pour les transformateurs :

𝐔𝐜𝐜 𝐒𝐛
𝐗= ×
𝟏𝟎𝟎 𝐒𝐧𝐭

𝟏𝟏 𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗𝟐 = 𝐗𝟑 = × ⇒ 𝐗 𝟐 = 𝐗 𝟑 = 𝟏. 𝟑𝟕𝟓
𝟏𝐎𝐎 𝟖𝟎

𝟏𝟎 𝟏𝟎𝟎𝟎 𝟏𝟎 𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗𝟕 = 𝐗𝟖 = × ⇒ 𝐗𝟕 = 𝐗𝟖 = ×
𝟏𝟎𝟎 𝟕𝟎 𝟏𝟎𝟎 𝟕𝟎

𝟏𝟐 𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟏𝟒 = 𝐗 𝟏𝟓 = × ⇒ 𝐗 𝟏𝟒 = 𝐗 𝟏𝟓 = 𝟑
𝟏𝟎𝟎 𝟒𝟎

𝟏𝟐 𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟏𝟗 = 𝐗 𝟐𝟎 = × ⇒ 𝐗 𝟏𝟗 = 𝐗 𝟐𝟎 = 𝟓. 𝟑𝟑𝟑
𝟏𝟎𝟎 𝟐𝟐. 𝟓

𝟏𝟐 𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟐𝟑 = 𝐗 𝟐𝟒 = × ⇒ 𝐗 𝟐𝟑 = 𝐗 𝟐𝟒 = 𝟑. 𝟕𝟓
𝟏𝟎𝟎 𝟑𝟐

𝟏𝟐 𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟐𝟕 = 𝐗 𝟐𝟖 = × ⇒ 𝐗 𝟐𝟕 = 𝐗 𝟐𝟖 = 𝟓. 𝟑𝟑𝟑
𝟏𝟎𝟎 𝟐𝟐. 𝟓

𝟏𝟐 𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟑𝟏 = × ⇒ 𝐗 𝟑𝟏 = 𝟓. 𝟑𝟑𝟑
𝟏𝟎𝟎 𝟐𝟐. 𝟓

-Pour les lignes aériennes et les câbles :

𝐒𝒃
𝐗 = 𝐗𝟎 × 𝐋 ×
𝑼𝟐𝒎𝒐𝒚

Lignes aérienne : 𝐗 𝟎 = 𝟎. 𝟒 Ω/𝐊𝐦.

Lignes en câble : 𝐗 𝟎 = 𝟎. 𝟏𝟔 Ω/𝐊𝐦.

~ 24 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟓 = 𝐗 𝟔 = 𝟎. 𝟒 × 𝟏. 𝟓 × ⇒ 𝐗 𝟓 = 𝐗 𝟔 = 𝟎. 𝟎𝟏𝟐
(𝟐𝟐𝟎)𝟐

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟗 = 𝐗 𝟏𝟎 = 𝐗 𝟏𝟏 = 𝟎. 𝟏𝟔 × 𝟏 × ⇒ 𝐗 𝟗 = 𝐗 𝟏𝟎 = 𝐗 𝟏𝟏 = 𝟎. 𝟎𝟒
(𝟔𝟑)𝟐

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟏𝟐 = 𝐗 𝟏𝟑 = 𝟎. 𝟏𝟔 × 𝟐 × ⇒ 𝐗 𝟏𝟐 = 𝐗 𝟏𝟑 = 𝟎. 𝟎𝟖
(𝟔𝟑)𝟐

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟏𝟔 = 𝐗 𝟏𝟕 = 𝟎. 𝟏𝟔 × 𝟏. 𝟑 × ⇒ 𝐗 𝟏𝟔 = 𝐗 𝟏𝟕 = 𝟎. 𝟎𝟓𝟐
(𝟔𝟑)𝟐

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟏𝟖 = 𝟎. 𝟏𝟔 × 𝟎. 𝟕𝟓 × ⇒ 𝐗 𝟏𝟖 = 𝟎. 𝟎𝟑
(𝟔𝟑)𝟐

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟐𝟏 = 𝐗 𝟐𝟐 = 𝟎. 𝟏𝟔 × 𝟏 × ⇒ 𝐗 𝟐𝟏 = 𝐗 𝟐𝟐 = 𝟎. 𝟕𝟏𝟏
(𝟏𝟓)𝟐

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟐𝟗 = 𝐗 𝟑𝟎 = 𝟎. 𝟏𝟔 × 𝟎. 𝟑 × ⇒ 𝐗 𝟐𝟗 = 𝐗 𝟑𝟎 = 𝟎. 𝟐𝟏𝟑
(𝟏𝟓)𝟐

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐗 𝟑𝟑 = 𝟎. 𝟒 × 𝟐 × ⇒ 𝐗 𝟑𝟑 = 𝟎. 𝟐𝟎𝟏
(𝟔𝟑)𝟐

𝟏𝟎𝟎𝟎
𝑿𝟑𝟒 = 𝟎. 𝟒 × 𝟑 × ⇒ 𝑿𝟑𝟒 = 𝟎. 𝟑𝟎𝟐
(𝟔𝟑)𝟐

Après le calcul de toutes les réactances du réseau Arcelor Mittal on commence àsimplifier le
schéma avec différentes transformations telles que : série, parallèle, triangle, étoile, étoile
triangle………..etc.

~ 25 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

1ère Transformation :

- Vu que 𝐗 𝟏𝟐 , 𝐗 𝟏𝟑 , 𝐗 𝟏𝟔 , 𝐗 𝟏𝟕 , 𝐗 𝟏𝟖 sont << 𝐗 𝟏𝟒 , 𝐗 𝟏𝟓 on les néglige, alors les trois jeux de


barre de 63KV des trois postes d’interconnexion se ramènent un seul jeu de barre.

𝑿𝟐 × 𝑿𝟑
𝐗 𝟑𝟓 = 𝑿𝟐 ∥ 𝑿𝟑 =
𝑿𝟐 + 𝑿𝟑

𝟏. 𝟑𝟕𝟓 × 𝟏. 𝟑𝟕𝟓
𝐗 𝟑𝟓 = ⇒ 𝐗 𝟑𝟓 = 𝟎. 𝟔𝟖𝟕
𝟏. 𝟑𝟕𝟓 + 𝟏. 𝟑𝟕𝟓

𝐗𝟓 × 𝐗𝟔
𝐗 𝟑𝟔 = 𝐗 𝟓 ∥ 𝐗 𝟔 =
𝐗𝟓 + 𝐗𝟔

𝟎. 𝟎𝟏𝟐 × 𝟎. 𝟎𝟏𝟐
𝐗 𝟑𝟔 = ⇒ 𝐗 𝟑𝟔 = 𝟎. 𝟎𝟎𝟔
𝟎. 𝟎𝟏𝟐 + 𝟎. 𝟎𝟏𝟐

𝐗𝟕 × 𝐗𝟖
𝐗 𝟑𝟕 = 𝐗 𝟕 ∥ 𝐗 𝟖 =
𝐗𝟕 + 𝐗𝟖

𝟏. 𝟒𝟑 × 𝟏. 𝟒𝟑
𝐗 𝟑𝟕 = ⇒ 𝐗 𝟑𝟕 = 𝟎. 𝟕𝟏𝟓
𝟏. 𝟒𝟑 + 𝟏. 𝟒𝟑

𝐗𝟗
𝐗 𝟑𝟖 = 𝐗 𝟗 ∥ 𝐗 𝟏𝟎 ∥ 𝐗 𝟏𝟏 =
𝟑

𝟎. 𝟎𝟒
𝐗 𝟑𝟖 = ⇒ 𝑿𝟑𝟖 = 𝟎. 𝟎𝟏𝟑
𝟑

𝐗 𝟏𝟒 × 𝐗 𝟏𝟓
𝐗 𝟑𝟗 = 𝐗 𝟏𝟒 ∥ 𝐗 𝟏𝟓 =
𝐗 𝟏𝟒 + 𝐗 𝟏𝟓

𝟑×𝟑
𝐗 𝟑𝟗 = ⇒ 𝐗 𝟑𝟗 = 𝟏. 𝟓
𝟑+𝟑

𝐗 𝟏𝟗 × 𝐗 𝟐𝟎
𝐗 𝟒𝟎 = 𝐗 𝟏𝟗 ∥ 𝐗 𝟐𝟎 =
𝐗 𝟏𝟗 + 𝐗 𝟐𝟎

𝟓. 𝟑𝟑𝟑 × 𝟓. 𝟑𝟑𝟑
𝐗 𝟒𝟎 = ⇒ 𝐗 𝟒𝟎 = 𝟐. 𝟔𝟔𝟔
𝟓. 𝟑𝟑𝟑 + 𝟓. 𝟑𝟑𝟑

~ 26 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

𝐗 𝟐𝟏 × 𝐗 𝟐𝟐
𝐗 𝟒𝟏 = 𝐗 𝟐𝟏 ∥ 𝐗 𝟐𝟐 =
𝐗 𝟐𝟏 + 𝐗 𝟐𝟐

𝟎. 𝟕𝟏𝟏 × 𝟎. 𝟕𝟏𝟏
𝐗 𝟒𝟏 = ⇒ 𝐗 𝟒𝟏 = 𝟎. 𝟑𝟓𝟓
𝟎. 𝟕𝟏𝟏 + 𝟎. 𝟕𝟏𝟏

𝐗 𝟐𝟑 × 𝐗 𝟐𝟒
𝐗 𝟒𝟐 = 𝐗 𝟐𝟑 ∥ 𝐗 𝟐𝟒 =
𝐗 𝟐𝟑 + 𝐗 𝟐𝟒

𝟑. 𝟕𝟓𝟎 × 𝟑. 𝟕𝟓𝟎
𝐗 𝟒𝟐 = ⇒ 𝐗 𝟒𝟐 = 𝟏. 𝟖𝟕𝟓
𝟑. 𝟕𝟓𝟎 + 𝟑. 𝟕𝟓𝟎

𝐗 𝟐𝟓 × 𝐗 𝟐𝟔
𝐗 𝟒𝟑 = 𝐗 𝟐𝟓 ∥ 𝐗 𝟐𝟔 =
𝐗 𝟐𝟓 + 𝐗 𝟐𝟔

𝟒. 𝟏𝟑 × 𝟒. 𝟏𝟑
𝐗 𝟒𝟑 = ⇒ 𝐗 𝟒𝟑 = 𝟐. 𝟎𝟔𝟓
𝟒. 𝟏𝟑 + 𝟒. 𝟏𝟑

𝐗 𝟐𝟓 × 𝐗 𝟐𝟔
𝐗 𝟒𝟒 = 𝐗 𝟐𝟓 ∥ 𝐗 𝟐𝟔 =
𝐗 𝟐𝟓 + 𝐗 𝟐𝟔

𝟓. 𝟑𝟑𝟑 × 𝟓. 𝟑𝟑𝟑
𝐗 𝟒𝟒 = ⇒ 𝑿𝟒𝟒 = 𝟐. 𝟔𝟔𝟔
𝟓. 𝟑𝟑𝟑 + 𝟓. 𝟑𝟑𝟑
𝐗 𝟐𝟗 × 𝐗 𝟑𝟎
𝐗 𝟒𝟓 = 𝐗 𝟐𝟗 ∥ 𝐗 𝟑𝟎 =
𝐗 𝟐𝟗 + 𝐗 𝟑𝟎

𝟎. 𝟐𝟏𝟑 × 𝟎. 𝟐𝟏𝟑
𝐗 𝟒𝟓 = ⇒ 𝐗 𝟒𝟓 = 𝟎. 𝟏𝟎𝟔
𝟎. 𝟐𝟏𝟑 + 𝟎. 𝟐𝟏𝟑

𝐗 𝟒𝟔 = 𝐗 𝟑𝟏 + 𝐗 𝟑𝟐

𝐗 𝟒𝟔 = 𝟓. 𝟑𝟑𝟑 + 𝟑. 𝟗𝟏𝟎 ⇒ 𝐗 𝟒𝟔 = 𝟗. 𝟐𝟒𝟑

~ 27 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

2ème Transformation :

𝐗 𝟒𝟕 = 𝐗 𝟑𝟔 + 𝐗 𝟑𝟕 + 𝐗 𝟑𝟖

𝐗 𝟒𝟕 = 𝟎. 𝟎𝟎𝟔 + 𝟎. 𝟕𝟏𝟓 + 𝟎. 𝟎𝟏𝟑 ⇒ 𝐗 𝟒𝟕 = 𝟎. 𝟕𝟑𝟒

𝐗 𝟒𝟖 = 𝐗 𝟒𝟎 + 𝐗 𝟒𝟏 + 𝐗 𝟒𝟐 + 𝐗 𝟒𝟑

𝐗 𝟒𝟖 = 𝟐. 𝟔𝟔𝟔 + 𝟎. 𝟑𝟓𝟓 + 𝟏. 𝟖𝟕𝟓 + 𝟐. 𝟎𝟔𝟓 ⇒ 𝐗 𝟒𝟖 = 𝟔. 𝟗𝟔𝟏

𝐗 𝟒𝟗 = 𝐗 𝟒𝟒 + 𝐗 𝟒𝟓 + 𝐗 𝟒𝟔

~ 28 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

𝐗 𝟒𝟗 = 𝟐. 𝟔𝟔𝟔 + 𝟎. 𝟏𝟎𝟔 + 𝟗. 𝟐𝟒𝟑 ⇒ 𝐗 𝟒𝟗 = 𝟏𝟐. 𝟎𝟏𝟓


𝑿𝟑𝟑 × 𝑿𝟑𝟒
𝑿𝟓𝟎 = 𝑿𝟑𝟑 ∥ 𝑿𝟑𝟒 =
𝑿𝟑𝟑 + 𝑿𝟑𝟒
𝟎. 𝟑𝟎𝟐 × 𝟎. 𝟐𝟎𝟏
𝑿𝟓𝟎 = ⇒ 𝑿𝟓𝟎 = 𝟎. 𝟏𝟐
𝟎. 𝟑𝟎𝟐 + 𝟎. 𝟐𝟎𝟏

3ème Transformation :

-On transforme le Δ formépar : 𝐗 𝟑𝟓 , 𝐗 𝟒𝟕 , 𝐗 𝟓𝟎 en une configuration Y formée par :

𝐗 𝟓𝟏 , 𝐗 𝟓𝟐 , 𝐗 𝟓𝟑 .
𝐗 𝟑𝟓 × 𝐗 𝟒𝟕
𝐗 𝟓𝟏 =
𝐗 𝟑𝟓 + 𝐗 𝟒𝟕 + 𝐗 𝟓𝟎
𝟎. 𝟔𝟖𝟕 × 𝟎. 𝟕𝟑𝟒
𝐗 𝟓𝟏 = ⇒ 𝐗 𝟓𝟏 = 𝟎. 𝟑𝟐𝟕
𝟎. 𝟔𝟖𝟕 + 𝟎. 𝟕𝟑𝟒 + 𝟎. 𝟏𝟐
𝐗 𝟒𝟕 × 𝐗 𝟓𝟎
𝐗 𝟓𝟐 =
𝐗 𝟑𝟓 + 𝐗 𝟒𝟕 + 𝐗 𝟓𝟎

~ 29 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

𝟎. 𝟕𝟑𝟒 × 𝟎. 𝟏𝟐
𝐗 𝟓𝟐 = ⇒ 𝐗 𝟓𝟐 = 𝟎. 𝟎𝟓𝟕
𝟎. 𝟔𝟖𝟕 + 𝟎. 𝟕𝟑𝟒 + 𝟎. 𝟏𝟐
𝐗 𝟑𝟓 × 𝐗 𝟓𝟎
𝐗 𝟓𝟑 =
𝐗 𝟑𝟓 + 𝐗 𝟒𝟕 + 𝐗 𝟓𝟎
𝟎. 𝟔𝟖𝟕 × 𝟎. 𝟏𝟐
𝐗 𝟓𝟑 = ⇒ 𝑿𝟓𝟑 = 𝟎. 𝟎𝟓𝟑
𝟎. 𝟔𝟖𝟕 + 𝟎. 𝟕𝟑𝟒 + 𝟎. 𝟏𝟐

4ème Transformation :
-Les sources d’énergie électrique fonctionnent en régime nominal donc elles peuvent être
réunies par une transformation parallèle concernant les réactances.

𝐗 𝟓𝟒 = (𝐗 𝟏 + 𝐗 𝟓𝟑 ) ∥ (𝐗 𝟒 + 𝐗 𝟓𝟏 )
(𝐗 𝟏 + 𝐗 𝟓𝟑 ) × (𝐗 𝟒 + 𝐗 𝟓𝟏 )
𝐗 𝟓𝟒 =
(𝐗 𝟏 + 𝐗 𝟓𝟑 ) + (𝐗 𝟒 + 𝐗 𝟓𝟏 )
(𝟎. 𝟏𝟗𝟖 + 𝟎. 𝟎𝟓𝟑) × (𝟎. 𝟓𝟏𝟐 + 𝟎. 𝟑𝟐𝟕)
𝐗 𝟓𝟒 = ⇒ 𝐗 𝟓𝟒 = 𝟎. 𝟏𝟗𝟑
(𝟎. 𝟏𝟗𝟖 + 𝟎. 𝟎𝟓𝟑) + (𝟎. 𝟓𝟏𝟐 + 𝟎. 𝟑𝟐𝟕)
𝐗 𝟒𝟗 × 𝐗 𝟒𝟖
𝐗 𝟓𝟓 = 𝐗 𝟒𝟗 ∥ 𝐗 𝟒𝟖 =
𝐗 𝟒𝟗 + 𝐗 𝟒𝟖
𝟔. 𝟗𝟔𝟏 × 𝟏𝟐. 𝟎𝟏𝟓
𝐗 𝟓𝟓 = ⇒ 𝑿𝟓𝟓 = 𝟒. 𝟒𝟎𝟕
𝟔. 𝟗𝟔𝟏 + 𝟏𝟐. 𝟎𝟏𝟓

~ 30 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

5èmeTransformation :
-Les deux sources sont en parallèle.

𝐗 𝟓𝟔 = (𝐗 𝟓𝟒 + 𝐗 𝟓𝟐 ) ∥ (𝐗 𝟓𝟓 )
(𝐗 𝟓𝟒 + 𝐗 𝟓𝟐 ) × 𝐗 𝟓𝟓
𝐗 𝟓𝟔 =
(𝐗 𝟓𝟒 + 𝐗 𝟓𝟐 ) + 𝐗 𝟓𝟓
(𝟎. 𝟏𝟗𝟑 + 𝟎. 𝟎𝟓𝟕) × 𝟒. 𝟒𝟎𝟕
𝐗 𝟓𝟔 = ⇒ 𝑿𝟓𝟔 = 𝟎. 𝟐𝟑𝟔
(𝟎. 𝟏𝟗𝟑 + 𝟎. 𝟎𝟓𝟕) + 𝟒. 𝟒𝟎𝟕

~ 31 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

6ème Transformation :

𝐗 é𝐪 = 𝐗 𝟓𝟔 + 𝐗 𝟑𝟗

𝑿é𝒒 = 𝟎. 𝟐𝟑𝟔 + 𝟏. 𝟓 ⇒ 𝑿é𝒒 = 𝟏. 𝟕𝟑𝟔


𝐄𝐝"
𝐈𝐜𝐜 =
𝐗 é𝐪


𝟏 ∗
𝐈𝐜𝐜 = ⇒ 𝐈𝐜𝐜 = 𝟎. 𝟓𝟕𝟔
𝟏. 𝟕𝟑𝟔

-Calcul du courant de base pour le court circuit au niveau de 15KV :


𝐒𝐛
𝐈𝐛 =
√𝟑. 𝐔𝐛
𝟏𝟎𝟎𝟎
𝐈𝐛 = ⇒ 𝐈𝐛 = 𝟐. 𝟔𝟐 𝐊𝐀
√𝟑 × 𝟐𝟐𝟎

𝐈𝐜𝐜 = 𝐈𝐜𝐜 × 𝐈𝐛 = 𝟎. 𝟓𝟕𝟔 × 𝟐. 𝟔𝟐 ⇒ 𝐈𝐜𝐜 = 𝟏. 𝟓𝟎𝟗𝟏 𝐊𝐀

~ 32 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

3-Calcul du courant de choc :


La majoritédu réseau électrique est caractérisépar un circuit simple symétrique par impédance
actif, inductif dans la représentation et la suivantes :

Fig3.4 : Circuit triphasésymétrique alimentépar une source infiniment


puissante
-Le défaut partagéle circuit en deux partie indépendant.

 La partie droite : avec la résistance r1 et la réactance x1= 𝜔L1.


 La partie gauche : contenant résistance rcc et la réactance xcc= 𝜔Lcc.

Dans la partie gauche (partie de défaut) il y a deux composantes :

-Composante due àla source : appelécomposante forcé.

-Composante due au magazine ment de l’énergie magnétique : appelécomposante libre.

D’après le circuit précédent on à l’équation suivant :

𝐝𝐢
𝐔 − 𝐢. 𝐑 𝐜𝐜 − 𝐋𝐜𝐜 =𝟎
𝐝𝐭
𝐝𝐢
⇒ 𝐔 = 𝐢. 𝐑 𝐜𝐜 + 𝐋𝐜𝐜
𝐝𝐭
La solution de cette équation :

𝐢 = 𝐢𝐥 + 𝐢𝐟

𝐢𝐥 : La composante libre.

~ 33 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

𝐢𝐟 : La composante forcée.
-La composante libre :

𝐝𝐢𝐥
𝐢𝐥 . 𝐑 𝐜𝐜 + 𝐋𝐜𝐜 =𝟎
𝐝𝐭
𝐝𝐢𝐥
⇒ 𝐋𝐜𝐜 = −𝐑 𝐜𝐜 . 𝐢𝐥
𝐝𝐭
𝐝𝐢𝐥 𝐑 𝐜𝐜
⇒ =− 𝐝𝐭
𝐢𝐥 𝐋𝐜𝐜
𝐝𝐢𝐥 𝐑 𝐜𝐜
⇒∫ = ∫− 𝐝𝐭
𝐢𝐥 𝐋𝐜𝐜
𝐑 𝐜𝐜
𝐥𝐧 𝐢𝐥 = − 𝐭 + 𝐥𝐧 𝐀
𝐋𝐜𝐜
𝐑 𝐜𝐜
⇒ 𝐥𝐧 𝐢𝐥 − 𝐥𝐧 𝐀 = − 𝐭
𝐋𝐜𝐜

𝐢𝐥 𝐑 𝐜𝐜 𝐢𝐥 𝐑
− 𝐜𝐜 𝐭
⇒ 𝐥𝐧 =− 𝐭 ⇒ = 𝐞 𝐋𝐜𝐜
𝐀 𝐋𝐜𝐜 𝐀
𝐑
− 𝐜𝐜 𝐭
⇒ 𝐢𝐥 = 𝐀 𝐞 𝐋𝐜𝐜

Donc :
𝐑
− 𝐜𝐜 𝐭
𝐢𝐥 = 𝐢𝐚𝐭 = 𝐀𝐞 𝐋𝐜𝐜

t=0 ⇒ 𝐀 = 𝐢𝐚𝟎
𝐑
− 𝐜𝐜 𝐭
⇒ 𝐢𝐚𝐭 = 𝐢𝐚𝟎 . 𝐞 𝐋𝐜𝐜
𝐋𝐜𝐜
𝐓𝐚 =
𝐑 𝐜𝐜

𝐓𝐚 : C’est la constante du temps de défaut.


𝐭

𝐢𝐚𝐭 = 𝐢𝐚𝟎 𝐓
.𝐞 𝐚

~ 34 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

- La composante forcée :

𝐢𝐩𝐭 = 𝐢𝐟 𝐬𝐢𝐧(𝛚𝐭 + 𝛂 − 𝛗𝐜𝐜 )

𝐢𝐟 = 𝐜𝐨𝐧𝐬𝐭
𝐝𝐢𝐟
𝐔 = 𝐢𝐟 . 𝐑 𝐜𝐜 + 𝐋𝐜𝐜
𝐝𝐭
𝐔
𝐔 = 𝐢𝐟 . 𝐑 𝐜𝐜 ⇒ 𝐢𝐟 =
𝐑 𝐜𝐜
𝐔𝐦
⇒ 𝐢𝐩𝐭 = 𝐬𝐢𝐧(𝛚𝐭 + 𝛂 − 𝛗𝐜𝐜 )
𝐑 𝐜𝐜
𝐔𝐦
𝐈𝐩𝐦 =
𝐑 𝐜𝐜

𝐈𝐩𝐦 : L’amplitude de la composante périodique du courant de court circuit.

⇒ 𝐢𝐩𝐭 = 𝐈𝐩𝐦 𝐬𝐢𝐧(𝛚𝐭 + 𝛂 − 𝛗𝐜𝐜 )

Fig3.5 : Courant de choc

~ 35 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

𝐢𝐜𝐜𝐭 = 𝐢𝐚𝐭 + 𝐢𝐩𝐭


𝐭

⇒ 𝐢𝐜𝐜𝐭 = 𝐢𝐚𝟎 𝐓
𝐞 𝐚 + 𝐈𝐩𝐦 𝐬𝐢𝐧(𝛚𝐭 + 𝛂 − 𝛗𝐜𝐜 )

t=0 ⇒ 𝐢𝐚𝟎 = 𝐢𝐩𝐦

𝛗𝐜𝐜 = 𝟗𝟎𝟎 : La dissymétrie est maximale.

⇒ 𝐢𝐩𝟎 = 𝐈𝐩𝐦

Donc :
𝐭

𝐢𝐝𝐲𝐬 𝐦𝐚𝐱 = 𝐈𝐩𝐦 𝐞 𝐓𝐚 + 𝐈𝐩𝐦 = 𝐢𝐜𝐡𝐨𝐜

La valeur maximale instantanée de courant dissymétrique arrivéde 0.01s après le court circuit
brusque.
𝟎.𝟎𝟏

⇒ 𝐢𝐝𝐲𝐬 𝐦𝐚𝐱 = 𝐢𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝐈𝐩𝐦 (𝟏 + 𝐞 𝐓𝐚 )

3.1-Démonstration de coefficient de choc (Kchoc) :


𝟎.𝟎𝟏

𝐢𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝐈𝐩𝐦 (𝟏 + 𝐞 𝐓𝐚 ) = 𝐈𝐩𝐦 . 𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜

𝟎.𝟎𝟏

𝑲𝒄𝒉𝒐𝒄 = 𝟏 + 𝒆 𝑻𝒂

𝑿
𝑻𝒂 =
𝑹𝝎
-Le réseau et purement actif : X= 0 ⇒ 𝐓𝐚 = 𝟎

𝐓𝐚 = 𝟎 ⇒ 𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟏 + 𝐞−∞ = 𝟏 + 𝟎 = 𝟏

⇒ 𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟏

-Le réseau et purement résistif : 𝐑𝛚 = 𝟎 ⇒ 𝐓𝐚 = ∞

𝐓𝐚 = ∞ ⇒ 𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟏 + 𝐞𝟎 = 𝟏 + 𝟏 = 𝟐

⇒ 𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟐
Le coefficient de choc varie entre 1 et 2 :

𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜 = [𝟏, 𝟐]

~ 36 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

Fig3.6 : coefficient de choc

D’après le courant de court circuit précédant, on calcule le courant de choc :


𝟎.𝟎𝟏

𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟏 + 𝐞 𝐓𝐚

D’après le catalogue : 𝐓𝐚 = 𝟎. 𝟎𝟑𝟓


𝟎.𝟎𝟏
𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟏 + 𝐞−𝟎.𝟎𝟑𝟓 = 𝟏 + 𝟎. 𝟕𝟓𝟐

⇒ 𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟏. 𝟕𝟓𝟐

𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 = √𝟐. 𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜 . 𝐈𝐜𝐜

𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 = √𝟐 × 𝟏. 𝟕𝟓𝟐 × 𝟏. 𝟓𝟎𝟗𝟏 = 𝟑. 𝟕𝟑𝟗𝟏𝐊𝐀 ⇒ 𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟑. 𝟕𝟑𝟗𝟏𝐊𝐀

4-Choix de l’appareillage :
Le courant admissible et le courant du régime permanent pendant lequel l’échauffement du jeu
de barre atteint la température admissible.

𝐒𝐧𝐭 𝟒𝟎𝟎𝟎𝟎
𝐈𝐧 = = = 𝟏𝟓𝟑𝟗. 𝟔𝟎𝐀 ⇒ 𝐈𝐧 = 𝟏𝟓𝟑𝟗. 𝟔𝟎𝐀
√𝟑. 𝐔𝐧 √𝟑 × 𝟏𝟓

~ 37 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

Puisque ce jeu de barre est en cuivre, on prend d’après le catalogue D=80mm, d=72mm. Ce jeu
de barre àun courant admissible de 2035A>1539.60A

4.1-Choix du disjoncteur :
-Tenue thermique :

Pendant le court circuit les parties du disjoncteur s’échauffent, cet échauffement est limité par le
courant thermique admissible IT est le temps correspondant c'est-à-dire l’impulsion thermique B
𝟐
doit être : 𝐁 ≤ 𝐈𝐓 . 𝐭 𝐓

-Tenue électrodynamique :

Pendant le court circuit les parties conductrices du disjoncteur se trouvent sous l’action des
forces électrodynamiques. Pour éviter la détérioration du disjoncteur, le courant de court circuit
maximal ne doit pas dépasser le courant de choc admissible pour le disjoncteur. Comme le
courant de choc égale au courant de court circuit maximal :

𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 𝐚𝐝𝐦 ≥ 𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝐈𝐜𝐜 . √𝟐. 𝐊 𝐜𝐡𝐨𝐜


L’impulsion thermique B est égale à :

𝐁 = 𝐁𝐩 + 𝐁 𝐚

Bp : l’impulsion thermique due à la composante périodique du courant de court circuit.

Ba : l’impulsion thermique provoquée par la composante apériodique.

𝐁𝐩 = (𝐈𝐜𝐜 )𝟐 . 𝐭 𝐜𝐜 , 𝐁𝐚 = (𝐈𝐜𝐜 )𝟐 . 𝐓𝐚

~ 38 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

tcc : la durée de court circuit.

Ta : la constante de temps du schéma considérer.

𝑿𝚺
𝑻𝒂 =
𝝎. 𝑹𝚺
tcc=0.1s , Ta=0.035s

𝐁 = (𝐈𝐜𝐜 )𝟐 . 𝐭 𝐜𝐜 + (𝐈𝐜𝐜 )𝟐 . 𝐓𝐚

𝐁 = (𝐈𝐜𝐜 )𝟐 . (𝐭 𝐜𝐜 + 𝐓𝐚 )

𝐁 = (𝟏. 𝟓𝟎𝟗𝟏 × 𝟏𝟎𝟑 ) × (𝟎. 𝟏 + 𝟎. 𝟎𝟑𝟓) ⇒ 𝐁 = 𝟑. 𝟎𝟖 × 𝟏𝟎𝟓 (𝐀𝟐 . 𝐒)


On prend le disjoncteur de type 𝐁𝛑𝐌 ∋ −𝟏𝟓 ayant les caractéristiques suivantes :

𝐔𝐧𝐃 = 𝟏𝟓𝐊𝐕 = 𝐔𝐧

𝐈𝐧𝐃 = 𝟏𝟔𝟎𝟎𝐀 > 𝐈𝐧 = 𝟏𝟓𝟑𝟗. 𝟔𝟎𝐀

𝐈𝐝é𝐜 = 𝟐𝟎𝐊𝐀 > 𝐈𝐜𝐜 = 𝟏. 𝟓𝟎𝟗𝟏𝐊𝐀

𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜𝐃 = 𝟓𝟐𝐊𝐀 > 𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟑. 𝟕𝟑𝟗𝟏𝐊𝐀

𝐈𝐓 𝟐 . 𝐭 𝐓 = (𝟐𝟎 × 𝟏𝟎𝟑 )𝟐 × 𝟎. 𝟏 = 𝟒𝟎 × 𝟏𝟎𝟔 (𝐀𝟐 . 𝐒) > 𝐵 = 𝟑. 𝟎𝟖 × 𝟏𝟎𝟓 (𝐀𝟐 . 𝐒)

4.2-Choix de sectionneur :
Le choix des sectionneurs se fait de la même façon que pour celui des disjoncteur, sauf pour la
condition concernant le courant de débranchement, en effet le sectionneur n’est pas destiné à
débrancher le circuit sous tension, et cette condition n’intervient donc pas, pendant le choix.

Pour le choix d’une tension de 15KV, on choisit le sectionneur de type PBP-15 avec les
caractéristiques suivantes :

𝐔𝐧𝐬 = 𝟏𝟓𝐊𝐕 = 𝐔𝐧

𝐈𝐧𝐬 = 𝟐𝟎𝟎𝟎𝐀 > 𝐈𝐧 = 𝟏𝟓𝟑𝟗. 𝟔𝟎𝐀

𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 𝐬 = 𝟖𝟓𝐊𝐀 > 𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟑. 𝟕𝟑𝟗𝟏𝐊𝐀

𝐈𝐓 𝟐 . 𝐭 𝐓 = (𝟑𝟏. 𝟓 × 𝟏𝟎𝟑 )𝟐 × 𝟒 = 𝟑. 𝟗 × 𝟏𝟎𝟗 > 𝑩 = 𝟑. 𝟎𝟖 × 𝟏𝟎𝟓 (𝐀𝟐 . 𝐒)

4.3-Choix de transformateur de tension :


Les transformateurs de tension servant à alimenter les voltmètres, les wattmètres et relais de
tension et de puissance, la puissance totale exigée par ces appareils ne dépasse pas quelque volts-

~ 39 ~
Chapitre II Calcul du courant de c-circuit

ampères. En même temps la puissance nominale du secondaire du transformateur de tension est


supérieure àquelques dizaines de volts-ampères, c’est pourquoi on peut choisit le transformateur
de tension seulement par sa tension nominale.

𝐔𝟏 = 𝟏𝟓𝐊𝐕 , 𝐔𝟐 = 𝟏𝟎𝟎𝐕 , 𝐒 = 𝟏𝟓𝐕. 𝐀

4.4-Choix de transformateur de courant :


Le choix des transformateurs de courant doit être fait selon :

1. La tension nominale.
2. Le courant nominal.
3. La tenue thermique.
4. La tenue électrodynamique.

On choisit le transformateur de courant de type 𝑻𝑫 ∩ −𝟏𝟓 ayant les caractéristiques suivantes :

𝐔𝐧𝐓𝐂 = 𝟏𝟓𝐊𝐕 = 𝐔𝐧

𝐈𝐧𝟏 = 𝟔𝟎𝟎𝐀 , 𝐈𝐧𝟐 = 𝟓𝐀

𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 𝐓𝐜 = 𝟏𝟎𝟎𝐊𝐀 > 𝐈𝐜𝐡𝐨𝐜 = 𝟑. 𝟕𝟑𝟗𝟏𝐊𝐀

𝐈𝐓 𝟐 . 𝐭 𝐓 = (𝟐𝟎 × 𝟏𝟎𝟑 )𝟐 × 𝟒 = 𝟏𝟔 × 𝟏𝟎𝟖 (𝐀𝟐 . 𝐒) > 𝐵 = 3. 𝟎𝟖 × 𝟏𝟎𝟓 (𝐀𝟐 . 𝐒)

~ 40 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

1-Introduction :

La technique des composantes symétriques est l'outil mathématique proposépar "Fortescue" en


1918 et cet outil est devenu le véhicule requis pour faire l'analyse des réseaux électriques sous
conditions dissymétriques, lors de courts-circuits (court circuit monophaséou biphasé).

2-Définition :

La définition des composantes symétriques repose sur l’équivalence entre un système triphasé
déséquilibré, et la somme de trois systèmes triphasés équilibrés : direct, inverse et homopolaire.

Le principe de superposition est alors exploitable pour le calcul des courants de défaut.

2.1-Principe :

La méthode des composantes symétriques consiste àsubstituer àun système initial déséquilibré
de " q " grandeurs complexes quelconque un système de " q " grandeurs génératrices, permettant
de définir " q " systèmes symétriques.

La transformation est assurée par un opérateur matriciel complexe appelématrice de Fortescue


noté[Fq].

On utilisant l’opérateur « a ».

𝟐𝛑
«a »est un opérateur vectoriel qui consiste àfaire tourner de +
𝟑

Application au système triphasé:


2.2-Rappel :
Dans le cas d’un système triphasé direct.
En prenant le vecteur V1 comme origine il vient alors.
V1=V1 , V2= a2 V1 , V3= a V1
Dans un système équilibrédirect :
V1+V2+V3= (1+a2+a).V1
𝟒𝛑 𝟐𝛑
= (𝟏 + 𝐞𝐣 𝟑 + 𝐞𝐣 𝟑 ) . 𝐕𝟏 = 𝟎

⇒ 𝐕𝟏 + 𝐕𝟐 + 𝐕𝟑 = 𝟎

~ 41 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

Soit un système triphasé(q=3) déséquilibréde grandeurs sinusoïdales, de tensions simples V1,


V2, V3. On peut donc considérer ce système déséquilibré comme la superposition de trois
systèmes équilibrés :

 Homopolaire (Vo).
 Direct (Vd).
 Inverse (Vi).

Le théorème de décomposition de Fortescue s’énoncé ainsi :

Un système de trois grandeurs complexes V1, V2, V3 se décomposéen trois système symétriques.

 Un système homopolaire (défini par Vo) constitué de trois grandeurs ayant le même
module et le même argument.

Vo Vo Vo

 Un système direct (défini par Vd) constituéde trois grandeurs ayant le même module et
d’arguments différents tels que :

Vd a2Vd aVd

 Un système inverse (défini par Vi) constituéde trois grandeurs ayant le même module et
d’argument différents tels que :

Vi aVi a2Vi

Fig4.1 : Les systèmes symétriques

~ 42 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

Les vecteurs Vo, Vd et Vi sont appelés composantes ou coordonnées symétriques du système de


vecteur V1, V2, V3.

D’où :

𝐕𝟏 𝟏 𝟏 𝟏 𝐕𝐨 𝐕𝐨
[𝐕𝟐 ] = [𝟏 𝐚𝟐 𝐚 ] [𝐕𝐝 ] = [𝐅𝟑 ] [𝐕𝐝 ]
𝐕𝟑 𝟏 𝐚 𝐚𝟐 𝐕𝐢 𝐕𝐢

Avec :

𝟐𝛑 𝟏 √𝟑
𝐚 = 𝐞𝐣 𝟑 = 𝟏∠𝟏𝟐𝟎𝟎 = − + 𝐣
𝟐 𝟐

𝟒𝛑 𝟏 √𝟑
𝐚𝟐 = 𝐞𝐣 𝟑 = 𝟏∠𝟐𝟒𝟎𝟎 = − − 𝐣
𝟐 𝟐

On définit la matrice de Fortescue F3 ainsi :

𝟏 𝟏 𝟏
𝐅𝟑 = [𝟏 𝐚𝟐 𝐚]
𝟏 𝐚 𝐚𝟐

Et sont inverse :

𝟏 𝟏 𝟏
𝟏
𝐅𝟑−𝟏 = [𝟏 𝐚 𝐚𝟐 ]
𝟑
𝟏 𝐚𝟐 𝐚

-Il suffira alors de multiplier par 𝐅𝟑−𝟏 les composantes réelles du système triphasépour obtenir les
composantes symétriques et de multiplier les composantes symétriques par F3 pour revenir au
système réel.

Transformation de Fortescue Transformation inverse


𝐈𝟏 = 𝐈𝐨 + 𝐈𝐝 + 𝐈𝐢 𝟏
𝐈𝐨 = (𝐈 + 𝐈𝟐 + 𝐈𝟑 )
𝟑 𝟏
𝐈𝟐 = 𝐈𝐨 + 𝐚𝟐 𝐈𝐝 + 𝐚𝐈𝐢
𝟏
𝐈𝟑 = 𝐈𝐨 + 𝐚𝐈𝐝 + 𝐚𝟐 𝐈𝐢 𝐈𝐝 = (𝐈𝟏 + 𝐚𝐈𝟐 + 𝐚𝟐 𝐈𝟑 )
𝟑
𝟏
𝐈𝐢 = (𝐈𝟏 + 𝐚𝟐 𝐈𝟐 + 𝐚𝐈𝟑 )
𝟑

~ 43 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

𝐈𝟏 𝟏 𝟏 𝟏 𝐈𝐨 𝐈𝐨 𝟏 𝟏 𝟏 𝟏 𝐈𝟏
[ 𝟐 ] = [𝟏 𝐚𝟐
𝐈 𝐚 ] [𝐈𝐝 ] 𝐈
[ 𝐝 ] = [𝟏 𝐚 𝐚𝟐 ] [𝐈𝟐 ]
𝟑
𝐈𝟑 𝟏 𝐚 𝐚𝟐 𝐈𝐢 𝐈𝐢 𝟏 𝐚𝟐 𝐚 𝐈𝟑

𝐕𝟏 = 𝐕𝐨 + 𝐕𝐝 + 𝐕𝐢 𝟏
𝐕𝐨 = (𝐕 + 𝐕𝟐 + 𝐕𝟑 )
𝟑 𝟏
𝐕𝟐 = 𝐕𝐨 + 𝐚𝟐 𝐕𝐝 + 𝐚𝐕𝐢
𝟏
𝐕𝟑 = 𝐕𝐨 + 𝐚𝐕𝐝 + 𝐚𝟐 𝐕𝐢 𝐕𝐝 = (𝐕𝟏 + 𝐚𝐕𝟐 + 𝐚𝟐 𝐕𝟑 )
𝟑
𝟏
𝐕𝐢 = (𝐕𝟏 + 𝐚𝟐 𝐕𝟐 + 𝐚𝐕𝟑 )
𝟑

𝐕𝟏 𝟏 𝟏 𝟏 𝐕𝐨 𝐕𝐨 𝟏 𝟏 𝟏 𝟏 𝐕𝟏
[𝐕𝟐 ] = [𝟏 𝐚𝟐 𝐚 ] [𝐕𝐝 ] [𝐕𝐝 ] = [𝟏 𝐚 𝐚𝟐 ] [𝐕𝟐 ]
𝟑
𝐕𝟑 𝟏 𝐚 𝐚𝟐 𝐕𝐢 𝐕𝐢 𝟏 𝐚𝟐 𝐚 𝐕𝟑

3-Degréde déséquilibre :

On quantifie le déséquilibre d’un système triphasé par le degré de déséquilibre (ou degré de
dissymétrie), en courant ou en tension, défini comme le rapport des valeurs efficaces, ou des
amplitudes, de la composante inverse sur la composante directe :

𝐗𝐢
𝛅=
𝐗𝐝

Xi = Vi ou Ii

Xd = Vd ou Id

Les systèmes triphasés fonctionnent généralement au voisinage du régime équilibré. Pour de


nombreuses machines tournantes, par exemple, le nom respect de cette condition peut entrainer
des échauffements excessifs. Il en résulte que l’une des composantes, directe ou inverse, est
largement prépondérante.

~ 44 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

Représentation graphique de la transformation de Fortescue et de son inverse, sur un système de


courant triphasés.

Fig4.2 : Représentation graphique de la transformation de Fortescue

Pour utiliser les composantes on résonne sur le schéma équivalent monophasé, correspondant
aux trois systèmes (Homopolaire, Direct, Inverse) du générateur triphasé supposé également
symétrique.

Chaque phase est caractérisée par son impédance propre Z et par les impédances mutuelles Z’,
Z’’ relative respectivement à la phase précédente et àla phase suivante.

Z=R+jLw

Z’=jM’w

Z’’=jM’’w

Le système générateur peut s’écrire alors :

~ 45 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

𝐄𝟏 = 𝐙𝐈𝟏 + 𝐙′′𝐈𝟐 + 𝐙′𝐈𝟑 + 𝐕𝟏 𝐄𝟏 𝐙 𝐙′′ 𝐙′ 𝐈𝟏 𝐕𝟏


[𝐄𝟐 ] = [ 𝐙′ 𝐙 𝐙′′] [𝐈𝟐 ] + [𝐕𝟐 ]
𝐄𝟐 = 𝐙′𝐈𝟏 + 𝐙𝐈𝟐 + 𝐙′′𝐈𝟑 + 𝐕𝟐 𝐄𝟑 𝐙′′ 𝐙′ 𝐙 𝐈𝟑 𝐕𝟑
𝐄𝟑 = 𝐙 ′′𝐈𝟏 + 𝐙 ′𝐈𝟐 + 𝐙𝐈𝟑 + 𝐕𝟑

D’après les conventions adoptées au début nous écrirons par la suite :

(𝐄𝟏,𝟐,𝟑 ) = (𝐙)𝐈𝟏,𝟐,𝟑 + 𝐕𝟏,𝟐,𝟑 Nous avons démontréprécédemment que :

𝐙 𝐙′′ 𝐙′
𝐕𝟏 𝟏 𝟏 𝟏 𝐕𝐨
Avec 𝐙 = [ 𝐙′ 𝐙 𝐙′′] [𝐕𝟐 ] = [𝟏 𝐚𝟐 𝐚 ] [𝐕𝐝 ]
𝐙′′ 𝐙′ 𝐙
𝐕𝟑 𝟏 𝐚 𝐚𝟐 𝐕𝐢

Que l’on note 𝐕𝟏,𝟐,𝟑 = (𝐅𝟑 ). 𝐕𝐨,𝐝,𝐢

De la même manière on peut donc écrire :

𝐄𝟏,𝟐,𝟑 = (𝐅𝟑 ). 𝐄𝐨,𝐝,𝐢

D’où :

𝐄𝟏 𝐙 𝐙′′ 𝐙′ 𝐈𝟏 𝐕𝟏
[𝐄𝟐 ] = [ 𝐙′ 𝐙 𝐙′′] [𝐈𝟐 ] + [𝐕𝟐 ]
𝐄𝟑 𝐙′′ 𝐙′ 𝐙 𝐈𝟑 𝐕𝟑

(𝐅𝟑 ). 𝐄𝐨,𝐝,𝐢 = 𝐙. (𝐅𝟑 ). 𝐈𝐨,𝐝,𝐢 + (𝐅𝟑 ). 𝐕𝐨,𝐝,𝐢

Ce qui donne en multiplier par (𝐅𝟑 )−𝟏

𝐄𝐨,𝐝,𝐢 = (𝐅𝟑 )−𝟏 . 𝐙. (𝐅𝟑 ). 𝐈𝐨,𝐝,𝐢 + 𝐕𝐨,𝐝,𝐢

D’où :

𝐙 + 𝐙 ′ + 𝐙 ′′ 𝟎 𝟎
(𝐅𝟑 )−𝟏 . 𝐙. (𝐅𝟑 ) = [ 𝟎 𝐙 + 𝐚𝐙 + 𝐚𝟐 𝐙 ′′

𝟎 ]
𝟐 ′ ′′
𝟎 𝟎 𝐙 + 𝐚 𝐙 + 𝐚𝐙

~ 46 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

Ou bien :

𝐙𝐨 = 𝐙 + 𝐙 ′ + 𝐙 ′′
{𝐙𝐝 = 𝐙 + 𝐚𝐙′ + 𝐚𝟐 𝐙′′
𝐙𝐢 = 𝐙 + 𝐚𝟐 𝐙′ + 𝐚𝐙′′

En a :

𝐄𝐨,𝐝,𝐢 = 𝐙𝐨,𝐝,𝐢 . 𝐈𝐨,𝐝,𝐢 + 𝐕𝐨,𝐝,𝐢 𝐄𝐨 = 𝐙𝐨 𝐈𝐨 + 𝐕𝐨


𝐄𝐝 = 𝐙𝐝 𝐈𝐝 + 𝐕𝐝
𝐄𝐢 = 𝐙𝐢 𝐈𝐢 + 𝐕𝐢
𝟏 𝐄𝐨 = 𝐎
𝐄𝐨 = (𝐄 + 𝐄𝟐 + 𝐄𝟑 ) = 𝟎
𝟑 𝟏
𝟏 𝟏
𝐄𝐝 = (𝐄𝟏 + 𝐚𝐄𝟐 + 𝐚𝟐 𝐄𝟑 ) = (𝐄𝟏 + 𝐚𝟑 𝐄𝟏 + 𝐚𝟑 𝐄𝟏 ) = 𝐄𝟏 𝐄𝐝 = 𝐄𝟏
𝟑 𝟑
𝟏 𝟏
𝐄𝐢 = (𝐄𝟏 + 𝐚𝟐 𝐄𝟐 + 𝐚𝐄𝟑 ) = (𝐄𝟏 + 𝐚𝟒 𝐄𝟏 + 𝐚𝟐 𝐄𝟏 ) = 𝟎
𝟑 𝟑 𝐄𝐢 = 𝟎
𝟎 = 𝐙𝐨 𝐈𝐨 + 𝐕𝐨

𝐄𝐝 = 𝐙𝐝 . 𝐈𝐝 + 𝐕𝐝

𝟎 = 𝐙𝐢 . 𝐈𝐢 + 𝐕𝐢

4-Conduite des calculs :

Enfin après toute cette mise au point nous allons aborder la partie la plus intéressante des
composantes symétriques, le calcul de courant de court circuit.

~ 47 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

4.1-Charge équilibrée : (pas de défaut dans le système)

Fig4.3 : Charge équilibrée

𝐄𝐨 = (𝐙𝐨𝐆 + 𝐙𝐨𝐜 ). 𝐈𝐨

𝐄𝟏
𝐄𝐝 = (𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜 ). 𝐙𝐝 = 𝐄𝟏 ⇒ 𝐈𝐝 =
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜

𝐄𝐢 = (𝐙𝐢𝐆 + 𝐙𝐢𝐜 ). 𝐈𝐢

(ZoG, ZdG, ZiG impédances symétriques du générateur et Zoc, Zdc, Zic impédances symétriques de
la charge).

Aux bornes de la charge nous pouvons écrire :

𝐕𝐨 = −𝐙𝐨𝐜 . 𝐈𝐨𝐜
{𝐕𝐝 = −𝐙𝐝𝐜 . 𝐈𝐝𝐜
𝐕𝐢 = −𝐙𝐢𝐜 . 𝐈𝐢𝐜

𝐄𝟏 . 𝐙𝐝𝐜
𝐕𝐝 = −𝐙𝐝𝐜 . 𝐈𝐝 =
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜

~ 48 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

4.2-Apparition du défaut :

Schéma équivalent avec défaut Calcul des tensions symétriques

Calcul de Vo :
𝐕𝐨𝐜 = 𝐙𝐨𝐜 . 𝐈𝐨𝐜 = −𝐙𝐨𝐜′ . 𝐈𝐨𝐜′
Avec :
Ioc’ courant du défaut homopolaire.
𝐙𝐨𝐆 . 𝐙𝐨𝐜
𝐙𝐨𝐜′ = 𝐙𝐨𝐆 ∥ 𝐙𝐨𝐜 =
𝐙𝐨𝐆 + 𝐙𝐨𝐜

Calcul de Vi :
𝐕𝐢𝐜 = 𝐙𝐢𝐜 . 𝐈𝐢𝐜 = −𝐙𝐢𝐜′ . 𝐈𝐢𝐜′
Avec :
Iic’ courant de défaut inverse.
𝐙𝐢𝐆 . 𝐙𝐢𝐜
𝐙𝐢𝐜′ = 𝐙𝐢𝐆 ∥ 𝐙𝐢𝐜 =
𝐙𝐢𝐆 + 𝐙𝐢𝐜

Calcul de Vd :
𝐕𝐝 = 𝐙𝐝𝐜 . 𝐈𝐝 − 𝐙𝐝𝐜′ . 𝐈𝐝𝐜′
𝐙𝐝𝐆 . 𝐙𝐝𝐜
𝐙𝐝𝐜′ = 𝐙𝐝𝐆 ∥ 𝐙𝐝𝐜 =
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜

~ 49 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

𝐄𝟏 . 𝐙𝐝𝐜 𝐙𝐝𝐆 . 𝐙𝐝𝐜


𝐕𝐝𝐜 = −
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜 𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜
× 𝐈𝐝𝐜′
Avec :
Idc’ courant du défaut direct.

5-Application :

Une ligne triphasée est alimentée par un transformateur dont le secondaire est montéen étoile
avec le neutre reliéàla terre. Le système de tension fourni par le transformateur est un réseau
symétrique direct.

𝐄𝟏 𝐄𝟐 = 𝐚𝟐 𝐄𝟏 𝐄𝟑 = 𝐚𝐄𝟏

La tension simple entre phase et neutre est 220V. Les impédances directe, inverse et
homopolaire de l’ensemble ligne + transformateur ont pour valeur :

𝐙𝐝𝐆 = 𝐙𝐢𝐆 = 𝟒𝐣Ω 𝐙𝐨𝐆 = 𝟏𝟎𝐣Ω

5.1-Calcul des impédances homopolaire, direct et inverse du récepteur :

D’après l’énoncé on a 𝐙𝐨𝐜 = 𝐙 + 𝐙 ′ + 𝐙 ′′


Z’=Z’’ et comme : { 𝐙𝐝𝐜 = 𝐙 + 𝐚𝐙′ + 𝐚𝟐 𝐙′′
𝐙𝐢𝐜 = 𝐙 + 𝐚𝟐 𝐙′ + 𝐚𝐙′′
On a alors : D’où :
𝐙𝐨𝐜 = 𝐙 + 𝐙 ′ + 𝐙 ′′ = 𝐑 + 𝐣(𝐋𝐰 + 𝟐𝐌𝐰) = 𝟏𝟎𝐣 𝐙𝐨𝐜 = 𝟏𝟎𝐣
𝐙𝐝𝐜 = 𝐙 + 𝐚𝐙 ′ + 𝐚𝟐 𝐙 ′′ 𝐙𝐝𝐜 = 𝟒𝐣
= 𝐑 + 𝐣(𝐋𝐰 + 𝐚𝐌 ′ 𝐰 + 𝐚𝟐 𝐌 ′′ 𝐰) = 𝟒𝐣 𝐙𝐢𝐜 = 𝟒𝐣
𝐙𝐢𝐜 = 𝐙 + 𝐚𝟐 𝐙′ + 𝐚𝐙′′
= 𝑹 + 𝒋(𝑳𝒘 + 𝒂𝟐 𝑴′ 𝒘 + 𝒂𝑴′′𝒘) = 𝟒𝒋

~ 50 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

5.2-Calcul des courants de lignes :

Le système étant directe et sans défaut on 𝐄𝐨 = (𝐙𝐨𝐆 + 𝐙𝐨𝐜 ). 𝐈𝐨


utilise les relations ci-contre
𝐄𝐝 = (𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜 ). 𝐈𝐝 = 𝐄𝟏
𝐄𝟏
⇒ 𝐈𝐝 =
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜
𝐄𝐢 = (𝐙𝐢𝐆 + 𝐙𝐢𝐜 ). 𝐈𝐢
L’absence de défaut entraine qu’il n’existe pas 𝐄𝐨 = (𝐙𝐨𝐆 + 𝐙𝐨𝐜 ). 𝐈𝐨 = 𝟎
de courant homopolaire et inverse.
𝐄𝐝 = (𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜 ). 𝐈𝐝 = 𝐄𝟏
𝐄𝟏
⇒ 𝐈𝐝 =
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜
𝐄𝐢 = (𝐙𝐢𝐆 + 𝐙𝐢𝐜 ). 𝐈𝐢 = 𝟎
D’où :
𝐈 𝟏 = 𝐈𝟎 + 𝐈𝐝 + 𝐈𝐢 = 𝐈𝐝
𝐄𝟏 𝟐𝟐𝟎
𝐈𝟏 = =
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜 𝟒𝐣 + 𝟒𝐣
𝛑
𝐈𝟏 = −𝟐𝟕. 𝟓𝐣𝐀 = 𝟐𝟕. 𝟓𝐞−𝐣𝟐 𝐀
𝐈𝟐 = 𝐚𝟐 𝐈𝟏
𝐈𝟑 = 𝐚𝐈𝟏

5.3-Calcul des tensions simples :

Aux bornes de la charge on a : 𝐕𝐨𝐜 = 𝐙𝐨𝐜 . 𝐈𝐨 = 𝟎


𝐙𝐝𝐜 . 𝐄𝟏
𝐕𝐝𝐜 = 𝐙𝐝𝐜 . 𝐈𝐝 =
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜
Car :
𝐄𝟏
𝐈𝐝 =
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜
𝐕𝐢𝐜 = 𝐙𝐢𝐜 . 𝐈𝐢𝐜 = 𝟎
D’où : 𝟐𝟐𝟎 × 𝟒𝐣 𝟒𝐣
𝐕𝟏𝐜 = = 𝟐𝟐𝟎 ×
𝐕𝟏𝐜 = 𝐕𝐨𝐜 + 𝐕𝐝𝐜 + 𝐕𝐢𝐜 𝟒𝐣 + 𝟒𝐣 𝟖𝐣

~ 51 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

𝐄𝟏 . 𝐙𝐝𝐜 𝐕𝟏𝐜 = 𝟏𝟏𝟎𝐕


=
𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜
𝐕𝟐𝐜 = 𝐚𝟐 𝐕𝟏𝐜
𝐕𝟑𝐜 = 𝐚𝐕𝟏𝐜

-Voila pour le système lorsqu’il est équilibré. Maintenant passons à l’étude du même système
mais cette fois on ajoute une charge d’impédance Z1=3jΩ entre la phase 1 et la terre.

5.4-Calcul des nouvelles tensions simples :

𝐙𝐨𝐆 . 𝐙𝐨𝐜
𝐕𝐨𝐜 = 𝐙𝐨𝐜 . 𝐈𝐨𝐜 = − × 𝐈𝐨𝐜′
L’apparition de Z1 entraine que le système 𝐙𝐨𝐆 + 𝐙𝐨𝐜
n’est plus équilibré. On va donc utiliser les 𝐄𝟏 . 𝐙𝐝𝐜 𝐙𝐝𝐆 . 𝐙𝐝𝐜
𝐕𝐝𝐜 = − × 𝐈𝐝𝐜′
relations ci-contre 𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜 𝐙𝐝𝐆 + 𝐙𝐝𝐜
𝐙𝐢𝐆 . 𝐙𝐢𝐜
𝐕𝐢𝐜 = 𝐙𝐢𝐜 . 𝐈𝐢𝐜 = − × 𝐈𝐢𝐜′
𝐙𝐢𝐆 + 𝐙𝐢𝐜
𝐕𝐨𝐜 = −𝟓𝐣 × 𝐈𝐨𝐜′
Ce qui donne puisque toutes les impédances 𝐄𝟏
sont connues 𝐕𝐝𝐜 = − 𝟐𝐣 × 𝐈𝐝𝐜′
𝟐
𝐕𝐢𝐜 = −𝟐𝐣 × 𝐈𝐢𝐜′
𝟑𝐈𝐨𝐜′ = 𝐈𝟏𝐜′ + 𝐈𝟐𝐜′ + 𝐈𝟑𝐜′
D’autre part : { 𝟑𝐈𝐝𝐜′ = 𝐈𝟏𝐜′ + 𝐚𝐈𝟐𝐜′ + 𝐚𝟐 𝐈𝟑𝐜′
𝐕𝟏𝐜 = 𝐙𝟏 𝐈𝟏 = 𝟑𝐣 × 𝐈𝟏𝐜′ 𝟑𝐈𝐢𝐜′ = 𝐈𝟏𝐜′ + 𝐚𝟐 𝐈𝟐𝐜′ + 𝐚𝐈𝟑𝐜′
Et : 𝐈𝟏𝐜′
𝐈𝐨𝐜′ = 𝐈𝐝𝐜′ = 𝐈𝐢𝐜′ =
𝐈𝟐𝐜′ = 𝐈𝟑𝐜′ = 𝟎 𝟑
𝐕𝟏𝐜
𝟑𝐣 𝐕𝟏𝐜
= =
𝟑 𝟗𝐣
Calcul de V1c : 𝐕𝟏𝐜 = 𝐕𝐨𝐜 + 𝐕𝐝𝐜 + 𝐕𝐢𝐜
𝐄𝟏
= −𝟓𝐣𝐈𝐨𝐜′ + − 𝟐𝐣𝐈𝐝𝐜′ − 𝟐𝐣𝐈𝐢𝐜′
𝟐
𝐄𝟏
𝐕𝟏𝐜 = + (−𝟓𝐣 − 𝟐𝐣 − 𝟐𝐣). 𝐈𝐨𝐜′
𝟐

~ 52 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

𝐄𝟏 𝐕𝟏𝐜
𝐕𝟏𝐜 = − 𝟗𝐣
𝟐 𝟗𝐣
𝐄𝟏 𝟐𝟐𝟎
𝐕𝟏𝐜 = = = 𝟓𝟓𝐕
𝟒 𝟒
Calcul de V2c : 𝐕𝟐𝐜 = 𝐕𝐨𝐜 + 𝐚𝟐 𝐕𝐝𝐜 + 𝐚𝐕𝐢𝐜
𝐄𝟏
𝐕𝟐𝐜 = (−𝟒 − 𝐣𝟑√𝟑)
𝟏𝟐
𝟐𝟐𝟎
= (−𝟒 − 𝒋𝟑√𝟑) ×
𝟏𝟐
𝐕𝟐𝐜 = 𝟏𝟐𝟎. 𝟐𝐞−𝐣𝟏𝟐𝟕.𝟔 𝐕
Calcul de V3c : 𝐕𝟑𝐜 = 𝐕𝐨𝐜 + 𝐚𝐕𝐝𝐜 + 𝐚𝟐 𝐕𝐢𝐜
𝐄𝟏
𝐕𝟑𝐜 = (−𝟒 − 𝐣𝟑√𝟑)
𝟏𝟐
𝟐𝟐𝟎
= (−𝟒 − 𝐣𝟑√𝟑) ×
𝟏𝟐
𝐕𝟑𝐜 = 𝟏𝟐𝟎. 𝟐𝐞−𝐣𝟏𝟐𝟕.𝟔 𝐕

5.5-Calcul des nouveaux courants de lignes :

En se référant au schéma équivalent lors d’un 𝐈𝐨 = 𝐈𝐨𝐜′ + 𝐈𝐨𝐜


défaut on a :
𝐈𝐝 = 𝐈𝐝𝐜′ + 𝐈𝐝𝐜
𝐈𝐢 = 𝐈𝐢𝐜′ + 𝐈𝐢𝐜
Calcul de Io : 𝐕𝟏𝐜 𝐄𝟏
𝐈𝐨𝐜′ = =
𝟗𝐣 𝟑𝟔𝐣
𝐙𝐨𝐆 . 𝐙𝐨𝐜
𝐕𝐨𝐜 = 𝐙𝐨𝐜 . 𝐈𝐨𝐜 = − 𝐈
𝐙𝐨𝐆 + 𝐙𝐨𝐜 𝐨𝐜′
𝐙𝐨𝐆
𝐈𝐨𝐜 = − 𝐈
𝐙𝐨𝐆 + 𝐙𝐨𝐜 𝐨𝐜′
𝐄𝟏
𝐈𝐨𝐜 = −
𝟕𝟐𝐣
𝐄𝟏 𝐄𝟏
𝐈𝐨 = 𝐈𝐨𝐜′ + 𝐈𝐨𝐜 = −
𝟑𝟔𝐣 𝟕𝟐𝐣

~ 53 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

𝐄𝟏
𝐈𝐨 = 𝐀
𝟕𝟐𝐣
Calcul de Id : De la même manière on trouve :
𝑬𝟏
𝑰𝒅𝒄′ =
𝟑𝟔𝒋
Et :
𝐄𝟏
𝐈𝐝𝐜 =
𝟖𝐣
𝐄𝟏 𝐄𝟏
𝐈𝐝 = 𝐈𝐝𝐜′ + 𝐈𝐝𝐜 = +
𝟑𝟔𝐣 𝟖𝐣
𝟏𝟏𝐄𝟏
𝐈𝐝 = 𝐀
𝟕𝟐𝐣
Calcul de Ii : 𝐄𝟏
𝐈𝐢𝐜′ =
𝟑𝟔𝐣
Et :
𝐄𝟏
𝐈𝐢𝐜 =
𝟕𝟐𝐣
𝐄𝟏 𝐄𝟏
𝐈𝐢 = 𝐈𝐢𝐜′ + 𝐈𝐢𝐜 = −
𝟑𝟔𝐣 𝟕𝟐𝐣
𝐄𝟏
𝐈𝐢 = 𝐀
𝟕𝟐𝐣
Il ne reste plus qu’a appliquer la transformation 𝐈𝟏 = 𝐈𝐨 + 𝐈𝐝 + 𝐈𝐢
de Fortescue. 𝟐
𝐈𝟐 = 𝐈𝐨 + 𝐚 𝐈𝐝 + 𝐚𝐈𝐢
𝐈𝟑 = 𝐈𝐨 + 𝐚𝐈𝐝 + 𝐚𝟐 𝐈𝐢
𝐈𝟏 = −𝟑𝟗. 𝟕𝟐𝐣
⇒ 𝐈𝟏 = 𝟑𝟗. 𝟕𝟐𝐞−𝟏.𝟓𝟕𝐣
𝐈𝟐 = −𝟐𝟔. 𝟒𝟔 + 𝟏𝟓. 𝟐𝟕𝐣
⇒ 𝐈𝟐 = 𝟑𝟎. 𝟓𝟓𝐞𝟐.𝟔𝟏𝐣
𝐈𝟑 = 𝟐𝟔. 𝟒𝟔 + 𝟏𝟓. 𝟐𝟕𝐣
⇒ 𝐈𝟑 = 𝟑𝟎. 𝟓𝟓𝐞𝟎.𝟓𝟐𝐣

~ 54 ~
Chapitre III Les Composantes symétriques

6-Conclusion :

Les défauts font intervenir un, deux, ou trois de ces systèmes élémentaires :

 Directe, car le système symétrique.


 Inverse, car le système est dissymétrique.
 Homopolaire, car le défaut retourne partiellement par la terre suivant le mode de mise àla terre
du neutre.

~ 55 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

1-Introduction :
On utilise le logiciel Matlab 7.3 pour calculer le courant de court circuit, le courant de choc et le
coefficient de choc au niveau du poste 60 KV N02 du complexe Arcelor Mittal.
On suppose que le court circuit se fait au niveau de jeu de barre 15 KV.
1.2-Organigramme :

Début

Saisie des paramètres (Source Num1, Source


Num2…; Transformateur Num1,…….)

Calcul des réactances

Calcul le courant de court circuit

Calcul le courant et le coefficient de


choc

Affichage de (Icc, Kchoc, Ichoc)

Fin

~ 56 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

1.3-Exécution de Programme:

Appuie sur OK

Appuie sur OK

Appuie sur OK

Appuie sur OK

~ 57 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

Appuie sur OK

Appuie sur OK

Appuie sur OK

Appuie sur OK

~ 58 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

Appuie sur OK

Appuie sur OK

Appuie sur OK

~ 59 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

Appuie sur OK

Appuie sur OK

********** Calcul des réactances ***************************

*********** pour les générateurs ***************************

La valeur de X1=0.19881

La valeur de X4=0.51357

La valeur de X25=X26=4.129

La valeur de X32=3.9104

*********** pour les transformateurs ***********************

La valeur de X2=X3=1.375

La valeur de X7=X8=1.4286

La valeur de X14=X15=3

La valeur de X19=X20=5.3333

La valeur de X23=X24=3.75

La valeur de X27=X28=5.3333

La valeur de X31=5.3333

*********** pour les lignes *******************************

~ 60 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

La valeur de X5=X6=0.012397

La valeur de X9=X10=X11=0.040312

La valeur de X12=X13=0.080625

La valeur de X16=X17=0.052406

La valeur de X18=0.030234

La valeur de X21=X22=0.71111

La valeur de X29=X30=0.21333

La valeur de X33=0.20156

La valeur de X34=0.30234

************** Transformation 1 **************************

La valeur de X35=0.6875

La valeur de X36=0.0061983

La valeur de X37=0.71429

La valeur de X38=0.013437

La valeur de X39=1.5

La valeur de X40=2.6667

La valeur de X41=0.35556

La valeur de X42=1.875

La valeur de X43=2.0645

La valeur de X44=2.6667

La valeur de X45=0.10667

La valeur de X46=9.2437

****************** Transformation 2 *************************

La valeur de X47=0.73392

La valeur de X48=6.9617

La valeur de X49=12.017

La valeur de X50=0.12094

***************** Transformation 3 **************************

La valeur de X51=0.32714

~ 61 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

La valeur de X52=0.057547

La valeur de X53=0.053907

****************** Transformation 4 *************************

La valeur de X54=0.19431

La valeur de X55=4.4081

****************** Transformation 5 *************************

La valeur de X56=0.23824

****************** Transformation 6 *************************

La valeur de Xeq=1.7382

Appuie sur OK
1.4-Tableau de comparaison :
La réactance Le courant de Le coefficient de Le courant de
équivalente court circuit choc choc
Xéq Icc (KA) Kchoc Ichoc (KA)
Résultat 1.736 1.5091 1.752 3.7391
théorique
Résultat en 1.7382 1.5098 1.7515 3.7396
Matlab
Erreur 0.0022 0.0007 0.0005 0.0005

1.5-Remarque :
On constate que le résultat du calcul théorique et le résultat de calcul avec logiciel MATLAB
sont presque les même, l’erreur de calcul très faible de l’ordre de 0.0005 à 0.0022 .Ce qui
implique que notre travail et logique.

2- Sélectivité:
On prend une partie du réseau de complexe et on calcul avec le programme les courants de court
circuit pour déférentes points.

~ 62 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

Les points de court circuit sont Icc1, Icc2, Icc3 comme le montre dans la figure suivante :

2.1-Organigramme :
Début

Saisie des paramètres (Source;


Transformateur Num1,…….)

Calcul des réactances

Calcul des courants de court circuit

Icc1, Icc2, Icc3

Tracer la courbe Icc=f(Z)

Début

~ 63 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

2.2-Exécution de Programme:

Appuie sur OK

Appuie sur OK

Appuie sur OK

Appuie sur OK

~ 64 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

Appuie sur OK

Appuie sur OK

Appuie sur OK

Appuie sur OK

********** Calcul des réactances ***************************

*********** pour la Source *********************************

La valeur de X1=0.51357

~ 65 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

*********** pour les transformateurs ***********************

La valeur de X4=X5=1.4286

La valeur de X9=X10=3

*********** pour les lignes ********************************

La valeur de X2=X3=0.012397

La valeur de X6=X7=X8=0.040312

************** Détermination des courants de court circuit****

Z =

0.5198 1.2340 2.7475

Icc =

5.0491 2.1266 0.9552

5.5

4.5

3.5
Icc(KA)

2.5

1.5

0.5
0.5 1 1.5 2 2.5 3
Z

Appuie sur OK

~ 66 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

2.3-Remarque :
D’après la courbe suivante on remarque que les courants de court circuit dépendent de
l’impédance totale du circuit qui à sont tour dépend de l’éloignement du point de court circuit.

3-Simulation :
3.1-L’effet Ferranti (ligne longue) :

3.1.1-Charge branchée :

5
x 10 La tension de la source (charge branché)
2

1.5

0.5
V(v)

-0.5

-1

-1.5

-2
0.1 0.11 0.12 0.13 0.14 0.15 0.16 0.17 0.18 0.19 0.2
t(s)

Fig5.1: La tension de la source (charge branchée)

~ 67 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

5
x 10 La tension secondaire de la ligne(charge branché)
2

1.5

0.5

0
V(v)

-0.5

-1

-1.5

-2

-2.5
0.1 0.11 0.12 0.13 0.14 0.15 0.16 0.17 0.18 0.19 0.2
t(s)

Fig5.2: La tension secondaire de la ligne (charge branchée)

Courant dans la charge (charge branché)


1000

800

600

400
I(A)

200

-200

-400

-600
0.1 0.11 0.12 0.13 0.14 0.15 0.16 0.17 0.18 0.19 0.2
t(s)

Fig5.3: Courant dans la charge (charge branchée)

~ 68 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

3.1.2-Charge débranchée:

5
x 10 La tension de la source (charge débranché)
2

1.5

0.5
V(v)

-0.5

-1

-1.5

-2
0.1 0.11 0.12 0.13 0.14 0.15 0.16 0.17 0.18 0.19 0.2
t(s)

Fig5.4: La tension de la source (charge débranchée)

~ 69 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

5
x 10 La tension secondaire de la ligne (charge débranché)
2.5

1.5

0.5
V(v)

-0.5

-1

-1.5

-2

-2.5
0.1 0.11 0.12 0.13 0.14 0.15 0.16 0.17 0.18 0.19 0.2
t(s)

Fig5.5: La tension secondaire de la ligne (charge débranchée)

Courant dans la charge (charge débranché)


1000

800

600

400

200
I(A)

-200

-400

-600

-800
0.1 0.11 0.12 0.13 0.14 0.15 0.16 0.17 0.18 0.19 0.2
t(s)

Fig5.6: Courant dans la charge (charge débranchée)

3.1.3-Remarque :

D’après la visualisation des signaux on observe, lorsqu’on débranche la charge la tension au


secondaire de la ligne devient supérieure à la tension d’entrée (la tension de la source).

~ 70 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

3.2-Court circuit :

3.2.1-Régime sans avarie :

Pas de défaut
25

20

15

10

5
I(A)

-5

-10

-15

-20

-25
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
t(s)
Fig5.7: Régime sans avarie (courant)

~ 71 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

Pas de défaut
400

300

200

100
V(v)

-100

-200

-300

-400
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
t(s)

Fig5.8: Régime sans avarie (tension)

3.2.2-Court circuit monophasé(phase-terre):

Court circuit monophasé(phase-terre)


100

80

60

40

20
I(A)

-20

-40

-60

-80

-100
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
t(s)

Fig5.9: Court circuit monophasé(courant)

~ 72 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

Court circuit monophasé (phase-Terre)


600

400

200
V(v)

-200

-400

-600
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
t(s)

Fig5.10: Court circuit monophasé(tension)

3.2.3-Court circuit biphasé:

Court circuit biphasé


500

400

300

200

100
I(A)

-100

-200

-300

-400

-500
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
t(s)

Fig5.11: Court circuit biphasé(courant)

~ 73 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

Court circuit biphasé


500

400

300

200

100
V(v)

-100

-200

-300

-400

-500
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
t(s)

Fig5.12: Court circuit biphasé(tension)

3.2.4-Court circuit triphasé:

Court circuit triphasé


600

400

200
I(A)

-200

-400

-600
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
t(s)

Fig5.13: Court circuit triphasé(courant)

~ 74 ~
Chapitre IV Programmation et Simulation

Court circuit triphasé


400

300

200

100

0
V(v)

-100

-200

-300

-400

-500
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
t(s)

Fig5.14: Court circuit triphasé(tension)

3.2.5-Remarque:
D’après la simulation en MATLAB on a vu que les courts circuits entraine l’augmentation
considérable du courant qui dépasse beaucoup le courant du régime normal et la diminution
importante de la tension, cette baisse de tension peut troubler le fonctionnement des récepteurs
électriques et du poste d’interconnexion.

4-Conclusion :
On utilise le logiciel MATLAB 7.3 pour le calcul du courant de court circuit et l’analyse des
processus transitoire.

~ 75 ~
Chapitre V Généralité sur la protection

1-Définition :
La protection est un ensemble d’organes destinés à protéger soit les équipements, soit le
personnel.

2-Fonction :
En règle générale pour protéger une installation il faut :
 Surveiller le fonctionnement.
 Détecter un état de dysfonctionnement.

3-Propriétés de protection :
Pour qu’un système de protection accomplisse convenablement sa mission, il doit présenter les
qualités suivantes :

Fiabilité

Disponibilité

Qualités de la protection Rapidité d’action

Sensibilité

Sélectivité

 Fiabilité: Déclenchement suite àun défaut réel (décision sûre).


 Disponibilité : C’est la capacité de fonctionner lors de l’apparition d’un défaut, ce qui
impose diverses procédures ou dispositifs pour s’assurer que la protection est en état de
marche.
 Rapidité d’action : Pour limiter les effets néfastes du défaut.
 Sensibilité: Détecter la moindre variation de grandeur àsurveiller.
 Consommation : Elle doit être réduite.
 Sélectivité : Déclenchement seulement des appareils encadrant le défaut, de manière à
maintenir sous tension les parties saines.

~ 76 ~
Chapitre V Généralité sur la protection

4-Principe de base de la protection :


Un système de protection est constitué:
 Organe de détection et de décision
1- Organe de mesure ou chaîne de mesure.
2- Organe de comparaison.
3- Organe de décision.
 Organe d’intervention
1- Organe de signalisation et de déclenchement.

4.1-Modèle structural de principe :


Le schéma suivant représente le principe de base d’un système de protection :

Organe d’intervention

Grandeurs à surveiller
I, U, P…
Organe de détection
Et de décision

Fig6.1 : Schéma de principe de la protection

Pour bien étudier la protection d’un circuit électrique on doit le présenter sous la forme du
schéma structurelle suivant :

~ 77 ~
Chapitre V Généralité sur la protection

Fig6.2 : Schéma structurelle


Ce système est constituéde deux circuits électriques :
a)-Circuit de puissance : se composé des appareils électriques (transformateur, moteur,
alternateur, lignes, câble) est des organes de coupure (disjoncteur, sectionneur, fusible).
b)-Circuit de commande : composédes éléments suivants :
EM : (élément de mesure) se sont les transformateurs des mesures.
Il existe trois types :
- Transformateur de courant.
- Transformateur de tension.
- Transformateur torique.
EL : (élément logique) élabore un signal logique pour les conditions de fonctionnement de la
protection, se sont des relais.
EE : qui sert à donner l’ordre au disjoncteur. [2]

5-Les relais :
5.1-Définition :
Le relais est un dispositif à action mécanique ou électrique provoquant le fonctionnement des
systèmes qui isolent une certaine zone du réseau en défaut ou actionnant un signal en cas de
défaut ou de conditions anormales de marche (alarme, signalisation,…..).
5.2-Désignation d’un relais :
Un relais est désigné selon la grandeur surveillée (tension, courant, puissance, fréquence,
impédance,…)
 Relais àmaximum de courant RMA ou TA.
 Relais àmaximum de tension RMV ou TV.
 Relais à minimum d’impédance RMZ ou TZ.

~ 78 ~
Chapitre V Généralité sur la protection

 Relais directionnel de puissance RDW ou TLW.


 Relais àminimum de réactance RMX.
5.3-Différents types de relais :
Il existe essentiellement trois classes de relais selon l’organigramme suivant :

Relais

Electromagnétique Statique Numérique

Semi-conducteur Microprocesseur
Attraction
Induction

Noyau plongeur Balance

Cylindre
Disque

5.4-Constitution d’un relais :


5.4.1-Relais électromagnétique :
Un relais électromagnétique comporte une armature ou un équipage mobile sur lequel agissent
les bobines ou des aimants ou des conducteurs. Ils dépendent de la conception du circuit
magnétique.

Fig6.3 : Relais électromagnétique

~ 79 ~
Chapitre V Généralité sur la protection

La bobine parcourue par un courant, provoque l’aimantation du circuit magnétique dont la partie
mobile se déplace.
La force d’attraction sur la partie mobile sera d’autant plus grande que l’intensité du courant sera
plus élevée et l’entre fer plus faible.
Le relais électromagnétique intervient pour protéger le système contre les courants de court-
circuit.
5.4.2-Relais thermique :
Le relais thermique protège le système contre les courants de surcharge. Il est constituépar un
bilame àaction directe ou indirecte.

Lame 1

Lame 2

Fig6.4 : Principe du relais thermique

5.4.3-Relais statique :
Les relais statiques remplacent de plus en plus les relais électromagnétiques pour les avantages
suivants :
Plus précis, plus sensibles, plus rapides, plus sélectifs, rapiditéde dépannage, durée de vie plus
longue, faible consommation, moins encombrants.

6-Les transformateurs :
Les systèmes de protections sont alimentés par des transformateurs de mesure (transformateur de
tension, transformateur de courant). Les transformateurs de mesure sont destinés àramener les
tensions et les courants sur les circuits électriques àdes valeurs plus faibles à:
 Mesurer.
 Utiliser pour alimenter les dispositifs de comptage.
 Utiliser pour alimenter les dispositifs de protections électriques.

~ 80 ~
Chapitre V Généralité sur la protection

Ils ont pour but :


 D’isoler les circuits électriques.
 De normaliser les grandeurs électriques.
 D’assurer des fonctions annexes.
6.1-Transformateurs de tension :
Ils ont le même principe que les transformateurs de puissance, mais les tensions primaires et les
tensions secondaires sont en phase. La tension secondaire est normalisée (100 V entre phase)
Ils sont caractérisés par :
 Le rapport de transformation.
 La classe de précision.
 La puissance d’échauffement.
Les bornes sont repérées de telle manière que la tension secondaire soit en phase avec la tension
primaire.

Fig6.5 : Transformateur de tension

6.2-Transformateurs de courant :
Le transformateur de courant ou d’intensité aussi appelé transformateur série, permet la
réduction du courant.
n2
I1  I2
n1

~ 81 ~
Chapitre V Généralité sur la protection

I1 U1

r1l1wn1
r2l2wn2

Z
I2 U2

Fig6.6 : Transformateur de courant

7-Mode de sélectivité:
Une protection est dite sélective si un défaut survenu en un point quelconque du circuit est
éliminé par l’appareil de protection situé immédiatement en amont du défaut et lui seul.

Jeux de barres
A

Disjoncteur
B C

Fig6.7 : Sélectivitétotale

Si le déclenchement du disjoncteur aval (B) n’entraîne jamais le déclenchement du disjoncteur


amont (A), quelle que soit la valeur du courant de défaut : LA SELECTIVITE EST DITE
TOTALE.

~ 82 ~
Chapitre V Généralité sur la protection

7.1-Sélectivitéampermétrique :

Jeux de barres
A

Disjoncteur
B

Fig6.8 : Sélectivitéampermétrique

Le courant de court-circuit en aval du disjoncteur B est IccB, la valeur de déclenchement du


disjoncteur A est IRA dans ce cas :
 Si le courant IRA > IccB la sélectivitéest dite totale.
 Si le courant IRA < IccB la sélectivitéest dite partielle.

8.2-Sélectivitéchronométrique :

Jeux de barres
A

Disjoncteur
B

Fig6.9 : Sélectivitéchronométrique
Le disjoncteur C est un disjoncteur à action rapide, tandis que les autres disjoncteurs sont à
action retardée (le disjoncteur B à 0.3s, le disjoncteur A à 0.6s). La différence des temps de

~ 83 ~
Chapitre V Généralité sur la protection

fonctionnement t entre deux protections consécutives constitue l'intervalle de sélectivité. Il doit


prendre en compte :
 Le temps de coupure du circuit Tc
 Les tolérances sur la temporisation dt
 Le temps de retour au repos de la protection tr
Le temps t vérifie de ce fait la relation t = Tc+tr+2dt. Etant donnéles performances actuelles des
dispositifs de coupure et des relais, la valeur qui est utilisée pour t se situe entre 200 et 300 ms
pour deux disjoncteurs consécutifs.[2]

~ 84 ~
Chapitre VI Choix du type de protection

1-Choix du type de protection :

1.1-Transformateurs de puissance :

Le transformateur est considéré comme l’élément principal au niveau du transport d’énergie


électrique.

La protection des transformateurs est l’une des tâches la plus essentielle, en utilisant
généralement les protections suivantes :

-Protection par Relais BUCHHOLTZ.

-Protection différentielle.

-Protection masse cuve.

-Protection par l’image thermique.

1.2-Lignes :

Les lignes assurent le transport de l’énergie électrique. De ce fait elles peuvent être le siège de
certaines perturbations, les protections utilisées sont :

-Protection àmaximum de courant.

-Protection différentielle.

-Protection directionnelle de courant.[5]

2-Différents types de protection :

2.1-Protection différentielle :

La protection différentielle d’un réseau électrique est effectuée pour assurer une élimination
sélective et rapide d’un défaut par la mise hors tension de la partie endommagée.

Le principe de fonctionnement consiste àfaire la différence entre la somme des courants entrants
fournis au réseau et la somme des courants sortants pour un transfert normal de la puissance qui
doit être nulle. Cette différence nous donne par contre un courant différentiel quand un défaut
affecte la partie protégée du réseau.

~ 85 ~
Chapitre VI Choix du type de protection

Fig7.1 : Schéma de principe

Il existe deux types de cette protection :

DPDL 120 : Destinée pour la protection des lignes (longitudinales).

DPDL 130 : Ils sont sensibles aux défauts entre phase et terre (homopolaire).

S1

A
Disjoncteur
ICC1 Disjoncteur

ITC1 ITC1
RC
RC

ICC2 ITC2
ITC2
ICC1
ICC1

B
Alternateur
S2

Fig7.2 : Protection D. transversale Fig7.3 : Protection D. longitudinale

~ 86 ~
Chapitre VI Choix du type de protection

2.2-Protection par relais BUCHHOLTZ :

Le relais BUCHHOLTZ est placé dans la conduite d’huile, il est sensible à tout mouvement de
gaz ou d’huile, si ce mouvement est faible, il ferme le contact d’alarme, est en cas de mouvement
important c’est l’ordre de déclenchement, alors la protection est basé sur la détection des gaz.

2.3-Protection masse cuve :

Cette protection consiste àéviter tout amorçage qui peut convenir accidentellement ente la terre
et les parties métalliques des installations un échauffement progressif du matériel qui peut être
dangereux.

Ce mode consiste àinsérer un relais àmaximum de courant instantanédans un circuit reliant la


cuve àla terre et un transformateur de courant (Tore).

Disjoncteur

Relais

Transformateur

I> TC

Fig7.4 : Protection masse cuve

Un courant de défaut entre les enroulements et la masse du transformateur passera dans ce circuit
en provoquera le fonctionnement du relais.

2.4-Protection par image thermique :

L’échauffement d’une installation électrique à cause d’une surcharge n’est admit que lorsqu’il
reste dans les limites admissibles la protection contre la surcharge est basée sur le principe de
l’image thermique.

Le réglage s’effectue grâce au courant maximal permanent admissible et la constante de temps


thermique de l’installation.

~ 87 ~
Chapitre VI Choix du type de protection

2.5-Protection directionnelle :

Pour un réseau bouclé, même en utilisant la sélectivité n’est pas suffisante dans ce cas il est
nécessaire d’utiliser la protection directionnelle de courant. Il faut alors associer un relais
directionnel qui n’autorise le déclenchement que si le défaut est dans la direction surveillée.

2.6-Protection àmaximum de courant :

Le relais à maximum de courant est convenable pour un réseau de structure simple de


configuration radial ou bouclée, cette opération consiste à débrancher le circuit uniquement,
lorsque le courant qui traverse atteint une valeur de seuil. La sélectivitéest assurée par le choix
de l’intensité de courant de fonctionnement If, le courant de l’action de la protection est calculé
d’après la formule suivante :

𝐊 𝐬𝐮𝐫 × 𝐊 𝐝𝐞𝐦
𝐈𝐟𝐩 = × 𝐈𝐦𝐚𝐱
𝐊 𝐫𝐞𝐭

Où:

Ksur : coefficient de la sûreté, de l’ordre de 1.2-1.8

Kdém : coefficient de démarrage de l’ordre de 2-6

Kret : coefficient de retour.

Imax : courant maximal de service.

Le courant de fonctionnement du relais peut être déterminépar l’expression suivante :

𝐊 𝐬𝐜𝐡
𝐈𝐟𝐫 = × 𝐈𝐟𝐩
𝐊 𝐓𝐜

Ksch : coefficient de schéma.

KTc : coefficient de transformateur de courant.

On possède àune vérification de sa sensibilitéqui de défini par :

𝐈𝐫 𝐦𝐢𝐧
𝐊 𝐬𝐞𝐧𝐬 = ≥ 𝟏. 𝟓 − 𝟐Ir min : le courant minimal dans le relais.
𝐈𝐟𝐫

~ 88 ~
Chapitre VI Choix du type de protection

Transformateur de courant Disjoncteur

Relais de courant +Vcc

Relais intermédiaire

Fig7.5 : Protection àmaximum de courant

2.7-Protection àminimum de tension :

La baisse de tension peut perturber le fonctionnement des appareils récepteurs, un arrêt suivit
d’un retour sans préavis de courant qui risque de provoquer des accidents. Cette protection
nécessite un relais a minimum de tension qui commande l’ouverture du disjoncteur lorsque la
tension est inferieure ou égale àla tension de réglage.

En générale :

Ur = (0.7-0.95)

2.8-Protection àmaximum de tension :

Les surtensions sont très dangereuses dans un réseau électrique, cette protection nécessite un
relais àmaximum de tension, la valeur de déclenchement peut être mise continuellement, et liée
à l’intervalle (1.05-1.3).
Disjoncteur

Transformateur de tension

Relais de tension +Vcc Relais intermédiaire

Fig7.6 : Protection àmaximum et minimum de tension

~ 89 ~
Chapitre VI Choix du type de protection

3-Protection contre les surtensions externes :

3.1-Câble de garde :

Le câble de garde est constitué d’un ou plusieurs conducteurs d’un diamètre inférieur ou
équivalent au conducteur de phase d’une ligne. Il est situé parallèlement aux conducteurs de
phases àun niveau supérieur àceux – ci et relié à la terre par l’intermédiaire de chaque pylône.

Le câble de garde, dont le but initial est de protéger les conducteurs de phases d’une ligne ou
d’un poste contre les impacts directs de la foudre.

Câble de garde

Fig7.7 : Câble de garde

3.2-Les éclateurs :

L’éclateur est le plus simple, le plus ancien et le plus robuste et le plus moins chère des moyens
des protections. Il est généralement constitué de deux électrodes, l’un reliée à l’élément à
protéger, l’autre à la terre. La distance entre ces deux électrodes est réglable et détermine la
tension d’amorçage.

Les éclateurs sont sensibles aux agressions externe (neige, animaux,…….etc) où la distance
entre les électrodes sont faibles.

Les électrodes de formes variées, sont constituées :

De deux simples tiges placées l’une face à l’autre.

De deux tiges recourbées appelées cornes et positionnées sur les chaines d’isolateurs.

~ 90 ~
Chapitre VI Choix du type de protection

Fig7.8 : Un éclateur a cornes de protection avec tige anti-oiseaux

3.3-Les parafoudres :

Pour palier les inconvénients des éclateurs, différents modèles de parafoudres ont étéconçus
dans le but d'assurer une meilleure protection des installations et une bonne continuitéde service.

Les parafoudres àrésistance variable avec éclateur sont les plus répandus dans les installations
HT et MT en exploitation depuis quelques années. La tendance actuelle est vers les parafoudres à
oxyde de zinc qui possèdent des performances meilleures.
3.3.1-Définitions :
-Courant de décharge d'un parafoudre :
Onde de courant écoulée par le parafoudre après amorçage des éclateurs série.
-Courant de suite d'un parafoudre :
Courant àfréquence industrielle débitépar le réseau et écoulépar le parafoudre après le passage
du courant de décharge.
-Tension résiduelle d'un parafoudre :
Tension qui apparaît entre les bornes d'un parafoudre pendant le passage du courant de décharge.
3.3.2-Principe de fonctionnement de parafoudre àrésistance variable :
Dans ce type de parafoudre, on associe à un éclateur une résistance variable (varistance) qui
limite le courant après passage de l'onde de choc.
Après écoulement de l'onde de choc à la terre, le parafoudre n'est soumis qu'à la tension du
réseau, et le courant de suite se trouve limitépar la varistance.[5]

~ 91 ~
Chapitre VI Choix du type de protection

L'extinction de l'arc se fait systématiquement après le passage à zéro de l'onde à 50 Hz du


courant de défaut monophaséàla terre.
La tension résiduelle est maintenue proche du niveau d'amorçage grâce à la variation de la
résistance. En effet, cette résistance diminue avec l'augmentation du courant.
Diverses techniques ont étéutilisées pour la réalisation des parafoudres àvaristance et éclateurs.
La plus classique utilise une résistance au carbure de silicium (SiC).
Certains parafoudres comportent également des systèmes répartiteurs de tension (diviseurs
résistifs ou capacitifs) et des systèmes de soufflage de l'arc (aimants ou bobines de soufflage
magnétique).
3.3.3-Principe de fonctionnement de parafoudre àoxyde de zinc (ZnO) :
Contrairement au parafoudre àrésistance variable avec éclateur, le parafoudre àoxyde de zinc
est constituéuniquement d'une résistance variable fortement non linéaire.
La résistance passe de 1,5 MW àla tension de service (ce qui correspond àun courant de fuite
inférieur à10 mA) à15 W pendant la décharge.
Après le passage du courant de décharge, la tension aux bornes du parafoudre devient égale àla
tension du réseau. Le courant qui traverse le parafoudre est très faible et se stabilise autour de la
valeur du courant de fuite àla terre. La forte non linéaritédu parafoudre ZnO fait qu'une forte
variation de courant provoque une faible variation de tension.
Par exemple, lorsque le courant est multipliépar 107, la tension n'est multipliée que par 1,8.

Fig7.9 : Parafoudre àoxyde de zinc

~ 92 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

1-Introduction :

La protection des personnes dans une installation BT doit être réalisée conformément: - au décret
de protection des travailleurs n°88-1056 du 14/11/88 complétépar toute une série d'arrêtés et
notes techniques regroupés dans la norme UTE C 12-100. - à la norme NF C 15-100. - aux
directives de la norme UTE C 18-510 qui rend obligatoire l'habilitation du personnel.

Les schémas de liaison àla terre sont des dispositions qui décrivent comment sont connectés le
conducteur NEUTRE et le conducteur de protection sur les installations électriques.

2-Rappel :

2.1-Le neutre :

Ce sont les points neutres des transformateurs HT/BT ainsi que les conducteurs neutres qui, en
régime équilibré, ne sont parcourus par aucun courant.

2.2-Les masses :

Ce sont les parties conductrices accessibles d'un matériel électrique susceptibles d'être mises
sous tension en cas de défaut.

~ 93 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

2.3-Le conducteur de protection PE :

C'est un conducteur de couleur VERT/JAUNE dont la fonction est de relier toutes les masses
métalliques des appareils àla terre. En cas de défaut, il permet de canaliser le courant électrique
provoquépar le défaut.

Afin d'éviter la multiplication des prises de terre, on ramène les conducteurs de protection au
tableau de distribution.

2.4-La terre :

La terre peut être considérée comme un milieu conducteur. Sa résistance dépend de la nature du
milieu (terre argileuse, roche granitique, etc...).

2.4.1-La prise de terre :

C'est l'endroit ou le conducteur de protection PE de l'installation électrique est reliéàla terre.

~ 94 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

Physiquement il s'agit généralement d'un conducteur enterré ou d'un piquet métallique planté
dans la terre. Cependant, l'utilisation d'un piquet de terre (ou autre) pour la mise à la terre ne
permet pas de réaliser un contact parfait entre ce piquet et la terre. En effet, il existe une
résistance de contact, non négligeable, qui peut atteindre quelques dizaines, voire quelques
centaines d’Ohms. On l'appelle la RESISTANCE DE PRISE DE TERRE.[1]

Il est impératif de prendre en compte l'existence de cette résistance de prise de terre dans l'étude
des différents défauts.

3-Les risques du courant électrique :

Un courant électrique traversant le corps humain peut éventuellement mettre en danger une
personne.

3.1-Les contacts : Les normes et règlements définissent deux types de contact dangereux
avec le courant.

 Le contact direct : C’est le contact d’une personne avec une pièce métallique
normalement sous tension.

~ 95 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

 Le contact indirect : C’est le contact d’une personne avec une pièce métallique mise
accidentellement sous tension (suite à un défaut d’isolement).

La protection contre ce type de contact est réalisée par coupure automatique de l’alimentation
grâce aux différents Schémas de Liaison àla Terre (S.L.T.).

4-Les différents schémas :

Il existe trois principaux schémas de liaison àla terre :

 TT

 TN

 IT

-La première lettre renseigne sur la position du neutre du transformateur par rapport àla terre.

-La deuxième lettre renseigne sur la position des masses métalliques par rapport àla terre.

~ 96 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

4.1-Schémas de la liaison TT :

Fig8.1 : Schéma TT

4.1.1-Calcul de la tension de contact :

Pour les calculs, on prendra les valeurs :

V = 230 V, Rm = 80 Ω, Rn = 30 Ω

Rm (Ru): résistance entre masse et terre - Rn: résistance entre neutre et terre

On considérera que le défaut est survenu dans un local sec (UL =< 50 V).

Pour le calcul de Uc, nous utiliserons le pont diviseur de tension :

Uc = Rm (V / (Rm + Rn))

Uc = 80 * (230 / (80 + 30)) = 167 V

C’est une tension dangereuse car :

Uc > UL  167 V > 50 V.

On remarque que, plus la valeur de la prise de terre des masses (Rm) est importante, plus la
tension de contact sera grande : il faut donc rendre la valeur de la prise de terre des masses la
plus faible possible.

~ 97 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

4.1.2-Temps maximum de coupure :

Nous allons, à présent, déterminer le temps maximum que l’appareil de protection ne doit pas
dépasser pour réagir sans mettre en danger la personne.

Voici un tableau donnant le temps de coupure maximal du dispositif de protection en fonction de


la valeur de la tension de contact pour un défaut se situant dans un local.

Tension de Impédance Courant passant Temps de


contact électrique par le corps passage maximal
Uc (V) Zn (ohms) humain Tn (s)
In (mA)
50 1725 29 ≥5
75 1625 46 0.60
100 1600 62 0.40
150 1550 97 0.28
230 1500 153 0.17
300 1480 203 0.12
400 1450 276 0.07
500 1430 350 0.04

Exemple : sous une tension de 230 V, le contact avec un conducteur peut produire un courant de
153 mA dans le corps humain.

Ce courant doit être coupéen moins de 0.17 secondes pour éviter tout risque.

4.1.3-Calcul du courant de défaut :

A l’aide du schéma équivalent précédent,

Id = V / (Rm + Rn) = 230 / (80 + 30) = 2,1 A

Ce courant de défaut est trop faible pour faire réagir les protections contre les surintensités
(disjoncteur magnétothermique, fusibles).

L’appareil de coupure automatique approprié sera un :

Dispositif Différentiel àcourant Résiduel (D.D.R.).

~ 98 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

Calculons, àprésent, la valeur du courant (Ip) traversant la personne qui toucherait la machine en
défaut (on prendra 1 000 Ω de résistance corporelle):

Ip = Uc / Rh = 167 / 1 000 = 167 mA

Ce courant est largement supérieur au 0,5 mA sans danger pour le corps humain.

4.1.4-Disjoncteur BT:

Un disjoncteur est un appareil de connexion capable d’établir, de supporter et d’interrompre des


courants dans des conditions normales et anormales.

Il assure la protection du matériel et des personnes :

Protection contre les surcharges

Protection contre les courts circuits

Protection contre les défauts de


mode commun

Les disjoncteurs assurant la protection du matériel sont caractérisés par leur courbe de
déclenchement :

Protection contre les surcharges


(Déclencheur thermique)

Protection contre les courts-circuits


(Déclencheur magnétique)

Fig8.2 : Courbe de déclenchement

~ 99 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

Les disjoncteurs assurant la protection des personnes sont caractérisés par leur seuil de
déclenchement du différentiel (sensibilité) :

Borne àcage

Tresse
Bilame
Plongeur
Contact mobile
Système
Mécanique Contact fixe

Corne d’arc

Ressort Chambre de coupure

Circuit magnétique

Fig8.3 : Disjoncteur BT

-La protection contre les surcharges est assurée par un élément thermo-sensible, le bilame.

-La protection contre les courts-circuits est assurée par un circuit magnétique.

-La protection contre les défauts de mode commun est assurée par un dispositif différentiel
résiduel (DDR).

~ 100 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

4.1.5-Description d’un D.D.R :

Sur un tore magnétique, sont montées les bobines (la ou les


phases, le neutre et la bobine de détection).

Lorsqu’il n’y a aucun défaut, les bobines (phases et neutre)


sont traversées par le courant d’emploi de l’installation et
la somme des quatre flux magnétiques produit par les
bobines dans le tore est nulle : rien ne se passe.

La présence d'un défaut au niveau du récepteur crée un


courant de fuite (If) vers la terre.

Les courants circulant dans les bobines de phase et de


neutre ne sont plus les mêmes. Ce déséquilibre va créer
un flux résultant (phi T) qui va à son tour créer une
f.e.m induite dans la bobine de l'électro-aimant. Ce
dernier va déclencher le disjoncteur.[1]

~ 101 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

4.1.6-Réglage de la sensibilitéd’un D.D.R :

Pour ne pas mettre en danger les personnes, il faut que la sensibilité IΔn du D.D.R. soit :

IΔn =< UL / Rm

Dans notre exemple,

IΔn =< 50 / 80

IΔn =< 625 mA

Sensibilité IΔn en fonction de la résistance Rm de la terre :

I∆𝐧 différentiel R terres (Ω)


UL=50V
≤ 30mA > 500
100mA 500
300mA 167
500mA 100
1A 50
3A 17

Donc Calibre du DDR : 500 mA

On s’aperçoit qu’il est très simple d’assurer une bonne sécurité même si la prise de terre des
masses a une valeur assez élevée, il suffit pour cela de corriger la sensibilitédu D.D.R.

4.1.7-Avantages et inconvénients du schéma T T :

- Avantages :

 Idéal pour les mauvaises valeurs de prises de terre.


 Extension d'installation simple àréaliser.
 Simplification de l'installation électrique, protection en cas de défaut d'isolement par
disjoncteur ou interrupteur différentiel, calcul des protections moins contraignant
autorisant des modifications aisées des récepteurs.

~ 102 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

 Les disjoncteurs auront (ou pourront avoir) leurs pôles neutre non protégés (ex.: 3P+N,
ou 1P+N)).

-Inconvénients :

 Pas de continuitéde service lors d'un défaut d'isolement.


 Dispositif différentiel parfois coûteux (surtout les Hautes Sensibilités).

4.2-Schéma de la liaison IT :

Fig8.4 : Schéma IT

Installation permettant la poursuite de l'exploitation d'énergie malgré un premier défaut


d'isolement même important, comme les salles d'opération en hôpital, la sécuritéaérienne, etc,
mais nécessité d'avoir un spécialiste en dépannage pour supprimer ce défaut très rapidement,
avant le déclenchement d'un deuxième défaut qui va faire déclencher les protections. De plus, ce
schéma oblige la mise en place d'un Contrôleur Permanent d'Isolement (CPI) signalant par
alarmes sonores et visuelles tout défaut dans l'installation.[6]

~ 103 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

4.3-Schéma de la liaison TN :

Fig8.5 : Schéma TN-S

Fig8.6: Schéma TN-C

5-Conclusion:

 Afin de ne pas subir les inconvénients de sa clientèle en Basse Tension, SONELGAZ a


choisi de fournir une énergie suivant le régime TT.
 Le choix d'un autre schéma de neutre impose donc de détenir un transformateur pouvant
modifier ce régime.

~ 104 ~
Chapitre VII Sécurité électrique

 La maintenance des installations électrique doit être préductive et curative.

 Veiller àrespecter les règles de sécurité.

~ 105 ~
Conclusion générale

-Conclusion :
Avant tout, ce mémoire ma été bénéfique du fait que j’ai complété mes connaissances sur
différents domaines du transport de l’alimentation et surtout des protections électriques.

L’etude du complexe Arcelor Mittal (Poste Est) ma étéutile pour la finalisation du projet du fin
d’étude et ma permis de connaitre les différents étapes :

-Analyse du réseau de distribution électrique d’Arcelor Mittal.

-Analyse des différents défauts tels que courant de court circuit, surcharge, surtension, défaut
terre.

-j’ai calculéle courant de court circuit au niveau de jeu de barre 15KV (poste Est).

-j’ai vérifiémes calculs grâce à l’outil informatique et pour l’analyse des processus transitoire
j’ai utiliséla simulation sur logiciel MATLAB.

-Analyse des protections électriques pour les différents défauts.

Sans s’oublier le coté économique et surtout le coté de sécurité électrique avec l’utilisation de la
nouvelle norme NF-C 15 100. Donc la continuitédes services et la protection du personnel et des
équipements électriques ne peut être assuréque par des protections adéquates.

~ 106 ~
Bibliographie

-Bibliographie:

[1]- Cours défauts et protections Mr. AZZEG.

[2]- Technique de l’ingénieur. D10.

[3]- Documentation du complexe Arcelor Mittal Annaba.

[4]- Les paramètres perturbateurs dans les réseaux électriques (Centre de Formation Ain Mlila)

Mr. Gasmia Djamel.

[5]- Schneider Electric : Guide de conception des réseaux électriques industriels.

[6]- Les installations Electriques

Partick LAGONOTTE, Janvier 2000.