Vous êtes sur la page 1sur 1

N. AITBELLA, N. EL HAMMANI, M.TAHIRI, F. HADDAD, W. HLIWA, A.

BELLABAH, W. BADRE

Les fistules entéro-cutanées au cours de la maladie de Crohn (A propos de 40 cas)

Services : gastro-enterologie : CHU Ibn Rochd- Casablanca

Les fistules entéro-cutanées  (FEC) sont des complications sévères de la maladie de Crohn
(MC) et se définissent par une communication anormale entre le tube digestif et la surface
cutanée donnant lieu à l’extériorisation de liquide digestif par le trajet fistuleux néoformé. Les
FEC surviennent dans 20 à 40% des cas au moment du diagnostic de la MC.

Le but du travail est de décrire les caractères épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques


des fistules entéro-cutanées lors de la maladie de crohn, et de démontrer la difficulté de leur
prise en charge.

Matériels et Méthodes : Il s'agit d'une étude rétrospective réalisée sur une période de 9 ans
(2007- 2016), intéressant 40 patients colligés au service de gastro-entérologie du CHU Ibn
Rochd de Casablanca.

Résultats : L'âge moyen des patients était de 28 ans (17-51 ans), avec une nette
prédominance masculine (Sex-ratio = 4/1). Les antécédents étaient dominés par une
appendicectomie dans 14 cas (35%), un tabagisme chronique dans 8 cas (21%) et un
traitement antibacillaire dans 4 cas (10%). Les localisations de la maladie de crohn étaient
iléo-caecales dans 25 cas (62,5%), iléales dans 9 cas (22,5%) et coliques dans 6 cas (15%).
Les signes cliniques associés aux FEC étaient la douleur abdominale dans 66% des cas, le
syndrome de koening dans 33% das cas, la diarrhée dans 25% des cas et la malnutrition dans
16% das cas. La FEC était localisée au niveau de la fosse iliaque droite dans 100% des cas.
L'orifice intestinal de la FEC était au niveau du caecum dans 70% des cas et de l'iléon dans
30% des cas. Les FEC étaient associées à des fistules entéro-coliques dans 25% des cas, à des
fistules entéro-entérales dans 16% des cas et à des fistules anales dans 8% des cas. Le
traitement était une chirurgie première dans 66% des cas (résection iléo-caecale) puis
l'Azathioprine pour le traitement d'entretien, l'Azathioprine seul dans 27% des cas, et
l’Infliximab dans 7% des cas. L'évolution à long terme de ces fistules avec un recul de
11 mois en moyenne (1mois-4 ans) était favorable chez 81% des malades, et défavorable avec
une rechute dans 19% des cas.

Conclusion : Les formes fistulisantes sont des formes compliquées de la maladie de crohn.
Les fistules entéro-cutanées sont assez fréquentes et posent surtout le problème de leur prise
en charge. Le traitement chirurgical reste le traitement le plus utilisé et le plus efficace.
L'Infliximab constitue une alternative thérapeutique intéressante.