Vous êtes sur la page 1sur 11

BCP ST 1B 2014/2015

Ensembles nis. Dénombrement. (outil 6 )

1) Généralités
Dénition :
Dire qu'un ensemble non vide E est ni
signie qu'il existe un entier naturel n et une bijection de [[1; n]] dans E .
Ce nombre n est alors unique et est appelé cardinal de E .

Remarques :
• on note : card(E) ce nombre entier (ou encore #(E)). (card(E) ∈ N)
• E est ni lorsqu'on peut numéroter ses éléments avec un nombre limité de numéro.
• Un ensemble ni E de cardinal n est de la forme :
E = {ek | k ∈ {1, ..., n}} avec : ∀i 6= j, ei 6= ej
• ∅ est un ensemble ni et card(∅) = 0
• Exemples :
card({1}) = 1, card ([[1; n]]) = n, card ([[0; n]]) = n + 1 ...
Si a et b sont deux entiers relatifs, alors
card ([[a; b]]) = b − a + 1

• Lorsqu'un ensemble E n'est pas ni on dit qu'il est inni. Exemple : N, R ,[0, 1] ...
Attention : pour les ensembles de nombres ne pas confondre bornée et nie.
Mais il n'y a pas que des ensembles de nombre.
Proposition :
Soit E et F deux ensembles nis,
E et F ont le même cardinal si, et seulement si, il existe une bijection entre E et F .

Illustration.

Exemples :
À Dans une classe de 44 élèves, il y a 15 garçons et 29 lles.
On doit désigner un "binôme" mixte pour représenter la classe lors d'un conseil d'étudiant.
Dénombrer les binômes possibles revient à compter le nombre de couples de [[1, 15]] × [[1, 29]].
Combien de binômes diérents peut-on obtenir ?

Á Une maîtresse doit répartir 10 images distinctes entre 5 enfants de sa classe. (Rodolphe , Zazie, Margot,
Quentin et Carole)
Combien de répartitions possibles se présentent à la maîtresse ?
Dénombrer les répartitions possibles revient à compter le nombre de listes de 10 éléments de [[1; 5]].
On peut associer de façon bijective à chaque répartition la liste (x1 , x2 , · · · , x10 ) de [[1; 5]] où xi représente
le numéro de l'enfant.

1
Exemples de questions (On ne demande pas ici de réponse.) :

- Quel est le nombre de codons, sachant que c'est un mot de trois lettres fait avec les lettres A, C, G, T ?
- Quel est le nombre de numéros secrets de carte bleue possibles ? Combien au minimum de français
possèdent le même numéro de carte bleue ? (on considère qu'en France il y a 60 000 000 cartes bleues ).
- Au départ d'un tiercé, il y a 10 chevaux. Combien de podium diérents peut-on voir à l'arrivée ?
- On vous donne 5 cartes d'un jeu de 52 cartes, quelle est le nombre de mains diérentes que vous pouvez
recevoir contenant exactement 2 paires ?
- Un octet est une liste de longueur 8 ne contenant que des 1 ou des 0. Combien de caractères diérents
peut-on coder avec un octet ?
- On veut créer avec Python une liste L contenant toutes les listes de longueur 10 et ne contenant que des
1, des 2 ou des 3. Quelle est la longueur de L ?
- Dans une compétition de judo, les judokas sont répartis dans des poules de 5. Dans chaque poule, tous
doivent se rencontrer. Combien de matchs vont se dérouler dans chaque poule ?
- Au premier tour de Roland-Garros, il y a 64 joueurs de tennis, combien va t'il y avoir de matchs au
cours du tournoi ? (réponse possible sans calcul )
- Au conseil d'administration d'une grande école il y a 30 élus. Le jour d'une séance tout le monde se serre
la main, combien de "serrages de main" va t-on observer ?
- Dans une population de 66 000 000 personnes on prélève un échantillon de taille 1000. Il y a combien
d'échantillons possibles. Dans cette population, il y a 100 000 malades de la grippe, combien d'échantillons
ne contiennent aucune personne atteinte de la grippe.

2) Dénombrement des ensembles classiques.


a. Ensemble des p-listes.
Dénition :
On appelle p-listes d'un ensemble E , les éléments du produit cartésien E p .

Notation : Les p-listes sont notées : (x1 , x2 , ..., xp ).


On rappelle que (x1 , x2 , ..., xp ) = (x01 , x02 , ..., x0p ) ⇐⇒ ∀i ∈ [[1, n]], xi = x0i
Si on change l'ordre des éléments d'une liste on la change.
Proposition :
Soit p ∈ N∗ et E un ensemble ni, l'ensemble E p est ni et :
p
card (E p ) = (card(E))

Si card(E) = n,
le nombre de p-listes E est égale à : np
On parle aussi de listes à p éléments de E .

Expérience qui amène des p-liste :


Dans un ensemble contenant n objets numérotés de 1 à n, on eectue p tirages successifs, avec
remise. Les résultats de ces tirages, rangés dans l'ordre d'apparition, constituent une p-liste.
Le nombre de résultats diérents de cette expérience est égale à np
C'est le nombre de façons de choisir successivement p objets parmi n, avec d'éventuelles répétitions.

Certain parle aussi ainsi :


"Lors de choix successifs avec remise, l'ordre compte et il peut y avoir répétitions".

2
Exemples :
À On appelle octet une liste de 8 éléments pris dans l'ensemble {0, 1}.
Combien y a-t-il d'octets possibles ?
Á Combien de mots de 5 lettres peut-on faire avec un alphabet de 26 lettres ?

Applications entre deux ensembles nis :


Soit E de cardinal p et F de cardinal n, dénir une application f de E dans F revient à donner la
liste (f (e1 ), f (e2 ), . . . , f (ep )) des images des p éléments de E par f .
Le nombre d'applications de E dans F est donc égal à np .

Exemples :
À Une maîtresse doit répartir 10 images distinctes entre 5 enfants de sa classe. (Rodolphe , Zazie,
Margot, Quentin et Carole)
Combien de répartitions possibles se présentent à la maîtresse ?

Á De combien de façons diérentes Chloé peut-elle répartir 5 pulls de couleurs diérentes dans une
commode comportant 10 tiroirs ? Sachant que chaque tiroir peut contenir les 5 pulls ?

b. Ensemble des p-listes sans répétitions.


Une p-liste (x1 , x2 , . . . , xp ) est sans répétition signie que ∀(i, j) ∈ [[1, n]]2 , i 6= j =⇒ xi 6= xj
Remarque : on parle aussi de p-arrangement.
Proposition :
Etant donné deux entiers n et p strictement positifs (p 6 n) et E un ensemble de cardinal n.
n!
Le nombre de p-listes sans répétition de E est égal à .
(n − p)!

Remarques :
Si p > n, alors il n'y pas de p-listes sans répétition d'éléments de E .
Le nombre de p-listes sans répétition de E est égal à : n(n − 1) · · · (n − p + 1)
| {z }
p facteurs
p−1
Le nombre de p-listes sans répétition de E est égal à :
Y
(n − k)
k=0
Expérience qui amène des p-liste sans répétition :
Soit n et p deux entiers non nuls.
Dans un ensemble contenant n objets numérotés de 1 à n, on eectue p tirages successifs, sans
remise. Les résultats de ces tirages, rangés dans l'ordre d'apparition, constituent une p-listes sans
répétitions.
Le nombre de résultats diérents de cette expérience est égale à n(n − 1) · · · (n − p + 1)
| {z }
p facteurs

C'est le nombre de façons de choisir successivement p objets parmi n, sans répétition.


Certain parle aussi ainsi :
"Lors de choix successifs sans remise, l'ordre compte et il ne peut pas y avoir répétitions".
Exemples :
À 20 crayons de couleurs doivent être rangés dans une boîte à 30 emplacements.
Combien de rangements diérents peut-on faire des 20 crayons dans la boites ?
Coder chaque rangement par une liste sans répétition.

Á On dispose de 6 plaquettes sur lesquelles sont inscrits les chires 2, 4, 5, 6, 8 et 9.


Combien de nombres distincts de 4 chires peut-on former ?

3
Injections entre deux ensembles nis :
Soit E de cardinal p et F de cardinal n, dénir une injection f de E dans F revient à donner la liste
sans répétition (f (e1 ), f (e2 ), . . . , f (ep )) des images des p éléments de E par f .
n!
Le nombre d'injections de E dans F est donc égal à .
(n − p)!

Exemple :
De combien de façons diérentes Lucie peut-elle répartir 5 pulls de couleurs diérentes dans une
commode comportant 20 tiroirs ? Sachant que chaque tiroir peut contenir au plus 1 pull ?

c. Nombre de permutations.

Dénition
Soit E un ensemble ni, une liste contenant exactement une fois chaque éléments de E est
appelée une permutation de E .

Lorsque E est de cardinal n, les permutations de E sont les n-listes sans répétition de E .
Dénition
Si card(E) = n le nombre de permutations de E est égale à : n! .
Remarques :
Le nombre d'ordre que l'on peut donner aux n éléments de E est égal à n!.
C'est le nombre de façons de choisir successivement tous les objets d'un ensemble, sans répétition.
C'est le nombre d'ordre que l'on peut donner à n objets distincts.

Exemples :
On remplit les cases suivantes avec les chires : 1, 2, . . ., 9.

Combien de résultats diérents peut-on obtenir ?

Bijections entre deux ensembles nis :


Soit E de cardinal n et F de cardinal n, dénir une bijection f de E dans F revient à donner la liste
sans répétition (f (e1 ), f (e2 ), . . . , f (en )) des images des n éléments de E par f .
Le nombre de bijections de E dans F est donc égal à : n!.

Exemple :
48 élèves rentrent dans une salle où il y a 48 places assises.
Combien de répartitions diérentes peut-on observer ?

d. Nombre de combinaisons d'un ensemble ni.

Dénition :
Soit p un entier naturel,
une p-combinaison de E est un sous-ensemble (une partie) de E à p éléments.

Remarques :
On notera Pp (E) l'ensemble des p-combinaisons de E .
A ∈ Pp (E) ⇐⇒ (A ⊂ E et card(A) = p)
Une combinaison n'est pas une liste mais un ensemble.

En python, il y a un type de variable permettant de travailler sur les ensembles ; le type set.

4
Notation :
Une p-combinaison s'écrit {x1 , x2 , . . . , xp } tel que ∀(i, j) ∈ [[1, p]]2 , i 6= j =⇒ xi 6= xj

Contrairement aux listes si on change l'ordre des éléments dans cette écriture cela ne change pas la
combinaison.

Proposition :
Etant donné deux entiers n et p tels que p 6 n et E un ensemble de cardinal
  n.
n! n
Le nombre de p-combinaisons est égal à : =
p!(n − p)! p

En eet : avec une p-combinaison on peut construire p! listes sans répétitions de p-éléments de E .

Expérience qui amène des p-combinaisons :


Soit n et p deux entiers non nuls.
Dans un ensemble contenant n objets numérotées de 1 à n, on eectue un tirage simultanée de p
objets. (On prend un échantillon de taille p)
Chaque résultat de ce tirage est une combinaison de p boules de l'urne.
 
n
Le nombre de résultats diérents de cette expérience est égale à :
p
C'est le nombre de façons de choisir simultanément p objets parmi n.

Certain parle aussi ainsi :


"Lors du choix des objets, l'ordre ne compte pas et il ne peut pas y avoir de répétitions".

Exemples :
À Jouer une grille simple au loto consiste à cocher 6 cases sur une grille en comportant 49.
Combien y a-t-il de grilles possibles ?

Á Dans un jeu de 32 cartes, quel est le nombre de mains de 5 cartes ?

 Une maîtresse doit répartir 10 bons-points entre 5 enfants de sa classe. (Julien , François, Mélanie,
Vincent et Laura)
Quel est le nombre de répartitions possibles de ces dix bons-points ?
Indication : Une telle répartition est représentée par une liste d'entiers naturels (n1 , n2 , n3 , n4 , n5 )
vériant n1 + n2 + n3 + n4 + n5 = 10
A chacune de ces répartitions associe le tableau à 14 cases dans lequel on a coché les 4 cases n1 + 1,
n1 + n2 + 2, n1 + n2 + n3 + 3 et n1 + n2 + n3 + n4 + 4.
Par exemple pour la répartition : 2 pour Julien, 2 pour François, 2 pour Mélanie, 0 pour Vincent et
4 pour Laura, on obtient le tableau :
× × × ×
 
n
On peut redémontrer les propriétés principales des sans calcul :
k
   
n n
Démonstration de : =
p n−p

5
   
n+1 n
Démonstration de : (p + 1) = (n + 1)
p+1 p

( Illustration avec le cinq de basket avec un meneur )

Soit n et p deux entiers avec 0 6 p 6 n, E un ensemble de cardinal n + 1.


On cherche de combien de façons on peut choisir une partie A contenant p + 1 éléments de E et un élément x
de A.
Autrement dit, on cherche le cardinal de l'ensemble :
F = {(x, A) ∈ E × Pp+1 (E) | x ∈ A }

• On peut écrire F sous la forme de la réunion disjointe :


[
F = {(x, A) | A ∈ Pp+1 (E), x ∈ A }
x∈E

(On partage F suivant les valeurs de x)


Cette réunion est formée de n + 1 parties disjointes deux à deux  
n
et chacune de ces parties a pour cardinal :
p
Ce qui nous donne une première formule pour le cardinal de F :
 
n
card(F ) = (n + 1)
p

• On peut écrire F sous la forme de la réunion disjointe :


[
F = {(x, A) | x ∈ A }
A∈Pp+1 (E)

(On partage F suivant les sous-ensembles de E à p + 1 éléments.)


 
n+1
Cette réunion est formée de parties disjointes et chacune de ces parties a pour cardinal : p + 1
p+1
Ce qui nous donne une deuxième formule pour le cardinal de F :
 
n+1
card(F ) = (p + 1)
p+1

En conclusion :
   
n+1 n
(p + 1) = (n + 1)
p+1 p

6
     
n+1 n n
Démonstration de : = +
p+1 p+1 p

Soit n et p deux entiers avec 0 6 p 6 n, E un ensemble de cardinal n + 1 et e un élément de E .

L'ensemble des parties de E de cardinal p + 1 peut être partagé en deux ensembles disjoints : l'ensemble Pe des
parties de E de cardinal p + 1 contenant e et l'ensemble Qe des parties de E de cardinal p + 1 ne contenant pas
e.

Autrement dit :
Pp+1 (E) = {A ∈ Pp+1 (E) | e ∈ A } ∪ {A ∈ Pp+1 (E) | e 6∈ A } (réunion disjointe)
| {z } | {z }
Pe Qe

On a donc :
card (Pp+1 (E)) = card{A ∈ Pp+1 (E) | e ∈ A } + card{A ∈ Pp+1 (E) | e 6∈ A }

Or :  
n+1
card (Pp+1 (E)) =
p+1
   
n n
card{A ∈ Pp+1 (E) | e ∈ A } = card{A ∈ Pp+1 (E) | e 6∈ A } =
p p+1
on a bien :
     
n+1 n n
= +
p+1 p+1 p

e. Nombre de parties d'un ensemble ni.


Proposition :
Soit E un ensemble ni à n éléments, l'ensemble P(E) des parties de E est ni et :
card (P(E)) = 2n

Démonstrations : (2 démonstrations)

• (Pp (E))06p6n est une partition de P(E) donc


n
X
card (P(E)) = card (Pp (E))
p=0
n  
X n
=
p=0
p
= (1 + 1)n = 2n

−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−
• (comme dans l'arbre ! )
On peut associer de manière bijective à toute partie A de E
la liste (x1 , . . . , xn ) de {0; 1}n où xi = 1 ⇐⇒ ei ∈ A.

donc
card (P(E)) = card ({0; 1}n ) = 2n

7
Exemple :
Dans un aquarium comportant 20 poissons (tous diérents) on essaye (dans le noir) avec une épuisette
de prendre quelques poissons.
Dénombrer les résultats possibles revient à dénombrer les parties de [[1, 20]]
Combien de résultats diérents peut-on obtenir ?

3) Propriétés du cardinal.
E désigne ici un ensemble ni.

Proposition : (parties d'un ensemble ni )


Soit E un ensemble ni,
Si A est une partie de E (A ⊂ E ) alors A est ni et card(A) 6 card(E)
Si A est une partie de E (A ⊂ E ) et card(A) = card(E) alors A = E .

• Si A et B sont deux parties disjointes de E ( ie : A ∩ B = ∅), alors :

card(A ∪ B) = card(A) + card(B)

• Si A est une partie de E , alors


card(A) = card(E) − card(A)

• Si (Ai )i∈[[1,p]] est une famille de p parties deux à deux disjointes, alors
p p
!
[ X
card Ai = card(Ai )
i=1 i=1

• Si (Ai )i∈[[1,p]] est une partition d'un ensemble B alors


p
X
card(B) = card(Ai )
i=1

Qu'est ce qu'une partition ?

• Si A et B sont deux parties de E , alors :

card(A ∪ B) = card A + card B − card(A ∩ B)

Illustration.

• Si A, B et C sont trois parties de E , alors :

card(A ∪ B ∪ C) = card A + card B + card C


− card(A ∩ B) − card(B ∩ C) − card(A ∩ C) + card(A ∩ B ∩ C)

Illustration.

8
Exemple :
Un parlement est constitué de 470 parlementaires. On procède à l'élection d'une commission. On s'intéresse
à 3 candidats A, B et C .
282 parlementaires ont voté pour A, 117 pour A et B , 105 pour A et C , 79 pour A, B et C , 117 pour B
et C mais pas pour A, 27 pour C mais pas pour A ni pour B , 133 pour B mais pas pour A.
Calculer le nombre de parlementaires ayant voté B et pour C .

Proposition : (produit cartésien )


Si A et B sont deux ensembles nis, alors A × B est ni et :
card(A × B) = card(A) card(B)

En posant A = {a1 , a2 , . . . , an } avec card(A) = n et B = {b1 , b2 , . . . , bm } avec card(B) = m

Illustration.

Proposition :
Si (Ek )k∈[[1,p]] est une famille de p ensembles nis, alors E1 × · · · × Ep est ni et :
card(E1 × · · · × Ep ) = card(E1 ) × · · · × card(Ep )

Proposition :
Soit p ∈ N∗ et A un ensemble ni, l'ensemble Ap est ni et :
p
card (Ap ) = (card(A))

Exemples :
À Dans une classe de 44 élèves, il y a 15 garçons et 29 lles.
On doit désigner un "binôme" mixte pour représenter la classe lors d'un conseil d'étudiant.
Combien de binômes diérents peut-on obtenir ?
Á Un code comporte quatre chire suivies d'une lettre.
Combien peut-on former de codes distincts ?
 Dans un jeu de 32 cartes, quel est le nombre de mains de 5 cartes dans lesquelles on peut compter
exactement 2 trèes et 2 c÷urs.

−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−−
Des dénombrements diérents :
À On dispose de 40 boules numérotées que l'on doit répartir entre 4 urnes, chaque urne contenant 10
boules. Combien y a -t-il de répartitions possibles ?

Á Combien y a-t-il de listes strictement croissantes de 4 éléments de [[1, 5]] ?

 Combien y a-t-il de listes strictement croissantes de p éléments de [[1, n]] ?

...............

9
4) Complément : nombre d'anagrammes.

Théorème des anagrammes.


Soit un "mot" M formé de p lettres distinctes A1 , A2 , · · · Ap , la lettre A1 apparaît n1 fois, ... , la lettre
Ap apparaît np fois.
La longueur de M vaut N = n1 + n2 + · · · + np .
Le nombre d'anagrammes de ce mot est égal à :
N!
n1 ! n2 ! · · · np !
ou encore      
N N − n1 N − n1 − n2 np−1 + np
···
n1 n2 n3 np−1

On peut retrouver ce calcul dans d'autres contextes.

Exemples :
a. Quel est le nombre de brins d'ADN de 12 nucléotides comportant exactement 3 adénines (A), 3
guanines (G), 3 thymines (T) et 3 cytosines (C) ?
b. On considère une urne contenant 10 boules rouges, 10 boules vertes et 10 boules bleues.
On tire successivement et sans remise les boules de l'urne, combien de résultats diérents peut-on
obtenir ?

5) Complément : Somme sur un ensemble ni.


Notation :
Soit E un ensemble ni, tel que E = {e1 , e2 , · · · , en } avec card(E) = n et f une application
de E dans F avec F un ensemble muni d'une somme.
On note : n
X X
f (x) = f (ei )
x∈E i=1

Remarques :
• Si A1 , A2 , . . ., Ap forment une partition de E alors :
p
!
X X X
f (x) = f (x)
x∈E k=1 x∈Ak

• Si σ est une bijection de E dans E ,


X X
f (x) = f (σ(x))
x∈E x∈E

X
• card(E) = 1
x∈E

• Pour λ ∈ R,
X
λ = λ card(E)
x∈E

Exemples :

X X X
xy = card(A) = card(A ∩ B) =
(x,y)∈{1,2}×{1,3,5} A∈P(E) (A,B)∈P(E)

10
6) Ensembles nis, injections, surjections et bijections. (outil 5)

Proposition : (Applications et cardinal )


Soit E et F deux ensembles nis,
S'il existe une injection de E dans F alors card(E) 6 card(F )
S'il existe une surjection de E dans F alors card(E) > card(F )
S'il existe une bijection de E dans F alors card(E) = card(F )

Propositions : (Injections et ensembles nis )


Soit E et F deux ensembles quelconques,
En supposant qu'il existe une injection de E dans F :
• E est ni si, et seulement si, f (E) est ni (et alors card (f (E)) = card(E) )
• Si F est ni alors E est ni et card(E) 6 card(F )
• Si E est inni alors F est inni.

Propositions : (Entre deux ensembles de même cardinal.)


Soit f : E → F avec E et F deux ensembles nis tels que card(E) = card(F )
f est injective si, et seulement si, f est bijective.

f est surjective si, et seulement si, f est bijective.

11

Vous aimerez peut-être aussi